Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Le dépôt de Quitteur (Haute-Saône) et les dépôts de bronzes en contexte d’habitat au Bronze final

Jean-François Piningre

Résumé

Le petit dépôt de bronzes découvert à Quitteur (commune de Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux et Quitteur ; Haute-Saône - France), sur une moyenne terrasse de la Saône, est composé de trente-deux objets comprenant un assortiment d’éléments de parures (boutons à bélière, pendeloque, anneaux) associés à un couteau à manche massif et une armature de flèche. Le lieu de découverte du dépôt, dans l’espace occupé par les vestiges d’un habitat contemporain du RSFO, s’écarte de la majorité des dépôts de bronzes isolés comme l’archéologie les perçoit habituellement. À l’aide de quelques comparaisons géographiquement proches, il est alors permis de nous interroger sur le caractère apparemment inhabituel de cette catégorie de dépôts placés en contexte domestique et sur la signification spécifique de ceux-ci.

Texte intégral

1Les auteurs qui se sont penchés ces dernières années sur l’interprétation des dépôts de bronzes et sur leurs localisations ont beaucoup insisté sur l’isolement de ceux-ci, ainsi que sur le rôle de marqueurs territoriaux que leurs contextes topographiques particuliers peuvent impliquer, hors des lieux de la vie quotidienne. Les liens des dépôts avec des zones d’habitats denses, ou en périphérie de sites fortifiés, sont également souvent soulignés (Brun, 1993 ; Mordant, 1998 ; Piningre, 1998 ; Milcent, Mennessier-Jouannet, 2007). Par contre, la présence de dépôts dans les aires d’implantation même d’habitats qui leur sont contemporains est plus rarement attestée (Stein, 1976 ; Huth, 1997). Des exemples plus ou moins récents, bien documentés, illustrent toutefois clairement leur existence, que ce soit dans des habitats de plaine (Cannes-Écluse, Saint-Priest), des sites fortifiés (Büllenheimer-Berg), ainsi que des habitats palustres ou fluviaux (Auvernier, Hauterive-Champréveyres, Bad-Buchau « Wasserburg », Agde). Il est fort probable que le nombre de ceux-ci pourrait être plus élevé dans la mesure où la grande majorité des dépôts provient de découvertes fortuites anciennes dont les contextes demeurent inconnus.

Fig. 1. Carte de localisation du site de Quitteur.

2La composition variée des dépôts retrouvés en contextes d’habitats suit les catégories représentées dans les dépôts « isolés » qui peuvent donner lieu à différentes interprétations : dépôts d’objets majoritairement fragmentés, dépôts d’objets de prestige, assemblages d’objets entiers avec parures et outillage.

3La découverte d’un petit ensemble de trente-deux objets entiers lors de la fouille de l’habitat RSFO de Quitteur (commune de Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux-et-Quitteur – Haute-Saône) nous conduit à quelques réflexions au sujet de ce dernier type de dépôt. Elle offre l’occasion d’évoquer également la répartition du restant du mobilier métallique recueilli dans ce site d’habitat de plaine alluviale.

1. Présentation du site de quitteur

4À une douzaine de kilomètres en amont de Gray (Haute-Saône), le site de Quitteur « sur la Noue » occupe une terrasse de sable fin qui domine le lit majeur de la Saône de 6 m environ (fig. 1). Les premiers indices repérés en 1972 dans le front de taille d’une sablière ont donné lieu entre 1985 et 1992 à huit campagnes de fouilles de sauvetage programmées qui ont permis le décapage et l’étude de deux secteurs implantés de part et d’autre de l’exploitation sur une superficie de 5 500 m2. Des prospections et des sondages mécaniques réalisés en dehors de cette emprise, le long de la terrasse ont montré que les occupations du Bronze final s’étendaient bien au-delà de la partie explorée, jusqu’à 200 m en aval.

Fig. 2. Objets du dépôt en cours de décapage (photo J.-F. Piningre).

Fig. 3. Couteau fiché dans le sol et appliques à bélières (photo J.-F. Piningre).

5Dans ce contexte de sédiment meuble, anciennement cultivé, les conditions de conservation et de lecture des implantations humaines restent incomplètes. Les vestiges au sol composés majoritairement de tessons de céramiques proviennent en partie de couches d’épandage et de paléosols piégés dans les dépressions naturelles du terrain et, d’autre part, du comblement de 280 structures en fosses de types variés. On soulignera toutefois que le terrain sableux, ainsi que la préservation du mobilier dans les dépressions naturelles, ont favorisé la conservation d’un corpus particulièrement étoffé de céramiques du groupe Rhin-Suisse-France-Orientale qui placent le site de Quitteur parmi les principaux ensembles de référence franc-comtois avec l’habitat de vallée de Dampierre-sur-le-Doubs (Doubs) (Pétrequin et alii, 1969) et celui de la grotte des Planches-près-Arbois (Jura) (Pétrequin et alii, 1985).

6Hormis les fosses profondes, la lecture des structures d’habitat reste difficile. Une analyse spatiale fondée sur la répartition des vestiges a toutefois permis d’isoler cinq ou six unités domestiques associant, chacune sur un espace réduit, les témoins de plusieurs types d’activités disposant de structures de stockage, de combustion et de dépotoirs et d’en proposer une interprétation sous la forme d’un habitat espacé présentant plusieurs états d’occupations échelonnés dans le temps (Piningre, Nicolas, 2005).

7La chronologie repose principalement sur l’analyse typologique et la sériation du mobilier céramique recueilli dans les fosses. Elle indique une évolution des occupations du site en plusieurs étapes qui se rattachent principalement aux phases du BF IIb et IIb/IIIa (Nicolas, 2009, fig. 4).

2. Le dépôt de bronzes

8La découverte en 1990 d’un dépôt de trente-deux objets en bronze est particulièrement intéressante dans le cadre de cet habitat. Ces objets se trouvaient à la base du paléosol contenant un épandage de mobilier RSFO, légèrement enfouis dans le sable jaune du substrat (fig. 2). Aucune trace de fosse ni de contenant périssable matérialisé n’a été mise en évidence, ce qui ne permet pas d’écarter totalement cette hypothèse compte tenu des difficultés de lisibilité d’un creusement rapidement comblé dans ce type de substrat. Les objets sont répartis sur une surface de 0,75 m de diamètre. On remarque toutefois un regroupement de sept objets autour d’un couteau à manche massif fiché verticalement pointe en bas (fig. 3). Cette position particulière laisse penser que cet objet à été disposé ainsi volontairement. À la périphérie, un anneau, une pendeloque et un bouton à bélière s’isolent de la concentration principale sans qu’il soit possible de dire s’ils occupent une position initiale ou s’ils ont été dispersés par des bioturbations. L’attribution de ce lot d’objets métalliques à un petit dépôt est très vraisemblable compte tenu de sa composition et de sa localisation sur une superficie réduite.

Fig. 4. Objets composant le dépôt (dessins V. Ganard).

2.1. Composition de l’ensemble

9Compte tenu de l’altération de certains d’entre eux, l’ensemble des objets représente une masse totale minimale de 198,7 g. Il comprend (fig. 4) :

  • trois boutons à bélière en calotte lisse (diam. : 28, 38 et 48 mm ; pds : 3,7 g ; 4,1 g ; 5,4 g ; fig. 4, nos 1-3) ;

  • douze boutons à bélière en calotte ou tronconiques, à mamelon sommital (diam. compris entre 25 et 33 mm ; pds compris entre 9,3 g et 2,3 g ; fig. 4, nos 4-12 et 14-16). Un exemplaire se distingue du lot par un diamètre de 40 mm (fig. 4, no 7) ;

  • un tutulus conique muni de deux encoches de fixation (ou perforations endommagées ?) (diam. : 20 mm ; pds : 1 g ; fig. 4, no 13) ;

  • dix anneaux pleins à section aplatie ovalaire (diam. : 16 à 22 mm ; pds : 2,2 à 0,5 g ; fig. 4, nos 22-30, 32) ;

  • un anneau à section circulaire, attenant à un maillon plat en tôle de bronze (diam. : 26 mm ; pds : 3,4 g ; fig. 4, no 21) ;

  • un maillon ouvert à section losangique (pds : 1,7 g ; fig. 4, no 31) ;

  • une pendeloque triangulaire à décors de pointillés sur une face, très effacés (fig. 4, no 18). L’anneau de suspension est brisé (L. conservée : 38 mm ; pds : 8,9 g). Le décor, encore visible dans la partie supérieure, est composé de trois arcs de cercle concentriques soulignés à la base par une ligne rectiligne. Le bord supérieur est également décoré d’une ligne de pointillés ;

  • une plaque en tôle de bronze incomplète décorée au repoussé (fig. 4, no 17). La partie subsistante montre une forme en arc de cercle à base concave comparable à celle de Blanot (Thevenot, 1991, fig. 54-55). Sa longueur peut être estimée à 9 cm environ et sa largeur entre 4,5 et 5 cm. Son décor présente trois motifs circulaires de 16 mm de diamètre, composés d’une bossette inscrite dans trois nervures concentriques, une bordure de deux nervures parallèles soulignées de part et d’autre d’une ligne de pointillés et un motif central arciforme pointillé ;

  • une armature de flèche à pédoncule et ailerons (L. : 38 mm ; l. ailerons : 25 mm ; pds : 2,5 g ; fig. 4, no 19) ;

  • un couteau à manche massif assimilable au type de Larnaud (L. : 220 mm ; pds : 107,1 g ; fig. 4, no 20). La partie proximale du manche, de section ovalaire, présente une fausse virole composée de deux bourrelets décorés de hachures obliques très usées. La partie médiane est ornée de chevrons incisés et d’un dispositif en relief formant ergots. La partie proximale, de section rectangulaire, est, quant à elle, ornée de deux gouttières dont les bords sont hachurés. Elle se termine par un pommeau plein, évasé, doté de deux appendices dont les bords sont également ornés de hachures obliques. La lame est large à section triangulaire sans rebords. Le dos est faiblement sinueux et présente, sur la partie proximale, un décor incisé de chevrons alternant avec des hachures transversales.

2.2. Comparaisons, datation

10Avec son manche massif à fausse virole cannelée, son pommeau évasé et sa partie médiane à ergots saillants, le couteau appartient au type de Larnaud, représenté dans le dépôt jurassien par la partie proximale de deux exemplaires ; l’un à pommeau creux, l’autre terminé par un anneau fixe (Nicolardot, Gaucher, 1975). Le couteau de Quitteur se rapproche plus particulièrement de l’exemplaire isolé de Mehun-sur-Yèvre (Cher ; Cordier, 1976). Ces deux objets ont en commun le manche décoré d’incisions, une fausse virole cannelée ainsi que les appendices concaves, plus courts que sur les exemplaires de Larnaud. Par contre, le pommeau du couteau de Mehun-sur-Yèvre, également bifide, est creux et doté d’un trou de goupille comme sur l’un des deux exemplaires de Larnaud. D’autres couteaux du type de Larnaud présentent également un pommeau évasé comme ceux de Thonon (musée d’Annecy), Barbirey-sur-Ouche (Nicolardot, Gaucher, 1975), Ceradice (SL) (Blazek, Smejtek, 1993, Taf. 1/10).

11Il convient d’attribuer la majorité du matériel de Larnaud à la phase moyenne du Bronze final, postérieurement à l’horizon des dépôts du Bz D2-Ha A1 (Cannes-Écluses, Beaujeu, La Rivière-Drugeon, Villethierry). La courbure de la lame large, à extrémité légèrement rebroussée, caractérise les couteaux du Ha A2 (Rychner, 1979, pl. 108). Un exemplaire de ce type est représenté dans les couches 5-3 d’Hauterive-Champréveyres datées de 1050-1030 BC (Rychner-Faraggi, 1993, fig. 78).

Fig. 5. Appliques en tôle de bronze décorée de Quitteur (a) et de Blanot (b). a : dessin V. Ganard ; b. d’après Thevenot, 2011.

12Les boutons à bélières, avec ou sans mamelons, apparaissent dans des sépultures (Lingolsheim 13), des habitats (Greifensee-Böschen, Gonvillars, Arboisles-Planches, Cortaillod-Est) et des dépôts (Larnaud, Saint-Priest, Blanot, Bénévent-en-Champsaur, Amboise, Brebach, Fresnes) à partir du Bronze final IIb, jusqu’au BF IIIb.

13C’est au même contexte chronologique que sont associées les pendeloques triangulaires décorées, où les pointillés se combinent souvent aux motifs incisés (Audouze, 1976 ; Passard, Piningre, 1984).

14La plaque en tôle de bronze décorée au repoussé est un type rare, peut-être en raison de sa fragilité. Un exemplaire complet, tout à fait comparable, figure dans le dépôt de Blanot (Côte-d’Or ; Thevenot, 1984, fig. 54, 55) et constitue à ce jour la seule référence (fig. 5). Associé à des fragments d’un vêtement de cuir orné de boutons à bélières et muni de griffes de fixation sur sa face inférieure, il est interprété comme une applique ornementale de ce vêtement. La chronologie du dépôt de Blanot, qui s’appuie sur l’association de vaisselles métalliques (coupe de Kirkendrup-Jenišovice, chaudron de type B1) et d’éléments de parures (anneau réniforme, jambières à spirales, ceinture articulée à maillons plats), converge vers le Ha B1, sans exclure un ancrage de certains objets dans une étape évoluée du Ha A2 (Thevenot, 1991, p. 98).

15Les datations ainsi évoquées permettent de situer le dépôt de Quitteur à la phase moyenne du Bronze final, en corrélation avec l’horizon régional des dépôts de Larnaud, Blanot et Bouclans. Le couteau, qui représente l’élément chronologiquement le plus pertinent, peut tirer ce petit ensemble vers le Ha A2. Cette datation est tout à fait compatible avec l’environnement céramique de ce secteur, qui couvre le BF IIb et le début du IIIa.

Fig. 6. Tableau de comparaison des ensembles de Quitteur, Hauterive-Champréveyres, Blanot.

2.3. Interprétation

16Le dépôt de Quitteur peut se caractériser ainsi sous différents aspects. Par sa composition d’objets entiers, où la parure tient une place majoritaire, il se rapproche des dépôts à assemblages de parures du type Blanot, Pont-de-Roide, Bénévent-en-Champsaur, et se distingue des dépôts d’objets fragmentés dits de fondeurs. L’aspect récupération n’apparaîtrait qu’à travers un anneau attenant à un fragment de maillon plat, sans doute un élément de ceinture ou de pendentif. Le couteau, ainsi que la pendeloque dont la cassure de l’anneau peut avoir eu lieu après son enfouissement, montrent des traces d’usage qui ont estompé partiellement les décors. Il en est de même pour les anneaux qui présentent un amincissement localisé, témoin d’un usage certain. Suivant ces critères, aucun de ces objets n’apparaît toutefois hors d’usage ou mutilé, mais une partie d’entre eux indique qu’ils ont été utilisés et portés pendant un certain temps.

17On soulignera aussi l’aspect « personnel » de cet assortiment, où ne figurent aucun outil et aucune série d’objets caractéristiques de nombreux dépôts (Stein, 1976 ; Rychner, 1987 ; Verger, 1992). Couteau et armature de flèche sont par contre fréquemment associés au matériel funéraire individuel. L’ensemble de boutons, tout comme la plaque décorée au repoussé, ont pu participer à l’ornement d’un gilet ou d’un plastron moins somptueux que celui de Blanot, mais sans doute assez comparable. Si l’on s’interroge sur l’identité du propriétaire de ces objets, les informations sont, en première analyse, un tant soit peu contradictoires. Le vêtement de Blanot est associé à plusieurs parures féminines qui composent un ensemble particulièrement riche (jambières, bracelet, colliers de tubes d’or) et le dépôt a été de ce fait identifié comme appartenant à un personnage féminin (Verger, 1998). La pendeloque va dans ce sens. Le couteau, plutôt ubiquiste, ne représente pas un marqueur sexuel indiscutable. La présence d’une armature de flèche, accessoire d’armement ou de chasse, apporterait par contre à cet ensemble un caractère masculin plus affirmé. Ces deux objets rappellent d’autres exemples de dépôts à parures féminines associées à un couteau (Hauterive-Champréveyres 1, Moriez) ou un rasoir (Mathay, Bénévent-en-Champsaur) qui peuvent être considérés comme des objets surnuméraires à valeur symbolique (Verger et alii, 2007).

18Bien que modeste, la composition du dépôt de Quitteur peut également être comparée aux ensembles recueillis lors des fouilles du site de Hauterive-Champréveyres (Rychner-Faraggi, 1993), eux-mêmes mis en parallèle avec deux des trois ensembles composant le dépôt de Blanot (Fischer, 2012) (fig. 6). On retrouve ainsi des ornements de vêtement (applique en tôle décorée, quelques boutons à bélière lisses ainsi que des boutons à mamelon sommital en nombre plus important), une série d’anneaux et une pendeloque, objets qui composent exclusivement le troisième ensemble de Blanot et l’un des lots du dépôt 3 de Hauterive (Rychner-Faraggi, 1993, fig. 3). Ces comparaisons donnent au dépôt de Quitteur une certaine cohérence.

3. Le mobilier métallique et les petits objets

19Le mobilier métallique recueilli sur le site compte 65 objets fragmentés dans leur grande majorité. Ils appartiennent à des éléments de petites dimensions qui représentent une faible masse de métal, comprise en moyenne entre 1 et 10 g, à l’exception d’une hache à ailerons sub-terminaux (fig. 7 et 8).

20Prédominent les éléments de parures (fragments de pendeloque, épingle, bouton à bélière, un fragment de jonc de bracelet) et les éléments d’assemblage qui peuvent appartenir à la première catégorie (anneaux, maillons ouverts). Parmi les fragments de tiges, classés ici dans les indéterminés, se rangent également des tiges lisses à section circulaire qui appartiennent sans doute à des fragments de fûts d’épingles et contribueraient à accroître le nombre des parures.

Fig. 7. Diagramme de représentation des différents types d’objets recueillis sur le site.

Fig. 8.Représentation proportionnelle des catégories d’objets recueillis sur le site.

21Le restant est composé de fragments d’outils cassés (pointes de lames de couteaux ou de faucilles, fragments d’ailerons et de tranchants de hache), ainsi que de petits outils (burins et poinçons). Seuls font exception un couteau à soie complet, ainsi que la hache à ailerons précédemment signalée. Une armature de flèche constitue enfin le seul témoin d’armement.

22La répartition des objets de métal est étendue et coïncide avec celle d’autres petits objets comme les perles (fig. 9). Elle coïncide avec des secteurs de dépressions naturelles qui ont piégé des portions de sols, notamment dans le secteur 1. Dans leur ensemble, ces objets ne montrent pas de concentration significative à l’exception de quelques perles retrouvées groupées. On constate donc que, dans leur écrasante majorité, ces objets peuvent être considérés comme de menus fragments non récupérés. Bien que provenant de portions de sols préservées, ce matériel n’a rien de comparable avec le corpus des bronzes recueillis en contexte palafittique par l’absence de certaines catégories et par la masse réduite que chaque objet représente (Rychner, 1979 ; Rychner-Faraggi, 1993 ; Fischer, 2012). Régionalement, la série de Quitteur se rapproche davantage de celle recueillie dans la Grotte des Planches-près-Arbois, composée de menus fragments à l’exception d’une parure annulaire décorée complète qui fait figure d’exception (Pétrequin et alii, 1985, fig. 80-82, 150). On peut donc voir à travers la série de Quitteur un standard des objets abandonnés en contexte d’habitat terrestre ouvert. La hache, isolée, se distingue du lot par sa masse, ainsi que par son état complet, quoique usagé. Enfouie dans le sable en position horizontale, rien ne permet d’y voir un objet déposé volontairement même si la question mérite d’être posée.

4. Dépôt et habitat

23Dans l’habitat, le dépôt est situé à proximité d’une concentration de structures se rapportant à différentes activités domestiques composées de trois jarres de stockage en place à demi enfouies dans une fosse, des fosses-silos, des fragments de structures de cuisson et du matériel de mouture (fig. 10). Le mobilier céramique de ces fosses se rattache au stade évolué du BF IIb. Situé en bordure de cette concentration, le dépôt est localisé dans un espace où n’ont été observés que deux fosses de l’Âge du Fer et quelques trous de poteau non datés et ne permettant pas de restituer une organisation. Ces liens de proximité ne constituent pas une preuve absolue de la relation entre ces ensembles, loin de là. On peut toutefois dire que le dépôt a été placé dans un espace dédié à une occupation de type domestique contemporaine ou durant une tranche chronologique proche, ce qui semble devoir exclure l’existence d’un espace spécialisé, réservé sur le long terme. Comme le suggèrent les dépôts de Hauterive, il pourrait davantage avoir été associé étroitement à un contexte domestique, mais il est par contre impossible de déterminer quels liens il a pu entretenir avec l’habitation. Comme l’ensemble 2345 d’Hauterive-Champréveyres (Rychner-Faraggi, 1993, fig. 3), le faible enfouissement du dépôt de Quitteur et l’absence de fosse lisible posent également la question de son emplacement originel qui pourrait avoir été masqué par une construction assurant sa protection.

Fig. 9. Plan de répartition des objets métalliques et des perles.

Fig. 10. Plan des structures datables du RSFO dans la zone du dépôt.

24En conclusion, nous constaterons que les dépôts en contexte d’habitat s’écartent a priori du schéma interprétatif du dépôt isolé, marqueur de lieux symboliques sacralisés tels que l’archéologue les perçoit habituellement. L’existence de dépôts dans la sphère domestique peut alimenter l’hypothèse classique, mais difficile à démontrer, de la cachette de biens personnels en période d’insécurité ou pour toutes autres raisons. À côté de cette explication profane, on peut aussi considérer le rôle de la sphère domestique comme un espace à la fois physique et un lieu du déroulement des différentes étapes de la vie sociale du groupe (Fontijn, 2002, p. 147). Les dépôts en habitats comparables à celui de Quitteur se caractérisent par des assemblages de parures associées à un objet personnel. Comparées aux assemblages de parures prestigieuses de type Blanot-Bénévent-en-Champsaur, enfouies isolément, ces parures n’évoquent qu’une partie du costume et restent modestes par leur nombre et leur composition, même si dans le cas présent les ornements de vêtement et notamment l’applique en tôle décorée, participent à Blanot à un ensemble beaucoup plus riche. On peut alors s’interroger sur la signification de ces choix qui peuvent résulter de gestes différents suivant la composition quantitative et qualitative du lot et le lieu d’enfouissement relevant de la sphère domestique ou territoriale.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Audouze F., 1976, « Les ceintures et ornements de ceinture de l’Âge du Bronze en France », Gallia Préhistoire, t. 19, fasc. 1, p. 70-172.

Barge H., 2004, « Le dépôt de bronzes de Moriez (Alpes-de-Haute-Provence) », Documents d’Archéologie méridionale, 27, p. 141-170.

Blazek J., Smejtek L., 1993, Nordböhmische Bronzefunde 1/1. Die Bronzemesser in Nordwestböhmen, Praha, 68 p. (Beiträge zur Ur-und Frühgeschichte Nordwestböhmen, 1).

Brun P., 1993, « East-west relations in the Paris bassin during the Late Bronze Age », in : Scare C., Healy F. dir., Trade and Exchange in Prehistoric Europe, Proceedings of a Conference held at the University of Bristol, April 1992, Oxford, Oxbow books, p. 171-182 (Oxbow books, 33).

Cordier G., 1976, « Les civilisations de l’Âge du Bronze dans le Centre-Ouest et les pays de la Loire moyenne », La Préhistoire française, II, p. 543-560.

Fischer V., 2012, Les bronzes en contexte palafittique sur les rives du Léman et des Trois-lacs (Suisse occidentale), Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, 175 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 128).

Fontijn D. R., 2002, Sacrificial Landscape, Analecta Praehistorica Leidensia, university of Leiden, 392 p.

Huth Ch., 1997, Westeuropäische Horte der Spätbronzezeit Fundbild und Funktion, Regensburg, Universitätsverlag/Bonn, Habelt, 2 vol. (Regensburger Beiträge, 3).

Kimmig W., 1992, Die ’Wasserburg Buchau’ : ein spät Bronzezeitliche Siedlung, Stuttgart, K. Theiss, 76 p., 61 fig. (Materialhefte zur Vor-und Frühgeschichte, 16).

Milcent P.-Y., Mennessier-Jouannet Ch., 2007, « Entre déterminisme environnemental et processus historique : formes et modalités d’occupation du sol en Basse Auvergne du Bronze final au début du second Âge du Fer », in : Richard H., Magny M., Mordant Cl. dir., Environnements et cultures à l’Âge du Bronze en Europe occidentale, Actes du 129ème congrès national des Soc. historiques et scientifiques, Besançon, avril 2004, Paris, éd. du CTHS, p. 227-242 (Documents préhistoriques, 21).

Mordant C., 1998, « Dépôts de bronzes et territoires à l’Âge du Bronze en Bourgogne (xviie-ixe siècle avant J.-C.) », in : Mordant Cl., Pernot M., Rychner V. dir., L’Atelier du bronzier en Europe du xxe au viiie siècle avant notre ère, Actes du colloque international’Bronze’96’, Paris, éd. du CTHS, vol. III, p. 185-210.

Nicolardot J.-P., Gaucher G., 1975, Typologie des objets de l’Âge du Bronze en France, V. Outils, Paris, éd. de la Soc. préhistorique française, 134 p.

Nicolas T., 2009, « Les manifestations identitaires à travers les styles céramiques de la culture Rhin-Suisse-France Orientale dans le Jura », in : L’isthme européen Rhin-Saône-Rhône dans la Protohistoire : approches nouvelles en hommage à Jacques-Pierre Millotte, Actes du colloque de Besançon, 17-18 oct. 2006, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, p. 265-276, 5 fig. (A.L.U.B., Série Environnement, sociétés et archéologie, 13).

Passard F., Piningre J.-F., 1984, « Un dépôt du Bronze final à Bouclans (Doubs) », R. A. E., t. XXXV, fasc. 1-2, p. 85-110.

Pétrequin P., Urlacher J.-P., Vuaillat D., 1969, « Habitat et sépultures de l’Âge du Bronze final à Dampierre-surle-Doubs (Doubs) », Gallia Préhistoire, t. XII, fasc. 1, p. 1-36.

Pétrequin P., Chaix L., Pétrequin A.-M., Piningre J.-F., 1985, La grotte des Planches-près-Arbois (Jura) : Proto-Cortaillod et Âge du Bronze final, Paris, éd. de la M.S.H., 273 p., 214 pl.

Piningre J.-F., 1998, « Les dépôts de Franche-Comté : analyse spatiale », in : Mordant Cl., Pernot M., Rychner V. dir., L’Atelier du bronzier en Europe du xxe au viiie siècle avant notre ère, Actes du colloque international’Bronze’96’, Paris, éd. du CTHS, vol. III, p. 211-222, 6 fig.

Piningre J.-F., Nicolas T., 2005, « Structures arasées ? Architectures fugaces ? L’exemple de l’habitat du Bronze final de Quitteur (Haute-Saône) », in : Architecture de l’habitat protohistorique, Actes du 127ème congrès national des Soc. historiques et scientifiques, Nancy, 15-20 avril 2002, Paris, éd. du CTHS, p. 349-363.

Rychner V., 1979, L’Âge du Bronze final à Auvernier, Lausanne, Bibl. historique vaudoise, 2 vol. (Cahiers d’Archéologie romande, 15-16).

Rychner V., 1987, Auvernier 1968-1975 : le mobilier métallique du Bronze final, formes et techniques, Lausanne, Bibl. historique vaudoise, 198 p., 35 pl. (Cahiers d’Archéologie romande, 37).

Rychner-Faraggi A.-M., 1993, Hauterive-Champréveyres, 9. Métal et parure au Bronze final, Neuchâtel, Musée cantonal d’Archéologie, 124 p., 129 pl. (Archéologie neuchateloise, 17).

Stein F., 1976, Bronzezeitliche Hortfunde in Süddeutschland : Beiträge zur Interpretation einer Quellengattung, Bonn, Habelt, 2 vol. (Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde, 23).

Thevenot J.-P., 1991, L’Âge du Bronze en Bourgogne : le dépôt de Blanot (Côte-d’Or), Dijon, S.A.E., 158 p., 32 fig. (11ème suppl. à la R.A.E.).

Verger S., 1992, « L’épée du guerrier et le stock de métal : de la fin du Bronze ancien à l’Âge du Fer », in : Kaenel G., Curdy Ph. dir., L’Âge du Fer dans le Jura, Actes du 15ème colloque de l’AFEAF, Pontarlier, France et Yverdon-les-Bains, Suisse, 9-12 mai 1991, Lausanne, Bibl. historique vaudoise, p. 135-151 (Cahiers d’Archéologie romande, 57).

Verger S., 1998, « Les trois âges de la dame de Blanot » in : Mordant Cl., Pernot M., Rychner V. dir., L’Atelier du bronzier en Europe du xxe au viiie siècle avant notre ère, Actes du colloque international’Bronze’96’, Paris, éd. du CTHS, vol. III, p. 33-39, 4 fig.

Verger S., Dumont A., Moyat P., Mille B., 2007, « Le dépôt de bronzes du site alluvial de la Motte à Agde », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 54, p. 85-171.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de localisation du site de Quitteur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 2. Objets du dépôt en cours de décapage (photo J.-F. Piningre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Fig. 3. Couteau fiché dans le sol et appliques à bélières (photo J.-F. Piningre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 4. Objets composant le dépôt (dessins V. Ganard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5319/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 5. Appliques en tôle de bronze décorée de Quitteur (a) et de Blanot (b). a : dessin V. Ganard ; b. d’après Thevenot, 2011.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5319/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 6. Tableau de comparaison des ensembles de Quitteur, Hauterive-Champréveyres, Blanot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5319/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 7. Diagramme de représentation des différents types d’objets recueillis sur le site.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5319/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 8.Représentation proportionnelle des catégories d’objets recueillis sur le site.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5319/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 9. Plan de répartition des objets métalliques et des perles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5319/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 10. Plan des structures datables du RSFO dans la zone du dépôt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5319/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 286k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search