Version classiqueVersion mobile

La Préhistoire en Bourgogne

 | 
Rémi Martineau
, 
Yves Pautrat
, 
Olivier Lemercier

Préface

Michel Prestreau

Texte intégral

1En 2004, le Directeur du patrimoine au Ministère de la Culture a demandé à ses services de réaliser le bilan de la recherche archéologique région par région, en y associant la communauté des chercheurs. Le texte présenté ici est le reflet partiel de la synthèse recherchée, partiel non par la qualité du travail produit qui est remarquable, mais par le champ chronologique concerné, qui ne couvre que la période préhistorique, des premiers humains en Bourgogne à l’apparition des sociétés de production.

2Le but de ce travail de synthèse est multiple. Il consiste d’abord à mettre à disposition de chacun les grands acquis de la recherche depuis une vingtaine d’années. Il doit aussi ouvrir des pistes de recherches pour l’avenir, à un moment où notre discipline, assagie, voit son champ d’investigations s’agrandir avec de nouveaux enjeux tant pour l’histoire matérielle des sociétés qu’en matière d’histoire environnementale.

3Située aux marges du Bassin parisien, entaillée par de grands axes de circulation nord-sud, dotée de deux sites éponymes (Solutré et Chassey-le-Camp), la Bourgogne est et reste une terre de Préhistoire. L’excellence du travail réalisé par l’équipe Inrap dans la vallée de l’Yonne, les recherches en vallée de Saône ou en Nivernais dressent le panorama d’une région dynamique. Cet optimisme est néanmoins à pondérer car le nombre des préhistoriens travaillant sur la région diminue.

4La mise en place de la législation sur l’archéologie préventive paraît correspondre à une période moins faste pour les recherches en Préhistoire. On constate en effet une baisse significative du nombre d’opérations et une difficulté à renouveler les archéologues en partance. Je souhaite que l’ensemble de la communauté archéologique réfléchisse sur les raisons de ce constat et sur les remèdes à apporter. Le non-renouvellement des générations est à cet égard une inquiétude majeure.

5De « grands anciens » nous ont récemment quittés (H. Carré, A. Merlange, J.-P. Delor). Qu’il me soit permis ici de saluer leur mémoire. Leur disparition laisse un vide impossible à combler au sein de l’archéologie bénévole.

6La professionnalisation de l’archéologie, en particulier pour faire face aux enjeux de l’aménagement du territoire, a permis de découvrir des pans entiers de notre histoire, tout en renouvelant presque totalement les méthodes et les axes de recherches. En moins de vingt ans, la discipline a progressivement glissé de l’étude ponctuelle de sites, voire de mobiliers, à la restitution de territoires historiques. À toutes les périodes, des systèmes insoupçonnés d’organisations économique, politique, sociale, apparaissent. Le monde bénévole peut en ressentir une certaine frustration mais les données qu’il a collectées sur les terroirs alimentent ces problématiques.

7Pour conclure, j’émets ici le souhait que le remarquable travail accompli par les préhistoriens soit bientôt complété par les protohistoriens, antiquisants, médiévistes et autres modernistes afin de disposer d’une véritable synthèse régionale. La discipline en a réellement besoin. Dans les années à venir, l’archéologie à construire et à soutenir sera une archéologie de choix. Ces choix ne seront pertinents que grâce à une connaissance claire des acquis qui sous-tend obligatoirement une vision prospective.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search