Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 2. Le Néolithique en Bourgogne

15. Les matières premières lithiques

Mathieu Rué

Texte intégral

1Les ressources en matières premières lithiques sont particulièrement diversifiées en Bourgogne en raison de l’étendue de la région concernée – près de 6 % du territoire français métropolitain – et d’un contexte géomorphologique favorable lié en partie à la structuration des formations sédimentaires mésozoïques autour de l’axe cristallin du Morvan. Ces ressources se répartissent très inégalement dans les trois bassins versants considérés. Celui de l’Yonne intègre, dans sa partie avale, les épaisses formations crayeuses à silex s’étageant du Turonien au Campanien (Crétacé supérieur) et appartenant à la bordure sud-est du Bassin parisien, alors que les bassins de la Saône et de la Loire ne livrent que des formations résiduelles à silex (les « argiles à silex » des cartes géologiques). Le massif du Morvan est quant à lui dépourvu de silex mais recèle de nombreuses minéralisations (Gourault, 1999), dont les exploitations anciennes restent encore peu connues. Cette disparité géographique dans la répartition des matières premières lithiques est loin d’être une spécificité bourguignonne. Elle présente toutefois un intérêt majeur pour la mise en évidence des réseaux d’échanges et d’approvisionnement.

2Les précédents bilans sur le Néolithique ne spécifiaient pas d’axe prioritaire concernant l’étude des ressources minérales. Sur ce thème, la période 1985-1994 a surtout été marquée en Bourgogne par les travaux préalables à la construction de l’autoroute A5 traversant les terrains crétacés du Sénonais dans le nord de l’Yonne. Des résultats significatifs ont été obtenus sur les modalités d’exploitation des bancs de silex (niveaux campaniens de la minière de Serbonnes, Krier, 1996) et sur la gestion des matières premières locales au cours des périodes néolithiques (Augereau, 2004 ; Affolter, de Labriffe, 2007), mais également paléolithiques (Depaepe, 2009). La lithothèque de l’A5 réalisée par V. Krier et J. Delépine en 1989 est actuellement entreposée au Centre de Recherche et d’Étude du Patrimoine de Sens. Elle n’est plus entretenue ni exploitée.

3Les recherches menées sur les matériaux lithiques en Bourgogne durant la période 1994-2005 se sont presque exclusivement focalisées sur les ressources siliceuses, en l’occurrence les silicifications méso- et cénozoïques des différents bassins sédimentaires, avec une nette prédominance pour les affleurements du Crétacé supérieur. Parmi les autres ressources, il faut signaler le travail relatif à l’exploitation des sources salées en Bourgogne et en Franche-Comté, en particulier à Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne ; Bernard et alii, 2008). D’autres roches ont fait l’objet de recherches mais dans le cadre d’études plus ciblées, comme les grès, quartzites et granitoïdes exploités pour leurs propriétés abrasives à Chassey-le-Camp (Garcia, Petit, 2005), ou le métabasalte de la série de la Brévenne importé pour la fabrication de haches sur l’atelier de Champ Villars au sud de Tournus (Thirault et alii, sous presse). Une étude pétrographique de la céramique a été effectuée sur une sélection de poteries des niveaux 6 à 10 de Chassey-le-Camp (Chevalier, 2005) et sur un corpus de quarante-cinq vases campaniformes issus de l’habitat de la Noue à Saint-Marcel (Convertini, 2005).

4Concernant la gîtologie des silex, plusieurs travaux de terrain ont été menés dans le but de préciser le potentiel d’une aire géographique donnée (fig. 97). Les implications concernent toutes les périodes de la Préhistoire, avec des avancées archéologiques souvent très inégales. Deux travaux ont été réalisés dans le cadre de diplômes universitaires et traitent des affleurements crétacés du nord de la Bourgogne : thèse de P. Depaepe, axée sur l’occupation moustérienne de la vallée de la Vanne (Depaepe, 2009) et maîtrise d’A. Goutelard portant sur les gisements du Pays d’Othe (Goutelard, 2004). Les autres travaux recensés correspondent aux prospections et caractérisations menées par J. Affolter dans le cadre de l’analyse de différentes séries lithiques bourguignonnes (Affolter, 2002 et 2005), aux prélèvements de M. Rué réalisés sur les altérites de Saône-et-Loire et aux échantillonnages de F. Surmely visant à affiner l’origine des matières premières siliceuses importées en Auvergne. Cette liste non exhaustive pourrait être complétée par les recherches de terrain, plus ponctuelles, réalisées dans le cadre de l’étude d’un site ou d’une série lithique, ou bien, plus rarement, au cours d’approvisionnements à but expérimental. Dans tous les cas, les prélèvements ont été effectués selon des protocoles d’enregistrement très variables et les lithothèques restent souvent difficiles d’accès.

Fig. 97. Principaux travaux menés sur les affleurements de silex en Bourgogne depuis 1994 (M. Rué).

Fig. 98. Répartition des altérites tertiaires à silex du Crétacé supérieur dans les monts du Chalonnais et du Mâconnais en Bourgogne du Sud d’après les cartes géologiques au 1/50 000 (M. Rué).

5La seule lithothèque située en Bourgogne et régulièrement alimentée est basée dans les locaux associatifs du Groupe de Recherche archéologique de Tournus. Elle offre un aperçu des altérites à silex du Crétacé supérieur qui couvrent les monts du Chalonnais et du Mâconnais. Cette collection, toujours en cours de traitement, permet de mieux estimer le potentiel des formations superficielles situées le long de la vallée de la Saône et renfermant une grande variété de matériaux (fig. 98).

6En conclusion, mis à part les gisements salifères, très peu de matériaux lithiques ont fait l’objet d’une approche gîtologique et économique complète en Bourgogne durant la période considérée par ce bilan. L’absence de réseau fédérateur limite la dynamique de recherche régionale ainsi que les rapprochements entre chercheurs et prospecteurs locaux.

7En perspective, il semble primordial d’insérer les futures initiatives dans un cadre plus large, à l’instar d’autres régions qui développent et entretiennent un réseau de lithothèques, et donc, de compétences (Bressy, Bintz, 2002). Une surveillance accrue des projets d’aménagement affectant les formations à silex secondaires (altérites, dépôts de pente, alluvions) permettrait également d’enrichir précieusement nos connaissances sur ces ressources, pour la plupart déjà cartographiées mais encore mal connues des préhistoriens. Enfin, la caractérisation des silex taillés, qui intègre dorénavant l’étude des microfaciès sédimentaires, devrait autant que possible prendre en compte toute la chaîne évolutive du silex, de son milieu de formation jusqu’à son environnement actuel, afin d’exploiter au maximum le potentiel informatif de ces matériaux (Fernandes, Raynal, 2006). Ces remarques pourraient également s’appliquer aux périodes plus anciennes.

Bibliographie

Bibliographie citée

Affolter J., 2002, « Provenance des silex préhistoriques du Jura et des régions limitrophes », Archéologie neuchâteloise, no 28, 2 t., 342 p.

Affolter J., 2005, « Les matières premières siliceuses du site néolithique de Chassey-le-Camp : provenances et évolution des choix culturels », in : Thevenot J.-P. dir., Le Camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : les niveaux néolithiques du camp de La Redoute, Dijon, S.A.E., p. 345-368 (22ème suppl. à la R.A.E.).

Affolter J., De Labriffe P.-A, 2007, « Mais où sont passées les haches en silex ? », in : Besse M. dir., Sociétés néolithiques : des faits archéologiques aux fonctionnements socio-économiques, Actes du 27ème colloque interrégional sur le Néolithique, Neuchâtel, 1-2 oct. 2005, p. 13-22 (Cahiers d’Archéologie romande, 108).

Augereau A., 2004, L’industrie du silex du Ve au IVe millénaire dans le sud-est du Bassin parisien : Rubané, Villeneuve-Saint-Germain, Cerny et groupe de Noyen, Paris, éd. de la M.S.H., 220 p. (Documents d’Archéologie française, 97).

Bernard V., Pétrequin P., Weller O., Bailly G., Bourquin-Mignot C., Richard H., 2008, « Captages en bois à la fin du Néolithique : les Fontaines salées à Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne, France) », in : Weller O., Dufraisse A., Pétrequin P. dir., Sel, eau et forêt : d’hier à aujourd’hui, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, p. 299-335 (Les cahiers de la MSHE Ledoux, 12, série Homme et environnement, 1).

Bressy C., Bintz P., 2002, « Inventaire des ressources siliceuses et projet de mise en réseau des lithothèques du quart sud-est de la France », in : Les industries lithiques taillées holocènes du Bassin rhodanien : problèmes et actualités, Actes de la table ronde de Lyon, 8-9 déc. 2000, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 69-77 (Préhistoire, 8).

Chevalier F., 2005, « Étude pétrographique de quelques céramiques néolithiques du Camp de Chassey », in : Thevenot J.-P. dir., Le Camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : les niveaux néolithiques du camp de La Redoute, Dijon, S.A.E., p. 373-386 (22ème suppl. à la R.A.E.).

Convertini F., 2005, « La céramique : les matières premières et les inclusions d’origine anthropique », in : Salanova L., Ducreux F. dir., « L’habitat campaniforme de La Noue à Saint-Marcel (Saône-et-Loire) : éléments de définition du groupe Bourguignon-Jurassien » (dossier), p. 81-95 (Gallia Préhistoire, 47).

Depaepe P., 2009, Le Paléolithique moyen de la vallée de la Vanne (Yonne, France) : matières premières, industries lithiques et occupations humaines, Mémoire de la Soc. préhistorique française, t. 41, 298 p.

Fernandes P., Raynal J.-P., 2006, « Pétroarchéologie du silex : un retour aux sources », Comptes rendus Palevol, vol. 5, no 6, p. 829-837.

Garcia J.-P., Petit C., 2005, « Les matériaux abrasifs utilisés à Chassey au Néolithique », in : Thevenot J.-P. dir., Le Camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : les niveaux néolithiques du camp de La Redoute, Dijon, S.A.E., p. 369-371 (22ème suppl. à la R.A.E.).

Gourault C., 1999, Géologie des gîtes minéraux du Morvan, minéralisations du socle et de la couverture mésozoïque, Soc. d’Histoire naturelle et des amis du muséum d’Autun, 280 p.

Goutelard A., 2004, « Modes d’approvisionnement en silex au Néolithique final : l’occupation domestique de Bazocheslès-Bray, Le Tureau à l’Oseille (Seine-et-Marne) », in : Vander Linden M., Salanova L. dir., Le troisième millénaire dans le nord de la France et en Belgique, Actes de la journée d’études SRBAP-SPF, 8 mars 2003, Bruxelles, Soc. royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire / Paris, Soc. préhistorique française, p. 115-122 (Mémoire de la Soc. préhistorique française, XXXV - Anthropologica et Praehistorica, 115).

Krier V., 1996, « Conditions géologiques de l’extraction de silex de la minière de Serbonnes, Le Revers de Brossard (Yonne) », in : Duhamel P. dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? Actes du XVIIIème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 25-27 oct. 1991, Dijon, S.A.E., p. 435-443 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Thirault E., Duriaud J., Rué M., Gardien V., Lecuyer C., 2012, « Une production domestique de haches au Néolithique moyen : les métabasaltes de Champ-Villars (Saône-et-Loire) », in : De Labriffe P.-A., Thirault É. dir., Produire des haches au Néolithique, de la matière première à l’abandon, Actes de la table ronde de Saint-Germain-en-Laye, 16-17 mars 2007, Société préhistorique française, p. 25-36.

Table des illustrations

Légende Fig. 97. Principaux travaux menés sur les affleurements de silex en Bourgogne depuis 1994 (M. Rué).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 98. Répartition des altérites tertiaires à silex du Crétacé supérieur dans les monts du Chalonnais et du Mâconnais en Bourgogne du Sud d’après les cartes géologiques au 1/50 000 (M. Rué).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search