Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Régate de pirogues monoxyles sur le lac de Bienne : voguent les pirogues !

Ludivine Marquis et Cynthia Dunning

Résumé

À l’occasion de l’exposition « Pirogue. Préhistoire de la navigation » (29.03 – 20.07.2014), le Réseau lac de Bienne a soutenu la construction de la reconstitution d’une pirogue monoxyle de l’Âge du Bronze.

Texte intégral

L’exposition

1En marge de l’inscription des « Sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes » au Patrimoine mondial de l’UNESCO, représentés par 111 stations lacustres dans six pays de l’Arc alpin, dont 56 en Suisse, l’exposition « Pirogue. Préhistoire de la navigation » invitait le public à naviguer dans le temps et à explorer de nouveaux rivages (fig. 1).

2Dès les prémices de la fièvre lacustre, au milieu du xixe siècle, on a eu de cesse d’exhumer du fond des lacs des objets en matière organique. Parmi ces fragiles vestiges narrant le quotidien de nos ancêtres, les pirogues s’illustrent à plus d’un titre comme les témoins privilégiés du Néolithique et de l’Âge du Bronze (fig. 2). Embarcations fascinantes, taillées dans un seul tronc d’arbre à l’aide de haches et d’herminettes, parfois évidées au feu, elles symbolisent la mobilité et le transport, le commerce et la pêche et, dans une moindre mesure, les jeux et les cultes (fig. 3). Elles demeurent les plus anciennes traces du génie naval de nos ancêtres. Par la richesse de ses découvertes, la région des Trois-Lacs s’illustre comme un haut lieu de compétences en matière d’études archéonavales et de préservation d’un patrimoine exceptionnel. L’exposition était dédiée à la mise en valeur de ces vestiges, en présentant quatre embarcations : la pirogue spectaculaire d’Erlach-Heidenweg, dont la particularité est de n’avoir jamais été terminée ; le fac-similé de la pirogue de Douanne-Gare, dont les techniques de construction résultent d’une longue tradition remontant au Néolithique ; la pirogue de Moosseedorf, la plus ancienne embarcation jamais découverte en Suisse, modélisée en 3D ; la pirogue de Douanne-Île Saint-Pierre, exposée au public derrière le bâtiment Schwab. L’exposition permettait de suivre leur histoire, en mettant en lumière non seulement les prouesses techniques nécessaires tant à leur réalisation hier qu’à leur conservation aujourd’hui, mais également le lien vital unissant le lac et les habitants de ses rives.

Fig. 1. La dendrochronologie expliquée aux visiteurs durant l’exposition « Pirogue. Préhistoire de la navigation ». © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

Fig. 2. Salle nord du musée avec la pirogue de Cerlier-Heidenweg. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

Fig. 3. Pirogue jouet. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

La fabrication de la pirogue Xiphia

3Le Musée, en collaboration avec Markus Binggeli et Gianluca Bernasconi, les associations Réseau Lac de Bienne et Pro Petinesca, ainsi que de nombreux bénévoles, se sont attelés à la fabrication d’une pirogue monoxyle dans le jardin du musée. Façonnée à l’aide d’outils modernes, elle se base sur le modèle de l’embarcation de Douanne-Île Saint-Pierre exposée derrière le bâtiment Schwab.

4Cette dernière a été hissée hors des flots en août 1911 au nord de l’Île Saint-Pierre, puis très rapidement transportée au Musée Schwab où elle a reçu les premiers traitements visant à sa conservation. Ils ont consisté en l’application renouvelée d’huile de lin chaude et de carbolineum, un distillat de goudron. Elle a été façonnée dans un tronc en chêne au Bronze moyen, il y a plus de 4200 ans. Elle mesure 8 m de longueur et 80 cm de largeur. Ses bords sont conservés sur 38 cm de hauteur. Son poids est estimé entre 600 et 700 kg, alors que la charge utile dépasse la tonne. Ce type de pirogue était principalement destiné au transport de marchandises. Exposée depuis plus d’un siècle aux yeux du public mais aussi aux intempéries et aux fluctuations saisonnières, on peut affirmer que sa conservation est miraculeuse. La pirogue de Douanne-Île Saint-Pierre s’est pour ainsi dire conservée d’elle-même et représente l’une des pirogues les mieux préservées d’Europe. Il était donc tout naturel qu’elle serve de modèle à notre reconstitution.

5Avant le voyage inaugural de Xiphia dans la baie de Bienne, il s’agissait tout d’abord de trouver un arbre bien précis : une essence attestée au cours de la Préhistoire (tilleul, peuplier, chêne, aulne, sapin blanc) ; un tronc rectiligne dénué si possible de branches, ces dernières laissant des nœuds et donc des zones plus faibles dans le bois travaillé ; un diamètre de 80-100 cm pour une longueur de 6 m. Plusieurs semaines de recherches et un coup de pouce salutaire de Pro Petinesca ont permis d’acheminer, en grande pompe, un tronc en peuplier argenté, légèrement courbe, dans le jardin du Musée (fig. 4).

6Les deux archéologues expérimentalistes Markus Binggeli et Gianluca Bernasconi ont dirigé les travaux entre mi-mars et fin avril 2014. À l’aide de haches, d’herminettes, de gouges mais aussi de tronçonneuses, le tronc a petit à petit pris forme sous les yeux des passants. La première étape a consisté à écorcer le tronc avant de former le fond de l’embarcation (fig. 5). Cette étape est cruciale car elle détermine notamment la stabilité du bateau. Le tronc a ensuite été retourné sur lui-même pour laisser place au travail d’évidage et d’affinage de sa silhouette (fig. 6). Une fois façonnée, la pirogue ne représente plus que 10 % de la matière première initiale ! Si elle ressemble trait pour trait à l’originale, avec sa proue en ogive caractéristique, Xiphia est cependant plus courte de deux mètres. Bien que l’on ne puisse pas parler dans ce cas précis d’archéologie expérimentale, notamment à cause de l’usage d’outils contemporains, l’expérience fut riche d’enseignement (fig. 7). À présent terminée, comment allait-elle se comporter sur l’eau (fig. 8 et 9) ?

Fig. 4. Arrivée du tronc de peuplier argenté dans le jardin du musée. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

Fig. 5. Écorçage du tronc. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

Fig. 6. Évidage à l’herminette. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

Fig. 7. La pirogue monoxyle a été réalisée avec des outils modernes. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

Fig. 8. Mise à l’eau conventionnelle dans le canal de la Thielle. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

Fig. 9. À la toute première mise à l’eau, Xyphia s’est avérée être particulièrement stable. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

Fig. 10. Vue du baptême officiel de Xyphia au bord du lac de Bienne. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

La fête de la pirogue

7Une fête de la pirogue et une régate ont été organisées à l’occasion de la Journée internationale des musées le 18 mai 2014.

8L’ouverture officielle de la fête a été lancée lors de l’inauguration solennelle de la pirogue, baptisée du beau nom de Xiphia (fig. 10). En grec, xiphias signifie espadon, poisson extrêmement rapide et agile, et au long rostre caractéristique. La forme de la pirogue, avec sa proue allongée, s’identifiait particulièrement bien à l’animal marin. Agile et rapide, c’est ainsi que nous souhaitions l’embarcation… avant de découvrir son inertie lors de la régate !

9La présence d’un Gransen, bateau de pêche traditionnel de Suisse centrale venu tout droit d’Oberägeri (canton de Zoug) pour l’occasion, a permis aux nombreux intéressés de faire une balade dans le petit port jouxtant le Seeclub en compagnie d’un navigateur chevronné­(fig. 11).

10Des activités festives et familiales étaient également proposées sous forme d’ateliers de dendrochronologie et d’archéobotanique emmenés par Britta Pollmann, archéobotaniste de l’Université de Bâle. À l’issue de cette animation, les enfants pouvaient repartir avec un diplôme de chercheur en herbe !

11Les associations qui ont soutenu le projet, dont le Réseau Lac de Bienne, ont présenté leurs activités sous des pavillons individuels.

12Le spectacle majeur a eu lieu dans l’après-midi. La régate a réuni dix équipes qui se sont affrontées à bord de deux pirogues : celle du Musée et celle des Amis du Musée d’Yverdon, reconstitution d’une barque monoxyle de l’Âge du Fer portant le nom d’Amyx (fig.­12). ­Les bateaux étant de taille et de fabrication différentes, la course aurait pu sembler inégale. Toutefois, l’épreuve était organisée de telle façon que les équipes se confrontaient deux fois, obligés de maîtriser les caractères bien différents des deux embarcations.

13Dix équipes ont relevé le défi avec détermination et courage : le NMB Nouveau Musée Bienne, l’association des Amis du Musée d’Yverdon, le Cercle bernois de Préhistoire (Berner Zirkel für Ur- und Frühgeschichte), l’association Pro Petinesca, le laboratoire de conservation et restauration du Service archéologique du canton de Berne, les Rats d’eau, équipe menée par la famille Cattin, le Seeclub, le Kanuclub Biel-Magglingen, la Banque cantonale Bernoise et finalement une équipe à composition fig. 13).

Fig. 11. La présence d’un Grandsen, bateau de pêche de Suisse centrale, a permis aux nombreux visiteurs de faire un tour sur le lac. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

Fig. 12. L’équipe de la Banque cantonale bernoise sur Amyx, pirogue fabriquée par les Amis du Musée d’Yverdon et Région. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

Fig. 13. Concurrence rude entre l’équipe d’Yverdon sur Xyphia et l’équipe du Cercle bernois d’archéologie sur Amyx. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

Fig. 14. Tandis que l’équipe ArchaeoConcept n’a plus qu’à redresser Amyx… © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.

14Dans un premier temps, le public a pu assister à deux manches de cinq courses chacune, avant de suivre la petite finale, opposant les troisième et quatrième meilleures équipes, puis la grande finale départageant les deux plus rapides. Le maniement différait grandement selon l’embarcation : si Xiphia s’avérait particulièrement stable, ce n’était pas le cas d’Amyx. De dimension plus réduite et avec un important tirant d’eau, elle était difficile à diriger et prenait l’eau facilement. Durant la grande finale, elle a d’ailleurs pris tellement d’eau qu’elle a coulé, au grand dam de ses occupants, leur dérobant ainsi une victoire pourtant assurée ! (fig. 14). La dextérité et la pratique de la pagaie ont joué un rôle prépondérant dans la course ; ainsi nous avons vu gagner l’équipe du Kanuclub suivie, après la déroute malheureuse de l’équipe d’ArchaeoConcept, des « Romains » de Pro Petinesca et des archéologues du Cercle bernois de Préhistoire. La remise des prix a eu lieu dans les locaux du Seeclub en compagnie des Shanty Crew qui nous ont offert un aperçu sonore de leur répertoire de chansons de marins.

15Le beau temps et l’originalité de cette manifestation dans la baie de Bienne a attiré un public nombreux. En plus des visiteurs intéressés par la Préhistoire, de nombreuses familles qui se promenaient au bord du lac se sont arrêtées et ont également fréquenté les stands d’information situés près du Seeclub. On a pu ainsi compter entre 500 et 1000 spectateurs. Ceci démontre que des activités ludiques, empruntes de sérieux dans leur contenu et leur organisation, attirent un public important et varié pour les sciences historiques et l’archéologie en particulier.

Les heureuses conséquences

16Fort du succès rencontré tant auprès du public que des archéologues présents, il a été décidé de partager cette expérience avec les cinq autres pays concernés par l’inscription des sites palafittiques autour des Alpes au Patrimoine mondial de l’UNESCO, en élargissant la manifestation dans le temps et dans l’espace. Nous proposons ainsi un événement itinérant jusqu’en 2020 à travers la France, l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie et la Slovénie, comprenant une régate et une table ronde. Chaque pays organisateur invite à son tour les participants des autres pays, avec leurs pirogues et/ou avec leurs équipes. Cet événement cherche à créer des synergies entre les pays impliqués, mais également entre les acteurs suisses des sites palafittiques UNESCO. La première étape aura donc lieu à Bienne. La première régate internationale de pirogues préhistoriques se déroulera sur le lac de Bienne le dimanche 31 mai 2015. Elle sera suivie le lundi 1er juin de la table ronde consacrée à l’archéologie expérimentale, au NMB Nouveau Musée Bienne.

17Ainsi, un événement unique se développe en une fête aux tenants et aboutissants européens dans le cadre du Patrimoine mondial de l’UNESCO, dont Bienne et les autres communes des rives du lac doivent être fier d’appartenir.

18Nous tenons à remercier le Réseau lac de Bienne, le Seeclub, le Yachtclub Bielersee, la ville de Bienne, la Société de sauvetage lac de Bienne, la Banque cantonale bernoise et le restaurant Räblus pour leur soutien aussi bien logistique que financier !

Addenda

19La régate internationale de mai 2015 a eu un succès inespéré avec la participation de cinq pirogues (outre Amyx et Xyphia, nous avons accueilli deux pirogues du Musée de préhistoire de Zoug et une pirogue autrichienne construite au Keutschacher See) et de quatorze équipes aussi bien locales que provenant de l’étranger, soit en particulier d’Autriche et de Slovénie. La coupe itinérante, un bois flottant du lac de Bienne en forme de pirogue monoxyle, est restée en Suisse cette année, mais elle ne demande qu’à voyager… La table ronde sur la reconstruction de pirogues monoxyles a vu la participation de spécialistes suisses, français, autrichiens, slovènes, anglais et irlandais. Une publication sous forme électronique des interventions est prévue.

20Xyphia séjourne actuellement sur le lac d’Aiguebelette à l’occasion de l’exposition « Les Pieux dans l’Eau » organisé par le Musée savoisien et consacrée à la vie des hommes du Néolithique et de l’Âge du Bronze.

21C’est l’histoire d’une belle collaboration entre les pays abritant les sites palafittiques du patrimoine mondial UNESCO qui commence !

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La dendrochronologie expliquée aux visiteurs durant l’exposition « Pirogue. Préhistoire de la navigation ». © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Légende Fig. 2. Salle nord du musée avec la pirogue de Cerlier-Heidenweg. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Légende Fig. 3. Pirogue jouet. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 4. Arrivée du tronc de peuplier argenté dans le jardin du musée. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Légende Fig. 5. Écorçage du tronc. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Légende Fig. 6. Évidage à l’herminette. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Fig. 7. La pirogue monoxyle a été réalisée avec des outils modernes. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Légende Fig. 8. Mise à l’eau conventionnelle dans le canal de la Thielle. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Fig. 9. À la toute première mise à l’eau, Xyphia s’est avérée être particulièrement stable. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Fig. 10. Vue du baptême officiel de Xyphia au bord du lac de Bienne. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 903k
Légende Fig. 11. La présence d’un Grandsen, bateau de pêche de Suisse centrale, a permis aux nombreux visiteurs de faire un tour sur le lac. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 12. L’équipe de la Banque cantonale bernoise sur Amyx, pirogue fabriquée par les Amis du Musée d’Yverdon et Région. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Légende Fig. 13. Concurrence rude entre l’équipe d’Yverdon sur Xyphia et l’équipe du Cercle bernois d’archéologie sur Amyx. © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Légende Fig. 14. Tandis que l’équipe ArchaeoConcept n’a plus qu’à redresser Amyx… © NMB, photo/Foto P. Weyeneth.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4938/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 319k

Auteurs

Conservatrice du département archéologie au NMB Nouveau Musée Bienne.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search