Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

La Teha à Bessans (Savoie) : une halte d’altitude (2 250 m) du Néolithique à l’Âge du Fer

Éric Thirault

Résumé

Une campagne de sondages menée en 2006 sur une croupe rocheuse à 2 250 m d’altitude, dans une vallée latérale de la Haute-Maurienne, a permis de documenter, sous un abri et en plein air, une succession d’occupations humaines qui s’échelonnent de la fin du Néolithique à l’Âge du Fer. Très indigentes en vestiges mobiliers, ces occupations sont marquées par des foyers et des épandages de charbons de bois qui peuvent correspondre à des passages épisodiques : bivouacs uniques, haltes temporaires ou stations saisonnières. Dans l’abri, l’usage comme bergerie est soupçonné. La situation topographique du site, proche de la confluence de deux itinéraires de cols et positionnée sur un passage obligé de l’un des itinéraires en question, permet d’établir un lien entre la présence humaine et les passages de cols transalpins. En effet, le vallon que barre la croupe de La Teha donne accès au col de l’Autaret, à plus de 3 000 m d’altitude, dont la fréquentation est bien démontrée pour les périodes récentes, pour passer de la Savoie au Piémont.

Texte intégral

  • 1 L’article en question (Thirault, 1999) s’inscrivait dans un programme de recherche, CIRCALP, dirigé (...)

1En 1999, dans une étude consacrée aux passages de crête dans les Alpes, je concluais à la nécessité d’un retour sur le terrain pour documenter de manière concrète les itinéraires préhistoriques d’altitude (Thirault, 1999). Depuis cette date, sept campagnes de prospection et de sondages ont été menées en Haute-Maurienne, essentiellement sur la portion de vallée en amont de Lanslebourg. L’enjeu premier en était de mettre au jour et de documenter les traces de présence humaine pré- et protohistoriques dans une vallée majeure des Alpes occidentales, et en particulier, de s’attacher aux circulations et passages en direction du bassin du Pô. Le présent article offre les résultats d’une série de sondages sur l’un des sites nouveaux que ces travaux de terrain ont permis d’inventer1.

1. La Haute-Maurienne, un terrain encore mal connu

2La Haute-Maurienne, axe important de circulation ouest-est au cœur des massifs intra-alpins (fig. 1), constitue un terrain privilégié pour étudier les modalités économiques et sociales de fréquentation et de peuplement des territoires d’altitude, en interaction avec l’évolution holocène de la végétation alpine (Marguet et alii, 2008 ; Thirault, 2008a). Les recherches archéologiques mettent en évidence la faible ancienneté de la fréquentation humaine par rapport aux massifs préalpins. En effet, à ce jour, les plus anciennes traces de présence humaine ne sont pas antérieures au Néolithique moyen, peut-être au Néolithique ancien (Rey, Thirault, 1999 ; Thirault, 2008a).

3L’Âge du Bronze, l’Âge du Fer et la période romaine sont inégalement connus, mais un peuplement pérenne n’est pas démontré, en toute rigueur, avant le Moyen Âge central, grâce aux textes. Pour le Néolithique, deux sites sont bien documentés par des fouilles archéologiques. Les Balmes à Sollières (1350 m) et Le Château à Bessans (1750 m) (fig. 1). Tous deux se complètent pour démontrer l’existence de fréquentations de la haute vallée dès le Néolithique moyen (Ve et IVe millénaires av. J.-C.) ; au Néolithique final, les deux sites sont occupés de concert pour des raisons probablement différentes. En outre, Les Balmes offrent une documentation unique en Maurienne pour l’Âge du Bronze avec des occupations du Bronze ancien et final (Vital, Benamour dir., 2012).

4La Haute-Maurienne est également une terre d’élection pour les gravures rupestres, comme les travaux menés par F. Ballet l’ont bien montré (Ballet, Raffaelli, 1990). Bon nombre de ces gravures, en particulier dans les secteurs de Sollières, Lanslevillard, Lanslebourg et Bessans, sont situées à des altitudes importantes, en des lieux aujourd’hui fréquentés pour l’alpage. Leur datation n’est jamais aisée. Une part importante est attribuée à l’Âge du Fer, mais certaines d’entre elles sont antérieures, probablement néolithiques. Ces gravures en alpage démontrent tout l’intérêt porté par l’homme à cet étage de végétation au moins depuis la Protohistoire.

2. La partie amont de la Haute-Maurienne, un terrain détude depuis 15 ans

  • 2 Un remerciement particulier doit être adressé à l’Association départementale pour la Recherche arch (...)

5L’extrémité orientale de la Haute-Maurienne, sur les communes de Lanslevillard, Bessans et Bonneval, fait l’objet de ma part de recherches archéologiques et paléoenvionnementales depuis 1996. Le point de départ de la problématique a été le site néolithique du Château à Bessans, qui a fait l’objet de sondages en 1997, 2002 et 2003 (Thirault, 2004, 2007, 2008b ; Thirault, Pallier, 2006 ; Marguet et alii, 2008). L’attention a aussi été portée sur l’empreinte de l’homme dans l’ensemble du bassin versant en amont du collet de la Madeleine : prospections de surface et sondages archéologiques ont été menés en 1998, 2004, 2005 et 2006. Ce programme a permis de documenter des archives naturelles inédites. En parallèle, suite aux premiers travaux de F. David en Vanoise (David, 1993, 1995, 1997), de nouvelles séquences palynologiques en tourbières, tant dans le massif du Mont Cenis que sur les communes de Bessans et de Bonneval, apportent des informations renouvelées sur la végétation holocène et l’impact humain (travaux de F. David et J. Argant, inédits : David, Thirault dir., 2010). Ainsi, ce secteur amont de la Haute-Maurienne offre aujourd’hui un important potentiel d’étude pour la compréhension de la dynamique environnementale et des relations homme/milieu pour l’Holocène. Ces différents programmes de terrain (environ 8 mois cumulés pour le volet archéologique) et d’étude ont été rendus possibles grâce à des financements du Ministère de la Culture, du Conseil Général de la Savoie et du Parc national de la Vanoise2.

Fig. 1. La Teha à Bessans (étoile noire), au cœur des Alpes occidentales. Étoiles blanches : Les Balmes à Sollières (à l’ouest) et Le Château à Bessans (à l’est).

6À ce jour, les plus anciennes occupations connues en Maurienne sont préservées au Rocher du Château à Bessans, datées par 14C dans une fourchette comprise entre 4550 et 4000 av. J.-C. calibré, et attribuables à la Culture des Vasi a Bocca Quadrata (Marguet et alii, 2008). Ces premiers montagnards sont issus de la plaine du Pô ou du val de Suse et leur principale préoccupation, au Château, semble bien être la chasse au bouquetin (Roux, 2010). L’impact de cette présence humaine sur l’environnement est faible : un déboisement circonscrit, peut-être un peu de culture céréalière (études S. Thiébault et J. Argant, inédites). L’interprétation que l’on peut en donner, encore provisoire, est celle d’une fréquentation saisonnière par un groupe humain qui franchit les cols et trouve dans la plaine de Bessans des ressources abondantes.

7La fréquentation du Château est attestée également aux IVe et IIIe millénaires av. J.-C., bien que les couches d’occupation soient souvent mal conservées. L’activité cynégétique ne faiblit pas ; elle est complétée, au Néolithique final, au moment même de l’occupation des Balmes à Sollières, par l’exploitation des serpentinites pour la fabrication de pointes de flèche polies (Thirault, 2004). À la fin du IIIe millénaire av. J.-C., une forte troncature liée à un changement de lit du torrent de l’Arc provoque la disparition d’une partie des niveaux archéologiques. Dès lors, aucune information n’existe pour documenter d’éventuelles occupations humaines postérieures. Il faut attendre l’Antiquité (à Lanslevillard) et surtout le Moyen Âge pour avoir des preuves tangibles de la présence humaine, à l’emplacement des villages actuels. Cependant, l’exploitation de la pierre ollaire, bien attestée à Bessans et documentée en d’autres points de la Maurienne, pourrait apporter des preuves nouvelles sur les fréquentations humaines antiques ou médiévales, pour peu que les ateliers de Bessans puissent être datés (Lhemon, Thirault, 2007).

3. La Teha, un nouveau site d’altitude

8À Bessans, la découverte en 2006 d’occupations néolithiques et protohistoriques dans la vallée d’Avérole, à 2 230/2 250 m d’altitude, appuie la démonstration de l’ancienneté des passages de cols transalpins, y compris à haute altitude (Thirault, 2006). En effet, cette vallée latérale constitue une entrée remarquable pour le franchissement des reliefs frontaliers (fig. 2 et 3), itinéraires jalonnés par le village de l’Avérole, qui fut occupé de manière permanente jusqu’au milieu du xxe siècle, à 1 980/2 000 m d’altitude.

9La Teha est un pointement rocheux façonné par les glaciations quaternaires, composé de calcschistes et de prasinites (fig. 4 à 7). Il est placé au débouché du vallon de la Lombarde, vallon qui mène au col de l’Autaret (3 070 m). En aval de La Teha, le Plan de Revallon forme une confluence de vallons donnant accès à d’autres cols ou permettant de descendre sur la vallée d’Avérole et de là gagner la plaine de Bessans (1 650-1 750 m ; fig. 6). L’un de ces passages transalpins, le Colerin (3 210 m), a livré en 2003 une statue en bois attribuée, sur des critères stylistiques, aux xie-xiie siècles ap. J.-C. (Tracq, 2004). Ces cols transalpins ont connu une intense fréquentation au moins depuis le Moyen Âge, puisqu’ils constituent les points de passage privilégiés vers les vallées piémontaises de Lanzo et de Susa (Tracq, Inaudi, 1998).

Fig. 2. Déroulé de la ligne de crête séparant la Maurienne du Piémont, avec indication des points de passage (ronds). Les ronds noirs indiquent les passages les plus proches de La Teha.

Fig. 3. La Teha, implantation sur un extrait de la carte de France au 50 000e (type 1922). Édition Service géographique de l’Armée, 1929 (Paris VIIe), feuille Lanslebourg XXXVI-34. Relevés de terrain de 1891 à 1904, équidistance des courbes 20 m. L’ampleur des glaciers a notablement diminué depuis ces relevés.

Fig. 4. Le rocher de La Teha, au centre du cliché, vu depuis le nord, avec au premier plan le Plan de Revallon et la confluence des torrents de la Lombarde et d’Arnès. Le sentier qui remonte le vallon de la Lombarde en direction du col de l’Autaret passe à gauche du rocher. Cliché É. Thirault.

Fig. 5. La Teha vue depuis l’est, en contrehaut, avec localisation des sondages de 2006. Le sentier du vallon de la Lombarde est bien visible. Cliché É. Thirault.

Fig. 6. Le panorama vers le nord depuis le flanc du versant. À gauche, La Teha et son abri aménagé sur le flanc nord. On distingue le refuge d’Avérole (2 230 m) implanté en contre-haut du sentier de franchissement de la gorge et de l’oratoire Notre-Dame de l’Arcelle. Au loin, la vallée d’Avérole qui mène à la plaine de Bessans. Cliché É. Thirault.

Fig. 7. Le sommet de La Teha vu depuis le sud-est, en contre-haut, avec la localisation des sondages 3 et 4 de 2006. Cliché É. Thirault.

10Depuis le sommet de La Teha, la vue est large sur les pentes et les sommets alentours, mais surtout sur l’unique sentier qui permet le passage en rive droite. Il s’agit donc d’une position stratégique pour observer le paysage et les itinéraires.

11La Teha est composée d’un replat sommital (2 250 m) et de petites surfaces planes ou modelées, qui sont étagées au sud du sommet (fig. 5 et 7). La retombée vers le nord et l’ouest est abrupte, en parois donnant sur le torrent à l’ouest. Vers le sud, le pointement rocheux vient mourir dans un plan formé par un cône torrentiel fossile du versant est de la montagne, sur l’autre rive du torrent. Le creux qui raccorde le flanc ouest de la montagne à la Teha est dénommé le Pas des Eublats et constitue le point de passage obligé en rive droite pour le sentier de la Lombarde et le col de l’Autaret. Une petite source est présente sur le versant, en léger contre-haut du sentier, et ses écoulements forment de petites tourbières de pente sur le pied nord de La Teha. Le site naturel est aujourd’hui en limite supérieure de pousse des arbres.

4. La Teha : les données de fouille

12Quatre sondages ont été ouverts, deux dans un abri aménagé durant les derniers siècles sur le flanc oriental du rocher (sondages 1 et 2 : fig. 8 à 11), et deux en plein air, sur des replats proches du sommet (sondages 3 et 4 : fig. 12 à 15). L’abri, orienté à l’est, est occupé aujourd’hui par des terrasses et des murets et est toujours fréquenté par les moutons qui s’y abritent. Le sol couvert de déjections et les plantes nitrophiles (orties, chénopodes, etc.) témoignent de ce fait que nous avons observé les jours de pluie. La configuration ancienne des lieux est fortement perturbée par les terrassements humains. À l’origine, le pied de paroi devait être encombré de blocs effondrés et un talus en forte pente devait se développer assez rapidement vers l’extérieur.

4.1. Le sondage 1

13Le sondage 1, de 2 x 2 m, a été implanté près de l’entrée, au sud, sur une terrasse limitée par des murs en pierres sèches (fig. 8-1 à 3 et fig. 9). Il a été mené jusqu’à 1,20 m de profondeur, à travers une séquence bien stratifiée (fig. 10). Du haut en bas :

  • couche 1 : sol humifère meuble brun foncé, enrichi d’un cailloutis schisteux assez fin, déposé à plat, s’épaississant depuis la paroi (0,20 à 0,30 m d’épaisseur) vers l’extérieur de l’abri (0,60 m maximum) ; sa base est en net pendage vers l’extérieur, en particulier vers l’angle sud-est du sondage ; le mobilier comprend quelques os, charbons de bois et tessons de céramique vernissée, ainsi qu’un tesson peint. En descendant, le sédiment s’enrichit en matière organique noire décomposée (fumier de bergerie) ;

  • couche 2 : niveau brun-noir, charbonneux (charbons de bois et plaques de matières organiques brûlées), enrichi d’un cailloutis schisteux portant des traces de chauffe ; épaisseur 0,10 à 0,20 m, en net pendage vers l’extérieur identique à celui de la couche 1 ;

  • couche 3 : couche brun-rouge à cailloutis schisteux moyen, très épais contre la paroi (près de 0,50 m), s’amenuisant vers l’extérieur (angle sud-est) ; présence de dalles schisteuses dans le pendage ;

  • couche 4 : niveau brun-noir à charbons de bois abondants, moins caillouteux que 3 ; un contre-pendage est net contre la paroi. Dans la partie nord-ouest du sondage, cette couche est en connexion avec une cuvette ovale plaquée contre la paroi à l’ouest, et contre une grande dalle fichée au nord, engagée dans la coupe. Cette cuvette est une structure de combustion in situ, car la paroi et le sédiment encaissant sont rubéfiés (fig. 8-3). Elle contient de nombreux charbons de bois, dont des brandons pouvant atteindre 8 cm de largeur, emballés dans un gravillon limoneux ;

  • couche 5 : niveau brun-jaune, sableux, très riche en cailloutis schisteux moyen. Le sommet forme un dôme dans l’axe transversal à la paroi, avec toujours une inflexion dans l’angle sud-est du sondage. La couche 5 repose sur une grande dalle effondrée qui marque l’arrêt du sondage.

Fig. 8. La Teha : les sondages archéologiques de 2006 dans l’abri. 1. vue générale de l’abri depuis l’entrée sud ; les personnages assis sont au bord du sondage 1 ; 2. le sondage 1 en in de fouille, vue depuis le nord-ouest ; noter la dalle plancher et les niveaux charbonneux ; 3. sondage 1, le foyer daté du Néolithique final, contre la paroi (en haut du cliché), vue depuis l’ouest ; 4. sondage 2, stratigraphie sud ; noter l’importance des pierres ; à droite, la paroi.

Fig. 9. La Teha : plan de l’abri et emplacement des sondages archéologiques nos 1 et 2 de 2006. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire. Levé de terrain : F. Comte et É. Thirault ; DAO : B. Nicolle et É. Thirault.

Fig. 10. La Teha : coupes est et sud du sondage 1, dans l’abri. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire placé dans l’abri. Levé de terrain : F. Broës et M. Hermann ; DAO : B. Nicolle.

Fig. 11. La Teha : coupes sud et nord du sondage 2, dans l’abri. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire placé dans l’abri. Levé de terrain : F. Comte et N. le Maux ; DAO : B. Nicolle.

  • 3 Nous avons sélectionné des charbons de petite taille et si possible, des essences de faible durée d (...)

14Une telle sédimentation témoigne d’occupations humaines répétées dans l’abri, avant la construction des terrasses. La date radiocarbone obtenue sur les charbons de bois de la couche 43 démontre sans ambiguïté l’ancienneté de cette première occupation qui recèle une cuvette de combustion en place : le Néolithique final/Campaniforme, entre 2500 et 2300 av. J.-C. (cf. ci-après). Faute d’analyses, il est difficile de dire si ces niveaux anciens sont aussi des témoins de bergerie, mais leur similitude avec les niveaux supérieurs, malgré une minéralisation plus poussée, plaide en ce sens.

4.2. Le sondage 2

15Il a été positionné sur la terrasse artificielle inférieure, la plus au nord et la plus remblayée par rapport au sol naturel (fig. 9). Ouvert sur 2 x 2 m contre la paroi, il a lui aussi livré une stratigraphie composite, reconnue sur 1,80 m de profondeur (fig. 8-4 et fig. 11). Dans ce sondage, les dalles et blocs informes effondrés constituent la majeure partie du comblement, soit sous forme entière, soit plus ou moins déformés et décomposés. Du haut en bas ont été reconnus :

  • couche 1 : sol humifère, qui recouvre un dallage de lauzes disposées à l’horizontal, à environ 0,20 m de profondeur ;

  • couche 2 : cailloutis limoneux produit par la décomposition des schistes, brun, meuble, infiltré entre les pierres verticalisées, localement riche en microfaune récente ;

  • couche 3 : limon sableux, tirant sur le jaune ;

  • couche 4 : cailloutis sableux plus gris ;

  • couche 5 : limon argileux, sans gravillon, présent côté nord ;

  • couche 6 : cailloutis grossier limoneux gris, présent côté nord immédiatement sous 5 ;

  • couche 7 : limon brun enrichi en cailloutis moins grossier que 6.

16Cette séquence est surtout bien individualisée dans la coupe nord du sondage ; vers le sud, les ensembles sédimentaires sont moins bien stratifiés et la présence des blocs interdit toute lecture fine des dépôts. Une telle séquence traduit sans doute, bien qu’elle soit difficile à interpréter, des variations climatiques qui induisent des dynamiques érosives variables sur la paroi. Le contraste sédimentaire est net entre S1 et S2 : dominance d’une dynamique anthropique dans S1, dynamique exclusivement naturelle dans S2. Dans S2, la présence humaine est inexistante avant la surface : le dallage correspond à la mise en place de la terrasse artificielle visible actuellement, dont le sol est à plus d’un mètre en contre-haut du talus.

4.3. Le sondage 3 : la stratigraphie

17Le sondage 3 a été implanté sur 6 m2 dans une cuvette glaciaire de 200 m2 environ, partiellement comblée et végétalisée. En surface, des anomalies topo graphiques, avec des pierres sub-affleurantes, signalaient une présence humaine ancienne (fig. 12). Ce véritable piège à sédiments, abrité des passages torrentiels, a autorisé la conservation de vestiges immédiatement sous la couche végétale actuelle, malgré des conditions climatiques rigoureuses : gel intense et neige épaisse durant plus de la moitié de l’année. Le sondage a été conduit jusqu’au rocher, soit 60 cm maximum de remplissage sédimentaire (fig. 12 à 14).

18Le rocher massif présente un poli glaciaire et une surface ondulée. Il est nappé par une couche argileuse discontinue, probablement tronquée par endroits, limon argileux ou argile limoneuse, selon la position, gris à gris-jaune, plus ou moins chargé de graviers et de galets roulés. Des schistes décomposés rouges à violacés sont parfois présents.

19Le sondage est ensuite entièrement nappé par un limon/limon sableux jaune à passées plus grises, un peu gravillonneux (graviers roulés). Des variations de textures et de charge gravillonneuses sont visibles sur la surface fouillée. Ce niveau est épais d’au moins 20 cm et constitue le substrat du sol.

20La séquence supérieure est plus variable et est localement perturbée par la présence humaine. Globalement, il s’agit d’un limon fin, développé sur au moins 20 cm, qui présente trois caractéristiques :

  • des variations granulométriques et colorimétriques fortes : niveaux plus argileux, plus sableux, etc. ;

  • une sédimentation anthropisée matérialisée par des charbons de bois en couche et par des concentrations notables de charbons de bois, le tout lié à des variations de couleurs (sédiment plus sombre). Ces anomalies sédimentaires anthropiques sont détaillées ci-dessous ;

  • la présence de pierres.

21Enfin, un humus épais de 10 à 15 cm couvre le tout, transpercé par certaines pierres.

4.4. Le sondage 3 : les anomalies sédimentaires anthropiques

22A1. Cuvette engagée dans la coupe sud (fig. 13), dont seule une moitié disposée en demi-cercle a été fouillée. Elle est comblée d’un limon brun fin homogène, chargé de nombreuses pierres disposées selon des pendages variables et contenant un peu de charbons de bois. Cette cuvette correspond, en surface, à un creux topographique. Il s’agit probablement d’une cuvette de combustion aménagée au dépens du substrat et, peut-être, de l’anomalie A4.

Fig. 12. La Teha : le sondage archéologique no 3 de 2006. 1. vue d’ensemble du S3 depuis le nord, en contre-haut ; en arrière-plan, le vallon de la Lombarde ; 2. idem, depuis le sud. 3. vue d’ensemble du sondage 3 depuis le nord, après le premier décapage ; 4. idem, depuis le sud, après le second décapage ; les foyers sont bien visibles (groupes de pierres, rubéfactions, charbons de bois) ; 5. S3, coupe sud ; 6. S3, coupe est ; 7. lamelle en silex (déc. 10) ; 8. éclat en quartzite (déc. 1). Clichés et dessins : É. Thirault.

Fig. 13. La Teha : coupes nord et sud du sondage 3, sur le replat. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire placé sur le replat. Levé de terrain : F. Comte, N. le Maux et D. Piaca Martin ; DAO : B. Nicolle.

23A2. Concentration de pierres entourées par une couronne charbonneuse, dans une matrice de fin limon brun sombre sans gravillon (fig. 13). Les limites sont nettes, dans un encaissant limoneux jaune gravillonneux. Par endroits, le limon est rubéfié, en lien avec de gros charbons. Cette structure de combustion en cuvette peu profonde (moins de 20 cm) est à demi-engagée dans la coupe nord et entame le substrat stérile ainsi que l’anomalie A7.

24A3. Limon argileux brun-gris formant une couche, avec de nombreux charbons de bois dans l’angle nord-ouest du sondage où le niveau forme une légère cuvette avec des pierres posées plus ou moins à plat (fig. 13 et 14). Il s’agit peut-être d’une zone de rejet de combustion ou de combustion lâche associée à un épandage.

25A4. Dans le décapage 4, zone recoupée par A1, dans le quart sud-ouest du sondage, riche en pierres plantées à la verticale, dans une matrice limoneuse brune très charbonneuse. Les limites exactes sont difficiles à cerner.

26A5. Petite cuvette comblée par un limon brun sombre, légèrement sableux, contenant de très nombreux charbons de bois, présent en limite est du sondage (visible en coupe, fig. 14). Elle entaille les niveaux stériles du substrat et présente une surface supérieure plane.

27A6. Cuvette très bien circonscrite, comblée par un limon sombre charbonneux. Elle se développe selon trois zones visibles en plan et en coupe (fig. 13). De l’est vers l’ouest : limon brun sombre avec nombreux charbons, limite nette ; limon gris un peu argileux contenant quelques charbons ; limon brun à rares charbons. Comme cette anomalie est engagée dans la coupe sud, son interprétation est délicate, mais relevons qu’elle constitue la bosse du terrain visible en surface. Une fouille intégrale permettrait peut-être de mieux comprendre son agencement.

28A7. Petite cuvette comblée par un limon argileux brun-jaune, contenant quelques charbons, située dans l’angle nord-est du sondage (fig. 13 et 14). Le fond de la cuvette est plus argileux et plus gris, avec charbons, pouvant témoigner d’une stagnation d’eau.

Fig. 14. La Teha : coupes est et ouest du sondage 3, sur le replat. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire placé sur le replat. Levé de terrain : É. Thirault ; DAO : B. Nicolle.

29Le mobilier archéologique est des plus rares, malgré le tamisage de l’intégralité des sédiments extraits (fig. 12-7 et 8) :

  • un éclat de quartzite gris à grain fin, de 14 mm de long, découvert lors du décapage 1, sous la couche d’humus ; il est donc placé haut dans la stratigraphie ;

  • une lamelle en silex régulière, débitée par percussion indirecte. Elle provient du décapage 10, dans le mètre carré nord-ouest, sous les limons contenant les cuvettes et les niveaux charbonneux. Son attribution chronologique est délicate, s’agissant d’un objet unique. Une attribution dans le Mésolithique ou le Néolithique est possible.

30Une telle rareté peut avoir deux causes : implantation du sondage en bordure du site archéologique, ou rareté absolue du mobilier lithique.

4.5. Le sondage 4

31Il a été ouvert dans une petite cuvette perchée en contrebas du replat du sondage 3, à l’est de celui-ci. De 1 x 2 m à l’ouverture, il a été mené jusqu’à la roche en place, à environ 1 m de profondeur. Le tamisage des sédiments a été intégral. La séquence est naturelle, avec, de haut en bas (fig. 15) :

  • le sol humifère actuel, limoneux sombre à nombreuses racines, graduel (épaisseur 0,10 m) ;

  • un niveau limoneux brun-jaune tirant sur le verdâtre, fin, un peu chargé en gravier, de 0,25 m d’épaisseur ; entre 0,25 et 0,35 m de profondeur, un niveau se dessine avec des micro-charbons et des passées de limon rubéfié, signes d’incendies proches ;

  • le même limon se retrouve en dessous sur 0,15 cm d’épaisseur, cette fois plus chargé en graviers et petites pierres ;

  • dessous, une séquence alluviale se présente en trois étapes, du bas vers le haut : un sable alluvial rubéfié, avec quelques passées plus limoneuses grises, sur 0,15 m d’épaisseur ; un mélange d’argiles limoneuses et de limons argileux vert-gris, chargés en sable oxydé et en schistes bruns décomposés, sur 0,20 m ; une argile limoneuse fine, grise, passant localement à un limon un peu argileux, jaune verdâtre, fin, sur 0,10 m maximum.

32Cette stratigraphie est purement naturelle : dépôts alluviaux issus des écoulements anciens du talweg, puis développement d’un (colluvio- ?) sol au sein duquel un niveau à charbons de bois témoigne de feux à proximité. Cet épisode n’est pas daté, mais est probablement en lien avec les occupations humaines de l’abri et/ou du replat sus-jacent.

Fig. 15. La Teha : coupe ouest du sondage 4, sur le replat. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire placé sur le replat, identique à celui de S3. Légende en figure 13. Levé de terrain : É. Thirault ; DAO : B. Nicolle.

4.6. Les datations absolues

33Devant l’absence de mobilier diagnostic, sept dates radiocarbone ont été réalisées sur charbons de bois au laboratoire de Poznan, en sélectionnant des bois de faible section (fig. 16 et 17).

34Dans le sondage 1, dans l’abri, le foyer peut être attribué au Néolithique final, dans une phase tardive, voire dans le Campaniforme (Vital, 2008a). Une telle tranche de temps est présente au Rocher du Château à Bessans, mais absente aux Balmes de Sollières.

35Dans le sondage 3, cinq des six dates concordent avec les données stratigraphiques : A2 est postérieur à A3 et à A7, et A7 postérieur à A5 ; la seule discordance provient de la partie sud du sondage, puisque A1 recoupe A4, alors que les dates radiocarbone sont inversées. Dans la mesure où A1 est proche de la surface et qu’il recoupe A4, on peut considérer que le plus grand risque d’erreur provient de A1 et que la datation de A4 est valide. La chronologie est néanmoins surprenante, puisque la fourchette couvre une bonne partie de la Protohistoire :

  • A1 s’inscrit au plus probable dans le Bronze ancien, mais cette datation est en discordance stratigraphique et le charbon daté provient sans doute d’une autre structure ;

  • A3 s’inscrit dans l’Âge du Bronze moyen ;

  • A4 est dans un intervalle couvrant la fin du Bronze moyen et le Bronze final 1 ;

  • A5 s’inscrit dans l’Âge du Bronze final 2 ;

  • A7 est à rattacher au Bronze final 3 ;

  • A2 s’inscrit dans une fourchette à cheval sur la fin du premier et le début du second Âge du Fer.

36La lamelle de silex, découverte dans les niveaux sous-jacents à ces anomalies, pose aussi question : si elle est descendue à la faveur d’une bioturbation, à quelle occupation la rattacher ? Si elle est bien en place, elle témoigne d’une occupation mésolithique ou néolithique non attestée par les foyers et les limons charbonneux, du moins à l’emplacement du sondage.

5. La Teha : pastoralisme et/ou franchissement de col

37Malgré quelques incertitudes documentaires, le site de La Teha démontre une récurrence d’occupations remarquable durant la Préhistoire récente (au moins Campaniforme) et la Protohistoire. L’absence de preuves d’occupation avant et après cette tranche de temps pose question, dans la mesure où les deux versants des Alpes (Maurienne et plus largement Savoie/Piémont) sont occupés depuis le Paléolithique supérieur.

38L’absence d’os animaux nous prive des données archéozoologiques, et l’étude anthracologique demeure à réaliser. En outre, à La Teha, aucune ressource minérale remarquable (cristal de roche, minerai métallique, etc.) ne justifie la présence humaine. À la réflexion, seules deux hypothèses fonctionnelles peuvent être retenues : une halte dans un parcours pastoral ou un lieu de bivouac sur un itinéraire transalpin, les deux termes n’étant ni incompatibles ni exclusifs, étant donné la longue durée de fréquentation des lieux. Dans l’abri, la configuration sédimentaire de S1 est compatible avec une occupation comme bergerie ; la seule date disponible indique la fin du Néolithique, mais la séquence se développe postérieurement (fig. 10). Ainsi, La Teha apporte la preuve que la vallée d’Avérole est parcourue et/ou occupée au moins depuis 4 500 ans, et démontre la réalité des passages par les cols de haute altitude durant la Protohistoire.

39Pour autant, il ne s’agit pas d’une découverte unique dans les Alpes occidentales et les deux propositions fonctionnelles sont déjà posées à propos d’un certain nombre de sites.

40L’interprétation comme halte sur un itinéraire d’altitude est déduite de la position du site. Rappelons que le fait même de passer des cols de haute altitude est démontré physiquement par les découvertes en ces lieux : Similaun entre Lombardie et Autriche (momie d’« Otzi »), Schnideloch entre Valais et canton de Berne en Suisse (Suter, 2006). En Valais, l’abri de l’Alp Hermettji à Zermatt, situé à 2580 m à mi-parcours sur l’itinéraire entre le Valais et le Val d’Aoste, est probablement une halte (Curdy et alii, 2003). Pour les périodes équivalentes à celles de La Teha, on relève le niveau 3b, attribué au Néolithique final avec des foyers datés par le14 C, au plus récent du xxviie siècle av. J.-C. ; le niveau 3a, attribué au Bronze ancien, avec une date calibrée à 2300-1900 av. J.-C. (ETH-16450), deux foyers et une fosse (dépotoir ?) ainsi qu’une dépression contenant du mobilier en aval de l’abri, avec deux dates radio-carbone calibrées dans la fourchette 2000-1600 av. J.-C. (ETH16448) et 1870-1520 av. J.-C. (ETH17014).

Fig. 16. Inventaire des dates radiocarbone disponibles pour les occupations humaines de La Teha. Analyses Laboratoire de radiocarbone de l’Université de Poznan. Calibration avec le logiciel CALIB 6.0.0 (Reimer et alii, 2009). Déterminations anthracologiques aimablement réalisées par Julie Morin-Rivat.

Fig. 17. Graphe des dates radiocarbone calibrées des occupations humaines de La Teha. En noir, intervalle de confiance de 1 sigma ; en gris, intervalle de 2 sigmas. Les flèches indiquent les relations stratigraphiques observées en fouille. Cf. inventaire en figure 16. Calibration avec le logiciel CALIB 6.0.0 (Reimer et alii, 2009).

41Toujours en Valais, la présence humaine est aussi attestée sur les cols du Simplon (foyer isolé à Gampisch, 1 880 m, daté par radiocarbone dans le Bronze moyen/final) et de l’Albrun (niveau à charbons dans un abri au pied du col, 2 110 m, avec une date radiocarbone dans le Bronze ancien : Curdy et alii, 2010). La présence d’un site fortifié sur le pied nord du Simplon (1 100 m d’altitude), appuie l’idée non seulement du passage, mais aussi du contrôle des cols entre le Valais et le Piémont, au Bronze final/Âge du Fer. De même, autour du Petit Saint-Bernard entre Tarentaise et Val d’Aoste, existent des sites fortifiés en pied de col. Cependant, entre 1 800 et 2 300 m altitude, un seul site est relevé au Néolithique final (La Commune S12, 1 890 m ; environ 2500-2300 av. J.-C., datation Ly3075 (Poz)), une occupation néolithique sensu lato sous un abri du même lieu-dit (sondage 9, 1 900 m) pouvant éventuellement être prise en compte, alors qu’au Bronze ancien et final existent des foyers isolés, des structures en pierre et des occupations sous abri ; seul un foyer isolé a été identifié pour le premier Âge du Fer (Rey et alii, 2008). Dans les cas précités, Simplon, Albrun, Petit Saint-Bernard, le contrôle des accès semble effectif à la fin de l’Âge du Bronze, à l’étage montagnard et subalpin. En Haute-Maurienne, rien de tel à ce jour, et La Teha, malgré sa position dominante ne peut pas jouer de rôle « défensif ».

42La fonction pastorale des sites d’altitude durant la Protohistoire demeure souvent une proposition probable et probante. En plein air, les prospections et les sondages menés dans les Écrins révèlent des structures en pierres sèches bâties entre 2 070 et 2 360 m d’altitude, qui associent des enclos de 20 à 150 m2 et des cabanes de 3 à 10 m2, datés par le radiocarbone entre 2580 et 810 av. J.-C. (Mocci et alii, 2008). Dans cette tranche de temps, on notera aussi un abri occupé en haute Ubaye (Lauzanier sud 1). L’interprétation pastorale découle ici de la forme des architectures, mais il manque à cette proposition des données archéo­zoologiques et sédimentaires. Dans les Préalpes, l’Aulp du Seuil à 1 700 m en Chartreuse, livre des occupations dans les abris nos 1 et 2, avec des tessons attribués au Bronze final/premier Âge du Fer, associés à de la faune chassée, mais aussi du bœuf et du cheval, pour une fonction présumée de halte de bergers (Binz, Serrières, 2008). Dans l’abri no 2, trois dates radiocarbone s’inscrivent dans la fourchette 980-800 av. J.-C. Mais, à ce jour, les meilleures preuves archéologiques de pastoralisme d’altitude durant l’Âge du Bronze proviennent des grottes-bergeries, et en particulier, en Maurienne, Les Balmes (Brochier et alii, 1999 ; Vital, 2008b).

43Enfin, en Val d’Aoste, il faut mentionner l’étrange ensemble de bâtiments circulaires en pierres sèches de la Cîme Noire à 2 300 m d’altitude, installé dans un chaos de blocs, le Kiapey Guiabious, et dont deux structures livrent en surface des tessons datables des ve-iiie siècles av. J.-C. (Daudry, 2005). La fonction de ces constructions demeure conjecturale.

6. De l’intérêt des vestiges modestes

44Ainsi, les abris et replats de haute altitude, malgré l’indigence des vestiges qu’ils recèlent, concourent-ils à une meilleure connaissance des modalités d’appropriation de la montagne, bien que leur pleine compréhension ne puisse se concevoir, à terme, sans une intégration des données à tous les étages bio-géographiques du relief. Ce constat est évidemment valable pour n’importe quelle période, mais, étant donné, pour la Préhistoire et la Protohistoire, l’absence totale de sources documentaires autres que les archives archéologiques et naturelles, le travail de terrain demeure, pour longtemps encore indispensable.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ballet F., Raffaeli P., 1990, Rupestres : roches en Savoie, gravures, peintures, cupules, Chambéry, Musée savoisien, 47 p., nb. ill.

Bintz P., Serrières L., 2008, « L’Aulp du Seuil en Chartreuse », in : Jospin J.-P., Favrie T., Premiers bergers des Alpes : de la Préhistoire à l’Antiquité, Catalogue de l’exposition au Musée dauphinois, Grenoble, Gollion, Infolio, p. 102-103, 3 fig.

Brochier J.-L., Beeching A., Sidi Maamar H., Vital J., 1999, « Les grottes-bergeries des Préalpes et le pastoralisme alpin durant la fin de la Préhistoire », in : Beeching A. dir., Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire : matériaux pour une étude (programme collectif CIRCALP 1997/1998), Valence, Centre d’Archéologie préhistorique, p. 77-114, 26 fig. (Travaux du C. A. P., 2).

Curdy P., Leuzinger-Piccand C., Leuzinger U., 2003, « Zermatt Alp Hermettji et les cols secondaires du Valais », in : Besse M., Stahl-Gretsch L.-I., Curdy P. dir., ConstellaSion : hommage à Alain Gallay, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande, p. 73-88, 12 fig. (Cahiers d’Archéologie romande, 95).

Curdy P., Bullinger J., Crotti P., Valsecchi V., Tinner W., 2010, « Recherches archéologiques dans les régions du Simplon et de l’Albrun (Valais et Piémont), du Mésolithique à l’époque romaine », in : Tzortzis S., Delestre X. dir., Archéologie de la montagne européenne, Actes de la table ronde internationale de Gap, 29 sept.-1er oct. 2008, Paris, éd. Errance/Aix-en-Provence, Centre C. Jullian, p. 185-195, 11 fig. (Bibliothèque d’Archéologie méditerranéenne et africaine, 4)

Daudry D., 2005, « Segnalazione e documentazione fotografica del villaggio protostorico della Cime Noire », Bull. d’Études préhistoriques alpines, XVI, p. 157-176, 34 fig.

David F., 1993, « Évolutions de la limite supérieure des arbres dans les Alpes françaises du nord depuis la fin des temps glaciaires », Thèse de doctorat (inédite), Univ. d’Aix-Marseille III, Faculté des Sciences et Techniques de Saint-Jérôme, 94 p.

David F., 1995, « Mise en place des forêts d’altitude en Vanoise et périphérie », Travaux scientifiques du Parc national de la Vanoise, XIX, p. 91-106.

David F., 1997, « Holocene tree limit in the northern French Alps : stomata and pollen evidence », Rev. Palaeobot. Palyn., 97, p. 227-237.

David F., Thirault É. dir., 2010, Rapport de recherche : végétation holocène et peuplement humain en Haute-Maurienne, Chambéry, Parc national de la Vanoise, 81 p. 30 fig. (inédit).

Lhemon M., Thirault É., 2007, « L’exploitation de la pierre ollaire à Bessans (Haute-Maurienne, Savoie, F) : nouvelles données de terrain », in : Daudry D. dir., La pierre en milieu alpin, Actes du XIème colloque international sur les Alpes dans l’Antiquité, Bagnes, 15-17 sept. 2006, p. 345-350, 3 fig. (Bull. de la Soc. d’Études préhistoriques d’Aoste, XVIII).

Marguet A., Bintz P., Nicod P.-Y., Picavet R., Rey P.-J., Thirault É., 2008, « Éléments pour une histoire du peuplement nord-alpin français entre 10000 et 2700 ans BP », in : Desmet M., Magny M., Mocci F. dir., Du climat à l’homme : dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes, Actes du colloque GDR JURALP, Aix-en-Provence, 15-16 nov. 2007, Chambéry, EDYTEM, p. 225-252, 25 fig. (Cahiers de Paléoenvironnement, coll. EDYTEM, 6).

Mocci F., Walsh K., Talon B., Tzortzis S., Court-Picon M., 2008, « Structures pastorales d’altitude et paléoenvironnement : Alpes méridionales françaises du Néolithique final à l’Âge du Bronze », in : Jospin J.-P., Favrie T., Premiers bergers des Alpes : de la Préhistoire à l’Antiquité, Catalogue de l’exposition au Musée dauphinois, Grenoble, Gollion, Infolio, p. 92-101, 13 fig.

Reimer P. J. et alii, 2009, Radiocarbon, 51, p. 1111-1150.

Rey P.-J., Thirault É., 1999, « Le peuplement des vallées alpines au Néolithique : les exemples de la Maurienne et de la Tarentaise (Savoie) », in : Beeching A. dir., Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire : matériaux pour une étude (programme collectif CIRCALP 1997/1998), Valence, Centre d’Archéologie préhistorique, p. 501-518, 3 fig. (Travaux du C. A. P., 2).

Rey P.-J., Treffort J.-M., Moulin B., Oberlin C., André I., 2008, « Archéologie des versants du Petit-Saint-Bernard : première approche de la dynamique de l’occupation humaine autour d’un grand passage alpin, de la Préhistoire au début du Moyen Âge », in : Desmet M., Magny M., Mocci F. dir., Du climat à l’homme : dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes, Actes du colloque GDR JURALP, Aix-en-Provence, 15-16 nov. 2007, Chambéry, EDYTEM, p. 209-224, 9 fig. (Cahiers de Paléoenvironnement, coll. EDYTEM, 6).

Roux L., 2010, Étude de l’assemblage osseux des sondages du Rocher du Château, à Bessans (Haute-Maurienne – Savoie – France), Mémoire de master II, sous la dir. de M. Bailly, Univ. de Provence (inédit).

Suter P. J., 2006, « Redécouverte d’un col dans les Alpes bernoises », L’Archéologue, 86, p. 35-39.

Thirault É., 1999, « Franchir la crête : de l’Histoire à la Préhistoire dans les Alpes occidentales », in : Beeching A. dir., Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire : matériaux pour une étude (programme collectif CIRCALP 1997/1998), Valence, Centre d’Archéologie préhistorique, p. 19-37, 3 fig. (Travaux du C.A.P., 2).

Thirault É., 2004, « Le site néolithique de Bessans/Le Château (Savoie) et la question des armatures perçantes en roches polies dans les Alpes occidentales », in : Dartevelle H. dir., Auvergne et Midi : rencontres méridionales de Préhistoire récente : actualité de la recherche, Actes de la cinquième session, Clermont-Ferrand, 8-9 nov. 2002, Cressensac, Préhistoire du Sud-Ouest, p. 421-444, 17 fig. (9ème suppl. à Préhistoire du Sud-Ouest).

Thirault É., 2006, « Bessans/La Teha (Savoie) : présence néolithique à haute altitude (2250 m) sur les itinéraires transalpins », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 103, no 4, p. 797-799, 1 fig.

Thirault É., 2007, « Les pointes polies alpines des IVème et IIIème millénaires av. J.-C. : caractérisation archéologique et expérimentale de la chaîne opératoire de fabrication », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 104, no 1, p. 89-100, 7 fig.

Thirault É., 2008a, « Enjeux et perspectives du Néolithique alpin : l’exemple de la Maurienne (Savoie – France) », Palethnologie, no 1, p. 410-426, 7 fig. (http://www.palethnologie.org).

Thirault É., 2008b, « Le site néolithique de Bessans/Le Château et ses peintures rupestres », in : 2 ° Congresso Internazionale ’Ricerche paletnologiche nelle Alpi occidentali’ & 3 ° Incontro ’Arte rupestre alpina’, Pinerolo, 17-19 oct. 2003, 17 p. 8 fig. (publication numérique).

Thirault É., Pallier C., 2006, « Apport de la fouille archéologique de Bessans/Le Château à la compréhension de la dynamique sédimentaire holocène de la plaine de Bessans (Savoie – France) », Bull. scientifique du Parc national de la Vanoise, XXIII, p. 65-84, 9 fig.

Thirault É., Santallier D., Vera R., 1999, « Les matériaux lithiques polis du Néolithique rhône-alpin : de la caractérisation à l’interprétation archéologique » in : Beeching A. dir., Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire : matériaux pour une étude (programme collectif CIRCALP 1997/1998), Valence, Centre d’Archéologie préhistorique, p. 259-296, 8 fig. (Travaux du C.A.P., 2).

Tracq F., 2004, « La statue surgie du glacier », Panorami, 52, p. 17-22.

Tracq F., Inaudi G., 1998, Bergers, contrebandiers et guides entre Savoie et vallées de Lanzo, Torino, Il Punto, 287 p., ill.

Vital J., 2008a, « La séquence Néolithique final-Bronze ancien dans l’axe rhodanien : enseignements chronométriques et perspectives culturelles », in : Salanova L., Vital J., Tchérémissinoff Y. dir., Les ensembles problématiques de la transition Néolithique-Bronze en France, Actes de la séance de la Soc. préhistorique française, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, 20 janv. 2007, p. 539-554, 8 fig. (Bull. de la Soc. préhistorique française, 105, no 3).

Vital J., 2008b, « Témoins du pastoralisme dans les Alpes nord-occidentales aux Âges des métaux », in : Jospin J.-P., Favrie T., Premiers bergers des Alpes : de la Préhistoire à l’Antiquité, Catalogue de l’exposition au Musée dauphinois, Grenoble, Gollion, Infolio, p. 84-89, 3 fig.

Vital J., Benamour P. dir., 2012, Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes de Sollières-Sardières (Savoie), du Néolithique moyen à l’Âge du Fer, Lyon, ALPARA, 388 p. (Document d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 36).

Notes

1 L’article en question (Thirault, 1999) s’inscrivait dans un programme de recherche, CIRCALP, dirigé par Alain Beeching, dans lequel je réalisais ma thèse. André Marguet, que j’avais rencontré auparavant, s’était montré très intéressé par mes travaux, et avait spontanément proposé d’inclure les analyses pétrographiques (réalisées par Danielle Santallier) des mobiliers polis de ses sondages subaquatiques dans le périmètre de mon étude, étoffant ainsi le corpus de manière significative (Thirault et alii, 1999). Depuis, sa confiance et son intérêt pour mes recherches, portées vers les hauteurs comme en miroir des lacs préalpins où André Marguet a exercé sa passion pour le Néolithique, ne se sont pas démentis. Qu’il trouve dans cette publication le témoignage de ma reconnaissance et de mon amitié.

2 Un remerciement particulier doit être adressé à l’Association départementale pour la Recherche archéologique en Savoie (ADRAS), à son président, Gilbert Pion et son trésorier, Henri Barthélémy, qui assurent la gestion financière des opérations programmées en Savoie. Les sondages programmés à La Teha ont été réalisés grâce à l’autorisation accordée par la Municipalité de Bessans et à la participation bénévole de Frédéric Broës, Florent Comte, Marie Hermann, Nicolas Le Maux, Julien Maître, Cécile Marchal, Diana Placa Martin, Léa Roux… et Joël Castro-Roux. Merci à Betty Nicolle pour les mises au net des levés de terrain et pour la relecture, ainsi qu’à Julie Morin-Rivat pour la détermination anthracologique des bois de la deuxième série de dates radiocarbone, tout aussi bénévoles.

3 Nous avons sélectionné des charbons de petite taille et si possible, des essences de faible durée de vie pour éviter l’effet de « vieux bois ». Déterminations Julie Morin-Rivat, que je remercie ici.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La Teha à Bessans (étoile noire), au cœur des Alpes occidentales. Étoiles blanches : Les Balmes à Sollières (à l’ouest) et Le Château à Bessans (à l’est).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 2. Déroulé de la ligne de crête séparant la Maurienne du Piémont, avec indication des points de passage (ronds). Les ronds noirs indiquent les passages les plus proches de La Teha.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 3. La Teha, implantation sur un extrait de la carte de France au 50 000e (type 1922). Édition Service géographique de l’Armée, 1929 (Paris VIIe), feuille Lanslebourg XXXVI-34. Relevés de terrain de 1891 à 1904, équidistance des courbes 20 m. L’ampleur des glaciers a notablement diminué depuis ces relevés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 4. Le rocher de La Teha, au centre du cliché, vu depuis le nord, avec au premier plan le Plan de Revallon et la confluence des torrents de la Lombarde et d’Arnès. Le sentier qui remonte le vallon de la Lombarde en direction du col de l’Autaret passe à gauche du rocher. Cliché É. Thirault.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Fig. 5. La Teha vue depuis l’est, en contrehaut, avec localisation des sondages de 2006. Le sentier du vallon de la Lombarde est bien visible. Cliché É. Thirault.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende Fig. 6. Le panorama vers le nord depuis le flanc du versant. À gauche, La Teha et son abri aménagé sur le flanc nord. On distingue le refuge d’Avérole (2 230 m) implanté en contre-haut du sentier de franchissement de la gorge et de l’oratoire Notre-Dame de l’Arcelle. Au loin, la vallée d’Avérole qui mène à la plaine de Bessans. Cliché É. Thirault.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Légende Fig. 7. Le sommet de La Teha vu depuis le sud-est, en contre-haut, avec la localisation des sondages 3 et 4 de 2006. Cliché É. Thirault.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 8. La Teha : les sondages archéologiques de 2006 dans l’abri. 1. vue générale de l’abri depuis l’entrée sud ; les personnages assis sont au bord du sondage 1 ; 2. le sondage 1 en in de fouille, vue depuis le nord-ouest ; noter la dalle plancher et les niveaux charbonneux ; 3. sondage 1, le foyer daté du Néolithique final, contre la paroi (en haut du cliché), vue depuis l’ouest ; 4. sondage 2, stratigraphie sud ; noter l’importance des pierres ; à droite, la paroi.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 959k
Légende Fig. 9. La Teha : plan de l’abri et emplacement des sondages archéologiques nos 1 et 2 de 2006. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire. Levé de terrain : F. Comte et É. Thirault ; DAO : B. Nicolle et É. Thirault.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 10. La Teha : coupes est et sud du sondage 1, dans l’abri. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire placé dans l’abri. Levé de terrain : F. Broës et M. Hermann ; DAO : B. Nicolle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 11. La Teha : coupes sud et nord du sondage 2, dans l’abri. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire placé dans l’abri. Levé de terrain : F. Comte et N. le Maux ; DAO : B. Nicolle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 12. La Teha : le sondage archéologique no 3 de 2006. 1. vue d’ensemble du S3 depuis le nord, en contre-haut ; en arrière-plan, le vallon de la Lombarde ; 2. idem, depuis le sud. 3. vue d’ensemble du sondage 3 depuis le nord, après le premier décapage ; 4. idem, depuis le sud, après le second décapage ; les foyers sont bien visibles (groupes de pierres, rubéfactions, charbons de bois) ; 5. S3, coupe sud ; 6. S3, coupe est ; 7. lamelle en silex (déc. 10) ; 8. éclat en quartzite (déc. 1). Clichés et dessins : É. Thirault.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 13. La Teha : coupes nord et sud du sondage 3, sur le replat. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire placé sur le replat. Levé de terrain : F. Comte, N. le Maux et D. Piaca Martin ; DAO : B. Nicolle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Fig. 14. La Teha : coupes est et ouest du sondage 3, sur le replat. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire placé sur le replat. Levé de terrain : É. Thirault ; DAO : B. Nicolle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 15. La Teha : coupe ouest du sondage 4, sur le replat. Les altitudes sont données en cm en dessous d’un point de référence arbitraire placé sur le replat, identique à celui de S3. Légende en figure 13. Levé de terrain : É. Thirault ; DAO : B. Nicolle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 16. Inventaire des dates radiocarbone disponibles pour les occupations humaines de La Teha. Analyses Laboratoire de radiocarbone de l’Université de Poznan. Calibration avec le logiciel CALIB 6.0.0 (Reimer et alii, 2009). Déterminations anthracologiques aimablement réalisées par Julie Morin-Rivat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 17. Graphe des dates radiocarbone calibrées des occupations humaines de La Teha. En noir, intervalle de confiance de 1 sigma ; en gris, intervalle de 2 sigmas. Les flèches indiquent les relations stratigraphiques observées en fouille. Cf. inventaire en figure 16. Calibration avec le logiciel CALIB 6.0.0 (Reimer et alii, 2009).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5142/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search