Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Autour du lac du Bourget, à la fin de l’Âge du Bronze : matériaux pour une extension terrestre des problématiques

Jean-Michel Treffort

Résumé

En périphérie du lac du Bourget, les recherches archéologiques subaquatiques conduites durant les trois dernières décennies ont renouvelé de façon significative la documentation relative aux occupations littorales de la fin de l’Âge du Bronze (cadre chronologique, modalités d’implantation, forme de l’habitat, culture matérielle). Dans la région proche, l’habitat terrestre demeure en revanche particulièrement méconnu. Quelques sites s’inscrivant dans le même orbe chronologique et culturel y ont cependant été mis au jour. Peu nombreux, succinctement explorés, ils permettent néanmoins de lever une partie du voile sur l’occupation des territoires périphériques et, ce faisant, d’intégrer les données régionales dans un cadre de compréhension élargi. Il est ainsi possible de reformuler un certain nombre de problématiques, dont certaines pourraient constituer les axes directeurs des recherches à venir.

Texte intégral

1. L’occupation littorale du lac du Bourget

1Une trentaine de sites archéologiques, échelonnés de 3800 av. J.-C. jusqu’à l’époque actuelle et cumulant parfois plusieurs phases d’occupation, est actuellement connue dans le lac du Bourget (Billaud, Marguet, 2005, 2007) (fig. 1). Douze d’entre eux se rattachent à la fin de l’Âge du Bronze, avec une concentration remarquable à l’extrémité nord du lac (fig. 2). Leurs caractéristiques générales ayant été exposées récemment dans un article de synthèse (Billaud, 2012), on ne rappellera ici que pour mémoire, pour définir le cadre documentaire de la réflexion, les données afférentes.

2Parmi les douze sites lacustres datés de la fin de l’Âge du Bronze (seconde moitié du Bronze final), trois ne correspondent qu’à des aménagements ponctuels (pieux isolés, chemin, double alignement de pieux) et neuf sont des habitats. L’occupation commence dès la première moitié du xie s. av. J.-C., quelques dates dendrochonologiques et quelques découvertes anciennes de mobilier céramique confirmant l’existence d’installations précoces, dans le courant du Bronze final IIb. Deux groupes de dates d’abattage, respectivement calés aux alentours de-990 et-930, attestent la pérennisation de l’habitat littoral dans le courant du xe siècle. Cependant, c’est à la toute fin de ce siècle que débute la principale phase d’occupation des rives, qui se poursuit au-delà de-850 sur plusieurs grandes stations, et jusqu’aux dernières décennies du ixe siècle. pour quatre d’entre elles (ultimes dates d’abattage à-814 sur le site de Châtillon, -812 sur ceux de Conjux 1 et Le Port 3 et-805 au Saut de la Pucelle). Dans l’état actuel des données, la densification de l’occupation, dans le courant du ixe siècle, n’apparaît cependant pas comme un phénomène continu, qui verrait l’émergence de nouveaux sites en parallèle avec la pérennisation et l’éventuelle extension des villages les plus anciens (Billaud, 2012, fig. 9) (fig. 18 infra). Certaines stations occupées antérieurement sont ainsi abandonnées (Meimart), alors que d’autres sont réoccupées après une phase de désertion plus ou moins longue (Grésine Ouest, Conjux 1), et que d’autres encore s’implantent ex nihilo (Grésine Est, Les Fiollets, Châtillon, Le Port 3). Le Saut de la Pucelle est quant à lui occupé en continu, si l’on excepte une courte période dans le milieu du xe siècle ; cette quasi-pérennité de l’occupation durant au moins deux siècles et demi, ainsi que les proportions du site, traduisent probablement un statut particulier. La désertion dont il semble faire l’objet dans la période-980/-930 correspond par ailleurs à un phénomène généralisé sur le lac puisque seule la station de Meimart, envisagée par le fait comme une position de repli, reste occupée durant cette période, a priori défavorable puisqu’elle renvoie à l’un des deux épisodes de haut niveau enregistrés durant la phase régressive principale du Bronze final (Billaud, 2012, p. 355 ; Magny et alii, 2007, p. 23). Dans tous les cas, la densité de l’occupation durant le ixe siècle est patente, tout comme la concentration de sites qui marque alors l’extrémité nord du lac, où sont reconnus deux villages importants, Châtillon et Conjux 1, ainsi qu’un site « satellite » implanté à une centaine de mètres au nord de Conjux 1 (Le Port 3).

3Concernant les terroirs rattachés à ces villages (« l’arrière-pays »), les territoires auxquels ils appartiennent et la composante terrestre de l’occupation humaine, les références archéologiques sont particulièrement indigentes pour la période d’occupation des rives lacustres, soit les trois derniers siècles de l’Âge du Bronze (xie au ixe siècle av. J.-C.). Sur certaines des stations explorées, l’excellente conservation des matériaux organiques a permis d’initier un ensemble d’études spécialisées, qui documentent les pratiques agraires et les modes d’exploitation du milieu. Aux disciplines naturalistes classiques (carpo­logie, archéozoologie, dendrologie) ou moins classiques (paléoparasitologie, entomologie, mycologie) viennent s’ajouter des approches plus novatrices, comme le traçage de la miliacine, marqueur chimique du millet, dans les sédiments (Bouby, Billaud, 2001 ; Billaud, 2012, p. 358-359). Les données obtenues ou en cours d’acquisition restent cependant indirectes et ne nous renseignent en aucune manière sur les modalités spatiales de l’implantation humaine, ni sur la structuration des terroirs dans l’arrière-pays des sites littoraux.

2. En retrait du lac : une documentation clairsemée

4Les alentours du lac du Bourget sont remarquablement pauvres en sites contemporains des implantations littorales de la fin de l’Âge du Bronze, constat qui vaut d’ailleurs pour tout l’Âge du Bronze et le premier Âge du Fer. Les raisons en sont multiples : polarisation historique de la recherche régionale sur les milieux littoraux et troglodytiques, géologie et occupation du sol peu favorables au repérage des sites, peu ou pas de prospections ou surveillances de travaux attentives aux témoins de l’occupation terrestre pré-protohistorique, forte pression de l’aménagement contemporain sur les terroirs de l’arrière-pays (secteur d’Aix-les-Bains notamment), jusqu’à présent peu investis par l’archéologie préventive.

5Au registre des découvertes anciennes, on citera pour la Savoie et au plus près des sites littoraux l’abri de la Grande Barme de Savigny à La Biolle, où les fouilles du Vicomte Lepic, à la fin du xixe siècle, ont livré du mobilier dont une partie peut être rattachée à la fin du Bronze final et/ou au premier Âge du Fer (Lepic, 1873, pl. V).

Fig. 1. Localisation géographique du secteur étudié dans l’article.

Fig. 2. Le nord du lac du Bourget et les marais de Lavours et de Chautagne : localisation des stations littorales du Bronze final par rapport aux sites de hauteur du Molard Jugeant et du Molard de Lavours. DAO J.-M. Treffort.

6Près de Chambéry, le site de Saint-Saturnin à Saint-Alban-Leysse est un site de hauteur fréquenté depuis le Néolithique, qui occupe le sommet d’un petit plateau de forme triangulaire (Combier, 1976 ; Ozanne, Vital, 1999). Fouillé dans la seconde moitié du xixe siècle, au début du xxe siècle et dans les années 1960, il a livré un mobilier céramique abondant, qui renvoie pour la Protohistoire à la fin du Bronze moyen (quelques très rares indices), mais surtout au Bronze final IIIb et au Hallstatt C. Toujours à proximité de Chambéry, un autre site de hauteur, fouillé à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, est attesté à Curienne, au Mont Saint-Michel ; certains tessons, au sein du mobilier alors récolté, sont attribuables au Bronze final IIIb et témoigneraient d’une occupation unique (Ozanne, 2004 ; Ozanne, Vital, 1999). Si l’on excepte quelques objets isolés ainsi que le dépôt de Drumettaz-Clarafond, daté de l’étape moyenne du Bronze final, il s’agit là à peu près de l’essentiel des données anciennes. Dans les dernières décennies, le secteur a par ailleurs été peu concerné par les opérations d’archéologie préventive. Le dépouillement du Bulletin scientifique régional du Service régional de l’archéologie de Rhône-Alpes, depuis sa création en 1991 jusqu’au dernier exemplaire paru (année 2011), permet d’ajouter trois références dont deux sites ayant fait l’objet d’une fouille :

  • Chambéry - Place du Palais-de-Justice, où des témoins d’occupation peu structurés du Hallstatt C ont été fouillés sur une ancienne berge de la Leysse en voie d’atterrissement (Rey et alii, 2000) ;

  • La Ravoire - Bas Mollard/ZAC de l’Échaud, où un diagnostic archéologique conduit en 2000 a donné lieu l’année suivante à la fouille de vestiges associés à un habitat structuré du Bronze final IIb (Ozanne, 2004) ;

  • Chindrieux - Route du Sapenay, où quelques témoins rattachés à un Âge du Bronze indéterminé ont été mis au jour lors d’un autre diagnostic (Martin, 2006).

7La situation est sensiblement la même dans l’Ain, où la documentation ancienne demeure rare et peu précise. Quelques découvertes récentes, effectuées dans les vingt dernières années, apportent cependant des données inédites pour la toute fin du Bronze final.

8En ce qui concerne les découvertes anciennes, la commune de Culoz se distingue par quatre références différentes, qui contrastent avec le vide environnant : deux haches en bronze de typologie Bronze final III, découvertes en 1912 lors de l’exploitation d’une carrière située sur le flanc est du Molard Jugeant (Dubiez, 1935), « toute une série d’ossements humains disparates et les tessons très fragmentés d’une céramique qui rappelle celle de la fin de l’Âge du Bronze » dans une cavité sous bloc du chaos de Milvendre (Combier, 1962), quelques petits tessons attribuables à la fin du Bronze final ou au premier Âge du Fer dans l’abri de Sous Balme, sur le flanc sud du Molard Jugeant (Vilain, 1966), et du mobilier céramique Bronze ancien sur le plateau Margeot (Vilain et alii, 1992, pl. 2). Les communes alentour, en périphérie de la Chautagne et du Marais de Lavours, restent non documentées. En s’éloignant quelque peu de la zone considérée, différents sites, quasi exclusivement cantonnés au milieu troglodytique, sont occupés à l’Âge du Bronze ou au premier Âge du Fer. Pour les plus proches et les plus importants d’entre eux, citons :

  • l’abri du lac de Bart à Massignieu-de-Rives, où un niveau « avec céramique du Bronze final, ossements et graines nombreuses » a été observé (Combier, 1980 et 1982) ; à noter également la découverte, en 1854, d’une hache et d’une faucille en bronze au Rocher de Corbière, sur la même commune (Buisson, 1990, p. 46) ;

  • la grotte de l’Abbaye à Chazey-Bons, qui a livré lors des fouilles conduites dans les années 1990 et 2000 les témoins d’une fréquentation discrète au Bronze ancien et moyen, au Bronze final IIb-IIIa et au premier Âge du Fer (J.-F. Buard, comm. pers.) ;

  • la grotte des Fées à Virieu-le-Grand, où du mobilier céramique du Bronze final IIb et du Hallstatt C/D1 a été anciennement mis au jour (Treffort, 2013) ;

  • les nombreuses cavités du défilé de Pierre-Châtel, sur les communes de Virignin (Ain) et de La Balme (Savoie), où à peu près toutes les étapes de l’Âge du Bronze sont représentées (Treffort, 1994, p. 42-43 ; Ballet, 1978 ; Nicod et alii, 1998).

9Des données plus récentes proviennent de deux sites localisés en périphérie du Marais de Lavours, le Molard Jugeant (Culoz) et l’abri du Molard (Lavours). Très spécifiques par leur fonction et livrant des données fiables à défaut d’être exhaustives, ils permettent de renouveler les problématiques régionales pour la fin de l’Âge du Bronze, tout en pointant l’intérêt archéologique du secteur.

3. Des données nouvelles : le secteur du marais de Lavours

10Le secteur du marais de Lavours, entre l’extrémité nord du lac du Bourget et la montagne du Grand Colombier, avait déjà livré anciennement quelques indices d’occupation, concentrés sur la commune de Culoz et détaillés supra. Son intérêt a été confirmé récemment par la mise en évidence d’une importante occupation protohistorique au lieu-dit le Molard Jugeant, sur la même commune.

Fig. 3. Topographie du Molard Jugeant dans son contexte local. Les zones grisées figurent les secteurs sondés en 2003 et en 2006. Dessin J.-M. Treffort, DAO Gh. Macabéo.

3.1. Le Molard Jugeant : un site de hauteur fortifié

11Le territoire de la commune de Culoz, localisé en rive droite du Rhône, est partagé entre la montagne du Grand Colombier, au nord, et le marais de Lavours, au sud (fig. 2). Entre ces deux entités subsiste une étroite bande de terrain, emplacement privilégié de l’implantation humaine à toutes les époques, où se situe la ville actuelle. À l’ouest du centre urbain, cette bande de terrain est barrée par une éminence calcaire ne ménageant qu’un étroit passage, petit col actuellement emprunté par la route départementale 904, entre piémont et marais : c’est le Molard Jugeant, qui contrôle ainsi l’axe de communication le plus direct entre le débouché oriental de la cluse des Hôpitaux et la Chautagne (fig. 3).

12Le sommet de cette éminence, presque totalement entouré de falaises, forme un plateau d’une quinzaine d’hectares, à la topographie irrégulière, dont l’intérêt archéologique est reconnu depuis le milieu du xixe siècle (fig. 4). En 1852, des travaux de mise en valeur agricole y révèlent en effet de nombreux vestiges rapportés à la période antique, dont un pilier-colonne monumental servant de base à une statue et portant une inscription votive au dieu Mars Segomon Dunati (Sirand, 1854). En 1912, deux haches en bronze de typologie Bronze final III, constituant probablement tout ou partie d’un petit dépôt, sont découvertes lors de l’exploitation d’une carrière sur le flanc est du Molard (Dubiez, 1935). À la fin des années 1930, l’importance de l’occupation protohistorique est pressentie par Eugène Dubois ; l’existence d’un oppidum est même évoquée, sans toutefois être démontrée (Dubois, 1940, p. 93). Dans les années 1960, le site mésolithique de Sous Balme, abri de pied de falaise situé sur le flanc sud du Molard, livre dans ses niveaux supérieurs quelques petits tessons attribuables au Bronze final ou au premier Âge du Fer (Vilain, 1966, pl. 8). En 1976, Eugène Borelli signale la découverte de fragments de tuile antique et de « grosses poteries » (en fait des fragments d’amphore) dans un tas d’épierrement localisé à l’ouest du Molard (Borelli in Dufournet, 1976). Enfin, en 2001, une vérification de terrain et l’observation d’une coupe dans un sondage géotechnique mettent en évidence des témoins d’occupation rattachés au Bronze final IIIb et au second Âge du Fer (Treffort, 2002).

13Les observations de 2001 ont conduit le Service régional de l’archéologie de Rhône-Alpes à prescrire deux opérations de diagnostic archéologique successives dans la partie ouest du plateau, alors concernée par un projet de lotissement aujourd’hui abandonné (fig. 4). La première d’entre elles, conduite en 2003 sur une surface d’environ un hectare, à l’emplacement de la première tranche du projet, a confirmé l’importance de l’occupation ancienne dans la combe nord-ouest (Treffort, 2004). Quarante tranchées, réalisées à l’aide d’une pelle mécanique, ont révélé l’existence d’un site stratifié de grande ampleur, caractérisé par les vestiges bien conservés de trois phases d’occupation majeures :

  • un vaste habitat du Bronze final IIIb, occupant la totalité de la surface sondée et protégé par un rempart (site de hauteur fortifié) ;

  • une importante occupation de La Tène finale, également reconnue sur la totalité de l’emprise et incluse dans un système défensif manifestement conçu à l’échelle du plateau tout entier (oppidum) ;

  • une implantation antique du Bas-Empire, définie par un regroupement de bâtiments à l’histoire complexe, dans un possible contexte de sanctuaire.

Fig. 4. Topographie détaillée du sommet du Molard jugeant, avec localisation des sondages de 2003 et 2006 et des observations antérieures. Fond de plan D. Allamanno (géomètre-expert DPLG, Culoz), levé des sondages S. Couteau, synthèse et DAO J.-M. Treffort.

Fig. 5. Localisation des témoins d’occupation du Bronze final IIIb dans la partie ouest du Molard Jugeant (les sondages positifs sont figurés en noir). R1 : segment de rempart Bronze final attesté. R2 : possible segment de rempart Bronze final. Fond de plan D. Allamanno, levé des sondages S. Couteau, synthèse et DAO J.-M. Treffort.

14Quinze sondages supplémentaires, réalisés en 2006 au sud de la zone évaluée précédemment, ont révélé l’extension des vestiges du Bronze final et de La Tène dans ce secteur (Thévenin et alii, 2006).

15Compte tenu de la topographie du lieu et de son caractère défensif, il est probable que l’occupation ne se limite pas aux seules parcelles sondées et que le site doit entier, du moins pour ce qui concerne les occupations protohistoriques.

  • 1 Je remercie E. Thévenin et P. Jacquet, qui m’ont donné toute latitude pour reprendre l’étude du mob (...)

16L’historique des recherches, l’analyse de la documentation ancienne et les caractéristiques générales du site ayant déjà été exposés en détail (Treffort, 2012), on ne résumera ici que les données rattachées à l’implantation du Bronze final IIIb. Les vestiges observés suggèrent une occupation dense à l’ouest du plateau, avec des sols et une couche archéologique parfaitement conservés sur au moins la moitié de la surface sondée (fig. 5). Différents aménagements, sols empierrés, témoins architecturaux (trous de poteau, empierrements constituant vraisemblablement des radiers de fondation) et restes de structures foyères, ainsi que d’importantes zones d’épandage de mobilier céramique, renvoient à un habitat pérenne et bien structuré. Au nord de la première parcelle sondée, en limite d’emprise, l’agrandissement du sondage géotechnique observé en 2001 (tranchée 34) et la rectification de sa coupe ont permis d’identifier un rempart de pierre sèche, partiellement démantelé et recouvert par d’importants niveaux de colluvionnement (fig. 5, R1 ; fig. 6 et 7). Au sud-ouest de la zone sondée en 2003 mais en dehors de l’emprise, une trouée ouverte vers l’ouest est barrée par un empierrement qui présente un important glacis extérieur. Cet ouvrage (fig. 5, R2) correspond selon toute vraisemblance à un second segment de fortification, non daté pour l’instant, probablement présent au second Âge du Fer mais dont la mise en place pourrait remonter à la fin de l’Âge du Bronze. L’existence d’un habitat dense et structuré, occupant au minimum la partie ouest du plateau et inscrit dans les limites d’un ouvrage défensif, est ainsi acquise. La céramique associée, bien échantillonnée lors du diagnostic conduit en 2006 (fig. 8 à 10)1, renvoie à un faciès Bronze final IIIb bien caractérisé. Totalement dégagé des influences RSFO, celui-ci est également dépourvu de tout élément pouvant indiquer une perduration de l’occupation dans la première moitié du viiie siècle av. J.-C., tels ceux qui définissent la composante évoluée du corpus des Chaudannes à Aime (Savoie) (cf. fig. 20 à 22 et infra). Il renvoie donc à une occupation centrée sur le ixe siècle, époque particulièrement bien documentée dans la région pour la céramique grâce aux ensembles issus des stations littorales du lac du Bourget (cf. notamment Chindrieux - Châtillon : Billaud et alii, 1992) et aux séries du Pré de la Cour à Montagnieu et des Barlières à Serrières-de-Briord (Ain ; Vital dir., 1993 ; Thiériot, 2000). Le corpus de Culoz en partage le fonds commun typologique, sans grande originalité toutefois dans ses composantes propres : coupes coniques à bord simple (fig. 8, nos 1-8, 10), parfois décorées intérieurement de cannelures étroites ou de filets incisés (fig. 8, nos 12-14), coupe à profil discontinu (fig. 8, no 9), jatte carénée (fig. 8, no 15), gobelet cannelé en bulbe d’oignon (fig. 9, no 6), jarres à panse arrondie, épaule cannelée et rebord éversé (fig. 9, nos 1-3, 7, 8, 9, 17), pots et jarres à rebord éversé et décor de ligne d’impressions ou de cordon impressionné à la jonction panse-rebord (fig. 8, nos 16-29 ; fig. 10), décor de ligne d’ocelles (fig. 9, nos 10-11) et peinture rouge (fig. 8, no 11).

Fig. 6. Nord-ouest du Molard jugeant, relevé de la coupe ouest du sondage géotechnique et de l’extrémité nord du sondage 34 (cf. fig. 4). Relevé M. Treffort, DAO Gh. Macabéo et J.-M.Treffort.

Fig. 7. Nord-ouest du Molard jugeant, détail de la coupe ouest du sondage géotechnique : les vestiges très arasés du rempart du Bronze final IIIb. Cliché J.-M.Treffort.

Fig. 8. Le mobilier céramique Bronze final IIIb mis au jour lors des sondages de 2006 dans la partie sud-ouest du Molard Jugeant (planche 1/3). Le tesson no 11 est peint en rouge. Dessin J.-M.Treffort.

Fig. 9. Le mobilier céramique Bronze final IIIb mis au jour lors des sondages de 2006 dans la partie sud-ouest du Molard Jugeant (planche 2/3). Dessin J.-M.Treffort.

Fig. 10. Le mobilier céramique Bronze final IIIb mis au jour lors des sondages de 2006 dans la partie sud-ouest du Molard Jugeant (planche 3/3). Dessin J.-M.Treffort.

17Quelle que puisse être leur signification, les haches en bronze découvertes à l’est du Molard (fig. 11), qui renvoient vraisemblablement à un dépôt, sont à rattacher à la même période.

18À la lumière des données actuellement disponibles, l’occupation Bronze final IIIb du Molard Jugeant se définit donc par les caractères suivants :

  1. Il s’agit d’une implantation ex nihilo, du moins sur la surface sondée, c’est-à-dire dans toute la partie ouest du plateau.

  2. Structures et mobiliers mis au jour attestent pour le Bronze final une implantation non anecdotique. Il s’agit d’un habitat étendu, occupant au minimum la quasitotalité de la partie ouest du plateau.

  3. La zone occupée est protégée par un rempart, dont la construction est contemporaine de l’habitat. La position du segment visible en coupe et différentes observations permettent d’imaginer un développement initial sur toute la périphérie du plateau, ce qui représente une surface enclose de plus de dix hectares.

  4. La typologie du mobilier céramique indique une occupation centrée sur le Bronze final IIIb classique (fin xe - ixe siècle av. J.-C.), sans archaïsme ni caractère particulièrement évolué, soit sur la durée de deux à trois générations, quatre au maximum.

  5. L’occupation s’interrompt à la fin du Bronze final IIIb voire un peu avant, c’est-à-dire avant la fin du ixe siècle. Aucun indice ne témoigne d’une pérennisation de l’habitat durant le premier Âge du Fer, ni sur la surface sondée, ni en périphérie du Molard (découvertes anciennes). La réoccupation du site n’intervient qu’à La Tène finale, après une phase d’abandon d’au moins six siècles, marquée ponctuellement par d’importants dépôts de colluvions.

Fig. 11. Les deux haches mises au jour en 1912 à l’est du Molard Jugeant (d’après Dubiez, 1935).

3.2. L’abri du Molard à Lavours : pétroglyphes et céramique de la transition Bronze - Fer

19À quatre kilomètres au sud du Molard Jugeant, au milieu du marais, le Molard de Lavours est une petite éminence calcaire isolée, de forme allongée, dont le sommet a connu une occupation protohistorique de datation encore indéterminée, révélée par des prospections au sol (Treffort, 2002) (fig. 2). Au pied de son lanc­nord, ­unabri sous roche de faible extension, offrant une surface abritée de quelques mètres carrés seulement, s’ouvre à cinq mètres environ au-dessus du niveau moyen du marais (fig. 12). Son intérêt archéologique tient à l’existence d’une vaste composition gravée, essentiellement localisée sur une surface verticale d’environ deux mètres carrés. Suite à sa découverte en 1989, le site a fait l’objet de trois campagnes de fouilles sous la direction de Robert Vilain, entre 1990 et 1992 (Vilain et alii, 2012). Le sol de l’abri et une petite surface située en avant y ont révélé l’existence d’un niveau de fréquentation antique, superposé à des couches que le mobilier céramique permet d’attribuer à l’extrême fin du Bronze final et/ou au début du premier. Âge du Fer (fin ixe-viiie siècle av. J.-C.). À la base des niveaux protohistoriques, un foyer à pierres chauffées en fosse a été mis en évidence. La fouille ayant été interrompue après la campagne de 1992, il n’a pas été fouillé.

20La céramique forme un corpus assez restreint, le nombre minimal d’individus ne dépassant guère une vingtaine de vases (fig. 13 et 14). Un premier groupe typologique renvoie sans ambiguïté au Bronze final IIIb. Pour les formes non segmentées, on peut lui rattacher une grande coupe à lèvre plate et léger biseau interne (fig. 13, no 2), une coupe à lèvre plate et profil légèrement segmenté (fig. 13, no 3), ainsi vraisemblablement que plusieurs rebords (par exemple, fig. 13, no 9). Deux jattes cannelées (fig. 13, nos 5 et 8), un gros pot à rebord éversé et décor de ligne d’impressions à la jonction panse-rebord (fig. 14, no 1) et un fragment de pot à cordon impressionné (fig. 14, no 4) peuvent également être associés à cet ensemble. Tous trouvent des comparaisons très précises dans le répertoire régional du Bronze final IIIb, notamment sur les sites déjà évoqués des Barlières à Serrières-de-Briord, du Pré de la Cour à Montagnieu ou dans les ensembles palaittiques du lac du Bourget, comme Chindrieux - Châtillon ou Tresserve - Le Saut de la Pucelle (Savoie ; Thiériot, 2000 ; Vital dir., 1993 ; Billaud et alii, 1992 ; Billaud, Treffort, 2004), voire sur le Molard Jugeant de Culoz (ig. 8 à 10).

Fig. 12. Vue de l’abri du Molard de Lavours après le nettoyage préalable à son relevé numérique par scanner laser 3D (septembre 2011). Cliché J.-M.Treffort.

Fig. 13. Le mobilier céramique Bronze final IIIb et/ou Hallstatt C de l’abri du Molard de Lavours (planche 1/2). Dessin J.-M.Treffort.

Fig. 14. Le mobilier céramique Bronze final IIIb et/ou Hallstatt C de l’abri du Molard de Lavours (planche 2/2). Dessin J.-M.Treffort.

21Un second groupe, de typologie plus évoluée, peut être défini. Il rassemble différentes formes, que leur profil général ou certains détails morphologiques permettent d’attribuer au début du premier Âge du Fer. Un pot ou jatte profonde inornée à lèvre arrondie (fig. 13, no 14), un pot à panse arrondie et profil sinueux, dont le décor combine deux cannelures assez larges et une ligne d’impressions (fig. 13, no 13), une coupe profonde à bord redressé (fig. 13, no 7) et un pot à profil sinueux, lèvre épaissie impressionnée et ligne d’impressions sur l’épaule (fig. 14, no 2) sont ainsi totalement absents du vaisselier Bronzeinal IIIb, mais trouvent en revanche de bons parallèles sur différents sites du Hallstatt C régional. Citons entre autres Les Perches à Saint-Priest (Rhône : Hénon dir., 1997), Les Grandes Croix à Beynost (Ain : Visseyrias, 1998), Le Pré de la Cour à Montagnieu (Ain : Vital dir., 1993) ou les Chaudannes à Aime (Savoie : Chemin, 2010 ; cf. fig. 20 à 22), qui représentent différents faciès et stades évolutifs. Un petit gobelet cannelé, à première vue banal (fig. 14, no 6), pourrait également être rattaché préférentiellement au Hallstatt C par ses proportions générales et par la morphologie de son rebord éversé ; s’il ne trouve pas de parallèle précis parmi les multiples vases de ce type mis au jour sur les sites régionaux de la fin du Bronze final, il est en revanche directement comparable à un exemplaire de Beynost (Visseyrias, 1998, pl. 1, no 93). On notera que tous ces récipients présentent des lèvres arrondies ou arrondies/amincies, particularité qui marque bien leur caractère évolué, et que l’on retrouve également sur plusieurs coupes à profil simple (fig. 13, nos 1, 4, 7). A priori ubiquistes et de faible valeur chronologique, ces dernières, lorsqu’elles possèdent des lèvres arrondies, sont peu présentes à la fin du Bronze final, période durant laquelle les lèvres sont bien individualisées, souvent aplaties ou biseautées. On peut donc proposer ici leur attribution au Hallstatt C.

22Il est donc possible de distinguer deux groupes typologiques, rattachables au Bronze final IIIb et au Hallstatt C. Cependant, ces deux groupes ne renvoient pas nécessairement à deux ensembles chronologiques différents ; en effet, il est maintenant établi que les faciès régionaux du tout début du Hallstatt C, postérieurement à la fin du xie siècle av. J.-C., se caractérisent par l’association d’éléments fortement ancrés dans la tradition du Bronze final IIIb et de caractères typologiques nouveaux (Thiériot, Treffort, 2009). Dans ces ensembles, une proportion parfois assez importante du vaisselier est directement assimilable à celui du Bronze final IIIb. Ainsi, à Lavours, il semble pour l’instant difficile de déterminer si la fréquentation de l’abri commence au Bronze final IIIb et se poursuit au Hallstatt C, ou si elle commence au début du Hallstatt C (première moitié ou milieu du viiie siècle av. J.-C.), dans une phase encore très marquée par l’héritage typologique du Bronze final IIIb. Les éléments d’affinité Bronze final IIIb de l’abri se retrouvent en effet tous, à quelques détails près, sur les sites régionaux du tout début du premier Âge du Fer. Par l’ensemble de ses caractéristiques, la jatte no 8 de la figure 13 évoque davantage le Bronze final IIIb. Cependant, une forme assez proche se retrouve plusieurs fois sur le site des Perches à Saint-Priest, l’un des exemplaires combinant deux cannelures moyennes sous la carène avec des impressions fines ou guillochis (Hénon, 1997, p. 203, no 1 ; p. 204, no 14). Par ailleurs, une jatte de proportions identiques, décorée de deux cannelures moyennes sous la carène, se retrouve entre autres à Beynost - les Grandes Croix (Visseyrias, 1998, pl. XL, no 402), dans un ensemble renvoyant à une étape déjà un peu évoluée dans le Hallstatt C ; la seule différence avec l’exemplaire de Lavours réside dans son rebord aminci arrondi, et dans la simplification du décor (absence de guillochis et de filets incisés). Compte tenu de notre méconnaissance des faciès directement postérieurs au Bronze final IIIb dans le secteur du Bourget, il reste donc délicat de se prononcer avec certitude sur l’attribution chronologique fine de ce vase.

  • 2 Ly-5663 : 2300 ± 100 BP (intervalle calibré de 509 à 203 BC à 1 sigma et de 755 à 112 BC à 2 sigma) (...)

23Bien que l’on ne connaisse pas la relation entre les matériaux datés et la position stratigraphique des éléments typologiques représentatifs, on notera que les résultats de deux datages radiocarbone, effectués sur des charbons de bois issus du niveau protohistorique de l’abri, indiquent sans ambiguïté le premier Âge du Fer, dans une phase vraisemblablement postérieure à 750 av. J.-C.2 (Vilain et alii, 2012, p. 78).

Fig. 15. L’abri du Molard de Lavours : vue de la partie centrale du panneau gravé. Cliché R. Vilain.

24Les éléments structurants de la composition gravée (fig. 15), qui forment un réseau organisé et globalement orthogonal, sont essentiellement des représentations quadrangulaires à ponctuations internes, des réticulés et des scalariformes, ainsi que des groupes de ponctuations. Malgré des différences notables, qui portent sur la nature du support (calcaire), les techniques utilisées (gravure) et les dimensions relativement modestes du panneau, ils se rattachent à une tradition alpine qui trouve son expression la plus aboutie dans les figurations dites « topographiques » du Valcamonica (Lombardie, Italie), mais également, plus près de nous, de la Savoie ou du Piémont italien. Si la référence qui s’impose en premier lieu est bien sûr la célèbre mappa de Bedolina (Capo di Ponte), abondamment publiée depuis les travaux précurseurs d’Emmanuel Anati, de multiples comparaisons peuvent être trouvées. À Capo di Ponte même, citons le nouvel ensemble mis au jour récemment à quelques dizaines de mètres de la mappa, sur le petit replat qui la domine (« nuova roccia di Bedolina » : cf. par exemple Arcà, 2009, p. 89), ou différents rochers du Pià d’Ort, notamment celui du locus Le Crus, roche 39A (Sansoni, Gavaldo, 1995), mais également certaines figurations d’Aussois - Les Lozes, en Maurienne (Ballet, Raffaelli, 1990 ; Ballet, 2010) ou du Valcenischia, en Piémont italien (Arcà, 2009, p. 85). Au Valcamonica comme en Maurienne, ce type de figuration est daté dans une fourchette centrée sur le premier Âge du Fer.

25Il reste délicat de se prononcer sur la fonction de l’abri et sur la signification des gravures, dont la datation demeure conjecturale même si les données dont nous disposons convergent pour une attribution à l’extrême fin du Bronze final et/ou au début du premier Âge du Fer. Si l’on admet une datation circa 800 av. J.-C., dans le contexte régional et eu égard à sa position particulière, centrale par rapport aux pôles de peuplement actuellement identifiés pour le Bronze final IIIb, l’abri du Molard pourrait avoir été investi d’une importante valeur symbolique, qui justifierait sa fréquentation durant cette période charnière.

  • 3 Étude J.-M. Treffort ; relevé effectué par E. Varrel et Y. Robin (3D scan map).

26L’élaboration d’un relevé extrêmement détaillé de la zone gravée, sur la base d’un enregistrement numérique par laser 3D inframillimétrique3, est actuellement en cours. Elle en permettra la présentation documentaire exhaustive, assortie d’une analyse qui, si elle ne semble guère susceptible de livrer des éléments très novateurs en termes d’interprétation, permettra sans doute de préciser la datation de l’ensemble, tout en générant une documentation propre à permettre sa mise en perspective avec le référentiel externe.

4. L’arrière-pays des villages littoraux et au-delà : éléments de réflexion

4.1. Le Molard Jugeant : quel statut dans le contexte régional de la fin du Bronze final ?

27Si l’on considère le site sans prendre en compte son contexte, et notamment sa localisation à six kilomètres seulement à vol d’oiseau des grands villages Bronze final IIIb de l’extrémité nord du lac du Bourget, les caractères qui le définissent (vaste habitat du Bronze final IIIb, implanté ex nihilo dans un contexte topographique naturellement défensif, protégé par un rempart définissant une surface enclose de plusieurs hectares et sans pérennisation de l’occupation au Hallstatt C) renvoient à de nombreux parallèles. En se cantonnant à la France de l’Est, on évoquera notamment :

  • Soyons (Ardèche) - Le Malpas : occupation du Bronze final IIIb sur la totalité du plateau, rempart non attesté avec certitude mais probable, pas d’implantation antérieure durant l’Âge du Bronze, désertion du site après la fin du ixe s. et jusqu’au Hallstatt final (Dutreuil, 2013).

  • Vix (Côte-d’Or) - le plateau Saint-Marcel : vaste occupation du Bronze final IIIb (seconde moitié du ixe s.) sur les 5,4 ha de la partie sommitale du plateau. Rempart à double caisson en bois, nécropole monumentale à tumulus associée dans la plaine, pas d’occupation antérieure durant l’Âge du Bronze, pas de réoccupation avant le Hallstatt final (2ème moitié du vie s. - début ve s.) (Chaume, Mordant dir., 2011).

  • Leutenheim (Bas-Rhin) - le Hexenberg : implantation ex nihilo au Bronze final IIIb, sur une butte-témoin de 6 ha environ défendue par un système de fortification palissadé. Vestiges présents dans toutes les fenêtres de fouille et donnant l’image d’une occupation dense, occupant la majeure partie de la surface enclose. Abandon du site après le Bronze final (Adam, Lasserre, 2001 ; Lasserre et alii, 2011).

28D’autres sites présentent la même convergence de caractères, à la différence près que l’occupation du Bronze final IIIb succède à des implantations antérieures, et qu’elle se pérennise parfois au début du premier Âge du Fer :

  • Hières-sur-Amby (Isère) - Larina : très importante occupation du Bronze final IIIb, succédant à une implantation beaucoup plus modeste des étapes moyenne et ancienne du Bronze final. Quelques témoins isolés attribuables au premier Âge du Fer et au début du second, trop peu nombreux pour attester une réelle continuité de l’occupation durant cette période. Importante réoccupation à La Tène finale. Rempart non daté, mais probablement déjà présent à la fin du Bronze final, définissant une surface enclose de plusieurs hectares (Pelatan, 1986 ; Perrin, 1990 ; Froquet, 1994).

  • Corent (Puy-de-Dôme) : témoins d’occupation pour la plus grande partie de l’Âge du Bronze, mais installation très importante, se développant a minima sur plusieurs hectares, au Bronze final III et notamment IIIb. Une désaffection du site est ensuite constatée, jusqu’à sa réoccupation durant l’étape moyenne du premier Âge du Fer (vers 600 av. J.-C.) puis, après un nouvel abandon, le site est à nouveau densément occupé à la fin du second siècle (Poux et alii, 2012).

  • Saxon-Sion (Meurthe-et-Moselle) - la Côte de Sion : éperon triangulaire de six hectares, défendu par un rempart dont la construction remonte à l’extrême fin de l’Âge du Bronze ou au tout début de l’Âge du Fer. Premiers témoins d’implantation permanente au Bronze moyen/Bronze final I, mais expansion spectaculaire de l’occupation au Bronze final IIIa, pérennisée au Bronze final IIIb puis au premier et au second Âge du Fer (Legendre, Olivier, 2003).

  • Wintzenheim (Haut-Rhin) - le Hohlandsberg : fréquentation pérenne entre le Bronze moyen et la fin du Bronze final, dans l’espace interne d’une vaste enceinte (4 à 5 hectares). Densité de vestiges particulièrement importante pour l’étape moyenne du Bronze final, moins marquée pour le Bronze final IIIb. Abandon quasi total du site ensuite, si l’on excepte quelques rares témoins du début du premier Âge du Fer (Bonnet, 1973, 1974 ; Bonnet et alii, 1985).

29Les caractères qui définissent l’occupation Bronze final IIIb du Molard Jugeant ne constituent donc pas, loin s’en faut, un cas isolé. Les sites évoqués supra, qui sont les plus importants actuellement connus dans l’est de la France, présentent également des caractéristiques communes du point de vue de leur localisation géographique : la plupart d’entre eux, en effet, sont localisés à proximité immédiate d’un cours d’eau majeur, en position de contrôle sur l’axe de circulation formé par sa vallée alluviale : c’est le Rhône pour Soyons, Larina ou le Molard Jugeant, l’Allier pour Corent, la Seine pour Vix ou le Rhin pour le Hexenberg. Les autres, en retrait des grands axes fluviaux, occupent également des positions stratégiques ou de contrôle évidentes : débouché de la vallée de Munster pour le Hohlandsberg, point le plus haut des plateaux lorrains à Saxon-Sion. À côté de ces implantations majeures, de nombreux sites de hauteur, de taille, de typologie et de localisation variées, sont également occupés ou réoccupés à la fin du Bronze final. L’augmentation des fréquences d’occupation des sites de hauteur durant le Bronze final, avec un pic pour le Bronze final IIIb, est ainsi très nette sur le versant oriental du Massif Central (Ardèche, Loire, Rhône) (Durand, 2009 ; présentation de F. Delrieu à la première journée d’étude du PCR « L’habitat fortifié à l’Âge du Bronze et au premier Âge du Fer sur le versant oriental du Massif central », Roanne, 6 décembre 2013). La situation est la même pour la basse Auvergne (Milcent, Mennessier-Jouannet, 2007). En Franche-Comté, une rupture dans l’occupation des sites de hauteur est nettement perceptible à la fin du Bronze final I ; peu investis durant l’étape moyenne du Bronze final, ils ne sont réoccupés qu’à la fin de cette période et au début du premier Âge du Fer, selon des modalités qui restent à préciser (Pétrequin, 1988 ; Piningre, 2012). La situation pourrait être comparable dans le Bugey (Jura méridional, département de l’Ain) où, malgré la faiblesse et la dispersion des données, quatre sites de hauteur peuvent être datés du Bronze final IIIb, seule phase attestée de fait avec certitude pour l’Âge du Bronze sur ce type de site (Treffort, 2002). Outre le Molard Jugeant, on note ainsi la présence de mobilier du Bronze final IIIb sur le Replat d’Arelas à Bénonces, sommet de plateau défendu par un rempart (Treffort, 2005), mais également sur les sites de hauteur au statut moins bien défini de Collejard à Saint-Martin-du-Frêne (Lalaï, Mazuy, 1996) et du Plan à Ambérieu-en-Bugey (Treffort, 2009). Quelques autres sites, comme Le Rocher du Château de Thoire (Matafelon-Granges) ou celui qui porte la chartreuse-forteresse de Pierre-Châtel (Virignin), présentent un certain nombre d’indices qui rendent leur occupation, à cette époque-là, possible sinon probable (fig. 16). Ce pourrait être également le cas du Molard de Lavours. Faute d’une exploration minimale par sondage, la chronologie de leur occupation ne peut cependant être précisée. Dans le département de l’Isère, également en bordure du Rhône et à proximité de la zone d’étude, l’éperon de Saint-Alban, sur la commune de Creys-Mépieu, a livré les témoins d’une occupation dense et pérenne au moins depuis le Bronze final IIIa jusqu’au début du premier Âge du Fer (Guillet et alii, 1999). Côté Savoie, on note aussi, à proximité du lac, l’existence de deux sites de hauteur fréquentés au Bronze final IIIb (Saint-Saturnin à Saint-Alban-Leysse, occupé également au Hallstatt C, et le Mont Saint-Michel à Curienne). Plus loin dans les vallées alpines, le Mont Galgan, à Hautecour, présente une stratigraphie où plusieurs niveaux du premier Âge du Fer se superposent à une occupation du Bronze final IIIb (Ozanne, 2007), alors que la colline de Saint-Sigismond, à Aime, aurait livré des éléments céramiques du Bronze final IIIb (Ozanne, Vital, 1999). À Musièges, en Haute-Savoie, le site du Mont est occupé au Bronze moyen III/Bronze final I, puis plus tard au Bronze final IIIb (Oberkampf, 1997, p. 167).

Fig. 16. Le Molard Jugeant et les sites de hauteur occupés entre le Bronze final IIb et le Hallstatt C dans la région. DAO J.-M. Treffort. 1 à 12 : sites de hauteur occupés au Bronze final et/ou au Hallstatt C. 1. Culoz « Molard Jugeant » ; 2. Saint-Alban-Leysse « Saint-Saturnin » ; 3. Curienne « Mont Saint-Michel » ; 4. Hautecour « Mont Galgan » ; 5. Aime « Saint-Sigismond » ; 6. Bourg-Saint-Maurice « Le Châtelard » ; 7. Creys-Mépieu « Saint-Alban » ; 8. Hières-sur-Amby « Larina » ; 9. Bénonces « Le Replat d’Arelas » ; 10. Ambérieu-en-Bugey « Le Plan » ; 11. Saint-Martin-du-Frêne « Collejard » ; 12. Musièges « Le Mont ». 13 et 14. Sites de hauteur possiblement occupés au Bronze final et/ou au Hallstatt C. 13. Matafelon-Granges « Rocher de Thoire » ; 14. Virignin « Pierre-Châtel ». A à D : Tumulus avec tombe(s) à épée du Bronze final IIIb ou du Hallstatt C. A. Saint-Romain-de-Jalionas. B. Château-Gaillard. C. Brégnier-Cordon. D. Talloires. Les cercles en trait continu ont un rayon de 5 km, ceux en pointillés un rayon de 10 km.

Fig. 17. Les tendances régionales de l’occupation des sites de hauteur entre la phase moyenne du Bronze final et le Hallstatt C (pour les numéros des sites, voir figure 16). DAO J.-M.Treffort.

  • 4 Dans l’attente de données plus précises sur les usages et les statuts de ces sites, au moins pour c (...)

30Cet investissement massif des sites de hauteur, à la toute fin de l’Âge du Bronze, constitue donc un phénomène clairement perceptible à l’échelle régionale (fig. 16 et 17). Il peut être mis en relation avec un accroissement général du nombre de sites, qui atteste une densification du peuplement liée à une croissance démographique exceptionnelle (Pétrequin, Weller, 2007), mais apparaît également comme la conséquence vraisemblable d’une montée subséquente des tensions entre les communautés. Il répond ainsi, au moins partiellement, à des préoccupations d’ordre sécuritaire4. En Franche-Comté, mais aussi dans les Alpes françaises du Nord ou le nord de la moyenne vallée du Rhône, la mise en perspective d’un certain nombre de faits, relatifs notamment aux formes et aux lieux de l’habitat, traduit en effet clairement l’émergence d’un contexte d’insécurité à partir du Bronze final IIb, puis son intensification durant l’étape moyenne du Bronze final et l’apparition progressive de réponses adaptées ; temporaires et plus ou moins improvisées dans un premier temps (occupation de grottes-refuges), celles-ci se pérennisent ensuite, sous la forme de profonds changements affectant l’organisation territoriale et les structures de l’habitat (multiplication des sites de hauteur fortifiés ; concentration et densification de l’habitat, regroupement des maisons) (Pétrequin et alii, 1985 ; Pétrequin 1988,1990 ; Vital 1990a et b, 1992 ; Vital dir., 1993).

31Au niveau local, cette densification du peuplement est illustrée par l’implantation puis le développement des habitats littoraux durant les étapes moyenne et finale du Bronze final, phénomène favorisé par des conditions climatiques exceptionnelles (période de bas niveau entre 1200/1050 BC et 830/810 BC, seulement interrompue par deux brefs épisodes de hausse : Magny et alii, 2007), mais aussi par la colonisation du Molard Jugeant. Les vestiges d’occupation antérieurs au Bronze final IIb, très discrets dans le secteur, ne témoignent pas pour l’instant d’une emprise anthropique très importante avant cette période.

  • 5 Bien que la question de la fonction des palissades – attestées au Saut de la Pucelle (Bronze final (...)

32Si l’occupation du Molard Jugeant s’intègre ainsi dans le schéma général d’évolution des sociétés de l’extrême fin de l’Âge du Bronze, les conditions historiques de son implantation, son importance et son statut à l’échelle régionale présentent un intérêt particulier, à six kilomètres de l’extrémité nord du lac du Bourget et de ses villages littoraux. Ceux-ci, largement peuplés et manifestement dépourvus de structures défensives5, ne sont pas en mesure d’assurer leur propre défense, dans un contexte de crise ou en tout cas de tensions liées à une compétition exacerbée pour l’accès aux ressources (Brun, 1991, p. 314). Il est donc difficile d’imaginer des communautés autonomes, dépourvues de relations d’interdépendance pour la gestion du milieu et l’exploitation des terroirs, et sans complémentarité avec des sites centraux, à la fois refuges et sièges du pouvoir politique. Que le Molard Jugeant soit en relation directe avec les villages du nord du lac – on peut en effet s’interroger sur l’importance du Rhône comme obstacle – ou qu’il existe, à proximité plus immédiate, d’autres positions de type défensif, cette complémentarité entre l’habitat groupé ouvert, littoral ou non, et les positions de repli que représentent les sites de hauteur fortifiés, semble incontournable.

33Site défensif, le Molard Jugeant est aussi manifestement un habitat pérenne, densément occupé, dont le statut de place centrale est vraisemblable. S’il nous manque ici la connaissance de son organisation interne et de la composante funéraire associée, le référentiel extérieur permet d’extrapoler sur cette question. Ainsi, les sépultures sous tumulus de la nécropole des Tillies à Vix (Chaume, 2001), ou, plus près de nous, la riche tombe du tumulus Géraud de Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), au pied de Larina (Verger, Guillaumet, 1988), illustrent-elles l’émergence d’une élite aristocratique en lien direct avec ces sites, centres politiques de petits territoires et sièges d’un pouvoir stabilisé, à l’extrême fin du Bronze final et au tout début du premier Âge du Fer. Dans la région proche, on rappellera l’existence :

  • d’une à deux tombes sous tumulus, dont une a livré une épée du type de Mörigen, à Brégnier-Cordon (Ain) (Chantre, 1886 ; Millotte, 1963) ;

  • d’une importante nécropole tumulaire, ayant livré des sépultures attribuables notamment au Bronze final IIIb et au Hallstatt ancien (dont plusieurs contenant une épée), à Château-Gaillard (Ain) (Valentin-Smith, 1888) ;

  • d’une tombe, probablement sous tumulus, dans laquelle a été découverte entre autres une épée de Mörigen, à Talloires (Haute-Savoie : Oberkampf, 1997, p. 185).

34Dans les trois cas, il existe de bonnes potentialités topographiques pour l’implantation de sites de hauteur fortifiés à proximité de ces nécropoles, dans ces secteurs stratégiques respectivement localisés en position de contrôle sur le cours du Rhône, à proximité de sa confluence avec le Guiers, dans la plaine de l’Ain, au débouché occidental de la Cluse des Hôpitaux, et au-dessus du pays lacustre annecien (fig. 16).

35Au-delà des préoccupations sécuritaires qui président à leur aménagement, la dimension ostentatoire des ouvrages défensifs, avec une volonté d’affichage parfois évidente, comme par exemple à Vix (Mordant, Bardel, 2011), va dans le même sens. Ce pourrait être le cas à Culoz, où notre connaissance de l’architecture et de l’extension du rempart se limite pour l’instant à l’observation d’une coupe. On peut également s’interroger sur la composition initiale et le statut du dépôt mis au jour en 1912. Ainsi, il paraît possible d’identifier le Molard Jugeant comme un site privilégié, siège d’un pouvoir local contrôlant un territoire stabilisé et, à l’instar de plusieurs de ses homologues évoqués supra, dépourvu de pérennité après la fin du ixe siècle.

4.2. L’évolution des occupations littorales dans la seconde moitié du Bronze final : quelles implications historiques ?

36Un retour à la carte résumant le phasage de l’occupation littorale du lac du Bourget à la fin du Bronze final (Billaud, 2012, fig. 9) (fig. 18) s’impose ici. Dans l’état actuel des données et avec toutes les réserves induites par la représentativité insuffisante du corpus des dendrodates, on constate qu’au développement initial de l’occupation littorale au nord et au sud-est du lac, dans la première moitié du xie siècle (Bronze final IIb), succèdent une occupation limitée à la zone sud-est, avec le développement de trois sites importants, puis une contraction drastique dans la période-980/-930 (repli sur le seul site de Meimart, qui occupe une position centrale dans le groupe sud-est). La phase suivante (-930/-920) voit le réinvestissement du Saut de la Pucelle, toujours au sud-est, alors que le nord du lac connaît une reprise discrète de sa fréquentation (mise en place d’un chemin). Enfin, la période-915/-850 voit l’extension de l’occupation à l’ensemble des sites, alors que la station de Meimart 2, site privilégié durant tout le xe siècle, est définitivement abandonnée. Durant la dernière phase, postérieure à 850, deux sites supplémentaires sont abandonnés dans le groupe sud-est (Grésine-Est et Les Fiolets), alors que l’occupation se renforce au nord par l’implantation d’un site « satellite » de la station de Conjux 1 (Le Port 3).

Fig. 18. Les tendances de l’occupation littorale sur le lac du Bourget à la fin de l’Âge du Bronze. D’après Billaud, 2012, fig. 9, modifié ; DAO J.-M. Treffort. 1 à 12 : sites littoraux. 1. Conjux « La Chatière » ; 2. Conjux « Conjux 1 » ; 3. Conjux « Le Port 3 » ; 4. Conjux « Les Côtes » ; 5. Conjux « Pré Nuaz » ; 6. Chindrieux « Châtillon Port » ; 7. Chindrieux « Châtillon » ; 8. Brison-Saint-Innocent « Grésine Est » ; 9. Brison-Saint-Innocent « Grésine Ouest » ; 10. Brison-Saint-Innocent « Meimart » ; 11. Tresserve « Le Saut de la Pucelle » ; 12. Tresserve « Les Fiollets ». CMJ : Culoz « Molard Jugeant ».
L’habitat littoral apparaît dans la première moitié du
xie s, à la fois au nord et au sud-est du lac. Vers-990, la zone nord est abandonnée, au profit du secteur sud-est alors en expansion. Au milieu du xe s. se produit une contraction drastique de l’habitat, avec un repli sur le seul site de Meimart. Vers-930/-920, on note un réinvestissement discret de la zone nord, alors que la zone sud-est se développe à nouveau (reprise de l’occupation au Saut de la Pucelle). À partir de la fin du xe s., les secteurs nord et sud-est sont à nouveau en pleine expansion, et leur prospérité perdure jusqu’à la fin du ixe s. L’aménagement défensif du Molard Jugeant, qui intervient probablement dès la fin du xe s., coïncide avec ce nouvel essor des stations littorales. Il atteste une profonde réorganisation régionale, après la crise majeure qui intervient entre le milieu du xie s. et la seconde moitié du xe s. Place centrale, siège d’un pouvoir politique contrôlant un territoire désormais stabilisé, il assure la sécurité du secteur, comme les autres sites de statut comparable qui émergent à la même période.

37D’après son faciès céramique, qui dénote un Bronze final IIIb bien caractérisé, totalement dégagé de l’héritage RSFO, l’occupation du Molard Jugeant pourrait commencer dans la seconde moitié du xe siècle, dans ses dernières décennies, et au plus tard au début du ixe siècle. Ce n’est certainement pas un hasard si cette implantation coïncide avec la fin de la période de contraction de l’habitat sur le lac, et avec le début du réinvestissement des stations abandonnées durant la période-980/-930 (fig. 18). Quel qu’ait pu être l’impact réel de l’épisode de haut niveau mis en évidence entre-970 et-905, l’occupation de Meimart 2 montre qu’il n’était pas rédhibitoire, et que l’occupation des villages littoraux restait possible durant cette période. Il faut donc peut-être relativiser la part des déterminismes climatiques et environnementaux, et envisager ces phénomènes de délocalisation dans une perspective plus historique. Après la phase de déstabilisation majeure qui marque le xe siècle, la reprise de l’occupation littorale témoigne d’un retour à l’équilibre, dans lequel on peut voir la conséquence d’un renforcement du pouvoir politique, au terme d’une redéfinition au moins partielle de l’organisation territoriale. Dans ce contexte, l’identification du Molard Jugeant comme place centrale, siège d’un pouvoir renforcé et garante de la stabilité du territoire environnant, prend tout son sens.

4.3. Vers l’ébauche d’un modèle régional

38Le schéma d’organisation territoriale proposé par P. Brun pour le Bronze final IIIb/Hallstatt C du Jura et de la zone nord-alpine (Brun, 1991, p. 323 ; 1992, p. 193-194) intègre l’existence de territoires de 5 à 10 kilomètres de rayon, ce qui place les sites de l’extrémité nord du lac du Bourget dans l’orbe théorique du Molard Jugeant. Si l’on observe la répartition des sites littoraux autour du lac, deux groupes se distinguent nettement, à son extrémité nord d’une part et dans sa moitié sud-est d’autre part. Partiellement tributaire des potentialités bathymétriques et topographiques en matière d’implantation de l’habitat (largeur de la beine lacustre, nature du relief en marge de la zone littorale), cette distribution spécifique et l’existence de larges zones « vides », au moins dans l’état actuel des recherches subaquatiques, doivent être soulignées. Ainsi, il est possible d’imaginer le rattachement des villages du second groupe, au sud-est du lac, à un autre territoire, organisé autour d’un autre site central. Bien que nous ne possédions aucune donnée archéologique la concernant, l’extrémité nord de la colline de Tresserve, idéalement située par rapport à la station majeure du Saut de la Pucelle et présentant une topographie très favorable, fait figure de candidat idéal pour l’implantation d’un site fortifié d’une certaine ampleur (fig. 19). L’occupation quasi-continue qui caractérise l’habitat littoral du Saut entre le Bronze final IIb et la fin du Bronze final IIIb, soit durant presque deux siècles et demi si l’on excepte la courte période d’abandon du milieu du xe siècle, dénote un statut particulier, que l’on a proposé d’expliquer par les facilités de communication avec l’arrière-pays (Billaud, 2012, p. 355). Dans un contexte local troublé ou conflictuel, cette stabilité de l’occupation pourrait aussi s’envisager comme la conséquence d’une implantation sécurisée par la proximité immédiate d’un site fortifié, qu’il s’agisse de la colline de Tresserve ou d’une autre position.

39Compte tenu de l’état de la documentation, il ne s’agit là que d’hypothèses de travail, dans le cadre d’une démarche avant tout prospective. La figure 18 ne constitue en aucune manière le reflet objectif d’une réalité disparue : on est évidemment bien loin de la carte réelle des sites occupés à la fin du Bronze final, même réduite à la carte des sites conservés. Concernant la composante terrestre de l’occupation, on a vu en effet que les rares sites connus correspondent à des découvertes anciennes ou fortuites, souvent mal documentées, dans un secteur peu investi par la recherche programmée en dehors du milieu subaquatique, peu concerné par l’archéologie préventive et guère propice à la détection des sites en prospection de surface à vue. Il est néanmoins intéressant de mettre en perspective les éléments dont nous disposons et dont il n’est guère douteux, ici, que certains d’entre eux renvoient à des sites majeurs (sites littoraux, Molard Jugeant). Leur confrontation avec le référentiel extrarégional, dans le cadre conceptuel de modèles constituant des outils de compréhension à large échelle (Brun, 1988, 1991, 1992 ; Pétrequin et alii, 1985 ; Pétrequin, 1988), permet de dépasser l’approche monographique, centrée sur un milieu ou un type de site particulier. De même, intégrer dans la réflexion des sites potentiels ou hypothétiques de statut particulier, comme l’extrémité nord de la colline de Tresserve, permet d’aller au-delà des limites théoriques fixées par les matériaux disponibles pour tester, de manière prospective, la validité des modèles. Ce type de démarche pourrait aussi constituer un outil pertinent pour l’instruction des dossiers d’archéologie préventive, notamment pour la prescription des opérations de diagnostic préalables aux travaux d’aménagement.

40Sur la question spécifique de la complémentarité entre sites de hauteur / sites défensifs et villages palafittiques, certaines données régionales, comme l’occupation simultanée de la presqu’île de Ruphy (et éventuellement de l’éminence qui porte la tour de Duingt) et de la station voisine de l’île du Roselet, sur le lac d’Annecy (Billaud, 1994), pourraient aller dans ce sens. Tous les sites de hauteur occupés à la fin du Bronze final ne correspondent pas nécessairement à des sites de premier rang, certains d’entre eux occupant probablement une fonction intermédiaire, plus utilitaire que politique, au sein d’un territoire organisé autour d’un site central. Dans le cadre de cette problématique, il serait intéressant de déterminer plus précisément la datation et le statut du Molard de Lavours, ou de sonder certaines positions topographiquement favorables comme la petite éminence qui porte le château de Châtillon, sur la commune de Chindrieux, à l’extrémité nord du lac du Bourget, ou l’imposant Molard de Vions, un peu en retrait (fig. 2). La démarche inverse pourrait également s’avérer payante : il est en effet difficile d’imaginer l’absence de villages ou de hameaux, éventuellement implantés en zone palustre, en périphérie des marais de Lavours et de Chautagne voire dans le marais lui-même. Leur existence, à proximité du Molard Jugeant ou éventuellement du Molard de Lavours, pourrait nous conduire à réévaluer l’emprise du territoire contrôlé par le Molard Jugeant, ainsi que le rattachement à cette entité des sites littoraux du nord du lac.

Fig. 19. Les stations littorales occupées au Bronze final IIIb (fin xe - ixe siècle av. J.-C.) sur le lac du Bourget : deux territoires, contrôlés par deux sites centraux ? (la localisation d’un site de statut comparable à celui du Molard Jugeant, à l’extrémité nord de la colline de Tresserve, est hypothétique ; pour les numéros des stations littorales, voir figure 18). DAO Ph. Moyat, J.-M.Treffort.

41Pour ce qui est de l’habitat terrestre, les fouilles préventives conduites récemment à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie), sur la rive sud du lac Léman, ont montré l’existence d’habitats groupés de la seconde moitié du Bronze final (Bronze final IIb à IIIb), succédant à des témoins semble-t-il beaucoup plus diffus du Bronze final I-IIa et contemporains de la station littorale de Tougues, localisée à moins d’un kilomètre (Néré, Isnard, 2012 ; Billaud, Marguet, 1992). L’existence simultanée – parfois à faible distance – de villages littoraux et d’habitats terrestres, qu’il s’agisse d’implantations groupées (villages, hameaux) ou de petites unités isolées (fermes), est donc effective au sein de territoires incluant tout ou partie d’un rivage lacustre, et on peut envisager une situation comparable en périphérie du lac du Bourget. On rejoint là en partie le modèle théorique envisagé par B. Arnold, qui imaginait, en marge des villages littoraux du lac de Neuchâtel, « une occupation du terroir Bronze final constituée par un ensemble de fermes isolées, dépendant étroitement d’un village avec, comme corollaire, une spécialisation des activités dans ce dernier et la présence d’une zone d’échange » (Arnold, 1990, p. 140), et plus encore l’image de l’arrière-pays telle qu’elle est esquissée par les découvertes réalisées sur le tracé de l’autoroute A5, au nord du même lac de Neuchâtel. Différents sites terrestres, contemporains des occupations palafittiques, renvoient en effet à des fermes isolées ou à des hameaux, probablement assez importants pour certains d’entre eux (Cortaillod NE - Le Petit Ruz). L’ensemble évoque un territoire densément exploité et occupé, dont les villages littoraux constitueraient le centre et la « plaque tournante » des activités spécialisées comme la métallurgie du bronze, ainsi qu’un lieu d’échanges (Arnold, Langenegger, 2012, p. 194-195). La coexistence de villages littoraux très proches les uns des autres, espacés par exemple de quelques centaines de mètres seulement dans la baie de Bevaix, implique nécessairement l’existence d’un équilibre entre eux et/ou d’une complémentarité, pour gérer l’exploitation rationnelle d’un même espace. Une situation similaire semble prévaloir au Bronze final IIIb sur le lac du Bourget.

42En définitive et si l’on ne tient pas compte du cas particulier que constitue l’habitat littoral, la part des particularismes locaux pourrait être relativement réduite, dans le modèle d’organisation spatiale du secteur du Bourget, en regard des traits relevant des processus généraux qui caractérisent l’évolution des sociétés de la fin du Bronze final. Le dynamisme économique particulier de la zone du Bourget, souvent évoqué (Bocquet, 1997 ; Kerouanton, 2002, p. 555), peut être discuté et éventuellement relativisé si l’on considère son évaluation au travers du prisme de conditions taphonomiques exceptionnelles, mais également de la focalisation historique de la recherche sur les rivages lacustres et la méconnaissance générale qui marque, à l’échelle de la région, l’organisation des terroirs et les formes de l’habitat groupé terrestre du Bronze final. Il n’en reste pas moins que le secteur a très certainement présenté une attractivité réelle à cette époque. Dans un contexte climatique très favorable, l’« hydrotropisme » qui caractérise les populations de la fin de l’Âge du Bronze – ici comme sur les autres lacs alpins français, les rivières à régime lent comme la Saône ou les lacs d’Italie du Nord, de Suisse et d’Allemagne du Sud – y a trouvé les conditions idéales de son expression.

43Ces mêmes conditions climatiques permettaient par ailleurs l’exploitation optimale d’un milieu marqué par l’importance des zones palustres et à cet égard, il serait intéressant de préciser la date à laquelle, sur le marais de Lavours, la première jonçaie succède à une phragmitaie de longue continuité écologique (6 000 ans / 6,50 m de sédimentation). Ce changement radical dans la dynamique de l’écosystème, mis en évidence par une analyse de macrorestes conduite sur une carotte prélevée dans le secteur nord de la Réserve naturelle nationale du Marais de Lavours, est interprété en termes d’intensification des pratiques agro-pastorales. Sa datation reste malheureusement imprécise, dans une fourchette comprise entre -1000 et +500 (Goubet, Darinot, 2014). À noter la régression postérieure de la jonçaie au profit de la cariçaie, qui pourrait traduire un impact anthropique moindre, avant le développement d’une seconde jonçaie d’époque historique.

44Enfin, il ne faut pas négliger la situation particulière du secteur, en position de contrôle sur des axes de circulations majeurs, au débouché des massifs alpins et dans un cadre topographique contraint par la juxtaposition de milieux difficilement praticables (hauts reliefs, lac, marais), impliquant des passages obligés (fig. 16 et 19). Cette conjonction de facteurs explique vraisemblablement en partie la concentration de la population dans le secteur, la richesse effective des sites littoraux et les témoins d’activités artisanales spécialisées, notamment métallurgiques, qui y ont été mis au jour.

5. Après 800 av. J.-C. : le Bronze final IIIb est-il soluble dans l’eau ?

45Sur la question de l’absence quasi totale de traces d’occupation du premier Âge du Fer en périphérie immédiate du lac du Bourget et du marais de Lavours, si l’on excepte les quelques témoins céramiques de l’abri du Molard de Lavours, plusieurs paramètres doivent être pris en considération :

  • l’abandon des rivages lacustres renvoie – avec un effet retard de quelques décennies dans le cas du lac du Bourget – à un phénomène généralisé dans le domaine nord-alpin, pour des raisons qui tiennent sans doute pour une grande part, mais peut-être pas uniquement, à une remontée des eaux consécutive à la péjoration climatique qui intervient à partir du viiie s. av. J.-C. (Magny et alii, 2007 ; Berger et alii, 2007, p. 277) ;

  • la désertion du Molard Jugeant (du moins dans l’état actuel des données) ne constitue pas, comme on l’a vu, un fait isolé pour ce type de site dans l’est de la France.

46Si cette délocalisation de l’habitat renvoie ainsi à des processus récurrents qui marquent le passage de l’Âge du Bronze à l’Âge du Fer, notre ignorance presque totale des modalités d’occupation des terroirs environnants, toutes périodes confondues, n’en permet aucune approche, ni qualitative, ni quantitative. Faut-il imaginer une quasidésertion de la zone, avec un repli des populations sur les secteurs de montagne, comme cela a parfois été envisagé (Bocquet, 1997, p. 357) ? En l’occurrence, les premiers sites connus pour le premier Âge du Fer ancien se trouvent largement en retrait du lac. Dans l’Ain, quelques rares témoins, issus de découvertes en cavités, ne sont guère utiles à la discussion. Côté Savoie, les premières occupations se trouvent dans le secteur de Chambéry, où celle de la Place du Palais de Justice atteste la présence de sites de plein air au Hallstatt C (Rey et alii, 2000), alors que celle de Saint-Saturnin, à Saint-Alban-Leysse, renvoie à un site de hauteur déjà fréquenté durant le Bronze final IIIb et contrôlant un passage important entre la Combe de Savoie et l’avant-pays savoyard (Combier, 1976 ; Ozanne, Vital, 1999). Dans un cas comme dans l’autre, le faciès céramique, tel qu’il nous est actuellement perceptible, semble renvoyer à une étape déjà évoluée dans le Hallstatt C (seconde moitié viiie - viie siècle av. J.-C. ?). À Saint-Saturnin, où le mobilier issu des fouilles anciennes est assez abondant, on note ainsi la fréquence élevée de certains types de récipients qui deviendront des standards régionaux durant la plus grande partie du premier Âge du Fer (jattes à panse arrondie et bord rentrant ; pots à profil en tonneau, décorés de lignes d’impressions ou de cordons impressionnés ; pots à rebord redressé ou rentrant, ou à col cintré : Ozanne, Vital, 1999, fig. 17 à 21). Avec les réserves liées à son absence de lien stratigraphique avec le mobilier céramique, un fragment de fibule serpentiforme à disque d’arrêt en fer (Combier, 1976, fig. 60, no 23) confirme une présence postérieure au viiie siècle sur le site.

47Pour trouver des témoins plus anciens, représentatifs du faciès directement postérieur au Bronze final IIIb stricto sensu – celui des occupations littorales des dernières décennies du ixe siècle –, il faut s’enfoncer assez loin dans les Alpes internes, jusqu’à la commune d’Aime (Savoie), dans la vallée de la Tarentaise. Le site des Chaudannes, habitat de pente localisé au pied du versant qui domine le bourg au nord, a été fouillé en 2008 sous la direction de René Chemin (Inrap), lors d’une opération préventive préalable à l’implantation d’un lotissement (Chemin, 2010). Bien qu’il soit très fragmenté, le mobilier céramique y est abondant, et constitue un ensemble représentatif des productions du tout début du premier Âge du Fer (viiie siècle av. J.-C., sans doute dans sa première moitié), dans la filiation directe du Bronze final IIIb tardif tel qu’il peut être appréhendé sur les séries du lac du Bourget ou de Serrières-de-Briord - Les Barlières (fig. 20 à 22). Il se définit ainsi par la présence conjointe de formes héritées (coupes coniques à bord simple, jarres à épaule cannelée et rebord largement éversé, pots à rebord plus ou moins éversé et décor de ligne d’impressions ou de cordon impressionné à la jonction panse-rebord, etc.) et de formes nouvelles, dont les plus remarquables sont les jattes cannelées (fig. 20, nos 13-14, 16-18), les coupes à décor graphité complexe (fig. 20, nos 7, 8) et les petites jattes cannelées surbaissées à rebord éversé convexe (fig. 20, nos 1 à 3). Alors que ces dernières sont présentes à peu près partout et constituent en quelque sorte l’un des fossiles directeurs du faciès sur une large échelle géographique, les jattes cannelées, sous la forme standard définie aux Chaudannes, apparaissent comme une spécificité microrégionale : absentes des autres ensembles de référence rhônalpins, elles se retrouvent sur plusieurs sites alpins comme Aime - Les Chaudannes, villa Rocca (Ozanne, 1995, pl. XVII, no 5) ou, sous une forme très proche, à Chambéry - Palais de Justice (Rey et alii, 2000, pl. 1, n no 14), à Bourg-Saint-Maurice - Le Châtelard (Rey et alii, 2012, fig. 10, nos 12, 15, 23), à La Thuile - Grande Golette ou à Pré-Saint-Didier - Pian del Bosco (Val d’Aoste, Italie : Rey, Moulin, 2006, fig. 36 ; Rey et alii, 2008, fig. 8). L’ensemble, contemporain du faciès circum-lyonnais que nous avions défini sous le terme d’attente de SS/S/LP (Thiériot, Treffort, 2009), est en cours de publication (Treffort, en préparation).

Fig. 20. Sélection représentative du mobilier céramique Hallstatt C précoce du site des Chaudannes à Aime, contextes divers
(planche 1/3). Dessin J.-M.Treffort.

Fig. 21. Sélection représentative du mobilier céramique Hallstatt C précoce du site des Chaudannes à Aime, contextes divers (planche 2/3). Dessin J.-M. Treffort.

Fig. 22. Sélection représentative du mobilier céramique Hallstatt C précoce du site des Chaudannes à Aime, contextes divers (planche 3/3). Dessin J.-M. Treffort.

48Il constituera une utile référence pour appréhender l’évolution fine des séries céramiques post-lacustres, et par le fait un bon outil discriminant pour la définition typologique des sites moins riches en mobilier, ce qui renforcera leur pertinence chronologique dans le cadre de l’analyse spatiale du peuplement. On notera, à Aime même, l’existence d’une occupation possible du Bronze final IIIb sur la petite colline de Saint-Sigismond (Ozanne, Vital, 1999), de même que le site assez proche du Mont Galgan, à Hautecour, présente une séquence stratigraphique a priori ininterrompue entre le Bronze final IIIb et le Hallstatt C (Ozanne, 2007).

49Pour l’instant, il semble difficile d’exploiter davantage la documentation disponible. Bornons-nous à constater que si l’occupation du début du premier Âge du Fer est attestée en retrait du lac et dans les vallées alpines, elle reste pour l’instant difficile à mettre en évidence en périphérie du lac. L’absence de continuité entre le Bronze final IIIb et le Hallstatt C, sur un certain nombre de sites de hauteur, montre que le cas de Culoz n’est pas isolé dans la région ; d’autres, où une pérennité de l’occupation est attestée entre le Bronze final IIIb et le premier Âge du Fer – même si l’on peut parfois se poser la question d’un hiatus éventuel pour le début du Hallstatt C –, attestent une persistance topographique des lieux de repli et/ou des places centrales (fig. 17). Dans certains cas, à peu de distance l’un de l’autre et donc dans l’emprise théorique d’un même territoire, pourraient coexister des sites à occupation unique du BF IIIb et des sites sur lesquels l’occupation se poursuit au Ha C (Saint-Saturnin et le Mont Saint-Michel, Le Mont Galgan et Saint-Sigismond). En marge de la zone considérée, l’éperon de Saint-Alban, à Creys-Mépieu, présente une occupation continue, au moins depuis le Bronze final IIIa jusqu’au Hallstatt C. Dans tous les cas, on ne connaît pour l’instant, dans la région, aucun site de hauteur occupé au Hallstatt C qui ne soit pas précédé d’une occupation à la toute fin du Bronze final. Pour ce qu’elles valent eu égard à l’état lacunaire du corpus documentaire, ces données s’intègrent parfaitement dans le schéma d’évolution de l’organisation socio-politique et territoriale de la zone nord-alpine, tel qu’il était proposé dès 1988 par P. Brun (Brun, 1988, fig. 18 ; 1991 ; 1992). À une première étape marquée par la densification de l’occupation, au début du Bronze final, succède une seconde étape, durant sa phase moyenne, où la pression sur les ressources s’accentue, générant une compétition accrue entre les communautés. À l’instabilité politique et à l’insécurité qui en découlent, répondent des adaptations ponctuelles, comme l’utilisation de grottes-refuges appariées aux villages ouverts, puis des réponses à plus long terme, comme l’occupation accrue des sites de hauteur. Leur utilisation (continuité de l’occupation sur des sites déjà occupés auparavant ou implantation ex nihilo) et l’aménagement de structures défensives s’intensifient durant la troisième étape (Bronze final IIIb - Hallstatt C), qui voit la concentration des communautés autour de pôles locaux fortifiés, et l’apparition de territoires stables. L’augmentation du nombre de sites de hauteur occupés au Bronze final IIIb renvoie au « boom » des fortifications mis en évidence entre autres dans le quart nord-est de la France (Brun, 1991, p. 314 et fig. 2). L’abandon d’un certain nombre d’entre eux, après le Bronze final IIIb, résulte de la réorganisation de l’habitat au sein de territoires stabilisés, sous l’autorité d’une élite qui consolide son pouvoir politique et en recentre les lieux d’affichage. Ce processus, qui s’accompagne dans certains cas d’un changement d’échelle, nécessite de facto l’abandon de certains sites antérieurs, dans le cadre d’une intégration opérée à l’échelle microrégionale. De là, probablement, la désertion rapide et définitive de sites ayant eu une indéniable importance durant quelques générations, comme le Molard Jugeant.

50À l’extrémité orientale de la carte présentée à la figure 17, le Châtelard de Bourg-Saint-Maurice, site perché potentiellement défensif, détone par le phasage de son occupation durant le Bronze final : à une occupation dense du Bronze final I-IIa, qui se prolonge au début de son étape moyenne, succède en effet un hiatus marquant toute la durée du Bronze final III, avant un réinvestissement au début du premier Âge du Fer (Rey et alii, 2012). Durant l’étape initiale du Bronze final, l’occupation du site s’inscrit dans un contexte de peuplement stable : le secteur est alors marqué par des contacts transalpins intenses, dans un cadre culturel intermédiaire entre les complexes italique et nord-alpin, largement influencé par le dynamisme de l’Italie du Nord (Vital 1999 ; Ozanne, Vital, 1999). Au Bronze final IIb, période qui connaît un accroissement notable du nombre de sites, notamment en Maurienne, on note une réorientation totale des relations culturelles vers la sphère RSFO (Ozanne, Vital, 1999 ; Rubat Borel, 2006 ; Vital, Benamour dir., 2012). La désertion du site à la fin du Bronze final, qui coïncide avec un épisode de déprise observé par ailleurs en Maurienne et en Tarentaise, pourrait s’expliquer par une désagrégation partielle de la structuration territoriale, liée au déclin de la sphère italique, dans une période correspondant paradoxalement à une phase d’expansion maximale du complexe nord-alpin. Le phasage divergent de l’occupation du Châtelard par rapport aux sites de hauteur plus occidentaux s’expliquerait ainsi par sa position marginale vis-à-vis du complexe culturel nord-alpin, dans une zone intermédiaire entre deux sphères culturelles majeures aux cycles de développement asynchrones. En position de contrôle sur d’importantes voies de passage et entre autres pour l’accès au col du Petit-Saint-Bernard, le site perdrait en partie son intérêt stratégique dans la seconde moitié du Bronze final, en raison du ralentissement notable des flux transalpins à partir du Bronze final IIb.

51Plus au sud, à l’est du Rhône, entre le sud du département de l’Ain, le sud de la Tarentaise et la vallée de la Drôme, la rareté des sites de hauteur occupés au Bronze final et aux Âges du Fer est notable, ainsi que le déficit de données qui les caractérise. Ce constat conduit L. Serrières (2009) à proposer l’identification d’un espace septentrional de la moyenne vallée du Rhône, en rive gauche du fleuve, où les sites de hauteur auraient été peu investis durant ces périodes. Si l’on se trouve bien là dans une zone intermédiaire entre les domaines culturels méditerranéen et continental, ce hiatus documentaire est sans doute en partie imputable à l’état de la recherche. Il semble donc plus prudent, pour juger de l’évolution de la situation dans ce secteur, d’attendre les reprises de séries et nouveaux travaux de terrain que cet auteur appelle de ses vœux.

Conclusion

52En définitive, la mise en perspective des données issues des sites terrestres et palafittiques montre qu’au-delà des spécificités inhérentes au domaine lacustre, les données régionales intègrent de manière assez fluide les modèles d’évolution des sociétés de la fin de l’Âge du Bronze et du début du premier Âge du Fer, tels qu’ils ont été formalisés dès le début des années 1980 pour le domaine nord-alpin. Dans les trois derniers siècles du Bronze final, l’investissement de segments précis de la bande littorale renvoie à la colonisation opportuniste, favorisée par des conditions climatiques favorables, d’un milieu à la fois riche en ressources et bien situé par rapport aux terroirs agricoles de l’arrière-pays, dans le cadre plus général d’une dynamique de colonisation des milieux humides qui touche une grande partie de la zone nord-alpine. En périphérie du Bourget, l’évolution du peuplement reste ainsi conforme aux tendances générales dégagées par les analyses menées à l’échelle suprarégionale. L’intérêt du secteur réside dans la possibilité, offerte par l’outil dendrochronologique, de dater à l’année près le moindre événement architectural (construction nouvelle, extension, réfection). Le corpus des sites littoraux connus, mais également les habitats qui restent à découvrir dans d’autres contextes régionaux favorables à la conservation des matières organiques (marais, tourbières, chenaux), constituent un extraordinaire laboratoire pour l’étude événementielle des tendances évolutives de l’habitat par contrecoup des processus historiques généraux. Il n’est pas douteux que nous disposerons un jour, dans quelques décennies ou dans quelques siècles, de toutes les dates dendrochronologiques pour l’ensemble des pieux de l’ensemble des stations connues. Ce jour-là, nous serons en mesure d’appréhender de manière extrêmement détaillée l’évolution de l’occupation littorale et de juger, sur la base d’un corpus exhaustif, de la validité des tendances détaillées supra. Un cadre de compréhension élargi à un échantillon représentatif de sites terrestres, tous statuts confondus, dans l’arrière-pays des stations palafittiques et au niveau régional, n’en sera alors que plus indispensable. Sans lui, cet extraordinaire corpus documentaire, tout comme celui dont nous disposons d’ores et déjà à l’issue de plusieurs décennies de prospections et de fouilles subaquatiques, restera largement sous-exploité en regard de son potentiel pour l’analyse fine des processus qui déterminent ou accompagnent l’évolution des sociétés humaines de la fin de l’Âge du Bronze.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adam A.-M., Lasserre M., 2001, « La butte du Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) : un habitat fortifié de la fin du Bronze final, fouilles 1994 à 1999 », Bull. de la Soc. Préhistorique française, t. 98, no 2, p. 311-324.

Arcà A., 2009, « Il complesso petroglifico del massiccio del Rocciamelone. Arte rupestre su calcescisto tra Valcenischia et Bassa Valle di Susa », in : Arcà A. dir., La Spada sulla Roccia, danze e duelli tra arte rupestre et tradizioni popolari della Valsusa, Valcenischia e delle valli del Moncenisio, Atti della Giornata di Studi, Novalesa, 23 maggio 1998, Torino, Gruppo Ricerche Cultura Montana, p. 33-104.

Arnold B., 1990, Cortaillod-Est et les villages du lac de Neuchâtel au Bronze final : structures de l’habitat et proto-urbanisme, Saint-Blaise, éd. du Ruau, 197 p., 140 fig. (Archéologie neuchâteloise, 6).

Arnold B., Langenegger F., 2012, Bevaix-Sud : plongée dans le passé, fouille subaquatique d’un village du Bronze final, Hauterive, Off. et musée cant. d’Archéologie de Neuchâtel, 261 p., 208 fig., 65 pl. (Archéologie neuchâteloise, 50).

Ballet F., 1978, « La grotte de la Grande-Gave à La Balme, Archéologia, 121, Dijon, éd. Faton, p. 26-30.

Ballet F., 2010, « Les gravures rupestres de Maurienne », in : Breteau E. coord., Roches de mémoire, 5000 ans d’art rupestres dans les Alpes, Paris, éd. Errance, p. 103-131 (coll. Pierres tatouées).

Ballet F., Raffaelli P., 1990, Rupestres. Roches en Savoie, gravures, peintures, cupules, Chambéry, Musée savoisien, 147 p., fig.

Berger J.-F., Brochier J.-L., Vital J., Delhon C., Thiébault S., 2007, « Nouveau regard sur la dynamique des paysages et l’occupation humaine à l’Âge du Bronze en moyenne vallée du Rhône », in : Richard H., Magny M., Mordant C. dir., Environnements et cultures à l’Âge du Bronze en Europe occidentale, Actes du 129ème congrès national des Soc. historiques et scientifiques du CTHS, Besançon, 2004, Paris, éd. du CTHS, p. 259-283 (Documents préhistoriques, 21).

Billaud Y., 1994, « Prospections et sondages à Ruphy (Duingt, Haute-Savoie) : nouvelle station littorale sur le lac d’Annecy », Cahiers d’archéologie subaquatique, XII, p. 83-94.

Billaud Y., 2012, « Le lac du Bourget à la fin de l’Âge du Bronze : premiers éléments pour une reconstitution de l’occupation des zones littorales », in : Honegger M., Mordant C. dir., L’Homme au bord de l’eau : archéologie des zones littorales du Néolithique à la Protohistoire, Actes du 135ème congrès national des Soc. historiques et scientifiques du CTHS,’Paysages’, Neuchâtel (Suisse), 6-11 avril 2010, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande/Paris, éd. du CTHS, p. 345-361 (Cahiers d’Archéologie romande, 132 - Documents préhistoriques, 30).

Billaud Y., Marguet A., 1992, « Le site Bronze final de Tougues à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie) : stratigraphie, datations absolues et typologie », in : Archéologie et environnement des milieux aquatiques : lacs, fleuves et tourbières du domaine alpin et de sa périphérie, Actes du 116ème congrès national des Soc. savantes, Chambéry, 1991, Paris, éd. du CTHS, p. 311-347.

Billaud Y., Marguet A., 2005, « Habitats lacustres du Néolithique et de l’âge du Bronze dans les lacs alpins français : bilan des connaissances et perspectives », in : Della Casa P., Trachsel M. dir., WES’04Wetland, economies and societies, Proceedings of the international conference in Zurich, 2004, Zurich, éd. Chronos/Musée national suisse, p. 169-178 (Collectio Archæologica, 3).

Billaud Y., Marguet A., 2007, « Les installations littorales de l’âge du Bronze dans les lacs alpins français : état des connaissances », in : Richard H., Magny M., Mordant C. dir., Environnements et cultures à l’âge du Bronze en Europe occidentale, Actes du 129ème congrès national des Soc. historiques et scientifiques du CTHS, Besançon, 2004, Paris, éd. du CTHS, p. 212-225 (Documents préhistoriques, 21).

Billaud Y., Treffort J.-M., 2004, « Tresserve/Le Saut (Savoie), station Bronze final du lac du Bourget : récentes données de terrain », in : Dartevelle H. dir., Auvergne et Midi, actualité de la recherche, Actes des 5èmes rencontres méridionales de Préhistoire récente, Clermont-Ferrand, 8-9 nov. 2002, p. 541-553 (9ème suppl. à Préhistoire du Sud-Ouest).

Billaud Y., Marguet A., Simonin O., 1992, « Chindrieux, Châtillon (Lac du Bourget, Savoie) : ultime occupation des lacs alpins français à l’âge du Bronze ? », in : Archéologie et environnement des milieux aquatiques : lacs, fleuves et tourbières du domaine alpin et de sa périphérie, Actes du 116ème congrès national des Soc. savantes, Chambéry, 1991, Paris, éd. du CTHS, p. 277-310.

Bocquet A., 1997, « Archéologie et peuplement des Alpes françaises du Nord au Néolithique et aux Âges des métaux », L’Anthropologie, 101, 2, p. 291-393.

Bonnet C., 1973, « Une station d’altitude de l’époque des Champs d’Urnes au sommet du Hohlandsberg », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 70, p. 455-478.

Bonnet C., 1974, « Un nouvel aperçu sur la station d’altitude de Hohlandsberg, Wintzenheim (Haut-Rhin) », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 18, 1974, p. 33-50.

Bonnet C., Plouin S., Lambach F., 1985, « Linsenbrunnen II, un nouveau secteur de la station d’altitude de Hohlandsberg (commune de Wintzenheim, Haut-Rhin) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 82, p. 449-509.

Bouby L., Billaud Y., 2001, « Économie agraire à la fin de l’Âge du Bronze sur les bords du lac du Bourget (Savoie, France) », in : Comptes rendus de l’Académie des Sciences, Sciences de la Terre et des planètes, 333, p. 749-756.

Brun P., 1988, « L’entité’ Rhin-Suisse-France orientale’ : nature et évolution », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. de l’APRAIF, p. 599-620 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Brun P., 1991, « Systèmes économiques et organisations sociales au premier Âge du Fer dans la zone nord-alpine », in : Duval A. dir., Les Alpes à l’Âge du Fer, Actes du Xe colloque sur l’Âge du Fer, Yenne-Chambéry, 1986, p. 313-332 (22ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

Brun P., 1992, « La place du Jura franco-suisse dans l’économie-monde méditerranéenne au premier Âge du Fer : essai de modélisation », in : Kaenel G., Curdy P. dir. L’Âge du Fer dans le Jura, Actes du 15ème colloque de l’AFEAF, Pontarlier, France et Yverdon-les-Bains, Suisse, 9-12 mai 1991, Lausanne, Bibl. hist. vaudoise, p. 189-205 (Cahiers d’Archéologie romande, 57).

Buisson A., 1990, L’Ain, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 192 p., 79 fig. (Carte archéologique de la Gaule, 01).

Chantre E., 1886, « Sépulture de l’Âge du Bronze dans l’Ain », Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’Homme, t. III, p. 191-192.

Chaume B., 2001, Vix et son territoire à l’Âge du Fer : fouilles du mont Lassois et environnement du site princier, Montagnac, éd. M. Mergoil, 643 p., 237 fig., 155 pl. (Proto-histoire européenne, 6).

Chaume B., Mordant C. dir., 2011, Le complexe aristocratique de Vix : nouvelles recherches sur l’habitat, le système de fortification et l’environnement du mont Lassois, Dijon, Éd. univ. de Dijon, 2 vol., 867 p., fig.

Chemin R., 2010, Aime (Rhône-Alpes - Savoie), Les Chaudannes - Route de Villarolland, Rapport final d’opération de fouille archéologique préventive, Bron, Inrap Rhône-Alpes-Auvergne, 173 p., 82 fig. (rapport de fouille non publié, déposé au S.R.A. de Rhône-Alpes).

Combier Jacq., 1976, « L’oppidum de Saint-Saturnin, Saint-Alban-Leysse (Savoie) », in : Bocquet A., Lagrand C. dir., Néolithique et âges des métaux dans les Alpes françaises, IXème congrès de l’UISPP, Livret-guide de l’excursion A9, p. 154-156.

Combier J., 1962, « Informations archéologiques, circonscription de Lyon », Gallia Préhistoire, t. V, fasc. 1, p. 229-306.

Combier J., 1980, « Informations archéologiques, circonscription Rhône-Alpes », Gallia Préhistoire, t. 23, fasc. 2, p. 473-524.

Combier J., 1982, « Informations archéologiques : circonscription Rhône-Alpes », Gallia Préhistoire, t. 25, fasc. 2, p. 469-507.

Dubiez A., 1935, « Trouvaille de deux haches en bronze », Le Bugey, 29, p. 114-116.

Dubois E., 1940, Histoire des pays qui ont formé le département de l’Ain. II. Temps protohistoriques, Bourg-en-Bresse, Imp. Berthod, 218 p., fig.

Dufournet P., 1976, « L’emprise romaine sur un secteur de la rive droite du Rhône : Culoz, Anglefort, Seyssel, Corbonod (Ain) », in : Entre Bourgogne et Savoie, Actes du congrès de l’Ass. bourguignonne des Soc. savantes, Belley, Belley, Le Bugey, p. 35-46.

Durand E., 2009, « L’Ardèche méridionale au premier Âge du Fer (fin ixe - début ive s. avant notre ère) : état de la recherche », in : Roulière-Lambert M.-J., Daubigney A., Milcent P.-Y., Talon M., Vital J. dir., De l’Âge du Bronze à l’Âge du Fer en France et en Europe occidentale (xe-viie siècle av. J.-C.) : la moyenne vallée du Rhône aux âges du Fer, Actes du XXXème colloque international de l’AFEAF, co-organisé avec l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006, Dijon, S.A.E., p. 183-188 (27ème suppl. à la R.A.E.).

Dutreuil P., 2013, Les occupations pré-laténiennes sur le promontoire du Malpas à Soyons (Ardèche), Mémoire de master 2, Lyon, Univ. Lumière - Lyon 2, 136 p., 50 fig., 33 pl.

Froquet h., 1994, Larina : étude typologique du matériel céramique protohistorique, Mémoire de MST, Lyon, Univ. Lumière - Lyon 2, 1994, 42 p., 32 fig.

Goubet P., Darinot F., 2014, « L’histoire de la tourbière de la Réserve naturelle nationale du Marais de Lavours : ce que nous révèlent les macrorestes », in : Darinot F. coord., Bilan de 30 ans d’études scientifiques dans le Marais de Lavours (1984-2014), p. 17-29 (Bull. de la Soc. linéenne de Lyon, hors-série n ° 3).

Guillet J.-P., Stahl-Gretsch L.-I., Treffort J.-M., Voruz J.-L., 1999, « Le site protohistorique de Saint-Alban à Creys-Pusignieu (Isère) : une belle stratigraphie du Bronze final IIIa au Hallstatt ancien », in : Beeching A., Vital J. dir., Préhistoire de l’espace habité en France du Sud et actualité de la recherche, Actes des premières rencontres méridionales de Préhistoire récente, Valence, 1994, Valence, Centre d’Archéologie Préhistorique, p. 269-286 (Travaux du C. A. P., no 1).

Hénon P., 1997, Les habitats néolithiques et protohistoriques de la ’Z.A.C. des Perches’à Saint-Priest (Rhône), Document final de synthèse de sauvetage urgent, Lyon, Afan Rhône-Alpes-Auvergne, 3 vol., 228 p., 241 fig., annexes (rapport de fouille non publié, déposé au S.R.A. de Rhône-Alpes).

Kerouanton I., 2002, « Le lac du Bourget (Savoie) à l’Âge du Bronze final : les groupes culturels et la question du groupe du Bourget », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 99, no 3, p. 521-561.

Lalaï D., Mazuy D., 1996, Un site de hauteur pré-protohistorique sur l’extrémité septentrionale de la Montagne de Collejard : Saint-Martin-du-Fresne ’Montagne de Collejard’, Document final de synthèse de sauvetage urgent, Lyon, Afan Rhône-Alpes-Auvergne, 29 p., 12 fig., 12 pl. (rapport de fouille non publié, déposé au S.R.A. de Rhône-Alpes).

Lasserre M., Vigreux T., Basoge F., Logel T., Putelat O., Schneider N., Michler M., Jodry F., Boës X., 2011, « Le site de la fin du Bronze final du Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) : études sur le paléoenvironnement rhénan et études archéologiques : résultats préliminaires », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 108, no 4, p. 731-754.

Legendre J.-P., Olivier L., 2003, « L’oppidum de Sion : état des connaissances et contexte régional », Archæologia Mosellana, 5, p. 53-76.

Lepic L.-N., 1873, « Sur la grotte de Savigny », Bull. de la Soc. d’Anthropologie de Paris, série II, t. 11, p. 62-66.

Magny M., Bossuet G., Gauthier E., Richard H., Vannière B., Billaud Y., Marguet A., Mouthon J., 2007, « Variations du climat pendant l’Âge du Bronze au centre-ouest de l’Europe : vers l’établissement d’une chronologie à haute résolution », in : Richard H., Magny M., Mordant C. dir., Environnements et cultures à l’Âge du Bronze en Europe occidentale, Actes du 129ème congrès national des Soc. historiques et scientifiques du CTHS, Besançon, 2004, Paris, éd. du CTHS, 2007, p. 13-28 (Documents préhistoriques, 21).

Martin S., 2006, « Chindrieux, route du Sapenay », in : Bilan scientifique 2004, DRAC Rhône-Alpes, Lyon, S.R.A. de Rhône-Alpes, p. 193.

Milcent P.-Y., 2009, « Le passage de l’Âge du Bronze à l’Âge du Fer en Gaule au miroir des élites sociales : une crise au viiie s. av. J.-C. ? », in : Roulière-Lambert M.-J., Daubigney A., Milcent P.-Y., Talon M., Vital J. dir., De l’Âge du Bronze à l’Âge du Fer en France et en Europe occidentale (xe-viie siècle av. J.-C.) : la moyenne vallée du Rhône aux âges du Fer, Actes du XXXème colloque international de l’AFEAF, co-organisé avec l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006, Dijon, S.A.E., p. 453-476 (27ème suppl. à la R.A.E.).

Milcent P.-Y., Mennessier-Jouannet C., 2007, « Entre déterminisme environnemental et processus historiques : formes et modalités d’occupation du sol en basse Auvergne du Bronze final au début du second Âge du Fer », in : Richard H., Magny M., Mordant C. dir., Environnements et cultures à l’Âge du Bronze en Europe occidentale, Actes du 129ème congrès national des Soc. historiques et scientifiques du CTHS, Besançon, 2004, Paris, éd. du CTHS, p. 227-242 (Documents préhistoriques, 21).

Millotte J.-P., 1963, Le Jura et les plaines de Saône aux âges des métaux, Paris, Les Belles Lettres, 2 vol., 452 p., 77 pl., 9 cartes (Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, 59, Archéologie, 16).

Mordant C., Bardel D., 2011, « L’Âge du Bronze à Vix : nouvelles perspectives », in : Chaume B., Mordant C. dir., Le complexe aristocratique de Vix : nouvelles recherches sur l’habitat, le système de fortification et l’environnement du mont Lassois. Dijon, Éd. univ. de Dijon, p. 839-854.

Néré E., Isnard F., 2012, « L’occupation humaine au Bronze final sur les berges du Léman : deux exemples d’habitats à Chens-sur-Léman, ’Rue de Charnage’ et ’Véreître’ », in : Honegger M., Mordant C. dir., L’Homme au bord de l’eau : archéologie des zones littorales du Néolithique à la Protohistoire, Actes du 135ème congrès national des Soc. historiques et scientifiques du CTHS, ’Paysages’, Neuchâtel (Suisse), 6-11 avril 2010, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande/Paris, éd. du CTHS, p. 327-344 (Cahiers d’Archéologie romande, 132 - Documents préhistoriques, 30).

Nicod P.-Y., Sordoillet D., Chaix L., 1998, « De l’Épipaléolithique à l’époque moderne sur le site du Seuil-des-Chèvres (La Balme, Savoie) », R.A.E., t. 49, p. 31-85.

Oberkampf M., 1997, Âge du Bronze de Haute-Savoie. T. 1 : En dehors des stations littorales, Annecy, Musée-château d’Annecy, 213 p., 58 pl.

Ozanne J.-C., 1995, L’Âge du Bronze final dans les hautes vallées de Maurienne et de Tarentaise : étude introductive à partir du matériel céramique, Mémoire de MST, Lyon, Univ. Lumière - Lyon 2, 119 p., 18 pl.

Ozanne J.-C., 2004, « La Ravoire, Bas Mollard, ZAC de l’Échaud », in : Bilan scientifique 2001, DRAC Rhône-Alpes, Lyon, S.R.A. de Rhône-Alpes, p. 180-181.

Ozanne J.-C., 2007, « Hautecour, Le Pelet, Le Mont Gargan », in : Bilan scientifique 2005, DRAC Rhône-Alpes, Lyon, S.R.A. de Rhône-Alpes, p. 208-209.

Ozanne J.-C., Vital J., 1999, « Documents pour servir à l’identification des relations transalpines occidentales dans la seconde moitié de l’Âge du Bronze », in : Beeching A. dir., Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la préhistoire : matériaux pour une étude, Valence, Centre d’Archéologie Préhistorique, p. 519-553 (Travaux du C.A.P., 2).

Pélatan J.-p., 1986, L’oppidum de Larina, 102 p., 53 pl. (Revue archéologique Sites, hors-série no 31).

Perrin F., 1990, Un dépôt d’objets gaulois à Larina : Hières-sur-Amby, Isère, Lyon, 176 p., 148 fig. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 4).

Pétrequin P., 1988, « Le groupe Rhin-Suisse-France orientale en Franche-Comté : une réévaluation des données sur l’Âge du Bronze final », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. de l’APRAIF, p. 209-234 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Pétrequin P., 1990, « La grotte des Planches et l’appariement village grotte-refuge à l’Âge du Bronze final », in : Un monde villageois : habitat et milieu naturel en Europe de 2000 à 500 av. J.-C., Lons-le-Saunier, Musée d’archéologie, p. 83-86.

Pétrequin P., Weller O., 2007, « xve siècle av. J.-C. : la reprise de la croissance démographique dans le Jura », in : Richard H., Magny M., Mordant C. dir., Environnements et cultures à l’Âge du Bronze en Europe occidentale, Actes du 129ème congrès national des Soc. historiques et scientifiques du CTHS, Besançon, 2004, Paris, éd. du CTHS, p. 197-210 (Documents préhistoriques, 21).

Pétrequin P., Chaix L., Pétrequin A.-M., Piningre J.-F., 1985, La grotte des Planches-près-Arbois (Jura) : Proto-Cortaillod et Âge du Bronze final, Paris, éd. de la MSH, 273 p., 216 fig.

Piningre J.-F., 2012, « L’Âge du Bronze et le premier Âge du Fer dans le Jura et les plaines de la Saône : bilan 1993-2004 », in : Piningre J.-F., Richard A. dir., 1995-2005 : dix ans d’archéologie en Franche-Comté, Besançon, S.R.A. de Franche-Comté, p. 122-134 (Bilan scientifique régional, DRAC Franche-Comté, hors-série).

Poux M., Pranyies A., Milcent P.-Y., Guichard-Kobal L., Guillaud L., Lemaistre C., Millet M., Passemard B., Mader S., Tramon A., 2012, Corent (63) : rapport de fouille 2012, Lyon, Univ. Lumière - Lyon 2, 2 vol., 239 et 256 p., fig. (rapport de fouille non publié, déposé au S.R.A. d’Auvergne).

Rey P.-J., Moulin B., 2006, « Occupations et circulations préromaines autour du col du Petit-Saint-Bernard : méthode et premiers résultats d’une étude archéologique et sédimentaire de la montagne alpine », in : Alpis Graia, archéologie sans frontières au col du Petit-Saint-Bernard, Séminaire de clôture du projet Interreg IIIA, Aoste, 2006, Aoste, Projet Interreg IIIA, p. 77-118.

Rey P. -J., Franc O., Durand J., 2000, Chambéry (Savoie), parking du Palais de Justice, Rapport de fouille archéologique préventive, Bron, Afan Rhône-Alpes-Auvergne, 75 p., 55 fig., 2 tabl., 5 pl., annexes (rapport de fouille non publié, déposé au S.R.A. de Rhône-Alpes).

Rey P.-J., André I., Treffort J.-M., 2008, « Les versants du Petit-Saint-Bernard de la Préhistoire à l’Antiquité : nouvelles données sur les premières occupations de la montagne autour d’un passage transalpin », in : Richard H., Garcia D. dir., Le peuplement de l’arc alpin, Actes du 131ème congrès national des Soc. historiques et scientifiques, Grenoble, 2006, Paris, éd. du CTHS, p. 149-175 (coll. Documents préhistoriques, édition électronique).

Rey P.-J., Treffort J.-M., de Larminat S., 2012, « Le site néolithique et protohistorique du Châtelard de Bourg-Saint-Maurice (Savoie) : habitat perché et zone sépulcrale au pied du col du Petit-Saint-Bernard, dans leur contexte alpin », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 109, no 4, p. 731-765.

Rubat Borel F., 2006, « Il Bronzo finale nell’estremo Nord-Ovest italiano : il gruppo Pont-Valberga », Rivista di Scienze Preistoriche, 56, p. 429-482.

Sansoni U., Gavaldo S., 1995, L’arte rupestre del Pià d’Ort : la vicenda di un santuario preistorico alpino, Capo di Ponte, Ed. del Centro, 197 p., 71 fig. (Archivi, 10).

Serrières L., 2009, « Les sites de hauteur de l’Âge du Fer en moyenne vallée du Rhône », in : Roulière-Lambert M.-J., Daubigney A., Milcent P.-Y., Talon M., Vital J. dir., De l’Âge du Bronze à l’Âge du Fer en France et en Europe occidentale (xe -viie siècle av. J.-C.) : la moyenne vallée du Rhône aux âges du Fer, Actes du XXXème colloque international de l’AFEAF, co-organisé avec l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006, Dijon, S.A.E., p. 203-206 (27ème suppl. à la R. A. E.).

Sirand A.-M.-A., 1854, Courses archéologiques et historiques dans le département de l’Ain, Quatrième partie, Bourg-en-Bresse, Milliet-Bottier, 184 p., 10 pl.

Thévenin E., Jacquet P., Franc O., Vachon V., 2006, Culoz (01)’Les terrasses du Jugeant’, Rapport de diagnostic archéologique, Bron, Inrap Rhône-Alpes-Auvergne, 33 p., 19 fig., annexes (rapport de fouille non publié, déposé au S.R.A. de Rhône-Alpes).

Thiériot F., 2000, Le mobilier céramique de l’Âge du Bronze final 3b du site des Barlières à Serrières-de-Briord (Ain) : tentative de caractérisation d’une production du ixe siècle avant J.-C. dans la haute vallée du Rhône français, Mémoire de maîtrise, Dijon, Univ. de Bourgogne, 105 p., 80 fig., 57 pl., annexes.

Thiériot F., Treffort J.-M., 2009, « Nouvelles données sur l’évolution de la céramique de la fin de l’Âge du Bronze au premier Âge du Fer entre Alpes et Jura », in : Roulière-Lambert M.-J., Daubigney A., Milcent P.-Y., Talon M., Vital J. dir., De l’Âge du Bronze à l’Âge du Fer en France et en Europe occidentale (xe-viie siècle av. J.-C.) : la moyenne vallée du Rhône aux âges du Fer, Actes du XXXème colloque international de l’AFEAF, co-organisé avec l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006, Dijon, S.A.E., p. 299-315 (27ème suppl. à la R.A.E.).

Treffort J.-M., 1994, Archéologie spatiale de l’Âge du Bronze final dans le Jura méridional, Mémoire de DEA, Lyon, Univ. Lumière - Lyon 2, 80 p., 22 fig.

Treffort J.-M., 2002, Sites de hauteur pré-protohistoriques du département de l’Ain : enceintes défensives et sites de hauteur du Néolithique à l’époque antique dans la partie montagneuse du département de l’Ain (Jura méridional) : bilan documentaire et vérifications de terrain, Rapport de prospection-inventaire, Bron, Inrap Rhône-Alpes-Auvergne, 101 p., 48 fig. (rapport non publié, déposé au S.R.A. de Rhône-Alpes).

Treffort J.-M., 2004, Culoz (Ain) : Le Molard Jugeant, Rapport de diagnostic archéologique, Bron, Inrap Rhône-Alpes-Auvergne, 51 p., 46 fig., tabl. (rapport de fouille non publié, déposé au S.R.A. de Rhône-Alpes).

Treffort J.-M., 2009, « L’environnement archéologique », in : Voruz J.-L. dir., La grotte du Gardon (Ain). Vol. 1 : Le site et la séquence néolithique des couches 60 à 47, Toulouse, Archives d’Écologie préhistorique, p. 141-156.

Treffort J.-M., 2012, « Le Molard Jugeant à Culoz (Ain) : un site majeur pour la Protohistoire du Bugey », in : Corna M. dir., Actes de la première rencontre d’Archéologie régionale, Briord, 29 mai 2010, Briord, Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Briord et des Environs, p. 87-102 (Cahiers d’archéologie du Musée de Briord, 1).

Treffort J.-M., 2013, « Le peuplement du Jura du Sud à l’Âge du Bronze et au premier Âge du Fer », in : Richard A., Schifferdecker F., Mazimann J.-P., Bélet-gonda C., Le peuplement de l’Arc jurassien de la Préhistoire au Moyen Âge, Actes des deuxièmes journées archéologiques frontalières de l’Arc jurassien, Delle (France) - Boncourt (Suisse), 16-18 nov. 2007, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté/Porrentruy, Off. de la Culture et Soc. jurassienne d’Émulation, p. 273-285 (Annales Litt. de l’Univ. de Franche-Comté, 17 - Cahier d’Archéologie jurassienne, 21).

Valentin-Smith J.-E., 1888, Fouilles dans la vallée du Formans (Ain) en 1862 : documents pour servir à l’histoire de la campagne de Jules César contre les Helvètes, Lyon, Librairie ancienne d’Auguste Brun, 153 p., 3 cartes, 10 pl.

Verger S., Guillaumet J.-P., 1988, « Les tumulus de Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) : premières observations », in : Les Princes Celtes et la Méditerranée, Rencontres de l’École du Louvre, 1987, Paris, Paris, La Documentation française, p. 230-240.

Vilain R., 1966, Le gisement de Sous-Balme à Culoz (Ain) et ses industries microlithiques, Lyon, 219 p., 45 fig., 23 pl., 10 tabl., 4 cartes (Doc. des Laboratoires de Géologie de la Faculté des Sciences de Lyon, 13) Vilain R., Cogoluenhes A., Santos Martin J., Fillion J.-P., Borelli E., 1992, « Un abri sépulcral du Néolithique moyen à Landèze, commune de Culoz (Ain - France) », Le Bugey, 79, p. 25-51.

Vilain R., Treffort J.-M., Borelli E., Ughetti C., 2012, « Un abri sous roche protohistorique à parois gravées : l’abri du Molard à Lavours (Ain - France) », in : Corna M. dir., Actes de la première rencontre d’Archéologie régionale, Briord, 29 mai 2010, Briord, Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Briord et des Environs, p. 69-85 (Cahiers d’Archéologie du musée de Briord, 1).

Visseyrias A., 1998, L’occupation protohistorique du site des Grandes Croix à Beynost (Ain) : étude de la céramique, Mémoire de maîtrise, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol., 79 p., 15 fig., 24 tab., 42 pl.

Vital J., 1990a, « L’espace villageois interne au Bronze final et au Hallstatt C dans le Jura : problématique architecturale et problématique culturelle à partir de l’exemple du Pré de la Cour à Montagnieu (Ain) », in : Archéologie et Espaces, Actes des Xe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire, Antibes, 1989, Juan-les-Pins, APDCA, p. 261-284.

Vital J., 1990b, « Habitats de l’Âge du Bronze dans la vallée du Rhône et les Alpes occidentales. », in : Un monde villageois : habitat et milieu naturel en Europe de 2000 à 500 av. J.-C., Lons-le-Saunier, Musée d’archéologie, p. 113-128.

Vital J., 1992, « Du ixe au viie siècle av. J.-C. dans le Jura méridional : scénario d’évolution culturelle », in : Kaenel G., Curdy P. dir., L’Âge du Fer dans le Jura, Actes du 15ème colloque de l’AFEAF, Pontarlier, France et Yverdon-les-Bains, Suisse, 9-12 mai 1991, Lausanne, Bibl. hist. vaudoise, p. 163-180 (Cahiers d’archéologie romande, 57).

Vital J., 1999, « Identification du Bronze moyen-récent en Provence et en Méditerranée nord-occidentale », Documents d’Archéologie méridionale, 22, p. 7-115.

Vital J. dir., 1993, Habitats et sociétés du Bronze final au premier Âge du Fer dans le Jura : les occupations proto historiques et néolithiques du Pré de la Cour à Montagnieu (Ain), Paris, CNRS éd., 253 p., 107 fig. (Monographie du C.R.A., 11).

Vital J., Benamour P. dir., 2012, Économies, sociétés et espaces en Alpes : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie) : du Néolithique moyen 2 à l’Âge du Fer, Lyon, ALPARA, 388 p., 243 fig. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 36).

Notes

1 Je remercie E. Thévenin et P. Jacquet, qui m’ont donné toute latitude pour reprendre l’étude du mobilier céramique mis au jour lors du diagnostic de 2006.

2 Ly-5663 : 2300 ± 100 BP (intervalle calibré de 509 à 203 BC à 1 sigma et de 755 à 112 BC à 2 sigma) ; Ly-5980 : 2405 ± 45 BP (intervalle calibré de 705 à 401 BC à 1 sigma et de 751 à 394 BC à 2 sigma).

3 Étude J.-M. Treffort ; relevé effectué par E. Varrel et Y. Robin (3D scan map).

4 Dans l’attente de données plus précises sur les usages et les statuts de ces sites, au moins pour ce qui est de l’est de la France, il semble prématuré de considérer que « la construction de fortifications au Bronze final ne peut plus aujourd’hui être tenue comme l’indice d’une époque d’insécurité et de crises conflictuelles » (Milcent, 2009, p. 466, note 10).

5 Bien que la question de la fonction des palissades – attestées au Saut de la Pucelle (Bronze final IIb et IIIb), à Grésine Est (Bronze final IIIb) et à Meimart 2 (Bronze final IIIa ?) – puisse encore parfois faire l’objet de discussions, leur utilité défensive reste peu évidente et n’est généralement pas retenue (pour les stations de la région des Trois-Lacs, en Suisse, voir par exemple Arnold, Langenegger, 2012, p. 197).

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search