Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 2. Le Néolithique en Bourgogne

18. Quelques perspectives pour le Néolithique de Bourgogne : réflexions pour une programmation des recherches

Rémi Martineau, Olivier Lemercier, Christophe Bontemps, Franck Ducreux, Pascal Duhamel, Jean Duriaud, Katia Meunier, Clément Moreau, Jean-Pierre Nicolardot, Lucile Pillot, Michel Prestreau et Jean-Paul Thevenot

Texte intégral

1À l’issue de ce bilan, sans doute lacunaire et imparfait, il est possible de tirer quelques enseignements permettant de définir les priorités à venir de la recherche néolithique. Elles concernent tout à la fois les futures opérations de terrain, mais aussi les études à mener et la publication des résultats acquis.

18.1. LES PRÉMICES INDISPENSABLES

2Une des priorités concerne le développement d’une approche paléoenvironnementale et géomorphologique encore déficiente dans l’Yonne pour l’ensemble du Néolithique. De grandes séquences doivent être établies, de préférence en contextes faiblement anthropisés plutôt que sur les sites archéologiques eux-mêmes. Ce travail de prospection et d’analyse a été commencé dans le cadre du programme « Territoire, Environnement et Pratiques agricoles au Néolithique moyen et final », mentionné précédemment. Un des objectifs prioritaires de ce programme a été de réaliser des recherches cartographiques et bibliographiques qui ont été suivies de prospections menées dans plusieurs secteurs de la Bourgogne. Ces travaux ont permis d’identifier des zones humides (tourbières, anciens marais) qui ont fait l’objet de quelques forages paléo-environnementaux (Martineau, 2007) qui devront être complétés. Un inventaire complet des zones humides comprenant des séquences contemporaines du Néolithique reste à réaliser.

3La vallée de l’Yonne semble présenter de bonnes conditions pour permettre de trouver des tourbières ou des paléochenaux étudiables pour cette période. La localisation de telles zones humides permettrait de reconstituer le paléo-environnement à proximité de zones très riches en sites néolithiques. Une zone tourbeuse à fort potentiel a été localisée récemment dans le cadre d’un diagnostic à Villemanoche (Meunier et alii, 2008), mais elle n’a pas été prescrite.

4La seconde priorité concerne la mise en place d’un programme de datations absolues. Ces datations semblent faire cruellement défaut pour l’ensemble des cultures du Néolithique, ainsi que dans la plupart des publications et des synthèses consultées pour la constitution de ce bilan.

5Les datations utilisées dans les synthèses les plus récentes sont pour la plupart assez anciennes, affublées d’écarts-types qui les rendent peu ou prou inopérantes, et parfois réalisées sur des échantillons discutables.

6Des séries de datations doivent être impérativement budgétées dans le cadre des opérations d’archéologie préventive, mais des programmes de datations sur des vestiges d’opérations antérieures doivent également être sérieusement envisagés.

18.2. PERSPECTIVES POUR LE BASSIN VERSANT DE LA SEINE ET DE L’YONNE

18.2.1. Les priorités de l’archéologie de terrain

7Trois grandes orientations peuvent être définies pour les futures opérations de terrain. L’étude du Néolithique récent et final doit constituer une priorité absolue. En effet, si le Néolithique ancien et moyen I a fait l’objet d’un grand nombre de fouilles et d’études dans les dernières décennies et particulièrement dans les dernières années, la fin du Néolithique, du Néolithique récent (et sans doute même à partir du Néolithique moyen II) jusqu’à la transition avec l’Âge du Bronze demeure une période méconnue, à la fois par rapport aux périodes antérieures mais aussi par rapport à de nombreuses autres régions d’Europe occidentale. Seul un travail conséquent sur ces périodes permettra de combler ces lacunes.

8Si la rareté des sites de la fin du Néolithique installés dans les basses vallées alluviales est imputable à des problèmes taphonomiques, ces derniers sont mis en relation par les géoarchéologues et paléoenvironnementalistes avec le développement de la pression humaine à la fin du Néolithique. Il convient donc de rechercher ces vestiges dans d’autres contextes topographiques (plateaux, vallées secondaires et sèches…) ou ayant potentiellement bénéficié de contextes géomorphologiques favorables (piémonts).

9Un effort particulier doit être fait dans la reconnaissance et la définition des entités culturelles de la fin du Néolithique et de leur chronologie. Au-delà, ce sont presque tous les domaines de la culture matérielle, de l’habitat et des rites qui doivent être documentés.

10La deuxième priorité concerne logiquement les aspects géographiques avec la nécessaire réduction des distorsions des connaissances entre les vallées et les plateaux, où, malgré le grand nombre d’indices de sites, le processus de l’exploitation des territoires demeure mal précisé pour l’ensemble de la séquence néolithique. Il en est de même de la haute vallée de l’Yonne, où les sites pourtant nombreux sont souvent restés en marge du développement des recherches. Il s’agit en même temps d’offrir de réelles possibilités au développement d’une archéologie spatiale concernant à la fois les premières implantations néolithiques et la question du fonctionnement des fronts pionniers. Il faudra aussi s’intéresser aux territoires des populations du Néolithique moyen afin de vérifier leur organisation supposée autour des monuments et des grandes enceintes situés dans les vallées. Il est bien évident que c’est à l’archéologie programmée de développer des projets dans ces secteurs moins touchés par l’archéologie préventive.

11La troisième priorité est d’ordre thématique. Il s’agit de développer l’archéologie de l’habitat afin de compléter les nombreuses études, trop souvent focalisées ces dernières années sur les aspects funéraires. En effet si les habitations et les habitats du Néolithique ancien sont maintenant relativement bien connus, il n’en va pas de même pour ceux du Néolithique moyen et final. Les intéressantes observations concernant de possibles habitations circulaires pour le Néolithique moyen doivent impérativement être vérifiées afin d’alimenter les problématiques concernant à la fois la genèse des monuments Cerny et les pratiques économiques du Néolithique moyen (hypothèse de mobilité pastorale…).

18.2.2. Les priorités d’étude

12Au-delà de ces grandes priorités, toute une série de questions spécifiques méritent d’être posées ou prolongées. Car, si une série de synthèses thématiques sont venues (ou viennent) ponctuer la recherche néolithique de l’Yonne (PCR sur les enceintes par M. Prestreau, thèse sur l’industrie lithique d’A. Augereau, PCR sur les rites funéraires coordonné par P. Chambon et sur les nécropoles de Passy coordonné par O. Lemercier, thèses sur la céramique du Néolithique ancien par K. Meunier et du Néolithique moyen II par C. Moreau, thèse sur la monumentalité par L. Pillot), de nombreux domaines demeurent à l’écart de ces récents états des lieux.

13Ces questions doivent être documentées à la fois par de nouvelles opérations de terrain, mais surtout et dès avant par des bilans spécifiques qui pourraient être conduits dans le cadre de cursus universitaires, de PCR, ou d’autres types de projets. Quelques sujets d’étude peuvent être proposés comme priorités.

14Le traitement des données :

  • Les données de l’économie animale et végétale, recueillies en grand nombre dans le cadre des opérations de terrain, n’ont pas fait l’objet de synthèses récentes.
  • La céramique du Néolithique moyen I, du Néolithique récent et final.
  • Les données sur l’habitat.

15Les problématiques chrono-culturelles et socioéconomiques :

  • L’origine et les modalités de la néolithisation de l’Yonne.
  • Les phases de transition entre les groupes culturels pour l’ensemble de la séquence néolithique.
  • La caractérisation des ensembles culturels de la fin du Néolithique.
  • L’organisation des territoires.
  • Le développement des structures et de la hiérarchisation sociales.
  • Les contacts interculturels à grande échelle…

18.2.3. Les priorités de publication

16Le dernier constat issu de ce bilan est le déficit de publication concernant le Néolithique de l’Yonne, en regard de l’important nombre d’opérations conduites dans les dernières décennies. Il ne semble pas inutile de rappeler que les fouilles archéologiques qui n’ont pas fait l’objet d’une diffusion des résultats auprès de la communauté scientifique ont une portée limitée.

17Ce constat est particulièrement important en région Bourgogne où la disparition des Bilans scientifiques régionaux depuis déjà plusieurs années ne permet même pas une diffusion minimale de l’information archéologique (résultats bruts d’opérations). Seul un petit nombre d’opérations ont fait l’objet de notices ou de publications préliminaires (et rarement synthétiques) dans les actes des colloques interrégionaux sur le Néolithique ou des réunions Interneo, ou encore dans des revues scientifiques (Bulletin de la Société préhistorique française, Revue archéologique de l’Est). Actuellement, l’essentiel de l’information n’est donc pas accessible à la communauté scientifique.

18Il convient donc dans l’avenir de mettre en priorité les moyens pour la publication des opérations d’archéologie préventive de la vallée de l’Yonne, sous la forme de monographies, d’approches thématiques (PCR) ou géographiques (par secteurs).

18.3. PERSPECTIVES POUR LE BASSIN VERSANT DE LA SAÔNE

19Pour l’ensemble du bassin versant, il devient primordial pour la recherche néolithique française de mettre au jour un ou deux gisements apportant des références chrono-culturelles. Le bilan sur le Néolithique de la Bourgogne fait apparaître un net déséquilibre des données disponibles pour la connaissance de cette période entre le nord et le sud de la région. La vallée de la Saône a canalisé les flux migratoires et les courants d’échanges sans doute dès le Néolithique ancien. Il conviendrait de rééquilibrer l’effort consenti pour les recherches en se focalisant davantage sur ce secteur où l’on ne connaît aucun plan complet de maison ni aucune sépulture pour ne citer que deux exemples, alors même que les gisements répertoriés sont nombreux et recèlent pour certains des couches en place menacées par les travaux agricoles.

20Pour les prochaines années, le Groupe de Recherche archéologique du Tournugeois (GRAT) entend faire porter son effort sur la publication des séries lithiques et céramiques rassemblées tout en continuant les prospections. Comme dans l’Yonne, l’étude des ensembles faunistiques demeure une nécessité pour toutes les périodes. Les séries semblent notamment assez nombreuses pour le NMB. La datation de nouveaux ensembles chronologiques ou de sites comportant des dates radiocarbone présentant des incertitudes trop larges est devenue indispensable.

18.3.1. Le Néolithique ancien

21À l’heure actuelle, il est possible d’évoquer la présence d’objets issus du monde rubané dans le sud de la région, tandis que dans le nord, la remontée d’éléments méridionaux est très largement suggérée. Il demeure toutefois difficile de cerner la nature du « passage » de ces populations « Cardiales » ou « Épicardiales » en val de Saône. Cela peut être dû aux conditions taphonomiques qui masquent en profondeur les gisements mais aussi à des facteurs intrinsèques au mouvement ci-dessus évoqué. Il serait également nécessaire de préciser la place du VSG dans ces ensembles chronologiques.

22Tout l’enjeu dans les années à venir sera de déterminer si le val de Saône a été une zone de brassage ou une zone de passage ; les deux phénomènes ayant d’ailleurs pu se combiner. Mais il devient primordial pour la recherche néolithique française de mettre au jour un ou deux gisements de référence pour enfin mettre un terme au débat stérile sur l’origine des tessons de Granges.

18.3.2. Le Néolithique moyen

23En définitive, le Néolithique moyen, bien que mieux documenté que le Néolithique ancien, ne permet pas de synthèse très innovante. À l’exception des sites de hauteur fortifiés, le plus souvent en éperon barré, l’habitat reste méconnu et le rituel funéraire est à peine mieux documenté. C’est principalement dans les domaines des échanges et de l’environnement qu’on perçoit le mieux les modifications sociales des Ve et IVe millénaires.

24Sur le plan culturel, il faudra définir si la culture de Cerny s’est étendue jusque dans la vallée de la Saône ou si les quelques découvertes mentionnées témoignent de relations ponctuelles entre groupes voisins. Il serait également nécessaire de préciser la place du Saint-Uze par rapport au Chasséen ancien, à propos duquel l’étude du « Camp de Chassey » a ouvert de nouvelles perspectives.

25Ce tableau brossé à grands traits gagnerait certainement en clarté en s’appuyant sur de nouvelles investigations sur deux gisements particulièrement menacés : ‘Champ-Villars’ au Villars où la charrue remonte maintenant des galets brûlés et ‘La Julienne’ à Tournus qui recèle encore des lambeaux de couches archéologiques que de prochains labours profonds pourraient faire disparaître. Les enseignements obtenus sur ces sites permettraient de préciser l’influence du Chasséen dans la région au cours de la deuxième moitié du Ve millénaire avant notre ère.

26La publication des sondages conduits sur la station NMB de ‘Charrette’ (Tournus) est programmée. Il faudrait dans un avenir proche procéder de même avec les camps de Marcilly-sur-Tille, fouillés depuis le début du xxe siècle, mais qui n’ont jamais fait l’objet d’une monographie récapitulative (Planson, 1963, 1979).

18.3.3. Le Néolithique final

27La fin du Néolithique est finalement peu connue dans le bassin de la Saône. Outre les sites d’Ouroux-sur-Saône et la couche 5 de Chassey-le-Camp ‘La Redoute’, les connaissances restent très ponctuelles. Le groupe de la Saône a des fondements très anciens, essentiellement basés sur le mobilier lithique, qu’il serait nécessaire de redéfinir à partir d’une documentation nouvelle. La réinterprétation de la civilisation Saône-Rhône aurait dû permettre la définition de plusieurs groupes culturels plus circonscrits dans le temps et dans l’espace. Qu’en est-il réellement dans la vallée de la Saône ? Quels sont les liens éventuels avec les groupes voisins de Clairvaux et de Chalain ? Quelle est la part réelle des influences méridionales ?

28D’autre part, les sépultures en coffre de la Côte dijonnaise font actuellement l’objet d’un travail de synthèse dont la publication permettra de combler certaines lacunes dans nos connaissances.

29La vallée de la Saône est une région extrêmement riche en sites néolithiques. Les conditions de sédimentation sur les berges sont d’une qualité suffisante pour permettre la conservation des structures et des organisations spatiales. Un suivi méticuleux des travaux d’aménagement et notamment des carrières devrait permettre de mettre en œuvre des opérations préventives. Des opérations programmées ciblées sur certaines zones très riches permettraient aussi de compléter nos connaissances chronologiques.

18.4. PERSPECTIVES POUR LE BASSIN VERSANT DE LA LOIRE

30Au terme de cet état des lieux, il faut constater que sans les grandes opérations d’aménagement du territoire (mise à 2 x 2 voies de la RCEA et de la RN 7), le bilan décennal sur le bassin versant de la Loire serait quasiment réduit à néant. La dispersion et la ténuité des données acquises n’ont presque jamais entraîné de véritables fouilles préventives, au-delà des observations du diagnostic. En l’absence d’un contexte local riche et stimulant, les quelques indices repérés n’ont pas fait l’objet d’observations complémentaires ou d’analyses poussées. Les lots céramiques de Neuvy-sur-Loire, Garchizy, Chaulgnes ou Varennes-Vauzelles doivent nécessairement être revus pour permettre une attribution culturelle fiable. L’absence totale de synergie entre les archéologues de l’Inrap et le tissu associatif local (prospecteurs) au moment des diagnostics, n’a pas permis à ceux-ci de s’emparer de ces données et de tenter de les intégrer dans un contexte plus large. À l’inverse, des découvertes plus anciennes sont restées ignorées des chercheurs pendant des décennies.

31Les transects aléatoires générés par les grands travaux routiers montrent qu’il existe un réel « bruit de fond » néolithique dans les vallées de la Loire et de ses affluents, observations qui confirment ce qui pouvait être pressenti lors d’opérations plus anciennes ou à travers des résultats de prospection de surface. Les observations réalisées ne permettent pas, le plus souvent, d’aller au-delà d’une attribution au Néolithique, au sens large.

32Il y a dans ce bassin versant de la Loire un véritable potentiel encore largement inexploité, principalement par manque d’intervenants, locaux ou non. La mise en évidence et la fouille de sites néolithiques structurés, dotés d’un mobilier conséquent et bien conservé, est à privilégier par tous les moyens disponibles et prioritairement via les opérations préventives. Une analyse spécifique de la répartition spatiale des sites actuellement repérés en prospection, en fonction des conditions géologiques, pourrait dans un premier temps orienter les choix de prescriptions. Les responsables de diagnostics devront être sensibilisés à cette problématique.

33Dans cette partie du bassin versant de la Loire, l’ensemble du cadre chrono-culturel est quasiment inconnu et reste entièrement à construire. La vérification, l’analyse et la publication des ensembles lithiques et céramiques les plus significatifs, jusque-là largement négligés, s’impose à courte échéance pour préciser cet état des lieux succinct. Appuyée sur l’analyse spatiale mentionnée ci-dessus, cette analyse pourrait prendre la forme de mémoires universitaires. La confrontation des résultats de ces travaux avec les données existantes, plus abondantes, des régions Centre et Auvergne, doit également faire partie des priorités à court terme. C’est le cas, par exemple, du site de Saint-Éloi ‘Le Harlot’, découvert en 1983 mais dont l’étude n’a vraiment été entreprise qu’en fin d’année 2006, permettant une discrimination précise des éléments mobiliers conservés qui font apparaître des affinités avec le Cerny, le Chasséen et le NMB (Moreau, 2010).

34Ainsi, ces rares données chrono-culturelles permettent de pressentir les liens qui doivent exister avec les régions limitrophes, avec le Cerny du sud-est du Bassin parisien, avec le Chasséen d’Auvergne et du Cher, ou encore avec le NMB qui reste encore mal défini dans sa partie occidentale.

18.5. PERSPECTIVES GÉNÉRALES

35Une fois réalisé l’examen détaillé des sites et de leurs apports à la connaissance du Néolithique de chaque bassin versant, il est alors possible d’effectuer un bilan quantitatif et comparatif des données disponibles par périodes pour chaque bassin versant de Bourgogne. L’ensemble des sites mentionnés dans les textes de ce bilan correspond à un total de 163, dont la moitié appartient au bassin de la Saône et un tiers au bassin de l’Yonne (fig. 109). La Loire apparaît ainsi très mal documentée, avec seulement vingt-neuf sites mentionnés (fig. 110). Le Néolithique ancien, particulièrement bien documenté dans le bassin Seine-Yonne, est en revanche moins bien connu dans la vallée de la Saône, tandis qu’il est totalement inconnu dans le bassin de la Loire (fig. 111). Le Néolithique moyen réunit la moitié des sites pris en compte dans les bilans par bassins versants, ce qui est très révélateur de l’état de la documentation archéologique, mais aussi peut-être de la densité d’occupation de l’espace à cette période (fig. 112). Pour le Néolithique moyen, le bassin de l’Yonne est une nouvelle fois celui des trois bassins qui comprend le plus de sites.

Fig. 109. Carte des principaux sites néolithiques en Bourgogne en fonction des cultures (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).

Fig. 110. Carte des principaux sites d’époque néolithique indéterminée en Bourgogne (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).

36Le Néolithique récent est en revanche la période la plus mal connue avec seulement quatre sites mentionnés dans le bassin de l’Yonne (fig. 113). Le Néolithique final est surtout représenté dans le bassin de la Saône où se concentre la majorité des sites (fig. 114). Malheureusement, peu d’entre eux ont fait l’objet d’investigations approfondies. Ce bilan quantitatif doit bien évidemment être considéré uniquement à titre indicatif car il dépend bien sûr des citations dans les textes de cet ouvrage. Il n’en demeure pas moins qu’il est assez révélateur des connaissances disponibles pour chaque période dans chaque bassin versant.

37Le point le plus faible mis en évidence par ce bilan concerne sans aucun doute l’insuffisance du nombre de publications par rapport au volume des recherches menées sur le terrain. C’est particulièrement le cas pour la vallée de l’Yonne qui concentre l’essentiel des opérations et qui comprend un grand nombre de sites fouillés apportant une documentation essentielle, notamment pour le Néolithique ancien et moyen. Il est indispensable que les moyens matériels et financiers soient donnés dans les années à venir pour permettre la publication de ces sites néolithiques. La Revue archéologique de l’Est ou ses suppléments, entre autres, constituent des supports d’édition de l’archéologie régionale qui sont parfaitement adaptés à la publication de ces recherches. Dans plusieurs cas, la mise en place d’un Projet collectif de recherches (PCR) centré sur une thématique a permis de fédérer les chercheurs qui ont ainsi pu traiter une documentation riche et complexe à exploiter. Il apparaît ainsi que de nouveaux projets de PCR, bien coordonnés, permettraient de faire avancer de nouveaux thèmes de recherche. Le développement des Masters en archéologie au sein de l’Université de Bourgogne (spécialités « Archéosciences et Géoenvironnement » et « Archéologie, Cultures, Territoires et Environnement ») doit pouvoir constituer un vivier de jeunes chercheurs dont les sujets d’étude devront être conditionnés, pour la période néolithique, par les priorités définies ici.

38Enfin, après la publication du « Camp de Chassey » (Thevenot, 2005), la publication prochaine des sites inclus dans le PCR « Évolution, coexistence et confrontation de pratiques funéraires entre 4500 et 4000 av. J.-C. sur un micro-territoire » (coordination P. Chambon) et celle du Projet collectif de recherche visant à la publication des nécropoles néolithiques de Passy (Richebourg, Sablonnière, Graviers) (coordination O. Lemercier), il faudra envisager une liste non exhaustive de sites bourguignons considérés comme prioritaires. Dans cette liste figurent entre autres les sites de Gurgy ‘Les Noisats’ (S. Rottier), Passy/Véron ‘La Truie Pendue’ (Y. Lecornué et R. Labeaune), Mavilly-Mandelot ‘La Molle-Pierre’ (A. Dufay-Galan), Escolives-Sainte-Camille ‘La Pièce de l’Étang’ (P. Duhamel), Marsangy ‘Les Durillons ’(H. Carré), Champlay ‘Les Carpes 2’, Gron ‘Les Sablons’ et ‘Charbuy’ ‘Les Fusilliers’ (abbé Merlange), les sépultures dolméniques et en coffre de la fin du Néolithique (J.-P. Thevenot).

39La région Bourgogne souffre d’un manque cruel de personnels travaillant sur le Néolithique, et plus largement sur la Préhistoire. Mais surtout, le plus grave problème est avant tout le faible nombre de prescriptions de diagnostics et de fouilles portant sur des sites néolithiques. Le repérage de sites préhistoriques, notamment lors de la phase de diagnostic, nécessite en effet, faut-il le rappeler, des compétences particulières dans la détection de mobilier lithique exogène, dans l’identification des silex taillés et des céramiques, ou encore dans la lecture pédologique et géomorphologique des terrains. Serait-ce la seule raison permettant d’expliquer le faible nombre de fouilles néolithiques en Bourgogne ? Le repérage des sites constitue une phase essentielle et préalable, mais le manque de prescriptions peut parfois également constituer un frein à la recherche.

40De façon générale, la Bourgogne manque de néo-lithiciens pour développer des opérations de terrain et des études de mobilier permettant d’apurer le passif. Il existe également un problème fondamental concernant une partie de la documentation de fouilles qui n’a pas été rendue et un autre, non moins important, pour le mobilier archéologique trop souvent dispersé, parfois conservé chez des particuliers, ou mal inventorié.

18.6. PERSPECTIVES CULTURELLES INTERRÉGIONALES

41Au terme de ce bilan, la Bourgogne semble faire tout autant office de carrefour que de frontière, tout au long du Néolithique.

42Pour le Néolithique ancien, le rôle de l’Yonne dans le processus de néolithisation et ses relations avec les régions voisines d’Île-de-France, de Champagne-Ardenne, de Lorraine et d’Alsace devraient être mieux appréhendés afin de préciser l’évolution chrono-culturelle du Néolithique ancien du quart nord-est de la France, comme l’a déjà fait observer Daniel Mordant (2006). Ceci correspondait exactement à l’objectif de la séance de la Société préhistorique française du 10 juin 2011 concernant la « Chronologie du Rubané dans le Bassin parisien » (dir. K. Meunier et M. Ilett). La question dépasse d’ailleurs le cadre du seul bassin de l’Yonne et intéresse aussi le bassin versant de la Saône, comme nous l’avons déjà évoqué ci-dessus. Le rôle de la Bourgogne est essentiel pour l’étude des relations nord-sud. Remontées cardiales ou épicardiales dans la vallée de la Saône, extension rubanée ou VSG vers le sud et rôle joué par ces cultures dans la formation de La Hoguette ou du Limbourg sont autant de problématiques qui ne peuvent être traitées qu’en prenant en compte les données bourguignonnes.

Fig. 111. Carte des principaux sites du Néolithique ancien en Bourgogne (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).

Fig. 112. Carte des principaux sites du Néolithique moyen en Bourgogne (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).

Fig. 113. Carte des principaux sites du Néolithique récent en Bourgogne (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).

Fig. 114. Carte des principaux sites du Néolithique final en Bourgogne (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).

43Pour le Néolithique moyen, la question du groupe d’Augy-Sainte-Pallaye qui fut défini, puis supprimé, mais dont on se demande régulièrement s’il n’aurait pas un rôle à jouer, doit nécessairement être reposée dans le contexte d’une analyse des relations nord-sud.

44Les formes de l’habitat du Néolithique moyen restent mal connues. Les recherches sur les enceintes de plaine ont apporté et apportent des connaissances importantes, complémentaires de celles qui ont été acquises antérieurement sur les habitats de hauteur. L’habitat Cerny demeure lui aussi très mal connu. Par ailleurs, dans la vallée de la Saône se pose la question de savoir si des populations Cerny se sont implantées dans la région, s’il ne s’agit que d’une présence sporadique, ou si les témoins retrouvés attestent des contacts ponctuels avec le Chasséen, comme à Chassey-le-Camp par exemple.

45Au nord et au nord-est de la Bourgogne, les limites géoculturelles mériteraient d’être mieux définies. Dans la partie sud de la région, plusieurs études ont permis de définir la géographie, la chronologie et les modes de vie du Chasséen. Pourtant, la question des relations avec le Chasséen méridional reste à traiter pour l’essentiel. Quel est le rôle de celui-ci dans la genèse du Chasséen bourguignon, et inversement ? Quels sont les calages chronologiques entre les deux régions ? De même les relations entre le Saint-Uze et le Chasséen et la répartition géographique des deux cultures, l’une située à l’est et la seconde à l’ouest de l’axe Saône-Rhône, mériteraient d’être mieux connues.

46Au Néolithique moyen II, la périodisation du Néolithique Moyen Bourguignon, la définition de faciès géographiques et l’étude des relations avec les cultures voisines seraient facilitées par des recherches interrégionales, prolongeant ainsi les recherches de C. Moreau (2010) et de L. Jammet-Reynal (Jammet-Reynal et alii, 2010).

47Pour le Néolithique moyen et récent, plusieurs travaux concernant les monuments et les pratiques funéraires sont en cours dans la vallée de l’Yonne. Ils montrent une diversité des architectures funéraires qui reflète sans doute les organisations sociales des différents groupes culturels concernés. Ultérieurement, ces études pourraient être mises en relation, notamment, avec les recherches menées dans l’Aube.

48Quant à la fin du Néolithique, pour les périodes récente et finale, la rareté des sites rend difficile l’étude des relations interrégionales, malgré les recherches développées dans le cadre du PCR « Le IIIe millénaire avant J.-C. dans le Centre-nord de la France : définitions et interactions des groupes culturels » (coordination L. Salanova de 2001 à 2003 et R. Cottiaux de 2004 à 2006).

49Des relations culturelles avec le sud de la France ont été constatées dans plusieurs sites de la vallée de la Saône, mais aussi dans le Jura (Pétrequin, 1997). Ce constat avait d’ailleurs été un des arguments à l’origine de la définition de la Civilisation Saône-Rhône (Thevenot, 1976). Si, depuis, cette entité a été remise en cause et remplacée par quelques groupes locaux, il n’en reste pas moins que des relations indéniables ont été constatées avec le sud de la France. Celles-ci sont bien connues dans le Jura à partir des stations de Chalain, mais les intermédiaires restent flous, tandis que les relations entre le Néolithique final dit du groupe de la Saône et celles du Midi mériteraient de nouvelles recherches.

50Pour l’extrême fin de la période, le sens de diffusion des éléments campaniformes en France orientale sur l’axe majeur Rhône-Saône-Rhin demeure à préciser (Lemercier, 2014), de même que leur insertion dans les séquences régionales et au sein des cultures locales du Néolithique final. Le groupe Bourguignon-Jurassien récemment défini (Salanova, Ducreux, 2005) doit encore être précisé, voire discuté. La transition avec le Bronze ancien demeure encore plus méconnue dans ces régions.

51Pour toutes les périodes, les relations culturelles entre le bassin de la Loire et la région Centre constituent des perspectives très intéressantes. Elles ne peuvent malheureusement pas être traitées à cause des très importantes lacunes concernant le Néolithique de la partie bourguignonne du bassin de la Loire et d’une grande partie du Berry. Pour le NMB, le corpus de Bruère-Allichamps (Cher ; Rialland, 1989a et b) laisse pourtant supposer que cette culture s’est développée sur l’ensemble de ces régions.

52Enfin, en ce qui concerne le cadre chronologique bourguignon, on ne peut que souhaiter que se constituent des corpus de référence bien datés grâce à de nouvelles fouilles. Selon D. Mordant, « pour le Néolithique de l’interrégion, l’urgence est donc à la production et à l’harmonisation des référentiels, notamment chronologiques » (Mordant, 2006, p. 55) et nous ne pouvons que souscrire à ce vœu, espérant que ce bilan sur le Néolithique de Bourgogne participe au mieux à ce souhait.

Bibliographie

Bibliographie citée

Jammet-Reynal L., Pétrequin P., Besse M., 2010, « Définition du Néolithique Moyen Bourguignon du Jura (4200-3600 av. J.-C.) : premiers résultats », in : Besse M., Praud Y. dir., Internéo 8 – 2010, Journée d’information du 20 nov. 2010, Paris.

Lemercier O., 2014, « Bell Beakers in Eastern France and the Rhone-Saone-Rhine axis question », in : Besse M. dir., Around the Petit Chasseur Site in Sion (Valais, Switzerland) and new approaches to the Bell Beaker Culture, Proceedings of the International Conference held at Sion (Switzerland), October 27th-30th, 2011, Oxford, Archaeopress, p. 181-204, 20 fig.

Meunier K., Bedault L., Chaussé C., Chevrier S., Delor-Ahü A., Dunikowski C., Garmond N., Lamotte D., Pihuit P., Staniaszek L., 2008, Villemanoche ‘Le Bisson, La Herse, Les Quatre Merles, Verpilliers’ (Yonne), Rapport de diagnostic, Inrap.

Mordant D., 2006, « Néolithique et Mésolithique », in : Blaizot F., Boucharlat É., Flouest J.-L., Hanoune R., Mordant D., Neiss R., Pautrat Y., Racinet P., Raynaud C., Séguier J.-M., Téreygeol F., Commission Interrégionale de la Recherche Archéologique. Interrégion Est. Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-comté, Lorraine : bilan du mandat 2003-2006, p. 45-55.

Moreau C., 2010, La céramique du Néolithique moyen II de l’Yonne à la Saône, entre 4300 et 3400 avant notre ère, Thèse de doctorat sous la dir. de C. Mordant et R. Martineau, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol. : 543 p. et 287 p.

Pétrequin P. dir., 1997, Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs et de Chalain (Jura), III, Chalain station 3, 3200-2900 av. J.-C., Paris, éd. de la M.S.H., 2 vol., 765 p.

Planson E., 1963, « La station néolithique de Marcilly-sur-Tille (Côte-d’Or) », Bull. de la Soc. préhistorique française t. LX, p. 326-339.

Planson E., 1979, « Le Camp-refuge néolithique de Marcilly-sur-Tille », R.A.E., t. XXX, fasc. 1-2, p. 47.

Rialland Y., 1989a, L’enceinte du Néolithique moyen du Champ de la Grange à Bruère-Allichamps (Cher), Mémoire de maîtrise de l’Univ. de Besançon, 2 vol., 155 p., 43 fig., 18 pl.

Rialland Y., 1989b, « Une enceinte cultuelle 4 000 ans avant J.-C. à Bruère-Allichamps (Cher) », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 98, p. 3-10.

Salanova L., Ducreux F. dir., 2005, « L’habitat campaniforme de La Noue à Saint-Marcel (Saône-et-Loire) : éléments de définition du groupe Bourguignon-Jurassien » (dossier), Gallia Préhistoire, t. 47, p. 33-146.

Thevenot J.-P., 1976, « La civilisation Saône-Rhône : essai de synthèse », R.A.E., t. XXVII, fasc. 3-4, p. 395-405.

Thevenot J.-P. dir., 2005, Le Camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : les niveaux néolithiques du camp de La Redoute, Dijon, S.A.E., 464 p. (22ème suppl. à la R.A.E.).

Table des illustrations

Légende Fig. 109. Carte des principaux sites néolithiques en Bourgogne en fonction des cultures (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 110. Carte des principaux sites d’époque néolithique indéterminée en Bourgogne (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 943k
Légende Fig. 111. Carte des principaux sites du Néolithique ancien en Bourgogne (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5709/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Légende Fig. 112. Carte des principaux sites du Néolithique moyen en Bourgogne (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5709/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 113. Carte des principaux sites du Néolithique récent en Bourgogne (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5709/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 930k
Légende Fig. 114. Carte des principaux sites du Néolithique final en Bourgogne (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5709/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1013k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search