Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

L’incendie d’un village lacustre, clou d’une fête vénitienne au lac d’Annecy (Haute-Savoie, France)

Marie-Christine Lebascle

Résumé

Un dossier conservé aux Archives municipales d’Annecy décrit l’incendie d’une station lacustre, reconstituée à l’occasion du Concours régional de 1865 à Annecy… l’une des retombées de la « mode des lacustres » qui a sévi au xixe siècle.

Texte intégral

1« La science fournissait ainsi le flambeau qui éclairait, avec une splendeur sans égale, les eaux limpides du lac et ses rivages grandioses […] » (Vogt, Menn, 1865).

2En 1865, quel est donc l’événement qui pousse Karl Vogt à tant de lyrisme ?

3Est-ce le Concours régional agricole qui se tient à Annecy à la fin du mois de mai, premier du genre depuis le rattachement de la Savoie à la France ? Est-ce l’Exposition artistique, industrielle et horticole qui envahit les salons de la Préfecture dans le même temps ?

4Non, malgré tout leur intérêt et les comptes rendus flatteurs de ces événements, c’est un autre temps fort de ces journées dont il rend compte :

  • 1 Louis Revon est depuis 1860 conservateur du musée d’Annecy, poste qu’il occupera jusqu’en 1884. Sci (...)

5« Le bouquet de l’illumination était l’incendie d’un village lacustre, construit sous la direction de M. Revon1, au milieu du lac, sur pilotis, et rendant exactement, de jour, l’aspect de ces emplacements au milieu des lacs et tourbières, qui ont été découverts en Suisse, et qui étaient habités par nos ancêtres dans une époque préhistorique, où l’usage du fer était encore inconnu. » (fig. 1).

6Le correspondant suisse du Journal de Genève assiste aussi à cette fête vénitienne. Son compte-rendu ne le cède en rien en surprise admirative : « Ainsi, je ne vous parlerai pas des lanternes chinoises et des verre de couleur ; ils formaient pourtant le long de cette côte sinueuse un bien beau serpent de lumière. Ce qui est moins banal et que vous n’avez sans doute jamais vu, c’est l’incendie d’un village lacustre, du village qu’habitaient nos pères il y a trois ou quatre mille ans. Voilà le singulier spectacle que la ville d’Annecy avait préparé à ses invités » (Journal de Genève, 1865).

7Mais là où le contenu de son article diffère, c’est qu’il a pu pénétrer à l’intérieur du village alors même que l’incendie y fait rage :

Fig. 1. Affiche du Concours régional agricole de 1865. Coll. Arch. munic. d’Annecy, 3F3(1).

8« Ce village construit, dit-on, avec toute l’exactitude archéologique que comporte un sujet très riche d’hypothèses, formait au centre du lac une sorte de cercle brisé seulement en deux points pour laisser deux étroites ouvertures. je m’y suis glissé en canot, et j’affirme qu’il y faisait fort chaud. On entendait de là les joyeuses mesures d’une polka dansée sur une barque voisine. Cette musique, qui n’avait rien de lacustre m’impatientait comme un anachronisme. Impossible de prendre cet incendie au sérieux et de se représenter nos pauvres sauvages d’ancêtres, alors qu’ils se hâtaient d’arracher aux flammes ce qu’ils avaient de plus précieux ; peu de chose sans doute : quelques haches de pierre ou de bronze, quelques anneaux de même métal, et rien de plus. Pendant qu’on les entassait dans les canots, il en tombait à l’eau quelques-unes, et ce sont celles qui font aujourd’hui l’honneur de nos musées et la joie de nos antiquaires. À coup sûr les pauvres diables ne se doutaient pas de la gloire posthume qui leur était réservée. vers minuit, tout était consumé ».

9Notons que ces compliments élogieux viennent d’Helvètes habitués aux stations lacustres et à la richesse de leur matériel archéologique, ce qui donne toute sa valeur à leur appréciation.

Pourquoi un village lacustre ? Pourquoi Annecy ?

10Le choix de l’incendie d’un village lacustre comme clou de ce premier Concours régional n’est pas fortuit.

11Quelques années auparavant, en 1854, Ferdinand Keller a identifié les pilotis de Meilen, au bord du lac de Zurich, comme les restes de villages préhistoriques (Keller, 1854) et l’image de maisons installées sur des plateformes dominant les eaux se répand en même temps que la recherche lacustre s’étend à tous les lacs alpins.

12En 1856, deux ans seulement après les découvertes de Ferdinand Keller, les premières stations sont découvertes dans les lacs de Savoie (Troyon, 1860). Cependant, il faut attendre 1862 pour que de réels travaux archéologiques commencent au lac du Bourget et 1864 pour qu’une publication, richement illustrée, livre au grand public les témoins de la vie quotidienne des habitants de ces cités désormais immergées (Rabut, 1864).

Fig. 2. ’L’embrasement d’un village lacustre’, illustration extraite de Bayard, 1877.

13Par ailleurs il existe, à Annecy, une longue tradition de fêtes lacustres couronnées de feux d’artifice (Rayssac, 2010).

Quand les finances municipales partent en fumée...

  • 2 Sauf indication contraire, les originaux de tous les documents cités dans cet article sont conservé (...)

14L’intérêt de celle qui clôt le Concours régional agricole est que tous les détails des fournitures nécessaires à la construction du village lacustre ou feu de joie nous sont parvenus au travers des factures payées par la Ville d’Annecy2.

15Quatre fournisseurs sont mentionnés et la quantité de matériaux fournie est impressionnante. Jean Tissot fournit 1000 fagots et fascines de menus bois pour l’alimentation du feu de joie (village lacustre)... pour un montant de 300 francs ;

16Joseph Barut fournit, dans un premier temps, 150 queues de sapin pour les pilotis et la construction du village lacustre ou feu de joie… mesurant ensemble 743 m linéaires pour un montant de 297,80 francs. Dans un second temps se rajoute une facture de 285,75 francs pour la fourniture de 245 queues de sapin (865 m linéaires) pour le même usage, 86 kilog. de pointes et 35 kilog. de fil de fer.

  • 3 29 chevrons (279,70 m lin.), 178 queues de sapin (981,59 m lin.), 288 1/2 queues (1467 m lin.), 14 (...)

17Mais l’embrasement n’aurait pu avoir lieu sans les fournitures de M. Salomon : 795 kilog. de goudron, 4 tonneaux à goudron, 1 voiture d’écorce, 2 voitures de branches de sapin, 9 gerbes de pailles. Il facture aussi 34 journées de location de bateaux à 2 ou 3 francs la journée et pour 23,36 francs de réparation par suite d’avarie aux bateaux. C’est aussi les mêmes types de matériaux que fournit Pierre Lionnet, entrepreneur en bâtiment3.

18On sait aussi que, du 9 avril au 30 mai, neuf employés municipaux ont fourni 281 journées de travail pour un montant de 993,50 francs afin de bâtir le village (fig. 2).

19Ce sont ainsi 2172,16 francs or qui partent en fumée de la plus belle des façons aux dires de l’Abeille de Chamonix (D’Arve, 1865) qui rend ainsi compte de son butinage durant l’illumination :

20« Avez-vous jamais vu du rivage un incendie en mer ? Ce spectacle est trop cher et heureusement assez rare ; seul il pourrait donner une idée de l’embrasement de ce village lacustre installé sur pilotis au milieu de ce beau lac. L’incendie, se propageant de cahute en cahute laissait les toits de chaume se profiler dans le brasier […] Splendide, splendide, splendide en vérité. »

En guise de conclusion

21Les archives ne contiennent aucun plan qui fournisse l’implantation précise des pilotis de ce village éphémère. Mais si des prospections devaient être menées sur la beine où sont, aujourd’hui encore, construites les installations des fêtes du lacs, l’œil exercé de l’archéologue ne devrait pas avoir trop de difficultés à les distinguer des vestiges des « vrais » habitats anciens de bord de lac !

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

D’Arve S., « L’Abeille de Chamonix au Concours régional agricole d’Annecy », L’Abeille de Chamonix, écho des stations thermales de la Savoie, 4e année, 3, dimanche 4 juin 1865.

Bayard E., 1877, « L’embrasement d’un village lacustre », in : Daux A., L’industrie humaine, ses origines, ses premiers essais et ses légendes depuis les premiers temps jusqu’au déluge, Paris, E. Belin, 389 p., 20 gravures hors texte, 258 dessins.

Journal de Genève, 1865, no 129 du 2 juin 1865.

Keller F., 1854, « Die keltischen Pfahlbauten in den Schweizerseen », Mittheilungen der Antiquarischen Gesellschaft in Zürich, Zürich, 9/3, p. 65-100.

Rabut L., 1864, « Habitations lacustres de la Savoie : album », Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Savoie, 8, p. 77-145, Chambéry, Lithogr. J. Perrin.

Rayssac M.-Cl., 2010, Une passion annécienne, la Fête du lac, Annecy, Archives municipales d’Annecy, 99 p. (Pour la petite histoire, 4).

Troyon F., 1860, « Habitations lacustres des temps anciens et modernes », Lausanne, G. Bridel, Mém. et doc. publ. par la Soc. d’Histoire de la Suisse romande, 17, p. 167-168.

Vogt K., Menn C., 1865, Rapport sur le Concours régional d’Annecy présenté à la section d’industrie et d’agriculture de l’Institut genevois par MM. Vogt et Menn délégués, Genève, p. 28-30.

Notes

1 Louis Revon est depuis 1860 conservateur du musée d’Annecy, poste qu’il occupera jusqu’en 1884. Scientifique, membre de l’Académie flori-montane, il prend une part active à la recherche lacustre au lac d’Annecy.

2 Sauf indication contraire, les originaux de tous les documents cités dans cet article sont conservés aux Archives municipales d’Annecy sous la côte 3F3(1).

3 29 chevrons (279,70 m lin.), 178 queues de sapin (981,59 m lin.), 288 1/2 queues (1467 m lin.), 14 lambourdes… 1066 fagots et fascines, 8 gerbes de paille,…, 795 kg de goudron dans 4 tonneaux et 5 baquets auxquels s’ajoutent 95 kg de pointes assorties et 35 kg de fil de fer recuit et 47 profils de fer recuit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Affiche du Concours régional agricole de 1865. Coll. Arch. munic. d’Annecy, 3F3(1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5016/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Légende Fig. 2. ’L’embrasement d’un village lacustre’, illustration extraite de Bayard, 1877.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/5016/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 672k

Auteur

Conservateur honoraire, Musées de la Communauté d’Agglomération d’Annecy, 74000 Annecy France. marik.lebascle@orange.fr.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search