Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 2. Le Néolithique en Bourgogne

17. Bilan des réponses apportées à la programmation néolithique de 1990-199430

Olivier Lemercier et Rémi Martineau

Texte intégral

17.1. LE PROGRAMME 11 : APPARITION DU NÉOLITHIQUE ET NÉOLITHIQUE ANCIEN30

  • 30 Issu de l’ouvrage La recherche archéologique en France : bilan 1990-1994 et programmation du Consei (...)

1Les recherches concernant la néolithisation en Bourgogne entre les deux grands courants de diffusion néolithique (Rubané et Cardial) n’ont guère progressé. La thèse de K. Meunier soutenue en 2009 sur la céramique du Néolithique ancien dans le sud-est du Bassin parisien a montré que la néolithisation de l’Yonne s’est effectuée au cours de l’étape moyenne du RRBP, caractérisée dans la vallée de l’Aisne, ce qui remet en cause l’idée d’une néolithisation tardive du nord de la Bourgogne (Meunier, 2010). Une composante locale et des liens avec l’Alsace ont également été mis en évidence. Ces données confirment l’hypothèse développée par P. Duhamel et M. Prestreau (1988), contrairement à celle de C. Constantin (1985), que l’étude lithique d’A. Augereau (2004) semblait confirmer.

2La publication de la céramique du site de Granges ‘L’Arène’ (Saône-et-Loire), d’Ouroux-sur-Saône ‘La Cygognière’ (Saône-et-Loire ; Thevenot, 2005) et, plus récemment, celle de certains éléments céramiques des niveaux anciens d’Ambérieu-en-Bugey ‘Grotte du Gardon’ (Ain ; Manen, Convertini, 2009) permettent de relancer le débat sur les rapports du VSG avec les cultures néolithiques plus méridionales. Géographiquement, la vallée de la Saône constitue une région essentielle pour aborder cette problématique. Malheureusement, les séquences stratigraphiques demeurent inconnues dans cette région qui n’a livré que quelques sites et assemblages archéologiques. Plusieurs sites RRBP et VSG ont cependant fait l’objet de fouilles préventives dans l’Yonne au cours de la décennie considérée. Les recherches sur les modes de subsistance n’ont en revanche pas fait l’objet d’études spécifiques pour le Néolithique ancien régional.

3Il faut aussi mentionner trois thèses, soutenues entre 2004 et 2010, portant sur le Néolithique ancien et intégrant des sites de l’Yonne. La parure funéraire (Bonnardin, 2009), les pratiques funéraires (Thevenet, 2010) et le matériel de mouture et d’abrasion (Hamon, 2006). Une autre thèse (L. Bedault) est en cours sur la faune du VSG du Bassin parisien, incluant des sites icaunais.

17.2. LE PROGRAMME 12 : LE NÉOLITHIQUE : HABITATS, SÉPULTURES, PRODUCTIONS, ÉCHANGES

4Les données funéraires du Néolithique moyen ont été renouvelées sur plusieurs sites et particulièrement avec la découverte de deux nécropoles à Monéteau ‘Rue de Bonn’ et à Gurgy ‘Les Noisats’ (Yonne). Pour ce qui concerne la culture de Cerny, la publication du colloque de Nemours en 1997 a apporté un état de la question assez complet. L’économie des matières premières, la typologie et la technologie lithique des ensembles Cerny ont été définies (Augereau, 2004).

5Dans la vallée de la Saône, la mise en évidence de la présence d’éléments Cerny (Bontemps, 1997 ; Thevenot, 2005) ouvre de nouvelles perspectives concernant l’extension des cultures ou les dynamiques sociales. Des plans de bâtiments auraient peut-être été mis au jour si des fouilles avaient suivi le diagnostic réalisé sur le site d’Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit-Bois’. En ce qui concerne les liens entre les groupes de Cerny et de Chambon, la frontière occidentale entre le Cerny et le Chambon a été quelque peu précisée par les études céramiques de C. Moreau (2010).

6Concernant la séquence chrono-culturelle, l’étude et la publication monographique des données du site de Chassey-le-Camp ‘La Redoute’ (Saône-et-Loire), sous la direction de J. -P. Thevenot, considérées comme une priorité régionale, constituent l’apport principal à ce thème (Thevenot, 2005). S’accompagnant de mises en perspectives régionale et supra-régionale, elle fournit un cadre chrono-culturel de référence fondamental pour l’évolution du Chasséen et du NMB, mais aussi, dans une moindre mesure, pour le Néolithique final.

7D’autres aspects concernant les relations entre ensembles culturels ou leur extension géographique ont pu progresser grâce à une série de découvertes et d’études. C’est le cas notamment de la question de la pénétration chasséenne de type Chassey dans la vallée de l’Yonne. Mais, par exemple, un examen des faciès du NMB serait à entreprendre à une échelle supra-régionale, en relation, entre autres, avec l’évolution constatée en Bassée (Mordant, 1986).

8Le passage du Néolithique moyen au Néolithique final a bénéficié de la thèse sur la céramique NMB (Moreau, 2010) et des travaux du Projet collectif de recherche sur le Néolithique récent et final dans le Centre-nord de la France.

9Les données concernant l’habitat du Néolithique moyen ont notablement progressé par la découverte de nouvelles constructions circulaires attribuées au Néolithique moyen I, la fouille de plusieurs enceintes et la découverte d’un habitat de plaine attribuable sans doute au Néolithique moyen I et au NMB, à Gevrey-Chambertin ‘Au-Dessus de Bergy’ (Côte-d’Or ; Chevrier et alii, 2009).

10Pour le domaine funéraire, les Projets collectifs de recherche actuellement engagés sur Passy et sur le secteur d’Auxerre devraient permettre à la fois la publication de données encore trop souvent inédites et une meilleure compréhension de la diversité funéraire qui semble apparaître avec le Néolithique moyen.

17.3. LE PROGRAMME 13 : PROCESSUS DE L’ÉVOLUTION DU NÉOLITHIQUE À L’ÂGE DU BRONZE

11La fin du Néolithique souffre toujours d’un déficit de documentation mais aussi de recherches spécifiques en région Bourgogne. Les priorités de ce programme n’ont sans doute été abordées que de façon marginale.

12La question de la transition du Néolithique moyen au Néolithique final a déjà été évoquée pour le programme précédent. Par comparaison avec les régions voisines, le Projet collectif de recherches déjà mentionné a permis de recaler chronologiquement le Néolithique récent et final du nord de la Bourgogne (Salanova et alii, 2011), mais la définition des cultures reste largement à réaliser. Dans l’Yonne, de rares découvertes auraient dû permettre de mieux connaître le Néolithique récent. En réalité, seul le sud de la région, avec les données concernant le Néolithique final de type Chassey niveau 5 et les éléments dits Saône-Rhône, fournissent actuellement matière à une réflexion (Thevenot, 2005).

13La transition du Néolithique à l’Âge du Bronze et l’impact du phénomène campaniforme posent le même problème. Malgré la fouille et la publication de l’important site campaniforme de Saint-Marcel ‘La Noue’ (Saône-et-Loire ; Salanova, Ducreux, 2005) et un corpus d’éléments campaniformes en augmentation constante grâce à l’archéologie préventive – environ 65 sites connus actuellement en région Bourgogne – les questions relatives à l’apparition et à l’insertion des Campaniformes restent à étudier et le déficit de connaissances dans la Nièvre et dans l’Yonne demeure important. Les travaux du PCR sur le Néolithique récent et final du Centre-nord de la France ont permis une meilleure connaissance de la transition du Néolithique à l’Âge du Bronze, même si l’essentiel des données exploitables se situent au-delà de la région Bourgogne, dans le Bassin parisien (Brunet et alii, 2008). L’important travail sur les productions céramiques du Bronze ancien dans le sud-est de la France (Provence, Languedoc oriental, Rhône-Alpes-Auvergne ; Vital et alii, 2012) permettra aussi d’envisager à nouveau et de façon originale le phénomène dans la basse vallée de la Saône.

14La question de la métallurgie préhistorique en Bourgogne se heurte au très faible nombre d’éléments métalliques clairement attribués au Néolithique final mais a bénéficié d’autres approches comme celles concernant les paléo-pollutions mises en évidence dans le secteur du Morvan qui pourraient ouvrir de nouvelles perspectives (Jouffroy-Bapicot et alii, 2007, 2008).

15À l’échelle de la région et d’une manière générale, la connaissance de l’habitat de la fin du Néolithique, malgré plusieurs découvertes dans la décennie écoulée, demeure très faible.

17.4. LES PROGRAMMES DIACHRONIQUES

16Les programmes diachroniques 30 (Art postglaciaire) et 31 (Anthropisation et aménagement des milieux durant l’Holocène) ont fait l’objet de développements spécifiques en Bourgogne avec d’une part les travaux portant sur l’art mégalithique (Lagrost, Buvot, 1998) et d’autre part les analyses paléo-environnementales conduites dans le cadre de l’ACI « Territoire, Environnement et Pratiques agricoles » (responsables R. Martineau, ArTeHis UMR 6298 et B. Vannière, Chrono-Environnement UMR 6249) (Martineau, 2007), le programme « Paléoenvironnement du Mont Beuvray » du Centre archéologique du Mont Beuvray (responsable C. Petit), et la thèse d’I. Jouffroy-Bapicot (2010) sur le massif du Morvan.

17.5. CONCLUSION

17Globalement, si plusieurs problématiques définies comme prioritaires lors de la dernière programmation ont fait l’objet de réelles avancées et si des découvertes viennent peu à peu combler les vides de connaissance pour certains secteurs et certaines périodes (Néolithique ancien et moyen de l’Yonne, domaine funéraire, etc.), de grands pans de l’histoire du Néolithique bourguignon demeurent encore méconnus, voire non investis par les chercheurs (fin du Néolithique, habitat, etc.). À de rares exceptions près, telle que la monographie de Chassey-le-Camp, la décennie considérée a été plus marquée par les découvertes de l’archéologie préventive que par des synthèses et une réflexion sur le cadre chrono-culturel. Celui-ci demeure encore trop incomplet et devra être revu ou affiné dans une perspective supra-régionale.

Bibliographie

Bibliographie citée

Bonnardin S., 2009, La parure funéraire au Néolithique ancien dans les bassins parisien et rhénan : Rubané, Hinkelstein et Villeneuve-Saint-Germain, Paris, Soc. préhistorique française, 322 p. (Mémoire de la Soc. préhistorique française, XLIX).

Bontemps C., 1997, Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ (Gravière C2B, site no 71336028, Saône-et-Loire), DFS d’évaluation archéologique, S.R.A. Bourgogne.

Brunet P., Cottiaux R., Hamon T., Magne P., Richard G., Salanova L., Samzun A., 2008, « Les ensembles céramiques de la fin du IIIe millénaire (2300-1900 avant notre ère) dans le Centre-nord de la France », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 105, no 3, p. 595-616.

Chevrier S., Cantin N., Ducreux F., Garcia J. -P., Jaccottey L., Lajoux J. -B., Lalai D., Wiethold J., Moreau C., Tristan C., Symonds R., 2009, Gevrey-Chambertin (21), Au-Dessus de Bergis : une occupation diachronique au pied de la Côte de Nuits, Rapport final d’opération.

Constantin C., 1985, Fin du Rubané, céramique du Limbourg et Post-rubané en Hainaut et en Bassin parisien, Oxford, General Editors, 2 vol., 329 p. (BAR, Intern. series, 273).

Duhamel P., Prestreau M., 1988, « Chronologie et cultures du Néolithique ancien et moyen en Bassin d’Yonne », in : 15ème colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, 1988, Résumés des communications, Châlons-sur-Marne, S.R.A. Champagne-Ardenne.

Hamon C., 2006, Broyage et abrasion au Néolithique ancien : caractérisation technique et fonctionnelle des outillages en grès du Bassin parisien, Oxford, Archaeopress, 342 p. (BAR, Intern. series, 1551).

Jouffroy-Bapicot I., 2010, Évolution de la végétation du massif du Morvan (Bourgogne - France) depuis la dernière glaciation à partir de l’analyse pollinique : variations climatiques et impact des activités anthropiques, Thèse de doctorat, Besançon, Univ. de Franche-Comté, 2 vol., 372 p., 40 p. d’annexes.

Jouffroy-bapicot I., Forel B., Monna F., Petit C., 2008, « Paléométallurgie dans le Morvan : l’apport des analyses polliniques et géochimiques », in : Richard H., Garcia D. dir., Le peuplement de l’arc alpin, Actes du 131ème congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006, Paris, éd. du CTHS, p. 323-334.

Jouffroy-Bapicot I., Pulido M., Galop D., Monna F., Ploquin A., Baron S., Petit C., Lavoie M., Beaulieu J.-L. de, Richard H., 2007, « Environmental impact of early palaeometallurgy : pollen and geochemical analysis », Vegetation History and Archaeobotany, vol. 16, no 4, p. 251-258.

Lagrost L., Buvot P., 1998, Menhirs de Bourgogne : l’art mégalithique bourguignon, Montceau-les-Mines, éd. La Physiophile, 159 p.

Manen C., Convertini F., 2009, « La céramique du Néolithique ancien », in : Voruz J. -L. dir., La grotte du Gardon (Ain). Vol. 1. Le site et la séquence néolithique des couches 60 à 47, Toulouse, Archives d’Écologie préhistorique, p. 255-266.

Martineau R., Vannière B., Gabillot M. dir., 2007, Territoires, environnement et pratiques agricoles au Néolithique final : approche systémique des espaces agraires et des variations démographiques durant le IIIe millénaire B.C., du Jura suisse au Centre de la France, Rapport final d’ACI, 637 p.

Mordant D., 1986, « Le Néolithique moyen II dans le secteur Seine-Yonne », in : Pétrequin P., Gallay A. dir., Le Néolithique moyen bourguignon, Actes du colloque de Beffia, 4-5 juin 1983, Genève, p. 105-113 (Archives suisses d’Anthropologie générale, 48, 2).

Moreau C., 2010, La céramique du Néolithique moyen II de l’Yonne à la Saône, entre 4300 et 3400 avant notre ère, Thèse de doctorat sous la dir. de C. Mordant et R. Martineau, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol., 543 p. et 287 p.

Salanova L., Ducreux F. dir., 2005, « L’habitat campaniforme de La Noue à Saint-Marcel (Saône-et-Loire) : éléments de définition du groupe Bourguignon-Jurassien » (dossier), Gallia Préhistoire, t. 47, p. 33-146.

Salanova L., Brunet P., Cottiaux R., Hamon T., Martineau R., Polloni A., Renard C., Sohn M., 2011, « Du Néolithique récent à l’Âge du Bronze dans le Centre-nord de la France : les étapes de l’évolution chrono-culturelle », in : Bostyn F., Martial E., Praud I. dir., Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère, Actes du 29ème colloque interrégional sur le Néolithique, oct. 2009, Villeneuve d’Ascq, p. 77-101 (Revue archéologique de Picardie, no spécial 28).

Thevenet C. 2010, Des faits aux gestes… des gestes au sens ? Pratiques funéraires et société durant le Néolithique ancien dans le Bassin parisien, Thèse de doctorat de l’Univ.de Paris 1, vol. 1 : texte et figures, 709 p., vol 2 : annexes et pl.

Thevenot J. -P. dir., 2005, Le Camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : les niveaux néolithiques du camp de La Redoute, Dijon, S.A.E., 464 p. (22ème suppl. à la R.A.E.).

Vital J., Convertini F., Lemercier O. dir., 2012, Composantes culturelles et premières productions céramiques du Bronze ancien dans le sud-est de la France : résultats du Projet collectif de Recherche 1999-2009, Oxford, Archaeopress, xiv + 412 p. + CD Rom annexes : v + 338 p. (BAR, Intern. series, 2446).

Notes

30 Issu de l’ouvrage La recherche archéologique en France : bilan 1990-1994 et programmation du Conseil national de la Recherche archéologique, Paris, éd. de la M.S.H., paru en 1997.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search