Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Le Rubané de la Moselle : trait d’union entre la Rhénanie et le Bassin parisien ?

Questions et réponses après deux campagnes de fouilles au Grand-Duché de Luxembourg

Ivan Jadin

Texte intégral

Les recherches que l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique a entreprises au Grand-Duché de Luxembourg nécessitaient des moyens matériels, humains et financiers importants. Nous remercions les propriétaires et exploitants des terrains sur lesquels nous avons fouillé pour les sacrifices qu’ils ont consentis. Messieurs E. Schlentz et A. Theis, respectivement bourgmestre de Weiler-la-Tour et bourgmestre de Hesperange, ont encouragé et soutenu nos travaux, qu’ils ont suivis avec intérêt, tout comme l’ensemble de la population de ces deux communes. Le Service National de la Jeunesse luxembourgeois a inscrit les camps de fouilles dans les activités qu’il patronne. Le programme européen Jeunesse pour l’Europe a subsidié les échanges de jeunes qui ont eu lieu à l’occasion des fouilles. Au plus fort de la canicule, les parasols de terrasse de Monsieur R. Munhowen, importateur-négociant à Luxembourg, nous ont procuré une ombre salvatrice.
La Société Préhistorique Luxembourgeoise a pleinement préparé et participé aux chantiers de fouilles. Le Musée de l’Etat à Luxembourg a également apporté une contribution non négligeable à l’entreprise, tout spécialement grâce à Monsieur F. Le Brun-Ricalens, préhistorien. J. Heim, palynologue de l’Université catholique de Louvain, et R. Langohr, pédologue de la Rijksuniversiteit-Gent, collaborent également à nos recherches.
Tous ces partenaires, toutes les personnes qui nous ont accueillis si spontanément et ont permis le succès des fouilles de Weiler-la-Tour - Holzdreisch et d’Alzingen-Grossfeld ne seront jamais assez remerciés. De même, il nous plaît de remercier tous les fouilleurs des deux sites présentés.
Notre gratitude s’adresse aussi à nos collègues A. Zimmermann, de la Johann Wolfgang Goethe-Universität à Francfort, V. Blouet, de la Direction régionale des Antiquités préhistoriques de Lorraine et H. Löhr, du Rheinisches Landesmuseum de Trêves, qui nous ont écoutés et documentés, ainsi qu’à P.-L. van Berg et N. Cauwe.
L’illustration graphique de cette contribution a été réalisée par Françoise Laurent (fig. 2 et 3), Carole Dekeijser (fig. 5 : 1) et Olivier Huysman (fig. 1, 4, 5 : 2, 7-12).

1Le Néolithique ancien de la Moselle constitue l’une des trois avancées occidentales de la Céramique rubanée, avec le groupe rhéno-mosan et le groupe alsacien. Toutefois, le groupe mosellan a fait l’objet de peu de publications et paraît le moins bien connu. Cet état ne devrait plus durer, puisque, de Bernkastel à Metz, une série de fouilles extensives récentes a été réalisée, qui devrait permettre d’en donner une bien meilleure image, pour autant que les travaux en cours soient finalisés par des études. Les obstacles à surmonter sont la division de la recherche entre différents pays et le caractère ponctuel des interventions. En effet, les recherches se poursuivent de façon indépendante dans les différents pays traversés par la Moselle. De plus, de nombreux sauvetages ont engrangé quantité de matériel et d’informations, dont la publication reste en suspens, faute d’avoir prévu des moyens pour l’« après-fouille ».

2Au Grand-Duché de Luxembourg, l’occupation durant le Néolithique ancien des loess des plateaux de la région de Weiler-la-Tour est bien attestée depuis les découvertes d’Émile Marx. Cet amateur clairvoyant, agriculteur et maire de son état, localisa sept sites d’habitat, longtemps les seuls connus sur le territoire grand-ducal. Ces sites se concentrent sur les communes de Weiler-la-Tour et d’Hellange, terrain de prospection privilégié d’un seul homme, et laissent l’image d’une aire de peuplement singulièrement restreinte. Cette situation résulte, entre autres, des conditions nationales de recherche. Si le pays compte nombre de prospecteurs chevronnés et soigneux, ceux-ci se sont d’avantage intéressés aux abris-sous-roche et aux terrains sableux du Grès du Luxembourg. De plus, les sites néolithiques de la Moselle livrent peu de silex, ce qui rend leur découverte difficile.

3L’examen de la carte établie par H. Lohr (1986 : 268, fig. 1), où sont indiqués les établissements et les découvertes isolées attribuables au Néolithique ancien, incite à penser que d’autres sites sont à rechercher plus largement sur les loess des plateaux d’abord, entre la haute vallée de l’Alzette et la Moselle, ensuite dans la vallée même de celle-ci, étonnamment vide en sites sur son parcours luxembourgeois (fig. 1). Combler ce vide et étoffer la carte de répartition assurerait une continuité spatiale le long de la Moselle, entre des territoires déjà perçus comme faisant partie d’un seul ensemble. En outre, les découvertes d’herminettes isolées, de silex taillés d’allure néolithique ancien et de Céramique du Limbourg se sont multipliées dans le bassin de la Sûre. Cette région connaissant aussi une occupation au Rössen, il est difficile de déterminer ce qui revient à ce dernier groupe ou au Rubané, sur la seule base d’une analyse typologique de découvertes isolées de surface. Plusieurs découvertes récentes autorisent à s’affranchir définitivement de l’image d’une aire de peuplement exclusive autour de Weiler-la-Tour et confirment l’intérêt qu’il y a à étendre les recherches sur le terrain aux régions qui viennent d’être énumérées. Des prospections menées depuis 1979 par François et Laurent Schroeder (1991), ont permis de circonscrire un nouveau village au lieu-dit Grossfeld à Alzingen, commune de Hesperange. Bien que ce site ne soit éloigné que de quelques kilomètres de Weiler-la-Tour, il ne sort pas moins du terrain de prospection privilégié d’Emile Marx. Ensuite, les collections du Musée National d’Histoire et d’Art à Luxembourg conservent une petite série céramique découverte anciennement sur une terrasse de la Moselle aux environs de Grevenmacher (Le Brun-Ricalens, 1992). Oubliée jusqu’il y a peu, cette série comprend un tesson décoré attribuable au Rubané, ce qui place un premier établissement potentiel dans la vallée même de la Moselle luxembourgeoise. L’extension des gravières à Remerschen devrait entraîner la découverte de nouveaux ensembles rubanés. Enfin, une fouille de sauvetage en milieu urbain à Diekirch-Dechensgaart a permis la mise au jour d’une fosse contenant entre autres une armature danubienne, un vase bien documenté décoré de losanges emboîtés et deux tessons montrant chacun un ruban décoré de rangées d’impressions au poinçon (Le Brun-Ricalens, 1992 et 1993). L’ensemble est attribuable au début du Rubané récent. Le site se situe en fond de vallée sur la rive gauche de la Sûre, en amont des découvertes isolées précédemment mentionnées.

Fig. 1. — Carte de situation des deux sites fouillés, représentés par des carrés noirs, Alzingen-Grossfeld étant au Nord et Weiler-la-Tour - Holzdreisch au Sud.
Les sites rubanés sont figurés par un carré blanc, les découvertes céramiques attribuées au Rössen par un triangle blanc, les découvertes isolées par un point noir et les tessons non rubanés par un rond blanc. D’après Löhr, 1986, Le Brun-Ricalens, 1992 et Le Brun-Ricalens, communication personnelle orale.

4En collaboration avec la Société Préhistorique Luxembourgeoise et le Musée National d’Histoire et d’Art du Grand-Duché de Luxembourg, l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique a contribué à cette convergence de recherches sur le Néolithique ancien de la Moselle en participant en 1990 et 1991 à deux campagnes de fouilles programmées à Weiler-la-Tour - Holzdreisch et Alzingen-Grossfeld (Jadin et alii, 1991 ; Jadin et alii, 1992). Ces coups de sonde visaient à dégager des éléments de comparaison par rapport aux deux autres avancées occidentales de la Céramique rubanée et à replacer les sites luxembourgeois dans leur contexte mosellan.

5Après la présentation des résultats de ces deux campagnes de fouilles, un premier bilan peut être dressé, qui permet de s’interroger sur les rapports entretenus par les Rubanés de la région mosellane avec ceux de la Rhénanie et du Bassin parisien.

LA CAMPAGNE DE FOUILLE 1990 À WEILER-LA-TOUR - HOLZDREISCH

SITUATION

6Weiler-la-Tour se situe à 9 km au Sud/Sud-Est de Luxembourg, sur la route de Mondorf-les-Bains. Le site a été découvert par Emile Marx. Les résultats de ses prospections régulières lui ont permis de localiser de nombreuses fosses et de délimiter un habitat dont la superficie est estimée à 1,5 ha. Il y entreprit un décapage manuel de 210 m2, qui révéla une dizaine de structures, dessinées en plan et en coupe (Gollub, 1970 ; Gollub, Marx, 1974). La campagne de fouilles 1990 à Weiler-la-Tour - Holzdreisch s’est déroulée du 16 juillet au 7 septembre. Le seul terrain disponible alors pour des fouilles occupait une position marginale à l’extrémité sud-est de la concentration observée par E. Marx, mais proche de la tranchée de 1968-1969.

7D’un point de vue topographique, l’établissement rubané s’étend sur un replat et dans une pente assez marquée vers le Briedemsbaach. Une longue tranchée traversant le site a mis au jour une maison entourée de fosses sur le replat, à l’opposé de la fouille d’E. Marx.

PÉDOLOGIE

8Le sous-sol limoneux du terrain exploré consiste en une succession de dépôts loessiques, dont les plus anciens sont remaniés et dont les matériaux constitutifs sont d’origine locale. Le siltstone affleure localement. Fort argileux, le terrain est humide et détrempé en hiver, dur et sec en été. Plusieurs sondages dans la pente Est ont montré une séquence hydromorphe qui permet de distinguer des terrains bien drainés et d’autres plus humides. Cette séquence semble peu érodée et, dans le bas de la pente, contre l’assise de l’ancien vicinal, elle ne présente qu’une vingtaine de centimètres de colluvions (R. Langohr, communication personnelle ou orale).

9Très changeant d’aspect, le sol possède, à l’emplacement de la maison et des fosses, une teinte jaune-rouille, veinée de gris clair. De nombreux phénomènes pédologiques accompagnent les structures. Ainsi les réseaux de veines gris clair se modifient à proximité de celles-ci. La précipitation de manganèse et l’oxydation en soulignent les limites en coupe.

LA MAISON 1

10Longue de 13,5 m, large de 5,75 à 6,5 m, la maison 1 de Weiler-la-Tour - Holzdreisch est orientée Est-Ouest, à 65° Ouest (fig. 2). Elle paraît complète. Cette petite habitation ne compterait que cinq tierces. La façade est lacunaire. La 3e tierce, avec un poteau latéral doublé par un poteau isolé, évoque un dispositif en Y dégénéré en L, rare, mais pas sans précédent. Les 4e et 5e tierces forment le couloir. Le chevet, peu spacieux, est dissymétrique, en particulier à cause d’un défaut d’alignement des poteaux de la paroi sud. D’après leurs coupes, deux poteaux de tierce semblent avoir été remplacés. Les trous de poteau des parois sont classiquement moins profonds que ceux des tierces.

LES FOSSES

11Presque toutes les fosses fouillées entourent la maison 1. Seul un trou de poteau plus récent d’allure et une fosse rubanée occupaient, dans nos tranchées, une position éloignée de la maison ; encore s’agit-il d’une fosse particulière, au remplissage chargé en matières organiques, dont des graines carbonisées de céréales (Heim, Jadin, 1992). Bien que l’acidité loessique soit un facteur de mauvaise conservation des matières organiques, de nombreux charbons de bois fermes, quelques restes osseux pouvant appartenir à de grands animaux domestiques, ainsi que des graines ont été récoltés.

12Dans l’angle sud-ouest de la maison, un groupe de trois fosses se présente comme un chablis remanié, au remblai anthropique. Le poteau sud de la 2e tierce est partiellement planté dans le remblai d’une de ces trois structures.

L’INDUSTRIE LITHIQUE

13Les fosses se sont avérées pauvres en matériel, spécialement lithique. L’éloignement des sources d’approvisionnement en silex explique cette dernière carence, qui se vérifie sur les autres sites mosellans explorés tant en France qu’en Allemagne. Par ailleurs, des années de ramassage à Weiler-la-Tour - Holzdreisch ont passablement épuisé le site en surface.

Fig. 2. — Plan des fouilles de Weiler-la-Tour- Holzdreisch, 1990. Les tracés en pointillés correspondent à des contours incertains ou à des structures qui se sont avérées douteuses.

14Seules quelques dizaines d’artefacts en matière lithique ont été recueillies (fig. 3). Pour le silex, relevons quelques lames de faucille, trois pointes de flèche, des fragments de lames à retouches marginales, une extrémité de perçoir, un percuteur rond et un petit nucléus débité aux dépens d’un nodule de silex non oolithique du Muschelkalk, très vraisemblablement originaire de la proche vallée de la Moselle. Proportionnellement, les éclats sont nombreux, généralement esquillés. Des esquilles de retouche ont été retrouvées en plusieurs endroits. Ont encore été récoltés : un bloc d’ocre poli, des fragments de meule en grès, un broyon et une petite herminette en roche métamorphique verte à structure schisteuse et à inclusions blanches allongées, originaire de Walhausen (R.F.A. ; H. Löhr et A. Zimmermann, communication personnelle ou orale).

15En l’absence de silex local de qualité, l’approvisionnement pourrait s’être effectué selon deux voies. Une nette majorité des artefacts a été fabriquée au détriment de différentes variétés de silex du Maastrichtien, qu’il s’agisse d’un silex gris à grain fin semblable à la variété Belgian grey light, d’un silex plus grenu ayant des équivalents à Rijckholt-Sainte-Gertrude (P.-B.), ou d’un silex gris à brun-gris comme celui du Lousberg (Aix-la-Chapelle, R.F.A.). Plusieurs pièces en silex translucide gris foncé à gris-brun foncé évoquent une variété de silex tertiaire baptisée de façon restrictive « type Tétange ». Cette variété est en fait très présente dans le Bassin parisien ; elle est généralement attribuée à la région de Reims, quand elle est rencontrée sur les sites rubanés mosellans. De ce point de vue, Weiler-la-Tour - Holzdreisch entre dans le cadre des relations privilégiées entretenues par le Rubané de la vallée de la Moselle avec la région rhéno-mosane d’une part et le Bassin parisien de l’autre (Blouet, Decker, 1993, p. 91-92).

LA CÉRAMIQUE RUBANÉE

16La céramique est peu abondante et fragmentée, sauf dans deux fosses au Nord de la maison. Celles-ci ont livré l’essentiel du matériel céramique, concentré en plusieurs pavages de tessons. Le matériel mis au jour dans ces fosses appartient au Rubané récent. Le remplissage de rubans au moyen de hachures transversales, longitudinales ou croisées et les motifs secondaires constitués d’incisions longues groupées en sont les principaux caractères attestés (fig. 4). Des rubans remplis de ponctuations alignées avec des interruptions de décor vides sont également documentés. Dans l’ensemble du matériel récolté en 1990, l’usage du peigne est rare et la technique du trémolo absente. Ce matériel appartiendrait aux phases III et IV de la chronologie établie par V. Blouet et E. Decker (1993, p. 85-89) pour le Rubané lorrain. Ceux-ci les corrélent avec les phases IIa et IIb de M. Dohrn-Ihmig pour le Rhin moyen et inférieur.

Fig. 3. — Matériel lithique de Weiler-la-Tour - Holzdreisch. 1. Petite herminette en schiste vert de Walhausen (R.F.A.) ; 2. Nucléus en silex local non oolithique du Muschelkalk ; 3 à 5. Trois pointes de flèche, respectivement en silex translucide du Bassin parisien (région de Reims, F.), en silex gris grenu du type Lousberg (Aachen, R.F.A.) et en silex gris de Hesbaye (B./P.-B.). Échelle : 1/1.

Fig. 4, ci-contre. — Deux vases rubanés de la fosse 90047 de Weiler-la-Tour - Holzdreisch. Le remplissage des figures est réalisé au moyen de hachures transversales ou longitudinales. Echelle : 2/3.

17La céramique récoltée par E. Marx à Weiler-laTour - Holzdreisch (Gollub, Marx, 1974) appartient plus largement à des phases moyennes et récentes du Rubané. Elle présente de nombreuses affinités avec celle de sites belges couvrant les mêmes périodes, tels que Vlijtingen, Chapon-Seraing et Hollogne-Douze Bonniers. Aucune différence qualitative marquante n’est perçue entre la Moselle et la Hesbaye, pour ces étapes stylistiques. V. Blouet et E. Decker (1993, p. 91) concluent d’ailleurs à une période de contacts étendus avec le groupe rhéno-mosan pour les phases chronologiques représentées à Weiler-la-Tour - Holzdreisch.

LA CÉRAMIQUE DU LIMBOURG

18La fosse 90047, qui contenait de nombreux pavages de tessons, a livré deux nouveaux exemples de Céramique du Limbourg (fig. 5). Le premier consiste en un important fragment d’une coupe haute à bord rentrant, biseauté à l’extérieur, sans organe de préhension, dont le diamètre à l’ouverture est de 22 cm. La pâte, finement dégraissée, a subi une cuisson réductrice à cœur et oxydante en surface. De nombreuses cassures en bec de flûte attestent de joints de colombins défectueux. Le décor radial, centré sur le fond non décoré, a été réalisé à l’aide d’un poinçon à extrémité mousse, qui a creusé des sillons larges à fond arrondi. Il envahit toute la panse en réservant le bord. Des sillons divisent la panse en secteurs verticaux séparés par des plages étroites, remplies d’un rang de ponctuations. Les secteurs sont remplis de hachures obliques alternativement en sens opposé. Dans un cas, l’alternance est interrompue par un remplissage de sillons transversaux ; dans un autre, deux secteurs consécutifs présentent la même orientation (non illustré). Stylistiquement, notre vase appartient à la série 1 du domaine rhéno-mosan défini au sein de la Céramique du Limbourg par P.-L. van Berg (1990, p. 169, 3.4.1 et 196, fig. 11), soit la série la plus étendue géographiquement et chronologiquement.

19L’autre vase de la Céramique du Limbourg est représenté par quelques tessons de bord d’un 3/4 sphérique. Son diamètre à l’ouverture est de 18 cm. La pâte, finement dégraissée, a subi une cuisson réductrice à cœur et oxydante en surface. Le décor a également été réalisé à l’aide d’un poinçon à extrémité mousse. La panse devait être divisée en secteurs verticaux jointifs, terminés en pointe sous le décor du bord. Ces pointes sont délimitées par des sillons. Les secteurs sont peut-être bordés et leur remplissage a été réalisé à l’aide de hachures obliques alternativement en sens opposé. Le décor du bord est constitué d’une ligne d’impressions triangulaires au poinçon irrégulièrement espacées. En coupe, le bord est épaissi et son extrémité est pincée. Les cassures horizontales en bec de flûte évoquent des joints de colombins défectueux. Stylistiquement, ce vase appartient au domaine rhéno-mosan de la Céramique du Limbourg. Il se rapproche en particulier d’une série de trois tessons de l’Importgruppe I de Cologne-Lindenthal, sur laquelle Paul-Louis van Berg a attiré notre attention (fig. 6 ; Buttler, Haberey, 1936, pl. 61,9 et 10).

20La littérature ne mentionne que six autres tessons de Céramique du Limbourg dans le domaine mosellan : en France, à Filstroff et à Metz, en Allemagne, à Peffingen et Maring-Noviand, au Luxembourg, à Hesperange et à Medernach-Savelbom, encore ce dernier pourrait-il être réattribué à la Céramique de La Hoguette (van BERG, 1990). Le tesson d’Hesperange a été trouvé lors de prospections de surface, sur un terrain sableux, à proximité d’un site du Mésolithique récent et à quelques kilomètres seulement de Weiler-la-Tour et d’Alzingen (Löhr, Spier, 1982). La découverte de deux vases bien documentés de la Céramique du Limbourg pourrait témoigner de relations entretenues par les Rubanés de la Moselle avec d’autres groupes culturels. Il s’agirait, dans le cas présent, de porteurs d’une des céramiques non rubanées dégraissées à l’os, peut-être de Mésolithiques céramisés (van BERG, 1991). Est-il cependant permis d’en déduire des contacts étroits avec des populations mésolithiques, par ailleurs très présentes et bien connues sur le territoire du Grand-Duché de Luxembourg ?

Fig. 5. — Céramique du Limbourg de la fosse 90047 de Weiler-la-Tour - Holzdreisch.
1. Important fragment d’une coupe haute, sans organe de préhension. 2. Tessons de bord d’un 3/4 sphérique. Echelle : 2/3.

Fig. 6. — Köln-Lindenthal, Céramique du Limbourg de l’Importgruppe 1.
1 et 2. Structure 30. 3. Structure 68. D’après Buttler, Haberey, 1936 : pl. 61, 9 et 10 ; Constantin, 1985 : vol. II, pl. 101, 2-3, 15. Échelle : 2/3.

UN NOUVEAU SITE RUBANÉ À ALZINGEN-GROSSFELD

DÉCOUVERTE ET SITUATION DU SITE

21Alzingen-Grossfeld, ou Grousfeld, commune de Hesperange, se situe à 6 km de Luxembourg dans la direction de Mondorf-les-Bains, de part et d’autre de la route 162 qui relie Alzingen à Hassel. Des prospections menées depuis 1979 par François et Laurent Schroeder, tous deux membres de la Société Préhistorique Luxembourgeoise, ont permis de circonscrire une concentration ovale d’artefacts préhistoriques (Schroeder, 1991). Le site occupe une proéminence orientée au Sud-Ouest, offrant un large point de vue et actuellement exposée aux vents. Il couvre une superficie clairement délimitée de plus ou moins 1,3 ha. En effet, en dehors de la concentration aux limites nettes, seules quelques pièces éparses ont pu être récoltées. L’examen du produit des prospections permet de distinguer trois périodes de fréquentation du site. Quelques éléments évoquant le Mésolithique et le Néolithique récent ne semblent devoir témoigner que de passages rapides. L’ensemble du matériel récolté, qui compte de nombreuses pièces caractéristiques, a été trouvé associé à des fosses détritiques orientées Nord-Ouest/Sud-Est et suggère la présence d’un village du Rubané récent.

22La campagne de fouilles, menée à Alzingen-Grossfeld du 25 juin au 10 septembre 1991, a eu pour objectifs d’ouvrir un nouveau site et de valoriser ainsi le travail de prospection effectué afin de disposer d’un éventail plus large d’habitations fouillées avec leurs fosses, plutôt que d’étendre les recherches à Weiler-la-Tour - Holzdreisch.

PÉDOLOGIE

23Le sous-sol du terrain exploré est constitué, comme à Weiler-la-Tour, par une succession de dépôts limoneux remaniés. Très changeant d’aspect, le sol possède, à l’emplacement des maisons et des fosses, une teinte jaune-rouille et est veiné de gris clair. Une organisation concentrique de ces veines a été constatée autour de plusieurs trous de poteau de la maison 1. Les structures se raréfient au fur et à mesure que le substrat jaune-rouille veiné de gris cède la place à un terrain plus argileux. Un même type de localisation préférentielle a été constaté à Weiler-la-Tour - Holzdreisch, ce qui laisserait supposer un choix attentif au sous-sol ou à la végétation lors de l’implantation de l’habitat. Des concentrations de manganèse indurent à ce point le sol en certains endroits que, déjà au Néolithique, elles ont limité en profondeur le creusement des fosses et des trous de poteau.

LES MAISONS

24À l’examen du plan de fouille (fig. 7), plusieurs alignements nord-ouest/sud-est de fosses se dégagent, malgré l’enchevêtrement des structures, dont plusieurs se recoupent ou se superposent. On peut y dénombrer de une à trois maisons.

25Une première maison, qui compte huit tierces, est apparue nettement dès le décapage. Elle est orientée à 40° Ouest et présente un plan flou, spécialement en son centre, au niveau de la 4e tierce qui semble redoublée. La tranchée de fondation du chevet trapézoïdal montre en coupe deux états. Certains trous de poteau du chevet possèdent un remplissage chargé en terre brûlée. Ces observations évoquent une réfection du chevet après un incendie. Les parois latérales de la maison 1, longue de 19,75 m, étaient peu lisibles. La largeur du chevet varie entre 5 et 6 m ; la plus grande largeur du bâtiment devait avoisiner les 6,6 m.

26Vestiges de la maison 2, une tierce, quelques poteaux épars et le fantôme d’une tranchée de fondation d’un chevet occupent une aire dégagée et sont bordés par un alignement de fosses riches en matériel détritique. Le remplissage de l’une d’elles, profonde pour le site, évoque particulièrement une fosse de construction. Il est constitué, dans le fond, de couches stériles, mais chargées en manganèse et parcourues de veines grises régulières, qui pourraient correspondre à une masse de torchis malaxée puis soumise à dessiccation. Le remblayage de la fosse a été achevé par un déversement comportant de grands fragments de céramique (fig. 10), puis des détritus pêle-mêle. Les fondations de cette seconde habitation mal conservée pourraient avoir été creusées moins profondément car elles se trouvent établies dans une zone où le manganèse qui indure le sol affleure.

27Entre ces deux bâtiments, le terrain est parsemé de fosses complexes et imbriquées ainsi que de trous de poteau sans organisation apparente. Seuls, l’alignement nord nord-ouest/sud sud-est de certaines lignes de poteaux et une largeur globale de plus ou moins 6,5 m permettent de supposer là une maison oblitérée par les fosses postérieures. Un des trous de poteau était, d’ailleurs, masqué par une fosse. D’autres types de construction qu’une maison rubanée traditionnelle pourraient tout aussi bien être envisagés à cet emplacement.

L’INDUSTRIE LITHIQUE

28Le matériel récolté dans les fosses est abondant et diversifié. Comme à Weiler-la-Tour, l’approvisionnement en silex semble s’être effectué selon deux voies. Une part prépondérante des artefacts a été fabriquée au détriment de différentes variétés du Maastrichtien, alors qu’une autre témoigne de l’exploitation de silex du Bassin parisien. L’outillage est ici aussi essentiellement représenté par des outils laminaires et des lames brutes (fig. 8). Ceci se conjugue avec l’absence de témoignages technologiques d’un débitage local et le fait que les déchets sont souvent de petite taille et esquillés. Les artefacts en roches autres que le silex consistent en herminettes en roches métamorphiques, en grès micacé et en phtanite (fig. 9). Plusieurs crayons d’oligiste ont été trouvés, ainsi que des broyons, pour l’essentiel en grès-quartzite violacé du Taunus. Ces broyons rappellent ceux découverts sur les sites rubanés de la proche région de Sierck-les-Bains (Moselle, F. ; Decker et alii, 1977, p. 159) et constituent une composante locale du Rubané de la Moselle.

LA CÉRAMIQUE RUBANÉE

29La céramique livrée par le site d’Alzingen-Grossfeld est différente de celle de Weiler-la-Tour, mais présente des types communs. Au stade actuel de l’étude, notons l’absence de ruban hachuré, la présence de motifs en T, de la technique du pointillé-sillonné, de peignes à deux et trois dents, de décors constitués de segments de rubans séparés, de cordons en relief bordés de lignes pointillées (fig. 10-11)... Alors que Weiler-la-Tour pourrait correspondre aux phases III-IV de V. Blouet et E. Decker (Blouet, Decker, 1993 ; IIa et Ilb de M. Dohrn-Ihmig, d’après ces auteurs), caractérisées par une ouverture sur la région rhéno-mosane et le Bassin parisien, Alzingen appartiendrait à la phase V (IIc et IId), durant laquelle se marquent des influences de la région Main-Neckar.

30Le rattachement de fosses à l’une ou à l’autre habitation et la superposition de certaines structures laissent espérer qu’il sera possible de définir différents ensembles céramiques et d’affiner l’analyse du matériel de nos deux sites luxembourgeois.

LA CÉRAMIQUE NON RUBANÉE

31Un petit tesson non rubané à été recueilli à Alzingen, dans le négatif du poteau 91067 de la maison 1 (fig. 12). Ce nouveau témoignage de relations entretenues par les Rubanés de la Moselle avec d’autres groupes pose cependant quelques problèmes d’attribution. Il s’agit d’un tesson décoré de cannelures qui portent de fines incisions parallèles sur les parties saillantes (fig. 11). Ce type de céramique se rapproche d’une série de tessons d’abord attribués à la Céramique du Limbourg. P.-L. van Berg (van Berg, 1990, p. 169, 3.3.2 ; p. 194, fig. 9) propose de réattribuer l’ensemble à la Céramique de La Hoguette, ce que C. Jeunesse et C. Constantin contestent (communication personnelle ou orale). Des exemples de céramique semblable sont attestés particulièrement le long de la Moselle, à Medernach-Savelborn (L.), à Maring-Noviand (R.F.A. ; voir également Schmidgen, 1993, p. 61, fig. 2) ainsi que sur la Moselle française (Dépôt de fouilles de la Tour de l’Horloge, à Sierck-les-Bains ; C. Bouvret, communication personnelle). Des comparaisons pourraient également être recherchées en Belgique, en Rhénanie, aux Pays-Bas, mais aussi, mutatis mutandis, vers le Sud, à Wettolsheim-Ricoh (Haut-Rhin, F.) et à la Grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey (Ain, F. ; Jeunesse et alii, 1991, fig. 13 et fig. 20).

Fig. 7. — Plan des fouilles d’Alzingen - Grossfeld, 1991.
Les traits en pointillé indiquent que la structure est douteuse ou que le plan en est incertain. Les perturbations postérieures sont quadrillées.

Fig. 8. — Outils en silex trouvés en prospection à Alzingen - Grossfeld.
1. Armature triangulaire à base concave ; 2. Armature danubienne sur un fragment de lame de faucille ; 3. Grattoir sur extrémité distale de lame ; 4. Lame de faucille lustrée ; 5. Pièce esquillée sur lame de faucille lustrée ; 6. Lame brute de débitage ; 7. Lame tronquée et encochée ; 8. Perçoir sur lame. Echelle : 1/1.

Fig. 9. — Outils en roche dure trouvés en prospection à Alzingen - Grossfeld.
1. Forme de bottier en roche métamorphique ; 2. Bloc d’oligiste poli ; 3. Broyon en grès. Echelle : 1/1.

Fig. 10. — Vase rubané de la fosse 91042 d’Alzingen - Grossfeld. Exemple de remplissage de rubans et de décor secondaire au peigne à deux dents. Échelle : 2/3.

ENTRE ACTUALITÉS ET THÈME…

32Après deux années de fouilles programmées dans le Néolithique ancien du Luxembourg, un premier bilan permet d’inscrire les découvertes dans le contexte déjà connu du Rubané de la Moselle. Il s’agissait pour nous de coups de sonde visant à dégager des éléments de comparaison avec les données déjà connues et avec le résultat des recherches en cours en amont comme en aval, le long de la Moselle française et de la Moselle allemande. La morphologie et le décor des vases, la composition de l’outillage lithique, l’origine des matières premières assurent l’identité du Néolithique ancien luxembourgeois avec celui du reste de la Moselle.

33La cohérence du groupe mosellan se trouve ainsi confirmée et la documentation sur le tronçon luxembourgeois complétée à l’occasion de nos recherches. Les renseignements recueillis permettent l’étude de deux nouveaux plans de maisons rubanées et le regroupement du matériel des fosses autour d’au moins trois unités d’habitation. Les datations C14 en cours devraient situer ces ensembles sur une échelle chronologique absolue. Les deux sites montrent des réponses semblables au milieu : l’implantation de l’habitat a été regardante à la qualité des sols ; la carence en roches locales de qualité a entraîné des approvisionnements à longue distance, du côté de la région rhéno-mosane pour le silex du Maastrichtien, dans une moindre mesure du côté de Reims dans le Bassin parisien, ainsi qu’à l’Est pour les roches métamorphiques. Des études palynologiques, carpologiques (Heim, Jadin, 1992), anthracologiques et pédologiques viendront compléter ces données.

Fig. 11. — Alzingen - Grossfeld. Exemples de décors constitués de cordons en relief bordés de lignes au poinçon. 1. Fosse 91042 ; 2 et 3. Fosse 91104. Le vase du centre a un diamètre à l’ouverture de 30 cm. Échelle : 2/3.

Fig. 12. — Tesson non rubané trouvé dans le négatif du poteau 91067 d’Alzingen - Grossfeld. Échelle : 1/1.

34V. Blouet et E. Decker (Blouet, Decker, 1993, p. 90-93), auteurs du dernier essai chronologique dont nous disposions pour le Rubané mosellan, proposent la périodisation suivante : l’implantation rubanée se serait d’abord effectuée depuis le Rhin moyen en remontant la vallée de la Moselle. À la phase suivante, des contacts se seraient développés avec le groupe Rhin-Meuse. Enfin, des relations privilégiées se sont établies avec la région Main-Neckar. Les auteurs placent alors l’existence des contacts avec le Bassin parisien, comme le montre l’utilisation en petites quantités de silex importé de Champagne et comme le laisserait supposer l’adoption de la technique du trémolo et de motifs en T dans la décoration des céramiques. Nos deux sites luxembourgeois se succèdent dans le cadre chronologique proposé par V. Blouet et E. Decker aux phases III-IV et V, qui voient l’influence du groupe Main-Neckar succéder à celle du groupe rhéno-mosan.

35La Moselle constitue bien un trait d’union géographique entre le Rhin et le Bassin parisien. Tout porte à croire qu’il en a été de même au Néolithique ancien. Cependant, nous ignorons tout de la nature des relations, commerciales ou culturelles, entretenues par le groupe mosellan avec le Bassin parisien. Ces influences constituent depuis longtemps un sujet de controverses.

36Les deux nouveaux exemples de Céramique du Limbourg trouvés à Weiler-la-Tour et le petit tesson non rubané recueilli à Alzingen témoignent de relations entretenues par les Rubanés de la Moselle avec d’autres groupes. Dans l’état actuel de nos connaissances, l’identité de ceux-ci n’est pas déterminée et cette question a fait l’objet de beaucoup d’hypothèses, sans qu’un consensus ne se soit dégagé. Les témoins en céramique non rubanée sont nombreux le long de la Moselle. Pour la Céramique du Limbourg, les comparaisons se font essentiellement avec des individus appartenant au domaine rhéno-mosan, ce qui renforce la conclusion concernant des relations privilégiées entre le Rubané de la Moselle et le groupe Rhin-Meuse.

37L’étude des deux sites explorés en 1990 et 1991 n’est qu’ébauchée. Le nettoyage du matériel, particulièrement ingrat, est toujours en cours. Si la cohérence du phénomène mosellan se trouve confirmée, gageons qu’à l’analyse, chronologie, relations et détails s’affineront...

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Blouet, Decker, 1993 = Blouet (V.), Decker (E.), « Le Rubané en Lorraine », in : Le Néolithique du Nord-Est de la France et des régions limitrophes ; Actes du 13e colloque interrégional sur le Néolithique, Metz, octobre 1986, p. 84-93 (DAF, 41).

Buttler, Haberey, 1936 = Buttler (W.), Haberey (W.), Die bandkeramische Ansiedlung bei Köln-Lindenthal, Berlin et Leipzig, 2 vol. (Römisch-Germanische Forschungen, 11).

Constantin, 1985 = Constantin (C.), Fin du Rubané, céramique du Limbourg et post-Rubané : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut, Oxford, 2 vol. (BAR International Series, 273).

Decker et alii, 1977 = Decker (E.), Guillaume (C.), Michels (R.), « Le gisement Rubané linéaire récent du “Dolem” (Kirschnaumen-Evendorff, Moselle) : datation C14 », BSPF, 72, C.R.S.M. no 5, p. 155-160.

Decker, 1986 = Decker (E.), « La place du Rubané lorrain dans la chronologie rhénane », in : Le Néolithique du Nord-Est de la France et ses relations avec les régions rhénanes et mosanes ; préactes du 13e colloque interrégional sur le Néolithique, Metz (Moselle), Metz, p. 35-38.

Folmer, Metzler, 1977 = Folmer (N.), Metzler (J.), Carte archéologique du Grand-Duché de Luxembourg. Feuille 26 - Montdorf-les-Bains, avec la coll. de G. Hess, Luxembourg.

Gollub, 1970 = Gollub (S.), « Untersuchungen im Siedlungsgebiet der Bandkeramik-Kultur bei Weilerzum-Turm », Hémecht, 22-3, p. 382-385.

Gollub, Marx, 1974 = Gollub (S.), Marx (E.), « Jungsteinzeitliche Siedlungen der bandkeramischen Kultur bei Weiler zum Turm (Weiler-la-Tour) », Publications de la Section Historique, 88, p. 247-287, 17 pl. h.-t.

Heim, Jadin, 1992 = Heim (J.), Jadin (I.), « Paléobotanique des sites rubanés de Weiler-la-Tour - Holzdreisch et Alzingen - Grossfeld (Grand-Duché de Luxembourg) », Bull, de la Soc. Préhistorique Luxembourgeoise, 13-1991, p. 37-78.

Jadin et alii, 1991 = Jadin (I.), Spier (F.), Cauwe (N.), « Contribution à l’étude du Néolithique ancien de la Moselle : le village rubané de Weiler-la-Tour - Holzdreisch (Grand-Duché de Luxembourg) », Notae Praehistoricae, 10-1990, p. 61-67.

Jadin et alii, 1992 = Jadin (I.), Cauwe (N.), Schroeder (F. et L.), Spier (F.), « Contribution à l’étude du Néolithique ancien de la Moselle : fouille d’un nouveau site rubané à Alzingen-Grossfeld (GrandDuché de Luxembourg) », Notae Praehistoricae, 11-1991, p. 93-102.

Jadin, 1991 = Jadin (I.), « Le Rubané de la Moselle luxembourgeoise : trait d’union entre la Rhénanie et le Bassin parisien ? » in : La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien, carrefour ou frontière ? ; 18e colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, octobre 1991, Résumé des communications, Dijon, p. 9-10.

Jeunesse et alii, 1991 = Jeunesse (C.), Nicod (P.-Y.), van Berg (P.-L.), Voruz (J.-L.), « Nouveaux témoins d’âge néolithique ancien entre Rhône et Rhin », Ann. de la Soc. Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 74, p. 43-78.

Le Brun-Ricalens, 1992 = Le Brun-Ricalens (F.), « L’occupation du territoire luxembourgeois au Néolithique ancien et moyen : l’apport des découvertes récentes », in : 19e colloque interrégional sur le Néolithique, Amiens, 1992, Résumés des communications, Amiens, p. 16-18 + 3 p.

Le Brun-Ricalens, 1993 = Le Brun-Ricalens (F.), « Contribution à l’étude du Néolithique ancien, moyen et final du bassin mosellan : les fouilles urbaines de Diekirch, « Dechensgaart » (Grand-Duché de Luxembourg) », Notae Praehistoricae, 12-1992, p. 171-180.

Löhr, 1986 = Löhr (H.), « L’identification de gîtes de silex et la dispersion de leurs produits dans l’Ouest de l’Allemagne et régions limitrophes pendant le Néolithique ancien », in : Le Néolithique du Nord-Ouest de la France et ses relations avec les régions rhénanes et mosanes ; Préactes du 13e colloque interrégional sur le Néolithique, Metz (Moselle), Metz, p. 42 sv.

Löhr, 1986 = Löhr (H.), « Eine Übersichtskarte zum älteren Neolithikum irn Moselgebiet », Archäologisches Korrespondenzblatt, 16-3, p. 267-278.

Löhr, Spier, 1982 = Löhr (H.), Spier (F.), « Un tesson de la Céramique du Limbourg trouvé à Hesperange », Bull, de la Soc. Préhistorique Luxembourgeoise, 4, p. 37-42.

Marx, Meier-Arendt, 1972 = Marx (E.), Meierarendt (W.), « Drei linienbandkeramische Siedlungsplätze bei Weiler-la-Tour (Grossherzogtum Luxemburg) », Archäologisches Korrespondenzblatt, 2-2, p. 75-83, pl. 12 h.t.

Marx, 1976 = Marx (E.), Vorgeschichtliche Funde um Weiler zum Turm, Weiler-la-Tour : centenaire de l’église paroissiale de 1876 à 1976, Weiler-la-Tour, p. 70-83.

Schmidgen, 1986 = Schmidgen (E.), « Neue Forschungen zur Bandkeramik an der mittleren Mosel », in : Le Néolithique du Nord-Ouest de la France et ses relations avec les régions rhénanes et mosanes ; Préactes du 13e colloque interrégional sur le Néolithique, Metz (Moselle), Metz, p. 25-35.

Schmidgen, 1993 = Schmidgen-Hager (E.) « Neue Forschungen zur Bandkeramik an der mittleren Mosel », in : Le Néolithique du Nord-Est de la France et des régions limitrophes ; Actes du 13e colloque interrégional sur le Néolithique, Metz, octobre 1986, Paris, p. 60-63 (DAF, 41).

Schroeder, 1991 = Schroeder (F. et L.) « Découverte d’un site rubané à Alzingen-Grossfeld », Bull. de la Soc. Préhistorique Luxembourgeoise, 12-1990, p. 125-138.

van Berg, 1990 = van Berg (P.-L.) « Céramique du Limbourg et Néolithisation en Europe du Nord-Ouest », in : D. Cahen et M. Otte, éd., Rubané Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, Liège, p. 161-208 (E.R.A.U.L., 39).

van Berg, 1991 = van Berg (P.-L.) « La céramique néolithique ancienne non rubanée dans le Nord-Ouest de l’Europe », Bull. de la Soc. Préhistorique Luxembourgeoise, 12-1990, p. 107-124.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Carte de situation des deux sites fouillés, représentés par des carrés noirs, Alzingen-Grossfeld étant au Nord et Weiler-la-Tour - Holzdreisch au Sud.Les sites rubanés sont figurés par un carré blanc, les découvertes céramiques attribuées au Rössen par un triangle blanc, les découvertes isolées par un point noir et les tessons non rubanés par un rond blanc. D’après Löhr, 1986, Le Brun-Ricalens, 1992 et Le Brun-Ricalens, communication personnelle orale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 2. — Plan des fouilles de Weiler-la-Tour- Holzdreisch, 1990. Les tracés en pointillés correspondent à des contours incertains ou à des structures qui se sont avérées douteuses.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 3. — Matériel lithique de Weiler-la-Tour - Holzdreisch. 1. Petite herminette en schiste vert de Walhausen (R.F.A.) ; 2. Nucléus en silex local non oolithique du Muschelkalk ; 3 à 5. Trois pointes de flèche, respectivement en silex translucide du Bassin parisien (région de Reims, F.), en silex gris grenu du type Lousberg (Aachen, R.F.A.) et en silex gris de Hesbaye (B./P.-B.). Échelle : 1/1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 4, ci-contre. — Deux vases rubanés de la fosse 90047 de Weiler-la-Tour - Holzdreisch. Le remplissage des figures est réalisé au moyen de hachures transversales ou longitudinales. Echelle : 2/3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 5. — Céramique du Limbourg de la fosse 90047 de Weiler-la-Tour - Holzdreisch.1. Important fragment d’une coupe haute, sans organe de préhension. 2. Tessons de bord d’un 3/4 sphérique. Echelle : 2/3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 6. — Köln-Lindenthal, Céramique du Limbourg de l’Importgruppe 1.1 et 2. Structure 30. 3. Structure 68. D’après Buttler, Haberey, 1936 : pl. 61, 9 et 10 ; Constantin, 1985 : vol. II, pl. 101, 2-3, 15. Échelle : 2/3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 7. — Plan des fouilles d’Alzingen - Grossfeld, 1991.Les traits en pointillé indiquent que la structure est douteuse ou que le plan en est incertain. Les perturbations postérieures sont quadrillées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 8. — Outils en silex trouvés en prospection à Alzingen - Grossfeld.1. Armature triangulaire à base concave ; 2. Armature danubienne sur un fragment de lame de faucille ; 3. Grattoir sur extrémité distale de lame ; 4. Lame de faucille lustrée ; 5. Pièce esquillée sur lame de faucille lustrée ; 6. Lame brute de débitage ; 7. Lame tronquée et encochée ; 8. Perçoir sur lame. Echelle : 1/1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 9. — Outils en roche dure trouvés en prospection à Alzingen - Grossfeld.1. Forme de bottier en roche métamorphique ; 2. Bloc d’oligiste poli ; 3. Broyon en grès. Echelle : 1/1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 10. — Vase rubané de la fosse 91042 d’Alzingen - Grossfeld. Exemple de remplissage de rubans et de décor secondaire au peigne à deux dents. Échelle : 2/3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 11. — Alzingen - Grossfeld. Exemples de décors constitués de cordons en relief bordés de lignes au poinçon. 1. Fosse 91042 ; 2 et 3. Fosse 91104. Le vase du centre a un diamètre à l’ouverture de 30 cm. Échelle : 2/3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 12. — Tesson non rubané trouvé dans le négatif du poteau 91067 d’Alzingen - Grossfeld. Échelle : 1/1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/565/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteur

Institut royal des sciences naturelles de Belgique, 29 rue Vautier, B 1040 Bruxelles.

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search