Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

L’épicéa et les variations climatiques sur le plateau suisse à l’Âge du Bronze : premiers vestiges et proposition méthodologique

Adrian Huber

Résumé

L’objectif de cet article est la collecte des rares attestations d’épicéa dans les sites de l’Âge du Bronze sur le Plateau suisse et la discussion de leur intérêt vraisemblable pour la restitution de l’histoire du climat local.

Il y a quelques années, André Marguet a contribué, avec trois autres auteurs, à un volume intitulé Environnement et Cultures à l’Âge du Bronze en Europe occidentale (Richard et alii, 2007). Ce bilan éclaire non seulement son grand intérêt pour le sujet, mais aussi son goût pour la collaboration scientifique. Tandis que son implication porte d’une façon logique sur la nature des « palafittes » (le sujet principal des recherches d’André Marguet), la collaboration est la conséquence d’une attitude personnelle. C’est aussi grâce à ce talent que le lac de Bourget – ainsi que quelques lacs jurassiens – jouent depuis longtemps un rôle avant-gardiste dans les sciences du paléoenvironnement holocène, en particulier la paléoclimatologie.
Reconnaissant ce mérite et considérant la région de Zurich et la Savoie sous l’aspect des paysages parents (au sens de l’histoire naturelle, de la topographie et concernant le phénomène des sites lacustres), nous saisissons l’occasion honorable de dédier les modestes observations suivantes au destinataire de cet ouvrage. Elles traitent d’un proxy probablement climatologique qui est encore mal connu – du moins d’après l’estimation de l’auteur.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Par exemple Magny, 1993. Le sujet a été effleuré auparavant pour le lac de Zurich, mais le traiteme (...)

1Aujourd’hui, l’explication de la genèse des stratigraphies lacustres et de leurs rythmes sur la base d’un modèle paléoclimatologique est acceptée par la majorité de la communauté scientifique (Jacomet et alii, 1995, p. 53). Il s’agit surtout des synchronisations systématiques entre les couches archéologiques et les proxy du climat par M. Magny, concernant les stratigraphies du lac de Bourget entre autres1.

  • 2 En ce qui concerne les corrélations chaud/sec et froid/humide, voir Maise, 2005, p. 183-184. Encore (...)
  • 3 Des vues illustratives sur des plages nues comme celles du lac de Chalain (Pétrequin, 1988, p. 16) (...)
  • 4 Schweingruber, 1996, particulièrement p. 470 et p. 480. Une étude parue récemment reconstruit la pr (...)

2D’après ce modèle, l’absence/présence des « palafittes » est déterminée par les fluctuations lacustres, conséquences du climat chaud/sec ou froid/humide2. La quantification de ces circonstances climatiques – importante pour les conditions agricoles et, par conséquent, essentielle (Maise, 1998, p. 210-218) – reste un problème insuffisamment résolu. Les niveaux lacustres nécessaires pour la formation des « palafittes » (bas et stables pendant plusieurs années ou décennies, et pas seulement saisonniers) se dérobent à notre expérience3. D’un côté, des indicateurs causals comme les variations des éléments écliptiques, les cycles de taches solaires ou l’activité volcanique sont indirects. L’influence des paramètres climatiques, comme la température ou les précipitations par exemple, est difficile à estimer et est souvent étudiée à l’échelle globale (Maise, 1998, p. 202-208). De façon similaire, cette remarque est valable pour les relations isotopiques O18/O16 et C14/C12. Par ailleurs, les sources de divers indicateurs se trouvent en milieu alpin (comme la fluctuation de la limite forestière et celle des glaciers). Ils reflètent immédiatement les relations climatiques aux bords des lacs (Fischer, 1997, p. 104-105). Actuellement, la contribution de la dendroclimatologie semble se limiter également aux zones subalpines/alpines et boréales, milieux extrêmement sensibles (Schweingruber, 1993, p. 367-375 ; Schweingruber, 1996, p. 466-470 ; Maise, 1998, p. 200). Avec des conditions modérées, la croissance annuelle des arbres détecterait surtout des événements extrêmes, normalement de courte durée, les phases climatiques à l’échelle des variations holocènes restant invisibles ou difficiles à déterminer4. Ce fait s’explique par une certaine capacité des arbres à compenser des influences variées et par une tolérance de ces organismes face aux changements environnementaux.

Fig. 1. Zurich-Alpenquai, sites lacustres datant du Bronze final. Seau composé de douvelles en bois d’épicéa (M. Bachmann, Service d’archéologie du Canton de Zurich).

  • 5 Trapa natans : Jäggi, 1883 ; Rösch, 2006. Thymelea passerina : Huber A., Vandorpe P. (en préparatio (...)

3En bord de lac et dans leur environnement proche, les indicateurs climatiques sont extrêmement rares : la mise en évidence de Trapa natans ou de Thymelea passerina par exemple, indique probablement des températures plus chaudes qu’aujourd’hui5, mais leur évaluation est assez difficile.

2. « À la recherche du bois perdu »

4Durant l’école primaire, l’auteur a reçu l’enseignement d’un maître fortement intéressé par l’histoire naturelle indiquant que l’épicéa (Picea abies) n’était pas un élément indigène des forêts en basse altitude, mais un arbre provenant des régions plus élevées (alpine et préalpine), et protégé par l’homme pour ses avantages forestiers. La confrontation avec tous les inventaires de bois des sites lacustres et les quelques rares études anthracologiques de la région zurichoise que l’auteur a rencontrées pendant ses études universitaires correspondaient à cette hypothèse écologique (par exemple Bräker, 1979 ; Jacomet, 1989, p. 212).

  • 6 Maise, 2004, Taf. 213, 2378. Quelques fragments d’épicéa sont dignes d’être mentionnés, comme ceux (...)

5Toutefois, en 1998, l’extraction d’un seau, composé de douvelles en bois d’épicéa sur le site palafittique de « Zürich-Alpenquai » était assez déconcertante (Künzler-Wagner, 2005, p. 47-48, Taf. 28, 226) (fig. 1). Hormis un cerceau comparable parmi les fouilles anciennes du palafitte de « Zug-Sumpf » et de quelques fragments de fond et de douves à Hauterive-Champréveyres – tous en épicéa ! – la découverte exceptionnelle de l’Alpenquai restait unique jusqu’à ce jour6. Aucune analyse radiocarbone de l’objet n’a été effectuée, mais en tenant compte du contexte stratigraphique bien observé, une datation à la toute fin de l’Âge du Bronze est très probable. Plus concrètement, le fond du seau se trouvait dans la couche supérieure, Phase D, connecté avec deux datations dendrochronologiques, en 866 et en 844 av. J.-C. En raison des réflexions sur la diffusion de l’épicéa et de l’absence totale de ce bois dans les constructions des sites lacustres, il semblait logique à l’auteur d’exclure une production locale et d’envisager une importation alpine ou jurassienne.

Fig. 2. Étroitesse du lac de Zurich entre Rapperswil et Hurden (vue vers le sud-est). Juste devant le passage actuel se trouvent les passages préhistoriques. En arrière-plan la chaîne des Préalpes montant jusqu’à 1 000 m au-dessus de la mer et les montagnes calcaires des nappes helvétiques.

  • 7 Pillonel, 2007, p. 97. Cette estimation correspond aux résultats obtenus sur des sites néolithiques (...)

6À cette époque, l’auteur n’avait pas pris note des seize pieux d’épicéa découverts en 1991 dans le périmètre du site de la période du Bronze ancien à Arbon-Bleiche TG sur le lac de Constance (Hochuli, 1994, p. 333, tab. 46), ni des vingt-sept bardeaux ou bois couchés en épicéa du site du Bronze final de Zug-Sumpf (Seifert, 1996, p. 48-50, fig. 47-49). Entre 1998 et 2000, ce fut alors la découverte et l’exploration des passages préhistoriques du lac de Zurich entre Rapperswil SG et Hurden SZ, qui changèrent la base des dates disponibles d’une manière fondamentale (Scherer, Wiemann, 2008) (fig. 2). Les analyses et les datations de différentes structures montrent l’utilisation d’épicéa pour des éléments de construction. À l’inverse du seau de Zurich-Alpenquai, des pieux ne sont pas aisément transportables. Pour le site Bronze final de Hauterive-Champréveyres, l’étude menée sur les bois d’œuvre permet d’estimer une distance de guère plus d’un kilomètre pour le terroir forestier exploité7.

7D’ailleurs, il faut mentionner huit pieux en bois d’épicéa sur le site Bronze ancien à Rapperswil-Jona SG-Technikum (Schmidheiny, 2010, p. 106, fig. 8), neuf à Concise (Winiger, 2008, p. 112, fig. 88, fig. 94 et fig. 12), deux exemples sur le site d’Auvernier-Nord et un sur celui de Hauterive-Champréveyres (Pillonel, 2007, p. 68, fig. 75). Enfin des troncs d’épicéa ont été utilisés pour les cadres de constructions trapézoïdales trouvées sur le littoral préhistorique du lac de Zug, près de Steinhausen ZG (Eberschweiler, 2004, p. 56, fig. 47).

8Les réflexions suivantes se focalisent surtout sur les pieux, éléments de construction peu transportables. Les découvertes de Zug-Sumpf restent exclues, car leur présentation ne permet pas la distinction entre des bois couchés ou des bardeaux. Ces derniers pourraient bien être produits assez loin du village. En outre, plusieurs détails comme les âges des arbres et leurs datations exactes restent inconnus.

3. Remarques géographiques

9Tous les sites rassemblés se trouvent au bord des lacs du Plateau suisse (fig. 3). Les altitudes varient de 394 à 430 m au-dessus du niveau de la mer. Tous sont très proches des zones montagnardes. Il s’agit, d’une part, des collines du Jura, éloignées de 1 à 2 km de Concise, d’Hauterive et d’Auvernier, culminant à 1 000 m d’altitude, et, d’autre part, des Préalpes appenzelloises et de Suisse centrale, avec 1 000/1 100 m d’altitude, éloignées de 8 km d’Arbon, de 3 à 4 km de Rapperswil-Hurden et de 4 km de Steinhausen.

10Le site de Zurich-Alpenquai se situe plus loin des Préalpes, mais seulement à 4 km du sommet de l’Üetliberg, culminant à 870 m d’altitude. Il est relié aux Préalpes par une chaîne de montagnes (« Albiskette ») longue de 30 km.

4. Observations chronologiques

11Grâce à la dendrochronologie, aux séries de mesures radiocarbone et au contexte architectural, les données de Steinhausen, Hurden et Concise sont aptes à préciser la datation du phénomène.

12Dans le cas du trapèze de Steinhausen, les troncs d’épicéa et de frênes associés sont datés vers 1400 av. J.-C. par dendrochronologie (Eberschweiler, 2004, p. 90-91). D’après leur âge, ces arbres seraient nés entre 1475 et 1460 av. J.-C.

  • 8 Base de dates d’après Scherer, Wiemann, 2008, actualisée par la liste du laboratoire de dendrochron (...)

13À Hurden, des épicéas font partie de diverses structures dont la 5 avec quatre pièces, la 6 avec cent soixante-dix pièces, la 11 avec quatre pièces et la 13 avec dix pièces : leurs datations préhistoriques en font tout leur intérêt (fig. 4)8. Mais les études dendrochronologiques concernent exclusivement les chênes ; les mesures radiocarbone ont porté sur diverses espèces et les calibrations ont été réalisées avec le logiciel OxCal 4.1. Il faut toutefois refuser une série de datations 14C publiées car les échantillons concernent les parties intérieures des troncs, côté cœur. Les échantillons acceptés pour cette étude présentent leur dernier cerne sous écorce (ou s’en trouvent très proche) et comportent dix cernes au maximum.

  • 9 Scherer, Wiemann, 2008, p. 10, tab. 2 et 17. Les datations radiocarbone refusées sont ETH-28962, ET (...)

14Trois pieux en chêne de la structure 5 ont été abattus en 647 av. J.-C., l’intervalle à 2 sigma de deux 14C donne une datation entre 790/770 et 500/400 BC cal. (fig. 5)9.

Fig. 3. Vue d’ensemble des sites archéologiques traités. Étoiles : bois d’épicéa de construction ou de combustion. Cercles : trouvailles en bois d’épicéa.

Fig. 4. Vue d’ensemble des passages préhistoriques entre Hurden et Rapperswil (d’après Scherer, Wiemann, 2008).

15Il semble raisonnable de transmettre cet intervalle aux pieux d’épicéa de la structure 5. L’âge des arbres n’est pas connu mais on peut l’estimer à trente ou quarante ans près, ce qui correspond à une naissance au plus tôt au cours des années 840/810 av. J. -C.

OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009

OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009

Fig. 5. Hurden, structure 5. Datations 14C et phase d’abattage (modifié d’après Scherer, Wiemann, 2008).

OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009

OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009

Fig. 6. Hurden, structure 6. Datations 14C et phases d’abattage (modifié d’après Scherer, Wiemann, 2008). II : dernier cerne formé inclus ; : échantillon proche du dernier cerne formé ; nombres : âge de chaque arbre.

OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009

OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009

Fig. 7. Hurden, structure 11. Datations 14C et phases d’abattage (modifié d’après Scherer, Wiemann, 2008). Nombres : âge de chaque arbre.

16Les structures 6 et 11 font probablement partie de la même période (fig. 4). Des phases d’abattage sont attestées en 1628 av. J.-C. (corrélation incertaine, soutenue par trois dates14 C qui donnent des âges calibrés pas après 1640-1613 av. J.-C.), en 1523 av. J.-C. (corrélation certaine), en 1495 av. J.-C. (corrélation certaine) et en 1451 av. J.-C. (corrélation certaine). Les analyses 14C forcent seulement la supposition d’une seule phase d’abattage entre 1428 et 1132 av. J.-C. (fig. 6, fig. 7). Les datations les plus récentes, entre 1264 et 921 av. J.-C., sont compatibles avec ce cadre. L’analyse chrono-typologique des découvertes associées ne livre pas d’indices sur l’existence d’un passage au xie siècle av. J.-C.

OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009

OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009

Fig. 8. Hurden, structure 13. Datations 14C et phases d’abattage (modifié d’après Scherer, Wiemann, 2008). II : dernier cerne formé inclus ; : échantillon proche du dernier cerne formé ; k : séquence courte ; nombres : âge de chaque arbre.

  • 10 Dans ce cas, il faudrait au moins supposer deux phases d’abattage entre 1428 et 1132 av. J.-C.

17En ce qui concerne l’épicéa, Scherer et Wiemann ont présenté trois analyses 14C d’arbres âgés de 13, 63 et 83 ans. À 2 sigma, les trois bois sont compatibles avec la phase d’abattage de 1523 av. J.-C. Deux le sont avec les phases d’abattage de 1495 et de 1451 av. J.-C., en outre avec une phase possible après 1428 av. J.-C. et – si ces épicéas datés par les analyses 14C partagent vraiment cette phase – avant 1300 av. J.-C.10 Enfin une analyse est compatible avec la phase d’abattage de 1628 av. J.-C.

18Si l’on considère la datation à 1 sigma, une seule est exclusivement compatible avec la phase d’abattage de 1628 av. J.-C. Les deux autres ne le sont qu’avec les phases d’abattage de 1495, 1451 et après 1429 av. J.-C.

19Les âges des arbres estimés indiquent qu’ils sont probablement nés dans les années 1700 - 1800 et pour deux d’entre eux, vers 1500 av. J.-C.

20La structure 13 représente probablement un assemblage des éléments de diverses autres structures. Les âges biologiques des trois épicéas analysés par la méthode14 C sont inconnus. Toutefois, les datations par mesures du radiocarbone sont compatibles avec les périodes de germination supposées pour les épicéas des structures 6 et 11 (fig. 8). C’est plus particulièrement le cas avec l’arbre daté de l’Âge du Bronze ancien, vraisemblablement né avant 1640 av. J.-C., mais son âge reste inconnu.

21À Concise, cinq pièces d’épicéa sont associées avec la phase dendrochronologique 1801-1773 av. J.-C., trois avec la phase 1646-1619 av. J.-C., une avec la phase 1618-1570 av. J.-C. (Winiger, 2008, p. 154 et 156). À défaut de leur âge réel, il ne reste que l’estimation des temps de germination un peu avant 1800 et peut-être vers 1700 av. J.-C.

22La datation du seau de Zurich-Alpenquai, déjà mentionnée, le place à la toute fin de l’Âge du Bronze. Il ne peut faire l’objet de comparaison car c’est un objet mobilier, donc portable, contrairement aux structures immobilières. Signalons à ce sujet, la datation, similaire à celle du seau, des courtes séries de deux pieux d’épicéa du site d’Auvernier-Nord à la fin de l’Âge du Bronze (875-850 av. J.-C. par dendrochronologie ; Arnold, 1990, p. 15).

5. Structure chronologique et oscillations climatiques

23À partir des datations de ces séquences distinctes, on peut proposer des phases de germination vers les années 1800, 1700, entre 1580 et 1530 mais aussi entre les années 1500 et 1132 et enfin entre les années 800 et 650 av. J.-C.

24La divergence entre l’apparition de l’épicéa et les cycles de peuplements forestiers sur les littoraux, modifiée d’après Billamboz, 2009, p. 499, fig. 110, est évidente (fig. 9). Il faut mentionner que les trop faibles indices mis à disposition, ainsi que l’absence de datations dendrochronologiques, ne permettent pas de spécifier les oscillations pour la période antérieure à 1800 av. J.-C. Seule, l’analyse 14C d’un frêne de Greifensee-Böschen (daté de 2289-1911 av. J.-C. à 2 sigma) laisse clairement penser que le littoral était peuplé avant 1900 av. J.-C. (Conscience, Eberschweiler, 2001, p. 139, Abb. 4). D’après le modèle chronologique établi par Schmidheiny, 2011, p. 65, cette occupation littorale (Bronze ancien Ia) se manifeste également sur le site de Zurich-Mozartstrasse, village A/B, dont la fin de l’occupation est estimée entre les années 1900 et 1850 av. J.-C.

25Une deuxième phase d’occupation (Bronze ancien Ib) est assurée par les datations dendrochronologiques de Concise (1801-1773 av. J.-C. ; Winiger, 2008, p. 153), de Préverenge I, période A (1780-1758 av. J.-C. ; Corboud, Pugin, 2008, p. 49) et de Zurich-Mozartstrasse village C1A/B, avec un abattage daté en 1799, et plusieurs datations sur aubier ayant un terminus en 1776 av. J.-C., tous compatibles avec le modèle chronologique qui livre un cadre couvrant les années 1820-1750 av. J. -C. (Schmidheiny, 2011, p. 65). Des observations sur le site du Bronze ancien de Horgen-Scheller laissent à penser que cette phase se poursuivrait jusque dans les années comprises entre 1750 et 1710 av. J.-C. (voir infra).

Fig. 9. Synchronisation climat-peuplement lacustre-phases de germination des épicéas. Trait bleu : valeur du résiduel 14C correspondant à une réduction de l’activité solaire.

  • 11 Laboratoire dendrochronologique de la ville de Zurich, Niels Bleicher, bulletin 708 (inédit).

26Au contraire des phases précédentes, la troisième période, au cours du Bronze ancien IIa, est avérée très abondante dès 1640 av. J.-C. Cet intervalle débute avec de rares dates dendrochronologiques, comme celles des sites de Morges-Les Roseaux F (1675-1670 av. J.-C. : Corboud, Pugin, 2008, p. 54, fig. 14) ou de Horgen-Scheller, avec une phase d’abattage en 1673 av. J.-C.11. L’absence de séries dendrochronologiques vers 1590/70 av. J.-C. marque la fin de la troisième phase du peuplement sur le littoral des lacs (Concise 1570 ; Winiger, 2008, p. 155 ; Zurich-Mozartstrasse 1580 : Schmidheiny, 2011, p. 65-67 ; Bodman-Schachen I 1591 : Köninger, 2006, p. 244 ; Lac de Constance en général 1590/1570 : Billamboz, 2009, p. 499, fig. 110).

27Une quatrième phase d’occupation (au cours du Bronze ancien IIb) se dessine entre les années 1520/10 et 1480 av. J.-C. (par exemple, Zurich-Mozartstrasse village C3 : Schmidheiny, 2011, p. 67, Bodmann-Schachen I : Köninger, 2006, p. 244). Pour la Suisse orientale et pour la région des trois lacs, A. Billamboz a recueilli des résultats dendrochronologiques pour une période comprise entre 1570 à 1520 av. J.-C. En ce qui concerne leur importance sur la question du peuplement des littoraux, il faut faire les remarques suivantes : ce sont des données récoltées sur les sites de Hurden-Rosshorn (passage), de Steinhausen-Chollerpark (matériel déposé par les flots), de Erlach-Heidenweg (pirogue), de Zurich-Mozartstrasse (datations non valables d’après la révision de 2010/2011) et des datations sur le « Nussbaumersee » (Billamboz, 2009, p. 532-533, tab. 9). À part pour les dernières, ces données ne témoignent pas de l’occupation des littoraux pendant la période en question. Dans le cas du « Nussbaumersee », il faut faire attention aux particularités et à l’hydrologie d’un très petit lac, qui probablement divergent de celles de grands lacs, tels que ceux de Zurich ou de Constance.

28En 1480 av. J.-C., on remarque une interruption de la présence des sites lacustres jusqu’à l’Âge du Bronze final (xie siècle av. J.-C.) et il est bien connu que cet habitat traditionnel est définitivement abandonné vers 800 av. J.-C.

29Selon nous, ces rythmes peuplement/dépeuplement étaient influencés par des facteurs climatiques. C’est incontesté pour les lacunes au cours de l’Âge du Bronze moyen (péjoration de Löbben) et du premier Âge du Fer (péjoration de Göschenen I) ; tous les deux en corrélation avec des valeurs positives du14 C résiduel (correspondant à une réduction de l’activité solaire) (fig. 9).

30En ce qui concerne la dépression climatique postulée pour la période 1850-1800 av. J.-C., un signal positif du14 C résiduel se manifeste mais un peu en décalé entre les années 1880 et 1840 av. J.-C. Mise à part cette différence, il correspond parfaitement à une phase d’inondation sur le site de Concise (Winiger, 2008, p. 106, fig. 87) et à celle caractérisée par le sable de la couche b3 du site de Zurich-Mozartstrasse déposé entre 1900/1850 et 1870/1810 av. J.-C. (Schmidheiny, 2011, p. 65). Dans ce contexte, il faut signaler des indices concernant un retard de la température, en relation avec l’évolution du 14C résiduel, de dix à trente ans (Eichler et alii, 2009). Soit dit en passant, une correction équivalente améliore le parallélisme de la fin des sites lacustres et le 14C résiduel juste après 1500 av. J.-C. jusqu’au début de la dépression de Löbben.

  • 12 Voir note infra 11.

31De même, on trouve deux hausses marquantes analogues du14 C résiduel, l’une entre 1740 et 1720, l’autre entre 1700 et 1770 av. J.-C. Avec le retard mentionné, elles laissent augurer une dépression de la température entre 1710 et 1650, correspondant à une hausse du niveau du lac à Concise (Winiger, 2008, p. 106, fig. 87) et l’inondation marquée par la couche C6 à Zurich-Mozartstrasse, estimée entre 1740 et 1640 av. J.-C. (Schmidheiny, 2011, p. 65, fig. 74). À Horgen-Scheller, la couche Bronze ancien, probablement corrélée à une phase d’abattage en 1673 av. J. -C., recouvre les pieux d’une maison totalement érodée ; l’un d’entre eux est daté dans la période 1750 à 1610 BC cal. par14 C (à 2 sigma)12. Cette observation implique un hiatus évoqué par une phase d’érosion très forte entre 1750 et 1673 av. J.-C. De plus, il faut attirer l’attention sur une progression glaciaire constatée pour les décennies après 1700 av. J.-C. (Röthlisberger et alii, 1980).

32Concernant le xvie siècle, la situation est ambigüe. Le 14C résiduel montre un maximum relatif jusqu’après 1600 av. J.-C. faisant penser à une phase défavorable du climat vers 1580/70 av. J.-C. Mais la courbe rediminue immédiatement pour le reste du siècle et indique une reprise du climat. En dépit de cela, la sédimentation du site de Zurich-Mozartstrasse contient des parties sableuses qui prouvent une, ou peut-être plusieurs, inondation(s) entre 1570 et 1510 av. J.-C. (Schmidheiny, 2011, p. 104, note 586).

33Les phases climatiques défavorables et les phases de germination des épicéas coïncident évidemment (fig. 9) ; à notre avis, pas par hasard.

  • 13 Hochuli, 1994, p. 351, Kat. 1144. Dans les fouilles anciennes, ont été découvertes plusieurs épingl (...)

34Les pieux d’épicéa du site palafittique d’Arbon-Bleiche 2 ne sont pas datés précisément dans la période de l’Âge du Bronze ancien. En principe, la germination de ces arbres pendant une phase climatique favorable est possible. Mais en ce qui concerne la proposition présentée, il est clair qu’ils se trouvaient tous dans un périmètre qui a également livré une hache de type Cressier, caractéristique de l’horizon Lochham/Habsheim, soit de la fin des palafittes du Bronze ancien au début du Bronze moyen, et provoqué par la dépression climatique de Löbben13. Cet aspect souligne en lui-même la corrélation proposée.

  • 14 Eberschweiler, 2004, p. 112, Abb. 135 et 136 ; p. 114, Abb. 141 ; p. 115, Abb. 144 et 145 ; p. 123,(...)

35Je concède aisément que cela repose, à l’heure actuelle, sur un faible nombre des dates pour cette période. Il est justement un contre-exemple, celui de l’analyse de bois d’un site lacustre du Bronze final dans la région de Hurden. L’observation suivante en est remarquable : juste au-dessus de l’horizon stratigraphique du Bronze moyen de Steinhausen, avec ses constructions trapézoïdales, on a détecté un horizon du Bronze final corrélé avec des datations dendrochronologiques sur la période 1060-860 av. J.-C. (Eberschweiler, 2004, p. 176). Comme il fallait s’y attendre, on ne trouve aucune mise en évidence de la présence de l’épicéa14.

6. Modèle de fluctuations

36D’après les analyses palynologiques, l’épicéa s’est établi sur le territoire suisse entre 6500 et 5500 av. J.-C. (Burga, Perret, 1998, p. 389, fig. 3.80). Durant cette période, l’émission de pollen se diffuse sur une grande partie des Alpes, des Préalpes, du Jura et du Plateau suisse entre 400 et 2 100 m au-dessus du niveau de la mer. Le pollen d’épicéa pouvant voler jusqu’à 100 km, sa présence n’indique donc pas la diffusion des arbres eux-mêmes. Pour les périodes Atlantique et Subatlantique dans les Préalpes, les macrorestes trouvés entre 1 000 et 2 100 m au-dessus de la mer sont plus indicatifs. L’examen palynologique du Plateau suisse, effectué par C.A. Burga, affiche un seul lieu à 600 m au-dessus de la mer qui ait livré des macrorestes d’épicéa pour la phase Subatlantique (ibid., p. 387). Il faut tenir compte du fait que cette remarque assez générale ne témoigne pas d’une population permanente. À défaut de bois, de branches et de charbon de bois, la présence des aiguilles d’épicéa dans des palafittes comme celui de Horgen-Scheller (400 m au-dessus de la mer) est expliquée par les paléobotanistes comme effet d’un système de transhumance (transport dans un contexte pastoral) jusqu’à 800-900 m au-dessus de la mer (Eberli, Achour, 2002, p. 44, fig. 40 ; p. 110, fig. 110, 174).

37En résumé, les habitats permanents de l’épicéa en période holocène se situent à partir de 1 000 m au-dessus de la mer.

38Sur le plan écologique, l’émergence de l’épicéa est contrôlée par sa tolérance climatique et sa compétitivité, avant tout par comparaison avec le hêtre (Fagus sylvatica) et le sapin blanc (Abies alba). Avec les spécificités du territoire suisse, le facteur limitant est la température, elle-même corrélée avec l’altitude (0,6° C par 100 m d’altitude) (Burga, Perret, 1998, p. 732, fig. 5.24). Les enveloppes climatiques de l’épicéa, du hêtre et du sapin blanc dévoilent une zone de coexistence entre quatre et huit degrés en moyenne annuelle (Kölling, 2007) (fig. 10). Vers quatre degrés, on constate la prédominance de l’épicéa, mais il n’est plus compétitif au-dessus de huit degrés.

  • 15 La dispersion de l’épicéa se base principalement sur l’anémochorie, mais il est admis que le casse- (...)

39Il est évident qu’une baisse de température moyenne déplace uniformément la limite de l’extension de l’épicéa : il peut ainsi descendre de ses habitats permanents vers des régions plus basses. Contrôlé par les mécanismes de la zoochorie, comme la dispersion par les oiseaux, cette évolution peut se dérouler dans la zone frontière dans un secteur de dix à vingt kilomètres pendant une ou deux décennies15.

Fig. 10. Enveloppes climatiques du hêtre, du sapin blanc et de l’épicéa (d’après Kölling, 2007).

40Ce modèle explique parfaitement les fluctuations de l’épicéa décrites lors de l’inventaire des sites lacustres. L’abaissement par la pression climatique rapproche les habitats de l’épicéa des territoires des sites rassemblés pour cet article par une réduction de la distance mais aussi par un relief relativement facile à ouvrir grâce à sa déclivité modérée.

7. Vers un étalonnage climatique ?

  • 16 Pillonel, 2007, p. 43 ; Jacquat, 1989, p. 44. Chr. Jacquat explique la diffusion des épicéas à Haut (...)

41Supposons que le rayon d’approvisionnement en bois d’œuvre, estimé à un kilomètre pour le site d’Haute-rive, soit juste (chap. 2). L’expansion de l’épicéa nécessite alors un abaissement de son habitat jusqu’à 600 m au-dessus de la mer. C’est donc 300 à 400 m plus bas qu’à l’heure actuelle (fig. 11)16 et cela correspond à une réduction de la température moyenne de 1,8 à 2,4 degrés (chap. 6).

  • 17 Gut, 2011. La fouille à Aeugst-Greberenweg Süd, Rapport de séminaire, Université de Zurich, 2011, S (...)

42Evidemment la faiblesse de telles estimations repose sur l’hypothèse du rayon de l’exploitation forestière, lui-même déduit indirectement de la variété du bois dans les sites lacustres. Mentionnons ici la découverte récente de deux structures de combustion, type « Brandgrube », à Aeugst par le Service d’archéologie du canton­de­Zurich­(fig. ­12)17. Le site se trouve à 690 m d’altitude sur le versant d’une montagne culminant à 830­m­(« Aeugsterberg ») (fig. 13). Le­sommet est isolé de la chaîne de montagnes, dite « Albiskette », par une cuvette à 650 m d’altitude avec, au fond, un petit lac (« Türlersee »). Le front des Préalpes, atteignant les 1200 m, est éloigné de vingt kilomètres.

  • 18 Analyses réalisées par Örni Akeret, Institut für prähistorische und naturwissenschaftliche Archäolo (...)
  • 19 GIS-Browser Kanton Zürich, Vegetationskundliche Kartierung der Wälder im Kanton Zürich, Stand 31.12 (...)

43D’après l’analyse anthracologique, les feux dans ces deux structures étaient notamment alimentés en bois d’épicéa18. Ce résultat était assez étonnant. D’une part, parce que toutes les analyses anthracologiques effectuées jusqu’à présent, à partir des échantillons de structures de combustion type « Brandgrube », montrent l’usage de feuillus, essentiellement du hêtre, du chêne et du frêne, et du sapin blanc en quelques cas. Sans doute, celui-ci était ramassé et débité à proximité du lieu de combustion. D’autre part, la carte forestière actuelle des environs répertorie des variantes du Galio odoratifagetum et, sur un terroir plus élevé, du Milio-fagetum19. L’épicéa n’est une espèce caractéristique d’aucune de ces deux associations végétales. Sous certaines conditions microclimatiques et au voisinage de peuplements plus importants – naturels et aujourd’hui souvent forestiers – la croissance sporadique des épicéas au sein du Milio-fagetum est possible. Malgré la ressource encore très faible, la mise en évidence d’épicéa dans ces deux cas archéologiques semble très invraisemblable dans ces circonstances.

44Les peuplements naturels de l’épicéa les plus proches se trouvent à la marge des Préalpes dans la région du « Höhronen », à 1000 m d’altitude. Par conséquent, la présence de l’épicéa à Aeugst est cohérente avec un abaissement de son habitat d’au moins 200 à 300 m, équivalent à la diminution de la température locale d’au moins 1,2 ou 1,8 degré.

Fig. 11. vue d’ensemble de la rive du lac de Neuchâtel entre Hauterive et Bevaix avec les sites lacustres du Bronze final (modifiée d’après borello, 1982). En gris, les habitats de l’épicéa sous conditions actuelles à 1 000 m au-dessus de la mer. La ligne en pointillé marque le niveau 600 m au-dessus de la mer. Le cercle correspond au rayon de 1 km estimée pour l’approvisionnement avec du bois.

Fig. 12. Aeugst a. A., Bronze final. Fosse de combustion type ’Brandgrube’ : feu alimenté avec du bois d’épicéa (Service d’archéologie du Canton de Zurich).

45Ces estimations correspondent, en ordre de grandeur, à celles observées par d’autres méthodes (Magny et alii, 1998, p. 140).

46Au regard du sujet de cet article, les datations des deux structures d’Aeugst sont peu étonnantes : les mesures radiocarbone calibrées entre 1370 et 1050 (à 2 sigma, respectivement 1270-1120 av. J.-C. à 1 sigma) sont révélatrices d’activités ayant eu lieu nettement avant la réoccupation des zones littorales par les palafittes du Bronze final. Se basant sur une avancée glaciaire enregistrée vers 1330 av. J.-C. et sur le 14C résiduel, nous pouvons affirmer que cette période était climatiquement peu favorable (ibid., p. 138).

Fig. 13. Présence de l’épicéa sur les sites archéologiques de la région Zurich/Zug et modélisation de l'extension de l’épicéa sous conditions actuelles au-dessus de 1 000 m, au sommet de la chaîne des Préalpes jusqu’aux régions situées jusqu’à 600 m au-dessus de la mer et protégées par des dépressions du climat. 1. Zurich-Alpenquai ; 2. Aeugst a. A. ; 3. Rapperswil-Technikum ; 4. Hurden ; 5. Zug-Sumpf ; 6. Steinhausen-Chollerpark.

  • 20 Remerciement à Catherine Lavier (archéodendrométrie, Sorbonne université/CNRS, Paris), pour la rele (...)

47On peut conclure qu’à ce stade, si la tendance climatique générale est décroissante, les estimations de températures proposées indiqueraient qu’elles sont plutôt positives ponctuellement, expliquant ainsi des présences humaines sur les sites littoraux. C’est surtout la démonstration qu’à l’époque des palafittes, des structures et des sites peu spectaculaires peuvent nous fournir des informations expressives sur le climat local20.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arnold B., 1990, Cortaillod-Est et les villages du lac de Neuchâtel au Bronze final : structure de l’habitat et proto-urbanisme, Saint-Blaise, éd. du Ruau, 197 p. (Archéologie neuchâteloise, 6).

Billamboz A., 2009, Jahrringuntersuchungen in der Siedlung Forschner und weiteren bronze-und eisenzeitlichen Feuchtbodensiedlungen Südwestdeutschlands, Aussagen der angewandten Dendrochronologie in der Feuchtbodenarchäologie.

Borello M. A., 1982, « ’Site catchment analysis’d’Auvernier-Nord (Bronze final), Lac de Neuchâtel : note préliminaire », Annuaire de la Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 65, p. 83-91.

Bräker O. U., 1979, Angewandte Holzanalyse : Beitrag zur Rekonstruktion der Umwelt neolithischer Ufersiedlungen in Feldmeilen-Vorderfeld, Bern, P. Haupt, 92 p. (Academica Helvetica, 3).

Büntgen U., Tegel W., Nicolussi K., 2011, « 2500 years of European climate variability and human susceptibility », Science, 331, p. 578-582.

Burga C. A., Perret R., 1998, Vegetation und Klima der Schweiz seit dem jüngeren Eiszeitalter, Thun, Ott, 805 p.

Conscience A. C., Eberschweiler B., 2001, « Zwei bemerkenswerte Fundplätze der frühen Bronzezeit im Greifensee », Jahrbuch der Schweizerischen Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, 84, p. 136-146.

Corboud P., Pugin Ch., 2008, « L’organisation spatiale d’un village littoral du Bronze ancien lémanique : Préverenges I VD », Jahrbuch Archäologie Schweiz, 91, p. 39-58.

Eberli U., Achour Chr., 2002, Die Seeufersieldungen in Horgen : die neolithischen und bronzezeitlichen Fundstellen Dampfschiffsteg und Scheller, Zürich und Egg, Fotorotar, 352 p. (Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 36).

Eberschweiler B., 2004, Bronzezeitliches Schwemmgut vom’Chollerpark’in Steinhausen (Kanton Zug) : bemerkenswerte Holzfunde vom nördlichen Zugersee sowie weitere bronzezeitliche Hölzer von Fundplätzen an Gewässern der Zentral-und Ostschweiz, Basel, SGUF, 256 p. (Antiqua, 37).

Eichler A., Olivier S., Henderson K. et alii, 2009, « Temperature response in the Altai region lags solar forcing », Geophysical Research Letters, Vol. 36, L01808, 5 p.

Fischer C., 1997, Innovation und Tradition in der Mittelund Spätbronzezeit, Zürich, Hochbauamt, Abt. Kantonsarchäologie, 295 p. (Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 28).

Hochuli St., 1994, Arbon-Bleiche : die neolithischen und bronzezeitlichen Seeufersiedlungen, Frauenfeld, Dep. für Erziehung und Kultur des Kantons Thurgau, 363 p. (Archäologie im Thurgau, 2).

Jacomet St., 1989, Archäobotanik am Zürichsee : Ackerbau, Sammelwirtschaft und Umwelt von neolithischen und bronzezeitlichen Seeufersiedlungen im Raum Zürich, Zürich, O. Füssli, 348 p. (Zürcher Denkmalpflege, Monographien, 7).

Jacomet St., Magny M., Burga C. A., 1995, « L’environnement », in : Stöckli W. E., Niffeler U., Gross-Klee E. dir., 1995, La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge. Vol. 2 : Néolithique, Basel, SGUF, p. 53-58 (SPM, II).

Jacquat Chr., 1989, Hauterive-Champréveyres, 2. Les plantes de l’Âge du Bronze : contribution à l’histoire de l’environnement et de l’alimentation, Saint-Blaise, éd. du Ruau, 112 p. (Archéologie neuchâteloise, 8).

Jäggi J., 1883, Die Wassernuß (Trapa natans L.) und der Tribulus der Alten, Neujahrsblatt, herausgegeben von der Naturforschenden Gesellschaft auf das Jahr 1884, Zürich, 34 p.

Kölling C., 2007, « Klimahüllen für 27 Waldbaumarten, Allgemeine Forstzeitschrift », Der Wald, 62, p. 1242-1245.

Köninger J., 2006, Siedlungsarchäologie im Alpenvorland, VIII. Die frühbronzezeitlichen Ufersiedlungen von Bodman-Schachen I : Befunde und Funde aus den Tauchsondagen 1982-1984 und 1986, Stuttgart, K. Theiss, 598 p. (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 85).

Köninger J., Schlichtherle H., Torke W., 2009, Siedlungsarchäologie im Alpenvorland, XI. Die früh-und mittelbronzezeitliche Siedlung’Forschner’im Federseemoor : Befunde und Dendrochronologie, Stuttgart, K. Theiss, p. 399-555 (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 113).

Künzler-Wagner N., 2005, Zürich Alpenquai V. Tauchgrabungen 1999-2001 : Funde und befunde, Zürich, Baudirektion Kanton Zürich, 87-39 p. (Zürcher Archäologie, 13)

Magny M., 1993, « Une nouvelle mise en perspective de sites archéologiques lacustres : les fluctuations holocènes des lacs jurassiens et subalpins », Gallia Préhistoire, t. 35, p. 253-282.

Magny M., Maise Chr, Jacomet S., Burga C. A., 1998, Klimaschwankungen im Verlauf der Bronzezeit, in : Hochuli St., Niffeler U., Rychner V. dir., La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge. Vol. 3 : Âge du Bronze, Basel, SGUF, p. 135-140 (SPM, III).

Maise Chr., 1998, « Archäoklimatologie – vom Einfluss nacheiszeitlicher Klimavariabilität in der Ur-und Frühgeschichte », Jahrbuch der Schweizerischen Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, 81, p. 197-235.

Maise Chr., 2004, « Holzfunde », in : Bauer I., Ruckstuhl E., Speck J. dir., Die spätbronzezeitlichen Ufersiedlungen von Zug-Sumpf. Bd. 3 : Die Funde der Grabungen 1923-37, Zug, Kantonales Museum für Urgeschichte, p. 276-292.

Maise Chr., 2005, « Archäoklimatologie neolithischer Ufersiedlungen », in : Gronenborn D. dir., Klima veränderung und Kulturwandel in neolithischen Gesellschaften Mitteleuropas, 6700-2200 v. Chr, Mainz, RGZM, p. 181-187 (RGZM-Tagungen, Bd 1).

Pétrequin A.-M., Pétrequin P., 1988, Le Néolithique des lacs : préhistoire des lacs de Chalain et de Clairvaux (4000-2000 av. J.-C.), Paris, éd. Errance, 285 p. (Coll. des Hespérides).

Pillonel D., 2007, Hauterive-Champréveyres, 14. Technologie et usage du bois au Bronze final, Neuchâtel, Musée cantonal d’Archéologie, 322 p. (Archéologie neuchâteloise, 37).

Richard H., Magny M., Mordant C. dir., 2007, Environnements et cultures à l’Âge du Bronze en Europe occidentale, Paris, éd. du CTHS, 395 p. (Documents préhistoriques, 21).

Rösch M., 2006, « Wassernuss », Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 33, p. 293-295.

Röthlisberger F., Haas P., Holzhauser H., 1980, « Holocene climatic fluctuations : radiocarbon dating of soils (fAh) and woods from moraines and glaciers in the Alps », in : Geography in Switzerland, Papers offered to the 24th. intern. geographical Congress, Tokyo, Japan, August 1980, Bern, p. 21-52 (Geographica Helvetica 35, 5).

Scherer Th., Wiemann Ph., 2008, « Freienbach SZ-Hurden Rosshorn : Ur-und Frühgeschichtliche Wege und Brücken über den Zürichsee », Jahrbuch Archäologie Schweiz, 91, p. 7-38.

Schmidheiny M., 2010, « Die frühbronzezeitliche Inselsiedlung Rapperswil-Jona SG-Technikum », Jahrbuch Archäologie Schweiz, 93, p. 101-122.

Schmidheiny M., 2011, Zürich ’Mozartstrasse’ : neolithische und bronzezeitliche Ufersiedlungen. Bd 4 : Die frühbronzezeitliche Besiedlung, Zürich und Egg, Baudirektion des Kanton Zürich, 270 p. (Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 42).

Schmidt B., Gruhle W., 2003, « Niederschlagsschwankungen in Westeuropa während der letzten 8000 Jahre », Archäologisches Korrespondenzblatt, 33, p. 281-300.

Schweingruber F., 1993, Jahrringe und Umwelt, Dendroökologie, Birmensdorf.

Schweingruber F., 1996, Tree rings and environment dendroecology, Bern/Stuttgart/Wien, Haupt, 609 p.

Seifert M., 1996, Die spätbronzezeitlichen Ufersiedlungen von Zug-Sumpf. Bd 1 : Die Dorf-Geschichte, Zug, Kantonales Museum für Urgeschichte Zug, 369 p.

Suter P. J., 1987, Zürich ’Kleiner Hafner’ : Tauchgrabungen 1981-1984, Zürich, O. Füssli, 380 p. (Berichte der Zürcher Denkmalpflege, Monographien 3).

Winiger A., 2008, La station lacustre de Concise 1. Stratigraphie, datations et contexte environnemental, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande, 211 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 111).

Winiger J., Joos M., 1976, Feldmeilen Vorderfeld : die Ausgrabungen 1970/71, Basel, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 142 p. (Antiqua, 5).

Notes

1 Par exemple Magny, 1993. Le sujet a été effleuré auparavant pour le lac de Zurich, mais le traitement des questions restait trop général (par exemple Winiger, Joos, 1976, p. 120 ; Suter, 1987, p. 19).

2 En ce qui concerne les corrélations chaud/sec et froid/humide, voir Maise, 2005, p. 183-184. Encore plus sceptique pour la période avant 1000 av. J.-C., voir Schmidt, Gruhle, 2003, p. 296.

3 Des vues illustratives sur des plages nues comme celles du lac de Chalain (Pétrequin, 1988, p. 16) sont inconnues sur celles des rives des lacs du Plateau suisse.

4 Schweingruber, 1996, particulièrement p. 470 et p. 480. Une étude parue récemment reconstruit la précipitation et la température pour les 2500 années avant notre ère (Büntgen et alii, 2011). Mais à la connaissance de l’auteur, les résultats de cette étude remarquable ne sont pas encore reproduits par une seconde étude indépendante. La perspective est plutôt globale.

5 Trapa natans : Jäggi, 1883 ; Rösch, 2006. Thymelea passerina : Huber A., Vandorpe P. (en préparation), Archäobotanische Reste der bronzezeitlichen Landsiedlung von Volketswil ZH.

6 Maise, 2004, Taf. 213, 2378. Quelques fragments d’épicéa sont dignes d’être mentionnés, comme ceux d’une boîte (Zug-Sumpf : Maise, 2004, Taf. 213, 2379) et d’une douve et de cerceaux (Zürich-Alpenquai : Künzler, Wagner, 2005, Kat. 225, 227-234, 237). De même, une douve et deux disques en épicéa à Hauterive-Champréveyres – peut-être des fonds de seaux « type Alpenquai » – sont issus de la réduction de la couche 1 (Pillonel, 2007, p. 222, fig. 319 et pl. 51, 5-6). Une datation à la toute fin de l’Âge du Bronze est possible mais pas assurée. À Auvernier-Nord, la datation d’une douve est donnée comme très probable, mais l’analyse de bois n’a pas été attestée (Pillonel, 2007, p. 221).

7 Pillonel, 2007, p. 97. Cette estimation correspond aux résultats obtenus sur des sites néolithiques, par exemple ceux de Feldmeilen ZH (200-300 m : Bräker, 1979, p. 67).

8 Base de dates d’après Scherer, Wiemann, 2008, actualisée par la liste du laboratoire de dendrochronologie de la ville de Zurich, état du 30.6.2011. Je remercie Th. Scherer pour ces informations.

9 Scherer, Wiemann, 2008, p. 10, tab. 2 et 17. Les datations radiocarbone refusées sont ETH-28962, ETH-28971 (échantillons proches du cœur), ETH-28973 (contradiction inexpliquable entre l’âge de l’arbre et le secteur d’échantillonnage) ; ETH-28971 et ETH-28972 ont été combinés par la méthode du « wiggle-matching ».

10 Dans ce cas, il faudrait au moins supposer deux phases d’abattage entre 1428 et 1132 av. J.-C.

11 Laboratoire dendrochronologique de la ville de Zurich, Niels Bleicher, bulletin 708 (inédit).

12 Voir note infra 11.

13 Hochuli, 1994, p. 351, Kat. 1144. Dans les fouilles anciennes, ont été découvertes plusieurs épingles de la même période (Hochuli, 1994, Kat. 787-790, Kat. 796). Malheureusement, elles ne sont pas localisées.

14 Eberschweiler, 2004, p. 112, Abb. 135 et 136 ; p. 114, Abb. 141 ; p. 115, Abb. 144 et 145 ; p. 123, Abb. 164 ; p. 124, Abb. 170 ; p. 125, Abb. 171 et 173.

15 La dispersion de l’épicéa se base principalement sur l’anémochorie, mais il est admis que le casse-noix, Nucifraga caryocatactes, par exemple, intègre les semences de l’épicéa à sa nourriture, avant tout dans les régions pauvres en pins arolles, Pinus cembra.

16 Pillonel, 2007, p. 43 ; Jacquat, 1989, p. 44. Chr. Jacquat explique la diffusion des épicéas à Hauterive par la découverte d’habitats bas au climat relativement frais, dans les Gorges de l’Areuse par exemple, éloignées de plus de 10 km de Hauterive. Peut-être que cette explication est convaincante pour le site plus proche d’Auvernier. Dans le cas de Hauterive, elle implique un territoire beaucoup plus grand que celui proposé et conteste la conception territoriale développée par M. A. Borello (Borello, 1982, p. 90, fig. 8) pour l’Âge du Bronze final en rive nord-est du lac de Neuchâtel. Cette évaluation postule une barrière de trois-territoires probablement simultanés entre Hauterive et les Gorges de l’Areuse. Plus proches, éloignées de 6 km de Hauterive, il existe les Gorges du Seyon. Il est à se demander s’il existe des habitats naturels de l’épicéa ici. La mise en doute de la provenance de ce lieu des épicéas révélés à Hauterive se base sur les mêmes arguments déjà mentionnés.

17 Gut, 2011. La fouille à Aeugst-Greberenweg Süd, Rapport de séminaire, Université de Zurich, 2011, Structures Pos. 37 et 38. Publication dans la série AIZ éditée par le Service archéologique du Canton de Zurich, en préparation.

18 Analyses réalisées par Örni Akeret, Institut für prähistorische und naturwissenschaftliche Archäologie der Universität Basel (IPNA).

19 GIS-Browser Kanton Zürich, Vegetationskundliche Kartierung der Wälder im Kanton Zürich, Stand 31.12.1997. Grundlagen Amt für Landschaft und Natur – Wald, Charles Henry.

20 Remerciement à Catherine Lavier (archéodendrométrie, Sorbonne université/CNRS, Paris), pour la relecture et la remise en forme de ce texte.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Zurich-Alpenquai, sites lacustres datant du Bronze final. Seau composé de douvelles en bois d’épicéa (M. Bachmann, Service d’archéologie du Canton de Zurich).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 2. Étroitesse du lac de Zurich entre Rapperswil et Hurden (vue vers le sud-est). Juste devant le passage actuel se trouvent les passages préhistoriques. En arrière-plan la chaîne des Préalpes montant jusqu’à 1 000 m au-dessus de la mer et les montagnes calcaires des nappes helvétiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 3. Vue d’ensemble des sites archéologiques traités. Étoiles : bois d’épicéa de construction ou de combustion. Cercles : trouvailles en bois d’épicéa.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 4. Vue d’ensemble des passages préhistoriques entre Hurden et Rapperswil (d’après Scherer, Wiemann, 2008).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009
Légende Fig. 5. Hurden, structure 5. Datations 14C et phase d’abattage (modifié d’après Scherer, Wiemann, 2008).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009
Légende Fig. 6. Hurden, structure 6. Datations 14C et phases d’abattage (modifié d’après Scherer, Wiemann, 2008). II : dernier cerne formé inclus ; : échantillon proche du dernier cerne formé ; nombres : âge de chaque arbre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009
Légende Fig. 7. Hurden, structure 11. Datations 14C et phases d’abattage (modifié d’après Scherer, Wiemann, 2008). Nombres : âge de chaque arbre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre OxCal v4.1.7 Bronk Ramsey (2010) ; r: 5 Atmospheric data from Reimer et alii, 2009
Légende Fig. 8. Hurden, structure 13. Datations 14C et phases d’abattage (modifié d’après Scherer, Wiemann, 2008). II : dernier cerne formé inclus ; : échantillon proche du dernier cerne formé ; k : séquence courte ; nombres : âge de chaque arbre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 9. Synchronisation climat-peuplement lacustre-phases de germination des épicéas. Trait bleu : valeur du résiduel 14C correspondant à une réduction de l’activité solaire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Légende Fig. 10. Enveloppes climatiques du hêtre, du sapin blanc et de l’épicéa (d’après Kölling, 2007).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 11. vue d’ensemble de la rive du lac de Neuchâtel entre Hauterive et Bevaix avec les sites lacustres du Bronze final (modifiée d’après borello, 1982). En gris, les habitats de l’épicéa sous conditions actuelles à 1 000 m au-dessus de la mer. La ligne en pointillé marque le niveau 600 m au-dessus de la mer. Le cercle correspond au rayon de 1 km estimée pour l’approvisionnement avec du bois.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 12. Aeugst a. A., Bronze final. Fosse de combustion type ’Brandgrube’ : feu alimenté avec du bois d’épicéa (Service d’archéologie du Canton de Zurich).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 13. Présence de l’épicéa sur les sites archéologiques de la région Zurich/Zug et modélisation de l'extension de l’épicéa sous conditions actuelles au-dessus de 1 000 m, au sommet de la chaîne des Préalpes jusqu’aux régions situées jusqu’à 600 m au-dessus de la mer et protégées par des dépressions du climat. 1. Zurich-Alpenquai ; 2. Aeugst a. A. ; 3. Rapperswil-Technikum ; 4. Hurden ; 5. Zug-Sumpf ; 6. Steinhausen-Chollerpark.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4797/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

Auteur

Service d’Archéologie du canton de Zurich.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search