Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Partie 1. Le Paléolithique et le mésolithique en Bourgogne

2. Le paléoenvironnement au Paléolithique

Alain Argant et Jacqueline Argant

Texte intégral

1L’objectif de la construction d’un cadre chronostratigraphique et paléoenvironnemental régional le plus précis possible constitue une des priorités fondamentales de la connaissance d’une région donnée, tant au Paléolithique qu’au Néolithique. Il y va de la cohérence de l’ensemble et de la précision des études futures. La Bourgogne n’en est pas encore à ce stade et il reste un long chemin à parcourir que les progrès enregistrés dans la basse vallée de l’Yonne font encore plus ressortir.

2La situation peut sembler paradoxale. La Bourgogne, depuis longtemps, se trouve à la pointe de la recherche en ce domaine. Dès 1898 Bernard Renault puis Charles-Eugène Bertrand signalent la présence de pollens de conifères dans les tourbes quaternaires de la région d’Autun. La palynologie de la Brèche de Genay en Côte-d’Or par le docteur Krahenbühl, de Saint-Imier (Suisse), en 1955, constitue une des toutes premières analyses palynologiques de sédiments archéologiques. Les travaux d’Arlette Leroi-Gourhan en 1956 sur la palynologie des sédiments de différentes grottes d’Arcy-sur-Cure (Yonne) marquent vraiment le démarrage de cette discipline en France. Depuis, très régulièrement, les travaux d’Arlette Leroi-Gourhan, de Michel Girard, de Josette Renault-Miskovsky, de Jacqueline Argant ont accompagné toutes les recherches sur les sites paléolithiques bourguignons. Ils ont contribué à rendre indispensable ce type d’étude qui maintenant est tentée systématiquement, y compris pour les périodes plus récentes.

3La malacologie quaternaire a connu, grâce aux travaux de Jean-Jacques Puisségur depuis les années soixante et pendant une vingtaine d’années, un développement important en France (Puisségur, 1976). Elle est devenue maintenant un outil indispensable à la connaissance paléoenvironnementale et se pratique le plus systématiquement possible.

4À la même période, pendant plus de vingt-cinq ans, Jean Chaline a impulsé un développement considérable à l’étude des micromammifères (Chaline, 1972). Lorsque la microfaune est présente, plus aucune étude de site ne peut s’en priver. Les apports paléoclimatiques et biochronologiques n’en sont plus à souligner et ils jouent un rôle fondamental dans la reconstruction paléoenvironnementale.

5Pour les grands mammifères, la biochronologie des Carnivores de Bourgogne a été prise en compte dès 1989 en permettant un tableau biochronologique des sites bourguignons qui en livraient (Argant, 1991).

6Ces quelques exemples, dus évidemment à la proximité des grands centres universitaires de Paris, de Dijon, de Lyon, montrent toute la précocité et l’importance des recherches paléoenvironnementales en Bourgogne par rapport à d’autres régions françaises.

7Malgré cela, il n’existe pas encore de cadre chronostratigraphique et paléoenvironnemental général pour la Bourgogne. Plusieurs raisons se conjuguent pour l’expliquer. D’abord, l’aspect ponctuel des études anciennes qui accompagnent seulement l’étude d’un site, sans programmation à l’époque d’opérations de grande envergure permettant seules des synthèses conséquentes. Par ailleurs la région Bourgogne correspond à un carrefour d’influences multiples, climatiques, géologiques, géographiques, culturelles, etc. Il y est particulièrement difficile de construire ce cadre chronostratigraphique et paléoenvironnemental global à l’échelle régionale. Enfin le développement inégal des études, particulièrement détaillées dans la basse vallée de l’Yonne à cause des travaux de l’autoroute A 5 et de la présence de multiples gravières, fausse la vision globale à l’échelle de toute la région. L’absence de sites à longue séquence stratigraphique, comme de tourbières à long enregistrement, et la rareté des sites du Pléistocène moyen et inférieur ne permettent pas de construire ce cadre avec une continuité suffisante, à deux exceptions près. La basse vallée de l’Yonne constitue la première exception. Le cadre chronostratigraphique et les résultats des très nombreuses études menées conjointement ont permis de dégager un modèle d’évolution morphosédimentaire à commande climatique en contexte alluvial qui s’étend sur les derniers 400.000 ans et dans lequel s’insèrent les différents sites paléolithiques. La deuxième exception est celle du Paléolithique supérieur. Le cadre chronostratigraphique y devient particulièrement rigoureux car on entre dans le champ de datation relativement précis du 14C et le cadre paléoenvironnemental a été recherché le plus systématiquement possible. L’extension du PCR « Paléolithique supérieur ancien du Bassin parisien » du Laboratoire ARSCAN de Paris X (via Pierre Bodu) au nord de la Bourgogne, devrait permettre de caractériser l’existence d’une entité préhistorique territorialement plus large que supposée.

8Les tourbières de Bourgogne (généralement dans le Morvan), les bras morts de rivières (Saône, Yonne, etc.) ou les fonds humides des vallées ne livrent, le plus souvent, des sédiments organiques favorables que pour les périodes de l’Holocène. Le Tardiglaciaire n’y est que rarement rencontré (vallée de l’Yonne, de l’Armançon, de la Saône). Les analyses palynologiques des milieux naturels au Paléolithique sont donc pratiquement impossibles en dehors des sites archéologiques.

9Nous avons retenu comme limite chronologique inférieure à ce bilan le terme de un million d’années, qui inclut largement ici la limite du Paléolithique inférieur et constitue un changement important dans les faunes quaternaires.

10La Bourgogne recèle un énorme potentiel de sites paléontologiques et/ou préhistoriques, parfois difficiles à séparer et dont la complémentarité n’est plus à souligner. Leur grande diversité (grottes, abri sous roche, sites de plein air en plateau, en fonds de vallée ou dans de vastes bassins sédimentaires…) constitue une source multiple d’informations et un outil d’approche des stratégies de nos lointains ancêtres paléolithiques. Depuis longtemps, enfin, la Bourgogne connaît une forte tradition de recherche. Chercheurs, bénévoles passionnés, associations, S.R.A., etc., assurent une prospection active, un suivi des grands travaux, des fouilles, et il n’est pas du tout étonnant que les sites paléontologiques et préhistoriques connus y soient nombreux. Certains gisements sont célèbres depuis longtemps (site éponyme de Solutré par exemple), d’autres ont connu leur « heure de gloire » (Santenay, Genay, Gissey-sur-Ouche, Berzé ‘Les Furtins’,…), d’autres enfin sont connus internationalement par leur étude récente (Arcy-sur-Cure, Azé, Château, Soucy…).

11La connaissance des paléoenvironnements se base sur un grand nombre de méthodes très diverses, dont les finalités sont multiples. Elles apportent des informations d’ordre biologique (faune ou flore), peuvent fournir des informations paléoclimatiques en prenant en compte les exigences écologiques des espèces (ou taxons) rencontrées. De la structure géomorphologique aux sols d’habitats, l’apport de la géoarchéologie est indispensable à la compréhension du contexte des documents archéologiques et à leur interprétation. Toutes ces méthodes constituent aussi un outil de comparaison entre sites et si le contexte général est bien connu, elles peuvent même devenir un moyen de datation.

12La figure 4 ci-après recense les sites des grandes périodes paléolithiques (Paléolithique supérieur récent puis ancien, Paléolithique moyen et Paléolithique inférieur), essentiellement pour la période retenue pour ce bilan (1995-2005). Les sites seront classés par ordre alphabétique à l’intérieur de leur période paléolithique, tant il est compliqué et difficile de respecter un ordre chronologique strict. Nous n’avons pas la prétention d’être exhaustifs, les rapports et les travaux universitaires à diffusion restreinte étant particulièrement difficiles à connaître hors de leur contexte.

13Chaque méthode paléoenvironnementale fait l’objet d’une définition rapide, d’un commentaire réduit sur ses apports et ses limites, d’un inventaire des sites qu’elle concerne (par période paléolithique et par ordre alphabétique) renvoyant à la bibliographie et enfin, d’un résumé des principales études.

2.1. LA PALYNOLOGIE

14L’étude des grains de pollen et spores fossiles d’un niveau sédimentaire livre une image de la végétation locale (ou immédiate) contemporaine des niveaux archéologiques. Au Paléolithique ce sont les phénomènes climatiques qui conditionnent principalement cette végétation, contrairement à l’Holocène où l’action de l’homme sur son environnement végétal devient prépondérante (combustible, défrichements, cultures, etc.). En contexte régional bien connu la palynologie constitue également un moyen de datation.

15Sites de Bourgogne ayant fait l’objet d’une étude palynologique :

  • Paléolithique inférieur :
    • Château 1, ‘Ensemble Nord’ et ‘Ensemble Sud’ (Argant, 2002 ; Argant, Argant, 2002)
    • Soucy, ‘Les Grandes Pièces’ (Leroyer, 1995)
  • Paléolithique moyen :
    • Arcy, ‘Grotte du Bison’ (Girard in David et alii, 2006)
    • Gron, ‘Chemin de l’Évangile 3’ (Allenet, Leroyer, 2002)
    • Lailly, ‘Le fond de la Tournerie’ (Leroyer, 1993, 1994b)
    • Lailly, ‘Le Domaine de Beauregard’ (Leroyer, 1993, 1994b)
    • Molinons, ‘Le grand Chanteloup’ (Leroyer, 1993, 1994b)
    • Champlost, ‘Les Dessous de Bailly’ (Leroyer, 1993)
    • Vinneuf, ‘Les Hauts Massous’ (Leroyer, 1993, 1994b)
  • Paléolithique supérieur ancien :
    • Arcy, ‘Grotte du Renne’ (Girard in David et alii, 2001b)
    • Solutré, ‘Crot du Charnier’ et ‘Terre Sève’ (Argant, 2002)
  • Paléolithique supérieur récent :
    • Étigny, ‘Le Brassot’ (Allenet, Leroyer, 1998 ; Connet et alii, 1999)
    • Varennes-lès-Mâcon (Floss et alii, 1999)
  • Sites naturels :
    • Pont-sur-Yonne, ‘Les Basses Veuves’ (Leroyer, Allenet, 1998)
    • Migennes, ‘Les Grosses Terres’
    • Chalon-sur-Saône, ‘Parking de l’Hôtel de Ville’ (Argant, inédit)
    • Simandre, ‘Pré Pillon’ (Argant, inédit)

Fig. 4. Sites retenus. : étude> 1994 ; x : étude en cours ; o : résultats négatifs ou insuffisants. Les sites sont classés par ordre alphabétique à l’intérieur de chaque période, sans notion de chronologie relative.

2.1.1. Vallée de l’Yonne

16(Chaque bilan est décrit par zone géographique du nord au sud, puis dans chaque zone par période chronologique, de la plus ancienne à la plus récente)

2.1.1.1. Soucy

17Tous les sites de la vallée de l’Yonne (voir liste ci-dessus) ont fait l’objet d’analyses polliniques tests systématiques par C. Leroyer et G. Allenet (Leroyer, 1993, 1994a et b ; Allenet, Leroyer, 2002).

18D’une manière générale, l’analyse des sédiments prélevés quelle que soit leur nature – gleys, argiles, limons sableux ou argileux, boues calcaires, sols bruns – a été décevante : matériel pollinique peu abondant et peu diversifié, montrant souvent des traces d’altération. C’est le cas en particulier pour Soucy, Gron, Lailly, Vinneuf. Les taxons les plus communément rencontrés sont le pin, les Poacées, les Cichoriées, les fougères. Quels que soient le site et la période représentée, aucune interprétation n’est possible sur la base de ces résultats. Deux sites font exception cependant :

19- À Étigny, ‘le Brassot’, trois coupes effectuées dans un paléolit de l’Yonne ont fait apparaître des niveaux argileux ou organiques. Leur analyse pollinique (coupes N-1 et Z-2) montre qu’ils correspondent à un milieu ouvert avec boisements clairs de pins dominants, avec quelques bouleaux, genévriers, saules et argousiers (Allenet, Leroyer, 1998 ; Connet et alii, 1999). De forts pourcentages de Poacées, Cypéracées et herbacées steppiques indiquent de larges étendues herbeuses. Ces spectres sont compatibles avec la palynozone IIb du Bassin parisien (Leroyer, 1997) bien datée dans la plaine de Troyes (11.340 ± 110 BP, Gif 9252), dans la moyenne vallée de l’Oise (11.450 ± 260 BP à Sacy et 11.260 ± 110 à Houdancourt) et dans la Somme (11.440 ± 150 BP). Ils se rattachent donc logiquement à la seconde partie de l’Alleröd.

20- À Pont-sur-Yonne, ‘Les Basses Veuves’, les travaux dans une gravière de la vallée de l’Yonne ont permis de découvrir une dépression en partie comblée par des argiles organiques ou de la tourbe. Les résultats de l’analyse pollinique obtenus sur les sédiments tourbeux (Allenet, Leroyer, 1998) sont comparables à ceux d’Étigny ‘Le Brassot’ et peuvent être datés de même de la seconde partie de l’Alleröd. Une couche d’argile sus-jacente livre des spectres appauvris en pollen de pin, tandis que le cortège steppique se renforce avec la progression des armoises et des Rubiacées. Cette couche pourrait être attribuée au Dryas récent.

2.1.2. Vallée de l’Armançon

2.1.2.1. Migennes ‘Les Grosses Terres’

21Le site de Migennes ‘Les Grosses Terres’ s’inscrit dans la plaine alluviale récente de la vallée de l’Armançon. Dans deux secteurs (II et V), un niveau de tourbe argileuse est intercalé dans la série d’argiles et de limons qui recouvrent la nappe graveleuse et sableuse de fond. Dans le secteur V, vingt-cinq échantillons ont été analysés entre 120 et 220 cm de profondeur (fig. 5).

22Trois zones polliniques ont été distinguées :

  • Mig.a (la plus ancienne) : la présence de l’armoise et de nombreuses autres herbacées héliophiles (hélianthème, plantain, oseille…) indique qu’une steppe froide domine le paysage. Les arbres sont réduits pour l’essentiel au genévrier et quelques bouleaux, Ephedra, Éricacées et saules. Le fond de vallée est colonisé par les Cypéracées, des plantes hygrophiles et des aquatiques. Ces dernières disparaissent avec la baisse du niveau de l’eau, et un bas marais s’installe. Les assemblages polliniques de Mig.a et leur évolution sont caractéristiques du Bölling tel qu’on l’observe dans le Bassin parisien (Leroyer, 1997). Une date (12.310 ± 110 BP) confirme cette attribution.
  • Mig.b : cette zone pollinique est toujours marquée par l’ouverture du paysage, mais la strate herbacée perd progressivement son caractère steppique et le bas marais se développe encore. Le genévrier progresse de nouveau, le bouleau recule. Cette zone ne peut être rattachée clairement au référentiel pollinique régional du Tardiglaciaire car l’évolution constatée ne s’observe nulle part ailleurs (perception de la pluie pollinique faussée par la cariçaie ? pollens remaniés ?).
  • Mig.c : séparée de la zone b par un hiatus de sédimentation. Le paysage apparaît nettement plus boisé avec l’installation d’une pinède au détriment des ligneux précédents. La cariçaie se réduit et les herbacées steppiques sont remplacées par des ubiquistes. Cette zone pollinique peut être attribuée à la deuxième partie de l’Alleröd. Elle se termine par un recul du pin et le retour de conditions favorisant de nouveau le bouleau et la strate herbacée annonçant le Dryas récent.

2.1.3. Vallée de la Cure

2.1.3.1. Ensemble des grottes d’Arcy

23Les grottes d’Arcy, étudiées par Arlette Leroi-Gourhan, puis par Michel Girard, fournissent depuis longtemps de précieux renseignements sur la végétation de la vallée de la Cure. Prises dans leur ensemble, les séquences analysées dans les grottes de l’Hyène, du Renne, du Lagopède, du Lion et dans la Grande Grotte permettent de « balayer » l’évolution de la végétation, du Würm moyen à la période historique (Moyen Âge), avec d’inévitables interruptions dues aux aléas de la sédimentation, de l’érosion et... des fouilles du début du xxe siècle.

24Rappelons en particulier pour mémoire :

25Parmi les témoins les plus anciens, la mise en évidence dans la grotte de l’Hyène (couche 29) d’une phase interstadiaire de la dernière période interglaciaire (« Riss ») avec assemblage pollinique tempéré.

Fig. 5. Migennes ‘Les Grosses Terres’. Diagramme simplifié (sommes de base = total). Steppiques = Helianthemum, Sanguisorba minor, Thalictrum. Héliophiles = Plantago sp., Rumex, Centaurea, Polygonum, Rubiacées, Brassicacées, Caryophyllacées, Urticacées. Ubiquistes = Primulacées, Crassulacées, Dipsacacées, Euphorbiacées, Valérianacées, Borraginacées. Amphibies = Fabacées, Apiacées, Rosacées, Filipendula, Sanguisoba off., Renonculacées, Scrofulariacées, Liliacées, Lamiacées. Aquatiques = Lythrum, Typha, Sparganium, Potamogeton, Myriophyllum sp., Lemna.

BISON 1963 T 12, 13, 14

BISON 1963 T 12, 13, 14

Analyse M. GIRARD CRA - Dessin J. CHEVALIER CRA
Fig. 6-1. Diagramme pollinique de la Grotte du Bison à Arcy-sur-Cure (1963).

BISON 1963 T 12, 13, 14

BISON 1963 T 12, 13, 14

Analyse M. GIRARD CRA - Dessin J. CHEVALIER CRA
Fig. 6-2. Diagramme pollinique de la Grotte du Bison à Arcy-sur-Cure (1963) (suite).

GROTTE DU BISON 1996 Couches C et D supérieur - m2 P Q 10

GROTTE DU BISON 1996 Couches C et D supérieur - m2 P Q 10

Analyses M. Girard CEPAM-CNRS
Fig. 7. Diagramme pollinique de la Grotte du Bison à Arcy-sur-Cure (1996).

26La mise en évidence dans la grotte du Renne de trois oscillations climatiques relativement tempérées au début du Châtelperronien, au sein de l’Aurignacien (interstade d’Arcy) et dans le Gravettien.

27L’existence dans la grotte du Lagopède d’une séquence tardiglaciaire presque complète.

28Plus récemment, à partir de deux séries de prélèvements représentant 54 échantillons (séries 1963 et 1996), les grottes du Bison, du Renne et la ‘Galerie Schoepflin’ qui la prolonge, permettent de compléter et préciser l’histoire de la végétation contemporaine du Paléolithique moyen d’Arcy, entre les couches J (Moustérien ancien, stade isotopique 4, antérieur à 40.000 BP) et la couche D (Châtelperronien, stade isotopique 3, daté 34.050 ± 750 BP et 33.670 ± 350 BP) (Girard in David et alii, 2006).

29Les deux diagrammes obtenus (fig. 6 et 7) montrent :

  • un taux de pollen d’arbres très faible (<10 %), avec des taxons d’arbres ou arbustes adaptés aux conditions climatiques rigoureuses : pin, genévrier, bouleau, saule ;
  • des herbacées, dominantes, en général surtout représentées par les Poacées et par des pourcentages élevés de taxons steppiques : armoises, Ephedra, Rubiacées…
  • la couche D enregistre une aggravation de la rigueur du climat marqué par un important développement des chardons au détriment des armoises.

30Aucun réchauffement ne peut être clairement mis en évidence au cours de cette période, qui est globalement très froide et sèche. M. Girard signale l’apparition à trois reprises de taxons d’arbres tempérés (noisetier et chêne) dont le pollen est probablement issu d’un peuplement lointain révélant peut-être des améliorations mineures du climat au cours du Moustérien.

2.1.4. Vallée de la Saône

2.1.4.1. Chalon-sur-Saône ‘Parking Hôtel de Ville’

31Plusieurs analyses polliniques (Argant, inédit) ont été réalisées sur une partie des échantillons prélevés (74 échantillons au total) au cours du chantier de construction d’un parking souterrain (direction G. Rollier, Inrap) et dans le cadre d’un projet d’étude « des relations homme/milieu dans le Val de Saône chalonnais depuis le Tardiglaciaire » initié en 1999 par Martine Gardini. Ces échantillons appartiennent à quatre coupes différentes réparties entre 177 et 168 m NGF environ. Les difficiles conditions d’accès au chantier n’ont pas permis d’échantillonner en continu.

32La coupe 47 montre à sa base, entre 168,47 m NGF et 168,17 m NGF, une couche d’argile gris-noir de comblement lent recouvrant les graviers de base d’un ancien chenal. Sept échantillons prélevés tous les 5 cm ont été analysés. Le pollen d’arbres (taux le plus souvent voisin de 25 %) correspond essentiellement au genévrier et au bouleau, arbres pionniers hélophiles. Les taux de pin, très faibles, indiquent que cet arbre n’est certainement pas présent à proximité. Outre les Poacées, des herbacées steppiques sont représentées, surtout par l’armoise et les Rubiacées. Tout indique donc un paysage ouvert, avec un boisement clair de bouleaux et genévriers qui commencent à coloniser des sols auparavant dépourvus de végétation. Cette physionomie rappelle ce qui s’observe dans les plaines alluviales du Bassin parisien vers 12.500 BP (Limondin-Lozouet et alii, 2002) avec l’amélioration climatique du Bölling. Les plantes aquatiques (potamots et myriophylles), relativement abondantes au début de cette phase, déclinent ensuite au profit des Cypéracées, ce qui laisse supposer une baisse significative du niveau de l’eau dans le chenal. Aucune date 14 C n’a été tentée sur ces sédiments, mais elle serait indispensable pour valider l’hypothèse émise pour l’attribution au Bölling de cet ancien chenal de la Saône. Les sables roux qui recouvrent cette formation sont stériles.

2.1.4.2. Simandre ‘Le Pré Pillon’

33Un sondage a été réalisé sur la rive gauche de la Saône, sur la commune de Simandre, en collaboration avec J.-P. Bourguignon, dans le cadre du projet de M. Gardini (voir ci-dessus). Terminée en 2006, cette analyse est encore inédite (Argant, inédit). Les graviers de base, atteints à 4,71 m de profondeur, sont recouverts d’une couche de sables gris fins qui livrent des spectres indiquant une période froide pendant laquelle se développe une steppe arborée à armoise, Graminées, pin, bouleau et genévrier. Il pourrait s’agir du Dryas récent, mais ce n’est pour l’instant qu’une hypothèse qu’il faudrait pouvoir vérifier par une datation 14 C. Le reste de la séquence concerne la plus grande partie de l’Holocène.

2.1.4.3. Varennes-lès-Mâcon

34En marge du gisement Paléolithique final de Varennes-lès-Mâcon, situé en rive droite de la Saône, une couche d’argile organique (« tourbe ») assimilée par H. Floss aux « argiles de la Caille », a fait l’objet d’une analyse pollinique (quatre échantillons) accompagnée d’une étude des macrorestes et des mollusques (Floss et alii, 1999). Dans trois échantillons (1, 5, 6) le pollen de pin, relativement abondant, domine largement parmi les arbres (bouleau et, très peu abondants, genévrier et saule). Les spectres sont interprétés comme reflétant une végétation clairsemée avec un pourcentage encore élevé d’armoises et d’autres taxons steppiques. Compte tenu de cette analyse et de cinq dates obtenues sur ces sédiments (comprises entre 11.860 ± 190 BP, Ly. 849 et 11.305 ± 85, ETH-15761), ils sont attribués à l’Alleröd.

2.1.5. Mâconnais

2.1.5.1. Azé ‘Galerie des Aiglons’

35Un échantillon prélevé dans la coupe du porche ayant livré un lot de microfaune du dernier glaciaire (stade isotopique 2, voir infra § 2.4.2.3) n’a livré qu’un spectre pollinique incomplet et vraisemblablement remanié. Un coprolithe de hyène soumis à l’analyse pollinique s’est révélé stérile.

2.1.5.2. Azé ‘Camping’

36L’analyse d’échantillons tests du gisement gravettien fouillé par H. Floss en 2004 montre que les sédiments, alluvions de la Mouge, sont pauvres en pollen. Un échantillon situé au niveau de l’industrie (z = 105 cm) contient deux grains de pollen de type céréales, posant le problème d’un possible remaniement de l’industrie de cette couche.

2.1.5.3. Solutré (Argant J., in Combier, Montet-White, 2002)

37Couches aurignaciennes et « magma » du secteur L13.

38Les cailloutis brun-rouge aurignaciens sont totalement stériles. Le cailloutis à matrice loessique jaune verdâtre qui les surmonte donne un spectre dénotant un climat froid et sec : pins et genévriers sont les seuls arbres dans un environnement steppique riche en Composées et Dipsacacées. Le magma (brèche à ossements de cheval) sus-jacent coïncide avec une légère amélioration climatique et plus d’humidité permettant vraisemblablement à quelques feuillus de se développer à l’abri de la Roche (chêne et noisetier en particulier). Les deux zones polliniques suivantes, correspondant à des cailloutis, enregistrent le retour à des conditions climatiques plus rigoureuses.

2.1.5.4. Autres analyses de « magma »

39Un bloc de magma issu de la ‘Terre Sève’ donne un spectre riche en bouleau de type Betula nana, le bouleau nain de la toundra, et en herbacées steppiques (armoises et Chénopodiacées) qui indique un épisode très rigoureux, image confirmée par l’analyse d’autres échantillons de différentes provenances.

40L’ensemble de ces résultats montre que des variations climatiques rapides interviennent au cours de la formation du « magma de cheval », faisant alterner conditions très rigoureuses et conditions plus clémentes permettant à quelques feuillus de se joindre au cortège steppique à herbacées, pin, bouleau et genévrier, dans un paysage qui reste de toute façon très ouvert.

2.1.5.5. La Brèche de Château

41Vingt-huit tentatives d’analyse pollinique ont donné, pour l’instant, cinq résultats positifs exploitables, seules données actuellement disponibles en Bourgogne pour le Pléistocène moyen médian (Argant, 2002 ; Argant, Argant, 2002). Ils correspondent à de la brèche compacte ou décomposée, le plus souvent prélevée dans ‘l’Ensemble Nord’ au contact d’un os ou d’une dent (Brèche 2 [stade isotopique 13], et Brèche 4 [stade isotopique 14 ou 15]), et à un fragment de plancher stalagmitique interstratifié dans le remplissage de sablon argileux du sondage du ‘SIPO’ [stade isotopique 14 ou 15 ?] dans ‘l’Ensemble Sud’.

42Globalement, les résultats obtenus indiquent toujours un paysage ouvert, avec étendues herbeuses (à Poacées, Cichoriées, plantain, oseille, Renonculacées, Chénopodiacées, Urticacées…) évoquant des niches écologiques variées et un boisement clair de pins et sapins, chênes et autres feuillus, ces derniers occupant probablement les zones les plus abritées en fond de vallon. La présence de feuillus en quantité non négligeable mais non dominante, indique un climat tempéré plus froid cependant que l’actuel. Il n’est pas possible de distinguer une évolution du climat à partir de ces spectres car leur nombre est insuffisant et les différences observées ne sont pas significatives de bouleversements importants.

2.1.6. Conclusion

43Les dernières analyses polliniques réalisées en Bourgogne dans les vallées de l’Yonne et de la Saône mettent en évidence plusieurs phases d’amélioration climatique interstadiaire ou interglaciaire plus ou moins tempérées. Mais ce bilan fait aussi apparaître l’impossibilité jusque-là de trouver des séquences longues. Les dépôts alluviaux grossiers à mise en place rapide et les phases successives de creusement et de recouvrement qu’ils subissent interdisent les enregistrements continus et sont très peu favorables à la conservation du matériel pollinique. Seuls les chenaux en voie de comblement offrent la possibilité d’une sédimentation en milieu calme favorable à l’accumulation et à la conservation de la matière organique. Ces conditions se réalisent dans les vallées au cours des phases de relative amélioration climatique, notamment au Bölling ou à l’Alleröd, les plus communément rencontrées. Les réseaux karstiques, parfois mieux protégés, peuvent livrer des témoins anciens lorsque la position des sédiments dans les cavités ou la bréchification les ont mis à l’abri de l’érosion. Il en est ainsi par exemple pour la Brèche de Château qui apporte une documentation importante pour la végétation contemporaine des grands félins du Pléistocène moyen médian. Si les séquences sont souvent interrompues par des phases de vidange des galeries, il n’en reste pas moins que ces sites fournissent d’irremplaçables documents sur l’environnement des hommes et des animaux préhistoriques.

44L’exploitation systématique des témoins découverts lors d’opérations de diagnostic ou de fouille pour des études paléobotaniques ou malacologiques reste une priorité pour tous les milieux. Il faut y joindre les moyens nécessaires à leur datation qui font encore souvent défaut.

2.2. LA MALACOFAUNE

45Les Mollusques sont des animaux particulièrement sensibles au froid, à l’humidité, à l’ensoleillement, à la couverture végétale. Ils peuvent donc être de bons indicateurs du climat et révélateurs de l’environnement où ils vivaient. Une espèce ne peut prendre toute sa signification que si elle est intégrée dans une association d’espèces caractéristiques d’un biotope donné. La contemporanéité de la malacofaune et de la couche sédimentaire doit faire l’objet d’un soin tout particulier.

46Sites de Bourgogne ayant fait l’objet d’une étude de malacofaune :

  • Paléolithique inférieur :
    • Soucy (Lhomme et alii, 1996 et 2000a et b ; Chaussé et alii, 2000 ; Limondin-Lozouet, 2001)
  • Paléolithique supérieur récent :
    • Étigny ‘Le Brassot’ (Connet et alii, 1999 ; Pastre et alii, 2000)
    • Varennes-lès-Mâcon (Floss et alii, 1999)

2.2.1. Vallée de l’Yonne

2.2.1.1. Soucy

47Les sables et les sables limoneux jaunes de la nappe alluviale pléistocène moyen de Soucy ‘les Grandes Pièces’ sont les deux unités sédimentaires qui ont livré des malacofaunes étudiées par N. Limondin-Lozouet (in Lhomme et alii, 2000a et b ; Chaussé et alii, 2000 ; Lhomme et alii, 1996 ; Limondin-Lozouet, 2001). Le nombre élevé d’espèces récoltées (soixante-trois) reflète le caractère interglaciaire du climat contemporain du dépôt des fractions fines de la nappe. L’évolution de la composition des associations met en évidence l’ouverture progressive du paysage au cours du Pléistocène (stades isotopiques 9 et 10). Quatre malacozones sont définies :

  • la zone Soucy 1 (sables et graviers) totalise quarante-six espèces qui se distribuent équitablement entre mollusques terrestres et fluviatiles, donnant l’image de milieux instables marqués par l’érosion des berges et des écoulements irréguliers ;
  • le nombre d’espèces augmente de façon importante avec la zone Soucy 2 (sables fins lités) avec un développement maximal des espèces terrestres liées au domaine forestier. Le milieu est ouvert mais comporte des zones à végétation plus développée, en particulier celles qui permettent d’accueillir les taxons de milieu forestier humide (Aegopis klemmi, espèce aujourd’hui éteinte, Perforatella bidentata et Clausilia pumila). Le climat de type interglaciaire garde une tonalité continentale, mais il pourrait correspondre à l’optimum interglaciaire. Le niveau préhistorique de Soucy 1 apparaît au sommet de cette série ;
  • la zone Soucy 3 (partie inférieure des sables limoneux et sol grisâtre, niveau 0 du gisement de Soucy 5) enregistre le retrait des taxons forestiers et l’extension des mollusques de terrain découvert ;
  • la tendance à l’ouverture du paysage et à l’assèchement s’accentue dans la biozone Soucy 4 (partie supérieure des sables limoneux).

48Les malacofaunes sont attribuables sans conteste à une phase tempérée, mais il est probable qu’elles ne correspondent qu’à une partie d’un cycle interglaciaire, probablement sa phase terminale, comme en témoigne l’évolution vers des assemblages de milieu ouvert. Elles définissent « un contexte environnemental de bord de rivière évoluant vers une berge arborée en voie d’ouverture et d’assèchement sous un climat de rang interglaciaire à caractère continental » (Limondin-Lozouet, 2000, in Chaussé et alii, 2000, p. 198-199).

2.2.1.2. Étigny ‘Le Brassot’

49Ce site a livré des coquilles permettant de définir trois malacozones (Limondin-Lozouet in Connet et alii, 1999 ; Pastre et alii, 2000) :

  • zone E1 (la plus ancienne) : antérieure à l’oscillation d’Alleröd, mais distincte des associations du Pléniglaciaire, elle se caractérise par le développement du genre Vallonia et l’apparition d’un cortège d’espèce mésophiles (Bölling ?) ;
  • zone E2 : caractérisée par trois espèces de milieu ouvert et un cortège d’espèces xérophiles, cette zone témoigne du développement de la couverture végétale au sol et peut être rapportée à l’Alleröd (d’après 14 C) ;
  • zone E3 : la baisse des effectifs et de la diversité de la malacofaune s’accompagne de la disparition des espèces xérophiles typiques de l’Alleröd et du développement de taxons plus hygrophiles. L’environnement est beaucoup plus ouvert et « la forte déstructuration des malacofaunes traduit l’intensité de la péjoration climatique » du Dryas récent.

2.2.2. Vallée de la Saône

2.2.2.1. Varennes-lès-Mâcon

50La malacofaune est composée presque exclusivement d’espèces d’eaux stagnantes, peu profondes, riches en plantes aquatiques. Les espèces indiquant des conditions froides (Pisidium lilljeborgii en particulier) côtoient des espèces indicatrices de conditions interglaciaires ou interstadiaires, mais on ne rencontre pas d’espèces nettement tempérées. Le passage d’une faune glaciaire vers une faune tempérée semble bien en cours, confirmant ainsi l’interprétation des spectres polliniques obtenus par ailleurs (Gerber in Floss et alii, 1999).

2.2.3. Conclusion

51Les données de la malacologie apparaissent très fragmentaires, ce qui s’explique aisément par la nature des gisements. Les milieux karstiques étudiés livrent rarement des coquilles, excepté celles d’espèces actuelles qui se réfugient dans les éboulis de surface. En milieu alluvial, les séquences les plus fines, formées en milieu calme favorable à la présence de Mollusques, permettent la conservation des coquilles, ce qui n’est pas le cas des dépôts grossiers.

52Les séries étudiées dans la vallée de l’Yonne et celle de Varennes-lès-Mâcon sont suffisamment documentées pour apporter des précisions sur l’environnement. Les sédiments fins de la vallée de l’Yonne (sables et sables limoneux) fournissent une importante séquence malacologique permettant de caractériser une phase interglaciaire du Pléistocène moyen. Comparées quand c’est possible aux données polliniques, elles permettent de constater la convergence des conclusions apportées par ces deux disciplines, ce qui constitue une bonne confirmation.

2.3. LA GRANDE FAUNE DE VERTÉBRÉS

53Les études de faune (macrofaune) fournissent de nombreuses informations sur les espèces présentes. Elles permettent de situer dans le temps et dans l’espace les populations d’une espèce donnée, d’aborder sa dynamique, mais elles fournissent aussi des informations climatiques lorsque l’on connaît bien les exigences écologiques de certaines espèces. Le renne, le renard polaire, le lièvre variable par exemple constituent de bons marqueurs des périodes froides. La biochronologie de certaines espèces bien représentées et bien étudiées fournit un bon indicateur chronologique, parfois le seul disponible. La biochronologie de l’ours des cavernes (Ursus spelaeus) par exemple est un bon moyen de dater une couche si les séries dentaires recueillies sont suffisantes (nombre supérieur à 25), ce qui est fréquent pour l’ours des cavernes (méthode de Rabeder).

54En milieu naturel (connaissance indispensable pour pouvoir comparer avec les faunes préhistoriques où l’homme a une responsabilité directe), la méthode des cénogrammes (étude synécologique des communautés mammaliennes) permet de reconstituer le paléomilieu correspondant à un niveau ou à un site donné.

55Pour les sites préhistoriques, les études archéozoologiques et leurs compléments indissociables que sont la taphonomie et la tracéologie apportent des informations fondamentales pour la connaissance d’un site lorsque la faune est présente : liste des espèces animales rencontrées et leur représentativité, acquisition et exploitation des ressources animales par l’homme, fonctionnalité et saisonnalité du site, mode de subsistance des populations paléolithiques.

56Sites de Bourgogne ayant fait l’objet d’études archéozoologiques ou paléontologiques depuis 1995 :

  • Paléolithique inférieur :
    • Azé 1 (Argant, 1997a ; 2000a ; 2004 ; Barriquand et alii, 2004, 2006)
    • Château 1 : ‘Ensemble Nord’, ‘Ensemble Sud’ (Argant, 1997c, 1998, 1999, 2000b, 2001b, 2002 ; Argant, Argant, 2002 ; Argant, Mallye, 2005)
    • Soucy (Lhomme et alii, 1996 a et b, 2000a et b, 2004 ; Chaussé et alii, 2000)
  • Paléolithique moyen :
    • Arcy ‘Bison’ (Baryshnikov, David, 2000 ; David et alii, 2006)
    • Azé 2 (Combier, Merle, 1999)
    • Gron ‘Fond des Blanchards’ (Lhomme et alii, 1999, 2004)
    • Solutré ‘Cave Denuziller’ (Blackmar, in Combier, Montet-White dir., 2002)
    • Vergisson II (Combier, Chaput, 1999)
  • Paléolithique supérieur ancien :
    • Arcy ‘Bison’ (Baryshnikov, David, 2000 ; David et alii, 2006)
    • Étrigny ‘Velars 2’ (Argant, 1997c ; Ferry, 1996 ; Ferry, 1997a et b)
    • Gron ‘Chemin de l’Évangile 3’ (Connet et alii, 2001, 2003, 2004 ; Lhomme et alii, 2004)
    • Arcy ‘Bison’ (Baryshnikov, David, 2000 ; David et alii, 2006)
    • Solutré ‘Crot du Charnier’ N11-N12 (Connet et alii, 2005)
  • Paléolithique supérieur récent :
    • Azé ‘Aiglons’ (Barriquand, Barriquand, 2000, 2001 ; Barriquand et alii, 2004)
    • Étigny ‘ Le Brassot’(Connet et alii, 1999 ; Lhomme et alii, 2004)
    • Solutré (I11 et P16) (Turner, 2002).

2.3.1. Basse vallée de l’Yonne

2.3.1.1. Les sites Paléolithique inférieur de Soucy

57Les sites de Soucy, au nombre de six, correspondent globalement à neuf niveaux d’occupation du Paléolithique inférieur, au cours du Pléistocène moyen récent. Tous sont compris dans une même séquence chronostratigraphique en contexte fluviatile attribuée à MIS 11, 10 ou 9. Les sédiments sableux ou à graviers sableux dans lesquels se rencontrent les niveaux paléolithiques sont rattachés au stade MIS 9 (datés par ESR et U-Th entre 345 et 365 Ka).

58Trois de ces sites ont livré un matériel faunique suffisant et ont fait l’objet d’une étude archéozoologique. Les autres sites, Soucy 2, Soucy 4 et Soucy 6, ont livré peu de faune, parfois mal conservée et ayant fait simplement l’objet d’une détermination.

59Soucy 1 : (F. David in Lhomme et alii, 1996a, puis C. Bémilli in Lhomme et alii, 2000b)

60Fouille 394 m², 522 restes fauniques appartenant à l’aurochs (Bos primigenius), au cerf élaphe (Cervus elaphus), au rhinocéros (Dicerorhinus mercki), à l’éléphant antique (Paleoloxodon antiquus), au chevreuil (Capreolus capreolus), au cheval (Equus sp.), au sanglier (Sus sp.), à l’ours (Ursus sp.) et au castor (Castor fiber) ont été recueillis. Il n’a pas été possible de reconstituer l’approche taphonomique à cause de l’état de conservation médiocre mais l’intervention humaine reste certaine, en tout cas pour l’aurochs. Soucy 1 peut être interprété comme le résultat d’une courte occupation ou de plusieurs fréquentations liées au traitement des grands herbivores sur une courte durée (Lhomme et alii, 2000b).

61Soucy 3 : (F. David in Lhomme et alii, 1996b, 2000a, puis C. Bémilli in Lhomme et alii, 2004)

62Fouille 700 m². Dans le niveau P de Soucy 3, 10.000 restes fauniques documentent une douzaine d’espèces tempérées parmi lesquelles les herbivores dominent nettement (dix herbivores pour deux carnivores). Trois genres apparaissent bien représentés (87,3 % des soixante et onze individus dénombrés) : les Équidés, les Bovinés et les Cervidés de taille moyenne. Il s’agit par ordre d’importance du cheval avec vingt-six individus (Equus sp.), de Bovinés (Bos et Bison) avec dix-neuf animaux, de Cervidés avec dix-huit individus (Dama clactoniana et Cervus elaphus), de trois mégacéros (Megaloceros sp.), d’un chevreuil (Capreolus capreolus), de deux rhinocéros (Dicerorhinus mercki), d’un éléphant antique (Paleoloxodon antiquus), d’un sanglier (Sus sp.), d’un ours (Ursus arctos) et d’un loup (Canis lupus). L’analyse taphonomique indique que les vestiges n’ont pas été apportés par le courant. Les hommes ont accédé les premiers aux animaux et l’intervention des Carnivores est insignifiante. Les courbes de mortalité traduisent plutôt un profil de prédation. L’âge des animaux montre une occupation du site tout au long de l’année. Ce site est interprété comme un site d’abattage et de consommation. Une quarantaine de bois de chute de Cervidés (cerfs et daims) ont été collectés, probablement récoltés par l’homme dans l’environnement plus ou moins proche du site.

63Soucy 5 : (C. Bémilli in Lhomme et alii, 2000c, 2004)

64Niveau II, le plus ancien : fouille 80 m². Dans ce niveau 444 restes fauniques correspondant à quatre espèces sont déterminés : le cerf (Cervus elaphus) avec trois individus (79,4 % du nombre de restes déterminés = NRD), le cheval (Equus sp. ; 13,5 % du NRD), le chevreuil (Capreolus capreolus ; 4 % du NRD) et le rhinocéros (Dicerorhinus mercki ; 3 % du NRD), ces trois dernières espèces représentées par un seul individu.

65L’ensemble du squelette du cerf jouit d’une bonne représentation, bien que les os longs soient un peu moins fréquents. Un mâle au moins est attesté et l’un des individus a un âge approximatif de quatre ans.

66Niveau I : fouille de 110 m², 2.153 restes fauniques. Neuf espèces sont représentées. Elles correspondent au cerf (Cervus elaphus), au mégacéros (Megaloceros sp.), au chevreuil (Capreolus capreolus), au cheval (Equus sp.) avec trois individus (23 % du NRD), à un Boviné (Bos ou Bison ?), au rhinocéros (Dicerorhinus mercki), au sanglier (Sus sp.), à l’ours brun (Ursus arctos) et au castor (Castor fiber). Le cerf domine l’assemblage avec huit individus (65 % du NRD) suivi du cheval (trois individus) et du Boviné (deux individus). Les autres espèces ne sont représentées que par un seul individu. L’analyse montre la présence de jeunes et de jeunes adultes pour les trois principaux taxons et un âge plus varié pour les autres espèces. Il s’agit vraisemblablement d’une occupation du site en fin de printemps/début de l’été dans un environnement probable de ripisylve. L’origine de la plus grande partie de l’assemblage peut être attribuée à l’homme avec traces d’impacts et peut-être de découpe.

67Niveau 0, le plus récent : soixante-dix-sept restes fauniques. La faune se présente sous forme de parties anatomiques entières (bas de patte, portion de colonne vertébrale par exemple) et souvent en connexion. Trois espèces sont représentées par un unique individu à chaque fois. Il s’agit d’un cheval (Equus sp.), d’un Boviné (Bos ou Bison) et d’un cerf (Cervus elaphus). Il n’est pas possible de définir le mode d’accumulation de cet ensemble.

2.3.1.2. Le site Paléolithique moyen de Gron ‘Fond des Blanchards’ : (C. Bémilli in Lhomme et alii, 2004)

68Le site Paléolithique moyen de Gron ‘Fonds des Blanchards’ est constitué de plusieurs niveaux archéologiques en contexte alluvial contenus dans des formations limoneuses (niveau C) ou sablo-limoneuses (niveaux D : D.1, Da, D.2, D.3 et D.4 le plus ancien). Le niveau D. 3 a permis d’observer une accumulation de crânes de renne (Rangifer tarandus) avec parfois les bois. En D. 2 les restes fauniques sont essentiellement constitués de portions de squelette axial de renne et de quelques os du tarse d’un grand Boviné et d’un Équidé. Un traitement spécifique du renne peut être constaté.

2.3.1.3. Le site Paléolithique supérieur ancien de Gron ‘ Chemin de l’Évangile 3 : (C. Bémilli in Lhomme et alii, 2004)

69L’occupation préhistorique du ‘Chemin de l’Évangile 3’ se situe au sommet de dépôts fluviatiles fins déposés au dernier Pléniglaciaire moyen.

70Fouille : 25 m². 139 restes fauniques de conservation assez médiocre. Le cheval (Equus sp.) est l’espèce la mieux représentée avec deux individus (dix-huit restes sur vingt déterminés). Il s’agit presque exclusivement de restes de membres et plus particulièrement de bas de pattes (dix phalanges entières). Pourtant quelques fragments de côtes brûlés pourraient suggérer l’utilisation de l’os comme combustible. Le cheval est associé à deux Cervidés, l’un de taille moyenne et l’autre de la taille d’un chevreuil.

2.3.1.4. Le site Magdalénien final d’Étigny ‘Le Brassot’ : (C. Bémilli in Connet et alii, 1999)

71Le site du ‘Brassot’ à Étigny comprend deux locus (nord et sud) distants d’une cinquantaine de mètres et se rapportant tous les deux au Magdalénien final. L’occupation était installée en bordure d’un paléochenal actif remblayé ensuite par des tourbes. Toutes les données s’accordent pour attribuer cet horizon sédimentaire à l’Alleröd. La présence discrète du cerf (Cervus elaphus) dans le locus sud (fouille 201 m², 102 restes fauniques) contribue à donner un caractère assez tempéré à la faune en accord avec la datation. La présence conjointe du renne (Rangifer tarandus) dans le même locus est tout à fait possible et déjà connue, au moins au début de l’oscillation de l’Alleröd. Les éléments squelettiques représentés correspondent principalement à des fragments de bas de pattes et à quelques dents.

2.3.2. Les grottes d’Arcy-sur-Cure

2.3.2.1. Le Paléolithique moyen de la ‘Grotte du Bison’

72Les couches profondes de la ‘Grotte du Bison’ (couches E, F, G, H, I, J les plus profondes) livrent une industrie moustérienne avec des dates de 38.400 et 40.200 pour les couches E et F du Moustérien final. Elles peuvent être corrélées aux niveaux XI à XIV de la ‘Grotte du Renne’ contiguë (fouilles Leroi-Gourhan, 1961, 1964) (Baryshnikov, David, 2000). La grande majorité des restes déterminés appartient à l’ours des cavernes (Ursus spelaeus). Ce sont principalement des dents isolées et les dents lactéales qui sont nombreuses (jusqu’à 96 % dans la ‘Grotte du Bison’ couche H). Il s’agit d’une grotte d’hivernation où naissent les jeunes pendant l’hiver et les dents lactéales soit sont tombées naturellement lors de leur remplacement par les dents définitives, soit traduisent une mortalité juvénile importante comme souvent chez les ours. Il s’agit dans ces niveaux d’une mortalité naturelle.

2.3.2.2. Le Paléolithique supérieur ancien de la ‘Grotte du Bison’ : F. David et C. Mourer-Chauviré (David et alii, 2006b)

73Niveau D (supérieur à l’ensemble précédent)

74La couche D a une épaisseur comprise entre 50 et 120 cm. Elle a livré des vestiges du Châtelperronien récent, en particulier à sa partie inférieure, et ces vestiges sont datés autour de 34.050 à 33.000 BP dans les fouilles de F. David. Elle est en continuité stratigraphique avec la couche VIII de la ‘Grotte du Renne’ (fouilles A. Leroi-Gourhan de 1947 à 1963). Les restes fauniques de grands mammifères (couche D) s’élèvent à 15.300 auxquels il faut ajouter sept restes d’oiseaux. Sur les 1.437 restes déterminés, la faune est représentée majoritairement par l’ours des cavernes (Ursus spelaeus, 73,14 %), le renne (Rangifer tarandus, 13,57 %), le cheval (Equus sp, 7,38 %), le bison (Bison priscus, 2,02 %), la hyène (Crocuta crocuta spelaea, 1,18 %), le cerf (Cervus elaphus, 0,77 %), le chamois (Rupicapra rupicapra, 0,42 %), le lièvre (Lepus sp., 0,35 %), la marmotte (Marmota sp., 0,21 %), un renard (Vulpes ou Alopex, 0,77 %) et le loup (Canis lupus, 0,21 %). L’avifaune de la couche du Bison est très pauvre et comprend seulement trois espèces : le cincle plongeur (Cinclus cinclus), la niverolle (Montifringilla nivalis) et le chocard à bec jaune (Pyrrhocorax graculus) qui semblent avoir été victimes de rapaces. Ces animaux, mammifères ou oiseaux, témoignent d’un même contexte steppique froid.

75Niveau B-C (supérieur à D)

76Malgré l’épaisseur importante de B-C (près de 3 m dans la partie la plus dilatée), cette couche contient peu de restes de grands mammifères, avec deux groupements. Le premier renferme vingt-quatre restes déterminés comprenant le renne (Rangifer tarandus), le mammouth (Mammuthus mammuthus), le chamois (Rupicapra rupicapra), le lièvre (Lepus sp.), un grand félin (Panthera sp.) et un renard (Vulpes sp. ou Alopex). Le second groupement correspond aux cinquante-neuf restes d’un jeune poulain (Equus sp.). Le plus grand nombre de restes d’oiseaux provient de la couche C (190 restes pour quatorze espèces) et des carrés U.12 et T.12 à la base de la couche C (vingt-quatre restes pour sept espèces). Cette avifaune comporte plusieurs éléments caractéristiques de « la steppe à mammouth », des éléments à distribution arctique prédominante, tels que les lagopèdes (Lagopus lagopus, Lagopus mutus) et le bruant des neiges Plectrophenax nivalis, des oiseaux à prédominance montagnarde comme Montifringilla nivalis et Pyrrhocorax graculus et, dans une moindre mesure Cinclus cinclus. Les alouettes (Galerida cristata et Alauda arvensis) sont également très souvent associées à cette avifaune de la steppe à mammouth. Mergus serrator, le harle huppé, niche actuellement principalement dans les régions boréales et hiverne surtout dans les régions maritimes. On peut penser qu’il recherchait les bords de la Cure pour la période de nidification.

77La ‘Grotte du Bison’ a surtout été fréquentée par les ours des cavernes, principalement des femelles et leurs jeunes nés pendant l’hiver et victimes comme souvent d’une forte mortalité. La plupart des restes d’herbivores ont pu être apportés dans la grotte par les Carnivores (hyène, loup, renard). Les hommes n’ont dû venir que brièvement et ont traité principalement les carcasses de renne et ont utilisé au moins un métapode de cheval.

2.3.3. Le mâconnais

2.3.3.1. Le site Pléistocène moyen de la Brèche de Château

78Le karst démantelé par l’érosion, puis par des carrières, livre quelques lambeaux de remplissage du Pléistocène moyen préservés par leur induration en brèche.

Fig. 8. Fouille de l’Ensemble Nord de la Brèche de Château (photo Argant).

Fig. 9. Fouille de l’Ensemble Nord de la Brèche de Château (photo Argant).

79‘Ensemble Nord’ (fig. 8 et 9)

80C’est le locus le plus ancien. Il contient une faune abondante de grands Carnivores dominés par l’ancêtre de l’ours des cavernes, Ursus deningeri. Il s’agit d’une petite cavité liée à l’hivernation. Les restes d’oursons et en particulier les dents lactéales, sont nombreux. Deux espèces de grands félins (Panthera spelaea fossilis, forme ancienne du lion des cavernes et Panthera gombaszoegensis, ancêtre du jaguar), rares d’habitude, sont ici bien représentées. Un ancêtre du loup (Canis lupus mosbachensis) apparaît également, mais plus modestement.

81La Brèche 4, la plus ancienne, contient de l’ours dominant (Ursus deningeri et une molaire d’Ursus arctos), le jaguar (Panthera gombaszoegensis) comme grand félin bien présent (dont un individu « complet ») et le loup (Canis lupus mosbachensis).

82La Brèche 3, intermédiaire, moins riche, contient de l’ours dominant et le lion associé au jaguar.

83La Brèche 2, supérieure, correspond à la couche fossilifère la plus riche avec de l’ours (Ursus deningeri) dominant, le lion (Panthera spelaea fossilis) abondant (trois crânes complets et au moins deux fragmentaires) de très grande taille, avec présence de connexions anatomiques dans certains cas, le loup (Canis lupus mosbachensis), un chat sauvage (Felis silvestris), une molaire de sanglier (Sus sp.), seul non carnivore.

84La microfaune étudiée par M. Jeannet (Argant et alii, 2008) permet de dater les Brèches 2 et 3, proches chronologiquement, par la biochronologie d’Arvicola cantiana (ancêtre du rat-taupier) fréquent. Le degré d’évolution à Château (groupe A : 52 ml, indice 130,6 ; groupe B : 43 ml, indice 133,6) est comparable à celui rencontré à Mosbach 2 en Allemagne, au Pléistocène moyen médian, traditionnellement attribué au stade isotopique 13, autour de 500.000 ans. La Brèche 4, forcément antérieure à cause de la stratigraphie et de la présence exclusive du jaguar, peut être attribuée à un épisode tempéré froid (nettement plus froid que l’actuel) du Pléistocène moyen ancien, stade 15 ou même 14. La période très froide du stade 16 est à exclure et l’âge reste forcément antérieur à 1 Ma à cause de la présence d’Ursus deningeri, déjà évolué.

85‘Ensemble Sud’ (fig. 10)

86Situé à une vingtaine de mètres au sud du précédent, il correspond également à un placage de brèche préservé contre la paroi ouest. Il semble constituer un ensemble indépendant tout en présentant une faune similaire, Ursus deningeri, Panthera spelaea fossilis de grande taille également, mais beaucoup moins abondante. Un grand Cervidé indéterminable (fragment de bois) et peut-être un grand Bovidé s’ajoutent. Un fragment de molaire de rhinocéros a également été retrouvé mais en position secondaire, de même qu’une molaire définitive de Meles sp. de très petite taille (Argant, Mally, 2005).

87La partie supérieure d’un vestige de plancher stalagmitique encore attaché à la paroi calcaire et au milieu de brèches (Brèche supérieure et Brèche inférieure) a été datée par B. Ghaleb (U/Th-TIMS method) GEOTOP lab U.6381-Th.6383 : 176795 +9337 -8540 ans. Cette date de la in du stade isotopique 7 est incompatible avec la datation biochronologique de l’Ensemble Nord et la fouille n’a pas permis de trouver de lien direct entre les deux ensembles, que nous dissocions maintenant.

Fig. 10. Vue de l’Ensemble Sud de la Brèche de Château (photo Argant).

2.3.3.2. Le site Pléistocène moyen récent d’Azé

88Le site d’Azé constitue un ensemble très riche tant au point de vue paléontologique qu’au point de vue archéologique. Depuis le Pléistocène moyen toutes les périodes y sont représentées. Les travaux considérables d’aménagement de la grotte touristique ont montré toute la richesse de la grotte supérieure « préhistorique » Azé 1. Plusieurs zones ont pu être fouillées scientifiquement et étudiées (Argant, 1991, 2000a, 2001a ; Argant et alii, 2007 ; Combier et alii, 2000 ; Barriquand, Barriquand, 2000, 2001).

Azé 1-1

89Fouilles de Jean Combier en 1968 et 1970 dans la salle d’entrée, sur 25 m ², livrant de la faune et une industrie primitive sur éclat, de type clactonien, la plus ancienne de Bourgogne.

90Faune recueillie : 1570 restes, dont déterminables : 786. Ours des cavernes (Ursus deningeri), lion des cavernes (Panthera spelaea), renard roux (Vulpes vulpes), chat sauvage (Felis silvestris), rhinocéros (Dicerorhinus hemitoechus ; détermination Claude Guérin), cheval de grande taille (Equus sp.) (Argant, 1991).

91Il s’agit de vestiges du remplissage le plus ancien de la grotte, probablement épargné de l’érosion totale par l’évolution du régime hydraulique de la cavité découlant du barrage stalagmitique amont (à 90-100 m de l’entrée). L’étude taphonomique (Argant, 2004) montre l’existence d’un plan d’eau (lac permanent ou temporaire ?) dans l’entrée ne pouvant qu’être la conséquence du barrage probablement total du porche par les éboulis de pente. Il n’y a pas de Paléolithique moyen dans la grotte d’Azé 1 alors qu’il est bien représenté à l’extérieur. L’étude montre aussi qu’il n’y a pas de rapports directs entre la faune et l’industrie si ce n’est l’existence justement de ce plan d’eau. L’industrie est antérieure à l’arrivée de la faune apportée par le courant, mais ne peut être datée par la présence d’Ursus deningeri (remaniements possibles).

Azé 1-2

92Fouilles de sauvetage A. et J. Argant en 1978 (Argant, 1991, 2004) à 100-125 m de l’entrée à cause de travaux d’aménagement.

93Faune recueillie : 2512 restes, dont déterminables : 1023.

  • en surface (au moment de la découverte) : coprolithes de hyène (Crocuta crocuta spelaea ?) ;
  • niveau supérieur : perdrix (Paleoperdrix ; détermination Cécile Mourer-Chauviré), un canidé indéterminé (Canis sp.), renard (Vulpes vulpes), putois (Mustela putorius), hyène des cavernes (Crocuta crocuta spelaea), cheval (Equus sp.), rat-taupier (Arvicola terrestris).
  • niveau inférieur : ours des cavernes (Ursus spelaeus deningeroides).

Azé 1-3

94Fouilles A. et J. Argant de 1982 à 1985 (Argant, 1991, 2004) sur 19 m² dans la salle terminale à 180-200 m de l’entrée.

95Faune recueillie : 5 898 restes, dont déterminables : 1 111. Ours des cavernes (Ursus spelaeus deningeroides), lion des cavernes (Panthera spelaea) dont un crâne complet et sa demi-mandibule (Argant, 1988), renard roux (Vulpes), cheval grande taille (Equus sp., une phalange).

Azé 1-4

96Ramassage spéléos au point bas du siphon de la Bayonnette lors de la désobstruction à 220 m de l’entrée.

97Faune recueillie : 329 restes, dont déterminables : 201 (Argant, 2004). Ours des cavernes (Ursus deningeri).

Azé 1-5 : ‘Galerie des Aiglons’

98Travaux de R. Villeneuve (1990 à 1994) de déblayage de la « Rotonde » à partir de la galerie touristique, de la galerie de jonction et enfin de la « Galerie des Aiglons » parallèle à Azé 1 à quelques mètres en contrebas et s’ouvrant dans le versant après déblayage des éboulis de pente. La « Galerie des Aiglons » reçoit en plusieurs points de soutirage le remplissage de la grotte supérieure, ce qui explique les mélanges de faune manifestes dans les listes qui suivent. De 1998 à 2001, fouilles de L. et J. Barriquand avec relevé de toutes les coupes de la galerie (Barriquand, Barriquand, 1998, 2000, 2001 ; Barriquand et alii, 2004).

99Faune recueillie : Carnivores : canidé indéterminé petite taille (Canis sp.), renard roux (Vulpes vulpes), ours des cavernes (Ursus deningeri et/ou spelaeus), ours brun (Ursus arctos), lion des cavernes (Panthera spelaea), panthère (Panthera pardus), hyène rayée ? (Hyaena striata), jaguar européen ? (Panthera gombaszoegensis), blaireau (Meles meles).

100Non Carnivores : aurochs ou bison ? (Bos primigenius ou Bison sp.), cerf élaphe (Cervus elaphus), chevreuil grande taille (Capreolus süssenbornensis ?), bouquetin (Capra ibex), sanglier (Sus scrofa), cheval grande taille (Equus sp.), rhinocéros de Merck (Dicerhorinus mercki ; détermination C. Guérin).

Azé 1-6 : Galerie de liaison ‘Fosse-Rotonde/Aiglons’

101Comme précédemment, travaux de R. Villeneuve puis fouilles L. et J. Barriquand.

102Faune recueillie : Carnivores : loup (Canis lupus), ours des cavernes (Ursus deningeri et/ou spelaeus), ours brun (Ursus arctos), hyène des cavernes (Crocuta crocuta spelaea), lion des cavernes (Panthera spelaea), panthère (Panthera pardus), petit chat sauvage (Felis minuta ou silvestris).

103Non Carnivores : cerf élaphe (Cervus elaphus), chevreuil (Capreolus capreolus), bouquetin (Capra ibex), sanglier (Sus scrofa), lièvre européen ou lièvre variable (Lepus europaeus ou timidus), oiseaux (Aves).

104Les gisements du fond, Azé 1-2, Azé 1-3 et Azé 1-4, marquent une période d’occupation par les ours allant loin dans la grotte, antérieure à l’important blocage stalagmitique des 60 m de l’entrée qui a barré totalement la galerie, probablement à partir de l’interglaciaire (stade isotopique 5). Les ours, par leur position stratigraphique, par leur biochronologie, et à Azé 1-2 par l’existence de Paleoperdrix (Mourer-Chauviré, 1975) et le degré d’évolution d’Arvicola terrestris, appartiennent au Pléistocène moyen récent, stade isotopique 6. Le gisement le plus récent d’entre eux est Azé 1-2, puis Azé 1-3 et Azé 1-4, un peu plus vieux avec Ursus deningeri. La ‘Galerie des Aiglons’ a fonctionné encore longtemps après. C’est probablement elle qui permettait aux Ursus spelaeus plus récents que l’on rencontre dans la ‘Rotonde’ et dans la galerie de jonction et aux hommes du Paléolithique supérieur, de pénétrer dans la grotte supérieure Azé 1 mais toujours avant le blocage stalagmitique. Le bilan et l’interprétation des datations U/Th (Barriquand et alii, 2006) confirment en gros ce schéma chronologique (fig. 11).

2.3.3.3. Le site du Paléolithique moyen de Solutré ‘Cave Denuziller’

105Les deux niveaux moustériens découverts au cours des travaux de la ‘cave Denuziller’, en plein village de Solutré, ont livré une faune abondante étudiée par J.-M. Blackmar (Combier, Monte-White dir., 2002). Cinq espèces sont rencontrées, livrant 3.005 restes déterminés. On trouve le renne (Rangifer tarandus) qui apparaît le plus abondant (nombre minimum d’individus = NMI : 150), deux types d’Équidés (Equus ferus, NMI = 44 et Equus hydruntinus, NMI = 1), l’aurochs (Bos primigenius, NMI = 2) et le bison (Bison priscus, un individu). Les traces d’impact sont fréquentes sur les diaphyses d’os longs rarement complètes et des traces de boucherie s’observent fréquemment (sur 57 ossements déterminés et sur seize fragments osseux). Elles affectent essentiellement les membres. Il ne fait aucun doute que l’homme est responsable de cette accumulation osseuse. Il pratiquait manifestement une chasse spécialisée (fig. 12).

2.3.3.4. Le site du Paléolithique moyen de Vergisson II

106Les restes fauniques étudiés par F. Chaput (Combier, Chaput, 1999) proviennent des fouilles de J. Combier entre 1954 et 1961 mais aussi de fouilles plus anciennes conduites par A. Jeannet. La faune y est abondante et relativement bien conservée. L’industrie qui accompagne les restes osseux est un Moustérien de type Quina. Plus de 3 000 ossements ont été déterminés parmi lesquels le renne domine avec 50 % des vestiges. Les chevaux sont également bien représentés, suivis de près par le bison. Les canidés sont les Carnivores les plus abondants et totalisent 15 % des restes. Les grands mammifères permettent de dater le gisement du stade isotopique 3 (« Würm 2 ») et suggèrent un paysage ouvert mais avec des zones boisées. La palynologie (J. Argant) n’a rien donné. Les traces de découpe sont peu nombreuses mais prouvent une origine anthropique à une partie au moins de cet assemblage faunique. La présence de restes de hyène, de coprolithes et la diversité de la faune rencontrée font penser à un repaire de Crocuta crocuta spelaea ayant pu amener également une bonne partie de cette accumulation et peut-être même les quelques vestiges humains rencontrés.

Fig. 11. Plan de la Grotte de Rizerolles à Azé et localisation des datations.

Fig. 12. Coupe du site de la ‘Cave Denuziller’ à Solutré (photo Pautrat).

107Faune recueillie : renne (Rangifer tarandus, NR, nombre de restes = 1675), Équidés (Equus germanicus, NR = 475, Equus sp., NR = 11 et Equus hydruntinus, NR = 6), bison (Bison priscus, NR = 226), Cervidés (Cervus elaphus, NR = 29, Capreolus capreolus, NR = 2 et Megaceros sp., NR = 1), mammouth (Mammuthus primigenius, NR = 14), antilope saïga (Saiga tartarica, NR = 1), bouquetin (Capra ibex, NR = 8), lièvre (Lepus europaeus, NR = 13), castor (Castor iber, NR = 2), marmotte (Marmota marmota, NR = 1) et taupe (Talpa europaea, NR = 1). Pour les Carnivores : Canidés : (renard, Vulpes vulpes, NR = 264, loup, Canis lupus, NR = 200 et un Canis sp., NR = 6), hyène (Crocuta crocuta spelaea, NR = 14), ours des cavernes (Ursus spelaeus, NR = 13), lion des cavernes (Panthera spelaea, NR = 4), lynx (Lynx sp., NR = 1), chat (Felis sp., NR = 11), blaireau (Meles meles, NR = 7), glouton (Gulo gulo, NR = 2), putois (Mustela putorius, NR = 5), hermine (Mustela erminea, NR = 1).

2.3.3.5. Le site Paléolithique supérieur ancien d’Étrigny ‘Velars 2’

108Le site de ‘Velars 1’ dans le Cirque de Balleure à Étrigny a déjà donné lieu à une étude (Desbrosses, Guerin, 1971 ; Argant, 1991). En 1995 J.-P. Picard et C. Ferry découvrent un autre système karstique, toujours dans le même cirque de Balleure mais à une cinquantaine de mètres au nord du gisement précédent, toujours à proximité de la résurgence qui alimente le site en eau toute l’année. C’est Étrigny ‘Velars 2’ (fig. 13). Les fouilles de C. Ferry, de J.-P. Picard et de leur équipe de spéléologues (« Vulcains ») vont livrer un abondant matériel faunique et quelques rares silex attribuables au Paléolithique supérieur ancien (Ferry, rapports d’opération inédits). A. Argant a la charge de l’étude de la faune (étude en cours) qui correspond manifestement aux vestiges rencontrés dans un repaire de hyène (Sutcliffe, 1970) avec une dominante de restes dentaires et l’existence de nombreux résidus osseux digérés par les hyènes.

109Faune recueillie : Équidés (Equus caballus, germanicus ? et Equus hydruntinus), grands Bovidés (Bos primigenius, l’aurochs et Bison priscus ? le bison), un ongulé de taille moyenne (Capra ibex ? le bouquetin), renne (Rangifer tarandus), cerf (Cervus elaphus). Pour les Carnivores : hyène (Crocuta crocuta spelaea) dont un crâne complet, l’ours des cavernes (Ursus spelaeaus) et l’ours brun (Ursus arctos), loup (Canis lupus), renard (Vulpes vulpes) et le blaireau (Meles meles), encore bien présent actuellement. Quelques dents lactéales d’oursons montrent l’utilisation de la cavité pour l’hivernation par des ourses (U. arctos ou spelaeus ?), la distinction spécifique restant délicate sur ce type de matériel. Des dents lactéales de jeunes hyènes ont également été trouvées au tamisage. La présence humaine reste anecdotique.

Fig. 13. Fouille de la Grotte de ‘Velars 2’ à Étrigny (photo Argant).

2.3.3.6. Le Paléolithique supérieur ancien de Solutré : Aurignacien de N.11 et N.12

110Une opération de fouille préventive (2004) située dans les secteurs N11 et N12 du carroyage établi par J. Combier a permis de mettre au jour sur 15 m² deux couches aurignaciennes en place : la couche 1 (la plus récente), parfois proche de la surface et plus érodée, et la couche 2 bien conservée. Ces deux couches sont très riches en vestiges fauniques.

111Couche 2 : (étude G. Bayle et C. Bémilli in Connet et alii, 2005)

112Couche la plus profonde, d’une quarantaine de centimètres d’épaisseur, 6.868 restes fauniques au total (NRT) dont 3.594 restes déterminés (NRD), 9 % de vestiges brûlés.

113La faune est largement dominée par le cheval (Equus ferus, 62,8 % NRD), puis par le renne (Rangifer tarandus, 34,5 % NRD). Le mammouth (Mammuthus primigenius) est représenté par des fragments de lamelles d’ivoire (0,8 %). La présence du loup (Canis lupus, 0,3 %), d’un renard (Vulpes ou Alopex, 0,4 %), du lièvre (Lepus europaeus, 1 %) et de la marmotte (Marmota marmota, un reste), des oiseaux (Aves, 0,1 %) et des poissons (Pices, 0,1 %) est attestée mais très réduite. La présence du renne traduit un climat froid. L’action des Carnivores et des Rongeurs s’élève à 0,35 % NRD, ce qui, avec l’absence de stigmates d’exposition à l’air libre (« weathering »), indique un enfouissement rapide après la mise en place du dépôt. Les stigmates incontestables d’activité anthropique se traduisent par au moins une centaine de traces de découpe (2,43 % NRD) et cinquante-six restes sont brûlés (1,41 % NRD).

114Couche 1 : (étude G. Bayle et C. Bémilli in Connet et alii, 2005)

115Couche directement supérieure, de 20 à 40 cm d’épaisseur, 3.746 restes fauniques dont 730 restes déterminés (NRD), sur 11 m², qui se rattache aux couches 2 à 4 de J. Combier et A. Monte-White. Elle présente un constat similaire au précédent ; cheval dominant (Equus ferus, 80,1 % NRD), suivi par le renne (Rangifer tarandus, 19,0 % NRD) avec également présence d’un lièvre (Lepus sp., 0,7 %), d’un renard (Vulpes ou Alopex, 0,1 %). Pour le cheval, la structure de la population reste la même que dans la couche 2 (présence de jeunes et absence probable de mâles). Les activités de boucherie semblent moins représentées. Quelques traces d’autres activités existent (extraction de baguette osseuse sur du renne).

2.3.3.7. Le Paléolithique supérieur récent de Solutré : Magdalénien de I.11 et de P.16

116Les Magdaléniens de Solutré chassaient surtout le cheval (Equus ferus) mais ils capturaient également un nombre relativement important de rennes (Rangifer tarandus) et de bisons (Bison priscus) (Turner, 2002 ; Turner in Combier, Monte-White, 2002). Le cheval domine dans les deux secteurs I. 11 et P. 16.

117I.11 : 2 m², 502 restes fauniques déterminés : cheval (92,8 %, NMI = 6), renne (5,7 %, NMI = 3), bison (0,8 %, NMI = 1), loup (Canis lupus, 0,2 %, NMI = 1).

118P.16 : 125 m², 4031 restes fauniques déterminés : cheval (88,7 %, NMI = 45), renne (6,6 %, NMI = 9), bison (3,5 %, NMI = 5), loup (0,7 %, NMI = 2), glouton (Gulo gulo) (0,09 %, 1 individu), renard (0,17 %, 1 individu).

119Dans le secteur I.11 seuls des ossements de cheval et de renne ont été modifiés par l’homme. Dans le secteur P. 16 des traces d’utilisation ont pu être observées sur des os de cheval, de renne, de bison et peut-être aussi de loup. Les traces de dents de Carnivores sur les ossements sont également bien présentes. La prédominance de chevaux adultes, probablement des femelles, et la présence de poulains et de juments gravides suggèrent que les Magdaléniens de Solutré chassaient surtout des groupes familiaux entre le mois de février et jusqu’à la fin de l’automne, lors des déplacements saisonniers des troupeaux.

2.3.4. Conclusion

120Le bilan paléoenvironnemental « grande faune » depuis 1995 en Bourgogne apparaît particulièrement positif grâce à la multiplication des études archéozoologiques et paléontologiques au cours de cette période. Ces études fournissent de nombreuses données sur la faune, sur les climats et sur les rapports de l’homme préhistorique avec son environnement animal. Ces données, enfin, se répartissent relativement bien sur toute l’échelle chronologique depuis le Pléistocène moyen jusqu’au Pléistocène supérieur.

2.4. LA MICROFAUNE DE VERTÉBRÉS

121Les études de microfaune (Rongeurs, Lagomorphes, Insectivores, Chiroptères, Amphibiens, Reptiles et Poissons) apportent de nombreuses informations paléo-environnementales. Dans la méthode mise au point par M. Jeannet, les espèces actuelles servent de base à la constitution d’un référentiel climatique et écologique établi à partir d’un réseau de près de 500 stations météorologiques en Eurasie qui permettent de caractériser finement leur aire de répartition. Les paramètres précis ainsi définis sont fort utiles dans la reconstitution paléoclimatique (Jeannet, 2002).

122Sites de Bourgogne ayant fait l’objet d’une étude de microfaune :

  • Paléolithique inférieur :
    • Soucy (Kolfschoten in Lhomme et alii, 2000b)
    • Château 1 ‘Ensemble Nord’ (Jeannet in Argant et alii, 2007)
  • Paléolithique moyen :
    • Azé 2 (Combier, Merle, 1999)
  • Paléolithique supérieur ancien :
    • Solutré ‘Crot du Charnier’ et ‘Terre Sève’ (Périgordien et Aurignacien) (Jeannet, 2002 ; Niclot in Connet et alii, 2005)
  • Paléolithique supérieur récent :
    • Azé ‘Aiglons’, ‘Entrée’ et ‘Rotonde’ (Jeannet in Barriquand, Barriquand, 2001)
    • Solutré (Magdalénien) (Jeannet, 2002).

2.4.1. Vallée de l’Yonne

2.4.1.1. Soucy

123Parmi les six gisements du Pléistocène moyen mis au jour dans la gravière des ‘Grandes Pièces’, la séquence sableuse et sablo-limoneuse fine de Soucy 5 qui a permis une bonne conservation des coquilles (cf. supra) a également livré une faune de petits vertébrés. Comme les mollusques, la microfaune vertébrée indique des milieux variés. Les taxons aquatiques ou semi-aquatiques sont représentés par un reste de poisson, le castor et Arvicola terrestris cantiana, le rat taupier, dont l’évolution indique bien le Pléistocène moyen (forme proche de celles de Schöningen et Bilzingsleben, Allemagne, Holsteinien). Les autres Rongeurs traduisent un environnement boisé en conditions tempérées (Clethrionomys glareolus) ou plus ouvert (Microtus gregalis et M. arvalis) (Kolfschoten in Lhomme et alii, 2000a).

2.4.2. Mâconnais

2.4.2.1. Brèche de Château (Jeannet in Argant et alii, 2007, 2008)

124La Brèche de Château livre cinquante et un taxons de microvertébrés (Rongeurs, Lagomorphes, Insectivores, Chiroptères, Reptiles, Poissons…).

125La présence d’Arvicola cantianus apparaît constante et cette espèce est de loin la plus abondante partout sur le site. Pour l’Ensemble Nord plusieurs demi-mandibules ont été trouvées en place dans la brèche. Grâce à la biométrie de la m1 et à l’étude de la présence et de la position du pli mymomien, la biochronologie de ce Rongeur indique que les populations trouvées dans les Brèches 2 et 4 appartiennent au Pléistocène moyen. Sa coexistence avec Pliomys lenki, Pliomys episcopalis, Allophaiomys pliocænicus gregaloïdes, Talpa minor, Sorex runtonensis, Beremendia fissidens, confirme qu’il s’agit bien d’une forme ancienne d’Arvicola cantianus. Les sites d’Europe centrale tels Prezletice en Tchécoslovaquie, Hundsheim en Autriche, Mosbach 2 en Allemagne, montrent le même index pour leurs Arvicola cantianus (« Ältere Arvicolacantianus Faunen ») (Kœnigswald, Heinrich, 1999).

126Il est difficile de déduire des informations paléoécologiques de cette microfaune. Elle contient des éléments qui se trouvent aujourd’hui dans l’extrême nord de la Sibérie (Dicrostonyx torquatus, Microtus œconomus) et dans les steppes d’Asie centrale (Microtus gregalis, Cricetus cricetus, Ochotona pusilla, Citellus sp.) en même temps que des Rongeurs capables de vivre sous un climat méditerranéen (Apodemus sylvaticus, Eliomys quercinus). Ceci conduit à supposer des remaniements de matériel faciles à comprendre dans des couches mises en place de façon chaotique par des coulées boueuses et qui ont été longtemps proches de la surface.

2.4.2.2. Azé 2, dépôt de pente moustérien

127Ce site a été découvert en 1968 à l’ouest de la ‘Grotte de Rizerolles’ au cours de travaux visant à dégager l’entrée d’une galerie masquée par un épais dépôt de pente. Outre une industrie moustérienne, il a livré des éléments de grande faune et un crâne de Citellus citellus (le souslik), espèce à caractère nettement steppique, notée alors pour la première fois en Mâconnais (Combier, Merle, 1999).

2.4.2.3. Azé 1, sortie de la ‘Galerie des Aiglons’ et ‘Rotonde’

128Soixante et onze prélèvements ont été réalisés sur 95 cm d’épaisseur sous le porche de la ‘Galerie des Aiglons’. La liste de faune compte quarante-deux taxons dont l’origine semble liée essentiellement à la prédation (peut-être par de petits Mustélidés) et à l’hibernation (Reptiles, Batraciens, hérissons). Les taxons les plus régulièrement rencontrés sont des espèces continentales : Microtus gregalis (Campagnol des hauteurs), M. œconomus (Campagnol nordique), Dicrostonyx torquatus (Lemming à collier), Citellus major (Spermophile), Sicista betulina (Siciste des bouleaux), Lepus timidus (Lièvre variable), Ochotona pusilla (Lièvre siffleur), Lacerta vivipare (Lézard vivipare), Vipera berus (Vipère péliade) et quelques autres susceptibles de supporter les rigueurs climatiques telles Arvicola terrestris (Rat taupier), Microtus arvalis (Campagnol des champs), Clethrionomys glareolus (Campagnol roussâtre). Quelques restes de poissons appartiennent au vairon (Phoxinus phoxinus). L’ensemble évoque une seule phase de remplissage sous climat continental (Jeannet in Barriquand, Barriquand, 2001), datée de 17.220 à 16.930 av. J.-C. (Lyon-2201/OxA-12455) (stade isotopique 2).

129Quatorze échantillons ont été recueillis sur 60 cm d’épaisseur, dans la ‘Rotonde’, secteur situé à 60 m environ de l’entrée actuelle. Le nombre de restes identifiables est faible et peu diversifié. La liste de faune peut s’inclure totalement dans celle de la galerie des Aiglons ; relativement homogène, elle peut être aussi rapportée au stade isotopique 2 (Jeannet in Barriquand, Barriquand, 2001).

2.4.2.4. Solutré ‘Crot du Charnier’

130Magdalénien (P15-16, Q16, J10), Périgordien et Aurignacien au contact du magma (L13)

131( Jeannet , 2002)

132Cette étude concerne les sédiments tamisés pendant les fouilles dirigées par J. Combier entre 1968 et 1998. Ils appartiennent pour l’essentiel aux couches magdaléniennes de P15, P16, Q16, J10 d’une part et aux couches périgordiennes et aurignaciennes situées au contact du magma (L13) d’autre part.

133Les espèces prises en compte dans l’étude sont essentiellement les Rongeurs : Microtus arvalis (Campagnol des champs), M. agrestis (C. agreste), M. nivalis (C. des neiges), M. gregalis (C. des hauteurs), M. oconomus (C. nordique), Pitymys multiplex (C. de Fatio), Discrostonyx torquatus (Lemming à collier), Lemmus lemmus (Lemming de Norvège), Clethrionomys glareolus (C. roussâtre), Arvicola terrestris (Rat taupier), Marmota marmota (Marmotte des Alpes), Sciurus vulgaris (Écureuil roux). Il faut remarquer l’absence de microfaune au cœur du magma. L’absence de mulot et de gliridés dans tous les échantillons quelle que soit la couche étudiée indique clairement la rigueur du climat, confirmée par la présence d’espèces sibériennes peu abondantes mais quasi permanentes (par exemple Microtus gregalis et M. œconomus…). L’analyse des diagrammes climatiques et écologiques établis pour chaque couche analysée donne une température moyenne annuelle de 2 à 3 ° C (avec valeurs très basses pour les minimales et très élevées pour les maximales, d’où un fort contraste avec 35 à 40 ° C d’écart), avec un nombre de jours de gel élevé (entre 150 et 210), des précipitations essentiellement neigeuses et légèrement moins abondantes qu’à l’époque actuelle.

134Les périodes aurignaciennes et gravettiennes ont un caractère nettement continental de type sibérien. Les séquences magdaléniennes de J10 et P16 offrent par contre pour cette période deux images distinctes : J10, séquence la plus ancienne, montre un net radoucissement climatique de type tempéré continental contrastant avec le caractère sibérien du climat de la période magdalénienne de P16. Ces remarques confirment les observations de variations climatiques brutales du Tardiglaciaire.

135Aurignacien (N11-N12)

136(Niclot in Connet et alii, 2005)

137123 litres de sédiments ont été tamisés dans les couches aurignaciennes (56,5 l dans la couche 1 et 66,5 l dans la couche 2) du secteur N11-N12.

138L’étude taphonomique des molaires de Campagnol et des incisives de Rongeurs montre l’altération de 6 % de ces dents par des sucs gastriques. Les Rongeurs de ces deux couches sont donc arrivés principalement par régurgitations de rapaces et ont été prélevés dans un rayon de 1 à 5 km. Par ordre décroissant de nombre minimum d’individus, ce sont : Arvicola terrestris, Microtus gregalis, M. arvalis, M. œconomus, Discrostonyx torquatus, Sicista, Lemmus lemmus, Citellus sp., Clethrionomys sp., Lagurus lagurus (Lemming des steppes). Les prédateurs probables sont des rapaces nocturnes soit gîtant et nichant au sol (Chouette harfang, Hibou des marais), soit se perchant dans les arbres (Chouette lapone, Chouette hulotte).

139Les deux couches, sans différences significatives, sont dominées par la steppe. Dans les fonds de vallée les zones humides semblent bien développées, confirmant les données de M. Jeannet (4-2-4-1) pour l’Aurignacien. La couche 2, la plus ancienne, se distingue tout de même légèrement de la couche 1 par des indices de forêt boréale.

2.5. LA GÉOARCHÉOLOGIE

140La géoarchéologie utilise les techniques et les approches de la géomorphologie (étude des origines et des formes du paysage), de la sédimentologie (études des caractéristiques et de la formation des dépôts), de la pédologie (étude de la formation du sol et de sa morphologie), de la stratigraphie (étude des séquences, de la corrélation des sédiments et des sols), de la géochronologie (étude du temps dans les séquences stratigraphiques). De la structure géomorphologique aux sols d’habitat, l’apport de la géoarchéologie est indispensable à la compréhension du contexte des documents archéologiques et à leur interprétation.

141La connaissance de ce contexte doit être un préalable à la fouille. Il faut qu’elle soit acquise auparavant et que le géoarchéologue soit associé dès la phase préliminaire des travaux pour en définir, en collaboration, les orientations. Trop souvent encore son intervention ne se fait qu’à un stade avancé de la fouille, sous forme d’un simple échantillonnage rapide et partiel. Les méthodes de la géoarchéologie sont maintenant bien fixées et leur exploitation principale a été souvent orientée vers l’élaboration d’un cadre chrono-écologique et chronoclimatique du Quaternaire. Mais il est important que la géoarchéologie s’oriente maintenant de plus en plus vers la résolution des problèmes spécifiquement archéologiques.

142Les travaux récents en géoarchéologie ont montré la nécessité d’analyser les enregistrements sédimentaires et pédologiques de façon globale, c’est-à-dire comme un système et non pas seulement à partir d’une coupe ou deux dite(s) « de référence », pas toujours représentative(s) de la variabilité du système et de l’activité d’ensemble des géosystèmes considérés. Chaque site caractérisé par ses propres conditions stationnelles a sa façon propre d’enregistrer le milieu qui l’entoure, ou seulement une fraction de ce milieu et c’est la géoarchéologie qui permet de le comprendre.

143Sites de Bourgogne ayant fait l’objet d’une étude géoarchéologique entre 1995 et 2007 :

  • Paléolithique inférieur :
    • Azé I-1, I-2, I-3 (Barriquand, Barriquand, 2000, 2001 ; Barriquand et alii, 2004 ; Barriquand et alii, 2006)
    • Château 1 - ‘Ensemble Nord’, ‘Ensemble Sud’ (Barriquand in Argant, 1998, 1999, 2000a et b, 2001b, 2002)
    • Soucy (Julien, Rieu dir., 1999 ; Lhomme et alii, 1996a et b, 1998, 2000a et b, 2004 ; Chaussé et alii, 2000 ; Pastre et alii, 2000 ; Voinchet, 2002)
  • Paléolithique moyen :
    • Arcy ‘Grotte du Bison’ (Miskovsky in David et alii, 2006)
    • Gron ‘Fond des Blanchards’ (Lhomme et alii, 1999)
  • Paléolithique supérieur ancien :
    • Arcy ‘Grotte du Bison’ (Miskovsky in David et alii, 2006)
    • Solutré ‘Crot du Charnier’ et ‘Terre Sève’ (Konic in Connet et alii, 2005)
  • Paléolithique supérieur récent :
    • Azé ‘Galerie des Aiglons’et ‘Entrée’ (Barriquand, Barriquand., 2000, 2001 ; Barriquand et alii, 2004)
    • Étigny ‘Le Brassot’ (Connet et alii, 1999 ; Lhomme et alii, 2004 ; Pastre et alii, 2000)
    • Gron ‘Chemin de l’Évangile 1 et 2’ (Connet et alii, 2001 ; Lhomme et alii, 2004)
    • Solutré (Kervazo, Konic in Combier, Montet-White dir., 2002).

144Le relevé systématique des coupes dans la grotte d’Azé 1, ainsi que les nombreuses datations U/Th effectuées sur les spéléothèmes, permettent d’établir sur des bases précises la chronologie des dépôts à l’intérieur de la cavité et de comprendre leur relation avec la présence de la faune.

145À Château, la sédimentologie permet de distinguer les brèches et montre que l’origine de leurs matériaux est liée à l’existence de coulées boueuses brutales.

146Caractérisées par une importante proportion d’éléments grossiers dans tout le remplissage, les séquences sédimentaires de la grotte du Bison soulignent le caractère froid et sec du climat au cours de la transition Paléolithique moyen-Paléolithique supérieur (couche D, fin du stade isotopique 3). Si ce caractère est dominant, quelques épisodes cléments, avec des phases plus humides, existent dans les couches inférieures moustériennes.

147L’étude pédo-sédimentaire complexe des secteurs M12, J10, N11 et N12 de Solutré révèle l’alternance de phases climatiques contrastées au cours de l’Aurignacien, et des remaniements sédimentaires sous forme de colluvions ayant entraîné la destruction des surfaces d’occupation et le déplacement des restes de faune. L’intensité de ces remaniements est cependant très variable suivant la position des secteurs étudiés, la partie est du site étant la mieux conservée.

148Les recherches menées depuis 1994 sur les formations alluviales pléistocènes de la basse vallée de l’Yonne ont permis de restituer le système d’étagement des nappes alluviales. L’analyse litho-pédostratigraphique des couvertures de versant sur les dépôts fluviatiles, la prise en compte des indicateurs biostratigraphiques, la multitude des datations ESR et U/Th autorisent une interprétation chronostratigraphique couvrant les derniers 400.000 ans.

2.6. CONCLUSION

2.6.1. Bilan

149Ce bilan paléoenvironnemental du Paléolithique de Bourgogne à partir de 1995 présente à l’évidence un caractère nettement positif. Il montre toute l’abondance et toute la diversité des études réalisées dans de multiples directions. De plus, un large champ chronologique est balayé, du Pléistocène moyen au Paléolithique supérieur. Les études paléoenvironnementales sont maintenant développées de façon systématique et heureusement il n’est plus possible de projeter la fouille d’un site préhistorique (ou plus récent) sans inclure dans le projet toute la batterie des méthodes qui viennent d’être citées.

150Malgré tout, il n’existe pas encore en Bourgogne de cadre chronostratigraphique et paléoenvironnemental global. Il semble possible dans un avenir relativement proche et il doit constituer un objectif prioritaire de la recherche.

151Les paléoenvironnements ne répondent pas à la même logique de recherche que la préhistoire. Les outils paléoenvironnementaux s’appliquent d’abord systématiquement à tout site fouillé. C’est le site lui-même qui décide en fonction de ce que les fouilleurs rencontrent. Le pollen et les spores ne se conservent pas toujours, la faune et la microfaune font parfois défaut, il y a ou non des Gastéropodes…. Par contre, les sédiments encaissants, bien que plus ou moins favorables, sont toujours présents et la localisation de l’origine des matières minérales utilisées par l’homme préhistorique reste possible même si elle est plus ou moins facile selon les régions et leur géologie. Mais les études paléoenvironnementales ont aussi leurs problématiques propres, ne serait-ce que pour viser à une vue d’ensemble régionale dont l’aboutissement est justement ce cadre chronostratigraphique et paléoenvironnemental global. C’est l’outil incontournable pour mettre en relation, par exemple, le climat et les dynamiques des populations animales et leur corollaire, celle des populations humaines paléolithiques.

2.6.2. Propositions et perspectives

1521/ Un des objectifs de ce type de bilan est de définir des priorités de recherche pour le Paléolithique régional. Deux écueils nous semblent à éviter. Il est, bien entendu, impossible de combler toutes les insuffisances existantes d’un seul coup de baguette magique. Mais le second écueil, tout aussi sérieux, est de créer un désert paléolithique autour de rares points forts. Il nous semblerait judicieux de conserver un thème à approfondir plus particulièrement (avec les moyens adaptés) pour chaque grande période reconnue : Paléolithique supérieur, Paléolithique moyen, Paléolithique inférieur et pour les paléoenvironnements. Une « rotation » quadriannuelle des thèmes prioritaires à l’intérieur de chaque rubrique permettrait d’assurer l’équilibre nécessaire pour développer une recherche harmonieuse et ne léser personne.

1532/ Compte tenu de la richesse en sites de toutes les époques (Pléistocène et Holocène), la constitution à Dijon d’un « pôle universitaire de recherche » sur les paléoenvironnements, et pas seulement d’enseignement comme c’est le cas actuellement, serait logique. Par exemple, il n’y a ni paléobotaniste (et en particulier pas de palynologue de sites archéologiques), ni archéozoologue, ni microfauniste, ni malacologue implanté à l’Université de Bourgogne à Dijon. Un tel pôle renforcerait les formations actuelles dispensées en archéologie et environnement.

1543/ La poursuite des recherches sur les milieux naturels (« Programme 1 ») nous semble indispensable, en particulier en paléobotanique (palynologie, anthracologie, carpologie…) et pour les faunes (paléontologie), pour arriver à une modélisation régionale permettant d’avancer dans les comparaisons avec les milieux anthropiques. Par exemple, la fouille scientifique et l’étude taphonomique indissociable d’assemblages osseux de repaires de hyène en Bourgogne (il en existe), seraient les seuls moyens d’arriver à distinguer, dans les faunes de plusieurs sites paléolithiques cités dans ce rapport, la part de l’accumulation naturelle de la part anthropique.

1554/ Le formidable potentiel en sites naturels et archéologiques de Bourgogne n’est plus à souligner. Dans le domaine paléoenvironnemental, quelques zones connues depuis longtemps et/ou exploitées très anciennement mériteraient d’être suivie de près et semblent a priori favorables pour mener des études des faunes (grande faune, microfaune, mollusques…) et/ou paléobotaniques (palynologie, anthracologie, carpologie…) :

  • Courterolles (Yonne) : D. Gommery (Biopréhistoire no 2, 2005) a découvert dans ce site étudié très anciennement du matériel paléontologique dans une nouvelle fissure. Il serait possible de réactualiser les connaissances, de prospecter régulièrement toute la zone et éventuellement de passer au stade de la fouille. L’ancienneté du site en fait un jalon précieux pour le Pléistocène moyen ancien voire le Pléistocène inférieur et donc pour le cadre paléoenvironnemental et chronostratigraphique de Bourgogne (faune entre 0,9 et 1,3 Ma)
  • Chevroches (Nièvre) : potentiel important nécessitant un état de la question et des prospections.
  • Santenay (Côte-d’Or) : haut lieu de la paléontologie, la montagne de Santenay recèle des sites dont il serait nécessaire d’évaluer le potentiel dans le cadre d’une surveillance des gisements connus (fouilles clandestines ?). La reprise de fouilles suivant des méthodes modernes s’imposerait en fonction des possibilités ou de nouvelles découvertes.
  • Azé (Saône-et-Loire) : beaucoup de travail de désobstruction et de relevé reste à faire, avec une surveillance rigoureuse à exercer. De petites cavités périphériques semblent intéressantes.
  • Vallée de la Saône (Saône-et-Loire) : le Tardiglaciaire commence à y être mieux cerné par les travaux récents (Argant J., ce volume), et il n’est pas trop difficile d’y accéder par sondage.

1565/ Orientations à privilégier : Paléoenvironnements, « Premier cycle de 4 ans ? »

157Synthèse des données dans la construction d’un cadre paléoenvironnemental et chronostratigraphique général de Bourgogne, supposant des tentatives de synthèse dans chaque discipline de toutes les données disponibles (y compris antérieures à ce bilan) et forcément un travail d’équipe et de concertation à ce niveau. Quel peut être le rôle du S.R.A. ?

158Utilisation systématique des outils paléoenvironnementaux pour tout site fouillé avec intervention précoce (dès le projet) des divers paléoenvironnementalistes et de tests rapides préalables afin de définir le potentiel et rationaliser les études, comme on le fait en palynologie. Le S.R.A. a un rôle fondamental à jouer dans ce domaine.

159Maintien de programmes « Milieux naturels » (Programme 1) avec les recherches paléoenvironnementales spécifiques, dans le prolongement de ceux existants ou ayant existé :

  1. Géoarchéologie d’une vallée, par exemple : vallées de l’Yonne, de la Saône, de la Natouze (travail commencé par M. Rué).
  2. Modélisation d’un repaire de hyènes en Bourgogne (Étrigny-Velars 2, Saône-et-Loire).
  3. Le Tardiglaciaire de la Saône (palynologie, sédimentologie, malacologie…), relançant ou transformant le PCR – en sommeil – de M. Gardini (Morphologie fluviale et occupation humaine dans le val de Saône chalonnais), avec batteries de dates14 C.
  4. Analyse pollinique systématique de spéléothèmes de milieux karstiques avec datation U/Th-U series : Azé, Château, Santenay…

Table des illustrations

Légende Fig. 4. Sites retenus. : étude> 1994 ; x : étude en cours ; o : résultats négatifs ou insuffisants. Les sites sont classés par ordre alphabétique à l’intérieur de chaque période, sans notion de chronologie relative.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Fig. 5. Migennes ‘Les Grosses Terres’. Diagramme simplifié (sommes de base = total). Steppiques = Helianthemum, Sanguisorba minor, Thalictrum. Héliophiles = Plantago sp., Rumex, Centaurea, Polygonum, Rubiacées, Brassicacées, Caryophyllacées, Urticacées. Ubiquistes = Primulacées, Crassulacées, Dipsacacées, Euphorbiacées, Valérianacées, Borraginacées. Amphibies = Fabacées, Apiacées, Rosacées, Filipendula, Sanguisoba off., Renonculacées, Scrofulariacées, Liliacées, Lamiacées. Aquatiques = Lythrum, Typha, Sparganium, Potamogeton, Myriophyllum sp., Lemna.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre BISON 1963 T 12, 13, 14
Légende Analyse M. GIRARD CRA - Dessin J. CHEVALIER CRAFig. 6-1. Diagramme pollinique de la Grotte du Bison à Arcy-sur-Cure (1963).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre BISON 1963 T 12, 13, 14
Légende Analyse M. GIRARD CRA - Dessin J. CHEVALIER CRAFig. 6-2. Diagramme pollinique de la Grotte du Bison à Arcy-sur-Cure (1963) (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre GROTTE DU BISON 1996 Couches C et D supérieur - m2 P Q 10
Légende Analyses M. Girard CEPAM-CNRSFig. 7. Diagramme pollinique de la Grotte du Bison à Arcy-sur-Cure (1996).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5583/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Fig. 8. Fouille de l’Ensemble Nord de la Brèche de Château (photo Argant).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5583/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende Fig. 9. Fouille de l’Ensemble Nord de la Brèche de Château (photo Argant).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5583/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Légende Fig. 10. Vue de l’Ensemble Sud de la Brèche de Château (photo Argant).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5583/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 11. Plan de la Grotte de Rizerolles à Azé et localisation des datations.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5583/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 12. Coupe du site de la ‘Cave Denuziller’ à Solutré (photo Pautrat).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5583/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Légende Fig. 13. Fouille de la Grotte de ‘Velars 2’ à Étrigny (photo Argant).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5583/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search