Version classiqueVersion mobile

La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?

 | 
Pascal Duhamel

Mésolithique récent et Mésolithique final entre Bassin parisien et Alpes et perspectives sur les processus de néolithisation

André Thévenin

Texte intégral

DONNÉES PRÉLIMINAIRES

MÉSOLITHIQUE RÉCENT ET MÉSOLITHIQUE FINAL

1La phase récente du Mésolithique (Rozoy, 1978 ; Aimé et alii, 1989 ; Fagnart, 1991) se caractérise par le développement des trapèzes typiques, en concomitance avec l’apparition d’un nouveau style de débitage dit de Montbani, défini par J.-G. Rozoy (1968). Au sein de ces industries à trapèzes, deux ensembles peuvent être distingués sur une base typologique :

  • le premier groupe se caractérise par le développement des trapèzes typiques et réguliers, qui constituent une proportion importante des armatures. À côté des trapèzes, on observe la coexistence d’armatures microlithiques que l’on pourrait qualifier d’anciennes (pointes à base naturelle, pointes à base transversale, triangles scalènes, pointes-scalènes, segments, pointes à retouche couvrante). Les trapèzes apparaissant vers 7900 ou 7800 BP, ce premier groupe occupe un intervalle de temps d’environ 1000 ans, soit de 7900 à 6700 BP environ. Le gisement-type de ce premier groupe pour le Tardenois est celui de Montbani 13, à Mont-Notre-Dame, dans l’Aisne ;
  • le second groupe voit la disparition totale ou la raréfaction des armatures anciennes. Dans certains gisements, les armatures trapézoïdales évoluent vers des formes rhomboïdales (trapèzes à bases décalées). La retouche inverse plate de la petite troncature apparue sporadiquement sur certaines armatures du premier groupe se généra lise. De nouvelles armatures qualifiées d’évoluées font leur apparition. Certaines, comme les flèches de Belloy, dériveraient, non des trapèzes, mais plutôt des grands triangles scalènes (pointes-scalènes) présents dans le premier groupe (Thévenin, 1992, fig. 6).

2Les gisements représentatifs de ce deuxième ensemble pour le Tardenois sont ceux de l’Allée Tortue à Fère-en-Tardenois et principalement les gisements de l’Allée Tortue III et X. Chronologiquement, ils se situent entre 6700 et 6450 BP, 6000 BP marquant la disparition définitive des armatures évoluées et des trapèzes, s’ils existent encore. Ils sont donc contemporains de la phase la plus ancienne du Rubané sur la rive droite du Rhin (älteste Bandkeramik) et du Rubané lui-même au cours de son évolution et de son développement géographique (Thévenin, 1991, fig. 43 à fig. 49).

3On aurait tendance à parler pour ce second groupe de Mésolithique final.

ARMATURES ÉVOLUÉES ET ARMATURES DU NÉOLITHIQUE ANCIEN

4Pour mettre en évidence, dans une même région, les liens génétiques qui peuvent exister entre sociétés de chasseurs-cueilleurs et sociétés agro-pastorales, seule l’industrie lithique taillée existant à la fois dans le Mésolithique et le Néolithique, peut en apporter les preuves (Binder, 1987, p. 11). Un facteur cependant, celui de l’approvisionnement en matière première, perturbe ou plutôt masque cette continuité (Binder et alii, 1990).

5En effet, si les Mésolithiques utilisent pour leurs industries et leurs armatures un silex local qu’ils débitent eux-mêmes, en revanche à partir du Néolithique ancien, les agriculteurs-éleveurs ont une stratégie de gestion totalement différente : le silex est importé souvent de très loin et arrive sous forme de produits débités aux modules plus grands (Belland et alii, 1985 ; Gronenborn, 1990 ; Thévenin, 1991, fig. 39). Ce fait s’observe dans le Bassin parisien (Plateaux, 1990 ; Ducrocq, 1991 ; Thévenin, 1992). En Lorraine, les armatures du Mésolithique final se démarquent nettement de celles du Rubané par le nombre de côtés retouchés sur la face inférieure et par une épaisseur légèrement plus faible. Les armatures du Rubané sont en effet confectionnées dans un silex importé de Belgique, dont les lames sont plus épaisses que celles débitées par les Mésolithiques. De ce fait, les Rubanés de Lorraine, descendants des Mésolithiques, étaient obligés de reprendre en épaisseur les armatures qu’ils fabriquaient, copies plus ou moins fidèles de leurs prédécesseurs, d’où les retouches inverses plates plus nombreuses ou les six côtés retouchés (Belland et alii, 1985 ; Thévenin, 1991, fig. 31).

TYPES D’ENSEMBLES LITHIQUES AU MÉSOLITHIQUE FINAL

6Un premier type d’ensemble lithique peut être mis en évidence dans l’Est de la France, grâce au fort contraste morphologique des armatures évoluées, qui portent, comme l’admettent la plupart des chercheurs, une très forte charge culturelle.

7Il est difficile pour le moment de préciser si l’on peut établir l’équation suivante :

8armature évoluée = groupe culturel = territoire bien délimité.

9En effet, en l’état actuel de la recherche, il semblerait que l’on retrouve pour une majorité de gisements, plutôt des ensembles à deux armatures évoluées plus ou moins dominantes, en association avec une ou deux armatures évoluées franchement allochtones (à un ou deux exemplaires seulement).

10Dans l’Est de la France (fig. 1), on aurait ainsi, comme à Bavans couche 5 (Aimé, 1991), la fléchette à base concave (no 2) et la « pointe de Bavans » (no 1) ; en Lorraine et au Luxembourg, avec des gisements comme Himeling, à Puttelange-lès-Thionville, Moselle (Belland et alii, 1985) et à Hesperange-Teschebuchels (Spier, 1991), une pointe dissymétrique courte (no 4) ou plus effilée (no 3) et une autre symétrique (no 5) ; dans le Sud du Jura, à Culoz-partie ocidentale, une forte présence castelnovienne (Thévenin, 1991, fig. 41 et 43) avec flèches de Montclus (no 7). À côté de ces armatures évoluées qualifiées d’autochtones dans les gisements précédents, se remarquent à un exemplaire ou deux, des armatures évoluées franchement allochtones :

  • fléchettes à base concave (no 2) au Luxembourg et en Lorraine ainsi que dans le Sud du Jura ;
  • armatures triangulaires à base large (no 6) à Bavans et en Lorraine, dont la zone d’origine pourrait être le Sud de la Belgique ;
  • armatures dissymétriques courtes (no 4) en territoire néolithique de la atteste Bandkeramik et dans le Sud du Jura.

11La fréquence de l’allochtonie dans la phase à armatures évoluées est une preuve directe de contacts intergroupes (Thévenin, 1990b, p. 181, règle de proximité géographique ou règle d’allochtonie ; 1991, p. 36, fig. 37). Sans préjuger de conflits inévitables, ces « contacts » seraient plutôt le fait d’activités complémentaires entre groupes, le terme « contact » devant être pris dans un sens très large.

12En conclusion se dégagent nettement de grands territoires sur lesquels se rencontrent des armatures évoluées bien typées. Il y a de bonnes raisons de penser qu’à ces entités « stylistiques », correspondent des groupes humains distincts. Bien que les allochtonies (donc les « contacts ») soient fréquentes, on constate que les « styles » d’armatures évoluées restent étanches les uns aux autres, comme si l’important, pour les groupes, était de préserver à tout prix leurs symboles identitaires respectifs. Ce même fait avait été également bien montré pour l’Est de la France dans la première moitié du Boréal (Thévenin, 1991, fig. 33). À noter que dans le cas du Mésolithique final, les « contacts » se font entre groupes mésolithiques, mais également avec les groupes néolithiques.

13L’ensemble lithique du gisement d’Himeling utilisé dans la précédente démonstration est en fait plus complexe et constitue le deuxième type d’ensemble lithique (fig. 2). En effet, sur ce gisement, ont été recueillis, en plus de quelques trapèzes, au moins six types d’armatures évoluées différentes. Le polymorphisme des armatures ne peut être invoqué, car les types sont bien marqués. Si l’on se réfère aux conclusions énoncées plus haut, on ne peut invoquer qu’un rassemblement exceptionnel (de nature difficile à apprécier) de chasseurs appartenant à différents groupes.

14Faute de recherches poussées, il est encore très difficile de donner une localisation précise d’origine pour tous les types d’armatures évoluées rencontrées à Himeling. Certaines sont ou paraissent strictement régionales (fig. 2, a, b, c et d), c’est-à-dire fabriquées sur un territoire de 100 km x 150 km, en gros le Nord de la Lorraine et le Luxembourg... L’armature c par exemple a été rencontrée dans la Meuse, à Neuville-sur-Omain, soit à 150 km de Himeling (Thévenin, Guillot G. et O., 1989). D’autres appartiennent à des secteurs plus éloignés : l’armature évoluée e semble être présente dans le Sud de la Belgique, peut-être également en Alsace ? L’armature g ressemble à une fléchette à base concave et pourrait venir de Franche-Comté. Pour les dernières (f), elles avaient été comparées (Belland et alii, 1985) aux flèches de Montclus, tout en faisant remarquer qu’Himeling est bien éloigné de Culoz, Arbignieu ou Boitrait.

Fig. 1. — Les armatures évoluées dans l’Est de la France.
De bas en haut : Sud du Jura avec Culoz, Ain ; Nord du Jura avec Bavans ; Lorraine et Luxembourg, avec Hesperange et Himeling ; R.F.A. en milieu néolithique (älteste Bandkeramik) à Bruchenbrücken (d’après VILAIN, 1966 ; Aimé, 1991 ; Spier, 1991 ; Belland et alii, 1985 ; Gronenborn, 1990)

Fig. 2. — Les armatures évoluées du site d’Himeling, Puttelange-lès-Thionville, Moselle (d’après Belland et alii, 1985).

15Une autre association à nombreuses armatures évoluées (fig. 3) se retrouve en façade atlantique, à la Pointe du Payré, à Jard-sur-Mer, en Vendée (Joussaume, 1981, p. 28 sq. ; Thévenin, 1991, fig. 42). Ces armatures, bien que recueillies par ramassage de surface, sembleraient constituer plus ou moins un lot unique ( ?) trouvé sur une surface ne dépassant pas 30 m x 5 à 20 m, dans des conditions comparables à une recherche dans un milieu scellé (les armatures ont été mises au jour par le vent déplaçant une dune fossile).

16Comment ne pas faire le rapprochement avec des structures mises en évidence depuis peu en domaine rubané, et en Alsace en particulier, à savoir les enceintes de Colmar et de Wettolsheim, datées du Rubané ancien (Jeunesse, 1992b) et celle de Rosheim, datée du Rubané récent (Jeunesse, 1991, 1992a et 1992b) ? Dans le cas de Rosheim, le fossé d’enceinte présente deux interruptions larges (entrées) et une série d’interruptions courtes qui donnent à certaines sections du fossé une allure proche de celle des classiques « fossés interrompus » du Néolithique moyen et récent. Il s’agit très exactement d’une enceinte cérémonielle située à côté des maisons et en aucun cas défensive. « La présence en quantité inhabituelle à Rosheim de céramiques importées, à la fois sur l’habitat et dans le remplissage des fossés, laisse imaginer des rassemblements auxquels assistaient non seulement des représentants des autres communautés rubanées de la Basse-Alsace, mais aussi, bien que sans doute plus occasionnellement, des groupes venus de provinces stylistiques voisines, à savoir la Haute-Alsace et le Wurtemberg » (Jeunesse, 1992a, p. 52).

17Il n’est possible pour le moment que de constater la similitude des ensembles, constitués dans les cas de Rosheim, d’Himeling et de la Pointe du Payré, « d’objets » de communautés locales et proches, mais aussi de communautés plus lointaines.

18Une concentration de ce genre avait été déjà signalée, mais non interprétée, pour le Mésolithique moyen, à Trémont-sur-Saulx, Meuse (Thévenin, 1990b, p. 182 et fig. 2, E).

19Le troisième type d’ensemble lithique est illustré par les gisements de l’Allée Tortue à Fère-en-Tardenois dans l’Aisne (fig. 4). Au total, moins de dix concentrations, au matériel très dense, sises côte à côte sur une surface d’un hectare, à cinquante mètres des marais du Ru de la Pelle, ont été fouillées depuis 1952. « Il s’agit là de la coalescence de plusieurs occupations attribuables à une même période, le Tardenoisien final » (Rozoy, Slachmuylder, 1990). La figure 4 montre d’une façon schématique l’évolution des armatures : effacement des trapèzes, apparition de la retouche inverse plate sur les trapèzes ou sur les pointes-scalènes, dominance à l’Allée Tortue X des grands scalènes à retouche inverse plate ou flèches de Belloy. Les armatures denticulées trouvées en association (5 à l’AT Xa et 26 à l’AT Xb) et les armatures à éperon (2 à l’AT Xb) prouvent des liaisons à longue distance avec des groupes mésolithiques localisés à l’Ouest (par les armatures à éperon) et avec des groupes néolithiques implantés à l’Est, par les armatures denticulées, dont les dimensions seraient cependant légèrement supérieures à la moyenne des pièces de l’Allée Tortue (Rozoy, Slachmuylder, 1990, p. 431).

Fig. 3. — Les armatures évoluées du site de la Pointe du Payré, à Jard-sur-Mer, Vendée (d’après Joussaume, 1981).

Fig. 4. — Les occupations mésolithiques à l’Allée Tortue, Fère-en-Tardenois, Aisne (d’après Hinout, 1962 ; Rozoy, 1978 ; Rozoy, Slachmuylder, 1990).

20Les concentrations de l’Allée Tortue précèdent de peu l’acculturation néolithisante du Bassin parisien et sont contemporaines de la néolithisation alors en cours dans d’autres secteurs. Elles évoquent, sinon une sédentarité, du moins des cycles de déplacements plus limités. Elles ont constitué temporairement un hameau durant des périodes difficiles à apprécier, mais certainement assez longues, vu le nombre des outils retouchés (AT XIV, 350 ; AT III, plusieurs centaines ; AT Xb, 1860 ; AT Xa, environ 1400) (Rozoy, Slachmuydler, 1990 ; Hinout, 1990a).

21En résumé, on observe donc au Mésolithique final :

  • des gisements avec de nombreux témoins de « contacts » intergroupes ou interculturels ;
  • de probables « sites agora », où se retrouvent des chasseurs de même province ou culture, et de provinces (ou cultures ?) plus éloignées ;
  • une certaine forme de sédentarité ou du moins des occupations répétées de longue durée sur le même site.

LATÉRALITÉ DEXTRE ET LATÉRALITÉ SENESTRE AU MÉSOLITHIQUE RÉCENT ET FINAL ET AU MÉSOLITHIQUE EN GÉNÉRAL

22Mésolithique récent et final sont définis à partir de la présence d’armatures spécifiques, les trapèzes et les formes en dérivant. En fait, dans certaines régions, les trapèzes ne semblent pas avoir été adoptés. J’ai montré (Thévenin, 1990, fig. 5 ; 1992) que le trapèze n’était qu’une possibilité parmi d’autres dans le phénomène de la simplification des armatures du Mésolithique moyen (pointes à base transversale + triangles scalènes barbelures). Cette transformation s’accompagne d’une caractéristique supplémentaire, latéralisation dextre ou senestre de la grande troncature. En simplifiant à l’extrême, on observe une bipartition de notre territoire en deux zones, à latéralité dextre au Nord de la Seine, senestre au Sud de la Seine. Récemment, H. Löhr (1991) a présenté des cartes de répartition des armatures asymétriques à la charnière Mésolithique-Néolithique et en a commenté leur répartition générale ainsi que leur latéralisation en particulier.

23Il semble cependant que l’on se soit contenté jusqu’à présent de constater cette latéralité et d’en signaler les anomalies sans les expliquer. C’est pourquoi il m’a paru intéressant de revoir très rapidement le problème des latéralités sous l’angle théorique.

LES LATÉRALITÉS : MORPHOLOGIQUE ET RÉELLE

24L’étude de la latéralisation des trapèzes et de toutes les armatures en général est toujours réalisée avec les pièces observées en vue principale, c’est-à-dire la face d’éclatement non visible (Rozoy, 1968). Cette façon de faire semble avoir été imposée par le fait qu’il est généralement très difficile de mettre en évidence, vu la petitesse des armatures, le sens de débitage.

25Cette latéralité observée à partir de la face principale et que l’on peut qualifier de morphologique, s’obtient en plaçant les trapèzes la grande troncature en haut.

26Lorsque l’on dispose de séries de trapèzes à sens de débitage indiqué – c’est le cas du gisement du Mont de l’Évangile à Gentelles dans la Somme (Ducrocq, 1987), il est possible de faire un certain nombre d’observations (fig. 5) :

  • la série de Gentelles est latéralisée à droite à 71 % (les lamelles à troncature oblique sont également à latéralisation dextre à 74 %) ;
  • on observe deux séries à latéralité dextre, l’une à troncature à l’opposé du conchoïde (série C), l’autre proche du conchoïde (série D) ;
  • les trapèzes à latéralité senestre (27 %) présentent également deux séries.

27On peut réaliser le même tri typologique avec les armatures évoluées et même avec les armatures du Néolithique ancien. Connaissant le sens exact de débitage à partir des travaux de Th. Ducrocq (1991), il était important de rechercher la latéralité réelle technologique.

28Pour Cuiry-lès-Chaudardes, toutes les armatures (fig. 6, 1) ont leur grande troncature à droite, sauf les nos 5, 9 et 10. Si on les range suivant le sens de débitage, on observe deux séries :

  • une première avec armatures à grande troncature dextre du côté du conchoïde (fig. 6, 2, nos 2, 6, 11, 12) ;
  • une seconde avec armatures à grande troncature dextre à l’opposé du conchoïde (fig. 6, nos 1, 3, 4, 7, 8) ;
  • et trois armatures à grande troncature à gauche, nos 5, 9 et 10.

Fig. 5. — La latéralité des trapèzes dans le gisement du Mont des Évangiles, à Gentelles, Somme (d’après Ducrocq, 1987).

Fig. 6. — La latéralité des armatures du RRBP de Cuiry-lès-Chaudardes, Aisne.
En haut, les armatures telles qu’elles ont été publiées, soit la latéralité morphologique simple ; en bas, les armatures disposées suivant la latéralité morphologique ordonnée (d’après Ducrocq, 1991a).

Fig. 7. — La latéralité des armatures du Villeneuve-Saint-Germain de Trosly-Breuil, Oise.
En haut, les armatures telles qu’elles ont été publiées, soit la latéralité morphologique simple ; en bas, les armatures disposées suivant la latéralité ordonnée (d’après Ducrocq, 1991a).

29Donc, quel que soit le sens de débitage, les armatures de Cuiry-lès-Chaudardes, sauf trois, sont latéralisées à droite.

30Pour Trosly-Breuil (fig. 7, 1 et 2), on observe le même phénomène : quel que soit le sens de débitage, les armatures sont toutes, à l’exception de trois exemplaires, latéralisées à gauche, avec deux séries A et B.

31On peut ajouter que la latéralité morphologique simple (le trapèze vu sur sa face principale, la grande troncature en haut, sans s’occuper de sens de débitage) correspond très exactement à la latéralité morphologique ordonnée (les trapèzes placés suivant le sens de débitage, comme dans les figures 5, 2 ; 6, 2 ; 7, 2). On appellera latéralité technologique réelle ou latéralité réelle celle observée à partir de la face d’éclatement, puisque la retouche est généralement directe.

LA LATÉRALITÉ VUE SOUS L’ANGLE TECHNOLOGIQUE THÉORIQUE

32On examinera en premier lieu le cas des scalènes en domaine sauveterrien (Thévenin, 1991, cartes 52 et 53). En principe, ils sont retouchés (latéralisés) à droite, par exemple dans le Sauveterrien ancien, à Fontfaurès, Lentillac-Lauzès dans le Lot (Barbaza, Valdeyron, 1989 ; Thévenin, 1991) ainsi que dans le Montclusien ancien (Sauveterrien moyen), 100 % à la Baume de Montclus (Rozoy, 1978, p. 719). Au Nord de la Seine, les scalènes sont plutôt latéralisés à gauche avec une exception, Roc-la-Tour dans les Ardennes (11 sur 14) (Rozoy, 1978, p. 407). Il existe quelques gisements à scalènes mixtes, Birsmatten, Chaintréauville, Sablonière I à Coincy.

Fig. 8. — Schéma théorique d’obtention des triangles scalènes latéralisés à droite (ligne du haut). Seules les positions D 2 et 3 et G 5 et 8 permettent d’obtenir ce type de triangle scalène. Le point noir indique la partie proximale, donc le sens de débitage (D = encoche à droite ou individu droitier ; G = encoche à gauche ou individu gaucher ; a ou a’ = face inférieure ; b ou b’ = face supérieure).

33En partant des différentes positions pour obtenir un triangle scalène latéralisé à droite (fig. 8), on constate qu’il peut être théoriquement obtenu aussi bien à partir d’une lamelle encochée à droite (fig. 5, 2 et 3) qu’à gauche (fig. 5, 5 et 8) ; les autres positions (fig. 5, 1, 4, 6 et 7) sont à rejeter puisque le scalène ainsi obtenu est latéralisé à gauche.

34Le chasseur sauveterrien, qu’il soit droitier ou gaucher, se limitera donc essentiellement à l’obtention de triangles latéralisés à droite. Les quelques exemplaires latéralisés à gauche peuvent, dans un premier temps, être considérés comme des « erreurs accidentelles ».

35Pendant au moins deux millénaires, les gestes sont contrôlés, les produits obtenus codifiés, stéréotypés. On a là un exemple remarquable de permanence culturelle ou courant culturel. Le tailleur sauveterrien, droitier ou gaucher, n’agit pas suivant sa fantaisie, mais davantage sous l’emprise de l’inconscient collectif du groupe.

36Les mêmes contraintes culturelles ont pesé également sur les groupes qui utilisaient des trapèzes latéralisés à droite ou des trapèzes latéralisés à gauche (fig. 9 et 10) et cette contrainte culturelle s’est fait sentir durant un bon millénaire, du Mésolithique récent au Mésolithique final et s’est poursuivie au Néolithique ancien (Ducrocq, 1991 ; Thévenin, 1992).

37On oberve très facilement que les séries de trapèzes latéralisés à gauche A et B et celles latéralisées à droite C et D résultent d’un choix délibéré du tailleur, puisqu’il y a similitude de position des pièces-supports et des gestes. On retrouve aisément les séries C et D de Gentelles et de Cuiry-lès-Chaudardes, ainsi que les séries A et B de Trosly-Breuil. Les quelques exemplaires à latéralité différente dans les gisements précédents peuvent être interprétés comme des « accidents » ou plus simplement comme des éléments allochtones, liés à des « contacts » entre groupes à latéralité différente.

38Il existe certainement une liaison en domaine sauveterrien entre triangles scalènes latéralisés à droite et trapèzes latéralisés à gauche. La question a déjà été posée (Rozoy, 1978, p. 719), mais reste encore pour le moment inexpliquée.

39Quoi qu’il en soit, une telle permanence dans les gestes sous-entend des populations bien enracinées et présentes depuis au moins trois millénaires.

LES PROBLÈMES ENTRE BASSIN PARISIEN ET ALPES ET PERSPECTIVES SUR LES PROCESSUS DE NÉOLITHISATION. EXPOSÉ DES DONNÉES GÉNÉRALES

40Pour l’immense secteur compris entre Bassin parisien et Alpes, on ne dispose pour le moment, et en particulier pour la Bourgogne, que de données tronquées. Un premier travail (Violot, 1991) a permis de faire un premier état des connaissances. Il est cependant possible d’entrevoir le passage Mésolithique final/Néolithique ancien à partir des régions voisines, en posant par convention que les processus évolutifs sont identiques et certainement synchrones.

41La partie Est du Bassin parisien, vallée de l’Aisne en particulier, ainsi que le Nord de la France, forment une entité où le Mésolithique récent puis final, voire le passage Mésolithique/Néolithique ancien, commencent à être bien saisis, suite aux travaux pionniers de J.-G. Rozoy (1978) et de J. Hinout (1984). Quelques essais synthétiques très récents (Ducrocq, 1987, 1991 ; Fagnart, 1991 ; Thévenin, 1990b, 1991 et 1992) montrent bien en ce qui concerne les armatures, grâce à de nombreux gisements qui ont fait l’objet de fouilles, les différentes phases évolutives conduisant au Néolithique ancien. En première analyse, dans ce secteur, les populations du Mésolithique final ont été très certainement acculturées sans venue massive d’autres populations : les armatures du RRBP à symétrie dextre dérivent des armatures évoluées à troncature à droite du Mésolithique final local (Ducrocq, 1991 ; Thévenin, 1991 et 1992).

42Au Sud de la Seine, les ensembles déterminés par J. Hinout (1984, 1989) semblent montrer une évolution comparable à celle des gisements situés au Nord de la Seine, à la différence que la latéralité est ici à gauche. Cependant, on ne dispose pas de gisements aussi nombreux et aussi sûrs : l’association en proportion importante de pointes de Sauveterre et armatures proches (bi-pointes sauveterriennes et pointes de Châteaubriand, de J. Hinout), de trapèzes et d’armatures évoluées (bi-troncatures de Sonchamp et pointes triangulaires de Sonchamp, de J. Hinout) dans les gisements de Sonchamp VI, Yvelines, et de Larchant. Seine-et-Marne, est difficilement interprétable (Hinout, 1984, fig. 7 ; 1990a). Malgré une information insuffisante, on peut cependant avancer que le Mésolithique final est représenté par le niveau supérieur de l’abri de Bel-Air, à Buthiers, Seine-et-Marne (Hinout, 1984, fig. 7 ; 1990a, fig. 15). On peut retenir pour ce secteur le même processus évolutif que précédemment : les armatures du Villeneuve-Saint-Germain à latéralisation senestre doivent dériver très naturellement des pointes de Sonchamp et pointes apparentées à troncature à gauche.

Fig. 9. — Schéma théorique d’obtention des trapèzes latéralisés à droite (ligne du haut, types C et D). Seules les positions D 2 et D3, G 5 et G 8 permettent d’obtenir ce type de trapèze. Le point noir indique la partie proximale, donc le sens de débitage (D = encoche à droite ou individu droitier ; G = encoche à gauche ou individu gaucher ; a ou a’ = face inférieure ; b ou b’ = face supérieure).

Fig. 10. — Schéma théorique d’obtention des trapèzes latéralisés à gauche (ligne du haut, types A et B). Seules les positions D1 et D4, G 6 et G 7 permettent d’obtenir ce type de trapèze. Le point noir indique la partie proximale, donc le sens de débitage (D = encoche à droite ou individu droitier ; G = encoche à gauche ou individu gaucher ; a ou a’ = face inférieure ; b ou b’ = face supérieure).

43Le problème serait simple si Rubané récent du Bassin parisien et Villeneuve-Saint-Germain étaient bien localisés, l’un à l’Est de la Seine où la latéralité dextre domine, l’autre au Sud de la Seine où c’est la latéralité senestre qui est stricte.

44En fait, Rubané et Villeneuve-Saint-Germain sont plus ou moins imbriqués, comme le montrent bien les cartes de peuplement (Constantin, 1985, cartes 1 et 3 ; Prestreau, Duhamel, 1991, fig. 5, B) et beaucoup plus que cela a été écrit et commenté récemment (Thévenin, 1992). Cette imbrication pose le problème de la contemporanéité ou non du RRBP et du Villeneuve-Saint-Germain, problème qui a été discuté à de nombreuses reprises (Cons tantin, 1989 ; van BERG, 1991).

CONSIDÉRATIONS NOUVELLES

45Comme je l’ai souligné dans un travail très récent (Thévenin, 1992), la limite entre les zones à latéralité à droite et à gauche des trapèzes et armatures évoluées, n’est pas aussi stricte qu’indiqué généralement, ce qui était visible sur les cartes de H. Löhr (1991, en particulier cartes 1 et 2). Un très rapide survol du problème dans la littérature, permet de faire les observations suivantes :

  • à l’Ouest de la Seine, la latéralisation à gauche semble plutôt de règle : Sébouville à 100 % (Rozoy, 1978), abri de Bel-Air à Buthiers également (Hinout, 1990a) ;
  • à l’Est de la Seine, la latéralisation à droite des trapèzes et des armatures évoluées peut :
  • être très forte : Allée Tortue II, à Fère-en-Tardenois, 85 % à droite (Rozoy, 1978) ; Parc de l’Ancien Château, à Fère-en-Tardenois, 74 % à droite (Rozoy, 1978) ; Montbani 13, à Mont-Notre-Dame, 78 % à droite (Rozoy, 1978), Gentelles dans la Somme, 77 % à droite (Ducrocq, 1987) ; Allée Tortue X, à Fère-en-Tardenois, 90 % et plus à droite (Rozoy, Slachmuydler, 1990) ; les gisements Mésolithique final, Abbaye-aux-Bois, le Mesnil-Saint-Firmin, Vraignes-lès-Hornoy 1 et 2, Belloy-sur-Somme, Dreuil-lès-Amiens, Jumel, à latéralisation à droite de règle (Ducrocq, 1991) ;
  • elle peut être moyenne, comme à la Baillette à Oulchy-la-Ville, avec 46 % à droite (Hinout, 1990b) ou à la Ferme de Chinchy, à Villeneuve-sur-Fère, avec un pourcentage équivalent (Hinout, 1989b) ;
  • mais elle peut être très faible comme dans le gisement du Grand-Marais à Maurégny, avec seulement 23 % de latéralisation à droite contre 77 % à gauche (Hinout, 1991b).

46À l’Est de la Seine, dans un peuplement où la latéralisation des trapèzes (et des armatures évoluées) se fait généralement à droite, existe déjà, dès le Mésolithique récent, au moins un groupe où la latéralisation à gauche est largement dominante. L’opposition Cuiry-lès-Chaudardes et Trosly-Breuil apparaît ainsi moins surprenante, puisqu’existent très tôt, dès le Mésolithique récent, à l’Est de la Seine, des particularités qui semblent se perpétuer dans le Néolithique ancien de ce même secteur.

47La présence d’un deuxième groupe « tardenoisien » à l’Est de la Seine, avait été pressenti par J. Hinout, qui en avait fait son faciès de Maurégny (Hinout, 1984), faciès particulier avec ses taxons spécifiques et l’absence totale de pointes à retouches plates (ou couvrantes). J. Hinout n’avait été absolument pas ou peu suivi pour différentes raisons : utilisation d’un vocabulaire particulier, gisements très partiellement publiés ou totalement inédits... J. Hinout mettait surtout l’accent sur l’absence ou la présence des armatures à retouches couvrantes (feuilles de gui) comme l’une des caractéristiques des deux faciès qu’il avait individualisés.

48La présence des pointes à retouches couvrantes dans le Nord-Est de la France est lié à des « contacts » avec la Belgique où ce type d’armature est très courant (phénomènes interculturels de Rozoy, 1978, carte pl. 259 ; règle de proximité géographique ou d’allochtonie, Thévenin, 1990). Ceci a été mis récemment en évidence en fouilles dans le gisement Mésolithique moyen (vers 8000 BP) du Petit Marais à la Chaussée-Tirancourt dans la Somme (Ducrocq, 1991 ; Ducrocq et alii, 1991). En principe, ces armatures à fort contraste morphologique sont toujours trouvées en association avec des lamelles à dos très longues et surtout très fines.

49En fait en repérant ce deuxième groupe de Maurégny, J. Hinout (1984) n’avait pas tenu compte de la latéralité des armatures et en particulier des trapèzes. Sans entrer dans le détail des spectres des armatures, on peut reprendre le problème des gisements à latéralité aberrante vus précédemment.

50Le gisement du Grand-Marais à Maurégny-en-Haye (Hinout, 1991), où les trapèzes sont latéralisés à gauche à 77 %, appartient au Mésolithique récent (Fagnart, 1991, fig. 6, histogramme no 2 ; Thévenin, 1992, fig. 5). Suivant J. Hinout (1991), ont été recueillis :

  • 122 bi-troncatures de Vielle (trapèzes courts), soit 77 % à latéralité senestre et 23 % à latéralité dextre ;
  • 19 bi-troncatures de Maurégny (trapèzes très allongés) à latéralité dextre ;
  • mais les armatures à retouches couvrantes sont absentes.

51Sans pouvoir trancher au niveau des bi-troncatures de Maurégny, armatures qui semblent peu abondantes (mais leur longueur en fait leur fragilité), rencontrées parfois dans d’autres gisements comme à Gentelles dans la Somme (fig. 5, no 17), on pourrait interpréter provisoirement Maurégny-en-Haye comme « un gisement agora » :

  • présence forte (3/4) d’armatures latéralisées à gauche ;
  • présence plus discrète (1/4) d’armatures latéralisées à droite.

52En effet, comme on l’a vu théoriquement plus haut, « l’erreur » ou l’inattention ne peuvent être invoquées pour les latéralités. Un groupe utilisant des armatures latéralisées à gauche est donc bien présent dans la vallée de l’Aisne. Pour éviter toute confusion, il paraît souhaitable de retenir le terme de groupe à trapèzes à latéralité senestre. Les armatures à latéralité dextre (23 %) sont la preuve de « contacts » avec des voisins immédiats (groupes à trapèzes à latéralité dextre).

53Le gisement de la Baillette à Oulchy-la-Ville dans l’Aisne (Hinout, 1989, 1990a et 1990b ; Tardenoisien final III) appartient pour les mêmes raisons que celles invoquées pour le gisement précédent, au Mésolithique récent (Fagnart, 1991, fig. 6, histogramme no 1 ; Thévenin, 1992, fig. 5).

54Ont été recueillies à la fouille :

  • lamelles à dos : 25+27+3 soit 14,5 %...
  • pointes à retouche couvrante : 43 soit 11 % ;
  • pointes triangulaires de Vielle : 18 ;
  • bi-troncatures de Vielle : 117 soit 54 % senestres et 46 % dextres.

55Sans faire intervenir les pointes triangulaires de Vielle dont on ne connaît pas très exactement la latéralité, cet ensemble pourrait être considéré comme un vrai « gisement agora », où se retrouvèrent ( ?) en nombre égal :

  • des chasseurs d’un ou de plusieurs groupes utilisant des trapèzes à latéralité dextre ;
  • des chasseurs d’un ou de plusieurs groupes utilisant des trapèzes à latéralité senestre ;
  • des chasseurs d’un ou de plusieurs groupes utilisant en association pointes à retouche couvrante et lamelles à dos longues et fines et installés beaucoup plus au Nord, sur la Belgique très vraisemblablement.

56Plus simplement et sans vouloir à tout prix expliquer la présence des diverses armatures, on peut simplement en déduire la présence d’au moins trois groupes, le premier à trapèzes à latéralité dextre, le second à trapèzes à latéralité senestre, le troisième à armatures à retouche couvrante.

57Le gisement du Bois (ou de la Ferme) de Chinchy, à Villeneuve-sur-Fère, Aisne (Hinout, 1989a, 1989b et 1990a ; Tardenoisien final III) est également à replacer au Mésolithique récent (Fagnart, 1991, fig. 6, histogramme no 8 ; Thévenin, 1992, fig. 5). On a l’ensemble lithique suivant :

  • 70 bi-troncatures de Vielle, dont 56 % latéralisés à gauche et 44 % à droite ;
  • armatures à retouche couvrante.

58Les pourcentages approximativement équivalents pourraient être l’indice d’un lieu de rencontre commun entre deux groupes ou de fréquentation du même lieu par deux groupes à des moments différents.

59Un dernier gisement, celui de Lieu-Restauré à Bonneuil-en-Valois, Oise (Hinout, 1989 ; 1990a et 1991 ; faciès de Maurégny, Maurégny moyen II) est également replacé au début du Mésolithique récent (Fagnart, 1991, fig. 6, histogramme no 1 ; Thévenin, 1992, fig. 5). Le faible nombre d’armatures (15 bi-troncatures de Vielle dont 54 % latéralisées à gauche et 4 bi-troncatures de Maurégny) permet tout au plus d’assimiler ce gisement aux précédents.

60Par réciproque, il ne faut pas être surpris de trouver un certain pourcentage de trapèzes latéralisés à gauche dans les gisements classiques à trapèzes (latéralisés à droite) du Tardenois et régions proches, tels que le Parc de l’Ancien Château, Montbani 13, Gentelles, etc., ce qui montre bien la fréquence des « contacts » dans une région au relief peu accusé. Les trapèzes des gisements de l’Allée Tortue I et II, qui comportent quelques armatures à retouche inverse plate, sont à latéralité dextre largement dominante.

61En ce qui concerne les gisements du Mésolithique final, on observe trois grands types d’armatures évoluées :

  • les flèches de Belloy (grandes pointes-scalènes à retouches inverses plates) dans les gisements de Belloy et de Dreuil-lès-Amiens, mais en faible nombre, ainsi qu’à l’Allée Tortue Xa et Xb ;
  • les flèches de Dreuil (trapèzes à bases décalées à retouches inverses plates) à Dreuil-lès-Amiens, mais surtout à Ognolles ;
  • des trapèzes à retouches inverses plates latéralisés à droite à l’Allée Tortue Xb, à Dreuil-lès-Amiens...

62Les trapèzes à retouches inverses plates à latéralité senestre ne sont pas encore connus à l’Est de la Seine (pointes triangulaires de Sonchamp ou bitroncatures de Sonchamp de J. Hinout, au Sud de la Seine).

63Pour des ensembles lithiques tels que Dreuil-lès-Amiens, Ognolles, l’Allée Tortue, voire Belloy, avec des armatures aussi marquées morphologiquement, on ne peut invoquer des spécialisations de travaux ou de chasse. Flèches de Belloy, flèches de Dreuil, trapèzes à retouches inverses plates à latéralité dextre... sont les armatures de groupes bien distincts présents lors des prémices de la néolithisation.

64Il n’est pas encore possible de faire les liaisons entre Mésolithique final et Néolithique ancien, mais il ne fait aucun doute que ces liens existent, les latéralités dextre et senestre des armatures du RRBP et du Villeneuve-Saint-Germain en sont la preuve pour le Bassin parisien. Pour l’Est de la France proprement dit, il semblerait que les problèmes soient plus simples, en particulier pour l’Alsace (Thévenin, 1990a et 1991) et pour la Lorraine (Belland et alii, 1985), où l’on passe assez facilement des armatures du Mésolithique final à celles du Néolithique ancien.

65Une cartographie fine du Mésolithique final s’impose, car il apparaît bien qu’à tel type de Mésolithique final correspond tel type de Néolithique ancien.

66NOTE. On trouvera une illustration complémentaire pour les gisements de Maurégny-en-Haye, Oulchy-la-Ville, Villeneuve-sur-Fère, etc., dans l’article suivant : Thévenin (A.), 1995, « Mésolithique récent, Mésolithique final, Néolithique ancien dans le quart Nord-Est de la France : pour une réinterprétation des données », Revue Archéologique de Picardie, no spécial 9, p. 3-15, 6 fig.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aimé et alii, 1989 = Aimé (G.). Bintz (P.), Cupillard (Ch.), Cziesla (E.), Gob (A.), LE Tensorer (J.-M.), Lohr (H.), Pion (G.), Rozoy (J.-G.), Spier (F.), Thévenin (A.), Ziesaire (P.), « Épipaléolithique et Mésolithique entre Ardennes et Alpes : les grandes lignes des résultats actuels », in : Épipaléolithique et Mésolithique entre Ardennes et Massif Alpin ; Table ronde de Besançon, 1986, p. 137-143, 4 fig. (Mém. de la Soc. d1 Agriculture, Lettre, Sciences et Arts de la Haute-Saône. Archéologie, 2).

Aimé. 1991 = Aimé (G.), « Les niveaux mésolithiques de Bavans dans le contexte jurassien », Mésolithique et Néolithisation en France et dans les régions limitrophes, Actes du 113’Congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, p. 323-345, 10 fig.

Barbaza, Valdeyron, 1989 = Barbaza (M.), Valdeyron (N.), « L’abri de Fonfaurès : contribution à l’étude du Sauveterrien », Travaux Institut Art Préhist. Toulouse, t. 31, p. 23-38, 6 fig.

Belland et alii, 1985 = Belland (G.), Blouet (V.), Leesch (D.), « Éléments mésolithiques et Néolithique moyen de la station d’Himeling (commune de Puttelange-lès-Thionville, dép. Moselle, France) », Bull. Soc. Préhist. Luxemb., t. 7, p. 91-102, 5 fig., 1 pl.

Binder, 1987 = Binder (D.), Le Néolithique Ancien provençal : typologie et technologie des outillages lithiques, 205 p., 132 fig., 38 tabl. (24e Suppl. à Gallia Préhistoire).

Binder et alii, 1990 = Binder (D.), Perles (C.), Inizan (M.L.), Lechevallier (M.), « Stratégies de gestion des outillages lithiques au Néolithique », Paléo, no 2, p. 257-283, 9 fig.

Breart, 1991 = Breart (B.), « Trosly-Breuil », Archéologie de la vallée de l’Oise, catalogue d’exposition, p. 50-53, 5 fig.

Constantin, 1985 = Constantin (Cl.), Fin du Rubané, céramique du Limbourg et post-Rubané : le Néolithique le plus ancien en Bassin parisien et en Hainaut, 2 vol. (BAR International Series, 273).

Constantin, 1989 = Constantin (Cl.), « Néolithique ancien et moyen dans le Nord de la France », Le temps de la Préhistoire, éd. SPF-Archéologia, t. 1, p. 371-373.

Decormeille, Hinout, 1982 = Decormeille (A.), Hinout (J.), « Mise en évidence des différentes cultures mésolithiques dans le Bassin parisien par l’analyse des données », BSPF, t. 70, no 3, p. 81-88, 11 fig.

Ducrocq, 1987 = Ducrocq (Th.), « Le gisement Mésolithique récent de Gentelles (Somme) », Revue Archéologique de Picardie, nos 3-4, p. 3-16, 8 fig.

Ducrocq, 1991a = Ducrocq (Th.), « Les armatures du Mésolithique final et du Néolithique ancien en Picardie : héritage ou convergence ? », in : Mésolithique et Néolithisation en France et dans les régions limitrophes ; Actes du 113e Congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, p. 425-436, 8 fig.

Ducrocq, 1991b = Ducrocq (Th.), « Le Mésolithique ancien et moyen du bassin de la Somme (Nord de la France) : données typologiques et premiers éléments de chronologie », in : Actes de la table ronde de Beaufort, p. 21-38, 6 fig., 4 tabl. (Bull. Soc. Préhist. Luxemb., 12).

Ducrocq et alii, 1991 = Ducrocq (Th.), Bridault (A.), Munaut (A.-V.), « Un gisement mésolithique exceptionnel dans le Nord de la France : le Petit Marais à la Chaussée-Tirancourt (Somme) », BSPF, t. 88, no 9, p. 272-276, 2 fig.

Fagnart, 1991 = Fagnart (J.-P.), « La fin du Mésolithique dans le Nord de la France », in : Mésolithique et Néolithisation en France et dans les régions limitrophes ; Actes du 113e Congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, p. 437-452, 7 fig., 2 tabl.

Girard, Fiinout, 1990 = Girard (M.) et Hinout (J.), « Essai de chronologie de sites mésolithiques du Bassin parisien par l’analyse pollinique », BSPF, t. 87, no 4, p. 113-116, 2 fig.

Gronenborn, 1990 = Gronenborn (D.), « Mesolithic-Neolithic Interactions : the lithic Industry of the Earliest Bandkeramik Culture Site at Friedberg-Bruchenbrücken, Wetteraukreis (West Germany) », Contributions to the Mesolithic in Europe, Leuven University Press, p. 173-182, 12 fig.

Hinout, 1962 = Hinout (J.), « Un gisement tardenoisien de Fère-en-Tardenois », BSPF, t. 59, p. 478-490, 4 fig.

Hinout, 1984 = Hinout (J.), « Les outils et les armatures-standards mésolithiques dans le Bassin parisien par l’analyse des données », Revue Archéologique Picardie, nos 1-2, p. 9-30, 24 fig.

Hinout, 1989a = Hinout (J.), « Le Sauveterrien au sud de la Seine », Le temps de la Préhistoire, éd. SPF - Archéologia, t. I, p. 348-346, 6 fig.

Hinout, 1989b = Hinout (J.), « Le gisement Tardenoisien final du Bois de Chinchy, commune de Villeneuve-sur-Fère (Aisne) », Revue Archéologique Picardie, nos 3-4, p. 15-26, 10 fig.

Hinout, 1990a = Hinout (J.), « Évolution des cultures épipaléolithiques et mésolithiques dans le Basin parisien », Revue Archéologique Picardie, nos 3-4, p. 5-14.

Hinout, 1990b = Hinout (J.), « Le gisement de la Baillette à Oulchy-la-Ville (Aisne) », BSPF, t. 87, no 8, p. 241-249, 10 fig.

Hinout, 1990c = Hinout (J.), « Quelques aspects du Mésolithique dans le Bassin parisien », BSPF, t. 87, nos 10-12, p. 434-449, 29 fig.

Hinout, 1991a = Hinout (J.), « Le gisement mésolithique de Bonneuil-en-Valois (Oise), lieu dit : Lieu-Restauré », BSPF, t. 88, no 6, p. 178-186, 10 fig.

Hinout, 1991b = Hinout (J.), « Quelques aspects de la Préhistoire du Tardenois : III. Les sites tardenoisiens du Tardenois occidental », Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, 15, p. 25-44, 17 fig.

Hinout, 1991C = Hinout (J.), « Quelques aspects de la Préhistoire du Tardenois : IV Le gisement mésolithique de Maurégny-en-Haye (Aisne) lieu dit : Le Grand Marais », Pré-et Protohistoire en Champagne-Ardenne, 15, p. 45-59, 13 fig.

Jeunesse, 1991 = Jeunesse (Ch.), « Un nouvel habitat néolithique et protohistorique à Rosheim (Bas-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion et la Recherche Archéologique en Alsace, 7, p. 81-99, 14 fig.

Jeunesse, 1992a = Jeunesse (Ch.), « La civilisation du loess », Il y a 7000 ans, l’Alsace, Catalogue d’exposition, p. 33-36 et 46-63, ill.

Jeunesse, 1992b = Jeunesse (Ch.), « Rosheim, un exemple d’enceinte néolithique », Archéologia, no 276, p. 46-51, ill.

Joussaume, 1981 = Joussaume (R.), « Le Néolithique de l’Aunis et du Poitou occidental dans son cadre atlantique », Travaux du Laboratoire d’Anthropologie-Préhistoire-Protohistoire et Quaternaire armoricain, Université de Rennes I, 625 p., 243 fig.

Loehr, 1991 = Loehr (H.), « La latéralisation des armatures asymétriques à la charnière Mésolithique-Néolithique », in : Actes de la table ronde de Beaufort, 1990, p. 53-63, 8 fig. (Bull. Soc. Préhist. Luxemb., 12).

Plateaux, 1990 = Plateaux (M.), « Quelques données sur l’évolution des industries du Néolithique danubien de la vallée de l’Aisne », in : Cahen (D.), Otte (M.), éd., Rubané et Cardial ; Actes du colloque international de Liège, novembre 1988, p. 239-255, 12 fig. (E.R.A.U.L., 39).

Prestreau, Duhamel, 1991 = Prestreau (M.), Duha mel (M.), « Témoins de contacts interculturels tardidanubiens dans le Sud-Est du Bassin parisien », in : Actes du 14e colloque interrégional sur le Néolithique, Blois, octobre 1987, p. 91-121, 6 fig. (Suppl. au Bull, de la Soc. Archéologique, Scientifique et Littéraire du Vendômois)

Rozoy, 1968 = Rozoy (J.-G.), « L’étude du matériel brut et des microburins dans l’Epipaléolithique (Mésolithique) franco-belge », BSPF, t. 65, fasc. 1, p. 365-390, 14 fig.

Rozoy, 1978 = Rozoy (J.-G.), Les derniers chasseurs : l’Épipaléolithique en France et en Belgique, 3 vol., 1256 p., 294 fig., 259 pl. et 81 tabl. (Mém. Soc. Archéol. Champenoise)

Rozoy, 1991 = Rozoy (J.-G.), « Chronologie de l’Épipaléolithique (Mésolithique) du Bassin parisien », BSPF, t. 88, no 3, p. 76-79, 1 fig.

Rozoy, Slachmuydler, 1990 = Rozoy (J.-G.), Slachmuydler (J.-L.), « L’Allée Tortue à Fère-en-Tardenois (Aisne-France), site éponyme du Tardenoisien Final », Contributions to the Mesolithic in Europe, P. Vermeersch éd., Leuven University Press, p. 429-433, 10 fig.

Spier, 1991 = Spier (F.), Mésolithique récent et Néolithique ancien au Luxembourg : état des recherches, in : Mésolithique et Néolithisation en France et dans les régions limitrophes ; Actes du 113e Congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, p. 453-465, 5 fig.

Thévenin, 1990a = Thévenin (A.), « Les gisements mésolithiques de la Forêt de Haguenau : nouvelle approche », in : Actes de la table ronde de Beaufort, 1989, p. 101-106, 1 fig. (Bull. Soc. Préhist. Luxemb., 12).

Thévenin, 1990b = Thévenin (A.), « Du Dryas III au début de l’Atlantique : pour une approche méthodologique des industries et des territoires dans l’Est de la France (1er partie) », RAE, 41, p. 177-211, 19 fig.

Thévenin, 1991 = Thévenin (A.), « Du Dryas III au début de l’Atlantique... (2e partie) », RAE, 42, p. 3-62, 55 fig.

Thévenin, 1992 = Thévenin (A.), « Mésolithique récent, Mésolithique final, Néolithique ancien dans le Nord-Est de la France et régions voisines : le problème entrevu par les armatures », 5e suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest, p. 101-110, 6 fig.

Thévenin, Guillot, 1989 = Thévenin (A.), Guillot (R. et O.), « Le gisement Épipaléolithique à galets gravés du Poirier la Vierge à Neuville-sur-Omain (Meuse) », in : Épipaléolithique et Mésolithique entre Ardennes et Massif alpin ; Table ronde de Besançon, 1986, p. 51-66, 10 fig. (Mém. de la Soc. d’Agriculture, Lettre, Sciences et Arts de la Haute-Saône, Archéologie, 2).

Valentin, 1991 = Valentin (B.), « Le site tardenoisien de la « Bouche d’Oie » à Choisy-au-Bac », Archéologie de la vallée de l’Oise, catalogue d’exposition, p. 41-42, 3 fig.

van Berg, 1991 = van Berg (P.-L.), « La céramique néolithique ancienne non rubanée dans le Nord-Ouest de l’Europe », Bull. Soc. Préhist. Luxemb., vol. 12, p. 107-124, 8 fig.

Vilain, 1966 = Vilain (R.), Le gisement de Sous-Balme à Culoz (Ain) et ses industries microlithiques, Doc. Lab. Géol. Fac. Sciences Lyon, no 13, 219 p., 23 pl., 45 fig., 10 tabl., 4 cartes.

Violot, 1991 = Violot (J.-M.), Le Mésolithique en Bourgogne : armatures, sites et cultures, Mémoire de DEA, Université de Besançon.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Les armatures évoluées dans l’Est de la France.De bas en haut : Sud du Jura avec Culoz, Ain ; Nord du Jura avec Bavans ; Lorraine et Luxembourg, avec Hesperange et Himeling ; R.F.A. en milieu néolithique (älteste Bandkeramik) à Bruchenbrücken (d’après VILAIN, 1966 ; Aimé, 1991 ; Spier, 1991 ; Belland et alii, 1985 ; Gronenborn, 1990)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Fig. 2. — Les armatures évoluées du site d’Himeling, Puttelange-lès-Thionville, Moselle (d’après Belland et alii, 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 3. — Les armatures évoluées du site de la Pointe du Payré, à Jard-sur-Mer, Vendée (d’après Joussaume, 1981).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/517/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 4. — Les occupations mésolithiques à l’Allée Tortue, Fère-en-Tardenois, Aisne (d’après Hinout, 1962 ; Rozoy, 1978 ; Rozoy, Slachmuylder, 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/517/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Fig. 5. — La latéralité des trapèzes dans le gisement du Mont des Évangiles, à Gentelles, Somme (d’après Ducrocq, 1987).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/517/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 6. — La latéralité des armatures du RRBP de Cuiry-lès-Chaudardes, Aisne.En haut, les armatures telles qu’elles ont été publiées, soit la latéralité morphologique simple ; en bas, les armatures disposées suivant la latéralité morphologique ordonnée (d’après Ducrocq, 1991a).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/517/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Fig. 7. — La latéralité des armatures du Villeneuve-Saint-Germain de Trosly-Breuil, Oise.En haut, les armatures telles qu’elles ont été publiées, soit la latéralité morphologique simple ; en bas, les armatures disposées suivant la latéralité ordonnée (d’après Ducrocq, 1991a).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/517/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 8. — Schéma théorique d’obtention des triangles scalènes latéralisés à droite (ligne du haut). Seules les positions D 2 et 3 et G 5 et 8 permettent d’obtenir ce type de triangle scalène. Le point noir indique la partie proximale, donc le sens de débitage (D = encoche à droite ou individu droitier ; G = encoche à gauche ou individu gaucher ; a ou a’ = face inférieure ; b ou b’ = face supérieure).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/517/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 9. — Schéma théorique d’obtention des trapèzes latéralisés à droite (ligne du haut, types C et D). Seules les positions D 2 et D3, G 5 et G 8 permettent d’obtenir ce type de trapèze. Le point noir indique la partie proximale, donc le sens de débitage (D = encoche à droite ou individu droitier ; G = encoche à gauche ou individu gaucher ; a ou a’ = face inférieure ; b ou b’ = face supérieure).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/517/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Fig. 10. — Schéma théorique d’obtention des trapèzes latéralisés à gauche (ligne du haut, types A et B). Seules les positions D1 et D4, G 6 et G 7 permettent d’obtenir ce type de trapèze. Le point noir indique la partie proximale, donc le sens de débitage (D = encoche à droite ou individu droitier ; G = encoche à gauche ou individu gaucher ; a ou a’ = face inférieure ; b ou b’ = face supérieure).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/517/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

© ARTEHIS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search