Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

La prospection systématique d’un fond de rivière : l’exemple du Doubs

Annie Dumont

Résumé

La présentation des méthodes mises en œuvre et des résultats obtenus à l’occasion d’une opération de prospection subaquatique systématique menée sur la rivière Doubs, en amont de Verdun-sur-le-Doubs (Saône-et-Loire), illustre en grandeur réelle l’intérêt de la démarche adoptée, fondée sur des principes simples, dans la perspective d’un inventaire systématique du patrimoine fluvial immergé. La diversité des vestiges découverts et leur répartition sur la longue durée en soulignent la pertinence mais également, s’il en était encore besoin, la réalité du formidable potentiel archéologique que recèlent les cours d’eau.

Texte intégral

1. Comment inventorier le patrimoine fluvial immergé ?

1Comment recenser tous les vestiges conservés sur le fond d’une rivière ? C’est la question que m’ont inspirée les travaux menés par André Marguet sur les lacs alpins français. En effet, ses campagnes de prospection subaquatique des lacs du Bourget et d’Annecy, ainsi que des rives françaises du Léman, ont permis d’enrichir de manière significative le répertoire national des sites lacustres. Cette carte archéologique a ensuite servi de base pour sélectionner les gisements qui, en 2013, ont été classés au patrimoine mondial de l’Unesco. On ne peut protéger que ce que l’on connaît. Dans le domaine fluvial, pour lequel il n’y a jamais eu de projet d’envergure nationale, il fallait commencer par cette première démarche pour tenter de combler les lacunes : établir un inventaire, en adaptant les méthodes d’investigation à un milieu différent du contexte lacustre, où le courant et la faible visibilité placent ces prospections sous de fortes contraintes.

Fig. 1. Les sites étudiés se trouvent dans le lit du Doubs, en amont de Verdun-sur-le-Doubs, près de la confluence avec la Saône. DAO A. Dumont.

2L’expérience la plus marquante de recensement du patrimoine immergé dans les cours d’eau a été menée dans la Saône chalonnaise par Louis Bonnamour de 1982 à 2000 (Bonnamour, 2000). Elle faisait suite à la première tentative de fouille subaquatique d’un habitat immergé protohistorique en rivière, réalisée à Ouroux-sur-Saône de 1979 à 1982 (Marguet, 2000). On a pu constater à cette occasion qu’il était nécessaire d’adapter les méthodes d’intervention car la construction d’un batardeau, qui avait alors été préconisée pour isoler du courant l’espace de travail et s’approcher ainsi des conditions d’intervention en lac, n’était pas la solution technique adaptée à ce type de chantier. La seconde fouille menée sur un habitat comparable, celui du Gué des Piles, effectuée ensuite dans la même rivière, démontrera que les archéologues-plongeurs doivent, dans la mesure du possible, composer avec le courant (Bonnamour, 1989). Pendant une vingtaine d’années, L. Bonnamour, alors conservateur du Musée Denon à Chalon-sur-Saône, a collecté un nombre considérable d’informations sur la Saône, en surveillant les dragages et en réalisant des prospections, sondages et fouilles subaquatiques. Ses travaux, les premiers à avoir pris en considération tous les types de vestiges sur la longue durée, ont prouvé, en livrant des dizaines de sites immergés, que les cours d’eau ne recelaient pas que des objets isolés de leur contexte ou des épaves, mais aussi des vestiges structurés conservés en position primaire : des villages protohistoriques, des gués pavés et des piles de ponts antiques, des vestiges de pêcheries et de moulins médiévaux, ainsi que des zones portuaires de toutes les époques (Bonnamour, 2000).

3Nommée en 2001 au DRASSM pour participer à l’élaboration de la carte archéologique fluviale, j’ai eu comme premier objectif de vérifier que la Saône n’était pas une exception, et que d’autres rivières pouvaient receler un patrimoine immergé. Ainsi, en une dizaine d’années, toutes les campagnes de prospection menées en France dans l’Hérault (Moyat et alii, 2010), la Vienne (Dumont et alii, 2007), la Charente (Dumont, Mariotti, 2013), l’Allier (Dumont, 2007), la Loire amont et moyenne (Dumont, 2011 ; Steinmann et alii, 2011), et dans deux cours d’eau européens, la Drava, entre la Hongrie et la Croatie, la Ljubjlanica, en Slovénie (Dumont, 2005), se sont révélées positives, mettant ainsi en évidence l’important potentiel des lits fluviaux actifs. Au fil de ces travaux, différentes méthodes ont été expérimentées qui ont permis d’optimiser le temps passé sous l’eau, notamment en mettant l’accent sur les prospections bathymétriques et la recherche en archives, effectuées préalablement aux plongées d’exploration.

2. Les prospections du doubs : problématique et méthode

4En 2008, un retour sur le bassin de la Saône a été programmé par le biais de prospections dans son principal affluent, le Doubs. Cette rivière à régime pluvial à pluvio-nival et au débit très irrégulier draine le massif du Jura. Par sa position géographique, elle constitue un prolongement de l’axe Rhône-Saône vers l’est, en direction de la vallée du Rhin. C’est donc une voie de communication primordiale, comme l’attestent les nombreuses implantations humaines repérées en différents points de sa vallée. Les prospections subaquatiques concernent un petit tronçon, d’une dizaine de kilomètres, situé entre Pontoux et Verdun-sur-le-Doubs, point de confluence avec la Saône (fig. 1).

5Ce secteur a fait l’objet de dragages pour l’extraction de matériaux dès le début du xxe siècle (Gourillon, 2012), mais ce n’est qu’à partir de 1963 que ces travaux ont été suivis régulièrement par un archéologue (Bonnamour, 2008 et 2012). Les objets récupérés auprès des dragueurs permettent de mesurer la perte d’informations dans un secteur situé à proximité immédiate du point de rencontre de trois axes, la Saône, le Doubs et la dépression Dheune-Bourbince, qui permettait la jonction avec la Loire. La variété et la richesse des découvertes mettent bien en évidence le rôle de carrefour que cette portion du Doubs a joué dès la Protohistoire. L. Bonnamour en a fait le recensement (Bonnamour, 2010 et 2012) et c’est à partir de cet inventaire que les lieux d’exploration subaquatique ont été choisis : le pont romain de Pontoux, le passage à gué supposé de La Barre et l’aval du Pont de Saunières.

6Les campagnes de prospection menées chaque année depuis 2008 sont de courte durée (deux à trois semaines) et les surfaces couvertes sont bien inférieures à ce qui pourrait être fait en archéologie terrestre : les eaux du Doubs, comme celles de beaucoup d’autres cours d’eau, ne sont pas très claires (fig. 2), et cette turbidité ralentit considérablement le travail. Néanmoins, un protocole d’exploration a été mis au point pour pallier ces difficultés. Les archéologues plongeurs évoluent à l’intérieur de couloirs implantés perpendiculairement au chenal et matérialisés sur le fond par des cordes lestées immergées. La progression se fait d’une berge à l’autre, par allers-retours successifs entre les deux extrémités du couloir, en se décalant à chaque fois d’un mètre ou deux, en fonction de la visibilité, et lorsque celle-ci est trop faible, à l’aide d’un compas. Les extrémités des couloirs sont positionnées par GPS puis replacées sur plan cadastral ou photo aérienne (fig. 3). Les ensembles de pieux sont la plupart du temps topographiés depuis la berge par un théodolite, à l’aide d’une canne télescopique surmontée d’un prisme, technique qui peut être mise en œuvre jusqu’à une profondeur maximale de 4,50 m et lorsque le courant n’est pas trop fort (fig. 4). En cas de découverte d’une forte densité de vestiges, associant du mobilier varié, des pieux et éventuellement des épaves, comme cela a été le cas en aval du pont de Saunières, un carroyage fixe, en tout point comparable à ceux qui sont utilisés en archéologie terrestre, est implanté afin de pouvoir réaliser des relevés précis. Les dessins se font sur des planchettes PVC, au crayon à papier ; ils sont complétés par des mosaïques de photographies assemblées ou des clichés de détails. Pour certains vestiges, comme les épaves ou les pièces de bois de dimensions importantes, on a recours à un traitement sous logiciel 3D.

7Parallèlement aux prospections menées dans le chenal actif, des recherches placées sous la direction de Jean-Pierre Garcia ont été conduites sur les berges afin de comprendre l’évolution de la plaine alluviale, dans le cadre de stages pour les étudiants en master AGES de l’Université de Bourgogne et d’une thèse effectuée par Ronan Steinmann (2015). Seules les découvertes immergées sont présentées ici. Il convient de garder à l’esprit que les prospections subaquatiques ne permettent de détecter que les vestiges en partie dégagés des sédiments et visibles sur le fond. Jusqu’à présent, un seul site a fait l’objet d’un sondage pour en tester le potentiel, celui du moulin sur bateaux de Sermesse.

3. Le pont romain de Pontoux

3.1. Un pont romain signalé dès le xviiie siècle

8Le village de Pontoux (Saône-et-Loire), localisé sur la rive gauche du Doubs, est reconnu depuis longtemps comme étant le lieu correspondant à la mention « Ponte Dubris » de la Table de Peutinger. Un pont permettait à la voie romaine reliant Chalon-sur-Saône à Besançon d’y franchir la rivière. D’après É. Thevenot, cette voie serait antérieure à 21 ap. J.-C., car empruntée par le légat de Germanie supérieure C. Silius lors de la révolte des Éduens ; elle est même considérée comme la survivance d’une voie protohistorique (Joan, 2003). Permettant de relier, au-delà de Besançon, les agglomérations antiques de Mandeure, puis plus à l’est, de Kembs, on attribue généralement une fonction militaire à cet itinéraire (Barral et alii, 2012). À la fin du xviiie siècle, J.-B. Bourguignon d’Anville mentionne la présence de vestiges dans le lit de la rivière : « En suivant cette route, on rencontre le Doux, près d’un lieu nommé Pontoux, et je suis informé qu’en effet on y voit les ruines d’un pont de construction romaine » (Bourguignon d’Anville, 1760, p. 526). Au xixe siècle, une digue destinée à diriger l’eau vers un moulin sur bateaux est construite en prenant appui sur les anciennes fondations du pont romain (Farion, 2004). Les seuls éléments qui pourraient laisser deviner l’existence de ce pont dans le paysage actuel sont visibles sur la carte IGN 1/25000 : en rive droite, un chemin arrive à l’emplacement du pont en droite ligne depuis Charnay, et sur la rive gauche, on note l’existence du toponyme « Les Vies », qui témoigne généralement de la présence d’une voie ancienne. D’autre part, lorsque l’on étudie le cadastre napoléonien de la commune, on voit qu’à l’emplacement du pont antique les deux rives du Doubs sont sur la même commune (Pontoux), et que la limite avec Charnay-lès-Chalon marque à cet endroit précis un écart très net, alors que partout ailleurs, la limite de séparation des communes suit l’axe médian du chenal (fig. 5).

Fig. 2. Vue in situ d’une meule médiévale. La turbidité de l’eau ne facilite pas les prospections. Cliché P. Moyat.

Fig. 3. La surface couverte au cours des campagnes de prospection de 2009 à 2013 entre les communes de Sermesse et de Saunières. DAO P. Moyat.

9Il faut attendre la fin des années 1950 pour que des vestiges liés à ce point de franchissement soient mis au jour. Les Ponts et Chaussées draguent alors le lit du Doubs pour ménager une passe navigable et extraient, à cette occasion, de nombreux pieux et poutres de chêne de grandes dimensions (Armand-Calliat, 1959). Entre 1966 et 1971, des dragues travaillent à nouveau dans le lit du Doubs à Pontoux et sont à l’origine de trouvailles archéologiques. Plusieurs d’entre elles ont pu être acquises par le musée Denon. Malheureusement, nombre d’objets découverts en 1968, lors de la destruction du barrage édifié pour le fonctionnement du moulin sur bateaux et de plusieurs piles du pont romain, ont été vendus à des collectionneurs privés et ont aujourd’hui disparu. Parmi les découvertes les plus importantes alors dispersées, on peut mentionner un poignard légionnaire romain, une casserole en bronze et un plat ovale à décor ciselé (Bonnamour, 1970, 1972 et 2009). En 1972, L. Bonnamour retrouve quelques éléments en bois issus du pont dans une décharge située en bordure de la Saône, au Petit Chauvort (fig. 6), et une dizaine fait l’objet d’un relevé (Bonnamour, 2009).

Fig. 4. Les vestiges découverts dans une faible profondeur d’eau sont topographiés depuis la berge par un théodolite, à l’aide d’une canne télescopique surmontée d’un prisme. Cliché P. Moyat.

Fig. 5.Plan d’assemblage des parcelles du Cadastre napoléonien de la commune de Pontoux. À l’emplacement du pont romain, la limite de commune marque un écart et enserre les deux berges de la rivière. Document conservé à la mairie de Pontoux ; cliché A. Dumont.

Fig. 6.Les bois du pont romain de Pontoux extraits par les dragues, retrouvés dans une décharge en 1972. Cliché L. Bonnamour.

3.2. Deux bases de piles encore conservées dans le chenal

10En août 2008, une campagne de prospection subaquatique de deux semaines a été réalisée sur le site afin en vérifier l’état (Dumont, 2009). Dans la partie du chenal allant de la rive droite jusqu’au milieu de la rivière, les vestiges du pont ont été entièrement détruits par les dragages. En revanche, dans l’autre moitié du Doubs, des éléments sont conservés. Cependant, ces vestiges sont menacés de destruction à plus ou moins long terme : en effet, le bois dégagé de l’argile se dégrade assez rapidement et les travaux de dragages ont déséquilibré l’ensemble, dont une partie se trouve maintenant au bord d’une importante fosse de 7 m. L’opération de prospection ayant été de très courte durée, seuls les bois ont été topographiés et aucun d’entre eux n’a été dégagé pour atteindre les sections où le plus grand nombre de cernes est conservé ; on s’est donc limité à des prélèvements d’échantillons pour datation radiocarbone (fig. 7).

Fig. 7. Plan des vestiges du pont romain de Pontoux conservés au fond de la rivière. Les pieux situés en aval appartiennent à la digue construite au xixe siècle pour le moulin sur bateaux. DAO A. Dumont et P. Moyat.

11Onze bois horizontaux ou inclinés, constituant un premier groupe, sortent de la berge, laissant supposer qu’une partie de cette structure est probablement conservée sous la rive gauche. Ils peuvent correspondre à la première pile du pont de ce côté de la rivière (en supposant que le Doubs avait alors une configuration proche de l’actuelle) ou à un aménagement de la berge (quai ou protection en bois charpenté). L’analyse radiocarbone de l’un d’entre eux a livré une fourchette de 400-550 ap. J.-C. (date calibrée à deux sigma). Cette datation tardive n’entre pas en contradiction avec l’environnement archéologique connu sur les berges : un squelette, découvert au cours des études géoarchéologiques effectuées sur la rive gauche, a été daté dans l’intervalle 645-770 ap. J.-C. (Steinmann et alii, 2010), et sur la rive opposée se trouvait l’importante nécropole mérovingienne de Charnay-lès-Chalon (Gaillard de Sémainville, 2006). Parmi les objets extraits du chenal par les dragues figurent également des éléments d’époque mérovingienne, qui laissent penser que le franchissement a perduré en ce point jusqu’au premier Moyen Âge.

12À environ 10 m du premier ensemble de bois, en direction du chenal, un second groupe de vingt-six pieux verticaux et de dix bois horizontaux ou inclinés, correspond aux vestiges de la pile II (fig. 7). Le plan est difficile à interpréter car aucun des bois horizontaux n’est dégagé dans sa totalité. De plus, de nombreuses pierres et des déblais (fragments de tegulae) recouvrent et masquent probablement des bois et des pieux. Dans cet ensemble, quatre bois datés par analyse radiocarbone se situent dans des fourchettes allant du iie s. av. J.-C. au début du vie s. ap. J.-C. Ces résultats valident l’hypothèse d’un ouvrage pérenne pendant toute la période romaine, ayant connu plusieurs phases de construction et/ou de réparation. L’incertitude liée à l’analyse radiocarbone ne permet cependant pas de savoir si le premier ouvrage est antérieur, directement lié ou postérieur à la conquête de la Gaule (mise en place du réseau viaire). Des cols d’amphore de type Dressel I découverts en surface des sédiments, ainsi que la dernière datation citée, sont autant d’éléments qui laissent penser à une première construction au cours de la deuxième moitié du ier s. av. J.-C.

13À une douzaine de mètres en direction du chenal et à partir des vestiges de la pile II se trouve un troisième ensemble de treize pieux verticaux et de six bois horizontaux, que l’on peut rattacher à la pile III. Les restes de cette pile sont importants pour la compréhension de la structure du pont. En effet, les bois horizontaux localisés en amont dessinent très nettement un avant-bec triangulaire. En aval, côté chenal, deux poutres dépassent de l’amas de blocs et sont encore superposées, formant un « mur » de bois d’une hauteur de 70 cm. Si on mesure la distance qui sépare le bois localisé le plus en aval et la pointe de l’avant-bec, on obtient une pile longue d’environ 11 m pour une largeur de 6 m.

Fig. 8. Restitution du plan du pont romain de Pontoux. Les piles IV, V, et VI ont été entièrement détruites par les dragages des piles I, II et III, il subsiste les fondations, et une pile (VII) est probablement conservée sous un îlot, contre la rive droite. DAO A. Dumont et P. Moyat.

14Dans cet ensemble, sur cinq bois datés par analyse radiocarbone, si on considère l’intervalle calibré à deux sigma, un se place entre 250 et 410 ap. J.-C., trois autres sont assez proches (130-340 ap. J.-C., 120-330 ap. J.-C., et 150-210 ap. J.-C.), et le dernier se cale entre 70 et 250 ap. J.-C.

15Malgré le caractère incomplet de ces recherches, on est en mesure de proposer une restitution hypothétique du plan du pont de Pontoux en se basant sur les dimensions de la pile III, qui est la mieux conservée. En reportant l’écart entre les piles II et III on suppose l’existence d’au moins sept piles, dont trois auraient été entièrement détruites (IV, V, VI), deux seraient partiellement conservées dans le chenal (II et III), une serait enfouie sous l’île côté rive droite, et peut-être une partie d’une autre (pile I) serait préservée sous la rive gauche (fig. 8). La méconnaissance de la largeur du Doubs à l’époque gallo-romaine ne permet pas de préciser l’extension du pont.

Fig. 9. Un col d’amphore in situ sur une des fondations de pile du pont romain de Pontoux. Cliché P. Moyat.

3.3. Un pont à caissons en bois charpenté à Pontoux ?

16Tels que l’on peut actuellement les appréhender, les vestiges de Pontoux se rattachent probablement à un type de pont constitué de caissons en bois charpentés, ancrés à l’aide d’une série de pieux verticaux avant d’être remplis de blocs et de blocailles calcaires non taillés, ainsi que de fragments de tegulae et d’amphores (fig. 9). Plus simple à mettre en place qu’une construction en batardeau ou caisson étanche, telle qu’elle a été mise en évidence à Chalon-sur-Saône (Bonnamour, 2000 et 2003), une telle technique pouvait être particulièrement adaptée à une rivière à courant rapide comme le Doubs, et constituer une solution transitoire, d’un point de vue technologique, entre un pont entièrement en bois et un pont en pierres de taille.

17Pour la période romaine, à ce jour, on connaît trois autres ponts qui ont été construits selon cette méthode : le pont de Stepperg, sur le Danube, daté par dendrochronologie des années 145-165 ap. J.-C. (Allemagne ; Prell, 1997), celui de Mayence, construit sur le Rhin en 71 ap. J.-C. (Allemagne ; Cüppers, 1983), et le pont de Fondettes, sur la Loire, près de Tours, où deux phases ont été identifiées, l’une entre 8 av. J.-C. et 12 ap. J.-C. et l’autre entre 125 et 130 ap. J.-C. (Couderc, 2001a et b ; Neury, Seigne, 2003a et b). Un pont construit selon la même technique au cours de la période médiévale a été découvert à Hemington, sur le fleuve Trent, dans les Midlands anglais : constitué de caissons en bois remplis de pierres, il a été détruit par une crue au xie siècle (Brown, 2009). Plus près de nous, le pont Saint-Vincent, construit sur la Saône à Lyon en 1637, présentait des piles du même modèle (Gautier, 1765). J. Mesqui cite également le pont de la Clapière d’Embrun, mis en projet vers 1639, et dont les piles sont formées de caisses de bois (Mesqui, 1986, p. 219). Ces exemples montrent que la technique des piles à caissons de bois mise en œuvre à Pontoux, à l’époque gallo-romaine, a perduré jusqu’au xviie siècle. Elle ne constitue donc pas un jalon entre le pont entièrement en bois et le pont à piles de pierres maçonnées, mais plutôt une adaptation à la configuration des rivières franchies et aux moyens matériels et humains disponibles. Il était sans doute plus facile de disposer de charpentiers sachant assembler les bois que de tailleurs de pierres. Le bois est également un matériau que l’on trouve sur la majeure partie du territoire. Les caissons en bois remplis de pierres, dont la forme était calquée sur les piles construites en pierres de taille, formaient un édifice plus résistant qu’un simple pont de charpente tout en nécessitant un investissement moindre.

18Les analyses radiocarbone confirment le rattachement du pont de Pontoux à l’époque gallo-romaine mais les intervalles chronologiques, ainsi que certaines observations effectuées d’après la seule étude du plan, semblent indiquer que cet ouvrage a pu perdurer pendant plusieurs siècles, peut-être depuis la fin de la période gauloise jusqu’au début de l’époque mérovingienne. Cette longue durée d’utilisation trouve un écho sur les berges, où la carte archéologique est particulièrement riche pour ces périodes.

19La présence de bois horizontaux encore en place offre un potentiel inespéré pour l’étude d’un pont à caissons de bois charpentés. Ce type d’ouvrage reste encore très mal connu et a rarement fait l’objet d’une analyse complète. Le dégagement des bois permettrait la collecte d’échantillons pour datation dendrochronologique, seule méthode permettant de restituer les différentes phases de construction et de réparation. Ces analyses pourraient révéler une contemporanéité partielle avec le pont localisé non loin, sur la Guyotte, à Charrette, et construit dans les années 110-120 (Bonnamour, 2003a).

4. Le site de La Barre (commune de Saunières)

20Le second point vérifié se trouve sur la commune de Saunières, au lieu-dit La Barre (fig. 10). Cette appellation rappelle l’existence d’un ancien seuil ou haut-fond naturel, qui a très certainement servi pour traverser la rivière à gué. À cet endroit, le même toponyme est présent sur les deux rives (« La Barre » en rive droite, et « Devant La Barre » en rive gauche), indice qui traduit toujours l’existence d’un ancien point de franchissement. Une chaussée romaine, ainsi qu’un site gallo-romain au lieu-dit « Montot de La Barre », sont signalés sur la commune (Rebourg, 1994). En 1961, L. Armand-Calliat a fait l’acquisition pour le musée de Chalon-sur-Saône, par l’intermédiaire d’un dragueur de Verdun, d’une série de dix-sept documents archéologiques découverts dans le Doubs « entre Saunières et Pontoux ». Ceux-ci provenaient-ils de La Barre de Saunières, d’un possible gué de Pontoux, ou bien encore de l’emplacement du pont romain ? Il est difficile aujourd’hui de trancher, mais il est-certain que des dragages ont bien eu lieu à cette époque à hauteur de La Barre de Saunières, comme l’atteste un article du Courrier de Saône-et-Loire daté du 14/08/59, qui relate une plongée réalisée sur le site, à la demande du président du Groupe d’études historiques de Verdun-sur-le-Doubs. Parmi les documents qui furent alors acquis par le musée Denon figurent notamment deux épées, trois épingles, ainsi qu’une pointe de lance de l’Âge du Bronze publiée par erreur comme découverte à Pontoux (Bonnamour, 1969, no 83), une pointe de flèche en bronze de type languedocien datant du premier Âge du Fer (Bonnamour, 1969, no 94), des pointes de lance gauloises ainsi que des armes médiévales. Il est possible, sinon probable, que ce lot provienne de l’emplacement du gué de La Barre de Saunières. Ce gué a pu fonctionner depuis la Protohistoire jusqu’au Moyen Âge.

21Ce secteur était a priori le plus prometteur, les découvertes anciennes ainsi que le toponyme en faisant un point de franchissement pérenne très probable. Malheureusement, nous n’avons pu que constater, par des mesures de profondeur à l’aide d’un sondeur dans un premier temps, puis par des prospections systématiques en plongée, la destruction complète du lit de la rivière. La profondeur atteint par endroit 8 à 9 m et aucun vestige archéologique n’est visible sur le fond. On peut donc malheureusement considérer que le passage à gué de La Barre est aujourd’hui totalement détruit. Ce constat est rare, car dans la plupart des cas de sites dragués, il subsiste toujours quelques vestiges, comme cela est le cas, par exemple, pour le pont romain de Pontoux, où deux piles ont échappé à la destruction.

22Dans une portion de rivière localisée légèrement en amont de La Barre, en face du toponyme « Les Champs Breton » visible sur la carte IGN au 1/25000, on a pu constater que le lit de la rivière a été presque entièrement dragué, à l’exception d’un petit îlot sur lequel subsistent six gros pieux. Deux d’entre eux ont été datés par analyse radiocarbone : ils sont d’époque moderne ou contemporaine, et pourraient correspondre à des pieux d’amarrage implantés pour les dragues.

Fig. 10. Localisation du seuil de La Barre, sur la commune de Saunières, entièrement détruit par les dragages. DAO A. Dumont.

Fig. 11. Fragments d’amphores tardo-républicaines découverts sur le site de La Barre, commune de Saunières. DAO J.-M. Treffort.

23En amont de ces pieux, contre la berge côté rive droite, cinq panses d’amphores ainsi que deux cols ont été découverts (fig. 11). La morphologie de cette série d’amphores tardo-républicaines est assez diverse et une datation précise à partir de ce seul mobilier est délicate. Il semble toutefois possible de les attribuer au type Dressel 1, même si un exemplaire (n ° 3) pourrait également s’apparenter au type gréco-italique. La présence d’épaules au profil arrondi ou anguleux, de bords en bandeau et de formes triangulaires témoigne de productions issues de différents ateliers et incite donc à la prudence en matière de datation. Il est toutefois possible de proposer une attribution large de cet ensemble à La Tène D1 ou D2a (détermination M.-C. Kurzaj). Ces vestiges peuvent correspondre à une ancienne zone de transbordement liée à un site implanté sur la berge. Malheureusement, au début des années 1980, le pied et le tombant de la berge ont été recouverts d’enrochement afin de limiter l’érosion consécutive aux dragages, qui l’avaient déstabilisée. Il sera donc impossible de savoir précisément à quoi correspondent ces vestiges, du moins dans leur partie directement liée à la rivière. En revanche, la probabilité de la présence à quelques dizaines de mètres du chenal, sur la rive droite, d’un site terrestre conservant des éléments du ier siècle av. J.-C. est assez forte. Un tel gisement constituerait un jalon important dans le contexte de la confluence Saône/Doubs, à proximité de voies terrestres assurant la liaison avec le nord-est de la Gaule, et près de la limite des territoires éduen, séquane et lingon (Barral et alii, 2002).

5. L’aval du pont de Saunières : un secteur riche en vestiges d’époques médiévale et moderne

24Le troisième point de découvertes anciennes était dénommé par les dragueurs, de façon assez vague, par la mention « aval du pont de Saunières » ; les extractions de matériaux y ont mis au jour un lot d’objets protohistoriques, gallo-romains et mérovingiens. Dans ce secteur, les premières plongées d’exploration ont permis de constater qu’un peu plus de la moitié du chenal en partant de la rive droite, sur la commune de Saunières, a été draguée. La profondeur atteint 5 m et le fond est uniforme, couvert de vase et de galets, sans aucun vestige archéologique apparent. En revanche, la portion de chenal localisée sur la commune de Sermesse, le long de la rive gauche, a visiblement été épargnée par les extractions de matériaux. Un important banc de tuf se développe parallèlement à la berge, entre 3 m et 1 m de profondeur. Sur le tombant de cette barre de tuf, quelques objets ont été découverts (céramiques médiévales et modernes, mobilier métallique). Dans la partie horizontale qui forme le sommet du banc de tuf, où la profondeur est d’environ 2 à 3 m, de nombreux vestiges sont visibles.

25Les plus apparents sont de nombreux pieux et piquets en bois, dont la disposition permet l’attribution soit à d’anciens pièges à poissons, soit à des digues destinées à diriger l’eau sur des moulins flottants, une même structure ayant pu remplir les deux fonctions (fig. 12). Des datations 14C confirment l’ancienneté de ces activités, certains vestiges remontant au xiie siècle. Comme cette rivière connaît des variations de débit prononcées sur de courtes périodes, il n’était pas possible d’installer des moulins fixes sur ses berges. Aussi, on peut affirmer que pendant plus de huit siècles, les moulins sur bateaux ont été le type d’installation privilégié par les riverains car ils sont cités dans les archives, en différents points du chenal, depuis le Moyen Âge jusqu’au début du xxe siècle.

26Ainsi, un moulin est mentionné entre Sermesse et Saunières, associé à « la banne à pêcher » appartenant à Jean de Sainte-Croix en 1387-1390 (Farion, 2004). Au xve siècle, le seigneur de Lurieux possède deux moulins sur le Doubs à Saunières (La Fay, 2005). En 1581, dans les droits seigneuriaux de Verdun, deux moulins flottants sont mentionnés près de Sermesse (Farion, 2004). En 1683, un moulin localisé sur la rivière du Doubs, entre Sermesse et le village de Saunières, est vendu pour 3 000 livres (Farion, 2004). En 1786, un « bouché » (une digue) de moulin est localisé en aval du bac de Saunières et au-dessus du moulin occupé par les héritiers Cordelier (Farion, 2004). La dernière mention de moulin sur bateaux à Saunières date de 1850 (Gourillon, 2012), et son emplacement est indiqué sur la carte d’État-Major de 1840 (fig. 13). Celui de Pontoux, qui a également fonctionné jusqu’au début du xxe siècle (fig. 14), est représenté de façon très détaillée sur un plan daté du début du xixe siècle (fig. 15). La digue constituée de pieux en bois et de pierres, destinée à diriger l’eau sur la roue du moulin en période de basses eaux, occupe tout le chenal de la rivière. Les prospections subaquatiques ont montré qu’elle a été construite sur les vestiges de piles d’un pont romain (cf. chapitre 1).

6. Un moulin à nefs du xvie siècle à Sermesse

27Comme les archives nous l’indiquent, les pêcheries fixes et les moulins s’appuyaient souvent sur les mêmes structures immergées, qui étaient construites préférentiellement dans des zones à fort courant, ce qui est le cas de la barre de tuf présente près de la rive gauche, sur la commune de Sermesse, en aval du pont de Saunières.

28Le témoin le plus spectaculaire découvert au cours des prospections subaquatiques effectuées dans ce secteur est un moulin à nefs daté par 14C entre le xve et le xviie siècle. Deux lignes de pieux, constituées respectivement de 140 pieux pour une longueur totale de 30 m, et de 113 pieux groupés sur une longueur de 18 m, étaient consolidées par des parois tressées en clayonnage, et formaient un V à la pointe duquel était installé le moulin (fig. 16). Appelées « bouchot », « benne » ou « banne » en ancien français, elles étaient destinées à diriger l’eau sur la roue du moulin, fixée entre deux coques de bateau : une de petites dimensions, appelée le forain, servant de stabilisateur, et une grande embarcation supportant le moulin, son mécanisme et la maison qui l’abritait, appelée la corte. Une grosse pièce de bois travaillé, qui correspond à un probable élément solidarisant les deux bateaux, est également visible au fond de la rivière. Il s’agit d’un type de moulin très répandu en Europe pendant toute la période médiévale et moderne, mais sur lequel on ne possède pas de données archéologiques. Des maquettes ont été réalisées à partir des derniers exemplaires qui ont existé jusqu’au début du xxe siècle, comme la maquette du musée de Pierre de Bresse (fig. 17), et quelques-uns ont été préservés en Europe Centrale ou de l’Est (Gräf, 2006 ; Peyronel, 1984). À Sermesse, on a la chance de disposer d’une structure datant de l’époque moderne pré-industrielle.

Fig. 12. Vestiges de digues d’époques médiévale et moderne ayant servi à diriger l’eau sur des moulins sur bateaux, découverts sur la commune de Sermesse. DAO A. Dumont et P. Moyat.

Fig. 13. Extrait de la carte d’État-Major de 1840 montrant le dernier moulin sur bateaux ayant existé à Saunières (site Internet Géoportail).

29La petite embarcation est en partie dégagée du sédiment, alors que la grande est presque totalement enfouie sous le sable. En surface des sédiments, des bois travaillés et des objets sont visibles : une cruche en céramique complète, d’époque moderne (fig. 18), une hache, dont la face du fer est ornée d’une marque qui figure un croissant de lune surmonté d’un cœur (fig. 19), un fragment de chaîne et un crochet de type « arpi », outil caractéristique de batellerie (fig. 20). Leur présence montre à la fois la bonne conservation des vestiges mais également, ce qui est plus préoccupant, leur démantèlement en cours par l’érosion fluviatile.

30En 2012, deux sondages ont été effectués dans les deux épaves afin de tester le potentiel du site et de débuter l’étude architecturale des bateaux.

6.1. Le petit bateau (le forain)

31La largeur de la petite embarcation est de 2,10 m et on ne connaît pas sa longueur ; on peut cependant supposer qu’elle est assez proche de celle de la corte à laquelle il était associé, et qui mesure 10,50 m. Elle est en chêne et le fond plat est constitué, de chaque côté, de bouchains monoxyle de transition, et entre ces deux éléments, de planches de largeur variable (fig. 21). L’ensemble du bateau est rendu étanche par un calfatage à la mousse végétale, qui était insérée entre les planches et recouvert d’une baguette végétale, puis d’agrafes métalliques appelées appes (fig. 22). Ce système a également été employé pour effectuer des réparations et boucher des trous survenus dans la coque au cours de sa période d’utilisation. Un échantillon de mousse de calfatage a été prélevé et confié à Leica Chavoutier, bryologue, pour étude (Chavoutier, 2011). Onze taxons de bryophytes ont été identifiés, parmi lesquels une espèce est majoritairement représentée : Anomodon viticulosus. Elle constitue 98 % de l’échantillon prélevé et ce résultat est similaire à celui obtenu sur d’autres embarcations médiévales connues dans la vallée de la Saône : Saint-Marcel/Port Guillot, Ouroux-sur-Saône/Port Sarrasin et la savoyarde d’Ouroux-sur-Saône (Bailly, dans Rieth dir., 2010, p. 221-229).

32Cette espèce, commune en France, était probablement choisie pour plusieurs raisons. Elle est robuste, de taille relativement grande ; son tissu cellulaire est épais et résistant et elle forme des coussins lâches qui peuvent recouvrir plusieurs dizaines de dm2, ce qui représente une surface importante pour une bryophyte. Elle se détache facilement du substrat, car la tige est plus ou moins adhérente et les rameaux sont dressés. Elle a probablement été récoltée dans un milieu forestier ou pré-forestier. Divers supports sont possibles mais il est probable que les troncs de vieux arbres, offrant des surfaces de recouvrement importantes, ont constitué le support privilégié.

Fig. 14. Carte postale du début du xxe siècle montrant le moulin sur bateaux de Pontoux. Collection-particulière.

Fig. 15. Le moulin sur bateaux de Pontoux et la digue construite pour diriger l’eau sur la roue, représentés sur un plan du service de la navigation du xixe siècle. AD Saône-et-Loire, série S.

Fig. 16. Les vestiges du moulin sur bateaux de Sermesse à l’issue des sondages effectués en 2012. DAO A. Dumont et P. Moyat.

33La solidité du bateau est assurée par des renforts transversaux rapportés, qui étaient assemblés par des chevilles et des clous. Six de ces renforts ont été dégagés au cours du sondage. Les trois premiers sont en partie démantelés et sept éléments en bois qui les composaient se trouvaient au fond de la coque, détachés de l’ensemble.

34Entre les renforts 4 et 5, en contact direct avec le fond du bateau se trouvaient plusieurs objets : un chaudron en fonte, un pichet en étain et les restes de quatre balances romaines (fig. 23). Deux d’entre elles ont conservé leurs fléaux en bois : ils possèdent deux systèmes de graduation, marqués par des petits points sur chacun des côtés. Une recherche est en cours pour comprendre ce système de mesure datant de l’Ancien Régime. Ces quatre balances sont de modules différents (visibles par les dimensions des manches, des crochets et des poids), et l’une d’entre elles porte sur le bois la marque en creux de trois poinçons en forme de fleur de lys. On peut penser que ces balances ont servi à peser du poisson, les bennes de moulins ayant la plupart du temps eu comme deuxième fonction celle de piège à poisson.

Fig. 17. Maquette d’un moulin sur bateaux du début du xxe siècle, présentée à l’Écomusée de la Bresse bourguignonne de Pierre-de-Bresse. Cliché A. Dumont.

6.2. Le grand bateau (la corte)

35La corte se trouve au pied de la berge et a été mieux protégée de l’érosion que le forain. Elle est recouverte d’une épaisse couche de sable très fluide, ce qui a posé un problème technique pour mener à bien le premier sondage. Malgré cela, on a pu constater que sa coque est conservée sur 1,50 m de hauteur. Elle est en chêne et mesure 10,50 m de longueur pour 5,60 m de largeur. Le bordé situé contre la berge n’a pas été entièrement dégagé, en raison des nombreuses racines provenant des arbres qui poussent sur la rive et le recouvrent en partie.

36La coque est formée d’un assemblage de planches en chêne relativement massives, dont la structure est renforcée par des membrures de section carrée. Sous le sable, le bois est en excellent état de conservation. Dans la partie dégagée, à la base du sondage contre la rive, une chaîne se trouve encore en place, enroulée autour d’un bordage. Elle part en direction de la berge et constituait probablement un des éléments d’amarrage du moulin, ce qui confirme qu’il a coulé dans sa position de fonctionnement. Des chaînes métalliques étaient couramment utilisées pour attacher les moulins flottants, soit à un pieu planté dans la rivière, soit à un arbre présent sur une berge ou à un anneau fixé sur un quai. On les voit très nettement sur le plan scénographique de Lyon (xvie siècle) et sur les nombreuses représentations de moulins sur bateaux connues à travers toute l’Europe au cours des périodes médiévale et moderne (Gräf, 2006).

37L’étanchéité de la coque était garantie par un calfatage à la mousse végétale, similaire à celui qui a été observé sur le forain. À l’avant, une réparation est visible : il s’agit d’une pièce de bois maintenue par trois chevilles, autour de laquelle on a ajouté du calfatage et des appes. Ce renfort rappelle les réparations vues sur l’autre embarcation et confirme que ce moulin à servir longtemps avant de couler.

38Le sondage a permis d’appréhender un espace d’un mètre carré au fond de la corte, dans sa partie arrière gauche. On a ainsi pu comprendre l’architecture de la coque, qui est similaire à celle du forain, et constater que le fond est tapissé de fragments de meules disposés de façon plus ou moins jointive (fig. 24). Ce dispositif constituait sans nul doute un lest destiné à stabiliser ce bateau, qui devait être soumis à de fortes contraintes (nécessité de rester au même emplacement malgré la présence d’un fort courant et la traction de la roue). Les meules ainsi réemployées sont en meulière, matériau qui a été importé du Bassin parisien à partir du début de l’époque moderne, soit une datation qui concorde avec les analyses 14C effectuées sur les épaves et les pieux. Trois objets reposaient sur les pierres : un marteau, une anille, et une écuelle en étain, à oreilles et à décor de volutes.

6.3. Exploitation des ressources et savoir-faire

39La première étude des deux coques du moulin de Sermesse montre que les bateaux destinés à supporter les moulins flottants ne diffèrent pas beaucoup des autres embarcations ayant navigué dans le même bassin fluvial. Cependant, l’analyse des archives atteste qu’ils étaient construits spécifiquement pour cet usage, et que des charpentiers spécialisés dans ce type de construction, appelés des « maîtres-tacquiers », étaient installés sur les bords du Doubs.

40Plusieurs textes décrivent des commandes de moulins, comme par exemple un document conservé aux Archives départementales de Saône-et-Loire, daté du 23 novembre 1599. Il s’agit d’une commande du chanoine de Saint-Vincent de Chalon-sur-Saône pour construire un moulin sur bateaux en réutilisant certaines pièces récupérées sur un vieux moulin. On voit que le bois, matière précieuse, était récupéré lorsque cela était possible.

Fig. 18. Cruche en céramique d’époque moderne découverte sur le moulin flottant de Sermesse. Clichés P. Moyat et A. Dumont, dessin J.-M. Treffort.

Fig. 19. Hache découverte sur le moulin flottant de Sermesse. Dessin J.-M. Treffort.

Fig. 20. Crochet de batellerie découvert sur le moulin flottant de Sermesse. Dessin J.-M. Treffort.

41Un autre document, daté du 30 juillet 1686, conservé également aux Archives départementales de Saône-et-Loire, décrit une commande de deux bateaux de moulin pour Jean-Baptiste Nicard, Procureur du Roi, pour le port des Bordes à Verdun-sur-le-Doubs. Ce texte contient de nombreux détails sur les techniques de construction navale, avec des termes techniques inconnus. La fouille complète des épaves de Sermesse, qui a débuté en 2014, permettra sans doute de mieux comprendre ce texte.

42À la fin du xviiie siècle, en 1776 exactement, on sait que Pierre Cordelier, meunier à Sermesse, commande un nouveau moulin sur bateaux à Thomas et Denis Milliot, « maîtres-tacquier » à Fretterans (Gourillon, 2012).

43Ces constructions nécessitaient une grande quantité de bois, que ce soit pour les digues qui canalisaient l’eau et pour leur entretien, ou pour les bateaux et la maison qui abritait le moulin. C’est la raison pour laquelle le moulin de Sermesse est cité dès la fin du xive siècle, puis régulièrement à partir de la fin du xve siècle, dans les procès qui opposent les habitants et les adjudicataires des coupes de bois. Des contrats sont conservés comme celui daté du mois de mars 1481, dans lequel le seigneur de Verdun autorise la coupe de la « foisse » dans les « bois des Hayes », à Sermesse, pour l’entretien des « bouchots » (digues) du moulin. En 1676, le meunier Dorlan doit payer des dommages et intérêts pour avoir coupé abusivement une trop grande quantité de bois.

44Les pêcheries, qui étaient associées aux moulins sur bateaux, sont également citées à plusieurs reprises dans les textes, comme celle de Saunières, qui est abandonnée à la fin du xive siècle car, à partir de 1392-1393, elle n’enregistre plus de profit. La baisse des captures de poissons est liée à la présence d’un nombre trop important de pêcheries (et de moulins ?) construites en amont (Beck, 2008, p. 240-241). J.-F. La Fay décrit les modes de gestion des pêcheries fixes de la Saône et du Doubs : elles appartiennent aux seigneurs du Verdunois, et, lorsqu’elles sont affermées, représentent d’importantes sources de revenus. Cela n’a visiblement pas toujours été le cas pour celles du Doubs, car il rappelle que « deux des trois ’bainnes’ du Doubs appartenant aux Lurieux se trouvent devant le village de Saunières. Cependant, elles sont fragiles et trouvent difficilement preneurs. La ’bainne’ de Chauvort est en ruine jusqu’en 1454. Celle devant Saunières connaît le même sort avant 1439, et personne ne veut l’amodier à partir de 1456. La benne de Saunières, en direction de Sermesse, est abandonnée jusqu’en 1446 et après 1457 » (La Fay, 2005, p. 72). D’après l’analyse des archives, il semble que le Doubs était moins riche en poissons que la Saône, et que les structures implantées dans son lit, que ce soit pour la pêche ou la meunerie, procuraient des revenus nettement inférieurs à ceux de la Saône. On peut s’interroger sur les conséquences qu’a pu avoir cette exploitation relativement intense, dès la période médiévale, des ressources de la rivière.

Fig. 21. Plan partiel de la petite embarcation (forain) du moulin flottant de Sermesse, avec la vaisselle métallique et les balances découvertes sur le fond de la coque, contre un renfort transversal. DAO P. Moyat.

6.4. Un moulin coulé accidentellement

45Les bateaux du moulin de Sermesse s’inscrivent dans un schéma de construction navale bien connu sur tous les cours d’eau européens, et sur la Saône en particulier où plusieurs embarcations destinées au transport ont été fouillées, comme par exemple l’épave de Saint-Marcel (Bonnamour, 1999), ou l’épave xviiie siècle du parking Saint-Georges à Lyon (Rieth dir., 2010). La présence de réparations n’est pas surprenante. En effet, si les « bouchots » nécessitaient un entretien régulier, il en allait de même pour les coques qui, même si elles ne naviguaient pas, étaient quand même soumises à de fortes contraintes. En effet, d’importants dommages pouvaient être infligés aux coques des moulins par les troncs d’arbres et autres débris charriés par les rivières. En hiver, les glaces constituaient également une menace sérieuse pour le moulin flottant (Peyronel, 1984).

46Lorsque ce moulin a été découvert, on avait déduit, d’après les premières observations (mauvais état des parties qui dépassaient des sédiments), qu’il avait pu être abandonné en raison de son état de vétusté. Les résultats des deux sondages réalisés en 2012 tendent à prouver l’inverse : ce moulin sur bateaux a visiblement coulé accidentellement et brutalement, sans que les occupants aient eu le temps de récupérer les objets qui se trouvaient à bord. En effet, en cas d’abandon pour vétusté, il est peu probable que la vaisselle métallique et l’outillage aient été laissés sur place. L’hypothèse d’un naufrage dont on ignore la cause (crue ? glace ou bois charriés par la rivière ayant rompu la coque ? autre ?) est maintenant la plus plausible. Elle expliquerait la position du moulin, exactement là où il fonctionnait, la présence de la chaîne d’amarrage et les objets non récupérés. Ce naufrage sans dérive peut s’expliquer par le fait que les amarres ne se sont pas rompues, mais aussi par la présence d’une lourde charge qui l’a entraîné très rapidement au fond de la rivière. Les objets découverts montrent le potentiel de cet ensemble et la forte probabilité de découvrir, dans la corte, les restes du mécanisme, et peut-être les meules. Une première analyse des objets présents aux abords immédiats du moulin, en surface des sédiments ou à l’intérieur des deux coques, permet de préciser cette datation entre la fin du xvie siècle et le tout début du xviie siècle. C’est à cette période que renvoient une bonne partie des céramiques (étude de C. Vélien), ainsi qu’un talon de chaussure en cuir issu d’une forme caractéristique du xvie siècle (étude de C. Bonnot-Diconne).

47Les objets mis au jour et les observations effectuées laissent entrevoir quantité de données techniques, économiques et sociales totalement inédites sur ce type d’installation. La fouille intégrale de ces vestiges permettra de mieux connaître le fonctionnement d’un moulin sur bateaux, mais également d’appréhender le statut social du meunier au xvie siècle, à travers le mobilier de la vie quotidienne.

7. Premier bilan des prospections subaquatiques dans le Doubs entre Pontoux et la confluence

48Les prospections systématiques réalisées sur différentes portions du chenal du Doubs, en amont de sa confluence avec la Saône, ont permis de localiser vingt-trois entités archéologiques et d’en dater précisément dix-neuf par analyse radiocarbone et étude du mobilier découvert. La surface totale couverte par ces investigations subaquatiques entre les communes de Sermesse et de Saunières (2009 à 2013), dans le secteur où le plus grand nombre de vestiges a été découvert, est de 10,2 ha. Si l’on considère que l’année 2012 a été consacrée à des sondages et non à des prospections, en raison des mauvaises conditions hydrologiques et climatiques, on obtient une moyenne de 2,55 ha par mois, trois à quatre semaines étant consacrées à ces recherches chaque année.

Fig. 22. Vue in situ du calfatage de l’épave du forain : les appes (agrafes métalliques) recouvrent la mousse végétale qui est insérée entre les planches. Cliché P. Moyat.

Fig. 23. Le chaudron en fonte, les balances romaines et le pichet en étain découverts dans la coque du forain, sur le moulin flottant de Sermesse. Cliché P. Moyat.

49On note une prédominance des sites médiévaux (six) et modernes (huit), par rapport aux vestiges du deuxième Âge du Fer (deux) et de l’époque gallo-romaine (un). Par ailleurs, deux groupes de pieux appartiennent à la période contemporaine, et quatre ensembles n’ont pas encore été datés. Cette répartition chronologique ne concorde pas avec les découvertes issues des dragages pratiqués au cours de la deuxième moitié du xxe siècle. En effet, pour ce que l’on en connaît, le corpus récolté sur les dragues comprend essentiellement des objets protohistoriques, alors qu’aucun site structuré de cette période n’a été découvert au cours des prospections. Seuls des objets isolés, les amphores du ier siècle av. J.-C. en amont de La Barre, une situle de La Tène D à Ciel et un vase du Bronze final à Sermesse, ont pour le moment été trouvés au cours des prospections subaquatiques. Ces gisements ont pu dans certains cas, comme pour celui du site de franchissement de La Barre, être totalement détruits. Dans d’autres points de la rivière, comme entre Sermesse et Saunières, où seule la moitié du chenal a été impactée par les dragages, il est probable que les structures d’époque protohistorique et gallo-romaine soient enfouies dans le banc de tuf et ne soient pas visibles au fond de la rivière. On touche là aux limites des prospections à vue, et en l’absence de sondages, il reste impossible de livrer un diagnostic plus précis du potentiel de la rivière. Néanmoins, dans l’hypothèse où de nouveaux travaux seraient envisagés dans le chenal, on disposera d’éléments fiables pouvant guider la prescription. Pour compléter ce premier bilan, un relevé bathymétrique précis de l’ensemble du chenal permettrait de localiser les hauts-fonds, sur lesquels sont généralement préservés les sites archéologiques fluviaux, et les trous de dragues, dans lesquels il est inutile de perdre du temps de prospection.

Fig. 24. Le sondage effectué dans la coque de la grande embarcation (corte) du moulin flottant de Sermesse. On voit les fragments de meules servant de lest, une anille, un marteau et une écuelle en étain. DAO P. Moyat.

50La richesse de l’aval du pont de Saunières en vestiges d’époques médiévale et moderne met en lumière une exploitation intense des ressources du milieu aquatique au cours de ces périodes. En archéologie fluviale, il est très rare de pouvoir corréler directement des mentions d’archives médiévales avec des vestiges. Il semble pourtant que cette possibilité existe sur la partie aval du Doubs. En effet, la présence de restes de digues clayonnées, de bateaux liés aux moulins flottants, et d’un mobilier dont une partie est directement liée à des activités de pêche et de batellerie (crochet, grappin, pointes de gaffes, pierres de lest), trouve un écho direct dans les différentes études historiques réalisées sur ce secteur. L’étalement de ces structures dans le lit de la rivière, sur une distance de près d’un kilomètre et dans une fourchette de huit siècles (du xiie siècle à l’époque contemporaine), indique une pérennité des activités de pêche et de meunerie.

51Plusieurs pêcheries ont fait l’objet d’études archéologiques dans la Saône, mais on ne dispose d’aucun plan de ces structures pour le Doubs (Bonnamour, 2005). De la même façon, aucun moulin sur bateaux n’a été fouillé en Europe et l’essentiel des données disponibles sont iconographiques, textuelles ou ethnographiques. Celui de Sermesse, daté de la fin du xvie siècle ou du tout début du xviie siècle, offre l’opportunité d’appréhender les techniques employées pour la construction des bateaux-supports et du mécanisme du moulin, ainsi que les détails de la vie quotidienne d’un meunier à l’époque pré-industrielle.

52Pour la période antique, les prospections seront poursuivies dans le secteur où a été récemment découverte la situle gauloise, ainsi que sur les vestiges du pont romain de Pontoux, dont la fouille permettrait entre autres d’acquérir des données essentielles pour la datation d’un élément-clé de la mise en place et du développement des réseaux terrestres dans la vallée. On voit là tout l’intérêt de poursuivre le relevé et la datation systématiques des vestiges présents dans le Doubs, dont la reconnaissance globale n’est pas achevée.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Armand-Calliat L., 1959, « Chronique archéologique », Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon-sur-Saône, t. XXXV, 1958-59, p. 19.

Barral P., Guillaumet J.-P., Nouvel P., 2002, « Les territoires de la fin de l’Âge du Fer entre Loire et Saône : les Éduens et leurs voisins : problématique et éléments de réponse », in : Garcia D., Verdin Fl. dir., Territoires celtiques : espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale, Actes du XXIVème colloque de l’AFEAF, Martigues, 1-4 juin 2000, Paris, éd. Errance, p. 271-296.

Barral P., Coquet N., Nouvel P., 2012, « Les agglomérations antiques de Franche-Comté : bilan et perspectives », in : Dix ans d’archéologie en Franche-Comté (1995-2005), Bilan scientifique hors-série, Min. de la Culture, DRAC de Franche-Comté, p. 149-169.

Beck C., 2008, Les eaux et forêts en Bourgogne ducale (vers 1350 - vers 1480), Paris, L’Harmattan, 478 p.

Bonnamour L., 1970, « Un plat ovale en bronze trouvé dans le lit du Doubs à Pontoux (S.-et-L.) », R.A.E., t. XXI, fasc. 3-4, p. 483-488.

Bonnamour L., 1972, « Un exemple d’archéologie fluviale : Pontoux », Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon-sur-Saône, t. XLI, p. 145-146.

Bonnamour L. 1989, « L’habitat Bronze final du Gué des Piles à Chalon-sur-Saône (S.-et-L.) : étude archéologique », Gallia Préhistoire, t. 31, p. 159-189.

Bonnamour L., 1999, « Bateaux de Saône : 3000 ans d’évolution », Archaeonautica, vol. 14, p. 13-21.

Bonnamour L., 2000, « Les ponts romains de Chalon-sur-Saône », Gallia, t. 57, p. 273-306.

Bonnamour L., 2003a, « Un pont romain sur la Guyotte à Charrette (Saône-et-Loire) », in : Ponsot P. dir., La Bresse, les Bresses, t. II, Ain, Jura, Saône-et-Loire : de la Préhistoire à nos jours, Saint-Just, éd. Bonavitacola.

Bonnamour L., 2003b, Un pont, des ponts : franchir la Saône à Chalon, Exposition du 5 avril au 15 juin 2003, Musée Denon, Chalon-sur-Saône, 25 p.

Bonnamour L., 2005a, « La pêche en Saône à travers les âges : données historiques et archéologiques », in : Bonnamour L., Gourillon L. dir., La Saône dans l’histoire du Verdunois, p. 41-68 (Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, 64).

Bonnamour L., 2005b, « L’archéologie de la Saône et du Doubs en Verdunois », in : Bonnamour L., Gourillon L. dir., La Saône dans l’histoire du Verdunois, p. 5-16 (Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, 64).

Bonnamour L., 2008, « Pontoux : découvertes archéologiques dans le lit du Doubs », Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, no 71, p. 1-9.

Bonnamour L., 2009, Le parler de la Saône : 1000 mots du langage populaire et technique, Dijon, Éd. univ. de Dijon, 279 p. (Coll. Langages).

Bonnamour L., 2010, « Trouvailles archéologiques dans le lit du Doubs à Ciel et Saunières dans les années 1960 », Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, no 74, p. 2-9.

Bonnamour L., 2012, « La vallée du Doubs, axe de communication à travers les âges », Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, no 78, p. 3-16.

Bourguignon d’Anville J.-B., 1760, Notice de l’ancienne Gaule, Suite des Mémoires de l’Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, Desaint et Saillant, XXVI-754 p.

Brown T., 2009, « L’archéologie fluviale en Angleterre, in : Archéologie fluviale en Europe, Dijon, éd. Faton, p. 82-87 (Les Dossiers de l’Archéologie, 331).

Chavoutier L., 2011, « Les bryophythes, matériau de calfatage : site archéologique de Sermesse en Saône-et-Loire », Bull. mycologique et botanique Dauphiné-Savoie, no 200, p. 143-155.

Couderc J.-M., 2001a, « Un pont antique sur la Loire en aval de Tours », in : Bedon R., Malissard A. dir., La Loire et les fleuves de la Gaule romaine et des régions voisines, Actes de la rencontre internationale d’Orléans, 15-16 mai 1998, Limoges, PULIM, p. 55-71 (Caesarodunum, 33-34).

Couderc J.-M., 2001b, « Histoires de ponts : des ponts romains encore présents », in : Couderc J.-M., Billacois F., Lorain J.-M., Paumier J.-Y., La Loire insolite, Chambray-lès-Tours, éd. CLD, p. 79-81.

Cüppers H., 1969, Die Trierer Römerbrücken, Mainz am Rhein, Ph. von Zabern, 225 p.

Cüppers H., 1983, « Le pont romain », in : La civilisation romaine de la Moselle à la Sarre : vestiges romains en Lorraine, au Luxembourg, dans la région de Trèves et en Sarre, Catalogue d’exposition, Paris, Musée du Luxembourg/Mayence, Ph. von Zabern, p. 290-291.

Dumont A., 2005, « Le projet Culture 2000 et l’exposition sur le patrimoine fluvial européen », Bibracte, Centre archéologique européen, rapport annuel d’activité 2005, p. 71-72.

Dumont A. dir., 2006, Rapport d’opérations programmées dans le lit de la Loire à Saint-Satur et à Boulleret/Cosne-Cours-sur-Loire, ponts antiques, été 2005, Rapport déposé aux S.R.A. Centre et Bourgogne et au DRASSM, non paginé.

Dumont A., 2007, « Prospection thématique : recherche d’aménagements subaquatiques dans les lits des fleuves et rivières d’Auvergne (départements de l’Allier et du Puy-de-Dôme) », Bilan scientifique régional d’Auvergne 2006, p. 159-160.

Dumont A., 2009, « Les vestiges du pont gallo-romain de Pontoux », Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, no 72, p. 2-7.

Dumont A., 2010, « Premiers résultats des prospections subaquatiques dans le Doubs à Saunières et Sermesse », Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, no 74, p. 11-16.

Dumont A., 2011a, « Les prospections dans le lit de la Loire, entre La Chapelle-Montlinard (région Centre, dép. Cher) et La Charité-sur-Loire (région Bourgogne, dép. Nièvre) », BUCEMA (Centre d’études médiévales Auxerre), 15, p. 51-54.

Dumont A., 2011b, « Résultats des prospections subaquatiques 2010 dans le Doubs », Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, no 77, p. 2-7.

Dumont A., Bonnamour L., 2011, « Du pont de bois au pont mixte en Gaule », in : Barruol G., Fiches J.-L., Garmy P. dir., Les ponts routiers en Gaule romaine, Actes du colloque du Pont du Gard, 8-11 oct. 2008, Montpellier, p. 589-614 (41ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

Dumont A., Mariotti J.-F. dir., 2013, Archéologie et histoire du fleuve Charente : Taillebourg – Port d’Envaux : une zone portuaire du haut Moyen Âge sur le fleuve Charente, Dijon, Éd. univ. de Dijon, 316 p. (Coll. Art, Archéologie et Patrimoine).

Dumont A., Mariotti J.-F., Lemaître S., Lavier C., 2007, « Un pont et un aménagement de berge gallo-romains découverts dans le lit de la Vienne, à la confluence avec la Loire (commune de Candes-Saint-Martin) », in : Saulce A. de, Serna V., Gallicé A. dir., Archéologies en Loire : actualité de la recherche dans les régions Centre et Pays de la Loire, Cordemais, Estuarium, p. 183-206 (Aestuaria, Coll. Fleuves et archéologie).

Farion V., 2004, « Histoire des moulins et meuniers (canton de Verdun-sur-le-Doubs) », Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, 62.

Gaillard de Sémainville H., 2006, « La nécropole mérovingienne de Charnay : un site exceptionnel », Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, no 67, p. 1-23.

Gautier H., 1765, Traité des ponts, Paris, chez la Veuve Duchesne, libraire, 436 p. (4ème édition).

Gourillon L., 2012, « Le trafic fluvial du Doubs inférieur », Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, no 78, p. 17-49.

Gräf D., 2006, Boat mills in Europe from early Medieval to modern Times, Dresden, Landesamt für Archäologie, 367 p. (Veröffentlichungen des Landesamtes für Archäologie mit Landesmuseum für Vorgeschichte, 51 - Bibliotheca Molinologica, 19).

Joan L., 2003, Le Doubs et le Territoire de Belfort, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 561 p. (Carte archéologique de la Gaule, 25-90).

La Fay J.-F., 2005, « La Saône verdunoise au xve siècle », in : Bonnamour L., Gourillon L. dir., La Saône dans l’histoire du Verdunois, p. 69-76 (Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historique de Verdun-sur-le-Doubs, 64).

Lavendhomme M.-O., Guichard V., 1997, Rodumna (Roanne, Loire), le village gaulois, Paris, éd. de la M.S.H., 369 p. (Documents d’Archéologie française, 62).

Marguet A., 2000, « L’habitat Bronze final immergé d’Ouroux-sur-Saône : données archéologiques de 1979 à 1982 », in : Bonnamour L. dir., Archéologie des fleuves et des rivières, Paris, éd. Errance, p. 183-194.

Mesqui J., 1986, Le pont en France avant le temps des ingénieurs, Paris, Picard, 303 p. (Grands manuels Picard, 4).

Moyat P., Dumont A., Mariotti J.-F., Janin T., Greck S., Bouby L., Ponel P., Verdin P., Verger S., 2010, « Découverte d’un habitat et d’un dépôt métallique non funéraire du viiie s. av. J.-C. dans le lit de l’Hérault à Agde, sur le site de La Motte », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 54, p. 53-84.

Neury P., Seigne J., 2003a, « Le pont antique de Fondettes (Indre-et-Loire) », Revue archéologique du Centre de la France, t. 42, p. 235-244.

Neury P., Seigne J., 2003b, « Deux ponts antiques ( ?) à Tours », Revue archéologique du Centre de la France, t. 42, p. 227-234.

Peyronel A., 1984, « Les moulins-bateaux : des bateliers immobiles sur les fleuves d’Europe », Le Chasse-Marée, no 11, p. 36-54.

Prell M., 1997, « Die römische Donaubrücke bei Stepperg », Neuburger Kollektaneenblatt, 145, p. 6-80.

Rieth E. dir., 2010, « Les épaves de Saint-Georges Lyon, ier - xviiie siècles », Archaeonautica, 16, Paris, CNRS éd., 247 p.

Steinmann R., 2015, L’influence climatique et anthropique sur trois cours d’eau bourguignons : géoarchéologie de sites de franchissement sur la Loire, la Saône et le Doubs au cours de l’Holocène, Thèse de doctorat, Univ. de Bourgogne, vol. 1, Texte, 403 p., vol. 2, Illustrations, 329 p.

Steinmann R., Dumont A., Garcia J.-P., 2010, Prospections et sondage géoarchéologiques sur les berges du Doubs, année 2010, Rapport déposé au S.R.A. de Bourgogne, non paginé.

Steinmann R., Garcia J.-P., Dumont A., 2011, « Deux aménagements antiques replacés dans la dynamique de la Loire au cours des deux derniers millénaires », in : Reddé M. dir., Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 61-72 (Bibracte, 21).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les sites étudiés se trouvent dans le lit du Doubs, en amont de Verdun-sur-le-Doubs, près de la confluence avec la Saône. DAO A. Dumont.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende Fig. 2. Vue in situ d’une meule médiévale. La turbidité de l’eau ne facilite pas les prospections. Cliché P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig. 3. La surface couverte au cours des campagnes de prospection de 2009 à 2013 entre les communes de Sermesse et de Saunières. DAO P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Fig. 4. Les vestiges découverts dans une faible profondeur d’eau sont topographiés depuis la berge par un théodolite, à l’aide d’une canne télescopique surmontée d’un prisme. Cliché P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende Fig. 5.Plan d’assemblage des parcelles du Cadastre napoléonien de la commune de Pontoux. À l’emplacement du pont romain, la limite de commune marque un écart et enserre les deux berges de la rivière. Document conservé à la mairie de Pontoux ; cliché A. Dumont.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Fig. 6.Les bois du pont romain de Pontoux extraits par les dragues, retrouvés dans une décharge en 1972. Cliché L. Bonnamour.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Légende Fig. 7. Plan des vestiges du pont romain de Pontoux conservés au fond de la rivière. Les pieux situés en aval appartiennent à la digue construite au xixe siècle pour le moulin sur bateaux. DAO A. Dumont et P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 8. Restitution du plan du pont romain de Pontoux. Les piles IV, V, et VI ont été entièrement détruites par les dragages des piles I, II et III, il subsiste les fondations, et une pile (VII) est probablement conservée sous un îlot, contre la rive droite. DAO A. Dumont et P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 9. Un col d’amphore in situ sur une des fondations de pile du pont romain de Pontoux. Cliché P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 10. Localisation du seuil de La Barre, sur la commune de Saunières, entièrement détruit par les dragages. DAO A. Dumont.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 11. Fragments d’amphores tardo-républicaines découverts sur le site de La Barre, commune de Saunières. DAO J.-M. Treffort.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 12. Vestiges de digues d’époques médiévale et moderne ayant servi à diriger l’eau sur des moulins sur bateaux, découverts sur la commune de Sermesse. DAO A. Dumont et P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 13. Extrait de la carte d’État-Major de 1840 montrant le dernier moulin sur bateaux ayant existé à Saunières (site Internet Géoportail).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende Fig. 14. Carte postale du début du xxe siècle montrant le moulin sur bateaux de Pontoux. Collection-particulière.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 15. Le moulin sur bateaux de Pontoux et la digue construite pour diriger l’eau sur la roue, représentés sur un plan du service de la navigation du xixe siècle. AD Saône-et-Loire, série S.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Légende Fig. 16. Les vestiges du moulin sur bateaux de Sermesse à l’issue des sondages effectués en 2012. DAO A. Dumont et P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Fig. 17. Maquette d’un moulin sur bateaux du début du xxe siècle, présentée à l’Écomusée de la Bresse bourguignonne de Pierre-de-Bresse. Cliché A. Dumont.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Légende Fig. 18. Cruche en céramique d’époque moderne découverte sur le moulin flottant de Sermesse. Clichés P. Moyat et A. Dumont, dessin J.-M. Treffort.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Légende Fig. 19. Hache découverte sur le moulin flottant de Sermesse. Dessin J.-M. Treffort.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 20. Crochet de batellerie découvert sur le moulin flottant de Sermesse. Dessin J.-M. Treffort.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 21. Plan partiel de la petite embarcation (forain) du moulin flottant de Sermesse, avec la vaisselle métallique et les balances découvertes sur le fond de la coque, contre un renfort transversal. DAO P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 22. Vue in situ du calfatage de l’épave du forain : les appes (agrafes métalliques) recouvrent la mousse végétale qui est insérée entre les planches. Cliché P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Légende Fig. 23. Le chaudron en fonte, les balances romaines et le pichet en étain découverts dans la coque du forain, sur le moulin flottant de Sermesse. Cliché P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 24. Le sondage effectué dans la coque de la grande embarcation (corte) du moulin flottant de Sermesse. On voit les fragments de meules servant de lest, une anille, un marteau et une écuelle en étain. DAO P. Moyat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5418/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 355k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search