Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 1. Le Paléolithique et le mésolithique en Bourgogne

5. Le peuplement de la Bourgogne au Paléolithique moyen : les industries lithiques à témoin

Sylvain Soriano

Texte intégral

L’auteur tient à remercier tous ceux qui, par les informations généreusement fournies ou leurs commentaires, ont contribué à enrichir cette synthèse.

5.1. INTRODUCTION

1Le tableau de l’occupation de la Bourgogne au Paléolithique moyen pourrait être naturellement et structurellement contrasté par la partition géologique de la région (fig. 29). Au nord, les auréoles crétacée et tertiaire du Bassin parisien, où d’épaisses formations de couverture et des dépôts fluviatiles étendus sont propices à la préservation de vastes occupations de plein air. Au sud, les séquences de calcaire jurassique où se sont développées les cavités karstiques appelant spontanément les occupants paléolithiques. Toutefois, la situation n’est pas réellement aussi tranchée que cette opposition pourrait le laisser penser même si une séparation assez nette dans les traditions et problématiques de recherche est historiquement indiscutable. Cette partition apparaissait d’ailleurs dans la programmation 1990-1994 du CNRA sous la forme d’une distinction P3 : installations en grotte du Riss et du Würm ancien et P4 : sites de plein air du Riss et du Würm ancien (Collectif, 1997). Fouilles préventives en Mâconnais, prospections dans le Tournugeois et découvertes au sein du village de Solutré suggèrent ainsi que, hors des grottes et abris de ces régions de Bourgogne méridionale, les occupations du Paléolithique moyen ne manquent pas.

2Si les recherches antérieures à 1995 avaient consacré les occupations de plein air du Weichsélien ancien au nord de la Bourgogne (Deloze et alii, 1994), les découvertes et recherches de cette dernière décennie ont surtout ouvert des fenêtres sur le Paléolithique moyen récent ou final, tant au sein des espaces découverts du nord de la Bourgogne que du domaine karstique méridional. Ainsi, avec la reprise des fouilles à la ‘Grotte du Bison’ à Arcysur-Cure par F. David, l’image des dernières industries moustériennes qui restait celle portée par les travaux de C. Farizy (Girard, 1978, 1980), a été très sensiblement renouvelée. Plus globalement, l’étude renaissante des industries moustériennes des cavités d’Arcy-sur-Cure ravive l’intérêt de la séquence chrono-culturelle de cet ensemble pour le Paléolithique moyen final.

3Cette dernière décennie de découvertes, par la diversité des industries lithiques documentées, confirme l’image complexe du peuplement de la Bourgogne au Paléolithique moyen, en particulier pour sa phase récente, la mieux connue. Même s’il est encore délicat de dégager des régularités ayant valeur de modèle quant aux différentes composantes culturelles de ce peuplement et à leur distribution spatio-temporelle, la Bourgogne apparaît bien à la confluence de traditions techniques différenciées, au moins pour le Weichsélien. Le site de Gron, dans la vallée de l’Yonne, outre de documenter aussi la phase finale du Paléolithique moyen, donne un contraste inattendu à la géographie culturelle du nord de la Bourgogne pour cette période par l’originalité des industries lithiques qu’il a livrées (Connet et alii, 1999 ; Lhomme et alii, 2007). Si les recherches de terrain sur le site de Champlost (Yonne) sont depuis longtemps achevées, les récents développements de l’étude des industries lithiques permettent de souligner à nouveau les spécificités dans la structure et la gestion de l’outillage qui semble bien relever de pratiques rencontrées dans des industries plus orientales (Farizy, 1995b ; Boudias, 2000 ; Lhomme, 2000). Plus au sud, la découverte fortuite de Paléolithique moyen au sein même du village de Solutré témoigne d’un pan de la Bourgogne ouvert culturellement sur le couloir rhodanien (Combier, Montet-White dir., 2002).

4Même si de trop larges zones d’ombre subsistent encore, les découvertes et travaux de cette décennie viennent suggérer l’intérêt de la Bourgogne pour qui veut jauger la notion d’aire culturelle pour le Paléolithique moyen. De façon volontairement caricaturale, on peut dire qu’elle est à la croisée des chemins d’un Paléolithique moyen septentrional, celui du Levallois, des lames et des espaces ouverts, d’un Moustérien méridional qui cultive l’art de la retouche et d’une nébuleuse orientale, réduite par simplicité au Micoquien, qui distille ses outils bifaciaux. Restons toutefois modestes ; avant des résultats conséquents sur ce point, la décennie à venir imposera des efforts pour doter le Paléolithique moyen bourguignon d’un cadre chronostratigraphique étoffé.

Fig. 29. Carte des sites du Paléolithique moyen en Bourgogne (source : base de données Patriarche).

5Afin de mettre en relief cette multipolarité culturelle, nous avons pris le parti de présenter selon un transect nord/sud le tableau des recherches entreprises sur les industries du Paléolithique moyen entre 1995 et 2006, fouilles, prospections ou études de collections.

5.2. SUR LES VERSANTS DU SÉNONAIS

6Le Paléolithique moyen ne passe pas inaperçu sur les versants du Sénonais tant les indices et sites de surface sont nombreux. Toutefois, comme l’ont, à l’époque, montré les opérations préventives sur le tracé de l’A5, nombre de sites sont fortement enfouis au sein de la couverture limoneuse. Depuis, aucune fouille significative n’a été opérée.

5.2.1. De nouveaux résultats sur les sites de l’A5

7Plus de 10 ans après la publication monographique des sites du Paléolithique moyen fouillés sur l’A5 (Deloze et alii, 1994), les recherches doctorales de P. Depaepe (Depaepe, 2002) ont précisé les connaissances sur ces occupations du Sénonais au cours du Paléolithique moyen, en particulier sur la structuration spatiale des niveaux d’occupation. Au sein d’une nappe continue de vestiges en faible densité, l’analyse spatiale menée par P. Depaepe a permis la distinction de plusieurs occupations adjacentes.

8L’interprétation chrono-culturelle des industries n’a toutefois pas été significativement modifiée. La majorité des occupations prend place au Weichsélien ancien. Les industries, affiliées à un « technocomplexe du Nord-Ouest » pour P. Depaepe, s’individualisent par l’association de productions Levallois et laminaire, cette dernière désormais bien documentée (Révillion, 1995 ; Révillion, Tuffreau dir., 1994).

9Pendant cette même période, certaines occupations comme Vinneuf (Gouédo, in Deloze et alii, 1994) ou Villeneuve-l’Archevêque ‘La Prieurée’ niv. C (Depaepe, 2002) ont été assimilées au Micoquien en s’appuyant sur certaines des particularités des bifaces et outils bifaciaux de ces industries. Si certaines similitudes sont manifestes avec les pratiques techniques du Micoquien, il est selon nous prématuré et peut-être réducteur d’assimiler ces industries au Micoquien. Les débuts du Weichsélien sont encore mal connus régionalement pour écarter toute possibilité de développement local sur un substrat de la fin de l’Acheuléen.

10Les niveaux les plus récents de Lailly ‘Beauregard’ (niv. A) et Villeneuve-l’Archevêque ‘La Prieurée’ (niv. A), placés au cours du Pléniglaciaire moyen weichsélien, ont été qualifiés de Charentien de tradition micoquienne et rapprochés de Champlost (Depaepe, 2002). Ici aussi, nous nous interrogeons sur la pertinence de cette comparaison. À Champlost, l’intensité de la retouche des outils, les racloirs à retouche bifaciale et le débitage Levallois récurrent centripète, presque exclusif, ne trouvent pas d’équivalents dans ces sites du Sénonais. La petite taille des bifaces, leur fréquence et la présence marquée d’un débitage non Levallois pourraient tout aussi bien suggérer des comparaisons avec certaines industries à bifaces du Bassin parisien (Courteaux, 2006).

5.2.2. Sur d’autres versants

11Des recherches plus ponctuelles ont été menées par S. Soriano sur des sites de versant ou de bord de plateau. De façon prévisible, les sondages opérés en 1997 sans recourir à des moyens mécanisés n’ont donné qu’une image très limitée de la nature et de la géométrie des formations superficielles pléistocènes.

12Sur le ‘Mont’, à Vaumort (Yonne), est un site connu depuis le début du xxe (Hure, 1921). La position stratigraphique de l’industrie lithique moustérienne n’a pu être retrouvée lors de sondages menés en 1997 (Soriano, 1997). Les caractéristiques techno-typologiques de l’échantillon de cette industrie collectée en surface s’accordent toutefois bien avec les descriptions données par G. Chameaux (Chameaux, 2004) à partir de la collection Hure provenant de ce toponyme et conservée au musée de Sens. Le débitage est essentiellement Levallois, de modalité récurrente unipolaire parallèle, mais quelques nucléus laminaires et lamellaires volumétriques, proches de ceux décrits à Seclin (Révillion, 1993), sont aussi présents (fig. 30). Dans les deux ensembles sont aussi mentionnées de petites pièces bifaciales. L’outillage retouché comprend surtout des racloirs et de rares pointes moustériennes. Un des sondages a toutefois révélé une industrie à patine rousse en position primaire ou peu dérivée différant nettement de l’assemblage de surface. Le sédiment qui emballe les vestiges est un limon fortement structuré par une ou plusieurs pédogenèses et qui repose sur un cailloutis de galets de silex très ancien (Plio-Pléistocène). Le débitage n’est pas Levallois et évoque plutôt les débitages algorithmiques décrits dans l’Acheuléen, comme à Soucy 1 (Lhomme et alii, 1998). Il n’y a toutefois pas de biface mais uniquement quelques racloirs simples.

Fig. 30. Vaumort, ‘Le Haut des Chateigniers’ (Yonne). Nucléus à lames, série à patine blanche, surface. D’après Soriano, 1997.

Fig. 31. Theil-sur-Vanne, ‘Les Basses Pierres Percées’ (Yonne), surface. 1. Nucléus Levallois ; 2. racloir à dos aminci ; 3 et 6. éclats Levallois ; 4. fragment de lame à crête ; 5. fragment de lame sous-crête. 1 à 3, 6 d’après Soriano, 1994 modifié ; 4, 5 d’après Smets, 2002, modifié.

13À Theil-sur-Vanne ‘Les Basses Pierres Percées’, des sondages réalisés en 1994 (Soriano, 1994, rapport d’opération inédit) ont montré que l’industrie lithique présente en surface sur plusieurs centaines de m ² pouvait être observée en position secondaire dans des limons argileux à passées de cailloutis, accumulés en bas de versant par colluvionnement ou solifluxion. Recouvrant un lambeau de grave grossière en position de moyenne terrasse de La Vanne (Bouiller et alii, 1971), ces limons ont probablement été mis en place au cours du Weichsélien. Il s’agit donc d’un terminus ante quem pour l’occupation paléolithique. L’industrie a été décrite comme associant plusieurs systèmes de production lithique : débitage Levallois récurrent, surtout de modalité unipolaire parallèle, débitage Levallois linéal, débitage laminaire volumétrique assez simple dans ses modalités et façonnage de bifaces (Smets, 2002) (fig. 31 et 32). L’outillage retouché, qui représente presque 12 %, est dominé par les racloirs, accompagnés de rares pointes moustériennes, de denticulés et d’une quantité significative d’outils du groupe paléolithique supérieur (burins, grattoirs, couteaux à dos).

14Les caractéristiques de ces deux assemblages les rapprochent assez nettement des industries du Weichsélien ancien découvertes sur l’A5 (Deloze et alii, 1994 ; Depaepe, 2002) tant dans la nature des schémas de taille que pour l’outillage. Seules les pièces bifaciales de Vaumort ‘Sur le Mont’ apparaissent originales dans cette ambiance si commune sur les versants du Sénonais. Elles diffèrent par leur morphologie des bifaces des séries de l’A5 (Deloze et alii, 1994 ; Depaepe, 2001).

Fig. 32. Theil-sur-Vanne, ‘Les Basses Pierres Percées’ (Yonne), surface. Biface ovalaire. D’après Smets, 2002, modifié.

5.3. DANS LA VALLÉE DE L’YONNE

5.3.1. Un Moustérien ancien à la carrière Brisson (Sens, Yonne) ?

15Des descriptions données par A. Hure de la découverte au début du xxe de vestiges moustériens dans les sables fluviatiles de la carrière Brisson à Sens, on retiendra l’abondance des vestiges lithiques. Toutefois, de la collection originelle ne subsistait lors de l’étude entreprise par G. Chameaux en 2004 qu’un peu moins d’un tiers des vestiges lithiques (Chameaux, 2004). Ceci n’efface pas l’intérêt de cet ensemble.

16Si l’état de surface des vestiges, en particulier le concassage des bords et le lustre des surfaces, indique un certain degré de remaniement, leur concentration diffère significativement du bruit de fond paléolithique de toute nappe alluviale pléistocène et plaide en faveur du démantèlement en masse d’une riche occupation paléolithique à proximité d’un chenal pléistocène. L’étude de la fraction préservée de cette industrie en a souligné le caractère fortement Levallois (Chameaux, 2004). Sur la base de cette étude, il est possible de décrire un débitage Levallois récurrent en séries parallèles qui donne des éclats allongés voire nettement laminaires. La préparation des convexités comme leur entretien fait appel à des enlèvements centripètes. Le débitage des éclats Levallois est plutôt unipolaire mais une alternance entre deux plans de frappe opposés est aussi observée. L’outillage retouché est peu abondant puisque seuls quatre racloirs sur éclats semi-corticaux et deux pointes moustériennes sont signalés. Sur les deux bifaces de la série, l’un, nettement roulé, pourrait dériver de dépôts plus anciens.

17La carrière Brisson exploitait les dépôts d’une moyenne terrasse de l’Yonne, qui pourrait être identifiée comme la nappe de +15 m d’altitude relative, dite nappe de Misy, d’après les travaux de C. Chaussé (Chaussé, 2003). Cette nappe se serait édifiée au cours des SI 8 et 7 et l’industrie se placerait ainsi dans la phase ancienne du Paléolithique moyen.

18Cette proposition chronologique est tout à fait congruente avec les caractéristiques de l’industrie. En effet, le caractère quasi exclusif de la production Levallois, l’allongement des produits Levallois et l’absence de débitage laminaire volumétrique rapprochent cette série de certaines industries du Paléolithique moyen ancien comme celles de Biache-Saint-Vaast IIa et IIbase (Nord, France) (Tuffreau, Sommé dir., 1988) ou de Rheindahlen niveau B5 (Nordrhein-Westfalen, Allemagne) (Thieme et alii, 1981).

19Si les sites d’un tel âge restent rares en Bourgogne, il est bon de noter que des outils isolés sont sporadiquement observés dans les formations de versant de la fin du Pléistocène moyen récent, comme à Gron dans une zone d’emprunt de matériaux pour la RN60 (Lhomme, Chaussé, 1998). Ces outils, même isolés, sont la manifestation discrète d’un peuplement de la région à cette période.

5.3.2. GronLe Fond des Blanchards’ (Yonne), une découverte qui détonne

20Si les conditions qui ont contribué à la découverte de ce site, en 1996, sont désormais classiques, puisque liées à l’exploitation des gravières dans la vallée de l’Yonne, le site, son contexte et ses vestiges le sont beaucoup moins dans le cadre du Sénonais. Il s’agit en effet d’une première découverte d’un site de cette période, en position primaire ou peu dérivée implanté en contexte de berge de rivière.

21Après la découverte du site en 1996, lors d’un diagnostic opéré par S. Collet dans le cadre de la convention ‘Gravières de l’Yonne’, l’exploitant a pris le parti de cesser l’extraction, mettant de facto le site en réserve. Sur prescription du S.R.A. un diagnostic complémentaire est conduit sous la direction de V. Lhomme en 1999 (Lhomme et alii, 1999). Une fouille programmée a été menée par ce dernier de 2003 à 2006 (Lhomme et alii, 2004a ; Lhomme et alii, 2007).

22Le gisement a livré plusieurs niveaux d’occupation du Paléolithique moyen attribués au Pléniglaciaire inférieur ou au début du Pléniglaciaire moyen weichsélien qui forment deux ensembles de mobilier. Le premier comprend la succession de plus de sept niveaux d’occupation (couches DB à D1) inégalement conservés au sein des dépôts d’une barre sableuse entre deux chenaux fluviatiles. Le second se réduit à la couche C observée dans un sédiment fluviatile fin altéré par une pédogenèse. La couche C pourrait s’insérer dans la partie basale de la séquence des niveaux D (Lhomme, comm. pers.). Le mobilier des niveaux D est assez bien conservé et comprend de la faune tandis que dans la couche C la faune a disparu et le matériel lithique est patiné.

23L’industrie lithique est taillée dans le silex sénonien local, dont les moustériens ont collecté des rognons, parfois volumineux (jusqu’à plus de 40 cm dans la couche C), manifestement dans l’environnement immédiat du site, soit dans les alluvions, soit sur les proches versants. Toutefois, dans l’industrie de la couche C, plusieurs variétés de silex tertiaire sont présentes, essentiellement sous forme d’outils retouchés et de grands éclats de retouche ou de façonnage. Même si les gîtes de ces matériaux ne sont pas identifiés, ils peuvent avoir pour origine soit l’auréole tertiaire du Bassin parisien, au minimum au nord de la vallée de la Seine et de l’Aube, soit la vallée de la Loire où d’importants gîtes de silex tertiaire sont aussi documentés (Lhomme et alii, 2006). Par ailleurs, la proportion d’outils en silex tertiaire est élevée (8,3 % du total des outils) par comparaison avec les autres industries du Paléolithique moyen du Sénonais.

5.3.2.1. L’industrie lithique de la couche C

24M. Pagli (Pagli, 2005) a décrit le débitage de la couche C comme procédant en courtes séquences unipolaires successives mais indépendantes les unes des autres, diversement distribuées sur le volume de matière qui peut être un rognon, entier ou gélifracté, ou un gros éclat cortical. Le débitage débute sans préparation préalable du volume à débiter et le plan de frappe est soit une surface naturelle, soit un négatif d’une séquence antérieure. Souvent il n’y a qu’une seule séquence, constituée de trois enlèvements unipolaires et de direction assez parallèle. Le plan de détachement des éclats est soit parallèle soit sécant, ce qui modifie à escient la morphologie des supports, larges ou allongés. Aucun entretien des convexités des surfaces de débitage successives n’a été opéré par les tailleurs.

25Compte tenu de l’organisation du débitage, les produits recherchés sont de dimensions variées et présentent très fréquemment d’amples portions de surfaces corticales latérales et/ou distales. Presque la moitié des outils, où les racloirs dominent outrageusement (fig. 33), est d’ailleurs confectionnée sur les supports semi-corticaux. Les éclats corticaux larges et épais ont été préférentiellement sélectionnés comme support de l’outillage retouché. Pour M. Pagli, la retouche d’une partie des racloirs s’accorde avec la définition de la retouche « Quina » proposée par F. Bordes (Bordes, 1961) mais diffère toutefois de ce qui est habituellement décrit pour les sites du Moustérien de faciès Quina dans le sud-ouest de la France. Dans la couche C, la retouche écailleuse en rangs superposés est appliquée à des supports au volume variable tandis que pour L. Bourguignon, il existe dans les industries du Moustérien de faciès Quina « un outil Quina » au support et au tranchant normalisés (Bourguignon, 1997).

26La comparaison avec le débitage de type Quina, spontanément suggérée par la typologie des outillages, n’est pas satisfaisante selon M. Pagli (Pagli, 2005). On ne retrouve pas ici la forte récurrence du débitage décrite par L. Bourguignon ni même de système d’entretien des convexités. L’organisation en deux surfaces, plan de frappe et surface de débitage, dont le rôle s’inverse à plusieurs reprises au cours du débitage, structurelle dans le système Quina, apparaît anecdotique dans l’industrie du niveau C. Les comparaisons proposées avec les débitages algorithmiques, comme celui du Clactonien (Forestier, 1993), apparaissent plus en accord avec la structure observée dans l’industrie du niveau C.

5.3.2.2. L’industrie lithique des niveaux D

27Les variations quantitatives entre les différents niveaux D sont importantes et leur étude est à différents degrés d’avancement à ce jour (Coudenneau, 2004 ; Nicoud, 2005 ; Lhomme et alii, 2007). Toutefois, ils partagent des caractères communs quant à la production et à la consommation de l’outillage lithique. Le débitage est réalisé sans préparation aux dépens de surfaces qui présentent des convexités favorables. Il procède en courtes séquences plutôt unipolaires mais parfois aussi convergentes. Sur cette base, que l’on qualifierait volontiers d’algorithmique, plusieurs préférences apparaissent quant à l’organisation des séquences successives, en fonction du volume de matière (Lhomme et alii, 2007). Sur des blocs ovoïdes, la direction du débitage est sécante et les séquences élémentaires s’organisent selon une alternance systématique des surfaces de plan de frappe et de débitage. Sur des blocs plus allongés, le débitage s’organise « en tranche ». Ces deux premières modalités peuvent se succéder au sein d’un même volume comme l’attestent plusieurs remontages de D3. À partir de grands éclats ou de cassons de morphologie proche, le débitage est réalisé aux dépens de la face supérieure et peut être sécant.

Fig. 33. Gron, ‘Le Fond des Blanchards’ (Yonne), niveau C. Racloirs. D’après Lhomme et alii, 2007, modifié.

28Les éclats produits, volontiers courts et à talon cortical, lisse ou dièdre épais, présentent souvent sur leur face supérieure, compte tenu de l’organisation du débitage, des négatifs parallèles et d’amples portions corticales résiduelles, pans ou dos. Les nucléus sur éclat ont livré en général des produits plus petits et plus minces mais toujours assez larges.

29Le niveau D2 s’individualise par le volumineux remontage d’un nucléus préparé et exploité selon une conception Levallois. L’essentiel du débitage suit une modalité récurrente mais se termine par un éclat préférentiel. Cet unique témoin du Levallois s’accompagne d’un débitage sur éclat ou fragment de bloc qui procède par courtes séquences unipolaires aux dépens de surfaces qui présentent naturellement les convexités requises.

30Si l’industrie lithique des deux ensembles, couche C et niveaux D, exprime une tradition technique comparable, ils se distinguent nettement sur un plan technoéconomique. L’industrie de la couche C’est très riche en outils retouchés tandis que les niveaux D présentent des amas de débitage avec de nombreux déchets et de rares outils retouchés mais a contrario en D3 de nombreux éclats de retouche qui matérialisent des outils manquant sur le site, manifestement exportés (Lhomme et alii, 2007). Par ailleurs, le module des éclats produits est significativement plus élevé pour la couche C en corrélation avec une collecte de rognons de silex plus volumineux et de meilleure qualité.

5.3.2.3. ‘Le Fond des Blanchards’ dans le contexte régional

31Comme noté dès 1999, l’industrie du ‘Fond des Blanchards’ détonne dans le paysage régional du Paléolithique moyen (Lhomme et alii, 1999). Dans le Sénonais, il est de longue date reconnu pour cette période une ambiance fortement Levallois dans les industries (Hure, 1921 ; Girard, 1976 ; Thonnelier, Viot, 1982 ; Deloze et alii, 1994). Malgré la forte visibilité archéologique d’un mobilier tel que les grands racloirs du ‘Fond des Blanchards’, avec leur retouche écailleuse, ils semblent absents des nombreuses collections particulières constituées par ramassage de surface dans la région. Plus largement, l’industrie du ‘Fond des Blanchards’, quelle que soit son interprétation chrono-culturelle, représente en France l’extension la plus nordique de ce type de tradition technique. Si une origine septentrionale était démontrée pour certaines des matières premières allochtones de l’industrie, cela suggèrerait pour les hommes du ‘Fond des Blanchards’ l’exploitation de territoires plus au nord ou nord-est que le Sénonais et montrerait, pour ces périodes, les limites des enregistrements archéologiques connus.

32Il reste que les industries lithiques du ‘Fond des Blanchards’ manifestent l’irruption au Pléniglaciaire moyen, sur cette marge du Bassin parisien qu’est le Sénonais, de porteurs de traditions allochtones. La recherche de comparaison avec des sites de la partie sud de la Bourgogne n’apparaît pas fructueuse pour autant (Lhomme et alii, 1999). L’originalité des industries du ‘Fond des Blanchards’ reste donc entière même si la structure générale de l’industrie est proche du Moustérien de faciès Quina du Sud-Ouest et de Charente.

33À moins d’un kilomètre du ‘Fond des Blanchards’, sur la commune d’Étigny, un diagnostic a révélé une autre occupation (Muller et alii, 1999) au bord d’un chenal appartenant à la même nappe alluviale (nappe de Gron, Chaussé, 2003). L’extension de cette occupation reste toutefois indéterminée. Une petite concentration de vestiges lithiques correspond à un poste de taille comprenant deux blocs de silex juste entamés, éclats et percuteurs (Lhomme et alii, 2004a). Un des remontages, complet, atteste qu’aucun des produits débités n’a été exporté. Une telle configuration évoque certains des niveaux du ‘Fond des Blanchards’ (D1, Da) (Lhomme, comm. pers.). Le système de débitage s’apparente selon V. Lhomme à celui documenté dans les industries de type Quina. Les relations chronologiques de ce petit site avec les occupations de Gron ‘Fond des Blanchards’ restent indéterminées, même s’ils s’insèrent dans les dépôts fluviatiles fins de la même nappe alluviale.

5.4. ENTRE PAYS D’OTHE ET ARMANÇON : CHAMPLOST (YONNE)

34Champlost est assurément un des sites majeurs pour le Paléolithique moyen bourguignon et de nouvelles études de l’industrie lithique viennent le rappeler (Boudias, 2000 ; Lhomme, 2000). Implanté sur la rive d’un petit ruisseau du bassin de l’Armançon, au sud du Pays d’Othe, il a été fouillé par C. Farizy de 1982 à 1993 (Farizy, 1985 ; Lhomme, 2000). Les deux secteurs fouillés totalisent plus de 100 m². Deux couches ont été distinguées mais le statut de la couche supérieure, bien moins dense, reste discuté : fraction remaniée de la couche profonde ou témoin d’une occupation plus récente du site. Selon V. Lhomme, les datations ESR de R. Grün (Farizy, 1991), comme les interprétations géomorphologiques (Farizy et alii, 1986), permettent de rapporter prudemment les occupations de Champlost à la première moitié du Pléniglaciaire moyen (Lhomme, 2000).

35Comme l’avait évoqué C. Farizy, les caractéristiques de l’industrie sont originales. La fréquence très élevée des racloirs place cette industrie dans la famille des moustériens charentiens. Toutefois, C. Farizy a souligné que la part des racloirs épais, des racloirs transversaux de type Quina et des limaces l’écartait du Moustérien de type Ferrassie. S’ajoutent à ce tableau les racloirs à retouche biface et à dos ou base amincis dont l’abondance et les caractères lui ont appelé des comparaisons avec des objets équivalents dans le Micoquien allemand (Farizy, 1995b).

36Récemment des études technologiques ont été menées sur un échantillon (35 m²) de la couche inférieure, la plus riche, du locus nord (Boudias, 2000) et sur l’ensemble du matériel du niveau principal du secteur sud (51 m² / 6.545 pièces) (Lhomme, 2000) (fig. 34). Malgré l’intense patine recouvrant les vestiges lithiques, tout indique que le silex taillé par les occupants du site est exclusivement d’origine crétacée, assurément locale. Seules trois pièces en silex allochtone, vraisemblablement tertiaire selon V. Lhomme, ont été isolées. Les surfaces corticales observables indiquent un approvisionnement principal en gîte primaire, complété par la collecte de rognons dans les proches alluvions (environ 22 % des cortex indiquent cette origine dans le secteur sud). Le débitage est presque exclusivement régi par une conception Levallois. J.-B. Boudias a distingué un schéma récurrent centripète, majoritaire, un schéma récurrent unidirectionnel, et plus rarement un schéma bidirectionnel. Il est possible que ces schémas représentent, comme suggéré par É. Boëda pour Corbehem, différents moments de la méthode récurrente centripète (Boëda, 1994). Dans le secteur sud, pour V. Lhomme, les nucléus Levallois sont exploités selon une méthode récurrente centripète ou plus rarement bipolaire opposée mais il n’est pas exclu qu’elles se succèdent sur un même nucléus. Il mentionne toutefois des nucléus non Levallois dont les enlèvements ne présentent pas d’organisation déterminée. Contrairement à ce que l’on peut observer dans les industries du Paléolithique moyen dans la zone crétacée du nord de la Bourgogne, riche en silex, ici le débitage a été poursuivi jusqu’à exhaustion presque complète des nucléus Levallois. Cette pratique, qui apparaît peu justifiée économiquement dans ce contexte de forte disponibilité de matières taillables, pourrait avoir un ancrage culturel, d’autant que nombre des produits Levallois sont restés bruts et que, dans le secteur sud, les supports des outils ont été sélectionnés parmi les plus grands produits.

Fig. 34. Champlost (Yonne), secteur sud. 1. Nucléus Levallois récurrent centripète ; 2 et 3. éclats Levallois ; 4. racloir simple à amincissement ; 5. racloir simple ; 6-7. éléments proximaux d’outils fracturés ; 8. racloir convergent ; 9 à 12. éclats de retouches. D’après Lhomme, 2000, modifié.

37L’outillage retouché est toutefois assez abondant pour un site de plein air (Tuffreau, 2001) ; les outils représentent 13 % de l’ensemble dans le secteur nord (N) et 8 % dans le secteur sud (S) (Boudias, 2000 ; Lhomme, 2000). Les racloirs abondent (N : 86 % des outils et S : 79,4 % des outils entiers) et seules les pointes moustériennes suivent en proportion significative (N : 7 % et S : 7,6 %). Dans le secteur nord, plus de la moitié des racloirs présente une retouche bifaciale, quelles que soient sa nature (tranchant bifacial, dos ou base amincis,…) et son ampleur. Dans le secteur sud, les pièces bifaciales atteignent presque 5,9 % des outils entiers.

38Des informations techno-économiques significatives ont aussi été recueillies pour les deux secteurs. Toutes les phases des schémas opératoires sont représentées, indiquant un débitage in situ. Néanmoins, pour le silex provenant de gîtes primaires, la dimension moyenne des éclats corticaux, par rapport à certains des produits Levallois, pourrait indiquer une préparation, au moins partielle, de nucléus en dehors du site, peut-être sur les gîtes mêmes (Boudias, 2000). Dans le secteur sud, il a été noté un déficit significatif en grands éclats de préparation, pourtant attendus compte tenu de la dimension des plus grands produits Levallois (Lhomme, 2000). Ces derniers auraient été introduits en l’état dans le secteur ou sur le site. La présence marquée d’éclat de retouche ou d’éclat de façonnage bifacial dans les deux secteurs signe une intense activité de confection de l’outillage sur le site. Toutefois, l’absence de certains des éclats de façonnage attendus dans la confection de pièces bifaciales sur éclat laisse penser que certaines ont pu être introduites sur le site à une étape avancée de leur fabrication. S’il est parfois difficile d’identifier les supports des racloirs tant la retouche les modifie, dans le secteur nord presque la moitié d’entre eux a été confectionnée sur des éclats avec du cortex, provenant vraisemblablement de la phase d’initialisation du débitage Levallois ou encore de l’entretien des plans de frappe, dont l’épaisseur est plus importante que celle des éclats des autres phases du débitage. Les travaux de V. Lhomme ont surtout mis en exergue la fracturation volontaire très fréquente des outils retouchés – leur taux de fracturation atteint 57,3 % – mais aussi de supports bruts dans l’industrie de Champlost (Lhomme, 1993, 2000).

39On peut finalement souligner que l’industrie de Champlost témoigne d’une gestion de la production et de la confection des outils inconnue dans les industries moustériennes à forte composante Levallois du Bassin parisien ou du Nord de la France. Le caractère charentien est affirmé mais la fréquence des pièces bifaciales et des racloirs à retouche biface donne à cette industrie une certaine originalité (Lhomme, 2000).

5.5. LES INDUSTRIES LITHIQUES DES DERNIERS MOUSTÉRIENS D’ARCY-SUR-CURE

5.5.1. La ‘Grotte du Bison’

40Les fouilles reprises à la ‘Grotte du Bison’ à partir de 1992 par F. David puis M. Hardy ont conduit à préciser la stratigraphie des occupations moustériennes comme à constituer de nouveaux échantillons pour l’analyse techno-typologique des industries lithiques du site (Lhomme et alii, 2004b).

41Les couches E et F, minces et très anthropisées (foyers et nappes de cendres), sont les ultimes couches de la séquence paléolithique moyen de la ‘Grotte du Bison’. L’industrie lithique, taillée soit dans la chaille locale, soit dans du silex crétacé importé (22 à 31 %), est dans un bon état de conservation (fig. 35). Toutefois les deux matières ont été inégalement traitées. Si la chaille a été taillée sur place, le silex a quant à lui été introduit sous la forme de supports bruts ou d’outils et les évidences de recyclage sont nombreuses. La chaille a été exploitée selon un débitage de conception Levallois, représenté par plusieurs méthodes récurrentes : centripète ou convergente et uni-bipolaire. Le contrôle des convexités latérales par l’extraction d’éclats débordants est un procédé fréquemment suivi par les tailleurs dans ces couches E et F. Les produits recherchés sont en majorité des éclats ovalaires à sub-quadrangulaires, plutôt allongés. Les racloirs et les éclats à retouche marginale constituent chacun presque un tiers de l’outillage. Les racloirs convergents ne sont pas rares. Encoches et denticulés complètent la panoplie. À noter la présence de pièces esquillées en silex qui apparaissent comme une étape ultime de la transformation dont a fait l’objet l’outillage dans cette matière.

Fig. 35. Arcy-sur-Cure, ‘Grotte du Bison’ (Yonne), couches F et E. 1. Nucléus Levallois en chaille (F) ; 2. pointe moustérienne en silex (F) ; 3. racloir convergent en silex (E) ; 4. éclat Levallois en chaille (E) ; 5. racloir transversal en silex (E). D’après Lhomme et alii, 2004, modifié.

Fig. 36. Arcy-sur-Cure, ‘Grotte du Bison’ (Yonne), couches G et H. 1. Nucléus discoïde en chaille (G) ; 2. nucléus discoïde sur éclat en silex (H) ; 3. denticulé en chaille (G) ; 4. encoche en chaille (G) ; 5. denticulé en chaille (G) ; 6. encoche en silex (G). D’après Lhomme et alii, 2004, modifié.

  • 4 Note du S. R. A. : les fouilles se poursuivent toujours en 2015. Elles ont atteint les premières oc (...)

42Les couches G et H, sous-jacentes, diffèrent en premier lieu des couches E et F par leur faciès sédimentaire et la nature de l’occupation. Il s’agit de dépôts rythmés de plaquettes et limons sableux, plus épais, qui ont manifestement cumulé plusieurs épisodes d’occupation. Que la matière première soit locale, la chaille, ou allochtone, le silex, toutes les étapes de la taille sont présentes sur le site mais aussi en proportion équivalente. La majorité des nucléus a été débitée selon une conception discoïde, en particulier en chaille (fig. 36). Souvent l’exploitation privilégie une face. Dans plusieurs cas, des éclats épais ont été débités sur leur face inférieure selon cette même conception discoïde. Il n’y a pas de préparation élaborée des plans de frappe, ce qui s’accorde avec la fréquence élevée de produits à talon lisse (supérieure à 60 %). Toutefois, certains nucléus révèlent un débitage uni ou bipolaire, voire présentent une morphologie polyédrique. Ces derniers pourraient, selon les auteurs, être des nucléus discoïdes exploités différemment en phase finale. L’outillage, abondant (25 à 32 % des pièces supérieures à 25 mm), est nettement dominé par le groupe encoche/denticulé qui en représente autour de 65 %. Les éclats à retouche abrupte sont bien représentés. Quant aux racloirs, ils ne dépassent guère 10 % dans une des couches4.

5.5.2. Les tréfonds de la Grotte du Renne’ : l’industrie lithique de la Rotonde

43La partie profonde de la ‘Grotte du Renne’, dénommée Rotonde, qui communique avec la fameuse galerie Schoepflin, a été fouillée par A. Leroi-Gourhan en 1956. La séquence stratigraphique comporte exclusivement des niveaux du Paléolithique moyen. L’industrie lithique de la couche IV2 de la Rotonde, à la base de la stratigraphie, a récemment fait l’objet d’une étude techno-typologique qui complète les comportements techniques observés pour les niveaux de la ‘Grotte du Bison’ (Rocca, 2006). L’industrie de la couche IV2 correspond à une occupation de la fin du Moustérien, pendant le stade isotopique 3. Les couches de la Rotonde pourraient représenter la partie profonde résiduelle d’occupations qui n’ont pas été conservées dans le porche du Renne et sur le talus, comblant alors en partie le hiatus entre les dernières couches moustériennes du porche et le Châtelperronien (Lhomme, comm. pers.). Les industries de la Rotonde seraient alors globalement contemporaines de celles de la fin de la séquence de la ‘Grotte du Bison’, dont il a été proposé qu’elles comblaient le même hiatus de la ‘Grotte du Renne’ (Girard et alii, 1990 ; Farizy, 1990 ; David et alii, 2001 ; Lhomme et alii, 2004b).

Fig. 37. Arcy-sur-Cure, ‘Grotte du Renne’ (Yonne), Rotonde couche IV2. 1. Nucléus Levallois en chaille ; 2. éclat Levallois en silex à amincissement ; 3. racloir convergent en silex ; 4. racloir à dos aminci en silex ; 5. pointe moustérienne en silex. D’après Rocca, 2006, modifié.

44L’état de conservation de l’industrie lithique de la couche IV2 de la Rotonde est assez mauvais. Les bords des objets sont émoussés, concassés et les cassures nombreuses, ce qui signe au minimum un remaniement sur place. Pour préciser ce point, notons que F. David n’a pu attribuer à l’homme la faune de ces niveaux faute de traces d’action anthropique sur les restes osseux. L’analyse techno-économique a révélé des indices manifestes de déformation de l’assemblage : le matériel de cette couche IV2 de la Rotonde, soit se serait accumulé par gravité depuis une occupation dans le porche, soit aurait été rejeté en ce lieu par les occupants du porche (Rocca, 2006).

  • 5 Note du S.R.A. : de nouvelles observations ont pu être réalisées en 2013, dans la Rotonde et dans l (...)

45L’approvisionnement en matière première est surtout local, constitué de chaille, mais 15,7 % du matériel est en silex. Il s’agit principalement de silex crétacé provenant des marges du Bassin parisien et, accessoirement, de silex tertiaire collecté en gîte secondaire dans les alluvions de la Cure. L’étude de R. Rocca a montré que la production lithique était régie par deux conceptions de débitage, l’une Levallois, l’autre non-Levallois (Rocca, 2006) (fig. 37). Le débitage Levallois suit deux méthodes : récurrente centripète et linéale à préparation centripète. Le débitage non-Levallois se manifeste par des nucléus à la morphologie très variable. Leur exploitation peut être décrite comme algorithmique : de courtes séquences d’enlèvements unipolaires sont extraites du volume de matière et l’organisation géométrique des séquences, indépendantes entre elles, résulte essentiellement de la morphologie du volume de matière et de la succession des convexités utilisables. Toutefois, d’après les négatifs sur les nucléus, les deux conceptions de débitage ont livré d’après R. Rocca des supports comparables. L’outillage est nettement dominé par les racloirs, principalement des racloirs simples. Quelques-uns présentent un aménagement de type troncature/amincissement. Viennent ensuite les éclats à retouche marginale, les denticulés puis, en proportion équivalente, les encoches et outils à bords convergents5.

5.5.3. Le retour de la Hyène

46La thèse de C. Thiébaut concernant le Moustérien à denticulés (Thiébaut, 2005) a permis un retour profitable sur les séries de la ‘Grotte de l’Hyène’, connues au travers des travaux de C. Farizy (Girard, 1978). Des neuf unités archéologiques du Paléolithique moyen de cette séquence stratigraphique se développant sur 4 m de puissance, seule la couche IVb1 a fait l’objet d’une étude détaillée. Des résultats on retiendra en premier lieu la facette taphonomique révélant l’impact du contexte sédimentaire sur les vestiges lithiques. Les stigmates d’altération (concassage mécanique, émoussé) sont patents sur l’ensemble des vestiges lithiques examinés et nombre de pseudo-outils ont été mis en évidence. Passé ce filtre, C. Thiébaut nous livre l’image d’une industrie méritant sa dénomination de Moustérien à denticulés. Encoches (35,4 %) et denticulés (31,9 %) dominent nettement le spectre de l’outillage et les racloirs apparaissent bien rares en comparaison (7,4 %). Si la chaille locale a été majoritairement utilisée, le silex représente tout de même plus de 15 % de l’ensemble. Ces deux matières ont été traitées selon les mêmes schémas de débitage. Le débitage est orienté vers la production d’éclats de petite dimension, parfois assez allongés et de morphologie quadrangulaire ainsi que d’éclats débordants, selon des conceptions de débitage discoïde ou unipolaire. Les nucléus discoïdes et polyédriques, les plus abondants, ainsi que certains des nucléus unipolaires, à débitage bifacial alterne, exprimeraient un débitage de conception discoïde à différents stades de réalisation. Ils sont accompagnés de nucléus unipolaires à surface de débitage le plus souvent unique qui représentent manifestement une autre conception de débitage. Le débitage Levallois apparaît quant à lui très discret. Les supports en silex ont été plus systématiquement retouchés que ceux en chaille locale. Différents indices, comme la fréquence plus élevée des nucléus en chaille par rapport au silex, amènent l’auteur à considérer qu’une part significative des outils ou supports en silex ont pu être introduits sur le site en l’état.

5.5.4. D’une cavité à l’autre

47Le débitage discoïde qui caractérise les industries des couches G et H de la ‘Grotte du Bison’ ne peut laisser sans réaction tant ce système de production lithique, désormais bien défini (Boëda, 1993 ; Peresani dir., 2003), est rarement observé par rapport à son cousin Levallois. Il a été noté (Lhomme et alii, 2004b) qu’avec les couches XI et XII de la ‘Grotte du Renne’ (Girard, 1980 ; Lhomme, obs. pers.) et au moins la couche IVb1 de la ‘Grotte de l’Hyène’ (Girard, 1978 ; Thiébaut, 2005), les couches G et H de la ‘Grotte du Bison’ marquaient l’existence d’un horizon de Moustérien associant débitage discoïde et denticulés sur les trois grottes d’Arcy, probablement dans le Pléniglaciaire moyen, voire à la fin du Pléniglaciaire inférieur.

48S’il est impossible de donner à un système de débitage du Paléolithique moyen une valeur chronologique, il est toutefois possible de remarquer que plusieurs des industries du Paléolithique moyen à débitage discoïde s’intègrent dans la phase récente de cette période, à l’instar des couches G et H du Bison. On ne peut manquer d’évoquer l’industrie de la couche 1A de la Grotte Scladina (Belgique) que les datations placent au cours du Pléniglaciaire moyen, entre 36 et 50 Ka (Otte et alii dir., 1998), voire celle de la couche XVI de la Baume de Gigny (Jura) (Campy et alii, 1989).

49L’image de l’industrie de la couche IV2 de la Rotonde de la ‘Grotte du Renne’ rendue par l’étude de R. Rocca (Rocca, 2006) est donc celle d’une industrie typiquement moustérienne, sans grande originalité. Si cette occupation, proche dans le temps des couches F et E de la ‘Grotte du Bison’, partage avec les industries de ces couches une conception de débitage Levallois, des différences significatives apparaissent dans la gestion du Levallois et sur d’autres aspects de la production lithique comme de l’outillage. Ceci montre bien que même en cette extrême fin du Moustérien à Arcy, la diversité des traditions techniques s’exprime encore.

50Au travers de ces réévaluations récentes des industries lithiques du Paléolithique moyen des cavités d’Arcy-sur-Cure se dresse donc l’image d’un Moustérien final mais qui n’est pas exempt d’une certaine diversité. L’opposition entre industries à débitage discoïde et encoches/denticulés et industries à débitage Levallois et racloirs est patente. De façon tout à fait éloquente, ce sont des industries à débitage Levallois et outillage moustérien classique qui clôturent la séquence paléolithique moyen d’Arcy. Ceci rappelle combien dans notre région les comportements des premiers représentants du Paléolithique supérieur se placent en rupture avec ceux afférents aux dernières industries moustériennes (Connet, 2002 ; Lhomme et alii, 2004b).

5.6. AUX MARGES DU MORVAN : SITES MOUSTÉRIENS EN AVALLONNAIS

51L’Avallonnais était jusqu’à récemment une région dont l’occupation au cours du Paléolithique moyen était pratiquement inédite. La découverte et la fouille de deux sites, ‘ La Croix Verte’à Sauvigny-le-Bois (Yonne) et ‘La Ruelle aux Ânes’ à Avallon (Yonne), lors du diagnostic archéologique sur le tracé de la rocade d’Avallon, pose un premier jalon même si le contexte de conservation n’apparaît pas optimum (Lhomme et alii, 2001). Les sites ont été repérés en contexte de versant, de part et d’autre d’un ruisseau, au sein de dépôts limono-argileux colluviaux ou géliflués. Malheureusement, tous les indicateurs convergent pour démontrer que les vestiges sont en position remaniée sous l’effet de processus périglaciaires. La stratigraphie n’a pas livré d’élément chronologique décisif et l’occupation des deux sites est, à titre d’hypothèse, attribuée au Weichsélien. Les assemblages sont pauvres : à peine plus de 110 pièces pour les deux sites. L’essentiel de l’industrie provient du fractionnement d’un quartz filonien local. Les produits sont plus des cassons que des éclats tant le matériau est diaclasé. Toutefois, quelques nucléus de morphologie prismatique dans une variété plus homogène de ce quartz filonien illustrent la mise en œuvre d’un débitage plus structuré. Pourtant, peu d’éléments permettent de caractériser cette industrie, dont seules quelques portions congrues de chaînes opératoires sont identifiables. Le débitage Levallois est attesté par un nucléus à pointe. La diversité des matières premières (chaille, silex jurassique, crétacé et tertiaire), souvent représentées à l’unité, signe un vaste territoire parcouru, au minimum dans un rayon de 40 km selon V. Lhomme.

5.7. VENT D’EST ? LA GROTTE DE GERMOLLES OU DE ‘LA VERPILLIÈRE’ (MELLECEY, SAÔNE-ET-LOIRE)

52La grotte de Germolles, près de Chalon-sur-Saône, est connue de longue date et de multiples « fouilles » ont perturbé ce site important. Les sondages opérés par H. Delporte de 1953 à 1955 n’avaient d’ailleurs pas permis de retrouver de niveau en place (Gauthier, 1955). Si les indices du Paléolithique supérieur sont les plus nombreux, le Paléolithique moyen est surtout marqué par l’originalité des vestiges : des pièces bifaciales asymétriques à dos et coup de tranchet (Pradnik) ont en effet été signalées dans les collections anciennes provenant de ce site (Desbrosse, Texier, 1973a). Des fouilles ont été reprises dans cette grotte de ‘La Verpillière’ par H. Floss en septembre 2006 mais seuls des lambeaux de couches archéologiques en place ont été observés, dans un premier temps. Toutefois des indices d’une industrie à Pradnik ont bien été retrouvés en position remaniée. On retiendra surtout que les prospections ont conduit à repérer à proximité du site l’auvent d’une cavité inconnue presque totalement obstruée (Floss, ce volume). Le matériel lithique remanié sur le talus par l’activité des fouisseurs démontre d’ores et déjà la présence de Paléolithique moyen dans le remplissage, associé à du Paléolithique supérieur. Les recherches à venir devraient permettre de préciser le potentiel de ce nouveau site.

5.8. L’ARRIÈRE-CÔTE CHALONNAISE : BISSY-SUR-FLEY (SAÔNE-ET-LOIRE)

53Le site de ‘La Clôsure’, à Bissy-sur-Fley (Saône-et-Loire) est connu depuis les années 50 par des ramassages de surface et une première étude en a été publiée (Desbrosse, Texier, 1973b). C’est la présence de faune, en particulier de bovidés, et la nature de l’industrie lithique qui a conduit C. Farizy, alors à la recherche de points de comparaison avec Champlost, à évaluer ce site en 1994 (Farizy, 1995a). Les sondages, s’ils ont permis de recueillir une industrie abondante, ont surtout amené à statuer sur le potentiel archéologique du site. La faune, très fragmentée et très altérée, ne permettait pas d’étude archéozoologique tandis que différents éléments montraient que l’ensemble du matériel avait été déplacé sur le versant par des processus géologiques.

54Par ailleurs, les similitudes supposées avec l’industrie lithique de Champlost n’ont pu être validées selon C. Farizy. L’outillage retouché, relativement abondant pour un site de plein air (8,5 %), est nettement dominé par les racloirs (fig. 38). Viennent ensuite les pièces bifaciales, toujours fragmentées, et les pointes moustériennes. Les autres types d’outils (encoches, éclats retouchés) sont peu représentés. Sur la base des éléments disponibles, faute d’illustration ou de description, il est impossible de préciser le ou les schémas de débitage mis en œuvre. L’industrie a été qualifiée de Moustérien de tradition charentienne (Farizy, 1995a) mais on retiendra surtout de l’industrie de Bissy-sur-Fley qu’elle présente de nombreuses pièces bifaciales, comme il est fréquemment relevé dans les industries régionales.

Fig. 38. Bissy-sur-Fley, ‘La Clôsure’ (Saône-et-Loire), sondages. 1. Racloir à base amincie ; 2. fragment de pièce bifaciale ; 3. pointe moustérienne ; 4. racloir à base amincie ; 5-6. racloirs. D’après Farizy, 1995, modifié.

5.9. DES INDICES DE SITES DE PLEIN AIR EN TOURNUGEOIS

55Pour la première fois en 2001, les activités de prospection du G.R.A.T. ont révélé sur la commune de Vers (Saône-et-Loire) une industrie lithique attribuable au Paléolithique moyen. Depuis, des indices significatifs ont été relevés sur plusieurs sites de la vallée de la Natouze (Ozenay, Mancey et Boyer). Au ‘Pontot’ (Vers), l’industrie, bien que peu abondante, présente les éléments d’un indiscutable débitage Levallois. S’il est encore difficile de qualifier plus en détail cette industrie, on peut déjà noter qu’elle diffère significativement de celles de Solutré ‘Cave Denuziller’ et de Vergisson II.

56Le potentiel archéologique de ces sites reste toutefois difficile à évaluer en l’absence d’éléments concrets sur les formations pléistocènes de cette région. Si les conditions de gisement étaient équivalentes à celles du Paléolithique moyen de plein air du Sénonais, avec de faibles densités de vestiges et un enfouissement conséquent, notre connaissance du Paléolithique moyen du Tournugeois dépendra d’éventuelles opérations préventives.

5.10. PALÉOLITHIQUE MOYEN EN MÂCONNAIS

5.10.1. Les sites de SolutréCave Denuziller’ et de Vergisson II (Saône-et-Loire)

57Suite à une découverte fortuite en 1997 lors du terrassement pour la construction d’une cave viticole dans le village de Solutré, l’intervention sur le site s’est restreinte à un relevé des coupes et à la collecte systématique des vestiges dans les déblais de l’excavation (Combier, Montet-White dir., 2002). La stratigraphie relevée dans ces dépôts de bas de versant est simple : un épais cailloutis cryoclastique, surmonté par un niveau de blocs, est entrecoupé par une passée de marnes. L’ensemble est affecté par des structures périglaciaires. De l’industrie lithique et de la faune figurent dans le cailloutis de part et d’autre de la passée marneuse. Cet assemblage se serait constitué lors d’occupations moustériennes de plein air sur le cône d’éboulis actif de la corniche de Solutré dont les dépôts ont été ensuite déformés par des cryoturbations. Ces processus de cryoturbation ont aussi engendré une fragmentation importante de l’industrie lithique comme de la faune.

58Compte tenu du contexte de dépôt, il apparaît clairement que le mobilier archéologique n’est plus dans sa position primaire. En ce sens, il ne doit pas être exclu que les deux couches du cailloutis comprenant des vestiges, séparées par la passée marneuse, correspondent à des occupations distinctes culturellement et/ou chronologiquement (Pautrat, comm. pers.). Ceci n’estompe pas l’intérêt de ce site moustérien de plein air, à même de contraster les connaissances locales, surtout constituées par des occupations en grotte ou abri (Combier, 1976).

59Près de 9.000 pièces composent l’industrie recueillie dans les déblais mais seul un échantillon de 1.167 pièces a fait l’objet d’une étude par D. C. Pugh. Un inventaire complet de la collection a été réalisé par M.-B. Roudaut mais ses résultats ne sont pas connus à ce jour. Un des caractères marquants de l’assemblage est la richesse en outillage retouché, qui représente 41,8 % du total, ce qui apparaît très élevé pour un site de plein air, même moustérien (et pourrait être dû aux conditions de récupération - Pautrat, comm. pers.). Les racloirs simples convexes et les denticulés dominent parmi l’outillage. D. C. Pugh rapproche cette industrie d’un Moustérien charentien en mettant en avant la prépondérance des racloirs et l’aspect de leur retouche, très souvent écailleuse ou scalariforme, tout en en soulignant l’originalité liée à l’abondance des denticulés. La présence d’amincissements sur certains outils est à noter (V. Lhomme, comm. pers).

60L’industrie a été produite essentiellement à partir d’un silex gris local. D’autres matières premières (basalte, jaspe, quartzite, chaille grise grossière et chaille jaune) sont toutefois représentées en de faibles proportions. Pour l’auteur, la fréquence élevée des produits corticaux souligne l’origine locale de la matière première mais aussi que la production a eu lieu sur place. Les nucléus sont morphologiquement variés : les globulaires et irréguliers en représentent la moitié, un tiers sont des nucléus discoïdes tandis que les nucléus Levallois comptent pour moins de 10 %. Il est possible que cette diversité morphologique des nucléus traduise la coexistence de plusieurs schémas de débitage au sein de cette industrie, voire résulte du mélange possible de deux occupations, tel que l’a évoqué Y. Pautrat.

61Les similitudes avec l’industrie du proche site de Vergisson II, récemment publiée par J. Combier (Combier, 2001), sont soulignées dans l’étude. J. Combier rapporte au faciès moustérien Quina l’industrie de cette petite grotte qu’il a fouillée de 1954 à 1961. Cette industrie est décrite comme fortement déformée économiquement tant les nucléus et produits bruts sont rares. L’outillage est nettement dominé par les racloirs simples, souvent convexes, à retouche scalariforme. Leurs supports sont des éclats volontiers épais ou très épais. Il y a des limaces et quelques grands racloirs à retouche bifaciale qui s’approchent des « hachoirs » décrits par Henri Martin dans les sites Quina de l’ensemble Corrèze-Charente (Martin, 1923). Le ou les schémas de débitage mis en œuvre à Vergisson II ne sont pas documentés ; il est toutefois signalé certains éclats bruts ou supports d’outils ayant un aspect Levallois. Cette conception de débitage pourrait ainsi être représentée dans l’assemblage.

62D. C. Pugh n’a pas qualifiée de Quina l’industrie de Solutré ‘Cave Denuziller’, se limitant à en souligner le caractère charentien. Certains des caractères évoqués, en particulier la coexistence de nucléus d’aspect discoïde et de nucléus Levallois, ne sont pas sans évoquer les descriptions d’industries qualifiées de Quina rhodanien (Combier, 1967 ; Geneste et alii, 1997 ; Slimak, 1999) qui se différencient du Quina classique du Sud-Ouest en particulier par les schémas de débitage mis en œuvre et la nature des supports produits.

63L’âge de l’industrie de Solutré ‘Cave Denuziller’ reste une question ouverte. En effet, si deux dates 14C AMS finies ont bien été obtenues sur os : 55.320 +/-4.110 ans BP (CAMS-55189 (SRLA-1057)) et 55.740 +/-4.320 ans BP (CAMS-55188 (SRLA-1056)), nous sommes partisans de les considérer comme un âge minimal pour l’occupation moustérienne.

5.10.2. Sennecé-lès-mâconLes vignes du Colombier’ (Saône-et-Loire)

64À quelques kilomètres au nord de Mâcon, entre les Monts du Mâconnais et la Saône, un diagnostic mené en 2006, préalablement à l’extension de l’activité industrielle, a amené à fouiller un site du Paléolithique moyen, par ailleurs pressenti en 2001 lors d’une intervention sur un secteur adjacent (Connet et alii, 2006).

65Les vestiges lithiques, seuls préservés, étaient en stratigraphie, en contexte de versant, dans des limons à passées de sables et cailloutis mis en place par colluvionnement. Au sommet de la séquence, des limons lités recoupés par un réseau de fentes de gel, géliflué, ont été attribués au Pléniglaciaire. Sur cette base, les dépôts de versant sous-jacents contenant les vestiges ont été corrélés à la première moitié du Weichsélien mais l’absence d’horizon repère a exclu de préciser la chronostratigraphie. L’occupation, dont l’extension est estimée à 400 m², était assez bien conservée et a été testée sur 4 m². Toutefois, l’industrie a subi une forte cryofraction touchant 45 % des pièces, même si les arêtes restent vives (Connet et alii, 2006).

66Trois variétés de silex ont été taillées mais toutes proviennent des argiles à silex du Mâconnais. D’après l’échantillon recueilli, l’industrie se caractérise en premier lieu par le caractère Levallois de son débitage. La méthode utilisée est récurrente mais elle resterait à préciser sur un échantillon plus étoffé. On remarque un soin particulier apporté par les tailleurs à la préparation des plans de frappe par un intense facettage. L’outillage, rare, comprend des racloirs dont la retouche a peu modifié le support et quelques éclats retouchés. Les caractères rapportés ici signent une industrie moustérienne sans spécificité susceptible d’avoir une valeur chrono-culturelle. Sans datation ou position chrono-stratigraphique significative, l’âge d’une telle industrie est délicat à établir.

5.11. BILAN DE DIX ANNÉES DE RECHERCHES SUR LE PALÉOLITHIQUE MOYEN

67Le tableau des recherches menées sur le Paléolithique moyen de Bourgogne entre 1995 et 2005, présenté ici, ne peut prétendre à l’exhaustivité. Il en relate au minimum la diversité. Il apparaît que la Bourgogne, si elle ne peut revendiquer une homogénéité culturelle pour le Paléolithique moyen, n’en garde pas moins certaines spécificités par rapport aux régions voisines. Par exemple, pour les industries du Weichsélien ancien du Sénonais, même si P. Depaepe (Depaepe, 2002) a justifié du qualificatif de « technocomplexe du Nord-Ouest », ces industries exhibent une composante bifaciale (Depaepe, 2001) quasi inconnue plus au nord dans les industries à débitage laminaire contemporaines (Cliquet, 1992 ; Tuffreau dir., 1993 ; Tuffreau et alii, 1994 ; Locht dir., 2002). Dans l’état des connaissances, en effet, seul Blangy-Tronville (niv. inf.) a livré un biface (Depaepe et alii, 1999). L’originalité de certaines industries n’a pas été démentie depuis leur découverte. Le cas de Champlost est exemplaire à ce titre. Une classification de son industrie selon les faciès typologiques moustériens de F. Bordes est inopérante, en particulier pour rendre certains aspects de l’outillage bifacial (Bordes, 1953, 1961).

68La géométrie culturelle des peuplements de la Bourgogne pendant le Paléolithique moyen récent se dessine timidement, exception faite de l’Eemien dont même les dépôts restent méconnus, comme dans d’autres régions au demeurant (Tuffreau, Roebroeks dir., 2002). On ne peut en dire autant du Paléolithique moyen ancien dont la connaissance est anecdotique.

69Pour le nord de la Bourgogne, le Sénonais en particulier, il semble que les liens culturels avec le Bassin parisien et les plaines du Nord-Ouest soient majeurs. Toutefois, le site de Gron ‘Fond des Blanchards’, qui détonne dans le Sénonais, vient rappeler que si frontières il y a, elles ont été mobiles au cours du temps ou perméables. Au sud de la Bourgogne, il semble que certains des sites du Mâconnais, comme Solutré ‘Cave Denuziller’ ou Vergisson II, relèvent de traditions techniques axées sur la vallée du Rhône. Toutefois, dans ce même secteur, des opérations récentes, comme à Sennecé-lès-Mâcon, ont révélé des industries bien moins teintées culturellement et qui ne signent aucune influence extra-régionale identifiable. Cet état de fait prévient toute velléité d’ériger en modèle ce qui n’a que le statut de tendance. C’est en Bourgogne centrale que la situation est la moins claire. Surtout par défaut de données, comme on l’a noté précédemment, car tant à l’ouest dans le Nivernais qu’à l’est sur l’ensemble de la Côte-d’Or, la décennie n’a pas livré de connaissances nouvelles. Les découvertes sur la marge nord du Morvan, dans l’Avallonnais, sont insuffisantes pour dépasser le simple constat d’une présence humaine au Paléolithique moyen.

70L’application d’analyses technologiques à certaines des industries mentionnées ici a apporté beaucoup au niveau de documentation du matériel. L’exemple de Gron avec les travaux menés par l’équipe de V. Lhomme en démontre l’intérêt et la portée. On peut espérer que la multiplication de telles études alimente une réflexion sur certains aspects encore bien flous comme l’influence micoquienne dans les industries du Paléolithique moyen, en particulier sur le plateau bourguignon. Catherine Farizy qualifiait ainsi l’industrie de Champlost de « tradition micoquienne, proche d’un Charentien à débitage Levallois » (Farizy, 1995b, p. 174). Quid de la réalité de ces influences ? Il faut admettre que l’industrie de Champlost ne se superpose pas aux faciès du Micoquien originellement définis par G. Bosinski (Bosinski, 1967). La question se pose d’autant plus que certaines des industries de l’A5 (Vinneuf, Villeneuvel’Archevêque ‘La Prieurée’ niv. C) qualifiées de Micoquien (Gouédo, 1993 ; Depaepe, 2002) sont datées du début du Weichsélien ancien, alors qu’outre-Rhin la tendance à rajeunir l’épisode micoquien se fait jour (Richter, 2002). Par ailleurs, il est difficile de penser que des industries comme Champlost (Farizy, 1995b) ou Blanzy (Desbrosse, Tavoso, 1970) relèveraient du même niveau d’influence qu’une industrie comme Vinneuf. Ces discussions ne peuvent toutefois effacer un caractère récurrent des industries de la région, en particulier au centre et au sud, à savoir la fréquence des pièces bifaciales autres que les bifaces et celle d’aménagements spécifiques de l’outillage sur éclat, surtout des racloirs, prenant la forme de dos, dos aminci, troncature/amincissement, retouches bifaciales.

71On soulignera aussi que l’opposition entre la Bourgogne septentrionale aux espaces ouverts et la Bourgogne karstique méridionale, que nous avions volontairement soulignée en introduction, tend à s’estomper grâce à la découverte dans le contexte de l’archéologie préventive de sites de plein air du Paléolithique moyen en particulier en Mâconnais. C’est une bonne chose car cela permettra à l’avenir de discuter des éventuelles distorsions technoéconomiques sur l’industrie (enrichissement en pièces retouchées, segmentation forte des chaînes opératoires de taille) dans les occupations en grotte ou abri de ces régions.

72La disparité chronologique des connaissances acquises sur cette dernière décennie apparaît nettement. La phase tardive du Paléolithique moyen, au cours des Pléniglaciaires inférieur et moyen du Weichsélien, est bien représentée, en particulier au nord. Dans le Sénonais, avant 1995, le Weichsélien ancien avait connu des avancées significatives avec les recherches sur l’A5. Aucune nouvelle découverte de terrain n’est apparue depuis. Toutefois, plus au sud, dans l’Avallonnais ou le Mâconnais, certaines des découvertes pourraient dater de cette période.

73Il est par ailleurs une absence presque totale : celle de toute nouvelle découverte que l’on pourrait rapporter au Paléolithique moyen ancien. Entre les sites acheuléens de la basse vallée de l’Yonne et les occupations moustériennes du Pléistocène supérieur, il existe en l’état un hiatus manifeste des connaissances. Si généralement les occupations de cette phase sont plus rares que pour la phase récente, les opérations préventives dans le nord de la France en livrent occasionnellement (Locht et alii, 1995 ; Locht, Antoine, 2001). Il est vrai que les contextes où, potentiellement, de telles occupations pourraient être conservées sont à la fois rares et rarement exposés par les opérations d’archéologie préventive. Dans la vallée de l’Yonne les nappes alluviales intermédiaires entre celle de Gron (+ 3 m) et celle de Soucy (+ 20 m), qui a livré les occupations acheuléennes, n’ont pas encore été exploitées pour la production de granulats. Il n’y a toutefois pas de hiatus d’occupation, au moins dans le Sénonais. On rappellera que les séquences de versant de l’A5 ont livré sur trois sites (Lailly ‘Fond de la Tournerie’, NIII et ‘Ferme de Beauregard’, ND ; Molinons ‘Le Grand-Chanteloup’, niveau B) de petits ensembles lithiques assurément moustériens, provenant de dépôts antérieurs à l’Eemien (Deloze et alii, 1994). Il faudrait y ajouter quelques éléments Levallois épars dans les formations de versant du Pléistocène moyen récent (SI 6 probablement) dans la carrière de Soucy (Lhomme, comm. pers.).

74La représentativité géographique des découvertes et travaux de la décennie sur le Paléolithique moyen n’est assurément pas bonne. Il conviendra toutefois de discuter de l’importance à accorder à ce point. L’essentiel des sites découverts l’a été dans le cadre de l’archéologie préventive, sur des aménagements péri-urbains, des linéaires de contournement ou des gravières. De larges secteurs très ruraux, écartés des grandes opérations d’aménagement du territoire, n’ont pas livré de données nouvelles depuis plusieurs décennies. S’y superpose un mode d’exploitation agricole privilégiant l’élevage et un fort taux de couverture forestière rendant peu efficientes les prospections, comme l’a souligné Y. Pautrat (Introduction, ce volume). Un large pan de la Bourgogne centrale, du Nivernais à la Côte-d’Or et englobant le Morvan, est dans cette situation.

75Au-delà, le déficit le plus patent pour le Paléolithique moyen en Bourgogne est chrono-culturel. Si, comme nous l’avons vu, de nombreux faciès d’industrie sont représentés, leur organisation chronologique reste peu argumentée. Ceci tient presque entièrement au manque de séquences chrono-stratigraphiques de référence. On ne peut que rappeler l’importance de disposer de séquences chrono-stratigraphiques solides pour aborder des problématiques fondamentales, en particulier celles relatives au peuplement et à ses changements face aux conditions environnementales.

5.12. PROSPECTIVE POUR LA DÉCENNIE SUIVANTE

76Il nous semble important de mettre à profit le tableau présenté ici pour identifier les priorités et axes de recherche à explorer dans la décennie à venir. Deux éléments pèsent lourdement selon nous sur la définition de ces priorités. Le premier est celui de la visibilité extra-régionale, voire au-delà, des travaux de recherche sur la période. Ambitionner une visibilité à ces niveaux implique de publier dans des supports éditoriaux à forte sélectivité et par conséquent de proposer des contributions en accord avec les attentes des comités éditoriaux et du lectorat : pluridisciplinarité intégrée, haute résolution chronologique, diachronie et large palette de paléo-comportements. Le second est structurellement lié et tient à l’accès à des sources de financement plus diversifiées, en particulier celles des programmations nationales de la recherche (p. ex. ANR). Cet accès implique des problématiques ambitieuses et englobantes où l’étude des occupations du Paléolithique moyen soit une composante de l’étude des géosystèmes quaternaires.

77C’est, comme nous le pensons, en donnant la priorité à des travaux sur de longues séquences et des dépôts avec un bon potentiel de préservation des occupations du Paléolithique moyen que ces deux éléments pourront être intégrés. Ce sont aussi les choix à venir qui détermineront l’attractivité de la région pour les acteurs de la recherche en Paléolithique.

78Nous avons fait le constat d’une mauvaise représentativité géographique des recherches, certaines régions n’ayant pas produit de données nouvelles depuis des décennies. Est-il pertinent dans le cadre des problématiques actuelles concernant le Paléolithique moyen, de s’attacher à combler la disparité géographique des recherches pour atteindre un maillage « représentatif » ? Dans le cadre du PCR « Paléolithique supérieur ancien du Bassin parisien », l’ouverture maximale des sources d’information, en particulier vers les indices de surface recueillis par les prospecteurs amateurs, a eu un effet très positif quant au maillage géographique des connaissances (P. Bodu, ce volume). Devrait-on, en suivant cet exemple, accentuer la prise en compte des multiples indices de site en surface pour le Paléolithique moyen ?

79Nous ne pensons pas que soutenir une telle option soit une priorité. Nous avons pu noter combien, pour le Paléolithique moyen, en l’absence de datation ou de niveau pédo-sédimentaire repère, déterminer l’âge d’une occupation sur la base de l’industrie pouvait être délicat voire inaccessible du fait de la rareté des objets lithiques ou modes de production ayant une réelle pertinence chrono-culturelle. En dehors des dépôts fluviatiles, le contexte sédimentaire et géomorphologique dans notre région a été peu favorable à l’accumulation, au Pléistocène moyen récent comme au Pléistocène supérieur. Les problèmes de datation des occupations se poseront inexorablement même si certains des indices de surface pouvaient être préservés en stratigraphie.

80On relèvera ensuite que malgré une tradition de recherche « karstique » pour le sud de la Bourgogne, aucune cavité (grotte ou abri-sous-roche), exception faite d’Arcy plus au nord, n’a livré de séquence stratigraphique dont l’apport chrono-culturel serait significatif pour le Paléolithique moyen par son ampleur et la fréquence de ses occupations. Peut-être que le site de Vergisson IV, fouillé de 1957 à 1962 par J. Combier (1976), avec ses onze niveaux, pourrait constituer une séquence de référence, mais aucune publication ne permet d’en juger. C’est une différence significative avec d’autres régions karstiques où d’importantes séquences ont été publiées (Airvaux et alii, 2004 ; Jaubert et alii, 2004). Doit-on considérer que cet état reflète un défaut de recherche ou, au contraire, exprime le potentiel archéologique limité du domaine karstique bourguignon pour le Paléolithique moyen ? En admettant par défaut qu’il s’agisse d’un défaut de recherche, on tempérera en rappelant que les dépôts de grotte ou d’abri-sous-roche n’apparaissent plus comme de très bons enregistreurs pédo-sédimentaires des variations climatiques globales.

81Sur ces bases et en tenant compte des résultats prometteurs obtenus pour la vallée de l’Yonne (Lhomme et alii, 2004a), nous soutenons l’idée que les dépôts fluviatiles étagés des vallées bourguignonnes présentent le meilleur potentiel pour les recherches sur le Paléolithique moyen en regard de problématiques chrono-culturelles et paléo-comportementales. Les travaux de Christine Chaussé (Chaussé, 2003) l’ont conduit à considérer que la basse vallée de l’Yonne avait répondu, comme la moyenne Somme, à une « évolution morphosédimentaire cyclique à commande climatique » (Antoine, 1990). Ce type de fonctionnement, où les nappes alluviales apparaissent régulièrement étagées sur les versants, est particulièrement propice à la construction de séquences chrono-stratigraphiques de référence. Rien n’interdit de penser que ce fonctionnement morphosédimentaire a prévalu pour la haute vallée de l’Yonne mais aussi pour ses différents affluents majeurs. Par ailleurs, le substrat calcaire crétacé et jurassique d’une part importante des bassins versants alimente la composante carbonatée des dépôts fluviatiles, ce qui est favorable à la préservation des faunes. Les recherches sont loin d’être achevées pour la basse vallée de l’Yonne et l’on peut encore attendre des découvertes significatives avec la mise en œuvre de méthodes et moyens adaptés. On peut tout aussi espérer dans l’avenir une extension de ces approches du Paléolithique en domaine fluviatile à d’autres portions de vallées bourguignonnes.

  • 6 BRGM (2005) - Activité de Service public 2005 - BRGM - Ressources minérales. www.brgm.fr/brgm/Fichi (...)
  • 7 www.unicem.fr/data/info/21191-3V_UNPG2005_V3.pdf

82Le dernier argument susceptible de donner la priorité aux systèmes fluviatiles est économique. Il ne peut être négligé alors que la quête de moyens financiers tient une place croissante dans l’activité des chercheurs paléolithiciens et, plus généralement, des archéologues. La contribution financière indirecte à la recherche archéologique des exploitations de granulats en dépôts alluvionnaires est déjà majeure pour certaines vallées comme celle de l’Yonne (Delor et alii, 1996). Même si depuis 30 ans la tendance est à la baisse de la part des granulats alluvionnaires par rapport aux granulats concassés6, la contribution des dépôts fluviatiles reste significative dans un contexte où en 2005 la Bourgogne connaissait la plus forte progression hexagonale en matière de production de granulats7. Ces ressources en moyens sont une raison non négligeable pour focaliser la recherche sur les systèmes alluviaux pour le Paléolithique moyen.

Notes

4 Note du S. R. A. : les fouilles se poursuivent toujours en 2015. Elles ont atteint les premières occupations néandertaliennes des couches I et J.

5 Note du S.R.A. : de nouvelles observations ont pu être réalisées en 2013, dans la Rotonde et dans la galerie Schoepflin.

6 BRGM (2005) - Activité de Service public 2005 - BRGM - Ressources minérales. www.brgm.fr/brgm/Fichiers/rapportSP_2005/res_SP_2005.pdf accédé le 21 février 2007.

7 www.unicem.fr/data/info/21191-3V_UNPG2005_V3.pdf

Table des illustrations

Légende Fig. 29. Carte des sites du Paléolithique moyen en Bourgogne (source : base de données Patriarche).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Légende Fig. 30. Vaumort, ‘Le Haut des Chateigniers’ (Yonne). Nucléus à lames, série à patine blanche, surface. D’après Soriano, 1997.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5601/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 31. Theil-sur-Vanne, ‘Les Basses Pierres Percées’ (Yonne), surface. 1. Nucléus Levallois ; 2. racloir à dos aminci ; 3 et 6. éclats Levallois ; 4. fragment de lame à crête ; 5. fragment de lame sous-crête. 1 à 3, 6 d’après Soriano, 1994 modifié ; 4, 5 d’après Smets, 2002, modifié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5601/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 32. Theil-sur-Vanne, ‘Les Basses Pierres Percées’ (Yonne), surface. Biface ovalaire. D’après Smets, 2002, modifié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5601/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 33. Gron, ‘Le Fond des Blanchards’ (Yonne), niveau C. Racloirs. D’après Lhomme et alii, 2007, modifié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5601/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Fig. 34. Champlost (Yonne), secteur sud. 1. Nucléus Levallois récurrent centripète ; 2 et 3. éclats Levallois ; 4. racloir simple à amincissement ; 5. racloir simple ; 6-7. éléments proximaux d’outils fracturés ; 8. racloir convergent ; 9 à 12. éclats de retouches. D’après Lhomme, 2000, modifié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5601/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 35. Arcy-sur-Cure, ‘Grotte du Bison’ (Yonne), couches F et E. 1. Nucléus Levallois en chaille (F) ; 2. pointe moustérienne en silex (F) ; 3. racloir convergent en silex (E) ; 4. éclat Levallois en chaille (E) ; 5. racloir transversal en silex (E). D’après Lhomme et alii, 2004, modifié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5601/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 36. Arcy-sur-Cure, ‘Grotte du Bison’ (Yonne), couches G et H. 1. Nucléus discoïde en chaille (G) ; 2. nucléus discoïde sur éclat en silex (H) ; 3. denticulé en chaille (G) ; 4. encoche en chaille (G) ; 5. denticulé en chaille (G) ; 6. encoche en silex (G). D’après Lhomme et alii, 2004, modifié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5601/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 37. Arcy-sur-Cure, ‘Grotte du Renne’ (Yonne), Rotonde couche IV2. 1. Nucléus Levallois en chaille ; 2. éclat Levallois en silex à amincissement ; 3. racloir convergent en silex ; 4. racloir à dos aminci en silex ; 5. pointe moustérienne en silex. D’après Rocca, 2006, modifié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5601/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 38. Bissy-sur-Fley, ‘La Clôsure’ (Saône-et-Loire), sondages. 1. Racloir à base amincie ; 2. fragment de pièce bifaciale ; 3. pointe moustérienne ; 4. racloir à base amincie ; 5-6. racloirs. D’après Farizy, 1995, modifié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5601/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

Auteur

UMR 7041 ArScAn, Anthropologie des Techniques, des Espaces et des Territoires au Pliocène et Pléistocène, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search