Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Construire une chronique d’inondations : événements hydrologiques et histoire climatique dans le bassin de l’Arve (Alpes du Nord, France) entre les XVIIIe et XXIe siècles

Alain Mélo, Bruno Wilhelm, Charline Giguet-Covex et Fabien Arnaud

Résumé

L’inondation est un événement qui met en jeu un très grand nombre de facteurs. Mais l’événement singulier ne dit rien sur l’histoire du climat. Seule l’analyse de longues séries temporelles peut apporter des données sur les variations climatiques. Ces séries – du xviiie au xxie siècle – sont construites à partir de riches données historiques récoltées dans des sources documentaires hétérogènes produites dans des contextes sociaux très différents, y compris pour un bassin versant aussi « petit » que celui de l’Arve (environ 2 070 km2). Ces sources, élaborées suite à des dommages matériels ou humains, doivent être soumises à une critique historienne vigoureuse. Vu la variété des types d’événements – crues rapides estivales ; inondations automnales à long rayon géographique ; rares événements touchant l’ensemble du bassin –, le passage par l’information météorologique (archives, comparaisons avec des événements récents bien documentés) est essentiel pour l’objectivation des données récoltées et pour confirmer la relation entre événement, séries sédimentaires et variations climatiques.

Texte intégral

1. Introduction

1Dans le cadre du programme ANR PYGMALION dirigé par Fabien Arnaud, une double question fut posée à l’historien. D’une part il s’agissait de réaliser une chronique des inondations remarquables afin de comparer ces aux reconstitutions sédimentologiques issues de l’étude paléolimnologique de deux lacs d’altitude, le lac d’Anterne (Haut-Giffre ; Giguet-Covex et alii, 2012) et le Lac Blanc (Aiguilles Rouges ; Wilhelm et alii, 2013). Et d’autre part il fallait confirmer si, ici comme ailleurs, ces données pouvaient être utiles à une meilleure appréhension des transformations historiques du climat (lang et alii, 2003 ; Berger et alii, 2010 ; Glaser et alii, 2010). Nous décrirons quel a été l’apport de l’historien à l’histoire des inondations dans le bassin de l’Arve et comment ces informations ont pu nourrir un argumentaire sur les variations climatiques.

1.1. Un bassin versant aux régimes hydrologiques variés

2L’Arve prend sa source à 2200 m d’altitude au col de Balme (Chamonix, Haute-Savoie) et s’écoule sur 108 km avant sa confluence avec le Rhône à la Jonction (Genève) à l’altitude de 371 m. Son bassin versant couvre environ 2 070 km2 (fig. 1). Son régime hydrologique est variable car les eaux qui l’alimentent peuvent provenir d’origine glaciaire, nivale ou pluviale, selon la source et la localisation géographique des cours d’eau tributaires. L’affluent principal est le Giffre (46 km de longueur, 440 km2 de surface). Les autres apports importants sont de l’amont vers l’aval : les émissaires glaciaires du massif du Mont-Blanc, les torrents ou rivières de la Diosaz, du Bonnant, du Borne, du Foron, de la Menoge, avec des régimes hydrologiques très différents, glacio-nivaux en amont du bassin versant, pluvio-nivaux pour les affluents en aval. Ces caractéristiques décrivent une « rivière torrentielle » évoluant au long de son cours vers un régime de « rivière » (Peiry, 1988).

Fig. 1. Le bassin versant de l’Arve. Localisation des lacs étudiés. Cartographie : Alain Mélo/Estelle Ployon, Laboratoire EDYTEM, CNRS/Université de Savoie.

1.2. Des lacs au bassin versant : préciser la problématique

3D’emblée, il est apparu que ne pouvait pas être établie une relation directe entre les événements identifiés dans les séquences sédimentaires des lacs d’Anterne ou Blanc et ceux potentiellement enregistrés dans des archives historiques. Les cours d’eau issus des lacs d’Anterne et Blanc n’étant pas en position de détruire des installations humaines, aucun document ne faisait allusion à leurs débordements – à notre connaissance. Ceci souligne la limite des sources historiques : produites par les hommes elles ne prennent en compte que les entraves à leurs activités.

4En ce qui concerne le Lac d’Anterne, la mémoire écrite de Sixt ne conserve qu’une seule occurrence (ADHS, 6 FS 313) : une inondation descendue des Faucilles du Chantet, sous le Collet d’Anterne, qui engrava les prairies des Fardelets en août 1835, à la suite d’un orage qui ne manqua pas de frapper aussi la région du lac (mais avec quelle vigueur ?). Quant au ruisseau des Chéserys, émissaire du Lac Blanc, il aurait pu, à l’aval, empêcher la bonne marche du chemin de fer entre Chamonix et Argentière dès les premiers travaux en 1903 (ADHS, 4 S 133) ; ce ne fut jamais le cas. Cependant, les ingénieurs, bons connaisseurs du terrain, décidèrent de la construction d’ouvrages de protection de la voie laissant un passage suffisant aux « fortes crues de ce ruisseau qui charrie même des blocs ». Le ravin voisin de la Gurraz fit également l’objet de travaux conséquents parce que sujet aux « fortes crues ». Les hameaux de La Joux et de La Chauffriaz, construits sur une colline partiellement isolée du versant par une combe, n’ont jamais été atteints par les débordements.

5L’enquête devait donc s’élargir. Il fut finalement pensé profitable d’élaborer la série sur l’ensemble du bassin versant de l’Arve. Pour des questions de temps disponible, il ne fut cependant pas possible d’aborder une longue période pourtant relativement bien documentée. Les sources médiévales (à partir du xiiie siècle), par exemple, et notamment les comptes des châtellenies riveraines de l’Arve ou de l’un ou l’autre de ses affluents restent à dépouiller sous cet angle. Le dépouillement, non systématique, mais désirant explorer divers types de sources a concerné essentiellement la période du xviiie au xxie siècle.

2. Méthodologie

6La construction de la chronique des inondations historiques du bassin de l’Arve a été réalisée par une méthodologie simple faisant appel aux règles de base du travail de l’historien qui agit ici en historien de l’événementiel. En effet, l’inondation apparaît dans les sources historiques comme un « événement » : c’est-à-dire un nœud de significations multiples qu’il faut dénouer pour mettre en évidence le système complexe qui l’a produit et qu’il faut également confronter à une série de faits identiques ou semblables pour le rendre intelligible (Nora, 2011). L’inondation est un événement résultant de la congruence d’un grand nombre de facteurs naturels (pluviométrie, couverture des sols, nature du sous-sol, régime fluvial, etc.) et humains (importance de l’occupation humaine sédentaire, mode de gestion de l’espace humanisé, relation avec les cours d’eau, etc.). Son enregistrement dans les sources historiques souligne sa dimension sociale (gestion du risque ; interprétation de l’événement en termes sociaux : récit, destinataire du récit, raisons de l’informer, remédiation). L’élaboration de la chronique des inondations devait donc d’abord reconstituer des faits avérés relativement à la question posée (la relation événement/climat) avant de les soumettre à un traitement efficace (analyses statistiques, confrontation aux séries sédimentaires).

2.1. Crue ou inondation ?

7Nous préférons utiliser ici le terme inondation plutôt que crue. « Crue » désigne une montée des eaux (du verbe « croître »), importante ou non ; la crue d’un cours d’eau est relativement fréquente, après une pluie importante (soudaine ou de longue durée), au moment de la fonte printanière des neiges ou de la fonte estivale des glaces mais elle n’entraîne pas nécessairement une extension de la nappe d’eau hors du lit. L’« inondation » en revanche, désigne une submersion par les eaux d’espaces très rarement ou jamais noyés. C’est le sens du mot latin inundatio, qui désignait dès l’époque classique un débordement, un déluge. Les scribes des xiiie et xive siècles décrivaient les conséquences destructrices de cet événement exceptionnel par l’expression propter inundationem aquarum, littéralement « à cause de l’inondation des eaux » (Dubuis, 1990 ; Carrier, 2001).

2.2. Déterminer les sources historiques disponibles pour cette approche et élaborer une critique opérationnelle de ces documents

8Les sources dans lesquelles il est question d’inondation sont multiples et d’une grande diversité (voir liste en annexe). Ce sont des récits plus ou moins longs et détaillés, produits pour mémoire (chroniques) ou pour demander réparation aux autorités (correspondance administrative, rapports d’experts, règlements d’aménagements relatifs au cours d’eau, etc.). Dans l’un comme dans l’autre cas, cette documentation est produite a posteriori. Elle est construite comme un récit subjectif. La fonction de cette narration peut être d’inscrire le fait dans la mémoire collective et d’en fixer des contours exemplaires. Elle peut aussi être d’exposer un argumentaire devant l’autorité afin d’obtenir quelques compensations des dommages subis. De manière générale, l’événement n’est jamais le fait même, c’est ce dont on parle, ce qu’on écrit ; en histoire, le fait est la « chose dite » (et/ou écrite) (Ricœur, 2000). L’historien doit tenir compte de ces critères de constitution de la source qu’il étudie pour en chasser les travers trop subjectifs. Du moins doit-il tenter de comprendre les modes de production du document qui relate l’événement et croiser les sources, c’est-à-dire les récits d’un même événement, si possible.

2.3. Classer les données ?

9La pratique courante chez les historiens des inondations de répartir ces événements en trois classes – 1, 2 et 3 ou medium, large et extrême, désignations qui ne semblent pas tout à fait équivalentes (par ex. : Lang et alii, 2003 ; Berger et alii, 2010 ; Schmocker-Fackel, Naef, 2010) – nous semble illusoire pour le type de cours d’eau étudié ici. En effet, le bassin de l’Arve ne forme pas un ensemble de rivières aux régimes hydrologiques homogènes, comme les cours d’eau descendant des Cévennes (Blanchemanche, 2009 ; Berger et alii, 2010), certains cours d’eau côtiers méditerranéens espagnols (Benito et alii, 2010) ou les grands fleuves d’Europe centrale (Sturm et alii, 2001).

10Qui plus est, la manipulation du terme « crue extrême » reste délicate. En effet, ce concept suppose la capacité à placer l’événement repéré historiquement sur une échelle de notation qui comprendrait des échelons allant de la simple crue à l’inondation catastrophique. Les catastrophes très graves pour les groupes humains les ayant subies sont facilement identifiables, car les sources sont particulièrement volubiles à leur sujet. Mais elles ne sont heureusement pas très fréquentes et donc, en tant qu’événement isolé, elles ne signifient pas grand-chose en terme d’histoire climatique. De plus, elles masquent une activité hydrologique bien plus variée, capitale pour reconstituer la réalité d’un cours d’eau ou d’un bassin versant sur le long temps de l’histoire. La principale critique de cette pratique qualificative s’articule autour du fait que les séries historiques reconstituées incluent toujours les événements extrêmes mais en revanche, elles ne comprennent jamais l’ensemble des événements (surtout si elles sont très longues) ; la lecture de l’activité hydrologique d’un cours d’eau peut alors en être gravement faussée.

11Notre chronique a ainsi regroupé tous les événements relatés dans les sources dépouillées, quitte à éliminer ceux qu’il était difficile ou impossible d’informer au minimum. Chaque inondation retenue a été localisée précisément – nom du cours d’eau, point(s) d’impact –, datée si possible à l’heure et au jour, sinon au moins au mois près, et décrite du point de vue des dégâts occasionnés.

3. Constitution d’une série d’événements

12Cette démarche a permis d’élaborer un ensemble de données fiables et de constituer une longue série d’inondations (1711-2007) sur l’ensemble du bassin de l’Arve (fig. 2).

3.1. Extension géographique des événements

13Petra Schmocker-Fackel et Felix Naef (2010), cherchant à définir des tendances évolutives d’inondations dans différentes régions hydro-climatiques de la Suisse, choisirent de ne prendre en compte que les événements majeurs qui touchaient au moins 10 % des stations d’observation faute d’informations suffisantes – écrivaient-ils – sur les événements très localisés. Dans le cas du bassin de l’Arve, la qualité de l’information sur de multiples événements très localisés impliquait de ne pas rejeter ces « petits événements-inondations » très ponctuels (small flash floods). Ils recelaient a priori des données précieuses quant aux variations climatiques, surtout en les traitant comme des « événements historiques » (Nora, 2011 ; Voss, Wagner, 2010). La série globale, en multipliant les points informés sur l’ensemble du bassin versant de l’Arve, fait ainsi apparaître les événements ayant concerné l’ensemble ou une grande partie du bassin et les événements très ponctuels.

3.2. Discordance des impacts versus variabilité spatiale et saisonnière des événements-inondations

Fig. 2. Chroniques des inondations de 1700 à 2000 et répartition saisonnière des occurrences. Graphiques : Alain Mélo/Bruno Wilhelm, Laboratoire EDYTEM, CNRS/Université de Savoie.

14Une première analyse de la chronique souligne des écarts d’impact parfois très importants entre les différentes parties du bassin : une inondation à Chamonix implique rarement une réaction en aval ; et certains événements à Bonneville ne concernent pas du tout l’amont du bassin, ce qui semble avoir été observé en d’autres régions alpines (Merz, Blöschl, 2003). De manière générale, cette « grande variabilité des événements-inondations dans le temps et l’espace » a déjà été relevée par comparaison entre différents bassins des rivières d’Europe centrale (Glaser et alii, 2010). Elle a également permis de définir des régions hydro-climatiques appropriées pour établir des tendances évolutives pertinentes (region building : Schmocker-Fackel, Naef, 2010 ; pour les Alpes françaises : Kieffer-Weisse, Bois, 2001). La variabilité spatiale des événements-inondations dans le bassin de l’Arve correspond également à une variabilité saisonnière. Une première lecture de la chronique renseigne déjà sur ce que peut apporter une simple série bien informée dans le cadre d’une compréhension des transformations climatiques : la relation entre l’événement-inondation et le climat doit intégrer l’information météorologique (fig. 2).

4. Relation inondation/contexte météorologique

15Le passage par de longues séries calées sur des secteurs homogènes du point de vue hydrologique – haute vallée avec nombreux affluents glaciaires (Arve à Chamonix) ; Giffre nival (Sixt) ; Arve pluvio-nivale (Bonneville) – s’est avéré judicieux.

4.1. Familles d’événements-inondations

16Ces séries ponctuelles ont esquissé trois grandes familles d’événements caractéristiques de ce bassin versant.

17D’une part un très grand nombre de « petits événements » estivaux très localisés, surtout en amont des bassins versants de l’Arve et de ses affluents d’altitude – mais pas seulement –, événements souvent très violents, dont l’archétype bien documenté pourrait être l’inondation-lave de l’Arve et de l’Arveyron des 24 et 25 juillet 1996 qui endommagea Les Praz-de-Chamonix et la ville même.

18D’autre part un nombre remarquable d’événements automnaux de grande amplitude qui ne touchent pourtant que les parties basses du bassin versant, entre Cluses et Genève. Ce dernier type d’inondation est particulièrement bien documenté au niveau de Bonneville.

19Enfin, phénomène beaucoup plus rare mais récurrent, des inondations affectèrent l’ensemble du bassin ; ces inondations furent en général reconnues dans un vaste contexte géographique : le Nord des Alpes françaises par exemple, Isère comprise, pour l’événement tragique de novembre 1651 (AM Chamonix, HH2 ; Lang et alii, 2003).

20En soulignant la saisonnalité des événements-inondations, la donnée géographique a ainsi confirmé la pertinence des informations acquises, la légitimité de la série et le bien-fondé d’une analyse météorologique des événements pour conduire à une information efficace en terme d’histoire climatique (fig. 3).

Fig. 3. Distribution saisonnière des événements-inondations dans le bassin de l’Arve pour la période de 1700 à 2000. Graphique : Alain Mélo/Bruno Wilhelm, Laboratoire EDYTEM, CNRS/Université de Savoie.

4.2. Inondations soudaines et orages estivaux

21Les événements localisés estivaux prennent une valeur particulière dans la construction de la relation de l’événement-inondation avec le climat. La saisonnalité de ces inondations suggère un contexte météorologique spécifique, l’orage estival. La chronique de ces événements au cours des trois derniers siècles révèlent des tendances. Ceux qui dévastèrent une partie de la vallée de Chamonix entre 1825 et 1860, avec un pic d’activité des torrents glaciaires entre 1830 et 1840, surtout dans le secteur de Praz-Conduit (inondé quatre fois en 25 ans) et des Favrands (inondés sept fois pendant la même durée) démontrent une activité pluviométrique brève et forte, amplifiée par la fonte des petits glaciers des Pélerins : cette succession d’inondations appartiendrait à une période « chaude ». Une concordance similaire entre série d’événements-inondations et climat a été observée aussi en Belledonne (Wilhelm et alii, 2012). Les caractéristiques météo-climatiques de ces séquences peuvent se résumer ainsi : température moyenne estivale plus élevée que dans les décennies antérieures ; régime d’orages sous vent de sud-ouest chaud y compris à haute altitude et se levant impétueusement après des journées torrides. On retrouve là les mêmes circonstances que celles de l’événement chamoniard de juillet 1996.

4.3. Archives météorologiques

22D’où l’importance d’explorer les archives météorologiques. De quoi dispose alors l’historien ? En Europe, l’observation météorologique et l’accumulation d’informations remontent au xviiie siècle avec la curiosité insatiable des savants pluridisciplinaires des Lumières. Cependant elle ne prend forme clairement que vers 1830-1840, avec la mise en réseau d’observateurs à l’échelle européenne puis mondiale. En 1878 était créé le premier Bureau Central Météorologique, ancêtre de Météo-France, dont la vocation était de rassembler les informations produites par l’ensemble des observateurs dans le but de les traiter statistiquement et d’approfondir scientifiquement les connaissances en météorologie (Locher, 2008).

23L’histoire « météorologique » savoyarde fut nécessairement différente, le territoire des deux Savoie n’étant rattaché à la France qu’en 1860. Les premières observations s’étaient concentrées à Annecy dès 1773 sous l’égide de Joseph Despine (jusqu’en 1820) puis de l’abbé Vaullet, aumônier de l’hôpital d’Annecy (jusqu’en 1876). Peu à peu les points d’observation se multiplièrent, avec Chamonix à partir de 1855 (relevés thermométriques) puis avec l’intégration des instituteurs au réseau des observateurs en 1867, sous couvert des commissions cantonales météorologiques, elles-mêmes supervisées par la commission départementale (créée dès 1865) (ADHS, 22 J, Introduction). La Revue Savoisienne publia dès 1877 un bulletin météorologique complet, comprenant données relevées en tableau et analyses comparatives.

4.4. Éléments de comparaison

24Ces archives météo permettent d’aborder avec confiance une partie du xixe et le xxe siècle, bien que les mesures ne soient pas homogènes sur l’ensemble de ce siècle et qu’elles nécessitent une série de corrections pour pouvoir être comparées aux mesures plus récentes, à cause de l’évolution constante des outils, des pratiques et des localisations. La réinsertion dans un contexte météorologique des événements ponctuels et des événements plus étendus (septembre 1968, par ex.) peut être très précise (conditions météo, phase climatique en cours, description de la situation à une échelle plus vaste, etc.) et autorise à projeter le ou les modèles ainsi définis vers d’autres périodes moins bien documentées comme le xviiie siècle (septembre 1733, par ex.). La série devient alors intéressante, car l’enchaînement d’un type d’événement-inondation peut traduire une tendance climatique précise : régime des vents général et durable ; localisation et évolution momentanée des systèmes anticyclone/dépression, etc.

5. Conclusion

25Ainsi la méthode développée a montré ses capacités à répondre à la question posée de la relation entre événement-inondation et histoire climatique. Elle met en lumière deux principaux types d’événements-inondations dans le bassin versant de l’Arve pendant les trois derniers siècles : les événements estivaux (juillet, août, septembre) très localisés et les événements automnaux (octobre, novembre, décembre) de grande ampleur. Ce travail a également montré une répartition très inégale de ces événements-inondations sur les trois siècles informés, et notamment le contraste entre xviiie et xixe siècle qui entre en résonance avec des changements climatiques connus. Cependant, la chronique doit être étoffée et élargie si possible aux siècles antérieurs. En outre, certains événements doivent être affinés, et d’autres réinsérés dans un contexte météorologique plus précis (événements à grande échelle, par ex.) afin d’améliorer notre compréhension de l’origine et de la tendance évolutive des événements-inondations dans ce bassin versant. La définition plus pointue de micro-régions hydro-climatiques au sein du bassin de l’Arve, et notamment une cartographie très précise des impacts des événements, permettrait d’interpréter encore mieux les données fournies par une chronique fine et longue des inondations.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balseinte R., 1955, « La pluviosité en Savoie », Revue de géographie alpine, t. 43, no 2, p. 299-355.

Baud D., 2010, « Dynamiques paysagères d’un finage savoyard : l’apport des archives cadastrales (début xviiie - fin xixe s.) », Géocarrefour, vol. 85, no 1 [En ligne : le 27 mai 2010. URL : http://geocarrefour.revues.org/7650. Consulté le 26 décembre 2011].

Bénévent E., 1926, Le climat des Alpes françaises, Paris, Mémorial de l’Office national météorologique, 1926, 435 p.

Benito G., Throndycraft V. R., Rico M. et alii, 2008, « Paleoflood and floodplain records from Spain : evidence for long-term climate variability and environmental change », Geomorphology, doi:10.1016/j.geomorph. 2008.05.020

Berger J.-F., Blanchemanche P., Reynès C., Sabatier P., 2010, « Dynamiques fluviales en basse vallée du Vidourle au cours des six derniers siècles : confrontation des données pédosédimentaires à haute résolution temporelle à l’analyse fréquentielle des crues historiques », Quaternaire, vol. 21, no 1, p. 27-41.

Blanchemanche P., 2009, « Crues historiques et vendanges en Languedoc méditerranéen oriental : la source, le signal et l’interprétation », Archéologie du Midi médiéval, t. 27, p. 225-235.

Bührer G., 1901, « Le climat de la Haute-Savoie », Bull. de la Soc. vaudoise de Sciences naturelles, t. XXXVII, no 139, p. 133-211.

Carrier N., 2001, La vie montagnarde en Faucigny à la fin du Moyen Âge : économie et société, fin xiiie - début xvie s., Paris, L’Harmattan, 620 p.

Champion M., 1858-1865, Les inondations en France depuis le vie s. à nos jours, Paris, Dunod, 5 vol.

Dubuis P., 1990, Une économie alpine à la fin du Moyen Âge : Orsières, l’Entremont et les régions voisines, 1250-1500, Sion, Vallesia, 2 vol. (Cahiers de Vallesia, 1).

Gache S., 1994, Les catastrophes naturelles en Savoie du Nord du milieu du xive s. au xviiie s., Mémoire de maîtrise en histoire, 2 vol., Lyon, Univ. de Lyon II, 229 p. (inédit).

Gache S., 1995, Typologie des sources anciennes sur les catastrophes et déséquilibres naturels en Savoie au Petit Âge Glaciaire (1350-1800), Mémoire de DEA, Lyon, Univ. de Lyon II, 183 p. (inédit).

Gache S., 1996, « Tentative d’approche globale du risque naturel dans les sociétés anciennes : étude du cas de Bourg-Saint-Maurice », in : Troisièmes rencontres archéologiques de Rhône-Alpes, 1995, Lyon, S.R.A./ALPARA, p. 60-70.

Giguet-Covex C., Arnaud F., Enters D. et alii, 2012, « Frequency and intensity of high-altitude floods over the last 3.5 ka in NW European Alps », Quaternary Research, vol. 77, no 1, p. 12-22.

Glaser R., Riemann D., Schönbein J., Barriendos M. et alii, 2010, « The variability of european floods since AD 1500 », Climatic change, vol. 101, p. 235-256.

Kieffer-Weisse A., Bois P., 2001, « Estimation de paramètres statistiques des précipitations extrêmes dans les Alpes françaises », La Houille Blanche, t. 1, p. 62-70.

Lang M., Cœur D., Brochot S., Naulet R., 2003, Information historique et ingénierie des risques naturels : l’Isère et le torrent du Manival, Antony, Cemagref, 179 p.

Le Roy Ladurie E., 1967, Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 376 p.

Locher F., 2008, Le savant et la tempête : étudier l’atmosphère et prévoir le temps au xixe siècle, Rennes, Presses univ. de Rennes, 219 p.

Macdonald N., 2011, « Trends in flood seasonality of the River Ouse (Northern England) from archive and instrumental sources since AD 1600 », Climatic change, vol. 110, no 3-4, p. 901-923.

Merz R., Blöschl G., 2003, « Regional flood risk : what are the driving processes ? », in : Water resources systemshydrological risk, management and development (proceedings of symposium HS02b held during IUGG2003 at Sapporo), no 281, Wallingford, International Association of Hydrological Sciences Publications, p. 49-58.

Mortillet G. de, 1856, « Diguement des rivières torrentielles des Alpes et plus spécialement de l’Arve », Revue savoisienne, t. 2, p. 145-165.

Mougin P., 1914, Les torrents de Savoie, Grenoble, Impr. générale, 1251 p.

Mougin P., 1931, La restauration des Alpes, Paris, Imp. nationale, 584 p.

Nora P., 2011, « Le retour de l’événement », in : Le Goff J., Nora P. dir., Faire de l’Histoire, Paris, Gallimard, [1974], p. 283-306.

Payot P., 1950, Au royaume du Mont-Blanc, Bonneville, impr. Plancher, 305 p.

Peiry J.-L., 1988, Approche géographique de la dynamique spatio-temporelle des sédiments d’un cours d’eau intramontagnard : l’exemple de la plaine alluviale de l’Arve (Haute-Savoie), 2 vol., Lyon, Univ. Jean Moulin Lyon III, 377 p.

Pfister C., 1988, Das Klima des Schweiz von 1525 bis 1860 und seine Bedeutung in des Geschichte von Bevölkerung und Landwirtschaft, Berne, Academica Helvetica, 2 vol., 417 p.

Reynard E., Evéquoz-Dayen M., Dubuis P. dir., 2009, Le Rhône : dynamique, histoire et société, Sion, Archives d’État du Valais, 236 p. (Cahiers de Vallesia, 21).

Ricœur P., 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, éd. du Seuil, 690 p.

Rousset-Mestrallet M., 1986, Des torrents et des hommes : trois siècles d’histoire à Samoëns, Marignier, Imprim’off 7, 150 p.

Schmoker-Fackel P., Naef F., 2010, « More frequent flooding ? Changes in flood frequency in Switzerland since 1850 », Journal of Hydrology, vol. 381, p. 1-8.

Sturm K., Glaser R., Jacobeit J. et alii, 2001, « Hochwasser in Mitteleuropa seit 1500 und ihre Beziehung zur atmosphärischen Zirkulation », Petermanns Geographische Mittellungen, vol. 145, no 6, p. 14-23. (trad. M. Colsenet).

Voss M., Wagner K., 2010, « Learning from (small) disasters », Natural Hazards and Earth System Sciences, vol. 55, p. 657-669.

Wilhelm B., 2008, Enregistrement de la torrentialité, des pollutions métalliques et de l’aléa sismique en milieu proglaciaire depuis le xviiie siècle dans les sédiments du Lac Blanc (massif de Belledonne, Isère), Mémoire de master 2, Le Bourget-du-Lac, Univ. de Savoie, 66 p.

Wilhelm B., 2012, Reconstitution sédimentologique des extrêmes hydrologiques du dernier millénaire dans les Alpes françaises : relations aux changements climatiques, Mémoire de thèse, Le Bourget-du-Lac, Univ. de Savoie, 313 p.

Wilhelm B., Arnaud F., Enters D. et alii, 2012, « Does global warming favour the occurrence of extreme floods in European Alps ? First evidence from a NW Alps proglacial lake sediment record », Climatic change, vol. 113, no 3-4, p. 563-581.

Wilhelm B., Arnaud F., Sabatier P. et alii, 2013, « Palaeoflood activity and climate change over the last 1400 years recorded by lake sediments in the north-west European Alps », Journal of Quaternary Science, vol. 28, no 2, p. 189-199.

Annexes

ANNEXE

Filmographie (Cinémathèque des deux Savoies et de l’Ain, Veyrier-du-Lac, Haute-Savoie)

Crue de l’Arc 1957 : Cinémaurienne (Club de cinéastes amateurs), 1957, 19’42”.

Crue du Borne 1987 : Restauration des Terrains en Montagne, 1990, 13’24”.

Sources historiques

1. Archives départementales de la Haute-Savoie (ADHS, Annecy)

1.1. Série C (Administration sous l’Ancien Régime, avant 1792)

• I C, correspondance des Intendants, Faucigny : I C 1 (règlement suite à l’Édit de la péréquation générale de 1738) ; I C III 9 à 31 (inondations dans la province entre 1751 et 1791).

1.2. Fonds Sarde (FS)

• 2 FS, vice-intendance puis intendance du Faucigny, correspondance : 2 FS 213-214 (corr. passive 1815-1860) ;

• 4 FS, Faucigny, administration : 4 FS 225 (sinistres 1815-1860 : Chamonix, Bonneville, Bonne, etc.) ; 4 FS 228 (Sixt, travaux publics, 1815-1860) ; 4 FS 523 (statistique : enquête 1822 à Taninges, Samoëns, Saint-Gervais, Chamonix) ;

• 6 FS, Faucigny, affaires communales : 6 FS 74 (Chamonix, corr. avec l’Intendance, 1815-1860) ; 6 FS 132 (Entremont, inondations du Borne, 1817 & 1820) ; 6 FS 212 (Mont-Saxonnex, inondations du Bronze, 1841-1842) ; 6 FS 224 (Passy, corr. avec Intendance, 1815-1860) ; 6 FS 230 (Petit-Bornand, inondations du Borne, 1820) ; 6 FS 231 (Mont-Saxonnex, inondations du Bronze, 1844) ; 6 FS 313 (Sixt, 1815-1860) ;

• 10 FS, Faucigny, Travaux publics. Service hydraulique. Arve et Giffre. Lacs et torrents de montagne. Routes et ponts : 10 FS 139 (1831-1838).

1.3. Collégiale de Sallanches/Prieuré de Chamonix

• 10 G 261 (prieuré de Chamonix 1727-1749) ; 10 G 306 (idem, 18e s.).

1.4. Statistiques 1860-xxe s.

• 7 M 139 (calamités publiques : débacle glaciaire de Chamonix, 1920) ; 7 M 142 (idem : inondations de l’Arve, 1930 ; lave de La Rippaz à Magland, 1931).

1.5. Affaires communales 1860-xxe s.

• 2 O 885-886 (Petit-Bornand, inondations du Borne, 1875 & 1878).

1.6. Travaux publics 1860-xxe s.

• 4 S 131 à 134 (ligne de chemin de fer Le Fayet-Argentières, 1896-1916).

1.7. Service météorologique de Haute-Savoie (22 J)

• 22 J 38 à 67 : Observations météorologiques et hydrologiques par les stations et les Ponts & Chaussées ; avec bulletin des orages, résumés, etc. Classement par mois. 1899-1928, plus ou moins lacunaire. La cote 22 J 67 comprend les relevés hydrologiques Arve et (grands) lacs.

• 22 J 68-91 : observations météorologiques, pluviométriques, pression atmosphérique, précipitations, orages, état du ciel, neige, etc. par stations ou postes d’observation pour le service des Reboisements Savoie et Haute-Savoie (RTM). Observations valables dans un contexte très ponctuel. Pas de synthèse sur des espaces plus vastes. 1934-1960. À partir de 1957, cote 22 J 91, état d’avancement des glaciers.

• 22 J 93 : Informations météorologiques historiques ; ce sont les notes manuscrites pour l’article de A. Mange (Revue savoisienne, 1888 : p. 267-270 et 279-282) et autres notes plus récentes (concerne la période 1500-1800).

• 22 J 94-96 : neige, avalanches, glaciers, 1911-1949.

• 22 J 97-107 : courbes barométriques et thermométriques Annecy, Bonneville, Semnoz & Thonon, 1893-1923.

• 22 J 108 : pluviométrie à Annecy, 1899-1902.

• 22 J 110 : graphiques « appareils » de Chamonix, 1936 ; 1938-1940.

• 22 J 111 : Commission de météorologie de la Haute-Savoie (1875 et suivantes). Relevés mensuels et bulletins annuels publiés (dès 1876, jusque ?) ; analyse des relevés annéciens de Joseph Despines (1775-1830) et de l’abbé Vaullet (1830-1876).

• 22 J 113 : Commission météorologique de la Haute-Savoie, Bulletin annuel, 1901-1912.

• 22 J 114 : Comité météorologique de la Haute-Savoie, Bulletin annuel, 1948-1964.

• 22 J 115 : Idem, Bulletin annuel, 1965-1978.

• 22 J 116 : Bulletin climatologique mensuel de Haute-Savoie, dès janvier 1959/1971-1982 (se poursuit sous la cote Pa 126, cf. infra).

• 22 J 240-244 : résumés météorologiques pour Genève et le col du Grand Saint-Bernard, 1891-1921, sauf 1899, 1901, 1919. Voir cotes suivantes.

• 22 J 263-268 : suivi des postes d’observations météorologiques, 1944-1979.

1.8. Presse périodique

• Pa 126 : Bulletin climatologique de Haute-Savoie, mensuel, dès juin 1984 ; se poursuit (changement de forme en 2000, paraît depuis avec moins de détails).

La Revue savoisienne a également publié un « Bulletin météorologique » de 1876 à 1890 au moins (dépouillés partiellement). Ces bulletins sont également archivés sous la cote 22 J 111.

2. Archives municipales de Chamonix, fonds ancien déposé aux Archives départementales (AM Chamonix, Annecy)

2.1. Biens communaux

• DD4 (bois communaux, xviie - xviiie s.) ; DD5 (chemins et ponts, xvie - xviiie s.).

2.2. Mesures d’exception

• HH 2 (requêtes suite à inondations, xviie s.) ; HH5 (météorologie, xvie - xviie s.) ; F2 (sinistres, période révolutionnaire).

3. Archives municipales de Cluses (non dépouillées)

3.1. Séries anciennes (avant 1792)

• BB 29 : Procédures entre la ville et l’entrepreneur à propos des digues de l’Arve (1783-1784).

• DD 8 : Rôles des sommes à verser pour l’entretien du pont de l’Arve (1620).

• DD 12 : Projet de reconstruction du pont de l’Arve (1626). Travaux de réparations (1735-1789).

• DD 13 : Aménagements des digues de l’Arve (1728-1792).

• DD 14 : Aménagements des digues de l’Englennaz (1713-1791).

• DD 15 : Aménagements des digues de la Maladière (1783-1784).

• DD 16 : Requêtes à propos des inondations (1659).

3.2. Séries modernes (1792-1970)

• O 126 à O 133 : Rivière d’Arve (endiguement ; syndicat pour l’endiguement ; travaux ; divers) (An 13-1971). Particulièrement O 133 : inondation de 1968 (dommages, réclamations, classement de Cluses en zone sinistrée).

• O 134-135 : torrent de l’Englennaz (et ruisseau du Monard) (curage, rectification du lit, réclamations, syndicat pour le curage) (1793-1930).

4. Archives municipales de Sixt (dépouillement Charline Giguet-Covex)

4.1. Registres des procès-verbaux des délibérations du Conseil municipal

Vol. 1894-1910 ; vol. 1910-1926 ; vol. 1956-1965 ; vol. 1965-1972 ; vol. 1973-1976 ; vol. 1976-1982 ; vol. 1982-1989 ; vol. 1989-1997.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le bassin versant de l’Arve. Localisation des lacs étudiés. Cartographie : Alain Mélo/Estelle Ployon, Laboratoire EDYTEM, CNRS/Université de Savoie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 2. Chroniques des inondations de 1700 à 2000 et répartition saisonnière des occurrences. Graphiques : Alain Mélo/Bruno Wilhelm, Laboratoire EDYTEM, CNRS/Université de Savoie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 3. Distribution saisonnière des événements-inondations dans le bassin de l’Arve pour la période de 1700 à 2000. Graphique : Alain Mélo/Bruno Wilhelm, Laboratoire EDYTEM, CNRS/Université de Savoie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search