Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 1. Le Paléolithique et le mésolithique en Bourgogne

4. Le Paléolithique inférieur

Vincent Lhomme

Texte intégral

1Entre 1995 et 2005, les recherches sur le Paléolithique inférieur en Bourgogne ont concerné les deux extrémités de la région, soit le sud de la Saône-et-Loire à Azé et le nord de l’Yonne à Soucy (fig. 19).

2Si des découvertes sporadiques, notamment de bifaces, sur les hautes nappes alluviales de la vallée de l’Yonne suggèrent la présence d’hominidés dans les phases anciennes du Pléistocène moyen (soit antérieurement à 500.000 ans), les plus anciennes industries bourguignonnes correctement datées proviennent des formations grossières de la nappe de Soucy, c’est-à-dire de la grave mise en place lors de la phase glaciaire antérieure à l’interglaciaire des sites de Soucy, soit durant le stade isotopique 10, entre 400 et 350.000 ans. Il s’agit essentiellement de bifaces (fig. 20) et d’ébauches de bifaces altérés par leur mobilisation et leur déplacement dans les graviers de fond de chenal. Quelques éclats accompagnent ces pièces mais leur origine anthropique est nettement moins évidente à établir eu égard au contexte de découverte.

4.1. LE GISEMENT D’AZÉ I (SAÔNE-ET-LOIRE)

3Le gisement karstique d’Azé I (fig. 21), fouillé notamment par J. Combier, a livré plusieurs couches archéologiques dont une est datée du Paléolithique inférieur (Combier et alii, 2000). Rapportée d’un point de vue biostratigraphique à la deuxième partie du Pléistocène moyen, la couche I-1 a livré une série lithique de 299 pièces taillées majoritairement sur silex et chaille et un ensemble faunique composé de Renard, d’Ours de Deninger, de Chat sauvage, de Lion des cavernes, de Rhinocéros hemitoechus et d’un Équidé de grande taille. Ces deux ensembles, faunique et lithique, ne sont pas archéologiquement associés.

4L’étude de la petite série lithique mise au jour lors des fouilles a montré l’existence de méthodes de débitage se rapportent à des morphologies de nucléus polyédriques (Combier et alii, 2000). Les séquences opératoires, qui font alterner les surfaces de plan de frappe avec les surfaces de débitage, apparaissent courtes et conduisent à la production d’éclats de morphologie variée mais souvent larges. Bien que le contexte taphonomique soit peu favorable à une distinction sans ambiguïté des outils, ces derniers, relativement nombreux, apparaissent sous la forme d’encoches, de denticulés, de racloirs et de becs (Combier et alii, 2000).

5L’industrie lithique du Paléolithique inférieur d’Azé I est donc marquée par l’absence de production bifaciale et la mise en œuvre d’un débitage expédient, à partir de blocs locaux de qualité médiocre, à l’origine des supports d’outils.

4.2. LES SITES PALÉOLITHIQUES INFÉRIEURS DE SOUCY

6La carrière de Soucy, ouverte en 1990 afin de proposer un type d’extraction présentant des nuisances réduites sur le plan environnemental, exploite les alluvions de la moyenne terrasse de l’Yonne, en rive droite de la rivière. Dès 1994, cette gravière a fait l’objet d’un suivi archéologique régulier qui conduisit à la découverte du premier site au mois d’octobre 1994 (Soucy 1). Parallèlement, les travaux de levés et de prélèvements sur les différents fronts de taille de la carrière permirent la découverte d’un second gisement (Soucy 2). La mise sous surveillance des différentes phases de terrassement des sédiments recouvrant les alluvions grossières exploitées a permis la découverte du gisement de Soucy 3 au printemps 1995, des gisements de Soucy 4 et 5 en début d’année 1996 et enfin de Soucy 6 en 1997. Sur ces six gisements, seuls Soucy 1, 3, 5 et 6 ont été fouillés de manière extensive, les gisements de Soucy 2 et 4, moins menacés, ont seulement fait l’objet d’un diagnostic suivi d’une mise en réserve (Lhomme et alii, 2004).

Fig. 19. Carte des sites du Paléolithique inférieur en Bourgogne (source : base de données Patriarche).

Fig. 20. Biface des formations du stade isotopique 10 à Soucy (Yonne).

7Les gisements de Soucy 3 et 5 étant constitués respectivement de deux et trois niveaux archéologiques superposés, les six gisements de Soucy constituent un ensemble de neuf occupations préhistoriques distinctes (Lhomme, 2007).

4.2.1. Contexte chronostratigraphique et paléotopographique des occupations

8Les travaux réalisés par Ch. Chaussé sur la chrono-stratigraphie des nappes alluviales de la basse vallée de l’Yonne (Chaussé, 2003) montrent que la nappe de Soucy, dont le plancher d’érosion est fixé à ± 20 m au-dessus du plancher de la nappe de Fond, est constituée de deux unités fluviatiles principales : le cailloutis fluviatile grossier recouvert de plusieurs générations de sédiments fluviatiles fins, sableux à limoneux, mises en place au cours d’un interglaciaire du Pléistocène moyen rapporté au stade 9 des courbes isotopiques. Les dépôts fins, développés entre 2 et 3 m d’épaisseur, remblaient au moins trois systèmes d’écoulement successifs dont deux chenalisés. Ces écoulements matérialisent chacun la migration d’ouest en est d’un paléocours de l’Yonne (Lhomme et alii, 2000a ; Chaussé et alii, 2004).

Fig. 21. Vue d’Azé 1 en cours de fouille (cliché Taupenas).

9Le plus ancien chenal, repéré à l’ouest de la gravière, s’étend sur une largeur de 120 m environ. Sa rive gauche est flanquée d’un banc de convexité sableux dans lequel le gisement de Soucy 6 a été mis au jour. L’occupation était contemporaine d’écoulements dynamiques qui empruntaient ce chenal (Lhomme et alii, 2003b).

10Par la suite, un lit fluvial large d’au moins une centaine de mètres et peu profond constitué de chenaux multiples s’est installé sur l’ancienne rive droite du chenal précédent. Il était emprunté par des courants vigoureux mais intermittents. Lors d’une période d’étiage, l’un des chenaux constitutifs a accueilli l’occupation du niveau II de Soucy 5.

11Dans un troisième temps, un second écoulement chenalisé s’installe plus à l’est. Sa rive gauche était parcourue par des bras secondaires étroits et peu profonds empruntés par des courants réguliers en provenance du lit principal large d’une centaine de mètres. Ils ont disséqué l’ancien lit fluvial à chenaux multiples et détouré des buttes sablo-graveleuses végétalisées pour certaines. Deux de ces buttes ont été occupées par les hommes et constituent le niveau P du gisement de Soucy 3 et le niveau I du gisement de Soucy 5.

Fig. 22. Industrie lithique de Soucy 6.

12Le remblaiement progressif des bras latéraux conduit au nivellement de la plaine alluviale. Les écoulements se concentrent alors dans le bras principal méandriforme et participent à la construction d’une levée repérée sur sa rive gauche. Soucy 1 correspond à l’occupation par les hommes de la partie haute d’une levée en bordure de chenal. L’occupation constitutive du niveau S de Soucy 3 a été repérée plus en retrait de la levée en position de plaine d’inondation.

13L’étape suivante est matérialisée par l’assèchement du chenal et l’élaboration d’un horizon pédologique grisâtre développé sur sa plaine alluviale qui marque une phase de stabilisation. Leur reprise ultérieure met en place des dépôts de débordement qui s’étalent sur la plaine d’inondation à partir d’un lit fluvial non repéré dans les limites de la gravière. Le niveau 0 de Soucy 5 résulte d’une occupation associée à ce dernier épisode de sédimentation fluviatile.

4.2.2. Description des différentes occupations

14Les différentes analyses géologiques et paléoenvironnementales menées sur la gravière de Soucy (Lhomme et alii, 2000a ; Limondin-Lozouet, 2001 ; Kolfschoten in Lhomme et alii, 2000a ; Chaussé, 2003) permettent d’intégrer chaque site dans l’histoire de la portion de paléo-vallée et d’établir à la fois la topographie des sites et la chronologie relative des occupations préhistoriques.

4.2.2.1. Soucy 6

15Soucy 6 est l’occupation la plus ancienne. Identifié dans la partie ouest de la carrière, son niveau archéologique, partiellement conservé sur un banc de convexité de la paléo-rivière, a livré 182 restes lithiques et quatorze restes fauniques qui sont essentiellement des fragments d’os longs de grands herbivores (Boviné et Rhinocérotidé).

16L’industrie lithique est taillée dans des galets de silex crétacé et seule la chaîne opératoire de production d’éclats par débitage y est représentée (Lhomme et alii, 2003b). Les blocs sont exploités par percussion à la pierre dure selon une méthode faisant alterner surface de plan de frappe et surface de débitage par séquences de plusieurs enlèvements (« Clactonien » sensu Boëda, 1997). Les coups sont violents et portés en retrait sur les plans de frappe, selon des angles de chasse ouverts et les éclats obtenus sont épais, peu allongés et présentent des profils triangulaires spécifiques.

17L’outillage confectionné sur des supports caractéristiques du débitage pratiqué sur le site est constitué de denticulés, d’encoches et d’éclats à retouches discontinues dont une partie au moins a été confectionnée sur place (fig. 22).

18La médiocre conservation du gisement de Soucy 6 ne permet pas d’approcher les comportements techniques ni d’un point de vue fonctionnel, ni d’un point de vue spatial. La production quasi-exclusive d’éclats courts et épais selon un système de débitage par surfaces alternées, le caractère dominant des encoches et denticulés et l’absence de racloirs vrais, confèrent à cette industrie un aspect fruste qui, mis à part Soucy 2, tranche nettement avec la plupart des autres industries des sites de Soucy (Lhomme et alii, 2003b ; Lhomme, 2007).

4.2.2.2. Le niveau II de Soucy 5

19Le niveau II du gisement de Soucy 5 résulte de l’occupation par les hommes d’un banc sableux situé dans un lit fluvial à chenaux multiples. Fouillé sur 80 m ², ce niveau archéologique, qui se présentait comme un véritable sol d’occupation sur une surface d’une cinquantaine de mètres carrés, a livré 444 restes fauniques et 1.433 restes lithiques.

20Les espèces représentées sont le Cerf, le Cheval, le Chevreuil et le Rhinocéros. La configuration des parties anatomiques de Cerf indique une bonne représentation de l’ensemble du squelette, bien que les os longs soient un peu plus fréquents (Lhomme et alii, 2000a ; Bemilli, 2004).

21Plus de 80 % des restes lithiques sont attribuables à la chaîne opératoire de production de pièces bifaciales et a été mis au jour dans des concentrations de type amas correspondant à de véritables postes de taille. Dans chacune de ces concentrations, une pièce bifaciale entière ou une portion de pièces bifaciale a été façonnée.

22Les quelques éléments rapportés à une chaîne opératoire de débitage illustrent la mise en œuvre d’une production d’éclats selon une méthode de débitage par surfaces alternées ou discoïde (Lhomme et alii, 2000a). Les outils sont peu nombreux et comprennent des racloirs, des denticulés, des encoches et des éclats à retouches marginales.

23La nature de la surface d’accueil (banc sableux en période d’étiage), la faible quantité de restes fauniques et la nature des activités de production lithique indiquent une occupation de faible durée. La représentation numériquement inégale des deux chaînes opératoires (façonnage et débitage) et l’absence de pièces bifaciales finies abandonnées sur le site indiquent que le débitage a seulement assuré la production de supports d’outils consommés in situ, alors que le façonnage a produit des outils dont l’utilisation a été différée (Lhomme et alii, 2000c ; Lhomme, 2007).

4.2.2.3. Le niveau I de Soucy 5

24Le niveau médian du gisement de Soucy 5 résulte de l’occupation d’une berge végétalisée d’un bras de la paléo-rivière. Fouillé sur un peu plus de 110 m², ce niveau a livré 2.153 restes fauniques et 1.595 restes lithiques (hors très petits éclats).

25Les différentes espèces représentées sont le Cerf, le Mégacéros, le Chevreuil, le Cheval, un Boviné (Bos ou Bison ?), le Rhinocéros de Merck, le Sanglier, l’Ours brun et le Castor. L’analyse archéozoologique montre la présence de jeunes et de jeunes adultes pour les trois principaux taxons, ce qui indique une occupation certaine (mais non exclusive) du site en fin de printemps/début d’été. L’origine de la plus grande partie de l’ensemble faunique peut être attribuée à l’Homme (Lhomme et alii, 2000a ; Bemilli, 2004 et 2005).

26L’industrie lithique du niveau I de Soucy 5 a été taillée dans des blocs de silex alluvionnés récoltés à proximité. La chaîne opératoire de débitage est largement dominante, constituée par quarante-deux nucléus et 1.390 éclats bruts de débitage. Deux principales méthodes de production ont été utilisées : une méthode de débitage par surfaces alternées et une méthode discoïde. Les nombreux remontages et raccords réalisés montrent que ces deux méthodes ont été employées afin de produire des éclats allongés à partir de blocs de morphologies différentes (Lhomme et alii, 2000a ; Lhomme et alii, 2004 ; Lhomme, 2007).

27La consommation de pièces bifaciales est attestée par la présence de fragments et d’une vingtaine d’éclats de façonnage (Connet, Lhomme, 2001). L’outillage est essentiellement constitué de racloirs simples aménagés sur des éclats variés, d’éclats à retouches marginales ou partielles.

28Une rapide synthèse de l’ensemble des données disponibles sur le niveau I de Soucy 5 permet de dresser un premier tableau de l’occupation : les hommes se sont installés en début d’été sur une berge exondée de la rivière, dans un environnement de ripisylve ; la plupart des animaux (cerfs, équidés, bovinés, mégacéros) ont été apportés entiers sur le site où se sont déroulées les activités de boucherie et la consommation ; mises à part les pièces bifaciales qui ont été introduites sur le gisement sous une forme déjà élaborée, l’ensemble de l’activité de production d’éclats a eu lieu sur le site et plus de quarante blocs y ont été exploités.

Fig. 23. Exemple de la répartition des vestiges dans le niveau archéologique de Soucy 3.

4.2.2.4. Le niveau P de Soucy 3

29Le niveau principal du gisement de Soucy 3 a été fouillé sur une surface de plus de 700 m² et a livré plus de 10.000 restes fauniques et 6.066 restes lithiques (hors très petits éclats). Les hommes ont occupé le flanc sud-est d’une butte graveleuse en bordure de rivière dans un environnement de forêts de feuillus entrecoupées de prairies. Le niveau archéologique principal de Soucy 3 ne semble pas avoir subi de perturbations majeures ou de déformations importantes (fig. 23).

30Douze taxons sont représentés dans le niveau P de Soucy 3. Il s’agit du Cheval, de Bovinés (Bos et Bison), de Cerfs (Dama clactoniana et Cervus elaphus), de Mégacéros, de Chevreuil, de Rhinocéros de Merck, d’Éléphant antique, de Sanglier, d’Ours et de Loup. L’analyse taphonomique et archéozoologique de l’assemblage permet d’attribuer la présence de la plupart des ongulés à l’Homme. Les âges d’un certain nombre d’individus de différentes espèces permettent de certifier que le site a été fréquenté tout au long de l’année, et que, par conséquent, les occupations ont été multiples (Bemilli, 2004 et 2005). Il convient de signaler qu’une quarantaine de bois de chute de cervidés (cerfs et daims) a été mise au jour (fig. 24). Il est vraisemblable que leur dépôt résulte d’une collecte et d’un ramassage anthropique.

Fig. 24. Bois de chute de cervidés du niveau archéologique de Soucy 3.

31L’industrie lithique mise au jour dans le niveau principal est constituée de 276 pièces bifaciales et fragments de pièces bifaciales, de 887 outils sur éclat, de 4.843 éclats bruts (hors petits et très petits éclats), de 29 blocs testés et de seulement 3 nucléus. Cette extrême rareté des nucléus s’explique par la structure techno-économique particulière de cette industrie lithique. En effet, dans cet ensemble, la chaîne opératoire de production de pièces bifaciales est au centre du système de production lithique : c’est le façonnage qui permet de produire à la fois les outils bifaciaux et les éclats sélectionnés en supports d’outils, aussi, le débitage de blocs est quasi anecdotique. L’analyse techno-morphologique a permis de reconstituer les différentes étapes de production. Quelques pièces bifaciales de dimensions réduites ont été produites à partir de blocs alluvionnés issus de ramassages de proximité, mais la grande majorité des pièces bifaciales ont été introduites sur le site sous la forme d’ébauches, voire de pièces finies (c’est le cas de bifaces en silex tertiaire). Le façonnage dans le site, notamment les phases de construction d’un volume relativement plan dans les deux tiers ou la moitié apicale du biface, ont permis d’extraire des éclats de profils peu courbes et de bonnes dimensions. La plupart de ces éclats ont été sélectionnés comme supports des différents outils confectionnés sur éclat. Ces derniers sont constitués d’éclats retouchés, de racloirs variés (fig. 25), d’encoches et denticulés, de burins et de pièces esquillées.

32Les nombreux bifaces peuvent être intégrés pour la plupart dans les morphotypes ovalaires, limandes, amygdaloïdes, sub-cordiformes et cordiformes allongés définis par F. Bordes (1961). L’analyse techno-morphologique met en évidence une construction du volume bifacial particulière où s’opposent deux zones distinctes, une partie supérieure active (apicale), qui est rendue convexe et aiguë par la rencontre d’enlèvements bifaciaux plats et envahissants, et une portion plus épaisse (basilaire) souvent réservée ou aménagée à des fins de préhension (fig. 26). Ces pièces bifaciales répondent à la définition du biface-outil car il s’agit d’outils uniques construits sur un bloc et non de supports bifaciaux pouvant accueillir un ou plusieurs outils simultanément ou successivement. En l’état actuel des données, l’analyse tracéologique réalisée sur un échantillon des bifaces a permis d’observer les stigmates caractéristiques d’activités de boucherie sur le dernier tiers apical (Lhomme et alii, 2004 ; Lhomme, 2007).

Fig. 25. Soucy 3. Racloirs.

Fig. 26. Soucy 3. Bifaces.

33Bien que le niveau principal de Soucy 3 fasse encore l’objet de nombreuses études, une synthèse liminaire des informations disponibles permet d’établir un tableau schématique des modalités d’occupation du site : les hommes ont fréquenté de manière régulière, tout au long de l’année, une butte graveleuse d’une surface d’environ 1 500 m² en bordure de rivière, dans un paysage de type forestier ; les animaux (ongulés) ont été prélevés dans l’environnement proche, découpés et consommés au moins en partie sur le site à l’aide d’outils variés en silex (pièces bifaciales et outils sur éclats) produits essentiellement à partir d’ébauches de pièces bifaciales introduites, façonnées et finalisées in situ.

4.2.2.5. Soucy 1

34L’occupation préhistorique a concerné une très légère pente formée par une levée de berge en limite de la plaine d’inondation dans un environnement de forêts claires et de prairies. La fouille, qui a porté sur une surface de 394 m ², a permis de mettre au jour 2.083 restes lithiques (dont 293 galets bruts) et 522 restes fauniques qui appartiennent à l’Aurochs, au Cerf élaphe, au Rhinocéros de Merck, à l’Éléphant antique, au Chevreuil, au Cheval, au Sanglier, à l’Ours et au Castor (Lhomme et alii, 2000b). La médiocre conservation des restes fauniques a limité le potentiel informatif. Néanmoins, l’intervention de l’Homme est indéniable sur certains, l’Aurochs notamment.

35Les données relatives à l’organisation techno-économique de la production lithique permettent d’envisager l’existence d’un stockage de matériaux bruts dans un secteur du site (Lhomme et alii, 1998). La répartition spatiale différenciée des restes lithiques atteste une production dissociée de pièces bifaciales et d’outils sur éclats (Lhomme et alii, 2000b). L’outillage sur éclat est constitué de racloirs variés, d’encoches et d’éclats à retouches marginales. Les bifaces sont ovalaires à extrémité apicale convexe ou micoquiens (fig. 27). Sur ces derniers, l’analyse tracéologique a montré des traces particulières se développant sur le premier tiers distal et pouvant être interprétées comme le résultat d’une découpe de végétaux de bords de rivière selon un geste précis et court (Beyries in Lhomme et alii, 1998).

36Malgré la médiocre conservation des restes fauniques, l’ensemble des études réalisées indique que Soucy 1 peut être interprété comme le résultat de plusieurs fréquentations peu éloignées dans le temps liées au traitement des grands herbivores (Lhomme et alii, 2000b).

4.2.2.6. Soucy 3 niveau S, Soucy 4 et Soucy 5 niveau 0

37Ces trois ensembles qui résultent d’occupations dans la plaine d’inondation, donc plus en retrait de la rivière, ont livré des restes fauniques correspondant essentiellement à des portions du squelette, souvent en connexion anatomique, représentant un nombre limité d’individus. La configuration de ces restes ne permet pas toujours de trancher sur l’agent responsable de leur présence, ni sur l’existence de lien avec l’Homme. Cependant, quelques animaux paraissent certainement avoir subi un prélèvement de la part de ce dernier.

38Les industries lithiques sont essentiellement constituées d’éléments introduits sur le site. Seul le niveau S de Soucy 3 a livré un corpus plus important dominé par la chaîne opératoire de façonnage. Une étude technologique des éléments lithiques représentés dans le niveau S de Soucy 3 et le niveau 0 de Soucy 5 a permis de proposer l’existence de modes de gestion du territoire préhistorique dits « par cheminement » (Rocca, 2005 ; Lhomme et alii, soumis).

4.2.2.7. Soucy 2

39Découvert sur un ancien front de taille de l’exploitation, ce gisement n’a pu être documenté que sur une surface réduite et n’a pu être intégré dans l’histoire morphologique de la paléo-vallée. Le niveau archéologique a livré 156 restes lithiques et 235 restes fauniques. Les espèces représentées sont, par ordre d’importance, l’Aurochs, le Cheval et le Cerf (Guadelli in Lhomme et alii, 1996b).

40L’industrie lithique est taillée dans des galets de silex. Comme dans l’industrie de Soucy 6 les éclats sont produits par débitage selon une méthode faisant alterner surface de plan de frappe et surface de débitage par séquences de plusieurs enlèvements. L’outillage est essentiellement constitué de denticulés et d’encoches (Lhomme, 2007).

Fig. 27. Soucy 1. Biface.

4.2.3. Des industries bifaciales : de l’industrie lithique aux territoires

41La variété techno-typologique qui s’exprime au sein des neuf niveaux archéologiques de Soucy, et qui est perceptible aussi bien dans les méthodes de production des supports que dans les compositions morpho-typologiques des outillages, peut s’expliquer, au moins partiellement, par le fractionnement des chaînes opératoires de production de pièces bifaciales. Les fluctuations de la représentation des pièces bifaciales ainsi que le fractionnement de leur chaîne opératoire de production permettent d’isoler trois catégories d’ensembles archéologiques (Lhomme et alii, 2000a ; Lhomme et alii, 2004 : Lhomme, 2007) :

  • les sites de production de pièces bifaciales, où toutes les étapes du façonnage sont représentées et seuls les outils bifaciaux sont absents ;
  • les sites de consommation de pièces bifaciales, où aucun élément n’indique une production sur place d’outils bifaciaux ;
  • les sites de production et de consommation de pièces bifaciales, où l’ensemble de la production et les outils bifaciaux sont représentés.

42Dans chacun des niveaux archéologiques, les outils bifaciaux sont associés à des outils sur éclats qui, généralement, proviennent de la chaîne opératoire de débitage – toujours mise en œuvre in situ – ou sont principalement issus de la chaîne opératoire de façonnage in situ (à Soucy 3 niv. P).

43Il apparaît donc que la production et la consommation de pièces bifaciales sur les sites du Paléolithique inférieur de Soucy sont fractionnées dans le temps et dans l’espace, alors que la production d’outils sur éclats (quelle que soit l’origine des supports) est systématiquement réalisée sur le lieu de consommation à partir de matériaux accessibles dans l’environnement immédiat du site.

44L’existence d’un cycle production/consommation de pièces bifaciales segmenté engage à considérer que les pièces bifaciales sont des outils qui se déplacent, au moins sous la forme de supports. Cette gestion technoéconomique qui s’inscrit dans le « long terme » montre un investissement stratégique important qui contraste avec la chaîne opératoire « contractée » de production d’outils sur éclat qui apparaît motivée par des besoins plus immédiats (Lhomme et alii, 2000a). À Soucy, il est possible de parler de l’existence d’un système technique bifacial qui se manifeste comme un facteur d’organisation des activités au sein du territoire des hominidés. C’est à travers cette conception que semble se définir le système technique acheuléen (Lhomme, 2007).

45L’étude des chaînes opératoires de production permet d’observer la coexistence de plusieurs méthodes de débitage d’éclats. L’excellente conservation des niveaux archéologiques et la fréquence des remontages autorisent l’analyse précise des schémas opératoires sur les plans diacritique et diachronique. Ils sont plus ou moins complexes et peuvent être scindés en deux méthodes générales :

  • une méthode d’exploitation par surfaces de débitage alternées (« clactonien » sensu Boëda, 1997). Selon le volume du nucléus, ce procédé simple peut se développer sur l’ensemble des surfaces exploitables ;
  • une méthode discoïde qui consiste, après mise en forme du bloc, en l’exploitation de deux surfaces sécantes dans une organisation centripète ou convergente.

46La méthode de débitage par surfaces alternées selon des phases unipolaires est présente sur tous les gisements. Elle a permis d’obtenir des produits de débitage morphologiquement très variés. La méthode discoïde a par contre permis de produire des éclats de morphologie plus régulière. Ces deux méthodes coexistent dans le niveau I de Soucy 5 ; toutefois il apparaît sur ce site que, contrairement à la méthode « clactonienne », la mise en forme des nucléus discoïdes a été pratiquée dans des postes de taille. Dans la répartition spatiale des vestiges (fig. 28), les modalités perçues dans la mise en œuvre des deux schémas opératoires de débitage illustrent des comportements techniques différenciés qui montrent une organisation de l’espace et des activités au sein des surfaces d’accueil (Lhomme et alii, 2004 ; Lhomme, 2007).

47Les configurations des différents types de restes (fauniques, lithiques, blocs bruts transportés) sur les sites permettent d’établir des distinctions au sein des neuf occupations identifiées. Ces distinctions associées à la répartition spatiale des diverses catégories de vestiges et aux relations qu’ils entretiennent ont des significations quant à l’organisation et aux fonctions des sites.

48La nature et la configuration des vestiges résultant des installations sur des bancs sableux montrent qu’il s’agit de brèves occupations dédiées à des activités concises dans l’espace et dans le temps : par exemple, le façonnage de bifaces pour le niveau II de Soucy 5 et la production exclusive de pièces à encoches et leur probable consommation à Soucy 6.

49En revanche, les installations sur berges et buttes graveleuses livrent un matériel faunique abondant, fragmenté et spécifiquement diversifié, associé à de nombreux restes lithiques qui montrent une production et une consommation de pièces bifaciales et d’outils sur éclats. L’activité principale de ces occupations apparaît essentiellement liée à l’acquisition et à l’exploitation des ressources animales. C’est sur ces sites que l’on observe des dépôts de matières premières (variées) provenant d’une collecte dans l’environnement large du site : à Soucy 1 des blocs de silex, de granite et de grès ont été regroupés (Lhomme et alii, 2000b) ; à Soucy 3 niveau P plus de quarante bois de chute de cervidés ont été introduits ; enfin, dans le niveau I de Soucy 5 un bloc de grès a été équarri par percussion sur enclume. Sur ces sites, la quantité et la configuration des restes, tant fauniques que lithiques, plaident en faveur de fréquentations répétées (Soucy 3 niveau P).

Fig. 28. Soucy 5 niveau I. Répartitions et liaisons spatiales des remontages illustrant l’utilisation de deux méthodes de taille : Clactonien et Discoïde.

50Les occupations sises sur la plaine d’inondation, c’est-à-dire plus en retrait de la rivière, présentent une très faible densité de restes fauniques et lithiques (Soucy 3 niveau S, Soucy 4 et Soucy 5 niveau 0). Les restes fauniques sont constitués de portions de carcasses ou d’os entiers isolés qui ne présentent pas de traces franches d’intervention anthropique. Les restes lithiques attestent de très courtes séquences opératoires. Ces sites témoignent d’interventions humaines sporadiques.

51Les travaux pluridisciplinaires engagés sur la séquence et les sites de Soucy offrent l’occasion unique d’intégrer chaque occupation dans l’histoire d’une paléovallée. Aussi, les différences de configurations des restes fauniques et lithiques d’un site à l’autre, les modalités d’acquisition et d’exploitation des ressources animales qu’elles induisent, ainsi que le caractère complet ou partiel des chaînes opératoires de production lithique, permettent d’appréhender une relation étroite entre les modalités d’occupation d’un site et son implantation dans la vallée. Les données déjà obtenues sur les différents sites de Soucy montrent la complexité des stratégies de subsistance et des comportements techniques des hominidés de la partie médiane du Pléistocène moyen (Bemilli, in Lhomme et alii, 2004 ; Lhomme, 2007).

52Dans le cadre conceptuel du Paléolithique inférieur de l’Europe du Nord-Ouest, assez étriqué en raison de la faiblesse de sites et de données récentes, les sites de Soucy permettent de poser de nouvelles questions : si l’on peut parler d’Acheuléen en raison de l’existence d’un système technique bifacial dans la plupart des sites, ce dernier s’exprime essentiellement dans les modes de gestion du territoire et des ressources et n’apparaît pas exclusif. Les données de Soucy ouvrent donc le débat de manière singulière et nous interrogent sur le sens à donner à la variété des industries lithiques tant conceptuellement que techniquement (Lhomme, 2007).

4.3. POUR CONCLURE SUR LE PALÉOLITHIQUE INFÉRIEUR

53S’il est établi que le potentiel de sites du Paléolithique inférieur en Bourgogne est important, aussi bien dans les karsts que dans les terrasses des grandes vallées alluviales, il n’en demeure pas moins qu’aucune recherche de terrain n’a été engagée sur cette période depuis 1997 et les derniers « coups de truelle » portés sur le gisement de Soucy 6.

54Les fouilles et études réalisées entre 1995 et 2005 ont donc principalement porté sur les sites de Soucy. Bien qu’assez variées dans leurs thèmes, les recherches n’ont pas atteint le niveau de résolution que la nature et la conservation des sites peuvent laisser espérer. À cela une cause évidente : les travaux menés sur Soucy, dans le cadre de l’archéologie préventive, n’ont pas reçu le soutien financier qu’ils méritaient.

55Les fouilles menées avec des moyens « au rabais » ont été suivies de phases d’études financées sur des crédits de publication. Aussi, si une douzaine de publications et deux thèses (Chaussé, 2003 ; Bemilli, 2004) ont été consacrées aux sites de Soucy ces dix dernières années, elles illustrent surtout l’abnégation d’une équipe très motivée qui s’est investie au-delà des missions fixées.

56Dans le bilan de la recherche archéologique nationale 1995-1999 du CNRA (Conseil national de la Recherche archéologique, 2002, p. 21), il est fait mention de la nécessité de donner des moyens aux études et publications des sites de Soucy, mais cette intention est demeurée un vœu pieu et en l’état toute activité de recherche sur les sites de Soucy est au point mort. Tout doit donc être mis en œuvre pour que les monographies des deux plus « beaux » sites, Soucy 3 et Soucy 5, puissent voir le jour. En l’absence de nouvelles découvertes, cet objectif doit demeurer la priorité du Paléolithique inférieur bourguignon.

Table des illustrations

Légende Fig. 19. Carte des sites du Paléolithique inférieur en Bourgogne (source : base de données Patriarche).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 905k
Légende Fig. 20. Biface des formations du stade isotopique 10 à Soucy (Yonne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Légende Fig. 21. Vue d’Azé 1 en cours de fouille (cliché Taupenas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Légende Fig. 22. Industrie lithique de Soucy 6.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5595/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Légende Fig. 23. Exemple de la répartition des vestiges dans le niveau archéologique de Soucy 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5595/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Légende Fig. 24. Bois de chute de cervidés du niveau archéologique de Soucy 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5595/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 25. Soucy 3. Racloirs.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5595/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 26. Soucy 3. Bifaces.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5595/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Fig. 27. Soucy 1. Biface.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5595/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 28. Soucy 5 niveau I. Répartitions et liaisons spatiales des remontages illustrant l’utilisation de deux méthodes de taille : Clactonien et Discoïde.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5595/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 487k

Auteur

Inrap Grand Sud-Ouest - Centre archéologique de Poitiers, 122 rue de la Bugellerie, 86000 Poitiers

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search