Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 2. Le Néolithique en Bourgogne

13. Le Néolithique du bassin versant de la Saône (Saône-et-Loire, Côte-d’Or)

Jean-Paul Thevenot, Rémi Martineau, Clément Moreau, Christophe Bontemps, Franck Ducreux, Olivier Lemercier, Michel Prestreau, Jean Duriaud et Jean-Pierre Nicolardot

Texte intégral

1Le bassin versant de la Saône concerne une partie des départements de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire, et en particulier la vallée de la Saône et ses bordures montagneuses occidentales, du Dijonnais au Mâconnais. L’intérêt de cette région est de se trouver en contact avec le sillon rhodanien, la vallée de la Loire, le Bassin parisien et la vallée du Rhin.

2Les données de cette synthèse sont issues essentiellement des recherches postérieures à 1950 (fouilles programmées et préventives). Les conditions géologiques particulières de la vallée de la Saône ne favorisent pas la découverte des sites préhistoriques, à l’inverse de la vallée de l’Yonne. Une plus faible intensité de l’aménagement du territoire et sans doute un moindre suivi des projets de travaux n’ont pas permis de mettre en évidence autant de sites néolithiques que dans l’Yonne. De plus, les gisements n’ont pas donné lieu à des fouilles étendues et les séquences stratigraphiques sont extrêmement rares. En effet, les structures néolithiques sont très difficiles à lire dans les limons de la vallée de la Saône. Les néolithiques ayant très rarement atteint le niveau de limon jaune, et jamais la grave, lorsqu’ils ont creusé des structures, le remplissage de ces dernières est donc constitué par le même limon brun rouge que le matériau encaissant. Les structures apparaissent donc de manière extrêmement ténue et souvent seule la présence de micro-charbons de bois ou de vestiges céramiques ou lithiques indiquent leur existence. Les méthodes et les rythmes actuels imposés lors des diagnostics archéologiques ne favorisent pas la mise en évidence de telles structures.

13.1. LE NÉOLITHIQUE ANCIEN

13.1.1. Le Rubané

3On peut maintenant parler de Néolithique ancien dans le bassin de la Saône. La sépulture de Dijon ‘Les Lentillières’, découverte au xixe siècle, avait été rapprochée des tombes du Rubané moyen champenois (Marchant, 1864 ; Gallay, 1981 ; Thevenot, 2005). L’étude de la parure notamment semble indiquer des éléments du Rubané récent, tandis que d’autres appartiendraient à la sphère méridionale (Bonnardin, 2009). Un certain nombre de découvertes isolées (haches en forme de bottier, herminette plate perforée, haches-marteaux) confirment l’existence d’un Rubané récent dans le nord du bassin de la Saône et montrent, par leur distribution, des relations avec la vallée du Rhin. En ce sens, la partie septentrionale du bassin de la Saône pourrait avoir participé notablement à la diffusion du Rubané vers les vallées tributaires de la Seine (fig. 84).

4Notons que si la tradition danubienne est représentée par quelques objets et une sépulture, elle demeure très discrète et jusqu’à présent aucune structure d’habitat ne peut être rapportée à cette période.

13.1.2. Le Cardial

5Certains éléments attribués au Rubané peuvent trouver des homologues dans le Midi de la France (Villes, 1990 ; Jeunesse, Willigen, 2006). Ces rapprochements sont attestés par les tessons décorés de cordons plastiques à cloisonnements orthogonaux du site de l’Arène (Granges, Saône-et-Loire), dont le caractère cardial apparaît évident (Thevenot, 2005).

Fig. 84. Cartes des sites néolithiques du bassin de la Saône, mentionnés dans le texte (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne) (liste détaillée des sites page suivante).

6En Tournugeois, les armatures tranchantes microlithiques récoltées sur le gisement de Mancey ‘Les Cras’ (Saône-et-Loire), ainsi que l’unique exemplaire issu du site de Farges-lès-Mâcon ‘Montmuzard’ (Saône-et-Loire), témoignent du même phénomène. Ces éléments ne dépareraient pas dans certaines séries cardiales ou épicardiales du Midi de la France.

7Plusieurs de ces documents se placent à l’évidence dans la ligne des influences cardiales dont témoignent les découvertes du site de Saint-Priest ‘Les Perches et Saint-Priest’ ‘Les Feuillis’ (Rhône ; Hénon, Ramponi, 2002), de Sassenage ‘La Grande Rivoire’ (Isère ; Picavet, 1988 ; Bintz et alii, 1995) ou d’Ambérieu-en-Bugey ‘La grotte du Gardon’ (Ain ; Nicod et alii, 1996).

8Comme en région lyonnaise, la présence cardiale semble maintenant clairement attestée en Auvergne, dans le bassin clermontois, sur les sites de Clermont-Ferrant ‘Le Brézet’ et ‘La Rue des Quatre Passeports’ (Puy-de-Dôme ; Vernet, 2004), d’Orcet ‘ Le Tourteix’(Puy-deDôme) ou de Gerzat ‘Parc logistique’ (Puy-de-Dôme ; Schönstein, Villes, 1990 ; Nicod et alii, 1996).

9De la même façon, la présence de céramique lisse laisse penser que le Saint-Uze a pu exercer une influence directe dans le bassin de la Saône (Thevenot, 2005). Dans le Tournugeois, deux sites pourraient être attribués au Saint-Uze sur la base de la céramique et de datations radiocarbone : Ozenay ‘Bois-Derrière’ et Plottes ‘Beauvois’ (Saône-et-Loire ; Duriaud, 1982 ; 1996a).

13.1.3. Entre nord et sud

10Du fait de ces découvertes, le bassin de la Saône se présente comme une région de contact entre le courant cardial et le courant rubané. Cette région constitue certainement une zone frontière entre les deux sphères de néolithisation, présentant ainsi un très grand intérêt pour la recherche. Le site d’Ouroux-sur-Saône ‘La Cygognière’ (Saône-et-Loire) a livré dans un épandage des tessons d’un vase orné de cordons et de lignes de petits boutons olivaires sous la lèvre (fig. 85). Ce site pourrait ouvrir de nouvelles perspectives dans ce domaine (Bontemps, 1997 ; Thevenot, 2005).

N o site

Commune

Lieu-dit

Période chronologique

Cultures

1

Aubigny-la-Ronce

Les Chaumes d’Auvenay

Néol. moyen

NMB

2

Barbirey-sur-Ouche

Roche-Chèvre

Néol. final

type Chassey niveau 5

3

Barbirey-sur-Ouche

Roche-Chèvre

Néol. moyen

Chasséen

4

Beaune

Corvée Rateau, Les Champs de Chavet

Néol. final

Campaniforme

5

Bragny

Terrasse de la Saône

Néol. final

Néolithique final

6

Chamboeuf

Le Bois du Chêneau

Néol. moyen

NMB

7

Charigny

Camp de Crais

Néol. moyen

Néolithique moyen I

8

Chassey-le-Camp

La Redoute

Néol. moyen

Chasséen, NMB

9

Chassey-le-Camp

La Redoute

Néol. final

type Chassey niveau 5

10

Chevigny-St-Sauveur

Champ Chardron

Néol. final

Campaniforme

11

Dijon

Les Lentillières

Néol. ancien

Rubané

12

Étaules

Le Châtelet

Néol. moyen

NMB- Néolithique final

13

Étaules

Le Châtelet

Néol. final

type Chassey niveau 5

14

Farges-lès-Mâcon

Montmuzard

Néol. ancien

Néolithique ancien

15

Francheville

La Forêt de Nonceuil

Néol. final

type Chassey niveau 5, Campaniforme

16

Gevrey-Chambertin

Au-Dessus-de-Bergis

Néol. moyen

NMB

17

Granges

L’Arène

Néol. ancien

Néolithique ancien

18

La Rochepot

La Garenne

Néol. final

type Chassey niveau 5

19

La Truchère

Dragage de la Saône

Néol. final

Campaniforme

20

Le Villars

Le Champ-Villars, La Condemine

Néol. moyen

Chasséen

21

Le Villars

Le Champ-Villars

Néol. final

Groupe de la Saône

22

Longvic

Les Quétignières

Néol. final

Campaniforme

23

Lux

Les rives de la Sâone

Néol. final

groupe de la Saône

24

Mâlain

Le Trou du Diable

Néol. moyen

NMB

25

Mancey

Les Cras

Néol. ancien

Néolithique ancien

26

Mancey

Les Cras

Néol. final

Néolithique final

27

Marcheseuil et Manlay

La Montagne de Bard

Néol. moyen

Chasséen

28

Marcilly-Ogny

Le Champ du Saule

Néol. final

type Chassey niveau 5

29

Marcilly-Ogny

Les Champs-d’Asniers

Néol. moyen

NMB

30

Marcilly-sur-Tille

Le Camp du Mont

Néol. moyen

NMB

31

Marnay

La Maison Blanche

Néol. final

groupe de la Saône

32

Mavilly-Mandelot

La Molle-Pierre

Néol. moyen

NMB

33

Mesmont

Le Champ Pendu

Néol. moyen

NMB

34

Meursault

Le Mont Milan

Néol. moyen

NMB

35

Meursault

Le Mont Milan

Néol. final

type Chassey niveau 5

36

Montceau-et-Écharnant

La grotte du Peut Trou

Néol. moyen

NMB

37

Monthelon

La Grande Corvée

Néol. moyen

NMB

38

Ouroux-sur-Sâone

La Cygognière, Le Petit Bois

Néol. ancien

Néolithique ancien

39

Ouroux-sur-Saône

Le Petit Bois

Néol. moyen

Cerny

40

Ouroux-sur-Saône

Le Grand Bois et Le Taillis, Le Petit Bois

Néol. final

Gr. de la Saône, Campaniforme

41

Ozenay

Bois-Derrière

Néol. final

Néolithique final

42

Ozenay

Bois-Derrière

Néol. moyen

Néolithique moyen I

43

Pluvet

Larrivoux

Néol. final

Campaniforme

44

Pluvet

Larrivoux

Néol. moyen

NMB

45

Pouilly-sur-Saône

La Pièce du Château

Néol. moyen

Cerny

46

Quétigny

Les Allées Cavalières

Néol. final

Campaniforme

47

Royer

La Rougie

Néol. final

Néolithique final

48

St-Appolinaire

Sur le Petit Près

Néol. final

Campaniforme

49

St-Marcel

La Noue

Néol. final

Campaniforme

50

St-Rémy

Le Moulin de Droux

Néol. moyen

Cerny ? Chasséen

51

St-Romain

Le Verger, Le Pertuis

Néol. moyen

Néol. moyen I, Chasséen

52

Saunières

Le Pâquier de la Vallée, Le Bois de Riande

Néol. final

Néolithique final

53

Sevrey

Val de Bougogne

Néol. final

Néolithique final

54

Tournus, Plottes

En Charrette, La Julienne, Beauvois

Néol. moyen

NMB, Néol. moyen I

55

Tournus

La Croix-Léonard

Néol. final

Campaniforme

56

Uxeau

Mont Dardon

Néol. moyen

Chasséen

57

Vitteaux

Le Camp de Myard

Néol. moyen

NMB

58

Vitteaux

Le Camp de Myard

Néol. final

type Chassey niveau 5

59

Volnay

La Pierre Brûlée

Néol. final

type Chassey niveau 5

11Les éléments céramiques présents dans le val de Saône semblent provenir de la sphère cardiale/épicardiale identifiée aux portes de Lyon. Plusieurs sites de la vallée de l’Yonne tels que Vinneuf ‘Port-Renard’ (Carré, 1991) ou Champlay ‘Les Carpes’ (Duhamel, Prestreau, 1997) ont de fortes affinités avec les tessons de Granges ‘L’Arène’ (Saône-et-Loire), d’obédience méridionale (Thevenot, 2005) ou de Saint-Priest ‘Les Perches’ et Saint-Priest ‘Les Feuillis’ (Rhône). Ils posent à nouveau la question de l’incidence d’éléments méridionaux dans la genèse du VSG et du Cerny. Se pose ici la question du mobilier de Charigny ‘Camp du Crais’ (Côte-d’Or) dont les éléments décoratifs de cordons lisses en V évoquent le VSG ou l’Augy-Sainte-Pallaye, malgré la présence de certains éléments généralement attribuables à une chronologie plus récente (NMB ?) (Thevenot, 2005). En l’absence de nouvelles découvertes, il n’est pas possible de trancher. Plus au sud, la publication récente du premier volume de la séquence d’Ambérieu-en-Bugey ‘La grotte du Gardon’ (Ain) montre par ailleurs la présence d’un vase à cordon disposé en V se développant au-dessus d’une anse, très proche des exemplaires de Charigny ‘Camp du Crais’ (Côte-d’Or), et comparé par les auteurs à des exemplaires de l’Augy-Sainte-Pallaye ou du VSG (Manen, Convertini, 2009).

13.2. LE NÉOLITHIQUE MOYEN

12Du matériel sans doute attribuable au Néolithique moyen I est présent en Côte-d’Or à Saint-Romain ‘Le Verger’ (Maillot, 2007) et à Gevrey-Chambertin ‘Au-Dessus-de-Bergis’ (Moreau, 2009 et 2010). L’attribution culturelle reste à déterminer, mais la céramique ne peut être réellement rattachée à la culture de Cerny ou au Chasséen. Trois des cinq dates radiocarbone obtenues à Saint-Romain permettent de supposer l’existence d’une occupation ancienne correspondant au tout début du Néolithique moyen I.

13.2.1. La question du Cerny

13En val de Saône, de la céramique et des industries lithiques présentant des caractères Cerny ont été mises au jour à Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ (Saône-et-Loire), à Pouilly-sur-Saône ‘La Pièce du Château’ (Côte-d’Or ; Thevenot, 2005), à Ruffey-sur-Seille ‘À Daupharde’ (Jura ; Séara, Ganard, 1996), mais aussi à Chassey-le-Camp ‘La Redoute’ (Thevenot, 2005). Les céramiques aux formes globuleuses, ornées de boutons au repoussé disposés en lignes festonnées, de pastilles appliquées et de lignes de coups de poinçon en donnent les caractéristiques principales. Sur le site d’Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ a été trouvée une poterie, dégraissée à l’os, qu’il serait tentant d’attribuer au Cerny (fig. 86). Cette poterie a été trouvée au sein d’un amas de coquilles de noisettes carbonisées datées entre 4779 et 4496 cal. BC.

Fig. 85. Ouroux-sur-Saône ‘La Cygonière’ : fragments d’un vase du Néolithique ancien. Éch. 1 :1 (photo C. Bontemps).

Fig. 86. Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ : poterie attribuée au Cerny. Éch. 1 :1 (photo C. Bontemps).

14Ce site du Petit Bois a également livré deux structures de combustion à pierres chauffantes, réutilisant des meules et molettes usagées en grès (fig. 87). Les coquilles de noisettes carbonisées de ces foyers ont été datées entre 4845 et 4546 cal. BC d’une part et entre 4769 et 4464 cal. BC, d’autre part. Enfin, certains tessons retrouvés à Meursault ‘Le Châtelet’ du Mont-Milan pourraient évoquer certains traits typologiques du Cerny/Chambon (pastilles digitées, anse en boudin dotée d’un téton circulaire, cordon vertical…) (Moreau, 2010).

15À Chassey-le-Camp ‘La Redoute’, seize individus céramiques attribués au Rössen III/Épirössen, dont quatre proviennent du niveau 9 (les autres étant hors stratigraphie), ont été mis au jour (Thevenot, 2005). On peut alors s’interroger sur l’existence de relations entre groupes voisins ou sur la présence d’échanges de poteries entre le val de Saône et la vallée du Rhin, via la trouée de Belfort et la Champagne.

Fig. 87. Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ : structure de combustion (photo C. Bontemps).

13.2.2. Le Chasséen

16Le Chasséen est probablement, avec le NMB, la culture la mieux documentée de la vallée de la Saône. À Chassey-le-Camp ‘La Redoute’ (Saône-et-Loire), on dispose d’une stratigraphie comportant quatre niveaux appartenant au Chasséen (couches 10 à 7). Les industries sont suffisamment nombreuses pour donner une diagnose précise des attributions chrono-culturelles de la céramique, du lithique et de l’industrie en matières dures animales. Elles comportent très nettement cinq caractéristiques culturelles dont le Chasséen méridional tient la part prédominante. La présence d’éléments Saint-Uze d’un côté et d’éléments Rössen de l’autre, à peu près à équivalence, témoigne des influences enregistrées dans la vallée du Rhône lors de la progression du Chasséen méridional vers le nord (influence du Saint-Uze localisé sur la rive gauche du Rhône) et de celles nées des contacts avec le Rössen de la vallée du Rhin et du Bassin parisien. Des caractéristiques Cerny perceptibles dans les décors et les formes d’une part et la présence d’un vase à ouverture quadrangulaire paraissent plus anecdotiques (Thevenot, 2005).

17La formation du Chasséen septentrional s’est effectuée à partir des courants empruntant les vallées de l’Allier et de la Loire. En Bourgogne et vers le nord, l’extension du Chasséen semble avoir été contrecarrée par la présence du Cerny dans l’Yonne, mais des relations avec le monde rhénan par la Trouée de Belfort sont décelables.

18La stratigraphie de Chassey-le-Camp ‘La Redoute’ (Saône-et-Loire) ne permet pas d’établir l’évolution du Chasséen de Bourgogne orientale. La chronologie radiocarbone semble confirmer la continuité culturelle entre les couches 10 à 8. En ce qui concerne la chronologie du Chasséen, les dates retenues par la communauté scientifique diffèrent dans l’Est par rapport au Midi de la France. À l’heure actuelle, le Chasséen de Bourgogne est situé entre 4500 et 4000 avant notre ère.

19Les autres gisements attribuables sans conteste au Chasséen, bien moins documentés que le site de La Redoute, prouvent l’installation de cette culture dans des lieux d’implantation très différents : habitats de hauteur de Marcheseuil – La Montagne de Bard (Côte-d’Or) ou d’Uxeau ‘Le Mont Dardon’ (Saône-et-Loire) ; habitats de plaine alluviale comme celui de Saint-Rémy ‘Le Moulin de Droux’ (Saône-et-Loire) ou Cormoranche-sur-Saône ‘Les Ordeliers’ (Ain) ; bords de corniche du Villars ‘La Condemine’ (Saône-et-Loire) ; ou encore dans les grottes de Barbirey-sur-Ouche ‘Roche-Chèvre’ (Côted’Or), ou de Saint-Romain ‘Le Pertuis’ (Côte-d’Or). Le site de Marcheseuil ‘La Montagne de Bard’ a livré en prospection de surface un mobilier chasséen remarquable (assiette à marli décorée, baguette multiforée) (Nicolardot, 2003).

20On dispose de quelques connaissances en ce qui concerne l’élevage, la chasse et la pêche. Les données relatives aux échanges interrégionaux attestent des contacts à longue distance pour l’approvisionnement en silex (silex de la basse vallée du Rhône, du Berry, du Sénonais, voire de la vallée du Danube) et en roches vertes (Alpes, Massif central). En témoignent aussi notamment les décors céramiques inspirés du Rössen ou du Cerny.

21On constate que le Chasséen de la vallée de la Saône correspond à un faciès différent de celui qui prévaut dans le nord de la Bourgogne. Les types d’habitat et le mode d’occupation du territoire diffèrent totalement des camps de Monéteau ‘Sur Macherin’ (Augereau, Chambon, 2005 ; 2011 ; Chambon et alii, 2004, 2006) ou de Beaumont ‘Le Crot-aux-Moines’ (Yonne ; Prestreau, 2002). Par ailleurs, nous n’avons aucune idée des pratiques funéraires des Chasséens dans le bassin de la Saône.

13.2.3. Le Néolithique Moyen Bourguignon (NMB)

22Une quarantaine de sites sont attribuables au NMB, mais peu d’entre eux ont donné lieu à des fouilles systématiques. À Chassey-le-Camp ‘La Redoute’ (Saône-et-Loire) existe un seul niveau NMB (niveau 6), superposé au Chasséen (Thevenot, 2005).

23Les lieux d’implantation du NMB sont extrêmement variés. Dans la plaine alluviale de la Saône, la fouille de l’habitat de Tournus ‘En Charrette’ (Saône-et-Loire) a montré l’existence de foyers et de fosses creusées en sol ferme dans les limons de débordement (Duriaud, 1996b). Dans la plaine dijonnaise, le site de Pluvet ‘Larrivoux’ (Côte-d’Or) présente les mêmes caractéristiques. Plus au sud, la fouille du site de Gevrey-Chambertin ‘Au-Dessus-de-Bergis’ (Côte-d’Or) a mis en évidence deux ensembles de trous ronds qui semblent intégrables dans des plans de construction à poteaux de bois (informations F. Devevey et S. Chevrier). Ces trous de poteau sont chaque fois associés à de petites fosses, situées à l’intérieur ou à l’extérieur des surfaces supposées d’habitation. Dans l’une d’elles, ont été recueillis en nombre des fragments d’enduits de parois portant des traces de clayonnage et des surfaces lissées. Le matériel associé permet de proposer l’attribution d’une partie du mobilier à une phase récente du NMB.

24À Saint-Romain ‘Le Verger’ (Côte-d’Or), le mobilier céramique comprend quelques éléments attribuables au NMB (Maillot, 2007). Dans les collines bordières du val de Saône, les habitats sont établis sur des plateaux fermés par des levées ou des remparts de type éperon barré (Marcilly-sur-Tille ‘Le Mont’, Étaules ‘Le Châtelet’, Mesmont ‘Le Champ Pendu’, Côte-d’Or). Ces camps occupent une superficie comprise entre 1 et 5 ha. Les habitations connues sont construites en bois et en pierre au contact direct des constructions défensives intra muros. Adossé au parement intérieur du rempart, l’habitat NMB de Vitteaux ‘Camp de Myard’ (Côte-d’Or) comporte une succession de bâtiments de plan rectangulaire de 6 x 4 m. Ce sont des structures de bois, de pierre et d’argile avec une couverture probablement végétale (Nicolardot, 2003). On retrouve également un habitat adossé au rempart, du côté interne, à Marcilly-sur-Tille ‘Le Mont-de-Marcilly’ (Côte-d’Or ; Planson, 1969), à Étaules ‘Camp du Châtelet’ (Côte-d’Or ; Nicolardot, 2003), ou à Bourguignon-lès-Morey ‘Le Camp-Romain’ (Haute-Saône ; Piningre, Ganard, 2000 ; Piningre et alii, 2003). À Cohons ‘Camp de la Vergentière’ (Haute-Marne), l’habitat se situe le long du parement extérieur du rempart (Lepage, 1992).

25La documentation relative au mobilier peut sembler abondante, mais provient souvent de séries anciennes, sans référence stratigraphique claire. Les plus riches séries proviennent de Marcilly ‘Camp du Mont’, Vitteaux ‘Camp de Myard’, Meursault ‘Mont-Milan’, Montceauet-Écharnant ‘grotte du Peut-Trou’, Mâlain ‘Trou du Diable’, Mavilly-Mandelot ‘La Molle-Pierre’, en Côte-d’Or. Cependant, en Saône-et-Loire, Chassey-le-Camp ‘La Redoute’ comporte une stratigraphie et Tournus ‘En Charrette’ présente une couche d’habitat homogène, décapée par sondages en 1993. La céramique de Tournus ‘En Charrette’ montre des caractères NMB récent indéniables (Moreau, 2010). Cet ensemble de 101 individus typologiques apparaît très homogène du point de vue technologique et typologique et il semble se rapprocher notamment des séries jurassiennes du NMB récent.

26Une fosse datée du NMB a été découverte à Péronne ‘L’isérable des Légères’, lors du diagnostic du gazoduc réalisé par N. Tisserand et F. Ducreux. Située sous un niveau de sol structuré du Bronze moyen, cette fosse a livré quelques profils céramiques intéressants et un mobilier lithique conséquent (Tisserand, 2010) (fig. 88).

27Tout cela permet de définir avec une certaine précision les industries qui caractérisent le NMB régional. En l’absence de contexte chronologique fiable, il est pour le moment difficile d’établir l’évolution de cette culture, mais les influences chasséennes et Michelsberg y sont bien nettes, au moins dans une phase initiale. L’impact du Cortaillod est notablement plus faible et se manifeste surtout dans l’industrie osseuse.

28L’abondance des sites NMB et l’étendue des fouilles concernant les camps (Marcilly ‘Le Mont’, Vitteaux ‘Camp de Myard’, Étaules ‘Le Châtelet’, en Côte-d’Or), comme un certain nombre de sites de plaine, donnent une idée relativement précise des types d’occupation de l’espace et des formes d’habitation. Les études ultérieures de l’abondante documentation faunique devraient permettre de reconstituer les modes de subsistance. La chasse semble jouer dans tous les sites un rôle important comme le montre l’importance du cerf dans l’industrie osseuse. Cependant, l’étude de L. Paleau (2008) sur le petit corpus de Tournus ‘En Charrette’ montre une équivalence entre faune sauvage et domestique.

29Les pratiques funéraires sont illustrées par des sépultures sous tumulus à Marcilly-Ogny ‘Les Champs-d’Asniers’ (Côte-d’Or ; Nicolardot, 1993a et b) et à Aubigny-la-Ronce ‘Les Chaumes d’Auvenay’ (Côted’Or ; Mortillet, Mortillet, 1881). Des travaux récents ont remis au jour des sépultures sous tumulus (anciennement fouillés) dans des coffres en dalles de calcaire. À Chambœuf ‘Le Bois du Chêneau’ (Côte-d’Or), le mobilier recueilli pourrait correspondre au NMB (fouilles E. et B. Guyot) (Thevenot, 2005). Il existe également des sépultures individuelles en grotte comme c’est probablement le cas à Mavilly-Mandelot ‘La Molle-Pierre’ (Côte-d’Or ; Dufay-gallan et alii, 1993) ou à Montceau-et-Écharnant ‘Grotte du Peut-Trou’ (Côte-d’Or ; Ratel 1964), et des ossements humains épars dans plusieurs sites.

Fig. 88. Mâcon-Péronne ‘L’isérable des Légères’ : mobilier céramique de la fosse NMB. Éch. 1 :3 (F. Ducreux).

30Il semble qu’il faille rapporter l’érection d’une partie des menhirs bourguignons au NMB : Monthelon ‘La Grande Corvée’ (Saône-et-Loire ; Lagrost, Buvot, 1998). Les datations radiocarbone, relativement nombreuses, placent le NMB dans une fourchette comprise entre 4100-4000 et 3600-3500 avant notre ère.

31Des découvertes réalisées dans l’ouest de la Bourgogne, telles que Varennes-Vauzelles ‘Les Grandes Levées’ (Nièvre ; Liegeard et alii, 1999), Lapalisse ‘Chez Duret’ (Allier ; Liegeard et alii, 2000) et Bruère-Allichamps ‘Le Champ de la Grange’ (Cher ; Rialland, 1991) démontrent la formation de faciès régionaux du NMB, ce qui justifierait peut-être une modification de cette appellation (Thevenot, 2005). La thèse de Clément Moreau sur la céramique de vingt sites bourguignons du Néolithique moyen II, de l’Yonne à la vallée de la Saône (Moreau, 2010) a permis de préciser la répartition spatiale et l’évolution pressentie de ce groupe culturel.

13.3. LE NÉOLITHIQUE RÉCENT ET FINAL

32Le Néolithique récent, au sens utilisé dans le Bassin parisien, n’est connu sur aucun site du bassin versant de la Saône. Quelques documents attestent pourtant sa présence, comme dans la couche 5 de Chassey-le-Camp ‘La Redoute’ où se mêlent des influences du « SOM » (parure) et des éléments d’affinité « Horgen » (céramique) (Thevenot, 2005). À Saint-Romain ‘Le Verger’, un bord présente toutes les caractéristiques typologiques et technologiques de la poterie du Néolithique récent (« SOM » ou Horgen du Jura français).

33Le Néolithique final pré-campaniforme de Haute Bourgogne est constitué de deux entités culturelles contemporaines, le Néolithique final « type Chassey niveau 5 » et le groupe de la Saône. Ces ensembles ne sont caractérisés que par quelques petits corpus et nécessiteront sans doute une révision ultérieure.

13.3.1. Le Néolithique final « type Chassey niveau 5 »

34Les sites de hauteur des collines calcaires bordant la vallée de la Saône du Dijonnais au Mâconnais révèlent une industrie du Néolithique final différente de celle des bords de la Saône. La documentation connue provient des fouilles de Meursault ‘Le Mont Milan’ (Chevillot, 1984), Étaules ‘Le Châtelet’, Vitteaux ‘Camp de Myard’ (Nicolardot, 1998 ; 2003) en Côte-d’Or, et du niveau 5 de Chassey-le-Camp ‘La Redoute’ en Saône-et-Loire (Thevenot, 2005). Quelques séries proviennent de grottes comme celle de Barbirey-sur-Ouche ‘Roche Chèvre’ (Côte-d’Or). À Meursault ‘Le Mont Milan’, les restes d’habitat ont été observés sur le plateau lui-même et à l’écart du rempart.

35C’est surtout la série de Chassey-le-Camp ‘La Redoute’, niveau 5, qui permet de donner une définition des industries lithique, céramique et osseuse de cette période. Le mobilier de la couche 5 présente des caractères originaux par rapport à ceux du groupe de la Saône. Les industries sont associées à des témoins du Campaniforme et à quelques prémices du Bronze ancien (coupe à anse) (Thevenot, 2005). L’étude typologique de la céramique de la couche 5 de Chassey-le-Camp ‘La Redoute’ a été prolongée par une analyse technologique (Vandamme, 2007).

36L’industrie lithique est typologiquement et techniquement très différente de celle du groupe de la Saône. En ce sens, le niveau 5 de Chassey-le-Camp ‘La Redoute’ pourrait prolonger les traditions du NMB (Thevenot, 2005), tandis que les influences méridionales semblent prédominer dans la vallée de la Saône.

37L’économie vivrière repose sur les mêmes fondements qu’aux périodes antérieures. Les échanges témoignent de relations à longue distance (silex du Grand-Pressigny, du Sénonais, du Berry et de la vallée de l’Oise). Les roches tenaces proviennent des Alpes, du Massif central et des Vosges.

38Quelques sépultures en coffres de dalles sous tumulus peuvent être attribuées au Néolithique final : La Rochepot ‘La Garenne’ (Côte-d’Or ; Joly, 1965), Marcilly-Ogny ‘Le Champ du Saule’ (Côte-d’Or ; Dorion, 1990). La reprise d’étude sur des monuments mégalithiques, comme celui de Volnay ‘La Pierre Brûlée’ (Buvot, Duhamel, 1998) et les coffres de Francheville ‘La Forêt de Nonceuil’ (Martin, Buvot, 2012), a permis de montrer la présence de mobilier du Néolithique final. Ces tumulus livrent des vases carénés très caractéristiques et des éléments de parure.

39Peu de dates radiocarbone concernent cette période qui peut être située entre 3000 et 2400 avant notre ère. Le terme « type Chassey niveau 5 » a été retenu pour le moment pour désigner cette entité originale, dans l’attente de découvertes de gisements mieux renseignés chrono-culturellement.

13.3.2. Le groupe de la Saône

40Le groupe de la Saône a été défini à partir du mobilier du site d’Ouroux-sur-Saône ‘Le Grand Bois’ et ‘Le Taillis’ (Saône-et-Loire) et des documents rassemblés à la fin du xixe siècle, principalement constitués de matériel lithique (bibliographie dans Thevenot, 2005). Le groupe de la Saône se distingue par ses productions très élaborées et par son genre de vie lié au milieu aquatique.

41Tous les gisements connus à ce jour se distribuent au contact même de la Saône, essentiellement en rive gauche (Ferry, 1869 ; Arcelin, 1869 ; Thevenot, 1973 ; Dumont, 2002). Le secteur de la vallée le plus occupé concerne essentiellement la grande Saône. Les villages sont installés à proximité d’un gué (cf. Ourouxsur-Saône) ou d’un affluent de la Saône ou en relation avec une île ou un gué. Seuls les gisements d’Ouroux-sur-Saône ‘Le Grand Bois’ et ‘Le Taillis’ ont donné lieu à des fouilles limitées qui montrent que les bâtiments d’habitation étaient construits sur terre ferme et que toutes les structures excavées étaient creusées dans les limons alluvionnaires, ce qui signifie que le régime de la Saône était très différent de celui d’aujourd’hui.

42La Saône n’était probablement pas un obstacle, mais un lien entre les rives. Quelques indices tendent à montrer que les habitations d’Ouroux-sur-Saône étaient construites sur un plan rectangulaire, avec de lourdes pièces de bois. Nous ignorons tout de l’organisation au sein des villages.

43Le lithique est typologiquement très varié et technologiquement très évolué : poignards à soies, pointes de flèches à pédoncule et ailerons (Champ-Villars), parfois équarris, retouche par pression en écharpe après polissage (fig. 89).

44La céramique comporte des formes sub-cylindriques, à fond arrondi ou aplati et à éléments de préhension formés de boutons allongés horizontaux, pleins ou perforés. On trouve également quelques formes carénées qui rappellent l’ambiance méridionale (Fontbouisse). La parure comporte des éléments d’origine méridionale et la métallurgie du cuivre fait son apparition avec des perles en cuivre martelées ou coulées.

45De petits ensembles attribuables à la fin du Néolithique, issus de fouilles préventives, comme à Athée ‘Champ de Grette’ (F. Ducreux), demeurent à caractériser (fig. 90). Les prospections ont aussi amené, en Saône-et-Loire, la découverte de plusieurs occupations attribuables au Néolithique final, comme à Bragny ‘Terrasse de la Saône’ (J.-C. Alary), à Saunières ‘Le Bois de Riande’ (C. Sauty) ou encore Saunières ‘Le Pâquier de la Vallée’ (J.-C. Alary).

46On tend à situer le développement du groupe de la Saône entre 2900-2800 et 2400-2300 avant notre ère. Mais cette longue tranche chronologique sous-entend la possibilité d’évolutions et de transformations – comme celle de l’arrivée des éléments campaniformes – qui ne peuvent pas encore être précisées.

Fig. 89. Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ : armatures de flèches du groupe de la Saône. Éch. 1 :1 (photo C. Bontemps).

Fig. 90. Athée ‘Champ de Grette’ : mobilier du Néolithique final. Éch. 1 :3 (F. Ducreux).

Fig. 91. Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ : fragments de deux vases campaniformes. Éch. 1 :1 (photo C. Bontemps).

Fig. 92. Lux ‘Lapérouze’ : mobilier campaniforme provenant des fosses. Éch. 1 :3 (F. Ducreux).

47En matière d’économie, la culture des céréales est attestée et les restes fauniques montrent le rôle essentiel de l’élevage par rapport à la chasse. On suppose que les ressources halieutiques étaient également largement exploitées. Nous n’avons pas d’indications sur les pratiques funéraires.

13.3.3. Le Campaniforme

48En Saône-et-Loire et en Côte-d’Or, le Campaniforme était encore très méconnu au moment des synthèses nationales (Treinen, 1970) et jusqu’aux études de la fin des années 90 (Salanova, 2000). Pourtant le bassin de la Saône semble être un secteur assez dense en vestiges campaniformes, comme en témoigne une première synthèse régionale réalisée à l’occasion de la publication de l’habitat de Saint-Marcel ‘La Noue’ (Saône-et-Loire ; Salanova, Ducreux, 2005). L’inventaire réalisé dans ce cadre totalisait 37 sites campaniformes. Plus récemment, une reprise de cet inventaire incluant les données anciennes et les nouvelles découvertes en contexte de fouilles préventives permet de lister 61 sites ayant livré des éléments campaniformes dans ces deux départements (Lemercier, 2014). Par ailleurs, les données funéraires ont fait l’objet d’une approche spécifique dans le cadre d’une synthèse sur les sépultures campaniformes (Lemercier, Tchérémissinoff, 2011).

49Les éléments faisant référence à la première diffusion campaniforme demeurent sans doute rares et parfois difficiles à attribuer avec précision au Campaniforme ancien. Le contexte d’apparition du Campaniforme demeure imprécis. Des éléments campaniformes ont été découverts dans le niveau 5 de Chassey-le-Camp ‘La Redoute’ (Saône-et-Loire) dans le contexte du Néolithique final de « type Chassey niveau 5 » et sur les sites d’Ouroux-sur-Saône, en relation avec des éléments du groupe de la Saône, ces deux sites livrant des éléments campaniformes anciens et récents.

50L’essentiel de la documentation fait référence à une phase récente du Campaniforme où les décors complexes au peigne s’associent à une céramique commune spécifique et permettent de définir un groupe Bourguignon-Jurassien, envisagé comme l’intersection d’influences méridionales, orientales et sans doute septentrionales dont les limites géographiques demeurent à préciser (Salanova, Ducreux, 2005).

51Il faut aussi signaler quelques tessons campaniformes trouvés en stratigraphie dans plusieurs sites de la vallée de la Saône (Ouroux-sur-Saône ‘Le Grand Bois’ et ‘Le Taillis’, Marnay ‘La Maison Blanche’, Lux ‘Les Rives de la Saône’).

52Les termes de la transition du Néolithique final au Bronze ancien sont illustrés par la tasse de La Truchère – dragage de la Saône, en Saône-et-Loire, découverte anciennement – (Gallay, Gallay, 1968), faisant référence aux groupes à céramique à décor barbelé et offrant des comparaisons extrarégionales vers la vallée du Rhône et l’Auvergne (Vital et alii, 2012). À Royer ‘La Rougie’, un ensemble lithique et une pointe de flèche à pédoncule et ailerons sont associés à un fond plat attribuable à la fin du Néolithique (Duriaud, 2000). En Côte-d’Or, le site de Beaune ‘Les Champs de Chavet’ (C. Dunikowski) a permis la découverte de fosses et fossés attribués au Néolithique final/Bronze ancien.

53Les éléments relatifs aux implantations domestiques sont maintenant mieux documentés par le site de Saint-Marcel ‘La Noue’ (Saône-et-Loire) fouillé sur une surface importante (Salanova, Ducreux, 2005), mais les données architecturales manquent encore. D’autres implantations domestiques de plus faible ampleur sont connues en Saône-et-Loire comme à Tournus ‘La Croix-Léonard’ (J. Duriaud) et Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ (C. Bontemps) (fig. 91) et en Côte-d’Or à Beaune ‘Corvée Rateau’ (F. Ducreux), Quetigny ‘Les Allées Cavalières’ (B. Saint-Jean-Vitus), Saint-Apollinaire ‘Sur le Petit Près’ (F. Ducreux, R. Labeaune), Pluvet ‘Larrivoux’ (F. Ducreux), Chevigny-Saint-Sauveur ‘Champ Chardron’ (F. Jeudy et Y. Virlogeux), Lux ‘La Pérouze’ (F. Ducreux) (fig. 92) et Athée ‘Champ de Grette’, issues pour l’essentiel de fouilles préventives.

54Les données funéraires traduisent la diversité propre aux Campaniforme français avec des sépultures en fosse, mais aussi l’usage de coffres mégalithiques pour des dépôts individuels et collectifs. Outre les coffres de Francheville ‘Forêt de Nonceuil’ (G. Martin) (Martin, Buvot, 2012), il convient d’ajouter la découverte récente de sépultures individuelles en fosse, dans la région de Dijon, à Longvic ‘Les Quétignières’ (R. Labeaune) et Saint-Apollinaire ‘Marche-Mailles 2’ qui renouvelle la documentation sur ce sujet.

13.4. LES COFFRES MÉGALITHIQUES ET LES SÉPULTURES

55Dans le domaine du mégalithisme, J.-P. Thevenot a entrepris un important travail de reprise de la documentation concernant les tertres funéraires contenant des coffres simples ou couverts et des sépultures individuelles ou collectives, signalés en Côte-d’Or et en Saône-et-Loire. Le recensement de ces monuments, fondé sur les études publiées, des notes inédites, les collections publiques ou privées et des archives particulières, a pour but de dresser un répertoire aussi complet que possible des monuments et de leur mobilier. En dépit des carences liées aux fouilles anciennes et aux aléas de la documentation et des collections, une évolution dans les types de monuments peut être établie. Les attributions chronologiques et culturelles concernent en effet la fin du Néolithique moyen, le Néolithique final et le début du Bronze ancien, ainsi que des utilisations ultérieures de l’Âge du Bronze et du premier Âge du Fer.

56Le secteur de l’agglomération de Dijon, en bordure de la plaine de Saône, semble assez riche en sépultures du Néolithique et du début de l’Âge du Bronze. Outre les tombes bien connues de Dijon ‘Les Lentillières’ pour le Néolithique ancien et de Dijon ‘Les Bourroches’ pour le Bronze ancien 1, les opérations d’archéologie préventive récentes mettent régulièrement au jour des structures funéraires néolithiques comme la sépulture campaniforme de Longvic ‘Les Quétignières’ (Salanova, Ducreux, 2005) et celle – campaniforme ou Bronze ancien 1 – de Saint-Apollinaire ‘Marche-Mailles 2’ (F. Ducreux). Certaines tombes demeurent à dater précisément comme celle de Longvic ‘Écluse Romelet’ (Labeaune et alii, 2006) qui a livré les restes d’un individu immature accompagné de quatre dentalium.

Bibliographie

Bibliographie citée

Arcelin A., 1869, « Les berges de la Saône : temps celtiques, Fer, Bronze, Pierre polie », Annales de l’académie de Mâcon, 8, p. 392-414.

Augereau A., Chambon P. dir., 2011, Les occupations néolithiques de Macherin à Monéteau (Yonne), Paris, Soc. préhistorique française, 422 p. (Mémoire de la Soc. préhistorique française, LIII).

Augereau A., Chambon P., av. la coll. de Sidéra I., 2005, « Les occupations néolithiques de Monéteau ‘Sur Macherin’ (Yonne) : données préliminaires », R.A.E., t. 54, p. 51-70.

Bintz P., Picavet R., Évin J., 1995, « L’évolution culturelle du Mésolithique au Néolithique moyen en Vercors et dans les Alpes du nord », in : Voruz J.-L. dir., Chronologies néolithiques : de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien, Actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 19-20 sept. 1992, Ambérieu-en-Bugey, éd. de la Soc. préhistorique rhodanienne, p. 41-54 (Doc. du Département d’anthropologie et d’écologie de l’Univ. de Genève, 20).

Bonnardin S., 2009, La parure funéraire au Néolithique ancien dans les Bassins parisien et rhénan : Rubané, Hinkelstein et Villeneuve-Saint-Germain, Paris, Soc. préhistorique française, 322 p. + CD Rom (Mémoire de la Soc. préhistorique française, XLIX).

Bontemps C., 1997, Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’, gravière C2B, Document final de synthèse d’évaluation archéologique, S.R.A. de Bourgogne, 53 p., 50 fig.

Buvot P., Duhamel P., 1998, « Les sépultures collectives en Bourgogne : bilan des connaissances », in : Soulier P. dir., La France des dolmens et des sépultures collectives (4500-2000 avant J.-C.) : bilans documentaires régionaux, Paris, éd. Errance, p. 46-56 (Coll. Archéologie aujourd’hui).

Carré H., 1991, « Essai de chronologie du Danubien final de l’Yonne », in : La région Centre, carrefour d’influences ? Actes du 14ème colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, 16-18 oct. 1987, Blois, p. 81-90 (Suppl. au Bull. de la Soc. archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois).

Chambon P., Thiol S., Tristan C., 2004, « Une nouvelle opération sur le secteur de Macherin à Monéteau (Yonne), la ‘rue de Bonn’ : suite du village et de l’enceinte, nouvelle nécropole… », Internéo 5-2004, Journée d’information, Paris, Ass. pour les Études interrégionales sur le Néolithique / Soc. préhistorique française, p. 73-79.

Chambon P., Augereau A., Bonnardin S., Meunier K., Thiol S. avec la coll. de Sidéra I., Tristan C., 2006, « Une nécropole chasséenne à Monéteau (Yonne) », in : Fouéré P., Chevillot C., Courtaud P., Ferullo O., Leroyer C. dir., Paysages et peuplements : aspects culturels et chronologiques en France méridionale : actualité de la recherche, Actes des 6èmes Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Périgueux, 14-16 oct. 2004, Périgueux, Ass. pour le Développement de la Recherche archéologique et historique en Périgord, p. 143 162 (11ème suppl. à Préhistoire du Sud-Ouest).

Chevillot P., 1984, « Le site pré- et protohistorique du Mont-Milan à Meursault : bilan des recherches (1979-1983 », Mémoires de la Soc. d’histoire et d’archéologie de Beaune (Côte-d’Or), 65, p. 39-57.

Dorion J., 1990, « Marcilly-Ogny, ‘le Champ du Saule’ », in : Jannet-Vallat M. dir., II était une fois la Côte-d’Or : 20 ans de recherches archéologiques, Paris, éd. Errance/Dijon, Musée archéologique, p. 25-26, fig. 68-70.

Dufay-Galan A., Gruillot P., Perrin M., 1993, Les premiers paysans du Pays beaunois : l’habitat-refuge de la Molle-Pierre, Catalogue de l’exposition de la Chapelle de l’Oratoire, 9 oct.-21 nov. 1993, Beaune, Musées de Beaune, Ass. de Recherches archéologiques du Pays Beaunois, 31 p.

Duhamel P., Prestreau M., 1997, « Émergence, développements et contacts de la société Cerny en bassin d’Yonne : point des connaissances et voies de recherche », Constantin C., Mordant D., Simonin D. dir., La culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international sur le Néolithique, Nemours, 9-11 mai 1994, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 111-134 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Dumont A., 2002, Les passages à gué de la Grande Saône : approche archéologique et historique d’un espace fluvial (de Verdun-sur-le-Doubs à Lyon), Dijon, S.A.E., 280 p., ill., 4 pl. (17ème suppl. à la R.A.E.).

Duriaud J., 1982, « La station néolithique de Bois-Derrière à Ozenay : le matériel de surface », Bull. de la Soc. des Amis des arts et des sciences de Tournus, 81, p. 57-82, 11 fig.

Duriaud J., 1996a, « Les stations néolithiques de Bois-Derrière et Beauvois », in : 30 ans d’archéologie en Saône-et-Loire, Catalogue d’exposition, Dijon, Comité dép. de la Recherche archéologique, p. 78-79, 2 fig.

Duriaud J., 1996b, « Le site néolithique moyen bourguignon de Charette à Tournus », in : 30 ans d’archéologie en Saône-et-Loire, Catalogue d’exposition, Dijon, Comité dép. de la Recherche archéologique, p. 16-11, 3 fig.

Duriaud J., 2000, Archéologie en Tournugeois : prospectioninventaire année 2000, Rapport de prospection, Tournus, Dijon, Groupe de Recherche archéologique de Tournus, S.R.A. de Bourgogne.

Ferry H. de, 1869, « Les gisements archéologiques des rives de la Saône », Annales de l’Académie de Macon, 8, p. 345-369.

Gallay A., Gallay G., 1968, « Le Jura et la séquence Néolithique récent-Bronze ancien », Archives suisses d’anthropologie générale, 33, 84 p.

Gallay G., 1981, « Ein verschollener Grabfund der Bandkeramik von Dijon (dép. Côte-d’Or, Ost-Frankreich) », Antike Welt, 12, p. 36-43, 7 fig.

Hénon P., Ramponi C., 2002, « Saint-Priest, ZAC des Feuilly : Paléolithique, Âge du Bronze, Gallo-Romain », Bilan scientifique régional 2000, Lyon, S.R.A. de Rhône-Alpes, p. 188-190.

Jeunesse C., van Willigen S., 2006, « Le vase à décor rubané de la Grande Grotte à Cheval-Blanc (Vaucluse) : un objet danubien dans le Néolithique ancien du Midi de la France ? », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 103, no 3, p. 597-625.

Joly J., 1965, « Les tombes mégalithiques du département de la Côte-d’Or : état de la question en 1964 », R.A.E., t. 16, fasc. 1-3, p. 57-74, 5 fig.

Labeaune R., Gauchet F., Thiol S., av. la coll. de Devevey F., Noguès P., Symonds R. P., Goguey R., 2006, Longvic ‘Écluse Romelet’ ‘Rue Pierre Lauterbach’ 02/02/05-21/02/06, Rapport de sondages, Dijon, Inrap Grand-Est sud, 34 p.

Lagrost L., Buvot P., 1998, Menhirs de Bourgogne : l’art mégalithique bourguignon, Montceau-les-Mines, éd. La Physiophile, 159 p.

Lemercier O., 2014, « Bell Beakers in Eastern France and the Rhone-Saone-Rhine axis question », in : Besse M. dir., Around the Petit Chasseur Site in Sion (Valais, Switzerland) and new approaches to the Bell Beaker Culture, Proceedings of the International Conference held at Sion (Switzerland), October 27th-30th, 2011, Oxford, Archaeopress, p. 181-204, 20 fig.

Lemercier O., Tcheremissinoff Y., 2011, « Chapitre XIV. Du Néolithique final au Bronze ancien : les sépultures individuelles campaniformes dans le sud de la France », in : Salanova L., Tcheremissinoff Y., Les sépultures individuelles campaniformes en France, Paris, CNRS éd., p. 177-194 (41ème suppl. à Gallia Préhistoire).

Lepage L., av. la coll. de Cussenot O., Derelle M., éVin J., Heim J., Poulain T., 1992, La Vergentière (Camp et nécropole) à Cohons (Haute-Marne) du Néolithique moyen au Bronze final, Langres, Musées de la ville de Langres, 353 p. (Mémoire de la Soc. archéologique champenoise, 6 ; Suppl. au Bull., 2).

Liegard D., Delahaye J.-O., Urgal-Lagrue A., 1999, Déviation de Pougues-les-Eaux, RN 7, Les Grandes Levées (site 9) et Paturail Berlin (site 10), Varennes-Vauzelles (Nièvre), Rapport d’évaluation archéologique 1998, Dijon, A.F.A.N., S.R.A. de Bourgogne, 131 p., 19 pl.

Liegard S., Urgal A., Fourvel A., Liegard D., 2000, « Étude d’un lot de mobilier du Néolithique moyen II d’affinité nord-orientale découvert à Lapalisse (Allier) », Revue archéologique du Centre de la France, t. 39, p. 31-42.

Maillot C., 2007, Étude typologique et technologique de la céramique du Néolithique du site ‘Le Verger’ à Saint-Romain en Côte-d’Or, Mémoire de master I, Univ. de Bourgogne, 2 vol.

Manen C., Convertini F., 2009, « La céramique du Néolithique ancien », in : Voruz J.-L. dir., La grotte du Gardon (Ain), Vol. 1. Le site et la séquence néolithique des couches 60 à 47, Toulouse, Archives d’Écologie préhistorique, p. 255-266.

Marchant L., 1864, Notice sur une parure en coquillages trouvée à Dijon, Dijon, éd. Rabutot, 6 p.

Martin G., Buvot P., 2012, « Les coffres mégalithiques de la forêt de Nonceuil à Francheville (Côte-d’Or) », R.A.E., t. 61-2012, p. 303-314.

Moreau C., 2010, La céramique du Néolithique moyen II de l’Yonne à la Saône, entre 4300 et 3400 avant notre ère, Thèse de doctorat sous la dir. de C. Mordant et R. Martineau, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol., 543 et 287 p.

Mortillet G. de, Mortillet A. de, 1881, Musée préhistorique, Paris, éd. Reinwald, 100 pl.

Nicod P.-Y., Voruz J.-L., Jeunesse C., Van Berg P.-L., 1996, « Entre Rhône et Rhin au Néolithique ancien », in : Duhamel P. dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?, Actes du 18ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 25-27 oct. 1991, Dijon, S.A.E., p. 85-94 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Nicolardot J.-P., 1993, « Le tumulus no 1 des Champs-d’Aniers à Marcilly-Ogny (Côte-d’Or) : premiers résultats des fouilles 1988-1990 », R.A.E., t. 44, p. 39-60, 23 fig.

Nicolardot J.-P., 1998, Le camp de Myard, Vitteaux, Côted’Or : un habitat de hauteur fortifié du Néolithique et de l’Âge du Bronze du IVe millénaire au ixe siècle avant J.-C., Vitteaux, Groupe d’Études régionales de Préhistoire et de Protohistoire (G.E.R.P.P.), 20 p. (Bourgogne archéologique, 16).

Nicolardot J.-P., 2003, L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or : les camps de Myard à Vitteaux et du Châtelet d’Étaules dans le contexte archéologique régional (du Ve millénaire au ive siècle avant J.-C.), Dijon, S.A.E., 374 p. (19ème suppl. à la R.A.E.).

Paleau L., 2008, Étude de la série archéozoologique du site néolithique de ‘La Charrette’ à Tournus, Mémoire de master 1, Univ. de Bourgogne, 2 vol.

Picavet R., 1988, « L’abri sous roche de la Grande Rivoire, commune de Sassenage, Isère : résultats préliminaires des campagnes de fouilles de sauvetage de 1986-1987 », Cahier du Centre de recherches préhistoriques du Vercors, no 3, p. 40-69.

Piningre J.-F., Ganard V., 2000, Le site fortifié de Bourguignon-lès-Morey (Haute-Saône), Néolithique, Âge du Bronze, 1er et 2ème Âge du Fer, Rapport de synthèse 1998-2000, S.R.A. de Franche-Comté, 53 p.

Piningre J.-F., Ganard V., Moreau C., 2003, Le site fortifié de Bourguignon-lès-Morey (Haute-Saône), Néolithique, Âge du Bronze, 1er et 2ème Âge du Fer, Rapport annuel 2003, S.R.A. de Franche-Comté, 24 p., 33 fig.

Planson E., 1969, Le camp-refuge néolithique de Marcilly-sur-Tille (Côte-d’Or), Thèse de doctorat, Paris, Univ. de Paris I-Sorbonne, 229 p., pl. I-LXXIV (dactylographié).

Prestreau M., 2002, « Enceintes néolithiques de Bourgogne : bilan et axes de recherches », R.A.E., t. 51-2001/2002, p. 429-449.

Ratel R., 1964, « La grotte sépulcrale de Lusigny (Côte-d’Or) », Mémoire de la Commision archéologique de la Côte-d’Or, t. 25, 1959-1962, Dijon, p. 151-177.

Rialland Y., 1991, « L’enceinte du Néolithique moyen du Champ de la Grange à Bruère-Allichamps (Cher) », in : Actes du 15ème colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, 22-23 oct. 1988, Châlons-sur-Marne, Association régionale pour la Protection et l’Étude du Patrimoine préhistorique, p. 97-108.

Salanova L., Ducreux F. dir., 2005, « L’habitat campaniforme de La Noue à Saint-Marcel (Saône-et-Loire) : éléments de définition du groupe Bourguignon-Jurassien », Gallia-Préhistoire, t. 47, p. 33-146.

Schoenstein J., Villes A. dir., 1990, « Du Cardial au nord de la Loire ? », Rubané et Cardial, Actes du colloque de Liège, nov. 1988, Liège, Univ. de Liège, p. 257-285 (Études et Recherches archéologiques de l’Univ. de Liége, 39).

Séara F., Ganard V., 1996, « Les occupations mésolithiques, néolithiques, campaniformes et protohistoriques du site de Ruffey-sur-Seille ‘À Chauphardes’ », in : Séara F., Ganard V. dir., Les gisements de Choisey ‘Aux Champins’ (39 150 41) et de Ruffey-sur-Seille ‘À Chauphardes’ (39 471 026) (Jura) : étude des occupations mésolithiques, néolithiques et protohistoriques de deux sites de plaine alluviale, Document final de synthèse de fouille préventive, Autoroute A 39 Dole-Bourg-en-Bresse, vol. II, Besançon, S.R.A. Franche-Comté, p. 101-569.

Thevenot J.-P., 1973, Le village préhistorique d’Ouroux-sur-Saône : résultats des premières fouilles, Dijon, 174 p., 91 fig. (avec six études spécialisées) (Travaux du Centre de Recherches de Solutré, 1).

Thevenot J.-P. dir., 2005, Le Camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : les niveaux néolithiques du camp de La Redoute, Dijon, S.A.E., 464 p. (22ème suppl. à la R.A.E.).

Tisserand N., 2010, ‘La Guiche’, Saint-Gengoux-de-Scissé, Gazoduc, artère du Mâconnais, Rapport de diagnostic positif, S.R.A. Bourgogne, Dijon, 141 p.

Vandamme N., 2007, Le mobilier céramique du niveau 5 (Néolithique final) du camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire) : mise en relation des données typologiques et technologiques dans une perspective d’approche culturelle, Mémoire de master I, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol.

Vernet G., 2004, « Le Néolithique ancien (Épicardial) et le Néolithique moyen/ancien sur le site du Brézet à Clermont-Ferrand (Massif central, France) », in : Dartevelle H. dir., Auvergne et Midi : actualités de la recherche, Actes des 5ème Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Clermont-Ferrand, 8-9 nov. 2002, Cressensac, Archéologie du Sud-Ouest, p. 85-90 (9ème suppl. à Préhistoire du Sud-Ouest).

Villes A., 1990, « Les sépultures néolithiques de Menneville (Aisne) », Bull. de la Soc. archéologique champenoise, t. 83, fasc. 2, p. 31-58.

Vital J., Convertini F., Lemercier O. dir, 2012, Composantes culturelles et premières productions céramiques du Bronze ancien dans le sud-est de la France : résultats du Projet collectif de recherche 1999-2009, Oxford, Archaeopress, xiv + 412 p. + CD Rom annexes : v + 338 p. (BAR, Intern. series, 2446).

Table des illustrations

Légende Fig. 84. Cartes des sites néolithiques du bassin de la Saône, mentionnés dans le texte (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne) (liste détaillée des sites page suivante).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Légende Fig. 85. Ouroux-sur-Saône ‘La Cygonière’ : fragments d’un vase du Néolithique ancien. Éch. 1 :1 (photo C. Bontemps).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 86. Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ : poterie attribuée au Cerny. Éch. 1 :1 (photo C. Bontemps).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 87. Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ : structure de combustion (photo C. Bontemps).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Légende Fig. 88. Mâcon-Péronne ‘L’isérable des Légères’ : mobilier céramique de la fosse NMB. Éch. 1 :3 (F. Ducreux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5679/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 89. Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ : armatures de flèches du groupe de la Saône. Éch. 1 :1 (photo C. Bontemps).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5679/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 90. Athée ‘Champ de Grette’ : mobilier du Néolithique final. Éch. 1 :3 (F. Ducreux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5679/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 91. Ouroux-sur-Saône ‘Le Petit Bois’ : fragments de deux vases campaniformes. Éch. 1 :1 (photo C. Bontemps).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5679/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 92. Lux ‘Lapérouze’ : mobilier campaniforme provenant des fosses. Éch. 1 :3 (F. Ducreux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5679/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search