Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 1. Le Paléolithique et le mésolithique en Bourgogne

6. Le Paléolithique supérieur

Dominique Baffier, Pierre Bodu, Nelly Connet et Harald Floss

Texte intégral

6.1. INTRODUCTION (N. Connet)

1Ces dix dernières années correspondent à l’expansion des fouilles archéologiques de sauvetage en même temps qu’à une nouvelle dynamique des fouilles programmées. Deux zones géographiques concentrent ces activités au sud et au nord de la Bourgogne. Les deux pôles majeurs de cette recherche sont la Saône-et-Loire avec les sites fouillés en sauvetage et en programmé (Solutré, Azé, Mellecey, Sennecé-lès-Mâcon) et les marges sud du Bassin parisien (Yonne et Nièvre) avec trente-six opérations sur cinquante-huit au total (fig. 39).

2Toutes les périodes paléolithiques sont représentées dans ces deux secteurs, ce qui représente une opportunité de recherche diachronique et autorise une mise en perspective avec les données actuellement disponibles sur le Paléolithique européen. Ceci peut constituer un des axes de recherches fédérateurs à développer.

3La Bourgogne offre, par sa position géographique reliant les portes du sud et les plaines du nord et de l’est de la France, un terrain d’étude privilégié pour les peuplements au Paléolithique. Elle constitue ainsi sur le plan géographique une zone de contact évidente, déjà pressentie au travers de certaines cultures qui montrent des aires de dispersion et de rattachement variés : le Châtelperronien vers le sud-ouest de l’Europe, certains sites du Paléolithique moyen de tradition micoquienne et donc tournés vers l’est, les ensembles magdaléniens dans la lignée des occupations du Bassin parisien.

4Depuis quelques années les données sur le Paléolithique supérieur se renouvellent dans la moitié nord de la France. En effet, bien que les découvertes soient assez peu nombreuses, chacune d’elles représente un élément essentiel susceptible de réorienter notre réflexion sur l’occupation de l’Europe septentrionale et d’avancer dans la recherche sur l’origine et les mécanismes de peuplement de ces régions souvent inhospitalières pendant la fin du Pléniglaciaire moyen et le Pléniglaciaire supérieur. Les recherches actuellement en cours en Bourgogne sont l’occasion d’avancer dans l’élaboration de cette réflexion.

5L’originalité des industries de bon nombre de sites est un fait démontré, et ce pour toutes les périodes : l’Aurignacien avec Arcy, le Gravettien avec Chamvres, le Paléolithique supérieur ancien avec Gron (en cours de fouille et d’études).

6Le dynamisme de ces recherches est évidemment le fait de parcours personnels de chercheurs mais aussi, pour le nord de la Bourgogne, de travaux d’une équipe pluri-institutionnelle (CNRS, Inrap) intégrée au sein d’un même Laboratoire de recherche (ArScAn). Ainsi, plus de dix années de recherche dans la vallée de l’Yonne ont permis de mettre en place un cadre chrono-stratigraphique (travaux de C. Chaussé, cf. supra) et paléo-environnemental tout à fait exceptionnel autorisant une restitution des occupations préhistoriques dans la dynamique de l’évolution de la vallée. Au sein de l’UMR 7041 du CNRS, la création d’un programme de recherche dirigé par P. Bodu sur le Paléolithique supérieur ancien du Bassin parisien a permis de dresser un bilan actualisé des données disponibles sur le nord de la Bourgogne. Enfin, autour d’Arcy-sur-Cure, la reprise des études et travaux depuis ces dix dernières années a permis un certain nombre de publications et la poursuite des recherches de terrain sur ce site important.

7Nous avons choisi de scinder ce chapitre en deux parties traitant de la Bourgogne du Nord, puis de la Bourgogne du Sud. Ce découpage pourrait paraître artificiel s’il ne sous-tendait d’une part un réel fonctionnement autonome de deux équipes et s’il n’était inspiré par deux géographies et deux topographies différentes d’autre part. Cette bipartition du territoire peut paraître comme une faiblesse au premier abord mais il s’agit d’une réalité qui devra dans la prochaine programmation s’atténuer au profit d’un travail plus collectif, espérons-le !

Fig. 39. Carte des sites du Paléolithique supérieur en Bourgogne (source : base de données Patriarche).

6.2. LA BOURGOGNE SEPTENTRIONALE (CÔTE-D’OR, NIÈVRE, YONNE) (D. Baffier, P. Bodu, N. Connet)

8Géographiquement, les travaux en Bourgogne septentrionale portent autour de trois grandes zones d’implantations préhistoriques : le Sénonais avec la vallée de l’Yonne et les plateaux qui la dominent, la région d’Arcy-sur-Cure et dans une moindre mesure le nord du Nivernais (région de Clamecy). En dehors de ces trois pôles, les sites sont plus dispersés. Ce sont essentiellement les membres d’un laboratoire du CNRS (UMR 7041) qui assurent la poursuite de ces travaux que certains membres de l’équipe du Pr. Leroi-Gourhan ont initiés (D. Baffier, F. David, M. Julien, A. Roblin-Jouve, B. Schmider) :

  • Dominique Baffier et Michel Girard travaillent sur les grottes ornées du massif d’Arcy-sur-Cure/Saint-Moré.

  • Pierre Bodu intervient dans le Sénonais mais aussi dans la Nièvre et en Côte-d’Or et plus largement sur la Bourgogne du Nord dans le cadre du PCR sur le Paléolithique supérieur ancien et du Programme concernant le Paléolithique supérieur ancien du Bassin parisien (fouilles du gisement d’Oisy) au sein de l’équipe d’Ethno logie préhistorique (UMR 7041). Il travaille également sur les industries lithiques d’Arcy-sur-Cure (‘Grotte du Renne’, ‘Grotte du Cheval’, ‘Grotte de la Marmotte’, ‘Grotte du Trilobite’).

  • Nelly Connet, Christine Chaussé et Vincent Lhomme, de l’Inrap et de l’équipe d’Éric Boeda (UMR 7041), interviennent dans le fond de la vallée de l’Yonne (Étigny, Gron) mais aussi à Solutré et à Marigny (Nièvre). Nelly Connet travaille sur les industries lithiques d’Arcysur-Cure (‘Grotte du Bison’, ‘Grotte du Renne’, ‘Grotte du Loup’).

  • Sylvain Soriano (UMR 7041) intervient dans le Sénonais et en Côte-d’Or dans le cadre du PCR sur le Paléolithique supérieur ancien et de ses propres recherches au sein de l’UMR 7041.

6.2.1. État des lieux chronologique

6.2.1.1. Un projet structurant : « Le Paléolithique supérieur ancien du centre et du sud du Bassin parisien », et des opérations de terrain (d’après Pierre Bodu, Nelly Connet et coll.)

9Le démarrage de ce projet part d’une constatation que nous avions faite à partir d’un état des connaissances sur le Paléolithique supérieur ancien du Bassin parisien depuis une dizaine d’années. Si le Tardiglaciaire, en particulier le Magdalénien final – notamment celui de la vallée de la Seine – occupait et occupe encore tout l’avant de la scène, grâce à des sites prestigieux comme Pincevent ou Etiolles mais aussi par une multiplication des découvertes inhérentes à cette période, il semblait que les travaux menés sur les phases les plus anciennes du Paléolithique supérieur (35.000-15.000 BP), relevaient plus d’études isolées, de sites importants certes (Arcy-sur-Cure par exemple) mais non replacés dans leur contexte régional. On peut citer bien entendu les travaux de Béatrice Schmider sur le Paléolithique supérieur d’Île-de-France et ses recherches à Arcy-sur-Cure, mais il est vrai que rarement le Bassin parisien a été considéré par les préhistoriens comme une entité régionale à part entière faisant l’objet de grandes monographies. Au contraire, les comparaisons effectuées dans les articles ou les publications prenaient souvent en compte des gisements extérieurs au Bassin parisien sans vraiment considérer les potentialités de sites locaux, trop souvent sous-estimées. Notre état des lieux nous a également permis de comprendre qu’en dehors de quelques sites phares (Marsangy, Arcy-sur-Cure, Solutré plus au sud), la recherche sur le Paléolithique supérieur de Bourgogne se contentait de quelques études trop isolées pour que l’on puisse arriver à une vision synthétique de l’occupation préhistorique. Les datations, lorsqu’elles sont disponibles et fiables (ce qui n’est pas toujours le cas, en particulier à Arcy-sur-Cure où les conditions taphonomiques ont contribué à une pollution des sols d’occupation), sont utilisées pour le site, servant rarement à enrichir des synthèses régionales. Après la publication du D.A.F. qui concernait le Paléolithique supérieur du tracé de l’autoroute A5 (Julien, Rieu dir., 1999), il était flagrant que la recherche sur cette période relevait plus de programmes individuels que d’une réelle quête de compréhension d’un territoire paléolithique (site de Lailly dans l’Yonne par exemple). Or, les différents indices connus par le biais des prospections et des fouilles laissaient entrevoir l’existence d’une entité préhistorique aussi importante que celle que l’on connaît en Périgord, en Charente ou dans les Pyrénées.

10On doit souligner le rôle majeur joué par trois membres de l’Inrap depuis une dizaine d’années dans la vallée de l’Yonne entre Sens et Joigny (Christine Chaussé, Nelly Connet, Vincent Lhomme) qui, au travers de fouilles préventives mais aussi programmées, s’attachent, entre autres, à définir les contextes chronostratigraphiques des industries du Pléistocène supérieur dans cette portion de la vallée de l’Yonne. En parallèle, un certain nombre d’entre nous travaillent ou ont déjà travaillé de façon individuelle sur des gisements bourguignons : la grotte de la Marmotte à St-Moré (P. Bodu, B. Valentin), la Grande Grotte à Arcy-sur-Cure (D. Baffier, M. Girard), la Grotte du Bison à Arcy-sur-Cure (C. Farizy, F. David), etc., contribuant à enrichir les connaissances sur le patrimoine paléolithique de la Bourgogne. N’oublions pas également la longue tradition de prospections de surface menées par des bénévoles à la suite d’Augusta Hure, d’Henri Carré et de bien d’autres en particulier dans la région du Sénonais, qui ont contribué et contribuent à l’évidence au renouvellement des séries archéologiques mais aussi à leur sauvegarde. C’est un point qui mérite d’être pris en compte tant la cartographie des sites du Paléolithique supérieur de la Bourgogne du Nord serait lacunaire si l’on ne s’occupait pas de ces témoins mais aussi parce que, le plus souvent, il s’agit de sites de plateau qui sont complémentaires des sites de fond de vallée ou de sites d’abris et de grottes. À travers l’ensemble de ces découvertes se dessine sans doute une répartition plus réaliste de l’occupation paléolithique du nord de la Bourgogne, bien plus que si l’on ne considérait que les sites de fouilles préventives ou programmées.

  • 8 Pour l’Île-de-France, cette recherche fait l’objet d’un PCR sur le Tardiglaciaire dirigé par Boris (...)

11Partant du constat d’un manque de vue synthétique, nous avons donc décidé de mettre en œuvre un programme de recherche sur le Paléolithique supérieur ancien du centre et du sud du Bassin parisien dont l’objectif à court terme serait une cartographie améliorée et l’objectif à long terme une publication à caractère régional. Rattachés administrativement à l’Île-de-France depuis 1998, région pour laquelle nous avons clairement enrichi les connaissances sur cette vaste période encore trop lacunaire, nous avons vite étendu notre aire de recherche vers la Bourgogne et en particulier sa partie nord (Yonne, Nièvre). C’est l’existence d’un bon nombre d’indices attribuables au Paléolithique supérieur ancien dans cette région, indices que nous pensons complémentaires de ceux que nous trouvons en Île-de-France, qui nous a conduit à ouvrir notre espace géographique. Cette ouverture spatiale s’est accompagnée d’un agrandissement de nos prétentions chronologiques puisque, pour la Bourgogne8, nous traquons également les indices d’occupations tardiglaciaires dont des fouilles plus ou moins récentes (Marsangy : Béatrice Schmider ; Gron, Étigny ‘Le Brassot’ : Nelly Connet, Vincent Lhomme) ont bien montré toute l’ampleur. Ce Projet collectif de recherche a pris fin en 2006.

12Le Paléolithique supérieur de la Bourgogne septentrionale est finalement totalement représenté dans ses différentes composantes chrono-culturelles mais à des degrés variables.

6.2.1.2. Le Châtelperronien

13Si le Châtelperronien est bien connu à Arcy-sur-Cure (Connet, 2002) et dans une moindre mesure à la Rocheaux-Loups (Merry-sur-Yonne ; Poplin, 1983,) il paraît pour le moment absent de la Nièvre ou dans le nord de l’Yonne. Cette faible présence en Bourgogne du Nord fait écho à des indices également faibles en Bourgogne du Sud (grotte de Germolles). À Arcy-sur-Cure, à la suite de sa thèse, Nelly Connet s’est impliquée dans l’étude du matériel lithique châtelperronien provenant des fouilles récentes à la Grotte du Bison menées par Francine David (David et alii, 2005). À terme, la monographie des niveaux châtelperroniens d’Arcy-sur-Cure (Grotte du Renne) est prévue. Elle impliquera notamment un certain nombre de chercheurs de l’UMR 704 (Baffier, Bodu, Connet, David, Julien, Roblin-Jouve).

6.2.1.3. L’Aurignacien

  • 9 La reprise de fouilles à Lailly est motivée par la quête d’éléments datants, sans doute pas de la f (...)

14À Arcy-sur-Cure l’Aurignacien est également bien représenté. La publication de la couche VII a été réalisée en 2002 sous la direction de Béatrice Schmider (Schmider dir., 2002) et une maîtrise s’est achevée en 2005 à l’Université de Paris I, qui concernait les productions lamellaires de ce même niveau de la Grotte du Renne (Paris, 2005). L’Aurignacien a également été identifié à Lailly (Sénonais ; Bodu et alii, 1999 ; Bodu, 2006) et de très forts indices semblent apparaître en un autre endroit de la vallée de la Vanne, sur la commune de Flacy (Bodu, Thomas, rapports PCR PSA, 2003-2004). À Gron, Nelly Connet fouille un gisement dans le cadre de fouilles programmées – précédemment préventives – (Lhomme et alii, 2004). Elle y a découvert une industrie aux caractères typo-technologiques particuliers qui pour certains rappellent l’Aurignacien et qui pour d’autres sont plus difficilement classables (pièce foliacée). Malheureusement, la date obtenue sur l’un des niveaux semble trop récente par rapport à l’attendu (21.000 BP) (fig. 40 et 41). En ce qui concerne Lailly, de récentes prospections réalisées par un amateur local (Henri Cyméris) témoignent de la poursuite du gisement hors de l’emprise de l’autoroute et il n’est pas exclu qu’il soit préservé en stratigraphie, ce qui pourrait nous amener à demander une autorisation de fouille programmée9 (fig. 42). Un autre bénévole, Dovilio Peretto, qui prospecte les plateaux dominant la vallée de l’Yonne au-dessus de Villeneuve-sur-Yonne, a découvert un certain nombre d’indices à caractères aurignaciens qui mériteraient d’être plus amplement étudiés (Les Bordes ; Peretto et alii, 1995). À Flacy, dans la vallée de la Vanne, les recherches menées par un autre archéologue amateur, Jérémie Thomas, ont permis de localiser un gisement aurignacien en surface de labours. La présence en nombre de burins carénés (busqués) permet d’attribuer ce gisement à une phase récente de l’Aurignacien. En l’état, seuls des ramassages ont été réalisés sur ce site qui mériterait vraiment des opérations de terrain plus ambitieuses. Cette série abondante fait actuellement (avril 2007) l’objet d’une étude par une étudiante inscrite au DESS d’archéologie de Dijon, Christelle Mougin (fig. 43 et 44).

Fig. 40. Gron (Yonne), ‘Chemin de l’Évangile’. Vue du chantier en 2004, vers le nord. Élargissement du secteur sud au premier plan (d’après Connet, 2004).

Fig. 41. Gron (Yonne), ‘Chemin de l’Évangile’. Reconstitution d’une pièce foliacée cassée en trois fragments au façonnage (B12 no 76, B12 no 75 et B 12 no 70) (d’après Connet, 2003).

Fig. 42. Lailly (Yonne). Grattoirs carénés (d’après P. Bodu).

15Beaucoup plus anciennement, Augusta Hure faisait état de découverte de sites aurignaciens dans la région de Sens (Malay-le-Petit), mais c’était à l’époque où l’Aurignacien englobait également le Gravettien et nos différents contrôles des séries Hure déposées au musée de Sens (Soriano, 2001) ont bien montré qu’il s’agissait la plupart du temps de Gravettien au sens large. Que dire du site de Cézy découvert lors de la construction de la rocade de Joigny ? Les rares pièces recueillies ne nous permettent malheureusement pas d’être très précis sur leur appartenance culturelle même si cela s’inscrit au sein du Paléolithique supérieur ancien.

16Intermédiaire entre les gisements du nord de la Bourgogne et ceux du sud, le site de Marigny (Sauvigny-les-Bois) au sud-est de Nevers, récemment fouillé par Nelly Connet, présente une industrie où les grattoirs carénés évoquent un Aurignacien, attribution chronologique qui peut être confirmée par l’observation de la présence de fentes de gel et de silex gélifractés.

17Période bien représentée dans le nord de la région, l’Aurignacien semble tout aussi bien identifié dans le sud, des occupations aurignaciennes de Solutré aux implantations synchrones des monts du Châlonnais (Saint-Martin-sous-Montaigu). Les reprises de travaux à la grotte de Germolles (Verpillière) et dans ses alentours par Harald Floss et son équipe en 2006 ont également permis de rappeler le fort potentiel de cet endroit en gisements aurignaciens. Nous renvoyons pour plus de détails au texte d’Harald Floss.

6.2.1.4. Le Gravettien

  • 10 En février 2007, nous avons identifié en Seine-et-Marne (Ormesson, région de Nemours), un gisement (...)

18Le Gravettien, bien représenté à la Grotte du Renne à Arcy-sur-Cure (Couche IV, V et VI), a donc été anciennement identifié dans le Sénonais sans être véritablement nommé. Depuis quelques années, des travaux réalisés dans le cadre des Universités de Paris I et de Paris X s’attachent à mieux décrire les caractères typo-technologiques des industries d’Arcy-sur-Cure (Mevel, 2002 ; Klaric, 2003). Les fouilles de Dominique Baffier et Michel Girard dans la Grande Grotte à Arcy ont permis de recueillir une petite quantité de matériel lithique (essentiellement des fragments de lames) que l’on a attribué au Gravettien, ce qui cadre relativement bien avec les dates obtenues sur les peintures ou le mobilier organique trouvé lors des sondages (entre 28.000 et 26.000 BP). Cela pose évidemment la question de la relation éventuelle entre les occupants de la Grande Grotte et ceux de la Grotte du Renne ou du Trilobite, où les niveaux gravettiens étaient bien représentés. Au sein du PCR et de ses rapports annuels, certains d’entre nous ont entamé une relecture des séries recueillies par Augusta Hure qui sont déposées au musée de Sens (Klaric in Bodu et alii, 2001 ; Soriano in Bodu et alii, 2001). Dans les années 90, Nelly Connet et Vincent Lhomme ont fouillé et étudié un gisement gravettien particulier à becs robustes sur la commune de Chamvres (à proximité de Joigny ; Connet et alii, 1992 ; Connet, Lhomme, 1992). Des deux dates contradictoires obtenues (17.890 ± 280 BP [Lv-1974, sur os de proboscidé] ; 23.170 ± 230 BP [Ly-9094, sur os sp. 3]), il faut vraisemblablement considérer la seconde, qui, selon L. Klaric correspondrait plus à une fourchette chronologique large du faciès gravettien à burins du Raysse. La présence de ces différents indices mais plus encore la grande quantité de sites gravettiens découverts et fouillés dans la vallée du Loing (Cheynier, 1963), laissaient cependant envisager que l’occupation gravettienne du Bassin parisien et en particulier du nord de la Bourgogne était insuffisamment documentée (Klaric, 2002). Dès lors, depuis le début de notre recherche, nous traquons les témoins potentiellement relatifs au Gravettien et il est vrai que les travaux des bénévoles nous sont d’un grand secours pour cela. Même si à l’heure actuelle, nous sommes toujours à la recherche d’un gisement gravettien susceptible de nous apporter des informations d’ordre chronostratigraphique, nos connaissances évoluent au gré des ramassages de surface10. Il en est ainsi du site de Flacy (Bodu, Thomas, in Bodu, Soriano dir., 2003 ; Bodu et alii, in Bodu et alii dir., 2004), qui outre de forts indices aurignaciens, aurait livré des pièces d’allure gravettienne et notamment les fameux becs de Chamvres si particuliers. Ce gisement a livré au jeune prospecteur Jérémie Thomas deux locus dont l’un semble mieux préservé et nous n’excluons pas d’intervenir sous forme de sondages afin de documenter l’état de conservation du gisement et la présence éventuelle d’une stratigraphie. Au nord de la Nièvre, à Chevroches, près de Clamecy, Martine François a découvert un site gravettien, malheureusement très mal conservé, mais dont le matériel a fait l’objet d’une étude universitaire (Châlon, 2003). Cette recherche permet pour le moins de rajouter un point fiable sur la carte des gisements gravettiens de Bourgogne.

Fig. 43. Flacy (Yonne). 1. Burin caréné ; 2 et 4. burins busqués ; 3. grattoir caréné ; 5. bec type Chamvres (d’après Mougin, Bodu).

Fig. 44. Flacy (Yonne). 1 à 5. Burins busqués, les nos 3 à 5 avec coche d’arrêt (d’après Mougin, Bodu).

6.2.1.5. Le Solutréen

  • 11 Le gisement de Saint-Sulpice de Favières (Solutréen moyen) dans l’Essonne, fouillé par Béatrice Sch (...)

19À l’importance relative des gisements gravettiens du Bassin parisien fait écho une présence solutréenne très discrète. C’est cependant en Bourgogne que les indices sont les plus nombreux en particulier à Solutré11. En ce qui concerne la Bourgogne du Nord, de rares témoins sont identifiés encore une fois à Arcy-sur-Cure où seule la couche 4 de la Grotte du Trilobite, fouillée anciennement, a livré une industrie à pointes à face plane dominantes et rattachée par Béatrice Schmider au Proto-Solutréen (Schmider, 1990 et 1995). À la suite de récoltes de matériel lithique effectuées par Mme Brisedou sur la commune de La Celle-St-Cyr, des sondages ont été réalisés par Nelly Connet et Vincent Lhomme en 1993 (Connet, Lhomme, 1993). Le Solutréen n’avait pas pu être identifié à cette occasion. C’est en reprenant une étude sur le matériel provenant de surface, que nous avons pu isoler cette composante solutréenne du reste du matériel lithique, vraisemblablement magdalénien. L’une d’entre nous, Caroline Renard, doctorante à l’Université de Paris X, a réalisé un mémoire de DEA sur cette série qui a fait l’objet d’un article (Renard, 2002). Il s’agirait d’un Solutréen ancien à pointes à face plane avec un schéma opératoire de production de lame original qui pourrait trouver des équivalents à Arcy-sur-Cure et plus loin encore en Dordogne, à Laugerie-Haute. Malgré ces quelques indices, qui montrent cependant que le territoire bourguignon n’a pas été totalement délaissé au moment des plus grands froids du Pléistocène supérieur, le Solutréen demeure très faiblement représenté, ce qui nous demandera sans doute d’attacher une importance plus particulière à sa détection. Ce point a été abordé en 2007, lors de la table ronde organisée par Thierry Aubry et ses collègues sur le Solutréen.

20Signalons enfin la redécouverte récente (2005) du fragment de feuille « solutréenne » du site de Courterolles au musée d’Autun par J.-B. Peyrouse. Cette pièce très patinée est actuellement en cours d’étude. De petite dimension, elle ne permettra cependant pas un diagnostic très détaillé.

6.2.1.6. Badegoulien, Magdalénien ancien et moyen

21Si le Badegoulien et dans une moindre mesure le Magdalénien ancien et moyen sont « relativement » bien connus plus au nord dans la vallée du Loing (Bois des Beauregards ; Cheynier, 1963), il n’en est pas de même pour la Bourgogne du Nord où le nombre de sites attribués à ces débuts du Magdalénien ne dépassait guère l’unité avant la fin des années 2000. Le site le plus fameux rattaché provisoirement au Magdalénien ancien est celui de Thèmes (près de Joigny). Découvert lors de prospections de surface effectuées par un amateur en 1982 (Christian Bodechon), il a fait ensuite l’objet de sondages. Après plusieurs attributions à l’Aurignacien en raison de la présence de grattoirs carénés, cette industrie a fait l’objet d’une étude très poussée de la part de Laurent Brou et Foni Le Brun-Ricalens qui a permis d’orienter plutôt le diagnostic vers le Magdalénien ancien (Brou, Primault, 2002 ; Le Brun-ricalens, Brou, 2003). Une date 14C, 14.340 ± 130 BP (OxA-7342), considérée un peu trop récente par les responsables de l’étude, indique un âge clairement antérieur au Magdalénien final. L’intérêt de ce site est d’une part d’occuper une position chronologique non représentée en Bourgogne du Nord jusqu’à présent, et ce malgré la relative incertitude de la date obtenue, et d’autre part d’avoir livré un matériel osseux qui autorise une analyse faunique et la réalisation de dates supplémentaires. Au début des années 2000, l’étude du matériel lithique provenant de prospections et de fouilles sur le site d’Oisy près de Clamecy a permis d’identifier la présence du Badegoulien dans cette partie septentrionale de la Nièvre (Bodu, Senée, 2001). Des fouilles programmées menées de 2002 à 2008 (Bodu, Debout, 2002 ; Bodu, 2003 ; Bodu, Debout, 2004 ; Bodu, Debout, 2005 ; Bodu, Chehmana, 2006 ; Bodu et alii, 2012) ont porté sur le cœur d’un campement temporaire de chasseurs (en position sommitale abritée des vents d’ouest), dont l’emprise totale est estimée à 600 m². La stratigraphie permet d’isoler quatre horizons archéologiques, correspondant à deux occupations badegouliennes successives (grâce à des pièces lithiques comportant une double retouche, donc réutilisées après un certain temps d’abandon). Elles ont livré un important mobilier lithique (5.000 fragments de silex d’une taille supérieure à 1 cm), associé à de la faune (principalement treize chevaux et neuf rennes, un peu de bison, soit environ 8.000 ossements) et surtout à des éléments de parure (360 coquillages tertiaires), dont les provenances indiquent des circulations sur plus d’une centaine de kilomètres vers le nord du Bassin parisien (Bodu et alii, 2005) (fig. 45). Les Badegouliens d’Oisy ont privilégié des coquilles de taille moyenne, plutôt allongées et perforées par pression intérieure (Dentalium sp., Bayania sp., Granulolabium scruposum, etc.). L’importance du nombre de coquilles non travaillées permet d’avancer l’hypothèse d’une réserve de fossiles qui a pu être utilisée dans des travaux de préparation et/ou de réparation de parures, à côté des activités bouchères issues de la chasse. Le travail des matières osseuses, mal conservées, est exclusivement représenté par une cinquantaine de déchets : bases de bois de renne, fragments d’andouillers, éclats sans évidence de débitage, etc. Ce site, dont la date la plus ancienne est de 17.820 ± 120 BP (Lyon-4622 ; SacA-9685), est rattaché à une phase indéterminée du Badegoulien pendant laquelle les raclettes, fossiles directeurs de cette période, côtoient les armatures lithiques, en tout cas pour le sud-ouest de la France. À Oisy, les éclats ont été débités avec des percuteurs en pierre selon des procédés assez diversifiés, sur un mode centripète ou en débitage unipolaire. La découverte de lamelles à dos diversifiées et en grand nombre provenant d’une production sur burin transversal est un résultat inédit, qui permet de réfuter l’idée de l’absence d’armatures lithiques dans le Badegoulien septentrional (Bodu, Chehmana, 2008) (ig. 46). La recherche d’autres gisements badegouliens en Bourgogne nous a amené à nous tourner vers des séries anciennement recueillies dans des karsts de Côte-d’Or : il s’agit de la grotte de Balot et du système de base de corniche du Poron-des-Cuèches (Bodu, Debout, 2005 ; Bodu, Chehmana dir., 2005). Si le matériel du premier site n’a pas été identifié comme Badegoulien (Aurignacien et Paléolithique moyen), celui du second est bien badegoulien. Il partage même certains caractères avec le gisement d’Oisy (production lamellaire, présence de lamelles à dos). La disparition du matériel osseux interdit toute datation supplémentaire, alors qu’il ne semble pas possible, en l’état, de faire dater les quelques éléments d’industrie osseuse conservés au musée de Dijon (fig. 47 et tabl. 3).

Fig. 45. Oisy (Nièvre), Mont-Saint-Aubin. Les gastéropodes et les scaphopodes découverts à Oisy (d’après Bodu, 2007).

22C’est la reprise d’études de matériel dans le cadre de la rénovation des salles de préhistoire du musée d’Avallon qui nous a conduit à réattribuer la petite série lithique découverte dans la Grotte du Cheval à Arcy-sur-Cure par l’abbé Parat et plus tard par André Leroi-Gourhan. Les caractères stylistiques des grandes lames débitées permettent de proposer soit le Magdalénien moyen, soit le Magdalénien final, deux attributions qui sont cohérentes avec les propositions d’André Leroi-Gourhan d’un rattachement de l’art de la Grotte du Cheval au stade IV (Magdalénien moyen ou final). Deux datations vont être tentées sur le matériel osseux provenant des fouilles Parat et déposé au musée d’Avallon afin de mieux préciser encore l’attribution chronologique de cette série. Il sera intéressant alors de comparer les dates ainsi obtenues et l’attribution de l’art pariétal de la Grotte du Cheval, placé plutôt selon D. Bafier et M. Girard dans l’une des périodes anciennes du Paléolithique supérieur (Aurignacien ou Gravettien). Deux articles concernant la Grotte du Cheval (Bodu, Liger, 2008) ont été soumis au début de l’année 2007 pour publication, l’un à la S.P.F., l’autre à la S.S.H.Y. Certains éléments de l’industrie osseuse de la Grotte du Trilobite à Arcy-sur-Cure appartiendraient par ailleurs au Magdalénien moyen (sagaie de Lussac-Angles, Schmider et alii, 1996). Nous envisageons dans peu de temps, toujours dans le cadre de la rénovation des salles de préhistoire du musée d’Avallon, de réétudier l’industrie lithique des niveaux magdaléniens de la Grotte du Trilobite (Pierre Bodu) et d’ores et déjà Jean-Marc Pétillon, post-doctorant à l’UMR 7041, a entamé l’étude de l’industrie osseuse.

Fig. 46. Oisy (Nièvre), Mont-Saint-Aubin. Échantillon des lamelles à dos d’Oisy (d’après Bodu, 2005).

Fig. 47. Oisy (Nièvre), Mont-Saint-Aubin. Un petit amas de silex et d’os brûlé, découvert en B 31 (d’après Bodu, 2004).

Couche

Matériel daté

Dates (réf.)

AMS, 2 Sigma

*

Frag. tibia de renne

16.020 ± 150 BP (Béta-160915)

19.770 à 18.490 BP

*

Frag. bois de renne

13.260 ± 80 BP (Béta-160914)

16.410 à 15.500 BP

*

Frag. fémur de cheval

12.500 ± 120 BP (Béta-160913)

15.560 à 14.120 BP

*

Frag. humérus de cheval

9.030 ± 40 BP (Béta-160916)

10.230 à 10.170 BP

niv. 2

os

8.930 ± 40 BP (Béta-172039)

10.200 à 9.920 BP

niv. 2

os

5.920 ± 40 BP (Béta-172041)

6.800 à 6.660 BP

niv. 4

os

7.550 ± 50 BP (Béta-172040)

8.410 à 8.300 BP. et 8.260 à 8.210 BP

Tabl. 3. Dates 14C du gisement d’Oisy (Nièvre) : âge conventionnel et âge calibré.

23Un travail de dépouillement bibliographique mais aussi d’étude de matériel dans le cadre du PCR sur le Paléolithique supérieur ancien réalisé par l’un d’entre nous (Sylvain Soriano) a permis de poser la question de la présence du Magdalénien moyen en Côte-d’Or (site de Bèze, au nord de Dijon). Dans cette série, l’existence de nucléus lamellaires particuliers (type Orville), habituellement classés dans le Magdalénien moyen, constitue un indice fort quant à l’attribution de l’ensemble lithique (Martin, 1996 ; Soriano, in Bodu et alii dir., 2004 ; Soriano, Lechenet, 2000).

6.2.1.7. Le Magdalénien final et les autres industries du Tardiglaciaire

24La fin du Pléistocène supérieur est illustrée en Bourgogne du Nord par de nombreux gisements. On citera parmi eux le site magdalénien de Marsangy, fouillé et publié par Béatrice Schmider (Schmider dir., 1993), les gisements magdaléniens d’Étigny ‘ Le Brassot’et de Gron, fouillés par Nelly Connet et Vincent Lhomme et qui ont déjà fait l’objet d’études universitaires et d’articles (Soula, 2000 ; Al-Hamar, 2006 ; Lhomme et alii, 2004). Sylvain Soriano est intervenu en 1995 sur le site de Villiers-Louis (‘Fond de la Justice’, vallée de la Vanne) sous la forme de quelques sondages. C’est une attribution au Magdalénien qui est proposée pour cette série technologiquement particulière (Soriano, rapports d’opération inédits ; Soriano, 1997). Non loin de Villiers-Louis, le gisement du bois de l’Hôtel-Dieu près de Sens, fouillé par Henri Carré, a été l’objet d’une étude de la part de Sylvain Soriano. Il s’intègre dans le groupe des gisements magdaléniens à pointes à dos, classiques des fonds de vallée du Sénonais. En 1994, Boris Valentin et moi-même avons réalisé une fouille dans la grotte de la Marmotte à St-Moré. Il nous a été donné à cette occasion de confirmer le diagnostic culturel proposé par l’abbé Parat, à savoir le Magdalénien final. C’est également du Magdalénien final que Boris Valentin a identifié dans l’abri du Lagopède à Arcy, fouillé par l’équipe du Pr. Leroi-Gourhan (Schmider et alii, 1996).

25Des prospections réalisées par Dovilio Peretto dans la vallée de l’Yonne ont livré des témoins d’occupation magdalénienne sur la commune de Saint-Julien-du-Sault. C’est sur la même commune que Micheline Brisedou a découvert une industrie lithique que l’on peut prudemment rapporter au Belloisien (fin du Tardiglaciaire). Dans la vallée de la Vanne d’autres indices belloisiens auraient été mis en évidence lors de ramassages de surface réalisés par Daniel Butho-Ruffier sur la commune de Chigy. À Lailly, Jérémie Thomas a, semble-t-il, collecté des grandes lames qui rappellent également le Belloisien. Ces séries sont étudiées par Christelle Mougin, étudiante au DESS d’archéologie de Dijon en 2007. Une série de Sainte-Colombe-lès-Sens, recueillie par Augusta Hure et déposée au musée de Sens, pose la question de la présence de ce type d’industrie tardiglaciaire à proximité immédiate de Sens. Certaines pièces de la collection Huchet, récoltée à Saint-Privé dans l’Yonne, pourraient également être attribuées au Belloisien mais cela demande confirmation. Dans différentes séries lithiques de surface, les objets caractéristiques de l’Azilien, pointes et couteaux à dos, ne sont pas absents mais la plupart du temps, ils apparaissent sous forme isolée sans que de véritables concentrations de pièces soient identifiées (collection Peretto, Butho-Ruffier, Cyméris, Thomas, etc. ; Peretto, Thévenin, 1995). Il reste à l’évidence un gros travail de cartographie de ces indices légers à faire, travail qui ne devra pas faire l’économie d’une rediscussion des sources en particulier des attributions chronologiques des pointes à dos, fossiles directeurs les plus fréquemment utilisés pour cela.

6.2.2. Courte synthèse sur le Paléolithique supérieur de la Bourgogne septentrionale

26La continuité de l’occupation du Paléolithique supérieur semble donc être attestée en Bourgogne du Nord mais avec des variations selon les grandes périodes. Si l’Aurignacien et le Gravettien sont bien représentés dans des sites d’abri et de plein air, le Solutréen reste encore discret. Le Badegoulien, les phases anciennes et moyennes du Magdalénien sont sous-représentés également mais on peut compter sur un renouveau des recherches sur cette vaste période, renouveau qui a pour origine la fouille du gisement d’Oisy. À ce titre les dix dernières années ont contribué efficacement à une meilleure connaissance de ces faciès en Bourgogne du Nord. Le Paléolithique supérieur final a bénéficié de nombreuses fouilles, aidées de quelques découvertes de surface. Le Magdalénien y est bien représenté, l’Azilien est particulièrement absent et il semblerait que le Belloisien soit fréquent, mais cela demande à être confirmé par la fouille d’un site où les datations seraient possibles. Actuellement c’est la vallée de la Vanne avec ses affleurements de silex qui semble la plus appropriée pour une recherche concernant le Belloisien. À la suite des travaux de Christelle Mougin au printemps et à l’été 2007 (DESS de Dijon), des décisions seront éventuellement à prendre quant à des enquêtes approfondies à mener sur ces gisements.

27En terme de bilan, on peut remarquer que ces dix dernières années, un effort a porté sur l’identification du contexte chronostratigraphique des gisements du Paléolithique supérieur de la vallée de l’Yonne (Lhomme et alii, 2004), sur une meilleure prise en compte des découvertes de surface (PCR Paléolithique supérieur ancien du centre et du sud du Bassin parisien), sur l’étude et la publication des séries anciennement recueillies à Arcy-sur-Cure (quatre travaux universitaires, une monographie, des études de cas). La structure du PCR, bien que rattachée administrativement à l’Île-de-France, nous a permis d’élaborer des états des lieux de la recherche sur le Paléolithique supérieur en Bourgogne et ce faisant, d’orienter les futures études. C’est dans ce cadre qu’a été rouvert le gisement d’Oisy et que nous envisageons d’entamer ou de reprendre certaines autres fouilles (Lailly, Flacy). La fin du PCR concernant le Paléolithique supérieur ancien en 2005 ne devrait pas poser de problème, alors que cette recherche constitue un des programmes majeurs de l’Équipe d’Ethnologie préhistorique de Nanterre (UMR 7041) sous la direction de Pierre Bodu.

6.2.3. L’art du Paléolithique supérieur en Bourgogne septentrionale : les grottes d’Arcy-sur-Cure (d’après D. Baffier et M. Girard)

28Les opérations programmées concernant le Paléolithique ont également redémarré au début des années quatre-vingt-dix avec les recherches de M. Girard et D. Baffier dans la Grande Grotte d’Arcy-sur-Cure (Yonne), suite à la découverte des peintures pariétales en 1990.

29Le site d’Arcy-sur-Cure compte une quinzaine de cavernes, habitées par les hommes préhistoriques qui y laissèrent de très nombreux vestiges. Les occupations humaines couvrent une longue période chronologique qui s’étend sur environ 300.000 ans, mais les principaux habitats concernent essentiellement le Paléolithique moyen et supérieur. Deux grottes ornées, la Grotte du Cheval et la Grande Grotte, viennent compléter cet ensemble exceptionnel.

30Les premières fouilles furent effectuées dès le début du xixe siècle, mais les travaux véritablement scientifiques n’ont commencé qu’à la fin de ce siècle avec l’abbé Parat, puis dès 1946 avec A. Leroi-Gourhan, date de la découverte de la Grotte du Cheval, première grotte ornée reconnue au nord de la Loire, Ces travaux cesseront en 1964 avec le début des recherches sur le site de Pincevent (Seine-et-Marne).

31À partir de 1991, de nouvelles recherches sont entreprises (D. Baffier et M. Girard) dans la Grande Grotte, dans laquelle des peintures paléolithiques ont été identifiées, et dans la Grotte du Cheval.

6.2.3.1. La Grotte du Cheval

32La Grotte du Cheval est une petite cavité basse, d’accès difficile, qui se développe sur une centaine de mètres de long. Les raclages et les gravures débutent à soixante-dix mètres de l’entrée.

33La décoration comprend des raclages, des tracés digitaux et des gravures, effectués aux doigts ou à l’aide d’outils, dans l’argile d’altération brune qui recouvre le calcaire blanc. Les reliefs naturels sont abondamment utilisés dans le rendu des détails corporels ou l’animation des figures. Cette symbiose entre tracés anthropiques et éléments naturels affirme le rôle prédominant de la caverne dans la création graphique et la mise en place des compositions.

Les thèmes

34Reprise par D. Baffier et M. Girard dès 1995, l’étude de la grotte a permis l’identification de dix nouvelles figures gravées ou raclées (mammouth en relief naturel, signes raclés organisés, signe barbelé, tracés digitaux) auxquelles s’ajoute une grande ligne courbe peinte à l’ocre. Dominé par le mammouth (huit figurations), le bestiaire comprend également quatre cervidés, trois bisons et un cheval, des figures indéterminées et des contours inachevés. Ces animaux sont soit figurés entiers, soit réduits à la figuration céphalique (deux mammouths, deux bisons, deux cervidés) ou à une simple ligne cervico-dorsale (un mammouth et un bison). Les détails anatomiques sont fréquents et l’animation souvent exprimée. Les signes sont nombreux : tracés digitaux parallèles, empreintes de doigts, signes raclés organisés, signes barbelés, ramifiés ou en grille. Deux triangles pubiens avec indication du sillon vulvaire ont été gravés sur des pendants rocheux calcités.

Datation

35Comme il arrive fréquemment, les gravures de la Grotte du Cheval ne sont pas associées à un matériel archéologique spécifique d’une culture. Quelques grandes lames atypiques sont, avec une petite lampe en calcaire gréseux, les seuls vestiges paléolithiques retrouvés. L’estimation chronologique des gravures a donc été effectuée en fonction du style graphique. La localisation des gravures en zone profonde, les représentations animales détaillées et animées évoquent un art abouti que l’on pensait, à l’époque, caractériser les phases récentes du Paléolithique supérieur. Le cheval gravé dans l’extrême fond de la cavité comporte en outre des détails anatomiques tels qu’un double trait d’épaule et une ligne ventrale en M, considérés comme caractéristiques de l’art magdalénien. Ces éléments ont conduit André Leroi-Gourhan à attribuer la décoration de la Grotte du Cheval au Magdalénien moyen (style IV ancien). La découverte de la grotte Chauvet, dont les dessins d’une grande perfection ont été datés de 32 à 30.000 ans BP, a invalidé le classement chrono-stylistique proposé par A. Leroi-Gourhan, classement qui supposait l’évolution linéaire, régulièrement ascendante, de la création artistique des hommes du Paléolithique. Par ailleurs, le rendu de certains détails comme le double trait d’épaule et le modelé en M ventral qui existent déjà à l’Aurignacien, ne peuvent plus être considérés comme caractéristiques d’une culture donnée. L’iconographie de la Grotte du Cheval, comparable à celle du sanctuaire aurignaco-gravettien de la Grande Grotte, tendrait à attribuer son art pariétal à l’une des périodes anciennes du Paléolithique supérieur.

6.2.3.2. La Grande Grotte

36La Grande Grotte est une vaste cavité de plus de 500 m de développement. Sa forme générale peut être comparée à celle d’un diapason dont la branche orientale, encore active, est occupée par un plan d’eau, tandis que la branche occidentale, fossile, conserve les œuvres pariétales. Visitée depuis plus de quatre siècles pour la beauté de ses concrétions, ses parois et ses plafonds ont été progressivement salis par les graffitis et les fumées des éclairages. En 1978, un nettoyage à l’eau chlorée sous pression arracha une grande partie des revêtements carbonates superficiels, laissant la roche à nu dans plusieurs salles. En 1990, la découverte d’un bouquetin peint en noir sur le plafond de la salle des Vagues fut le point de départ de l’étude scientifique de la cavité. Réalisé dès 1991, le bilan montra que 80 % environ des surfaces peintes furent détruites. Les œuvres conservées ont été protégées par la calcite épaisse qui a résisté au jet d’eau, mais ce concrétionnement rend difficile la lecture et l’identification des représentations. Cet état de conservation nous a conduit à utiliser des méthodes de recherche dont l’une d’elles est mise en œuvre pour la première fois dans une grotte ornée.

Techniques d’étude

37Un enregistrement photographique systématique aux infrarouges a été entrepris dans les salles où des peintures ont été repérées. Associés au traitement informatisé des images, ces clichés ont permis d’identifier les figures mais la lecture insuffisante de certaines d’entre elles n’en permettait pas l’étude. Un amincissement du dépôt superficiel de calcite a donc été mis en œuvre, admis par la structure même du concrétionnement qui est constitué par deux couches non solidaires. Cette intervention est conduite depuis 1997 par Eudald Guillamet, restaurateur de peintures murales. Ce travail, qui s’apparente à une fouille verticale des parois, a donné des résultats spectaculaires puisqu’il a permis la découverte de nombreuses figurations. Toujours protégées par la calcite jaune ancienne et par la calcite blanche devenue translucide, les peintures apparaissent dans un état de fraîcheur exceptionnel et leur analyse précise peut être effectuée : restitution des gestes du peintre, reprises et repentirs, chronologie relative des tracés, mise en évidence d’un style graphique original propre à la Grande Grotte pour le tracé des mammouths (fig. 48).

Fig. 48. Arcy-sur-Cure (Yonne), Grande Grotte. Amincissement de la calcite par E. Guillamet (photo D. Baffier).

Fig. 49. Arcy-sur-Cure (Yonne), Grande Grotte, salle des Noyaux de Cerises. Grand mammouth en cours de dégagement ; la calcite, épaisse, n’a pas été retirée à l’intérieur du corps (photo D. Baffier).

L’art pariétal

38La majorité des œuvres pariétales se situent dans la salle des Vagues. L’observation de son plafond a permis de mettre en évidence des phases successives de fréquentation qui se superposent. La phase la plus ancienne correspond à des raclages profonds. Extrêmement frustes, ils ne sont jamais figuratifs et s’organisent en paquets de lignes parallèles ou forment des faisceaux plus ou moins convergents. La deuxième phase comprend des gravures profondes, qui se surimposent parfois aux raclages. Le seul ensemble figuratif consiste en deux mammouths superposés, de taille inégale, qui partagent le même tracé pour la tête, la trompe et la défense. La phase suivante est celle des peintures, essentiellement rouges. Le tracé cervico-dorsal de certaines d’entre elles a été repris par un trait régulier de peinture noire, ce qui implique un décalage chronologique relatif, toutefois difficile à préciser. Enfin, des peintures noires s’intercalent dans les espaces laissés libres par les représentations rouges, comme le salmonidé vertical qui se loge entre la trompe et le poitrail d’un grand mammouth rouge. Les reliefs naturels sont fréquemment utilisés. Rarement superposées, les figures sont réalisées en tracé linéaire. Le graphisme est synthétique et tend vers le schématisme et la simplification. Les pattes ne sont représentées qu’une par paire, généralement en colonne avec la base ouverte et les détails anatomiques internes sont généralement absents. L’animation reste discrète et segmentaire (fig. 49).

Les thèmes

39Nos recherches ont permis de redonner vie au plus important sanctuaire actuellement connu en France septentrionale. Les représentations y sont en effet beaucoup plus nombreuses qu’il paraissait au moment de la découverte. Plus de 140 unités graphiques ont actuellement été isolées, mais ce nombre évolue chaque année, car l’amincissement de la calcite révèle de nouvelles représentations. Quelques années avant la découverte de la grotte Chauvet, la Grande Grotte démontrait l’existence d’assemblages d’espèces qui diffèrent de ceux qui étaient connus jusqu’alors dans les sanctuaires paléolithiques. Ici, le cheval n’est représenté qu’à deux exemplaires et il n’existe qu’un seul bison, acéphale. Plus de 65 % des animaux appartiennent à des espèces dangereuses : les mammouths qui dominent (+ de 50 %) sont accompagnés par des rhinocéros, des ours et un félin. D’autres espèces dont la figuration est considérée comme exceptionnelle s’y retrouvent également : mégacéros bichrome, oiseaux peints en rouge (un rapace en vol et un oiseau picorant) et poissons peints en noir (trois salmonidés et un brochet), auxquels s’ajoutent, plus classiquement, un bouquetin et des cervidés. Les signes sont variés et nombreux : ponctuations digitées alignées ou groupées, bâtonnets, barbelé ou signes plus complexes (volutes et signe trapézoïdal à expansions latérales, etc.). Sept empreintes de mains négatives d’adulte et d’enfant, aux doigts complets, une autre aux doigts incomplets, une main positive, des représentations vulvaires et trois figures anthropomorphes complètent cet inventaire.

Le sol archéologique

40La Grande Grotte a servi de lieu d’hibernation pour les ours des cavernes dont les restes se trouvent plus ou moins mêlés aux vestiges anthropiques.

41Le sol de fréquentation préhistorique de la Grande Grotte est conservé sous deux dépôts distincts, archéologiquement stériles : l’actuel plancher stalagmitique épais de 5 à 10 cm et un dépôt de laminites calcaires d’origine biodétritique de 20 cm d’épaisseur environ. Le sol archéologique brun, grenu, qui mesure quelques centimètres, repose sur un plancher stalagmitique ancien. Dans les sondages ouverts à proximité des parois peintes, les vestiges, bien conservés, sont liés de toute évidence à l’éclairage et à la décoration des parois et se mêlent aux restes osseux d’ours des cavernes. Les témoins d’éclairage sont nombreux : quatre petits foyers, une structure de rejet charbonneux et quatre lampes à graisse constituées par des fragments de plancher stalagmitique brisés (fig. 50). Des torches, dont les mouchures marquent les parois, ont aussi été utilisées. Des blocs d’ocre jaune, des amas de poudre d’ocre rouge et des gouttes de peintures indiquent que les colorants étaient préparés sur place. Une palette ocrée en calcaire in, des fragments de concrétions ayant servi de broyeurs, deux ossements d’ours dont une des extrémités était enduite d’une pâte ocrée, témoignent de la fabrication sur place des peintures. À l’exception de quelques lames et éclats de silex, le matériel utilisé par l’homme préhistorique est un outillage de fortune récupéré dans la grotte, ce qui témoigne de la grande adaptabilité de l’homme au milieu souterrain. Une pendeloque façonnée sur ivoire de mammouth et perforée a également été retrouvée dans le bourrelet d’une bauge à ours.

Datation

42Aucune datation directe des peintures noires n’a pu être obtenue, les restes charbonneux étant insuffisants. Toutefois, les fragments osseux brûlés et les foyers ont permis d’obtenir une dizaine de dates qui s’étagent de 28.000 à 24.500 BP environ (tous les foyers sont datés de 28.000 BP). Effectuées par le LRMF (M. Menu), les analyses des colorants prélevés sur les parois et retrouvés au sol à proximité immédiate des foyers ont montré la parfaite identité de ces pigments. La nature des vestiges archéologiques, le voisinage des colorants et des foyers et leurs relations avec les parois peintes permettent ainsi d’étendre la datation des charbons au sol à celle des peintures.

Fig. 50. Arcy-sur-Cure (Yonne), Grande Grotte. Lampe O 97-9, formée d’une concrétion creuse, posée sur le sol préhistorique près d’un foyer, au début de la salle des Vagues (d’après Baffier, 2000).

  • 12 L’opération de relevé d’art rupestre se poursuit encore en 2015.

43La Grande Grotte, rare grotte ornée située au nord de la Loire, présente donc un intérêt artistique et archéologique évident. Les dates obtenues sur les vestiges permettent de situer sa fréquentation de la fin de l’Aurignacien au Gravettien, cultures bien représentées dans les habitats voisins, et en font un des sanctuaires paléolithiques les plus anciens actuellement connus. Son appartenance culturelle ainsi que ses thèmes iconographiques, comparables à ceux de la grotte Chauvet, permettent d’établir des liens avec les sites de la vallée du Rhône, grande voie de circulation, ce qui avait déjà été pressenti par l’analyse des vestiges lithiques (B. Schmider) provenant des fouilles anciennes (A. Leroi-Gourhan). Ce sanctuaire devient donc primordial pour la connaissance des groupes humains du début du Paléolithique supérieur de la France du Nord12.

44Les grottes d’Arcy-sur-Cure ont également fait l’objet d’explorations spéléologiques et d’études ponctuelles par l’association CORA (J.-C. Liger). Les résultats concernent cependant principalement la Protohistoire. Un hasard a fait resurgir un texte signalant la reproduction des gravures de la Grotte du Cheval dans la Grande Grotte d’Arcy. L’association a saisi cette opportunité pour faire connaître ces gravures, jusqu’alors uniquement signalées dans un rapport de fouilles des recherches menées dans la Grande Grotte, en proposant au propriétaire d’inclure ces gravures dans la « visite archéologique » des grottes d’Arcy. Ce qui a été accepté et réalisé. L’étude des lieux a permis de découvrir d’autres gravures restées inconnues et, grâce au travail d’un de nos collègues du CNRS (Philippe Soulier), de comprendre pourquoi et comment André Leroi-Gourhan a reproduit les gravures de la Grotte du Cheval dans la cavité visitée par les touristes.

6.3. LA BOURGOGNE MÉRIDIONALE (SAÔNE-ET-LOIRE) (H. Floss)

6.3.1. Le Paléolithique supérieur à Solutré

45Solutré constitue toujours le site paléolithique supérieur phare du sud de la Bourgogne. Ces dernières années, les activités de terrain étaient plutôt de moindre importance, malgré l’existence de quelques sondages et de fouilles sur de petites surfaces dus à l’aménagement du site (Hofman, Montet-White, 1998 ; Connet et alii, 2005). Cependant les analyses du matériel archéologique des fouilles anciennes, notamment les études archéozoologiques de la faune Pléistocène supérieur, extrêmement abondante (Olsen, 1995), jouent de plus en plus un rôle fort important. Notons l’étude extraordinaire de la faune magdalénienne des secteurs P 16 et I 11 (Turner, 1996, 1999, 2002). À signaler également que, sous la direction de S. A. de Beaune, ces dernières années plusieurs travaux historiographiques et muséographiques ont été rédigés, notamment sur l’historique des recherches à Solutré (Reix, 2006), sur les collections du site de Verchizeuil conservées au musée départemental de Solutré (Wautelet, 2006) et sur la collection Pierre Ayroles (Philippe, 2006). Le musée de Solutré a été, pendant ces dernières années, visité par plusieurs autres chercheurs et étudiants pour une étude du matériel archéologique. Citons les exemples de H. Delhoofs (Université d’Artois) qui a effectué une recherche sur la typologie morpho-chronologique de l’industrie lithique et de D. Hootele (Bruxelles) qui a effectué une analyse sur les matières premières lithiques. Mais nous ignorons si ces études ont abouti à des publications. Notons aussi la parution de plusieurs volumes pour une meilleure vulgarisation touristique du site, notamment un livret-guide en langue allemande (Floss, 1997d) rédigé sur la base de la version française de G. Lagardère et d’un article dans Archäologie in Deutschland (Floss, 2003b), l’équivalent d’Archéologia en France.

46Une autre grande étape dans le cadre de l’étude du site de Solutré fut la parution de la monographie Solutré 1968-1998 éditée par Jean Combier et Anta Montet-White (2002). L’objectif principal de ce volume a été de présenter un résumé de la totalité des travaux effectués sur le site sur une période de 30 ans entre 1968 et 1998. Après une esquisse générale de l’historique des recherches, Jean Combier résume les résultats de fouilles qui ont été menées sous sa responsabilité à partir de 1968 et de celles de 1997/98 sous la direction de A. Montet-White, ces dernières étant particulièrement importantes pour l’occupation aurignacienne du site. Au chapitre suivant, l’analyse stratigraphique se focalise sur la coupe impressionnante de 1987 qui a mis en évidence la superposition stratigraphique d’un niveau gravettien et de plusieurs niveaux datant du Solutréen et du Magdalénien. Un autre point fort de la publication rédigé par J. Combier et J. Hofman est consacré au fameux « magma de cheval » du secteur J 10. L’orientation identique du matériel osseux, de même que l’absence de traces anthropiques sur les ossements plaident en faveur d’une accumulation naturelle des os dans ce secteur. Des déplacements post-dépositionnels du matériel osseux ont été également mis en évidence pour la faune des secteurs magdaléniens N 16 et P 16 étudiés par E. Turner. Une autre contribution de la publication rédigée par J. Combier, Y. Pautrat et D. C. Pugh concerne les alentours de la roche de Solutré et notamment le site moustérien de Solutré bourg, ‘Cave Denuziller’, qui représente un aspect peu réjouissant et même scandaleux de l’historique des recherches du Paléolithique en Bourgogne du Sud. Ce site fort important, d’affinité charentienne, a été largement détruit par le creusement d’une cave viticole et le matériel archéologique s’est retrouvé en bonne partie sur la décharge municipale du village. La faune chassée est dominée par le Renne et le Cheval, comme en témoignent des traces de décarnisation (contribution J. M. Blackmar). Quant au gisement classique de Solutré, plusieurs contributions de la publication sont consacrées à des études de la sédimentologie (B. Kervazo, St. Konik, F. Sellami). Ces analyses soulignent l’importance des facteurs de la solifluxion et, en général, de l’existence de déplacements post-dépositionnels des diverses catégories du matériel archéologique, un aspect qui est renforcé par la pauvreté et la mauvaise préservation des vestiges végétaux (pollens) (contribution J. Argant). L’analyse de la microfaune a permis à M. Jeannet d’effectuer une reconstitution environnementale pour les différentes phases d’occupation du site. En ce qui concerne les datations radiométriques, deux datations autour de 34.000 BP soulignent l’ancienneté de l’Aurignacien ancien de Solutré, datations quasiment identiques à quelques-unes de celles obtenues pour les niveaux châtelperroniens VIII à X de la Grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.

47La troisième partie du volume est consacrée à l’étude du matériel archéologique strictu sensu. L’analyse archéozoologique des secteurs magdaléniens I 11 et P 16 par E. Turner y occupe une grande importance. L’analyse nous livre des résultats sur l’occupation saisonnière du site (surtout printemps et automne). Comme attendu, le Cheval est dominant dans la faune chassée, à l’exception du Solutréen où domine le Renne. En raison de la grande disponibilité du gibier, des traces anthropiques sur les ossements s’observent plutôt rarement. Du reste, l’analyse de la faune par E. Turner confirme l’interprétation du site, considéré depuis longtemps déjà comme un site de chasse et de boucherie. En ce qui concerne les analyses de l’industrie lithique, les études techno-typologiques (A. Montet-White) et tracéologiques (W. Banks) souffrent un peu du nombre restreint de pièces étudiées. On aurait souhaité une analyse plus exhaustive permettant davantage l’identification de la fonction des différentes parties du site et des diverses activités qui y ont été effectuées. La dernière partie de la publication est finalement consacrée à l’art mobilier (J. Combier).

6.3.2. Le Paléolithique supérieur en Côte chalonnaise

48Pour une vue générale de la Côte chalonnaise, il faut tout d’abord citer la parution de la monographie Le Chalonnais préhistorique par Odette et André-Charles Gros, parue dans les collections du musée de Chalon-sur-Saône (2005). La publication résume les résultats de 30 ans de recherches, notamment de prospections effectuées dans les alentours de Chalon-sur-Saône. Pour le Paléolithique supérieur, les sites en grotte de Germolles, la Verpillière et Culles-les-Roches et le site de plein air aurignacien et gravettien de Saint-Martin-sous-Montaigu y jouent un rôle particulièrement prépondérant. À notre avis, la publication de O. et A.-C. Gros est un exemple clé montrant que les travaux « d’archéologues amateurs » peuvent se révéler extrêmement fructueux. En Côte chalonnaise, mentionnons encore les travaux d’autres chercheurs amateurs, notamment de J.-N. Blanchot (Farges-lès-Chalon) et du Dr. Sikner (Fontaines), qui ont donné des résultats fort intéressants (voir ci-dessous).

6.3.3. Le Paléolithique supérieur en Bourgogne méridionale de l’Aurignacien au Paléolithique final

6.3.3.1. L’Aurignacien

49Pour l’Aurignacien, le site de Solutré est à nouveau celui qui a permis d’enrichir nos connaissances, à la suite des activités de terrain qui y ont été menées ces dernières années (fig. 51).

50À l’occasion d’un diagnostic dans le cadre du projet d’aménagement du parc archéologique aux abords de la roche de Solutré, en 2004, un ensemble stratifié rapporté à l’Aurignacien fut mis au jour. La surface conservée du site dans l’emprise des travaux est de 15 m2 et comprend deux couches d’une épaisseur totale de 50 à 80 cm, particulièrement riches en vestiges fauniques. Les informations de cette opération sur l’Aurignacien complètent celles de la fouille Combier et Montet-White en 1998 (M 12) qui se situe à quelques mètres plus au nord. Le site est interprété comme une occupation hivernale de chasse et de boucherie, consacrée au cheval et au renne. L’accumulation de plus de cinquante herbivores procède de plusieurs fréquentations. La composition de l’assemblage lithique et les datations déjà effectuées rapportent l’ensemble à l’Aurignacien ancien, aux alentours de 33.000 - 34.000 BP. La découverte d’objets de parure est tout à fait exceptionnelle à Solutré (fig. 52). Les deux perles en ivoire mises au jour dans la couche 2 se placent dans la lignée des traditions nordiques et sud-ouest européennes, plaçant l’Aurignacien de Solutré au cœur de plusieurs groupes d’influences (Connet et alii, 2005, notice scientifique, légèrement modifiée). Le troisième objet de parure, une incisive de marmotte encochée, ne connaît, dans la phase de transition entre Paléolithique moyen et Paléolithique supérieur, qu’un seul parallèle. Il s’agit d’une pièce des niveaux châtelperroniens de la Grotte du Renne à Arcy-sur-Cure. Cette découverte représente un nouvel exemple de convergence dans les objets de parure de l’Aurignacien et du Châtelperronien (Connet et alii, 2005, p. 115) et soutient d’une façon exemplaire l’idée de contacts et d’influences possibles qui ont pu avoir lieu entre le monde châtelperronien et le monde aurignacien et plus particulièrement entre les sites de Solutré et la Grotte du Renne, hypothèse émise récemment (Floss, 2003a, fig. 2, p. 282 ; voir aussi Floss, 2005) (fig. 53).

Fig. 51. Solutré (Saône-et-Loire), Le Crot du Charnier. Le niveau aurignacien en cours de fouille, en 2004 (photo Y. Pautrat).

6.3.3.2. Germolles, Grotte de la Verpillière

51La grotte de la Verpillière à Germolles (commune de Mellecey) près de Chalon-sur-Saône dispose, elle aussi, d’un grand potentiel pour livrer des contributions intéressantes à la question de la transition entre Paléolithique moyen et Paléolithique supérieur. Cette grotte, découverte en 1868, connaît un historique de recherche long et pas toujours très heureux (Floss, 2003d, 2005b). Elle se situe aux bords de l’Orbize, petit affluent de la Saône (fig. 54).

52Ces dernières années, nous avons commencé l’étude du matériel archéologique des anciennes fouilles dispersé dans plusieurs collections. Quant aux activités de terrain, nous avons effectué, avec l’aide du spéléologue H. Jantschke, un plan détaillé de la grotte. Il s’agit d’un abri sous roche effondré dont la salle principale est formée par la paroi de l’abri et de grands blocs effondrés. Avant nos propres activités, les dernières fouilles importantes ont lieu dans les années 1950 sous la direction de H. Delporte et de J. Combier et J.-P. Thevenot. R. Desbrosse a étudié le matériel micoquien et nous devons également des prospections fructueuses à A.-C. Gros et J.-N. Blanchot. En septembre 2006, nous avons effectué pour la première fois une fouille programmée dans la grotte et à l’entrée afin d’évaluer la présence de sédiments intacts. Le matériel lithique et osseux mis au jour en 2006 a été d’une abondance et d’une variabilité énormes. On note la présence d’éléments lithiques datant du Micoquien faciès Pradnik, du MtA, du Châtelperronien, de l’Aurignacien et du Paléolithique supérieur plus évolué, matériel qui est déjà connu par les anciennes fouilles (Floss, 2003c ; Floss, Beutelspacher, 2005). Nous avons par ailleurs trouvé des éléments d’une industrie osseuse aurignacienne (lissoirs, etc.) qui se prêtent à des datations au 14C. Parmi les autres découvertes figurent de l’ocre travaillée, des éléments de la parure, notamment un anneau fragmenté en ivoire incisé, ainsi que de la faune portant de traces anthropiques. La fouille n’a pas donné de résultats concluants en ce qui concerne la préservation de sédiments intacts. À un seul endroit précis, à quelques mètres au nord de l’entrée de la grotte, nous avons pris note de la présence d’une petite zone non perturbée par les anciennes fouilles. Cette dernière a livré un petit ensemble lithique aux affinités châtelperroniennes. Mais le résultat le plus spectaculaire de la campagne de fouille 2006 a été la découverte d’une grotte complètement inconnue à environ 50 m au sud-est de la grotte connue jusqu’ici. Pour cette nouvelle grotte, nous proposons le nom provisoire de ‘Verpillière II’. Compte tenu de sa découverte trois jours avant la fin de la campagne de fouille, il est encore difficile d’évaluer son potentiel archéologique. D’ores et déjà les premiers éléments lithiques trouvés dans des sédiments remaniés par les blaireaux devant l’entrée permettent clairement une attribution au Paléolithique moyen final et au Paléolithique supérieur ancien. Les fouilles se poursuivent toujours en 2015, dans les deux grottes ; elles sont intégrées à un Projet collectif de recherches (PCR) sur « Le Paléolithique supérieur ancien en Bourgogne méridionale ».

Fig. 52. Solutré (Saône-et-Loire), Le Crot du Charnier. Objets de parure découverts dans la couche 2. a. perle en forme de disque, en ivoire ; b. perle en forme de panier, en ivoire ; c. incisive de marmotte encochée (d’après Connet, 2005).

Fig. 53. Solutré (Saône-et-Loire), Le Crot du Charnier. Industrie lithique de la couche 2. 1. Racloir ; 2-3. lames retouchées ; 4 à 6. lames aurignaciennes (dessins E. Boitard, Inrap, d’après Connet, 2005).

Fig. 54. Mellecey (Saône-et-Loire), Germolles. Plan de la grotte 1 de la Verpillière (d’après Floss, 2003).

53Pendant la campagne de fouille de 2006, l’équipe de Tübingen a également prospecté les alentours de la grotte de la Verpillière, surtout à Mellecey même et à Dracy-le-Fort où sont connus plusieurs sites de surface datant du Paléolithique supérieur et notamment de l’Aurignacien (voir Gros, Gros, 2005).

54Nous avons également prospecté le site de Chenoves ‘Le Champ de Fourches’, site de surface connu depuis longtemps et régulièrement prospecté par J.-N. Blanchot. Ce site a livré un outillage homogène très abondant qui contient notamment de nombreux burins typiques d’un Aurignacien évolué.

55Lors d’une prospection en 2001, J.-N. Blanchot a découvert à Saint-Gengoux-le-National, dans le secteur de ‘La Sachette’, un gîte spécifique lié à l’exploitation du silex. L’ensemble se rapporte au Moustérien type Quina, à l’Aurignacien et au Néolithique. L’industrie appartenant au Paléolithique supérieur est très spectaculaire et a livré plusieurs nucléus à lames de grande taille.

6.3.3.3. Le Gravettien. Azé, camping de Rizerolles

56En Bourgogne du Sud, à l’exception des travaux sur Solutré, pour le Gravettien, la découverte et la fouille du site d’Azé, camping de Rizerolles, représentent sans aucun doute une des grandes nouveautés de la recherche de ces dernières années. Ce site de plein air, situé à 17 km au nord-ouest de Mâcon, au fond de la vallée de la Mouge (affluent de la Saône) à environ 200 m au sud de l’entrée de la grotte de Rizerolles I, est connu pour ses occupations allant du Paléolithique inférieur au Magdalénien (Floss, 1998c, 2000b). Ce gisement a été fouillé durant cinq campagnes (de 1999 à 2005) sous la direction de l’auteur (Floss 2005 ; Floss, Beutelspacher, 2005 ; Digan et alii, 2008). La séquence stratigraphique est d’origine fluviatile. Dans la partie inférieure, les sédiments se composent de graviers de la Mouge, recouverts d’un sédiment hydromorphe argileux contenant le niveau gravettien. On observe une dilatation verticale de l’industrie lithique d’environ 40 cm, qui soulève la question d’éventuels déplacements post-dépositionnels du matériel (fig. 55).

Fig. 55. Azé (Saône-et-Loire), camping de Rizerolles. Coupe est des carrés Q 19 et 20. Le niveau gravettien (brun homogène) est ici peu épais et surplombe le substrat calcaire (photo H. Floss).

57Pour la description du matériel archéologique, nous nous tenons par la suite à l’exposé de Digan et alii (2008). À l’exception de quelques objets non utilitaires et de rares vestiges fauniques (très mal conservés), le matériel archéologique est constitué pour l’essentiel par l’industrie lithique, soit environ 40.000 pièces. Une partie importante du matériel est patinée. Beaucoup de pièces ont subi l’action du gel. Par ailleurs, un certain nombre d’éléments présentent des traces de chauffe (passées rouges, craquelures, etc.).

58Les matières premières lithiques proviennent en grande partie des argiles à silex situées aux abords du site (Floss, rapports d’opération inédits). Les premiers affleurements se trouvent à environ 500 m. Pour cette matière première, la totalité des chaînes opératoires est présente, de la préparation des rognons jusqu’à la phase d’utilisation. Quelques matières faiblement représentées ne proviennent pas des argiles à silex du Mâconnais : chaille bathonienne/bajocienne, chaille oolithique, cristal de roche, rhyolithe ( ?) et un silex tertiaire vraisemblablement du type Mont-Saint-Etrelles (Haute-Saône). Ces matières ont été introduites sous forme de produits finis (lames, outils), ce qui indiquerait un transport sur de longues distances. Enfin, parmi le matériel patiné, certaines pièces qui ne sont pas des silex à bryozoaires (bien identifiables malgré la patine) pourraient s’apparenter à d’autres types de silex locaux (très variés), mais pourraient aussi avoir des provenances extra-régionales.

59L’étude de l’outillage lithique est achevée (Maurer, 2006). D’autres mémoires de maîtrise (A. Taller, 2008 et Chr. Hoyer, 2011) ont été consacrés à l’étude technologique et aux aspects de la genèse dépositionnelle du site. Concernant les modalités du débitage laminaire, on observe une grande variété de nucléus. Une bonne partie de ceux-ci ont été abandonnés à un stade précoce en raison de la qualité médiocre de certains blocs (diaclases). Quelques grands nucléus à lame présentent des productions plus standardisées. Les préparations en crête sont importantes. Le débitage est plutôt unipolaire – du moins en début de production – et progresse de manière semi-tournante.

60En ce qui concerne la production lamellaire (destinée à la fabrication des nombreuses armatures), à côté des petits nucléus à lamelles « classiques », on observe un type de nucléus (ou de « burin » sur éclat) de forme plus ou moins rectangulaire et qui possède des enlèvements lamellaires sur toutes les faces de la pièce.

61Enfin, cette industrie possède quelques éclats épais et larges montrant des enlèvements lamellaires sur la face inférieure. Puis il y a également des lames qui présentent des enlèvements lamellaires sur la face supérieure, effectués à partir d’une troncature et qui s’apparentent donc à des pièces de Kostienki.

62Les pièces retouchées constituent un corpus d’étude homogène, abondant (environ 500 pièces) et standardisé. Les outils du fonds commun sont dominés par l’abondance des burins qui présentent des formes variées : les burins dièdres, auxquels s’ajoutent des burins sur cassure, des burins sur pan naturel et des burins busqués. Quelques rares burins s’apparentent aux burins de Noailles. Les futurs travaux sur la technologie lithique sont, entre autres, consacrés à la problématique « burin – nucléus à lamelles ». Les grattoirs sont relativement nombreux. Puis on trouve également des troncatures, entre autres quelques éléments tronqués, des lames retouchées et des pièces esquillées. Les perçoirs, en revanche, sont quasiment absents. Les armatures sont très fréquentes (230 pièces) et sont représentées pour l’essentiel par des microgravettes et des minuscules microgravettes que nous appelons « nanogravettes » comme l’a suggéré D. Pesesse dans le cadre de son travail sur La Vigne Brun. Cet ensemble de petites armatures s’accompagne de quelques pointes de La Gravette et de rares pointes de La Font-Robert. On note l’absence totale de fléchettes, de burins du Raysse et des éléments d’un Gravettien très tardif. La présence de pointes de La Font-Robert et de gravettes, accompagnés de rares éléments tronqués, place l’inventaire dans un Gravettien ancien indifférencié.

63Des prospections systématiques dans les alentours du site ont relevé la présence de plusieurs sites de plein air, en partie situés sur des affleurements d’argiles à silex (Floss, 2005a). Ces sites datent du Moustérien, du Paléolithique supérieur à affinité magdalénienne et du Néolithique.

6.3.3.4. Le Solutréen et les analyses de matières premières siliceuses

64Pour le Solutréen, mis à part des travaux sur l’industrie lithique solutréenne du site éponyme (Combier, Montet-White, 2002), les travaux les plus prometteurs de ces dernières années ont été consacrés à l’analyse du type et de la provenance de la matière première des feuilles de laurier de Volgu (Aubry et alii, 2003). Il semble que ces silex proviennent, au moins en partie, du Crétacé de la bordure méridionale du Bassin parisien.

65Même si les études que nous voudrions mentionner par la suite ne concernent pas uniquement le Solutréen, nous saisissons l’occasion pour citer d’autres travaux consacrés à l’identification et la circulation des matières premières lithiques au Paléolithique supérieur. Citons d’abord le travail considérable de J. Affolter (2005) qui a, dans le cadre de l’étude du site néolithique du Camp de Chassey, échantillonné plusieurs gîtes du Mâconnais. Citons également l’exemple de J. Combier qui, pour sa part, s’est occupé de la question de la circulation des matières premières à Solutré et au Paléolithique supérieur dans le sud de la Bourgogne (Combier, 2002). Nous devons une autre étude de prospections systématiques à l’équipe de Tübingen qui a prospecté plusieurs années durant les argiles à silex du Mâconnais présentes dans les alentours du site ‘Azé, camping de Rizerolles’ (Floss, 2000a ; Floss, Beutelspacher, 2005), parallèlement à sa fouille (Floss, 2005 ; voir aussi Maurer, 2006). Citons également les travaux importants de M. Rué qui, lui aussi, a prospecté, d’une façon systématique, les gîtes à silex du Mâconnais, du Chalonnais et du Clunisois (Rué, 2001). Notons finalement des travaux qui s’occupent plus globalement, à partir des matières premières lithiques et des éléments de parure, du rôle du sillon rhodanien comme possible axe de communication au Tardiglaciaire (Floss, 2000a, 2002).

6.3.3.5. Le Magdalénien

66À notre connaissance, en Bourgogne du Sud, Solutré constitue le seul site à occupation magdalénienne qui a connu des recherches approfondies récentes notamment pour l’industrie lithique (Montet-White, 2002) et la faune chassée (Turner, 1996, 1999, 2002). Les sites en grottes magdaléniens du Mâconnais, du Chalonnais et du Charolais connus depuis longtemps comme par exemple Azé, grotte de Rizerolles I, Culles-les-Roches, Le Fourde-la-Baume à Martailly-lès-Brancion, Les Furtins ou La grotte de Crest à Viry, qui représentent en majorité de courtes haltes de chasse, n’ont pas fait l’objet, à notre connaissance, d’une investigation récente, à l’exception d’une mention générale (Combier, 1996). Toutefois, nous tenons à signaler la « découverte », dans les dépôts du G.A.M. à Mâcon, d’un artefact exceptionnel. Il s’agit d’un très grand nucléus trouvé à Varennes-lès-Mâcon, identifié comme étant la préforme d’une grande pièce arquée vraisemblablement magdalénienne dont la matière première provient des argiles à silex du Mâconnais (Floss, 1998b).

6.3.3.6. Le Paléolithique final (groupes à Federmesser/Azilien)

67En Mâconnais et dans la basse vallée de la Saône entre Tournus et Lyon, Varennes-lès-Mâcon est le gisement tardiglaciaire le plus important. Les quantités et variétés considérables d’outils lithiques et, en particulier des pointes à dos, constituent une des caractéristiques frappantes du site de Varennes. Mais Varennes n’est pas le seul gisement du Paléolithique final de la région et il s’intègre dans une occupation humaine qui était, en val de Saône, assez dense au Tardiglaciaire (Floss, 2003e).

68Varennes-lès-Mâcon se situe à 5 km au sud de Mâcon dans l’angle formé par la Saône avec son affluent la Petite Grosne. Pratiquement 30 ans après sa découverte en 1967, les études sur ce gisement de plein air important ont été reprises (Floss, 2003e). Depuis, on a donné plusieurs introductions générales du site (Floss, 1996, 1997a, b et c, 1999b, c). Des études plus spécialisées se concentrent sur l’analyse spatiale (Floss, 1997c), sur l’analyse techno-typologique des pointes à dos (Floss, 1996) et sur les objets de l’art mobilier (Floss, 1998a). Varennes-lès-Mâcon constitue le « corpus » de la thèse d’habilitation de l’auteur (Floss, 2003e) où le site est intégré dans le système d’occupation humaine du Tardiglaciaire entre Rhin et Rhône. Finalement, résultat important, on a su positionner le niveau principal du site (couche 4) dans une succession stratigraphique du Tardiglaciaire régional. D’après une série de datations 14C et d’analyses paléobotaniques et malacologiques, le gisement de Varennes date clairement de l’interstade d’Allerød, plus exactement de sa deuxième moitié, et a pu être intégré dans son milieu environnemental (Floss et alii, 1999).

69L’industrie lithique du niveau principal (couche 4) de Varennes-lès-Mâcon se caractérise par une quantité et variété considérables d’outils lithiques et, en particulier, de pointes à dos. Avec 5.134 outils, Varennes représente sans doute un des inventaires du Paléolithique final les plus riches en Europe. Les éléments à dos représentent, avec 2.327 pièces, 45,3 % de l’industrie retouchée, catégorie au sein de laquelle on compte 765 pièces complètes. Les pointes à dos sont d’une grande variété typologique. Les pointes à dos courbe ordinaires (Federmesser, pointes aziliennes) sont les plus nombreuses avec 45,8 % des pointes complètes. Elles existent sous forme plutôt allongée ou sous forme plutôt compacte. Très rarement, on trouve des pointes à dos courbe avec retouche concave dans la partie distale. Les pointes à dos partiel représentent 4,4 % des pointes complètes, tandis que les pointes de forme triangulaire avec un dos rectiligne sont plutôt rares. Les bipointes – type qui est dans certaines régions d’une signification chronologique sensible (Azilien ancien) – sont très rares. À Varennes, on en compte uniquement quatre exemplaires. En outre, il existe un type de grande pièce à dos courbe partiel, qui peut atteindre 7 cm de longueur et que nous appelons « couteau ». Parmi les pointes complètes, 91 pièces (12 %) sont des pointes à base tronquée. Elles sont présentes sous forme à base convexe, droite ou oblique. Quelques formes particulières sont des pointes à dos anguleux et à base tronquée convexe, à base concave et à dos partiel avec base convexe. Deux pointes à base convexe portent des traces de polissage qui témoignent éventuellement d’un emmanchement à cet endroit. Les pointes à dos anguleux représentent 4,6 % des pointes complètes. Il existe des pointes avec épaule distale appelées traditionnellement « pointes de Creswell » et des pointes à cran plus traditionnelles. Ces dernières représentent 4,8 % des pointes à dos complètes. Un premier groupe de pointes à cran dispose d’une troncature qui passe sans interruption à la retouche de la base, soit sous forme d’un véritable cran, soit sous forme d’encoche. Un deuxième groupe de style « pointe hambourgienne » est constitué de pointes dont la troncature et la retouche de la base ne se touchent pas. En outre, on observe un groupe relativement important de pièces (5,5 % des pointes complètes) qui disposent d’un dos courbe et d’une retouche partielle du deuxième bord. Ce type montre certaines similitudes avec les pointes d’Istres, définies par M. Escalon de Fonton comme fossile directeur du Paléolithique final méditerranéen. Avec seulement dix pièces, les pointes à soie sont relativement rares. Ce groupe assez hétérogène se définit par une retouche de base qui forme un petit pédoncule. Certaines de ces pointes montrent des similitudes étonnantes avec les pointes d’Ahrensbourg. Deux autres types de pointes à dos pas très bien définies sont les pointes à dos rectiligne et des pointes très minces, en épingle. Un autre type de pointes peu présent (vingt et une pièces) est constitué enfin par les pointes à troncature oblique. Les pointes à base rétrécie qui, du point de vue chronologique, ne sont pas sans intérêt, sont présentes avec six pièces. Les pointes à encoche de la base sont également très rares. 53,1 % des pointes à dos de Varennes portent des cassures de la pointe active ou de la base.

70Un des résultats clé de l’étude sur Varennes est la documentation d’un ensemble homogène et d’une utilisation contemporaine de différents types de pointes à dos qui représentent, dans d’autres régions françaises (par exemple Le Closeau, travaux P. Bodu et alii), des fossiles directeurs de différentes phases des groupes à Federmesser (phase à bipointes, phase monopointes, phase à pointe de Malaurie, etc.). À Varennes, nos arguments principaux se basent sur l’observation de la provenance des différents types de pointes du même niveau stratigraphique (Combier, Floss, 1994, fig. 3) et surtout, dans la plaine de la Saône sans relief remarquable, de leur répartition spatiale identique (Floss, 1996, fig. 10). En outre, le choix des matières premières des différents types de pointes est également identique (Floss, 1996, fig. 8). En particulier, il est important de noter la présence de matières premières exogènes que l’on remarque, en petits pourcentages, pour presque chaque type de pointes. Si on considère l’existence de plusieurs phases de l’importation et/ou de réalisation des pointes à dos, une répartition identique en matières premières, y compris de celles importées sur de longues distances, nous paraît peu probable. En résumé, la position stratigraphique bien définie, les répartitions spatiales cohérentes et un traitement identique en matières premières rendent très probable qu’il s’agisse d’un ensemble homogène. Par conséquent, l’exemple de Varennes démontre que le phasage interne des groupes à Federmesser mis en évidence dans le Bassin parisien ne s’applique pas forcément partout. Il devient clair que seuls les grands sites dits « de base » ont le potentiel de refléter, à un moment donné de l’évolution culturelle, la richesse réelle de formes de projectiles dans la phase inventive et d’expérimentation qu’est le Tardiglaciaire.

71Au-delà des pointes à dos, Varennes-lès-Mâcon contient également d’autres types d’outils (voir Floss, 2001) que sont les grattoirs, les pièces à retouches latérales et partielles, quelques lamelles à dos, les burins, pièces tronquées, perçoirs et Zinken, pièces esquillées et les pièces à encoche.

72Le site de Varennes-lès-Mâcon s’intègre dans un réseau d’occupation humaine qui a dû être, en basse vallée de la Saône au Tardiglaciaire, beaucoup plus intense qu’on ne l’a cru jusqu’à présent. Vu sa situation géographique, on est généralement tenté d’interpréter la vallée de la Saône comme un couloir de migration de groupes humains. Néanmoins, Varennes est resté pendant longtemps le seul gisement du Paléolithique final connu dans la vallée de la Saône entre Tournus et Lyon, autrement dit, dans un couloir de 100 km de longueur. À la suite de premières indications sur deux autres sites vraisemblablement attribuables au Tardiglaciaire à Montmerle et Saint-Oyen (Combier, Floss, 1994, fig. 9), nous avons concentré nos efforts ces dernières années sur une prospection plus systématique de la région. Cette démarche inclut une étude de la littérature régionale, souvent ancienne ou difficile d’accès, de même qu’une inspection de collections privées. Depuis, de vagues, voire de fortes indications d’une fréquentation au Tardiglaciaire ont été mises en évidence dans les sites suivants (voir plus en détail Floss, 2001) : Brienne, ‘Les Venons’ (Saône-et-Loire), Lacrost, ‘Les Varennes I’ (Saône-et-Loire), Le Villars (Saône-et-Loire), Farges-lès-Mâcon (Saône-et-Loire), Montbellet (Saône-et-Loire), Chevroux (Ain), Crêches-sur-Saône (Saône-et-Loire), Montmerle (Ain), Ronno (Rhône) et Lyon-Vaise (Rhône). Dans le Tournugeois, une série épipaléolithique rassemble un lot plus fourni issu du site de surface des Grandes Bornes à La Genête.

73Ces premières indications ne doivent pas être surestimées dans la mesure où il s’agit pour la plupart d’entre elles de trouvailles isolées en surface, datées uniquement par la typologie. Toutefois, force est de constater, dans plusieurs cas cités, une occupation intense du terrain, comme par exemple à Varennes-lès-Mâcon, Montbellet, Montmerle ou à Lyon-Vaise. Nous sommes conscients de la critique que l’étude d’une région et d’une zone d’occupation prétendue ne représente que l’étude d’une tranche artificielle et peu représentative. Toutefois, il est remarquable que les moyennes montagnes voisines du Mâconnais, qui représentent pourtant une région très riche en sites du Paléolithique moyen et supérieur, n’en ont livré jusqu’à présent aucun datant du Paléolithique final. Sur les sites magdaléniens de cette région comme Solutré, Les Furtins, Azé, ou Culles-les-Roches, aucune indication de l’existence d’une phase transitionnelle entre Magdalénien et Paléolithique final n’est attestée. La détermination de l’origine des matières premières du site de Varennes-lès-Mâcon (Floss, 1997c) prouve cependant l’exploitation du silex et de la chaille provenant des affleurements du Mâconnais. Une future prospection plus intense de cette région devra tenter d’éclaircir si la population du Paléolithique final de la région a exclusivement fréquenté la région montagneuse du Mâconnais pour la récolte de matière première sans vraie occupation à long terme, ou si ce manque d’informations ne représente qu’une lacune dans nos connaissances.

74En ce qui concerne la Côte chalonnaise, ces dernières années, grâce aux travaux de J.-N. Blanchot, un important gisement du Paléolithique final et du Mésolithique a été prospecté dans la commune de Gergy, hameau de Bougerot, lieu-dit La Foussiotte (Blanchot, 2006, rapport inédit). Les prospections menées au cours de trois années sur le secteur de Bougerot attestent son potentiel lithique important, dont une industrie homogène attribuable vraisemblablement à l’Azilien / groupes à Federmesser.

6.4. PERSPECTIVES ET PROPOSITIONS (P. Bodu)

75Un bon nombre de publications et d’articles plus spécialisés témoignent de la vivacité de la recherche sur le Paléolithique supérieur en Bourgogne. Cette dernière décennie a vu sortir nombre d’ouvrages synthétiques sur des sites paléolithiques bourguignons. On citera le D.A.F. consacré aux sites paléolithiques fouillés sur l’autoroute A5, la synthèse sur la Grotte du Renne à Arcy-sur-Cure sous la direction de Béatrice Schmider (Gallia), la publication des fouilles Combier à Solutré par la S.P.F., la synthèse d’étape sur la Grande Grotte d’Arcy-sur-Cure, etc. La bibliographie résume bien à elle seule la forte quantité d’articles mais aussi de rapports de fouille ou de PCR, voire de prospections concernant le Paléolithique supérieur de la Bourgogne. C’est sans compter le grand nombre de sujets universitaires, Master I ou 2 comme thèse qui traitent de la Bourgogne (Université de Paris I, Université de Paris X, Université Jean Moulin-Lyon 3, Université de Tübingen). Dans ce concert de travaux universitaires, il est regrettable cependant que l’Université de Dijon ne soit pas plus présente sur des sujets qui concernent le Paléolithique supérieur. Il est tout autant regrettable que les étudiants de Dijon ne s’investissent pas plus dans des chantiers bourguignons concernant le Paléolithique supérieur ! Lors d’une précédente réunion (7 septembre 2005) à propos de cette synthèse qu’il nous fallait faire, Claude Mordant avait dit qu’il était possible de rebondir sur ces travaux pour orienter la création de postes sur le Paléolithique/Mésolithique. Souhaitons que cette proposition ne reste pas un vœu pieux alors qu’un enseignement structuré de la Préhistoire à Dijon s’avère incontournable, eu égard à la richesse de la Bourgogne en gisements préhistoriques. Comment ne pas s’étonner également qu’il n’y ait pas de rapporteur pour le Paléolithique au sein de la CIRA Grand-Est ? La simple intervention d’un expert extérieur fragilise encore cette période au sein des problématiques de la région. Quoi de mieux qu’un rapporteur CIRA permanent pour défendre les dossiers et envisager une politique de recherche sur le long terme ? N’est-il pas remarquable à ce propos que la programmation sur le Paléolithique de la Bourgogne se fasse sans l’expert de la CIRA ? Dans d’autres régions, ce sont les experts CIRA qui s’en chargent !

76Il existe donc depuis dix ans au moins une forte activité autour de cette vaste période, organisée autour de plusieurs projets de recherche soit très focalisés géographiquement (l’art pariétal des grottes d’Arcy-sur-Cure, la fouille de la Grotte du Bison à Arcy-sur-cure), soit beaucoup plus ouverts géographiquement (les travaux d’Harald Floss en Saône-et-Loire, les fouilles préventives et programmées de Nelly Connet et de Vincent Lhomme dans la vallée de l’Yonne, le PCR sur le Paléolithique supérieur ancien de Pierre Bodu, les prospections dans le Chalonnais ou le Mâconnais assurées par divers amateurs). Si certaines recherches ne dépassent pas un cadre géographique très limité et disparaîtront au départ du chercheur, d’autres se veulent plus ambitieuses et souhaitent établir un véritable état des lieux sur une période ou un territoire. Elles impliquent souvent plusieurs individus en mesure de pérenniser les opérations.

77Des lacunes « géographiques » dans la documentation sont toutefois perceptibles, qui tiennent tant à des conditions de conservation des gisements qu’aux territoires documentés par les différents chercheurs. Il n’est pas étonnant alors que la Côte-d’Or soit mal connue pour le Paléolithique supérieur, tout comme la Puisaye, alors que la première a livré anciennement des indices de sites attribués à cette vaste période (Bèze, Le Poron-des-Cuèches, Bâlot) et que l’autre possède des ressources naturelles susceptibles d’avoir attiré les populations préhistoriques (gîtes de silex, gisements d’ocre, réseau hydrographique dense). Tout aussi remarquable est l’absence de gisements dans l’Auxerrois alors que la matière première siliceuse ne fait pas défaut si l’on en juge par l’importance des occupations néolithiques qui livrent de très abondants restes de silex taillés. On regrettera à ce propos que les rares indices de Paléolithique supérieur identifiés dans la région d’Auxerre n’aient pas fait l’objet d’une attention particulière (silex de Monéteau, fouille Inrap, 2005) et ce d’autant plus que l’Auxerrois est une région de transfert évidente entre la région sénonaise, qui a livré un grand nombre de sites du Paléolithique supérieur, et des régions comme Arcy-sur-Cure où l’implantation préhistorique forte est éloignée des sources de matière première. Pour l’heure c’est l’indigence des diagnostics réalisés par l’Inrap (faible profondeur des sondages) ou tout simplement l’absence de toutes opérations archéologiques qui peuvent expliquer la quasi-absence de sites du Paléolithique supérieur dans l’Auxerrois, la Puisaye et la Côte-d’Or. C’est aussi l’absence de recherches menées par des institutionnels ou des bénévoles dans ces trois endroits qui peut expliquer la lacune documentaire évoquée plus haut. Lorsque le tissu professionnel fait défaut, la présence des amateurs peut toutefois attirer l’attention des chercheurs sur un territoire jusqu’alors négligé ; c’est ce qui s’est produit avec la redécouverte du gisement d’Oisy ou la reprise des fouilles à Germolles. Les travaux de prospection dans le Tournugeois vont sans doute relancer l’intérêt des professionnels pour cette zone jusqu’alors oubliée. Il reste à espérer qu’il en sera de même pour le centre et le sud de la Nièvre, deux territoires sinistrés en ce qui concerne les inférences concernant le Paléolithique supérieur. La découverte récente du gisement aurignacien de Marigny devrait relancer des travaux sur cette région mais « l’instabilité géographique » de l’équipe qui a travaillé sur ce site rend peu certaine la poursuite des investigations sur ce territoire. Il manque clairement dans certains endroits une dynamisation des recherches sur le Paléolithique supérieur qui, selon moi, incombe en premier lieu au Service régional de l’Archéologie. À l’issue de cette synthèse sur dix ans, pourquoi ne pas proposer des axes de recherche à caractère géographique dans un premier temps.

78Si en termes géographiques, il existe des lacunes, cette synthèse a également montré qu’il en existait en termes de périodes représentées. Pour la culture la plus ancienne du Paléolithique supérieur, le Châtelperronien, sa faible présence en Bourgogne n’est sans doute due qu’à une réalité paléo-historique. Aussi tout travail sur le Châtelperronien doit être soutenu, ne serait-ce que parce que la rareté de cette période à l’échelle nationale rend toute documentation à son propos, essentielle. Dans cet ordre d’idée, la publication en cours de l’occupation châtelperronienne de la Grotte du Renne à Arcy-sur-Cure devrait constituer à court terme un référentiel national incontournable pour la connaissance de ce faciès chronologique.

TABLEAU RÉCAPITULATIF DES DATES 14C DU CHATELPERRONIEN DU BASSIN PARISIEN

Sites

Couche

Matériel daté

Dates (réf.)

Références bib.

Arcy-sur-Cure (Grotte du Renne)

VIII

-

32.000 ± 1200 BP (Ly-5062)

-

//

VIII

-

33.000 ± 1400 BP (Ly-2163)

-

//

VIII

-

33.500 ± 400 BP (GrN-1736)

-

//

VIII

-

33.860 ± 250 BP (GrN-1742)

-

//

IX

os brûlés *

15.700 ± 400 BP (L-340-C)

DÉLIBRIAS, ÉVIN, 1974

//

IX

-

31.500 ± 1200 BP (Ly-5063)

-

//

IX

-

45.100 ± 2800 BP (OxA-3465)

-

//

X

os brûlés *

15.350 ± 400 BP (L-340-D)

DÉLIBRIAS, ÉVIN, 1974

//

Xb

-

24.500 ± 360 BP (GrN-4216)

-

//

Xb

-

25.550 ± 800 BP (GrN-4251)

-

//

Xb

-

25.550 ± 380 BP (Ly-5064)

-

//

Xb

-

33.820 ± 720 BP (OxA-3464)

-

//

Xa

Mammouth

25.280 ± 280 BP (OxA-8450)

DAVID et alii, 2001

//

Xb1

taille Cheval

38.300 ± 1300 BP (OxA-8451)

DAVID et alii, 2001

//

Xb1

Renne

33.400 ± 600 BP (OxA-9122)

DAVID et alii, 2001

//

Xb2

Cheval ou Rhino

34.450 ± 750 BP (OxA-8452)

DAVID et alii, 2001

//

Xc

os

39.310 ± 760 BP (GrA-20628)

//

Xc

Mammouth

31.300 ± 600 BP (OxA-8533)

DAVID et alii, 2001

Arcy-sur-Cure (Grotte du Bison)

F

os

40.200 ± 1500 BP (GrA-20477)

D-base

-

34.050 ± 750 BP. (OxA-8091)

-

//

E-base

-

38.400 ± 1600 BP. (OxA-10017)

-

* Problème signalé par les auteurs : « traitement insuffisant n’ayant pas éliminé les humus récents » (DÉLIBRIAS, ÉVIN, 1974, p. 156).

TABLEAU RÉCAPITULATIF DES DATES 14C DE L’AURIGNACIEN DU BASSIN PARISIEN

Sites

Couche

Matériel daté

Dates (réf.)

Références bib.

Arcy-sur-Cure (Grotte du Renne)

VII

Os brûlés

10.900 ± 250 BP (L-340-B)

DÉLIBRIAS, ÉVIN, 1974

//

VII

Os brûlés

30.800 ± 250 BP (GrN-1717)*

DÉLIBRIAS, ÉVIN, 1974

* Problème signalé par les auteurs : « Erreur statistique sous-estimée » (DÉLIBRIAS, ÉVIN, 1974, p. 156).

TABLEAU RÉCAPITULATIF DE L’ENSEMBLE DES DATES 14C DU GRAVETTIEN DU BASSIN PARISIEN

Sites

couche

Matériel daté

Dates (réf.)

Références bib.

La Pente-des-Brosses

Rouge

os

22.200 ± 600 BP (OxA-179)

SCHMIDER, 1986, p. 163

//

Rouge

os

22.500 ± 600 BP (OxA-180)

SCHMIDER, 1986, p. 163

Arcy-sur-Cure (Grotte du Renne)

c. V

os brûlé *

11.400 ± 250 BP (L-340 A)

DÉLIBRIAS, ÉVIN, 1974, p. 156

//

c. V

os

20.150 ± 500 BP (Ly-2161)

DÉLIBRIAS, ÉVIN, 1987, p. 213

Arcy-sur-Cure (Grande Grotte - Salle des Vagues)

-

bois de renne

25.930 ± 360 BP (Gif-A-95619)

**

//

-

frag. hum.

27.850 ± 450 BP (Gif-A-92628)

**

//

-

foyer

26.680 ± 250 BP (Gif-A-102382)

**

//

-

bois de renne

27.280 ± 330 BP (Gif-A-96660)

**

//

-

foyer

28.010 ± 350 BP (Gif-A-97339)

**

//

-

particules charbonneuses erratiques

27.630 ± 400 BP (Gif-A-62330)

**

//

-

particules charbonneuses erratiques

28.250 ± 430 BP (Gif-A-91370)

**

//

-

restes de faunes non brûlés

29.640 ± 590 BP (Gif-A-93012)

**

//

-

restes de faunes non brûlés

30.160 ± 140 BP (Gif-A-93013)

**

Arcy-sur-Cure (Grande Grotte - Frise Rouge)

-

ossements brûlés ou charbons de bois

24.660 ± 330 BP (Gif-A-93008)

**

//

-

frag. hum.

26.100 ± 390 BP (Gif-A-94588)

**

//

-

ossements brûlés ou charbons de bois

26.700 ± 410 BP (Gif-A-94589)

**

//

-

ossements brûlés ou charbons de bois

26.740 ± 500 BP (OxA-5003)

**

//

-

mouchages de torches/peint. rouge (calcite ouverte)

26.470 ± 390 BP (Gif-A-98184)

**

//

-

mouchages de torches/peint. rouge (calcite fermée)

27.080 ± 400 BP (Gif-A-98185)

**

Arcy-sur-Cure (Grande Grotte - Corniche au Bison)

-

ossements brûlés ou charbons de bois près du foyer

27.950 ± 440 BP (Gif-A-95620)

**

//

-

frag. hum.

27.950 ± 440 BP (Gif-A-95620)

**

Chamvres

-

frag. os

17.890 ± 280 BP (Lv-1974)

CONNET et alii, 1992, p. 221

//

-

frag. os

23.170 ± 230 BP (Ly-9094)

CONNET in BODU dir., 2001, p. 106

* Problème signalé par les auteurs : « traitement insuffisant n’ayant pas éliminé les humus récents » (DÉLIBRIAS, ÉVIN, 1974, p. 156).
** L’ensemble des dates de la Grande Grotte (dont beaucoup sont encore inédites) nous a été communiqué par D. Baffier que nous souhaitons ici remercier.

Fig. 56.Tableau récapitulatif des dates 14C du Paléolithique supérieur du Bassin parisien (d’après P. Bodu, PCR ‘Le Paléolithique supérieur du Bassin parisien, 1998-2006’).

TABLEAU RÉCAPITULATIF DES DATES 14C DU BADEGOULIEN DU BASSIN PARISIEN

TABLEAU RÉCAPITULATIF DES DATES 14C DU BADEGOULIEN DU BASSIN PARISIEN

TABLEAU RÉCAPITULATIF DES DATES 14C DU MAGDALÉNIEN ANCIEN (ATTRIBUTION CHRONOLOGIQUE ÉVOQUÉE AVEC PRUDENCE PAR LES AUTEURS)

Sites

Couche

Matériel daté

Dates (réf.)

Références bib.

Thèmes (Yonne)

-

os diaphyse

10.420 ± 180 BP (OxA-7874)

LE BRUN-RICALENS, BROU, à paraître

//

-

dent de boviné

13.580 ± 180 BP (OxA-8049)

LE BRUN-RICALENS, BROU, à paraître

//

-

dent de renne

14.340 ± 130 BP (OxA-7342)

LE BRUN-RICALENS, BROU, à paraître

Fig. 56 (suite). Tableau récapitulatif des dates 14C du Paléolithique supérieur du Bassin parisien (d’après P. Bodu, PCR ‘Le Paléolithique supérieur du Bassin parisien, 1998-2006’).

79L’Aurignacien et le Gravettien sont sans doute parmi les périodes les mieux représentées tant en Bourgogne du Nord qu’en Bourgogne du Sud. De même, il existe dans ces deux pôles une sorte d’équilibre entre les différentes opérations qui les concernent, équilibre qui fait que l’on dispose tant de sites datants que d’informations sur l’industrie osseuse ou lithique ainsi qu’un bon début de cartographie de ces gisements. Inutile de repréciser ici que c’est un travail conjoint d’amateurs et de professionnels qui conduit à des résultats satisfaisants en termes de cartographie mais aussi de publications. Il est cependant à souhaiter une mise en commun de l’ensemble des résultats acquis sur ces deux grandes périodes. Dans un premier temps, cette mise en commun pourrait se faire à l’échelle des pôles nord et sud, c’est ce qui est prévu dans le cadre du PCR sur le Paléolithique supérieur ancien pour le nord de la Bourgogne. Malgré cette situation apparemment meilleure que pour d’autres périodes moins bien représentées, l’Aurignacien et le Gravettien souffrent d’un manque chronique de calages radiométriques. L’Aurignacien est le plus touché mais le Gravettien, qui possède un bon nombre de dates, se heurte à l’incohérence d’un certain nombre d’entre elles. On peut en effet envisager que la réponse viendra de la Bourgogne dans quelques années, en raison du bon état de conservation d’un grand nombre de gisements, mais pour le moment, c’est sur l’ensemble du Bassin parisien qu’il faut s’appuyer. En attendant, il nous semble utile de proposer un programme de datation systématique, si possible sur industrie osseuse (voire sur fossiles directeurs) afin d’établir un corpus de datations suffisant. Quelques grottes et sites bien préservés du nord (Arcy) mais aussi du sud (Germolles, Solutré) pourraient fournir cette documentation. De la même façon que nous reproduisons un état des datations pour le Paléolithique supérieur ancien du Bassin parisien, il serait souhaitable d’avoir ici le même document pour la Bourgogne du Sud (fig. 56).

80Le Solutréen connaît le même genre de difficultés que le Châtelperronien puisque initialement les gisements sont peu fréquents pour les deux périodes. Les sites sont peu nombreux mais on aura constaté un redémarrage certain des opérations concernant cette période, notamment par la reprise de séries plus moins anciennement acquises (La Celle-Saint-Cyr, Volgu, La Grotte du Trilobite à Arcy). Toute programmation serait donc vaine par rapport à cette culture peu fréquente dans le Bassin parisien. Il n’en reste pas moins que le recueil du moindre indice est important et que cela requiert une excellente et rapide circulation des informations. Si elle ne peut se faire par l’intermédiaire des B.S.R. qui tardent à venir ( !), elle doit trouver un moyen d’expression auquel nous n’avons pas encore réfléchi (banque de données sur Internet ?).

81Une même remarque pourrait être faite pour le Badegoulien et le Magdalénien ancien et moyen. La vedette ayant été volée par le Magdalénien final, ces trois grandes périodes ont été sous-étudiées et donc sous-estimées en Bourgogne. Certes il existe moins de sites des phases anciennes du Magdalénien qu’il n’en existe pour la phase plus récente mais la méconnaissance des premiers faciès est sans doute à l’origine de cette relative absence. Et ce à tel point que l’amalgame Magdalénien moyen/Magdalénien final ne semble pas gêner les auteurs dans un des articles que nous avons consulté pour l’élaboration de cette synthèse. Un second biais peut se trouver derrière la difficulté à distinguer ce qui tient de l’Aurignacien de ce qui est Magdalénien ancien ou moyen. En l’absence d’éléments datants et alors que les sites sont peu nombreux, il convient de développer un axe de recherche particulier vers la définition de ces grands groupes culturels dans le Bassin parisien. C’est en partie ce que l’une d’entre nous (Lucie Chehmana) réalise en étudiant dans le cadre de sa thèse le gisement badegoulien d’Oisy et en le comparant à des sites de régions périphériques. La recherche pèche certes là par le manque de données de terrain mais il nous revient d’interroger différemment des séries déjà acquises. C’est ce qui a été fait pour le site de Thèmes, c’est ce que nous nous proposons de faire pour certaines séries d’Arcy-sur-Cure. Comme pour le Solutréen, l’absence de circulation d’information entre le nord et le sud de la Bourgogne est un frein à l’avancée des recherches. Il reste à trouver la formule qui nous permettrait de communiquer rapidement nos résultats. Pourquoi pas un « SOS Paléolithique supérieur de Bourgogne » ? En tout cas un site central, où seraient recueillies toutes les informations concernant le Paléolithique supérieur de Bourgogne, ne serait pas inutile ! Ce serait une excellente occasion pour rassembler aussi les informations provenant des amateurs. À l’heure actuelle, la dispersion des différents programmes d’intervention (fouilles programmées, PCR, prospections thématiques, fouilles préventives) fait qu’il y a dispersion de l’information. L’exemple le plus flagrant est l’absence de fonctionnement commun entre le programmé et les fouilles préventives en Bourgogne du Nord au niveau des institutions, fonctionnement commun qui ne doit son salut qu’à la qualité des relations humaines établies.

Fig. 56 (suite). Graphique des dates radiocarbone des gisements gravettiens du Bassin parisien.

82La forte présence du Magdalénien supérieur et final sur le territoire bourguignon est une évidence. Des sites de renom (Solutré, Arcy-sur-Cure, Marsangy) à des gisements moins connus (Étigny, Saint-Julien-du-Sault, sites du Chalonnais), cette période est bien documentée et le grand nombre de publications et de travaux universitaires la concernant en témoigne. Cette situation « idyllique » se heurte toutefois à l’absence de vastes gisements magdaléniens comme ceux qui ont été identifiés en Île-de-France mais cela tient sans doute plus à l’intérêt que portent maintenant les chercheurs à cette période, qu’à l’absence de ce type de site en Bourgogne. Je veux dire par là que même si ces gisements existent, nous n’investissons plus nos efforts dans leur fouille, au contraire de ce qui a été fait et est encore fait à Etiolles ou à Pincevent. Il ne s’agit pas d’un phénomène de mode mais plutôt d’une certaine désaffection momentanée du Magdalénien qui a été tant étudié ces quarante dernières années, au profit de périodes plus anciennes ou plus récentes du Paléolithique supérieur.

83En ce qui concerne ces périodes plus récentes, celles du Tardiglaciaire, il a été clairement montré qu’elles ne se manifestaient guère que par des découvertes sporadiques d’artefacts en Bourgogne du Nord comme en Bourgogne du Sud. Seul le site de Varennes-lès-Mâcon échappe à la règle : il a livré un nombre considérable d’artefacts étudiés en partie par Harald Floss dans le cadre de sa thèse notamment. Pour les autres gisements, le constat est souvent beaucoup plus amer, de la seule présence de rares pointes à dos un peu caractéristiques. Il est évident au vu de ce constat que des efforts sont à faire concernant l’inventaire raisonné de ces gisements mais aussi la réalisation d’opération de fouille sur des gisements qui peuvent permettre d’obtenir des datations. Toute demande dans cette direction devra être soutenue par le S.R.A. même si l’on sait que dans le Bassin parisien, d’autres sites ont permis de clarifier l’évolution interne des groupes aziliens et de documenter la période comprise entre les derniers aziliens et les premiers mésolithiques. C’est typiquement l’objet d’un travail universitaire ! Il est envisagé de prendre en compte d’ici deux ans les indices d’occupation belloisienne de la Bourgogne du Nord dans le cadre d’une publication qui traitera du Belloisien du Bassin parisien. La même démarche doit être favorisée pour l’Azilien. Pour l’heure (avril-juillet 2007), un mémoire de stage réalisé par Christelle Mougin dans le cadre du DESS d’archéologie de Dijon traite de diverses industries lithiques du Paléolithique supérieur provenant des plateaux dominant Villeneuve-sur-Yonne (collection D. Peretto), de la vallée de la Vanne (D. Butho-Ruffier et J. Thomas). Il y est notamment question de séries aziliennes et belloisiennes. Cette étude enrichira sans conteste notre connaissance de ces faciès encore méconnus en Bourgogne.

84D’un point de vue général, il semble donc nécessaire de regrouper les informations concernant le Paléolithique supérieur au niveau de la Bourgogne, sans s’arrêter à la césure classique nord-sud, même si elle possède une réalité en termes de relief et de bassin sédimentaire. Cela nécessite un point de rencontre, autre que le BSR puisque celui-ci ne paraît plus depuis quelques années, peut-être un site Internet. Sur le terrain, il est clair qu’il faut encourager les projets concernant le Paléolithique supérieur en essayant d’avantager ceux qui concernent des régions sinistrées (Auxerrois, Puisaye, Nivernais du Sud, Côte-d’Or, etc.). Cette préoccupation forte doit impérativement s’appliquer aux fouilles préventives qui, si elles sont exemplaires dans certains cas en ce qui concerne la recherche des périodes anciennes, pèchent bien souvent par leur difficulté à retrouver des périodes antérieures au Néolithique. Ce nouveau comportement, un réel apprentissage en quelque sorte, doit être de l’ordre de la prescription par le Service régional. On ne peut pas prétendre proposer une programmation de la recherche sur le Paléolithique supérieur en Bourgogne, si un des principaux acteurs de l’archéologie, l’Inrap pour ne pas le citer, n’observe pas quelques règles élémentaires du bon diagnostic !

***

LISTE DES COLLABORATEURS DU PROGRAMME SUR LE PALÉOLITHIQUE SUPÉRIEUR DU BASSIN PARISIEN POUR LA BOURGOGNE ET TYPE D’IMPLICATION (1995-2006)

Étude de l’industrie lithique

Pierre Bodu

CNRS, Nanterre, UMR 7041

Laurent Brou

Musée de Préhistoire, Luxembourg

Thomas Châlon

DEA, Université Paris X

Lucie Chehmana

DEA et Thèse, Université Paris I, UMR 7041

Nelly Connet

Inrap, UMR 7041

Laurent Klaric

CNRS, Nanterre, UMR 7055

Vincent Lhomme

Inrap, UMR 7041

Ludovic Mevel

Thèse, Université Paris X, UMR 7055

Christelle Mougin

Dess, Université de Dijon

Caroline Renard

Thèse, Université Paris X, UMR 7055

Béatrice Schmider

CNRS, Nanterre, UMR 7041

Sylvain Soriano

CNRS, Nanterre, UMR 7041

Aurélia Staub

Master I, Université Paris I

Nicolas Teyssandier

Post-doctorant, Université Paris X, UMR 7055

Étude de l’industrie osseuse

Aline Averbouh

CNRS, Aix-en-Provence, UMR 6636

Jean-Marc Pétillon

post-doctorant, UMR 7041

Art Pariétal

Dominique Baffier

Détaché Culture, UMR 7041

Michel Girard

Retraité

Maurice Hardy

CNRS, UMR 7041

Étude de la faune et des éléments de parure

Céline Bemilli

Inrap

Olivier Bignon

post-doctorant, UMR 7041

Francien David

Retraité, UMR 7041

Pierre Lozouet

MNHN, Paris

Caroline Pechaux

Master I, Université de Paris I

Yvette Taborin

Université de Paris I, UMR 7041

Marian Vanhaeren

CNRS, Nanterre, UMR 7041

Études géomorphologiques et géologiques

Farid Sellami

ADEPRINA, Grignon

Christine Chaussé

Inrap, Meudon CNRS

Annie Roblin-Jouve

CNRS, Nanterre, UMR 7041

Isotopes et datations

Hervé Bocherens

CNRS, Institut des Sciences de l’évolution, Montpellier

Dorothée Drucker

Institut des Sciences de l’évolution, Montpellier

Beta Analytic

Floride, Etats-Unis

Centre de datation par le radiocarbone

Université Claude Bernard 1, Lyon

Collaborateurs bénévoles

Micheline Brisedou

La Celle-St-Cyr

Daniel Butho-Ruffier

Vallée de la Vanne

Henri Carré

Région de Sens

Henry Cyméris

Thorigny-sur-Oreuse, Vallée de la Vanne

André Huchet

Puisaye

Yves Martin

Vallée de la Vanne

Dovilio Peretto

Villeneuve-sur-Yonne, région de Sens

Jérémie Thomas

Vallée de la Vanne

Musées

85Musée d’Avallon

86Musée d’Autun

87Musée d’Auxerre

88Musée de Dijon

89Musée de Sens

90Musée de Troyes

Services régionaux et départementaux de l’Archéologie

91S.R.A. Bourgogne

Notes

8 Pour l’Île-de-France, cette recherche fait l’objet d’un PCR sur le Tardiglaciaire dirigé par Boris Valentin, qui dure depuis près d’une vingtaine d’années.

9 La reprise de fouilles à Lailly est motivée par la quête d’éléments datants, sans doute pas de la faune ni des charbons de bois, qui n’ont pas été retrouvés lors de la première tranche, mais plutôt des pierres ou des silex brûlés qui pourraient se prêter à une analyse par thermoluminescence.

10 En février 2007, nous avons identifié en Seine-et-Marne (Ormesson, région de Nemours), un gisement gravettien où la faune est conservée, associée à du silex et des restes de structures de combustion. Une première date situe cette occupation aux alentours de 26.000 BP.

11 Le gisement de Saint-Sulpice de Favières (Solutréen moyen) dans l’Essonne, fouillé par Béatrice Schmider et Charles Sacchi, montre bien que ces fabricants de feuilles de laurier ont fréquenté la partie septentrionale de la France.

12 L’opération de relevé d’art rupestre se poursuit encore en 2015.

Table des illustrations

Légende Fig. 39. Carte des sites du Paléolithique supérieur en Bourgogne (source : base de données Patriarche).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 909k
Légende Fig. 40. Gron (Yonne), ‘Chemin de l’Évangile’. Vue du chantier en 2004, vers le nord. Élargissement du secteur sud au premier plan (d’après Connet, 2004).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Légende Fig. 41. Gron (Yonne), ‘Chemin de l’Évangile’. Reconstitution d’une pièce foliacée cassée en trois fragments au façonnage (B12 no 76, B12 no 75 et B 12 no 70) (d’après Connet, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Légende Fig. 42. Lailly (Yonne). Grattoirs carénés (d’après P. Bodu).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 43. Flacy (Yonne). 1. Burin caréné ; 2 et 4. burins busqués ; 3. grattoir caréné ; 5. bec type Chamvres (d’après Mougin, Bodu).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 44. Flacy (Yonne). 1 à 5. Burins busqués, les nos 3 à 5 avec coche d’arrêt (d’après Mougin, Bodu).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Fig. 45. Oisy (Nièvre), Mont-Saint-Aubin. Les gastéropodes et les scaphopodes découverts à Oisy (d’après Bodu, 2007).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 46. Oisy (Nièvre), Mont-Saint-Aubin. Échantillon des lamelles à dos d’Oisy (d’après Bodu, 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Fig. 47. Oisy (Nièvre), Mont-Saint-Aubin. Un petit amas de silex et d’os brûlé, découvert en B 31 (d’après Bodu, 2004).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Fig. 48. Arcy-sur-Cure (Yonne), Grande Grotte. Amincissement de la calcite par E. Guillamet (photo D. Baffier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Légende Fig. 49. Arcy-sur-Cure (Yonne), Grande Grotte, salle des Noyaux de Cerises. Grand mammouth en cours de dégagement ; la calcite, épaisse, n’a pas été retirée à l’intérieur du corps (photo D. Baffier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 874k
Légende Fig. 50. Arcy-sur-Cure (Yonne), Grande Grotte. Lampe O 97-9, formée d’une concrétion creuse, posée sur le sol préhistorique près d’un foyer, au début de la salle des Vagues (d’après Baffier, 2000).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende Fig. 51. Solutré (Saône-et-Loire), Le Crot du Charnier. Le niveau aurignacien en cours de fouille, en 2004 (photo Y. Pautrat).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Légende Fig. 52. Solutré (Saône-et-Loire), Le Crot du Charnier. Objets de parure découverts dans la couche 2. a. perle en forme de disque, en ivoire ; b. perle en forme de panier, en ivoire ; c. incisive de marmotte encochée (d’après Connet, 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 53. Solutré (Saône-et-Loire), Le Crot du Charnier. Industrie lithique de la couche 2. 1. Racloir ; 2-3. lames retouchées ; 4 à 6. lames aurignaciennes (dessins E. Boitard, Inrap, d’après Connet, 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Légende Fig. 54. Mellecey (Saône-et-Loire), Germolles. Plan de la grotte 1 de la Verpillière (d’après Floss, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Légende Fig. 55. Azé (Saône-et-Loire), camping de Rizerolles. Coupe est des carrés Q 19 et 20. Le niveau gravettien (brun homogène) est ici peu épais et surplombe le substrat calcaire (photo H. Floss).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Titre TABLEAU RÉCAPITULATIF DES DATES 14C DU BADEGOULIEN DU BASSIN PARISIEN
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 56 (suite). Graphique des dates radiocarbone des gisements gravettiens du Bassin parisien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5607/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

Auteurs

Inrap Grand Sud-Ouest - Centre archéologique de Poitiers, 122 rue de la Bugellerie, 86000 Poitiers

Institut für Ur- und Frühgeschichte und Archäologie des Mittelalters, Abteilung Ältere Urgeschichte und Quartärökologie, Schloss, Burgsteige 11, D 72070 Tübingen

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search