Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Avant-propos

Yves Pautrat

Texte intégral

  • 1 La recherche archéologique en France : bilan 1990-1994 et programmation du Conseil national de la (...)

1Le présent volume est une œuvre collective, patiemment réalisée sur plus de huit ans, par l’ensemble des chercheurs concernés à l’échelle régionale : paléolithiciens et néolithiciens. Elle trouve son origine dans une commande de la Direction de l’Architecture et du Patrimoine (Ministère de la Culture et de la Communication), décrite dans la circulaire 04-755 du 1er juin 2004, signée de Michel Clément, alors directeur. Cette circulaire de deux pages avait pour objet la « programmation scientifique de la recherche archéologique » et s’accompagnait de deux documents annexes : l’annexe 1 s’intitulait « Élaborer un bilan de la recherche archéologique régionale en vue d’un projet de programmation scientifique interrégional » et l’annexe 2 concernait les « Missions des secrétariats permanents des commissions interrégionales de l’archéologie ». Cette démarche nationale avait pour but de faire établir, par les Services régionaux de l’archéologie, « des bilans quantitatifs et qualitatifs des opérations et travaux réalisés, ces dernières années, dans le but de dresser un « état de la recherche » régionale, en rassemblant et en ordonnant par périodes et par thèmes les éléments d’informations disponibles ». Ces bilans devaient ensuite être examinés par la C.I.R.A. locale, pour en évaluer « les acquis et les lacunes de la recherche » et proposer « à l’ensemble des intervenants de l’interrégion les secteurs d’étude à privilégier pour un temps défini ». L’objectif ultime était de remplacer la programmation antérieurement établie à l’échelle nationale1, par une programmation régionale, puis interrégionale, jugée « plus réaliste et efficiente ».

2La circulaire précisait encore : « Sans pour autant entraîner l’abandon total des recherches qui se situeraient en dehors des priorités ainsi dégagées, cette programmation scientifique doit contribuer à fonder, au quotidien, les décisions des services archéologiques en matière d’archéologie préventive et à fixer, sur le moyen terme, les grands thèmes de la recherche programmée. C’est la raison pour laquelle, pour être reconnue et acceptée par tous, une telle programmation doit impérativement être validée par l’ensemble des partenaires concernés, ressortissants des universités, du C.N.R.S., de l’Inrap, des services de collectivités territoriales et chercheurs bénévoles. L’information sur la démarche et, autant que faire se peut, l’association directe de ces acteurs sont donc hautement recommandés. » Elle laissait ainsi une grande liberté aux Services régionaux de l’archéologie pour mener à bien cette tâche, sans toutefois fixer de calendrier précis.

  • 2 En dépit d’une tentative de réactiver le processus de bilan scientifique « Protohistoire », en 200 (...)

3Plutôt que de préparer ce bilan en interne, au sein du Service régional de l’archéologie, Jean-Olivier Guilhot, alors conservateur régional de l’archéologie, et ses collaborateurs, ont souhaité privilégier un processus de réflexion/rédaction participatif, associant, comme le suggérait la circulaire, l’ensemble des chercheurs concernés. La décision fut toutefois prise de scinder cet exercice de bilan en fonction des champs chronologiques, pour faciliter des débats à petite échelle plutôt que des grandes réunions, moins productives. Au sein du service et en fonction de leur spécialité, certains agents ont pris en charge la coordination de telle ou telle période. L’exercice a été officiellement lancé par une lettre circulaire (27 juillet 2005), signée par Jean-Olivier Guilhot et Claude Mordant, alors directeur de l’U.M.R. 5594, invitant les chercheurs à quatre rencontres distinctes : le 7 septembre 2005 pour le Paléolithique et le Néolithique, les 12-13 septembre 2005 à Bibracte pour le deuxième Âge du Fer et l’Antiquité, le 21 septembre 2005 pour le Moyen Âge et l’Époque moderne et le 28 septembre 2005 pour l’Âge du Bronze et le premier Âge du Fer. Les groupes de travail sur la Protohistoire et l’Antiquité n’eurent pas de postérité2, mais les médiévistes et les préhistoriens se mirent au travail sans délai.

  • 3 2 mars 2006, 19 décembre 2006, 5 avril 2007 et 26 octobre 2007 pour le Paléolithique ; 1er juin 20 (...)

4Pour la Préhistoire, qui nous intéresse ici, le groupe de travail initial, constitué d’environ 25 personnes lors de la première réunion, s’est très vite scindé en deux : les paléolithiciens d’un côté, sous la coordination d’Yves Pautrat, et les néolithiciens de l’autre, coordonnés par Rémi Martineau, bientôt rejoint par Olivier Lemercier, fraîchement nommé à l’Université de Bourgogne. Lors de cette première rencontre, chaque intervenant, paléolithicien ou néolithicien, a été invité à rédiger une fiche synthétique, rendant compte de ses recherches (ou de celles de son laboratoire ou équipe) durant la décennie écoulée, accompagnée d’une bibliographie. À la réception de ces fiches, avant fin octobre 2005, les coordonnateurs devaient les compiler et les rediffuser, pour débat lors de futures réunions, début 2006. De son côté, la cellule « Carte archéologique » du Service régional de l’archéologie (Anne Charmot, Michelle Hamblin) a extrait un certain nombre de listes de la base de données Patriarche : essentiellement sites archéologiques triés par période et opérations triées par période ou par date, qui ont pu être également diffusées, afin que rien ne soit négligé ou oublié. Plusieurs réunions successives ont eu lieu3, Paléolithique d’un côté, Néolithique de l’autre, au cours desquelles les chercheurs impliqués ont fait des choix éditoriaux, tant dans le découpage interne de leur bilan, que pour la répartition des tâches à effectuer ou le contenu des différentes parties. Cette méthode de travail, en parallèle, explique l’absence d’homogénéité formelle des deux grandes parties de ce bilan, les paléolithiciens n’ayant pas opté pour la même présentation (par thèmes et grandes périodes) que les néolithiciens (par bassins versants). Dans le courant de l’année 2006, une nouvelle circulaire de la Direction de l’Architecture et du Patrimoine (no 06-215 du 5 juillet 2006) est venue relancer les débats, en leur fixant un terme, à la fin de l’année 2006, terme qui n’a donc pu être respecté.

5Édouard Jacquot, nouvellement arrivé au S.R.A., a accepté de se charger de la bibliographie du Paléolithique. Rémi Martineau et Olivier Lemercier ont assumé, pour le Néolithique, un important travail de vérification et de fiabilisation des données de la Carte archéologique. Ils ont rédigé un historique développé, insérant la décennie étudiée dans les recherches antérieures, et préparé une bibliographie visant à l’exhaustivité des références concernant le Néolithique en Bourgogne. Grâce à ce travail considérable, la partie « Néolithique » dépasse largement le cadre d’un simple bilan pour approcher une synthèse la plus complète possible sur cette période en Bourgogne. Une telle somme d’informations, compilée et vérifiée, n’avait jamais été proposée jusque-là pour le Néolithique bourguignon !

6D’un côté comme de l’autre, les chercheurs éloignés ou qui ne souhaitaient pas se déplacer, ont été sollicités par écrit et ce bilan a donné lieu à l’échange de nombreux courriels contribuant à compléter ou à détailler les rédactions successives. Je tiens à souligner ici que ces déplacements ou ces temps de rédaction-compilation, parfois conséquents, ont toujours été assumés de manière totalement bénévole par les chercheurs impliqués, qui ont accepté sans réticences de prendre de leur temps et de leurs moyens pour construire ensemble ce bilan. Qu’ils en soient ici d’autant plus remerciés ! C’est cette implication forte dans ce projet et la prise de conscience collective que nous ne pouvions nous en tenir au seul bilan, qui nous a conduit à introduire nous-mêmes, en fin de chaque grande partie, un chapitre de prospective dessinant, à travers les faiblesses et les manques de la recherche 1994-2005, les contours de ce que pourraient être les recherches futures, les priorités, les thématiques ou les secteurs géographiques à privilégier. Nul ne nous a paru mieux placé que les acteurs locaux de la recherche archéologique pour orienter les travaux futurs dans des directions encore peu ou mal explorées.

7À partir de 2008, l’éloignement de certains intervenants, la lassitude de voir durer ce bilan sans qu’il aboutisse concrètement, la nécessité de réécrire certains textes ou – au minimum – de les harmoniser, l’absence de certaines parties jugées indispensables (par ex. synthèse des dates 14C), le départ d’Édouard Jacquot et la charge de travail des coordonnateurs, ont contribué à distendre les échanges. Ce délai a toutefois été mis à profit pour la sélection des illustrations et la réalisation de certaines cartes indispensables (Michelle Hamblin, Yves Pautrat). Ce n’est donc qu’à la fin de l’année 2011 que les premiers manuscrits ont pu être déposés à la Revue archéologique de l’Est, en vue de leur publication conjointe sous la forme d’un ouvrage commun consacré à la Préhistoire. En effet, dès l’origine, en septembre 2005, c’est à ce support, incontournable à l’échelle régionale, que Jean-Olivier Guilhot avait prévu de confier ce bilan, qui aurait dû couvrir l’ensemble des périodes, de la Préhistoire à l’Époque moderne.

8En cours de route, la question s’est naturellement posée de savoir s’il fallait tirer progressivement les bornes chronologiques initiales, couvertes par ce bilan scientifique, au-delà de 2005 ? La réponse convenue collectivement a été dictée par la raison : il n’a pas paru possible de rajouter les données des années postérieures à 2005 (description des chantiers, de leurs résultats scientifiques, statistiques, etc.) sans prolonger d’autant le travail d’élaboration. Il a toutefois été acté que des découvertes importantes ou des fouilles et études, significatives mais légèrement postérieures à 2005, seraient prises en compte ici ou là dans le texte pour éviter un trop grand décalage entre le bilan et la réalité actuelle. Les chapitres de prospective, dessinant les contours d’une programmation future, restent pour leur part d’une totale actualité. L’ouvrage a ainsi pris peu à peu sa forme définitive : une grande partie Paléolithique & Mésolithique, suivie d’une seconde grande partie consacrée au Néolithique.

9Rétrospectivement, il est facile de constater que la méthode de travail adoptée, éminemment collective et consensuelle, l’absence d’échéancier rigoureux ou de prise en charge des frais, des décharges de temps insuffisantes pour les chercheurs de l’Inrap, expliquent largement la durée excessive de cette gestation. L’absence de tout bilan pour la période gallo-romaine (au-delà de la réunion des 12-13 septembre 2005), l’abandon des protohistoriens après un temps de parcours (quatre ou cinq rencontres), les difficultés des médiévistes à finaliser leurs travaux, tiennent probablement aux mêmes causes. Fallait-il que le S.R.A. réalise par lui-même ce bilan, sous l’autorité de son Conservateur régional, à partir des données de la « Carte archéologique » et des rapports d’opération – sous une forme notablement plus courte et synthétique – et que ce bilan soit soumis seulement a posteriori à débat au sein de la communauté scientifique, pour être retouché et complété, en particulier dans l’optique d’une nouvelle programmation ? Un tel bilan, chronologiquement exhaustif, aurait probablement pu être publié beaucoup plus rapidement, mais nous aurions indéniablement perdu en richesse et en pertinence des informations fournies.

10Quoi qu’il en soit, et en dépit de ses imperfections, le travail présenté ici marque indéniablement une étape importante dans la recherche archéologique régionale. Il aura conduit ses auteurs à relire leurs recherches, à exposer de manière synthétique le fruit de leurs travaux sur une décennie complète, puis d’en débattre avec fougue et conviction devant leurs collègues, pour enfin émettre des propositions de programmation solidement appuyées sur leur expérience. C’est un exercice collectif rare dont ils ont tout lieu d’être fiers ! C’est pourquoi, il convient d’achever cet avant-propos par de nouveaux remerciements. Ils s’adressent en priorité aux principaux rédacteurs (cf. liste des auteurs), mais aussi à toutes celles et ceux qui ont apporté leur pierre à l’édifice en fournissant, qui une illustration, qui une relecture ou une partie de texte relevant de sa spécialité ou de son chantier. Ils sont très nombreux et tous ne peuvent pas être cités ici : que personne ne se sente oublié. Au contraire, que tous soient très chaleureusement remerciés pour leur générosité, leur patience et parfois même leur abnégation !

Notes

1 La recherche archéologique en France : bilan 1990-1994 et programmation du Conseil national de la recherche archéologique, ouvrage collectif publié par le Ministère de la Culture, Direction du patrimoine, Sous-direction de l’Archéologie, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1997.

2 En dépit d’une tentative de réactiver le processus de bilan scientifique « Protohistoire », en 2008-2009 à l’initiative de Luc Baray, restée malheureusement inachevée.

3 2 mars 2006, 19 décembre 2006, 5 avril 2007 et 26 octobre 2007 pour le Paléolithique ; 1er juin 2006, 10 novembre 2006, 19 janvier 2007, 22 février 2007 et 25 juin 2007, pour le Néolithique ; 16 mars 2009, pour les deux.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search