Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 1. Le Paléolithique et le mésolithique en Bourgogne

7. Le Mésolithique

Jean Duriaud et Frédéric Séara

Texte intégral

1Il est hors de, chercher à faire ici un bilan exhaustif des données sur le Mésolithique en Bourgogne, mais plutôt de dégager les forces et les faiblesses des connaissances acquises à ce jour dans le cadre régional. À ces fins nous ne prendrons en considération que les données de certaines opérations d’archéologie préventives qui par la qualité des informations ont ouvert de nouvelles perspectives de recherches (fig. 57).

2Un rapide survol de l’historique des recherches montre qu’elles ont essentiellement porté sur l’analyse des séries lithiques issues de prospections de surface, à partir desquelles ont été réalisées des études à caractère principalement typologique et chronologique (travaux d’André Thévenin).

3Ces études, limitées par l’absence de garanties d’homogénéité des séries et de calage chronologique précis, ont permis de dresser les grandes lignes du cadre chrono-culturel du peuplement mésolithique en Bourgogne. Sans discuter de la validité des conclusions, les principales ambiances culturelles qui ont été dégagées correspondent au Mésolithique ancien dérivé de l’Arhensbourgien, au Sauveterrien, au Beaugencien et au Tardenoisien.

4Seule la fouille du gisement de la ‘Truie Pendue’, réalisée par Henri Carré, a permis de mettre en évidence l’existence d’une séquence stratigraphique développée avec au moins trois niveaux d’occupations appartenant au Mésolithique ancien, moyen et récent, sans qu’aucune datation n’ait pu être effectuée.

5L’essor qu’a connu l’archéologie préventive au cours de ces dix dernières années est à l’origine de l’acquisition de données nouvelles. Ces opérations ont principalement porté sur la vallée de l’Yonne avec trois opérations d’impact limité dans la mesure où les diagnostics n’ont jamais donné lieu à fouille. Deux de ces opérations ont concerné des gisements déjà identifiés : Saint-Julien-du-Sault ‘Les Sablons’ (2001) et Passy-Véron ‘La Truie Pendue’ (2003). Le premier a livré un lambeau de niveau d’occupation rattaché au Mésolithique à pointes de Chaville, attribué par A. Thévenin au Mésolithique ancien mais qui nous semble davantage devoir être associé au Mésolithique moyen. Le niveau, qui s’inscrit dans une matrice limono-sableuse, a livré des artefacts lithiques constitués de produits de débitage, de microburins et de rares armatures. Ce contexte de conservation, à l’origine de la disparition des restes de faune, a assuré le maintien en position primaire des pièces les plus volumineuses, comme l’indique la pratique de remontages de faible distance.

6Le site de ‘La Truie Pendue’ avait déjà fait l’objet d’une étude assez complète sur la base d’une analyse typologique réalisée par André Thévenin, d’une analyse du cadre stratigraphique par Vincent Krier et par une analyse spatiale réalisée par Henri Carré. Un diagnostic a été réalisé dans le prolongement immédiat de la zone de fouille en 2003, ce qui a permis de cerner l’extension du site estimée à 2 500 m² et de collecter des informations nouvelles sur le niveau supérieur. Ce dernier a livré de nombreuses esquilles d’os brûlés datées au radiocarbone de l’Atlantique ancien, soit du Mésolithique récent.

7La mise au jour du site de Pont-sur-Yonne ‘Les Basses Veuves’ a montré que la vallée de l’Yonne pouvait ponctuellement constituer un contexte favorable à l’excellente conservation de sites de plein air extensifs, à l’instar de certains sites jurassiens. Le cadre stratigraphique dominé par des formations limono-argileuses a été étudié aussi bien que possible par Christine Chaussé dans un cadre d’opération très contraint et limité au stade du diagnostic, voire de l’évaluation très urgente pour un des secteurs (fig. 58 et 59).

8Trois secteurs d’occupations distincts ont été reconnus, deux attribués au Mésolithique moyen et un au Mésolithique ancien ; ce dernier, d’une trentaine de mètres carrés, a fait l’objet d’une évaluation qui a conduit à une étude de terrain intégrale. Le cadre chronologique a pu être précisé grâce à la réalisation de datations radiocarbone. La plus ancienne appartient au Mésolithique ancien de la seconde moitié du Préboréal. Le secteur le plus important, d’environ 2 500 m², a livré deux niveaux bien individualisés, dont un daté de la première moitié du Boréal et l’autre de la seconde moitié du Boréal. Grâce à la définition d’un cadre chronostratigraphique bien assuré, ce gisement offre toutes les conditions pour définir l’évolution typologique, technologique et culturelle entre le Mésolithique ancien et le Mésolithique moyen.

Fig. 57. Carte des sites du Mésolithique en Bourgogne (source : base de données Patriarche).

Fig. 58. Pont-sur-Yonne (Yonne), ‘Les Basses Veuves’. Plan de répartition du mobilier du secteur 2 (d’après Séara , 2001).

Fig. 59. Pont-sur-Yonne (Yonne), ‘Les Basses Veuves’. Exemple de remontage d’un nucléus du secteur 2 et plan de distribution de ses différents éléments (d’après Séara , 2001).

9Les données les plus inédites concernent l’organisation spatiale qui a pu être abordée de manière plus ou moins complète, grâce à la mise au jour de foyers mais également d’amas de débitage qui ont valeur d’exception en contexte mésolithique. L’ensemble des données permet d’envisager une analyse paléthnographique sur la base de la distribution catégorielle des vestiges et de leur implication spatiale mais également grâce à la pratique de remontages particulièrement fructueux dans le secteur d’occupation du Mésolithique ancien. Ces derniers renseignent de manière efficace la technologie lithique mais offrent également une vision spatiale dynamique. Les conclusions tirées de l’analyse spatiale montrent l’existence de règles spécifiques, récurrentes et diachroniques qui intègrent le concept spécifique de l’unité d’activités, défini à partir de gisements jurassiens.

10Des restes de fragments de faune assez mal conservés ont également été recueillis.

11Plus au sud, dans le Chalonnais, les prospections de J.-N. Blanchot ont livré des indices épipaléolithiques ou mésolithiques, en particulier sur la commune de Gergy. Dans le Tournugeois, la série épipaléolithique rassemble trois pointes à dos ramassées isolément à Farges-lès-Mâcon, Lacrost et Brienne, ainsi qu’un lot plus fourni issu du site de surface des Grandes Bornes à la Genête. En ce qui concerne le Mésolithique, les gisements les plus riches comme les Marterats à Simandre ou l’Épine à Lacrost occupent des points hauts du lit majeur de la Saône. Dans le secteur des collines, plusieurs implantations probables ont été repérées : Montmuzard et la Crouze sur la commune de Farges par exemple. Il reste enfin un petit nombre de stations posant problème dans lesquelles de rares pièces de facture mésolithique voisinent avec des outils très évolués du Néolithique final (La Croix Léonard à Tournus, le Bois de la Rougie à Royer pour ne citer que deux cas).

12Ces données de terrain, très partielles, alimentent de manière efficace les réflexions en cours sur le Mésolithique et permettent d’insister sur les points suivants :

  • le rôle privilégié joué par certains contextes alluviaux qui ont constitué des points d’attraction et ont assuré parfois l’excellente conservation des occupations,
  • la nécessité d’aborder les gisements avec une approche pluridisciplinaire en insistant sur le rôle primordial de la géomorphologie ; il est indispensable de préciser les cadres stratigraphiques, de les intégrer dans un cadre chronologique assuré et de définir les garanties d’homogénéités des séries,
  • affiner la définition des cadres typologiques et chronologiques et réviser les conclusions culturelles,
  • développer les études technologiques à partir d’assemblages lithiques pertinents,
  • développer les analyses à caractère fonctionnel (tracéologie),
  • développer l’ensemble des analyses précisant l’organisation spatiale et la vocation des occupations.

Table des illustrations

Légende Fig. 57. Carte des sites du Mésolithique en Bourgogne (source : base de données Patriarche).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 875k
Légende Fig. 58. Pont-sur-Yonne (Yonne), ‘Les Basses Veuves’. Plan de répartition du mobilier du secteur 2 (d’après Séara , 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 59. Pont-sur-Yonne (Yonne), ‘Les Basses Veuves’. Exemple de remontage d’un nucléus du secteur 2 et plan de distribution de ses différents éléments (d’après Séara , 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 797k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search