Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 2. Le Néolithique en Bourgogne

16. Bilan des datations radiocarbone et cadre chrono-culturel du Néolithique en Bourgogne

Olivier Lemercier, Rémi Martineau, Pascal Duhamel et Bettina Schulz Paulsson

Texte intégral

16.1. LE CORPUS ET SES LIMITES

1La base de données qui a été constituée comprend 303 dates radiocarbone qui documentent la plage chronologique du Néolithique en Bourgogne (cf. annexe 2, p. 259). Si on compare ce nombre à celui des sites identifiés ou fouillés pour cette période, ce corpus de dates est finalement relativament faible. 22 dates ont été écartées car elles correspondaient à des datations de séquences naturelles ou à des éléments très isolés et non à des sites archéologiques caractérisés. Ce corpus de dates révèle de fortes disparités géographiques, reflétant les différences de volume d’activités d’un département à l’autre.

2On notera aussi que 85 des 281 dates retenues ne présentent guère d’intérêt puisque les échantillons n’ont été accompagnés d’aucune attribution chronologique ou culturelle précise (indication d’un Néolithique sans précision, voire d’un Néolithique probable). C’est notamment le cas pour les sépultures du Néolithique moyen de l’Yonne non caractérisées par leur mobilier archéologique ou témoignant de la présence « d’influences » diverses. Les très nombreuses datations dont elles ont fait l’objet ne peuvent, en l’état actuel des connaissances, participer à la définition chronologique des cultures archéologiques. On doit, d’une façon générale, remarquer, selon les sources, une grande disparité dans la qualité des informations disponibles pour chaque date. Il manque parfois la référence ou la nature de l’échantillon daté, la structure ou le niveau d’où il provient, le contexte culturel d’accompagnement. Il faut enfin mentionner qu’un certain nombre de ces datations ont été réalisées anciennement et sont parfois affublées d’écart-types importants (51 datations présentant des écart-types supérieurs à 100).

3Le corpus de dates sur le Néolithique en Bourgogne s’avère donc insuffisant, pas toujours bien fondé et, on va le voir, marqué de fortes disparités. Mais il fournit néanmoins d’utiles indications sur le calage dans le temps des cultures successives et les observations issues de son analyse suscitent des questions propres à orienter les recherches à venir.

4Le bassin de l’Yonne réunit une grande partie de la documentation avec 214 datations et, comme on le verra plus loin, c’est la seule zone géographique où le corpus de dates couvre toutes les phases de la période néolithique (fig. 99). Suivent, de loin, la Saône-et-Loire avec quarante-cinq datations, puis la Côte-d’Or avec trente-neuf datations, départements où la documentation se rapporte essentiellement au Néolithique moyen de la plaine de Saône et ses bordures. La Nièvre ne dispose enfin que de cinq datations.

Fig. 99. Répartition quantitative du nombre de dates radiocarbone par périodes chronologiques et par départements.

16.2. LE TRAITEMENT DES DONNÉES

5Autant que possible, la validité des informations réunies a été vérifiée en consultant d’autres informations sur la fouille, le contexte ou l’association des échantillons avec des éléments culturels. Mais bien des problèmes subsistent car le mobilier archéologique associé a parfois fait l’objet d’attributions chrono-culturelles différentes suivant les chercheurs. C’est pourquoi, bien que nous ayons tenté de nous fonder sur les données les plus fiables, des erreurs subsistent probablement. L’impact des dates aberrantes a toutefois pu être réduit lorsqu’un grand nombre de datations pouvaient être prises en compte.

6Pour confronter les séquences chronologiques, nous avons distingué deux ensembles, la vallée de l’Yonne et le bassin de la Saône, examinés séparément d’abord, puis confrontés ensuite, avant d’être examinés dans un contexte géographique plus large.

7Les datations ont été calibrées grâce au logiciel OxCal 4.1. Les dates sont ici présentées avec leur calibration à 2 sigmas. Une première série de graphes présente toutes les datations utilisées et leur somme pour chaque culture, dans chaque bassin versant. Les séquences chronologiques des deux bassins versants font l’objet de deux graphes, le premier présentant les sommes par culture, prenant en compte toutes les dates disponibles, et le second après suppression des datations aberrantes ou comportant de trop grands écart-types. Pour le Néolithique ancien et moyen I de la vallée de l’Yonne, qui représente l’ensemble géochronologique le mieux documenté, B. Schulz Paulsson a réalisé une modélisation bayésienne avec le logiciel OxCal 4.2.

16.3. BILAN RADIOCARBONE POUR LA VALLÉE DE L’YONNE

16.3.1. Description du corpus

8L’Yonne bénéficie de 216 datations utilisables. Trente et une datations sont attribuées au Néolithique ancien dont neuf au Rubané récent du Bassin parisien (RRBP) (fig. 100A) et dix au Villeneuve-Saint-Germain (VSG) (fig. 100B), les autres faisant référence au « Néolithique ancien » sans précision.

9Quatre-vingt-dix datations concernent le Néolithique moyen, quatre-vingts faisant référence au Néolithique moyen I, et seulement trois au Néolithique moyen II. Au sein du Néolithique moyen I, vingt-quatre datations sont attribuées au Cerny (fig. 100C) et dix-sept au Chasséen (fig. 100D).

10Même en supprimant les datations présentant un écart-type supérieur à 100 et les datations totalement aberrantes (Chasséen à 5400 cal BC ou Cerny à 2000 cal BC) pour rendre les graphiques plus lisibles, il demeure possible de réaliser un graphique général cumulé prenant en compte vingt-quatre datations pour le Néolithique ancien et soixante-seize datations pour le Néolithique moyen I (fig. 100E).

11Le Néolithique moyen II n’est représenté que par trois datations, dont une attribuée au NMB et deux au groupe de Noyen (fig. 101A). Il demeurera donc très difficile de réussir à préciser la place chronologique de ces ensembles.

12Concernant la fin du Néolithique, la situation n’est guère meilleure avec vingt-cinq datations au total (fig. 101B). Six datations caractérisent le Néolithique récent et trois le Campaniforme, tandis que seize datations portant pour l’essentiel sur les minières de silex se rattachent à un Néolithique récent et/ou final indéterminé.

16.3.2. La séquence chrono-culturelle

13Deux graphiques ont été réalisés pour la séquence chrono-culturelle de la vallée de l’Yonne (fig. 102). Le premier prend en compte toutes les datations disponibles pour chaque culture (fig. 102A) et permet déjà d’observer une diagonalisation assez évidente. Le second (fig. 102B) a fait l’objet d’un nettoyage par la suppression des datations aberrantes et des datations dont l’écart-type est supérieur à 100.

14D’une manière générale les cumuls de probabilités se diagonalisent de façon assez nette. En ce qui concerne le Néolithique ancien, le Rubané récent du Bassin parisien montre ses premières manifestations autour de 5200 cal BC, pour atteindre un pic autour de 5000, le cumul des probabilités s’abaissant jusque vers 4600. La suppression des datations trop imprécises pour le Villeneuve-Saint-Germain permet de regrouper les cumuls à partir de 5000 avec un pic entre 4850 et 4700 cal BC. La plage de recouvrement des sommes de datations du Rubané récent du Bassin parisien et du Villeneuve-Saint-Germain est importante. Néanmoins, le net décalage des pics des sommes de datations entre les deux graphiques indique que le RRBP se manifeste plus tôt que le VSG qui, lui, se prolonge après le RRBP.

15Les datations disponibles pour le Cerny montrent une chronologie plus longue avec des probabilités s’étendant de 5000 à 4200 cal BC. En première analyse on observe donc une plage de recouvrement avec les dates du VSG. Cependant le fort pic de probabilité du Cerny s’établit entre 4600 et 4450 cal BC.

16Les datations du Chasséen s’étendent de 4700 à 3800 cal BC, mais les probabilités les plus fortes des cumuls correspondent à la période située entre 4350 et 3950 cal BC. L’unique date du Néolithique Moyen Bourguignon se place entre 3950 et 3700, alors que celle du groupe de Noyen est centrée sur 3700-3600 cal BC.

Fig. 100. Datations et sommes des datations des cultures du Néolithique ancien et moyen I de l’Yonne (calibration et graphes OxCal 4.1). A : datations du Rubané récent du Bassin parisien (RRBP). B : datations du Villeneuve-Saint-Germain (VSG). C : datations du Cerny. D : datations du Chasséen. E : Sommes des datations du Néolithique ancien et du Néolithique moyen I de l’Yonne.

Fig. 101. Datations et sommes des datations des cultures du Néolithique moyen II au Néolithique final de l’Yonne (calibration et graphes OxCal 4.1). A : datations des cultures du Néolithique moyen II (Néolithique moyen Bourguignon-NMB et groupe de Noyen). B : datations des cultures du Néolithique récent et final de l’Yonne (Néolithique récent, Néolithique récent et/ou final indéterminé et Campaniforme).

Fig. 102. Séquences chronologiques des cultures du Néolithique de l’Yonne (calibration et graphes OxCal 4.1). A : toutes les datations prises en compte. B : après suppression des datations à écart type > 100 et des datations aberrantes.

17Les datations du Néolithique récent et final s’étalent entre 3600 et 2100 cal BC, le Néolithique récent proprement dit se centrant sur la période de 3600 à 3100 cal BC. En l’absence de culture clairement définie pour le Néolithique final, seul le Campaniforme peut être placé à la fin de cette séquence, entre 2550 et 2100 cal BC.

18Un essai d’application de modélisation bayésienne a été réalisé pour la période du Néolithique ancien au Néolithique moyen I de la vallée de l’Yonne (fig. 103). Il en résulte des graphes permettant de réduire l’étalement chronologique de chaque culture. L’examen du rassemblement des probabilités de début et de fin de chaque période fournit des résultats qui diffèrent peu de ceux obtenus par l’examen des sommes de datations.

19De la conjugaison des résultats obtenus par ces méthodes se dégagent quelques constats. Les datations attestent sans conteste une diagonalisation de la séquence culturelle : Rubané-VSG-Cerny-Chasséen. Mais les graphes révèlent également des recouvrements plus ou moins importants qu’on peut tenter de discuter :

  • le Rubané apparaîtrait assez tôt, vers 5200, et se développerait sur les premiers siècles du Ve millénaire simultanément à une partie du VSG. Le décalage très faible observé ici entre les deux cultures mérite attention ;

  • la période très haute d’émergence du Cerny ainsi que le recouvrement des plages chronologiques occupées par le VSG et le Cerny avant 4500 étonnent car ils semblent aberrants en l’état actuel des connaissances. Ce constat ne résultant probablement pas de problèmes techniques de datations, il faudra vérifier s’il traduit une réalité chronologique à caractériser. Quoi qu’il en soit, le Cerny doit occuper une plage chronologique centrée sur 4500 et assez longue, couvrant probablement au moins cinq ou six siècles.

  • le Chasséen qui a fait l’objet de datations a été assez récemment attesté dans l’Yonne. Il présente des affinités avec celui de Chassey mais n’a aucun point commun avec le Chasséen septentrional. Sa plage chronologique couvre une bonne partie de la seconde moitié du Ve millénaire et présente donc un recouvrement de quelques siècles avec le Cerny déjà bien établi.

Fig. 103. Datations et séquence chronologique du Néolithique ancien et du Néolithique moyen I de l’Yonne (calibration, modélisation et graphes OxCal 4.2). A : datations du Rubané récent du Bassin parisien (RRBP). B : datations du Villeneuve-Saint-Germain (VSG). C : datations du Cerny. D : datations du Chasséen. E : probabilités de début et fin de chaque culture.

16.4. BILAN RADIOCARBONE POUR LE BASSIN DE LA SAÔNE (CÔTE-D’OR, SAÔNE-ET-LOIRE)

16.4.1. Description du corpus

20Aucune datation n’est actuellement disponible pour préciser la chronologie des rares vestiges des premières implantations néolithiques connues dans le bassin de la Saône. Le Néolithique moyen I est documenté par vingt-huit dates qui se répartissent en trois dates pour le Cerny (fig. 104A) et seize dates attribuées au Chasséen (fig. 104B). Pour le Néolithique moyen II, le Néolithique Moyen Bourguignon a fait l’objet de dix-sept mesures (fig. 104C).

21La fin du Néolithique (fig. 104D) est aussi mal caractérisée que dans le bassin Seine-Yonne. La chronologie des cultures du Néolithique final se limite à deux datations pour le Néolithique final de type Chassey et une date pour le groupe de la Saône. Deux dates sont disponibles pour le Campaniforme et quatre sont attribuées à un Néolithique récent ou final indéterminé.

Fig. 104. Datations et sommes des datations des cultures du Néolithique moyen I au Néolithique final dans le bassin de la Saône (Saône-et-Loire, Côte-d’Or) (calibration et graphes OxCal 4.1). A : datations du Cerny. B : datations du Chasséen. C : datations du Néolithique moyen Bourguignon (NMB). D : datations du Néolithique récent au Néolithique final (Néolithique récent et/ou final indéterminé, Néolithique final de type Chassey, Néolithique final de type Saône, Campaniforme).

16.4.2. La séquence chrono-culturelle

22Deux graphiques ont été réalisés pour la séquence chrono-culturelle du bassin de la Saône (fig. 105). Le premier prend en compte toutes les datations disponibles pour chaque culture (fig. 105A) et permet déjà d’observer une diagonalisation assez évidente. Le second (fig. 105B) a fait l’objet d’un nettoyage par la suppression des datations dont l’écart-type est supérieur à 100 et celle des datations aberrantes.

23En l’absence de datation pour le Néolithique ancien, la séquence de la vallée de la Saône débute par trois datations attribuées au Cerny dont la plage s’étend de 4800 à 4400 cal BC, avec un cumul particulier entre 4700 et 4550 cal BC. Le Chasséen couvre un intervalle de 4450 à 3950 cal BC, avec un pic autour de 4000.

24Le Néolithique Moyen Bourguignon, situé entre 3950 et 3350 cal BC, succède au Chasséen. Un petit ensemble, incohérent, prolonge cette chronologie entre 3000 et 2600 cal BC.

25Le vaste ensemble imprécis attribué au Néolithique récent et final s’étale entre 3950 et 2150 cal BC avec seulement trois dates. Le Néolithique final de type Chassey est daté assez précisément entre 2800 et 2350 cal BC, avec une probabilité entre 2600 et 2450 cal BC, alors que l’unique date pour le groupe de la Saône (imprécise) s’étend de 2500 à 1800 cal BC (fig. 105A). Le Campaniforme se place entre 2650 et 2200 cal BC.

26En l’absence de lots de datations à effectifs suffisants, les seules indications que l’on peut tirer des datations pour la vallée de la Saône concernent le Néolithique moyen. La séquence culturelle semble bien attestée pour le Chasséen et le NMB. La datation du NMB après 3000 cal BC ne semble pas plausible et doit faire l’objet d’une critique des échantillons datés et de leurs contextes archéologiques.

Fig. 105. Séquences chronologiques des cultures du Néolithique du bassin de la Saône (Saône-et-Loire, Côte-d’Or) (calibration et graphes OxCal 4.1). A : toutes les datations prises en compte. B : après suppression des datations avec écart type > 100 et des datations aberrantes.

16.5. CONFRONTATION DES SÉQUENCES DE LA VALLÉE DE L’YONNE ET DU BASSIN DE LA SAÔNE

27La figure 106 permet de confronter les séquences chrono-culturelles des deux bassins versants documentés.

28La plage chronologique correspondant au Cerny de la Saône (trois dates) est assez conforme à celle de l’Yonne. Les datations de l’Yonne (vingt dates) sont beaucoup plus étalées dans le temps que celles de la Saône, ce qui peut être dû au plus grand nombre de dates. Le Cerny de la Saône ne correspondrait qu’à un bref moment de la chronologie du Cerny, situé entre 4750 et 4550 cal BC.

29Dans l’Yonne, le Chasséen se développe dès 4700 cal BC, tandis qu’il apparaît seulement à partir de 4450 cal BC dans la Saône. Néanmoins si on regarde les cumuls maximum du Chasséen dans l’Yonne (entre 4400 et 3900 environ cal BC), ils correspondent en fait aux cumuls de la Saône. Dans l’état actuel des connaissances, le Chasséen de l’Yonne est supposé provenir du Chasséen de la Saône, à quelque 250 km au sud. Or le Chasséen semble apparaître en même temps dans les deux régions, et peut-être même antérieurement dans l’Yonne. Le NMB semble débuter vers 4000-3950 cal BC dans la vallée de la Saône. L’unique date de l’Yonne n’est pas incohérente avec cette chronologie. Bien qu’en nombre très limité, les deux datations du Campaniforme, entre 2600 et 2200-2100 cal BC, présentent la même cohérence.

30On retiendra donc que, excepté le problème soulevé par la possible précocité d’apparition du Chasséen de l’Yonne, il ne semble pas y avoir de contradictions majeures ni de décalages importants entre les deux bassins versants, du point de vue de la chronologie radiocarbone des cultures archéologiques.

Fig. 106. Confrontation des séquences chronologiques du Néolithique du bassin de la Saône (Saône-et-Loire, Côte-d’Or) et de l’Yonne, après suppression des datations avec écart type > 100 et des datations aberrantes (calibration et graphes OxCal 4.1).

16.6. LES SÉQUENCES BOURGUIGNONNES DANS LEUR CONTEXTE INTERRÉGIONAL

31Le schéma chrono-culturel régional (fig. 107) a été réalisé en plaçant, dans chaque secteur géographique, chaque culture en fonction de sa somme de datations sans correction archéologique. Il s’agit ici d’une chronologie radiocarbone. Ce schéma confronte les séquences radiocarbone des cultures des bassins versants de Bourgogne avec celles du Jura, du Bassin parisien et de la grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain). D’une manière générale, les datations des différents ensembles reconnus en Bourgogne n’entrent pas en contradiction avec les séquences chronologiques des régions limitrophes situées au sud (grotte du Gardon), à l’est (Jura) et au nord-ouest (Bassin parisien).

32Le Néolithique ancien s’étend de la fin du VIe millénaire au premier quart du Ve, avec le RRBP centré sur 5000 avant notre ère et le VSG occupant le premier quart du Ve millénaire. Le Chasséen semble occuper la deuxième moitié du Ve millénaire, alors que le Néolithique moyen II s’étend sur la première moitié du IVe avec le NMB et le groupe de Noyen. Le Néolithique récent occupe la deuxième moitié du IVe millénaire et le Néolithique final s’étend sur le IIIe millénaire avec le Campaniforme qui occupe la seconde moitié.

33Seule la place chronologique du Cerny, débutant clairement avant le milieu du Ve millénaire, semble, en fonction des datations disponibles, un peu plus haute en Bourgogne que dans le Bassin parisien. Cette chronologie haute est d’ailleurs étayée par une série de datations effectuées récemment. La poterie du site de Passy ‘La Sablonnière’ (Yonne) faisant référence à la fin du Grossgartach (Denaire et alii, 2011 ; Pillot et alii, 2014) permet de proposer un rapprochement avec la séquence rhénane qui irait dans le même sens.

Fig. 107. Séquences chrono-culturelles des bassins Saône, Seine-Yonne et Loire, en regard des schémas chronologiques de la grotte du Gardon, du Jura et du Bassin parisien (en couleur les ensembles culturels datés, en gris les ensembles non datés).

16.7. OBSERVATIONS ET CONCLUSIONS

34D’importants manques en terme de chronologie sont apparus à l’examen du présent corpus. Ils concernent surtout la Bourgogne du centre et du Sud, ainsi que les périodes de la fin du Néolithique. Ces constats correspondent sans doute à une réalité de l’activité archéologique qui a privilégié certains secteurs et certaines périodes. C’est pourquoi une réflexion doit être engagée sur l’usage du programme de datation Artémis Culture en région Bourgogne afin de compléter le corpus de dates existantes à partir de sites ou de mobiliers déjà connus et dans l’attente de nouvelles fouilles.

35Il sera ensuite utile de s’interroger sur ce que l’on attend des datations. Parfois utilisées pour définir le rattachement chronologique d’un vestige dépourvu de contexte, ne doivent-elles pas en priorité documenter des milieux culturels précis dans le cadre des programmes de recherche ?

36En fin de compte, même assez réduit, parfois mal caractérisé, le corpus de datations radiocarbone du Néolithique de Bourgogne fournit d’utiles informations pour caractériser la séquence culturelle sur le plan chronologique en précisant la place des différents ensembles dans le temps, au moins pour le Néolithique ancien et moyen du nord de la Bourgogne.

37Mais, les constats effectués lors de l’analyse conduisent aussi à une série de questions. Ils suscitent des remises en cause ou, tout au moins, imposent de réexaminer certains schémas proposés pour l’évolution culturelle. Ces enseignements et ces questionnements sont bien mis en évidence au moyen d’une représentation de chaque culture par des graphes cumulatifs pondérés (fig. 108). Ces graphes ont été établis avec l’ensemble des dates disponibles pour chaque groupe culturel, sans exclure les attributions qui ne faisaient l’objet que d’une présomption. Les valeurs représentées pour chaque siècle se fondent sur le cumul du nombre de dates où ce siècle est présent sur l’intervalle de probabilité. Mais, afin de minimiser les distorsions introduites par les grands intervalles, les valeurs prises en compte sont inversement proportionnelles à l’amplitude de ces intervalles : ainsi, pour le 46e siècle, si la datation 4550-4500 est prise en compte par 1, la datation 4600-4400 le sera seulement par 1/8.

38Même s’il faut minorer l’effet amplificateur d’une telle représentation essentiellement statistique, les constats qu’on peut y faire suggèrent plusieurs orientations de recherche :

  • l’émergence du Néolithique dans l’Yonne paraît relativement précoce (entre 5300 et 5200 cal BC). Ce constat joue en défaveur de la thèse d’une « colonisation secondaire » depuis des zones plus septentrionales du Bassin parisien, ce qui soulève la question d’autres voies de pénétration rubanées dans la région. Cependant, malgré les affinités stylistiques relevées par certains chercheurs entre Rubané récent de l’Yonne et du Haut-Rhin, les témoins intermédiaires d’une progression depuis l’Est n’ont pas encore été mis en évidence ;

  • les sites attribués au RRBP et ceux attribués au VSG présentent, dans le bassin de l’Yonne, un synchronisme partiel. Cet apparent recouvrement, sur une plage importante, ne semble pas significatif d’une réalité archéologique. Il doit être engendré par l’application à l’Yonne d’une caractérisation typologique définie dans le nord du Bassin parisien mais à laquelle les gisements locaux ne peuvent être réduits. L’Yonne offre une séquence continue jusqu’au Cerny. Mais, très tôt, des traits VSG se mêlent aux caractères rubanés, d’où les difficultés rencontrées pour procéder à des attributions sur la base d’une typologie établie dans la vallée de l’Aisne. Aucune incohérence n’est décelable dans l’évolution culturelle entre les deux zones mais le constat actuel impose que la séquence de l’Yonne soit mieux caractérisée et que, dans le futur, l’analyse des datations se fasse sur la base de la sériation locale ;

  • les dates du début du Cerny semblent s’imbriquer avec celles de la fin du VSG. Là encore, le constat pourrait traduire des problèmes engendrés par les typologies. On remarquera notamment que les céramiques de style ASP sont présentes dans des séries relevant aussi bien du VSG terminal que du début du Cerny ; elles pourraient régionalement marquer ces temps « charnière » entre les deux cultures et, à ce titre, méritent d’être réexaminées. On ne peut cependant exclure une autre hypothèse, sachant qu’une part importante des dates attribuées au Cerny provient de sépultures qui n’ont reçu cette attribution qu’en raison de la morphologie de monuments funéraires dans lesquels elles étaient établies. Malgré sa légitimité, cette présomption d’appartenance faite en l’absence de tout artefact conduit à exclure toute hypothèse d’une apparition plus précoce des structures funéraires monumentales. Dater ces monuments ne peut être systématiquement assimilé à dater le Cerny ;

  • le Cerny s’avère précoce et d’une durée « longue » par rapport au reste du Bassin parisien. Il y aura donc lieu de s’interroger sur le « moment » de son émergence dans le sud-est du Bassin parisien, notamment en étudiant mieux les vestiges d’habitat dans lesquels les contextes typologiques peuvent être mieux déterminés. La multiplication des datations devrait aussi permettre dans l’avenir de caler les phases d’évolution du Cerny et de préciser à quel moment s’arrête cette culture ;

  • le début du Chasséen dans l’Yonne moyenne est contemporain de la seconde partie du Cerny de la basse vallée. Ce constat semble indiquer que, dans le sud de l’Yonne, une occupation chasséenne se substitue au Cerny qui, lui, persiste plus au nord. Malgré la convergence des découvertes en ce sens, il sera nécessaire de vérifier s’il y a réellement coexistence entre Cerny et Chasséen sur des aires distinctes mais connexes de la vallée de l’Yonne. Mais le constat n’étant pas exclusif, on devra aussi vérifier si l’hypothèse d’une coexistence de populations chasséennes et Cerny sur le territoire de l’Yonne moyenne doit être exclue pour autant ;

  • le Chasséen de l’Yonne semble apparaître un peu plus tôt que celui du bassin de la Saône dont il est supposé être issu. En admettant que cette légère antériorité se confirme, elle impliquerait que l’origine du Chasséen auxerrois doit être recherchée ailleurs qu’en direction du sud. Certains indices, encore ténus, inciteraient à orienter les recherches en direction du Centre et notamment de la moyenne vallée de la Loire, ou en direction du Massif central ;

  • dans le bassin de la Saône, les datations d’échantillons attribués au Chasséen et celles qui sont attribuées au NMB interfèrent sur plusieurs siècles. Cette plage commune entre les dates anciennes du NMB et celles de la fin du Chasséen couvre au moins trois siècles, de 4100 à 3800 cal BC. Elle doit probablement, mais il faudra s’en assurer, être imputable à une défaillance de caractérisation typologique de ces cultures, et plus probablement de celle du NMB, défini depuis l’origine sur la base d’ensembles disparates assez mal documentés.

Fig. 108. Graphes cumulatifs des datations radiocarbone illustrant les positions chronologiques respectives des groupes du Néolithique ancien et moyen dans les bassins versants de l’Yonne et de la Saône. Les cumuls sont pondérés par siècle pour chaque culture (calibration OxCal 4.1, graphes P. Duhamel).

39Ces quelques éléments de discussion ont pour but d’essayer de mieux insérer la chronologie radiocarbone dans les programmes de recherche des années à venir. Dans la mesure du possible, il sera nécessaire de multiplier les radiodatages destinés à documenter les périodes et les cultures dans les régions où les dates font défaut. Mais il s’agira aussi d’apporter des éléments pour enrichir les débats thématiques sur la néolithisation et ses voies, le calage chronologique des cultures, ou encore les phénomènes « d’influence » et de « diffusion ». Il s’agira enfin d’affiner la chronologie interne des groupes culturels et de certaines manifestations des groupes de population telles que les enceintes, les nécropoles monumentales, ou les sépultures mégalithiques.

Bibliographie

Bibliographie citée

Augereau A., Brunet P., Costa L., Cottiaux R., Hamon T., Ihuel E., Langry-françois F., Magne P., Maingaud A., Mallet N., Martineau R., Mille B., Millet-Richard L.-A., Polloni A., Renard C., Richard G., Salanova L., Samzun A., Sidéra I., Sohn M., 2007, « Le Néolithique récent dans le Centre-Nord de la France (3400/3300-2800/2700 av. J.-C.) : l’avenir du Seine-Oise-Marne en question », in : Évin J. dir., Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire. Vol. 3. Aux conceptions d’aujourd’hui, Actes du XXVIe congrès du centenaire de la Soc. préhistorique française, Avignon, 21-25 sept. 2004, Paris, Soc. préhistorique française, p. 165-184.

Demoule J.-P. dir., 2007, La révolution néolithique en France, Paris, La Découverte, 180 p.

Denaire A., Doppler T., Nicod P.-Y., Van Willigen S., 2011, « Espaces culturels, frontières et interactions au 5e millénaire entre la Plaine du Rhin supérieur et les rivages de la Méditerranée », Annuaire d’Archéologie suisse, 94, p. 21-59.

Dubouloz J., 2003, « Datation absolue du premier Néolithique du Bassin parisien : complément et relecture des données RRBP et VSG », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 100, fasc. 4, p. 671-689.

Jeunesse C., Pétrequin P., Piningre J.-P., 1998, « L’Est de la France », in : Guilaine J. dir., Atlas du Néolithique européen Vol. 2A : l’Europe occidentale, Liège, Univ. De Liège, p. 501-584 (Études et Recherches archéologiques de l’Univ. de Liége, 46).

Pillot L., Lemercier O. avec la coll. de Affolter J., Augereau A., Baray L., Blaise É., Bonnardin S., Chambon P., Convertini C., Duhamel P., Gibaja Bao J. F., Lecornué J., Martineau R., Meunier K., Muller F., Petit C., Prestreau M., Roscio M., Sidera I., Schulz Paulsson B., Thomas A., Wirth S., 2014, « Projet collectif de Recherches « Nécropoles préhistoriques et protohistoriques de Passy (Yonne) » : objectifs et premiers résultats concernant les datations et les architectures funéraires monumentales du groupe de Cerny », in : Louboutin C., Verjus Ch. dir., Zones de production et organisation des territoires au Néolithique : espaces exploités, occupés, parcourus, Actes du 30ème colloque interrégional sur le Néolithique, Tours, oct. 2011, Orléans, p. 217-230 (51ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

Salanova L., Brunet P., Cottiaux R., Hamon T., Martineau R., Polloni A., Renard C., Sohn M., 2011, « Du Néolithique récent à l’Âge du Bronze dans le Centre-nord de la France : les étapes de l’évolution chrono-culturelle », in : Bostyn F., Martial E., Praud I. dir., Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère, 29ème colloque interrégional sur le Néolithique, oct. 2009, Villeneuve d’Ascq, p. 77-101 (Revue archéologique de Picardie, no spécial 28).

Voruz J.-L. dir., 2009, La grotte du Gardon (Ain). Vol. I. Le site et la séquence néolithique des couches 60 à 47, Toulouse, Archives d’Écologie préhistorique, 584 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 99. Répartition quantitative du nombre de dates radiocarbone par périodes chronologiques et par départements.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5700/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 100. Datations et sommes des datations des cultures du Néolithique ancien et moyen I de l’Yonne (calibration et graphes OxCal 4.1). A : datations du Rubané récent du Bassin parisien (RRBP). B : datations du Villeneuve-Saint-Germain (VSG). C : datations du Cerny. D : datations du Chasséen. E : Sommes des datations du Néolithique ancien et du Néolithique moyen I de l’Yonne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5700/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende Fig. 101. Datations et sommes des datations des cultures du Néolithique moyen II au Néolithique final de l’Yonne (calibration et graphes OxCal 4.1). A : datations des cultures du Néolithique moyen II (Néolithique moyen Bourguignon-NMB et groupe de Noyen). B : datations des cultures du Néolithique récent et final de l’Yonne (Néolithique récent, Néolithique récent et/ou final indéterminé et Campaniforme).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5700/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 102. Séquences chronologiques des cultures du Néolithique de l’Yonne (calibration et graphes OxCal 4.1). A : toutes les datations prises en compte. B : après suppression des datations à écart type > 100 et des datations aberrantes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5700/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 103. Datations et séquence chronologique du Néolithique ancien et du Néolithique moyen I de l’Yonne (calibration, modélisation et graphes OxCal 4.2). A : datations du Rubané récent du Bassin parisien (RRBP). B : datations du Villeneuve-Saint-Germain (VSG). C : datations du Cerny. D : datations du Chasséen. E : probabilités de début et fin de chaque culture.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5700/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 104. Datations et sommes des datations des cultures du Néolithique moyen I au Néolithique final dans le bassin de la Saône (Saône-et-Loire, Côte-d’Or) (calibration et graphes OxCal 4.1). A : datations du Cerny. B : datations du Chasséen. C : datations du Néolithique moyen Bourguignon (NMB). D : datations du Néolithique récent au Néolithique final (Néolithique récent et/ou final indéterminé, Néolithique final de type Chassey, Néolithique final de type Saône, Campaniforme).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5700/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 105. Séquences chronologiques des cultures du Néolithique du bassin de la Saône (Saône-et-Loire, Côte-d’Or) (calibration et graphes OxCal 4.1). A : toutes les datations prises en compte. B : après suppression des datations avec écart type > 100 et des datations aberrantes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5700/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 106. Confrontation des séquences chronologiques du Néolithique du bassin de la Saône (Saône-et-Loire, Côte-d’Or) et de l’Yonne, après suppression des datations avec écart type > 100 et des datations aberrantes (calibration et graphes OxCal 4.1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5700/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 107. Séquences chrono-culturelles des bassins Saône, Seine-Yonne et Loire, en regard des schémas chronologiques de la grotte du Gardon, du Jura et du Bassin parisien (en couleur les ensembles culturels datés, en gris les ensembles non datés).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5700/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 108. Graphes cumulatifs des datations radiocarbone illustrant les positions chronologiques respectives des groupes du Néolithique ancien et moyen dans les bassins versants de l’Yonne et de la Saône. Les cumuls sont pondérés par siècle pour chaque culture (calibration OxCal 4.1, graphes P. Duhamel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5700/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 375k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search