Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 1. Le Paléolithique et le mésolithique en Bourgogne

8. Conclusion du bilan Paléolithique – Mésolithique (collectif)

Texte intégral

1De l’avis unanime des, principaux participants, cet exercice de bilan s’est avéré très positif dans plusieurs domaines : il a permis de redécouvrir certaines opérations (analyses, études) oubliées ou négligées, de se rendre compte de l’importance de la « matière » potentiellement existante, mais aussi des principales lacunes. Il nous a collectivement obligés à prendre du recul et à mettre ces données en perspective pour obtenir – pour la première fois – une vue d’ensemble des recherches récentes sur le Paléolithique bourguignon. L’établissement d’une riche bibliographie fournit un outil commun de grand intérêt, qu’il importe de pérenniser.

  • 13 Note du S.R.A. : depuis la rédaction de cette conclusion l’UMR 6298 ArTeHiS s’est justement ouverte (...)

2L’absence de la Préhistoire ancienne au sein de l’Université de Bourgogne ou de l’UMR 6298 ArTeHiS a été notée plusieurs fois comme un handicap fort de la recherche paléolithique bourguignonne, qui se retrouve historiquement tiraillée entre les pôles de recherche parisiens ou lyonnais. Nous sommes conscients qu’un nouvel enseignement ou une équipe dédiée au sein de cette UMR ne peuvent être créés du jour au lendemain. Dans un premier temps, des collaborations ponctuelles pourraient être mises en place entre l’Université de Bourgogne ou l’UMR 6298 et les intervenants (laboratoires, universités) extérieurs à la région. Les programmes ou postes ainsi conjointement mis en œuvre pourraient ensuite être plus facilement pérennisés localement13.

  • 14 Note du S.R.A. : Depuis 2015, un expert paléolithicien est présent à temps plein dans la CIRA Est d (...)

3Le « Bilan quadriennal 2003-2006 » de la Commission interrégionale de la recherche archéologique Est montre que le Paléolithique n’apparaît, dans un cadre préventif, de façon très limitée, que dans la seule région Bourgogne. Cette rareté s’explique par le fait que les chercheurs Inrap paléolithiciens sont rares au niveau de l’interrégion et ont une implantation historique en Bourgogne (Yonne). Pour l’ensemble des opérations de diagnostic réalisées dans d’autres zones à potentiel paléolithique, il faut donc se poser la question : l’établissement public a-t-il réellement la capacité de mettre en évidence des sites paléolithiques ? Ce handicap est augmenté par l’absence physique des experts extérieurs – paléolithiciens – lors des séances de la CIRA. Les membres permanents ne se jugent pas compétents pour discuter ou remettre en cause leurs rapports écrits, et les dossiers paléolithiques ne donnent pas lieu à discussion. Contrairement aux autres, ces dossiers ne font donc pas l’objet d’un consensus scientifique collectif, mais entérinent l’avis d’une seule personne, absente du débat. On peut penser, en outre, que cette absence entraîne un appauvrissement des débats et propositions de la CIRA : un expert paléolithicien présent en séance pourrait utilement intervenir dans des discussions portant sur des questions d’environnement ou souligner, dans certains contextes, la nécessité de sensibiliser le responsable d’opération au risque paléolithique. Peut-être la rareté des opérations préventives touchant ce champ chronologique tient-elle pour partie à cet état de fait ? Il paraît donc essentiel de promouvoir toute amélioration du fonctionnement de l’Inrap permettant une meilleure prise en compte du Paléolithique (recrutements, formation, etc.) et la présence physique d’un expert paléolithicien lors des débats en CIRA concernant cette période14.

4Concernant le paléoenvironnement, le caractère dispersé et inégal des interventions et l’absence d’un pôle de ressources locales est évident. Il paraît donc utopique de vouloir imposer des interventions paléoenvironnementales systématiques, par manque de moyens techniques et humains. Mais il faut dans le même temps éviter de créer un désert environnemental autour de rares points forts, bien documentés.

5Il paraît donc indispensable de privilégier quelques pistes, dans un premier temps, qui permettraient de développer progressivement le tissu d’intervenants potentiels (dont l’UFR Sciences de la Terre de Dijon et les laboratoires extérieurs à la région déjà impliqués). L’une de ces pistes pourrait concerner le karst en Mâconnais (géologie, sédimentologie, géomorphologie), à partir des études en cours (Château, Azé) et en lien avec les associations spéléologiques.

6À l’échelle régionale, il nous paraît très important de tout mettre en œuvre pour développer une lithothèque, à partir des données déjà existantes (travaux de l’A5 et de M. Rué). Cet outil commun pourrait être un excellent moyen de faire dialoguer des chercheurs différents (du nord, du sud, aux intérêts chronologiques variés) et d’impulser une dynamique réellement locale (peut-être en associant là aussi l’UFR Sciences de la Terre de Dijon). Elle permettrait également d’impliquer les prospecteurs locaux, parfois isolés, mais essentiels à la connaissance de l’occupation humaine préhistorique.

7Le Paléolithique inférieur a principalement fait l’objet d’études basées sur des fouilles antérieures à la période considérée (tout particulièrement Soucy). Les matériaux disponibles sont encore loin d’être totalement exploités et publiés, et c’est dans cette direction prioritaire que les efforts doivent être portés, dans la mesure où les financements sollicités pourront être mis en œuvre. L’information accumulée lors de ces travaux devrait permettre d’améliorer la réactivité et la bonne prise en compte de gisements équivalents mis au jour dans un cadre préventif ou programmé.

8Pour le Paléolithique moyen, l’état des lieux apparaît très inégal géographiquement et complètement dépendant des aléas de la recherche (découvertes fortuites, archéologie préventive). Le Paléolithique moyen ancien est quasiment inconnu, hormis en prospection ; le reste est parfois mal caractérisé ou mal calé. Pourtant, des séries lithiques importantes dorment un peu partout, dont l’étude (travaux universitaires d’initiation, par exemple) pourrait améliorer la connaissance de la répartition spatiale des ensembles chrono-typologiques (carte archéologique régionale, évaluation du potentiel environnemental). Si elles ne permettent guère une caractérisation fiable et poussée, elles peuvent orienter des campagnes de sondages et faire apparaître un site bien conservé, susceptible de faire l’objet de fouilles préventives ou programmées.

9Par contre, il paraît indispensable de s’appuyer sur chaque nouvelle découverte en fouille, pour développer la connaissance du contexte chrono-culturel et environnemental local et pouvoir ensuite étendre les observations réalisées au contexte proche. C’est ainsi qu’a pu procéder C. Chaussé dans la basse vallée de l’Yonne, où les nappes alluviales, régulièrement étagées sur les versants, sont particulièrement propices à la construction de séquences chrono-stratigraphiques de référence. Ce fonctionnement morpho-sédimentaire peut encore être précisé et éventuellement être étendu à la haute vallée de l’Yonne mais aussi de ses affluents majeurs, voire à d’autres portions de vallées bourguignonnes. Par ailleurs, le substrat calcaire crétacé et jurassique d’une part importante des bassins versants bourguignons alimente la composante carbonatée des dépôts fluviatiles, ce qui est favorable à la préservation des faunes et donc à leur étude.

10Notons enfin que le potentiel karstique, sous-exploité dans les recherches récentes, n’est pas à négliger (cf. Mellecey, nouvelle grotte de la Verpillière).

11La situation du Paléolithique supérieur est différente et bénéficie des apports d’une opération à large spectre géographique et thématique (PCR Bassin parisien). Le découpage adopté (Bourgogne nord et sud) traduit une réalité incontournable, déjà évoquée, qu’il paraît utopique de vouloir combler à court terme. Il vaut mieux favoriser les partenariats/collaborations entre l’un et l’autre pôle que de chercher à créer une recherche purement régionale. Cet exercice de bilan a créé une première rencontre, qu’il faudra prolonger. Ces contacts pourront utilement s’appuyer sur l’outil Internet que nous envisageons de créer (cf. infra).

12Là encore, il ne nous paraît guère envisageable de proposer « des axes de recherche à caractère géographique » s’ils ne sont pas appuyés sur l’existence d’une équipe ou d’un tissu d’intervenants déjà existants et disponibles, qui puissent être dynamisés ou confortés. Plus encore que pour le Paléolithique moyen, l’analyse des collections « en sommeil » peut toutefois constituer une première étape de maillage du territoire et d’amélioration des connaissances spatiales et parfois typo-chronologiques.

13Il semble plus efficace de s’appuyer sur l’existant pour développer des programmes thématiques, chrono-culturels, comme indiqué par P. Bodu dans ses « perspectives et propositions ». La publication du Châtelperronien d’Arcy, les fouilles de Gron ‘Chemin de l’Évangile’, Azé, Solutré, Mellecey et Oisy, peuvent être autant de tremplins pour développer des travaux universitaires et des partenariats concernant le Châtelperronien, l’Aurignacien, le Gravettien ou le Badegoulien. L’exercice sera plus difficile pour le Solutréen, le Magdalénien ou le Tardiglaciaire, où tout est à réactiver.

14Comme pour le Paléolithique moyen, l’analyse du contexte environnemental de chaque occupation fouillée aura vocation à être modélisée et élargie, pour servir ensuite d’outil d’aide à la recherche d’implantations similaires, en contexte programmé ou préventif.

15Enfin, de nombreux travaux, pas forcément anciens, nécessitent à l’évidence une amélioration de leur calage chronologique. Il convient, par exemple, de s’appuyer sur la nouvelle machine ARTEMIS pour lancer des programmes de datations AMS communs, CNRS/Culture, qui viendraient compléter des opérations en cours.

16Pour le Mésolithique, les travaux récents ont majoritairement porté sur l’analyse de séries lithiques issues de prospections de surface, à partir desquelles ont été réalisées des études à caractère principalement typologique et chronologique. Des indices contemporains, repérés lors de diagnostic, n’ont malheureusement pas donné lieu à fouille préventive. Ces travaux permettent toutefois de mettre en valeur le rôle privilégié joué par certains contextes alluviaux qui ont constitué des points d’attraction et ont assuré parfois l’excellente conservation des occupations. Il importe donc de privilégier la reconnaissance de ce type de gisement, grâce à une approche pluridisciplinaire et surtout environnementale, afin d’isoler celui qui permettra une fouille susceptible de développer les thématiques esquissées.

17Au cours de ce bilan, des problèmes de communication, de transmission ou d’intégration de l’information ont été pointés à plusieurs reprises. La solution proposée est celle d’un site Internet dédié, sous forme de groupe de partage, où chaque chercheur concerné, qu’il soit parfaitement intégré à la recherche locale ou un simple prospecteur, pourra trouver et communiquer une information actualisée sur le Paléolithique bourguignon : résultats succincts de prospections, demandes de déterminations ou de collaborations, résumés d’opérations ou de travaux universitaires, signalement de références bibliographiques, actualités de la recherche, propositions de travaux universitaires, etc. Ce site compenserait, entre autres, la disparition des BSR (bulletins scientifiques régionaux). Par sécurité, il serait accessible uniquement aux utilisateurs référencés ; le nombre de ceux-ci étant progressivement augmenté sur demande argumentée auprès d’un modérateur.

18Au terme de ce bilan, et à l’image des conclusions concernant la période néolithique, force est de reconnaître que les efforts doivent prioritairement porter sur la résorption du passif accumulé, qu’il s’agisse de sites ou de séries anciennement exploités et malheureusement oubliés (par exemple, grotte de Viry, en Charolais), ou qu’il s’agisse de fouilles et travaux récemment achevés ou encore en cours, et incomplètement publiés (PCR Bassin parisien, Soucy, Azé, Oisy, etc.). Cette vision pragmatique (prolonger les recherches en cours et les publier) ne doit pourtant pas figer la programmation scientifique paléolithique bourguignonne dans des ornières toutes tracées. Il importe de trouver un mécanisme périodique (tous les 4 ou 5 ans ?) qui permettrait de réorienter cette programmation en fonction de l’actualité de la recherche, par exemple des informations échangées sur le site Internet.

Notes

13 Note du S.R.A. : depuis la rédaction de cette conclusion l’UMR 6298 ArTeHiS s’est justement ouverte au Paléolithique, rendant possible l’apparition de programmes de recherche purement bourguignons.

14 Note du S.R.A. : Depuis 2015, un expert paléolithicien est présent à temps plein dans la CIRA Est de la France.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search