Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Jules Mazaudier et le dolmen de Changefège (Lozère)

Jean-Louis Voruz

Résumé

Trois cartes-photos, découvertes par hasard dans un lot de cartes anciennes acquises de la famille Mazaudier, de Mende, illustrent les fouilles entreprises en mai 1907 par Jules Mazaudier au dolmen de Changefège (Balsièges, Lozère). C’est l’occasion d’évoquer la pratique de l’archéologie au début du xxe siècle, la jolie bicyclette du fouilleur, et son destin tragique, puisqu’il est mort en opération au début de la Grande Guerre, en 1914, à l’âge de 23 ans.

Texte intégral

Et ainsi passeront les années du futur qui tissent l’oubli du sacrifice et ramènent l’espoir, sans passion ni préférence ; Française ou allemande, la terre, ogresse salvatrice, toujours triomphe. Elle nivelle, elle abreuve, elle fertilise, elle redonne la vie à de minuscules destins. Elle capture la naissance d’un autre devenir. Elle bouche les orbites, elle remplit le crâne de celui-ci qui était un génie du temps de son vivant, elle fait germer le blé dans ses poumons, donne son teint aux fleurs, leur haleine aux roses ou préfère les orties. à la fin du calendrier des souffrances, le dernier acte est écrit ! La légèreté radieuse de l’instinct de vie rebouche le flacon de l’horreur. C’est à vous couper le souffle ! Et comment ne voit-on pas plus clair dans les grandes absurdes de notre passage ? La guerre nous assassine, alors que nous avons été placés sur cette terre par amour.
Jean Vautrin : Quatre soldats français, 1. Adieu la vie, adieu l’amour,
Robert Laffont, chez Pocket, janvier 2012, p. 30

Fig. 1. Carte-photo neuve, c’est-à-dire pas utilisée par la poste, avec Monsieur Jules Mazaudier, ayant marqué au verso de sa carte postale « Chemin de Changefège, 19 mai 1907 ». Il s’agit d’un dimanche matin, et le futur fouilleur, de seize ans, montre très fièrement son équipement personnel. Collection Juliette Bois-Gerets.

1Rassure-toi, cher André, ce ne sera pas de l’archéologie ! Aucun de ces longs argumentaires pour classifier des choses typologiquement bien contradictoires ne te sera asséné… Ce ne sera pas non plus de l’historio-biographie, ni de l’histoire tout court, car il faudrait s’intéresser à la première guerre mondiale ! Et ce ne sera pas non plus de la cartophilie pure et dure, donc « juste » aux yeux des collectionneurs… Non, je voudrais juste présenter mes Hommages au beau Jules, de 16 ans à peine, en tant que Brocanteur cartophile et ancien archéologue professionnel, ces deux passions s’étant rejointes pour discourir élégamment, et non moins futilement, de diverses choses du passé…

2Donc, je m’attacherai ici au fait de porter à la connaissance des archéologues, mais aussi à celle des cartophiles lozériens, quelques données nouvelles exhumées par hasard dans un fort lot de 2 000 belles cartes postales anciennes, acquises auprès de la famille Mazaudier, bien connue à Mende pour exercer le noble métier d’horloger bijoutier. Il faut savoir ici que les trois cartes postales qui vont suivre ne sont pas des « cartes postales anciennes » éditées dans un cadre commercial identifié, avec références locales, mais des « cartes-photos » dont chacune résulte du tirage unique, par l’intermédiaire d’un cache à découpe fantaisie, de clichés pris par on ne sait précisément qui (le photographe étant sans doute le père). Dans les cartes-photos, certaines sont neuves, c’est-à-dire qu’elles n’ont pas été voyagées par la poste, tandis que les autres, portant le timbre réglementaire et l’adresse idoine, ont fait un petit détour par les PTTs, le timbre ayant été marqué par le nom du lieu et par la date.

Fig. 2. Carte-photo neuve, avec Jules Mazaudier au centre du dolmen de la Tuile à Changefège, commune de Balsièges, à l’altitude de 956 m. Notre ami Jules a enlevé son chapeau, et a marqué au verso de sa carte postale « Dolmen de Changefège, 19 mai 1907 ». Collection Juliette Binoche.

3La première carte montre, en gros plan, mais que voulez-vous, quand on n’a que seize ans, on est très fier de son équipement, Monsieur Jules Mazaudier, ayant écrit de sa main (?), mais sans l’envoyer, la mention « chemin de Changefège, 19 mai 1907 ». Un dimanche matin donc, et une sacrée « belle gueule » avec sa moustache à peine naissante, ça valait bien le coup de se faire photographier (fig. 1) ! Notre ami Jules arbore très proprement (tout comme un Helvète), sa panoplie de petit matériel personnel, avant le chantier : le chapeau neuf, la calebasse (sans doute pleine !, mais de quoi ?), l’allumeur en bandoulière, la montre-gousset et, surtout, le magnifique piochon.

4La deuxième carte porte une mention écrite de la même main, qui fera s’esbaudir les archéologues : « Dolmen de Changefège, 19 mai 1907 », car elle constitue un intéressant témoignage de la conception de la fouille archéologique à cette époque. On le découvre en pleine action dans le dolmen, ayant fait tomber le chapeau, puis la veste. Il s’agit d’une photographie fort rare, où l’on voit le fouilleur de face, seul, déboutonné, le col enlevé et la gourde enlevée à sa droite. On voit par ailleurs que la place de « fouille » est très réduite, à l’intérieur du dolmen coudé, et que tout l’extérieur du monument est vierge. Signalons ici qu’aucune loi n’interdisait à l’époque de se livrer, seul ou avec des gens rétribués, à une « recherche » telle qu’il est en train d’accomplir sur ce monument (fig. 2). Si l’on en croit Adrien de Mortillet (1905), le dolmen est hélas reconnu depuis 30 ans déjà à l’époque, et donc déjà pillé : la table est inclinée et, à gauche, les pierres dressées constituent les orthostats de la cella.

5En archéologie, il est très rare d’obtenir des informations inédites concernant la pratique de la fouille funéraire, le mégalithisme et l’état de dolmens au début du xxe siècle, surtout lorsque ces derniers sont bien connus par de multiples érudits.

Fig. 3. Carte-photo neuve. Jules Joseph Marie Conflit Mazaudier présente ses hommages et salue les gens, sans oublier non plus les damoiselles lozériennes (il doit être fier de sa superbe bicyclette !)… La photographie a dû être prise pendant l’hiver 1908 au bord du Lot, près de Mende. Collection Juliette Castagno di Vorucci.

6C’est donc pourquoi je ferai ici un bref commentaire relatif à l’intérêt pour l’histoire, ou plutôt la petite histoire, de la fouille d’un dolmen situé à Changefège (commune de Balsièges, Lozère), sans intervenir à propos de l’architecture, de la typologie ou des tenants et aboutissements plus spécifiquement archéologiques concernant ce monument. Le toponyme Changefège, localisé à 3 km au sud-ouest de Mende sur le territoire de la commune de Balsièges, qui s’étage entre 650 et 1 093 m d’altitude, désigne trois entités : le Causse, le village et deux dolmens situés à 500 m de celui-ci et dominant le Lot de 200 m. La proximité de Mende a fait que de nombreuses personnes se sont déplacées jusqu’aux dolmens, ou les ont utilisés au titre de référence archéologique. Le premier, dit « dolmen de la Tuile », appartient au groupe des mégalithes à vestibule coudé des Grands Causses (Mortillet, 1905 ; Chevalier, 1984, pl. 114, no 1) et demeure encore aujourd’hui architecturalement intact dans son tumulus. Le second, dit « dolmen de la Couronne de Mende », relève du même type et constitue le théâtre de notre histoire (Mortillet, 1905, p. 10, fig. 5 ; Chevalier, 1984, pl. 110, no 3). Le musée Ignon-Fabre de Mende présente des objets issus de leur fouille.

7En épilogue, on ne résistera pas à la figure 3 : devant une rivière (sans doute moins grosse que le lac de Lamartine), le Lot, près de Mende, notre ami Jules Mazaudier salue les dames de son entourage et montre, très fièrement, sa nouvelle bicyclette !

8Là, on était dans la jeunesse insouciante d’un jeune bourgeois de la ville. Sept ans plus tard, il est mort, à 23 ans, à la guerre : né à Mende le 11 mars 1891, Jules Joseph Marie Conflit Mazaudier, mobilisé au 142e, puis sergent au 342e Régiment d’Infanterie, a perdu la vie en opération le 2 novembre 1914 en Belgique, à Wystschete-Hermenel.

9Et bien voilà ! J’ai simplement tenté d’intégrer les anecdotes que suggère ma double lecture d’archéologue et de brocanteur au travers du prisme étroit de la collection de cartes postales de la famille Mazaudier, et je dois dire que ma dilection est absolument certaine envers cette très modeste, voire symbolique, fouille préhistorique et son auteur. Et puis, en ma qualité d’archéologue lithôlatrique, ayant moi-même participé à la joie de comprendre et d’analyser ce qui a pu se produire dans les passés funéraire et mégalithique tels que ceux de Changefège, je dois observer qu’il y a désormais plus de 105 ans déjà que s’est déroulée cette anecdote dolménique…

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Chevalier Y., 1984, L’architecture des dolmens entre Languedoc et Centre-Ouest de la France, Bonn, Habelt, 287 p., 45 fig. et 152 pl. (Saarbrücker Beiträge zur Alterskunde, 44).

Mortillet A. de, 1905, Les monuments mégalithiques de la Lozère, Paris, Schleicher Frères, 61 p.

Voruz J.-L., 1992, « Hommes et Dieux du Néolithique : les statues-menhirs d’Yverdon », Annuaire de la Soc. Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, vol. 75, p. 37-64.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte-photo neuve, c’est-à-dire pas utilisée par la poste, avec Monsieur Jules Mazaudier, ayant marqué au verso de sa carte postale « Chemin de Changefège, 19 mai 1907 ». Il s’agit d’un dimanche matin, et le futur fouilleur, de seize ans, montre très fièrement son équipement personnel. Collection Juliette Bois-Gerets.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Légende Fig. 2. Carte-photo neuve, avec Jules Mazaudier au centre du dolmen de la Tuile à Changefège, commune de Balsièges, à l’altitude de 956 m. Notre ami Jules a enlevé son chapeau, et a marqué au verso de sa carte postale « Dolmen de Changefège, 19 mai 1907 ». Collection Juliette Binoche.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 3. Carte-photo neuve. Jules Joseph Marie Conflit Mazaudier présente ses hommages et salue les gens, sans oublier non plus les damoiselles lozériennes (il doit être fier de sa superbe bicyclette !)… La photographie a dû être prise pendant l’hiver 1908 au bord du Lot, près de Mende. Collection Juliette Castagno di Vorucci.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

Auteur

Archéologue hors statut. Docteur en préhistoire, habilité à la direction de recherche. Responsable de l’étude de la grotte du Gardon, Ambérieu-en-Bugey (Ain).

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search