Desktop versionMobile Version

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Une sépulture à incinération du Bronze final 3a à Hières-sur-Amby, ‘Sur le Moulin’ (Isère)

Joël Vital

Zusammenfassung

Wir präsentieren ein Brandgrubengrab, das in der Rhoneebene, im Departement Isère, unterhalb der Höhensiedlung von Larina entdeckt wurde. Vier Tongefäße weisen typologische Ähnlichkeiten mit Stücken im Jura auf, die in eine frühe Phase des BF3a (frühe Stufe HaB1) datieren. Die regionalen Vergleiche bestätigen die bereits erwiesene Vielfalt der Bestattungsformen in dieser Zeit. Die Schlichtheit des Depots sowie einige weitere Eigenschaften stimmen mit den ältesten Formen der Bestattungssitten des Schweizer Mittellands in Hallstatt B überein.

Volltext

Introduction, localisation et circonstances de la découverte

  • 1 Nous remercions chaleureusement les collègues qui ont bien voulu compléter nos informations sur cet (...)

1Cette découverte, qui remonte au tout début des années 1990, a été effectuée par Roland Convert, de Vertrieu, alors qu’il effectuait des prospections et des surveillances de travaux dans le nord de l’Isère, sur la bordure occidentale du massif calcaire de l’Isle Crémieu (fig. 1). Le dépôt est localisé sur une terrasse fluvio-glaciaire du Rhône, à quelques dizaines de mètres et en rive droite du ruisseau d’Amby. Il est apparu à l’occasion de terrassements réalisés préalablement à une construction. Malgré sa dénomination – il fut enregistré à l’époque comme « dépôt d’incinération 8 » – il semble bien s’agir d’une structure funéraire isolée de l’Âge du Bronze final selon les observations du découvreur. Les pièces constitutives ont été en partie détériorées lors du décapage mécanique (fig. 2A et 2B). Les lacunes observées parmi les tessons laissent également ouverte la possibilité que l’ensemble n’ait pas été intégralement collecté sur le terrain, ou que la collection ait éventuellement été amputée ensuite dans des circonstances que nous ignorons. Cette découverte nous semblait d’un intérêt suffisant pour contribuer à éclairer les relations entre différentes productions, en provenance notamment des sites lacustres alpins et jurassiens et des gisements de l’est lyonnais, plus à l’ouest. Le récolement de la documentation anthropologique n’a pu être opéré que récemment, après enquête auprès du Cépam de Valbonne et du Laboratoire de recherches anthropologiques de Draguignan1.

Fig. 1. Localisation du site de Hières-sur-Amby ’Sur le Moulin’ et des principaux gisements régionaux mentionnés. 1. Saint-Bernard ; 2. Quincieux ; 3. Lyon ; 4. Saint-Priest ; 5. Simandres ; 6. Pérouges ; 7. Saint-Romain-de-Jalionas ; 8. Hières-sur-Amby, ’Sur le Moulin’ ; 9. Hières-sur-Amby, Larina ; 10. La Balme-les-Grottes ; 11. Creys-Pusignieu ; 12. Chaley.

Forme du dépôt

2D’après les observations qui nous ont été transmises par R. Convert dans les années 1990, les trois principales céramiques étaient regroupées au sein d’une fosse creusée dans une zone sableuse. Des clichés photographiques réalisés à l’époque indiquent que celle-ci était nettement perceptible par la présence d’un sédiment de remplissage brun se détachant bien sur un substrat sableux plus clair (fig. 2A et 2B). Les contours de cette fosse apparaissent subcirculaires, pour un diamètre de 50 à 60 cm environ. La profondeur n’est pas connue. L’urne, biconique, dressée verticalement, renfermait les ossements incinérés, certainement lavés avant leur mise en place d’après R. Convert. Ils étaient disposés en vrac, parmi quelques traces de cendres et avec cinq objets ou débris de bronze. Deux petits vases étaient localisés à l’extérieur et à l’est du récipient principal. Ni les poteries, ni les vestiges métalliques n’ont subi les effets de la flamme. La position des deux tessons isolés n’est pas précisée.

Fig. 2. Clichés du niveau de découverte de la sépulture à incinération du Bronze final.

Les restes osseux

  • 2 L’analyse des restes osseux incinérés a été réalisée par Gilles Grévin, UMR 7264 du CNRS, Laboratoi (...)

3Les ossements incinérés étudiés sont issus de deux lots2. Le premier, « de l’intérieur de la fosse », correspond sans aucun doute au contenu de l’urne. Le second, « de l’extérieur de la fosse », a peut-être été constitué à partir du tri des sédiments remaniés ou de surface, éventuellement issus du niveau de décapage (fig. 2B).

4Les restes osseux brûlés appartiennent à un sujet adulte dont l’âge et le sexe n’ont pu être déterminés faute d’éléments suffisants. La pesée des fragments du premier lot donne un poids total de 538,5 g, ceux de « l’extérieur » 328,6 g. Les températures d’ustion se situent entre 450 et 800 ° C. Les teintes des fragments varient du gris-bleu au blanc, ces dernières étant largement dominantes. La crémation a été effectuée très probablement avec intervention d’un crémateur, étant donné la forte fragmentation des os. Les restes osseux provenant de « l’extérieur » de la structure appartiennent au même individu. Deux fragments de diaphyses provenant des deux lots sont concordants et aucun doublon n’a été identifié.

Inventaire du mobilier

5Trois céramiques au moins constituaient cet ensemble funéraire, auxquelles s’ajoutaient quelques pièces de bronze (fig. 3). Deux autres tessons figuraient également avec ce lot.

6L’urne, d’un diamètre maximal de 28 cm, est représentée par environ 1/4 de la partie inférieure et 1/3 de la partie supérieure. C’est une jarre biconique à rebord, légèrement dissymétrique, en céramique de couleur noire, plus brune en direction du fond (fig. 3, no 1). Les parois ont une épaisseur de 5 à 6 mm et la pâte renferme un dégraissant calcaire fin, de 0,5 mm en moyenne. Le rebord légèrement cintré montre une lèvre biseautée. La partie supérieure porte un décor composé de trois cannelures horizontales larges. La base du récipient a été réalisée en deux temps, puisqu’un placage secondaire de pâte est venu se surajouter au volume initial de manière à en épaissir le fond. Le montage met en œuvre la technique du colombin, dont les stigmates sont bien visibles depuis le premier tiers de la partie inférieure, jusqu’à l’ouverture. Un des tessons porte un trou de réparation (Ø = 5 mm).

7Une écuelle carénée à rebord de couleur marron, à pâte très fine, d’un diamètre d’un peu plus de 8 cm, est représentée par 1/3 du profil (fig. 3, no 2). Le rebord est facetté par trois cannelures et la partie supérieure est décorée d’un couple de cannelures encadrées par des doubles incisions. Ce qui est observable du fond plaide pour une légère dépression.

8Une jatte carénée à rebord de couleur noire, à pâte très fine, d’un diamètre de près de 9 cm, est représentée par 1/5 du profil (fig. 3, no 3). Le rebord est facetté par deux cannelures et la partie supérieure est décorée d’un couple de cannelures surmontées par des doubles incisions. L’arête de la carène est abattue par un méplat. Le bas de la partie inférieure est également décoré de deux cannelures et de deux incisions. Le fond montre une légère dépression.

9Un tesson à bord vertical porte une série de cannelures larges sur le reste de la paroi. Alors que le solde des fragments et le fond ne nous sont pas parvenus, un dessin plus ancien indique un profil complet, porteur de cinq cannelures, qui nous a servi à compléter notre illustration, dans l’hypothèse ou un tri ou une perte auraient pu avoir lieu (fig. 3, no 4). L’aspect et la pâte sont identiques à ceux de l’urne. La fragmentation poussée de cette pièce, qui semble apparaître en premier lors du décapage (fig. 2B), s’accorde bien avec l’idée qu’il puisse s’agir du couvercle de l’urne. Les diamètres d’ouverture correspondent d’ailleurs parfaitement (fig. 3). Un exemple régional d’un tel dispositif est connu au BF3b sur le site des bassins Minerve-Europe, à Saint-Priest, dans le Rhône (Bellon et alii, 2001, fig. 8).

10Un dernier récipient n’est attesté que par un tesson de fond légèrement convexe (fig. 3, no 5).

11Pour le mobilier métallique, probablement en bronze, aucune analyse n’ayant été faite, nous avons décompté les six unités suivantes :

  • un fragment de plaque replié, déformé, percé d’un petit trou, (fig. 3, no 6A). La mise à plat du dessin (no 6B) et l’examen du vestige indiquent qu’il s’agit d’une portion dont un des bord est connu, probablement percée d’une ouverture peut-être circulaire, à moins qu’il ne s’agisse d’une encoche dégageant une protubérance ;

  • deux bagues en tôle repliée, décorées. L’une, la plus oxydée, porte quatre incisions et l’autre de très légères dépressions longitudinales (fig. 3, nos 7 et 8).

  • un demi-anneau de section circulaire, d’un diamètre de 2 mm environ (fig. 3, no 9) ;

  • un fil d’un diamètre de 1 mm environ (fig. 3, no 10) ;

  • un petit fragment de tôle déformé (fig. 3, no 11).

12Une monnaie illisible est conservée avec ces objets et doit relever d’une intrusion in situ ou d’un mélange ultérieur.

Comparaisons et attribution chronoculturelle

13Pour opérer nos comparaisons, nous disposons de plusieurs sites régionaux de référence, dans l’est lyonnais notamment (Hénon, 1999 ; Thiériot, 2005) mais qui ne bénéficient pas toujours de calage chronologique précis. Par contre, les très abondantes séries de Suisse occidentale, datées en dendrochronologie, ont permis de proposer un découpage de la fin du Bronze final par pas de 50 ans, dont les auteurs s’accordent cependant à considérer le caractère pour partie arbitraire (Moinat, David-Elbiali, 2003). Nous nous appuierons donc sur ces deux ensembles de découvertes pour fournir une attribution chronoculturelle.

Fig. 3. Mobilier de l’incinération de Hières-sur-Amby ’Sur le Moulin’. Céramiques, 1. Jarre biconique qui renfermait les restes incinérés et les pièces de bronze ; 2 et 3. écuelle et jatte carénées qui accompagnaient l’urne ; 4. tesson subsistant du couvercle dans la collection ; 5. tesson de fond, métal ; 6. A. fragment de tôle de bronze replié ; B. déroulé de la même pièce ; les bords originels possibles de l’objet sont indiqués en trait plus épais ; 7. anneau en tôle à décor incisé ; 8. anneau en tôle ; 9. tronçon d’anneau ; 10. fil ; 11. débris de tôle.

14La jarre biconique cannelée (fig. 3, no 1) constitue un intermédiaire typologique entre des profils biconiques à col, tels qu’ils sont connus au BF2b dans les incinérations 2022 et 17 de la Terre de Vaux à Quincieux, dans le Rhône (Pichon, Hénon, 2005, fig. 8, no 1 ; fig. 11) et les formes plus arrondies à rebords du BF3a classique (HaB1 classique ; Moinat, David-Elbiali, 2003), comme dans la fosse 25 de la Plaine à Simandres, dans le Rhône également (Thiériot, 2005, fig. 9). Cette dernière est datée sur charbons de 2845 ± 40 BP, soit à partir de 1000 av. n. è., probabilité maximale de la datation calibrée. La grotte des Planches-près-Arbois, dans le Jura, offre également des parallèles, dans l’horizon D2 attribué au BF3a classique (Pétrequin et alii, 1985, fig. 124, no 1 ; fig. 128). On peut aussi mentionner un exemplaire incomplet de la couche 3 des zones A et B du village palafittique de Champréveyres, à Hauterive (NE), précisément daté de l’intervalle-1054-1030, au HaB1 ancien (BF3a ancien) (Borrello, 1993, fig. 36, no 5). D’autres comparaisons jurassiennes, avec cols cylindriques, proviennent d’un ensemble daté du début du BF3a, dans la grotte du Bief du Marais à Andelot-Morval (Magny et alii, 1983, fig. 12). Quelques références renvoient également au nord de l’Isère et sud de l’Ain. À quelques kilomètres, la grotte de la Balme, à La Balme-les-Grottes, livre un pot biconique cannelé de forme proche, en contexte confus (Bocquet, Reymond, 2007, fig. 18, no 1). Les fouilles anciennes dans la nécropole de Saint-Bernard (Ain) ont fourni, dans le tertre no 12 une urne de même facture qui renfermait des restes incinérés ainsi qu’un gobelet à épaulement de type étroit (Valentin-Smith, 1888, pl. 1, nos 1 et 2). Enfin, plusieurs tessons de la Balme à Gontran à Chaley, dans l’Ain, peuvent correspondre à une forme comparable à celle de Hières (Treffort, Nicod, 2000, fig. 16).

15L’écuelle carénée à rebord (fig. 3, no 2) est également un type d’ascendance BF2b. On le trouve, avec un décor horizontal monotone, dans l’incinération 17 de la nécropole des Vicreuses à Pougues-les-Eaux, dans la Nièvre (Bouthier et alii, 1998, fig. 2) ou encore dans la tombe 120 de la nécropole de Singen am Hohentwiel, à l’ouest du lac de Constance (Brestrich, 1998, pl. 8, no 5). Il fait ensuite partie des inventaires du BF3a ancien, dans la couche 3, zone B, datée de-1054-1037, de Hauterive Champréveyres, avec un récipient de plus grand volume à décor incisé et cannelé (Borrello, 1993, fig. 129, no 12). Un autre exemple vient de l’horizon D2 de la grotte des Planches-près-Arbois, au BF3a classique (Pétrequin et alii, 1985, fig. 120, no 7).

16La jatte carénée à rebord (fig. 3, no 3) renvoie aussi à des formes présentes au BF2b, comme dans la structure 5 du locus 2 du site des Perches à Saint-Priest, dans le Rhône (Hénon, 1999, fig. 44, no 4). Cette forme, à décor incisé horizontal, est présente également dans l’ensemble 3, inférieur, du village littoral de Tougues à Chens-sur-Léman, en Haute-Savoie (Billaud, Marguet, 1992, fig. 22). Le statut chronotypologique de cet ensemble 3 n’est pas clairement partagé par les chercheurs. Le mobilier montre une évolution graduelle entre les ensembles 3 et 2, le plus ancien ayant été classé au BF2b, avec des abattages concentrés sur la période 1071-1054 av. J -C. (ibid. ; Launay, 2001 ; Moinat, David-Elbiali, 2003), puis au HaB1 ancien (David-Elbiali, Dunning, 2005). Une bonne référence provient du niveau inférieur de la couche la plus ancienne de la station de Sumpf à Zug (TH), datée en dendrochronologie de la seconde moitié du xie siècle av. n. è., correspondant au BF3a ancien (Seifert, 1997, pl. 53, no 824).

17La coupe à cannelures externe (fig. 3, no 4) ne trouve guère de parallèle en Rhône-Alpes. Cela peut s’expliquer par le probable statut fonctionnel de cette pièce, couvercle de l’urne cinéraire. C’est à nouveau dans la nécropole de Singen am Hohentwiel que l’on peut trouver un décor en position comparable, dans la tombe 166 cette fois, dont le mobilier est mis en parallèle avec celui des sites littoraux helvétiques du BF3a classique (Brestrich, 1998, pl. 41).

18Les quelques objets de bronze n’ont guère de pouvoir discriminant d’un point de vue chronologique, géographique ou encore fonctionnel. Les anneaux rubanés décorés entrent dans le montage de parures complexes durant tout le Bronze final. Les autres débris ne sont pas déterminables ou utilisables à des fins comparatistes.

19Au bilan, si l’on considère cette fois conjointement les éléments à notre disposition pour les trois récipients les mieux conservés, c’est vers la période du Bronze final 3a ancien que convergent les parallèles typologiques, attribution chronologique que nous retiendrons. Au plan des contributions géographiques, la rareté des séries clairement rattachées à cette période dans la région, et plus encore vers le sud, constitue une lacune. Cependant, une inclination préférentielle vers le domaine jurassien et nord-alpin ne semble pas devoir être remise en cause. Les confrontations avec les gisements littoraux se heurtent aussi au caractère plus réduit des sources pour le BF3a ancien, sur le lac du Bourget notamment. Il est certain que la publication intégrale et actualisée des mobiliers du site de Tougues à Chens-sur-Léman apporterait des éclaircissements sur cette transition HaA/HaB. La possibilité d’une réorientation des connexions culturelles en direction de la vallée du Rhône méridionale au BF3a classique (Thiériot, 2005) devra être testée lorsque les ensembles immédiatement antérieurs auront été isolés dans cette région.

20L’environnement archéologique immédiat le plus documenté est représenté par les séries de récipients de la grotte de la Balme à La Balme-les-Grottes, quelques kilomètres en amont, dont la chronologie couvre une bonne partie du Bronze final et notamment la phase moyenne (Bocquet, Reymond, 2007). Par contre, le gisement le plus proche, sur le plateau de Larina, sur la même commune, est surtout illustré au Bronze final par une série de structures du BF3b. Quelques éléments revoient aussi au Bronze final 3a classique, alors que les phases antérieures ne seraient attestées que par quelques rares vestiges (Froquet, 1994). Dans ces conditions, il demeure hasardeux de déduire une quelconque relation entre le célèbre site de hauteur et des sépultures dans la plaine au début du Bronze final 3a.

Données et contexte funéraires

21Les observations relatives à l’architecture de la tombe sont sommaires. Nous ne savons pas par exemple si un dispositif de signalisation ou une quelconque couverture de la fosse ont existé. Il est également possible que ces aménagements éventuels aient disparu à l’occasion des remaniements éventuellement opérés durant l’Antiquité.

22À la faveur de leur étude des sépultures à inhumations en fosses du BF3a des sites des Estournelles et de la Plaine à Simandres (Rhône), F. Blaizot et F. Thiériot on pu montrer dans un bilan argumenté la diversité et la complexité des modalités funéraires en Rhône-Alpes, qu’il s’agisse de la localisation topographique des dépôts, inhumés ou incinérés, en position primaire ou secondaire, avec ou sans monument (Blaizot et alii, 2007). Sur les deux gisements de Simandres, les gestes et les rites funéraires dont ont été l’objet les inhumés sont particulièrement complexes et originaux : organisation des dépôts, primaires et secondaires, successifs ou simultanés, prélèvements et réenfouissements d’ossements, interprétés comme un rituel de « secondes funérailles », concluant à un fonctionnement de type caveau. Cette configuration tranche particulièrement par rapport à la norme des cultures du groupe RSFO, qui recourent principalement à l’incinération dans les régions situées plus au nord.

23Dans un proche rayon géographique, quelques kilomètres en aval, la nécropole de Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) était constituée de plusieurs tertres abritant des inhumations ou des incinérations. Si la tombe à inhumation la plus récente, du tumulus Géraud, relève de la fin du BF3b, renvoyant à des découvertes anciennes comme Brégnier-Cordon, celle du tumulus Nicole pourrait être un peu antérieure (Verger, 1990 ; Hue, Jospin, 1990). La grotte de la Balme à La Balme-les-Grottes passe pour avoir livré des témoins sépulcraux de l’âge du Bronze (Bocquet, Reymond, 2007). Mais les conditions de collecte du mobilier ne permettent pas de retenir les propositions avancées, de voir des sépultures à inhumations dans des restes humains le plus souvent déconnectés et isolés, ni des incinérations dans la présence de sédiments charbonneux. D’autres explications non discutées peuvent aussi être évoquées (dépôts secondaires, reliques, rituel de fondation…). On peut encore noter l’absence d’association strictement documentée entre ces restes osseux et les céramiques du Bronze final. Sur la bordure opposée, orientale, du massif calcaire de l’Isle Crémieu, la sépulture à inhumation d’un jeune adulte a été fouillée sur le locus A du site de Saint-Alban à Creys-Pusignieu (Ain). Deux datations radiocarbone convergent vers une chronologie de la première moitié du ixe siècle av. n. è., au HaB3 ancien/BF3b (Guillet et alii, 1999), mais le pot biconique à carène décorée qui lui semble associé pourrait être antérieur, du BF3a.

24En rive droite du Rhône, la nécropole de Croix-Tombée à Pérouges, dans l’Ain, essentiellement utilisée au Bas-Empire, a livré quelques tombes datées des périodes du BF1 au BF3a, mais qui ont été remaniées par des sépultures postérieures. La possibilité qu’il s’agisse d’inhumations est cependant la plus probable pour le Bronze final (Vital, 1988). Par contre, dans l’un des tertres, no 12, de la nécropole de Saint-Bernard (Ain), au nord de la confluence de la Saône et du Rhône, ce sont des restes incinérés qui ont été observés, rassemblés dans une urne biconique cannelée à col de la phase BF2b récent-BF3a ancien (Valentin-Smith, 1888).

25Dans l’est lyonnais, une incinération bien datée du BF3b a été méticuleusement fouillée sur le site des bassins Minerve-Europe, à Saint-Priest. Les ossements étaient répartis aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de urne, dont l’ouverture était obturée par une coupe à rebord utilisée comme couvercle (Bellon et alii, 2001). Dans la plaine de Vaise, à Lyon, une sépulture à inhumation à couverture de galets a été découverte au 35, rue Auguste-Isaac, lors d’une évaluation archéologique. Si elle n’a pas livré de mobilier, une datation radiocarbone fournit cependant une fourchette assez précise, Ly-14992 : 2860 ± 30 BP, soit vers 1010 av. n. è., ce qui pourrait correspondre à la fin du BF3a ancien (Bertrand, 2010). À la suite de cette découverte de l’un des gisements de la Préhistoire récente les plus importants de la région, une fouille, partielle et malheureusement exécutée avec des moyens bien trop limités, a permis de révéler l’existence d’un ensemble funéraire. L’inhumation appartient in fine à ce groupe qui comprend trois inhumations et un dépôt de crémation, dont le rare mobilier confirme une datation du Bronze final 3 (Jallet, Bouvier, 2011).

26En résumé, confirmant les propositions avancées par F. Blaizot et F. Thiériot à l’issue de l’étude des inhumations de Simandres, c’est toujours la variété des pratiques funéraires au Bronze final 3a qui ressort à partir d’un corpus légèrement augmenté.

27À plus large échelle, on retrouve dans l’incinération de Sur le Moulin des caractéristiques communes à des tombes en fosse de forme 1 de la nécropole de Vidy, à Lausanne (VD), dont la construction se déroule sur au moins trois siècles (Moinat, David-Elbiali, 2003). Ce sont notamment l’attestation d’une tombe simple en urne, d’un nombre de vase réduit, de trois à sept dans le cas lausannois – vraisemblablement quatre à Hières –, et la présence de pièces métalliques, pouvant représenter à Hières la pars pro toto, qui définissent un pôle ancien, du HaB1 dans l’évolution des modalités funéraires de la fin du Bronze final au début du premier âge du Fer en Suisse. La datation proposée pour l’incinération iséroise est en accord avec la tendance chronologique révélée au nord du Léman.

Literaturverzeichnis

BIBLIOGRAPHIE

Bellon C., Franc O., Gisclon J.-L., 2001, « Le site des ’bassins Minerve-Europe’ à Saint-Priest », in : Premières journées d’Histoire en Velin au château de Saint-Priest, 1999, Saint-Priest, Cercle Iulius Victor, p. 101-113.

Bertrand É., 2010, « Lyon 9e, 35, rue Auguste-Isaac », in : Bilan scientifique 2009, DRAC Rhône-Alpes, S.R.A., p. 167-168.

Billaud Y., Marguet A., 1992, « Le site Bronze final de Tougues à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie : stratigraphie, datations absolues et typologie », in : Archéologie et environnement des milieux aquatiques, Actes du 116e congrès national des Sociétés savantes, Chambéry, 1991, Pré-Protohistoire, Paris, éd. du CTHS, p. 311-347.

Blaizot F., Thiériot F., Cordier F., Thiébault S., Thirault E., 2007, « Un rituel original de l’Âge du Bronze : les inhumations en fosse des sites des Estournelles et de La Plaine à Simandres (Rhône) », Gallia Préhistoire, t. 42, p. 195-256.

Bocquet A., Reymond J., 2007, « La grotte de La Balme (La Balme-les-Grottes, Isère) : d’un ossuaire au Néolithique moyen à un champ d’urnes souterrain au Bronze final, » in : Desbrosse R., Thévenin A. dir., Arts et cultures de la Préhistoire, Hommage à Henri Delporte, Paris, éd. du CTHS, p. 237-271 (Documents préhistoriques, 24).

Borrello M.A., 1993, Hauterive-Champréveyres, 7. La céramique du Bronze final des zones A et B, Neuchâtel, Musée cantonal d’archéologie, 91 p., 138 pl. (Archéologie neuchâteloise, 15).

Bouthier A., Daugas J.-P., Vital J., 1988, « La nécropole Bronze final des Vicreuses à Pougues-les-Eaux (Nièvre) : bilan et prespectives », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international, Nemours, 1986, Nemours, APRAIF, p. 417-424 (Mém. du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Brestrich W., 1998, Die mittel-und spätbronzezeitlichen Grabfunde auf der Nordstadtterrasse von Singen am Hohentwiel, Stuttgart, K. Theiss, 419 p., 62 pl. (Forschung. und Ber. zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 67).

David-Elbiali M., Dunning C., 2005, « Le cadre chronologique relatif et absolu au nord-ouest des Alpes entre 1060 et 600 av. J.-C. », in : Bartoloni G., Delpino F. dir., Oriente e Occidente : metodi e discipline a confronto : riflessioni sulla cronologia dell’età del ferro in Italia, Atti dell’Incontro di studi, Roma, 2003, Pisa-Roma, Istituti editoriale poligrafici internazionali, p. 145-195 (Mediterranea, Quad. di archeologia etrusco-italica, I, 2004).

Froquet H., 1994, Larina, étude typologique du matériel céramique protohistorique, Mémoire de maitrise des Sciences et Techniques, Univ. Lumière-Lyon II, 42 p., 32 fig.

Guillet J.-P., Stahl-Gretsch L.I., Treffort J.-M., Voruz J.-L., 1999, « Le site protohistorique de Saint-Alban à Creys-Pusignieu (Isère) : une belle stratigraphie du Bronze final IIIa au Hallstatt ancien », in : Beeching A., Vital J. dir., Préhistoire de l’espace habité en France du Sud : actualité de la recherche, Actes des premières Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Valence, 1994, Valence, Centre d’Archéologie préhistorique, p. 269-286 (Travaux du C. A. P. Valence, 1).

Hue M., Jospin J.-P., 1990, « Premiers princes celtes : chronique d’une exposition, » in : Les premiers princes celtes (2000 à 750 av. J.-C.), Catalogue de l’exposition, Grenoble, Musée Dauphinois, p. 101-109.

Jallet F., Bouvier A., 2011, « Lyon 9e, 35, rue Auguste-Isaac », in : Bilan scientifique 2010, DRAC Rhône-Alpes, S.R.A., p. 170-172.

Launay F., 2001, La céramique du Bronze final de Tougues, Chens-sur-Léman (Haute-Savoie), Mémoire de maîtrise, Univ. de Paris 1, 216 p., 124 fig.

Hénon P., 1999, Occupation d’un espace au Bronze final IIb/IIIa : les locus 1 et 2 de la ’ZAC des Perches’ à Saint-Priest (Rhône), Mémoire de DEA, UFR des Sciences du langage, de l’homme et de la société, Besançon, 94 p., 75 fig.

Magny M., Passard F., Piningre J.-F., Urlacher J.-P. et coll., 1984, « La grotte du Bief du Marais à Andelot-Morval (Jura) », R. A. E., t. XXXV, fasc. 3-4, p. 169-189.

Moinat P., David-Elbiali M. et coll., 2003, Défunts, bûchers et céramiques : la nécropole de Lausanne-Vidy (VD) et les pratiques funéraires sur le Plateau suisse du xie au viiie s. av. J. -C., Lausanne, Bibl. historique vaudoise, 306 p. (Cahiers d’Archéolologie romande, 93).

Pétrequin P., Chaix L., Pétrequin A.-M., Piningre J.-F., 1985, La grotte des Planches-près-Arbois (Jura) : Proto-Cortaillod et Âge du Bronze final, Paris, éd. de la MSH, 273 p.

Pichon M., Hénon P., 2005, « La nécropole à incinérations de Quincieux (Rhône) : différents cas d’associations d’offrandes et observations sur les bioturbations », in : Depierre G., Mordant C. dir., Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France, Actes de la table ronde de Sens en Bourgogne, 1998, Paris, éd. du CTHS/Sens, Soc. archéol. de Sens, p. 277-304.

Seifert M., 1997, Die spätbronzezeitlichen Ufersiedlungen von Zug-Sumpf. Band 2. Die Funde 1952-54, Zug, Kantonales Museum für Urgeschichte Zug, 2 vol : 142 p. ; 62 p., 192 pl.

Thiériot F., 2005, « Le mobilier céramique de l’Âge du Bronze final III des sites des Estournelles et de la Plaine à Simandres (Rhône) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 102, 2, p. 417-438.

Treffort J.-M., Nicod P.-Y. et coll., 2001, « La Balme à Gontran à Chaley (Ain) : du Néolithique moyen au haut Moyen Âge dans une cavité du Jura méridional », R.A.E., t. 50, 1999-2000, p. 53-118.

Valentin-Smith J.-E., 1888, Fouilles dans la vallée du Formans (Ain) en 1862 : documents pour servir à l’histoire de la campagne de Jules César contre les Helvètes, recueillis et annotés par J.-E.-Valentin Smith, Lyon, Librairie ancienne d’A. Brun, 153 p.

Verger S., 1990, « Du dépôt métallique à la tombe fastueuse », in : Les premiers princes celtes (2000 à 750 av. J.-C.), Catalogue de l’exposition, Grenoble, Musée Dauphinois, p. 53-71.

Vital J., 1988, « Le groupe Rhin-Suisse-France orientale dans la moyenne vallée du Rhône », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international, Nemours, 1986, Nemours, APRAIF, p. 445-457 (Mém. du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Anmerkungen

1 Nous remercions chaleureusement les collègues qui ont bien voulu compléter nos informations sur cette découverte et sa localisation : José Diaz, Maison du Patrimoine de Hières-sur-Amby ; Robert Royet, Conservateur au Service régional de l’Archéologie, Drac Rhône-Alpes, Lyon ; Luc Buchet, anthropologue, Cépam, CNRS, Valbonne.

2 L’analyse des restes osseux incinérés a été réalisée par Gilles Grévin, UMR 7264 du CNRS, Laboratoire de recherches anthropologiques, Draguignan, Var, à qui nous adressons nos plus vifs remerciements.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Fig. 1. Localisation du site de Hières-sur-Amby ’Sur le Moulin’ et des principaux gisements régionaux mentionnés. 1. Saint-Bernard ; 2. Quincieux ; 3. Lyon ; 4. Saint-Priest ; 5. Simandres ; 6. Pérouges ; 7. Saint-Romain-de-Jalionas ; 8. Hières-sur-Amby, ’Sur le Moulin’ ; 9. Hières-sur-Amby, Larina ; 10. La Balme-les-Grottes ; 11. Creys-Pusignieu ; 12. Chaley.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5457/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Bildunterschrift Fig. 2. Clichés du niveau de découverte de la sépulture à incinération du Bronze final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5457/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 436k
Bildunterschrift Fig. 3. Mobilier de l’incinération de Hières-sur-Amby ’Sur le Moulin’. Céramiques, 1. Jarre biconique qui renfermait les restes incinérés et les pièces de bronze ; 2 et 3. écuelle et jatte carénées qui accompagnaient l’urne ; 4. tesson subsistant du couvercle dans la collection ; 5. tesson de fond, métal ; 6. A. fragment de tôle de bronze replié ; B. déroulé de la même pièce ; les bords originels possibles de l’objet sont indiqués en trait plus épais ; 7. anneau en tôle à décor incisé ; 8. anneau en tôle ; 9. tronçon d’anneau ; 10. fil ; 11. débris de tôle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5457/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 222k

Autor

ASM - Archéologie des Sociétés méditerranéennes, UMR 5140, Univ. Montpellier 3, CNRS, MCC, F-34000 Montpellier - Centre d’Archéologie préhistorique du Rhône aux Alpes, Concept Girodet, bât. A, 46, allée du Concept, 26500 Bourg-lès-Valence.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search