Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Archéologie expérimentale : la cuisson des céramiques noires de type Bronze final

Jean Coulon

Résumé

Si la qualité des poteries fines de l’Âge du Bonze final découvertes sur les sites palafittes de l’arc alpin suscite l’admiration, un certain mystère entoure encore leurs techniques de fabrication, en particulier l’obtention de la couleur noire unie et sans variation, caractéristique du goût de l’époque et véritable trait culturel reliant des communautés vivant sur des territoires très éloignés. Pour certains archéologues elle serait obtenue lors de cuissons primitives en fosse couverte ou meule chapée, pour d’autres elle requiert nécessairement l’utilisation d’un four. L’observation de pratiques ethnographiques nous permet de suggérer une technique alternative qui utilise des « chambres réductrices ». L’étude des procédés de cuisson des productions les plus remarquables de la fin de l’Âge du Bronze renseigne sur l’évolution de la technologie céramique. Selon les hypothèses en présence, la pratique s’inscrirait dans une tradition néolithique littérale ou innovante ou aurait amorcé la révolution technologique consécutive à l’adoption des fours à deux chambres, dont le principe à été mis au point cinq millénaires auparavant au Proche-Orient et qui se généralisera en Europe occidentale au cours de la dernière moitié du dernier millénaire.

Texte intégral

Introduction

1L’abondance et la variété de contenants de toutes tailles et fonctions mis au jour sur les sites palafittes de l’arc alpin témoignent du haut degré de savoir-faire des potiers de la fin de l’Âge du Bronze. Cette maîtrise s’exprime à la fois dans les pièces de prestige aux formes élégantes et aux décors variés (sgraffite, polychromie, application de lamelles d’étain ou d’écorce de bouleau) et dans les productions utilitaires de taille parfois considérable (comme les vases-silos dépassant 1 m de diamètre). Les productions de poteries fines d’un noir profond et sans variation ont été considérées comme l’acmé de l’art céramique de cette période. Cette « manière noire », véritable trait culturel reliant le centre et l’ouest de l’Europe, rassemble, par-delà les différences et l’éloignement, des communautés autour de codes stylistiques et de savoir-faire communs.

2Cet article part du constat que les procédés utilisés à l’époque pour cette production spécifique ne sont que partiellement connus. Après un rappel des méthodes habituellement évoquées, nous présentons une technique alternative, inspirée par des observations ethnographiques. Les avantages et l’efficacité de ce processus de fabrication observés lors de nos expérimentations rendent plausible son utilisation ponctuelle dès le Néolithique, puis d’une manière plus systématique durant le Bronze final.

1. La « manière noire » à l’Âge du Bronze final

3La poterie fine noire de l’Âge du Bronze final est réalisée en argile non ou peu dégraissée, montée au colombin ou moulée partiellement, puis lissée au galet (Bauer et alii, 1994 ; Visseyrias, 2006). Si le tour rapide n’est pas encore en usage, il n’est cependant pas exclu que le principe de rotation (tournette ou simple support de terre cuite) soit parfois utilisé lors du processus de montage et de finition. La finesse des parois des pièces de petit-format est remarquable, puisqu’elle peut ne pas excéder 2 à 3 mm.

4La coloration noire est obtenue sans vernis, couverte ou engobe, mais par la seule maîtrise du feu. Il s’agit d’installer une ambiance fortement réductrice en fin de cuisson et durant les premières heures du refroidissement. Au cours d’un enfumage réalisé selon diverses techniques, le carbone va se loger profondément dans les pores de l’argile. Suivant l’intensité et la durée de la réduction, la colonisation des parois va être partielle ou complète. Une pièce brisée laissera apparaître une tranche entièrement noire ou comportera deux bandes foncées séparées par un liseré central plus clair.

5L’obtention d’une couleur noire régulièrement répartie à la surface des pièces semble répondre à une intention manifeste dictée par les codes esthétiques de la fin du Bronze final (fig. 1). Bien que stable, le noir obtenu par enfumage est souvent altéré par les dépôts de calcaire lacustre et des décolorations ponctuelles dus aux conditions de conservation des objets archéologiques.

2. Une pratique universelle et très ancienne

6On constate que la fabrication de poteries noires était parfaitement maitrisée à des époques bien antérieures au Bronze final. Le penseur de Hamangia (nécropole de Cernavod, Roumanie vers 5000 ans avant J.-C.), une coupe noire « coquille d’œuf » (culture de Longhsan, dynastie des Xia, première dynastie chinoise 10000 ans av. J.-C.), la tradition Chimu ou la céramique cupisnique précolombienne (Pérou, 1500-1200 ans av. J.-C.) en sont quelques exemples (fig. 2 a, b, c).

Fig. 1. Céramiques noires du Bronze final 2b-3a. Site d’Auvernier. Lac de Neuchâtel. Cliché J. Coulon.

Fig. 2. Exemples de céramiques noires. a. Le penseur de Hamangia, nécropole de Cernavoda vers 5000 ans av. J.-C. © Marius Amarie ; b. coupe noire’ coquille d’œuf’, culture de Longhsan de la dynastie des Xia, première dynastie chinoise vers 10000 ans av. J.-C. ; c. céramique cupisnique précolombienne. 12th-5th century B. C. Pérou (h. 23,3 cm), The Michael C. Rockefeller Memorial Collection, Gift of Nelson A. Rockefeller, 1969 (1978.412.38) ; d. céramiques richement décorées provenant de la région d’Ig (IIIe millénaire avant J.-C. ; in : Suter, Schlichtherle, 2009).

7L’archéologie des palafittes fournit également des exemples de céramiques noires bien antérieurs à l’Âgedu Bronze final : l’Idole d’Ig (Slovénie) ou la céramique balkanique richement décorée de même provenance (IIIe millénaire av. J.-C.), l’abondante production monochrome de Sovjan en Albanie (Bronze moyen), les vases mis au jour sur divers sites du Plateau suisse du Nord des Alpes : Schötz (4300 av. J.-C.), Bad Schussenried - Riedschachen (Oberschwaben, 4000 av. J.-C.) Arbon-Bleiche 3 (Thurgau, Boleraz-Stil, 3400 av. J.-C.), Männedorf-Strandbad (Zurich, 3800 av. J.-C.) (Suter, Schlichtherle, 2009, p. 67 et 44-45) (fig. 2 d).

3. La poterie noire à lâGe du Bronze : les techniques présumées

8Jusqu’aux années 1960, les techniques de production de poteries noires demeurent un domaine relativement mal connu, parcouru d’idées imprécises et d’hypothèses controversées (Franchet, 1910 ; Danthine, 1953). S’ouvre alors un sujet de recherches qui intéressera autant les céramistes, les archéologues que les expérimentateurs. Les pratiques observées sur différents continents ou les recherches des procédés anciens démontreront que des résultats comparables peuvent être obtenus par diverses méthodes réclamant ou non l’utilisation d’un four (Hyde, Hazel, 1973, p. 3-27 ; Larry, Harlow, 1974 ; Peterson, 1977, 1994 ; Niakaté, 1946, p. 10 ; Gallay, 1970, p. 62-70, 1972 ; Wildhaber, 1973 ; Fernandes, 1997).

9Depuis le Néolithique jusqu’aux phases récentes de l’Âge du Bronze, on estime unanimement que la cuisson des poteries était réalisée à même le sol ou dans une fosse aménagée (Gallay, 2006, p. 114). Les poteries noires étaient obtenues grâce à une variante, dénommée cuisson en fosse couverte ou en meule chapée (fig. 3 a et b). Le principe consiste à empiler des poteries sur un lit de combustible déposé directement sur l’aire de cuisson ou dans une excavation. L’ensemble est ensuite recouvert de bois, puis le foyer embrasé. Aussitôt que les flammes retombent, une couverture étanche de terre ou de sable est déposée, afin que la poursuite de la cuisson et le refroidissement s’effectuent « à l’étouffée », sans nouvel apport d’oxygène (Petrucci, 2002) (fig. 3 c). Aussi élémentaire soit-il, le procédé a prouvé son efficacité mais comporte certaines limites. L’obtention de pièces d’un noir régulier est assez aléatoire et la méthode est beaucoup plus adaptée pour produire des poteries contrastées aux couleurs variant entre le rouge, le gris et le noir. C’est un défaut d’étanchéité, presque inévitable, dans la couverture de terre qui provoque la réoxydation accidentelle des pièces et ces irrégularités chromatiques (Bauer et alii, 1994).

10Certains archéologues estiment que, contemporainement à l’usage de la technique précédente, les fours de potier étaient déjà utilisés au Bronze final. Quelques fours de cette époque ont été signalés (Hatt, Zumstein, 1960 ; Bonnet, 1973 ; Lambach, Bonnet et alii, 1985). Leur état de conservation entretient bien des incertitudes sur leur fonction et leur morphologie initiale. Parmi les plus célèbres et les mieux conservés, le four de Sévrier a été considéré dès sa découverte en 1974 comme un des plus anciens fours de potier d’Europe occidentale (Bocquet, Couren, 1975). Le caractère unique de cette construction en argile, de dimensions modestes (diamètre 70 cm, hauteur 53 cm) et à parois étonnamment minces (3 à 4,5 cm), réside dans sa conception modulaire et portable. Les vestiges découverts ont permis le remontage d’une chambre de cuisson de plan circulaire en deux parties superposables : une partie inférieure comportant une sole perforée et un couvercle cloche pourvu d’un conduit de cheminée (fig. 4 a). Bien qu’aucun vestige de foyer n’ait été mis au jour sur le site, les auteurs proposent un schéma de fonctionnement qui intègre un foyer excavé sur lequel repose la chambre de cuisson. L’adoption de ce principe, lors de cuissons expérimentales dans des répliques du four de Sévrier, s’est avéré relativement probante (Andrieux, 1976 ; Garidel, inédit). Depuis les années 90, on associe plus volontiers le four de Sévrier à la production de poteries fines noires, dites du « Bel Âge du Bronze » (Gorgio, Bonafous, 1998 ; Remicourt, Saint-Sever, 2009 ; Coulon, 2012). Des céramiques d’une coloration parfaitement régulière peuvent être obtenues à l’issue d’un cycle de cuisson de 8 heures environ (fig. 4 b).

11Pourtant une telle interprétation du four de Sévrier ne fait pas l’unanimité (D’Anna, Desbat, 2003 ; Coulon, 2012). L’usage des fours de potier au Bronze final dans l’ouest de l’Europe demeure toujours une question ouverte. Dans ce contexte, l’étude d’un procédé alternatif pour la fabrication des poteries noires contribue à élargir le champ de réflexion sur la technologie céramique à l’Âge du Bronze.

4. Un procédé alternatif : la cuisson en fosse avec « chambres réductrices »

12Plusieurs exemples ethnographiques ouvrent cette perspective (Perryman, 2000). Le premier a été observé dans le village de Dheera, situé dans le canton de Kangra (Himachal Pradesh, Inde). Le potier Ram Kishan utilise, pour la cuisson de ses poteries, un dispositif de pierres formant une enceinte en fer à cheval, haute de moins d’un mètre, constituée de pierres recouvertes d’une mixture de boue et de bouses de vache. Sur un fin dépôt de balle de riz, les pots sont disposés en cercles concentriques. La bouse de buffle séchée sert de combustible, elle est répandue dessus, dessous et entre les pots. L’enfournement est coiffé par une couverture de tessons puis par une épaisse couche de paille de riz sur une épaisseur de 20 cm, soigneusement tassée. Celle-ci est recouverte de cendre pour contenir les flammes. La conduite du feu donnera une fournée de pots rouges ou ocre. Aux points de contact avec le combustible, les flancs de certaines poteries sont marqués de taches sombres irrégulières. Le caractère remarquable de cette cuisson réside dans le fait que le potier a déposé, au milieu de son enfournement, quatre fûts en fer à l’intérieur desquels ont été introduites 40 à 50 poteries de petit format. Du bois résineux a été disposé entre les pots et les fûts ont été scellés par des bouchons d’argile. Ce procédé permet ainsi d’obtenir, au cours d’une cuisson unique sans four, deux produits distincts : une poterie à dominante rouge et une autre caractérisée par une couleur noire parfaitement homogène.

Fig. 3. Schémas de cuisson. a. en aire ; b. en fosse (d’après Velde, Druc, 1999) ; c. en meule chappée (Petrucci,2002).

Fig. 4. a. Le four de Sévrier, exposé après restauration au Musée Château d’Annecy. Fonds des Musées de la communauté d’agglomération d’Annecy ; b. cuisson expérimentale de poteries dans une réplique d’un four de Sévrier (cliché J. Coulon).

13L’utilisation de fûts métalliques est évidemment une facilité offerte par la modernité. Mais tous les potiers n’y ont pas recours, ainsi qu’en témoigne le second exemple, provenant de l’état Uttar Pradesh, du village de Nizamabad. Le potier Rajendra Prajapati réalise des pièces noires dans son atelier qui abrite des fosses de cuisson. Plusieurs grandes jarres ovoïdes, d’environ 90 cm de hauteur, servent de chambre de cuisson pour ses poteries noires. Le potier creuse dans le sol de la cabane une fosse de 45 cm de profondeur. La fosse est tapissée de galettes de crottin de buffle et la chambre y est installée. On éparpille à l’intérieur du crottin sec, réduit en miettes. Les pots tournés et lissés sont introduits dans la grande jarre. Le potier enflamme le combustible, scelle le couvercle de la chambre de cuisson et recouvre de combustible toute la partie du four qui dépasse du sol. Ensuite le four entier est revêtu de cendre humide bien tassée sur la surface pour maintenir le combustible en place et retenir la chaleur. Cette méthode de cuisson permet de produire des pots noirs brillants, qui dans une phase ultérieure, seront décorés par ajout d’une pâte appliquée au pouce dans les lignes gravées (Perryman, 2000).

14Si ces deux exemples témoignent de la survivance d’un procédé sans doute très ancien, ils renseignent peu sur les objectifs et les moyens mobilisés : température et durée de cuisson, temps de présence et nombre de participants requis pour mener à bien cette tâche.

15Le recours à l’expérimentation nous semblait nécessaire pour répondre à certaines de ces questions.

5. Expérimentations (fig. 5, 6)

  • 1 Le mode de façonnage n’est pas l’objet de notre étude.

16Le matériel à cuire se compose de poteries réalisées par nos soins en argile locale (delta du Laudon, Saint-Jorioz, Haute-Savoie) et argile blanche du commerce. Les pièces sont tournées1, tournassées puis polies au galet. Elles seront réparties dans trois poteries à vocation de contenant, réalisées en argile de Saint-Jorioz non dégraissée. Sur le fond du premier contenant, garni de sciure, est déposée une première rangée de quatre poteries en bulbe d’oignon. Par lits successifs, dix pièces au total vont trouver leur place dans ce récipient (hauteur 27 cm, diamètre 29 cm). Les deux autres contenants (diamètres 26 et 20, hauteurs 35 et 28 cm) renferment respectivement quatre et onze poteries. Ils sont fermés avec une galette d’argile additionnée de sable (30 % environ).

5.1. Journal d’une cuisson

17Nous reprenons ici les notes prises lors d’une cuisson en fosse avec « chambres réductrices » conduite le 4/10/09.

1810h00 Aménagement d’une fosse de plan circulaire de 60 cm de diamètre et 40 cm de profondeur avec un canal latéral.

1910h30 Le fond de la fosse est rempli avec du petit bois et divers combustibles : sciure, déchets de bois, aiguilles de sapin. Le foyer est allumé.

2010h47 Les poteries sont mises à sécher sur le bord de la fosse durant une vingtaine de minutes. Après disparition des flammes, les contenants sont déposés sur les pierres disposées au fond de la fosse.

21Le feu est réalimenté uniquement sur la périphérie pendant trente minutes environ, afin d’éviter le contact direct des flammes avec les poteries. Aussitôt que l’argile fraiche, ayant servi à sceller les contenants, ne dégage plus de vapeur d’eau, nous estimons qu’il est temps de remplir les espaces entre les poteries et les parois de la fosse. À défaut de combustibles lents (bouse de vache, sciure, copeaux) nous avons utilisé ce que l’environnement immédiat nous offrait (bois sec de 3 à 5 cm de diamètre, longueur 40 cm environ et bûches d’épicéa de plus grande section qui vont constituer un dôme au-dessus des poteries). La recharge en bois se fait au fur et à mesure de la calcination des branches.

2213h Le dôme est réduit en braises. Il est reconstitué par une dernière charge de bûches d’épicéa. Une brassée d’herbes sèches est répartie au-dessus, pour former une couche d’environ 10 cm d’épaisseur.

23L’ensemble du foyer est recouvert avec les remblais de la fosse.

2413h30 Au moment où nous quittons les lieux, aucune fumerole ne traverse le bouclier de terre végétale. La combustion des bûches et de l’herbe continuera de se faire sans apport d’oxygène.

2516h15 Raisonnablement le refroidissement aurait dû se prolonger pendant toute la nuit et le défournement être effectué le lendemain. L’éloignement du site et l’incertitude de la météo nous ont contraints à un défournement le jour même.

26La couverture de terre est retirée progressivement avec un râteau jusqu’à découvrir le sommet de pièces.

2716h30 Les braises incandescentes entourant les pièces sont elles aussi écartées.

2818h30 Défournement des pièces

5.2. Résultats

29Après refroidissement total, les bouchons d’argile des contenants sont retirés afin d’extraire les poteries qu’ils contiennent. L’intérieur des jarres présente les marques d’un enfumage intense. Les poteries fines disposées à l’intérieur se caractérisent par un noir régulier présentant ça et là des reflets métallescents (fig. 6) très comparables aux productions de l’Âge du Bronze final. Les trois contenants, pour leur part, présentent extérieurement une couleur contrastée variant entre le beige, le gris et le noir aux points de contact des pots avec le combustible.

30Temps de cuisson : entre la préparation et le séchage de la fosse et la dernière charge de combustible, se seront écoulées 3 h 30. Cette durée ne correspond pas à la fin de cuisson proprement dite (qui ne s’achèvera qu’avec le refroidissement total) mais marque la fin de notre intervention. Ce temps de présence correspond à ce qui a été observé lors de cuisson de poteries traditionnelles en Afrique de l’ouest (Mayor, 1999).

Fig. 5. Cuisson en fosse avec chambre de réduction. a. Dans la fosse sont déposées des pierres destinées à caler les pièces. Elles seront entourées de combustible réparti sur une épaisseur de dix centimètres environ. b-c. Les poteries polies au galet sont introduites dans les contenants. Elles sont calées dans la sciure par lits successifs sur trois niveaux. d. Les contenants sont obturés par un mélange d’argile riche en sable. e. Ain que la chaleur soit bien répartie, tout l’espace entre les parois de la fosse et les poteries est rempli avec du combustible de petite section. Des bûches recouvrent le tout. f. Après l’embrasement quand les flammes diminuent, la fosse est recouverte de terre afin de contenir la chaleur et la fumée © J. Coulon.

Fig. 6. Cuisson en fosse avec chambre de réduction. a-b. Dégagement des braises entre les poteries. c. les bouchons d’argile durcis sont retirés avec précaution. d. À l’intérieur des contenants apparaissent les poteries fines. e. Résultat de la cuisson. Les contenants livrés aux caprices du feu présentent des couleurs variant du beige au brun avec ponctuellement des taches noires. Un noir soutenu et régulier a coloré les parois internes ainsi que les poteries fines disposées à l’intérieur © J. Coulon.

Fig. 7. Originaux et répliques : à gauche, trois vases du site Bronze final d’Auvernier-Neuchatel - Suisse (dépôt laboratoire d’archéologie et anthropologie de Genève), à droite trois répliques de poteries réalisées par l’auteur dans un « esprit » Bronze final. a. Enfumage partiel : la réplique a été réalisée lors d’une cuisson en fosse couverte sans chambre réductrice. b-c. vases monochromes noirs avec reflets métallescents. Les bords ébréchés laissent apparaître une coloration moins soutenue au cœur du tesson. Les répliques ont été réalisées avec la technique des « chambres réductrices ». Photographies Micheline Vautravers.

31Température de cuisson : une sonde de température a été utilisée pour cette cuisson. La température maximale enregistrée au bord de la fosse était de 730° C. Il s’agit d’une information ponctuelle, puisque la température de cuisson en meule, peu homogène et peu maitrisable, est difficile à enregistrer avec le matériel classique (sonde thermocouple). Un pyromètre optique permettrait de préciser les niveaux atteints à différents emplacements du foyer. Selon une étude, elle peut varier entre 300° et plus de 1 000°, bien qu’elle oscille généralement entre 600° et 950° (Gosselain, 1992).

32Pour cette cuisson expérimentale, la main d’œuvre requise n’a été que d’une seule personne.

33Les résultats de cette expérimentation renouvelée à plusieurs reprises ont confirmé la fiabilité du procédé. Les inconvénients de la méthode sont inhérents à la technique de cuissons en fosses : le risque de fractures des pièces dues aux chocs thermiques en début de cuisson, des températures peu homogènes et l’incapacité d’intervenir alors que la cuisson est lancée. Un défaut spécifique des cuissons en chambre réductrice a été constaté. Lors d’une fournée, de fins éclats d’argile se sont détachés de la surface des pièces, sans provoquer de fentes dans les parois. Ce phénomène est dû à l’utilisation d’un combustible imparfaitement sec. Une humidité même faible de la sciure déposée à l’intérieur des chambres de cuisson, piégée par les bouchons d’argile, a migré à la surface de quelques poteries et provoqué cette altération. Ce défaut ne s’est pas reproduit dès lors que cette précaution de séchage a été respectée.

Conclusion

34Lors des débats sur la technologie céramique de l’Âge du Bonze, on évoque généralement deux méthodes susceptibles d’avoir été utilisées pour la réalisation de poteries noires : les cuissons en aires ou fosses chapées et les cuissons dans des fours de type Sévrier. Les résultats des expérimentations de la première méthode mettent en évidence le caractère aléatoire des résultats. Beaucoup de pots sont partiellement noirs avec des taches plus claires (fig. 7a). Si l’on considère que conformément à des codes stylistiques bien établis, les potiers de l’Âge du Bronze avaient pour objectif, pour un certain type de production, l’obtention d’un noir régulier, la méthode comporte des inconvénients. Un défaut qui semble être résolu par la seconde technique. La parfaite monochromie obtenue lors de cuissons avec four est en effet plus conforme à cet objectif supposé. Des doutes subsistent néanmoins sur l’utilisation des fours de type Sévrier dans un processus céramique. Le premier argument a trait à la morphologie même de ces structures dont la fragilité s’avère mal adaptée à des températures élevées (Giorgio, Bonafous, 1998). Le second s’appuie sur les récentes recherches sur les fours d’argile à parois minces. L’hypothèse de leur fonction culinaire est renforcée par deux arguments. D’une part l’association inédite de céréales carbonisées et de soles perforées, provenant du site de Grésine, Lac du Bourget, Bronze final (Musée savoisien - collections anciennes) (Coulon, 2012) et d’autre part les comparaisons avec des dispositifs portables en argile à vocation domestique, d’usage courant aux Âges du Bronze et du Fer en France méridionale et dans plusieurs pays d’Europe (Coulon, 2012).

35Ces considérations encourageaient la recherche d’une troisième voie. Notre démarche expérimentale a permis d’évaluer un mode alternatif de cuisson en « chambres réductrices ». Parmi ses avantages, il permet de réaliser en une seule opération la cuisson de grandes poteries en mode oxydant et la production de poteries fines noires de petites dimensions (fig. 7b et c). Par une appropriation de l’espace intérieur des grands récipients, ce procédé satisfait un principe d’économie fondamentalement attaché à cette activité énergivore. Il est plus que probable que les potiers de la fin de l’Âge du Bronze aient souhaité tirer parti du potentiel représenté par ces volumes vides. Les pièces fines et fragiles sont protégées des chocs thermiques par une enceinte close, comme elles le seraient dans la chambre d’un four. Elles sont isolées les unes des autres par de fins combustibles et protégées du contact direct avec la flamme.

36Cette technique vraisemblablement déjà maitrisée à l’époque néolithique s’est intensifié à l’Âge du Bronze final, période où la céramique fine monochrome noire s’impose comme un élément marquant du langage esthétique. La preuve de cette pratique reste cependant difficile à établir, du fait de la simplicité et de « l’intraçabilité » des moyens mis en œuvre. Un indice est peut-être fourni par les jarres préhistoriques dont l’intérieur est souvent de couleur sombre, en opposition à la couleur claire de l’extérieur. Si l’origine de ce contraste peut être due à différentes causes liées au stockage de matières solides ou liquides, plusieurs archéologues (Arnal, 1987 p. 36 ; Buard, 2003 p. 256-257) ont déjà proposé qu’aux périodes de la préhistoire occidentale, les grands récipients pouvaient avoir contenu des poteries de petits formats lors de leur cuisson initiale.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Andrieux P., 1976, « Essai d’un four de potier reconstitué du type Sévrier (Bronze final) », Études préhistoriques, 13, p. 37-40.

Arnal G. B., Andrieux P. et alii, 1987, « Étude thermique de fours de type néolithique à cuisson enfumée et production de céramiques noires », in : Expérimentation et analyses en céramologie préhistorique : confection, étude thermique des cuissons, analyse des pâtes céramiques pour leur caractérisation par le dégraissant et pour leur datation par le carbone 14, Beaune, Assoc. pour la promotion de l’archéologie en Bourgogne, p. 39-49 (Archéologie expérimentale, Cahiers no 2).

Bauer I., Bolliger S. et alii, 1994, « Experimentelle Archäologie : die Herstellung von spätbronzezeitlicher Keramik », Tugium, p. 129-140.

Bocquet A., Couren J.-P., 1975, « Le four de potier de Sévrier Haute-Savoie (Âge du Bronze final) », Études préhistoriques, no 9, p. 1-6.

Bonnet C.,1973, « Une station d’altitude de l’époque des Champs d’Urnes au sommet du Hohlandsberg », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 70, p. 455-478.

Buard J.-F., 2003, « Payerne, En Planeise (Vaud, Suisse) : la céramique d’un habitat Bronze moyen », in : Besse M., Stahl Gretsch L.-I., Curdy Ph. dir., ConstellaSion : hommage à Alain Gallay, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, p. 256-257 (Cahier d’Archéologie romande, 95).

Coulon J., 2012, Le four de Sévrier en Haute-Savoie à l’Âge du Bronze : reprise des données et nouvelles perspectives, Thèse de doctorat, Univ. Lyon 2. Vol. 1 (texte) : 233 p., vol. 2 (planches) : 185 p. avec 267 fig. ; Annexe 1 : 249 p. ; Annexe 2 : 105 p. ; Annexe 3 (inventaire) : 250 p.

D’Anna, A., Desbat A. et alii, 2003, La céramique : la poterie du Néolithique aux Temps modernes, Paris, éd. Errance, 286 p. (Coll. Archéologiques).

Dantine H., 1955, « Quelques expériences sur les techniques primitives de fabrication de poteries », in : Ann. du 35ème congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique, Courtrai, 1953, fasc. III, p. 442-463.

Fernandes I.-M., 1997, « Les centres producteurs de poterie noire du Nord du Portugal », in : Démians d’Archimbaud G. dir., La céramique médiévale en Méditerranée, Actes du VIe congrès de l’AIECM2, Aix-en-Provence, 13-18 nov. 1995, Aix-en-Provence, Narrations éd., p. 575-578.

Franchet L., 1910, « Recherches sur la céramique carbonifère préhistorique », Bull. et Mémoires de la Soc. d’anthropologie de Paris, vol. 1, no 1, p. 298-306.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_00378984_1910_num_1_1_7147

Gallay A., 1970, « La poterie en pays Sarakolé (Mali, Afrique occidentale) : étude de technologie traditionnelle », Journal de la Soc. des Africanistes, 40, 1, p. 7-84.

Gallay A. dir., 2006, Des Alpes au Léman : images de la préhistoire, Gollio, Infolio, 359 p.

Garidel Y., inédit, « Les structures de cuisson à sole perforée », from http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00593760/en/.

Giorgio J.-M., Bonafou B., 1998, « Le four de Sévrier sauvé des eaux », Revue de la céramique et du verre, 99, mars-avril 1998, p. 50-53.

Gosselain O. P., 1992, « Bonfire of the Enquiries : pottery Firing Temperature in Archaeology : what for ? », Journal of archaeological Science, 19, 2, p. 243-259.

Hatt J.-J., Zumstein H., 1960, « Découverte d’un four de potier de l’Âge du Bronze final à Cronenbourg (Bas-Rhin) », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, IV, p. 17-26.

Hyde H., 1973, Maria Making Pottery, Albuquerque, Starline, 27 p.

Lambach F., Bonnet C. et alii, 1985, « Linsenbrunnen II, un nouveau secteur de la station d’altitude de Hohlandsberg (commune de Wintzenheim, Haut-Rhin) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 82, no 10-12, p. 449-509.

Larry F., Harlow F. H., 1974, Historic pottery of the Pueblo Indians, 1600-1880, Boston/New York, Graphic Society, 160 p.

Mayor A., 1999, « Quand le feu, l’air et la terre s’unissent pour créer : l’exemple de la cuisson des poteries au Mali », in : Golay É. dir., Le feu : feu dévorant, feu domestique, feu sacré, Catalogue d’exposition, Genève, Musée d’ethnographie de Genève, p. 95-106.

Niakaté B., 1946, « Industrie potière en pays Sarakolé (subdivision de Nara, cercle de Nioro, Soudan) », Notes africaines, 32, p. 10.

Perrymann J., 2000, Traditional Pottery in India, London, A & C Black publishers limited, 85 p.

Peterson S., 1977, The living tradition of Maria Martinez, Tokyo/New York, Kodansha International, 300 p.

Peterson S., 1994, « Remembering Two Great American Potters : Lucy-Maria », The Studio Potter, 23, p. 41-64.

Petrucci J.-F., 2002, Petit manuel à l’usage de ceux qui veulent comprendre ou expliquer les cuissons primitives. http://www.petruccijean.com/Articles/Cuisson.pdf

Remicourt M., Saint-Sever G., 2009, « Données et résultats sur la fabrication et l’utilisation d’un four à tirage ascendant de l’Âge du Bronze final pour les cuissons expérimentales de céramiques : le four de potier (?) de Sévrier, Haute-Savoie », in : Dumas C., Roussel B. dir., Langage de pierre : la restitution du geste en archéologie préhistorique, Actes du colloque des Baux-de-Provences ’Les 100 gestes de la Préhistoire : approches expérimentales en archéologie préhistorique’, 10 oct. 2009, Les Baux de Provence, p. 48-55.

Suter P. J., Schlichtherle H., 2009, Pfahlbauten - Palafittes - Palafitte, Candidature au Patrimoine mondial de l’UNESCO ’Sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes’, Biel, Dr. Gassmann, 104 p.

Vefde B., Druc I.C., 1999, Archaeological ceramim caterials : Origin and utilization, Springer, New-York, 1999.

Visseyrias A., 2006, Les formes de la tradition : techniques et savoir-faire céramiques à la fin de l’Âge du Bronze, entre Rhin et Rhône, Thèse de doctorat, Univ. de Franche-Comté. vol. 1 : 459 p., 132 fig., vol. 2 : 133 pl., 484 p.

Wildhaber R., 1972-1973, Festschrift für Robert Wildhaber zum 70. Geburtstag am 3 August 1972, Basel, 820 p. (Schweizerisches Archiv für Volkskunde, vol. 1 à 6).

Notes

1 Le mode de façonnage n’est pas l’objet de notre étude.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Céramiques noires du Bronze final 2b-3a. Site d’Auvernier. Lac de Neuchâtel. Cliché J. Coulon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 2. Exemples de céramiques noires. a. Le penseur de Hamangia, nécropole de Cernavoda vers 5000 ans av. J.-C. © Marius Amarie ; b. coupe noire’ coquille d’œuf’, culture de Longhsan de la dynastie des Xia, première dynastie chinoise vers 10000 ans av. J.-C. ; c. céramique cupisnique précolombienne. 12th-5th century B. C. Pérou (h. 23,3 cm), The Michael C. Rockefeller Memorial Collection, Gift of Nelson A. Rockefeller, 1969 (1978.412.38) ; d. céramiques richement décorées provenant de la région d’Ig (IIIe millénaire avant J.-C. ; in : Suter, Schlichtherle, 2009).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Légende Fig. 3. Schémas de cuisson. a. en aire ; b. en fosse (d’après Velde, Druc, 1999) ; c. en meule chappée (Petrucci,2002).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5292/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 4. a. Le four de Sévrier, exposé après restauration au Musée Château d’Annecy. Fonds des Musées de la communauté d’agglomération d’Annecy ; b. cuisson expérimentale de poteries dans une réplique d’un four de Sévrier (cliché J. Coulon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5292/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Légende Fig. 5. Cuisson en fosse avec chambre de réduction. a. Dans la fosse sont déposées des pierres destinées à caler les pièces. Elles seront entourées de combustible réparti sur une épaisseur de dix centimètres environ. b-c. Les poteries polies au galet sont introduites dans les contenants. Elles sont calées dans la sciure par lits successifs sur trois niveaux. d. Les contenants sont obturés par un mélange d’argile riche en sable. e. Ain que la chaleur soit bien répartie, tout l’espace entre les parois de la fosse et les poteries est rempli avec du combustible de petite section. Des bûches recouvrent le tout. f. Après l’embrasement quand les flammes diminuent, la fosse est recouverte de terre afin de contenir la chaleur et la fumée © J. Coulon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5292/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 6. Cuisson en fosse avec chambre de réduction. a-b. Dégagement des braises entre les poteries. c. les bouchons d’argile durcis sont retirés avec précaution. d. À l’intérieur des contenants apparaissent les poteries fines. e. Résultat de la cuisson. Les contenants livrés aux caprices du feu présentent des couleurs variant du beige au brun avec ponctuellement des taches noires. Un noir soutenu et régulier a coloré les parois internes ainsi que les poteries fines disposées à l’intérieur © J. Coulon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5292/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 7. Originaux et répliques : à gauche, trois vases du site Bronze final d’Auvernier-Neuchatel - Suisse (dépôt laboratoire d’archéologie et anthropologie de Genève), à droite trois répliques de poteries réalisées par l’auteur dans un « esprit » Bronze final. a. Enfumage partiel : la réplique a été réalisée lors d’une cuisson en fosse couverte sans chambre réductrice. b-c. vases monochromes noirs avec reflets métallescents. Les bords ébréchés laissent apparaître une coloration moins soutenue au cœur du tesson. Les répliques ont été réalisées avec la technique des « chambres réductrices ». Photographies Micheline Vautravers.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5292/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 998k

Auteur

Céramiste, archéologue. Laboratoire d’archéologie préhistorique et anthropologie, Université de Genève.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search