Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 2. Le Néolithique en Bourgogne

12. Le Néolithique du bassin versant Seine-Yonne

Pascal Duhamel, Olivier Lemercier, Katia Meunier, Lucile Pillot, Michel Prestreau, Anne Augereau, Isabelle Jouffroy, Rémi Martineau, Daniel Mordant, Clément Moreau, Nicolas Pilch, Stéphane Rottier et Jérémie Thomas

Texte intégral

12.1. INTRODUCTION ET RAPPEL

12.1.1. L’établissement du bilan sur le bassin de l’Yonne : considérations générales

1Le bassin de l’Yonne pris en considération ici se restreint pour l’essentiel au département de l’Yonne et principalement à sa vallée. Le bilan de l’archéologie néolithique de l’Yonne montre tout de suite le nombre très important de découvertes et d’opérations réalisées dans les trois dernières décennies – et particulièrement dans la période 1994-2005 – qui correspond à l’essentiel de l’archéologie néolithique en Bourgogne.

2L’Yonne concentre 74 des 142 opérations archéologiques que nous avons pu recenser pour la période de 1994 à 2005 en Bourgogne. Mais l’analyse des données quantitatives montre aussi que l’essentiel de ces opérations concerne le Néolithique moyen (trente-sept) et le Néolithique ancien (vingt), alors qu’une petite dizaine d’opérations a livré des vestiges du Néolithique récent et final et vingt-neuf opérations sont supposées concerner le Néolithique. Ce constat, ne portant que sur douze années de recherches, ne peut évidemment pas être étendu aux décennies précédentes. Cependant, le bilan des connaissances qui en résulte est nécessairement biaisé et lacunaire, particulièrement pour les phases récentes du Néolithique.

3L’archéologie de l’Yonne est ensuite caractérisée par la part quasi exclusive prise par l’archéologie préventive. Les destructions extensives engendrées par la progression des gravières conditionnent la recherche et des choix sont opérés en fonction des découvertes faites lors des diagnostics. Les très rares opérations programmées ne traduisent plus une réelle politique de recherche.

4Il convient enfin de tenir aussi compte de l’existence de deux zones très distinctes et inégales, car si la vallée de l’Yonne fait l’objet de toutes les attentions, concentrant l’essentiel des opérations préventives de grande ampleur, les plateaux demeurent en marge de cette effervescence et ne sont représentés généralement que par des découvertes en prospections pédestres et de rares sondages. L’archéologie aérienne, très dynamique dans cette région, particulièrement dans les années 80 où elle s’est développée dans le cadre d’un programme coordonné, a également souvent donné lieu à des vérifications par prospection au sol.

5Ces considérations très générales sur la géographie de l’Yonne, son appartenance administrative, sa focalisation sur les recherches préventives en vallée, ainsi que la disponibilité et la disparité des sources, montrent que ce bilan, malgré le grand nombre de fouilles prises en compte, ne saurait être représentatif de l’ensemble du Néolithique de l’Yonne, ni à plus forte raison du bassin dans son ensemble.

12.2. ÉTAT DES CONNAISSANCES ANTÉRIEURES

6Avant les années 80, les connaissances sur le Néolithique de l’Yonne demeuraient limitées. À Armeau ‘Les Sablons’ (Bas de la Côte de Drécuit) (fig. 71), le Danubien avait été reconnu dès les années 50 (Nougier, Champault, 1950 ; Bailloud, 1974), à proximité de fosses auparavant attribuées au Robenhausien par Georges Bolnat dans les années 30. Le premier plan de maison néolithique était mis en évidence peu après à Sainte-Pallaye (Carré et alii, 1958). Dès la fin des années 60, le premier village attribuable au Rubané du Bassin parisien, accompagné de sépultures, était fouillé à Charmoy ‘Les Ormes’ (Joly, 1968 ; 1970). Les découvertes se sont ensuite multipliées au nord de la vallée avec notamment les gisements de Vinneuf ‘Les Presles’ (Bailloud, 1974) et Chaumont ‘Les Grahuches’ (Bailloud, 1974), attribuables aux débuts du Néolithique. Outre deux sépultures collectives, les gisements alors étudiés relevaient tous de la phase ancienne d’un Néolithique encore mal périodisé, et dont les phases ultérieures demeuraient très méconnues.

Fig. 71. Carte des sites néolithiques du bassin Seine-Yonne mentionnés dans le texte (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne) (liste détaillée des sites page suivante).

7Imposées par la progression des gravières et portant sur des aires plus vastes, les fouilles se sont multipliées durant les années 80 où elles ont profité de la dynamique introduite par le projet collectif de recherche sur la séquence d’ascendance danubienne. Elles ont permis de préciser la séquence chrono-culturelle et d’enrichir largement le potentiel d’informations.

8C’est ainsi qu’à la fin des années 80, la perception du Néolithique de la vallée de l’Yonne pouvait se résumer comme suit à partir de la réinterprétation des données de fouilles parfois anciennes. Les fouilles de Champlay ‘Les Carpes’ (Merlange, 1982) et de Passy ‘Les Graviers 6’ permettaient d’appréhender un Néolithique initial, très proche parent de la séquence du nord du Bassin parisien mais présentant suffisamment de particularités pour proposer de l’individualiser en un faciès sud. La fin de la période rubanée semblait quantitativement mieux documentée.

9La phase initiale du Villeneuve-Saint-Germain était représentée par le site de Villeneuve-la-Guyard ‘Les Falaises de Prépoux’ (Coudray et alii, 1979 ; Prestreau, 1992) ; le site de Passy ‘Les Graviers’ correspondait à la seconde phase, enfin Passy ‘La Sablonnière’ illustrait la phase ultime du VSG (fouilles H. Carré). L’Augy-Sainte-Pallaye perdait le statut de groupe que lui avait attribué G. Bailloud à sa création en 1964, au profit d’un style céramique ; le mobilier, fait d’assemblages parfois disparates, intégrait des ensembles formant la charnière chronologique et culturelle entre le VSG et le Cerny. Ainsi, l’ensemble de la séquence danubienne adoptée ne comportait plus de cases vides, contrairement au reste du Bassin parisien.

10Le Cerny icaunais montrait certaines particularités. De fait, tous les faciès supposés chronologiques ou géographiques étaient présents. Par ailleurs, il révélait l’existence d’un monumentalisme funéraire, basé sur la terre et le bois, en Europe occidentale. Les monuments de Passy attestaient une société hiérarchisée, capable d’entreprendre des ouvrages collectifs pour un nombre restreint d’individus.

11Déjà entrevue dans des conditions malheureusement peu fiables à Vinneuf où des productions Cerny et chasséennes gisaient entremêlées dans un puits, l’association de mobilier relevant de traditions culturelles distinctes était renouvelée, confirmant la position de frontière interculturelle du bassin de l’Yonne. À Gisy-les-Nobles ‘Le Pré Tomery’, quelques tessons de l’Épirössen se mêlaient à la céramique Cerny. Et à Champlay ‘Les Carpes II’, du mobilier Rössen tardif était étroitement associé à du Chasséen au sein d’intrigants dépôts, peut-être votifs (Prestreau, Duhamel, 1991 ; Duhamel, Prestreau, 1997).

12Dans le sud du département, la présence du Chasséen est attestée depuis le début du xxe siècle par les fouilles de l’abbé Parat, dans la vallée de la Cure (Parat, 1910 ; Bailloud, 1956). Au début des années 80, la mise au jour de plusieurs enceintes chasséennes à Beaumont ‘Le Crot aux Moines’ (Pellet et alii, 1981a) confirmait l’assise territoriale du Chasséen sur la confluence entre l’Yonne et l’Armançon. En position marginale par rapport aux enceintes, les travaux de C. Pellet et J.-P. Delor mettaient au jour un bâtiment circulaire prudemment attribué au Néolithique par ses découvreurs (Pellet et alii, 1981b). Pourtant, ils identifiaient pour la première fois le plan d’un bâtiment néolithique autre que celui des grandes maisons rubanées.

N o  site

Commune

Lieu-dit

Période chronologique

Cultures

1

Annay

Champs de la Remise

Néolithique moyen

Noyen

2

Armeau

Les Sablons / Bas de la Côte de Drécuit / Drécuit

Néolithique ancien

Rubané

3

Augy

Ferme de Champagne

Néolithique final

Campaniforme

4

Auxerre

Les Brichères

Néolithique moyen

NMB

5

Bassou

Giratoire / Les Gourmandes / Le Noyer rond

Néolithique ancien

6

Beaumont

Le Crot aux Moines

Néolithique moyen

7

Bonnard

Le Poirier

Néolithique moyen

Chasséen

8

Champlay

Les Carpes II

Néolithique moyen

Épiroessen - Chasséen

9

Champlay

Les Carpes

Néolithique ancien

Rubané ?

10

Champs-sur-Yonne

Champs-Galotte

Néolithique final

Campaniforme

11

Charmoy

Les Ormes

Néolithique ancien

Rubané

12

Chevroches

Le Champs Millet

Néolithique moyen

NMB

13

Courlon

Les Grahuches

Néolithique ancien

14

Egriselles-le-Bocage

Le Petit Brouilleret

Néolithique moyen

Cerny

15

Escolives-Sainte-Camille

Pièce de L’Étang

Néolithique moyen

Cerny

16

Esnon

Le Bas d’Esnon

Néolithique moyen

17

Etigny

Le Brassot-Est

Néolithique ancien

Rubané

18

Gisy-les-Nobles

Pré Tomery

Néolithique moyen

Épiroessen - Cerny

19

Gron

Les Sablons

Néolithique ancien

21

Gurgy

Les Noisats

Néolithique moyen

21

Gurgy

Les Grands-Champs

Néolithique ancien

21

Gurgy

Les Plantes du Mont

Néolithique ancien

22

Marsangy

Les Durillons

Néolithique récent

23

Môlay

Les Chapes

Néolithique moyen

Noyen

24

Molinons

Le Grand Chanteloup

Néolithique moyen

Cerny

25-26-27

Monéteau

Sur-Macherin, Sous-Macherin

Néolithique ancien, Néolithique moyen, Néolithique récent

VSG Chasséen SOM

28

Noyers

Puy de Bon

Néolithique moyen

NMB

29

Passy

Richebourg

Néolithique moyen

Cerny

29

Passy

Sablonnière

Néolithique moyen

Cerny

30

Passy

Graviers

Néolithique ancien

31

Passy-Véron

La Truie Pendue

Néolithique moyen, Néolithique récent

Cerny ?

32

Pont-sur-Yonne

Les Basses Veuves

Néolithique final

33

Rozoy

La Plaine de Nange

Néolithique ancien

34

Saint-Denis-lès-Sens

Belle Oreille

Néolithique moyen

Chasséen

34

Saint-Denis-lès-Sens

Le Clos Nord

Néolithique moyen

35

Saint-Julien-du-Sault

Les Boulins

Néolithique ancien

36

Saint-Julien-du-Sault

Les Sablons

Néolithique moyen

Cerny ?

37

Saint-Martin-du-Tertre

Les Caves

Néolithique final

Campaniforme

38

Saint-Père-sous-Vézelay

Les Fontaines Salées

Néolithique final

39

Serbonnes

Le Revers de Brossard

Néolithique moyen ou final

40

Subligny

La Roseraie

Néolithique moyen

41-42

Villeneuve-la-Guyard

Falaises de Prépoux

Néolithique ancien, Néolithique moyen

Rubané VSG Cerny Noyen

43

Villeneuve-sur-Yonne

Plaine des Egrizelles

Néolithique final

Campaniforme

44

Vinneuf

Les Presles

Néolithique ancien

45

Vinneuf

Les Hauts Champs

Néolithique final

Campaniforme

46

Vinneuf

Port Renard

Néolithique récent

13Au travers de la fouille des enceintes palissadées sans fossé de Villeneuve-la-Guyard ‘Les Falaises de Prépoux’, se confirmait, par l’examen du mobilier, la succession Cerny puis Noyen dans le nord du département. Au sud, certains indices laissaient présumer la présence du NMB, sans que l’on dispose toutefois de preuves tangibles, faute de travaux de terrain. Dans la zone intermédiaire, le groupe de Noyen occupait la zone de l’Auxerrois (Môlay ‘Les Chapes’), mais la frontière culturelle restait floue (Mordant, Poitou, 1982).

14En 1984, la maîtrise de Ph. Fajon tentait une synthèse des connaissances sur le Néolithique récent et final (Fajon, 1984). Cet auteur mettait en évidence un fort potentiel, malheureusement peu exploitable pour développer les connaissances sur ces périodes. Les ramassages de surface réalisés depuis le xixe siècle confirmaient la forte implantation dans le nord du département de groupes humains rattachables au Seine-Oise-Marne. L’habitat demeurait méconnu et le domaine funéraire, légèrement mieux documenté, ne permettait pas de dégager autre chose que les grandes lignes directrices de la chronologie, du reste conformes à la séquence du Bassin parisien. L’observation la plus intéressante demeurait l’augmentation du nombre de stations de surface sur lesquelles un abondant mobilier était recueilli.

15Le Campaniforme était représenté par quelques sépultures à Champ-sur-Yonne ‘Les Champs-Galottes’ (Poplin et alii, 1976) et Augy ‘Ferme de Champagne’ (Kapps, Bailloud, 1960). Aucune céramique « d’accompagnement » n’avait alors été identifiée. Aucun habitat n’avait été reconnu, malgré la présence de nombreuses armatures à pédoncule et ailerons de facture campaniforme dans les ramassages de surface.

16Malgré les travaux de Thérèse Poulain, on disposait encore de fort peu d’informations sur la faune, à l’exception de l’étude de F. Poplin sur la faune d’Armeau ‘Les Sablons’, dans laquelle la présence résiduelle d’espèces chassées était parfaitement conforme aux données de l’ensemble du Bassin parisien (Poplin, 1975). La flore avait été encore moins étudiée.

12.3. UN ÉTAT DES LIEUX

12.3.1. L’évolution du milieu et l’environnement des hommes

17Comme le note C. Leroyer (2006), c’est la faiblesse des données qui caractérise notre connaissance de l’évolution environnementale de la vallée de l’Yonne à l’Holocène. Les études environnementales en général et polliniques en particulier semblent avoir été peu nombreuses dans le secteur géographique concerné et les rares échantillons qui ont été constitués ne semblent pas avoir donné les résultats attendus, en raison de problèmes taphonomiques.

18Plusieurs programmes portant sur le paléoenvironnement ont en fait été initiés particulièrement dans les années 80, mais bien souvent sans grands moyens ni grande cohérence à l’exception des études qui ont accompagné le Projet collectif de recherches sur le Néolithique : « Géologie et paléoenvironnement holocène en milieu alluvial ». En sont issus plusieurs travaux isolés qui n’ont jamais été publiés et mériteraient d’être synthétisés et inclus dans un programme. Actuellement, l’essentiel des données environnementales publiées concernant ce secteur provient de la région voisine, la Bassée, où un grand nombre d’études ont été conduites (Leroyer, 2006).

19L’état des connaissances sur le couvert végétal, donné par M. Girard en 1989, indique un milieu fortement anthropisé dès le Néolithique ancien, ouvert et assez semblable au paysage actuel : espaces découverts sur les plateaux et les larges plaines du nord, bois résiduels plus ou moins importants sur les collines pentues et dans les petites vallées encaissées du sud de l’Yonne (Girard, 1989).

20Néanmoins, les informations recueillies par C. Leroyer en Bassée, ainsi que ses observations sur les rares diagrammes polliniques de l’Yonne, révélant d’importants problèmes taphonomiques, pourraient conduire à relativiser cette impression générale.

12.3.1.1. Les données de la Bassée

21Les données recueillies en Bassée et plus au nord dans le Bassin parisien (Leroyer, 2006) montrent l’existence d’une ouverture relative et ponctuelle du milieu dès le Mésolithique, attestant sans doute une présence humaine plus importante que suspectée jusqu’alors. Au Néolithique ancien, l’impact humain observé à la fois à proximité des sites archéologiques mais aussi en contexte « naturel » semble relativement faible même si les cultures céréalières sont indéniables. « Les défrichements restent limités et n’évoquent aucunement une profonde ouverture du couvert forestier ». La situation ne semble guère changer au Néolithique moyen I. Au Néolithique moyen II, « L’ouverture du milieu forestier est clairement perçue mais elle ne traduit aucunement une déforestation massive ». Au Néolithique récent et final, l’agriculture pourrait connaître un fort développement à partir du SOM. Cependant l’impact sur le milieu forestier est plus difficile à discerner et sans doute variable selon les secteurs. Les données tendent à souligner la hausse de la pression anthropique à cette époque, ce qui peut être mis en relation avec les observations géoarchéologiques qui font état d’une déstabilisation des milieux avec un renouveau d’apports détritiques dans les fonds de vallée.

22L’observation de différences importantes dans les différents secteurs étudiés du Bassin parisien doit cependant amener à relativiser le simple placage de ces données au secteur de l’Yonne et montre clairement la nécessité de définir pour l’avenir un programme paléoenvironnemental cohérent, en profitant des opérations d’archéologie préventive, mais surtout par le développement d’études hors sites, dans des contextes peu anthropisés, permettant ainsi une approche du milieu naturel.

12.3.1.2. Les données du Morvan

23Jusqu’au début des années 2000, peu d’analyses polliniques étaient disponibles pour étudier l’évolution de la végétation du Morvan durant les vingt derniers millénaires. Seules trois séquences issues de tourbières morvandelles ont été analysées dans les années 50 par G. Lemée (Lemée, 1951) et un carottage effectué aux sources de l’Yonne a été analysé par H. Richard dans les années 90 (Richard, 1996). Ces séquences n’ont malheureusement jamais fait l’objet de datation radiocarbone. Depuis le début des années 2000, dans le cadre du programme « Paléoenvironnement du Mont-Beuvray » du Centre archéologique du Mont-Beuvray, sous la direction de C. Petit, une étude systématique des séquences issues des tourbières morvandelles a été entreprise (Jouffroy-Bapicot, 2004 ; 2010 ; Jouffroy-Bapicot, Forel, 2005 ; Jouffroy-Bapicot et alii, 2008 ; Petit, Jouffroy-Bapicot, 2002 ; Petit et alii, 2003). Sept diagrammes palynologiques permettent pour la première fois de suivre l’impact paléoenvironnemental des premières sociétés d’éleveurs et agriculteurs dans le massif du Morvan. Dès le Néolithique ancien, ces traces sont perceptibles, même si l’on doit encore pousser plus avant l’analyse pour saisir les rythmes d’emprises et déprises agro-pastorales sur l’ensemble du massif. Ces premières traces, indiquées par des indices polliniques parfois ténus (baisses peu importantes des taxons arboréens, quelques grains de pollen de céréales et de plantain lancéolé, présence régulière d’orties), sont ici supportées par l’étude des microfossiles non polliniques.

24L’étude en cours d’une séquence de basse altitude, issue d’une tourbière de Puisaye, aux Comailles à Saint-Sauveur-en-Puisaye, doit nous apporter des éléments de comparaison en marge ouest du massif du Morvan. Les analyses des pollens et des micro-charbons vont produire un nouveau jeu de données paléoenvironnementales, dans une région pour laquelle ce type d’analyse est aujourd’hui inexistant. Les analyses palynologiques et sédimentologiques à haute résolution sont actuellement en cours. Ce forage de 6 m d’épaisseur, hors site archéologique, constitue une séquence de référence pour ce secteur. Un inventaire des sites, un bilan bibliographique et des études de mobilier du Néolithique et de L’Âge du Bronze ont également été réalisés sur ces zones de la Puisaye et du Morvan, dans le cadre du programme ACI « Territoire, Environnement et Pratiques agricoles » (responsables : R. Martineau, ArTeHiS-UMR 6298, et B. Vannière, Chrono-Environnement-UMR 6249).

12.3.2. La séquence chrono-culturelle

25L’Yonne, comme le reste de la Bourgogne, semble avoir été une importante zone de carrefour pendant le Néolithique. En témoigne le nombre de cultures ou d’influences culturelles distinctes qui y ont été reconnues jusqu’à maintenant. Cette position géographique ouverte sur le nord et le sud explique aussi l’origine géographique variée des archéologues qui ont investi la recherche icaunaise.

26Ainsi, la néolithisation du bassin de l’Yonne demeure au centre d’un débat entre les tenants d’une néolithisation tardive à partir du Bassin parisien, dans une étape finale du RRBP (C. Constantin) et ceux d’une néolithisation plus précoce, et par une voie orientale, présentant des affinités avec le Rubané récent de Haute-Alsace (P. Duhamel). Les données plus récentes, comme la publication du site du Brassot-Est à Étigny (Augereau et alii, 2006), semblent montrer que le Néolithique le plus ancien de l’Yonne est antérieur à l’étape finale du RRBP définie par C. Constantin et M. Illet (1997) (fig. 72). Les comparaisons avec les ensembles rubanés plus septentrionaux montrent cependant les spécificités du Rubané de la confluence Seine-Yonne, en particulier la présence de vases à décor plastique de cordons qui, s’associant strictement avec les vases rubanés, ne témoigneraient pas d’un caractère tardif et ne relèveraient pas du contexte VSG.

27Les datations concernant cette première phase sont peu nombreuses (Dubouloz, 2003), parfois anciennes, assorties d’écarts-types importants et sont quelquefois aberrantes (s’y ajoutent depuis la rédaction de ce texte, les sept dates fiables du RRBP d’Étigny ‘Le Brassot’). Elles s’étalent de 5800 à 4400 avant notre ère en chronologie calibrée à 2 sigmas, tandis que les dates les plus probables donnent une fourchette de 5200 à 4800 avant notre ère (calibration à 2 sigmas) pour le Rubané de l’Yonne, ce qui ne permet pas une précision autre qu’une attribution à la période du Rubané récent.

Fig. 72. Échantillon représentatif de vases décorés du RRBP 1 de l’Yonne (sites de Passy ‘Les Graviers’ et Étigny ‘Le Brassot’) ( Meunier , 2009).

Fig. 73. Schéma de diffusion de décors du RRBP ( Meunier , 2009).

28Concernant l’origine de cette colonisation, le débat demeure ouvert. Une récente synthèse concernant les industries lithiques (Augereau, 2004) semble plaider pour une colonisation de l’Yonne à partir du Bassin parisien, conformément à la thèse avancée par C. Constantin (par exemple : Constantin, Illet, 1997, p. 292), mais en soulignant à la fois les caractères spécifiques à la région considérée et même d’éventuels contacts avec les régions orientales (Champagne, Alsace) pour le site des Falaises de Prépoux à Villeneuve-la-Guyard. La thèse récente de Katia Meunier sur la céramique apporte de nouveaux éléments de réflexion, avec la mise en évidence d’une colonisation de la région Seine-Yonne en parallèle avec l’étape moyenne du RRBP de la vallée de l’Aisne et celle d’une composante locale héritée des répertoires décoratifs du Haut-Rhin et la présence de cordons évoquant le Cardial (Meunier, 2009, 2010) (fig. 73).

29Le Néolithique ancien de l’Yonne semble cependant bien être le produit d’une colonisation dans laquelle les populations mésolithiques n’auraient pas joué un rôle important dans un premier temps, si on retient l’hypothèse privilégiée par A. Augereau (2004) pour l’analyse des ensembles lithiques. Les hypothèses développées par P. Duhamel tendraient en revanche à montrer une fusion et une assimilation avec la composante autochtone tardi-mésolithique au début du Néolithique moyen, avec le Cerny (Duhamel, Midgley, 2004).

30Il semble maintenant évident que la néolithisation de l’ensemble du bassin de l’Yonne, dont la chronologie absolue demeure mal maîtrisée et la vision géographique essentiellement cantonnée aux vallées, est plus complexe que l’interprétation univoque d’une néolithisation à partir du Bassin parisien ne le laissait croire.

31La suite du Néolithique ancien est bien attestée dans l’Yonne par l’étape finale du RRBP au Brassot-Est à Étigny (Augereau et alii, 2006) et surtout par le groupe de Villeneuve-Saint-Germain (VSG) représenté sur de nombreux sites. Dans l’âpre débat sur la synchronie/diachronie du Rubané et du VSG, les chercheurs travaillant sur l’Yonne, s’appuyant sur la continuité de la séquence évolutive du Rubané au Cerny, semblent s’accorder sur la thèse diachronique proche de celle de C. Constantin plutôt que sur les hypothèses de synchronie totale développées par d’autres chercheurs depuis les années 80 avec les colloques de Gand (De Laet, 1983), puis de Liège (Cahen, Otte, 1990). Cependant, un certain nombre de caractères de la définition des céramiques du VSG sont déjà présents dans les séries du Rubané récent de l’Yonne dont ils constituent une spécificité. Il s’agit pour l’essentiel de décors plastiques sur des grands récipients. Il en résulte une évolution sans rupture apparente dans l’Yonne, de la phase initiale du Rubané récent jusqu’au VSG et même au Cerny. Le VSG étant même qualifié par P. Duhamel d’« équivalent VSG », voire d’« Épirubané ». Concernant l’industrie lithique (Augereau, 2004), les évolutions du Rubané au VSG seraient observables à grande échelle, du Bassin parisien jusqu’en Belgique. Mais l’auteur n’écarte pas l’hypothèse d’une synchronie partielle telle que proposée par C. Jeunesse (1998).

32L’étape formative n’est représentée que bien au nord, à Villeneuve-la-Guyard, ce site présentant des assemblages céramiques assez proches des sites de la Bassée. Les étapes récentes à cordons sont en revanche mieux représentées au sud. Ces clivages dépendent certainement de variations stylistiques, avec en particulier l’adoption des cordons qui est plus précoce dans une large partie de l’Yonne (Meunier, 2009). Les datations sont très rares et seules quatre d’entre elles ont été retenues pour le VSG de l’Yonne en 2003 par J. Dubouloz. Les plus probables se placent entre 4900 et 4550 avant notre ère (calibrées à 2 sigmas).

33La fin du Néolithique ancien se caractérise par des ensembles présentant de grands récipients ornés avec profusion, et même parfois exubérance, de décors plastiques. Ceux-ci définissent la fin du VSG qui correspond au style d’Augy-Sainte-Pallaye dont la dénomination avait été supprimée dès le colloque de Blois en 1987 (Constantin, Manolakakis, 1991).

34La transition avec le Néolithique moyen pourrait montrer une certaine continuité, avec la persistance de la tradition des céramiques à cordons que certains placent dans une étape terminale du VSG et que P. Duhamel, se fondant sur l’analyse des éléments céramiques, attribue à un « Cerny à cordons » (Duhamel, Prestreau, 1997).

35Les principaux styles du Cerny (Cerny classique, autrement dénommé éponyme ou Videlles, et le Cerny Barbuise) sont représentés, mais leur stricte succession ne demeure que probable car elle n’est pas assurée stratigraphiquement. Selon M. Prestreau, le Cerny Barbuise pourrait s’avérer une production spécifique associée aux enceintes et aux nécropoles monumentales sur une aire géographique limitée à la confluence de la Seine et de l’Yonne.

36Ce Néolithique moyen I est une période d’interactions culturelles importantes. Le Cerny classique pourrait s’associer à des céramiques de la fin du Rössen et à des formes de tradition chasséenne alors que le Cerny Barbuise, réduit à la basse vallée de l’Yonne, laisserait le Chasséen (type Chassey) s’implanter dans l’Yonne moyenne. Par ailleurs, les liens avec le groupe de Chambon se posent pour le Cerny identifié en Auxerrois (Duhamel, 2004 ; Meunier et alii, 2007).

37Les datations disponibles pour l’Yonne sont encore peu nombreuses et partiellement incohérentes. En intégrant toutes les données (y compris en dehors du département de l’Yonne), le Cerny s’étend entre 4700 et 4000, et avec plus de probabilité entre 4500 et 4200 avant notre ère (Constantin et alii, 1997 ; Augereau, 2004). Une nouvelle série de datations a été réalisée en 2010 sur la nécropole néolithique de Passy (Lemercier, Pillot et alii, 2010) (fig. 74). Sur les dix-sept datations, douze montrent une concentration entre 4800 et 4400 avant notre ère, bien antérieure donc à la première date obtenue sur la nécropole en 1997 qui n’est renforcée que par une unique date de la seconde moitié du Ve millénaire dans cette nouvelle série. Cette nouvelle donnée n’est pas cohérente avec les bornes généralement proposées pour la culture de Cerny entre 4600 et 4200 (Demoule 2007, p. 57) et même 4500-4350 avant notre ère (Chambon, 2003, p. 206 ; Chambon, Pétillon, 2009, p. 762). S’il ne s’agit pas d’un problème dû aux échantillons ou à la confrontation de mesures réalisées sur des matériaux différents (charbon et os), il conviendra alors de réexaminer la chronologie de ce groupe culturel et de l’émergence du phénomène de la monumentalité funéraire. Cette série de dates confirmerait par ailleurs, si l’attribution au Rössen II (Dubouloz, 1994) du vase dit « Grossgartach » de la nécropole de Passy est correcte, la synchronisation chronologique proposée par C. Jeunesse (Jeunesse, 1995).

Fig. 74. Datations radiocarbone des sépultures de la nécropole de Passy (Sablonnière, Richebourg) (voir infra : chapitre sur les datations) ( Lemercier et alii, 2010).

38À partir de 4200, l’aire géographique du Cerny Barbuise semble se réduire dans le nord du département, sans doute au profit du Chasséen déjà présent dans la partie sud à la phase antérieure. Les vestiges chasséens demeurent cependant extrêmement rares dans le nord de l’Yonne (Prestreau, 2006). Ce Chasséen, qui s’apparente pour l’essentiel depuis son apparition au Chasséen de Chassey, pourrait présenter ponctuellement des affinités avec le Chasséen septentrional, mais la pauvreté des corpus considérés ne permet pas une analyse fine. Il peut être envisagé que le Chasséen, en interaction avec le Michelsberg ancien dans ce secteur, soit à l’origine de la constitution du groupe de Noyen (Jeunesse et alii, 2004 ; Prestreau, 2006) autour de 4000/3900 avant notre ère, marquant le Néolithique moyen II, comme cela avait pu être proposé dans le secteur de la Bassée (Henocq-Pochinot, Mordant, 1991). L’extension de ce groupe de Noyen, maintenant bien connu à la confluence Seine Yonne, reste à préciser vers le sud.

39Le Néolithique Moyen Bourguignon, centré sur le bassin de la Saône entre la fin du Ve millénaire et 3600 avant notre ère environ, étend aussi son aire d’influence jusqu’à l’Yonne moyenne où il est représenté dans une phase précoce au sein du fossé d’enceinte de Noyers ‘Puy de Bon’ (Prestreau, 2002 ; Moreau, 2010a).

40Parmi les découvertes récentes, le site d’Auxerre ‘Les Brichères’ a livré du bois de cerf et surtout un ensemble céramique comprenant des fonds aplatis, datable du Néolithique moyen II (F. Devevey). L’extension et les caractéristiques de la céramique du Néolithique Moyen Bourguignon ont fait l’objet d’une récente thèse de doctorat (Moreau, 2010a).

41Au nord de la vallée de l’Yonne, le groupe culturel correspondant au Néolithique moyen II reste difficile à déterminer. Il est probablement très proche du groupe de Balloy défini en Bassée (Mordant, 1984). La découverte de deux fosses à l’occasion d’un diagnostic mené à Villemanoche (Meunier et alii, 2008) a permis de soulever la question.

42La fin du Néolithique demeure méconnue dans l’Yonne et la dernière décennie de recherches ne semble pas avoir modifié ce constat. On définit traditionnellement un Néolithique récent entre 3400/3300 et 3000/2900 avant notre ère, puis un Néolithique final s’étendant jusqu’à la transition avec le Bronze ancien, placée selon les auteurs entre 2300 et 2100 avant notre ère. Le Campaniforme apparaît quant à lui autour de 2500 avant notre ère (Constantin, Blanchet, 1998 ; Salanova, 2004).

43Selon un travail d’inventaire (Langry-François, 2002), le Néolithique récent est largement sous-représenté dans l’Yonne avec quelques rares sites et indices d’occupations dont certains seraient attribuables au groupe Seine-Oise-Marne. Les sept sépultures multiples ou collectives reconnues dans l’Yonne pour ce Néolithique récent feraient en revanche référence au SOM pour six d’entre elles. Cette situation semble commune à une grande partie du Bassin parisien.

44Pour le Néolithique final, les sites sont beaucoup plus nombreux, alors que les sépultures demeurent rares. La définition des ensembles culturels de cette période est en revanche toujours difficile. Seul le Campaniforme, à partir de 2500 avant notre ère, semble relativement bien individualisé quoique représenté principalement par de très rares vestiges déjà anciennement connus : les sépultures d’Augy ‘La Ferme de Champagne’ (Kapps, Bailloud, 1960) et de Champs-sur-Yonne ‘Champs-Galotte’ (Poplin et alii, 1976 ; Fajon, 1984 ; Salanova, 2000), complétés par les quelques découvertes de Saint-Martin-du-Tertre ‘Les Caves’ (Fajon, 1984 ; Langry-François, 2002) et de Villeneuve-sur-Yonne ‘Plaine des Egrizelles’ (Bailloud, 1974). Cet inventaire s’est enrichi par la mise au jour d’une nouvelle sépulture à Gurgy ‘Le Nouzeau’ (Meunier et alii, 2007, 2011) (fig. 75). Une céramique grossière à décor à la cordelette mise au jour à Vinneuf ‘Les Hauts Champs’ (F. Sandoz), parfois datée de la fin du Néolithique ou du Campaniforme (Langry-François, 2002), demeure d’attribution délicate (Bronze ancien ?).

12.3.3. Implantations humaines et données de l’habitat

45Pendant tout le Néolithique ancien, l’implantation humaine issue de la colonisation danubienne est reconnue dans le fond de vallée comme dans d’autres secteurs du Bassin parisien (Bassée, vallée de l’Aisne, haute vallée de la Marne, etc.). Les habitats sont implantés sur de légères éminences ou de très légères pentes à proximité de l’eau, sur des terres réputées fertiles, riches en limons. La fréquentation des plateaux, attestée mais rare, semble accessoire, peut-être liée à des activités de chasse. Les habitations, dans la tradition danubienne, sont de longues maisons sur poteaux porteurs, dotées de fosses latérales. Cette forme architecturale semble s’imposer pour l’ensemble du Néolithique ancien, malgré quelques variations de forme et de taille.

46Dans la dernière décennie, plusieurs ensembles architecturaux du Néolithique ancien ont été fouillés, comme à Gron ‘Les Sablons’ (Müller et alii, 1997), à Bassou ‘Giratoire’/Les Gourmandes’/’Le Noyer Rond’ (F. Devevey, A. Augereau, A. Poyeton, R. Labeaune), Rozoy ‘La Plaine de Nange’ (F. Muller), Gurgy ‘Les Grands Champs’ (K. Meunier) qui a livré trois bâtiments accompagnés de fosses latérales et de petites fosses circulaires, Étigny ‘Le Brassot-Est’ (A. Augereau), Saint-Julien-du-Sault ‘Les Boulins’ (F. Muller), Monéteau ‘Sous Macherin’ (V. Lhomme) et Monéteau ‘Sur Macherin’ (J.-M. Violot, A. Augereau, P. Chambon) (Augereau, Chambon, 2011). L’ensemble de Macherin a livré une dizaine de maisons qui s’étendent sur 360 m de long selon un axe nord-sud. Plusieurs plans trapézoïdaux sont attribuables à une occupation VSG et deux maisons naviformes dont l’attribution culturelle est discutée (Augereau et alii, 2005) en font un site très original. Ces derniers plans seraient très similaires à ceux du site d’Echilleuses fouillé par D. Simonin (1996).

Fig. 75. Gurgy ‘Le Nouzeau’ : plan, coupes et topographie de la sépulture campaniforme ( Meunier et alii, 2011) (dessin P. Chambon, CNRS ; levé topographique du fond de fosse C. Lefebvre, Inrap).

Fig. 76. Passy-Véron ‘La Truie Pendue’ : construction circulaire (fouille R. Labeaune, Inrap ; Lecornué , 2009).

47Les lieux d’installation semblent évoluer à la fin du Néolithique ancien, puis surtout au cours du Néolithique moyen I, avec dès le VSG quelques implantations de bord de plateau (Frochot, 2002) puis une expansion probable sur les plateaux eux-mêmes à partir du Cerny, bien que ces sites aient été encore très peu étudiés. Si les habitats du VSG sont clairement dans la tradition danubienne, ceux du Cerny demeurent méconnus. On suppose généralement qu’il s’agissait d’un habitat plus léger ou construit sur sablières (Duhamel, Prestreau, 1997).

48Plusieurs structures circulaires interprétées comme des bâtiments d’habitats et probablement attribuables au Néolithique moyen ont été étudiées à Beaumont ‘Le Crot aux Moines’ (Prestreau, 2002), Esnon ‘Le Bas d’Esnon’ (Prestreau, 2006), à Saint-Julien-du-Sault ‘Les Sablons’ (F. Müller) et dernièrement à Passy-Véron ‘La Truie Pendue’ (Lecornué, 2009, 2010) (ig. 76). On évoquera aussi les plans dits « en pinces à épiler » découverts à Molinons ‘Le Grand Chanteloup’ (Duhamel, Prestreau, 1997), à Saint-Julien-du-Sault ‘Les Sablons’ (A. Augereau) ou à Passy-Véron ‘La Truie Pendue’ (Lecornué, 2009, 2010). Mais l’interprétation de ces dernières constructions en terme de structure domestique demeure encore discutable car certaines d’entre elles pourraient correspondre à des aménagements funéraires.

49Certains sites présentent des enceintes de dimensions restreintes (environ 1 ha), généralement subcirculaires ou ovoïdes composées d’un fossé doublé d’une palissade. Mais peu de ces enceintes repérées par photographie aérienne ont réellement été fouillées et attribuées avec précision. Le site de Villeneuve-la-Guyard ‘Les Falaises de Prépoux’ a livré une enceinte attribuable à la culture de Cerny (Prestreau, 1992). Un dispositif de double enceinte fouillé à Gurgy ‘Le Nouzeau’ s’étendant sur au moins 2 ha a été daté du Cerny (Meunier et alii, 2007) (fig. 77). Une enceinte palissadée de 10 ha, attribuée au Chasséen, a été fouillée à Monéteau ‘Sur Macherin’ (Augereau et alii, 2006). D’autres enceintes ont fait l’objet d’interventions ponctuelles comme à Saint-Denislès-Sens ‘Le Clos Nord’ (L. Frochot).

50Avec le Chasséen, la répartition des sites montre à nouveau une concentration, toute relative, le long de la vallée. La fréquentation des plateaux est attestée par les prospections pédestres et aériennes, mais peu de sites sont réellement connus par des sondages ou des fouilles. Si les enceintes sont toujours présentes, les habitats eux-mêmes n’ont pas été mis en évidence, mis à part la découverte de quelques fosses isolées. Une hypothèse envisage un faible investissement de l’habitat pour des raisons socioéconomiques, par ailleurs évoquées pour le Néolithique moyen dans d’autres régions, comme pour le Chasséen de la vallée du Rhône pour lequel A. Beeching a pu proposer un mode de vie pastoral, et peut-être « semi-nomade », prédominant (Beeching et alii, 2000).

Fig. 77. Gurgy ‘Le Nouzeau’ : plan des structures du Néolithique moyen (topographie C. Lefebvre et P. Noguès, Inrap ; infographie P. Pihuit, Inrap) ( Meunier et alii, 2007) et vue aérienne du site.

51Les données concernant le Néolithique moyen II sont peu abondantes. Elles sont fournies par quelques fosses (Auxerre, Môlay, Villemanoche) et des enceintes connues pour le groupe de Noyen (Villeneuve-la-Guyard ‘Falaise de Prépoux 1 et 2’), comme pour le NMB (Noyers ‘Puy de Bon’) (Prestreau, 2002 ; Moreau, 2010).

52Au Néolithique récent, le très faible nombre de sites ne permet pas d’envisager l’occupation du sol, si ce n’est que les occupations SOM ou Néolithique récent sont essentiellement connues dans les vallées alluviales.

53Un unique bâtiment a été attribué au Néolithique récent à Vinneuf ‘Port Renard’ (Carré, 1983), mais cette attribution demeure douteuse, le mobilier décrit faisant référence à plusieurs occupations (Langry-François, 2002). La fouille de Passy-Véron ‘La Truie Pendue’ a révélé la présence d’une enceinte à fossé interrompu que le mobilier et une datation radiocarbone permettent de rattacher au Néolithique récent (Lecornué, 2009, 2010) (fig. 78). À Pont-sur-Yonne ‘Les Basses Veuves’ a été fouillé un vaste bâtiment, orienté est-ouest, de 34 m de longueur pour 4 de largeur, à deux nefs et terminaison en abside du côté ouest. Le mobilier lithique et céramique pourrait faire référence au Néolithique final mais une datation radiocarbone le place dans le Néolithique récent (Ferdouel, 1999 ; Augereau, 1999 ; Langry-François, 2002).

Fig. 78. Passy/Véron ‘La Truie Pendue’ : vue aérienne de l’enceinte du Néolithique récent (fouille R. Labeaune, Inrap ; Lecornué , 2009).

54Au Néolithique final, les indices de sites se répartissent beaucoup plus largement. Au-delà des vallées principales, on les retrouve dans les vallées secondaires et sur les plateaux. Mais ces éléments, peu nombreux, sont généralement isolés.

12.3.4. Les données économiques

55Des données paléoéconomiques ont été recueillies sur de nombreux sites et devraient pouvoir nous fournir de précieuses indications sur les stratégies alimentaires néolithiques dans le bassin de l’Yonne. Il semble cependant que malgré quelques études ponctuelles (monographies et travaux universitaires) aucune synthèse n’ait été réalisée depuis la fin des années 80 dans ce domaine.

56Selon les travaux de T. Poulain (1989), les restes animaux mis au jour sur les sites néolithiques de l’Yonne sont nombreux et variés, comptant des mammifères domestiques et sauvages mais aussi des oiseaux, des poissons, des batraciens et des reptiles (tortues). Depuis le Néolithique ancien, la part des animaux domestiques est prépondérante sur l’ensemble des sites et aurait tendance à une réduction relative au cours du temps au Néolithique moyen et final. Ce constat pourrait être corrélé à la répartition des sites connus et fouillés pour ces périodes successives. Les quatre ongulés domestiques originaires du Proche-Orient sont présents, ainsi que le chien.

57Les espèces sauvages témoignent tout au long de la séquence d’un environnement naturel proche et préservé (aurochs, ours, cervidés, castor…). Aucune approche synthétique sur les pratiques d’élevage ou les questions de transhumance n’est actuellement disponible. De la même façon, les données essentiellement recueillies sur les sites principaux, implantés en fond de vallée ou sur leurs marges proches, ne rendent probablement pas compte de l’ensemble des ressources et en particulier des activités cynégétiques d’appoint. Les travaux d’A. Tresset ont cependant montré l’importance de la chasse au cervidé qui se développe pendant le Néolithique moyen et qui pourrait revêtir un aspect symbolique (Tresset, 1997).

58Les données concernant l’économie agricole sont, comme trop souvent, moins nombreuses et souvent indirectes. Les diagrammes polliniques, rares ou réalisés dans les secteurs limitrophes, témoignent d’une ouverture du paysage, interprétée en termes de défrichement dès le Néolithique ancien (Leroyer, 2006). Néanmoins les données provenant de sites archéologiques sont souvent biaisées et ne rendent compte que de l’environnement proche très anthropisé. Les pollens de céréales et de messicoles compagnes témoignent cependant de cette mise en culture.

59Si aucune synthèse des données carpologiques n’est actuellement disponible, des données indirectes sont présentes sur de nombreux sites, comme l’atteste l’ensemble d’armatures de faucilles associées à un abondant matériel de mouture et à des silos sur le site de Gurgy ‘Les Grands Champs’ (Meunier et alii, 2006).

60La question de l’exploitation des fontaines salées a été posée il y a quelques années avec les travaux conduits par O. Weller et P. Pétrequin en Bourgogne et en Franche-Comté, qui ont apporté des données intéressantes pour l’Yonne à Saint-Père-sous-Vézelay et Foissylès-Vézelay. Un important programme de datations a pu mettre en évidence une exploitation de ces sources à partir du Néolithique final à Saint-Père-sous-Vézelay ‘Les Fontaines Salées’. Une vingtaine de puits à cuvelage de bois a pu être étudiée et datée par le radiocarbone entre 2500 et 2200 avant notre ère et par la dendrochronologie entre 2300 et 2200 avant notre ère (Bernard et alii, 2008), ce qui correspondrait à une exploitation de l’extrême fin du Néolithique au Campaniforme récent, presque inconnu dans la région. Quelques armatures de flèches découvertes sur le site de Saint-Père-sous-Vézelay ‘Le Poron’ à une centaine de mètres de distance pourraient être attribuées à cette phase chronologique, mais leur statut demeure incertain (présence d’un petit dolmen ? habitat ?) (Bernard et alii, 2008, fig. 5).

12.3.5. La production et les échanges

61À l’inverse des productions alimentaires, les productions matérielles ont fait l’objet de nombreux travaux et de synthèses récentes ou en cours. La céramique, très abondante, a été étudiée dans des cadres culturels ou chronologiques déterminés : le Néolithique ancien (Meunier, 2009), le Néolithique moyen II (Moreau, 2010a), ainsi que le Néolithique récent et le Néolithique final dans le cadre du PCR sur la fin du Néolithique dans le Centre-nord de la France (Brunet et alii, 2004 ; Augereau et alii, 2007).

62La production lithique du Néolithique ancien et moyen a fait l’objet d’une synthèse dans le cadre d’une thèse datant de 1993, complétée et enrichie de données plus récentes pour la publication (Augereau, 2004). Cette production témoigne tout à la fois de spécificités locales et d’une communauté à l’échelle du Bassin parisien et de la Belgique.

63Dès le Néolithique ancien, la part de la production d’éclats dénote par rapport au bagage technique traditionnel des communautés danubiennes. Si l’origine de ce phénomène ne peut actuellement être précisée, entre une composante autochtone de tradition mésolithique ou une évolution logique simplement due à l’éloignement des foyers originels, cette production d’éclats va se poursuivre tout au long des premières phases du Néolithique régional. La part des produits laminaires va même encore se restreindre à la fin du Rubané.

64Avec le VSG, plusieurs évolutions sont notables, dont l’accroissement des modules de débitage laminaire, une augmentation de l’approvisionnement en silex tertiaire (en provenance du centre du Bassin parisien) pour la réalisation de ces lames et quelques changements dans l’outillage (diversification et augmentation des burins et des bitroncatures…). C’est dès la fin du VSG qu’apparaissent, dans un contexte encore de tradition danubienne, les innovations et transformations qui caractériseront l’ensemble du Néolithique moyen (tranchets, armatures tranchantes) (Augereau, 2004).

65Avec le Néolithique moyen, c’est l’abandon de l’ensemble des traditions danubiennes qui est remarquable, en même temps qu’un recentrage des approvisionnements en matières premières, traduisant une plus forte exploitation du milieu local en même temps que le renforcement de l’identité de la communauté. Une simplification globale de la production des outillages, la disparition des outils de récolte traduisent de profonds changements socio-économiques qui ne sont encore que trop partiellement interprétés. Le groupe de Noyen illustrerait ensuite l’aboutissement du processus de simplification technique (si l’on s’arrête au Néolithique moyen, bien entendu). L’industrie de la lame a disparu. L’industrie minière se développe en revanche à cette époque, orientée vers la production de haches, mais montre un faible niveau de compétence des tailleurs. Il existe alors des réseaux d’échanges vers des régions pauvres en silex, dépassant l’échelle locale, mais l’essentiel semble correspondre à des besoins locaux (Augereau, 2004).

66Dans la dernière décennie, un atelier de taille (foyers, amas de silex), attribué au Cerny, a été fouillé à Egriselles-le-Bocage ‘Le Petit Brouilleret’ (V. Lhomme) sur un site qui montre aussi l’exploitation sur place d’un gîte de silex. À Subligny ‘La Roseraie’, d’autres ateliers ont été fouillés et attribués au Néolithique moyen par comparaison (S. Cabboi).

67Il n’existe pas de synthèse pour la production lithique de la fin du Néolithique dans l’Yonne et les mentions se limitent souvent à la description d’outils récurrents correspondant aux types spécifiques de certaines cultures (SOM, Campaniforme). On évoque des armatures losangiques ou sub-losangiques pour le Néolithique récent, des racloirs à encoches très nombreux pour le Néolithique final, certains en silex du Grand-Pressigny (comme certaines armatures), ainsi que des poignards fréquemment pressigniens (mais aussi en silex local) surtout pour les périodes les plus récentes. Les armatures perçantes sont très diversifiées pendant le Néolithique final mais les armatures spécifiquement campaniformes, à pédoncule et ailerons équarris, très rares (Langry-François, 2002).

68Une première étude portant sur les seules armatures de flèches de la fin du IVe et du IIIe millénaire dans le Centre-nord de la France (Renard, 2004) et les travaux sur la diffusion du silex du Grand-Pressigny dans le cadre du PCR « Grand-Pressigny » (Mallet et alii, 2004) complètent nos connaissances sur ces périodes. Du mobilier de l’Yonne a fait l’objet d’une étude récente dans le cadre de la thèse de C. Renard (2010).

69Les minières de silex connues dans l’Yonne sont au minimum une dizaine entre l’Auxerrois et le confluent Seine-Yonne. La plupart ont été détectées par photographie aérienne et ont fait l’objet de peu de fouilles, comme à Egriselles-le-Bocage ‘Le Petit Brouilleret’ et surtout Serbonnes ‘Le Revers de Brossard’, contrairement à celles qui sont implantées dans le département voisin de l’Aube. Leur attribution chrono-culturelle demeure donc généralement sujette à caution et située entre le Néolithique moyen et le Néolithique final. Ces minières semblent le plus souvent orientées vers la production de haches polies en silex. Les ateliers de taille supposés sont particulièrement nombreux et les polissoirs mégalithiques souvent découverts à proximité assez fréquents, bien que souvent détruits (Langry-François, 2002).

70Les objets métalliques du Néolithique récent et final sont probablement très peu nombreux. On évoque quelques haches plates et des parures provenant généralement de contextes douteux ou correspondant à des découvertes isolées (Langry-François, 2002 ; Ferrier, 2008). Les objets retrouvés en contexte se limiteraient à une unique perle en tôle (Mille, Bouquet, 2004) provenant d’une sépulture attribuable au Néolithique récent de Marsangy ‘Les Durillons’.

12.3.6. Les données funéraires

71Les données funéraires sont particulièrement abondantes dans le département de l’Yonne pour l’ensemble du Néolithique et constituent un domaine largement investi par les chercheurs, surtout pour le Néolithique moyen, comme en témoignent les derniers projets collectifs initiés dans le département : « Évolution, coexistence et confrontation des pratiques funéraires entre 4500 et 4000 av. J.-C. sur un micro-territoire : la vallée de l’Yonne entre le Serein et le Baulche » (coord. P. Chambon) et « Nécropoles préhistoriques et protohistoriques de Passy – N3P » (coord. O. Lemercier et L. Pillot) et les thèses de doctorat en cours qui y sont liées. Le premier a pour but l’étude et la publication de plusieurs ensembles funéraires d’importances différentes, restés inédits ou peu publiés. Le second vise à la publication exhaustive des données archéologiques de la nécropole de Passy.

72Cependant, la répartition de ces sépultures est encore une fois limitée à la vallée de l’Yonne elle-même. On peut noter toutefois quelques rares exceptions pour le Néolithique final dans le nord du département et dans certains secteurs : amont de la confluence avec la Cure et entre Migennes et Villeneuve-sur-Yonne (Francisco, 2005 ; Langry-François, 2002).

73Les sépultures du Néolithique ancien sont relativement bien connues, généralement groupées en cellules d’inhumations directement reliées à un habitat. Elles comportent le plus souvent entre deux et moins d’une dizaine de tombes, mais des ensembles plus importants sont suspectés à Villeneuve-la-Guyard ‘Falaise de Prépoux’ par exemple.

74Les sépultures du Rubané sont peu complexes et assez remarquablement codifiées. Il s’agit de fosses simples, généralement assez petites, contenant des dépôts essentiellement individuels et rarement multiples. Ces dépôts sont majoritairement en position fléchie sur le côté gauche. Les orientations préférentielles sont tête à l’est et au sud. Le mobilier funéraire, lorsqu’il est présent, est constitué de céramiques, d’outillages lithiques, de parures et parfois d’outillage en os. On observe cependant quelques cas de sépultures profondes, avec une banquette, destinées à recevoir des individus pourvus d’un mobilier remarquable (vases multiples, collier, spondyle,...). Les sépultures du VSG suivent les mêmes traditions, avec une légère augmentation statistique des dimensions des fosses, relative à l’apparition des dépôts en décubitus dorsal à la fin de la période. Il s’agit toujours essentiellement de sépultures individuelles (plus rarement multiples). Les orientations relevées dans l’Yonne sont en revanche très variées et ne correspondent pas aux observations faites à l’échelle du Bassin parisien selon lesquelles le VSG conserve la préférence est ou sud-est du Rubané. Les positions sont toujours contractées sur le côté gauche, mais le décubitus dorsal (jambes fléchies ou allongées) apparaît à la fin de la période. Le mobilier funéraire est aussi représenté mais l’industrie lithique est rarement présente (éclats, armatures ou fragments d’instruments de mouture). Pour l’ensemble du Néolithique ancien, l’usage de l’ocre est attesté mais dans une fréquence moindre que dans d’autres régions du Bassin parisien (Serrurier, 2005).

75Avec le Néolithique moyen I, les changements sont radicaux avec l’apparition d’une monumentalité funéraire maintenant bien connue mais aussi sans doute une plus grande variété des tombes et des rites qui n’est encore qu’aperçue (Projet collectif de recherche : « Évolution, coexistence et confrontation des pratiques funéraires entre 4500 et 4000 av. J.-C. sur un microterritoire : la vallée de l’Yonne entre le Serein et le Baulche », coord. P. Chambon) (Augereau et alii, sous presse ; Chambon et alii, 2010). Mais certains caractères des pratiques funéraires semblent changer dès la fin du Néolithique ancien, alors que d’autres persistent tout au long de la période. Il n’est pas exclu que ces transformations soient le résultat d’une évolution plutôt que d’un réel remplacement.

76Au Cerny, les fosses sont plus grandes et souvent rectangulaires. Les dimensions sont liées au dépôt en décubitus dorsal mais dépassent parfois de beaucoup les nécessités anatomiques. La sépulture individuelle domine et les orientations préférentielles sont à l’est (du nord-est au sud-est). La sépulture en espace non colmaté (coffres de bois), exceptionnelle au Néolithique ancien, se développe avec les nécropoles de Passy et de Monéteau ‘Sur Macherin’ (Chambon, 2007 ; Augereau, Chambon, 2011). L’incinération, extrêmement rare et déjà présente au Néolithique ancien à Gurgy ‘Les Plantes du Mont’ (Delor, 1991), est aussi attestée au Néolithique moyen I à Passy ‘Richebourg’ (Duhamel, 1997).

77À côté des sépultures monumentales qui font actuellement l’objet de travaux spécifiques (PCR N3P ; thèse L. Pillot ; Chambon, Thomas, 2010 ; Thomas et alii, 2011), d’autres pratiques funéraires, petites nécropoles de sépultures en fosse, montrent que la monumentalité du Cerny ne concernait sans doute qu’une part réduite de la population.

78Les sépultures chasséennes sont également des inhumations individuelles regroupées dans des nécropoles avec des orientations vers le sud-est privilégiées. Elles montrent aussi des différences comme l’absence de monumentalité et une préférence pour la position contractée sur le côté gauche. Toutefois, dès les phases initiales, le Chasséen pratique la sépulture multiple, comme l’atteste la sépulture de Bonnard ‘Le Poirier’ (Merlange, 1991). Aussi bien pour le Cerny que pour le Chasséen, le mobilier funéraire peut être présent. L’ocre est représentée sous la forme de boulettes dans certaines tombes Cerny (Serrurier, 2005).

79Les sépultures du Néolithique moyen II (NMB et groupe de Noyen) demeurent méconnues dans l’Yonne.

80Les sépultures sont moins nombreuses pour les phases ultérieures du Néolithique (Buvot, Duhamel, 1998). Seules sept sépultures ont été explorées, le plus souvent au xixe siècle, pour le Néolithique récent de l’Yonne. Elles sont généralement collectives (parfois multiples), en fosse ou en monument (allées couvertes, dolmens, coffres…) ne présentant donc pas une réelle unité. Ces sépultures livrent une grande quantité de mobilier (céramique, haches, industrie lithique et osseuse, parures et parfois faune) permettant d’en rattacher certaines à l’ensemble culturel SOM.

81Pour le Néolithique final, six sépultures sont connues dans l’Yonne, distinctes de celles du Néolithique récent qui ne sont pas réutilisées. Il s’agit de sépultures collectives en fosse ou sous dalle qui livrent essentiellement des éléments lithiques et rarement d’autres types de mobilier. La pratique de l’incinération serait attestée dans un unique cas pour le Néolithique récent et final.

82Pour le Campaniforme, seules trois sépultures sont actuellement connues. Il s’agit de la sépulture individuelle de Champs-sur-Yonne ‘Champs-Galotte’ (Poplin et alii, 1976), de la sépulture double d’Augy ‘La Ferme de Champagne’ (Kapps, Bailloud, 1960), anciennement publiées et bien connues, et de la sépulture individuelle de Gurgy ‘Le Nouzeau’ (Meunier et alii, 2007, 2011).

83Plusieurs ensembles funéraires importants ont fait l’objet d’interventions dans les dernières années. Il s’agit pour l’essentiel de sépultures du Néolithique ancien et moyen comme à Gron ‘Les Sablons’ (F. Muller) qui comprend des sépultures rubanées et des monuments supposés Cerny, une sépulture chasséenne à Saint-Denislès-Sens ‘La Belle Oreille’ (J.-J. Grizeaud), la nécropole monumentale d’Escolives-Sainte-Camille ‘La Pièce de l’Étang’ (Duhamel, 2004). Le site de Monéteau ‘Sur Macherin’ (J.M. Violot, A. Augereau, P. Chambon) a livré un ensemble très important avec une sépulture de la première moitié du Ve millénaire, deux de la seconde moitié et une nécropole attribuée au Chasséen (Augereau, Chambon, 2005, 2011 ; Chambon, 2007 ; Chambon et alii, 2004, 2006). Par ailleurs, ce site a livré une seconde nécropole antérieure à l’édification de l’enceinte (fouilles C. Tristan). Plus récemment, les fouilles de l’importante nécropole de Gurgy ‘Les Noisats’ (S. Rottier) ont complété nos connaissances sur les rites funéraires complexes du Néolithique moyen (Rottier et alii, 2005 ; Rottier, 2007) (fig. 79).

84On mentionnera les quatre fosses linéaires funéraires du site de Monéteau ‘Sur Macherin’, parallèles deux à deux, qui contenaient indistinctement des os secs et des os brûlés, ces derniers ayant été incinérés à sec ou mouillés. Ce curieux rituel est daté du Néolithique récent par la présence d’une industrie lithique et d’un petit gobelet attribué au SOM dans le dépôt de la structure 370. Sur le même site a été découverte une sépulture du Néolithique final en coffre, orientée nord-sud. Sur le fond dallé reposait un individu surmonté 10 cm plus haut de deux autres corps. Une datation radiocarbone permet de confirmer l’attribution chronologique (Augereau, Chambon, 2005 ; 2011 ; Chambon et alii, 2004, 2006).

85Signalons que les fouilles de Passy-Véron ‘La Truie Pendue’ (R. Labeaune, S. Thiol) ont permis la mise au jour de monuments très particuliers : constructions rectangulaires sur poteaux renfermant des sépultures (fig. 80), dont une sépulture collective. Malgré la présence sur le site de structures probablement attribuables au Néolithique moyen, cet ensemble funéraire est à rattacher au Néolithique récent par son mobilier et ses datations (Lecornué, 2009, 2010).

Fig. 79. Gurgy ‘Les Noisats’ : sépulture du Néolithique moyen (fouilles et photo S. Rottier).

Fig. 80. Passy/Véron ‘La Truie Pendue’ : vue aérienne du monument 1 et vue de la sépulture collective (fouille R. Labeaune, Inrap ; Lecornué , 2009).

Fig. 81. Le monument 8 de Passy ‘La Sablonnière’ : états de construction et propositions de restitutions architecturales (L. Pillot).

86Enfin, la mise au jour d’une sépulture individuelle campaniforme à Gurgy ‘Le Nouzeau’ a révélé un ensemble de traits originaux portant sur l’architecture de la tombe, avec en particulier une fosse de plan carré comportant une rigole et l’inhumation en coffre, caractères qui commencent depuis peu à être identifiés dans d’autres régions (Meunier et alii, 2007, 2011) (fig. 75).

12.3.7. La monumentalité

87La monumentalité entendue ici comme la présence de structures visibles dans le paysage, de dimensions très variées en réalité, semble se développer dans l’Yonne dès le début du Néolithique moyen avec les enceintes et surtout, sur le plan funéraire, les monuments des nécropoles Cerny. Une dizaine de nécropoles, totalisant plusieurs dizaines de monuments (dont vingt à Escolives-Sainte-Camille, et une trentaine à Passy), sont actuellement reconnues et pour certaines fouillées (Delor et alii, 1997 ; Duhamel, Mordant, 1997 ; Duhamel, Midgley, 2004 ; Müller et alii, 1997). Une thèse de doctorat (L. Pillot) et un Projet collectif de recherches menés sur la nécropole de Passy devraient permettre de faire un point sur cette question des débuts de la monumentalité funéraire.

88L’inventaire des monuments de « type Passy » révèle la relative méconnaissance persistante des architectures monumentales et des pratiques qui leurs sont associées. De nombreuses questions demeurent posées tant sur la restitution des monuments (fig. 81) que sur leur fonctionnement ou leur intégration dans un contexte topographique et territorial plus large. Il importe en effet d’évaluer l’impact de cette monumentalité et plus particulièrement de ses dimensions dans le paysage environnant les nécropoles. De même, il faut s’interroger sur la participation de l’environnement proche de la nécropole à la monumentalisation du lieu funéraire.

89Des questions subsistent sur l’émergence de la monumentalité funéraire non mégalithique dans ce secteur sud-est du Bassin parisien. Pourquoi de tels changements dans les pratiques funéraires interviennent-ils au début du Néolithique moyen, ou plus tôt encore, et pourquoi les basses vallées de l’Yonne et de la Seine semblent-elles concentrer ce type de nécropoles monumentales ?

90La monumentalité se développe également avec les enceintes dès le début du Néolithique moyen (Cerny), ce type d’ouvrage se multipliant aux phases suivantes. Dans l’Yonne, une quarantaine d’enceintes actuellement repérées en prospections aériennes se localisent essentiellement dans la basse vallée alluviale de l’Yonne, à moins d’un kilomètre du cours actuel de la rivière (Prestreau, 2002 ; Delor, 2004).

91Le mégalithisme est bien représenté dans l’Yonne. Une quarantaine de menhirs isolés et quatre monuments complexes (alignements et cercles supposés) se localisent essentiellement au nord du département, sans être absents ailleurs, souvent sur les plateaux mais aussi parfois dans les vallées. Peu de monuments ont fait l’objet de fouilles et leur attribution chrono-culturelle entre le Néolithique moyen et le Néolithique final demeure à préciser (Langry-françois, 2002).

92Le mégalithisme funéraire est représenté par moins d’une dizaine de monuments conservés, implantés au nord du département, et une trentaine de monuments qui auraient été détruits, toujours essentiellement dans le nord du département avec un petit groupe isolé au sud, à l’est de la Cure. Les rares monuments datés seraient à rattacher au Néolithique récent (Buvot, Duhamel, 1998).

12.3.8. Problèmes d’identité, transitions, évolutions sociales et culturelles

93La question de l’origine même de la colonisation rubanée de l’Yonne demeure posée face aux arguments développés par les différents spécialistes. En l’état actuel des connaissances et surtout en raison des lacunes géographiques de la documentation, l’hypothèse de plusieurs voies distinctes de néolithisation n’est pas à exclure (fig. 82). Si des liens assez forts apparaissent entre le RRBP de l’Yonne et celui qui est défini dans la vallée de l’Aisne, des variations régionales entre ces deux vallées s’avèrent néanmoins marquées, notamment dans certains décors de la céramique. On ne peut pourtant déduire de ces différences deux voies de colonisation distinctes entre le nord et le sud du Bassin parisien. Un ensemble de phénomènes plus complexes, qui peut comprendre des voies multiples de colonisation, doublées des voies de circulation de matières premières (silex, calcaire, coquillages), est certainement à l’origine de la néolithisation de l’Yonne (Meunier, 2009 ; sous presse). Actuellement, les hypothèses d’affinités avec le Cardial et l’Épicardial ne peuvent être étayées et approfondies du fait de l’absence de données entre les sites rubanés de la vallée de l’Yonne et les témoins Épicardial les plus septentrionaux d’Auvergne.

94Malgré ces lacunes, l’aboutissement des recherches et des synthèses de ces quinze dernières années permet désormais d’intégrer les résultats portant sur le Rubané de l’Yonne à une dynamique plus large, à l’échelle du Bassin parisien et en relation avec la sphère Rhin-Moselle (Séance S.P.F. du 10 juin 2011 - Chronologie du Rubané dans le Bassin parisien, dir. K. Meunier et M. Ilett).

95Certaines mutations vont modifier de façon importante les traditions. Ainsi, le passage du Néolithique ancien au Néolithique moyen est interprété comme une acculturation entre populations d’ascendance danubienne, essentiellement implantées à l’origine dans les vallées, et substrat autochtone tardi-mésolithique persistant principalement sur les zones de plateau. Mais l’apparente homogénéité des traditions Cerny (fig. 83) à l’échelle du Bassin parisien pourrait contredire cette résurgence de traditions d’un substrat antérieur. Le rôle complexe des influences et relations inter-culturelles qui se développent à cette époque demeure encore difficile à apprécier. Se manifestent notamment à cette période de nouveaux influx orientaux (Rössen) et méridionaux (Chasséen). Mais il reste difficile actuellement de proposer des scénarios pour cette problématique.

96Les transformations qui vont marquer les débuts du Néolithique moyen s’amorcent antérieurement et se produisent progressivement : adaptation à de nouveaux types de sols, nouveaux outillages et modifications dans le cheptel s’associent déjà aux phases finales du VSG. Mais au Cerny se décèlent une nouvelle forme d’appropriation de l’espace et des manifestations identitaires qui traduisent une structure sociale différente (Duhamel, Midgley, 2004). La société danubienne, supposée pseudo-égalitaire dans laquelle se démarquent rarement les témoins patents d’une véritable différenciation, n’est plus. Le groupe de Cerny fédère divers habitats de faible ampleur, il est probablement plus important que celui de la communauté antérieure. Mais, au hameau de deux à quatre maisons semblent se substituer divers habitats dispersés sur un territoire s’étendant au plateau adjacent.

97Une première forme d’organisation du groupe et une autorité s’avèrent nécessaires pour entreprendre les nouveaux ouvrages collectifs (enceintes et nécropoles monumentales). Les sépultures monumentales témoignent bien du rang qui doit distinguer certains personnages. Question qui reste difficile à appréhender, sauf peut-être par analogie ethnologique. Ces groupes semblent associés à des territoires où enceinte et nécropole marquent leur identité avec ostentation. Les travaux de J.-P. Delor ont révélé cette sorte de ponctuation assez régulière de la vallée alluviale par des ouvrages monumentaux (Delor et alii, 1997 ; Pillot, 2009).

98Nous assistons donc là à un phénomène qui, dans des temps chronologiques proches, se manifeste aussi dans les autres aires culturelles. Il s’agit de la constitution d’une société structurée, en voie de hiérarchisation, bien marquée par les travaux collectifs, l’affirmation ostensible d’une identité, les débuts d’une spécialisation dans le travail (premières extractions de silex) et le développement de relations multilatérales avec les groupes culturels périphériques. Cette évolution graduelle vers des sociétés complexes, qui suit la mise en place des premières communautés agro-pastorales, constitue un thème d’étude jusqu’alors priorisé mais qui mérite d’être mieux développé.

Fig. 82. Répartition des différentes étapes du Néolithique ancien de la région Seine-Yonne et clivage dans la représentation des décors de cordons ( Meunier , 2009).

99La transition entre le Cerny et le Chasséen reste complexe. S’il est évident que le Chasséen perdure bien au-delà du Cerny, la question de la coexistence des deux groupes dans un espace territorial restreint, voire partagé, reste une éventualité. Le Projet collectif de recherche coordonné par P. Chambon (cf. supra) devrait aussi permettre la reprise des études de plusieurs sites du Néolithique moyen de la vallée de l’Yonne et particulièrement celui de Beaumont ‘Le Crot aux Moines’ (Chambon, 2006).

Fig. 83. Gurgy ‘Le Nouzeau’ : céramique et outillage en silex du groupe de Cerny (P. Pihuit et E. Boitard-Bidaut, Inrap) ( Meunier et alii, 2007).

100La transition entre le Chasséen et le groupe de Noyen reste non élucidée. Le groupe de Noyen est bien présent autour de la confluence Seine-Yonne. Son extension reste à préciser en particulier vers le sud. Il est présent à hauteur d’Auxerre, à Auxerre même et à Molay. Il semble présent dans la vallée du Serein, dans l’enceinte d’Annay ‘Le Champ de la Remise’ (Prestreau, 2002), voire dans les grottes de la Cure où son identification ne repose que sur la présence de dégraissant au silex sur une poignée de tessons.

101À Chevroches (Nièvre), les fouilles réalisées en 2002 par P. Buvot, Y. Pautrat et J.-P. Giraud autour d’une structure mégalithique (apparemment historique), au lieu-dit ‘Le Champs-Millet’, et les artefacts venant de la fouille préventive réalisée par F. Devevey non loin de là, montrent que les sept individus typologiques autour du mégalithe et la trentaine pour les fouilles de l’Inrap laissent entrevoir une occupation du début du NMB (Moreau, 2010a). Par ailleurs, plusieurs autres sites issus de fouilles anciennes (notamment la fosse de Môlay ‘Les Chapes’), ou récentes, ont également été intégrés à la thèse de C. Moreau (Moreau, 2010a et b). La place du groupe de Noyen, le phasage du NMB et son extension vers le nord, attestée jusque dans l’Yonne moyenne, y ont été précisés.

102Les problèmes concernant la compréhension de la fin du Néolithique sont beaucoup plus importants en raison d’un déficit même de reconnaissance et de définition culturelle. Les sites, rares pour le Néolithique récent et le Néolithique final, peut-être en raison des facteurs taphonomiques déjà évoqués, ne permettent pas actuellement d’envisager une étude cohérente des vestiges, ni leur interprétation. Cette méconnaissance du Néolithique final et la rareté des documents campaniformes ne permettent pas non plus d’aborder les questions de la transition avec l’Âge du Bronze qui demeure mal calée et très méconnue dans le département de l’Yonne.

12.3.9. Répartition des implantations et évolution des territoires au Néolithique

103Dans le secteur de l’Yonne, on peut percevoir une évolution des manières d’occuper l’espace au Néolithique (Pillot, 2009). Les sites du Néolithique ancien traduisent une régularité et une certaine homogénéité d’implantation. Ils sont essentiellement répartis dans les vallées alluviales, se distribuant cependant selon un canevas d’occupation peu dense. Les sites semblent regroupés dans des secteurs spécifiques associant lieux d’habitat (essentiellement basés sur le schéma danubien) et lieux funéraires comme à Villeneuve-la-Guyard (Prestreau, 1992). Les axes de déplacement et de communication que sont les rivières semblent devenir rapidement des axes de circulation économique et d’implantation des sites principaux tels que les enceintes. Leur concentration autour des zones de confluence et des lignes de partage des eaux pourrait indiquer une volonté de prise de contrôle économique de ces axes d’échanges. Dès lors, les territoires évolueraient selon un schéma plus économique et politique que sous l’effet de la démographie. La conquête des plateaux, dès la fin du Néolithique ancien, pourrait correspondre à une croissance démographique qui se doublerait ensuite de facteurs économiques liés à l’exploitation de ces zones. Dès le début du Néolithique moyen, avec la culture de Cerny, l’espace semble davantage exploité, les rebords et secteurs de plateaux sont investis, comme le révèlent par exemple les données de prospections (Frochot, 2002). À cette période, les formes de l’habitat se diversifient avec l’apparition des enceintes dans la trame territoriale, illustrant ainsi un phénomène nouveau : la monumentalité. Cette complexification de l’habitat pourrait traduire de nouveaux modes d’appropriation du sol qui s’accompagnent de l’émergence des premiers territoires, tout comme l’évoquent les nécropoles monumentales non mégalithiques apparues à la même période (Duhamel, 1997 ; Duhamel, Midgley, 2004). L’analyse spatiale des sites de cette période révèle un resserrement de la trame territoriale dans l’espace occupé : les sites sont concentrés en des lieux spécifiques, sortes de pôles d’occupation. Au Néolithique moyen II, le canevas territorial semble plus homogène dans l’ensemble des vallées alluviales. Les secteurs de plateaux sont également investis. Les sites d’habitat semblent poursuivre les phénomènes observés à la période précédente : le nombre d’enceintes augmente, leur caractère monumental et leurs dimensions croissent. À la fin du Néolithique, l’ensemble des espaces est exploité, les zones de plateaux révélant encore aujourd’hui la présence de l’implantation des tombes mégalithiques. Néanmoins, l’analyse spatiale des sites icaunais semble révéler des transformations territoriales entre le Néolithique moyen et la fin du Néolithique. Les sites semblent répartis de manière moins homogène dans les secteurs occupés et révèlent une plus grande dispersion. Cet éclatement territorial pourrait être lié à des modifications économiques et sociales déjà évoquées par les analyses paléoenvironnementales (Pillot et alii, sous presse).

Bibliographie

Bibliographie citée

Augereau A., 1999, Diagnostic à Pont-sur-Yonne ‘Les Basses Veuves’, Dijon, S.R.A. de Bourgogne.

Augereau A., 2004, L’industrie du silex du Ve au IVe millénaire dans le sud-est du Bassin parisien : Rubané, Villeneuve-Saint-Germain, Cerny et groupe de Noyen, Paris, éd. de la M.S.H., 220 p. (Documents d’archéologie française, 97).

Augereau A., Chambon P. dir., 2011, Les occupations néolithiques de Macherin à Monéteau (Yonne), Paris, Soc. préhistorique française, 422 p. (Mémoire de la Soc. préhistorique française, LIII).

Augereau A., Chambon P., av. la coll. de Sidéra I., 2005, « Les occupations néolithiques de Monéteau ‘Sur Macherin’ (Yonne)’ : données préliminaires », R.A.E., t. 54-2005, p. 51-70.

Augereau A., Bonnardin S., Chambon P., Colas C., Convertini F., Delor J.-P., Garmond N., Lemercier O., Meunier K., Molez D., Oberlin C., Paleau L., Pariat J.-G., Prestreau M., Rottier S., Sidéra I., Supryk A., 2014, « Évolution, coexistence et confrontation de pratiques funéraires entre 4500 et 4000 av. J.-C. sur un micro-territoire dans la vallée de l’Yonne », in : Jaubert J., Fourment N., Depaepe P. dir., Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire, Actes du XXVIIe congrès préhistorique de France, Bordeaux - Les Eyzies, 31 mai-5 juin 2010, Paris, Soc. préhistorique française, Vol. 1, Évolution des techniques, comportements funéraires, néolithique ancien, p. 213-228.

Augereau A., Brunet P., Costa L., Cottiaux R., Hamon T., Ihuel E., Langry-françois F., Magne P., Maingaud A., Mallet N., Martineau R., Mille B., Millet-richard L.-A., Polloni A., Renard C., Richard G., Salanova L., Samzun A., Sidéra I., Sohn M., 2007, « Le Néolithique récent dans le Centre-nord de la France (3400/3300-2800/2700 av. J.-C.) : l’avenir du Seine-Oise-Marne en question », in : Évin J. dir., Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire. Vol. 3. Aux conceptions d’aujourd’hui, Actes du XXVIe congrès du centenaire de la Soc. préhistorique française, Avignon, 21-25 sept. 2004, Paris, Soc. préhistorique française, p. 165-184.

Augereau A., Creusillet M.-F., Meunier K., 2006, « Occupations rubanées à Étigny ‘ Le Brassot-Est’(Yonne) », in : Duhamel P. dir., Impacts interculturels au Néolithique moyen : du terroir au territoire : sociétés et espaces, Actes du 25ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 2001, Dijon, S.A.E., p. 261-285 (25ème suppl. à la R.A.E.).

Bailloud G., 1956, « Le mobilier néolithique de la grotte de Nermont à Saint-Moré (Yonne) », R.A.E., t. 7, fasc. 2, p. 97-113, fig. 30-37.

Bailloud G., 1974, Le Néolithique dans le Bassin parisien, Paris, éd. du CNRS, 2ème éd. augmentée, 433 p., 7 pl. (2ème suppl. à Gallia Préhistoire).

Beeching A., Berger J.-F., Brochier J.-L., Ferber F., Helmer D., Sidi Maamar H., 2000, « Chasséens : agriculteurs ou éleveurs, sédentaires ou nomades ? Quels types de milieux, d’économies et de sociétés ? », in : Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. dir., Sociétés et espaces, Actes des Rencontres méridionales de Préhistoire récente, 3ème session, Toulouse, 6-7 nov. 1998, Toulouse, Archives d’Écologie préhistorique, p. 59-79.

Bernard V., Pétrequin P., Weller O. av. la coll. de Bailly G., Bourquin-mignot C., Richard H., 2008, « Captages en bois à la fin du Néolithique : les Fontaines salées à Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne, France) », in : Weller O., Dufraisse A., Pétrequin P. dir., Sel, eau et forêt : d’hier à aujourd’hui, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, p. 299-335 (Les cahiers de la MSHE Ledoux, 12, série Homme et environnement, 1).

Brunet P., Cottiaux R., Hamon T., Langry-Francois F., Magne P., Salanova L., 2004, « La céramique de la fin du 4e et du 3e millénaire dans le Centre-nord de la France : bilan documentaire », in : Vander Linden M., Salanova L. dir., Le troisième millénaire dans le nord de la France et en Belgique, Actes de la journée d’études SRBAP-SPF, 8 mars 2003, Bruxelles, Soc. royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire / Paris, Soc. préhistorique française, p. 155-178 (Mémoire de la Soc. préhistorique française, XXXV - Anthropologica et Praehistorica, 115).

Buvot P., Duhamel P., 1998, « Les sépultures collectives en Bourgogne : bilan des connaissances », in : Soulier P. dir., La France des dolmens et des sépultures collectives (4500-2000 avant J.-C.) : bilans documentaires régionaux, Paris, éd. Errance, p. 46-56 (Coll. Archéologie aujourd’hui).

Cahen D., Otte M. dir., 1990, Rubané et Cardial, Actes du colloque de Liège, nov. 1988, Liège, Univ. de Liège, 464 p. (Études et Recherches archéologiques de l’Univ. de Liège, 39).

Carré H., 1983, « Les habitats du Néolithique récent de l’Yonne », Bull. de la Soc. archéologique de Sens, fasc. 26, p. 6-17.

Carré H., Dousson J., Poulain P., 1958, « Habitat néolithique dans les alluvions Yonne et Cure de la plaine de Sainte-Pallaye », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 55, p. 133-134, fig. 5-6.

Chambon P., 2003, « Revoir Passy à la lumière de Balloy : nécropoles monumentales Cerny du bassin Seine-Yonne », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 100, no 3, p. 505-515.

Chambon P., 2007, « Des Chamblandes au centre de la France ? » in : Moinat P., Chambon P. dir., Les cistes de Chamblandes et la place des coffres dans les pratiques funéraires du Néolithique moyen occidental, Actes du colloque de Lausanne, 12-13 mai 2006, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande / Paris, Soc. préhistorique française, p. 75-89 (Cahiers d’Archéologie romande, 110 - Mémoire de la Soc. préhistorique française, XLIII).

Chambon P., Petillon J.-M., 2009, « Des chasseurs Cerny ? », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 106, no 4, p. 761-783.

Chambon P., Thomas A., 2010, « First monumental cemeteries of Western Europe : the ‘Passy type’ necropolis in the Paris Basin around 4500 BC », in : Furholt M., Lüth F., Müller J., Scarre C. dir., Megaliths and identities : early monuments and neolithic societies from the Atlantic to the Baltic, 3rd European megalithic studies group meeting, Kiel, 13-15 mai 2010. http://www.jungsteinsite.uni-kiel.de/2010_MSG/Chambon_MSG_2010_low.pdf

Chambon P., Thiol S., Tristan C., 2004, « Une nouvelle opération sur le secteur de Macherin à Monéteau (Yonne), la ‘rue de Bonn’ : suite du village et de l’enceinte, nouvelle nécropole… », Internéo 5-2004, Journée d’information, Paris, Ass. pour les Études interrégionales sur le Néolithique / Soc. préhistorique française, p. 73-79.

Chambon P., Augereau A., Bonnardin S., Cary S., Delor J.-P., Meunier K., Pariat J.-G., Prestreau M., Rottier S., 2006, Évolution, coexistence et confrontation de pratiques funéraires entre 4500 et 4000 av. J.-C. sur un micro-territoire : la vallée de l’Yonne entre le Serein et le Baulche, Rapport de projet collectif de recherche, 1ère année, Dijon, S.R.A. de Bourgogne, 115 p.

Chambon P., Augereau A., Bonnardin S., Meunier K., Thiol S. av. la coll. de Sidéra I., Tristan C., 2006, « Une nécropole chasséenne à Monéteau (Yonne) », in : Fouéré P., Chevillot C., Courtaud P., Ferullo O., Leroyer C. dir., Paysages et peuplements : aspects culturels et chronologiques en France méridionale, actualité de la recherche, Actes des 6èmes Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Périgueux, 14-16 oct. 2004, Périgueux, Ass. pour le Dével. de la Recherche archéologique et historique en Périgord, p. 143-162 (11ème suppl. à Préhistoire du Sud-Ouest).

Chambon P., Delor J.-P., Augereau A., Gibaja J., Meunier K., Thomas A., Murail P., av. la coll. de Molez D., 2010, « La nécropole néolithique moyen de Chichery, ‘Sur les Pâtureaux’ (Yonne) », Gallia Préhistoire, t. 52, p. 117-192.

Constantin C., Blanchet J.-C., 1998, « Le nord de la France (Bassin parisien) », in : Guilaine J. dir., Atlas du Néolithique européen. Vol. 2B. L’Europe occidentale, Liège, Univ. de Liège, p. 585-651 (Études et Recherches archéologiques de l’Univ. de Liége, 46).

Constantin C., Illet M., 1997, « Une étape finale dans le Rubané récent du Bassin parisien », in : Jeunesse C. dir., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22ème colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27-29 oct. 1995, Strasbourg, Ass. pour la Promotion de l’Archéologie en Alsace, p. 281-300 (3ème suppl. aux Cahiers de l’A.P.R.A.A.).

Constantin C., Manolakakis L., 1991, « Le groupe d’Augy-Sainte-Pallaye et le Néolithique de la Loire », in : La région Centre, carrefour d’influences ? Actes du 14ème colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, 16-18 oct. 1987, Blois, p. 45-51 (Suppl. au Bull. de la Soc. archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois).

Constantin C., Mordant D., Simonin D., 1997, « La culture de Cerny et le Chalcolithique de la terminologie européenne », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. dir., La culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international sur le Néolithique, Nemours, 9-11 mai 1994, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 701-710 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Coudray C., Mordant C., Parruzot P., 1979, « Découvertes néolithiques et protohistoriques à Villeneuve-la-Guyard (Yonne) », R.A.E., t. 30, fasc. 1-2, p. 67-99.

De Laet S.J., 1983, Progrès récents dans l’étude du Néolithique ancien, Actes du colloque international de Gand, mai 1982, Brugge, De Temple, 126 p. (Dissertationes Archaeologicae Gandenses, 21).

Delor J.-P., 1991, « L’habitat néolithique de Gurgy ‘Les Plantes du Mont’ », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 88, no 1, p. 18-20.

Delor J.-P., 2004, « Les enceintes néolithiques », in : Baray L. dir., Archéologie aérienne dans l’Yonne, Catalogue de l’exposition ‘50 ans d’archéologie aérienne dans l’Yonne : le passé recomposé’, Musées de Sens et d’Auxerre, 2003-2004, Saint-Cyr-sur-Loire, éd. Alan Sutton, p. 51-60.

Delor J.-P., Rolley C. dir., 1989, L’Yonne et son passé : 30 ans d’archéologie, Catalogue d’exposition, Auxerre, CDRA, CRRAB, 321 p.

Delor J.-P., Genreau F., Heurtaux A., Jacob J.-P., Leredde H., Nouvel P., Pellet C., 1997, « L’implantation des nécropoles monumentales au sud du Bassin parisien », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. dir., La culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international sur le Néolithique, Nemours, 9-11 mai 1994, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 381-395 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Demoule J.-P. dir., 2007, La révolution néolithique en France, Paris, La Découverte, 179 p. (Archéologies de la France, 1).

Dubouloz J., 1994, « Sur le vase dit ‘Grossgartach’ de Passy-sur-Yonne : épilogue pour une attribution culturelle », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 91, no 6, p. 385-393, 2 tabl., 2 fig.

Dubouloz J., 2003, « Datation absolue du premier Néolithique du Bassin parisien : complément et relecture des données RRBP et VSG », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 100, no 4, p. 671-689.

Duhamel P., 2004, « La nécropole monumentale d’Escolives-Sainte-Camille, ‘La Pièce de l’Étang’ (Yonne) : premiers résultats », Internéo 5-2004, Actes de la Journée d’information du 20 nov. 2004, Paris, Ass. pour les études interrégionales sur le Néolithique / Soc. préhistorique française, p. 63-72, 5 fig.

Duhamel P. av. la coll. de Fonton M., Carré H., 1997, « La nécropole monumentale Cerny de Passy (Yonne) : description d’ensemble et problèmes d’interprétation », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. dir., La culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international sur le Néolithique, Nemours, 9-11 mai 1994, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 397-448 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Duhamel P., Midgley M., 2004, « Espaces, monumentalisme et pratiques funéraires des sociétés néolithiques en voie de hiérarchisation : les nécropoles monumentales Cerny du bassin Seine-Yonne », in : Baray L. dir., Archéologie des pratiques funéraires : approches critiques, Actes de la table ronde de Glux-en-Glenne, 7-9 juin 2001, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 211-248 (Bibracte, 9).

Duhamel P., Mordant D., 1997, « Les nécropoles monumentales Cerny du bassin Seine-Yonne », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. dir., La culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international sur le Néolithique, Nemours, 9-11 mai 1994, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 481-488 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Duhamel P., Prestreau M., 1997, « Émergence, développements et contacts de la société Cerny en bassin d’Yonne : point des connaissances et voies de recherche », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. dir., La culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international sur le Néolithique, Nemours, 9-11 mai 1994, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 111-134, 18 fig. (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Fajon P., 1984, Le Néolithique final du bassin de l’Yonne, Mémoire de maîtrise, Paris, Univ. de Paris I, 130 p., 71 pl.

Ferdouel F., 1999, Pont-sur-Yonne ‘Les Basses Veuves’, site protohistorique, Rapport de fouilles de sauvetage urgent, Dijon, S.R.A. de Bourgogne, 29 p.

Ferrier A., 2008, Premier métal en France orientale : les premiers produits du Nord-est de la France entre le IVe et le début du IIe millénaire av. notre ère, Mémoire de master 2, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol., 135 p., 67 pl.

Francisco S., 2005, Sépulture du Néolithique ancien et moyen I dans le département de l’Yonne : évolution des pratiques funéraires, Mémoire de master I, Dijon, Univ. de Bourgogne, 89 p.

Frochot L., 2002, L’apport de la prospection sur nos connaissances du Néolithique dans le Sud Sénonais : l’exemple de la collection Peretto, Mémoire de maîtrise, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol.

Girard M., 1989, « Les flores holocènes de l’Yonne », in : Delor J.-P., Rolley C. dir., L’Yonne et son passé : 30 ans d’archéologie, Catalogue d’exposition, Auxerre, CDRA, CRRAB, p. 41-43.

Henocq-pochinot C., Mordant D., 1991, « La marge sud-est du Bassin parisien : Chasséen et Néolithique moyen Seine-Yonne », in : Beeching A., Binder D., Blanchet J. dir., Identité du Chasséen, Actes du colloque international de Nemours, 17-19 mai 1989, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 199-210 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Jeunesse C., 1995, « Le vase de Passy et la synchronisation des séquences Néolithique moyen du Rhin et du Bassin parisien : problèmes de chronologie absolue », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 92, no 1, p. 22-23.

Jeunesse C., 1998, « La néolithisation de l’Europe occidentale (VIIe-Ve millénaires av. J.-C.) : nouvelles perspectives », in : Les derniers chasseurs-cueilleurs du massif jurassien et de ses marges (13000-5500 av. J.-C.), Lons-le-Saunier, Centre jurassien du Patrimoine, p. 208-217.

Jeunesse C., Pétrequin P., Piningre J.-P., 1998, « L’Est de la France », in : Guilaine J. dir., Atlas du Néolithique européen. Vol. 2A. l’Europe occidentale, Liège, Univ. de Liège, p. 501-584 (Études et Recherches archéologiques de l’Univ. de Liége, 46).

Jeunesse C., Lefranc P., Denaire A., 2004, « Groupe de Bischheim, origine du Michelsberg, genèse du groupe d’Entzheim : la transition entre le Néolithique moyen et le Néolithique récent dans les régions rhénanes », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, t. 18-19, 2002/2003, 281 p.

Joly J., 1968, « Informations archéologiques de la circonscription de Bourgogne », Gallia Préhistoire, t. 11, fasc. 2, p. 367-419, 51 fig.

Joly J., 1970, « Informations archéologiques de la circonscription de Bourgogne », Gallia Préhistoire, t. 13, fasc. 2, p. 411-458, 37 fig.

Jouffroy-Bapicot I., 2004, « Recherches sur les tourbières du Morvan », in : Rapport annuel d’activité 2004, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 337-339.

Jouffroy-Bapicot I., Forel B., 2005, « Résultats des dernières analyses polliniques et géochimiques et datations par le radiocarbone », in : Rapport annuel d’activité 2005, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 277-282.

Jouffroy-bapicot I., Petit C., Monna F., Richard H., 2008, « Évolution de la végétation du massif du Morvan : résultats des premières analyses polliniques et mise en évidence de l’impact des activités paléométallurgiques », in : Guichard V., Sirugue D. dir, La forêt morvandelle : actualité de la recherche, Saint-Brisson, Parc Naturel Régional du Morvan, p. 97-104 (Cahiers scientifiques du Parc, 5 - Bourgogne-Nature, hors-série 3).

Kapps B., Bailloud G., 1960, « Découverte fortuite d’une sépulture chalcolithique à la Ferme de Champagne (Augy, Yonne) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 57, no 7-8, p. 476-479.

Langry-Francois F., 2002, Implantations humaines au IIIe millénaire avant J.-C. dans les départements de l’Aube et de l’Yonne : inventaire, description, répartition, Mémoire de maîtrise, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol., 250 p.

Lecornué J., 2010, « L’occupation néolithique du site de Passy ‘La Truie pendue’ (Yonne) », Internéo 8 – 2010, Journée d’information du 20 nov. 2010, Paris, Ass. pour les Études interrégionales sur le Néolithique / Soc. préhistorique française, p. 117-128.

Lecornué J. av. la coll. de Bemilli C., Chevrier S., Gaston C., Goutelard A., Jaccottey L., Labeaune R., Lajoux J.-B., Le Maho S., Meunier K., Supryk A., Thiol S., Tristan C., 2009, Passy - Véron (89) ‘Les Grandes Noues’ ‘La Truie Pendue’, Rapport final d’opération, vol. 4 : L’occupation néolithique, Dijon, Inrap Grand-Est Sud, 259 p.

Lemée G., 1951, « L’évolution forestière postglaciaire en Haut-Morvan d’après l’analyse pollinique », Bull. de la Soc. botanique de France, 98, p. 220-225.

Lemercier O., Pillot L. dir., Affolter J., Augereau A., Baray L., Bonnardin S., Chambon P., Convertini F., Duhamel P., Lecornué J., Martineau R., Meunier K., Müller F., Petit C., Prestreau M., Roscio M., Sidéra I., Thomas A., Wirth S., 2010, Projet collectif de Recherche : Nécropoles Préhistoriques et Protohistoriques de Passy – N3P, Rapport d’activités 2010 et actualisation du projet 2011-2012, Dijon, UMR 5594 ArTeHiS /S.R.A. Bourgogne, 75 p. + annexes.

Leroyer C., 2006, « L’impact des groupes néolithiques du Bassin parisien sur le milieu végétal : évolution et approche territoriale d’après les données polliniques », in : Duhamel P. dir., Impacts interculturels au Néolithique moyen : du terroir au territoire : sociétés et espaces, Actes du 25e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 20-21 oct. 2001, Dijon, S.A.E., p. 133-150 (25ème suppl. à la R.A.E.).

Mallet N., Richard G., Genty P., Verjux C., 2004, « La diffusion des silex du Grand Pressigny dans le Bassin parisien », in : Vander Linden M., Salanova L. dir., Le troisième millénaire dans le nord de la France et en Belgique, Actes de la journée d’études SRBAP-SPF, 8 mars 2003, Bruxelles, Soc. royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire / Paris, Soc. préhistorique française, p. 123-138 (Mémoire de la Soc. préhistorique française, XXXV - Anthropologica et Praehistorica, 115).

Merlange A. (Abbé), 1982, « Fosses néolithiques à Champlay », in : Préhistoire du Sénonais : découvertes récentes 1982, Catalogue d’exposition, Sens, Musées de Sens et Direction des Antiquités préhistoriques de Bourgogne, p. 73-79.

Merlange A. (Abbé), av. la coll. de Poulain T., 1991, « Une fosse à inhumations néolithiques à Bonnard (Yonne) », L’Écho de Joigny, no 47, p. 146.

Meunier K., 2009, La céramique du Néolithique ancien dans le sud-est du Bassin parisien, Thèse de doctorat sous la dir. de M. Lichardus-Itten, Paris, Univ. de Paris I, 2 vol, 715 p.

Meunier K., 2010, « La céramique du Néolithique ancien dans le sud-est du Bassin parisien : résumé de thèse », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 107, no 4, p. 772-774.

Meunier K., 2014, « La transition Rubané – Villeneuve-Saint-Germain à travers l’évolution des productions céramiques : le cas de la région Seine-Yonne », in : Jaubert J., Fourment N., Depaepe P. dir., Transitions, ruptures et continuités durant la Préhistoire, Actes du XXVIIe congrès préhistorique de France, Bordeaux/Les Eyzies, 31 mai-5 juin 2010, Paris, Soc. préhistorique française, p. 485-502.

Meunier K., Augereau A., Hamon C., 2006, « Le site Villeneuve-Saint-Germain de Gurgy ‘ Les Grands Champs’ », in : Duhamel P. dir., Impacts interculturels au Néolithique moyen : du terroir au teritoire : sociétés et espaces, Actes du 25ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 20-21 oct. 2001, Dijon, S.A.E., p. 287-301 (25ème suppl. à la R.A.E.).

Meunier K. av. la coll. de Croutsch C., Jolly V., Bedault L., Bémilli C., Bonnardin S., Cary S., Chambon P., Chaussé C., Convertini -F., Coubray S., Humbert L., Labeaune R., Legros V., Pariat J.-G., Putelat O., Ravoire F., Salanova L., Aumard S., 2007, Gurgy ‘Le Nouzeau’ (Yonne) : Néolithique moyen, Protohistoire, Moyen Âge, Rapport final d’opération, Inrap, Passy/S.R.A. de Bourgogne, 2 vol. : texte, 300 p., 167 p. de fig.

Meunier K., Bedault L., Chaussé C., Chevrier S., Delor-ahü A., Dunikowski C., Garmond N., Lamotte D., Pihuit P., Staniaszek L., 2008, Villemanoche ‘Le Bisson, La Herse, Les Quatre Merles, Verpilliers’ (Yonne), Rapport de diagnostic, Inrap, 132 p.

Meunier K., Bonnardin S., Chambon P., Convertini F., Renard C., Salanova L., 2011, « Gurgy ‘Le Nouzeau’ », in : Salanova L., Tcheremissinoff Y., Les sépultures individuelles campaniformes en France, Paris, CNRS éd., p. 63-77 (41ème suppl. à Gallia Préhistoire).

Mille B., Bouquet L., 2004, « Le métal au 3e millénaire avant notre ère dans le Centre-nord de la France », in : Vander Linden M., Salanova L. dir., Le troisième millénaire dans le nord de la France et en Belgique, Actes de la journée d’études SRBAP-SPF, 8 mars 2003, Bruxelles, Soc. royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire/ Paris, Soc. préhistorique française, p. 197-215 (Mémoire de la Soc. préhistorique française, XXXV - Anthropologica et Praehistorica, 115).

Mordant C., Poitout B., 1982, « Le Néolithique moyen récent dans le Bassin de l’Yonne », in : Le Néolithique de l’Est de la France, Actes du colloque interrégional sur le Néolithique, Sens, 27-28 sept. 1980, p. 171-177, 7 fig. (Cahiers de la Soc. archéologique de Sens, 1).

Moreau C., 2010a, La céramique du Néolithique moyen II de l’Yonne à la Saône, entre 4300 et 3400 avant notre ère, Thèse de doctorat sous la dir. de C. Mordant et R. Martineau, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol., 543 et 287 p.

Moreau C., 2010b, « L’apport de l’étude de la céramique de deux sites du Néolithique moyen de Bourgogne à la définition du N.M.B. », in : Billard C., Legris M. dir., Premiers néolithiques de l’Ouest : cultures, réseaux, échanges des premières sociétés néolithiques à leur expansion, Actes du 28ème colloque interrégional sur le Néolithique, Le Havre, 2007, Rennes, Presses univ. de Rennes, p. 325-345 (Coll. Archéologie et Culture).

Müller F., Duhamel P., Augereau A., Depierre G., av. la coll. de Jacquemin M., Poyeton A, Sidéra I., Poulain T., Charmot A., 1997, « Une nouvelle nécropole monumentale Cerny à Gron ‘Les Sablons’ (Yonne) », in : Jeunesse C. dir., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22ème colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27-29 oct. 1995, Strasbourg, Ass. pour la Promotion de l’Archéologie en Alsace, p. 103-133 (3ème suppl. aux Cahiers de l’A.P.R.A.A.).

Nougier L.R., Champault B., 1950, « Le gisement néolithique de tradition danubienne d’Armeau (Yonne) », in : 3ème congrès international des Sciences préhistoriques et protohistoriques, Zurich, Musée National Suisse, p. 205-207.

Parat A. (Abbé), 1910, « Les grottes de l’Yonne : la grotte de Nermont et les grottes de la Cure, du Vau-de-Bouche, du Cousin, du Serein et de l’Armançon », Bull. de la Soc. des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 1er sem. 1908, p. 1-75.

Parruzot, 1958, « Les influences danubiennes dans le Néolithique de la basse vallée de l’Yonne, in : XXVIIIe congrès de l’Association bourguignonne des Sociétés savantes, Châtillon-sur-Seine, 1957 p. 31-37.

Pellet C., Delor J.-P., Ederle R., 1981a, « L’enceinte à fossé interrompu du ‘Crot-aux-Moines’ sur la commune de Beaumont (Yonne) : note préliminaire », in : Le Néolithique de l’Est de la France, Actes du colloque de Sens, 27-28 sept. 1980, Sens, Soc. archéologique de Sens, p. 155-160 (Cahiers de la Soc. archéologique de Sens, 1).

Pellet C., Delor J.-P., Ederle R., 1981b, « Sur une structure circulaire découverte au Crot-aux-Moines commune de Beaumont (Yonne) : note préliminaire », in : Le Néolithique de l’Est de la France, Actes du colloque interrégional sur le Néolithique, Sens, 27-28 sept. 1980, p. 207-209, 7 fig. (Cahiers de la Soc. archéologique de Sens, 1).

Petit C., Jouffroy-Bapicot I., 2002, « Tourbières du Morvan : les premiers résultats des études paléoenvironnementales », in : Rapport annuel d’activité 2002, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 271-274.

Petit C., Guillaumet J.-P., Boisson J., Cauet B., Jouffroy-Bapicot I., Monna F., Ollive V., Tamas C.-G., 2003, « Étude de l’environnement et de l’exploitation minière en Morvan : palynologie, géochimie et prospections », in : Rapport annuel d’activité 2003, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 248-254.

Pillot L., 2009, L’occupation du sol au Néolithique dans la vallée de la Seine et la zone de la confluence Seine-Yonne : analyse statistique et spatiale des types d’occupation, Mémoire de master 2, Dijon, Univ. de Bourgogne, 163 p.

Pillot L., Saligny L., Moreau C., Martineau R., Vannière B., Gabillot M., Jouffroy-Bapicot I., 2013, « Observations of land use transformations during the Neolithic using exploratory spatial data analysis : contributions and limitations », in : Contreras F., Farjas M., Melero F. J. ed., CAA 2010, Fusion of Cultures, Grenade, Espagne, avril 2010, Oxford, Archaeopress, p. 201-208 (BAR, Intern. series, 2494).

Poplin F., 1975, « La faune danubienne d’Armeau (Yonne, France) », in : Clason A. T. dir., Archaeozoological studies, Amsterdam, New York, North-Holland Publishing Co., Elsevier, p. 179-192.

Poplin F., Girard G., Guffroy J., Girard M., 1976, « Une sépulture à vase campaniforme à Champs-sur-Yonne (Yonne) », R.A.E., t. 27, fasc. 1-2, p. 81-107.

Poulain T., 1989, « La faune à l’époque néolithique et la domestication des animaux », in : Delor J.-P., Rolley C. dir., L’Yonne et son passé : 30 ans d’archéologie, Catalologue d’exposition, Auxerre, CDRA, CRRAB, p. 38-41.

Prestreau M., 1992, « Le site néolithique et protohistorique des Falaises de Prépoux à Villeneuve-la-Guyard (Yonne) », Gallia Préhistoire, t. 34, p. 171-207, 30 fig.

Prestreau M., 2002, « Enceintes néolithiques de Bourgogne : bilan et axes de recherches », R.A.E., t. 51, 2001-2002, p. 429-449, 7 fig.

Prestreau M., 2006, « Le complexe chasséen dans l’Yonne », in : Baray L. dir., Artisanats, sociétés, civilisations : hommage à Jean-Paul Thevenot, Dijon, S.A.E., p. 87-114 (24ème suppl. à la R.A.E.).

Prestreau M., Duhamel P., 1991, « Témoins de contacts interculturels tardidanubiens dans le sud-est du Bassin parisien », in : La région Centre, carrefour d’influences ? Actes du 14ème colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, 16-18 oct. 1987, Blois, p. 91-101 (Suppl. au Bull. de la Soc. archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois).

Renard C., 2004, « Première caractérisation des industries lithiques du 3e millénaire en Centre-nord de la France : les armatures de flèches de la fin du 4e et du 3e millénaire dans le bassin de la Seine », in : Vander Linden M., Salanova L. dir., Le troisième millénaire dans le nord de la France et en Belgique, Actes de la journée d’études SRBAP-SPF, 8 mars 2003, Bruxelles, Soc. royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire/Paris, Soc. préhistorique française, p. 103-113 (Mémoire de la Soc. préhistorique française, XXXV - Anthropologica et Praehistorica, 115).

Renard C., 2010, L’industrie lithique à la fin du Néolithique dans le Bassin de la Seine, de la deuxième moitié du IVe millenaire à la fin du IIIe millénaire avant J.-C., Thèse de doctorat, Univ. de Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 2 vol. Texte : 418 p. Figures : 423 pl.

Richard H., 1996, « Analyses palynologiques sur le site et aux alentours », in : Buchsenschutz O., Richard H. dir., L’environnement du Mont Beuvray, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 89-98 (Bibracte, 1).

Rottier S., 2007, « L’architecture funéraire des sépultures du Néolithique moyen des Noisats à Gurgy (Yonne, France) », in : Moinat P., Chambon P. dir., Les cistes de Chamblandes et la place des coffres dans les pratiques funéraires du Néolithique moyen occidental, Actes du colloque de Lausanne, 12-13 mai 2006, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande/Paris, Soc. préhistorique française, p. 99-107 (Cahiers d’Archéologie romande, 10 - Mémoire de la Soc. préhistorique française, XLIII).

Rottier S., Mordant C., Chambon P., Thevenet C., 2005, « Découverte de plus d’une centaine de sépultures du Néolithique moyen à Gurgy, ‘les Noisats’ (Yonne) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 102, no 3, p. 641-645.

Salanova L., 2004, « La fin du Néolithique dans le Bassin parisien : historique des recherches », in : Vander Linden M., Salanova L. dir., Le troisième millénaire dans le nord de la France et en Belgique, Actes de la journée d’études SRBAP-SPF, 8 mars 2003, Bruxelles, Soc. royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire/ Paris, Soc. préhistorique française, p. 77-81 (Mémoire de la Soc. préhistorique française, XXXV - Anthropologica et Praehistorica, 115).

Serrurier A., 2005, Des morts et des couleurs : l’usage de l’ocre dans les sépultures du Nord-est de la France au Néolithique ancien et moyen, Mémoire de master 1, Dijon, Univ. de Bourgogne, 53 p.

Simonin D., 1996, Les habitats néolithiques d’Echilleuses (Loiret) : analyse spatiale des documents archéologiques, Neuville-aux-Bois, éd. de la Fédération archéologique du Loiret, 262 p.

Thomas A., Chambon P., Murail P., 2011, « Une ou deux nécropoles monumentales à Passy ? Identité biologique et recrutement des défunts », in : Bostyn F., Martial E., Praud I. dir., Le Néolithique du nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère, Actes du 29ème colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve d’Ascq, 2-3 oct. 2009, p. 507-514 (Revue archéologique de Picardie, numéro spécial, 28).

Tresset A., 1997, « L’approvisionnement carné Cerny dans le contexte néolithique du Bassin parisien », in : Constantin C., Mordant D., Simonin D. dir., La culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international sur le Néolithique, Nemours, 9-11 mai 1994, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 299-314 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6).

Vander Linden M., Salanova L. dir., 2004, Le troisième millénaire dans le nord de la France et en Belgique, Actes de la journée d’études SRBAP-SPF, 8 mars 2003, Bruxelles, Soc. royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire / Paris, Soc. préhistorique française, 234 p. (Mémoire de la Soc. préhistorique française, XXXV - Anthropologica et Praehistorica, 115).

Table des illustrations

Légende Fig. 71. Carte des sites néolithiques du bassin Seine-Yonne mentionnés dans le texte (M. Hamblin, S.R.A. Bourgogne) (liste détaillée des sites page suivante).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 72. Échantillon représentatif de vases décorés du RRBP 1 de l’Yonne (sites de Passy ‘Les Graviers’ et Étigny ‘Le Brassot’) ( Meunier , 2009).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 73. Schéma de diffusion de décors du RRBP ( Meunier , 2009).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 74. Datations radiocarbone des sépultures de la nécropole de Passy (Sablonnière, Richebourg) (voir infra : chapitre sur les datations) ( Lemercier et alii, 2010).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Fig. 75. Gurgy ‘Le Nouzeau’ : plan, coupes et topographie de la sépulture campaniforme ( Meunier et alii, 2011) (dessin P. Chambon, CNRS ; levé topographique du fond de fosse C. Lefebvre, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Fig. 76. Passy-Véron ‘La Truie Pendue’ : construction circulaire (fouille R. Labeaune, Inrap ; Lecornué , 2009).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
Légende Fig. 77. Gurgy ‘Le Nouzeau’ : plan des structures du Néolithique moyen (topographie C. Lefebvre et P. Noguès, Inrap ; infographie P. Pihuit, Inrap) ( Meunier et alii, 2007) et vue aérienne du site.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 78. Passy/Véron ‘La Truie Pendue’ : vue aérienne de l’enceinte du Néolithique récent (fouille R. Labeaune, Inrap ; Lecornué , 2009).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Fig. 79. Gurgy ‘Les Noisats’ : sépulture du Néolithique moyen (fouilles et photo S. Rottier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 80. Passy/Véron ‘La Truie Pendue’ : vue aérienne du monument 1 et vue de la sépulture collective (fouille R. Labeaune, Inrap ; Lecornué , 2009).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 706k
Légende Fig. 81. Le monument 8 de Passy ‘La Sablonnière’ : états de construction et propositions de restitutions architecturales (L. Pillot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 82. Répartition des différentes étapes du Néolithique ancien de la région Seine-Yonne et clivage dans la représentation des décors de cordons ( Meunier , 2009).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende Fig. 83. Gurgy ‘Le Nouzeau’ : céramique et outillage en silex du groupe de Cerny (P. Pihuit et E. Boitard-Bidaut, Inrap) ( Meunier et alii, 2007).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5652/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 371k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search