Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Site et dépôts cultuels Gallo-romains en contexte lacustre : l’exemple du site de Conjux (Lac du Bourget, Savoie)

Sébastien Nieloud-Muller

Résumé

Les recherches menées par André Marguet dans les lacs préalpins ont permis de découvrir une quantité remarquable de sites lacustres gallo-romains. La considération de ce patrimoine méconnu a débuté par l’étude du gisement PNLV 1 (Conjux, lac du Bourget, Savoie). Il est question d’un site localisé à proximité du croisement de deux voies de communication majeures de la cité des Allobroges. Il est composé de trois zones principales constituées d’une multitude de piquets associés à un mobilier archéologique remarquable. Les études dendrochronologique, numismatique et céramologique ont conduit à définir une séquence chronologique cohérente (deuxième moitié du iie siècle ap. J.-C.), tandis que l’observation attentive de ce mobilier permet également de préciser le caractère cultuel de cet ensemble.

Texte intégral

  • 1 Abréviation des lieux-dits Prés-Nuaz/La Vacherie, Site no 1.

1Le site dont il est question dans cette contribution a été découvert en 2000, lors de prospections menées dans la baie de Conjux (lac du Bourget, Savoie) (fig. 1 et 2). Ces investigations s’inscrivaient dans une démarche beaucoup plus large relative à l’élaboration de la carte archéologique de l’ensemble des gisements sous-lacustres des lacs préalpins. Sous la direction d’André Marguet (2004), ces recherches, visant à l’exhaustivité, ont augmenté de manière significative le corpus de sites archéologiques. Toutes périodes confondues, cent quarante-neuf gisements sont actuellement répertoriés, contre seulement quarante-deux reconnus lors d’un précédent inventaire (Bocquet, Laurent, 1976). Outre l’enrichissement des connaissances des périodes classiquement étudiées (Néolithique et Âge du Bronze), ces prospections ont permis d’identifier les vestiges d’autres périodes peu documentées. C’est notamment le cas de l’Âge du Fer et surtout de l’Antiquité. Seul un site était signalé en 1976, tandis que seize gisements gallo-romains sont désormais recensés. À présent, il reste à entreprendre leur étude ; démarche amorcée à travers la reprise des recherches sur le site PNLV 11.

Fig. 1. Localisation du site PNLV 1.

2Découvert en 2000, lors de la deuxième campagne de prospection menée dans le lac du Bourget, ce site est immergé à une profondeur moyenne de 3,50 m et se situe à environ 200 m de la rive actuelle (fig. 2 et 3). Il fit instantanément l’objet d’un sondage triangulaire couvrant une surface globale de 10 m². Postérieurement au dévasage, à la triangulation et au prélèvement de l’ensemble des bois et du mobilier, les analyses dendrochronologiques et numismatiques permirent de définir une séquence chronologique homogène, couvrant globalement les deux derniers tiers du iie siècle ap. J.-C. (fig. 23, infra). L’état de conservation et la composition inattendue de l’ensemble du mobilier attira immédiatement l’attention, et l’hypothèse d’un site à caractère cultuel fut dès lors évoquée (Marguet, 2002, p. 123).

  • 2 Je tiens ici à remercier chaleureusement André Marguet de m’avoir confié l’étude de ce site passion (...)

3Dans le cadre d’un travail universitaire, une synthèse documentaire concernant l’environnement géographique et archéologique du site, ainsi que l’étude exhaustive du mobilier ont été entreprises (Nieloud-Muller, 2010)2. L’homogénéité du mobilier céramique, tant chronologique que typologique et fonctionnelle, ainsi que la présence de mutilations volontaires invitèrent à se questionner sur le statut de l’ensemble des objets présents (Nieloud-Muller, 2011a). En parallèle, de nouvelles investigations engagées sur le site permettent d’apporter de nouveaux éléments quant à son emprise et sa morphologie (Nieloud-Muller, 2011b). Ce sont toutes ces données qui sont ici rassemblées et synthétisées.

1. LE RÉSEAU DE COMMUNICATION ET L’ENVIRONNEMENT ARCHÉOLOGIQUE DU SITE

4Le lac du Bourget, situé entre les Alpes et le Jura, occupe une dépression creusée par les glaciers alpins. Formé lors de la dernière déglaciation, il est, avec une surface de 45 km², le plus grand des lacs naturels entièrement français. Dans l’ensemble des chaînons montagneux de l’arc alpin, les grandes cuvettes lacustres, tout comme les combes et les cluses, ont conditionné toutes les circulations et les implantations anthropiques.

Fig. 2. Environnement archéologique du site PNLV 1.

5Le lac est encadré par les moyennes montagnes, difficiles d’accès, du massif de l’Épine à l’ouest et du massif de la Chambotte à l’est. À travers ces reliefs accidentés, il apparaît comme une voie de communication privilégiée dans l’avant-pays savoyard (fig. 1).

1.1. L’Antiquité dans le val du Bourget

6À l’époque romaine, le val du Bourget était situé dans la partie septentrionale de la Gaule Narbonnaise, sur l’emprise du territoire des Allobroges, qui englobait l’espace compris entre les grandes frontières naturelles du Rhône, de l’Isère et des sommets alpins. La cité était alors traversée par deux axes de communication de grande importance se rejoignant à Augustum/Aoste (Isère), pour ensuite mener à Vienne (fig. 1). La première de ces voies reliait la capitale de cité à l’Italie et constituait un passage stratégique au travers des Alpes par le col du Petit Saint-Bernard. La seconde venait de Genava/Genève en passant par Condate/Seyssel et permettait une communication directe avec le plateau suisse et la vallée du Rhin.

7Ces deux voies étaient reliées par différents tracés transversaux, comme ce devait sans doute être le cas des axes de communication qui joignaient Seyssel à Aquae/Aix-les-Bains et la station routière de Lemincum/Chambéry, en passant par Albinum/Albens, ou par Saint-Germain-la-Chambotte, comme l’attestent les différents vestiges qui jalonnent ce dernier itinéraire.

8Favorisés par ce réseau, le val du Bourget présente une forte densité d’occupation. Outre le vicus d’Aix-les-Bains, au statut particulier d’agglomération double, les fonds de vallées, et notamment les rives du lac, offraient des conditions favorables aux circulations et au développement d’activités lucratives, commerciales et artisanales (Segard, 2009, p. 56 ; Leveau et alii, 2006, p. 88-101).

1.2. La zone septentrionale du lac du Bourget

9Le passage de la voie et du canal de Savières, reliant le lac au Rhône, constituait un facteur favorable aux circulations et aux implantations humaines dans l’ensemble de la zone septentrionale du lac du Bourget.

1.2.1. Le réseau routier

10Concernant le tronçon de voie traversant le val du Bourget, on considère, depuis les travaux de Paul Dufournet, que le passage ne pouvait se trouver que sur le plateau dominant (Dufournet, 1965, p. 56-63 ; Dufournet, 1973, p. 81). Ainsi, entre les étapes d’Etanna/Yenne ? et de Seyssel, la voie devait grimper dans la dépression du Mont Landard à partir de Lucey, en passant par Saint-Pierre-de-Curtille afin de regagner Conjux, Châtillon, et enfin Seyssel (fig. 1). Quoi qu’il en soit, de Chanaz à Lucey, le verrou de la côte du Rhône ne laissait pas la place à une voie latérale et cet obstacle ne fût que tardivement franchi (1864).

11Plus précisément, pour se rendre de Conjux à Châtillon, deux itinéraires possibles ont été envisagés. Le premier consistait à traverser le lac en ligne droite à l’aide d’une embarcation. Le second redescendait vers Portout, puis visait à traverser le marais, les premières hauteurs de Châtillon, suivi d’un nouveau passage en zone marécageuse afin d’atteindre finalement la route en contrebas de la montagne de Cessens. Aujourd’hui, la répartition des découvertes archéologiques semble confirmer que le passage se faisait bien par les communes de Saint-Pierre-de-Curtille et de Conjux en passant par le hameau de Portout.

1.2.2. Le réseau hydrographique

12Cette voie terrestre était doublée par la voie navigable du Rhône. Le fleuve était directement connecté au lac du Bourget par l’intermédiaire de la Savière et il apparaît que le réseau hydrographique concurrençait directement l’itinéraire routier (fig. 1 et 2). C’est notamment pour cette raison que la voie d’eau était volontiers empruntée comme l’illustrent les récits des anciens voyageurs.

13Dans les Alpes, l’importance et la densité du réseau hydrographique ont été à plusieurs reprises soulignées (Broise, 1975, p. 171-176). L’épigraphie atteste l’importance du lac Léman et du Rhône comme voies de communication (C.I.L., XII, 2597 ; I.L.N., 361 ; C.I.L., XII, 2438…). Le fleuve apparaît d’ailleurs comme l’artère principale de ce réseau (Christol, Fiches, 1999, p. 144-147) et il est nécessaire de souligner que seul le lac du Bourget est relié à la Méditerranée par une voie navigable continue. En effet, les émissaires qui assurent l’écoulement des eaux du lac d’Annecy et du lac d’Aiguebelette sont des torrents coupés de chutes. Quant au Léman, la navigation était interrompue par les « pertes du Rhône » au niveau de Bellegarde.

14Dans ce contexte, il ne fait dès lors aucun doute que le lac était lui aussi utilisé comme voie de transport et d’échange et il est tout à fait envisageable qu’à l’instar du lac Léman, il ait eu ses propres bateliers (Broise, 1975, p. 174). Cette hypothèse est renforcée par l’existence d’une batellerie encore florissante au xixe siècle, dont le déclin a été amorcé, comme partout ailleurs, par l’arrivée de la vapeur, puis définitivement éradiquée par le développement du chemin de fer (Izarra, 1993, p. 17).

15Le lac du Bourget se déverse dans le Rhône à travers une vaste aire marécageuse, formée des apports sédimentaires du Rhône et du Fier (Bravard, 1981, p. 15-26). Ce secteur constitue une zone tampon entre le lac et le fleuve, où l’exutoire naturel du lac, la Savière, drainait dès la période protohistorique le marais de Chautagne (fig. 2). C’est du moins ce que semble attester une couche de débris organiques contenant un madrier daté du viie siècle av. J.-C. et de la céramique de la même époque, découverts sur le site de Portout (Pernon, 2004, p. 229). Avant la stabilisation du niveau du lac par la Compagnie nationale du Rhône, ses eaux se déversaient habituellement vers le Rhône par l’intermédiaire de la Savière. Mais il arrivait que le courant s’inverse périodiquement ; le fleuve refluant à l’inverse vers le lac (Magny, 1990, p. 26).

16À l’autre extrémité de l’exutoire se trouve le lac du Bourget. Aucun toponyme ou témoignage antique ne le concerne directement. Cependant, lorsque l’historien Ammien Marcelin évoque, au milieu du ive siècle, une succession de grandes étendues de marais qui se répartissaient au-delà de la perte du Rhône, il devait faire référence indirectement au lac (Histoire, XV, XI, 16-17). C’est en tout cas l’hypothèse de J. Pallière qui estime que, « parvenu dans le nord du val du Bourget en mars ou en avril, il ait contemplé la vaste plaine liquide apportée par une crue du Rhône, comme il arrive souvent à cette époque de l’année, réunissant, sans solution de continuité, le marais de Chautagne au lac » (Pallière, 2003, p. 65). Lors d’importantes crues du fleuve, il était fréquent que la nappe d’eau s’étende du Bourget-du-Lac, au pied des coteaux du Bugey, de Seyssel à Yenne, recouvrant ainsi l’ensemble du marais et de la plaine de Chautagne, ainsi que le marais de Lavours. Les endiguements successifs et la construction d’une écluse ont mis un terme à ces profondes métamorphoses (Beguet et alii, 2004).

1.2.3. L’environnement archéologique

17L’ouverture du lac sur le Rhône et le passage de la voie reliant les deux plus grandes villes de la cité (Genève et Vienne) ont favorisé l’ensemble de la zone septentrionale du lac du Bourget. La concentration de témoignages archéologiques dans la zone nord du lac en témoigne largement (fig. 2).

18Plus à l’est, la voie Vienne-Genève passait par les replis anticlinaux de la baie de Châtillon. Cet espace à la fois abrité des vents et disposant d’un accès aisé au lac offrait des conditions favorables aux implantations humaines. Le massif constituait par la même occasion un poste de contrôle et d’observation privilégié sur la partie septentrionale du lac, d’ailleurs visible dans toute sa longueur depuis ce point. Ainsi pourrait s’expliquer l’étymologie de Châtillon, dérivé de castellum ou de castrum.

19Sur le massif rocheux, dans la deuxième moitié du xixe siècle, des sépultures contenant des céramiques antiques ont été découvertes (Rémy et alii, 1996, p. 149). En contrebas, dans les eaux du lac, à une vingtaine de mètres du rocher, se trouve, sur une longueur globale de 78 m, un alignement de 134 pieux de chêne. Les analyses dendrochronologiques permettent de dater l’ouvrage de la fin du iiie siècle ap. J.-C. (Castel 2004, p. 143), mais sa destination demeure sujette à discussion. Plus à l’est, dans la baie, L. Rabut (1864, 1869) rapporte la découverte d’une céramique gallo-romaine de type allobroge signée Severinus. Il cite aussi un tumulus contenant divers objets et des céramiques romaines à proximité de la cité lacustre du lieu-dit Les Rosières et présume qu’il s’agit là d’un habitat antique, mêlé à cette station de l’Âge du Bronze (Castel, 2004, p. 145). Cette hypothèse a donné lieu à des prospections menées par R. Castel en 1995. Aucune structure n’a pu être identifiée, mais la découverte de monnaies contemporaines des phases d’abattage des pieux du site de Châtillon-Port indique une très probable occupation du Bas-Empire dans les environs (Castel, 2004, p. 146).

20Plus à l’ouest, la voie Vienne-Genève débouchait à Portout, après être passée sur les hauteurs de Châtillon et par une zone marécageuse. Suite à la découverte en 1974 d’une officine de potier, différentes campagnes de fouilles ont été menées entre 1976 et 1987 sous la direction de J. Pernon avec l’assistance de D. Rataire et du C.N.R.A.S. pour la partie subaquatique. On y fabriquait de la céramique luisante. L’atelier a dû fonctionner de la fin du ive au premier quart du ve siècle. Cependant, la facture ancienne de quelques céramiques et de quelques objets résiduels n’exclut pas l’hypothèse d’un premier stade d’exploitation antérieur (Pernon, 2004, p. 229-231). Ce matériel résiduel a été trouvé sur un site d’habitat attenant. Il s’agit respectivement d’une garniture d’étui en Bronze ajourée, signée AQVIS HE(lveticis) GEMELLIANVS, issue d’un atelier de Baden, dans le canton d’Argovie (Suisse), datée de la deuxième moitié du iie siècle, d’une statuette du dieu Mercure datant probablement des iie ou iiie siècles et d’une intaille (Pernon et alii, 1990, p. 87-89). Ce mobilier remarquable est associé entre autres à des éléments de construction (tubuli, fragments de marbre…), à de la céramique sigillée des ateliers de Moselle et à des amphores vinaires (Rémy et alii, 1996, p. 138-139), permettant d’envisager la présence d’une villa à proximité de l’officine.

21Plus au sud, sur le tracé de la même voie se trouve la commune de Conjux, où d’autres découvertes très intéressantes ont été réalisées. Les implantations y ont été favorisées par un climat très clément, puisque tout le secteur est régulièrement balayé par le vent d’est en toute saison, ainsi que par la bise en hiver. Il apparaît relativement abrité et peu soumis à des flux violents, même en cas d’orage (Pernon et alii, 1990, p. 19). En 1965, R. Castel identifia une officine de potier recouverte par les dépôts vasards du lac (Conjux IV). Cette découverte pourrait correspondre à « l’ouvrage assez important », reconnu par L. Barut en 1864 (Rémy et alii, 1996, p. 152). Ayant fonctionné entre la fin du iiie et la première moitié du ive siècle (Castel, 2004, p. 102-113), cet atelier est contemporain de la structure et de monnaies trouvées dans la baie de Châtillon. Il semble avoir été abandonné au profit de l’officine de Portout, suite à la montée du niveau des eaux du lac. Dans la chapelle de la commune, lors de la démolition du maître-autel en 1945, furent mis au jour un autel funéraire et un autel métroaque (Rémy et alii, 1996, p. 152-153) que R. Turcan date de la fin du iie siècle (Turcan, 1981, p. 60). D’autres vestiges, non localisés, ont été signalés. Il s’agit de pierres tombales et de « débris de mosaïques retrouvés dans les champs par des habitants… » (Castel, 2004, p. 109).

22L’ensemble des découvertes archéologiques témoigne de la position avantageuse que constituait le carrefour de communication (canal de Savière et voie) dans l’occupation de la zone septentrionale du lac du Bourget. Malgré cela, l’ensemble des sites les plus significatifs sont datés du Bas-Empire (Châtillon-Port, atelier de Conjux IV et de Portout) et l’on manque de renseignements en ce qui concerne le Haut-Empire. Ainsi, mise à part la stèle funéraire et l’autel métroaque de Conjux, contemporains du site PNLV 1, aucun autre élément ne permet de situer le gisement dans son environnement originel. La présentation des recherches subaquatiques récentes menées dans la baie, et notamment d’une grande part des données concernant le site PNLV 1, permet d’apporter quelques éléments sur ce point.

2. LES RECHERCHES SUBAQUATIQUES RÉCENTES ET LE SITE PNLV 1

2.1. Les prospections subaquatiques récentes

23Outre les travaux menés sur les grandes stations de l’Âge du Bronze, les prospections entamées lors de l’élaboration de l’inventaire des gisements archéologiques sous-lacustres des lacs préalpins ont permis la découverte de trois nouveaux gisements sur l’emprise de la commune de Conjux (fig. 3). Ces derniers ont l’intérêt de documenter trois périodes méconnues dans le patrimoine lacustre de l’arc alpin. Il s’agit respectivement de la fin de l’Âge du Fer pour le site PNLV 2, du Haut-Empire pour le site PNLV 1 et du haut Moyen Âge pour le site PNLV 3. La méconnaissance des sites de ces périodes invite tout naturellement à s’interroger sur la nature et la destination de ces structures.

Fig. 3. Schéma d’organisation et chronologie des sites des lieux-dits Pré-Nuaz/La Vacherie (PNLV) dans la baie de Conjux (d’après Marguet, 2002, p. 123-124).

24Bien qu’elles diffèrent du point de vue de leur datation, leur proximité respective oblige à les prendre en compte conjointement afin d’appréhender l’environnement du site PNLV 1. Pour cela, il convient de distinguer deux approches. La première, verticale, consistant à évaluer les variations du niveau du lac afin de déterminer s’il s’agit primitivement de structures terrestres ou de structures subaquatiques ; la seconde, horizontale, consistant à apprécier la situation géographique de ces différents sites afin de percevoir les transformations du paysage (Bravard, 1997, p. 129-136).

2.1.1. La question des variations limnométriques

25Dans les Alpes du Nord, trois grandes phases climatiques ont été distinguées ; la première correspond à une phase de calme hydrique, la seconde, à une phase de crues et d’inondations et la troisième, à un retour au calme (Bravard et alii, 1992, p. 12). Ces trois phases ont été mises en évidence dans les lacs jurassiens et subalpins, à travers des analyses sédimentologiques réalisées dans le cadre d’une synthèse comparative. Celle-ci souligne l’alternance de phases transgressives et régressives pluriséculaires interrompues par des épisodes secondaires. Elles correspondent à une phase régressive qui englobe les trois derniers siècles av. J.-C. et s’achève au cours du iie siècle ap. J.-C., suivie immédiatement d’une courte période transgressive devant s’achever à la fin du iie siècle ou au tout début du iiie siècle ap. J.-C., notamment par un retour à une nouvelle phase régressive (Magny, 1992, p. 32-33).

26Les travaux sédimentologiques de M. Magny réalisés dans le lac du Bourget et qui ont directement contribué à cette synthèse, s’accordent sur ces grandes tendances (fig. 4). Même s’il s’agit de « propositions qui restent en partie aléatoires et que l’on qualifiera de vraisemblables », ces données sont en concordance avec les données concernant les sites archéologiques de la baie de Conjux (Magny, Richard, 1985, p. 269-270).

27Pour le site PNLV 2, les analyses dendrochrono-logiques permettent de dater l’ouvrage de la fin du iie siècle av. J.-C. Cinq phases d’abattage s’échelonnent entre 112 et 111/110 av. J.-C. (Archéolabs 9001CLV) et sont sensiblement contemporaines de l’installation portuaire de Genève (Bonnet et alii, 1989, p. 4-9). Une partie du matériel recueilli aux abords des bois est en accord avec cette datation, mais d’autres tessons appartenant à la période gallo-romaine indiquent une utilisation légèrement prolongée de l’ouvrage. Les alignements de pieux massifs, clairement perceptibles sur une longueur globale de 70 m, correspondent à un aménagement en relation avec une activité de batellerie (Marguet, 2002, p. 124 ; Gassani, 2004, n. p.). En lien avec les propositions de M. Magny, les fondations de cette structure devaient se trouver initialement à un mètre en dessous du niveau des eaux. Un tirant d’eau d’un mètre était suffisant pour les embarcations à fonds plats propres aux contextes fluvio-lacustres. La remontée progressive du niveau des eaux a sans doute permis une utilisation prolongée de la structure, probablement jusqu’à son immersion complète ou sa destruction.

28Les analyses dendrochronologiques des bois prélevés sur le site PNLV 1 permettent de proposer une installation aux alentours du milieu iie siècle ap. J.-C. Sur les trois séquences définies, une seule (Archéolabs 9001 CPN) a pu être calée chronologiquement, avec des dates d’abattage continues entre les années 148 et 169 ap. J.-C., soit une phase courte et homogène de 21 ans (Marguet, 2002, p. 123). Pendant le Haut-Empire, le lac fut sujet à une forte transgression (Magny, Richard, 1985, p. 269-270). Celle-ci est à corréler directement à la courte période transgressive touchant les lacs jurassiens et alpins au iie siècle (Magny, 1992, p. 32-33) et correspond à la phase dite du Petit Maclu, repérée dans le lac éponyme (Jura), le lac de Pluvis (Ain) et le lac du Bourget (Savoie). M. Magny propose également de mettre cette phase en relation avec la remontée du Léman et les crues du lac de Zurich. Cette forte hydrologie constatée est le premier élément semblant attester que le site PNLV 1 fut primitivement installé en pleine eau.

29Le deuxième élément concerne les prélèvements sédimentologiques réalisés lors de la découverte du site en 2000 et lors des travaux de 2011 sur le gisement. Dans l’ensemble des carottes, aucune couche anthropique – normalement matérialisée par des dépôts de fumier lacustre – n’a été repérée. Seule apparaissait une succession de couches stériles de craie lacustre surmontée d’une couche de 10 à 15 cm de vase volatile. L’ensemble de ces strates illustre l’absence de niveaux anthropiques sur l’emprise de la zone investiguée et semble indiquer que le site a été implanté dès ses origines en contexte aquatique.

30Correspondant à une multitude de pieux formant de vagues alignements sensiblement parallèles au rivage actuel, le site PNLV 3 est interprété comme une ancienne protection de la berge (Marguet, 2002, p. 124). Ce gisement est daté du haut Moyen Âge par une analyse radiocarbone (1370 ± 40 BP, 575-765 cal AD). Au cours du iiie siècle, lors d’une importante régression du lac, s’implantent le site de Châtillon-Port et l’officine de Conjux IV. La transgression de la période suivante est très probablement à l’origine de l’abandon définitif de ces sites et de l’installation de l’officine de Portout. Le gisement PNLV 3 est quant à lui installé à la fin du vie siècle, période de haut niveau lacustre, sans doute dans le but de consolider la rive.

Fig. 4. Mise en relation des tendances théoriques des variations limnimétriques des lacs alpins et jurassiens (Magny, 1992, p. 33) et du lac du Bourget (Magny, Richard, 1985, p. 268) avec les différents sites de la zone de Pré-Nuaz/La Vacherie (Marguet, 2002, p. 123-124) et des autres sites lacustres évoqués dans le texte. Les sites matérialisés par la couleur bleue correspondent à des sites lacustres (appontement, aménagement relatifs aux activités halieutiques, renfort de berge…), tandis que ceux représentés en rouge correspondent à des sites terrestres immergés suite à une remontée du niveau des eaux du lac.

31Les trois sites considérés semblent donc correspondre à des structures lacustres. La structure PNLV 2 a été installée en pleine eau, tandis que la remontée du niveau du lac a favorisé l’utilisation prolongée de l’appontement. Les données sont absentes pour le ier siècle ap. J.-C., et c’est au iie siècle ap. J.-C., lors de la forte transgression constatée qu’est installé le gisement PNLV 1. Dès lors, celui-ci se trouverait à plus de deux mètres sous le niveau hypothétique proposé par M. Magny.

2.1.2. La répartition géographique des trois gisements

32S’il est certain que ces variations ne sont pas soudaines, elles ont néanmoins une grande influence dans la modification du paysage. Souvent négligée, l’évolution des conditions naturelles depuis l’Antiquité permet d’avoir une vision cohérente de ces transformations (Leveau, 2007, § 8).

33Ainsi, bien que les trois sites soient aujourd’hui éloignés de plusieurs centaines de mètres de la rive, cette distance n’était pas la même lors des périodes antérieures. C’est notamment le cas du site PNLV 2, datant de la fin de la période laténienne, qui, par sa fonction devait être en connexion avec la rive. C’est aussi le cas du site alto-médiéval PNLV 3, qui, lui, devait matérialiser le rivage. Ces deux sites, éloignés d’une dizaine de mètres seulement, indiquent que la limite de ce rivage a peu bougé entre la fin de la protohistoire et le vie siècle ap. J.-C.

34L’éloignement actuel de la rive est dû en partie à la remontée du niveau lacustre. Compte tenu d’une faible déclivité, une légère transgression a pour conséquence un recul rapide de la rive. Ce recul est encore plus marquant dans les zones où la beine lacustre (plate-forme littorale) est très étendue et présente un très faible dénivelé, comme c’est notamment le cas dans la baie de Conjux (fig. 3). Aux variations limnométriques, il convient d’ajouter un autre facteur décisif, celui de l’érosion du rivage. Fortement soumis aux vents du sud qui peuvent être assez puissants, soulevant de fortes vagues, le secteur de Pré-Nuaz est de plus en plus grignoté par le lac. Ce phénomène s’observe sur la mappe sarde où il est possible de voir des parcelles en dentelles, dues à la disparition progressive des terres. Cette action érosive a pu être observée également à travers l’incohérence stratigraphique remarquée dans les carottages réalisés sur le site PNLV 3 (Marguet, 2002, p. 124).

Fig. 5. Plan du site PNLV 1 en 2011.

Fig. 6. Aperçu des cônes d’érosion des bois sur le site (cliché : D. Le Cornu).

35Pour ce qui concerne le site PNLV 1, dans ce contexte, la forte remontée des eaux constatée au iie siècle, l’absence de niveaux anthropiques dans les carottages réalisés et la position même du site installé plus profondément sur la beine par rapport au site PNLV 2 et PNLV 3, tendent à attester que le site était bien lacustre, et qu’il n’était pas directement en connexion avec la terre ferme.

2.2. Un Ensemble insolite

2.2.1. La planimétrie du site

36Lors de la découverte du site en 2000, sa surface globale fut évaluée à 400 m². La topographie des bois à l’inté­rieur de la zone décapée (10,80 m²), n’avait pas permis de percevoir une organisation planimétrique cohérente (fig. 12 supra). La reprise des travaux de topographie en 2011 (Nieloud-Muller, 2011b) permit de préciser l’emprise, la morphologie d’ensemble ainsi que le plan du site (fig. 5).

37En premier lieu, il a été confirmé que ce dernier s’étendait très largement à l’ouest du triangle dévasé en 2000. Trente-quatre triangles équilatéraux de 5 m de côté ont été mis en place sur une grande partie de l’emprise des bois visibles, auxquels il faut ajouter le triangle installé en 2000. C’est donc une surface de 379 m² qui a été couverte, permettant ainsi de topographier 535 nouveaux piquets, et portant à 636 le nombre de bois localisés précisément sur l’ensemble du site.

38À partir de la répartition de ces 636 bois, il est désormais possible de distinguer les contours du site et d’individualiser trois zones principales (fig. 5). La première, à l’est, intégrant le sondage effectué en 2000, présente une concentration assez dense de bois, sans véritable organisation cohérente (Zone 1). La seconde, à l’ouest, se développe plus largement ; présentant deux alignements sensiblement parallèles, elle s’apparente morphologiquement à un appontement. La troisième, au nord, est composée de bois à l’implantation beaucoup plus lâche (zone 3). À partir de la répartition des bois de cette dernière zone, il est possible de percevoir deux alignements respectivement axés nord-sud et est-ouest.

2.2.2. Les informations fournies par l’étude des bois

39Dès 2000, différentes observations ont pu être faites sur la forme, la taille et la chronologie des bois, sans oublier les essences utilisées (Marguet, 2002, p. 123).

40Les bois sont des piquets et des pieux en place, c’est-à-dire enfoncés dans les sédiments et dépassant légèrement du mort-terrain superficiel (fig. 6). Leur diamètre varie de 3 à 12 cm, mais pour la grande majorité d’entre eux (~ 75 %) il est compris entre 5 à 8 cm. Les bois couchés ont des diamètres identiques et sont contemporains des piquets et des pieux. Ils doivent par conséquent être considérés comme des bois ayant été arrachés.

41Les parties supérieures des bois verticaux, en contact par intermittence avec l’air, ont été davantage soumises aux micro-organismes et se sont dégradées jusqu’à une dislocation complète (fig. 7). La flottabilité positive du bois pourrait expliquer en partie la disparition d’une hypothétique superstructure. Seul un pieu, présentant un diamètre de 15 cm et des traces d’outils, pourrait correspondre à un madrier. Parmi les clous découverts, ceux de type Manning 1B (Manning, 1985, p. 134-136) sont de loin les plus représentés. Inférieure à 10 cm, la tige est effilée et de section carrée avec une tête ronde ou rectangulaire. La présence de ces éléments de menuiserie, tout comme l’absence de véritables clous de construction, ne suffisent pas pour témoigner de la présence d’une éventuelle superstructure (fig. 8).

Fig. 7. Morphologie de piquets et pieux prélevés en 2000 (d’après relevés A. Marguet).

Fig. 8. Exemple de clous prélevés à l’intérieur du sondage.

Fig. 9. Synthèse chronologique des phases d’abattage connues (d’après Archéolabs, réf. ARC 00/R2527D).

Fig. 10. Concentration et évolution diachronique dans l’implantation des bois (d’après relevé A. Marguet et Archéolabs, réf. ARC 00/R2527D).

42Les analyses dendrochronologiques qui ont été effectuées (Archéolabs/Réf. ARC 00/R2527D) invitent à formuler différentes remarques concernant les essences utilisées et la chronologie des bois. Elles portent sur 105 bois parmi lesquels on compte 101 piquets et pieux et quatre bois couchés. Leur détermination botanique met en évidence l’utilisation de neuf essences différentes : le chêne/Quercus sp. (71 échantillons), le hêtre/ Fagus (25 échantillons), le pin/Pinus et l’aulne/Alnus (2 échantillons), et enfin représentés par un seul échantillon, le sapin/Abies, le cerisier ou merisier/Prunus avium, l’érable/Acer, le frêne/Fraxinus et le saule/Salix.

43Seuls les conifères et le chêne ont fait l’objet d’une analyse dendrochronologique, mais uniquement le chêne a pu être daté en absolu (Archéolabs, CPN 9001). Ainsi, on obtient des dates d’abattage continues, soit une séquence chronologique homogène de 21 ans, calée entre les années 148 et 169 ap. J.-C. (fig. 9).

44Au-delà de la séquence chronologique définie, un examen de la répartition des bois permet, en fonction des dates d’abattage connues, d’observer un rassemblement des piquets et pieux et une évolution relative du nord-est vers le sud-est. Cette évolution est encore plus marquée si l’on effectue un rassemblement par tranches chronologiques (fig. 10).

2.3. Les différentes pistes d’interprétation possibles

45La forte remontée des eaux constatée au iie siècle, associée à l’absence de niveaux anthropiques et à sa position géographique, semblent confirmer que le site PNLV 1 est implanté en pleine eau dès ses origines. La chronologie des piquets et des pieux mise en évidence sur le site souligne l’homogénéité de l’ensemble. Si l’on considère que les bois sont utilisés juste après leur coupe dans les constructions aquatiques (présence quasi-systématique de l’écorce) et compte tenu du séquençage chronologique observé, il est permis d’affirmer que les bois ont été mis en œuvre au cours de plusieurs phases.

46La répartition de piquets et pieux dans la zone 1 apparaît toujours aussi anarchique et n’apporte pas plus d’éléments qu’en 2000. Quant à la zone 2, elle pourrait s’apparenter morphologiquement à un appontement. Globalement axés nord-sud, les deux alignements mis en évidence sont perpendiculaires à la beine et approximativement dans le même axe que ceux du site PNLV 2 (fig. 2). Cependant, dans ce dernier cas, le plan et la robustesse de ce ponton de batellerie (pieux massifs, mortaises) est à l’image des structures d’Anthy-sur-Léman (Coquoz, Marguet, 2003, p. 110-113), du port de Genève (Bonnet et alii, 1989, p. 4-9), d’Avenches (Bonnet, 1982 ; Bonnet, 1984), et contraste fortement, d’un point de vue structurel, avec l’aménagement de la zone 2 du site PNLV 1. Enfin, la zone 3, où l’implantation des bois est beaucoup plus lâche, s’apparente à des alignements pouvant matérialiser la délimitation du gisement. Comme A. Marguet l’avait très justement remarqué, il semblerait que la petitesse des piquets et pieux ne permette pas de conclure à un aménagement lié à la navigation. Malgré la multiplicité des bois, ces structures restaient fragiles et précaires. Il convient aussi de préciser que la faible longueur de l’installation de la zone 2, à l’inverse du site PNLV 2, ne permettait pas de profiter d’un dénivelé suffisant pour autoriser des manœuvres de transbordements.

47D’autres hypothèses d’interprétation ont été envisagées, comme celle d’une pêcherie, d’un radier de digue ou d’estacade (Marguet 2002, p. 123). La taille, la multiplicité des bois et la variété des essences utilisée pourraient confirmer cette idée, mais le plan de l’ensemble ne semble pas correspondre à ce type d’aménagement. En effet, quelle que soit l’hypothèse envisagée, ces structures sont pour la plupart longilignes. Si aucune des interprétations fonctionnelles liées à des activités batelières ou halieutiques ne résiste à l’analyse, la fonction de ce gisement reste inconnue. La mise en œuvre de ces aménagements est tout à fait étonnante en comparaison d’autres structures, notamment dans une région où les techniques du bois sont normalement parfaitement maîtrisées.

3. PRÉSENTATION DU MOBILIER ARCHÉOLOGIQUE

48Avant de débuter la présentation de l’ensemble du matériel découvert sur le site, quelques remarques préliminaires s’imposent.

49En premier lieu, il faut noter que le mobilier se trouve posé directement sur un niveau stérile de craie lacustre, dans une couche de vase volatile d’une dizaine de centimètres. Même si le mobilier présente une évidente cohérence chronologique et typologique, il n’est pas permis de parler d’ensemble clos. Ainsi, il faut envisager la présence d’objets résiduels, de pollutions plus récentes et sans doute l’absence d’une partie du matériel suite à des prélèvements illégaux.

50Ensuite, malgré ces questions de contexte, la bonne qualité de conservation des bois et du mobilier atteste que le site a été peu altéré, sinon par l’usure du temps. Ainsi, le sondage réalisé en 2000, aux limites bien circonscrites, permet de disposer d’une base statistique objective. Les découvertes de ce sondage seront présentées individuellement et seront immédiatement suivies de la présentation du mobilier découvert hors du sondage sur l’emprise du site.

51Enfin, pour ce qui concerne les questions de comptage, la méthode adoptée est celle du nombre de restes (NR) pour l’ensemble du mobilier. Seul le chiffrage en nombre minimum d’individus stricts (NMI) concerne le mobilier céramique. Cette méthode consiste à compter le nombre de bords après collage et à évaluer le plus fidèlement possible le nombre de vases en présence (AA. VV., 1998).

3.1. Sondage de lannée 2000 (Triangle no 29)

52Le mobilier du sondage effectué lors de la découverte du site comprend en tout 191 NR, parmi lesquels la céramique est largement majoritaire (fig. 11).

53Outre cette donnée statistique, il est intéressant d’observer la réparation planimétrique d’une partie de ce mobilier (fig. 12). Une concentration importante dans la partie nord du sondage est observable. Cette tendance se rapporte particulièrement aux céramiques et aux monnaies.

3.1.1. Le mobilier céramique

54Cet ensemble de mobilier est principalement dominé par les productions céramiques qui sont représentées par 128 fragments pour un nombre théorique d’individus évalué à trente-deux objets, soit 44 % du NMI total (fig. 13). La céramique commune représente les 3/4 des céramiques en nombre de restes, tandis que la répartition entre céramique commune et céramique fine est sensiblement équivalente en NMI.

55Le parfait état de conservation d’une grande partie de ce mobilier céramique à permis d’effectuer des observations fines (fig. 14), notamment d’un point de vue typologique, mais aussi tracéologique (Nieloud-Muller, 2011a).

3.1.1.1. Les céramiques fines

56L’ensemble des céramiques fines issues de ce sondage est dominé par deux types de production. Contemporains et présentant les mêmes caractéristiques techniques et esthétiques, ils sont néanmoins issus d’ateliers différents dont les traditions ne sont pas les mêmes. Il s’agit respectivement de la sigillée claire B de la vallée du Rhône et de la céramique dite « luisante » ou céramique à revêtement argileux (CRA) de la région savoyarde et du plateau suisse (Desbat, Picon, 1986, p. 11-17). Le reste des céramiques fines correspond à des productions de sigillée gauloise et de céramique à parois fines.

57La sigillée claire B apparaît dans le deuxième quart du iie siècle. Elle est globalement représentative des contextes de consommation de la seconde moitié du iie et du début du iiie siècle ap. J.-C. L’aire de diffusion de cette céramique de très bonne qualité n’a pratiquement pas dépassé la Gaule du Sud-Est (Desbat, 1980 ; Desbat, 1988, p. 91-97). La sigillée claire B est représentée à l’intérieur du sondage par dix gobelets se rattachant à cinq types (fig. 15, nos 1 à 9).

Nombre de restes

Céramiques

128

Terres cuites architecturales

2

Monnaies

12

Mobilier métallique

24

Mobilier lithique

3

Mobilier en bois

1

Faune

21

Total

191

Fig. 11. Répartition statistique du mobilier prélevé à l’intérieur du sondage réalisé en 2000.

Fig. 12. Répartition planimétrique du mobilier prélevé à l’intérieur du sondage réalisé en 2000 (d’après relevé A. Marguet).

Familles

N. R.

 %

N. M. I.

 %

Céramiques fines

31

24

14

44

Céramiques communes

97

76

18

56

Total

128

100

32

100

Fig. 13. Répartition statistique du mobilier céramique prélevé à l’intérieur du sondage réalisé en 2000.

58Si l’on considère les décors de strigiles à la barbotine et l’aspect orangé de l’engobe, ces cinq types sont principalement issus de la première période de production distinguée par A. Desbat (~130-170 ap. J.-C.). Cependant, la plupart de ceux-ci se rencontrent à la période de production suivante (~160-200 ap. J.-C.), « sans qu’il soit toujours possible de déterminer s’il s’agit de matériel résiduel ou si ces formes sont encore produites » (Desbat, 1988, p. 95-97).

Fig. 14. Gobelets en céramique fine (cliché S. Bourgeaud-Lignot).

59D’un point de vue technique, la céramique à revêtement argileux présente une grande variété. Comme pour la sigillée claire B, c’est à partir du milieu du iie siècle qu’apparaît cette céramique dont les formes rappellent certaines productions des ateliers du bord du Léman et du plateau suisse. L’absence de données pour les productions précoces est manifeste. Elle s’explique par le fait qu’il s’agit de productions multiples, issues de différentes officines, diffusées ensuite à une échelle régionale, ce qui rend particulièrement difficile l’identification de leurs origines (Paunier, 1981, p. 222 ; I. André, comm. personnelle). Il est possible de dater du iie siècle ap. J.-C. les deux récipients de cette catégorie présents à l’intérieur du sondage. Le premier est un petit gobelet à cinq dépressions (fig. 15, n° 10) Dans toutes les officines ont été produits des vases similaires mais les formes n’apparaissent jamais aussi trapues. S’il n’est pas permis de le rattacher à un atelier de manière certaine, il est néanmoins possible de le dater de la fin du iie siècle au regard de sa morphologie (I. André, comm. personnelle). Le second, assez original, possède une forme en calice (fig. ­15, n° 11). La panse est haute, étroite et s’évase régulièrement jusqu’au bord légèrement oblique, la forme est gracieuse et d’une excellente facture. Aucun parallèle direct n’a pu être identifié, mais ce gobelet s’apparente au récipient en verre de type Isings 21, tant dans la morphologie que dans le répertoire décoratif. C’est notamment le cas d’un gobelet découvert dans la nécropole du Champs de l’Image à Argentomagus (Indre) daté du iie siècle et plus vraisemblablement de la seconde moitié de ce siècle (Allain et alii, 1992, p. 146-148).

60Un seul tesson représente la catégorie des parois fines. Il n’est cependant pas dénué d’intérêt puisqu’il est issu de la production la plus lointaine et la plus ancienne attestée à l’intérieur du sondage (fig. 15, no 12). Sa forme et son décor à la barbotine de « rangs obliques et parallèles de tout petits losanges » très régulier permet de l’identifier sans ambiguïté à une production de parois fines de Bétique et plus précisément à la forme 37 B, qui est datée précisément de la période courant des années 40 ap. J.-C. à la fin du ier siècle de notre ère (Mayet, 1975, p. 152-160).

61La céramique sigillée est représentée par un seul tesson de gobelet difficilement identifiable d’un point de vue typologique. Il est néanmoins intéressant de constater la quasi-absence de cette catégorie céramique à l’intérieur du sondage au regard des autres productions. Cette absence relative n’est d’ailleurs pas en accord avec les autres sites de la région, où les céramiques sigillées sont toujours dominantes dans les contextes de la même période.

3.1.1.2. Les céramiques communes

62Les céramiques communes se scindent en trois groupes principaux : la céramique commune fine destinée au service et à la consommation, la céramique commune claire utilisée principalement pour le stockage, le transport et le service de boissons, et les céramiques culinaires, servant exclusivement à l’élaboration et la préparation des mets.

63Les céramiques communes à pâte fine sont représentées par deux formes de pot. Il s’agit de productions marginales de petits modules, très soignées, aux initions de qualité, qui excluent un usage culinaire (Leblanc, 2007, p. 165).

Fig. 15. Gobelets en céramique fine (sondage 2000). Sigillée claire B : il s’agit d’un gobelet Desbat 58 (no 1), de deux pots à une anse Desbat 66, à lèvre creusée d’un sillon interne, dont l’un à panse lisse (no 2), et l’autre à décor de strigiles (no 3), décor présent aussi sur une « forme nouvelle » (n° 4). À cet ensemble s’ajoutent un gobelet Desbat 51 à lèvre verticale et décor de lignes de guillochis (no 5), et enfin quatre gobelets Desbat 52. Les deux premiers ont perdu presque complètement leur engobe (nos 6 et 7). Les deux autres montrent une variante plus globulaire ; l’un présente un engobe orange vif brillant, très adhérent, décoré de guillochis sur toute la partie supérieure de la panse (no 8), tandis que l’autre, cuit en mode B, présente un engobe brun foncé, issu d’une production moins courante, mais néanmoins attestée (no 9). Céramiques à revêtement argileux (nos 10 et 11) et paroi fine (no 12) (clichés : S. Bourgeaud-Lignot).

Fig. 16. Céramiques communes (sondage 2000). 1. Céramique commune claire ; 2. céramique allobroge ; 3. céramique commune à pâte blanche ou kaolinitique (clichés : S. Bourgeaud-Lignot).

64La céramique commune à pâte calcaire était privilégiée pour les liquides. Abondamment diffusée pendant la période romaine, elle fut dans un premier temps importée et ensuite produite à l’époque impériale en reprenant techniquement et typologiquement le répertoire des productions antérieures. De plus en plus standardisées, les productions n’en comportent pas moins de nombreuses variantes, reflet sans doute des divers centres de productions, au rayonnement plus ou moins localisé (Batigne-Vallet, 2003, p. 197). Le répertoire est représenté par une petite cruche globulaire incomplète (fig. 16, no 1). Néanmoins, ce bulbe présente l’intérêt de comporter une perforation qui n’est assurément pas due à un usage domestique. Un pot à lèvre en gouttière, correspondant à un « type générique », est aussi présent. Commercialisé très largement, ce type de récipient se retrouve aussi bien en Espagne que sur le limes germanique pendant tout le Haut-Empire.

65Le répertoire des céramiques culinaires est principalement dominé par les céramiques communes tournées grises. Parmi ces dernières il y a une forme archéologiquement complète de céramique allobroge (fig. 16, no 2). Cette catégorie se rencontre dans les contextes de la deuxième moitié du iie siècle jusqu’au début du ive siècle de notre ère et se distingue des autres céramiques communes par son fond signé, le plus souvent de forme circulaire (Cantin et alii, 2009, p. 289-290). L’objet concerné présente l’estampille M.B.P.F. Les trois premières lettres sont très certainement les initiales des tria nomina du potier, suivies de l’abréviation courante de FECIT. Neuf autres pots de cette catégorie sont représentés, mais leur typologie ne permet pas de disposer d’une fourchette chronologique précise.

Fig. 17. Synthèse chronologique du mobilier céramique.

66Le répertoire des céramiques communes tournées rouges est illustré par un petit pot et par une marmite tripode à lèvre en bourrelet, sans doute produite dans la moyenne vallée du Rhône et datée des années 180-250 ap. J.-C. (Meffre, Raynaud, 1993a, p. 367-368).

67Enfin, viennent les céramiques communes à pâte blanche ou kaolinitique, très résistantes à des températures élevées et des écarts thermiques importants. Les ateliers sont largement attestés dans le sud du territoire voconce (Meffre, Raynaud, 1993b, p. 488-489). Le répertoire est représenté par un pot avec un bord en amande de type KAOL A2, type que l’on retrouve le plus fréquemment dans des contextes de la plaine valentinoise de la fin du iie siècle ap. J.-C. et du début du iiie siècle ap. J.-C. (Bonnet, Batigne, 2002, p. 326-327). Il est également représenté par un col de bouilloire, qu’il est possible de rattacher au Haut-Empire (Batigne, Desbat, 1996, p. 390). Enfin, il importe de citer une partie de panse qu’il n’est pas possible de définir typologiquement en l’absence de bord, mais qui a l’intérêt de présenter une perforation volontaire (fig. 16, no 3).

3.1.1.3. Provenance et chronologie du mobilier céramique

68Presque toutes les productions céramiques de ce sondage proviennent principalement de la cité des Allobroges pour ce qui est des céramiques culinaires, et plus largement de la sphère rhodanienne pour les autres productions (sigillées claires B, céramiques kaolinitiques, céramiques communes claires). Pour les productions plus lointaines, il est à noter la présence d’un gobelet Dech. 72 issu des ateliers lezoviens et d’un tesson de parois fines de Bétique.

69La chronologie de l’ensemble céramique apparaît relativement homogène et permet de définir un horizon couvrant les deux derniers tiers du iie siècle (fig. 17). Les productions de céramiques à revêtements argileux et de sigillée claire B font leur apparition simultanément à partir du deuxième tiers du iie siècle. Ces dernières sont de très bons marqueurs chronologiques, tandis que la céramique commune ne nous permet pas d’avoir de datation plus précise. Il convient tout de même de noter que l’ensemble des récipients datés issus du sondage est présent dans la fourchette chronologique englobant la deuxième moitié du iie siècle. Seul le tesson de céramique fine de Bétique apparaît comme une production du ier siècle.

3.1.2. Le mobilier numismatique

70L’ensemble du numéraire découvert sur le site PNLV 1 a été identifié par Michel Amandry (Département des Monnaies et Médailles, BNF). Il s’agit de monnaies de bronze constituées d’as et de dupondii, dont douze se trouvaient directement à l’intérieur du sondage (fig. 18 et 19).

Fig. 18. Monnaies (sondage 2000), d’après étude de M. Amandry (clichés : O. Lempereur).

71Si la date la plus ancienne est donnée par une monnaie de Domitien (fig. 18, no 1), il s’agit principalement de monnaies frappées sous la dynastie des Antonins. Deux sont datées du règne d’Hadrien (fig. 18, nos 2 et 3), mais la plupart concernent le règne d’Antonin le Pieux, avec quatre monnaies pour cet empereur (fig. 18, nos 4 à 6 et fig. 19, no 7) et deux de Faustine I (fig 19, nos 8 et 9). Deux autres monnaies sont datées du règne de Marc- Aurèle (fig. 19, n os 10 et 11) et une dernière, très altérée, n’a pas pu être identifiée (fig. 19, no 12).

Fig. 19. Monnaies (sondage 2000), d’après étude de M. Amandry (clichés : O. Lempereur).

72Si l’on considère la monnaie de Domitien comme résiduelle, l’ensemble se répartit entre les années 134 et 165. En prenant en compte le fait que ces monnaies aient pu avoir une période de circulation prolongée, l’ensemble englobe les deux derniers tiers du iie siècle ap. J.-C. Toutes frappées à Rome, elles apparaissent comme un lot chronologiquement homogène, bien en accord avec les datations céramologiques et dendrochronologiques.

3.1.3. La question du mobilier métallique et de la faune

73À l’exception des clous de Type Manning 1B (Manning, 1985, p. 134-136) déjà évoqués, la question du mobilier métallique est une affaire complexe car la majorité des objets est à mettre en relation avec des activités batelières et halieutiques. Pour ce matériel, il est compliqué de savoir s’il est contemporain des autres objets, ou s’il s’agit d’apports plus récents. Même si le matériel utilisé pour la pêche est facile à reconnaître, il est cependant délicat de lui attribuer une datation, tant les changements ont été minimes au cours des siècles. Le premier objet est un fer de gaffe dont l’extrémité servant à crocheter a été brisée (fig. 20, no 1). Au bout d’une perche (contus), il pouvait prendre différentes formes afin de sonder la profondeur de l’eau, de se propulser, de se détourner des obstacles… (Izarra, 1993, p. 159-160). De très nombreux fers de gaffe ont été découverts dans les eaux du lac du Bourget, mais aussi dans le cours de la Saône et du Rhône, sans qu’il soit possible de percevoir une évolution morphologique. La quantité mise au jour au Parc Saint-Georges (Lyon), en Arles dans le lit du Rhône et la multitude de fers de gaffe conservés au Musée Denon (Chalon-sur-Saône) suffisent à en témoigner. À l’intérieur du sondage se trouve une douille conique fermée à son extrémité la plus étroite, correspondant morphologiquement à un talon de hampe ou à un harpon (fig. 20, no 2). L’absence de datation est identique pour les hameçons, dont les variantes ne semblent pas correspondre à une évolution technologique ou à un faciès culturel (fig. 20, no 3). C’est la même idée qui prévaut pour les simples galets, dont les encoches latérales ont été creusées manuellement pour en faire des poids de filets. Ils ne sont pas propres à la période romaine et se retrouvent aussi bien dans des contextes du Néolithique que du Moyen Âge (Marguet, 2002, p. 120, 123, 125 et 126, fig. 20, no 4).

Fig. 20. Mobilier métallique et lithique.

74Il est probable que ces objets liés à la pêche et à la batellerie correspondent à des pertes liées à la présence des bois sur le site PNLV 1. Sur la totalité des sites subaquatiques, les piquets et les pieux sont des obstacles pour les filets des pêcheurs. À l’inverse, ces structures lacustres sont appréciées des poissons qui aiment s’y abriter. Dès lors, ils constituent des zones favorables pour la pêche à la ligne, d’où la présence d’hameçons, qui, au demeurant, ont une grande probabilité de perte, tout comme les poids de filets.

75La faune présente à l’intérieur du sondage (caractérisation des espèces effectuée par Thierry Argant/Archéodunum) n’apporte pas d’éclairage particulier non plus. Il s’agit d’un ensemble de vingt-sept restes principalement issus de la « triade domestique », dominés par le porc et les caprinés, le bœuf se faisant plus rare. Il s’agit essentiellement de faune consommée comme l’attestent différentes traces de feu et traces de découpe. Plus équivoque est la présence de faune sauvage, illustrée par des restes de cerf et d’animaux aquatiques (castor, canard, foulque macroule), correspondant sans doute à des « dépôts » naturels.

3.2. Le mobilier hors sondage

76En 2000, plusieurs autres objets ont été prélevés sur l’emprise et aux abords immédiats du gisement, notamment lors de la prospection précédant la découverte du site, ainsi qu’au cours de travaux de topographie.

77Il s’agit d’abord d’un gobelet Déchelette 72 (fig. 21, no 1). Abondamment représenté sur les sites de consommation de la Gaule de l’Est, ce type de récipient, d’un petit gabarit, à la panse entièrement lisse, correspond à la « période classique » de Lezoux, c’est-à-dire à la deuxième moitié du iie siècle ap. J.-C. (Delage, 2003, p. 185). L’objet, à la panse intacte, présente une base arrachée. En outre, le nombre de points d’impact exclut l’hypothèse d’une brisure accidentelle. L’utilisation d’un outil, à trois ou quatre reprises, a été indispensable pour mutiler l’objet.

Fig. 21. Mobilier archéologique découvert hors sondage. 1. Céramique sigillée ; 2. sigillée claire B ; 3. céramique commune claire ; 4. couperet en fer (clichés : S. Bourgeaud-Lignot).

Fig. 22. Monnaies découvertes hors sondage, d’après étude de M. Amandry (clichés : O. Lempereur).

78Un deuxième gobelet en sigillée claire B fut également découvert (fig. 21, no 2). Ce récipient, complet, de type Desbat 51 à lèvre verticale et décor de lignes de guillochis, est semblable au gobelet mis au jour à l’intérieur du sondage (fig. 15, no 5).

79Ensuite, se trouvait une cruche en céramique commune claire, de type amphorette, à la panse cannelée et au pied haut et cylindrique caractéristique (fig. 21, no 3). La lèvre est débordante et retombe sur les anses. Ces amphorettes apparaissent quelquefois datées de la seconde moitié du iie siècle, mais semblent plus courantes dans les contextes du iiie siècle. Ce récipient présente l’intérêt d’avoir été lui aussi perforé sur son fond, de la même manière que la cruche globulaire découverte à l’intérieur du sondage.

80Ces récipients étaient accompagnés d’un couperet estampillé, présentant un dos plat et un tranchant fortement convexe, correspondant au type 2a de la typologie de W.H. Manning (1985, p. 122) (fig. 21, no 4). Si l’estampille est illisible, le couteau, lui, apparaît bien conservé, puisqu’il a gardé une lame tranchante et une partie de son manche en bois. Ce type d’outil semble avoir été utilisé tout au long de l’époque romaine.

81Enfin, cinq monnaies ont été découvertes aux abords du sondage. Il s’agit d’un sesterce et de trois as datant du règne d’Antonin le Pieux (fig. 22, nos 1, 2, 3 et 4) et d’une monnaie de Faustine (fig. 22, no 5).

Fig. 23. Synthèse chronologique des datations dendrochronologiques (Archeolabs, réf. ARC 00/R2527D), céramologiques et numismatiques (M. Amandry, BnF).

82Les deux petits gobelets de sigillée et de sigillée claire B ainsi que le petit ensemble de numéraire concordent chronologiquement et correspondent aux deux derniers tiers du iie siècle ap. J.-C. Seule la présence de la cruche de type amphorette amène à se questionner, soit sur le début de la production de ce type de récipient, soit sur la continuité de la fréquentation du site au iiie siècle ap. J.-C.

3.3. Commentaires

3.3.1. Une homogénéité chronologique

83Comme cela a déjà été souligné, la chronologie des céramiques est assez cohérente avec un horizon couvrant les deux derniers tiers du iie siècle, les productions de sigillée claire B constituant de très bons indicateurs. Il en est de même pour les monnaies qui datent toutes du Haut-Empire, avec une nette surreprésentation des monnaies datant de la dynastie des Antonins. À ce titre, il est intéressant de souligner la concordance avec les phases d’abattage des bois (148-169 ap. J.-C.) qui couvrent précisément une partie des règnes d’Antonin le Pieux et de Marc-Aurèle (fig. 23).

84S’il n’est pas permis de parler d’ensemble clos en raison du contexte de découverte, on ne peut contester l’homogénéité chronologique des productions céramiques, numismatiques et des analyses dendrochronologiques.

3.3.2. Un choix volontaire d’objets ?

85Au-delà de cette concordance chronologique, il est important de souligner l’homogénéité typologique et fonctionnelle de ce mobilier (fig. 24). Pour ce qui est des céramiques, on observe une très forte présence de formes hautes et la quasi-absence de formes basses (32 NMI sur 33) pour le mobilier découvert dans le sondage (gobelets, pots et cruches/bouilloires) et 3 NMI sur 3 pour le mobilier découvert hors sondage (gobelets et cruche de type amphorette), soit 97 % de l’ensemble.

86Il s’agit exclusivement de gobelets pour les céramiques fines et principalement de pots pour les céramiques communes. Il est aussi intéressant de constater une même fonction pour ces récipients malgré la diversité des provenances. Comme cela a déjà pu être précisé, les gobelets de céramiques fines proviennent de la région savoyarde ou du plateau suisse, de la sphère rhodanienne et même de Bétique, pour ne considérer que les objets découverts à l’intérieur du sondage. Pour les monnaies, il s’agit simplement d’un assemblage de petit numéraire.

Fig. 24. Récapitulatif synoptique du mobilier découvert, hors mobilier halieutique et ecofact à l’intérieur du sondage (a) et hors du sondage (b).

3.3.3. Intégrité des objets et mutilations volontaires

87Outre une sélection particulière d’objets, il est important de souligner l’exceptionnelle qualité de conservation d’une grande partie de ce mobilier. Concernant la céramique, sur les quinze gobelets – soit l’intégralité de la céramique fine – quatre sont fragmentaires, neuf sont quasi intacts et deux sont complets après reconstitution. Cela semble indiquer qu’ils ont été cassés sur place, soit au moment de leur « dépôt », soit suite aux aléas du temps. Le gobelet de sigillée présente un arrachement de fond (fig. 21, no 1), tandis qu’aucun des objets en céramique commune n’a conservé son intégrité. La plupart sont fragmentaires, mais lorsqu’ils sont complets, ils présentent différentes perforations volontaires notables (fig. 16, nos 1 et 3, fig. 21, no 3).

88De nombreuses pistes d’interprétation ont été envisagées pour expliquer ces mutilations. Qu’il s’agisse de la transformation de l’objet en matériel halieutique, de l’ouverture visant à faciliter le puisement de l’eau ou à en extraire le contenu, du vase horticole, d’une perforation destinée à une restauration ou à faciliter l’immersion de l’objet… aucune de ces interprétations ne résiste à l’analyse. Les formes de récipients concernées et l’emplacement des perforations empêchent en effet de retenir l’une de ces nombreuses possibilités. En fait, il semble vain de chercher la fonction matérielle de ces mutilations puisque le plus souvent, elles rendent tout simplement l’objet inutilisable. Cependant, lorsque l’on dispose d’objets complets, ces altérations manifestent une véritable volonté de conserver l’intégrité du récipient touché, sans oublier que perforer une céramique est techniquement complexe : « Réaliser une perforation post cocturam sur une céramique sans risquer un bris général ou non maîtrisé nécessite une attention particulière et une technique éprouvée. Ce soin accordé à la perforation écarte l’idée d’un simple bris destructif destiné à mettre un récipient hors d’usage en interdisant toute possibilité de contenance même partielle ». De fait, ce type d’intervention exclut l’hypothèse d’une simple mise au rebut (Schmitt et alii, 2010, p. 309).

4. UN ENSEMBLE À CARACTÈRE CULTUEL ?

89Les découvertes de sites gallo-romains en milieu lacustre sont assez rares et sont le plus souvent à mettre en rapport avec des activités halieutiques et batelières. Ces gisements sont, dans l’ensemble, associés à un mobilier hétérogène, soit mis au rebut, soit directement liés à ces activités. La cohérence de l’assemblage du mobilier sur le site PNLV 1 apparaît dès lors étonnante et en parfait contraste en comparaison de ces ensembles.

  • 3 L’ensemble de ces sources est en cours d’étude dans le cadre d’un travail de thèse portant sur les (...)

90En parallèle, l’examen attentif de sources littéraires, épigraphiques et archéologiques relatives aux lacs et aux dépôts en milieu humide3 permet de proposer une tout autre interprétation de ce gisement.

4.1. Un mobilier évocateur

91Tout d’abord, la synchronie du mobilier présent pourrait témoigner d’un « dépôt » volontaire, comme c’est par exemple le cas des trésors monétaires qui fournissent le plus souvent une datation resserrée et précise (Jacquin, 1990, p. 94). La présence d’un nombre relativement important de monnaies sur la faible zone dégagée constitue un élément également intéressant. Si elle n’est pas spécifique aux contextes cultuels, la découverte de numéraire groupé et une surreprésentation de petites monnaies constituent des arguments en faveur de dépôts volontaires. Outre les nombreux exemples archéologiques de Gaule romaine, quelques pièces ont été retrouvées dans le lac d’Antre et des monnaies gauloises en or, accompagnées de milliers de monnaies romaines, surtout en bronze, ont été mises au jour dans l’étang de Flines-lez-Râches. Ce dernier exemple illustre parfaitement le rite de la iactatio stipis, corroboré par de très nombreuses sources littéraires, épigraphique et archéologiques.

92L’abondance des découvertes de numéraires effectuées dans différents sanctuaires et plus particulièrement dans les fontaines, bassins, puits, rivières et gués, étangs et lacs n’est d’ailleurs plus à démontrer (Bourgeois, 1991, p. 173-179 ; Aubin, Meissonnier, 1994, p. 150 ; Cazanove, 1991, p. 209-210 ; Izri, 2011, p. 639-654).

93Comme pour les monnaies, les récipients en céramique ne se distinguent pas de ceux rencontrés dans d’autres contextes. Cependant la représentation significative de formes hautes (gobelets et pots) semble traduire une sélection volontaire d’objets. Les « dépôts » en nombre et le choix délibéré de certaines formes apparaissent comme représentatifs des contextes cultuels (Tuffreau-Libre, 1994, p. 128-130). C’est notamment le cas dans les « dépôts » de gobelets aux abords du temple principal d’Alésia (Rabeisen, 1994, p. 121-122), ou dans diverses fosses au pied de fortifications dans le Languedoc oriental (Fiches, Py, 1978). Il en est de même pour la fréquence des cruches/bouilloires au Puy-Lacroix (Trescarte, 2007, p. 378-383), la surreprésentation de pots, de cruches/bouilloires à bec tréflé et de vases à déversoir(s) phallique(s) en relation avec les gués de la Saône (Bonnamour, 1987, p. 317-330 ; Nieloud-Muller, 2011c, p. 104-106 ; Dumont, Nieloud-Muller, 2013, p. 156-158).

94Quant aux mutilations volontaires, elles suggèrent aussi des pratiques rituelles (Fauduet, 1994, p. 176 ; Tuffreau-Libre, 1994, p. 129-130 ; Fulford, Timby, 2001, p. 293-296), comme en attestent les nombreux exemples en contexte cultuel. Elles ont ainsi été mises en évidence dans des ensembles du Puy-Lacroix (Trescarte, 2007, p. 371-374, fig. 5), au sanctuaire de Mars Mullo à Allonnes (Bazin, 2003, p. 163 ; Brouquier-Reddé, Gruel, 2004, p. 350-351, fig. 68, no 4), au sanctuaire des Arènes de Tintignac (Corrèze - Maniquet et alii, 2004, p. 54-56), au sanctuaire du Chemin des Halles/Les Tardivières à Tiercé (Maine-et-Loire - Mortreau, 2008, p. 394-397, fig. 23 et 24), au sanctuaire « Les Mureaux » à Authevernes (Eure - A. Hanotte : comm. personnelle), au sanctuaire du Gué de Sciaux (Vienne - Richard, 1994, p. 118), au gué du Port Guillot et au gué de La Casaque dans le lit de la Saône (Saône-et-Loire - Nieloud-muller, 2011c, p. 106-110, fig. 30 à 54, pl. II à LXXV ; Dumont, Nieloud-muller, 2013, p. 158-159). Quant aux découpes de fond, elles ont été identifiées dans des ensembles cultuels du Puy-Lacroix (Trescarte, 2007, p. 371-374, fig. 5), au sanctuaire du Gué de Sciaux (Richard, 1994, p. 118), aux abords de la fontaine des Mersans à Argentomagus/Saint-Marcel (Allain et alii, 1987, p. 111, fig. 7), au temple de la forêt d’Halatte (Pissot, 2000, p. 178, fig. 4, n° 48, p. 173), au lac Saint-Andéol (Lozère - Fau et alii, 2011, p. 23-25, fig. 16, nos 6 et 6’).

95Quant au sens de ces altérations, il semble qu’il soit purement symbolique, visant simplement à abandonner l’objet après son utilisation dans un cadre rituel.

96Enfin, il est étonnant de retrouver un couteau au sein de cet ensemble, puisqu’il s’agit d’un véritable instrument de frappe. Selon W.H. Manning, il correspond d’ailleurs au type le plus fréquemment représenté comme couteau de sacrifice sur le côté des autels (Manning, 1985, p. 122). De nombreux couteaux sont d’ailleurs retrouvés en contextes cultuels, comme, par exemple, dans l’attirail d’un magicien rangé dans une cave de Chartres (Eure-et-Loir - Joly et alii, 2010, p. 187-188), ou encore sur le site du Gué de Sciaux, où la présence d’un ou deux couteaux en fer, dans chaque fosse, était presque systématique (Richard, 1994, p. 118). Il est tentant de mettre en relation les reliefs de faune consommée présents dans le sondage avec cet ustensile.

97En définitive, l’analyse concrète et proprement archéologique de l’ensemble du mobilier du site PNLV 1 permet d’attester qu’il s’agit bien d’objets placés originellement et volontairement dans les eaux du lac, tandis que les nombreuses similitudes et analogies avec des ensembles découverts dans des contextes de sanctuaires et de nécropoles semblent confirmer le caractère cultuel de cet ensemble.

4.2. Un site en position remarquable

98Les témoignages de Denys d’Halicarnasse, Strabon, Sénèque, Pline le Jeune, Macrobe et Grégoire de Tours attestent que certaines étendues d’eau étaient consacrées. S’ils mentionnent de nombreux caractères spécifiques, comme la couleur sombre, la profondeur insondable de leurs eaux ou l’interdiction d’y naviguer, aucun de ces auteurs ne fait référence à de très grands lacs. C’est en fait grâce à l’épigraphie, à travers les exemples du Benacus (lac de Garde, Lombardie), honoré comme lacus Benacus ou comme Neptunus Augustus Benacus, que l’on sait que les lacs subalpins pouvaient être sacrés (Roffia et alii, 2005, p. 61-62). Ces différentes inscriptions ont été découvertes sur les rives du lac en des points remarquables du paysage, comme la Punta S. Vigilio. Il est intéressant de rappeler ici que le domaine du dieu Neptune concerne davantage les eaux intérieures que le monde marin. En Gaule, où les eaux abondent, un grand nombre de représentations et d’inscriptions qui lui sont consacrées ont été retrouvées aux abords de sources, mais surtout de fleuves et de lacs (Merlat, 1952, p. 70 ; Bloch, 1981, p. 345 ; Duval, 1976, p. 85-86) et en particulier dans la région des lacs alpins (Dumézil, 1973, p. 40).

99L’étude du contexte archéologique du site PNLV 1 a permis de constater qu’il occupait une position remarquable. Au croisement d’une voie terrestre à dimension interrégionale et d’une voie aquatique importante, il est précisément situé à l’entrée de l’émissaire du lac. Si aucun gisement lacustre à caractère cultuel de la période romaine n’a été identifié dans les lacs de l’arc alpin et jurassien, différentes traces d’activités rituelles ont été mises en évidence sur des sites de la fin de la protohistoire. On pense notamment à l’ouverture de l’émissaire du lac de Neuchâtel, avec la présence du célèbre site de La Tène (Müller, 1992), ou encore au Léman, où différentes découvertes semblent attester la présence de cultes aux abords du lac (Tarpin et alii, 1999, p. 37). Il s’agit de la découverte d’une statue monumentale en bois, mise au jour à Genève à proximité du port celtique, dont l’emplacement a d’ailleurs livré des restes humains, et de la découverte d’une autre statue trouvée à Pennelocus/Villeneuve (Mottier, 1993). La présence de ces témoignages, à l’émissaire ou à l’exutoire de ces étendues d’eau, ne doit rien au hasard. Ces espaces constituent en effet des points de passage obligés et des emplacements très significatifs dans les paysages lacustres.

100Si le lac de Garde était effectivement sacré, il n’en était pas pour autant interdit à la navigation, comme en témoigne une multitude de sources (Roffia et alii, 2005, p. 61-72). À l’inverse, le Lacus Cutiliensis, décrit par Denys d’Halicarnasse, était rigoureusement délimité et gardé inviolé sauf « pour accomplir les sacrifices qu’exige la coutume », il est à envisager que l’on effectuait les mêmes rituels sur les eaux du lac lombard. Cependant, l’ensemble du lac ne pouvait pas être ceinturé intégralement d’une enceinte ou de bandelettes. Peut-on, dès lors considérer, dans un lac ouvert à la navigation, qu’une petite partie des eaux pouvait correspondre à l’aire sacrée ? Est-il envisageable qu’une palissade, installée en pleine eau, ait pu délimiter le templum ? S’il n’est pas encore possible d’y répondre de manière pertinente, ces questions méritent d’être posées.

4.3. Une structure énigmatique

101Comme cela a été présenté, ni la répartition planimétrique des bois, ni les nombreuses observations faites sur leur morphologie ou leur datation n’ont permis de définir la fonction des différentes structures découvertes. Sur tous les sites cultuels lacustres gallo-romains connus en Gaule romaine, des structures ont été identifiées. En fait, à ce jour, pour le territoire de la Gaule, seuls les lacs de Saint-Andéol (Fau et alii, 2011) et du Bourget ont fait l’objet d’investigations archéologiques rigoureuses. Cependant, mis à part le site PNLV 1, aucune installation n’a été relevée ou datée. Ainsi, qu’il s’agisse des « poutres » ou des « bois incisés » du lac Saint-Andéol, du « tablier en bois sur pilotis » à proximité du rivage de l’étang de Flines-lez-Râches ou de la présence « d’une rangée de pieux tendue en travers du lac » de la Landie, nous ne connaissons rien de ces aménagements et encore moins leur lien avec les objets découverts dans leur environnement.

4.4. Hypothèses et pistes de réflexion

102À travers ces différents éléments, quelles hypothèses peut-on formuler afin d’expliquer l’existence de ce site et la présence de ce mobilier ?

4.4.1. Des dépôts liés aux voyageurs ou aux bateliers ?

103Tout d’abord, il convient de rappeler que le site se trouvait au croisement de deux voies de communication majeures. La rencontre de l’émissaire du lac et d’une voie importante constituait un élément structurant de l’itinéraire et du paysage. Les lieux de culte apparaissent le plus souvent en position notable du réseau de communication (croisements, gués, ponts, cols…), ainsi qu’en des points remarquables du paysage (cratères, sommets, sources, résurgences, etc.). Ainsi les voyageurs pouvaient se placer sous la protection de multiples divinités comme l’illustre par exemple Apulée : « lorsque les voyageurs pieux rencontrent sur leur route un bois sacré ou quelque lieu saint, ils ont coutume de se mettre en prières, d’offrir un exvoto, de s’arrêter un moment… » (Apulée, Florides, I).

104Il est donc vraisemblable que certains voyageurs aient pu se rendre en embarcation sur le lac – sombre et profond – et sur le site PNLV 1 pour effectuer de tels rites. Il pouvait s’agir soit de voyageurs désireux de se rendre simplement sur le site, soit de passagers d’embarcations découvrant le lac à leur sortie de la Savière.

105Encore aujourd’hui, les paysages lacustres continuent d’exercer une forme d’attraction et de fascination. La découverte de la vaste étendue d’eau du lac du Bourget après avoir parcouru le calme canal arboré et ombragé devait être marquant. Cette surprenante révélation de beauté naturelle, doublée d’effroi, pouvait constituer un phénomène suffisamment surprenant pour justifier sa consécration. Il est d’ailleurs intéressant de souligner le lien intime et quasi-systématique entre les cultes relatifs aux bois et aux eaux sacrés (Scheid, 2008). Bien évidemment l’attrait du lieu et le ressenti propre à la majesté du paysage lacustre ne suffisent pas à expliquer la présence du site PNLV 1 et du mobilier découvert.

106Si les risques associés paraissent minimes par rapport à ceux du milieu marin, la descente des cours d’eau présente quelques difficultés et n’est pas sans danger. Il en est de même pour la navigation sur les grands lacs comme en témoignent notamment les violentes tempêtes pouvant se lever sur le lac du Bourget, sur le Léman ou bien sur le lac de Garde (Virgile, Georgiques, II, 159-164). Ainsi, qu’il s’agisse de transports de passagers ou de marchandises, avant de s’aventurer sur le lac ou sur le Rhône, il est probable que les bateliers se plaçaient sous la protection de la divinité protectrice des ondes où ils évoluaient, ou sous celle de la divinité tutélaire de leurs activités. Dès lors, les acteurs du commerce lacustre et fluvial devaient être soumis à des rites de recommandation à leur départ et de remerciement à leur arrivée (Izarra, 1993, p. 232-235).

107Ces rites ne sont pas spécifiques aux bateliers, mais bien à l’ensemble des voyageurs (Sury, 1994, p. 169). Si l’on ne dispose d’aucun élément concernant les eaux intérieures, les rites liés aux excursions maritimes sont bien mieux connus. J. Rougé rapporte qu’« au départ, souvent ceux qui vont s’embarquer commencent par faire un pèlerinage dans un temple voisin pour se mettre sous la protection divine. Puis une fois à bord a lieu une cérémonie […] Cette cérémonie consiste en un sacrifice et des prières au dieu. […] De même, lorsque le navire est sur le point d’arriver au port, avant d’y pénétrer une nouvelle cérémonie, d’action de grâces celle-là, a lieu » (Rougé 1975, p. 209).

108En ce sens, le site PNLV 1 pourrait être un site cultuel destiné à favoriser leurs activités, soit à chaque voyage, soit lors de célébrations calendaires, ou lors de la reprise annuelle de la navigation. Il est possible de citer les commerçants aspergeant leurs marchandises de l’eau de la fontaine du sanctuaire de Mercure près du Circus Maximus, lors des Ides de Mai, priant le dieu de faire prospérer leurs affaires (Ovide, Fastes, 670-680). Ces dévotions, sous forme d’aspersion, peuvent aussi être mises en relation avec les libations effectuées sur les eaux lors de la fête d’Isis, marquant l’ouverture de la navigation, relatée par Apulée (Les métamorphoses, XI, 16). Après une longue procession, une foule bruyante et énergique chargeait un bateau de vases remplis d’aromates et de diverses offrandes, puis versait sur les flots des libations de lait caillé ou de bouillie au lait. Il n’est d’ailleurs pas inintéressant de rappeler qu’Isis, divinité par excellence des navigateurs (Rougé, 1975, p. 208) a « fait office de sainte patronne en Savoie romaine » (Turcan, 1981, p. 60). Une inscription à Aix-les-Bains (CIL XII, 5875) et les nombreuses représentations sur les vases à médaillons d’applique en sigillée claire B attestent l’assimilation et la diffusion en Gaule centrale et surtout dans la vallée du Rhône du culte de la déesse que l’on devait aussi célébrer dans les grands ports fluviaux lors de l’ouverture de la navigation (Turcan, 1972, p. 101).

109Qu’il s’agisse de la protection d’un voyage ou de la bonne réussite d’une opération commerciale, ces différentes hypothèses sont envisageables, même si aucun document concret ne permet à ce jour de les valider.

4.4.2. Des dépôts liés à la remontée du niveau lacustre ?

110Accréditée par une documentation relativement consistante, une autre hypothèse a été envisagée. C’est en effet à travers l’examen de différentes sources se rapportant à la zone géographique et à la période concernée qu’il est possible de faire le lien entre les dépôts du site PNLV 1 et une remontée du niveau lacustre.

111Bien que l’on ignore la morphologie d’une éventuelle superstructure, la répartition planimétrique des bois, leur chronologie et l’évolution diachronique mise en évidence, leur taille et le nombre d’essences utilisés mettent en avant l’hétérogénéité de l’ensemble. À l’opposé des habitats de l’Âge du Bronze et des constructions édilitaires soigneusement bâtis, le site PNLV 1 semble avoir été aménagé de manière anarchique. Il s’agit de constructions précaires, installées à de multiples reprises (dix-sept interventions sur une période de 22 ans), dont la mise en œuvre apparaît non raisonnée et non planifiée.

112La forte hydrologie constatée à travers les analyses sédimentologiques, archéologiques et épigraphiques dans la zone savoyarde, au iie siècle ap. J.-C., donne un sens à ces observations.

113La période romaine est caractérisée comme une « période de forte irrégularité climatique » (Leveau, 2007, § 13). Outre les trois grandes phases climatiques distinguées dans les Alpes du Nord présentées précédemment, c’est surtout à partir des analyses sédimento-logiques effectuées dans les lacs jurassiens et subalpins qu’il est possible de raisonner. La courte phase transgressive, dite phase du Petit Maclu 1, reconnue notamment au lac du Bourget (Magny, Richard, 1985, p. 269-270), peut être directement mise en relation avec le site PNLV 1. Il est aussi intéressant de constater que le lac Léman connaît lui aussi une transgression à la fin du ier siècle ap. J.-C. et au cours du iie siècle ap. J.-C. au même titre que le lac de Zurich (Magny, 1992, p. 32-33).

  • 4 « [Pro salute et incolum] itate [et vic] toria / [Imp(eratoris) Caes(aris) M (arci) Aureli Com] mod (...)
  • 5 « Imp(erator) Caes(ar) Lu[cius] / Aurelius Verus Au [g (ustus)], / [tr] ib(unicia) potest(ate) III, (...)

114Concernant la deuxième moitié du iie siècle ap. J.-C., différentes sources archéologiques et épigraphiques témoignent de cette très forte hydrologie. Cette constatation n’a pas échappé à M. Provost qui en a dressé une liste non exhaustive dans un article intitulé « L’homme et les fluctuations climatiques en Gaule dans la deuxième moitié du iie siècle ap. J.-C » (Provost, 1984). Ces différentes sources témoignent de perturbations ayant un impact majeur sur l’occupation humaine. Attestée archéologiquement sur la commune d’Aime (Savoie - Feuillet, 2004, p. 217) et sur celle de Châteauneuf-les-Boissons (Savoie ; Olive, 1979, p. 14), il apparaît que des crues importantes eurent lieu dans la vallée de l’Isère à cette même période. L’épigraphie le confirme également, comme en témoignent les dégâts causés par le débordement de l’Isère (Rémy, 2008). Sur une première inscription, retrouvée à Gilly-sur-Isère (Haute-Savoie), dédiée à l’empereur Commode en 184 ap. J.-C., est mentionnée une inondation importante dans la Combe de Savoie, entre Aime et Grenoble (ILN, Vienne 536 ; CIL, XII, 2143 ; Rémy et alii, 1996, p. 131)4. Sur une seconde, datant de 163 ap. J.-C., les Ceutrones de Bourg-Saint-Maurice (Savoie) y remercient l’empereur Lucius Verus d’avoir remis en état, après endiguement, les routes et quelques monuments publics (ILAlpes Graies 54, CIL, XII, 107 ; Rémy et alii, 1996, p. 164)5.

115Ces témoignages, corrélés avec d’autres sources, permettent de voir que c’est sur « l’ensemble du territoire de la Gaule romaine qu’ont été notés des phénomènes d’inondations entraînant des abandons temporaires ou définitifs d’habitat ». Il apparaît cependant que les cours d’eau qui sont en relation avec des glaciers bien alimentés ont été les plus touchés (Provost, 1984, p. 75). Or, comme l’Isère, le Rhône prend lui aussi sa source dans les Alpes ; on peut alors en déduire qu’à la suite du lac Léman, le lac du Bourget, régulé lui aussi par le fleuve, a dû être directement affecté par ces bouleversements hydrologiques.

116Il est évident que les hommes évoluant sur et aux abords des lacs alpins étaient pleinement conscients et familiers des variations saisonnières du niveau des nappes d’eau, tout comme des violentes tempêtes qui pouvaient toucher le lac. En revanche, ils ne devaient pas être habitués à de fortes transgressions. S’il est bien difficile de mesurer les perturbations causées par ces changements, il ne fait aucun doute qu’elles ont dû avoir de nombreuses répercussions sur les territoires environnants (inondations, submersion des voies terrestres et de zones d’habitat, disparitions de terres cultivables…).

117À l’image du Tibre, la divinité se manifestait principalement par des phénomènes incompris des variations saisonnières et plus particulièrement des crues. Les Romains, « voyaient dans ses débordements des prodiges comme dans tous les phénomènes naturels qu’ils ne comprenaient pas » et les considéraient comme la manifestation de la colère divine (Le Gall, 1953, p. 62-66). Il en est de même pour le lac Albain (Latium), lorsque Denys d’Halicarnasse relate le débordement du lac et rappelle que « les Romains commencèrent par essayer d’apaiser les dieux et les génies possesseurs des lieux, pensant que quelque puissance divine était irritée contre eux » (Antiquités romaines, 12, fragments, 12).

118Point focal du lac du Bourget, le croisement d’une voie importante et du canal de Savière constituait un point de convergence de l’ensemble de la vallée. Une remontée importante des eaux a dû provoquer de grandes perturbations dans la zone déjà instable située à l’extrémité septentrionale du lac. Ainsi, à partir des analyses sédimentologiques, archéologiques et épigraphiques, attestant une très forte hydrologie dans la deuxième moitié du iie siècle de notre ère, il est tentant de formuler l’hypothèse selon laquelle le site PNLV 1 et son mobilier constituent les traces matérielles relatives à des rites de conciliation.

5. CONCLUSION ET PERSPECTIVES

119Les lits des lacs, au même titre que les lits des cours d’eau, sont communément perçus comme de gigantesques dépotoirs. Les mobiliers archéologiques qui y sont découverts sont généralement interprétés comme étant le résultat de rejets ou de mises au rebut. Sans véritable examen, ces déductions hâtives se fondent sur certains poncifs et une méconnaissance des spécificités et des sources concernant ces milieux. Dès lors, pour des ensembles de mobilier pourtant remarquables, l’hypothèse de dépôts volontaires est le plus souvent ignorée. L’étude du site de Conjus apporte de nouvelles données sur ce point et permet d’avancer sur la question des dépôts rituels en milieu aquatique.

120La considération du contexte archéologique du gisement a permis d’établir qu’il se trouvait à proximité d’un carrefour de deux axes de communication importants. En croisant différentes sources, il est désormais possible de considérer qu’il s’agissait bien d’un site lacustre dès ses origines. Néanmoins, il reste difficile, à ce stade des recherches, d’affirmer si le site était relié à la rive ou indépendant des terres, tout comme il est également délicat de restituer le paysage antique et donc de comprendre son environnement immédiat.

121Pour ce qui concerne le gisement en lui-même, de nombreuses observations ont pu être faites sur sa morphologie ainsi que sur les bois des structures qui le composent. La répartition planimétrique de ces bois permet d’individualiser trois zones distinctes. Il s’agit d’une part de deux concentrations de piquets et de pieux dont il est difficile de définir la fonction, et d’autre part d’une dernière zone associant deux alignements, axés sur les points cardinaux, pouvant s’apparenter à une palissade. L’examen des bois découverts révèle leur petite taille, la grande variété des essences utilisées et une évolution diachronique dans leur mise en œuvre. L’ensemble de ces éléments fait des structures du site des constructions étonnamment fragiles et précaires dans une région où les techniques du bois sont parfaitement maitrisées. La continuité des recherches sur le gisement amènera à préciser la morphologie et la chronologie de cet ensemble et une attention toute particulière devrait être accordée aux bois (taille, clous, éléments couchés…), afin d’évaluer la présence et la configuration d’une éventuelle superstructure.

122Quant au mobilier, outre son intégrité, une association typologique et fonctionnelle témoigne d’une sélection évidente d’objets. De même, l’homogénéité chronologique des monnaies et des céramiques, tout comme la présence de mutilations volontaires, dénotent le caractère cultuel de ce matériel. S’il n’est pas possible de parler d’ensemble clos, il n’est pas inutile de rappeler la cohérence même du mobilier en comparaison des amas hétérogènes propres aux dépotoirs portuaires. La poursuite des investigations sur le site devrait enrichir le corpus de matériel archéologique et permettra assurément de préciser ces premières observations.

123À partir de la confrontation des données sédimentologiques, archéologiques et épigraphiques concernant la Savoie, l’hypothèse la plus plausible à ce jour, consiste à considérer les dépôts du site PNLV 1 comme le témoignage matériel de rites de conciliation, relatifs à la forte hydrologie largement constatée pour la deuxième moitié du iie siècle ap. J.-C.

124Outre les recherches passées ou à venir sur ce site tout à fait exceptionnel, c’est la prise en considération de l’ensemble des sources littéraires, épigraphiques et archéologiques qui contribue à une meilleure connaissance des dépôts et cultes relatifs aux étendues d’eau. Cette démarche, amorcée il y a peu, consiste à réaliser une synthèse documentaire sur la totalité des sources disponibles sur les « eaux dormantes », afin de renseigner une part méconnue des cultes relatifs à l’élément aquatique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Auteurs anciens

Ammien Marcellin, Histoires, T. I : Livres XIV-XVI. Texte établi et traduit par E. Galletier avec la collaboration de J. Fontaine, Paris, Les Belles Lettres, 2002.

Apulée, L’Ane d’or ou Les Métamorphoses, T. III : Livres VII-XI. Texte établi par D. S. Robertson et traduit par P. Valette, Paris, Les Belles Lettres, 2002.

Apulée, Apologie. Florides. Texte établi et traduit par P. Vallette, Paris, Les Belles Lettres, Collection des univ. de France, 2002.

Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, T. I : Introduction générale et Livre I. Texte établi et traduit par V. Fromentin, Paris, Les Belles Lettres, 1988.

Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, 12, fragments, 12, in : Dumézil G., Mythe et épopée III, Histoires romaines, Paris, Gallimard, 1973.

Grégoire de Tours, Liber in gloria confessorum, II, in : Salin É., La civilisation mérovingienne : d’après les sépultures, les textes et le laboratoire. IV, Les croyances, Conclusions, Index général, Paris, Picard, 1989.

Macrobe, Saturnales. Texte établi et traduit par H. Bornecque et F. Richard, Paris, Classiques Garnier, 1937.

Ovide, Les Fastes, T. II : Livres IV-VI. Texte établi, traduit et commenté par R. Schilling, Paris, Les Belles Lettres, 2003.

Pline le Jeune, Correspondances, Tome III : Livres VII-IX. Texte établi et traduit par A.-M. Guillemin, Paris, Les Belles Lettres, 1967.

Sénèque, Lettres à Lucilius, Tome I : Livres I-IV. Texte établi par F. Préchac et traduit par H. Noblot, Paris, Les Belles Lettres, 2009.

Strabon, Géographie, Tome II : Livres III et IV (Espagne-Gaule). Texte établi et traduit par F. Lasserre, Paris, Les Belles Lettres, 1966.

Strabon, Géographie, Tome III : Livres V et VI (Italie-Sicile). Texte établi et traduit par F. Lasserre, Paris, Les Belles Lettres, 1967.

Virgile, Géorgiques, Texte établi traduit et commenté par E. de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres, 1963.

Ouvrages récents

AA.VV., 1998, « Protocole de quantification des céramiques », in : Arcelin P., Tuffreau-Libre M. dir., La quantification des céramiques : conditions et protocole, Actes de la table ronde du Centre archéologique européen du Mont Beuvray, Glux-en-Glenne, 7-9 avril 1998, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 141-157 (Bibracte, 2).

Allain J., Dupoux J., Fauduet I., 1987, « Puits et fosses de la fontaine des Mersans à Argentomagus : dépotoirs ou dépôts votifs ? », Gallia, t. 45, p. 105-114.

Allain J., Fauduet I., Tuffreau-Libre M., 1992, La nécropole gallo-romaine du Champ de l’Image à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre), Saint-Marcel, Musée d’Argentomagus/Tours, RACF, 237 p. (Mémoires du Musée d’Argentomagus, 1).

Aubin G., Meissonnier J., 1994, « L’usage de la monnaie sur les sites de sanctuaires de l’ouest de la Gaule et de la Bourgogne », in : Goudineau C., Fauduet I., Coulon G. dir., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus, Argenton-sur-Creuse, Saint-Marcel, Indre, 8-10 oct. 1992, Paris, éd. Errance/Argenton, Musée d’Argentomagus, p. 143-152 (coll. Archéologie aujourd’hui).

Batigne-Vallet C., 2003, « Les céramiques communes du iiie siècle de notre ère sur le territoire de la cité de Vienne à partir de quelques sites retenus : premières observations », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 191-202.

Batigne C., Desbat A., 1996, « Un type particulier de ’cruche’ : les bouilloires en céramique d’époque romaine (ier-iie s.) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, p. 381-394.

Bazin B., 2003, « La céramique sur le sanctuaire de Mars Mullo : céramique d’offrande, céramique rituelle, vaisselle domestique ? », in : Brouquier-Reddé V., Gruel K. dir., Le sanctuaire de Mars Mullo, Allones (Sarthe), Le Mans, La Reinette, 190 p.

Beguet S., Berthet J., Blanc-Monchamp S., Christin A., Coudurier G., Jouannaud P., Lalut M., Luguet M., Neyret D., Reyssier J., 2004, En Chautagne : paroles & images, Chambéry, Comp’act, 341 p.

Bloch R., 1981, « Quelques remarques sur Poséidon, Neptun et Nethuns », in : Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 125e année, no 2, p. 341-352.

Bocquet A., Laurent R., 1976, « Les stations des lacs alpins », in : Bocquet A., Legrand C., Néolithique et âges des Métaux dans les Alpes françaises, IXe congrès UISPP, livret-guide de l’excursion A9, Nice, p. 139-145.

Bonnamour L., 1987, « Un type de céramique gallo-romaine commune en Val de Saône : la cruche à bec tréflé », R. A. E., t. 37, fasc. 3-4, p. 317-332.

Bonnet F., 1982, « Les ports romains d’Aventicum », Archéologie suisse, 5-2, p. 127-131.

Bonnet F., 1984, « Lacus Aventicensis », Bull. de l’Association Pro Aventico, 28, p. 35-42.

Bonnet C., Batigne-Vallet C., 2002, « Céramiques culinaires de la fin du iie s. au milieu du ve s. ap. J.-C. de la plaine valentinoise au Tricastin, d’après le mobilier issu des fouilles du TGV Méditerranée », Revue archéologique de Narbonnaise, 35, p. 321-370.

Bonnet C., Zoller G., Broillet P., Haldimann M.-A., Baud C.-A., Kramar C., Simon C., Olive C., Billaud Y., 1989, « Les premiers ports de Genève », Archéologie suisse, 12-1, p. 2-24.

Bourgeois C., 1991, Divona : divinités et ex-voto du culte gallo-romain de l’eau, Paris, De Boccard, 308 p. (coll. De l’archéologie à l’histoire).

Bravard J.-P., 1997, « Géoarchéologie des vallées fluviales de Rhône-Alpes depuis le Tardiglaciaire », in : Bravard J.-P., Prestreau M. dir., Dynamique du paysage : entretiens de géoarchéologie, Table ronde de Lyon, 17-18 nov. 1995, Lyon, Min. de la Culture, p. 129-150 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 15).

Bravard J.-P., 1981, La Chautagne : dynamique de l’environnement d’un pays savoyard, Lyon, Univ. J. Moulin, 182 p.

Bravard J.-P., Vérot-bourrely A., Salvador P.-G., 1992, « Le climat d’après les informations fournies par les enregistrements sédimentaires fluviatiles étudiés sur des sites archéologiques », Les Nouvelles de l’Archéologie, 50, p. 7-13.

Broise P., 1975, « Le rôle des eaux en Savoie dans l’Antiquité », Caesarodunum, 10, Tours, p. 171-176.

Brouquier-Reddé K., Gruel V., 2004, « Le sanctuaire de Mars Mullo chez les Aulerques Cénomans (Allonnes, Sarthe), ve s. av. J.-C.-ive s. apr. J.-C. : état des recherches actuelles », Gallia, t. 61, p. 291-386.

Cantin N., Laroche C., Leblanc O., 2009, « Recherche pluridisciplinaire sur les aires de production de la céramique allobroge (milieu iie – début ive) », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 42, p. 289-341.

Castel R. dir., Le lac du Bourget : 50 ans de recherches archéologiques, 5000 ans d’histoire, Montmélian, La Fontaine de Siloé, 255 p.

Cazanove O. de, 1991, « Ex-voto de l’Italie républicaine : quelques aspects de leur mise au rebut », in : Brunaux J.-L. dir., Les sanctuaires celtiques et leurs rapports avec le monde méditerranéen, Actes du colloque de Saint-Riquier, 8-11 nov. 1990, Paris, éd. Errance, p. 203-214 (coll. Archéologie aujourd’hui).

Christol M., Fiches J.-L., 1999, « Le Rhône : batellerie et commerce dans l’Antiquité », in : Leveau P. dir., Le Rhône romain : dynamiques fluviales, dynamiques territoriales, Paris, CNRS éd., p. 141-155 (Gallia, 56).

Coquoz X., Marguet A., 2003, « Haute-Savoie, Anthy-sur-Léman, Lac Léman : les Recorts, La Tour », in : Bilan scientifique 1998, DRASSM, Min. de la Culture et de la Communication, p. 110-113.

Delage R., 2003, « Les sigillées du centre de la Gaule peuvent-elles contribuer à la datation des niveaux du iiie s. ? », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 183-190.

Desbat A., 1980, Les céramiques fines rhodaniennes à vernis argileux dites sigillées claires B et luisantes : étude du matériel lyonnais des iie et iiie siècles, Thèse de IIIe cycle, Lyon, Univ. Jean Moulin, 401 p.

Desbat A., 1988, « La sigillée Claire B : état de la question », in : Actes du congrès de la SFECAG, Orange, 12-15 mai 1988, p. 91-99.

Desbat A., Picon M., 1986, « Sigillée claire B et ’luisante’ : classification et provenance », Figlina, 7, p. 5-18.

Dufournet P., 1965, « Le réseau routier gallo-romain de Vienne à Genève et la position des stations d’Etanna et de Condate : principes de circulation et de calcul des distances », in : Actes du 89ème congrès national des Soc. savantes, Paris, p. 35-72.

Dufournet P., 1973, « Ponts et passages du Rhône entre le Pas-de-l’Écluse et Yenne, et le réseau routier correspondant de l’Antiquité », Revue savoisienne, 113ème année, Annecy, Acad. Florimontane, p. 76-96.

Dumézil G., 1973, Mythe et épopée. III, Histoires romaines, Paris, Gallimard, 366 p. (coll. Bibliothèque des Sciences humaines).

Dumont A., Nieloud-Muller S., 2013, « Réflexions sur les gués de la Saône, les armes et le reste : du Néolithique à la période romaine », in : Testart A. dir., Les armes dans les eaux : questions d’interprétation en archéologie, Paris, éd. Errance, p. 123-166 (coll. Archéologie aujourd’hui).

Duval P.-M., 1976, Les dieux de la Gaule, Paris, Payot, 170 p.

Fau L., Cantournet Cl., Crescentini, D., Dieulafait Chr., Dieulafait Fr., Izac-Imbert L., Pradalié G., 2011, « Le lac de Saint-Andéol en Aubrac (Lozère) : essai d’interprétation de l’ensemble cultuel », Archéologie du Midi médiéval, 28, p. 3-31.

Fauduet I., 1994, « Le sanctuaire de Mersans à Argentomagus », in : Goudineau C., Fauduet I., Coulon G. dir., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus, Argenton-sur-Creuse, Saint-Marcel, Indre, 8-10 oct. 1992, Paris, éd. Errance/Argenton, Musée d’Argentomagus, p. 174-182 (coll. Archéologie aujourd’hui).

Feuillet M.-P., 2004, « Aime, rue du Martinet », in : Bilan scientifique 2004, DRAC Rhône-Alpes, Min. de la Culture et de la Communication, p. 217.

Fiches J.-L., Py M., 1978, « Trois dépôts d’objets votifs du ier s. de notre ère dans la région nîmoise », p. 156-182 (Document d’Archéologie méridionale, 1).

Fulford M., Timby J., 2001, « Timing Devices, Fermentation Vessels,’Ritual’Piercings’ ? A consideration of deliberately ’holed’ pots from Silchester and Elsewhere », Britannia, 32, p. 293-297.

Gassani J.-P., 2004, Prospection inventaire subaquatique de la plate-forme immergée au Nord-Ouest du lac du Bourget, Rapport de prospection thématique déposé à la DRAC Rhône-Alpes.

Izarra F. de, 1993, Le fleuve et les hommes en Gaule romaine, Paris, éd. Errance, 239 p. (Coll. des Hespérides).

Izri S., 2011, « Usages rituels de la monnaie », in : Reddé M., Barral P., Favory F., Guillaumet J.-P., Joly M., Marc J.-Y., Nouvel P., Nininger L., Petit C. dir., Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, p. 639-654 (Bibracte, 21).

Jacquin L., 1990, « L’atelier de Portout : les monnaies », in : Pernon J., Pernon Chr., Les potiers de Portout : productions, activités et cadre de vie d’un atelier au ve siècle ap. J.-C. en Savoie, Paris, éd. du CNRS, p. 93-107 (20ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

Joly D. dir., av. la coll. de Gordon R., Simon J., Van Andringa W., Willerval S., Chrzanovski L., Dupont F., Lepetz S., Morin J.-M., 2010, « L’attirail d’un magicien rangé dans une cave de Chartres/Autricum », Gallia, t. 67, fasc. 2, p. 125-208.

Leblanc O., 2007, Les faciès des céramiques communes de la Maison des Dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal (Rhône) du ier siècle avant J.-C. au iiie siècle après J.-C., Marseille, SFECAG, 208 p. (3ème suppl. au Bull. de la SFECAG).

Le Gall J., 1953, Recherches sur le culte du Tibre, Thèse complémentaire pour le doctorat ès lettres, Paris, Presse univ. de France, 205 p.

Leveau P., 2007, « Archéologie et géoarchéologie d’une période historique dans les Alpes : les paradigmes épistémologiques de la romanisation », in : Géomorphologie : relief, processus, environnement, mis en ligne le 01 avril 2009. http ://geomorphologie.revues.org/index684.html

Leveau P., Rémy B., Canal A., Segard M., 2006, « Aix-les-Bains, vicus thermal et bourg rural », Revue archéologique de Narbonnaise, 38-39, p. 85-103.

Long L., Piton J., Djaoui D., 2006, « Le dépotoir portuaire d’Arles sous le Haut-Empire : fouilles subaquatiques du Rhône, Gisement A (ier-iie s. apr. J.-C.) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Pezennas, 25-28 mai 2006, p. 579-588.

Magny M., 1990, « Portout : histoire d’un site à la confluence du Rhône et du lac du Bourget », in : Pernon J., Pernon Chr., Les potiers de Portout : productions, activités et cadre de vie d’un atelier au ve siècle ap. J.-C. en Savoie, Paris, éd. du CNRS, p. 23-27 (20ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

Magny M., 1992, « Les fluctuations des lacs jurassiens et subalpins », Les Nouvelles de l’Archéologie, 50, p. 32-36.

Magny M., Richard H., 1985, « Contribution à l’histoire holocène du lac du Bourget : recherches sédimentologiques et palynologiques sur le site de Conjux-La Chatière », Revue de Paléobiologie, 4-2, Genève, p. 253-277.

Maniquet C. dir., 2004, Le sanctuaire antique des Arènes de Tintignac, Limoges, Culture et patrimoine en Limousin, 123 p.

Manning W.H., 1985, Catalogue of the romano-british iron tools, fittings and weapons in the British Museum, London, British Museum Publ., XVII-197 p.

Marguet A., 2002, « Élaboration de la carte archéologique des gisements du lac du Bourget (Savoie) », in : Bilan scientifique 2000, DRASSM, Min. de la Culture et de la Communication, p. 117-137.

Marguet A., 2004, « Repères chronologiques des installations littorales savoyardes », in : Jourdain-Annequin C. dir., Atlas culturel des Alpes occidentales : de la Préhistoire à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, p. 66-69.

Mayet F., 1975, Les céramiques à parois fines dans la péninsule ibérique, Paris, De Boccard, XIII-191 p., LXXXIV p. de pl. (Publ. du Centre Pierre Paris, 1).

Meffre J.-Cl., Raynaud Cl., 1993a, « Céramique commune oxydante micacée », in : Py M. dir., Dicocer, Lattes, ARALO, p. 367-369 (Lattara, 6).

Meffre J.-Cl., Raynaud Cl., 1993b, « Céramique commune kaolinitique », in : Py M. dir., Dicocer, Lattes, ARALO, p. 488-499 (Lattara, 6).

Merlat P., 1952, « Notes sur une base consacrée à Neptune trouvée près de Douarnez (Finistère) », Gallia, t. X, p. 67-75.

Mortreau M., 2008, « Les dépôts céramiques claudio-néroniens issus des fossés d’enclos du sanctuaire gallo-romain ’Chemin des Halles/Les Tardivières’ à Tiercé (Maine-et-Loire) », in : Actes du congrès de la SFECAG, L’Escala-Empuries, 1er-4 mai 2008, p. 381-400.

Mottier Y., 1993, « La statue de bois du port antique de Genève : le Mercure des Gaulois », Genava, t. XLI, p. 63-66.

Müller F., 1992, « La Tène (canton de Neuchâtel) et Port (canton de Berne) : les sites, les trouvailles et leur interprétation », in : Kaenel, G., Curdy, P. dir., L’Âge du Fer dans le Jura, Actes du 15ème colloque de l’AFEAF, Pontarlier, France et Yverdon-les-Bains, Suisse, 9-12 mai 1991, Lausanne, Bibl. hist. vaudoise, p. 323-328 (Cahiers d’Archéologie romande, 57).

Nieloud-Muller S., 2010, PNLV 1 : un site cultuel en milieu lacustre ?, Mémoire de master 1, sous la dir. de J. -Cl. Béal, Univ. Lumière/Lyon 2, 165 p., 89 fig.

Nieloud-Muller S., 2011a, « Ensemble céramique de la seconde moitié du iie siècle découvert dans le lac du Bourget (Savoie) : dépôt cultuel en milieu lacustre ? » Actes du congrès de la SFECAG, Arles, 2-5 juin 2011, p. 367-380.

Nieloud-Muller S., 2011b, Lac du Bourget, Conjux, site PNLV 1, Rapport de prospection thématique, Campagne 2011, Rapport déposé à la DRAC Rhône Alpes, Lyon, 62 p., 43 fig.

Nieloud-Muller S., 2011c, Observations sur les céramiques du gué du Port Guillot et du gué de La Casaque (Saône-et-Loire) : dépôts cultuels en rivière ?, Mémoire de master 2, sous la dir. de J.-Cl. Béal et le tutorat d’A. Dumont, Univ. Lumière/Lyon 2, 273 p., 168 fig.

Olive P., 1979, « Les thermes gallo-romains de Châteauneuf », Archéologia, no 131, Dijon, éd. Faton, p. 12-15.

Pallière J., 2003, Le lac du Bourget : lac majeur de France, Montmélian, La Fontaine de Siloé, 463 p. (coll. Les Savoisiennes).

Paunier D., 1981, La céramique gallo-romaine de Genève, Genève, A. Jullien/Paris, H. Champion, p. 268-270 (Mémoires et documents de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Genève, 9).

Pernon J., 2004, « Les potiers de Portout », in : Castel R. dir., Le lac du Bourget : 50 ans de recherches archéologiques, 5000 ans d’histoire, Montmélian, La Fontaine de Siloé, p. 227-234.

Pernon J., Pernon C. dir., 1990, Les potiers de Portout : productions, activités et cadres de vie d’un atelier au ve siècle ap. J.-C., Paris, éd. du CNRS, 220 p.-XLVII p. de pl. (20ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

Pissot, V., 2000, « La céramique du temple d’Ognon (Oise) », Revue archéologique de Picardie, N. spécial, 18, p. 165-181.

Provost M., 1984, « L’homme et les fluctuations climatiques en Gaule dans la deuxième moitié du iie siècle après J.-C. », Revue archéologique, 1, p. 71-78.

Rabeisen E., 1994, « Rite de dépôts en nombre : offrandes du temple d’Alésia et d’autres sanctuaires gallo-romains », in : Goudineau C., Fauduet I., Coulon G. dir., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus, Argenton-sur-Creuse, Saint-Marcel, Indre, 8-10 oct. 1992, Paris, éd. Errance/Argenton, Musée d’Argentomagus, p. 121-127 (coll. Archéologie aujourd’hui).

Rémy B., 2008, « Les dangers de la vie au bord de l’eau : à propos de deux inscriptions de Savoie (ILN, Vienne 536, à Gilly ; ILAlpes Graies 54, à Bourg-St-Maurice) », Caesarodunum, no 41-42, p. 263-276.

Rémy B., Ballet Fr., Ferber E., 1996, La Savoie, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres (Carte archéologique de la Gaule, 73).

Richard C., 1994, « Ensembles clos tibéro-claudiens d’un sanctuaire : le Gué-de-Sciaux (Antigny-Vienne) », in : Goudineau C., Fauduet I., Coulon G. dir., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus, Argenton-sur-Creuse, Saint-Marcel, Indre, 8-10 oct. 1992, Paris, éd. Errance/Argenton, Musée d’Argentomagus, p. 115-120 (coll. Archéologie aujourd’hui).

Roffia E., Arslan E.-A., Bugini R., Cavalieri Manasse G., Folli L., Poggiani Keller R., Portulano B., Giuseppina Ruggiero M., 2005, Le ’grotte di Catullo’ a Sirmione : guida alla visita della villa romana e del mueo, Milan, éd. ET, 143 p.

Rougé J., 1975, La marine dans l’Antiquité, Paris, PUF, 215 p. (coll. L’Historien).

Scheid J., 2008, Le culte des sources et des eaux dans le monde romain, Séminaire de la chaire de ’Religion, institutions et société de la Rome antique’, Collège de France, pod-casts, 2008 : http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/reg_ins/audio_video.jsp

Schmitt A., Monin M., Bertrand E., Bouvard E., Carrara S., Gaillot S., Rottier S., Argant T., 2010, « Un ensemble funéraire du Haut-Empire le long de la voie de l’Océan (Lyon 9e) », R.A.E., t. 59, fasc. 1, p. 287-351.

Segard M., 2009, Les Alpes occidentales romaines : développement urbain et exploitation des ressources des régions de montagne (Gaule Narbonnaise, Italie, provinces alpines), Paris, éd. Errance/Aix-en-Provence, Centre C. Jullian, 287 p. (Bibliothèque d’Archéologie méditerranéenne et africaine, 1).

Sury B. de, 1994, « L’ex-voto d’après l’épigraphie : contribution à l’étude des sanctuaires », in : Goudineau C., Fauduet I., Coulon G. dir., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus, Argenton-sur-Creuse, Saint-Marcel, Indre, 8-10 oct. 1992, Paris, éd. Errance/Argenton, Musée d’Argentomagus, p. 169-173 (coll. Archéologie aujourd’hui).

Tarpin M., Berti S., Haldimann M.-A, Rossi F., Steiner L., 1999, « Le bassin lémanique gallo-romain », in : Leveau P. dir., Le Rhône romain : dynamiques fluviales, dynamiques territoriales, Paris, CNRS éd., p. 33-44 (Gallia, 56).

Trescarte J., 2007, « Céramiques communes en contexte cultuel : le cas du Puy de Dôme, sanctuaire sommital et agglomération du col de Ceyssat (Puy-de-Dôme) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Langres, 17-20 mai 2007, p. 367-394.

Tuffreau-Libre M., 1994, « La céramique dans les sanctuaires gallo-romains », in : Goudineau C., Fauduet I., Coulon G. dir., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus, Argentonsur-Creuse, Saint-Marcel, Indre, 8-10 oct. 1992, Paris, éd. Errance/Argenton, Musée d’Argentomagus, p. 128-137 (coll. Archéologie aujourd’hui).

Turcan R., 1972, Les religions de l’Asie dans la vallée du Rhône, Leiden, E.J. Brill, X-144 p. (Études préliminaires aux religions orientales dans l’Empire romain, 30).

Turcan R., 1981, « Les cultes orientaux en Savoie », Les dossiers de l’Archéologie, no 48, Dijon, éd. Faton, p. 58-61.

Notes

1 Abréviation des lieux-dits Prés-Nuaz/La Vacherie, Site no 1.

2 Je tiens ici à remercier chaleureusement André Marguet de m’avoir confié l’étude de ce site passionnant, ainsi que pour son soutien continu. Ma gratitude va aussi à Jean-Claude Béal qui a accepté d’encadrer ce travail de Master 1 et qui m’a accordé toute sa confiance. Ce travail doit également beaucoup à Colette Laroche qui m’a guidé dans mon étude de mobilier, Thierry Argant pour son étude de la faune, Michel Amandry pour son étude numismatique et enfin, Christian Dormoy et Laurent Van Der Plaetsen pour leur expertise dendrochronologique.

3 L’ensemble de ces sources est en cours d’étude dans le cadre d’un travail de thèse portant sur les cultes des étendues d’eau en Gaule romaine, mené actuellement à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction de Martine Joly (UMR 8167).

4 « [Pro salute et incolum] itate [et vic] toria / [Imp(eratoris) Caes(aris) M (arci) Aureli Com] modi An[ton] ini Aug(usti), / [Pii, Sarm(atici), Germanici m] ax(imi), Br[i] tannici/[- - - ] um vii flum[inis] / [- - - aquis deriv] atis et tr[ansitu restituto] ; « pour le salut et la sauvegarde et la victoire de l’empereur César Marcus Aurelius Commode Antoninus Auguste, Pieux, vainqueur des Sarmates, très grand vainqueur des Germains, vainqueur des Bretons, [...] (emportés) par la violence du fleuve..., après avoir détourné les eaux et les avoir ramenées dans leur lit... ».

5 « Imp(erator) Caes(ar) Lu[cius] / Aurelius Verus Au [g (ustus)], / [tr] ib(unicia) potest(ate) III, co(n) s (ul) II,/[vi] as per fines Ceutro-/ [n] um vi torrentium/[ev] ersas, exclusis / [flu] minibus et in na[tu]-/ [ra] lem alveum red[uctis],/ [mo] libus plurib[us locis] I [opp] ositis ; item p [ontes] / [tem] pla et balin [ea], I [pec(unia) sua, resti [tuit] ; « L’Empereur César Lucius Aurelius Verus Auguste, titulaire de sa troisième puissance tribunicienne, consul pour la deuxième fois, a restauré, à ses frais, dans le territoire des Ceutrons les routes emportées par la violence des torrents, après avoir repoussé les cours d’eau et les avoir ramenés dans leur lit naturel en leur opposant des digues en de nombreux endroits ; de même (il a restauré) les ponts, les temples et les bains » (10 décembre 162-9 décembre 163) ».

Auteur

Centre Antiquité classique et tardive, UMR 8167 Orient et Méditerranée, Université Paris-Sorbonne. sebastien.nieloud-muller@paris-sorbonne.fr

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search