Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

L’archéologie de la Saône en Tournugeois : bilan et perspectives

Louis Bonnamour

Résumé

Riche en découvertes fortuites, le lit mineur de la Saône n’a jamais fait l’objet en Tournugeois, de véritables recherches subaquatiques comme cela fut le cas en Chalonnais à partir de 1978 à Ouroux-sur-Saône. Ces trouvailles ne doivent toutefois pas être négligées car elles permettront peut-être, à l’avenir, de fournir des indices permettant d’orienter des recherches méthodiques.

Texte intégral

1Pour de nombreuses raisons, dont on peut penser qu’elles tiennent en partie à l’historique des recherches, la Saône, dans le secteur compris, au nord, entre l’embouchure de la Mouge au point kilométrique 92, et l’embouchure du bief de Merdery aux environs du kilomètre 118,500 au sud, apparaît sinon moins riche dans son potentiel archéologique, du moins plus méconnue que la Saône chalonnaise. Si à l’amont comme à l’aval de cette zone, les dragues nous ont révélé deux sites de gué qui ont l’un et l’autre livré plusieurs centaines de documents archéologiques échelonnés entre la fin de la période néolithique et l’époque moderne et contemporaine – je veux parler du gué de la Mare Jeandeau sur les communes de Boyer (rive droite) et de Simandre (rive gauche) et de celui de Jean de Saône à hauteur de Montbellet –, ces deux sites importants, distants de près de 20 km, semblent quelque peu isolés même si entre les deux, le cours de la rivière est jalonné par un chapelet de trouvailles fortuites réalisées à l’occasion de travaux de dragage. Souvent anciennes et mal localisées, ces dernières, au stade actuel de nos connaissances, ne permettent guère de faire progresser la recherche.

2Si cette réalité apparaît donc quelque peu décevante, il n’en reste pas moins qu’un premier bilan s’impose dans la perspective de travaux ultérieurs conduits dans des conditions rigoureuses, comme c’est actuellement le cas des recherches réalisées sur le cours inférieur du Doubs entre Pontoux et Verdun sous la direction d’Annie Dumont. Depuis 2009, pour la septième année consécutive, des campagnes de prospection subaquatique et de sondages (Dumont, 2009 ; 2010 ; 2011), appuyés sur les données sporadiques livrées par les travaux de dragages des années 1960, apportent des précisions fondamentales sur la nature des sites et leur état de conservation et permettent de découvrir des sites inédits, jusqu’alors totalement insoupçonnés. La connaissance des découvertes anciennes réalisées dans le lit de la Saône aux environs de Tournus est donc susceptible de contribuer à orienter de nouvelles recherches.

Les sites

3Dans sa thèse consacrée aux passages à gué de la Grande Saône, Annie Dumont (Dumont, 2002, p. 56), identifie sur ce parcours quatorze passages à gué qu’elle considère selon les cas, comme « possibles », « probables » ou « certains », soit sensiblement un passage potentiel tous les deux kilomètres. Si certains d’entre eux restent hypothétiques faute de données archéologiques, d’autres ont livré quelques documents épars ; seuls deux d’entre eux, nous l’avons dit, ont fourni une documentation abondante, caractéristique des trouvailles effectuées à l’emplacement des gués de la Saône (Dumont, 2002 ; Bonnamour, Dumont, 2011). Nous passerons successivement en revue ces différents sites tels qu’ils se présentent du nord au sud (fig. 1).

1. Ormes / Boyer, gué de la Mare Jeandeau

4Le haut fond correspondant au gué de la Mare Jeandeau est connu par des documents d’archives dès 1836 (Dumont, 2002, fig. 45 ; Mallard, 2004, profils p. 109). Entre les mois de juin 1978 et octobre 1980, deux dragues de la Société anonyme de Dragages de Chalon se sont succédé à l’aval du barrage, entre les points kilométriques 118 et 118,600. L’année suivante, légèrement en aval, à la pointe du clayonnage de la Mare Jeandeau, de nouveaux travaux amenaient la découverte d’une épée à poignée de bronze se rattachant au type de Tachlovice (Bonnamour, 1990, no 35, fig. 26 ; 2000, no 560 ; voir fig. 3c). La relation des découvertes faites à l’occasion de ces travaux (Bonnamour, 1981) est illustrée par la représentation de 84 documents échelonnés de la période néo-Chalcolithique à l’Époque moderne. Mentionnons un poignard en silex, une épée en bronze du type de Rixheim (fig. 2a), quatre broches à rôtir gauloises, une épée de La Tène finale à lame corroyée et fourreau en tôle de bronze (Bonnamour, 2000, no 561 ; fig. 3), une assiette et une coupe en argent d’époque romaine avec graffiti sur le pied, huit récipients en tôle de bronze dont deux casseroles (Bonnamour, 2000, nos 115, 119) et une œnochoé, un scramasax mérovingien à lame signée, une dague à rondelles de la fin de la période médiévale, une grande rapière du début du xviie siècle avec, sur la lame, l’inscription LIBERTAS, ainsi que de nombreuses céramiques d’époques diverses.

5En 1993, des travaux d’approfondissement du chenal réalisés à l’aide d’une pelle mécanique montée sur ponton ont amené quelques nouvelles découvertes à proximité de la rive droite, entre les points kilométriques 117,800 et 118, à hauteur de la pointe aval du clayonnage de la Mare Jeandeau. Une casserole romaine en bronze à poignée ornée ainsi qu’une épée du Bronze final à poignée massive apparentée au type de Mörigen (Bonnamour, 2000, photo p. 25), ont notamment été trouvées.

6Selon des témoignages oraux, dans les années 1930, des dragues de Chalon et de Tournus qui travaillaient au voisinage du clayonnage de la Mare Jeandeau auraient effectué de nombreuses trouvailles, notamment celle de deux épées de bronze, immédiatement vendues à des collectionneurs ou à des marchands.

7Notons qu’en bordure de la rive droite, en 1980, dans une zone paraissant correspondre au débouché du passage à gué, à hauteur des points kilométriques 118,200 – 118,300, la drague a rencontré une importante concentration de fragments de céramiques du Bronze final dans un niveau argileux riche en végétaux et en restes de faune avec présence de quelques ossements humains. Ces découvertes pourraient témoigner de la proximité d’un habitat actuellement recouvert par l’eau, à l’image de ceux d’Ouroux ou de celui du Gué des Piles à Chalon (Bonnamour, 1989).

8Échelonnées sur plus de quatre millénaires, marquées notamment par une forte proportion d’armes et de récipients en bronze, voire en argent, ces trouvailles sont caractéristiques de ce que l’on rencontre sur la majeure partie des gués de la Saône. Elles ont donné lieu à une publication détaillée, il ne semble donc pas utile de les reprendre dans le détail.

2. Boyer, l’Épine

9Au débouché d’un petit affluent de rive droite, la Natouze. En 1962, la drague de Tournus qui travaillait dans ce secteur a réalisé des découvertes dont nous ignorons l’importance et la localisation exacte. Michel Perrin (Perrin, 1973), avait alors pu récupérer une louche en bronze portant l’estampille TI DECATUSI F (abrica). Quelques années plus tard, j’avais également pu retrouver deux autres vases romains en bronze provenant des mêmes travaux, une casserole ainsi qu’une cruche à anse ornée d’un pied humain (Bonnamour, 1976, nos 3 et 5 ; 2000, nos 117 et 109), appartenant à un modèle représenté à plusieurs exemplaires dans la vallée de la Saône.

10En 1993, à l’occasion des travaux d’approfondissement du chenal de navigation porté à 3,50 m, à proximité du point kilométrique 116, furent recueillis un certain nombre de vestiges archéologiques dont une rapière en bronze pouvant appartenir au Bronze moyen, un glaive républicain muni d’une garde en laiton, peut-être contemporain de la Guerre des Gaules, ainsi qu’une coupe en bronze, d’époque romaine, d’un diamètre de 305 mm.

Fig. 1. Carte de la Saône entre Sénozan et Ormes. Les points kilométriques, du 91 au 121, sont indiqués sur le côté droit de la carte et donnent l’échelle. Les douze sites archéologiques mentionnés dans le présent travail sont positionnés dans le lit de la rivière (d’après la carte du cours de la Saône « redressé », de Clerc-Rampal publiée en 1935). Les bancs de sable et clayonnages figurés sur la carte attestent la présence de hauts-fonds et correspondent souvent à d’anciens passages à gué.

Fig. 2. Quelques épées du Bronze final trouvées en Tournugeois. a. Épée de type Rixheim, Ormes ; b. épée en « langue de carpe » à poignée pleine, coulée sur la lame, Uchizy ; c. épée type Tachlovice, Simandre ; d. épée type Tarquinia, Montbellet ; e. épée type Saint-Nazaire à poignée de bronze sertie sur la lame, Montbellet. Musée Denon, dessins C. Michel.

Fig. 3. Grande épée à lame en fer aciéré et fourreau en alliage cuivreux trouvée à Ormes. Musée Denon, dessin C. Michel.

11Peu avant le début des travaux d’approfondissement du chenal, une prospection subaquatique (Pichon, Bonnamour, 1992), nous avait permis de recueillir, à cet endroit précis, une pointe de lance à douille de la fin de l’Âge du Bronze, ainsi que des fragments d’amphores. Il nous avait également été possible d’observer, entre les points kilométriques 115,830 et 115,970, un alignement d’environ 150 pieux à pointe quadrangulaire ; ces derniers étaient disposés en oblique sur deux à trois rangées à une profondeur ne dépassant pas 2,60 à 3 m. Une datation radiocarbone (LY 6193) a montré qu’ils appartenaient à un aménagement daté entre 1306 et 1436. La disposition oblique de cet ensemble paraît correspondre à l’aile externe d’une pêcherie fixe en forme de V dont l’ouverture était orientée vers l’aval et de ce fait, destinée à la capture de poissons remontant le cours de la rivière. En raison de l’accroissement du courant au niveau des hauts-fonds, ceux-ci constituaient, comme nous avons pu l’observer en Chalonnais (Bonnamour, 1992 ; 2000, p. 97), des emplacements privilégiés pour l’implantation des pêcheries fixes.

12Il n’est pas impossible que les pieux retrouvés en 1993 puissent correspondre à ceux décrits par Mazenot (Mazenot, 1939, p. 278 et 286), localisés par lui à hauteur de « Grands Champs Sanguinis » et attribués à des restes de palafittes : « M. Guichard, entrepreneur de dragages à Tournus nous montrera par un été très sec et lorsque les eaux de la Saône seront basses, l’emplacement des pilotis », écrivait alors René Mazenod.

13Les collections du musée de Tournus renferment deux objets de l’Âge du Bronze, un poignard du Bronze moyen et une épingle du début du Bronze final (Jeannet, 1968, nos 34 et 65), provenant de la Saône à Boyer, sans autre précision, ainsi qu’un hameçon en bronze trouvé aux Sanguinis en 1913. Ces documents pourraient se rapporter au même site.

3. Passage du Moulin Ravet ou de l’Homme d’Armes

14Il est marqué par la présence, rive gauche, d’un haut fond, visible sur le profil en long de la Saône de 1836 (Dumont, 2002, fig. 44 ; Mallard, 2002, p. 109), sur lequel a été implanté un clayonnage au cours du xixe siècle dans le but de restreindre la largeur d’écoulement de l’eau et, par là même, d’accroître la hauteur d’eau dans le chenal de navigation (Laval, 1845). Vraisemblablement dragué anciennement, le site semble n’avoir laissé que peu de traces de découvertes archéologiques. Rive droite, le débouché du gué semble correspondre au chemin de La Grange, au voisinage duquel furent découverts à la fin du xixe siècle ou au début du siècle suivant deux remarquables vases de bronze ayant appartenu à la collection Bidault de Grésigny (Bidault de Grésigny, 1920, pl. X), avant de passer dans la collection Schneider puis d’être mis en dépôt à Chalon. D’origine indubitablement italique, ces deux récipients pourraient appartenir au ier siècle avant notre ère.

4. Passage de Tournus

15Si quatre épées de bronze sont données comme originaires de Tournus, il convient de montrer une certaine prudence vis-à-vis de trouvailles anciennes susceptibles d’avoir été effectuées aussi bien dans la traversée de la ville que dans les environs proches. Outre trois épées conservées au Musée Greuze (Jeannet, 1968, nos 61, 62 et 65), l’épée de l’ancienne collection Vinet (Tintant, 1958 ; Bonnamour, 1990, no 26 ; 2000, n° 27), épée à poignée massive richement décorée, pourraient être originaires du passage de Tournus.

5. Passage de Préty / Le Villars

16Il est tout aussi mal localisé que le précédent, même s’il est marqué par des trouvailles sporadiques et surtout par la présence d’un seuil rocheux incontestable entre les points kilométriques 107,525 et 108. Ce seuil a fait l’objet d’un déroctage récent car il entravait la navigation à gabarit européen. Le musée Greuze ne possède que deux documents de l’Âge du Bronze, une pointe de lance mentionnée comme étant originaire de Préty et un hameçon trouvé au Villars (Jeannet, 1968, nos 25 et 44).

17En 1981, dans le cadre des travaux d’aménagement pour l’amélioration de la navigation, quelques trouvailles isolées ont été réalisées entre les points kilométriques 108 et 108,500. Deux objets particulièrement intéressants ont pu être acquis par le musée de Chalon. Il s’agit d’une part d’une pointe de lance en bronze dite « à œillets », de type britannique (fig. 4), ainsi que d’une épée de l’Âge du Fer du type « à rognons » (Bonnamour, 1982, p. 17-18). Ce secteur a également livré plusieurs vases en bronze d’époque romaine vraisemblablement, mais seule une casserole est parvenue à notre connaissance (Bonnamour, 1976, no 4).

6. Passage de La Truchère

18Localisé « à l’embouchure de la Seille », il est connu par un nombre non négligeable de trouvailles qui témoignent de l’importance du site. Les collections du musée Greuze renferment deux épées et un rasoir en bronze trouvés dans la Saône (Jeannet, 1968, nos 41, 63 et 64), ainsi qu’une série de cinq haches armoricaines paraissant provenir d’un dépôt découvert en 1872 à la confluence de la Saône et de la Seille (Millotte, 1963, p. 348 ; Bonnamour, 2006, p. 364). L. Armand-Calliat a pu démontrer que l’exceptionnel casque mérovingien vendu à un musée berlinois par un marchand chalonnais avait été découvert dans la Saône, non pas à Chalon, mais à La Truchère (Armand-Calliat, 1941). Appartenant à cette même période, une lampe byzantine en bronze (Bonnamour, Feugère, 1998) pourrait également avoir été recueillie fortuitement dans ce secteur. Le musée Greuze possède également deux « épées romaines » ainsi qu’un angon mérovingien trouvés dans la Saône à hauteur de La Truchère (Martin, 1910, nos 1266, 1267 et 1375). La période médiévale est représentée à La Truchère par une très belle dague bourguignonne trouvée en 1869 dans la Seille près de son embouchure (fig. 5). Le pommeau est orné d’un médaillon circulaire figurant un chevalier au galop avec la légende AVE MARIA GRACIA PLENA écrite en lettres majuscules du xiiie siècle (Chevrier, 1872).

7. Le gué d’Uchizy

19Situé à l’aval du pont, à hauteur des points kilométriques 102,500 – 102,800, il a livré quelques documents protohistoriques, notamment une pointe de lance à douille gravée et un hameçon en bronze conservés au musée Greuze (Jeannet, 1968, nos 24 et 46) et, plus récemment, une épée du Bronze final d’un modèle atlantique dit « en langue de carpe », munie, sans doute localement, d’une poignée en bronze coulé (Bonnamour, 1978, p. 31, fig. 3 et p. 45 ; voir fig. 2b). Une épée gauloise, en fer, a également été découverte dans le même secteur par un plongeur et une épée médiévale, attribuable au xiiie siècle, remontée par une drague (Bonnamour, 1978, p. 46).

8. Le gué de L’île de la Mothe

20L’appellation doit être utilisée avec prudence. En effet, en 1866, lors de l’achèvement de la carte au 1/10 000e du cours de la Saône, cette île n’existait pas. Seul existait alors une « digue basse », ouvrage artificiel implanté en bordure de la rive gauche et destinée, tout comme les « clayonnages », à faciliter le franchissement des hauts-fonds en resserrant le lit mineur et en augmentant la hauteur d’eau dans le chenal de navigation (Dumont, 2002, fig. 76). Des dragages réalisés par la drague de Tournus, à la pointe avale de l’actuelle île de la Mothe formée par des atterrissements déposés à l’intérieur de la digue basse, ont certes amené la mise au jour de céramiques de diverses époques, mais aucun document métallique représentatif des trouvailles de gués n’est toutefois parvenu à notre connaissance.

Fig. 4. Pointe de lance à œillets de type britannique trouvée à Préty. Musée Denon, dessin C. Michel.

Fig. 5. Dague « bourguignonne » du xiiie siècle trouvée à La Truchère. Musée Denon, dessin J. Chevrier, 1872.

9. Le gué de Jean-de-Saône

21Situé entre les communes de Montbellet, rive droite, et de Pondevaux, rive gauche, il constitue incontestablement l’un des passages de Saône les plus féconds en découvertes archéologiques mais aussi l’un des plus mal connus. Aucun profil ancien de la rivière ne permet en effet de déceler un quelconque haut-fond dans cette zone. Les derniers et importants travaux de dragage qui l’ont affecté dans les années 1972 à 1976, se sont déroulés dans des conditions particulièrement médiocres pour les observations archéologiques, même s’ils ont permis de sauver plusieurs centaines de documents souvent mal localisés sur un secteur s’étendant sur une longueur de deux kilomètres entre les points 99 et 101, avec une concentration maximale des trouvailles, notamment pour les périodes protohistoriques, aux abords du point kilométrique 100.

22Les fréquents déplacements de la drague et la difficulté d’effectuer le suivi des trouvailles n’ont pas simplifié la tâche des archéologues. Dans un travail de maîtrise présenté en 1995, Sandrine Gras recensait 523 documents archéologiques conservés dans des collections publiques ou privées (Gras, 1995 ; 2002). Pour Sandrine Gras la période néo-chalcolitique serait représentée par trois trouvailles, l’Âge du Bronze par 80 documents, les Âges du Fer par 57 objets, l’époque romaine par 223, pour 40 trouvailles médiévales et 40 autres d’Époque moderne. Ces chiffres doivent toutefois être relativisés tant du fait de la « sélection » opérée sur la drague par les ouvriers que de la « dispersion » a posteriori, d’un nombre indéterminé mais non négligeable, de documents. Observons toutefois, pour les principales époques représentées, la qualité tout à fait exceptionnelle de certains des objets découverts. Ainsi, pour l’Âge du Bronze, on note la présence d’un casque et d’une série d’épées dont une, d’une longueur de 886 mm, se rapportant au type de Klein-Auheim, ainsi que celle de deux armes à poignée de bronze (Bonnamour, 1990, no 40 ; 33 ; 36 ; voir fig. 2 d et e).

23La période gauloise a livré un casque de type Berru, dans un état de conservation exceptionnel (Gras, 1999 ; Bonnamour, 2000, no 81 ; fig. 6), ainsi qu’une épée dont le fourreau, en fer, présente la particularité d’offrir un décor interne (Bonnamour, Bulard, 1976). Quant à la période romaine, elle a, parmi de très nombreuses autres trouvailles, livré de la vaisselle de bronze (Baratte et alii, 1984), mais aussi des vases en argent (Bonnamour, 1975 ; fig. 7), une patène à inscription chrétienne en étain argenté (Gras, 1975), ainsi qu’une trousse d’ophtalmologiste conservée dans son étui en bronze (Feugère et alii, 1988). Notons également la présence d’au moins cinq crânes humains, présence attestée sur la quasi-totalité des sites de gué depuis l’Âge du Bronze jusqu’à la période mérovingienne (Bonnamour, 2009 ; Bonnamour, Dumont, 2011).

24L’interprétation des trouvailles du site de Montbellet est rendue particulièrement délicate, tant par l’imprécision relative de la localisation de bon nombre de trouvailles que par l’extension de la zone des découvertes, mais aussi par le silence des archives qui ne révèlent la présence d’aucun haut-fond naturel caractérisé : gué unique, gué double, présence de deux passages distincts ? Autant de questions restées sans réponse à ce jour. Il n’est pas impossible que le problème soit partiellement lié à la nature géologique du substrat, constitué, contrairement à la plupart des autres passages de la Saône, par des matériaux sableux instables et donc, par là même, mobiles et susceptibles d’avoir entraîné un déplacement du ou des points de franchissement de la rivière.

25Une observation faite par Legrand de Mercey à la fin du xixe siècle, mérite attention (Legrand de Mercey, 1882). Ce dernier évoque en effet, sur la rive gauche de la Saône, lieu-dit « Les Cadoles », non loin du débouché potentiel du ou de l’un des gués de Montbellet, de pieux de chêne s’étendant sur une centaine de mètres de longueur, associés à « de volumineuses pièces de bois qui semblent avoir fait l’office de poutres supportant des solives régulièrement placées en travée ». Legrand de Mercey ne précisant pas l’orientation d’un tel aménagement, il est difficile d’en donner une interprétation fiable.

Fig. 6. Casque de type Berru trouvé à Montbellet. Musée Denon, photo musée Denon.

Fig. 7. Coupe en argent à décor niellé trouvée à Montbellet, iiie siècle de notre ère. Musée Denon, photo musée Denon.

26Il se pourrait que nous nous trouvions en présence des restes d’un pont de bois mais la présence, mentionnée par Legrand de Mercey, « dans la vase sous-jacente », de nombreuses céramiques attribuées à l’Âge du Bronze, pourrait également faire penser aux restes d’un habitat de la fin de l’Âge du Bronze du type de ceux découverts tant à Ouroux qu’à Chalon dans le lit mineur de la rivière.

10. Gué de Fleurville

27Au niveau du port de Fleurville, les dragues auraient anciennement recueilli des vestiges archéologiques, notamment des pointes de lance en bronze sans autre indication. Des dragages récents, au voisinage de la pointe amont de l’île de Brouard, ont également amené des découvertes sporadiques peu significatives. L’existence d’un passage est ici plausible mais non avérée avec certitude.

11. Gué du Port de Brouard

28En 1979, une drague travaillant entre le port de Brouard et l’embouchure de la Mouge aurait découvert un site ayant livré principalement des vestiges d’époque romaine, voire du premier siècle avant notre ère (céramiques à décor peigné, pieds de vases balustres). L’époque romaine se trouve représentée par du mobilier céramique précoce, urnes ovoïdes ou carénées et œnochoé en bronze à anse ornée d’une tête de satyre avec incrustations d’argent (Bonnamour, 1980, fig. 8 ; Baratte et alii, 1984, no 119). Quelques céramiques médiévales et modernes ont également été recueillies mais nous ignorons ce que représentent ces quelques objets par rapport à l’ensemble des trouvailles effectuées lors de ces mêmes travaux et du même coup, la nature exacte du site, passage à gué ou site portuaire ?

29En 1988, une drague de Tournus travaillant « entre Saint-Albain et La Salle », peut-être dans le même secteur ou à proximité, a recueilli une quarantaine de céramiques dont un vase de la fin de l’Âge du Bronze complet, une série de fragments de vases protohistoriques dont un vase à décor peigné, des céramiques sigillées et communes d’époque gallo-romaine, de nombreux fragments d’époques médiévale et surtout moderne. La localisation exacte de ces découvertes n’a toutefois pu être établie avec certitude.

12. Gué du port de Boz

30Dans les années 1980, j’avais pu recueillir auprès d’un dragueur une série de onze documents exclusivement métalliques trouvés en 1969 au voisinage du port de Boz (Ain), près du point kilométrique 92,500 où, selon une tradition orale, aurait existé un ancien passage à gué (Bonnamour, 1984, p. 24-25). Ces objets métalliques, essentiellement des armes, ne représentent vraisemblablement, une fois encore, qu’une part infime des découvertes. Toutefois, leur échelonnement dans le temps, du Bronze moyen à l’époque médiévale, dénote selon toute vraisemblance des trouvailles en relation avec un passage à gué.

Perspectives

31Comparé à celui du secteur chalonnais, le bilan de nos connaissances sur l’archéologie de la Saône en Tournugeois apparaît plutôt négatif. Certes, d’un point de vue muséographique, les découvertes sont loin d’être négligeables et l’on observe même, tant en matière d’armement que de vaisselle métallique, les deux types d’objets les plus représentatifs des trouvailles de la Saône comme de la plupart des autres cours d’eau européens, et la présence de certains objets que l’on pourrait qualifier d’exceptionnels mais dont la provenance reste imprécise. Ainsi en est-il de la poignée d’épée en bronze trouvée au xixe siècle à Farges (fig. 8), dans une zone mal connue, peut-être en amont ou en relation avec le gué d’Uchizy. Une anse de vase grec, parvenue fortuitement au musée de Chalon, ayant appartenu à une « grande amphore en bronze » selon les dires des dragueurs, aurait été découverte par la drague de Tournus (Armand-Calliat, 1957), dans les années 1950. Dépecé par le marinier assurant le transport du sable, le vase aurait été rejeté à l’eau, les anses, arrachées (fig. 9), furent alors reconverties en… porte-manteaux ! Mais si un réel potentiel archéologique a bel et bien existé en Tournugeois, comme l’attestent de nombreuses découvertes, notamment celles des sites d’Orme/Boyer et de Montbellet, notre connaissance du contexte archéologique reste nettement lacunaire du fait de l’absence de recherches subaquatiques méthodiques. Observons toutefois que dans ces deux derniers cas, les seuls où le nombre de documents à nous être parvenu peut être considéré comme significatif, nous nous trouvons en présence de vestiges répartis sur plusieurs millénaires, ce qui, aux yeux d’un archéologue terrestre, paraît déroutant et semble témoigner d’une accumulation fortuite et non d’un véritable site archéologique. En réalité, nous nous trouvons là en présence d’un schéma tout à fait classique en matière d’archéologie fluviale en Europe occidentale, dont la permanence montre la continuité des pratiques observées, notamment au niveau des passages à gué (Bonnamour, Dumont, 2011).

Fig. 8. Poignée de l’épée Bronze final trouvée à Farges avec, sur la partie droite du dessin, l’interprétation de la radiographie. MAN 79 236, dessin J.-P. Mohen.

Fig. 9. Détail de l’ornementation de l’une des anses du vase grec trouvé aux environs de Tournus. Musée Denon, photo musée Denon.

32Le seuil rocheux du Villars, par la sédimentation de sable fin qu’il a provoquée à l’amont, a probablement fortement contribué à masquer un certain nombre de sites aux yeux des plongeurs et l’on peut se poser la question de savoir quelles ont été et quelles seront dans un avenir proche, les conséquences de sa destruction par déroctage dans les années 1980 (Mallard, 204) : dégagement et mise en évidence des sites enfouis sous une couche protectrice de sédiments ou au contraire destruction totale du fait de l’accroissement de l’érosion ? Il est impossible aujourd’hui de répondre à une telle question mais force est de constater que sur le cours de la grande Saône, partout où aucun ressaut ne retenait les sédiments, l’appel au vide occasionné par les extractions considérables opérées par les dragues tout au long du xxe siècle a abaissé le niveau des seuils et donc des gués, d’un mètre en moyenne depuis le xixe siècle. Nous assistons aujourd’hui à la destruction de nombreux sites archéologiques jusqu’alors épargnés par les extractions de granulats. On peut toutefois penser qu’en Tournugeois, ici et là, le lit de la Saône recèle encore des possibilités non négligeables pour la conduite d’éventuelles recherches subaquatiques.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Armand-Calliat L., 1941, « Le casque de La Truchère ou de Chalon-sur-Saône à l’Arsenal de Berlin », Bull. de la Soc. des Amis des Arts et des Sciences de Tournus, t. XLI, p. 184-193.

Armand-Calliat L., 1957, « Trouvailles archéologiques à Anse (Rhône) et aux abords de Chalon », Gallia, t. XV, p. 128-144.

Baratte F., Bonnamour L., Guillaumet J.-P., Tassinari S. dir., 1984, Vases antiques de métal au musée de Chalonsur-Saône, Dijon, S.A.E., 135 p., 76 pl. (5ème suppl. à la R. A. E.).

Bidault de Grésigny L., 1920, Recherches archéologiques dans la vallée de la Saône entre Lyon et Chalon-sur-Saône de 1875 à 1920, Chalon-sur-Saône, 57 pl.

Bonnamour L., 1975, « Vase et cuiller en argent de Montbellet (Saône-et-Loire) », Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, t. 44, p. 43-44.

Bonnamour L., 1976, « Vases en bronze d’époque romaine trouvés dans la Saône », in : Actes du IVème colloque international sur les bronzes antiques, Lyon, 1976, Annales de l’Univ. Jean Moulin, p. 19-26.

Bonnamour L., 1978, « Chronique archéologique 1976 », Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, t. 46. « Montbellet, » p. 33-37 ; « Uchizy », p. 45-46.

Bonnamour L., 1981a, « Découvertes archéologiques en Saône sur le site d’Ormes-Boyer (S.-&-L.) », Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, t. 49, p. 51-74 (84 documents figurés).

Bonnamour L., 1981b, « Chronique archéologique 1980 », Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, t. 49. « La Salle », p. 32 et fig. 8.

Bonnamour L., 1982, « Chronique archéologique 1981 », Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, t. 50. « Ormes », p. 17 ; « Préty », p. 17-19.

Bonnamour L., 1984, « Chronique archéologique 1982-83 », Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, t. 52. « Boz (Ain) », p. 24-25 et fig. 2.

Bonnamour L., 1989, « L’habitat Bronze final du Gué des Piles à Chalon-sur-Saône (S.-&-L.) : étude archéologique », Gallia Préhistoire, t. 31, p. 159-189.

Bonnamour L., 1990, « Les armes de l’Âge du Bronze », in : Bonnamour L. dir., Du silex à la poudre : 4000 ans d’armement en val de Saône, Catalogue d’exposition, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 21-51.

Bonnamour L., 1992, « Fouille d’aménagements médiévaux dans le lit de la Saône au sud de Chalon », R.A.E., t. 43, fasc. 2, p. 353-378.

Bonnamour L., 2000, Archéologie de la Saône : le fleuve gardien de la mémoire, Paris, éd. Errance, 160 p.

Bonnamour L., 2006, « Le dépôt de Taponas (Rhône) : réflexions au sujet des dépôts du Bronze final de la vallée de la Saône », in : Baray L. dir., Artisanats, sociétés et civilisations : hommage à Jean-Paul Thevenot, Dijon, S.A.E., p. 363-369 (24ème suppl. à la R.A.E.).

Bonnamour L., 2009, « Des crânes humains sur les gués de la Saône », Dossiers d’Archéologie, no 331, Dijon, éd. Faton, p. 12-13.

Bonnamour L., Bulard A., 1976, « Une épée celtique à fourreau décoré découverte à Montbellet (S.-&-L.) », Gallia, t. 34, p. 279-284.

Bonnamour L., Dumont A., 2011, « Les passages à gué d’époque gallo-romaine : le gué envisagé comme site cultuel », in : Barruol G., Fiches J.-L., Garmy P. dir., Les ponts routiers en Gaule romaine, Actes du colloque du Pont du Gard, 8-11 oct. 2008, p. 613-630 (14ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

Bonnamour L., Feugère M., 1998, « Une lampe byzantine en bronze trouvée près de Tournus », in : Ponsot P. dir., La Bresse, les Bresses de la Préhistoire à nos jours, Saint-Just, éd. Bonavitacola, p. 51-56.

Bulard A., 1977, « Documents sur l’Âge du Fer dans la vallée de la Saône », Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, t. 47, p. 67-76.

Bulard A., 1979, « Fourreaux d’épées ornés d’animaux fantastiques affrontés découverts en France », Études celtiques, t. 16, p. 27-52.

Chevrier J., 1872, « Note sur une dague et sur différents couteaux-poignards du xiiie siècle », Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, t. V, 3ème partie, p. 139-145.

Dumont A., 2002, Les passages à gué de la Grande Saône : approche archéologique et historique d’un espace fluvial (de Verdun-sur-le-Doubs à Lyon), Dijon, S.A.E., 275 p., 99 fig. (17ème suppl. à la R.A.E.).

Dumont A., 2009, « Les vestiges du pont gallo-romain de Pontoux », Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historiques de Verdun-sur-le-Doubs, no 72, p. 2-7.

Dumont A., 2010, « Premiers résultats des prospections subaquatiques dans le Doubs à Saunières et à Sermesse », Trois Rivières, Bull. du Groupe d’Études historiques de Verdunsur-le-Doubs, no 74, p. 11-16.

Dumont A., 2011, « Neue Entdeckungen römischer Brücken in Holz und Mischbauweise in Frankreich », in : Archäologie der Brücken : Vorgeschichte, Antike, Mittelalter, Neuzeit, Regensburg, p. 122-130.

Duriaud J., 2002, « L’Âge du Bronze en Tournugeois », in : Les actes des rencontres de Tournus, 2000, p. 88-98.

Ferry H. de, Arcelin A., 1870, Le Mâconnais préhistorique : mémoire sur les âges primitifs de la Pierre, du Bronze et du Fer, en Mâconnais et dans quelques contrées limitrophes, Paris, Reinwald/Mâcon, Durand, 2 vol., 136 p., 42 pl., avec un suppl. anthropologique du Dr Pruner-Bey, 63 p., 6 pl.

Feugère M., Künzl E., Weisser U., 1988, « Les aiguilles à cataracte de Montbellet (Saône-et-Loire) : contribution à l’étude de l’ophtalmologie antique et islamique », Tiré à part du Bull. de la Soc. des Amis des Arts et des Sciences de Tournus, LXXVII, 132 p.

Gras P., 1975, « La patène antique de Montbellet (Saône-et-Loire) », Mémoires de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Chalon, t. 44, p. 39-41.

Gras S., 1995, Le site archéologique de ’Jean de Saône’, Montbellet (Saône-et-Loire), Mémoire de maîtrise, Univ. de Bourgogne, 124 p., 76 pl. plus cartes.

Gras S., 1999, « Un casque en bronze de type Berru découvert dans la Saône à Montbellet au lieu-dit’Jean de Saône’(Saône-et-Loire) », in : Villes A., Bataille-Melkon A. dir., Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux viie-iiie siècles avant notre ère, Actes du colloque de l’AFEAF, Troyes, 25-27 mai 1995, p. 473-482 (Mémoires de la Soc. archéologique champenoise, 15).

Gras S., 2002, « Le gisement archéologique de ’Jean-de-Saône’, commune de Montbellet, Saône-et-Loire », in : Les actes des rencontres de Tournus, 2000, p. 99-107.

Guillaumet J.-P., 1999, « Les armes de l’Âge du Fer », in : Bonnamour L. dir., Du silex à la poudre : 4000 ans d’armement en val de Saône, Catalogue d’exposition, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 55-89.

Jeannet A., 1968, « Catalogue des objets de l’Âge du Bronze du musée de Tournus », R.A.E., t. 19, fasc. 1-4, p. 69-97.

Laval J.-R., 1845, « Notice sur les travaux de perfectionnement de la navigation de la Saône entre l’embouchure du canal du Rhône au Rhin et Lyon », Annales des Ponts et Chaussées, Mémoires et Documents, p. 1-47.

Legrand de Mercey B., 1882, « Nos ancêtres des bords de la Saône », Bull. de la Soc. des Amis des Arts et des Sciences de Tournus, p. 9.

Mallard J.-C., 2004, Nivellements de la Grande Saône de 1835 à 1867, section Chalon-sur-Saône-Tournus, altimétries 1836-1865-1891 : hydrodynamique et morphologie du thalweg en 1836, Lyon, Presses Univ. de Lyon, 184 p.

Martin J., 1910, Catalogue du Musée de Tournus (Musée Greuze), Tournus, 225 p.

Mazenot J., 1939, « Les mégalithes de Venières », Bull. de la Soc. des Amis des Arts et des Sciences de Tournus, XXIX, p. 278-289, dépliant.

Millotte J.-P., 1963, Le Jura et les plaines de la Saône aux âges des métaux, Paris, Les Belles Lettres, 452 p., 77 pl., 9 cartes (Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, 59).

Mohen J.-P., 1971, « Quelques épées à poignée métallique de l’Âge du Bronze conservées au Musée des Antiquités nationales », Antiquités nationales, 3, p. 29-46.

Perrin M., 1973, « La louche en bronze à estampille du musée de Tournus », Découvertes archéologiques en Tournugeois, no 2, fouilles de 1968 à 1972, p. 3-6. Extrait du Bull. de la Soc. des Amis des Arts et des Sciences de Tournus, LXXI.

Pichon M., Bonnamour L., 1992, Aménagement de la Saône entre Mâcon et Ormes : prospection archéologique subaquatique, Rapport dactylographié, 9 fig.

Tintant H., 1958, « Musées et collections – Une épée de bronze inédite du type de Liptov », R.A.E., t. IX, fasc. 1-2, p. 74-77, 1 ill.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de la Saône entre Sénozan et Ormes. Les points kilométriques, du 91 au 121, sont indiqués sur le côté droit de la carte et donnent l’échelle. Les douze sites archéologiques mentionnés dans le présent travail sont positionnés dans le lit de la rivière (d’après la carte du cours de la Saône « redressé », de Clerc-Rampal publiée en 1935). Les bancs de sable et clayonnages figurés sur la carte attestent la présence de hauts-fonds et correspondent souvent à d’anciens passages à gué.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Fig. 2. Quelques épées du Bronze final trouvées en Tournugeois. a. Épée de type Rixheim, Ormes ; b. épée en « langue de carpe » à poignée pleine, coulée sur la lame, Uchizy ; c. épée type Tachlovice, Simandre ; d. épée type Tarquinia, Montbellet ; e. épée type Saint-Nazaire à poignée de bronze sertie sur la lame, Montbellet. Musée Denon, dessins C. Michel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 3. Grande épée à lame en fer aciéré et fourreau en alliage cuivreux trouvée à Ormes. Musée Denon, dessin C. Michel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5391/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 4. Pointe de lance à œillets de type britannique trouvée à Préty. Musée Denon, dessin C. Michel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5391/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 5. Dague « bourguignonne » du xiiie siècle trouvée à La Truchère. Musée Denon, dessin J. Chevrier, 1872.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5391/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 6. Casque de type Berru trouvé à Montbellet. Musée Denon, photo musée Denon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5391/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 7. Coupe en argent à décor niellé trouvée à Montbellet, iiie siècle de notre ère. Musée Denon, photo musée Denon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5391/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 8. Poignée de l’épée Bronze final trouvée à Farges avec, sur la partie droite du dessin, l’interprétation de la radiographie. MAN 79 236, dessin J.-P. Mohen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5391/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 9. Détail de l’ornementation de l’une des anses du vase grec trouvé aux environs de Tournus. Musée Denon, photo musée Denon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5391/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search