Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 1. Le Paléolithique et le mésolithique en Bourgogne

3. La paléoanthropologie en Bourgogne

Dominique Gommery et Bruno Maureille

Texte intégral

3.1. LES RESTES HUMAINS DU PALÉOLITHIQUE MOYEN ET DU DÉBUT DU PALÉOLITHIQUE SUPÉRIEUR

1On pourrait croire que la Bourgogne n’est pas une région d’une grande importance en paléoanthropologie. Pourtant, elle a livré des pièces variées intéressantes à plusieurs titres. D’un point de vue historique d’abord, pour l’avancement des idées et notamment sur l’ancienneté de l’homme, la mandibule de Vibraye découverte en 1859 dans la ‘Grotte des Fées’ à Arcy-sur-Cure a joué un rôle (fig. 14). Ce fut également le cas en ce qui concerne l’histoire du peuplement, et essentiellement pour la transition entre le Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur. En réalité, la Bourgogne est une province d’une grande richesse paléoanthropologique puisqu’une dizaine de sites se regroupant en trois grandes zones ont livré des restes humains fossiles :

  • la vallée de la Cure (Yonne), les sites d’Arcy-sur-Cure : ‘Grotte des Fées’, ‘Grotte de l’Hyène’, ‘Grotte du Loup’, ‘Galerie Schoeplin’ et ‘Grotte du Renne’ ;

  • la vallée de l’Armançon (Côte-d’Or) : Genay et Créancey ;

  • le Mâconnais (Saône-et-Loire), les sites de Vergisson : Vergisson I, I’ et IV.

2La quasi-totalité des fossiles humains est attribuée à l’homme de Néandertal. Les plus anciens sont ceux de Genay, datés de 75.000 ans environ et associés à des artefacts moustériens, et les plus récents sont ceux retrouvés dans les couches du Châtelperronien d’Arcy-sur-Cure.

3N’oublions pas enfin que la Bourgogne est située à un carrefour de voies de communication, principalement le long des cours d’eau. Les restes humains bourguignons sont donc d’une grande importance pour espérer individualiser ces populations anciennes.

Fig. 14. L’entrée de la grotte des Fées à Arcy-sur-Cure (Yonne). Carte postale (collection et copyright DRAC Bourgogne).

Fig. 15. A. La mandibule II et B. le maxillaire III de la couche 20 de la Grotte du Renne (Leroi-Gourhan, 1958). Photos B. Maureille, collections Institut de Paléontologie Humaine (Paris).

3.1.1. Les études ou activités de conservation de 1995 à 2005

4Il n’y a pas eu de découverte de nouveaux restes humains pour la période de 1995 à 2005 mais il y a plusieurs études ou activités de conservation concernant les fossiles provenant des sites bourguignons. Il faut préciser que la plupart des collections de fossiles humains provenant de sites bourguignons ne sont pas conservées dans des institutions locales. Au cours de cette période, nous avons mené des enquêtes pour chercher ce qui a été réellement découvert et où se trouvent ces fossiles appartenant au patrimoine bourguignon (et de l’humanité). La localisation de certains fossiles reste encore inconnue.

3.1.1.1. La ‘Grotte du Renne’ à Arcy-sur-Cure (Yonne)

  • 3 Note du S.R.A. : depuis la rédaction de cette synthèse, neuf dents néandertaliennes ont été recueil (...)

5Dans sa publication de 1958, Leroi-Gourhan a décrit plusieurs dents humaines dans les niveaux du Châtelperronien (fig. 15). D’autres restes humains ont été découverts postérieurement à cette publication et ont été récemment étudiés plus en détail. Par exemple, un os temporal d’enfant du niveau Xb a été reconnu comme néandertalien (Hublin et alii, 1996). L’ensemble des dents provenant des niveaux VIII à X de la ‘Grotte du Renne’ lors des fouilles de Leroi-Gourhan et initialement inventoriées comme humaines, ont été réétudiées par S. E. Bailey et J.-J. Hublin (2006). Cette étude montre que quatre dents de la collection ne sont pas humaines, confirmant ainsi les premières observations de F. Poplin (communication orale lors du colloque de Nemours en 1988 et deux lettres d’information à A. Leroi-Gourhan du 15 et 20 mai 1981) sur deux dents publiées par Leroi-Gourhan en 1958. L’étude de S. E. Bailey et J.-J. Hublin (2006) reconnaît vingt-neuf dents comme humaines et permet d’estimer un nombre minimum d’individus de six, âgés de la naissance au stade adulte. Ces auteurs considèrent que les caractères observés, notamment des combinaisons, sur les dents adultes (quinze), comme plus fréquents chez les Néandertaliens que les hommes anatomiquement modernes du Paléolithique supérieur. Les dents déciduales sont au nombre de quatorze et permettent d’augmenter l’échantillon de ces vestiges pour le Châtelperronien. Selon S. E. Bailey et J.-J. Hublin (2006), ces dernières sont similaires aux dents des Néandertaliens moustériens d’Europe et du Proche-Orient et, dans tous les cas, plus qu’à celles des hommes modernes du Paléolithique supérieur. Toutes ces caractéristiques permettent à ces auteurs d’attribuer les dents des niveaux du Châtelperronien d’Arcy-sur-Cure aux Néandertaliens. Ils confirment ainsi l’hypothèse proposée par A. Leroi-Gourhan dès 19583.

3.1.1.2. Genay (Côte-d’Or) (fig. 16 et 17)

6Les premiers restes humains sont découverts en avril 1955 par les abbés J. Joly et J.-J. Puisségur (Joly, 1955 et 1987). Ces fossiles ont fait l’objet d’une récente restauration (Gommery, 2005) et appartiennent à deux individus néandertaliens. Le premier est représenté par vingt-cinq dents et quelques fragments du crâne dont la partie gauche du torus sus-orbitaire, mais aussi des fragments de temporal, d’occipital et de pariétal. Les fouilles de Y. Pautrat et C. Verjux en 1985 ont permis la découverte d’un germe de molaire inférieure gauche (Pautrat, Verjux, 1987) qui a été étudié par M.-D. Garralda et alii et a été publié récemment (Garralda et alii, 2008). La récente étude menée par Ramirez Rozzi et Bermudez de Castro (2004) sur le développement des dents des Hominidés européens du Pléistocène a intégré certaines dents de Genay.

Fig. 16. Les fouilles de J. Joly et J.-J. Puisségur à Genay (collection et copyright DRAC Bourgogne).

Fig. 17.Les restes humains de Genay 1 en place lors de leur découverte. Noter la position des dents, qui respecte globablement leur agencement anatomique (collection et copyright DRAC Bourgogne).

3.1.1.3. Site de Vergisson II (Saône-et-Loire)

7J. Combier a mené des fouilles dans ce site entre 1954 à 1961 (Argant, 1991 ; Combier, 1976). Plusieurs phalanges humaines ont été déterminées par F. Chaput et J. Combier (1999 ; communication personnelle de J. Combier) lors de l’étude de la faune provenant de la seconde salle de Vergisson II. Elles sont encore inédites. La seconde salle a déjà livré seize dents dont l’étude préliminaire de M.-A. de Lumley (1976) montre qu’elles appartiennent à un individu d’une vingtaine d’années pouvant être attribué aux Néandertaliens.

3.1.2. Perspectives

8Bien qu’il s’agisse de collections anciennes, elles ont un grand intérêt scientiique en paléoanthropologie mais aussi en préhistoire aussi bien au niveau régional qu’international. Certains fossiles doivent être réétudiés pour mieux les caractériser avec les nouvelles connaissances ou, tout simplement, étudiés pour la première fois. C’est par exemple le cas pour une dent au moins de Genay mais aussi pour les dents de Créancey. Ces dernières ont été trouvées dans les niveaux moustériens lors des fouilles entreprises dans la terrasse du niveau intermédiaire par F. Djindjian de 1974 à 1980 (Djindjian et alii, 2008). Les trois dents humaines sont en cours d’étude par B. Maureille et alii. Elles pourraient appartenir au même individu et sont attribuées à Néandertal. Les résultats attendus devraient permettre de mieux caractériser les Néandertaliens bourguignons (fig. 18).

9Les dents des couches VII à X de la ‘Grotte du Renne’ d’Arcy-sur-Cure représentent donc les rares restes humains du Châtelperronien connus en France avec ceux de Saint-Césaire et de Font-de-Gaume. L’étude de S. E. Bailey et J.-J. Hublin (2006) contribue à montrer l’importance de reprendre l’étude de ces collections pour définir les deux types humains susceptibles d’exister (Néandertal et Homme anatomiquement moderne) en Europe de l’Ouest au début du Paléolithique supérieur (Châtelperronien et Aurignacien ancien). La variabilité d’une population ancienne est une notion biologique toujours difficile à apprécier à partir de quelques restes dentaires (voir par exemple Henry-Gambier et alii, 2004).

Fig. 18. Les trois dents humaines de la grotte Boccard à Créancey (Côte-d’Or). Fouilles F. Djindjian, photo B. Maureille, collection Musée archéologique de Dijon (actuellement en dépôt temporaire au LAPP, Université Bordeaux 1).

Notes

3 Note du S.R.A. : depuis la rédaction de cette synthèse, neuf dents néandertaliennes ont été recueillies dans la couche J de la Grotte du Bison voisine.

Table des illustrations

Légende Fig. 14. L’entrée de la grotte des Fées à Arcy-sur-Cure (Yonne). Carte postale (collection et copyright DRAC Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5586/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Légende Fig. 15. A. La mandibule II et B. le maxillaire III de la couche 20 de la Grotte du Renne (Leroi-Gourhan, 1958). Photos B. Maureille, collections Institut de Paléontologie Humaine (Paris).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5586/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 16. Les fouilles de J. Joly et J.-J. Puisségur à Genay (collection et copyright DRAC Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5586/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Légende Fig. 17.Les restes humains de Genay 1 en place lors de leur découverte. Noter la position des dents, qui respecte globablement leur agencement anatomique (collection et copyright DRAC Bourgogne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5586/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Légende Fig. 18. Les trois dents humaines de la grotte Boccard à Créancey (Côte-d’Or). Fouilles F. Djindjian, photo B. Maureille, collection Musée archéologique de Dijon (actuellement en dépôt temporaire au LAPP, Université Bordeaux 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5586/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Auteurs

UPR 2147 du CNRS, 44 rue de l’Amiral Mouchez, 75014 Paris & Association Biopréhistoire du Nord-Est bourguignon, 32 rue de la Gare, Cusy, 89160 Ancy-le-Franc

UMR 5199 – PACEA, Laboratoire d’Anthropologie des populations du Passé, Université Bordeaux 1, Bât. 88, Allée Geoffroy-Saint-Hilaire, CS 5023, 33615 Pessac Cedex

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search