Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Gauches, joueurs et apprentis : production des marges dans la céramique rubanée occidentale

Paul-Louis van Berg

Texte intégral

Je tiens à remercier Olivier Gosselain, chercheur à l’Université Libre de Bruxelles, pour de nombreux échanges de vues et de judicieuses remarques sur les conditions de l’apprentissage de la poterie en milieu africain.

PROBLÉMATIQUE

1De tous les styles ornementaux du Néolithique ancien occidental, le Rubané s’illustre par la documentation la plus abondante. Sans délivrer pour autant le sens de l’ornementation des vases, ce caractère pléthorique en permet une analyse formelle révélant un art compliqué sinon savant, où les pulsions créatrices sont conditionnées et socialisées par un ensemble de règles strictes qui en maintiennent l’invariance et l’intelligibilité. Les styles ornementaux de ces anciens cultivateurs de céréales ne favorisent en effet que la liberté autorisée par une combinatoire rigoureuse, collectivement assumée. La décoration d’un vase individuel requiert donc un minimum relativement élevé de compétence manuelle et intellectuelle permettant de satisfaire à cette exigence sociale.

2Pendant huit siècles, tout au long de quatre grandes étapes chrono-stylistiques, les artisans rubanés se donnent des répertoires d’unités graphiques et de figures ainsi que des règles de composition, induisant l’émergence de normes qui, pour être changeantes, n’en servent pas moins de référence et de modèle idéal à toute production nouvelle.

3Au-delà de ces normes, les mieux doués font porter l’effort sur 1’affinage des techniques de réalisation et l’exploitation subtile des règles, tandis qu’en deçà s’égrène le cortège des inaptitudes : maladresses et ratages, infantilismes et gribouillis, dévoiements ou mécompréhensions des systèmes.

4Ces deux aspects marginaux de la production céramique ont été laissés de côté jusqu’ici par toute la littérature archéologique consacrée au Rubané, peut-être dans l’idée que c’était là une question de pure esthétique et partant extra-professionnelle.

5Remettant à plus tard ou à d’autres l’étude de la production de qualité supérieure, nous tentons ici une première approche de la marge infra-normale, en risquant quelques hypothèses sur ses rapports avec les structures de la production et de la distribution de la céramique et subséquemment avec l’identification de lieux de production.

DU NÉOLITHIQUE À NOS JOURS : LES CRITÈRES D’ÉVALUATION

6Si les marginalités en question existent bel et bien, quels présupposés nous permettent d’interpréter celles-ci en termes de valeurs ou de qualités, considérées comme le reflet de réalités socioéconomiques ? En vertu de quels principes appliquons-nous au Néolithique des critères d’évaluation esthétique qui sont les nôtres, en supposant que l’individu qui a acquis le savoir et la maîtrise manuelle nécessaires à la décoration d’un vase rubané tend à ne pas revenir en arrière ni ne s’autorise, à certains moments, à faire délibérément n’importe quoi, c’est-à-dire à pervertir le code ? Il y va non seulement du système rubané en soi, c’est-à-dire d’une exigence sociale, mais de l’enracinement de celle-ci dans la physiologie du système nerveux central.

7Quel que soit le domaine, l’assomption collective de façons de faire ou de dire est indispensable à la communication et à la vie sociale, sous quelque forme que ce soit. Or, cette nécessité repose à son tour sur les mécanismes de la perception et de l’intelligibilité de signes qu’il faut pouvoir reconnaître, tant dans le langage articulé que dans tout autre objet fabriqué, fût-ce l’organisation spatiale de l’habitat ou celle de la surface ornementale d’un vase. Dire qu’un espace est perceptible et intelligible signifie que les données sensorielles sont élaborées en une représentation mentale ou percept et que celui-ci peut être manipulé par la pensée, à toute fin qu’on voudra : repérer un objet, se situer, se déplacer, éprouver des émotions, réfléchir.

8Cette appréhension se réalise dans les limites imposées par les instruments sélectifs et peu précis que sont les sens et la mémoire. L’œil ne voit que dans certaines conditions, le cortex visuel intègre à moins de frais des formes géométriques simples qu’un paysage touffu et désordonné (Changeux, 1983 ; Edeline et alii, 1992), la mémoire sélectionne les objets qu’elle enregistre, rabote tantôt le détail, tantôt le général, ramène le semblable à l’identique et se bloque impuissante face à une diversité trop grande. Pour que nous puissions penser les objets, les lieux, les chemins, il nous faut isoler des configurations de points, de lignes, de surfaces et de volumes, momentanément stables et donc distinctes de leur environnement. Dans le cas d’objets produits par l’homme, cette possibilité est garantie par le jeu des invariances et des variations stylistiques. En ce sens, la fonction première du style serait de rendre pensable l’espace visuel, auditif, tactile ou autre. Il ne s’agirait pas d’imposer à l’environnement un ordre plus ou moins gratuit, mais d’abord du besoin de lutter contre un “impensable” désordre. L’harmonie architecturale d’un village traditionnel ou l’harmonie graphique d’un style ornemental seraient donc avant tout la condition nécessaire pour que leurs utilisateurs puissent les saisir par les sens et la pensée, le « choix » proprement culturel n’intervenant que dans l’élaboration d’une réponse particulière à cette exigence première. Cela étant, chaque style ornemental assumé par une collectivité s’efforce de répondre à sa manière aux exigences de lisibilité et d’intelligibilité requises par la neuro-physiologie ; l’irrégularité, la difformité, le mélange et toutes les autres voies qui mènent à la dissolution des formes ne témoignent que d’hyper-civilisation, de dessins obscurantistes, d’approches de l’indicible, de bravades, d’incapacités ou d’idiographies. Plusieurs de ces chemins n’ont d’ailleurs été explorés qu’en notre siècle.

9Aussi, dans la mesure où l’abondance des documents assure l’existence de normes descriptibles, pensons-nous pouvoir interpréter les écarts à celle-ci en termes d’infra-et de supra-normal. Par ailleurs, les propriétés générales des productions rubanées suggèrent que les critères de lisibilité et d’intelligibilité de leurs figures géométriques devaient être proches des nôtres : régularité et fermeté des contours, caractère lisse des courbes, fréquence des symétries, netteté du rapport forme-fond éventuellement amplifiée par des incrustations blanches ou rouges qui, sur le fond noir, facilitent la reconnaissance immédiate des figures. La plupart des critères relevés par les spécialistes de la perception visuelle semblent être ici d’application. Au contraire, tout ce que nous avons été tenté de classer en deçà de la norme porte à nos yeux la marque de l’insuffisance non délibérée, qu’il s’agisse de la main ou de l’esprit, les deux allant souvent de pair.

LES SYSTÈMES ORNEMENTAUX RUBANÉS

10Pour que nous reconnaissions l’appartenance de décors individuels différents à un même style, ceux-ci doivent non seulement comporter des traits communs, mais encore faut-il que ces traits soient agencés selon des règles et des contraintes qui, d’une réalisation à l’autre, maintiennent une certaine invariance structurelle. Sans cela, nos traits se ramèneraient à un alphabet permettant de noter de multiples langues, et la spécificité des styles, dont nous avons tous l’expérience quotidienne, serait désintégrée par l’outil même (une liste d’attributs) qui s’efforce de la décrire.

11Or, on peut dégager la grammaire d’un style ornemental comme on le fait pour une langue naturelle. Une série d’essais portant sur la plupart des styles géométriques du Néolithique ancien en Europe du Nord-Ouest a montré qu’on pouvait isoler au moins deux séries d’unités graphiques et trois séries de règles.

12Les premières comprennent un répertoire de graphismes élémentaires (points, traits) et un répertoire de figures géométriques.

13Parmi les secondes, on distingue une première série de règles régissant les modalités de répétition et d’association des unités les plus petites dans la composition des figures ; une deuxième série fixe la manière de construire et de diversifier les figures, tandis qu’une troisième justifie les arrangements de celles-ci sur la paroi des vases. Une analogie sommaire avec la grammaire d’une langue naturelle appliquerait la première série sur la phonétique, la deuxième sur la morphologie et la troisième sur la syntaxe.

14Ces tentatives ayant été exposées ailleurs dans le détail (van Berg, 1988 et 1994), nous n’y reviendrons qu’en passant, pour montrer en quoi tel ou tel exemple s’inscrit en dehors de la norme duale imposée par l’exigence stylistique fondamentale et le requisit culturel.

15Les vases discutés ici appartiennent aux trois grandes étapes stylistiques du Rubané, soit les Rubanés ancien, moyen et récent, dont le développement couvre une période qui s’étend de ca 5300 à ca 4900 avant notre ère, en dates calibrées. Si les étapes ancienne et moyenne présentent peu de différences régionales, à l’étape récente on distingue un Rubané récent du Nord-Ouest qui couvre tout le bassin rhéno-mosan depuis la Lorraine et le confluent Rhin-Main, jusqu’en Westphalie, Limbourg néerlandais, Hesbaye et Hainaut belge, un Rubané récent d’Alsace représenté par une centaine de sites répartis des environs de Strasbourg au plateau du Sundgau au Sud de Mulhouse, et un Rubané récent de Bade-Wurtemberg centré sur la vallée du Neckar et le confluent Neckar-Main. La documentation porte sur ces trois domaines afin d’illustrer la similitude des problèmes posés quelle que soit la région à laquelle on s’adresse. La figure 1 a-c montre trois exemples de réalisations « normales », appartenant aux trois étapes ancienne, moyenne et récente du Rubané d’Alsace.

16D’une manière générale, le Rubané répète 2, 3, 4, 6 ou 8 fois autour du vase une grande figure géométrique (la figure principale), puis installe dans les parties encore libres du champ une figure plus petite, la figure secondaire (fig. 1 a-c). À partir de la phase moyenne, un décor horizontal sous le rebord s’ajoute à celles-ci. Décors principal et secondaire sont respectivement constitués par la répétition d’une seule figure, de largeur constante, qui divise la panse en secteurs égaux. Les figures secondaires sont placées soit sur l’axe vertical médian des figures principales, soit sur la frontière des régions occupées par deux figures consécutives. Au cours de l’évolution du Rubané ancien apparaissent trois sous-systèmes complémentaires qui interviennent dans la réalisation des figures : les interruptions (ponctuations et cases vides) et les remplissages, placés à l’intérieur, et les élargissements, petits groupes de ponctuations dotés d’une structure géométrique, placés à l’extérieur de celles-ci. Interruptions et élargissements sont toujours mis en place en des points remarquables du tracé des figures (sommets, extrémités, milieux des côtés).

17Comme les figures elles-mêmes, les interruptions, remplissages et élargissements sont réalisés au moyen d’un répertoire limité d’éléments premiers et dotés d’une gamme restreinte de configurations possibles. Si répertoires et règles ont pu varier dans le temps et l’espace, les combinatoires mises au point n’en sont pas moins respectées chaque fois avec une rigueur exemplaire pour des systèmes construits empiriquement et charriant à tout moment des lambeaux sinon des pans entiers de leurs états précédents. Les degrés de liberté des artisans ne s’y expriment que dans le cadre strict d’un conformisme général où les invariants délimitent le champ des variations.

EN DEÇÀ DE LA NORME

IMPRÉCISIONS MOTRICES

18L’exigence de lisibilité entraîne, par exemple, la régularité et la sûreté de l’incision qui, à toutes les périodes, ferme la plupart des figures. Si la plus grande partie des artisans acquièrent sur ce point une maîtrise suffisante, d’autres n’aboutissent que moyennant reprises du trait, bavures, repentirs et déviations, sans que ces défauts puissent être imputés au grain trop épais du dégraissant ou à une finition imparfaite de la surface. La figure 2a-j offre quelques exemples de ce genre de maladresse qui laisse les décors parfaitement identifiables : seule la qualité de la réalisation est ici impliquée.

Fig. 1. — Expressions stylistiques « normales » dans le Rubané d’Alsace, a. Rubané ancien, b. Rubané moyen, c. Rubané récent du Haut-Rhin.

IMPRÉCISIONS MENTALES

Défauts de la construction des figures

19La reproduction parfaite d’une figure traditionnelle requiert soit un bon talent d’imitateur ou de faussaire, soit la mémorisation d’un algorithme ou d’une représentation détaillée de l’objet à produire. Ces trois voies peuvent bien entendu être combinées entre elles et les perfomances sont améliorées par l’apprentissage et l’entraînement. La plupart des figures rubanées sont simples, linéaires ou planes, en sorte que leur construction ne semble pas a priori poser de gros problèmes. Toutefois, la préparation insuffisante, l’étourderie, l’imprévoyance ou la négligence de l’artisan peuvent entraîner des accidents de tous ordres : télescopages, amputations, déformations diverses.

20Exemples :

  • fig. 3a : la jonction des spirales de gauche et de droite est manquée ;

  • fig. 3b : dans la spirale de gauche, un bord du ruban a été mis en place à l’intérieur et non à l’extérieur comme il eut été nécessaire pour obtenir une figure régulière ;

  • fig. 3d : le décorateur cherche, semble-t-il, à tracer une figure secondaire en ruban, mais celle-ci s’avère trop grande ; il opte enfin pour une autre solution en joignant par deux courbes concourantes les extrémités supérieures de l’angle. On rencontre un problème de tracé analogue, avec essai de deux solutions différentes, sur un vase rubané ancien de Reichstett (Bas-Rhin, F. ; fig. 3c). La maladresse très visible du tracé y accompagne l’irréflexion ;

  • fig. 3e : la frise principale est composée d’angles réalisés au moyen de trois sillons parallèles. La présence dans le haut d’un sillon excédentaire, lié sans doute à un essai malheureux de mise en place compromet la clarté de la figure et déséquilibre la composition.

21Les figures principales en « angle » du Rubané récent du Bas-Rhin peuvent être montées en traçant deux ou trois angles « uni-linéaires » décalés latéralement (fig. 4a-c). Ce type de montage peut poser des problèmes au niveau de la jonction des parties gauche et droite de la figure ou de la jonction de deux figures consécutives. Pour obtenir une construction régulière, il faut que les extrémités hautes et basses des sillons soient correctement mises en place au départ et parfaitement symétriques, sans quoi c’est le ratage. Cette difficulté est illustrée par de multiples montages irréguliers (fig. 4d-k). Les cas sont suffisamment nombreux pour qu’on s’interroge sur leur interprétation : difficulté d’intégration par une communauté de potiers d’une nouvelle manière de tracer les angles ? apprentissage ? négligence tolérée ? tout à la fois ? L’hypothèse de la tolérance ne peut être laissée de côté, car la facture des décors Rubanés récents du Bas-Rhin est en général moins soignée que dans le Haut-Rhin ou dans le Rubané récent du Nord-Ouest.

Fig. 2. — Exemples de gaucherie dans le tracé des figures.

Défauts d’évaluation de l’espace

22Pour installer sur la surface ornementale un nombre entier de figures de même largeur, la circonférence du vase doit être divisée au préalable, au moins mentalement, de façon à adapter le format des figures à celui des régions disponibles. Si cette évaluation préliminaire n’est pas faite, l’artisan peut opter pour plusieurs solutions :

23laisser la figure incomplète. Ainsi à la fig. 5a voit-on une spirale double en cornes de bélier, dont les réalisations usuelles sont abondantes. L’artisan a tracé d’abord le bord supérieur de la figure et peut-être la figure secondaire ; la place lui a manqué ensuite pour achever le second bord.

24Aux figures 5d et f, l’espace séparant la dernière figure (centre gauche) de la première (à droite) est trop exigu pour pouvoir tracer le second côté du dernier angle ;

  • contracter ou déformer la dernière figure (fig. 5b) : la figure centrale est trop petite et complètement tordue ;

  • enchevaucher la dernière figure et la première (fig. 5c) ;

  • modifier l’orientation de la figure (fig. 5e) ;

  • transformer la figure de manière à compenser le déséquilibre des surfaces décorées et des surfaces blanches (fig. 5g et 6a).

25Fig. 5g : la figure principale de droite était trop proche de l’appendice de préhension et de la figure secondaire qui encadre ce dernier ; le côté gauche de l’angle principal n’a pu être tracé et le vide qui s’en est suivi a été rempli par une « fausse » figure secondaire faite de rangées de points. Il est peu probable qu’une figure équivalente ait pu trouver place sous l’angle de droite, comme le voudrait la règle de symétrie.

26Fig. 6a : l’angle renversé a été mal centré, ce qui détermine une plage vide trop grande entre celui-ci et la figure principale de droite. La cohésion du décor a été restaurée en plaçant, en infraction à la règle de symétrie, deux types d’élargissements différents de part et d’autre de la figure secondaire.

Indécision quant au choix de la figure

27À la figure 6b, une frise de spirales doubles en « S » remplace un décor antérieur probablement manqué et partiellement effacé. L’exécution de ce nouveau décor est elle-même maladroite. On observe la même démarche sur le vase de la figure 6c. Ces exemples évidents d’effacement sont rares.

DÉCORS INCOMPLETS

28Alors que, depuis le style ancien au moins, les systèmes ornementaux du Rubané occidental associent obligatoirement un décor principal et un décor secondaire, certains vases des Rubanés ancien et moyen n’ont reçu qu’une frise de figures secondaires occupant toute la hauteur de la panse (fig. 7a-j). Ce genre de décor se retrouve bien au-delà du domaine envisagé ici, jusque dans le Rubané ancien et moyen de Pologne et de Bohême. On le trouve appliqué souvent, mais pas systématiquement, sur des vases de petite dimension, dont quelques-uns possèdent une paroi particulièrement épaisse (fig. 7g et j) ou grossièrement modelée (fig. 17c-d). Le décorateur y produit à l’occasion des figures ou des mises en place inusitées dans les systèmes ornementaux rubanés, tels que le double trident de la figure 7j ou les angles horizontal et oblique de la figure 17d.

DÉVOIEMENTS DU SYSTÈME

29Même si l’artisan jouit d’une maîtrise manuelle acceptable et s’il est capable de réaliser une mise en place régulière des figures, les règles organisationnelles du décor rubané ne sont pas toujours respectées (fig. 8) : figures inventées (fig. 8a-b, g), associations aberrantes (fig. 8c, e).

IMMATURITÉ PSYCHO-MOTRICE

30Le corpus rubané comporte en outre un certain nombre de vases, généralement de petites dimensions, qui se répartissent en deux catégories : les uns s’insèrent dans les normes rubanées quant aux techniques de fabrication, aux formes et aux décors, les autres non (fig. 9-10). Parmi ces derniers, d’aucuns présentent une épaisseur normale, tandis que d’autres sont en outre anormalement épais (fig. 9h, 10a-b et j) ou présentent un profil très irrégulier (fig. 9k). Ce genre de vases montre souvent des traces visibles de la pression des doigts et ceux que nous avons pu voir avaient été modelés à partir d’une boule d’argile et non montés par colombinage ou toute autre technique usuelle dans le Rubané. Quelques-uns sont franchement informes (fig. 10).

Fig. 3. — Défauts de construction des figures.

Fig. 4. — a-c. Trois manières de tracer un angle au moyen de deux ou trois sillons parallèles ; d-k. huit manières de rater la même opération.

Fig. 5. — a-g. La dernière figure peut être difficile à mettre en place.

31Dans bien des cas, cette fabrication fruste va de pair avec des variations infra-normales dans la réalisation du décor. La maladresse du tracé est souvent plus grande que nous ne l’avons observé précédemment ; d’autres fois, il paraît s’agir d’une imitation assez lointaine d’un décor rubané par un individu qui n’avait pas assimilé l’organisation du système ; on en arrive enfin au gribouillis d’où tout écho d’une grammaire ornementale a disparu, tandis que seule se lit encore l’intention décorative.

INTERPRÉTATIONS

ORGANISATION SPATIALE ET SOCIALE DE LA PRODUCTION

32La structuration spatiale et sociale de la production céramique rubanée est encore très mal connue.

33La vision traditionnelle veut que les poteries aient été fabriquées par les femmes de chaque maisonnée pour leur usage domestique. Toutefois, des recherches menées en Hesbaye au cours des dernières années nous ont conduit à mettre en doute cette façon de voir.

  1. Dans l’hypothèse classique, quelle qu’ait été la densité des échanges intravillageois, on devrait retrouver des séries importantes de vases de même facture dans les fosses à détritus qui bordent une même maison. C’est rarement le cas. Au contraire, la plupart des fosses riches du Rubané récent tendent à livrer un mélange de matériaux très diversifiés pour ce qui est des pâtes et des factures, ce qui suggère des origines géographiques diverses.

  2. Depuis 1984, nous avons pu mettre en évidence une vingtaine de séries de vases (de deux à une trentaine d’individus) respectivement réalisées par un même potier. Ces séries sont distribuées tantôt dans le même village, tantôt dans deux, trois ou quatre villages différents. Ce fait, associé à la haute qualité de la plupart des produits, paraît indiquer une activité spécialisée (van Berg, 1987 et 1991).

  3. Il semble qu’on n’ait pas fabriqué de poterie dans tous les villages (van Berg, 1988). Dans le site de Darion par exemple, qui a été entièrement fouillé, on n’a relevé aucune trace de fabrication de poterie, tandis que le village voisin d’Oleye a livré une fosse contenant les vestiges d’un atelier de potier (Cahen et alii, 1990 ; Keeley, Cahen, 1989). Or, la céramique d’Oleye est non seulement plus homogène que celle de Darion, mais deux séries de vases fabriquées respectivement par le même potier relient les deux villages et assurent leur contemporanéité pendant une partie de leur existence (van Berg, 1987 et 1991). D’autre part, on a retrouvé à Darion des ateliers de taille du silex, alors qu’Oleye a livré principalement des produits finis. Il n’est donc nullement impossible qu’instruments lithiques et poteries aient circulé en sens inverse d’un village à l’autre. La question se pose évidemment de savoir jusqu’à quel point ce modèle peut être appliqué à d’autres périodes ou exporté dans d’autres régions du domaine rubané.

34À l’hypothèse reposant sur des exemples ethnographiques, selon laquelle la poterie constituerait « une activité non spécialisée présente dans toutes les familles » très rarement observée (Gallay, 1986, p. 117), mais fréquemment acceptée par les Néolithiciens européens, nous substituons donc une alternative selon laquelle la production de poterie reviendrait à certains individus spécialisés produisant à temps partiel ou plein, plus de vases qu’il n’en faut pour satisfaire les besoins de leur communauté. Le matériel trouvé à Darion appuie cette façon de voir : à l’exception d’un faible pourcentage de récipients frustes dont le décor présente un tracé imprécis et accidenté, la haute qualité esthétique (réalisation de la forme, finition de la surface, régularité du tracé, construction et mise en place du décor) de la plupart des vases suggère un entraînement régulier plutôt qu’une activité intermittente où l’artisan doit se refaire la main à chaque session de fabrication (cf. Balfet, 1981). En outre, si chaque femme avait dû apprendre à fabriquer de la poterie, on s’attendrait à ce que les réalisations maladroites attestant la phase d’apprentissage soient plus nombreuses qu’elles ne le sont et soient présentes dans tous les villages. D’ailleurs, si c’était le cas, le processus d’apprentissage serait probablement à ce point banalisé et automatique qu’on ne prendrait plus la peine d’encourager le débutant en cuisant ses pots.

Fig. 6. — a. L’angle mal centré est muni d’élargissements différents de part et d’autre ; b-c. effacements incomplets.

35Il ressort de tout ceci que dans les villages rubanés récents où travaillaient des potiers (masculin générique) une partie de la production était utilisée sur place, tandis que le reste était sans doute échangé contre des produits divers : instruments lithiques ou autres biens, ou encore mis en circulation sous forme de dons, de dots, etc.

36Ceci n’exclut nullement que l’un ou l’autre individu isolé ait pu s’essayer à la fabrication pour son usage ou son divertissement. Il est également vraisemblable que, dans les villages où on fabriquait de la poterie, des enfants ou des adolescents aient regardé travailler le potier et se soient essayés à son art ; cela est attesté par des observations ethnographiques (Gosselain, communication personnelle). Dans les deux cas, on peut s’attendre à observer des différences techniques avec la poterie usuelle.

ATTRIBUTION DES PRODUCTIONS ÉTUDIÉES

Potiers maladroits et apprentis

37Les vases de facture maladroite évoqués aux paragraphes précédents peuvent être expliqués de différentes manières. Une partie de ceux-ci peut probablement être assignée à des apprentis, tandis qu’une autre partie, par exemple les vases évoqués par les figures 3 et 4 pourraient aussi être l’œuvre d’une communauté de potiers dont les critères d’appréciation étaient moins stricts qu’ailleurs. Il se peut aussi qu’un potier possédant des dons tout juste suffisants à satisfaire l’exigence collective soit resté peu adroit jusqu’à la fin de ses jours. Mais alors on s’attendrait à retrouver plus de traces de sa production qui devrait être bien reconnaissable. Par ailleurs, une expérience d’ethnoarchéologie menée récemment par Gosselain (1992, p. 564) chez les agriculteurs Bafia du centre du Cameroun retient également l’attention.

38Les travaux d’une des potières qui n’avait plus pratiqué depuis dix ans étaient d’une forme relativement acceptable malgré quelques irrégularités, mais les décors rassemblaient plusieurs des maladresses relevées dans la poterie rubanée : caractère heurté du tracé, sillons excédentaires, mise en place insuffisamment préparée menant en fin de parcours à des figures déformées ou incomplètes (Gosselain et alii, 1991-1992). En fait, d’après Gosselain, cette potière s’était fiée entièrement à ses réflexes et n’avait effectué aucun repérage préalable. Elle a néanmoins tenté de corriger son étourderie par des raccords plus ou moins astucieux destinés à éviter une rupture rythmique trop visible (fig. 11). Une autre observation mériterait d’être gardée en mémoire lorsqu’on raisonne sur la maladresse : une des potières souffrait de rhumatisme déformant et livrait des produits d’assez mauvaise facture, alors qu’elle était encore régulièrement en activité.

39On voit donc que la maladresse peut avoir des origines diverses que nous ne sommes pas nécessairement susceptibles de discriminer, sinon peut-être en fonction du nombre et de l’amplitude des déviances : apprentissage, manque de maîtrise définitif, âge, handicap physique, faible productivité, intermittence de l’activité.

Fig. 7. — a-j. Vases ornés uniquement de figures secondaires.

Fig. 8. — a-e. Dévoiements du système ornemental rubané : figures et/ou assemblages non conformes aux règles et inconnus par ailleurs.

Apprentissage

40Les vases dont la panse ne porte que des décors secondaires (cf. décors incomplets) paraissent se rattacher à l’apprentissage par la facture maladroite de certains d’entre eux. Si cette hypothèse est correcte, ils pourraient s’expliquer comme des exercices relevant d’un mode d’apprentissage traditionnel. De plus, les figures y sont tracées uniquement au moyen de sillons rectilignes simples et sont donc d’exécution plus aisée que les figures principales en ruban, souvent curvilignes du Rubané usuel. L’existence de tels « exercices » pourrait indiquer une certaine formalisation de l’apprentissage, nécessaire à la réalisation de décors complexes (de Boer, 1990), tandis que le montage au colombin, par exemple, ne paraît pas susciter de formalisation (Roux, 1991). En outre, on peut supposer différents degrés d’interférence de l’instructeur dans la fabrication :

  • l’apprenti fait tout de ses propres mains, mais l’instructeur intervient de façon ponctuelle ;

  • co-production instructeur-apprenti ;

  • certains stades sont réalisés par l’apprenti, d’autres par l’instructeur.

Productions enfantines ?

41Quant aux produits de sujets qui n’ont ni la maîtrise manuelle complète de la fabrication, ni la compréhension intellectuelle du système, l’hypothèse qu’il s’agisse d’individus s’essayant à une première fabrication, soit sous forme de jeu stérile, soit sous celle de stade préliminaire à l’apprentissage ne serait peut-être pas invraisemblable, et plus probablement s’agit-il d’enfants ou de jeunes adolescents.

42Cette interprétation est confirmée par le caractère transculturel de ce genre de production. En effet, on trouve des vases présentant le même type de gribouillage dénué d’organisation dans différentes cultures néolithiques appartenant à d’autres régions et d’autres époques ; on en trouvera à la figure 12 deux exemples empruntés au Précucuteni. Cette observation suggère qu’il s’agit d’un phénomène déterminé par des contraintes psychomotrices et non par les règles d’une production céramique particulière.

Fig. 9. — a-m. Vases probablement fabriqués et décorés par des enfants.

Fig. 10. — a-1. Vases probablement fabriqués et décorés par des enfants : de l’imitation maladroite au gribouillis.

Fig. 11.-Déroulé de décors de poteries Bafia du Cameroun montrant des tentatives de correction du raccord entre la dernière et la première figure.

43Le mobilier funéraire du cimetière rubané ancien/récent d’Essenbach-Ammerbreite en Bavière (Brink-Kloke, 1990), confirme apparemment la relation privilégiée des petits vases de facture maladroite avec l’enfance. Des trente tombes fouillées, six contenaient des vases entiers et deux des tessons seulement (fig. 13 à 15). Selon Brink-Kloke, la répartition de la céramique dans les tombes d’hommes, de femmes ou d’enfants est indifférente. Néanmoins, les tombes 1, 2, 4 et 15 qui appartenaient à des enfants ou à des individus de moins de 13 ans contenaient des vases de petites dimensions, tandis que les tombes 11, 19, 20 et 30 appartenaient à des adultes. Il faut peut-être introduire ici une distinction supplémentaire entre hommes (T11, T30) et femmes (T19, T20) : une au moins a reçu un vase plus petit que ceux des hommes. La bouteille en céramique grossière de la tombe 2, de facture maladroite (surface irrégulière et plan de l’ouverture oblique) doit vraisemblablement être considérée comme un vase miniaturisé. En outre, les vases de T1, T4 et T16 présentent également des maladresses dans la réalisation du décor, ce qui n’est pas le cas des vases décorés de T20, T11 et T30.

Directivité relative de l’apprentissage

44Nous l’avons vu plus haut, les résultats recherchés par les potiers rubanés sont soumis aux contraintes d’une grammaire appliquée en toute rigueur, que les règles en soient verbalisées ou non lors de l’apprentissage. On peut d’ailleurs postuler que moins les règles sont transmises par la parole, plus l’apprentissage est lié à la motricité et plus le système tend au conservatisme (Gosselain, communication personnelle). Un type d’apprentissage non ou peu verbalisé pourrait être un des facteurs explicatifs de la remarquable homogénéité des sous-ensembles stylistiques du Rubané sur d’immenses territoires.

45Or, plusieurs variétés des produits examinés témoignent d’une certaine indépendance par rapport à la norme. Les « pots d’enfant » d’abord, à divers stades de maturité psycho-motrice, une partie des pots décorés de figures secondaires ensuite, et enfin certains décors réalisés d’une main ferme, mais qui semblent être des réinterprétations libres du système ornemental. Ces vases non conformes, loin d’être détruits sitôt après leur fabrication, comme c’eût été le cas dans un système d’apprentissage strictement directif, ont été séchés, puis cuits avec les autres. Nous verrons au paragraphe suivant que leur abandon (mise au rebut) intervient parfois ensuite. Il semble donc que l’apprentissage de la poterie en milieu rubané ait été peu contraignant, au moins dans un premier temps, jusqu’à ce que le sujet ait acquis la maturité psycho-motrice et la maîtrice intellectuelle suffisantes.

PRODUCTION INFRA-NORMALE, REGROUPEMENT ET ABANDON

46Dans quelques cas, des vases appartenant à plusieurs des genres décrits ci-dessus ont été découverts dans la même fosse, éventuellement associés à d’autres, de facture normale.

1. Waremme-Trihette (Haeck., Tromme, 1979) (fig. 16)

47Selon les auteurs, cette fosse contenait 556 tessons provenant de quarante-deux vases fins et de cent vingt-deux vases grossiers. Le matériel appartient à une phase ancienne du Rubané récent. Seule une partie de celui-ci a été publiée et illustrée. Cette fosse dont la fonction primaire semble avoir été celle d’une structure de cuisson, contenait entre autres les fragments de sept vases ornés de facture maladroite et de deux micro-vases non décorés, dont certains sont attribués à des enfants par Haeck et Tromme. Les neuf pièces en question relèvent de degrés de maladresse très divers, allant du graphisme incorrect sur un vase de bonne facture, à des produits caractéristiques d’une immaturité psycho-motrice. Le fait que deux de ceux-ci aient été retrouvés dans la couche de terre brulée qui tapissait le fond de la fosse suggère leur abandon après la cuisson.

2. Reichstett, Fosse 13 (Gies, Thévenin, 1971) (non illustré ici)

48Cette fosse de Reichstett paraît illustrer un cas similaire à celui de Waremme-Trihette : il semble s’agir également d’une structure de cuisson (Gies, Thévenin, 1971, p. 16). La fosse a livré les fragments d’au moins quarante vases fins décorés et d’au moins quatre vases de céramique grossière, appartenant au Rubané ancien et moyen. Ce matériel comportait entre autres :

  • 2 petits vases de mauvaise facture dont le décor peut être attribué à des enfants (ainsi que les fouilleurs en avaient déjà fait l’hypothèse) ;

  • 1 piriforme de taille normale et de bonne facture, mais avec réalisation maladroite des figures ;

  • 1 petit vase portant une spirale mixtiligne un peu gauche ;

  • 1 trois-quarts sphérique à paroi très épaisse.

3. Ensisheim-Les Octrois, « Danubien ancien, fosse 2 » (fig. 17)

49Outre un abondant matériel Rubané ancien de type usuel, la fosse a livré :

  • 8 petits vases décorés uniquement de figures de type secondaire, dont deux de facture très maladroite tant pour le modelage que pour la décoration ;

  • 1 micro-vase décoré d’une onde renversée ;

  • 1 micro-vase à décor de type enfantin ;

  • 2 micro-vases non décorés à paroi très épaisse.

50On pourrait multiplier ce genre d’exemple et on en trouvera d’autres dans notre grammaire des décors de la céramique rubanée d’Alsace (van Berg, 1994). Dans plusieurs cas, des micro-vases non décorés sont associés aux types décrits ici. L’interprétation de ce matériel qui présente régulièrement des produits relevant de niveaux différents de maladresse et provenant de la même fosse, et donc en principe de la même maison, se prête à plusieurs hypothèses.

  1. les différents vases sont l’œuvre du même individu, à différents moments de son apprentissage ;

  2. ils sont l’œuvre d’individus différents, d’âge et d’habileté variables qui ont travaillé simultanément ou à peu de temps d’intervalle ; dans la mesure où on peut les supposer originaires de la même maison, on pensera soit aux enfants d’une même famille se rendant ensemble chez le potier, soit aux enfants du potier lui-même.

Fig. 12. — a-b. Tîrpesti (R), Phase Précucuteni III.

Fig. 13. — Essenbach-Ammerbreite (RFA). Tombes 1, 2, 4 et 15 (enfants).

CONCLUSION

POSSIBILITÉ D’UNE APPROCHE ETHNO-ARCHÉOLOGIQUE

51Il semble qu’une approche ethno-archéologique de l’apprentissage de la poterie en milieu préhistorique, ici néolithique, soit possible. Il ne s’agit que de la première tentative du genre, susceptible de multiples raffinements pour peu qu’on se donne la peine d’accumuler les exemples et d’observer les modes de transmission dans les populations qui pratiquent encore cet artisanat. En outre, ce genre d’étude est largement applicable à tous les groupes, et ils sont nombreux, où la directivité de la transmission n’a pas imposé la destruction immédiate des produits non conformes. La présence d’un système ornemental complexe comme celui du Rubané peut certes faciliter la reconnaissance, mais celle-ci ne constitue pas un requisit indispensable. Par exemple, la céramique inornée du Bronze de la civilisation d’El Argar, permet également le repérage de productions d’enfants ou d’apprentis et partage un certain nombre de traits, tant avec certaines poteries rubanées qu’avec les produits actuels, étudiés par Gosselain au Cameroun.

Fig. 14. — Essenbach-Ammerbreite (RFA), Tombes 20 (femme) et 30 (homme).

LIEUX DE PRODUCTION

52Si ces interprétations sont correctes, on peut penser qu’une production maladroite a pu être acquise auprès du potier par un utilisateur qui n’était pas trop exigeant quant au décor, pourvu que le vase réponde à sa fonction. Tout dépend de l’investissement du groupe dans le décor céramique, de la signification et de l’efficacité qu’éventuellement il lui conférait. Par exemple, les Bafia prétendent considérer le décor céramique comme un simple embellissement de la poterie, sans lui accorder d’autre intérêt. Chaque potière le réaliserait au gré de sa fantaisie ou à la demande du client. Plus au Sud, chez les Eton, une potière interrogée explique que chaque décor a une signification (Gosselain, communication personnelle). On notera en outre que ces observations ont été faites auprès de populations chez qui la céramique, progressivement remplacée par les récipients métalliques ou en matière plastique, a perdu beaucoup de son importance. Celles-ci peuvent difficilement être comparées aux populations du Néolithique ancien, pour lesquelles le soin accordé à la fabrication et à la décoration des poteries atteste un investissement manuel et intellectuel beaucoup plus important.

53Or, si l’on observe la rigidité et la complexité des systèmes ornementaux rubanés (van BERG, 1988 et 1994), tout donne à penser que ces populations leur accordaient une importance considérable et l’idée que des ratés puissent participer aux échanges peut être tenue en suspicion. Par ailleurs, il est peu vraisemblable que les productions franchement hors norme ou celles que nous soupçonnons être des œuvres enfantines aient été exportées. On peut penser que la présence de vases des deux dernières catégories au moins et peut-être d’une partie de ceux de la première sont des indicateurs de lieux où on fabriquait de la poterie.

54Dans la mesure où les preuves archéologiques directes de production locale de poterie nous font bien souvent défaut, du fait de l’érosion des sols, de l’exiguité des surfaces fouillées ou de l’installation éventuelle des ateliers à l’extérieur des habitats, ce nouveau témoignage indirect, pourrait nous être une aide précieuse dans la reconstruction de l’économie de la céramique, en milieu rubané comme dans bien d’autres contextes.

Fig. 15. — Essenbach-Ammerbreite (RFA), Tombe 11 (homme).

SOURCES DES ILLUSTRATIONS

55Fig. 1. a-c. Ensisheim-Les Octrois (F), d’après Schweitzer, 1978.

56Fig. 2. a-b. Mannheim (RFA), d’après Kraft, 1977 ; c. Aldenhoven 3 N. (RFA), d’après Kuper et alii, 1974 ; d. Langweiler 8 (RFA), d’après Boelicke et alii, 1988 ; e. Aldingen am Neckar-Hochdorf (RFA), d’après Krause, 1980 ; f. Polch (RFA), d’après Dohrn-Ihmig, 1979 ; g. Omal-78 (B), d’après Fourny, 1982-1983 ; h. Elsloo (PB), d’après Modderman, 1970 ; i. Vaux-et-Borset (B) ; j. Aubechies (B), d’après Constantin, 1985.

57Fig. 3. a. Blicquy-Porte Ouverte (B), d’après Constantin, 1985 ; b. Dommartin (B), d’après Destexhejamotte, 1962 ; c. Reichstett (F), Fosse 13, d’après GIES et alii, 1971 ; d. Langweiler 8 (RFA), d’après Boelicke et alii, 1988 ; e. Langweiler 9 (RFA), d’après Stehli, 1977.

58Fig. 4. a, d, e, h, j. Dachstein (F), Structures 40, 40, 30, 38 et 6, d’après Heintz, 1973 ; b. Bilwisheim (F), Point II, d’après Stieber, 1960 ; c. Entzheim-Oléoduc (F), d’après Thévenin et alii, 1970 ; f et k. : Niedernai (F), Structure 1, d’après Jeunesse et alii, 1986 ; g. Reichstett, Fosse 75 (F), d’après Thévenin et alii, 1975-1976 ; i. Reichstett, Fosse 22 (F), d’après Gies et alii, 1970.

59Fig. 5. a. Ostheim (RFA), d’après Meier-Arendt, 1966 ; b. Ulm-Eggingen (RFA), d’après Kind, 1989 ; c. Waremme-Trihette (B), d’après Haeck et alii, 1979 ; d. Haneffe-Jointy (B), d’après Destexhejamotte, 1962 ; e. H D (RFA), d’après Kraft, 1977 ; f. Wettolsheim-Ricoh (F), Fosse 50, d’après Jeunesse et alii, sous presse ; g. Neuhausen auf den Fildern (RFA), d’après Goldner, 1980.

60Fig. 6. a. Vaux-et-Borset (B) ; b. Wihogne-La Béguine (B), Fosse 1, d’après Tromme, 1979 ; c. Frankfurt-Osthafen (RFA), d’après Hampel, 1984.

61Fig. 7. a, c, f. Langweiler 8 (RFA), d’après Boelicke et alii, 1988 ; b. Dreisen (RFA), d’après Kriesel, 1978 ; d. Schwaigern (RFA), Fundstelle 3, d’après Wagenblast, 1980 ; e. Vieux-Waleffe (B), dessin communiqué par R. Rousselle ; g. Laurenzberg 7 (RFA), dessin communiqué par P. Stehli ; h-j. Colmar-Route de Rouffach, d’après Bonnet et alii, 1988.

Fig. 16. — a-i. Waremme-Trihette (B). Tous les vases figurés proviennent de la même fosse, peut-être une structure de cuisson.

Fig. 17. — a-1. Ensisheim-Les Octrois, « Danubien ancien, Fosse 2 ».

62Fig. 8. a. Flombom (RFA), d’après Richter, 1978 ; b et d. Langweiler 8 (RFA), d’après Boelicke et alii, 1988 ; c. Colmar-Route de Rouffach (F), d’après Bonnet et alii, 1988 ; d. Wettolsheim-Ricoh (F), hors site, d’après Jeunesse et alii, sous presse ; e. Rubenach (RFA), d’après Dohrn-Ihmig, 1979.

63Fig. 9. a. Mannheim (RFA), d’après Kraft, 1977 ; b. Reichstett (F), Fosse 79, d’après Thévenin et alii, 1975-1976 ; c, d, f. Wettolsheim-Ricoh (F), Fosses 609, 19 et 352, d’après Jeunesse et alii, sous presse ; e. Mulhouse-Ile Napoléon (F), d’après Schweitzer, 1980 ; g. Ditzingen (RFA), d’après Meier-ARENDT, 1966 ; h. Langweiler 8 (RFA), d’après Boelicke et alii, 1988 ; i et m. Laurenzberg 7 (RFA), dessin communiqué par P. Stehli ; j. Colmar-Route de Rouffach (F), d’après Bonnet et alii, 1988 ; k. Reichstett (F), Fosse 13, d’après Gies et alii, 1971 ; I. Reichstett (F), Fosse 56, d’après Gies et alii, 1973.

64Fig. 10. a. Frankfurt-Osthafen (RFA), d’après Hampel, 1984 ; b et k. Wettolsheim-Ricoh (F), Fosses 482 et 356, d’après Jeunesse et alii, sous presse ; c. Waremme-Trihette (B), d’après Haeck et alii, 1979 ; d. Berloz (B), d’après Destexhe, 1968 ; e. Langweiler 2 (RFA), d’après Stehli, 1973 ; f. h-i. Sittard (PB), d’après Modderman, 1959 ; g. Elsloo (PB), d’après Modderman, 1970 ; j. Dreisen (RFA), d’après Kriesel, 1978 ; I. Gudensberg (RFA), d’après Gabriel, 1979.

65Fig. 11. Exemple ethnoarchéologique, Cameroun, d’après GOSSELAIN et alii, 1991-1992.

66Fig. 12. a-b. Tîrpesti (R), Phase Precucuteni III, d’après Marinescu Bîlcu 1974.

67Fig. 13-15. Essenbach - Ammerbreite, d’après Brink-Kloke, 1990.

68Fig. 16. a-i. Waremme-Trihette (B), d’après Haeck et alii, 1979.

69Fig. 17. a-i. : Ensisheim-Les Octrois (F), d’après Schweitzer, 1978.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balfet, 1981 = Balfet (H.), « Production et distribution de poteries au Maghreb », in : Howard (H.), Morris (E.L.), éd., Production and distribution : a ceramic viewpoint, p. 271-283 (BAR International Series, 120).

Boelicke et alii, 1988 = Boelicke (U.), von Brandt (D.), Luening (J.), Stehli (P.), Zimmerman (A.), Der bandkeramische Siecdlungsplatz Langweiler 8, Gemeinde Aldenhoven, Kreis Duren, 996 p., 125 pl. (Rheinische Ausgrabungen, 28).

Bonnet, Plouin-Mantzer, Lambach, 1988 = Bonnet (C.), Plouin-Mantzer (S.), Lambach (F.), « Colmar, route de Rouffach : un site pré-et protohistorique d’importance : 1re partie : le site Néolithique rubané », RAE, t. 39, p. 167-229.

Brink-Kloke, 1990 = Brink-Kloke (H.), « Das linienbandkeramische Graberfeld von Essenbach-Ammerbreite, Ldkr. Landshut, Niederbayern », Germania, 68/2, p. 427-481.

Cahen et alii, 1990 = Cahen (D.), Keeley (L.H.), Jadin (I.), van Berg (P.-L.), « Trois villages fortifiés du Rubané récent de Hesbaye liégeoise », in : Cahen (D.), Otte (M.), éd., Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 125-146, (E.R.A.U.L., 39).

Changeux, 1983 = Changeux (J.P.), L’homme neuronal, Paris, éd. Fayard, Le temps des Sciences, 379 p.

Constantin, 1985 = Constantin (C.), Fin du Rubané, Céramique du Limbourg et post-Rubané : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut, 1 : texte : 356 p. ; 2 : 294 pl. (BAR International Series, 273).

De Boer, 1990 = De Boer (W.R.), « Interaction, imitation and communication, as expressed in style : the Ucayali experience », in : Conkey (M.W.), Hastorf (C.A.), The uses of style in archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, p. 82-104.

Destexhe-Jamotte, 1962 = Destexhe-Jamotte (J.), « La céramique omalienne », Bull, de la Soc. royale belge d’Études géologiques et archéologiques « Les Chercheurs de la Wallonie », 18, p. 1-92.

Destexhe, 1968 = Destexhe (G.), « Contribution à l’étude de la céramique omalienne en Hesbaye », Annales et comptes rendus des travaux du Congrès de Liège, Fédération archéologique et historique de Belgique, p. 487-504.

Dohrn-Ihmig, 1979 = Dohrn-Ihmig (M.), « Bandkeramik am Mittel-und Niederrhein », Beiträge zur Urgeschichte des Rheinlandes, 3, p. 191-362, pl. 98-162.

Edeline et alii, 1992 = Edeline (F.), Klinkenberg (J.M.), Minguet (P.), (Groupe Mu), Traité du signe visuel : pour une rhétorique de l’image, Paris, éd. du Seuil, 518p.

Fourny, 1983 = Fourny (M.), Fosse danubienne à Ornai (1978), étude du matériel. Mémoire de licence. Université Libre de Bruxelles (inédit), vol. 1 : texte, 136 p., vol. 2 : 66 pl.

Gabriel, 1979 = Gabriel (I.), Studien zur Tonware der Bandkeramik in Westfalen und Nordhessen, Bonner Hefte Zur Vorgeschichte, 19-20, vol. 1 : texte, 228 p. ; vol. 2 ; 35 p., 70 + 37 pl.

Gallay, 1986 = Gallay (A.), « Protohistoire et ethnologie ouest-africaine : (non) pertinence du codage céramique », in : Barrelet (M.-T.), Gardin (J.-C.), éd., À propos des interprétations archéologiques de la poterie : questions ouvertes, Paris, éd. du CNRS, p. 107-165 (Recherche sur les Civilisations, « Mémoire », 64).

Gies, Thévenin, 1971 = Gies (C.), Thévenin (A.), « Campagne de fouilles 1970 à Reichstett (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 15, p. 5-22.

Gies, Thévenin, 1973 = Gies (C.), Thévenin (A.), « Campagne de fouilles 1972 à Reichstett (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 17, p. 5-20.

Goldner, 1980 = Goldner (M.), « Neuhausen auf den Fildern », Fundberichte ans Baden-Württemberg, 5, p. 36.

Gosselain, 1992 = Gosselain (O.P.), Technology and style : potters and pottery among the Bafia of Cameroon, Man, 27/3, p. 559-586.

Gosselain et alii, 1991-1992 = Gosselain (O.P.), van Berg (P.-L.), « Style, individualité et taxonomie chez les potières Bafia du Cameroun », Bull, du Centre genevois d’Anthropologie, 3, p. 99-114.

Haeck, Tromme, 1979 = Haeck (J.), Tromme (F.), « Contribution à l’étude de l’Omalien : Fosse no 5 de Waremme-Trihette », Bull, de la Soc. royale belge d’Études géologiques et archéologiques « Les Chercheurs de la Wallonie », 24, p. 247-272.

Hampel, 1984 = Hampel (A.), Die linienbandkeramische Siedlung im Frankfurter Osthafen, 182 p., 65 pl. (Schriften des frankfurter Muséums für Vorund Frühgeschichte, 7).

Heintz, 1973 = Heintz (G.), « Observations archéologiques à Dachstein, de 1957 à 1972 », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 17, p. 21-36.

Jeunesse, Sainty, Simonin, 1987 = Jeunesse (C.), Sainty (J.), Simonin (O.), « Niedernai ‘Foegel’ (BasRhin) 1986 : fouille de sauvetage d’un habitat Néolithique et Protohistorique », Société d’Histoire et d’Archéologie : Dambach-la-Ville, Barr, Obemai, p. 7-32.

Jeunesse, van Berg, sous presse = Jeunesse (C.), van Berg (P.-L.), La céramique du site rubané de Wettolsheim-Ricoh (Haut-Rhin, F), Association pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace.

Keeley, Cahen, 1989 = Keeley (L.H.), Cahen (D.), « Early Neolithic Forts and Villages in NE Belgium : A Preliminary Report », Journal of Field Archaeology, 16, p. 157-176.

Kind, 1989 = Kind (C.-J.), Ulm-Eggingen : die Ausgrabungen 1982 bis 1985 in der bandkeramischen Siedlung und der mittelalterlichen Wüstung, Stuttgart, K. Theiss Verlag (Forschungen und Berichte zur Vorund Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 34).

Kraft, 1977 = Kraft (Fl.P.), « Linearbandkeramik aus dem Neckar-Mündungsgebiet und ihre chronologische Gliederung », Antiquitas, Reihe 3, Serie in 4, Bonn, R. Habelt Verlag, 158 p., 130 pl., 14 tabl., 15 cartes, 2 plans.

Krause, 1980 = Krause (R.), « Aldingen am NeckarHochdorf », Fundberichte aus Baden-Württemberg, 5, p. 8-9.

Kriesel, 1978 = Kriesel (O.), Zur vorgeschichtlichen Besiedlung des Kreises Kirchheimbolanden (Pfalz), Verröffentlichung der Pfalzischen Gesellschaft zur Forderung der Wissenschaften in Speyer, 66, Teil I : Text und Katalog ; Teil II : Tafeln.

Kuper et alii, 1974 = Kuper (R.), Loehr (FI.), Luening (J.), Stehli (P.) « Untersuchungen zur neolithischen Besiedlung der Aldenhovener Platte IV », Bonner Jahrbücher, 174, p. 445.

Marinescu-Bîlcu, 1974 = Marinescu-Bîlcu (S.), Cultura Precucuteni pe teritoriul României, Bucuresti, Institutul de arheologie, 272 p. (Biblioteca de Arheologie, 22).

Meier-Arendt, 1966 = Meier-Arendt (W.), Die bandkeramische Kultur im Untermaingebiet, Bonn, Rudolf Habelt Verlag.

Modderman, 1959 = Modderman (P.J.R.), « Die bandkeramische Siedlung von Sittard », Palaeohistoria, 2-7, p. 33-120, pl. II-XVI.

Modderman, 1970 = Modderman (P.J.R.), Linearbandkeramik aus Elsloo und Stein, Analecta Praehistorica Leidensia, III, 3 vols.

Moureau, 1978 = Moureau (G.), « Fosses omaliennes à Neuville-Omal », Bull. de la Soc. d’Archéologie et d’Histoire de Waremme et de Hesbaye, 9, p. 5-19.

Richter, 1968 = Richter (I.), « Die bandkeramischen Gräber von Flombom, Kr. Alzey, und vom Adlerberg bei Worms », Mainzer Zeitschrif, t. 63-64, p. 158-179.

Rousselle, 1984 = Rousselle (R.), « La céramique danubienne », in : Otte (M.), éd., Les fouilles de la place Saint-Lambert à Liège I, p. 153-170 (E.R.A.U.L., 18).

Roux, 1991 = Roux (V.), Le tour du potier, spécialisation artisanale et compétences techniques, Paris, éd. du CNRS, 160 p. (Monographie du CRA, 4).

Schaeffer, 1934 = Schaeffer (F.), « Nouvelles sépultures néolithiques trouvées à Lingolsheim et à Entzheim », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, années 32-35, p. 3-7.

Schweitzer, 1978 = Schweitzer (J.), « Le site néolithique d’Ensisheim », Bull, du Musée historique de Mulhouse, 85. p. 7-75.

Stehli, 1973 = Stehli (P.), « Keramik : Beiträge zur neolithischen Besiedlung der Aldenhovener Platte I », Rheinische Ausgrabungen, 13, p. 57-100.

Stehli, 1977 = Stehli (P.), « Keramik : Beiträge zur neolithischen Besiedlung der Aldenhovener Platte II », Rheinische Ausgrabungen, 18, p. 107-130.

Stieber, 1960 = Stieber (A.), « Observations et fouilles archéologiques en 1960 dans le département du Bas-Rhin », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 4, p. 43-44.

Thévenin, Tritz, 1970 = Thévenin (A.), Tritz (R.), « Nouveaux habitats du Rubané récent dans le Bas-Rhin », BSPF, t. 67, 1, p. 335-343.

Thévenin et alii, 1975-1976 = Thévenin (A.), Gies (C.), Sainty (J.), Schneider (M.-L.), « Campagnes de fouilles 1973-1974 à Reichstett », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 19, p. 271-288.

Thévenin et alii, 1977-1978 = Thévenin (A.), Gies (C.), Sainty (J.), Schneider (M.-L.), Jeunesse (C.), Rapp (J.), « Le site néolithique de Reichstett : fouilles 1976 », RAE, t. 28, p. 175-228 ; RAE, t. 29, p. 7-64.

Tromme, 1979 = Tromme (F.), « Contribution à l’étude de l’Omalien : Fosse 1 de l’agglomération « La Béguine » à Wihogne ayant permis la restauration de trois nouveaux vases », Bull, de la Soc. royale belge d’Études géologiques et archéologiques « Les Chercheurs de la Wallonie », 24, p. 415-453.

van Berg, 1987 = van Berg (P.-L.), « Rubané récent de Hesbaye : signatures récurrentes de maîtres potiers », Bull, de la Soc. royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire, 98, p. 197-222.

van Berg, 1988 = van BERG (P.-L.), Le poinçon, le peigne et le code : essai sur la structure du décor céramique dans le Rubané récent du Nord-Ouest, 4 vols, Université de Liège, Thèse de doctorat, inédite.

van Berg, 1991 = van BERG (P.-L.), « Identification de potiers dans le Rubané récent de Hesbaye (province de Liège, Belgique) », in : La région Centre : carrefour d’influences ? ; Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, octobre 1987, p. 247-256 (Suppl, au Bull, de la Soc. Archéologique, Scientifique et Littéraire du Vendômois).

van BERG, 1994 = van Berg (P.-L.), Grammaire des décors de la céramique rubanée d’Alsace, Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 172 p. (Monographie d’arch. alsacienne, 2).

Wagenblast, 1980 = Wagenblast (K.), « Schwaigern », Fundberichte aus Baden-Württemberg, 5, p. 43.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Expressions stylistiques « normales » dans le Rubané d’Alsace, a. Rubané ancien, b. Rubané moyen, c. Rubané récent du Haut-Rhin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2. — Exemples de gaucherie dans le tracé des figures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 3. — Défauts de construction des figures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 4. — a-c. Trois manières de tracer un angle au moyen de deux ou trois sillons parallèles ; d-k. huit manières de rater la même opération.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 5. — a-g. La dernière figure peut être difficile à mettre en place.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 6. — a. L’angle mal centré est muni d’élargissements différents de part et d’autre ; b-c. effacements incomplets.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 7. — a-j. Vases ornés uniquement de figures secondaires.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 8. — a-e. Dévoiements du système ornemental rubané : figures et/ou assemblages non conformes aux règles et inconnus par ailleurs.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 9. — a-m. Vases probablement fabriqués et décorés par des enfants.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 10. — a-1. Vases probablement fabriqués et décorés par des enfants : de l’imitation maladroite au gribouillis.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 11.-Déroulé de décors de poteries Bafia du Cameroun montrant des tentatives de correction du raccord entre la dernière et la première figure.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 12. — a-b. Tîrpesti (R), Phase Précucuteni III.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 13. — Essenbach-Ammerbreite (RFA). Tombes 1, 2, 4 et 15 (enfants).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 14. — Essenbach-Ammerbreite (RFA), Tombes 20 (femme) et 30 (homme).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 15. — Essenbach-Ammerbreite (RFA), Tombe 11 (homme).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 16. — a-i. Waremme-Trihette (B). Tous les vases figurés proviennent de la même fosse, peut-être une structure de cuisson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 17. — a-1. Ensisheim-Les Octrois, « Danubien ancien, Fosse 2 ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/523/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 343k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search