Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Contacts : Rubané-Cardial

Marcel Otte

Texte intégral

Il est difficile de faire la part de ce que je dois aux autres et de ce qui m’est propre dans cet article. Mais il est certain que de nombreuses idées furent âprement discutées avec mes amis Ivan Jadin et Paul-Louis van Berg qui m’ont au moins apporté leur soutien sinon leurs critiques. Qu’ils en soient de toutes manières sincèrement remerciés.

LE RUBANÉ

1Le bassin panonnien, encerclé par les Carpates, forme la région cruciale où se sont forgés les courants néolithiques continentaux. De la Transylvanie à la plaine de l’Alföld s’opère le basculement entre les deux mondes : oriental et central (Kalmar, 1990 ; Tompa, 1929). Les mouvements colonisateurs issus de l’Egée et de la Mer Noire s’essoufflent sur les bords de la Tisza (Kalicz, 1990 ; Horvath, 1989). Un décalage chronologique de quelques siècles correspond aux profondes différences culturelles marquant les deux côtés de la plaine dite hongroise (Jadin, 1990). Cette lente adaptation voit l’abandon des modes de vie méditerranéens et orientaux en faveur d’éléments en harmonie avec les régions forestières de l’Europe « moyenne ». La disparition des tells, des maisons plates en argile, la diminution des ovi-caprins, de la céramique peinte et des statuettes modelées marquent ce phénomène dans un sens. Dans l’autre, l’augmentation des suidés et des bovidés adaptés aux forêts, la construction des maisons de bois à couverture pentue installées en villages de plaine et à céramique incisée, sont les réponses culturelles aux conditions du nouvel environnement.

2La composante lithique, très remarquable par sa densité, est par ailleurs des plus significatives dans ce contexte. Elle forme à la fois une « réponse » technique à l’importance désormais prise par le bois et possède une portée culturelle radicale. Cette aptitude semble en effet clairement dérivée de pratiques locales fort anciennes et intégralement maîtrisées (Newell, 1970 ; Gronenborn, 1990). En d’autres termes, la population autochtone au mode de vie mésolithique semble avoir contribué pour une part importante à ce nouveau courant néolithique axé sur l’Europe forestière (Biro, 1991). Cet héritage local, ajouté aux innovations adaptatives et assorti du décalage chronologique, suggère plutôt un processus d’acculturation des populations indigènes que de migrations balkaniques au-delà de l’Alföld.

3Incidemment, cette interprétation s’oppose nettement à la diffusion monolithique d’une ethnie porteuse des destinées « indo-européennes » comme l’a proposé Colin Renfrew (1988). Il s’agirait plutôt de vagues internes à des populations largement acquises depuis toujours à ces structures linguistiques, mais qui développent en leur sein des modes d’existence différents (Otte, 1992).

4L’acculturation du Mésolithique en Rubané ancien réalise un équilibre nouveau entre l’environnement, l’économie de production alimentaire et les pratiques techniques locales. Elle se diffuse ensuite rapidement, largement et sous une forme très homogène selon les axes des grands fleuves (Lenneis, 1989 ; Lünning et alii, 1989). Il s’agit apparemment alors de migrations ethniques liées aux zones fertiles loessiques. Vers le Nord-Ouest, cette diffusion se digite en France et en Belgique entraînant les phénomènes de contact avec les mésolithiques locaux et les autres courants d’agriculteurs (van Berg, 1990).

LE CARDIAL

5Apparemment installé plus tôt à l’Ouest que le Rubané, le Cardial ne connaît pas ce processus de diffusion en deux temps assorti d’une adaptation au cours de sa genèse, peut-être parce qu’il se cantonne d’abord aux aires d’influence méditerranéennes (Guilaine, 1976 ; Marti Oliver et alii, 1977 et 1987 ; Binder, 1987). Il semble ensuite subir un mouvement migratoire septentrional, par vagues successives entraînant avec lui des éléments identiques aux zones d’origine : bracelet, céramique imprimée, débitage par pression (Cahen, Otte, 1990 ; Jeunesse et alii, 1991). Il est ainsi remarquable de constater de profondes analogies marquées sur de longues distances dans des contextes dont l’identité s’estompe graduellement à l’inverse du caractère homogène rubané. De la région de Valence au Levant espagnol (Marti Olivier et alii, 1987), au groupe de Blicquy en Hainaut belge et jusqu’aux marches de Liège (Cahen, Docquier, 1985 ; Constantin et alii, 1991 ; Caspar et alii, 1989), ces éléments se retrouvent à l’identique portés pourtant par des contextes chaque fois plus « métissés ».

CONVERGENCE

6Le Nord-Ouest voit donc converger deux mouvements du Néolithique ancien autonomes, au moins à l’origine, quant à leur genèse, leur mode d’adaptation et leur processus de diffusion. À quelques siècles près, les deux traditions apparaissent donc ensemble dans la même zone géographique, poussées sans doute par la nécessité d’exploiter des sols neufs dans cette agriculture primitive et probablement itinérante (Bakkels, 1990).

7Le mouvement en tenaille du Rubané récent contourne le massif rocheux de l’Ardenne-Eifel et a donné naissance à l’Omalien de Belgique et au Rubané du Bassin parisien transitant par l’Alsace. Les marges expansives fournissent des villages protégés de fossés et clôtures, suggérant une insécurité croissante vers l’Ouest (Keeley et Cahen, 1989). Il peut s’agir autant d’opposition aux chasseurs locaux, évoquant la conquête de l’Ouest américain, que de concurrence avec les groupes agriculteurs d’affinité cardiale. Les contacts sont dans tous les cas certains à la fois par la présence d’armatures mésolithiques dans les fosses rubanées (Gob, 1984) et par la découverte d’« objets blicquiens » dans les sites omaliens (Jadin et alii, 1989).

8Considérées globalement pour chacun des deux groupes, les datations radiométriques ne permettent pas de définir leur ordre de succession au Nord-Ouest (Cahen, Gilot, 1983). Lorsque l’on considère cependant leur genèse respective, la vision en recul obtenue donne un sens aux faibles décalages observés selon les régions (fig. 1). Il est ainsi évident qu’une inversion chronologique s’opère d’Ouest en Est de la zone. La tradition d’affinité cardiale (Villeneuve-Saint-Germain et Blicquy) apparaît donc plus récente et postérieure au Rubané vers l’Est tandis que la tendance s’inverse vers l’Ouest. Les différentes régions traversées sont atteintes à des moments différents selon les groupes. Il s’agit donc de substituer à l’image rigoureuse d’une succession stratigraphique de style paléolithique celle de mouvements de peuples analogues à ceux observés en histoire tels les Germains ou les Finno-ougriens aux flux migratoires complexes tissés à travers le continent (Rouse, 1986 ; Anthony, 1990 ; Otte, Keeley, 1990). Les variétés de processus dans les modes de néolithisation propres aux zones nucléaires ont provoqué des variations de vitesse, expansion particulièrement sensible dans les zones intermédiaires telle cette Lotharingie néolithique que constitue le Nord-Ouest.

TROISIÈME PARTENAIRE

9L’extrême densité des sites mésolithiques du Nord-Ouest a plusieurs fois fait l’objet de brillantes illustrations (Gob, 1981 ; Rozoy, 1978 ; Arora, 1975-1977 ; Cziesla, 1990). Elle est surtout frappante lorsqu’on l’oppose à la relative faiblesse du Paléolithique supérieur régional pourtant étendu sur une bien plus grande période. Une contemporanéité des deux populations et des deux modes de vie est donc des plus vraisemblables et a déjà fait l’objet d’abondants débats et commentaires. La diversité des modes de vie permet en effet des occupations synchrones axées vers des écosystèmes et donc des paysages eux aussi distincts (Modderman, 1988).

10Considérées globalement, ces populations mésolithiques étaient traversées de courants novateurs cruciaux : débitage régulier par pression, standardisation des armatures, tendance à la fixité de l’habitat le long des côtes et cours d’eau, diversité d’exploitation alimentaire selon la saison, extension du registre iconographique à l’image humaine et schématique. Tous ces traits concordent avec ceux qui conduiront ailleurs à la formation du Néolithique primitif (Cauvin, 1978 ; Gob, 1983, 1990 ; Keeley, 1992). En d’autres termes, on retrouve cette gestation fondamentale en toile de fond aux mouvements migratoires des agriculteurs. Une fois de plus, il semble que le processus tendant vers la néolithisation était amorcé en différentes régions, mais que les variations de vitesse dans la diffusion ultérieure en ont gommé l’effet dans certaines d’entre elles.

Fig. 1. — Les mouvements de néolithisation du Nord-Ouest sont non seulement d’origine, mais aussi de nature différente : diffusion progressive à l’Ouest (1) et acculturation séquentielle à l’Est (2). Leur relation chronologique varie donc selon l’aire géographique considérée et s’inverse à mesure de l’éloignement du centre de contact. De plus en plus, la population locale précédente semble avoir joué un rôle important dans cette interaction, à la fois comme ferment technologique accélérant l’adaptation en zones forestières et comme réservoir démographique. Tout indique en tous cas que cette tradition était en pleine mutation elle aussi, mais que l’absence de structures lourdes en ait gommé l’image (3).

11Dans cette perspective les découvertes sporadiques de tessons non rubanés et non cardiaux pourraient bien correspondre à des inventions spontanées du substrat mésolithique, en l’absence et antérieures à toute influence des néolithiques (van Berg et alii, 1991 ; Otte, s.d.). La rareté (et non l’absence) des contextes fermés où cette céramique serait en contact avec l’équipement lithique des chasseurs pourrait s’expliquer par l’importance des sites de plein air au Mésolithique d’où la terre cuite a disparu. Le phénomène est très analogue à celui du Michelsberg des plateaux rocheux belges où la céramique est inexistante dans des dizaines de sites et où le matériel lithique est au contraire extrêmement abondant (Nelissen, 1957). Il est pourtant évident que la culture du Néolithique moyen a produit une très abondante céramique comme en témoignent les puits de mines, les fossés d’enceinte et les sépultures (Vermeersch et alii, 1990 ; Marolle, 1989).

12Il serait ainsi très stimulant de tester cette idée en confrontant les aires « culturelles » définies par les ensembles lithiques du Mésolithique final avec la répartition des groupes céramiques de la Hoguette et du Limbourg (Lüning et alii, 1989 ; Farrugia et alii, 1982). Une analogie des aires géographiques permettrait un enrichissement considérable dans l’approche des derniers peuples chasseurs. Nous laissons à nos amis mésolithiciens le soin d’en vérifier l’éventuel bien-fondé.

13Dans ces phénomènes de contacts, les Mésolithiques apparaissent donc de plus en plus comme des acteurs jouant le rôle d’intermédiaires non seulement entre les populations néolithiques, mais surtout dans l’adaptation des composantes du nouveau mode de vie à cet environnement continental. Autant les domaines techniques, économiques, sociaux que religieux se trouvent-ils concernés dans les mécanismes de mise en place du Néolithique et du jeu d’échange qu’ils impliquent entre les traditions en présence.

14Rétrospectivement, diverses populations du Mésolithique final se trouvaient en état d’évolution profonde et radicale orientée vers de nouvelles valeurs, de nouvelles structures et de nouvelles ressources. Ces mutations furent variées et possédaient leur rythme évolutif propre. Dans certaines situations, une impulsion extérieure accéléra le phénomène qui nous apparaît alors comme une acculturation. Ailleurs, l’idée de migrations semble plutôt s’imposer. Ces différences de vitesse et de nature des procédés provoquent dans la zone nord-occidentale du continent européen un tableau spécialement complexe, donc intéressant. Les courants s’y entrecroisent et s’y superposent comme les tuiles d’un toit, mais dans un ordre varié selon les circonstances. L’élément neuf de ces dernières années est sûrement le rôle déterminant du substrat mésolithique, lui-même en pleine mutation et agissant en vrai catalyseur. La partie n’était plus à deux mais à trois partenaires.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anthony, 1990 = Anthony (D.W.), « Migration in Archeology : the Baby and the Bathwater », American Anthropology, 1992, 4, p. 895-914.

Arora, 1975-1977 = Arora (S.K.), « Mittelsteinzeit am Niederrhein », Kölner Jahrbuch für Vor-und Frühgeschichte, 15, p. 191-211.

Bakkels, 1990 = Bakkels (C.), « The crops of the Rössen culture : significantly different from their Bandkeramik predecessors - Frênch influence ? » in : Rubané-Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 83-88 (E.R.A.U.L., 39).

Binder, 1987 = Binder (D.), Le Néolithique ancien provençal : typologie et technologie des outillages lithiques, Paris, éd. du CNRS, 205 p. (24e suppl. à Gallia-Préhistoire).

Biro, 1991 = Biro (K.), Mesolithic in Hungary ; Third Symposium on Upper Palaeolithic, Mesolithic and Neolithic populations of Europe and the Mediterranean Basin, Budapest (sous presse).

Cahen, Gilot, 1983 = Cahen (D.), Gilot (E.), « Chronologie radiocarbone du Néolithique danubien », in : De Laet (S.J.), Progrès récents dans l’étude du Néolithique ancien ; Actes du colloque international de Gand, 1982, p. 21-40 (Dissertationes Archaeologicae Gandenses, 21).

Cahen, Docquier, 1985 = Cahen (D.), Docquier (J.), « Présence du groupe de Blicquy en Hesbaye liégeoise », Helinium, 25-1, p. 94-122.

Cahen, Otte (édit.), 1990 = Cahen (D.), Otte (M.), Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, 464 p. (E.R.A.U.L., 39).

Caspar et alii, 1989 = Caspar (J.-P.), Constantin (C.), Hauzeur (A.), « Groupe de Blicquy et Rubané à Vaux-et-Borset « Gibour » », Notae Praehist., t. 9, p. 49-59.

Cauvin, 1978 = Cauvin (J.), Les premiers villages de Syrie-Palestine du 9e au 7e millénaire av. J.-C., Maison de l’Orient, Lyon, éd. De Boccard.

Constantin, 1983 = Constantin (C.), Fin du Rubané, Céramique du Limbourg et Post-Rubané en Hainaut et en Bassin parisien, thèse de 3e cycle, Université de Paris I, 2 vol.

Constantin et alii, 1991 = Constantin (C.), Caspar (J.-P.), Hauzeur (A.), « Vaux-et-Borset : campagne de fouilles 1990 aux lieux-dits « Gibour » et « Champ Lemoine » », Notae Praehist., t. 10, p. 83-91.

Cziesla, 1990 = Cziesla (C.), « Datenbank und Atlas zum Mesolithikum Beiderseits des Rheins », Bull. Soc. Préhist. Lux., t. 12, p. 13-20.

Farrugia et alii, 1982 = Farrugia (J.-P.), Constantin (C.), Demarez (L.), « Éléments non-rubanés du Néolithique ancien entre les vallées du Rhin inférieur et de la Seine », Helinium, 22, p. 105-134.

Gob, 1981 = Gob (A.), Le Mésolithique dans le bassin de l’Ourthe, Liège, 358 p., 53 pl. (Soc. Wallonne de Palethnologie, 3).

Gob, 1983 = Gob (A.), « Du Mésolithique au Néolithique entre Rhin et Seine : modèle de Néolithisation », in : De Laet (S.J.), Progrès récents dans l’étude du Néolithique ancien ; Actes du colloque international de Gand, 1982, p. 55-61 (Dissertationes Archaeologicae Gandenses, 21).

Gob, 1984 = Gob (A.), « L’industrie lithique mésolithique », in : Otte (M.), Les fouilles de la place Saint-Lambert à Liège, I, la zone orientale, p. 111-146 (E.R.A.U.L., 18).

Gob, 1990 = Gob (A.), « Du Mésolithique au Néolithique en Europe Nord-occidentale : un point de vue de mésolithicien », in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 155-160 (E.R.A.U.L., 39).

Gronenborn, 1990 = Gronenborn (D.), « Mesolithic-Neolithic interactions - The lithic Industry of the Earliest Bandkeramik Culture Site at Friedberg-Bruchenbriiche, Wetteraukreis (West Germany) », in : Vermeersch (P.), van Peer (Ph.), édit., Contributions to the Mesolithic in Europe, p. 173-182 (Studia Praehist. Belgica, 5).

Guilaine, 1976 = Guilaine (J.), Premiers bergers et paysans de l’Occident méditérranéen, Paris, Mouton, 286., 57 pl.

Horvath, 1989 = Horvath (F.), « A Survey on the Development of Neolithic Seulement Pattern and House Types in the Tisza Region », in : Neolithic of Southeastern Europe and its near Eastern Connections, Budapest, p. 85-101 (Varia Arch. Hungarica, 2).

Jadin et alii, 1989 = Jadin (I.), Keeley (L.H.), Cahen (D.), Gratia (H.), « Omaliens et Blicquiens face à face », Notae Praehist., t. 9, p. 61-68.

Jadin, 1990 = Jadin (I.), Néolithique ancien d’Europe et datations carbone 14 : approche informatique, 121 p. (Mém. de Préhistoire Liégeoise, 7).

Jeunesse et alii, 1991 = Jeunesse (C.), Nicod (P.-Y.), van Berg (P.-L.), « Nouveaux témoins d’âge néolithique ancien entre Rhône et Rhin », Ann. Soc. Suisse de Préhis. et d’Arch., t. 74, p. 43-78.

Kaucz, 1990 = Kalicz (N.), Frühneolithische Siedlungsfunde aus Südwestungarn, 163 p. (Inventaria Praehist. Hungariae, 4).

Kalmar, 1990 = Kalmar (Z.), « Le processus de Néolithisation dans le Nord-Ouest de la Transylvanie », in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 13-20 (E.R.A.U.L., 39).

Keeley, Cahen, 1989 = Keeley (L.H.), Cahen (D.), « Early Neolithic Forts and Villages in NE Belgium : A preliminary Report », Journal of Field Arch., t. 16, p. 157-176.

Keeley, 1992 = Keeley (L.), « The use of plant foods among hunter-gatherers : a cross-cultural survey », in : Anderson (P.), édit., Préhistoire de l’Agriculture, Paris, éd. du CNRS, p. 29-38.

Lenneis, 1989 = Lenneis (E.), « Zum Forshungsstand der Ältesten Bandkeramik in Österreich », Arch. Korrespondenzblatt, Bd. 19, p. 23-36.

Lünning, Kloos, Albert, 1989 = Lünning (J.), Kloos (U.), Albert (S.), « Westliche Nachbarn der bandkeramischen Kultur : La Hoguette und Limburg », Germania, Bd. 67, p. 355-393.

Marolle, 1989 = Marolle (C.), « Le Village Michelsberg des « Hautes Chauvières » à Mairy (Ardennes, France) », Notae Praehist., t. 9, p. 79-80.

Marti Oliver, 1977 = Marti Oliver (B.), Cova de l’or (Beniarrés, Alicante), Valencia, Servicio de Investigación Prehistórica, 92 p., 25 pl. (Sérié de Trabajos varios, 51).

Marti Oliver, Juan Cabanilles, 1987 = Marti Oliver (B.), Juan Cabanilles (J.), El Neolitic Valencia : els primers agricultros i ramaders, Valencia, Servei d’Investigació Prehistórica, 146 p.

Modderman, 1988 = Modderman (P.J.R.), « The linear Pottery Culture : Diversity in Uniformity », Berichten van de Rijksdienst voor het Oudheidkundig Bodemonderzoek, 38, p. 65-139.

Nelissen, 1957 = Nelissen (A.), « Le Néolithique et les industries à haches polies du Haut-Condroz et de l’Ardenne liégeoise », Bull. Ch. Wallonie, t. 16, p. 188-225.

Newell, 1970 = Newell (R.), « The flint industry of the dutch linearbandkeramik », in : Modderman (P.J.R.), Linearbandkeramik aus Elsloo un Stein, Leiden (Ann. Praehist. Leidensia, 3).

Otte, Keeley, 1990 = Otte (M.), Keeley (L.H.), « The impact of Regionalism on Palaeolithic Studies », Current Anthr., t. 31, 5 p. 577-582.

Otte, 1992 = Otte (M.), « Genes and Behavior Exchanges throughout Europe and outside Europe during Upper Palaeolithic », in : Third international congress on Human Paleontology, Jerusalem (sous presse).

Otte, s.d., = Otte (M.), « Le Rubané de la place SaintLambert à Liège », in : Actes du 13e colloque interrégional sur le Néolithique, Metz, octobre 1986 (sous presse).

Renfrew, 1988 = Renfrew (C.), « Archaeology and Language », Current Anthr., t. 29, p. 437-468.

Rouse, 1986 = Rouse (I.), Migrations in Prehistory : inferring population movement from cultural remains, New Haven, Yale Univ. Press., 202 p.

Rozoy, 1978 = Rozoy (J.-G.), Les derniers chasseurs : l’Epipaléolithique en France et en Belgique : essai de synthèse, Reims, 3 vol. (Bull. Soc. Archéo. Champenoise, no spécial).

Tompa, 1929 = Tompa (F.), Die Bandkeramik in Ungarn : die Bükker und die Theiss-Kulture, Budapest, 70 p., 61 pl. (Arch. Hungarica, 5-6).

van Berg, 1990 = van Berg (P.-L.), Céramique du Limbourg et néolithisation en Europe du Nord-Ouest, in : Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 161-208 (E.R.A.U.L., 39).

van Berg, van Royen, Keeley, 1991 = van Berg (P.-L.), van Royen (J.-P.), Keeley (L.H.), « Le site mésolithique à céramique du Melsele (Flandre-Orientale) », Notae Praehist., t. 10, p. 37-47.

Vermeersch, Vynckier, Walter, 1990 = Vermeersch (P.M.), Vynckier (G.), Walter (R.), Thieusies ferme de l’Hosté, site Michelsberg : II. Le Matériel lithique, Leuven, 70 p. (Studia Praehist. Belgica, 6).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Les mouvements de néolithisation du Nord-Ouest sont non seulement d’origine, mais aussi de nature différente : diffusion progressive à l’Ouest (1) et acculturation séquentielle à l’Est (2). Leur relation chronologique varie donc selon l’aire géographique considérée et s’inverse à mesure de l’éloignement du centre de contact. De plus en plus, la population locale précédente semble avoir joué un rôle important dans cette interaction, à la fois comme ferment technologique accélérant l’adaptation en zones forestières et comme réservoir démographique. Tout indique en tous cas que cette tradition était en pleine mutation elle aussi, mais que l’absence de structures lourdes en ait gommé l’image (3).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

Auteur

Professeur à l’Université de Liège. Place du XX août, 7, bât. Al. B-4000 Liège, Belgique.

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search