Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Les ensembles funéraires rubanés de Menneville « Derrière le Village » (Aisne)

Jean-Paul Karruggia, Yves Guichard et Lamys Hachem

Texte intégral

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU SITE (Jean-Paul Farruggia)

1Le village moderne de Menneville est situé dans la vallée de l’Aisne, sur la rive droite de la rivière, à environ 20 km au Nord de Reims. La vallée est peu encaissée dans le relief valonné de la Champagne. Le substrat secondaire crayeux disparaît à une quinzaine de kilomètres à l’Ouest de Menneville sous le tertiaire, dans lequel l’Aisne s’est frayé un passage profond de 100 m (Chartier, 1990). Les structures archéologiques du site sont creusées dans la grève et très localement dans des sables fins.

  • 1 Il est urgent de publier pour exprimer notre gratitude à M. Lallement, Maire de Menneville, et à sa (...)

2Menneville est le point d’intervention le plus oriental de la zone étudiée par l’Équipe de Recherches Archéologiques no 12, dont l’activité est déterminée par les contraintes souvent industrielles (Plateaux, 1990). En d’autres termes, la plupart des fouilles concernent ici comme ailleurs la dernière terrasse non inondable de la rivière, là où les exploitants creusent leurs sablières1. La construction récente de l’autoroute A26, à 6 km à l’Ouest de Menneville n’a pas révélé de structures du Ve millénaire avant notre ère hors de la vallée (Autoroute A26, 1989). Son axe nord-sud laissait espérer des découvertes dans la plaine de Champagne, à l’image du village néolithique en cours de fouille de Kückhoven (information orale de J. Weiner), près de Jülich (Allemagne) : grâce à un puits de près de 15 m de profondeur, des agriculteurs savaient s’installer loin des rivières, à la même époque ceux de Menneville, dans un relief comparable, malgré le substrat différent.

3C’est la construction de cette autoroute qui a entraîné à Juvincourt-et-Damary les découvertes du Ve millénaire les plus proches de Menneville : une fosse rubanée (Le Bolloch et alii, 1989) et plusieurs fosses Cerny (Constantin, 1992). Les maisons du Rubané et du Villeneuve-Saint-Germain les plus proches ont été trouvées à une dizaine de kilomètres à l’Ouest de Menneville, sur la commune de Berry-au-Bac (FPVA, 1978, 1982 et 1983), commune sur laquelle ont été découvertes également quatre sépultures rubanées (Labriffe de, 1992). En outre Menneville a donné son nom au groupe culturel du début du IVe millénaire (Dubouloz, 1991), grâce aux découvertes anciennes faites à l’Ouest du village.

4Le site de Menneville « Derrière le Village », au Sud-Est du village moderne (fig. 1), révélera son importance en trois étapes (voir historique des fouilles in Coudart, Demoule, 1982). En 1931, quelque part dans une bande nord-sud de plus de 20 m de large, située immédiatement à l’Ouest de nos futures fouilles 1977-1992 (fig. 2), on ramasse dans une petite sablière deux inhumations rubanées (Villes, Martin, 1990). En 1976, année de sécheresse exceptionnelle, Michel Boureux découvre sur photographie aérienne la plus grande partie orientale de l’enceinte et une maison rubanées, qui seront sondées partiellement la même année (FPVA, 1976), à l’Ouest de la sablière de 1931. En 1977-1978 (FPVA, 1977 et 1978), le site livre, à l’Est de la sablière de 1931 (fig. 2), sept maisons et la nécropole rubanées, un habitat du Bronze final IIIb/Hallstatt ancien, un habitat très dense du Hallstatt final/La Tène I et un habitat plus dispersé du La Tène III le plus récent. Ces structures des Ages des Métaux contiennent des sépultures. Quelques tessons décorés du groupe de Villeneuve-Saint-Germain proviennent de quelques fosses rubanées et de la couche supérieure du fossé. Michel Plateaux a identifié dans un nombre limité de structures du lithique postérieur (Cerny ?). Mais dans l’état actuel des fouilles, aucune structure archéologique ne peut être datée des quatre millénaires qui séparent le Rubané du Bronze final IIIb/Hallstatt ancien.

Fig. 1. — L’enceinte rubanée de Menneville « Derrière le Village ».
A : sondage 1976 ; B : sablière de 1931 ; C : fouilles 1977-78 et 1988-90.

5Le site est presque au centre d’une zone entourée, sauf au Nord, par un méandre de l’Aisne (Coudart, Demoule, 1982, fig. 1). L’occupation néolithique est située sur une terrasse dont la pente augmente brusquement au Sud des maisons 90 et 130, jusqu’aux segments sud du fossé creusé sur l’ultime rebord de la terrasse, qui plonge dans les accumulations du fond de vallée. Pour l’étude de la fonction de l’enceinte, il faudra se souvenir que cette zone en pente était à portée de flèche d’éventuels assaillants. Cette pente entre ces maisons et les segments sud a été remaniée à 70 % pendant la seconde guerre mondiale. Ces remaniements sont également visibles à l’Ouest sur les photographies aériennes. Les prospections aériennes (de Michel Boureux) et par résistivité électrique (de Karin Anderson de l’Université d’Amsterdam) ont permis d’inscrire dans un rectangle de 390 m x 185 m un alignement de segments de fossé sur 1020 m de longueur, autour d’une surface de 6,5 ha (fig. 1). Au Sud-Ouest, la rivière coule au plus près à 250 m de l’enceinte, qui disparaît au Nord-Ouest sous les premiers jardins du village moderne. Au Nord de l’enceinte, seule une bande est-ouest d’une quinzaine de mètres est accessible à la fouille. Les deux tiers ouest de l’enceinte ne sont pas menacés par les sablières, mais par les labours. Le tiers oriental a été fouillé à ce jour, en 1977-1978, puis à partir de la fin de 1988. Grâce au décapage de l’automne 1992, qui n’a pas été reporté sur la figure 1, on sait qu’il n’y a plus de maison rubanée en dehors de l’enceinte, à au moins 100 m vers l’Est. Aucune sépulture rubanée n’est connue à l’Est de l’enceinte, dans l’état actuel des fouilles.

Fig. 2. — Le site rubané de Menneville. Fouilles 1977-78 et 1989-90. Les os humains isolés de la couche du fond du fossé ont seuls été cartographiés.

6Ce site nécessitera une étude exhaustive, qui va nous manquer pour présenter maintenant la nécropole rubanée. Cette étude pourra sans doute remettre en cause certaines de nos décisions sur la chronologie, les rapports entre maison et sépulture, voire même sur la datation de certaines sépultures. Alors que l’exploitation de la sablière s’achève à peine (en principe en 1993), nous avons jugé qu’il était urgent de publier une première synthèse, pour les raisons suivantes :

  • il s’agit de la première et de la seule grande nécropole rubanée du Nord de la France ;

  • on y constate pour la première fois une règle dans l’association de certaines sépultures (surtout d’enfants) et de certaines maisons ;

  • trois segments de fossé ont reçu des sépultures, selon un rite attesté ailleurs ; en outre, en nombre inhabituel, des enfants ont été inhumés, sans règle définie ; Yves Guichard nous livrera plus loin ses réponses anthropologiques aux difficiles questions du colmatage et des déplacements post-mortem ;

  • jusqu’à la démonstration de Lamys Hachem, je dois dire que je n’acceptais pas sans scepticisme l’association des bucranes et des enfants du fossé ; avec la publication récente du rapport préliminaire sur Bruchsal « Aue » (voir plus loin), on ne peut plus douter de ce phénomène ; le rôle du bovidé dans l’univers néolithique était connu depuis le Proche-Orient jusqu’en Hongrie et en Slovaquie au Ve millénaire ; Menneville livre le plus ancien document de l’aspect funéraire de ce rôle, dans nos régions ;

  • en relisant la littérature sur le Néolithique et les enceintes, j’ai été frappé de constater le même embarras des archéologues devant un rituel funéraire néolithique, que je vais décomposer ici en cinq traitements de la mort, c’est-à-dire en autant de questions préalables, posées à l’aide de données généralement peu accessibles dans les seuls rapports préliminaires et les communications ;

  • nous réunissons une part des arguments en faveur d’une fouille programmée de la totalité du site, et en particulier de l’extension possible de la nécropole vers le Sud, dans la plaine inondable.

L’ENCEINTE RUBANÉE

7L’enceinte a été fouillée sur 200 m soit 20 % de sa longueur. Au Sud-Est, des arguments parlent en faveur d’une interruption de 60 m (les remaniements de la guerre ont laissé suffisamment de sol en place pour le constater ; les segments situés de part et d’autre de l’interruption ne sont pas sur un même axe, mais ils sont décalés, comme pour une ouverture). Il y a à Menneville une et peut-être deux grandes interruptions, ainsi que plusieurs petites comme par exemple entre les segments 13-2 et 13-3, comme sur les enceintes néolithiques connues. Mais on peut aussi défendre l’hypothèse d’une disparition localisée des segments par érosion, sur la seule zone à forte pente du site. Cependant une interruption du fossé est également observée sur 60 m à Darion (Cahen et alii, 1990). Cet exemple incite à voir à Menneville une interruption comparable, dont les palissades intérieures et localisées auraient disparu. À l’Ouest, la prospection de Karin Anderson a peut-être révélé une autre interruption, qui sera à confirmer à la fouille.

8Les dimensions de l’enceinte sont supérieures à celles des enceintes de la fin de la Céramique Linéaire du Nord-Ouest de l’Europe (van Berg, 1991), dont la plupart ont des fossés continus. Sa forme et ses dimensions sont à rapprocher des enceintes d’Eilsleben (Kaufmann, 1990) et de Vedrovice (Podborsky, 1988, fig. 147 avec erreur d’échelle). Six autres enceintes à fossé segmenté et à interruptions sont connues à la fin du VIe millénaire et dans la première moitié du Ve :

  • Bietigheim-Bissingen (Allemagne, sur le Neckar), Céramique Linéaire « moyenne », sans doute l’enceinte de ce type la plus ancienne, coupe transversale en U et en trapèze (Höhn, 1985) ;

  • Rosheim (France, Bas-Rhin), Céramique Linéaire récente et finale ; coupe transversale en U et en trapèze (Jeunesse, 1991) ;

  • Waremme-Longchamps (Belgique), Céramique Linéaire, coupe en V (Cahen et alii, 1989) ;

  • Darion (Belgique), la couche de fond est mal datée, la couche supérieure est semble-t-il datée de la Céramique Linéaire récente, coupe transversale en V (Cahen et alii, 1988) ;

  • Weisweiler 36 (Allemagne du Nord-Ouest), Céramique Linéaire, coupe en V (Lüning, 1988) ;

  • Langweiler 12 (Allemagne du Nord-Ouest), Grossgartach, fossé à plusieurs recreusements, coupe en V et en U (voir la littérature dans Spatz, 1991, qui propose une datation dans le Rössen ancien).

9Des palissades localisées (fig. 2) ne peuvent pas être associées au fossé de Menneville sans un long commentaire qui sera réservé à l’étude du site. Un seul recreusement non daté a été constaté sur le segment 189. Le comblement s’est fait à partir de l’intérieur et d’une hypothétique levée de terre, qui exclue la contemporanéité de l’enceinte et des trois maisons les plus orientales. Les segments ont des profondeurs très variables (voir plus loin Lamys Hachem), parfois même à l’intérieur d’un même segment. Les coupes transversales sont en V ou en U, comme dans la seconde phase de l’enceinte de la Céramique Linéaire finale d’Eilsleben (Kaufmann, 1990). Le fossé a toujours une coupe en V là où se trouvent les inhumés, à une exception en U pour les deux enfants incomplets (188-2-1 et 188-2-2), à l’Ouest du segment 188.

10Pour la datation du fossé de Menneville, on peut hésiter entre le Rubané et le Villeneuve-Saint-Germain. Cependant, la couche inférieure a livré cinq individus céramiques décorés rubanés (fig. 13 : 2, 3, 4 et Coudart, Demoule, 1982, fig. 16). Le seul individu décoré du groupe de Villeneuve-Saint-Germain provient de la couche supérieure du segment 13-4 (fig. 13 : 1).

11Les inhumés du fossé ne sont pas accompagnés de céramique décorée. Trois d’entre eux reposent, comme d’autres inhumés repliés du site, dans une fosse ocrée : une sépulture (no 249) était située dans la partie supérieure de la couche inférieure, les deux autres (nos 22 et 254) ont été recreusées dans le fond du fossé. Huit sépultures du Bassin parisien ont une fosse ocrée ou un squelette ocré avec de la céramique à décor rubané : aux trois sépultures de Berry-au-Bac « Chemin de la Pêcherie » no 196, Cuiry-lès-Chaudardes no 461 et Maizy no 48 recensées par de Labriffe (1984 et 1985), il faut ajouter la sépulture inédite de Chassemy « Le Grand Horle » no 12, fouillée en 1986 (FPVA, 1986) et celles de Menneville décrites ciaprès (nos 165, 208, 229 et 242). Ces huit sépultures sont toutes localisées dans la vallée de l’Aisne. On ne connaît actuellement aucune sépulture à fosse ocrée du groupe de Villeneuve-Saint-Germain, seules des concentrations localisées d’ocre sont attestées. Dans la vallée de la Seine, la sépulture no 28 de Balloy (Seine-et-Marne), attribuée au groupe de Villeneuve-Saint-Germain, contenait un squelette ocré (Mordant et alii, 1992).

12L’hésitation à dater le fossé de Menneville du Rubané ou du groupe de Villeneuve-Saint-Germain peut être levée avec quelques précautions de langage : un petit nombre de tessons à décor rubané trouvés dans la couche du fond du fossé et les trois sépultures à fosse ocrée et creusées dans le fossé nous autorisent à travailler avec l’hypothèse d’un fossé rubané à Menneville.

13Deux datations 14C non calibrées sur os des segments fouillés en 1976 (Ly 1735 : 4250 ± 190 bc) et 1977 (Ly 2324 : 4160 ± 140 bc) ne peuvent pas trancher le débat. Par ailleurs, leur imprécision est telle qu’elles ne permettent même pas de réfuter une attribution aux cultures post-Rössen, qui avait été envisagée au début des fouilles.

14Quelques mots sur les maisons rubanées. Deux d’entre elles (nos 90 et 190) sans fosse de construction conservée sont seulement attribuables au Rubané. Les critères d’une attribution différente manquent. La fosse nord de la maison 140 recoupe la fosse sud de la maison 185, qui n’aura donc pas sa place parmi les maisons les plus récentes du site. On pourrait utiliser cette stratigraphie pour distinguer les maisons associées à des sépultures et les maisons sans sépulture, comme le sont la plupart des maisons rubanées de Cuiry-les-Chaudardes. On aurait pu séparer deux époques. Mais la maison 185 se trouvait entre deux décapages et deux avancées de sablière et l’extrémité occidentale nous a échappé ainsi qu’une éventuelle sépulture le long du mur sud.

Fig. 3. — La nécropole rubanée de Menneville « Derrière le Village ».

LA NÉCROPOLE

15Elle comprend vingt-deux inhumations en position repliée sur le côté, ou supposée telle dans deux cas (nos 235 et 251), et onze squelettes d’enfant entiers (sept cas) ou incomplets (quatre cas), en position complexe ou non codifiée, dans trois segments de fossé voisins (nos 188, 189 et 273) (fig. 2). Les deux sépultures de 1931, auxquelles nous avons donné les nos 250 et 251, ne sont pas localisables.

  • 2 En 1986, date de mon entrée comme I.T.A. dans l’Équipe de Recherche Archéologique no 12 du C.N.R.S. (...)

16Le catalogue qui suit ne comprend pas les onze squelettes d’enfant en position non codifiée, qui seront décrits plus loin par Yves Guichard. Ce catalogue donne la description de la structure 83, qui offre peut-être un cas supplémentaire de sépulture d’enfant sur (ou sous) la paroi sud de la maison no 90. En revanche, ont été exclues jusqu’à l’étude finale du site, quatre sépultures indatables et sans ocre : no 55 (adulte replié sur gauche, Sud-Ouest/Nord-Est, mais avec de la terre « marbrée »), no 71 (adulte sur ventre, Ouest-Est, les jambes repliées vers le haut), no 84 (restes d’un jeune adulte) et no 111 (adulte sur ventre, Nord-Est/Sud-Ouest, jambes repliées sur elles-mêmes). Enfin, il faut signaler l’existence d’un crâne ocré d’enfant (sépulture (?) no 234) découvert avec les restes de la sépulture no 235. Les os humains isolés des fosses rubanées ne pourront pas être étudiés avant l’achèvement de l’étude de la faune de l’ensemble du site par Lamys Hachem. La description anthropologique est d’Yves Guichard2.

DESCRIPTION DES SÉPULTURES ET ANALYSE DES RITES (Jean-Paul Farrugia)

CATALOGUE

17Le matériel archéologique et anthropologique est conservé au Centre Archéologique de Soissons. La sépulture no 250 est conservée au Musée Saint-Rémi de Reims. Le mobilier de la sépulture no 251 est dispersé entre plusieurs des collections privées (cf. FPVA, 1977).

  • 3 La position est définie par celle des jambes et non pas par celle du reste du corps ; le terme « re (...)
  • 4 C’est-à-dire crâne au Sud-Est, selon une convention de plus en plus respectée ; l’orientation est c (...)

18No 22 (fouillé en 1977 ; Coudart, Démoulé, 1982) : adulte, replié3 sur côté gauche, Sud-Est/Nord-Ouest4, les bras repliés vers le haut, sur le fond et dans l’axe du segment 13-3 (carré H) du fossé ; grande fosse (L x 1 x prof. : 177 x 96 x ca 25 cm ; 75 cm sous le décapage) :

  • fosse ocrée

  • 2 perles ( ?) « cylindriques », « près du genou », actuellement introuvables, longueur de l’une d’elles 1,7 cm

  • près du genou gauche : une cheville osseuse de bovidé, un fragment de côte de bœuf, une dent de mouton.

19Datation : Rubané à cause de la fosse ocrée et de sa localisation sous le remplissage du fossé.

20No 83 (1978) : enfant perturbé, détruit par le décapage trop profond de 30 cm, en surface d’une fosse située à l’emplacement reconstituable de la paroi sud de la maison 90 attribuée au Rubané ; très grande fosse à fond concave : 250 x 125 cm, la profondeur observée de 40 cm aurait dû atteindre 70 cm :

  • de l’ocre est signalé dans le rapport de fouille (FPVA, 1978), qui ne précise pas s’il s’agit des structures 83 ou 93 ; ces deux structures avaient été associées à l’époque dans l’hypothèse d’un prolongement de l’enceinte, infirmée par les fouilles de 1988 ;

  • un crâne d’adulte âgé et un bras droit étaient dans le remplissage.

21Datation : La fosse 83 est recoupée par la fosse 93 et a pu détruire le poteau de la rangée intérieure sud de la maison 90, poteau qui n’a pas été observé dans la coupe faite dans ce but. L’absence de ce trou de poteau n’est cependant pas déterminante car le décapage a pu détruire une stratigraphie inverse, dans laquelle la maison recouperait la fosse 83. D’autre part on n’a pas testé à la fouille l’hypothèse d’une double structure 83, dont les dimensions élevées correspondraient à celles d’une sépulture d’enfant et d’une fosse contenant le crâne d’adulte âgé. Dans l’attente des datations 14C, on ne peut exclure une attribution de l’enfant 83 au Néolithique.

22No 131 (1989 ; fig. 14) : enfant replié sur côté gauche, Est-Ouest, près de la paroi sud de la maison rubanée 130, en face de la pièce centrale ; petite fosse (85 x 55 x 14 cm) :

  • squelette ocré,

  • 1 coupe miniature non décorée, conservée à 25 % (diam. de l’ouverture : 86 mm), devant le thorax.

23Enfant : 7 ans ± 24 mois, en décubitus latéral gauche. Tête à l’Est, regard au Sud. Fémurs à 90° du tronc. Jambes repliées à 15°. Membre supérieur droit allongé, main sur la fesse droite. Membre supérieur gauche replié, main sur le ventre. Un terrier traverse la sépulture d’Ouest en Est et désorganise le pied droit, le bassin, la main droite, le thorax et le rachis cervical.

24Datation : Rubané par la céramique et par sa situation contre la maison 130, dont la construction paraît avoir respecté l’emplacement de la tombe, en lui réservant un espace de 2 m, entre la paroi et la fosse de construction.

25No 144 (1989 ; fig. 14) : enfant replié sur côté droit, Sud-Est/Nord-Ouest, près de la paroi sud de la maison rubanée 140, devant le « couloir » constitué par les deux tierces rapprochées ; petite fosse (85 x 40 x 19 cm) :

  • squelette ocré

  • 1 bol miniature (H : 80 mm), non décoré, conservé à 95 %, brisé et déposé en place derrière l’épaule gauche

  • 1 collier de 53 grandes perles, à perforation centrale, en coquillage.

26Enfant : 6 ans ± 24 mois. Décubitus latéral droit. Tête à l’Est, regard au Nord. Fémurs à 90° du tronc. Jambes repliées ; jambes gauche à 60°, droite à 20°. Membres supérieurs légèrement ployés. L’avant-bras gauche vient croiser sur le droit devant le coxal droit. Un terrier traverse la sépulture du Sud-Est au Nord-Ouest, perturbe le rachis cervical, le thorax, et toute la partie ouest de la sépulture.

27Datation : Rubané par la céramique et par sa situation contre la maison 140.

28No 165 (1989 ; fig. 15) : enfant replié sur côté gauche, Sud-Est/Nord-Ouest, bras gauche replié sous le corps, bras droit replié devant le corps, contigu à la paroi sud de la maison rubanée 140, petite fosse (110 x 50 x 26 cm) :

  • fosse ocrée,

  • 1 bol (H : 107 mm) à 4 boutons, décoré par incision, conservé à 95 %, près du crâne,

  • 5 dentales trouvés dans la région du cou, déplacés par les terriers.

29Enfant : 5 ans ± 16 mois. Décubitus latéral gauche. Tête à l’Est, regard au Sud. Fémur gauche à 90° du rachis. Jambe à 90°. Fémur droit à 100° du rachis. Jambe à 110°. Bras le long du corps. Avant-bras ouverts à 80°. Des terriers ont perturbé les rachis cervical et lombaire, le haut du thorax, l’avant-bras gauche et les pieds.

30Datation : Rubané par la céramique et par sa situation contre la maison 140. La relation entre la maison et la sépulture n’est pas démontrable, la fosse de celle-ci est contiguë au trou de poteau de paroi. Cependant, la construction de la maison paraît avoir réservé un espace à la tombe, entre la paroi et la fosse de construction.

31No 181 (1989 ; fig. 15) : enfant replié sur côté gauche, Sud-Est/Nord-Ouest, bras gauche allongé le long du corps (avant-bras droit déplacé), près de la paroi sud de la maison 190 attribuée au Rubané ; grande fosse (110x70x 13 cm) :

  • ocre,

  • 1 bol (H : 117 mm) non décoré, conservé à 80 %, devant le crâne.

32Enfant : 3 ans ± 12 mois. Décubitus latéral gauche. Tête à l’Est, regard au Sud. Fémurs à 90° du rachis. Jambes pliées à 40°. Bras le long du corps. Avant-bras gauche dans le prolongement du bras. Avant-bras droit déplacé. Crâne endommagé par les labours. Les terriers ont désorganisé le thorax, les rachis cervical et thoracique, l’avant-bras droit et les pieds.

33Datation : Rubané par la céramique.

34No 192 (1989 ; fig. 16) : enfant replié sur côté gauche, Sud-Est/Nord-Ouest, sous un trou de poteau de la paroi sud de la maison 190 attribuée au Rubané ; le creusement du trou de poteau a coupé le pied gauche de l’enfant ; grande fosse (140 x 85 x 14 cm) :

  • une tache ovale peu ocrée de 46 cm Est-Ouest a été observée exactement au-dessus de la surface occupée par le squelette,

  • 1 bol (H : 100 mm) non décoré, conservé à 50 %, près des jambes,

  • 1 coupe miniature (H : 83 mm) non décorée, conservée à 75 %, devant le crâne,

  • 1 collier au cou : 69 petites perles rondes (diam : 8-10 mm) en coquillage, 2 perles cylindriques en spondyle (37 x 12 et 19 x 11 mm),

  • 1 lissoir en os (63 x 20 x 3 mm) sur les pieds.

35Enfant : 3 ans ± 12 mois. Décubitus latéral gauche. Tête à l’Est, regard au Sud. Fémurs à 80° du rachis. Jambes à 40°. Bras le long du corps. Avant-bras à 50°. Le pied gauche à été détruit par un trou de poteau. Un terrier a dispersé les fragments du vase de la tête aux genoux. Les labours ont endommagé des os du membre inférieur droit, le lissoir en os trouvé sur les chevilles ne peut être en place.

36Datation : Rubané par la céramique ; cette sépulture est antérieure à la construction ou à l’époque de la maison. La relation est ici évidente, ce qui n’implique pas nécessairement une grande différence chronologique entre sépulture et maison.

37No 194 (1989 ; fig. 17) : enfant replié sur côté gauche, orientation du squelette Est-Ouest, contre la paroi sud de la maison rubanée 200, crâne détruit au décapage ; limites de fosse invisibles dans le sable fin ; longueur et largeur supérieures à 90 et 45 cm, profondeur : ± 5 cm :

  • absence d’ocre (disparu dans le sable fin ?),

  • 1 bol (H : 110 mm) non décoré, conservé à 40 %, à l’Ouest des pieds,

  • 1 vase à oreilles, en céramique fine non décorée, mal conservé (une vingtaine de tessons), au Sud-Ouest des pieds.

38Enfant : 4 ans ± 16 mois. Décubitus latéral gauche. Fémurs à 60° du rachis. Jambes repliées à 35°. Pieds l’un sur l’autre. Humérus droit (position reconstituée) dans l’axe du rachis. Avant-bras repliés à 30°. Main devant le haut du thorax. L’humérus gauche revient en arrière, croise le rachis. Avant-bras à 100°. La main droite s’ouvre en face palmaire sous le tibia droit. Le décapage trop bas a presque entièrement détruit le crâne, le bras droit et le fémur droit.

39Datation : Rubané par la céramique et par sa situation contre la maison 200.

40No 195 (1989 ; fig. 17) : enfant, tête sur côté gauche, orientation du squelette Sud-Est/Nord-Ouest, contre la paroi sud de la maison rubanée 200 ; limites de fosse invisibles sur le sable fin ; longueur et largeur supérieures à 70 et 40 cm, profondeur ± 5 cm :

  • absence d’ocre (disparu dans le sable fin ?) ; ocre présent sur un fragment de bol,

  • 1 bol (H : 94 mm) décoré (au peigne pivoté à trois dents), conservé à 50 %, devant le crâne.

41Enfant : 3 ans 1/2 ± 12 mois. Décubitus dorsal. Tête à l’Est, regard au Sud. Les fémurs placés de part et d’autre du rachis, s’orientent dans le même sens, le gauche s’en écarte de 20°. Les tibias, presque entièrement détruits, les prolongeaient naturellement ( ?). L’humérus gauche est dans l’axe du corps, l’avant-bras à 95° ; la main devait venir sur le pubis. L’humérus droit est déplacé, l’avant-bras est détruit. Un terrier a déplacé le bras droit et détruit l’intégralité du rachis.

42Datation : Rubané par la céramique et par sa situation contre la maison 200.

43No 208 (1989 ; fig. 18) : adulte, membres inférieurs fléchis, Est-Ouest, les bras repliés vers le haut de chaque côté du corps ; grande fosse (160 x 90 x 50 cm) :

  • fosse très ocrée,

  • 1 bol (H : 105 mm) décoré (en incision et au peigne pivoté à 4 dents), conservé à 100 %, à l’Est du crâne,

  • 1 vase en céramique fine, dont seul le fond est conservé (diam. de la panse supérieur à 144 mm), à l’Est du crâne.

44Adulte. Féminin. Stature ± 1,50 m. Décubitus dorsal. Tête à l’Est, regard au Nord. Les fémurs légèrement tournés sur la gauche restent dans l’axe du rachis. La jambe droite est en flexion forcée, le talon vient se placer sous la tête du fémur droit. La jambe gauche est fléchie à 30° par rapport au fémur. Le pied gauche croise sous la cheville droite. Les pieds restent en position naturelle, à plat sur le fond de la fosse. Les humérus restent collés au corps, l’avant-bras droit en hyperflexion revient le long de l’humérus et la main fléchie se place devant la bouche. L’avant-bras gauche fait un angle de 20° avec l’humérus et la main vient se placer à plat sur le haut du thorax.

45Un terrier d’Est en Ouest perturbe le pied gauche, la main droite, le deuxième vase, en passant sous le menton ; il est aussi responsable de l’ouverture de la bouche. La mandibule est en effet probablement tombée dans l’espace vide ainsi créé.

46Datation : Rubané par la céramique.

47No 213 (1989 ; fig. 18) : enfant replié sur côté droit, Est-Ouest, partiellement détruit par le décapage, bras repliés devant le corps, petite fosse (80 x 40 x 5 cm) :

  • un peu d’ocre,

  • quelques tessons appartenant à au moins 2 vases en céramique fine, détruits au décapage, derrière le crâne ; l’un d’eux a pu avoir un diamètre de 12 cm,

  • 1 tesson intrusif de céramique grossière peut appartenir à l’Age du Fer.

48Enfant : 11 ans ± 30 mois. Décubitus latéral droit. Tête à l’Est, regard au Nord. Fémur gauche à 90° du tronc, jambe pliée à 30°, fémur droit à 70° du tronc, jambe pliée à 15°. Les deux humérus devant la cage thoracique s’alignent sur le rachis, les deux avant-bras repliés à 15° reviennent devant le bas du visage. Un décapage trop profond à presque totalement détruit le crâne, le bassin, les mains, les genoux et les pieds.

49Datation : Rubané par la situation dans le groupe de sépultures du Sud-Est.

50No 214 (1989 ; fig. 19) : adulte, membres inférieurs fléchis, Est-Ouest, crâne sur joue droite, les bras allongés le long du corps, main droite sur le bassin, grande fosse (135 x 75 x 55 cm) :

  • fosse très ocrée,

  • 1 bouteille (H : 117 mm) à trois oreilles, non décorée, conservée à 100 %, à droite du crâne,

  • 10 coquillages (cyprée ?), à perforation double ou triple, sous le corps et peut-être originellement sur le haut du thorax.

51Adulte. Féminin. Stature ± 1,60 m. Décubitus dorsal. Tête à l’Est, regard à l’Ouest, membres inférieurs basculés sur la gauche. Les membres supérieurs sont placés le long du corps, la main gauche est posée à plat sur le sol, la droite est posée dans l’aile iliaque droite. Les membres inférieurs sont en flexion forcée ; les deux fémurs sont basculés sur la gauche ; les pieds reviennent sur la droite ; le talon droit est placé sous la tête du fémur droit ; le pied gauche parallèle au premier se place sous la jambe droite. Dans cette position, les genoux se trouvaient 15 cm plus haut que le bassin. Un terrier a dispersé et en partie détruit le rachis cervical.

52Datation : Rubané par la céramique.

53No 223 (1990) : immature replié sur le côté gauche, Sud-Est/Nord-Ouest ; près de la paroi sud de la maison 190 attribuée au Rubané ; grande fosse (105 x 70 x 80 cm) :

  • squelette ocré, ocre très présent dans le remplissage de la fosse non remanié par les terriers,

  • aucun mobilier retrouvé.

54Immature, masculin : 18/20 ans. Sépulture presque entièrement détruite par un chablis et les terriers, seuls les pieds (gauche sur droit) parfaitement en connexion permettent une reconstitution partielle et probable de la position de l’inhumé : décubitus latéral gauche, orienté Est/Ouest.

55Datation : Rubané par la présence d’ocre sur le squelette.

56No 229 (1989) : restes d’une sépulture d’enfant Est-Ouest, petite fosse (80 x 65 x 7 cm) :

  • squelette ocré,

  • 1 vase incomplet (diam. de la panse supérieur à 153 mm), décoré en incision et au peigne séparé à 4 dents, devant le corps.

57Enfant : 3 ans ± 12 mois. Sépulture entièrement remaniée par les terriers ; seuls quelques fragments de crâne restés en place permettent d’indiquer une tête à l’Est et un regard au Sud.

58Datation : Rubané par la céramique.

59No 233 (1989 ; fig. 19) : jeune adulte replié sur le côté gauche, Est-Ouest, bras repliés vers le haut, mains jointes, partiellement détruit par le décapage ; fosse moyenne (110 x 70 x 90 cm) :

  • fosse et squelette très ocrés,

  • 1 bouteille (H : 195 mm) non décorée, à 4 oreilles, conservée à 60 % ; traces d’ocre sur la face interne ; localisation éventuelle près du crâne,

  • 1 pointe de flèche triangulaire asymétrique (23 x 14 mm) sur lame en silex secondaire noir, sur le bassin,

  • 1 lame à retouches d’utilisation (50 x 20 mm), en silex secondaire noir, sur le bassin.

60Jeune adulte. Féminin 18-20 ans. Remarque : le sujet présente une atrophie du membre supérieur gauche et de l’os coxal gauche ; ce dernier a sa grande échancrure sciatique fermée comme pour un sujet masculin (Genoves, 1959). Nous n’avons donc tenu compte que du coxal droit présumé non pathologique pour la détermination sexuelle.

61Décubitus latéral gauche. Tête à l’Est, regard au Sud. Fémurs à 60° du rachis, inclinés sur le côté gauche ; la jambe gauche est repliée, le talon vient sous la tête du fémur. La jambe droite est repliée à 30° ; le pied droit est parallèle au pied gauche ; il se place en avant de celui-ci. Les genoux étaient plus élevés que le bassin (comme pour la sépulture 214). Les humérus de part et d’autre du thorax s’orientent comme le rachis. Les avant-bras viennent sur la gauche du thorax ; la main droite repose sur la main gauche. La pelleteuse a détruit presqu’entièrement le crâne, le poignet gauche et les membres inférieurs. Un terrier traverse la sépulture sans endommager le squelette, par contre, il a pu déplacer les éléments lithiques trouvés sur le bassin.

62Datation : Rubané par la céramique.

63No 234 (1989) : enfant : 9 ans ± 24 mois. Un crâne ocré et un fragment de la première vertèbre cervicale sont les seuls restes osseux de cet enfant retrouvé associé aux déblais de la sépulture 235. La proximité entre crâne et atlas laissent à penser qu’une sépulture à bien existé. Aucun matériel n’a été retrouvé.

64Datation : Néolithique par la présence d’ocre sur le crâne.

65No 235 (1989) : adulte, tête probablement à l’Est, localisé sur la pente même du rebord de terrasse, profondeur 55 cm :

  • ocre

  • 1 coupe (H : 142 mm) non décorée, conservée à 30 %.

66Adulte. Sexe indéterminé. Stature : 1,50 ± 5 cm. Sépulture très perturbée par les terriers avant d’être en partie détruite par la pelleteuse. La position d’un avant-bras en connexion est le seul reste à pouvoir nous indiquer l’orientation originelle de l’inhumé : Est-Ouest.

67Datation : Rubané par la céramique.

68No 242 (1990 ; fig. 16) : enfant replié sur le côté gauche, Nord-Est/Sud-Ouest, près du coin sud-ouest de la maison 190 attribuée au Rubané ; petite fosse (110 x 80 x 20 cm) :

  • squelette ocré,

  • 1 bol (hauteur reconstituée : 123 mm), décoré par incision et au peigne pivoté à trois dents, conservé à 40 %, près des pieds,

  • 1 bol (hauteur reconstituée égale ou supérieure à 80 mm) non décoré, avec deux mamelons sous le bord, conservé à 25 %, près des pieds.

69Enfant : 5 ans ± 16 mois. Décubitus latéral gauche. Regard au Sud. Fémur gauche replié à 60° du rachis et fémur droit à 75°. Jambes repliées à 30° des fémurs. Le pied gauche est posé sur le pied droit. Bras et avant-bras sont repliés sur le thorax. Les deux mains sont sous le menton. Un terrier traverse la sépulture d’Ouest en Est et endommage la céramique.

70Datation : Rubané à cause de la céramique.

71No 248 (1989 ; fig. 21) : adulte, membres inférieurs fléchis, orientation du squelette Sud-Est/Nord-Ouest, crâne déplacé ( ?) sur joue gauche dans le segment 189 (carrés A2-3) du fossé rubané à 90 cm sous le décapage ; le corps n’est pas (ou plus) dans l’axe du fossé ; le substrat de sable fin et les remaniements des terriers n’ont pas permis d’observer les limites de la fosse, qui semble avoir été creusée sur la pente sud du fossé comblé sur au moins un tiers de la profondeur (fig. 21) ; le recreusement de cette sépulture pourrait expliquer le renflement en surface du bord du fossé ; ce squelette n’était pas dans la couche dite « marbrée » qui recouvrait les deux enfants en position complexe, dont l’inhumation est à environ 50 cm au Nord de la fosse reconstituable de l’adulte et 20 cm plus bas. Aucune relation stratigraphique ne peut être restituée entre l’adulte et les deux enfants, ni non plus entre l’adulte et l’enfant 254 :

  • ocre sur les os et sur les perles,

  • 20 petites perles rondes en calcaire.

72Adulte. Masculin. Stature : 1,67 m ± 3 cm.

73Décubitus dorsal tête à l’Est, regard au Sud. Les fémurs dans l’axe du rachis sont très légèrement versés sur la droite ; la jambe gauche est repliée à 40° ; le pied en flexion vient se poser à plat sur le rebord de la fosse. La jambe droite repliée à 30° croise la jambe gauche et le pied droit. Ce dernier légèrement fléchi, vient se placer derrière le gauche en face latérale. Cet individu symétrique en position du sujet no 208 regarde exceptionnellement au Sud comme les nos 208 et 214 regardent exceptionnellement au Nord. Un terrier de blaireau qui se développe à travers tout le segment du fossé 189 a emporté toute la partie supérieure du squelette post-crânien. Une partie du matériel osseux (un humérus, la mandibule, des vertèbres, des fragments de côtes et de scapula...) et les perles calcaires ont été retrouvées au pied d’une des galeries de remontée du terrier. La relation anatomique cohérente avec le reste du corps porte à penser que le crâne n’a pas bougé, ce que les archéologues peuvent contester.

74Datation : Rubané en raison de la localisation de la tombe à cette profondeur dans le fossé, tombe qui est antérieure aux derniers 60 cm de remplissage. Il est possible que l’ocre ait disparu dans le sable fin du substrat.

75No 249 (1977 ; Coudard, Demoule, 1982) : enfant replié sur côté gauche, Est-Ouest, dans la partie supérieure de la couche de fond en gravier du segment 13-2 (carrés JK) du fossé rubané, à 120 cm sous le décapage ; la fosse ocrée n’est pas dans l’axe du fossé ; la tombe est dans sa propre couche de gravier, qui remonte du niveau de la tombe jusqu’à 30 cm de la surface de décapage, à l’extrémité orientale du segment ; très petite fosse (60 x 35 x 16 cm) :

  • fosse très ocrée,

  • aucun mobilier.

76Enfant : 18 mois ± 6 mois. Décubitus latéral gauche. Tête à l’Est, regard au Sud. Le fémur droit est perpendiculaire au rachis ; plié à 30° du fémur. Le pied de la jambe droite en connexion est naturellement à angle droit. Le fémur gauche est à 120° du rachis et est prolongé dans le même axe par le tibia. Le pied est absent. Un terrier a désorganisé le thorax, emporté les membres supérieurs et déplacé le membre inférieur gauche qui n’apparaît pas dans sa face naturelle ; la fibula est déconnectée du tibia.

77Datation : Rubané en raison de la fosse ocrée et de la localisation à cette profondeur, dans la partie supérieure de la couche de fond du fossé.

78No 250 (1931 ; Villes, Martin, 1990) : jeune adulte « en pleine grève », replié sur côté droit, tête à l’Est ou à l’Ouest, proche de la sépulture no 251, dans la sablière située immédiatement à l’Ouest des fouilles de 1977 ; profondeur de la fosse : 60 ou 80 cm, longueur : 160 cm :

  • ocre sur les perles,

  • 1 bouteille (H : 176 mm) non décorée, à trois oreilles, « à droite de la tête »,

  • 1 collier : 9 petites perles rondes (diam. inférieur à 10 mm) en calcaire ou en coquillage, 57 grandes perles rondes à perforation centrale (diam. supérieur à 12 mm) en coquillage « autour du corps »,

791 burin sur lame (54 x 18 mm, en silex beige),

801 lame brute entière (74 x 27 mm en silex noir),

811 lame utilisée (47 x 19 mm en silex noir),

821 fragment mésial de lame (28 x 16 mm en silex noir),

831 éclat cortical (40 x 75 mm en silex noir),

846 poinçons en os,

852 lissoirs en os,

861 petit polissoir en grès (disparu),

87molaires de cheval, astragale de bovidé (détritus ?).

88Datation : Néolithique par le mobilier.

89No 251 (1931 ; Villes, Martin, 1990) : adulte « en pleine grève », proche de la sépulture n° 250 :

90– « tombe ocrée »,

91– 1 bol décoré par incision et au peigne séparé à 3 dents (hauteur reconstituée : 103 mm),

92– 1 collier ( ?) : « dans la région du cou » :

9374 petites perles rondes (diam. 7-12 mm),

941 perle cylindrique (en spondyle ?) (L : 48 mm),

951 perle en os en forme de bouton (L : 63 mm sans perforation),

96– ocre sur les perles.

97Datation : Rubané par la céramique.

98No 254. (1990 ; fig. 21) : enfant replié sur côté gauche, Sud-Est/Nord-Ouest. La tombe a été creusée sur le fond et dans l’axe du segment 189 (carrés AB 1/2) du fossé rubané, à 155 cm de profondeur sous le décapage ; petite fosse (longueur 100 cm ou 150 cm, largeur 70 cm, profondeur 24 cm ; 155 cm sous le décapage), dont le remplissage était « marbré ». Le crâne est 10 cm au dessous des jambes de l’enfant no 189.2.2 ; le reste du corps se trouve au Nord-Ouest de cette sépulture double :

  • fosse très ocrée

  • 1 collier de 215 grandes perles (diam. 15-16 mm) à perforation centrale, en coquillage

  • 1 partie distale de lame (34 x 14 mm) à retouche continue d’un bord, en silex secondaire beige, au-dessus du bassin

  • 1 métacarpien distal de bovidé devant le crâne (détritus ?)

  • 1 fragment de diaphyse de tibia de bovidé, devant le pied gauche (détritus ?).

99Enfant : 11 ans ± 30 mois. Décubitus latéral gauche, tête à l’Est, regard au Sud. Fémur gauche à 40° du rachis ; jambe repliée à 40°, pied normalement perpendiculaire. Fémur droit à 60° du rachis, jambe repliée à 30° ; le genou est posé sur le tibia gauche, le pied droit vient naturellement s’appuyer contre la paroi de la fosse. L’humérus droit est plaqué contre le corps ; l’avant-bras en flexion forcée revient avec la main fermée, sous le menton. Le bras et l’avant-bras gauche s’allongent devant le thorax ; la main se place devant le pubis. La bascule avant du crâne peut s’expliquer par la décomposition d’un coussinet périssable placé sous le temporal gauche, mais plus vraisemblablement par l’effondrement partiel d’une galerie de terrier passant sous le crâne.

100Datation : Rubané en raison de la fosse ocrée.

101No 272 (1989 ; fig. 20) : adulte replié sur côté gauche, Est-Ouest ; cette tombe a été ouverte dans les mois qui ont suivi l’inhumation, la jambe droite a été tirée vers le haut, le crâne repoussé vers l’arrière, et des os (fibula, patella et pied droit, les bras et les omoplates) ont disparu ; grande fosse (195 x 125 x 65 cm) aux contours irréguliers :

  • ocre sur le fond de fosse, (là où se trouvaient originellement le crâne et le thorax) et sur les os en place,

  • 1 bol (hauteur reconstituée : 113 mm) non décoré, conservé à 30 %, à 30 cm au-dessus du crâne.

102Adulte. Féminin. Stature ± 1,55 m. Décubitus latéral gauche, tête à l’Est, regard à l’Est. Cette sépulture présente de nombreuses anomalies qu’il convient d’expliciter.

103La fosse est anormalement plus longue d’au moins 0.50 m, les contours sont irréguliers. Après une brève analyse, on se rend compte que la jambe et le pied gauches sont les seuls éléments du squelette qui soient restés en place au fond de la fosse. Le reste du squelette, bien qu’en connexion stricte, se présente dans une situation anormale, dont la seule dynamique de décomposition du cadavre en espace vide ou colmaté ne peut rendre compte. Le crâne repose à 22 cm du fond de la fosse et l’extrémité distale du tibia droit à 35 cm ; un sédiment brun non ocré remplit ces « vides ».

104Anomalies de position du squelette : l’ensemble des vertèbres cervicales en connexion stricte sont en hyperlordose ; le crâne, basculé en arrière, reste en connexion avec le rachis. Le rachis thoracique et les côtes sont en connexion stricte jusqu’à la septième vertèbre ; la huitième a été retrouvée dans le volume du thorax. Les rachis thoracique et lombaire restent solidaires. La cinquième vertèbre lombaire en connexion avec le sacrum pivote de près de 90°, accompagnant le bassin dans ce mouvement arrière.

105Os absents du squelette : la rotule, la fibula et le pied droit. Les deux omoplates, les bras, les avant-bras, les mains sont absents, sans que les clavicules aient été déplacées. Quelques esquilles de côtes ont été trouvées dans le remplissage brun à la même altitude que le genou droit, il ne subsiste aucune trace des os manquants. Il paraît indéniable que la fosse a été recreusée, afin de soustraire à la défunte les os mentionnés plus haut.

106La fosse a été creusée des deux côtés à la fois : à l’arrière (au Nord), l’enfoncement du rachis thoracique serait la conséquence de ce travail et ce creusement ménagerait un espace vide autorisant la rotation arrière du bassin et à l’Est, pour étirer la jambe droite. Cette opération n’a pu avoir lieu que dans une phase peu avancée de la décomposition du cadavre pour permettre cette soustraction, sans que les autres connexions aient été défaites (observation Henri Duday). Donc seuls les Néolithiques ont pu effectuer ce prélèvement, dans un laps de temps assez court, vraisemblablement dans les quelques mois qui ont suivi l’enterrement. Au cours de cette opération, ils auraient soulevé la tête et le thorax pour prélever les membres supérieurs et leur scapula, puis basculer le crâne en arrière en le reposant. D’autre part il semble qu’ils aient poussé la jambe droite (ce qui expliquerait la rotation arrière du bassin), puis qu’ils l’aient soulevée et enfin étirée au moment de l’arrachage du pied, de la fibula et de la rotule.

107Si la finalité d’une telle intervention nous échappe, elle n’en reste pas moins indéniable ; la seule comparaison possible parmi les sépultures bien datées du Rubané n’a pu se faire qu’avec la sépulture no 13 de Sondershausen, où un individu adulte a vraisemblablement été partiellement exhumé ; à la fouille, le bassin, la jambe droite et les pieds avaient disparu (Kahlke, 1954).

108Datation : Rubané en raison de la fosse ocrée.

LE MOBILIER DES INHUMÉS EN POSITION REPLIÉE

109La céramique comprend vingt-deux vases en céramique fine, dont au moins six vases décorés. Quatre vases n’ont pas été dessinés ici : les deux ( ?) vases de céramique fine, non décorée ( ?) de la sépulture no 213 et les deux vases des sépultures de 1931 (nos 250 et 251), reproduits souvent et dernièrement par Villes (1990). Par ordre croissant de diamètre d’ouverture, on distingue :

  • les bouteilles (fig. 9 : 3 ; 10 : 1 ; sépulture 250) ;

  • les bols, qu’il faudrait subdiviser dans un corpus plus riche en piriforme (fig. 11 : 3 ; 7 : 1), bords obliques vers l’intérieur (fig. 5 : 2 ; 6 : 1 et 2 ; 7 : 3 ; 8 : l ; 11 : et sépulture no 251) et bords verticaux (fig. 5 : 3 ; 11 : 2) ;

  • les coupes (fig. 5 : 1 ; 10 : 2).

110Chacune de ces trois grandes classes fonctionnelles a au moins un exemplaire de vase miniature (fig. 9 : 1 ; 5 : 2 ; 5 : 1).

111Les techniques de décor sont les suivantes :

  • peigne pivoté à trois dents (fig. 7 : 3 ; 8 : 1 ; 11 : 1) ;

  • peigne séparé à trois dents (sépulture no 251) ;

  • peigne séparé à quatre dents (fig. 9 : 4) ;

  • incision (fig. 5 : 3 ; 8 : 1 ; 11 : 1).

112Un vase a un décor uniquement au peigne (fig. 7 : 3) ; quatre vases associent peigne et incision (fig. 8 : 1 ; 9 : 4 ; 11 :1 ; sépulture no 251) ; enfin un vase a un décor à l’incision (fig. 5 : 3).

113L’organisation du décor se compose de motifs en chevron ou incision angulaire (sép. 208, fig. 8 : 1 ; et 242, fig. 11 : 1), de motifs en T (sép. 195, fig. 7 : 3 et sans doute 229, fig. 9 : 4), enfin de motifs à triangles sous le bord (sép. 165, fig. 5 : 3 et 251). Un décor à triangles sous le bord qui devient presque un décor principal, comme sur le vase de la sépulture no 165, n’a pas d’équivalent dans la vallée de l’Aisne. Une surreprésentation du décor en triangles est manifeste si on compare ce décor à celui des habitats. Parmi les cent-trente-neuf vases décorés des cinq maisons rubanées les plus riches de Cuiry-lès-Chaudardes (Ilett, 1989), Mike Ilett décompte quatre-vingt-quatorze vases (67 %) à décor en T, quarante-trois vases (31 %) à décor en chevron, et seulement deux vases à décor à triangles sous le bord. Parmi les quatorze vases décorés des douze sépultures rubanées de la vallée de l’Aisne (c’est-à-dire de la totalité des sépultures à vase à décor rubané du Bassin parisien), on trouve huit vases à décor en T, trois vases à triangles et trois vases à chevrons, ce qui suggère le rôle du décor en triangles dans le mobilier funéraire.

114Il est bien sûr inutile de faire la sériation chronologique des six vases décorés de Menneville. On peut souligner cependant l’absence de certaines techniques (peigne à deux dents séparé ou pivoté) et l’importance d’autres (peigne à trois ou quatre dents, incision). La périodisation interne du Rubané de l’Aisne élaboré par Claude Constantin et Mike Ilett (Ilett, 1989) est confirmée par les fouilles récentes, de sorte qu’on peut suggérer que les six vases décorés de la nécropole de Menneville appartiennent à un Rubané évolué sans peigne à deux dents. Il est probable que cette datation soit également celle des maisons du site, où le peigne à deux dents n’est pas majoritaire (Coudart, Demoule, 1982).

115En un mot, ces décors sont bien Rubanés. D’autres indices abondant dans le même sens, comme par exemple l’oreille des coupes, qui est placée plus haut dans les groupes de Blicquy et de Villeneuve-Saint-Germain que sur les coupes de Menneville. Et la bouteille à col court de la sépulture no 250 que Villes (1990) voudrait attribuer au groupe de Villeneuve-Saint-Germain n’est connue dans aucun contexte contrôlable de ce groupe. Dans l’Aisne, elle est bien datée du Rubané. Le groupe de Villeneuve-Saint-Germain a des bouteilles à col haut (Constantin, 1985), comme celle de la sépulture no 233 (fig. 10 : 1), que nous maintiendrons dans le Rubané, à cause du squelette ocré.

116Trois sépultures avaient des objets en silex secondaire noir (no 233, fig. 9 : 1-2) ou marron (no 254, fig. 11 : 4), comme sans doute la sépulture no 250. Les lames sont brutes (no 250) ou à retouches (nos 233, 250, 254), jamais pointues comme c’est l’usage en sépulture. Un burin sur lame (no 250) et une pointe de flèche triangulaire asymétrique à base brute (no 233, fig. 9 : 2) ne déparent pas en contexte rubané. Le « petit polissoir » de la sépulture no 250 ne doit pas être confondu avec un fragment de meule ou de molette : il n’est pas attesté ailleurs dans le Bassin parisien.

117L’ensemble de l’outillage en os (deux outils pointus, un outil non identifié, un racloir et trois grattoirs) de la sépulture no 250 n’a toujours pas d’équivalent dans les sépultures datées du Rubané, dans le Bassin parisien. Les sépultures no 1 de Léry avec « une dizaine de poinçons » (Verron, 1976) et de Villeneuve-la-Guyard (Mordant et alii, 1979), avec cinq poinçons et une baguette en os sont seulement attribuables au groupe de Villeneuve-Saint-Germain sur la seule présence d’un fragment de bracelet en schiste utilisé comme pendentif. L’outil en os de la sépulture no 192 (fig. 6 : 2) est d’après Isabelle Sidéra, usé asymétriquement sur une seule extrémité. Il présente des traces d’utilisation bien développées sur la partie active. On observe des traces de lustre à tendance envahissante et des stries perpendiculaires au tranchant. C’est un outil à tranchant latéral, débité par fracturation, réalisé sur une côte de grand ruminant. Il n’y a pas d’autre exemple connu ni en sépulture ni en habitat. Les objets de cette nature sont généralement façonnés sur canine de suidé et vraisemblablement utilisés pour le raclage des matières végétales. L’outil n’est pas entier et présente une cassure ancienne. Il s’agit éventuellement d’un grattoir à peau réutilisé (Sidéra, 1989).

118Les cinq types de perle sont les suivantes :

  • la petite perle ronde, dont le diamètre est inférieur à 10 mm (nos 192, 248, 250, 251) ;

  • la grande perle ronde, à perforation centrale et dont le diamètre est supérieur à 15 mm (nos 144, 250, 254) ;

  • la perle cylindrique (nos 22 ( ?), 192, 251) ;

  • le « cyprée » à double perforation (no 214) ;

  • le dentale (no 165).

119Les trois premiers et le dernier des types en coquillage, plus rarement en calcaire, sont attestés dans les sépultures rubanées et celles du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. On ne connaît le quatrième type que dans une sépulture rubanée (no 145) de Cuiry-les-Chaudardes (Coudart, Demoule, 1982).

120Nous avons utilisé plus haut l’argument des fosses ocrées en faveur de la datation rubanée du fossé. Précisons que nous avons trouvé à Menneville six cas d’ocre répandu sur le squelette, comme dans la sépulture no 48 de Maizy (Le Bolloch et alii, 1986), ainsi que sept cas de fosse plus ou moins ocrée. Trois sépultures n’étaient pas ocrées : nos 194, 195 (ocre seulement dans le vase) et no 248 (ocre seulement sur les perles). Comme les limites de fosse n’ont pu être observées dans ces trois cas et qu’elles étaient sur sable fin, on doit supposer que l’ocre a été lessivée. L’absence d’ocre se constate dans les fosses aux limites invisibles, comme à Berry-au-Bac « La Croix Maigret » (no 345, FPVA, 1981) et à Cuiry-lès-Chaudardes (no 606, inédit). Dans la sépulture d’enfant 192, l’ocre est au-dessus du squelette ; dans cet exemple comme dans d’autres, on ne peut conclure à cause des innombrables remaniements de terrier. En conséquence, la sépulture no 55 de Menneville sur sable fin, détruite en partie au décapage trop profond de 1978 (FPVA, 1978) et qui n’est pas ocrée, pourrait figurer parmi les sépultures attribuables au Rubané, d’autant plus qu’Yves Guichard a observé sur les os, de la terre « marbrée », comme celle qui entoure les enfants du fossé (à l’exception de l’enfant no 249).

121Les morceaux de viande (côtes de bœuf, mouton entier, gigots) déposés dans les sépultures contemporaines de la vallée du Rhin (von den Driesch, 1992) ne se retrouvent pas à Menneville. Les « deux molaires de cheval et l’astragale de bovidé » de la sépulture no 250 ramassée en 1931 sont suspectes. Un fragment de côte animale était associée dans un terrier à un tesson de l’Âge du Fer, au-dessus de l’inhumé no 272. Mais il faut reconnaître que deux inhumés du fossé (nos 22 et 254), en position repliée, étaient associés à des fragments osseux qui ne sont pas des quartiers de viande et qui sont une caractéristique supplémentaire de ces sépultures. Nous verrons plus loin que le cornillon de bovidé, comme celui du no 22, a été trouvé dans des sépultures rares et particulières.

LES RITES FUNÉRAIRES

122On observe une variabilité des profondeurs (et donc celle des longueur et largeur) due au choix néolithique et au niveau variable des décapages. Si la sépulture no 181 avait été décapée à 5 cm sous le niveau, les longueur et largeur (110 x 70 cm) auraient diminué notablement (ca 90 x ca 60 cm). Cette sépulture d’enfant a précisément des dimensions anormalement élevées. Il en est de même de celles de l’enfant voisin no 192 (140 x 85 cm). De les citer toutes les deux suffira à les sortir du reste du corpus pour une éventuelle recherche de loi. Pour la sépulture no 254, le fond du segment 189 a été recreusé sur 1 m de longueur. La coupe longitudinale suggère que ce recreusement a pu atteindre 1,50 m en longueur, comme si on avait réservé à l’Est une sorte de marche de 50 cm de longueur, moins profonde que la fosse de sépulture.

123La forme des fosses de sépulture (fig. 4) est ovale, sauf dans le cas de la fosse rectangulaire de l’adulte no 22 et de l’adulte no 208. L’enfant no 249, également en fossé, a une fosse « angulaire », comparée à celle des autres enfants du site. Les dimensions relatives des fosses se situent entre celles des fosses étroites, rares au Néolithique, et celles des fosses larges du groupe de Cerny. Les contours et les dimensions de la sépulture no 272 sont particuliers, puisque celle-ci a été réouverte quelques mois après l’inhumation (voir l’analyse d’Yves Guichard).

124Le dépôt du corps est caractérisé par la position repliée sur le côté, position qui doit être définie par celle des jambes et non par celle, variable, du reste du corps. Ainsi les repliés sur côté gauche nos 208 et 214 ont le crâne sur la joue droite. Le replié sur côté droit no 248, dont on peut soupçonner le déplacement du crâne par un blaireau, a pu avoir son crâne déposé sur la joue gauche. Les bras présentent des positions diverses. Notons deux cas de bras repliés vers le haut sur les inhumés nos 22 et 208, à nouveau réunis dans le particularisme. Deux bras sont allongés dans un cas (no 214) et un seul bras dans trois cas (nos 131, 181 (?), 254). Malgré les orientations variables des fosses, la tête des inhumés est toujours à l’Est.

125Le dépôt du mobilier n’a de règles perceptibles que dans la céramique (fig. 4), le plus souvent placée à proximité du crâne, dans trois cas aux pieds (nos 192, 194, 242), dans un cas devant le corps (no 131). Les espaces vides derrière le corps sont rares (nos 192, 208, 249). On observe pas d’espace vraiment vide près du crâne des trois inhumés repliés du fossé, dont la particularité est précisément de ne pas avoir de céramique.

126Les enfants du fossé en position non codifiée font croire à tort à l’absence de rites funéraires. On a observé au contact de chacun d’eux une assez grande concentration de charbons de bois, qui n’est pas sans rappeler les cas rares, mais indiscutables, de foyer funèbre ayant brûlé au-dessus de certaines inhumations de cimetière, comme à Elsloo (Modderman, 1970, pl. 123, 130, 154, 163). Aucune bûche brûlée n’a été cependant observée à Menneville, qui n’a livré aucun indice de foyer en place.

LES RITES COMMÉMORATIFS

127La localisation des sépultures invite à envisager une volonté délibérée de donner des traitements différents du mort ; il y en a quatre :

  • les sépultures simples en position repliée, avec ocre et mobilier funéraire, près et hors de l’enceinte (et du village),

  • les sépultures simples en position repliée, à l’intérieur de l’enceinte et proches des maisons, avec ocre et mobilier funéraire,

  • les sépultures simples en position repliée dans le fossé, avec ocre et mobilier funéraire (sans céramique),

  • les sépultures multiples du fossé, sans position codifiée, ni mobilier, ni ocre, mais avec parfois des vestiges, que j’appelle cérémoniels (faune domestique, céramique, charbons de bois, couche « marbrée »), et avec des bucranes, dont le rôle commémoratif est une hypothèse acceptable.

128Nous verrons plus loin que ces traitements se retrouvent ailleurs, mais sur des sites différents.

129L’orientation est une question délicate à étudier à cause de la forme ovale des fosses. Il est en effet plus facile de déterminer l’axe longitudinal d’une forme quadrangulaire, rare à Menneville. En outre la boussole posée par terre pour les photographies verticales enregistre des variations qui peuvent atteindre 15°, de sorte que l’étude peut seulement s’appuyer sur des fosses orientées par rapport au carroyage. Cette méthode a donc été employée à Menneville. Précisons que le rite commémoratif de l’orientation de la fosse désigne l’acte qui suit le choix de la localisation et qui précède la cérémonie funèbre. L’orientation du squelette (fig. 4) est, dans une certaine mesure, arbitraire à l’intérieur du volume de la fosse, dont l’orientation est soumise aux règles du plan de nécropole. Nous ne pouvons donc pas reconstituer l’orientation précise des sépultures nos 194, 195 et 248, dont les limites de fosse ont disparu dans le sable fin. L’orientation des autres sépultures est variable entre le Sud-Est/Nord-Ouest (no 144) et le Nord-Est/Sud-Ouest (no 214), c’est-à-dire avec plus de 80° de différence.

130Une marque a certainement signalé aux vivants l’emplacement des morts. En effet, les stratigraphies sont rares sur les nécropoles contemporaines de Worms (Farruggia, 1992) et elles sont absentes à Trebur (Göldner, 1992). L’exhumation partielle de l’inhumé no 272 était peut-être facilitée par un repérage de la tombe. La sépulture no 254, recreusée au fond du segment de fossé 189, est à moins de 20 cm sous les deux enfants en position non codifiée. Leurs membres semblent avoir évité une surface un peu inférieure à celle de la fosse no 254 (fig. 21 et 26), comme s’il fallait en respecter l’existence. Les deux bucranes (et peut-être aussi une côte de bœuf) du segment 188 et sans doute aussi celui du segment 189 doivent être interprétés dans le même sens. Ils dominaient et signalaient peut-être les inhumations multiples correspondantes (fig. 22). En fouille, nous n’avons pas recherché de trace de poteau entre les bucrânes et les enfants sous-jacents. Aucun autre objet conservé du fossé ne peut être interprété actuellement comme marquant la tombe. Aucune découverte de ce genre n’a été faite en relation avec les deux enfants du segment no 273 (fig. 28). Le recoupement de la sépulture no 192 (fig. 2 et 4) par un trou de poteau, lors de la construction de la maison 190, laisse perplexe. Observons cependant que ce recoupement est limité, comme si la marque de la tombe était inférieure à la surface de la fosse, comme dans le cas de la sépulture no 254. La marque de la sépulture 192 aurait donc fait repousser le trou de poteau de la paroi vers l’Ouest et entraîné à l’Est, du côté du crâne, un espacement inhabituel de 1,5 m, jusqu’au trou de poteau suivant. Mais la marque de la tombe n’a pas empêché la paroi de la maison de recouvrir totalement la sépulture. Les espacements des trous de poteau de la paroi sud de la maison 140 sont réguliers, même à proximité de la sépulture no 165 (argument en faveur de la diachronie des deux structures ?) et un espace entre maison et fosse de construction paraît avoir été réservé à la tombe (argument en faveur d’une faible diachronie des structures ?).

Fig. 4 — Les rites funèbres de la nécropole rubanée de Menneville « Derrière le Village ». Trame noire : position des vases. Trame rayée : trou de poteau. Échelles diverses.

131La manipulation de cadavre est attestée de manière évidente à Menneville, dans l’exhumation partielle de la sépulture no 272 (fig. 20) (voir plus loin Yves Guichard). Un seul autre cas aussi évident était connu jusqu’alors, celui de la sépulture no 13 de la Céramique Linéaire de Sondershausen (Kahlke, 1954), en Allemagne orientale. Sur ce seul cas, on pouvait fonder l’hypothèse réductrice de profanation de sépulture. Deux cas nous permettent désormais de proposer celle plus ambitieuse de la manipulation de cadavre. Cette hypothèse permettrait de relire différemment les assez nombreuses découvertes d’os humains dispersés sur les habitats, ainsi que celle des sépultures sans squelette, dites parfois « symboliques ». La carte de répartition des os humains isolés de Menneville sera établie pour l’étude du site. La majorité de ceux du fossé provient de la couche supérieure, ils ne sont donc pas nécessairement néolithiques.

132Les enfants en position non codifiée du fossé ont enregistré un événement que nous ne pouvons pas encore reconstituer, mais dont les indices sont en partie associés aux seuls enfants du segment 273 (fig. 28). Avec des restes animaux particuliers (voir plus loin Lamys Hachem), il y avait les tessons de trois céramiques fragmentées : une bouteille non décorée (fig. 12 : A) a son équivalent en taille et en épaisseur de paroi (1 cm) dans la bouteille décorée de la sépulture de la fosse 130 de Berry-au-Bac « La Croix Maigret » (FPVA, 1978, fig. 35 : 2) ; une coupe non décorée (fig. 12 : B) ne surprend pas non plus dans un mobilier funéraire. Quel que soit leur statut, les sépultures du fossé n’ont pas livré de céramique décorée.

LES DIFFÉRENCIATIONS

133Le mobilier distingue certains enfants des adultes : vases miniatures des enfants 144 (fig. 5 : 2) et 192 (fig. 6 : 3) et vases correspondants plus grands des adultes 208 et 235. Les enfants peuvent avoir de grands vases : nos 165 (fig. 5 : 3) et 194 (fig. 7 : 1). À Menneville c’est moins le mobilier que le traitement qui différencie les enfants, dont le nombre ne se retrouve pas sur les autres nécropoles : vingt-trois enfants et adolescents (donc près de 70 %) et dix adultes. Cette proportion peut s’expliquer par l’échantillon aléatoire d’une fouille inachevée. Cependant, le petit groupe de sépultures du Sud-Est (deux enfants – ou éventuellement trois enfants, si on compte le crâne isolé no 234 – pour cinq adultes) comprend un taux de 28 % d’enfants, c’est-à-dire une valeur moyenne entre les extrêmes observées ailleurs, entre 41 % à Essenbach (Brinkkloke, 1990) et 15 % à Trebur (Jacobshagen, 1992). Les nécropoles hongroises de la culture de La Tisza (cf. Guide de l’exposition « Les agriculteurs de la Grande Plaine Hongroise », Musée Archéologique de Dijon), quelques siècles après Menneville, ont des chiffres comparables (12 % à Szegvar-Tüzköves et 34 % à Kisköre-Gat, Korek, 1974). Ainsi, on pourrait dire que la nécropole de Menneville se réduit au groupe de sépultures du Sud-Est et que les vingt-six autres sont des sépultures dites « d’habitat » (Veit, 1988). Ce sont surtout les sépultures proches des maisons qui semblent recevoir de rares adultes (Veit, 1988, fig. 11), comme à Menneville (la seule sépulture no 223).

134Ce traitement particulier des enfants se traduit par une règle nouvellement observée à Menneville : certaines tombes (nos 83 (?), 131, 144, 181, 192, 194, 195), proches des maisons sont en face de l’espace qui se trouve à l’Est de la deuxième tierce de poteau, à partir de l’Ouest (fig. 2). Leurs autres caractéristiques sont leur emplacement entre le mur sud et la fosse de construction, et l’existence de mobilier funéraire, comme dans le cimetière du Sud-Est. Les autres cas de ce genre dans la vallée de l’Aisne sont les suivants : Cuiry-lès-Chaudardes, sépulture no 145 entre la maison 85 et la fosse 86 (Soudsky et alii, 1982) et sépulture no 461, au Sud de la maison 460 (l’arrêt à l’Ouest de la paroi nord prouve que cette maison commence bien à l’Ouest par deux tierces rapprochées et que le plan est complet) (FPVA, 1983) ; Berry-au-Bac « Chemin de la Pêcherie », sépulture no 196 en partie sous le mur de la maison 195 (FPVA, 1982), avec un « vide » ( ?) sans poteau à l’Est, vide qui rappelle celui de la sépulture no 192 de Menneville.

Fig. 5. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 6. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 7. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

135Parmi les autres sépultures à position repliée du site, les enfants sont en nombre soit à proximité des maisons (nos 165 et 242) soit dans le fossé (nos 249 et 254). Mais ce sont les onze enfants en position non codifiée du fossé qui illustrent de la manière la plus évidente le traitement funéraire particulier qui leur a été réservé. Les adultes sont présents dans le cimetière du Sud-Est, près d’une maison (no 223) et dans le fossé (nos 22 et 248).

136La différenciation entre les sexes est difficile à étudier sur un corpus dominé par les enfants, dont le sexe ne peut pas être déterminé, et dans nos régions, où les outils lourds en pierre taillée ou polie réputés masculins sont apparemment exclus des sépultures. Il semble se confirmer à Stuttgart-Mühlhausen (Seitz, 1989) que les outils en silex sont réservés aux hommes. Nous aurions ainsi trois sépultures masculines (nos 233, 250, 254). Mais l’anthropologie est parfois d’un avis différent (cf le catalogue no 233).

137Enfin, on n’insistera jamais assez sur la différenciation des mobiliers funéraires eux-mêmes. On a choisi de déposer dans chaque sépulture des ensembles d’objets différents. La composition du mobilier est propre à chaque sépulture, comme si on avait recherché une certaine complémentarité fonctionnelle entre les sépultures.

LA CHRONOLOGIE DE LA NÉCROPOLE

138Selon un premier examen de la céramique décorée du site, seule une phase évoluée du Rubané récent du Bassin parisien est attestée. C’est dire que maisons, tombes et enceintes s’insèrent dans un intervalle de quelques décennies.

139Le cimetière du Sud-Est a, malgré ses petites dimensions, une originalité qui pourrait être chronologique. Dans ces sept sépultures, le décor des vases est en incisions et au peigne à quatre dents (nos 208, fig. 8 : 1 et 229, fig. 9 : 4), et la seule parure (no 214) est sans équivalent. Au Nord, cette technique de décor n’est pas attestée dans les sépultures, dans lesquelles on trouve seulement un décor en incisions et au peigne à trois dents, comme sur les rares tessons du fossé. La parure des sépultures du Nord (perle cylindrique, petite et grande perles rondes) n’existe pas dans les sépultures du Sud-Est. Cette parure est présente dans les sépultures de 1931 avec un vase à décor en incisions et au peigne à trois dents (nos 250 et 251), qui se rapprochent ainsi de celles du Nord.

140Les quelques décennies de durée de la partie fouillée du site se traduisent par des diachronies d’ampleur nécessairement faible entre :

  • les sépultures 22 et 254 creusées sur le fond du fossé, les enfants du fond des segments 188 et 273, d’une part, et les enfants du fond du segment 189 et la sépulture 249 d’autre part ;

  • la sépulture 165 (originalité du décor sous le bord, qui est presque un décor principal en triangles à remplissage) et la maison 140 ;

  • la sépulture 192 et la maison 190 ;

  • les sépultures 242, 223 et la maison 190.

Fig. 8. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 9. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 10. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 11. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 12. — Menneville « Derrière le Village ».
Céramique associée aux deux enfants du segment de fossé 273. Les lettres A, B, C renvoient au plan de la figure 28.

Fig. 13. — Menneville « Derrière le Village ». Céramique du fossé rubané.

Fig. 14. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 15. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 16. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 17. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 18. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 19. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 20. – La sépulture rubanée no 272 de Menneville « Derrière le Village ». Échelle 1/10e.

Fig. 21. — Les inhumés du segment no 189 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».
Trame gris foncé : os animaux.

Fig. 22. — Le segment no 188 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».
Les six divisions de la figure en plan donnent l’échelle en mètre.

141En dehors du « cimetière du Sud-Est », on voit que sépultures et enceinte présentent de nombreuses analogies. Si de nouvelles découvertes, en particulier celles de structures du groupe de Villeneuve-Saint-Germain, venaient ébranler notre hypothèse de la datation rubanée de l’enceinte, il faudrait alors analyser ces analogies d’un point de vue fonctionnel. Le petit nombre de sépultures connues n’interdit pas de supposer l’existence de sépultures postérieures au Rubané, qui restent à découvrir.

LES CINQ TRAITEMENTS DU MORT DANS LE NÉOLITHIQUE DANUBIEN

142Cinq traitements différents (voir figure 29) peuvent être considérés comme diverses pistes de recherche et non pas encore comme les reflets des divers statuts. La littérature ne permet pas encore de donner de définition quantitative de ces cinq classes ni de leurs caractéristiques. L’obstacle essentiel est l’impossibilité d’assurer les datations dans de nombreux cas où manque le mobilier funéraire. La cinquième rubrique (assassinat et accident) est celle des faits divers rarement documentés en Préhistoire. Nous ne connaissons qu’un seul fait divers évident, celui de Talheim, où un groupe d’enfants et d’adultes a été exécuté à coup de hache « en forme de bottier » puis jeté sans aucun mobilier dans une fosse, avec quelques tessons de la Céramique Linéaire (Wahl, König, 1987). L’écroulement de la grotte de Gonvillars au niveau XI pourrait être évoqué ici. Ce qui distingue les faits divers des quatre autres traitements est l’absence ou la réduction des rites funéraires limités à l’ensevelissement.

143Le cas des cimetières est le mieux connu. Ce sont les cimetières (de plus de dix sépultures) qui livrent la quasi-totalité du corpus de sépultures datées de la Céramique Linéaire (plus de 2 000 tombes), au point qu’ils ont souvent été considérés comme les seuls lieux d’inhumation (Hoffmann, 1978). J’ai moi-même attendu la fouille de Menneville, pour accepter les conclusions de Veit (1988) sur l’existence de sépultures d’habitat. On ne peut expliquer les deux localisations observées, d’une part contre le village, comme à Elsloo ou à Menneville, à quelques dizaines de mètres des premières maisons supposées contemporaines, et d’autre part « dans la forêt », comme à Niedermerz 3, à quelque 5 à 600 m des premières maisons de Niedermerz 4 ou de Langweiler 8. Le mobilier cérémoniel est difficile à retrouver dans le remplissage des inhumations. On peut démontrer à Niedermerz que les silex détritiques, les tessons isolés et le torchis ne sont pas répartis de manière aléatoire sur la nécropole (Farruggia, 1992). La difficulté de les isoler du véritable mobilier funéraire tient à de multiples raisons (taphonomie, décapage, fouille, choix culturels). Les époques à mobiliers funéraires riches (comme Hinkelstein) apporteront des réponses plus pertinentes. Les rites funèbres se traduisent par le mode de dépôt du corps (ou des cendres), celui des effets mortuaires, enfin par le mystérieux foyer funèbre, dont la trace est observée irrégulièrement et qui ne doit pas être confondu avec l’incinération. Les rites commémoratifs dominent le plan supposé systématique du cimetière, la localisation et l’orientation de la fosse d’inhumation ou d’incinération. Les quelques cas de stratigraphie suggèrent que les tombes étaient marquées en surface. Les rares cas d’exhumation, voire de sépultures sans squelette, seront traités dans la rubrique des cadavres manipulés. On ne connaît aucune véritable loi d’association du village et du cimetière, à l’exception de la relation de voisinage déjà citée. Le débat reste ouvert sur l’existence d’un cimetière par village, débat handicapé par l’état de la recherche.

Fig. 23. — Le segment no 188 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ». Trame grisée : os animaux.

Fig. 24. — Le segment no 188 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ». Trame grisée : os animaux.

Fig. 25. — Planche ostéologique des enfants 188-2-1 et 188-3 du segment no 188 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 26. — Le segment no 189 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ». Échelle l/20e.

Fig. 27. — Le segment no 189 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ». Trame grisée : os animaux.

144Les autres exemples de cimetières rubanés dans le Bassin parisien sont les suivants : Maizy (dont on ne connaît pas le village) (Le Bolloch et alii, 1986), Orconte (Tappret et alii, 1988) et Marainville-sur-Madon (Blouet, 1989), auxquels on ajoutera le cimetière du groupe de Villeneuve-Saint-Germain à Villeneuve-la-Guyard (Prestreau, 1989).

145À cause des seuls exemples de la vallée de l’Aisne, la sépulture de maison me paraît différente des autres sépultures dites d’habitat, c’est-à-dire des sépultures dites ici de village et d’enceinte. Les caractéristiques des sépultures de maison sont les suivantes :

  • les enfants sont seuls concernés ;

  • leur nombre est réduit excepté à Menneville, et au sens strict qu’elles prennent sur ce site, je n’en connais pas d’autre exemple dans le reste de la zone Danubienne ;

  • elles sont localisées entre la paroi (sous la paroi dans le seul cas de la sépulture no 192) et la fosse de construction, et en face de l’espace situé, à l’intérieur de la maison, à l’Est de la deuxième tierce, si on compte les tierces à partir de l’Ouest ;

  • on observe les mêmes mobiliers et rites que sur les cimetières.

146Avec l’exemple des sépultures nos 145 et 271 de Cuiry-lès-Chaudardes, Soudsky (FPVA, 1974, p. 85) avait émis l’idée de sépultures d’enfants non initiés, exclus des cimetières et non contemporains de la maison voisine. Les exemples de Menneville (nos 83 ( ?), 131, 144, 181, 192 ( ?), 194, 195) permettent de créer la catégorie de sépultures de maison, mais laissent en suspens la question de la diachronie entre sépultures et maisons : ce sont des sépultures d’enfants en relation spatiale régulière (ou légale) avec l’espace intérieur (le plus reculé) de la maison. J’en exclus en revanche les sépultures d’enfants ou d’adultes qui ne respectent pas cette règle. Celles-ci ont peu d’effets mortuaires, elles se trouvent dans les fosses de construction ou dans le « voisinage » de la maison, sur l’aire construite : ce sont des sépultures de village.

Fig. 28. — Le segment no 273 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village », les lettres a, b, c. renvoient à la figure 12.

147Les autres exemples de sépultures de maisons rubanées sont les suivantes : Cuiry-lès-Chaudardes nos 145 et 461 ; Berry-au-Bac « Chemin de la Pêcherie » no 196.

148Les sépultures d’enfants de Vedrovice ne répondent pas à la définition de sépultures de maison, mais à celle de sépultures de village. Au moins quatre d’entre-elles (nos 1, 2, 4, 5) sont creusées dans des fosses d’habitat voire même de construction (Ondrus, 1972). Le phénomène est de toute manière rare. On rappellera que deux maisons sur trente-deux sont concernées à Cuiry-lès-Chaudardes. En outre, le phénomène de sépultures de maison a pu prendre ailleurs des formes différentes, par exemple dans ( ?) une tranchée de fondation d’une maison de la Céramique Linéaire, à Poppenweiler (Stork, 1982), ou dans un trou de poteau de maison à Herpaly (sépulture no 28, culture de la Tisza, Kalicz, Raczky, 1984), ou bien encore dans certaines fosses de construction qui ne seront pas analysées ici. Des rapports préliminaires nous annoncent des sépultures d’enfants « sous des maisons » en Hongrie et en Slovaquie. Ce phénomène est documenté de toute façon au Proche-Orient.

149Les sépultures de village ou d’enceinte se distinguent de celles du cimetière et de la maison. Elles font moins d’effet et sont beaucoup moins signalées durablement par des marques. Moins de mobilier entraîne une exclusion du corpus de toute une série d’inhumations sans mobilier donc indatables : ce sont les inhumations (qu’en est-il des incinérations ?) qui ont leur fosse propre. Seuls les inhumés déposés dans ou sous le remplissage d’autres structures archéologiques peuvent être datés. À Menneville, nous aurons dans cette rubrique les sépultures nos 165, 223, 192 ( ?) et 242. Les exemples sont plus nombreux en fosse qu’en fossé (Veit, 1988) ; des sépultures d’inhumés repliés sur le côté se trouvaient dans les fossés de la Céramique Linéaire de Schwaigem (Planck, 1983), Eilsleben (Kaufmann, 1990) et Koln-Lindenthal (Bernhardt, 1986). S’il se confirmait que les enceintes sont chronologiquement et fonctionnellement différentes des villages (Boelicke, 1988), on pourrait être amené à séparer les sépultures d’enceinte des autres sépultures de village. Dans l’état actuel des connaissances, les unes et les autres ont des points communs.

150Les sépultures de village ou d’enceinte ne paraissent pas présenter de marques extérieures durables, dans tous les cas. La maison 190 a vraiment recouvert la sépulture no 192, comme si celle-ci devait être considérée comme une sépulture de village antérieure et non pas comme une sépulture de maison. Les deux enfants en position non codifiée du segment 189 ont à peine respecté l’enfant replié no 254, qui les a précédés. Comment envisager une marque extérieure durable sur la sépulture no 271 de Cuiry-lès-Chaudardes (Soudsky et alii, 1982), creusée sur le fond d’une fosse de construction, juste avant le comblement par les détritus ?

151La catégorie « cadavres manipulés » peut être mal comprise de deux manières. Il ne s’agit pas d’une catégorie « fourre-tout », dans l’attente de meilleures données. Il ne s’agit pas non plus de reconstitutions macabres. La totale diversité des lieux de dépôt (pourquoi pas le sol de village lui-même ?) dans les différentes cavités creusées par les Néolithiques et l’absence de règle de dépôt du corps ont trop longtemps nourri les hypothèses de mauvais traitements des morts. La découverte des onze squelettes d’enfants dans les trois segments de fossé de Menneville accrédite l’hypothèse d’un traitement délibéré des morts et d’un rituel, dont les vestiges ne leur sont pas systématiquement joints.

152Menneville apporte une donnée nouvelle sur le rite commémoratif de ce type de sépulture, celui du bucrâne comme marquant la tombe. Le Proche-Orient, de Mureybet à Catal Höyük (Cauvin, 1987), nous a familiarisés avec le rôle de vie et de mort du Taureau, symbolisé par son bucrane ou ses cornes. Les relais documentaires entre le Proche-Orient du VIe millénaire et le Bassin parisien sont innombrables dans la statuaire et le décor céramique. Il faut citer les sites hongrois (cf. le Guide de l’exposition « Les agriculteurs de la Grande Plaine Hongroise » Musée Archéologique de Dijon) de Gorzsa et d’Herpaly, dont les rapports préliminaires font entrevoir la richesse : bucranes sous le sol de certaines pièces de maison, cornes en argile sur les murs de certaines pièces, cornes en décoration sur les fours, les bassins et peut-être les pignons des maisons. À la même époque, c’est-à-dire quelques siècles après Menneville, le rôle du bovidé est attesté, de manière indubitable, à Cicarovce (Slovaquie) : parmi douze tombes « presque alignées », l’une d’elles a reçu les vestiges d’au moins quatre cérémonies successives. Les os humains d’adultes et d’adolescents (Jelinek, 1983) et les objets ont été remaniés (partiellement exhumés ?) trois fois. Seul le niveau supérieur contenait un homme en place avec un abondant mobilier. Chacun des quatre niveaux de dépôt a reçu entre autre un cornillon d’aurochs (niveau 1 inférieur), un bucrane d’aurochs (niveau 2), une statuette de taureau (niveau 3) et un cornillon d’aurochs (niveau 4 supérieur) (Vizdal, 1978 et 1980). Les onze autres sépultures n’ont pas reçu ces types de vestiges cérémoniels.

153De même à Menneville, l’association du bucrane et de l’inhumé du fossé n’était pas toujours nécessaire : un cornillon de bovidé était aux pieds de l’adulte replié no 22 ; deux bucranes dominaient les enfants du segment 188 ; un autre bucrane gisait sur le fond du segment 189, à l’Est des deux enfants en position non codifiée ; rien de semblable dans le segment no 273. Une sélection a donc eu lieu comme ce sera le cas encore mille ans plus tard, à un endroit précis du fossé Michelsberg de Bruchsal « Aue » : entre deux dépôts de vases entiers surmontés chacun d’un bucrane, six sépultures ont été creusées à partir de deux segments voisins de fossé. Une seule sépulture était surmontée d’un bucrane (Behrends, 1991). Cette sépulture correspond à celle d’Eilsleben (Kaufmann, 1990), contemporaine de Menneville : dans le fossé d’enceinte de la Céramique Linéaire tardive, un crâne de taureau, portant les traces de l’abattage, était posé juste au-dessus d’une jeune femme repliée sur le côté, à 1,5 m de profondeur, à côté de laquelle un « foyer » a donné la date 14C de 5903 ± 60 BP.

154Les enfants en position non codifiée ont été ensevelis rapidement dans le fossé de Menneville (voir plus loin Yves Guichard). Les os humains isolés de la couche du fond sont aussi rares que ceux de l’enceinte contemporaine d’Eilsleben, qui livre en revanche dans les fosses de nombreux restes humains. On trouvera de nombreux autres exemples de ce type dans l’étude de Veit (1988). Pour illustrer ces manipulations de cadavres, il suffira de citer deux fosses d’Ober-Hörgern (Kneipp, 1988), site de la Céramique Linéaire finale, également avec enceinte : les fosses contenaient des os humains débités avec traces de morsure de suidé, et l’une d’elles (no 25) a livré au milieu d’une concentration de charbons de bois environ soixante vases dont plus de 70 % décorés.

155Le lieu d’inhumation et le mode de dépôt paraissent indifférents, mais les vestiges cérémoniels, quand ils existent, renvoient à des événements particuliers que nous ne pouvons pas encore reconstituer. Dans un cas, on peut trouver l’événement qui a précédé la manipulation, c’est celui de l’inhumation qui sera ensuite exhumée partiellement. À Sondershausen (Kahlke, 1954), l’adulte féminin no 7 a été pressé contre le bord de la fosse, comme si le corps avait été tiré par les pieds, et l’adulte féminin no 13 a été partiellement exhumé par la jambe droite, comme l’adulte féminin no 272 de Menneville. Sur le site de Sondershausen, une bonne demi-douzaine de fosses ont les dimensions des sépultures, parfois du mobilier, mais pas de squelette. Les tombes dites « symboliques » connues sur l’ensemble de l’aire danubienne sont-elles des cas d’exhumation totale ? On peut se demander si l’exhumation n’a pas été pratiquée dans tous les types de sépulture.

156Les dépôts de corps et d’os isolés sont attestés en fosse, en puits, en fossé, en grotte. Des indices variables, mais surprenants, témoignent du caractère rituel des manipulations de cadavres, qui efface l’apparent contraste entre les positions codifiées et non codifiées des inhumés.

Fig. 29. — Les cinq traitements du mort dans le Néolithique Danubien ; (+ : présent ; (+) : rare ; – : absent).

CONCLUSION

157La nécropole de Menneville n’a pas livré d’incinération ; elle comprend vingt-deux inhumations en position repliée ou supposée telle dans deux cas, ainsi que onze squelettes d’enfants inhumés sans position déterminée, dans trois segments voisins de fossé. On distingue :

  • un cimetière de sept inhumations (dont cinq adultes), proches du village rubané, à l’extérieur de l’enceinte rubanée ;

  • six inhumations de maison (aucun adulte), devant l’espace situé entre les deuxième et troisième tierces à partir de l’Ouest ; une septième inhumation d’enfant (no 83) pourrait faire partie de ce groupe ;

  • trois inhumations de village (dont un adulte), auxquelles pourraient se joindre l’adulte no 55 ainsi que les deux sépultures 193 ;

  • quatre inhumations de fossé (dont deux adultes), en position repliée, sur fosse ocrée dans 3 cas (sans céramique, dans un cas avec un cornillon) ;

  • onze squelettes d’enfant au fond du fossé, sans position systématique, mais avec des vestiges cérémoniels évidents (le remplissage qui les enveloppe est particulier ; la faune est seulement domestique ; des charbons de bois leur sont associés ainsi que quelques formes céramiques pouvant figurer dans un mobilier funéraire) et une marque de tombe en bucrane au-dessus des enfants du segment 188 et peut-être 189.

158La datation hypothétique du fossé repose sur cinq tessons à décor rubané, sur les tessons néolithiques non décorés au contact des enfants du segment 273, sur la localisation de trois sépultures ocrées sur le fond ou dans la couche de fond (aucune fosse ocrée ni aucun squelette ocré n’est actuellement daté du groupe de Villeneuve-Saint-Germain), sur l’existence de fossés de type segmenté dans la Céramique Linéaire et l’absence sur le site de structure néolithique post-rubanée.

159Des ressemblances unissent les sépultures du fossé et donc le fossé aux inhumations des maisons et de l’aire du village (décor en incisions et au peigne à trois dents, même parure). Le cimetière du Sud-Est se particularise avec un décor en incision et au peigne à quatre dents, et un cas de parure propre. En comparaison, sinon en datation absolue, les décors de la nécropole correspondent à une Céramique Linéaire postérieure à l’apparition du pointillé double et du peigne à deux dents, après les phases 12 du Merzbach (Stehli, 1988) et 8-9 de Strien (1989). Ces techniques de décor se retrouvent dans les sépultures du groupe de Hinkelstein, entre la diminution du peigne à deux dents (Rheindürkheim, nos 15, 20, 24, 25) et l’augmentation des peignes pivotés ou séparés à six ou sept dents (sépultures nos 11 et 28) et de la spatule pivotée (sépultures nos 1, 21, 26). Ces sépultures de Rheindürckheim ont encore de rares repliés sur le côté (no 22), quelques formes (sépultures nos 22 et 23) et techniques (les rayures des vases des sépultures nos 21 et 23) de la Céramique Linéaire, peu ou pas de dépôts animaux (nos 10 et 27). A Rheindürkheim comme à Menneville, les sépultures avec mobilier sont en grand nombre.

160À la périphérie de la colonisation danubienne, il n’est pas surprenant de constater à Menneville un certain nombre d’archaïsmes : orientation variée des fosses de sépultures, position repliée des corps, petit nombre de vases par sépulture, rareté des objets en grès, absence de colorant en morceaux.

161Même si les tranches d’âge ne sont pas toutes représentées (fig. 29), le corpus de Menneville donne une première réponse possible à l’irritante question du déficit de sépultures d’enfants des cimetières néolithiques : les enfants ont fait l’objet d’attention et de traitements particuliers. Aucune observation ne parle en faveur de sacrifices quelconques ni de rites autres que ceux qui accompagnent la mort. Les vestiges cérémoniels qui sont parfois associés aux enfants en position non codifiée peuvent avoir été piégés dans le fossé, alors qu’ils ne pouvaient pas l’être, lors des cérémonies relatives aux autres types d’enterrement. La liaison de certaines sépultures d’enfant et des maisons fonde l’hypothèse du « sacrifice de fondation », hypothèse dont le risque et la pertinence sont faibles. Il est plus urgent de publier les sépultures de maison avant de lancer des explications dans des rapports préliminaires inutilisables. L’état de la documentation nous oblige à rechercher les lois avant les causes, les phénomènes avant les explications, même si l’idée de celles-ci doit souvent précéder la recherche de ceux-là.

162En soulignant les analogies entre le fossé et les sépultures des maisons et du village, nous n’avons pas répondu à la question de la fonction de l’enceinte de Menneville. Ses caractéristiques seront à rapprocher de l’histoire des Ve et IVe millénaires (Dubouloz et alii, 1991 ; Bertemes, 1991). La comparaison avec les enceintes de l’an 5000 ne livre pas de règle de dépôt funéraire. Ces données paraissent d’autant plus anarchiques que les enceintes ont été construites sur des plans dont on entrevoit les systèmes (van Berg, 1988). Plutôt que d’insister sur une fonction funéraire (entre combien d’autres ?) de l’enceinte, il paraît plus prometteur de globaliser la problématique, en posant aux fouilles futures du site la question des rapports chronologiques et fonctionnels entre l’enceinte, le village et les sépultures ; les systèmes d’implantation dans l’espace de l’enceinte, des maisons et des sépultures étaient-ils identiques ? Alors seulement, on pourra débusquer du sens sous les systèmes et les causes derrière les statuts.

LA FONCTION FUNÉRAIRE DU FOSSÉ DE MENNEVILLE (AISNE) : LES INHUMATIONS COMPLEXES (Yves Guichard)

RAPPEL DE MÉTHODE

163Chaque os de chaque sépulture a été relevé en X, en Y et en Z, numéroté, identifié, latéralisé, puis reporté, sur un tirage photo à l’échelle : 1/5. Tous les restes osseux de chaque sépulture une fois démontés ont été transcrits sur une feuille de synthèse ostéologique du modèle de Meiklejohn et Constandsee-Westermann.

164Comme il ne s’agissait pas de faire ici une publication exhaustive de l’ensemble funéraire de Menneville, mais de présenter simplement des résultats significatifs, nous n’avons pas publié à dessein l’intégralité de la documentation ; celle-ci reste disponible à tout chercheur. Pour le catalogue précédent, rédigé en collaboration avec J.-P. Farruggia, nous nous sommes contentés d’une description sommaire de la position des défunts qui s’intègre dans un répertoire de positions connues pour la période rubanée, exception faite pour le no 272 (fig. 20), qui pour cette période est l’un des rares cas documenté de violation de sépulture par ses contemporains. Après avoir fait le tri entre le taphonomique et l’anthropique, après avoir observé les positions et la préservation des connexions, surtout labiles, nous pouvons avancer que toutes les sépultures décrites sont des sépultures primaires à colmatage rapide (Duday, 1985).

165Pour les inhumés en position complexe du fossé, leur position inhabituelle a particulièrement sollicité notre attention ; en conséquence il a été nécessaire de développer la description et l’analyse. Sur les problèmes d’interprétation du geste funéraire à partir des données paléoanthropologiques, nous renvoyons le lecteur à Duday et Sellier (1990).

166Contrairement au catalogue précédent, les enfants du fossé n’ont pas reçu un numéro propre (excepté pour le segment 273). Chaque enfant est identifié par le numéro de segment de fossé (ex : 188), numéro de mètre carré (ex : 6) et enfin le numéro d’individu dans le mètre carré (ex : 2) soit par exemple : 188-6-2.

INVENTAIRE ET DESCRIPTION

167Onze enfants inhumés dans trois segments de fossé ont été fouillés au cours des années 1989 et 1990 (fig. 2). Par leur position, ils se distinguent des autres enfants inhumés de Menneville. Par leur nombre, ils se distinguent des autres enfants de la culture rubanée. Ils ne conservent aucune des caractéristiques du répertoire funéraire connu. Ils ne sont pas enterrés dans des fosses individuelles mais dans des segments de fossé. Ils sont inhumés dans des positions que faute de mieux nous avons dénommées complexes. Apparemment aucune position, aucune orientation cardinale ne prévalent. Ils s’orientent peu ou prou dans l’axe du segment de fossé où ils se trouvent. Peu de matériel les accompagne. Dans les segments no 188 et no 189, aucun matériel n’est présent, sinon quelques os animaux, qui à première vue, semblent être des rejets. Il n’en est rien, comme le démontre Lamys Hachem plus loin. Quelques très rares tessons de céramique non décorée ont été retrouvés dans le remplissage sous la sépulture triple du segment no 188. Par contre au segment no 273 le matériel y est plus abondant. L’ocre est absent des onze inhumations. Un sédiment particulier, que pour des raisons pratiques nous avons appelé « marbré », scelle les onze sépultures d’enfants du fossé. Un dépôt charbonneux souligne chaque inhumation.

168À la complexité des positions s’ajoute un certain nombre de perturbations plus ou moins profondes qui viennent brouiller la bonne lecture du geste funéraire. Ce qui parfois nous fait hésiter entre un phénomène fortuit qui relève de la taphonomie pure et un acte délibéré, proprement humain. Cependant la position des ossements et la nature stricte des connexions ont pu à maintes reprises être observées. Ce qui nous fonde à dire que sauf exception discutée, les enfants du fossé sont au même titre que les autres sépultures rencontrées à Menneville des inhumations primaires, simple, double ou triple à colmatage rapide. Ce ne sont pas des cadavres d’enfants abandonnés sans plus de soucis au fond d’un fossé. Les désordres et dislocations relevés n’ont en effet rien de comparable avec ce que l’on peut observer en espace ouvert ou confiné. D’autre part un séjour prolongé aurait nécessité une garde ou une couverture de protection, sinon les cadavres exposés à l’air libre auraient subi les attaques des animaux nécrophages et dans ce cas les désordres auraient été d’un tout autre ordre. Or il n’a été observé aucun vestige archéologique de superstructure ni aucune trace de morsure ou grignotage sur aucun des os humains, mais seulement des traces de découpe de boucherie sur les os animaux (cf. Lamys Hachem plus loin). Il faut considérer qu’au plus quelques jours séparent le dépôt des cadavres de leur ensevelissement.

Segment de fossé n° 188

169Sept inhumations complètes ou partielles ont été mises au jour dans ce segment (fig. 22).

170No 188-2-1 : restes d’un enfant de 6 ans ± 24 mois (âge estimé uniquement d’après la taille du fémur gauche) (Sundick, 1978) inhumé dans le sédiment « marbré » à 85 cm de la surface de décapage et à 10 cm du fond du segment du fossé (fig. 23).

171Cette inhumation (fig. 23) présente les aspects d’une sépulture secondaire, une partie du thorax en connexion avec ses vertèbres se loge sous le membre inférieur gauche, plié à 110°. D’autres tronçons du rachis ont été trouvés en connexion. Les autres os du squelette sont dissociés, l’humérus gauche, le tibia droit, le fémur droit, le coxal droit sont distribués sur un arc de cercle de 40 cm de diamètre. Ce qui fait penser au travail d’un animal fouisseur de taille moyenne. Le crâne et toutes les extrémités sont absents. Pour rendre compte de cet apparent désordre, plusieurs hypothèses se présentent :

  1. Nous avons affaire à une sépulture secondaire : l’enfant aurait été inhumé (ou exposé) en un autre lieu. Puis dans les semaines ou les mois suivants, le squelette encore partiellement en connexion aurait été inhumé (ou réinhumé) dans ce segment de fossé. Ce nouveau dépôt aurait été désorganisé plus tard par le passage d’un fouisseur.

  2. Cas où il s’agirait d’une sépulture primaire simplement perturbée par un animal fouisseur (sur l’ensemble du site, aucune sépulture n’a été épargnée par les animaux fouisseurs et, dans le sédiment « marbré », il n’a pas toujours été aisé de mettre en évidence la trace de creusement des terriers, sauf dans le segment 189). En tenant compte de la décomposition différentielle des attaches ligamentaires, la sépulture aurait été perturbée par un fouisseur peu de temps après l’inhumation. La cage thoracique n’aurait pas été touchée et au moment de la fouille elle était encore en place, alors que le membre inférieur gauche, maintenu par des ligaments plus résistants, aurait pu dans les même conditions être déplacé.

  3. Il s’agirait du dépôt des restes découpés d’un cadavre frais d’enfant. L’éventuelle possibilité de sacrifice ne serait pas à rejeter dans cette hypothèse (cf. Masset, 1989 ; Villa et alii, 1986 ; Poplin, 1985). La qualité lisse de l’os, où toute trace perturbatrice de l’empreinte des radicelles est absente, nous permet d’affirmer que l’absence de traces de découpe est un fait observé.

172No 188-2-2 (fig. 22) : restes d’un enfant de 6 ans ± 24 mois (âge approximatif obtenu par comparaison avec les autres enfants rubanés du site, dont l’âge a été défini par leur formule dentaire (Ubelaker, 1978), décubitus dorsal, orienté : 110°, inhumé dans le sédiment « marbré » à 40 cm du précédent (188-2-1), à 1 m de profondeur, au fond du fossé.

173Ce deuxième enfant se résume à quelques ossements des vertèbres thoraciques, probablement les 4e, 5e, 6e et les côtes droites en connexion. Ces seuls restes nous autorisent à penser qu’un enfant a été inhumé à cette place en décubitus dorsal, tête à l’Est. La presque totalité du squelette aura été en un temps ultérieur enlevée par un recreusement anthropique ou par le passage d’un fouisseur (?). Quelle que soit l’hypothèse avancée, nous constatons qu’il y a ici un geste d’inhumation à l’égard d’un individu, aussi fragmentaire soit-il.

174Remarque : L’enfant 188-2-2 ne peut être une partie déplacée de l’enfant 188-2-1 pour la simple raison que dans le décompte ostéologique de chaque individu sont présentes en commun au moins l’une des vertèbres thoraciques 3, 4, ou 5 et leurs côtes droites en connexion.

175No 188-3 (fig. 22 et 23) : restes d’un enfant de 6 ans ± 24 mois, décubitus dorsal, tête à l’Est, regard au Sud orienté à 100°. Inhumé dans le sédiment « marbré », au mètre 3, au fond du fossé, entre -1 m et -1,20 m de la surface de décapage.

176À nouveau, nous avons ici un individu très incomplet. Le corps a été déposé transversalement à la pente nord du fossé qui accuse ici une inclinaison de 25°. L’avant-bras droit est à -0,95 m, la tête à -1,19 m, la main gauche à -1,25 m. De l’individu il subsiste : le crâne et sa mandibule fracturée (la mandibule est tournée et basculée d’un quart), la scapula, le bras et l’avant-bras droits en connexion, l’avant-bras gauche et sa main en face palmaire ; les os du métacarpe, les phalanges et leurs épiphyses sont en connexion stricte. Bien que l’humérus soit absent, l’avant-bras se trouve dans une position anatomique correcte avec le reste du corps. Tout le reste a disparu. À la place du rachis, il a été trouvé une cheville osseuse de bœuf. Ces quelques faits montrent en toute logique qu’il ne peut s’agir de découpe opérée sur un cadavre frais, que l’enlèvement des différentes parties du squelette n’a pu se faire qu’une fois le squelette pris dans le sédiment et après un séjour plus ou moins prolongé dans le sol. Le sédiment montre des traces de remaniements dans tout ce qui aurait été la partie inférieure du corps. Cette absence notoire d’une grande partie du squelette pourrait être imputable au passage fortuit d’un animal fouisseur. Mais il a été remarqué que la branche droite de la mandibule a été fracturée et déplacée, le massif pétreux droit libéré de l’os temporal détruit (de même les basions occipitaux) est tombé à travers le volume crânien et a été retrouvé inversé sur le côté gauche de la boîte crânienne. Ces faits sont les indices d’une intervention violente opérée sur le crâne du défunt qu’il est difficile de justifier par le simple acte de fouissement d’un animal. Un recreusement de main d’homme semblerait mieux rendre compte des dommages subis par le crâne.

177D’autre part on peut remarquer que les individus 188-2-1 et 188-3 sont approximativement du même âge et ostéologiquement parfaitement complémentaires (fig. 25). Un transfert des restes osseux d’un individu, quel que soit l’état du squelette, sur une distance d’un mètre avec des connexions préservées sort du domaine du possible pour un animal. Seule une main humaine (même si l’intentionnalité du geste nous échappe) aurait pu effectuer cette tâche.

178Il reste à prouver que les deux enfants 188-2-1 et 188-3 sont un seul et même individu. La seule possibilité ostéologique qui s’offre à nous pour vérifier cette hypothèse réside dans la comparaison des fragments de la scapula droite pour l’enfant 188-3 et de la scapula gauche pour l’enfant 188-2-1. Or l’appariement par symétrie ne révèle pas de façon incontestable l’identité entre les deux enfants, mais ne les différencie pas non plus de manière définitive.

179Ainsi la thèse complexe accréditant l’opération d’exhumation partielle d’un enfant par les Néolithiques, puis d’un réenfouissement partiel de ce dernier un mètre plus loin, aussi bizarre que cela puisse nous paraître, ne peut être rejetée. Dans le cas précis seule une analyse de l’ADN mitochondriale pourrait peut-être résoudre ce difficile problème d’identification.

180Remarque : Au cours des fouilles de Menneville, tous les cas de figure de déplacements et disparitions imputables aux animaux fouisseurs semblent avoir trouvé leur illustration. Si dans la tombe 272, la signification profonde de la manipulation des Néolithiques nous échappe, nous y décelons des indices certains qui révèlent l’humanité du geste. Dans le fossé par contre, tous les déplacements restent dans une probabilité chaotique, où nous restons dans l’incapacité de trancher.

181No 188-4 (fig. 22 et 23) : enfant de 4 ans 1/2 ± 12 mois, décubitus latéral droit, orientation : 295°, tête à l’Ouest, regard au Sud. Inhumé au fond du fossé, au mètre 4 dans la couche marbrée, à 1,30 m/1,35 m de la surface de décapage.

182Le membre supérieur gauche est en extension devant le visage. L’avant-bras droit situé sous le rachis se présente par la face antérieure (la scapula et l’humérus n’ont pas été retrouvés). Si le crâne apparaît parfaitement par son profil gauche, le thorax et le rachis apparaissent en face postérieure. Ce qui explique l’effondrement des cinq premières vertèbres dorsales et du rachis cervical en « S » dans l’espace thoracique. Les fémurs sont respectivement à 90° de l’axe du rachis lombaire pour le gauche et 115° pour le droit. Le creusement d’un terrier a sectionné les fémurs vers le milieu de la diaphyse et emporté le reste des membres inférieurs. Dans le même mouvement, les ischions ont été déplacés et la partie inférieure de la cage thoracique gauche a été désorganisée.

183Les enfants de la sépulture triple (fig. 22 et 24) aux mètres 5 et 6 du segment de fossé 188 ont été numérotés dans l’ordre de démontage (inverse de l’ordre d’inhumation) : no 188-6-1, no 188-6-2, no 188-6-3.

184No 188-6-1 : un enfant de 4 ans 1/2 ± 12 mois, décubitus dorsal, orientation 295°, tête à l’Ouest, regard au ciel. Inhumé dans le sédiment « marbré » à 1,05 m/1,23 m de la surface de décapage et à 0.25 m du fond du fossé.

185L’enfant repose par différentes parties du corps sur les deux autres inhumés : son rachis thoracique est sur le genou gauche de l’enfant 188-6-2, son bassin repose sur le dos de 188-6-3, ses fémurs sont en contact avec le crâne de ce dernier. Il se présente en décubitus dorsal, les membres inférieurs allongés dans l’axe du corps, excepté la jambe gauche pliée vers l’extérieur à 90°, le pied gauche vient s’appuyer sur la paroi du fossé 10 cm plus haut que le reste du corps. L’humérus gauche est en extension arrière, l’avant-bras probablement placé le long du corps n’a pas été retrouvé. La position du membre supérieur droit, détruit, est inconnue. La tête tournée vers le ciel se trouve près de 10 cm plus bas que le reste du squelette. La face s’est effondrée sous le poids des sédiments.

186No 188-6-2 : enfant de 6 ans ± 2 ans, décubitus ventral, orientation 175°, tête au Sud, face contre terre. Inhumé dans le sédiment « marbré » entre -1,10 m et -1,23 m de la surface de décapage et à 20 cm du fond du fossé.

187Enfant, dont la position est la plus spectaculaire parce que sur le ventre (trois enfants sur douze pour l’ensemble du fossé fouillé). Il est placé perpendiculairement à l’axe du fossé (les onze autres sont dans l’axe du segment de fossé, si l’on excepte l’enfant 188-2-1, dont l’orientation d’origine pourrait être celle du thorax soit : 5° donc aussi en travers du segment de fossé). Les membres inférieurs font le grand écart, sauf la jambe gauche qui se replie à 110° et passe sur le rachis thoracique du no 188-6-3. Le membre supérieur droit, semi-replié sur la droite, se prolonge par la main posée à plat sur le sol. L’humérus gauche s’engage sous le thorax, l’avant-bras en travers de ce dernier apparaît par sa face antérieure, la main, qui devait arriver par sa face palmaire et passer sous l’humérus droit, est absente.

188Une perturbation due aux fouisseurs passe sous l’arrière du cou, devant et à travers la face, a détruit la main gauche, perturbé la droite, détruit la majeure partie du rachis lombaire et soulevé le coxal droit.

189No 188-6-3 : enfant de 5 ans ± 18 mois, procubitus latéro-ventral droit, orienté à 140°, tête au Sud-Est, face contre terre. Inhumé dans le sédiment marbré sur le rebord nord du fossé, entre 1,03 m et 1,20 m de la surface de décapage, la tête à moins de 10 cm du fond du fossé.

190Il est le premier des trois inhumés et occupe une position particulière contre la paroi du fossé. Il est en décubitus latéral droit, sa face se noie dans le sédiment. Le côté gauche de sa cage thoracique s’ouvre et s’étale sur la paroi du fossé, accusant la latéralité de son inhumation. Son membre supérieur gauche plié vient s’appuyer de la main sur la pente du fossé, 15 cm plus haut que le rachis. L’humérus droit se place le long du thorax. Du passage d’un fouisseur il ne reste que l’amorce de l’ulna et du radius (cette absence est à corréler avec celle du membre supérieur droit de l’individu 188-6-1 qui se trouvait vraisemblablement au-dessus). Le rachis mis à plat apparaît par sa face dorsale. Les membres inférieurs pliés sont plaqués contre la paroi, les genoux sont à 10 cm au-dessus du bassin, les pieds apparaissent par leur profil gauche 14 cm plus bas que les genoux.

191Remarques sur la triple inhumation :

  1. D’après le relevé en altitude des restes osseux, on se rend compte que la surface du sédiment où reposent les enfants est horizontale transversalement au fossé et forme une bosse dans l’axe longitudinal. Ce même phénomène est encore plus accentué au segment 189 du fossé. Cette forme en dos d’âne sous les inhumés ne correspond pas à un profil d’équilibre naturel de remplissage du fossé, mais résulte d’un remplissage anthropique. Il n’a pas été possible de distinguer de stratification dans le sédiment marbré. Or force nous est de constater qu’il y a bien deux couches : une qui ensevelit les enfants 188-2-2, 188-3 et 188-4, sur laquelle reposent les enfants 188-2-1, 188-6-1, 188-6-2, 188-6-3, et une deuxième qui recouvre l’ensemble des inhumés. L’absence visible de stratification dans le sédiment est le signe qu’il s’est écoulé un très bref laps de temps entre les deux dépôts. Ceci nous amène à penser que les inhumations sont contemporaines. Il n’est pas trop présomptueux de dire que tout le segment 188 du fossé a fonctionné comme une sépulture multiple.

  2. Un crâne de mouton vient coiffer le coude droit de l’enfant : 188-6-3. Ce contact entre les inhumés et les os animaux assure la contemporanéité du dépôt et semble confirmer que ces derniers participent pleinement à l’intentionnalité du geste.

Segment de fossé no 189 (fig. 26 et 27)

192Dans les premiers mètres de ce segment, quatre inhumés ont été mis au jour, dont une sépulture double d’enfants en position complexe (les inhumés no 248 et no 254 en position « classique » ont été traités dans le chapitre précédent (fig. 21).

193No 189-2-1 (fig. 26 et 27) : un enfant de 18 mois ± 6 mois en décubitus dorsal, orientation 140°, tête à l’Est, regard au Nord. Inhumé dans le sédiment marbré, entre 1 m. et 1,30 m de la surface de décapage et à 0,60 m du fond du fossé.

194Le corps repose sur une butte de terre d’environ 10° de pente. Il est en décubitus dorsal, membres supérieurs semi-fléchis, déployés de part et d’autre du corps, les mains reposent à plat, la droite à -1,15 m, la gauche à -1,03 m, le haut du rachis est à -1,10 m, le bas à -1,15 m. Le fémur droit part à 90° du rachis sur la droite et le tibia se replie à 90° du fémur, son extrémité est à -1,25 m. Le fémur gauche est dans l’axe du corps, la jambe est à peine fléchie. Le crâne est basculé en avant gauche et déconnecté, à 12 cm du rachis cervical resté en place. Cette position anormale peut s’expliquer par le soutirage du crâne par un espace vide créé par le passage d’une galerie de terrier devant le crâne.

195No 189-2-2 : un enfant de 4 ans 1/2 ± 1 an, décubitus ventral, orientation 160°, tête au Sud-Est, regard au Sud, inhumé dans le sédiment « marbré » à côté du précédent entre 1,10 m et 1,30 m de la surface de décapage et 0,60 m du fond.

196Décubitus ventral appuyé sur gauche. Les fémurs sont à peu près dans l’axe du rachis, le gauche avance un peu et vient croiser le droit par en dessous. Les jambes s’ouvrent par rapport aux cuisses à 100° pour la droite et 80° pour la gauche. Les deux jambes sont parallèles, les pieds de même. Ils apparaissent de profil, le pied gauche devant le pied droit. L’humérus droit s’écarte à 90° et l’avant-bras replié à 60° revient en appui devant le visage. Le haut du corps est aux deux tiers en appui sur le côté gauche, la scapula gauche se trouve sous le rachis, l’humérus gauche s’écarte à 80°, l’avant-bras replié vers l’avant à 80° vient croiser en dessous à 90° l’humérus droit, la main droite absente serait apparue par sa face palmaire. Le pincement naturel du thorax dans cette position latérale du haut du corps donne cette position particulière des membres supérieurs. Le crâne resté en place s’incline sur la droite, calé sur la mandibule qui, elle, est déviée de 90° sur la droite.

197Remarques :

  1. Il est vraisemblable que le terrier qui a soutiré le crâne et détruit la main droite de no 189-2-1 est le même qui a déplacé ici la mandibule et détruit les mains gauche et droite de l’enfant. Dans un décapage intermédiaire à 0,50 m au-dessus des inhumés, un réseau de galeries de blaireaux a été remarqué. L’une d’elles, on s’en souvient, a traversé et emporté le torse du no 248. Une autre était nettement visible au-dessus de l’inhumation double des enfants.

  2. Il n’y a aucun contact entre les deux enfants, mais ils sont scellés du même sédiment « marbré » ; ils sont très proches l’un de l’autre et sont aux mêmes altitudes. Ce qui nous fonde à parler ici d’une sépulture double.

  3. Le crâne du no 254 se trouve à l’aplomb des genoux de l’enfant 189-2-2, 20 cm plus bas, séparé par une lentille de sable. Ceci pour indiquer qu’il n’y a pas contemporanéité entre l’inhumation double et la sépulture no 254.

  4. Parmi les os « flottants » dans le sédiment « marbré », une vertèbre de bœuf est posée sur l’épaule gauche de l’enfant 189-2-1.

198Si le segment 189 a fonctionné comme une sépulture double, il a été tellement perturbé par les terriers et par des recreusements de l’Age du Fer qu’il ne nous est plus possible de le mettre en évidence, nous pouvons seulement le supposer.

Segment de fossé no 273 (fig. 28)

199Sépulture double d’enfants. Le no 317, âgé de 6 ans ± 2 ans, est en décubitus ventral. Orientation 350°. Tête au Nord. Regard au sol. Le deuxième no 318, âgé de 8 ans ± 24 mois, est en décubitus dorsal. Orientation 190°. Tête au Sud. Regard au Nord.

200L’enfant no 318 repose sur le no 317. Il présente sa face antérieure pour le bassin et les membres inférieurs et sa face latérale gauche pour le haut du corps. La colonne vertébrale, en connexion, suit d’un même mouvement cette rotation. La tête est en connexion lâche avec le rachis cervical. Les membres inférieurs s’allongent vers l’intérieur du fossé et accusent une légère angulation de 20° par rapport à l’axe du torse. Le pied gauche en connexion est déconnecté du tibia. Le pied droit, désorganisé par un terrier, se retrouve devant le crâne du no 317 en compagnie de la scapula gauche de ce dernier. Le bras droit s’articule normalement sur la scapula et s’appuie sur le flanc du thorax, le coude repose sur une vertèbre de bœuf. L’avant-bras à 90° de l’humérus vient sur le devant du thorax. La main en pronation est désorganisée. L’humérus gauche sur lequel repose la mandibule pliée sous le crâne, est lui-même, pour son extrémité distale, déplacé et s’écarte du rachis de 110°. Le radius gauche est déconnecté de l’humérus et croise par dessus le tibia droit du no 317, lequel est lui même déplacé. L’ulna gauche en place sous ce tibia est à 10 cm de son articulation avec l’humérus, mais reste en connexion avec la main posée à plat sur un coxal de bœuf qui repose lui-même sur le dos du deuxième enfant.

201Remarques : La bascule latérale gauche de la tête, notée précédemment, n’a pu avoir lieu qu’après un temps de décomposition certain, autorisant une dislocation en ligne du rachis cervical (l’atlas est décollé des condyles occipitaux et se trouve à 2 cm de son articulation avec l’axis). La mandibule s’est trouvée coincée sous le maxillaire après avoir été libérée de ses attaches ligamentaires. La même remarque s’applique à l’articulation du coude, où seules l’ulna et la main sont restées en place. Il faut voir là, à nouveau, l’œuvre d’un animal fouisseur d’une taille certaine qui est passé sous le crâne de l’enfant, a défait le coude et désorganisé tout le côté gauche de l’enfant no 317.

202L’enfant no 317 est dans une position plus complexe que le précédent. Il est en décubitus ventral sur le bord intérieur du fossé. Son rachis, ses côtes droites, son coxal droit, ses membres supérieurs et inférieurs droits sont les seuls à avoir été épargnés par les travaux du fouisseur que nous avons vu à l’œuvre avec l’enfant précédent. Il a été quelque peu malmené lors de son inhumation par ses fossoyeurs, car son fémur droit s’écarte à 80° de l’axe du rachis, la jambe a été forcée à 90° vers l’avant, dans ce mouvement le genou est désarticulé. Ce dernier se retrouve sous le rachis du no 318. Le pied, en connexion, se dresse vers le haut et sa face latérale s’appuie sur le rebord du fossé. La conservation de toutes les connexions confirme que ce déplacement forcé du membre inférieur droit s’est fait au moment de l’inhumation et n’a plus bougé depuis. Pour étayer cette affirmation, on remarque que la main droite, toutes connexions préservées, paume vers le haut, en liaison anatomique normale avec l’avant-bras, était placée sous le fémur et donc tout mouvement ultérieur de ce dernier aurait nécessairement désorganisé la main. Quant aux membres gauches, le fémur est le seul a être resté en place et en connexion avec le coxal. Le tibia inversé se retrouve au-dessus de l’ilium gauche, mais sans entrer en contact avec ce dernier séparé par du sédiment (preuve s’il en était besoin de son déplacement en milieu colmaté longtemps après l’enfouissement du cadavre). La fibula se retrouve sur l’épaule, la scapula devant le crâne et l’hallux au mètre B 7, en passe 11, accompagné de quelques fragments de côtes, soit 5 m au Nord de son origine. Il a été apparié par symétrie avec l’hallux du pied droit. Les bras et avant-bras ont eux totalement disparu. Le rachis est en parfaite connexion jusqu’à l’axis, par contre, l’atlas et les condyles occipitaux sont complètement basculés. Le crâne, qui aurait dû apparaître par sa face supérieure arrière et regarder au Nord-Est, a plongé en avant et regarde le centre de la terre. Encore une fois, ce déplacement n’a pu avoir lieu qu’après décomposition des ligaments et, une fois encore, il faut y voir l’œuvre du fouisseur rencontré dans ce segment de fossé.

203Du matériel (décrit par J.-P. Farruggia et Lamys Hachem) est associé à cette sépulture : trois formes céramiques, quelques fragments lithiques et un abondant matériel osseux.

204Cette double sépulture se révèle être la plus riche des sépultures complexes d’enfants du fossé, tant en enseignements qu’en matériels. Alors que dans les autres segments, les objets se trouvaient occasionnellement en contact avec les squelettes, diluant quelque peu l’intentionnalité du geste funéraire, dans cette sépulture les os animaux, les fragments céramiques et les pierres ont une présence qui ne fait plus douter du geste. Nous pouvons avancer que le segment 273 a fonctionné dans son entier comme une sépulture double. D’autre part, plusieurs indices repris plus loin par Lamys Hachem font penser que ces segments de fossés sont contemporains. Dans cette optique la mise en terre de onze enfants groupés autour des âges de 4 et 6 ans (fig. 30) prend des accents dramatiques. Le geste funéraire qui a pu présider à cette mise en terre reste à définir.

205Avant de conclure sur cette problématique des enfants du fossé, il nous reste à parler des restes osseux humains trouvés dans le fossé hors d’un contexte sépulcral apparent. Ces restes posent eux même un problème de traitement ou d’absence de traitement funéraire (Début, Masset, 1991).

LES OS ISOLÉS DU FOSSÉ

206Nous ne traiterons pas ici du problème général des os humains épars sur le site de Menneville avant d’en avoir le corpus complet (cf. J.-P. Farruggia plus haut).

207Quelques os épars d’enfants dans la couche profonde du fossé doivent semble-t-il être pris en compte, nous ne retiendrons pas les ossements d’adultes trouvés essentiellement dans les couches supérieures qui appartiennent peut-être aux Âges des Métaux. L. Hachem dans une hypothèse moins restrictive, analyse les couches supérieure et intermédiaire du fossé comme des couches attribuables au Néolithique avec des intrusions postérieures.

208Dans le segment 13-2 fouillé en 1977, il a été trouvé un fémur sans ses épiphyses d’un enfant de 10 ans ± 24 mois (Sundick, 1978). Vu sa position dans les couches supérieures et sans autres renseignements sur le contexte de fouille, nous ne pouvons le retenir dans le corpus rubané.

209Au segment 189 au mètre A-B 1, fouillé en 1989, il a été trouvé dans la partie supérieure du fossé, lors d’un décapage intermédiaire à la pelleteuse, un humérus sans ses épiphyses d’un enfant de 6 ans ± 24 mois. Dans le même segment 189, au mètre A-B 6 en passe 7, dans le sédiment marbré, il a été trouvé la moitié d’une mandibule d’enfant âgé de 4 ans 1/2 ± 12 mois. Cette seule mandibule devrait pouvoir selon nos critères appartenir à un enfant rubané. Cependant nous comptabiliserons aussi l’humérus qui, nous l’avons observé à sa mise au jour, se trouvait dans un sédiment remanié par les terriers de blaireaux et peut par conséquent appartenir à un enfant enfoui au fond du fossé. Cette migration d’ossements sur plusieurs mètres n’est plus là pour nous étonner, après ce qu’il nous a été donné de voir au segment 273.

210Les ossements épars d’enfants que nous retenons proviennent du segment 189 (humérus et mandibule). L’évaluation de l’âge par la taille des os étant plus imprécise que celle établie par la formule dentaire, il n’est pas impossible que les os recueillis appartiennent au même enfant. Nous interprétons ces restes osseux, dans le cas précis qui nous occupe, comme les restes dispersés par des animaux fouisseurs d’une ou deux inhumations d’enfants du fond du fossé. Aux onze inhumations complexes d’enfants, il convient d’ajouter une ou deux sépultures potentielles.

CONCLUSION

211Si dans les nécropoles connues le déficit en enfants se fait cruellement sentir, nous nous trouvons à Menneville dans une situation paradoxale où les enfants représentent la majeure partie du recrutement funèbre (cf. J.-P. Farruggia au chapitre précédent). Le diagramme des âges (fig. 30) reflète bien cette situation.

212Nous n’essaierons pas ici une improbable analyse paléo-démographique d’un ensemble non clos. Il faut garder en mémoire que potentiellement 800 m de fossé, plus l’espace qu’il délimite, restent disponibles à la fouille. Il peut subsister des sépultures dans le cimetière sud-est qui se trouve dans une zone hors de l’emprise des carriers. Seul le problème de l’inhumation des enfants dans le fossé va retenir quelque peu notre attention.

213Nous avons vu au cours de ces descriptions que l’incessant travail des animaux fouisseurs pendant sept millénaires peut arriver aux plus invraisemblables configurations. Dans ce cas la variabilité du chaotique peut faire croire à un acte délibéré et nous faire douter de la raison d’un déplacement. Devenu prudent par l’expérience, nous optons pour une hypothèse réductrice, dans laquelle tous les phénomènes décrits (avec les quelques réserves avancées plus haut) trouvent leur explication dans le désordre taphonomique. Une fois faite l’économie des hypothèses de dépeçage et autres manipulations funèbres. Il nous reste à considérer le recrutement de ce petit ensemble funéraire (Masset, 1987).

214Les onze enfants ± deux ne correspondent pas à un recrutement naturel, mais à une double sélection :

  • absence totale d’adultes et d’adolescents,

  • la classe d’âge représentée dans le fossé a une apparence plus homogène que dans le groupe des enfants des maisons (fig. 30).

215Derrière cette sélection, il est difficile de ne pas voir une intention. La fouille d’autres segments du fossé dans le futur pourra remettre en cause (ou renforcer) cette vision. Nous ne pouvons ignorer la possibilité d’admettre les hypothèses relatives au massacre ou au sacrifice. Bien que le manque d’évidences archéologiques nous interdise d’avancer quoi que ce soit en ce sens, le décompte par âge nous autorise à dire que ce n’est pas un massacre comme à Talheim où tous les âges sont représentés (Wahl, König, 1987). Une simple épidémie pourrait-elle rendre compte du phénomène ? Peut-être, mais un rituel sacrificiel ne peut non plus être évacué. Dans la littérature ethnologique rien ne rend compte d’un phénomène semblable (Frazer, 1937 ; Hubert, Mauss, 1899 ; De Heusch, 1986 ; Detienne, 1979 ; Malamoud, 1976). Pour comparer avec le comparable, force nous est de constater qu’il faut faire un saut d’un bon millénaire pour trouver dans les cultures du Chasséen et du Michelsberg une complexification semblable dans le traitement des morts (Crubezy, 1992 ; Loison, Gisclon, 1991 ; Behrends, 1991). Nous nous trouvons peut-être là, à la transition du Rubané et du Villeneuve-Saint-Germain. Des problèmes d’identité sociale ont pu se poser. Cette interrogation identitaire se serait manifestée au travers d’un nouveau traitement des morts.

OSSEMENTS ANIMAUX ET RITUEL FUNÉRAIRE (Lamys Hachem)

216Les restes osseux découverts à l’intérieur des segments de fossés de l’enceinte de Menneville « Derrière le Village » (Aisne), présentent des aspects singuliers par rapport à ce que l’on peut trouver habituellement dans des fosses néolithiques rubanées ou dans les enceintes du Chalcolithique ancien. Une précédente étude sur la faune rubanée de Menneville associant les restes de fosses isolées, d’une fosse de construction (structure 19) et du sondage du premier segment de fossé (13-1) a été publiée par P. Méniel (Méniel, 1984a). Un article de P.A. de Labriffe (Labriffe de, 1992) intègre les données des premières fouilles dans le contexte plus général du rituel funéraire danubien.

217L’étude suivante présente la faune recueillie dans l’enceinte datée de la fin du Rubané récent du Bassin parisien et l’analyse des ossements animaux associés au rituel funéraire néolithique.

218Cette analyse complète celle de J.-P. Farruggia à propos de l’ensemble funéraire du site et celle d’Y. Guichard sur l’étude anthropologique des inhumés. Une présentation de l’ensemble du fossé (fig. 31) permettra de restituer le contexte dans lequel se place ce corpus.

STRATIGRAPHIE DU FOSSÉ

219La stratigraphie du remplissage observée durant la fouille en relation avec l’analyse des rejets permet de distinguer trois grands ensembles qui se retrouvent dans la plupart des segments de fossé (fig. 34a). La stratigraphie schématique présentée sur la figure 34b indique l’épaisseur de ces couches. Une séparation graphique a été effectuée entre le premier segment fouillé (no 13.1) et les autres car il s’agit du premier sondage effectué sur le fossé en 1976 (fig. 1 A), situé à l’Ouest du plan reproduit ici. Au fond du fossé (entre 70 cm et 2 m de profondeur), on trouve une couche dite « marbrée ». Ce qualificatif est une expression de fouille et fait référence à l’aspect du sédiment de couleur grise contenant des granules vertes et par moments des charbons de bois autour des corps humains (l’analyse du sédiment est en cours par M. Chartier). C’est dans cette couche que se trouvent placés des corps humains en position complexe (et la sépulture 254) et des dépôts d’ossements animaux associés aux inhumés. On en retrouve la trace dans la majorité des segments de fossé. Dans les segments situés à l’Ouest du site (du nos 13.1 à 13.4), la couche du fond est légèrement différente : le sable gris contient des éléments grossiers (graviers). Mais nous l’avons considérée pour l’étude comme la résultante d’un remplissage similaire à celui de la couche « marbrée » car le matériel osseux qui y est inclus présente les mêmes caractéristiques. Le niveau suivant (entre 30 et 60 cm de profondeur) est représenté par une couche de limon argileux brun. Elle scelle parfois directement la couche « marbrée », mais dans de nombreux cas une couche intermédiaire se glisse entre ces deux grands ensembles. Il s’agit d’une couche sableuse grise avec des graviers, stérile par endroits et comportant peu d’objets dans le cas où ils existent.

Fig. 30. — La nécropole rubanée de Menneville « Derrière le Village ». Diagramme des âges.

Fig. 31. — Plan de l’enceinte de Menneville « Derrière le Village » ; présence des chevilles osseuses et des bucranes dans les différents segments de fossé.

220La couche supérieure est formée d’un sédiment limoneux brun foncé. La quantité d’objets céramiques, lithiques et osseux est plus importante, mais l’érosion et la fragmentation sont aussi plus intensives. Des éléments osseux postérieurs au Néolithique sont inclus dans ce remplissage supérieur du fossé. S’agit-il d’éléments simplement intrusifs ou bien la couche toute entière est-elle bien postérieure au Néolithique ? Trois autres périodes d’occupations sont présentes sur le site : Bronze final IIIb / Hallstatt ancien, La Tène I et La Tène III, les mélanges sont donc possibles. Bien qu’il soit prématuré de trancher avant l’étude exhaustive du site, l’hypothèse d’éléments intrusifs nous paraît plus plausible qu’une véritable occupation aux Âges des Métaux et cette argumentation sera développée plus loin.

221La fonction funéraire du fossé est confirmée par le fait que la plupart des segments contiennent des restes humains. L’absence de restes pourrait dans certains cas être imputable à la méthode de fouille employée, car l’ampleur des structures à extraire et le temps de sauvetage limité n’ont pas permis d’effectuer une fouille exhaustive à la truelle de tous les segments. La démarche fut la suivante : les premières passes ont été fouillées manuellement ; dans le cas où il y avait du matériel les niveaux étaient fouillés à la truelle et, dans le cas contraire, une extraction par passe était effectuée sous surveillance à l’aide d’une pelle mécanique. Le dernier niveau fut minutieusement fouillé dès que l’association entre sépultures et couche « marbrée » fut certifiée (en 1989). Le tableau ci-contre (fig. 32) résume le pourcentage fouillé la méthode employée, et le nombre de restes animaux découverts dans l’ensemble du fossé.

222On est amené à se poser la question de la contemporanéité des événements tant horizontalement, à savoir la durée de construction des segments de fossé, que verticalement, c’est-à-dire la durée de comblement de chaque segment.

223La couche inférieure du fossé est à considérer comme rubanée par hypothèse (cf J.-P. Farruggia). La couche supérieure est postérieure au Rubané, voire même au Néolithique, comme le suggère l’analyse d’autres fossés néolithiques (Pavlu, 1990). Mais elle contient du matériel en relation avec les inhumations, par exemple les deux bucranes du segment 188. La couche intermédiaire est soit rubanée, soit postérieure. Telle est la présentation restrictive faite par Y. Guichard et J.-P. Farruggia des restes humains isolés (fig. 2). Pour sauver l’information et dans l’attente de l’étude définitive, nous présenterons ici l’hypothèse moins restrictive d’une attribution possible au Néolithique des couches intermédiaire et supérieure du fossé avec des intrusions postérieures dans les derniers 10 cm.

224La faune a été analysée en prenant en considération l’ensemble de ces informations, donc, pour commencer, en traitant les ensembles stratigraphiques comme des entités indépendantes.

PRÉSENTATION DES ENSEMBLES

225On distinguera la couche « marbrée » ou couche du fond (ensemble 3), la couche de limon argileux brun (ensemble 2) et la couche supérieure de limon brun foncé (ensemble 1).

Ensemble 3 de la couche « marbrée » (fig. 33)

226Les ossements animaux de cet ensemble sont présents dans les segments de fossés contenant des restes humains et sont toujours associés directement aux inhumations (pour l’inventaire des ossements se reporter aux figures 40 et 41, colonne E3). Deux exceptions à la règle : le segment 186, où des restes d’enfants ont été trouvés à 140 cm de profondeur sans ossements animaux, et le segment 13.5 (fouillé à 75 %) où les restes humains n’ont pas été découverts.

No Structure

Type de fouille

 % fouillé

Nombre d’os animaux

13.1

Main

Sondage

25

13.2

Main

50

48

13.3

Main + machine

50

15

13.4

Main + machine

80

34

128

Main

100

44

184

Main + machine

100

10

186

Main + machine

100

1

187

Main + machine

100

0

188

Main + machine

100

31

189

Main + machine

100

67

277

Machine

50

1

273

Main + machine

100

39

13.5

Main + machine

80

39

13.6

Main

85

31

13.7

Main

50

4

Fig. 32. — Fossé. Pourcentage fouillé des structures, méthodes employées et nombre de restes animaux découverts.
Main = pioche (excepté pour les sépultures et la couche marbrée) et truelle ; machine = pelle mécanique.

No Structure

Nombre d’inhumés

Os bovidés

Os caprinés

13.1

1 crâne adulte

13.2

1 enfant

13.3

1 adulte

128

184

186

187

1 enfant (restes)

188

7 enfants (dont des restes)

189

3 enfants, 1 adulte, 2 restes d’enfants

277

273

2 enfants

13.5

Main+ machine

80

39

13.6

13.7

Fig. 33. — Fossé. Ensemble 3 de la couche « marbrée ». Nombre d’inhumés par structure et présence des deux espèces animales (indiquées par un point).

Fig. 34. — a. Exemple représentatif de la stratigraphie du fossé de Menneville, coupe transversale ; b. stratigraphie schématique des segments du fossé et distribution en profondeur des trois grandes catégories d’artéfacts.

227Au premier abord, l’image donnée par les vestiges osseux ressemble à des rejets détritiques d’habitat : les ossements sont fragmentés et il n’y a pas de squelettes entiers d’animaux en connexion anatomique, mais une analyse plus fine montre qu’il n’en est rien. En premier lieu il existe une sélection dans les espèces. Ce sont uniquement des animaux domestiques et, qui plus est, uniquement des bovidés et des caprinés que l’on a choisi de consommer et rejeter (fig. 35). Trois os de chien complètent cette association (une scapula, un radius et un tibia entiers). Ni le porc, ni la faune sauvage ne sont représentés dans le matériel. Aucun os d’aurochs, de sanglier, de cerf ni de chevreuil ne se retrouvent dans la couche marbrée du fossé de Menneville, si ce n’est une diaphyse de fémur de cerf travaillée. Le petit gibier, de même que les oiseaux, sont inexistants. Quelques bois de cervidés sont présents sous la forme de fragments ou d’outils. Près des enfants du segment 273 (fig. 28), on trouve deux andouillers de cerf travaillés. Deux autres outils ont été retrouvés associés à des chevilles osseuses, l’un est un andouiller de cerf dans le segment 184, l’autre un poinçon dans le segment 277 (l’étude de ces outils sera effectuée par I. Sidéra).

228Cette image est différente de celle que l’on peut avoir dans d’autres sites d’habitats rubanés dans la vallée de l’Aisne (fig. 36). On observe une opposition entre le fossé de Menneville et les sites d’habitat par la présence quasiment exclusive d’animaux domestiques dans l’ensemble funéraire de la couche « marbrée » et celui du niveau de l’ensemble 2. Mais on note également une différence entre les rejets détritiques des petits sites d’habitats en réseaux tels que Berry-au-Bac, « La Croix Maigret » ou Berry-au-Bac, « Le Chemin de la Pêcherie » (Plateaux, 1990), et le grand site isolé de Cuiry-lès-Chaudardes (Ilett et alii, 1986). Dans les premiers, les animaux d’élevage composent la majeure partie de l’alimentation (Méniel, 1984a et b), dans les seconds le gibier est beaucoup plus important et diversifié (Desse, 1976 ; Hachem, étude en cours). Le village de Menneville « Derrière le Village » également isolé, se rapproche de l’image fournie par Cuiry-lès-Chaudardes avec 18 % de chasse (Méniel, 1984a), mais la récolte des données (en cours d’élaboration) demande à être terminée avant de proposer un modèle précis. Ainsi les résultats pour Cuiry-lès-Chaudardes se basent à l’heure actuelle sur 5 000 os déterminés recueuillis dans les fosses de quatre maisons alors que les données de Menneville sont basées sur cent quatre-vingt-seize restes déterminés de fosses isolées et d’une maison (st. 19).

229Un second trait distinguant ces rejets de ceux des fosses est l’absence totale d’esquilles (un seul fragment indéterminé). Pourtant habituellement dans les corpus néolithiques, les esquilles résultant d’un concassage des os forment environ 40 % du corpus. Les os sont très bien conservés ; bien que fragilisés par le sédiment, ils ont cependant gardé une surface vierge de radicelles ou de morsures de carnivores. Il sont de couleur blanche et présentent de nombreuses incrustations de concrétions calcaires. Les os de bovidés présentent cependant bien tous les indices d’une consommation de la viande et d’un fractionnement des diaphyses (fig. 37). Les os longs ne sont pas entiers, exception faite de ceux d’un très jeune veau dans le segment 188. Ce sont des têtes articulaires segmentées au tiers de l’os, portant des traces de découpe au silex et de fracturation attestant la désarticulation des carcasses, la consommation de la viande et le retrait de la moelle avant le rejet. Les connexions sont peu fréquentes. Elles concernent soit des séries de deux ou trois vertèbres, soit des articulations telles que le distal de tibia ou le proximal de métatarse liés aux os du tarse (fig. 38). Le nombre restreint d’ossements, leur faible densité dans l’espace et les bonnes conditions de conservation (dépôt du matériel en grande profondeur et recouvrement probablement rapide du matériel) permettent de retrouver ces associations in situ, alors qu’elles sont difficiles à repérer dans un contexte de fouille en fosse détritique. Ces conditions de préservation permettent également de retrouver les scapulas, les côtes et les chevilles osseuses intactes, alors que ce sont des os qui se brisent facilement une fois mis en terre.

230Le nombre minimum d’individus est de quatre bovidés dans la totalité du fossé. La prise en compte des mensurations (fig. 39) ainsi que l’analyse des âges d’abattage indiquent la présence de deux animaux adultes (> à 4 ans et demi), une vache et un taureau, et de deux jeunes veaux dont l’un est un nouveau-né (moins de 7 mois). Il est impossible de prouver le partage des quatre bêtes entre tous les segments. Outre le fait que les os ne soient pas entiers, l’intégralité du squelette de chaque animal n’est pas représentée et l’on ne peut donc pas jouer sur la complémentarité des morceaux. De plus, ces quatre animaux ne sont pas systématiquement associés dans chaque segment. On peut simplement indiquer que dans la structure 273, l’inhumation des deux enfants s’est effectuée en rejetant volontairement des morceaux de ces quatre animaux et que, dans les autres segments (en particulier en 188 et 189), on retrouve des parties pouvant leur appartenir.

Fig. 35. — Liste des espèces par ensemble stratigraphique.

Fig. 36. — Part de l’élevage et de la chasse sur les différents types de sites rubanés de la vallée de l’Aisne. BCM = Berry-au-Bac « La Croix Maigret » ; BCP = Berry-au-Bac « Le Chemin de la Pêcherie » ; MDV = Menneville « Derrière le Village » ; CCF = Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes ».

231Tous les éléments du squelette de bœuf sont représentés par au moins un os (fig. 40), excepté les parties maxillaires, les métacarpes et os du carpe, les rotules et les vertèbres caudales. Raisonner sur l’absence d’un matériel est toujours une entreprise délicate en archéologie. Les seules lacunes qui paraissent significatives sont l’absence d’éléments du crâne au-dessous du frontal et l’absence des vertèbres de la queue, en raison de leur totale inexistence dans l’ensemble des couches du fossé. L’hypothèse la plus plausible est un rejet de ces morceaux en dehors du fossé au moment de « l’habillage » des carcasses (Vialles, 1987). De plus, l’obtention de bucranes – présents dans le fossé – demande une préparation particulière qui laisse subsister l’os frontal et les cornes et fait disparaître la partie inférieure du crâne, maxillaire et occipital (Chaix, 1985, p. 33). Les chevilles osseuses, plus nombreuses, sont retrouvées en majorité liées à un morceau de frontal et l’on peut imaginer qu’elles ont subi le même type de préparation.

232Le traitement des morceaux de caprinés est différent de celui des bovidés. Les restes sont moins nombreux, mais spatialement plus regroupés (fig. 35). La différence essentielle réside dans la présence de nombreuses connexions. Ce sont des morceaux entiers de pattes avant ou arrière de mouton- d’après les critères de Boessneck (1969) – concentrés dans le segment 13.2 (fig. 42) et une dans le segment 13.3. Les restes situés dans les autres tronçons sont déconnectés et mélangés aux os de bovidés. Ces moutons sont au minimum quatre, dont trois sont attestés dans la structure 13.2 sous la forme d’un adulte (entre 3 ans et 3,5 ans), d’un jeune (< à 2,5 ans) et d’un très jeune animal (entre 10 et 18 mois). Les morceaux déposés sont moins variés que ceux des bovidés, il s’agit uniquement des os des membres et bas de pattes. Les côtes et les vertèbres sont inexistantes (fig. 41). À la différence des bovidés, on note une absence totale de cheville osseuse de mouton ou de chèvre dans la totalité du fossé, et un seul « bucrane » (crâne présentant la même préparation que ceux des bovidés mais sans cornillons) est présent dans la structure 188.

Fig. 37. — Exemple d’association d’ossements de bovidés avec les inhumés (segment 273) du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».

233Les ossements animaux sont peu nombreux (cent vingt-quatre en tout dans cette couche « marbrée ») et ne sont pas amassés en tas comme des rejets détritiques que l’on jette régulièrement.

Fig. 38. — Distribution spatiale des ossements animaux dans la couche « marbrée », segments 188, 189 et 273 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 39. — Mensurations des os de bovidés du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».

Fig. 40. — Nombre de restes de bovidés par structure dans le fossé de Menneville
E3 : ensemble 3, couche marbrée ; E2 : ensemble 2, couches de limon argileux ; E1 : ensemble 1, couches de limon brun foncé.

Fig. 41. — Nombre de restes d’ovicapridés par structure dans le fossé de Menneville
E3 : ensemble 3, couche marbrée ; E2 : ensemble 2. couches de limon argileux ; E1 : ensemble 1, couches de limon brun foncé.

Fig. 42. — Exemple d’offrande animale : patte de mouton en connexion anatomique, segment 13.2 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».

234Ils sont situés autour des corps humains et leur présence peut se prolonger au delà des inhumations comme par exemple dans la structure 273 (fig. 28 et 43), où les os se retrouvent sur une bande de quelques mètres dans le prolongement des corps des deux enfants. Les ossements ont été jetés près des inhumés et non disposés sur les corps ; ils suivent le pendage de la couche lorsque les corps sont situés près des extrémités du fossé.

235On note une opposition entre la présence de morceaux de bœuf et ceux de mouton (structures 273 et 13.2 par exemple, fig. 44). Le traitement différent des deux espèces tant par leur emplacement que par leur traitement post mortem laisse supposer une différence de rituel. L’hypothèse la plus vraisemblable parmi les interprétations possibles (Chaix, 1989 ; Vigne, 1986) est de considérer les quartiers de mouton comme des offrandes dans les segments 13.2 et 13.3 ; et les os de bovidés comme des reliefs de repas funéraire déposés lors des inhumations. Les moutons n’étant pas déposés entiers dans les fossés, cela n’exclut pas que le reste de la bête ait été consommé lors d’un repas.

Fig. 43. — Distribution des os de bovidés dans la couche « marbrée » au fond du segment 273 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».

236Il faut ajouter une dernière remarque pour caractériser cet ensemble funéraire, c’est l’association quasi-systématique de ces rejets animaux avec des enfants. Des deux squelettes entiers d’adultes présents dans la couche marbrée, un seul a des ossements autour de lui (sépulture no 22) qui consistent en une cheville osseuse, une dent de mouton et une côte de bovidé.

Ensemble 2 des couches de limon argileux brun

237Ces couches ne contiennent pas de squelette humain entier, mais des restes épars d’individus adultes (fig. 45).

238Il est difficile de savoir quelle est la nature de la relation entre les restes humains et les vestiges animaux, car ce n’est que tardivement (au moment de la fouille des enfants dans la couche marbrée au cours de l’été 1989) que les os animaux ont été considérés comme un matériel lié aux sépultures et non comme des rejets détritiques. Grâce au système d’enregistrement par mètre linéaire, on peut regrouper les ossements d’un même carré et d’une même profondeur. On peut conclure à une association d’ossements animaux avec ces restes. Il s’agit exclusivement d’ossements de bovidés, en très petit nombre (deux ou trois à chaque fois). En dehors de ces associations, les os sont placés de manière isolée, en particulier des côtes (quasiment entières et portant des traces de silex) et des chevilles osseuses de bovidés (fig. 46), dans la majorité des cas entre 60 et 80 cm de profondeur. Un bucrane fut retrouvé sur le fond dans le segment 189 (fig. 47), dans une petite couche grise gravillonneuse située à cinq mètres à l’Est des sépultures d’enfants (189.2.1 et 189.2.2), à un endroit où la couche « marbrée » n’existait pas. Une hémi-mandibule d’enfant était proche (voir le texte d’Yves Guichard). Les autres espèces animales sont en petit nombre (fig. 35), on note à nouveau la prédominance des bovidés et des ovicapridés. Les caprinés sont représentés par des os entiers et correspondent à de très jeunes animaux.

Fig. 44. — Opposition entre les rejets de bœuf et de mouton selon les segments du fossé rubané de Menneville, dans la couche du fond.

Ensemble 1 des couches de limon brun foncé

239Pour la même raison que précédemment il est difficile de se prononcer sur la liaison directe entre les os humains et animaux (fig. 48).

240Il faut signaler cependant la présence (fig. 22) de deux bucranes de bovidés placés à la même profondeur dans le segment 188 (40 cm de la surface), l’un au fond de cette couche supérieure (carré A2), l’autre à la jonction même de la base de cette couche avec le sommet de la précédente (carré A4). Bien qu’aucun os humain ne soit proche, leur emplacement exact au dessus des sépultures d’enfants de la couche marbrée laissent envisager un lien avec ceux-ci (voir plus loin).

No Structure

Nombre de restes humains

Os bovidés associés

13.1

13.2

1 crâne adulte

1 scapula, 1 vertèbre

13.3

13.4

128

184

186

187

188

1 côte

189

2 os longs adulte ; 1 reste d’enfant

1 fgt crâne, 1 côte, 1 phalange II, 1 bucrâne

277

273

2 os longs, adulte

 ?

13.5

1 côte, adulte

1 vertèbre, 1 métatarse dist.

13.6

1 os long adulte

13.7

Fig. 45. — Ensemble 2 des couches de limons argileux brun. Nombre de restes humains et d’os de bovidés associés par structure.

Fig. 46. — Cheville osseuse de bovidé du segment 273 (couche « marbrée ») du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».

241Le reste de la faune est composé d’animaux domestiques avec cette fois de façon un peu plus marquée la présence du porc. Trois restes de petits animaux sauvages et des oiseaux complètent la liste d’espèces.

242Plus on se rapproche de la surface et plus les os sont fragmentés, les esquilles nombreuses. La surface des os a une couleur brune, avec des traces de radicelles ou de feu.

Fig. 47. — Bucrane de bovidé du segment 189 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».

UNITÉ DES SEGMENTS DANS L’ESPACE

243Cette description des ensembles terminée, voyons si l’étude de la faune peut apporter un élément de réponse aux questions de contemporanéité des segments soulevées au début de l’étude.

No Structure

Nombre d’inhumés

Os bovidés associés

13.1

1 crâne adulte, 2 os longs adultes

13.2

1 os long, adolescent

 ?

13.3

13.4

128

184

1 os long, adulte

1 côte

186

1 crâne, adulte

187

188

189

277

273

13.5

2 os longs adultes, 1 scapula adulte

13.6

13.7

Fig. 48. — Ensemble 1 des couches de limon brun foncé. Nombre de restes humains et d’os de bovidés associés par structure.

244Considérons tout d’abord la couche « marbrée » contenant les onze squelettes d’enfants en position non codifiée. La question peut se formuler ainsi : faut-il considérer les vestiges osseux animaux distribués dans les différents segments comme des reliefs partagés d’un même rite funéraire, ou s’agit-il d’événements dissociés dans le temps avec la répétition d’un rituel ? Un réseau de faits permet d’avancer l’hypothèse d’un événement unique dans le temps pour les trois segments de fossé (188, 189, 273) qui contiennent la majorité des corps et du matériel :

  • les segments sont proches, les corps et les ossements animaux sont placés à chaque fois à la même profondeur ;

  • un même type de rituel est appliqué à des enfants de la même tranche d’âge avec des dépôts animaux semblables ;

  • l’ensevelissement des corps et des vestiges osseux est rapide. Il est possible que l’enfouissement par du sédiment n’ait pas été immédiat mais, dans ce cas, une superstructure devait protéger les corps et les objets car les os ont gardé une surface intacte de morsures et de radicelles. Mais les seuls indices éventuels d’une construction semblable sont plus à l’Ouest : des traces de poteaux contigus sont visibles au fond du segment de fossé 13.2 (Coudart, Démoulé, 1982).

245Pour ces mêmes raisons les segments 13.2 et 13.3 semblent avoir fonctionné ensemble dans le même laps de temps. Il est plus difficile de voir si les autres segments ont été utilisés à la même période, mais la présence de corps dans la couche « marbrée » et la présence d’ossements animaux du même type font penser à un temps assez court entre chaque inhumation.

UNE CONTINUITÉ SYMBOLIQUE DANS LE TEMPS

246Le second point aborde un problème chronologique à l’intérieur d’un même segment ; il s’agit de savoir si l’on considère les ossements contenus dans les couches inférieure et supérieure d’un segment comme faisant partie du même ensemble, ou bien si l’on estime qu’ils appartiennent à des périodes diachroniques. Un ensemble de faits permet de répondre.

247L’ensemble des chevilles osseuses et des bucranes de bovidés situé dans le niveau intermédiaire n’est pas strictement contemporain des inhumations, car ils ne sont pas placés dans la même couche. Cependant un faisceau d’arguments nous incite à établir un lien direct avec le rituel funéraire appliqué aux inhumés car ces éléments sont présents dans les segments à sépultures : d’une part des chevilles osseuses font déjà partie du matériel déposé près des inhumés nos 22, 188.3, 317 et 318 de la couche « marbrée » et d’autre part deux bucranes sont posés à la base de la couche supérieure (à la jonction des couches de limon brun foncé et de limon argileux), dans le segment 188. Ils sont placés au-dessus des sept sépultures d’enfants dans la couche marbrée. La présence de bucranes à l’emplacement exact où avaient été auparavant inhumés le plus grand nombre d’enfants, peut être interprété comme le signe d’une commémoration. De même le bucrane déposé dans la couche de limon argileux brun, a été placé dans le segment 189 où sont présentes des inhumations complexes d’enfants (voir textes J.-P. Farruggia et Y. Guichard). Les bucranes ont une forte signification symbolique au Néolithique comme en témoignent les différents vestiges signalés dans les sites hongrois par exemple (Catalogue de l’exposition de Dijon, 1991).

248Ce n’est que dans les premières passes (environ 20 à 30 cm de la surface) que l’on perçoit un mélange de différents types d’objets (céramique, lithique, os) fragmentés. Parmi ce matériel, des éléments d’habitat d’une occupation postérieure peuvent avoir été piégés. Deux hypothèses sont en présence, l’une suppose une couche de l’Âge des Métaux qui aurait piégé dans le remplissage des éléments d’habitats néolithiques, l’autre une couche néolithique dans laquelle auraient été intégrés par intrusion des objets de l’Âge des Métaux. Les ossements postérieurs au Néolithique sont visibles en deux endroits du fossé. En premier lieu dans le segment no 189 : un silo de La Tène (structure 199) recoupe une petite surface et, à proximité, dans la couche supérieure du fossé, la faune n’a pas les caractéristiques habituelles de celle de l’époque néolithique : les ossements épiphysés – en particulier des métapodes entiers – de bovidés sont de petite dimension ; la surface des os d’oiseaux et de lièvre paraît relativement fraîche. En second lieu dans le segment no 13.6, également recoupé par des structures de La Tène, les os de bovidés sont aussi de petites dimensions (par exemple la longueur d’un métacarpe entier = 17,5 cm au lieu de 20 cm pour un individu rubané). D’un point de vue uniquement ostéologique, les différences visibles sur la morphologie des squelettes sont donc circonscrites spatialement en des lieux propices aux mélanges.

249D’autres arguments en faveur d’une couche néolithique polluée par des éléments postérieurs dans le niveau proche de la surface, nous paraissent convainquants. Le premier est la présence de restes humains (par exemple dans le segment 189), qui, bien que peu nombreux, sont néanmoins de même type que ceux de la couche inférieure (restes épars). Le second argument a trait au matériel rejeté dans le fossé. D’un point de vue chronologique, celui-ci est toujours composé de tessons rubanés auxquels viennent s’ajouter quelques pièces Villeneuve-Saint-Germain. Les types de vestiges sont plus variés qu’en profondeur mais ils restent dans la gamme des matériaux plus courants au Néolithique qu’à l’Âge du Fer : silex, fragments de grès et bois de cervidés. D’un point de vue qualitatif, la couche supérieure contient des éléments distincts d’un dépotoir, qui ont déjà été répertoriés dans les couches inférieures : une faible quantité d’objets, des bucranes et des chevilles osseuses de bovidés entières, des bois de cerf bien conservés dont certains sont parfois entiers (bois de chute).

250Il reste que deux éléments externes à la faune viennent contrer l’hypothèse d’une couche néolithique et seule une analyse exhaustive du site ou la découverte d’enceintes du même type, permettra de trancher entre les deux solutions. Le premier indice est la mise en place de poteaux dans la couche néolithique, au fond du segment 13.2. La partie haute de ces poteaux a disparu et le comblement supérieur du fossé est postérieur à leur destruction (Coudart, Démoulé, 1982). Le second point est la stratigraphie relevée dans différentes enceintes en Europe, où trois ensembles de couches ont également été observés et dont la dernière est toujours postérieure au Néolithique (Pavlu, 1990).

251En conclusion, cette persévérance dans le comportement de rejet et les critères qualitatifs des restes osseux orientent l’analyse vers l’hypothèse d’une dissociation d’évènements dans le temps qui n’exclut pas une continuité symbolique dans le type de vestiges rejetés dans le fossé. L’enchaînement des séquences serait le suivant :

  • on aurait un premier événement rapide, l’inhumation avec restes de repas ou offrandes (couche « marbrée ») ;

  • éventuellement une période de non-utilisation (couche grise intermédiaire quasi-stérile) ;

  • commémoration des événements antérieurs – bucranes – et perduration de l’utilisation du fossé comme lieu sépulcral avec des dépôts de restes humains épars et d’ossements d’animaux domestiques isolés comme des côtes ou des chevilles osseuses de bovidés (couche brune argileuse) ; puis continuité plus ténue de ces coutumes (base de la couche brune limoneuse) ;

  • enfin un abandon du fossé avec l’intégration par pollution de rejets d’habitat d’époque postérieure (soit Néolithique plus tardif, soit Âge des Métaux).

COMPARAISONS

252Bien que les enceintes des années 5000 cal BC soient connues depuis longtemps et maintenant relativement nombreuses en Europe, les comparaisons de la faune avec celle de Menneville sont quasiment impossibles. Il n’est pas fait mention dans la littérature de dépôts funéraires semblables et Menneville semble être le seul site avec des inhumations d’enfants en grand nombre. Le fait que le loess ne conserve pas toujours les restes osseux explique sans doute en grande partie cette déficience, mais il arrive qu’aucune mention de la faune ne soit faite, sans que l’on sache si c’est la conséquence de phénomènes taphonomiques ou l’absence d’étude de ce matériel. Cet état de la recherche est peut être le fruit d’une analyse à deux vitesses au moment de la fouille, comme le souligne J.D. Vigne (Vigne, 1982), d’une part un grand intérêt porté à des pièces spectaculaires (crânes ou animaux en connexion), d’autre part un désintérêt vis-à-vis de restes animaux épars qui pourraient pourtant éclaircir les problèmes de rituels funéraires.

253Grâce à sa datation de la Céramique Linéaire récente, l’enceinte d’Eilsleben en Allemagne orientale peut être confrontée à celle de Menneville. Des figurines d’argile représentant des animaux ont été retrouvées dans ce site (Kaufmann, 1989). La faune (Döhle, 1983) est composée d’animaux domestiques, bovidés et ovicapridés prédominants, mais les rejets de porc et de faune sauvage existent néanmoins. De plus la faune ne paraît pas associée à des squelettes humains.

254En dehors des enceintes, le dépôt d’ossements animaux dans les sépultures néolithiques de même époque a déjà été mentionnée. R.A. Maier en 1964, décrit la découverte d’une inhumation attribuable au groupe de Hinkelstein (Souabe, Allemagne), qui contenait trente-huit chevilles osseuses de mouton avec d’autres objets lithiques. Il mentionne également la sépulture no 11 d’Alzey contenant dix-neuf côtes de bovidés (Bos taurus).

255Dans la nécropole Hinkelstein et Grossgartach de Trebur en Allemagne, trois types de dépôts sont recensés dans les tombes d’hommes, de femmes et d’enfants, composés de morceaux d’animaux domestiques. Certains ont des côtes de bovidés sur l’abdomen, d’autres des squelettes de mouton sans crâne ni bas de pattes ; d’autres encore des parties avant ou arrière de bœuf, de mouton, mais principalement de suidés (von den Driesch, 1992).

256Enfin dans un contexte différent, le site d’habitat de Dachstein en Alsace a livré dans les alvéoles d’une fosse du Rubané ancien, un dépôt intentionnel de trois bucranes de bovidés (Schneider, 1980).

CONCLUSIONS PRÉLIMINAIRES

257Toutes ces données amènent quelques réflexions sur la signification de ces ossements animaux. Ce sont systématiquement des animaux domestiques (bovins et ovins) qui sont associés aux inhumés. Cette caractéristique, de même que celle qui consiste à placer des côtes de bovidés en offrande, rejoint en partie le rite funéraire observé dans quelques sépultures des groupes de Hinkelstein et de Grossgartach.

258Ce sont des bucranes et des chevilles osseuses de bovidés et non ceux de caprinés qui sont disposés dans le fossé. Cela confirme d’une part les observations de L. Chaix (Chaix, 1985) sur le lien entre bucranes et rituel funéraire néolithique (de différents horizons chronologiques) et d’autre part celles constatées sur le dépôt systématique de bucranes ou de bois de l’espèce animale dominante dans l’économie concernée, en l’occurence le bœuf. Ces dépôts peuvent être dans certains cas considérés comme un marqueur de rang social (grand propriétaire de bétail) et A. von den Driesh (von den Driesch, 1992) arrive à une conclusion similaire en considérant ces offrandes d’animaux exclusivement domestiques, comme le signe d’un statut social élevé : celui d’éleveur et de cultivateur. D’autres hypothèses que celle du statut social sont possibles, mais cette question mérite une étude approfondie (en s’appuyant sur des études ethnologiques) que nous n’aborderons pas ici.

259Les bovins et les ovins sont effectivement prédominants dans la faune consommée des sites d’habitats rubanés de l’Aisne, et l’on peut imaginer ces troupeaux comme représentatifs d’une richesse symbolique. Cet argument paraît convaincant appliqué à des sépultures individuelles. Mais dans le cas des corps entassés à plusieurs dans certains segments de fossés de Menneville, l’idée est moins évidente. En premier lieu, ce sont des enfants et il est difficilement concevable que ceux-ci soient propriétaires de cheptel de leur vivant. À moins qu’ils n’appartiennent à une classe sociale spécialisée dans l’élevage, mais rien dans la culture matérielle des danubiens ne permet de distinguer une inégalité de statut des différents corps sociaux (Plateaux, 1990 ; Coudart, 1991).

260Dans ce cas les dépôts osseux ne résultent-ils pas d’un acte spécifique lié à cet événement plutôt qu’un rituel établi et répétitif ? La répétition de ces dépôts d’ossements d’animaux domestiques – qu’ils soient des restes de repas funéraires ou des offrandes – à des moments différents dans le temps et pour des classes d’âges différentes, paraît plus refléter le statut de la communauté toute entière tournée vers l’exploitation du bétail et pour laquelle ces biens sont précieux, que le statut même de l’individu.

261Avec le développement du phénomène des enceintes au Chalcolithique ancien, le rejet ou dépôt de restes humains dans les fossés devient pratique courante et prend des formes diversifiées et complexes (Bertemes, 1991 ; Début, Masset, 1991 ; Lichardus, 1986). On observe parallèlement des dépôts d’animaux domestiques dans certains sites comme Boury-en-Vexin (Méniel, 1987) ou Mairy (Marolle et alii, 1989) pour ne citer que ceux qui sont géographiquement proches de l’Aisne. Un lien entre l’animal et le domaine du symbolique est établi dans ces cas extrêmes, mais la plupart du temps les distinctions entre le domaine du rituel et du domestique sont brouillées par la variété des types de remplissages : mobilier épars, rejets détritiques abondants, dépôts partiels... (Dubouloz et alii, 1991). La plupart du temps, la faune, mélangée à d’autres mobiliers, ne reflète qu’une image de rejets domestiques (Arbogast et alii, 1991). Le fossé de Menneville est un des rares cas où une association entre l’homme et l’animal dans un contexte funéraire peut être clairement mise en évidence et préfigure éventuellement un type de rituel plus courant à la fin du IVe millénaire. La partie non fouillée de l’enceinte est menacée à court terme par les labours. Elle peut être considérée comme une « réserve » archéologique et les futures fouilles programmées fourniront le moyen d’approfondir l’analyse et de tester les hypothèses proposées.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arbogast et alii, 1991 = Arbogast (R.-M.), Hachem (L.), Tresset (A.), « Le Chasséen du Nord de la France : les données archéozoologiques », in : Identité du Chasséen ; Actes du colloque international de Nemours, 1989, p. 351-367, éd. de l’A.P.R.A.I.F. (Mém. du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4).

AUTOROUTE A26, 1989 = Bilan des recherches archéologiques de sauvetage dans le département de la vallée de l’Aisne (1982-1987), Soc. des Autoroutes du Nord et de l’Est de la France ; Direction Régionale des Antiquités de Picardie, Amiens, 132 p. (Revue Archéologique de Picardie, no spécial).

Bach, Bach, 1980 = Bach (A.), Bach (H.), « Zur Anthropologie des Kindes im Neolithikum und im Mittelalter », Ausgrabungen und Funde, t. 25, p. 226-239.

Behrends, 1991 = Behrends (R-H.), « Erdwerke der Jungsteinzeit in Bruchsal : neue Forschungen 1983-1991 », Archaölogische Informationen aus BadenWürttemherg, t. 22.

Bernardini et alii, 1984 = Bernardini (O.), Delneuf (M.), Fonton (M.), Peyre (E.), Sidera (I.) « La sépulture « Grossgartach » de Passy (Yonne) : aspects archéologiques », in : Actes du 11e colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, octobre 1984, p. 119-139.

Bernardt, 1986 = Bernardt (G.), « Die linearbandkeramische Siedlung von Koln-Lindenthal », Kölner Jahrbuch für Vor-und Frühgeschichte, t. 18-19, p. 7-165.

Bertemes, 1991 = Bertemes (F.), « Untersuchungen zur Funktion der Erdwerke der Michelsberger Kultur », in : Die Kupferzeit als historische Epoche ; Symposium de Sarrebrücke, Bonn, p. 441-464.

Blouet, 1989 = Blouet (V.), « Marainville-sur-Madon « Sous le Chemin de Naviot » », Gallia Informations, p. 130, 3 fig.

Boelicke, 1988 = Boelicke (U.), « Das Erdwerk », Der bandkeramische Siedlungsplatz Langweiler 8, p. 395-428 (Rheinische Ausgrabungen, 28).

Boessneck, 1969 = Boessneck (J.), « Osteological différences between sheep (Ovis aries) and goat (capra hircus) », Science in Archaeology, t. 30, London, Thames and Hudson, p. 331-358.

Brink-Kloke, 1990 = Brink-Kloke (H.), « Das linienbandkeramische Gräberfeld von Essenbach-Ammerbreite », Germania, t. 68, p. 427-481.

Bruzek, 1991 = Bruzek (J.), « Proposition d’une nouvelle méthode morphologique dans la détermination sexuelle de l’os coxal : application à la Chaussée Tirancourt », in : Méthodes d’étude des sépultures, GDR 742 du Cnrs ; Compte rendu de la table ronde de Saintes, mai 1991.

Cahen et alii, 1988 = Cahen (D.), Keeley (L.H.), Jadin (I.), van Berg (P.L.), « Darion, Oleye, Waremme : sites fortifiés du Rubané récent en Hesbaye liégeoise », Colloque international de Liège, novembre 1988, édition anticipée.

Cahen et alii, 1989 = Cahen (D.), Keeley (L.H.), Cornelissen (E.), Deramaix (I.), Gratia (H.), Trocki (P.), Jadin (I.), « Découvertes récentes aux limites occidentales du Rubané de Hesbaye », Notae Praehistoricae, 9, p. 73-78.

Cahen et alii, 1991 = Cahen (D.), Keeley (L.H.), Jadin (I.), van Berg (P.L.), « Trois villages fortifiés du Rubané récent en Hesbaye Liégeoise », in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 125-146 (E.R.A.U.L., 39).

Catalogue d’exposition du Musée Archéologique de Dijon, 1991 : Les agriculteurs de la grande plaine hongroise (4000-3500 av. J.C.), Dijon, Musée Archéologique de Dijon.

Cauvin, 1987 = Cauvin (J.), « L’apparition des premières divinités », La Recherche, no 194, p. 1472-1479.

Chaix, 1985 = Chaix (L.), « Quelques réflexions sur le bucrâne », Les cahiers du CEPOA, no 2, Louvain, Peeters, p. 33-38.

Chaix, 1989 = Chaix (L.), Animaux et sépultures, deux exemples : le dolmen M XI à Sion (Suisse) et la nécropole de Kerma (Soudan), Anthropozoologica, 3e no spécial.

Chaix et alii, 1991 = Chaix (L.), Simon (C.), Voruz (J.L.), « Découpe de boucherie sur des ossements humains dans le Néolithique ancien de la grotte du Gardon (Ain) », in : Méthodes d’étude des sépultures, GDR 742 du CNRS ; Compte rendu de la table ronde de Saintes, mai 1991, p. 97-105.

Chartier, 1990 = Chartier (M.), Étude des paléoenvironnements de la vallée de l’Aisne à l’Holocène, Thèse de l’Université de Paris VII.

Constantin, 1985 = Constantin (C.), Fin du Rubané, céramique du Limbourg et Post-Rubané : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut, 2 vol., 356 p., 294 pl. (BAR International Series, 273).

Constantin, 1992 = Constantin (C.), « La céramique du groupe de Cerny dans la vallée de l’Aisne », Revue Archéologique de Picardie, nos 1-2, p. 11-26, 15 fig.

Coudart, 1991 = Coudart (A.), « Social Structure and Relationships in Prehistoric small-scale Sedentary Societies : The Bandkeramik Groups in Neolithic Europe », Between bands and States (S. Gregg ed.) Center for archaeological Invest. Southern illinois University of Cerbondale, p. 395-420.

Coudart, Demoule, 1982 = Coudart (A.), Demoule (J.-P.), Le site néolithique et chalcolithique de Menneville, Vallée de l’Aisne : cinq années de fouilles protohistoriques, p. 129-147 (Revue Archéologique de Picardie, no spécial).

Crubezy, 1992 = Crubezy (E.), « Les pratiques funéraires dans le Chasséen de la moyenne Vallée du Rhône », in : Identité du Chasséen ; Actes du colloque international de Nemours, 1989, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 393-398 (Mém. du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4).

Debut, Masset, 1991 = Debut (A.), Masset (C.), « Restes humains épars en milieu Chasséen septentrional : recherches en cours », in : Identité du Chasséen ; Actes du colloque international de Nemours, 1989, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 409-412 (Mém. du Musée de Préhistoire d’Ile de France, 4).

De Heusch, 1986 = DE Heusch (L.), Le sacrifice dans les religions africaines, Paris.

Desse, 1976 = Desse (J.), « La faune du site de Cuiry-lès-Chaudardes : note préliminaire sur le matériel osseux de la campagne de 1973 », Fouilles protohistoriques de la vallée de l’Aisne, p. 187-196 (F.P.V.A. A, 4).

Détienne, 1979 = Détienne (M.), « Pratiques culinaires et esprit du sacrifice », in : Détienne, Vernant, 1979, La cuisine du sacrifice en pays grec, Paris.

Döhle, 1983 = Döhle (H.J.), « Ältestlinienbandkeramische Tierreste von Eilsleben, Kreis Wanzleben », Zwischenbericht, Nachrichten aus Niedersachsens Urgeschichte, t. 52, p. 203-208.

Dubouloz, 1991 = Dubouloz (J.), « Le village fortifié de Berry-au-Bac (Aisne) et sa signification pour la fin du Néolithique dans la France du Nord », in : Die Kupferzeit als historische Epoche ; symposium de Sarrebrücke, Bonn, p. 421-440.

Dubouloz et alii, 1991 = Dubouloz (J.), Mordant (D.), Prestreau (M.), « Les enceintes “néolithiques” du Bassin parisien. Variabilité structurelle, chronologique et culturelle. Place dans l’évolution socioéconomique du Néolithique régional. Modèles interprétatifs préliminaires », in : Identité du Chasséen ; Actes du colloque international de Nemours, 1989, éd. de l’A.P.R.A.LF., p. 211-229, (Mém. du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4).

Duday, 1985 = Duday (H.), « Nouvelles observations sur la décomposition des corps dans un espace libre », in : Méthodes d’étude des sépultures, GDR 742 du C.N.R.S. ; Compte rendu de la table ronde tenue à Saint-Germain-en-Laye, mai 1985, p. 6-12.

Duday, Sellier, 1990 = Duday (H.), Sellier (P.), « L’archéologie des gestes funéraires et la taphonomie », Les Nouvelles de L’archéologie, t. 40, p. 12.

Farruggia, 1992 = Farruggia (J.-P.), « Les outils et les armes en pierre dans le rituel funéraire du Néolithique Danubien », BAR International Series, no 507 p., 110 fig., 118 pl. h.t.

Ferembach et alii, 1979 = Ferembach (D.), Schwidetzky (I.), Stoukal (M.), « Recommandations pour déterminer l’âge et le sexe sur le squelette », Bull, et Mém. de la Soc. d’Anthropologie de Paris, Série 13, p. 7-45.
F.P.V.A. (Fouilles protohistoriques de la vallée de l’Aisne) 1976.
F.P.V.A. (Fouilles protohistoriques de la vallée de l’Aisne) 1977.
F.P.V.A. (Fouilles protohistoriques de la vallée de l’Aisne) 1978.
F.P.V.A. (Fouilles protohistoriques de la vallée de l’Aisne) 1982.
F.P.V.A. (Fouilles protohistoriques de la vallée de l’Aisne) 1983.
F.P.V.A. (Fouilles protohistoriques de la vallée de l’Aisne) 1986.

Frazer, 1937 = Frazer, « Le fils du roi offert en sacrifice », p. 137-166, Paris.

Genoves, 1959 = Genoves (S.), « L’estimation des différences sexuelles dans l’os coxal », Bull, et Mém. de la Soc. d’Anthropologie de Paris, Série 10, p. 3-95.

Göldner, 1992 = Göldner (H.), « Das gräberfeld bei Trebur », Der Tod in der Steinzeit, Hessisches Landesmuseum Darmstadt, p. 12-17.

Guichard, 1991 = Guichard (Y.), « La fonction funéraire du fossé de Menneville Aisne », in : Méthodes d’étude des sépultures, GDR 742 du C.N.R.S. ; Compte-rendu de la table ronde de Saintes, mai 1991, p. 107-110.

Hoffmann, 1978 = Hoffmann (E.), « Die Körpergräber der Linien-und Stichbandkeramik in den Bezirken Halle und Magdeburg », Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte, t. 62, p. 135-201, 3 fig.

Höhn, 1985 = Höhn (B.), « Ausgrabungen in der bandkeramischen Siedlung bei Bietigheim-Bissingen, Kreis Ludwigsburg », Archaologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, p. 41-45.

Hubert, Mauss, 1899 = Hubert (H.), Mauss (M.), Essai sur la nature et les fonctions du sacrifice, L’Année sociologique, t. 2, Paris.

Ilett, 1989 = Ilett (M.), « Variation in neolithic decorated ceramics at Cuiry-lès-Chaudardes, Aisne, France », Bylany Seminar 1987, p. 99-106, 4 fig.

Ilett et alii, 1986 = Ilett (M.), Plateaux (M.), Coudart (A.), « Douze années de sauvetage dans la vallée de l’Aisne. Analyse spatiale des habitats du Rubané récent. Problèmes actuels, in : Demoule (J.-P.), Guilaine (J.), dit., Le Néolithique de la France : hommage à G. Bailloud, éd. Picard, p. 131-140.

Jacobshagen, 1992 = Jacobshagen (B.), « Anthropologische Auswertung der jungsteinzeitlichen Skelette aus Trebur », Der Tod in der Steinzeit, Hessisches Landesmuseum Darmstadt, p. 34-40.

Jelinek, 1983 = Jelinek (J.), « Neolithic squeletal material from Cicarovce, East Slovakia », Anthropologie, t. 21, p. 103-111.

Jeunesse, 1991 = Jeunesse (C.), « Un nouvel habitat néolithique et protohistorique à Rosheim (BasRhin) », Cahiers de l’Association pour la promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 7, p. 81-99, 14 fig.

Kahlke, 1954 = Kahlke (H.D.), Die Bestattungssitten des Donauländischen Kulturkreises der jüngeren Steinzeit, Teil I : Linienbandkeramik, Berlin, éd. Rütten et Loening, 157 p., 38 fig., 42 pl. et 1 plan h.t.

Kalicz, Raczky, 1984 = Kalicz (N.), Raczky (P.), « Preliminary Report on the 1977-82 excavations at the neolithic and Bronze Age Tell seulement of Berettyoujfalu-Herpaly », Acta Archaeologica Hungaricae, t. 36, p. 85-136.

Kaufmann, 1989 = Kaufmann (D.), « Eilsleben : Archäologie in der Deutschen Demokratischen Republik », Detikmale und Funde, t. 2 : Fundarte und Funde, Stuttgart, Konrad Theis, Verlag.

Kaufmann, 1990 = Kaufmann (D.), « Ausgrabungen im Bereich linienbandkeramischer Erdwerke bei Eilsleben, Kr. Wanzleben », Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte, t. 73, p. 15-28, 4 fig.

Kneipp, 1988 = Kneipp (J.), « Anthropophagie in der jüngsten Bandkeramik der Wetterau », Germania, 66-2, p. 489-494.

Korek, 1974 = Korek (J.), « Archaologische Forschungsberichte aus dem Bereich der zweiten Theiss-Staustufe », Folia Archaeologica, t. 25, p. 247-262.

Labriffe, 1985 = Labriffe (P.-A. de), Les sépultures danubiennes dans le Bassin parisien, Mém. de Maîtrise de l’Université de Paris I, 188 p., 50 fig.

Labriffe, 1992 = Labriffe (P.-A. de), « Les sépultures de tradition danubienne dans la vallée de l’Aisne (approche synthétique) », in : Actes du 11e colloque interrégional sur le Néolithique, Mulhouse, octobre 1984, p. 63-78.

Le Bolloch et alii, 1986 = Le Bolloch (M.), Dubouloz (J.), Plateaux (M.), « Sauvetage archéologique à Maizy (Aisne) : les sépultures rubanées et l’enceinte de la fin du Ve millénaire », Revue Archéologique de Picardie, p. 3-12, 11 fig.

Le Bolloch et alii, 1989 = Le Bolloch (M.), Pommepuy (C.), Plateaux (M.), « Les objets de la vie quotidienne au Néolithique au ‘Gué de Mauchamps’ à Juvincourt et Damary », in : Archéologie et grands travaux en Picardie, Autoroute A26, Amiens, Direction Régionales des Affaires culturelles de Picardie, p. 37.

Le Mort, 1987 = Le Mort (F.), « L’étude des traces d’actions intentionnelles sur les os humains », in : Méthodes d’étude des sépultures, GDR 742 du C.N.R.S ; Compte rendu de la table ronde tenue à Saint-Germain-en-Laye, mai 1987, p. 63-69.

Lichardus, 1986 = Lichardus (J.), « Le rituel funéraire de la culture de Michelsberg dans la région du Rhin supérieur et moyen », in : Demoule (J.-P.), Guilaine (J.), dir.. Le Néolithique de la France : hommages à G. Bailloud, éd. Picard, p. 141-146.

Loison et alii, 1991 = Loison (G.), Gisclon (J.-L.), Lagrue (A.), « La nécropole de Poncharaud 2 », in : Identité du Chasséen ; actes du colloque international de Nemours, 1989, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 399-408.

Luning, 1988 = Luning (J.), « Zur Verbreitung und Datierung bandkeramischer Erdwerke », Archäologisches Korrespondenzblatt, t. 18, p. 155-158.

Maier, 1964 = Maier (R.A.), « Ein Neolithgrab mit tierischen Homzapfen », Germania, t. 42, p. 244-250.

Malamoud, 1976 = Malamoud (C.), in : Biardeau (M.), Malamoud (C.), Les sacrifices dans l’Inde ancienne, Paris.

Marolle, Hamard, Arbogast, 1989 = Marolle (C.), Hamard (D.), Arbogast (R.-M.), « Le village Michelsberg des Hautes Chanvrières à Mairy (Ardennes) », Gallia Préhistoire, t. 31, p. 93-158.

Masset, 1982 = Masset (C), Estimation de l’âge au décès par les sutures crâniennes. Thèse Université Paris.

Masset, 1987 = Masset (C.), « Le recrutement d’un ensemble funéraire », in : Méthodes d’étude des sépultures, GDR 742 du C.N.R.S. ; Compte rendu de la table ronde tenue à Saint-Germain-en-Laye, mai 1987, Anthropologie physique et archéologie, Duday (H.), Masset (C.) éd., p. 111-134.

Masset, 1989 = Masset (C.), « Cannibalisme ? », Les Nouvelles de L’archéologie, 35, p. 27.

Méniel, 1984a = Méniel (P.), Contribution à l’histoire de l’élevage en Picardie du Néolithique à la fin de l’Age du Fer, Revue Archéologique de Picardie, no spécial.

Méniel, 1984b = Méniel (P.), « Les faunes du Rubané Récent de Meneville « Derrière le Village » et de Berry-au-Bac « la Croix Maigret » (Aisne) », Revue Archéologique de Picardie, nos 1-2, p. 87-93.

Méniel, 1987 = Méniel (P.), « Les dépôts d’animaux du fossé Chasséen de Boury-en-Vexin (Oise) », Revue Archéologique de Picardie, nos 1-2, p. 3-26

Modderman, 1970 = Modderman (P.J.R.), Linearbandkeramik aus Elsloo und Stein, Analecta Praehistorica Leidensia, vol. 3.

Mordant et alii, 1979 = Mordant (C.), Coudray (J.), Parruzot (P.), « Découvertes néolithiques et protohistoriques à Villeneuve-la-Guyard (Yonne) », RAE, nos 115-116, p. 67-99, 10 fig.

Mordant et alii, 1992 = Mordant (D.), et alii, La Bassée avant l’Histoire, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F.

Olivier, 1960 = Olivier (G.), Pratique anthropologique, Paris.

Ondrus, 1972 = Ondrus (V.), « Les sépultures d’enfant de l’habitat néolithique de Vedrovice », Casopis Moravského Musea, 57, p. 27-36.

Pavlu, 1977 = Pavlu (L), « Das linienbandkeramische Omament und seine Westausbreitung », A.F. sachsischen B., t. 22, p. 205-218, 7 fig.

Pavlu, 1990 = Pavlu (I.), « Die charakteristischen Einfüllungen von Grabenanlagen », Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte, t. 73, p. 171-178.

Planck, 1983 = Planck (D.), « Schwaigem », Fundberichte aus Baden-Württemberg, t. 8, p. 146-149.

Plateaux, 1990 = Plateaux (M.), « Approche régionale et différentes échelles d’observation pour l’étude du Néolithique et du Chalcolithique du Nord de la France : exemple de la vallée de l’Aisne », 10e rencontre internationale d’Archéologie et d’Histoire, Antibes, 1989, Juan-les-Pins, éd. APCDA, p. 157-182, 13 fig.

Podborsky, 1988 = Podborsky (V.), Tesetice-Kyjovice, Brno, 309 p.

Poplin, 1985 = Poplin (F.), « Sur le dépeçage des cadavres », in : Méthodes d’étude des sépultures, GDR 742 du C.N.R.S. ; Compte rendu de la table ronde tenue à Saint-Germain-en-Laye, mai 1985, p. 27-29.

Prestreau, 1989 = Prestreau (M.), « Le gisement néolithique de Villeneuve-la-Guyard (Yonne) », 23e Congrès Préhistorique de France, Paris, prétirages, p. 116.

Schneider, 1980 = Schneider (M.), « Découvertes néolithiques à Dachstein 1978-1979 », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. 23, p. 27-40.

Schweitzer, 1978 = Schweitzer (J.), « Le site néolithique d’Ensisheim », B.M.H., t. 85, p. 7-75, 25 pl.

Seitz, 1989 = Seitz (M.), Das linearbandkeramische Gräberfeld von Stuttgart-Mülhausen, Mém. de Maîtrise de l’Université de Tübingen.

Sidéra, 1989 = Sidéra (I.), Un complément des données sur la société Rubanée, l’industrie de l’os de Cuiryles-Chaudardes, Oxford, (BAR International Series, 520).

Soudsky et alii, 1982 = Soudsky (B.), Bayle (D.), Beeching (A.), Bicquard (A.), Boureux (M.), Cleuziou (S.), Constantin (C.), Coudart (A.), Demoule (J.-P.), Farrugia (J.-P.), Ilett (M.), « L’habitat néolithique et chalcolithique de Cuiry-lès-Chaudardes », Vallée de l’Aisne : cinq années de fouilles protohistoriques, p. 57-119, 44 fig. (Revue Archéologique de Picardie, no spécial).

Spatz, 1991 = Spatz (H.), « Der « Langweiler Typus » : ein Nachweis der Gruppe Blicquy im Rheinland, Germania, t. 69, p. 155-162.

Stehli, 1988 = Stehli (P.), « Zeitliche Gliederung der verzierten Keramik », in : Der bandkeramische Siedlungsplatz Langweiler 8, Cologne, p. 441-482.

Stieber, 1952 = Stieber (A.), « Fouilles dans les stations néolithiques de Stutzheim (Bas-Rhin) », C. Alsace, no 132, p. 21-28, 3 fig.

Stork, 1982 = Stork (I.), « Jungsteinzeitliche Siedlungen in Poppenweiler, Stadt Ludwigsburg », Archäologische Ausgrabungen aus Baden-Württemberg, p. 51-53.

Strien, 1989 = Strien (H.C.), « Ein Importfund württemburgischer Bandkeramik in Nordböhmen », Bylany Seminar, 1987, Prague, p. 95-98, 2 fig.

Sundick, 1978 = Sundick (R.I.), « Human skeletal growth and age détermination », Homo, t. 29, p. 228-249.

Tappret et alii,. 1988 = Tappret (E.), et alii, « Sauvetage d’Orconte « Les Noues » (Marne) », Bull. de la Soc. Archéologique Champenoise, t. 81, p. 3-29, 26 fig.

Ubelaker, 1978 = Ubelaker (D.H.), Human skeletal remains, excavation, analysis, interpretation, Chicago.

van Berg, 1991 = van Berg (P.-L.), « Géométrie de quelques enceintes fossoyées du Rubané récent rhéno-mosan », in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, octobre 1988, p. 25-32, 14 fig.

Veit, 1988 = Veit (V.), Siedlungsbetattungen im zentraleuropaischen Neolithikum, Thèse de l’Université de Münster.

Verron, 1976 = Verron (G.), « Les civilisations néolithiques en Normandie », La Préhistoire Française, p. 387-401, 7 fig.

Vialles, 1987 = Vialles (N.), « Dépouiller la bête : l’habillage des carcasses », Anthropozoologica, premier no spécial, p. 27-30.

Vigne, 1982 = Vigne (J.-D.), « Les ossements animaux dans les sépultures », Dossiers de l’Archéologie, no 66, p. 78-83.

Vigne, 1986 = Vigne (J.-D.), « Le problème de l’interprétation des restes de repas en milieu funéraire vu au travers des ensembles fauniques de deux sites stratifiés : Can Pey (Montferrer, Pyrénées Orientales) et Capula (Lévie, Corse) », Anthropologie physique et archéologie, éd. du CNRS, Paris, p. 311-324.

Villa et alii, 1986 = Villa (P.), Courtin (J.), Helmer (D.), Shipman (P.), Bouville (C.), Mahieu (E.), « Un cas de cannibalisme au Néolithique », Gallia Préhistoire, t. 29, p. 143-171.

Villes, Martin, 1990 = Villes (A.), Martin (G.), « Les sépultures néolithiques de Menneville (Aisne) », Bull. de la Soc. Archéologique Champenoise, t. 83, p. 31-63.

Vizdal, 1978 = Vizdal (J.), « Kulturobjekt der TheiβKultur in der Ostslowakei », Archeologické Rozhledy, t. 30, p. 361-37.

Vizdal, 1980 = Vizdal (J.), Potiska Kultura na Vychodnom Slovensku, Kosice, 236 p

von den Driesch, 1976 = von den Driesch (A.), A guide to the measurements of animal bones from archaeozoological sites, Peabody Museum, Cambridge.

von den Driesch, 1992 = von den Driesch (A.), « Die Rolle der Tiere im Grabkult der Kulturgruppen Hinkelstein und Grossgartach », Der Tod in der Steinzeit, Hessisches Landesmuseum Darmstadt, p. 42-49.

Wahl, 1983 = Wahl (J.), « Zur metrischen Altersbestimmung von kindlichen und jungendlichen Leichenbranden », Homo, t. 34, p. 48-54.

Wahl, König, 1987 = Wahl (J.), König (H.G.), « Anthropologish-traumatologische Untersuchung der menschlichen Skelettreste aus dem bandkeramischen Massengrab bei Talheim, Kreis Heilbronn », Fundberichte aus Baden-Württemberg, t. 12, p. 65-193, 51 fig.

Note de l’éditeur : Au moment de l’impression du volume, M. J.-P. Farruggia a tenu à faire connaître son désaccord sur les normes de présentation de la bibliographie. Par souci d’homogénéité, ces normes ne peuvent être modifiées.

Notes

1 Il est urgent de publier pour exprimer notre gratitude à M. Lallement, Maire de Menneville, et à sa famille, pour l’empressement et l’efficacité, avec lesquels ils ont répondu à nos demandes ; nous remercions également les employés de l’entreprise Damont, devenue Zeimett-Matériaux, ainsi que leurs dirigeants, Mrs Damont et Zeimett, même si parfois nos intérêts ont divergé.

2 En 1986, date de mon entrée comme I.T.A. dans l’Équipe de Recherche Archéologique no 12 du C.N.R.S., après avoir suivi cette même année une formation accélérée en ostéologie appliquée à l’archéologie auprès d’Henri Duday, puis auprès de Luc Buchet pour la partie métrique, je me suis retrouvé de facto responsable de la partie anthropologique dans l’équipe. Les années 1986-87-88 ont été celles de la mise en pratique auprès de Jean Leclerc sur la sépulture collective de Bazoches sur Vesles. Les campagnes de fouilles à Menneville en 1989 et 1990 ont été pour moi l’occasion d’exercer ma responsabilité anthropologique dans la fouille de ce complexe funéraire, selon les méthodes recommandées par Henri Duday dans son enseignement. Le meilleur moyen de rendre hommage à mes ainés et pairs serait de ne pas trop démériter dans ce présent travail.

3 La position est définie par celle des jambes et non pas par celle du reste du corps ; le terme « replié » correspond au terme allemand « Hocker » et au terme anglais « flexed ».

4 C’est-à-dire crâne au Sud-Est, selon une convention de plus en plus respectée ; l’orientation est celle de la fosse et non pas celle du squelette, sauf pour les inhumés no 194, 195 et 248.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — L’enceinte rubanée de Menneville « Derrière le Village ».A : sondage 1976 ; B : sablière de 1931 ; C : fouilles 1977-78 et 1988-90.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 2. — Le site rubané de Menneville. Fouilles 1977-78 et 1989-90. Les os humains isolés de la couche du fond du fossé ont seuls été cartographiés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 3. — La nécropole rubanée de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4 — Les rites funèbres de la nécropole rubanée de Menneville « Derrière le Village ». Trame noire : position des vases. Trame rayée : trou de poteau. Échelles diverses.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 5. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 6. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 7. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 8. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 9. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 10. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 11. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 12. — Menneville « Derrière le Village ».Céramique associée aux deux enfants du segment de fossé 273. Les lettres A, B, C renvoient au plan de la figure 28.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 13. — Menneville « Derrière le Village ». Céramique du fossé rubané.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 14. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 15. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 16. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 17. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 18. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 19. — Sépultures rubanées de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 20. – La sépulture rubanée no 272 de Menneville « Derrière le Village ». Échelle 1/10e.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 21. — Les inhumés du segment no 189 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».Trame gris foncé : os animaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 22. — Le segment no 188 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».Les six divisions de la figure en plan donnent l’échelle en mètre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 23. — Le segment no 188 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ». Trame grisée : os animaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 24. — Le segment no 188 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ». Trame grisée : os animaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 25. — Planche ostéologique des enfants 188-2-1 et 188-3 du segment no 188 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 26. — Le segment no 189 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ». Échelle l/20e.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 27. — Le segment no 189 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ». Trame grisée : os animaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 28. — Le segment no 273 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village », les lettres a, b, c. renvoient à la figure 12.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 29. — Les cinq traitements du mort dans le Néolithique Danubien ; (+ : présent ; (+) : rare ; – : absent).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 30. — La nécropole rubanée de Menneville « Derrière le Village ». Diagramme des âges.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 31. — Plan de l’enceinte de Menneville « Derrière le Village » ; présence des chevilles osseuses et des bucranes dans les différents segments de fossé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 34. — a. Exemple représentatif de la stratigraphie du fossé de Menneville, coupe transversale ; b. stratigraphie schématique des segments du fossé et distribution en profondeur des trois grandes catégories d’artéfacts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 35. — Liste des espèces par ensemble stratigraphique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 36. — Part de l’élevage et de la chasse sur les différents types de sites rubanés de la vallée de l’Aisne. BCM = Berry-au-Bac « La Croix Maigret » ; BCP = Berry-au-Bac « Le Chemin de la Pêcherie » ; MDV = Menneville « Derrière le Village » ; CCF = Cuiry-lès-Chaudardes « Les Fontinettes ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 37. — Exemple d’association d’ossements de bovidés avec les inhumés (segment 273) du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 38. — Distribution spatiale des ossements animaux dans la couche « marbrée », segments 188, 189 et 273 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 39. — Mensurations des os de bovidés du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 40. — Nombre de restes de bovidés par structure dans le fossé de MennevilleE3 : ensemble 3, couche marbrée ; E2 : ensemble 2, couches de limon argileux ; E1 : ensemble 1, couches de limon brun foncé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Légende Fig. 41. — Nombre de restes d’ovicapridés par structure dans le fossé de MennevilleE3 : ensemble 3, couche marbrée ; E2 : ensemble 2. couches de limon argileux ; E1 : ensemble 1, couches de limon brun foncé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende Fig. 42. — Exemple d’offrande animale : patte de mouton en connexion anatomique, segment 13.2 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 43. — Distribution des os de bovidés dans la couche « marbrée » au fond du segment 273 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 44. — Opposition entre les rejets de bœuf et de mouton selon les segments du fossé rubané de Menneville, dans la couche du fond.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 46. — Cheville osseuse de bovidé du segment 273 (couche « marbrée ») du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 47. — Bucrane de bovidé du segment 189 du fossé rubané de Menneville « Derrière le Village ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/571/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search