Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Architecturale, sociale, écologique : les trois dimensions de la maison palafittique dans les villages lacustres et palustres néolithiques du sud-ouest de l’Allemagne

Helmut Schlichtherle et André Billamboz

Résumé

Des premiers documents acquis au cours des fouilles anciennes dans les tourbières aux résultats obtenus plus récemment par l’analyse dendrochronologique de champs de pieux en contexte littoral, la recherche palafittique dans le sud-ouest de l’Allemagne dispose d’un large inventaire de structures de maisons plus ou moins complètes pour la période néolithique comprise entre 4200 et 2400 av. J. -C. Par combinaison des données plus générales de l’archéologie de l’habitat en milieu humide et de celles plus spécifiques de la dendroarchéologie, nous proposons une étude de la maison sous les trois dimensions de l’architecture, de la sociologie et de l’écologie. Ceci permet une approche de la variabilité dimensionnelle du bâti en fonction des choix technologiques, de l’organisation de l’espace domestique, du statut social des résidents et également en fonction des ressources ligneuses à disposition et de l’évolution du couvert forestier.

Texte intégral

Introduction : la maison néolithique dans la recherche palafittique du sud-ouest de l’Allemagne

1En 1875, l’exploitation de la tourbe dans le bassin du Federsee a débouché sur la découverte des habitats palustres de Riedschachen et d’Aichbühl, présentant des structures de maison à plancher de bois bien conservées. La mise au jour de telles unités de construction dans le second site en 1879 a résolu les premiers problèmes d’interprétation de ces structures, problèmes liés aux méthodes de fouille trop sommaires en fonction de la superposition complexe des niveaux de planchers. Ainsi, à l’opposé des stations littorales du Bodensee, où la densité des champs de pieux sans dendrochronologie ne permettait aucune saisie de plans de maison, les pionniers de la recherche au Federsee avaient devant eux des substructures de bâti complètes, avec la base des supports verticaux et des parois ainsi que planchers dotés de foyers et de fours à pain. Pendant longtemps, et ceci à l’échelon international de la recherche néolithique, ces maisons, sur la base des dimensions et des techniques observées, ont servi de seules références de maisons rectangulaires identifiées clairement en plan et dans leur mode de construction (Frank, 1876, 1892 ; Schmidt, 1930/37).

2Les grandes fouilles conduites en Haute-Souabe au cours des années 1920-30 ont donné lieu au décapage de villages entiers et de maisons de différentes dimensions (Schmidt, 1930/37 ; Reinerth, 1936 ; Schröter, 2009 ; Strobel, 2000). À Ehrenstein sur le cours supérieur du Danube, un village a été dégagé sur deux larges bandes de terrain en 1952 et 1960, laissant reconnaître une juxtaposition de maisons construites à même le sol (Paret, 1955 ; Zürn, 1965). Á partir de 1979, une nouvelle étape de la recherche a favorisé la saisie de nombreux autres plans de maisons et de villages, ceci aussi bien sur le littoral du Bodensee (Schlichtherle, 1997 ; Dieckmann et alii, 2006 ; Billamboz, 2004 ; Fischer, 2006) que dans le contexte plus dispersé des tourbières du sud-ouest de l’Allemagne (Mainberger, 1998 ; Schlichtherle, 2004, 2005, 2009).

3Dans ce cadre, l’application systématique de la dendrochronologie a permis de dater précisément de nombreuses maisons de tourbière et de déchiffrer les champs de pieux du Bodensee pour l’identification de fondations de maisons et de plans de villages (Billamboz, 2006). La fouille d’Arbon-Bleiche III (Leuzinger, 2000) et plus récemment les prospections subaquatiques de l’Orkopf en amont de l’exutoire du lac (Mainberger, Schnyder, 2009) ont élargi l’inventaire à la partie sud du lac. Aujourd’hui, nous disposons pour les habitats lacustres et palustres de la zone d’étude (fig. 1) d’un large inventaire de structures de maisons (environ 60 plans complets et 150 plans partiels dans le premier cas, 85 et 75 dans le second) pour la période de l’occupation néolithique (4200-2400 av. J.-C.). On peut suivre ainsi à l’aide de schémas le développement de l’habitat (organisation et forme des villages, particularités locales). Actuellement, la recherche débouche sur une modélisation plus large de celui-ci au plan régional (organisation et disposition des unités d’habitat dans l’espace).

4Dans cet exposé, nous avons choisi de développer les propos relatifs à la maison néolithique en intégrant différents aspects organisés ici sur les trois dimensions nommées dans le titre. Avec ses marques chronologiques et son potentiel d’informations biologiques et technologiques, le bois va servir dans cette approche de lien entre les données plus générales de l’archéologie de l’habitat en milieu humide et celles plus spécifiques de la dendroarchéologie. Ainsi à la suite des questions de variabilité architecturale et d’adaptation technologique, les aspects socio-économiques et écologiques de la maison palafittique seront abordés à la lumière des nouveaux acquis pour une meilleure interprétation de l’habitat palustre et lacustre, dans sa structure, son organisation et ses dynamiques.

1. La dimension architecturale

5Contrairement aux périodes précédentes (Alt-und Mittelneolithikum) attestant à plus vaste échelle une grande uniformité des formes et dimensions du bâti, la maison palafittique dans les deux domaines – palustre et lacustre – de la zone d’étude se caractérise par une forte variabilité architecturale (Schlichtherle, 2004). La figure 2 permet de suivre les grandes lignes de son évolution dans le temps et l’espace. Nous avons représenté ici sur la surface moyenne au sol les variations de longueur et de largeur des structures concernées. Pour comparaison, le lecteur pourra se référer à une étude récente résumant les données de surface au sol sous la forme de boîtes à moustaches dans la comparaison des maisons du Rubané et de la culture Pfyn (Peter, 2011). Sur un plan général de structures de plus grandes dimensions, l’habitat palustre se distingue du lacustre par la présence de petites « maisons compagnes » qui se caractérisent par une organisation plus simple de l’espace intérieur sous la forme d’une seule pièce munie d’un foyer (fig. 3). Cet élément est particulièrement bien représenté dans la culture de Schussenried avec les stations d’Ehrenstein, Taubried et Riedschachen ii. On le retrouve au début du Horgen dans le village de Bad Buchau-Torwiesen II et dans la phase du Groupe Goldberg iii notamment à Alleshausen-Grundwiesen et dans le cas de Seekirch-Stockwiesen, accolé à une grande maison. Sur le lac de Constance, l’habitat littoral correspondant à la période du Jungneolithikum montre une certaine homogénéité de formes et de dimensions, la longueur des constructions excédant rarement 10 m. À l’exemple du village de Hornstaad-Hörnle IB, un second regard toutefois permet de souligner une plus forte variabilité dimensionnelle en liaison avec la considération du bois de construction (cf. § 3). Après 3500 av. J.-C., l’évolution architecturale se caractérise par l’apparition de grandes maisons avec une longueur supérieure à 15 m. La plus grande dimension reconnue (fig. 4) se rapporte aux maisons de l’un des village-rues de Sipplingen, phase S15 (Kolb, 1997 ; Billamboz et alii, 2011). Gardons-nous toutefois d’une généralisation trop hâtive, car au vu des premières structures mises en évidence dans le village contemporain d’Allensbach (même figure), il est fort probable que la réalité archéologique nous ramène vers une plus grande variabilité de la construction à cette époque.

Fig. 1. Carte de la zone d’étude et de la distribution bipartite de l’habitat en milieu humide avec d’une part les stations littorales sur le lac de Constance et en Suisse voisine et d’autre part les stations de tourbière en Haute-Souabe concentrées principalement dans le bassin du Federsee. Les stations considérées dans le texte sont indiquées par un cercle rempli en noir ainsi que par le nom de leur localité.

6Reposant sur les données dimensionnelles de plan au sol, ce bilan reste sommaire et il conviendrait d’y ajouter des considérations d’ordre technologique avec une plus grande prise en compte des techniques d’assemblage autorisant la mise en place de constructions de plus grande portée.

Fig. 2. Variations du plan au sol des maisons néolithiques de la zone d´étude. Il s’agit ici de dimensions moyennes calculées par station et par phase d’occupation et, dans le cas de l’habitat palustre, en fonction du type de maison (à une ou plusieurs pièces). La distribution dimensionnelle en longueur et largeur est indiquée par des traits transversaux à mi-hauteur sur les côtés du rectangle.

Fig. 3. Plan au sol et organisation intérieure de la maison néolithique en contexte palustre en Haute-Souabe et Bavière (8). 1. Taubried, maison 6, phase 2 ; 2. Alleshausen-Grundwiesen, maison 2 ; 3. Aichbühl, maison 2 ; 4. Taubried, maison 1, phase 4B ; 5. Taubried, maison 11, phase 1B ; 6. Taubried, maison 9 ; 7. Seekirch, maison 1 ; 8. Pestenacker, maison 1 ; 9. Ehrenstein, maison 2, phase A et B ; 10. Ehrenstein, maison 1, phase A ; 11. Taubried, maison 3, substruction ; 12. Taubried, maison 3, phase 1B ; Jungneolithikum (1, 3-6, 8-12), Endneolithikum (2,7).

Fig. 4. Variabilité dimensionnelle des maisons de deux villages-rues du Horgen tardif au Bodensee. A. Allensbach-Strandbad (2003), dendrodates : 2914 et 2897 av. J.-C. B. Sipplingen-Osthafen, 2917 et 2855 av. J. -C.

2. La dimension sociale

2.1. La fonction du bâti

7Les pionniers de la recherche supposaient que le bâti intérieur de l’habitat se composait de maisons d’habitation, d’étables et de greniers (Tröltsch, 1902, 30). Dans la seconde période de fouilles des années 1920-30, avec le décapage de villages, l’uniformité et la régularité du dispositif des maisons a conduit à reconnaître dans la plupart d’entre-elles une unité familiale économiquement autonome (Schmidt, 1930/37, 160). Les quelques structures sortant de ce cadre général ont été interprétées comme des bâtiments d’économie, des ateliers ou des constructions à usage collectif (Schmidt, 1930/37). Du point de vue actuel, il s’agit plutôt ici d’un manque de compréhension et d’interprétation de structures partiellement conservées et relevant de plusieurs phases de construction. Ainsi, la documentation des plans de maisons a fait l’objet d’une révision critique (Schröter, 2009, 228, 138). De même, les prétendues « huttes ovales » de Dullenried ne sont que le résidu de petites maisons quadrangulaires (Bollacher, 2001). Les bâtiments multi-pièces de Taubried ont permis d’observer une évolution dans la construction, avec dans un premier temps des maisons à une pièce, élargies ensuite sur un plan de deux pièces (Strobel, 2000). Les nouvelles recherches ont confirmé dans la plupart des cas l’évidence d’unités recouvrant sous le même toit les besoins de l’habitat et de l’économie. Le support de l’argumentation est à chercher dans les stations palustres du Jungneolithikum, montrant ici ou là avec quelques légères variations de détail, une partition quasi-standard de l’intérieur des maisons, avec deux pièces dotées respectivement d’un à deux foyers et d’un four. Cette partition est moins évidente dans les constructions sur pieux de bord de lac, mais à l’exemple d’Hornstaad-Hörnle IA, on peut reconnaître un foyer central dans les décombres de l’incendie (fig. 5). La préservation d’inventaires de mobilier – ustensiles de cuisine, outillage, déchets alimentaires – fournit également des éléments dans cette interprétation. Ainsi, dans l’horizon d’incendie de Hornstaad-Hörnle IA au Bodensee, les structures des maisons sont agrémentées respectivement d’un inventaire de céramiques, d’outils et d’armes et dans de nombreux cas d’une large partie du stock de récolte dans le village de Bad Buchau-Torwiesen II, qui a fait l’objet d’une fouille complète. Dans ce dernier, le dispositif des maisons à trois ou quatre pièces fait preuve d’une grande régularité avec un foyer central et une distribution d’artefacts et de restes botaniques représentatifs d’unités à la fois d’habitat et d’économie (Schlichtherle et alii, 2011). Les constructions particulières et bâtiments subsidiaires font exception sur les plans de villages documentés au cours des fouilles récentes.

Fig. 5. Hornstaaad-Hörnle IA. Structure de maison sur pieux avec foyer central indiqué par une concentration de pierres et d’argile partiellement rubéiée (structure z63, 3909-3907 av. J.-C.).

8Au stade actuel des connaissances, les habitats palafittiques de la région Bodensee-Haute-Souabe pour la période du Jungneolithikum et de l’Endneolithikum se composent de maisons qui faisaient à la fois office de lieu de domicile, de stockage, de dépôt et d’économie à l’échelon de la famille – ou plus neutralement parlant du groupe de résidents.

2.2. Maison, marque d’identité et du statut social

9Dans le village-rue de Bad Buchau-Torwiesen II (fig. 6), douze grandes maisons ont été reconnues (Schlichtherle et alii, 2011). Sur l’axe principal, la distribution du matériel archéologique, la qualité des bois de bâti ainsi que la réduction du plan au sol des constructions témoignent du gradient social des habitants. Les premières maisons, de plus grandes dimensions, comprennent le spectre complet des plantes cultivées. Silex importés et formes céramiques hors du commun sont les marques de contacts à grande distance. À l’arrière du village, les plantes cultivées sont moins bien représentées, avec une plus large part de plantes de collecte. En outre, il existe trois petites maisons, qui ont également servi d’habitation. Elles se caractérisent par des activités spécialisées de pêche, de collecte et d’artisanat. Nous avons ainsi le lieu de résidence de personnes de rang modeste, qui jouaient un rôle particulier dans le village. Les constructions annexes telles que les greniers ou les étables font défaut sur un plan de village exploré dans son intégralité. De ce plan se dégage plutôt une communauté villageoise, dont l’organisation spatiale a été mise en scène en fonction du rang social et économique. Dans le village-rue de Seekirch-Sockwiesen, plus jeune de 400 ans environ, les grandes maisons sont situées du côté de l’accès. On retrouve ici aussi une petite construction, qui a été ajoutée ultérieurement à la grande maison 1 (Schlichtherle, 2004). Les fouilles subaquatiques sur le site d’Öhningen-Orkopf ont permis dernièrement d’identifier également une grande maison qui se distingue sur la rangée des constructions relatives à l’occupation de l’Endneolithikum (étude en cours).

Fig. 6. Plan du village de Bad Buchau-Torwiesen II (3283-3279 av. J.-C.). Sur la gauche avec trame grise, deux maisons à pieux de chêne. Pour les autres maisons, les pieux sont en frêne, plus rarement en autres essences.

Fig. 7. Plan du village d’Aichbühl (vers 4200 av. J.-C.) mettant en évidence une distribution nucléiforme de l’habitat à partir de trois maisons « dominantes ». La relation chronologique des trois ensembles n’est pas connue. La maison 15 (Villa Franconia ou Führerhaus) correspond au bâtiment représenté par le modèle, en haut à droite sur le plan.

10En ce qui concerne les petites maisons, on relèvera l’importance de la spécialisation économique du village d’Alleshausen-Grundwiesen au Federsee, un village contemporain du village-rue de Stockwiesen, construit uniquement sous cette forme réduite. Cette spécialisation repose sur la culture du lin, l’élevage et la chasse sans évidence de culture céréalière (Schlichtherle, 2004 ; Maier, 2004 ; Steppan, 2004). On notera à ce sujet la présence d’autres petites maisons dans les habitats de l’Endneolithikum de Dullenried, Bachwiesen III et IV. Là encore on constate l’importance de la composante cynégétique (Steppan, 2004 ; Schlichtherle, 2009 ; Schlichtherle et alii, 2010). Dans la région d’étude, les habitats de l’Endneolithikum, avec leurs grandes et petites maisons, avec leur différence d’organisation sous forme de villages-rues ou d’agglomérations, de petits hameaux ou d’habitations isolées, font preuve d’une variabilité sociale beaucoup plus forte que ceux du Jungneolithikum.

11Il est certes difficile de reconnaître la « structure familiale » sur la seule considération des plans de maisons, que ce soit sous la forme du lignage direct ou sous celle d’une parenté plus étendue. On peut cependant déduire que les variations dimensionnelles des constructions reflètent des différences relevant du nombre d’occupants, du potentiel économique et même du statut social au sein de la communauté. Prenons à titre d’exemple particulier la maison 15 d’Aichbühl (fig. 7), qui a fait au fil du temps l’objet de différentes appellations : « Villa Franconia » en 1879, « Haus des Dorfoberhauptes (maison du chef du village) » en 1923, et en 1930, en liaison avec l’essor du national-socialisme « Führerhaus (maison du guide) ». Cette maison, tout en respectant le standard du deux pièces à foyer et four, montre une certaine recherche dans la construction avec supports verticaux à l’intérieur et parois composées de madriers de chênes fendus à demi et mortaisés à leur base pour une fixation par ligature à l’aide d’une corde. Sa surface au sol est de 60 m2, alors que celle des maisons voisines est plus réduite (35-45 m2).

12Dans la partie sud-ouest du village, on distingue une seconde « maison dominante » avec une surface au sol de 58 m2. Elle appartient sans doute à une phase de construction légèrement postérieure à celle de la maison 15. Un troisième bâtiment, moins bien conservé mais présentant sans doute des dimensions identiques, « dominait » la partie sud-ouest du village. Ainsi, de la présence de ces bâtiments de plus grandes dimensions sur le plan du village émergent certaines familles ou groupes de résidents. Sur la régularité générale des constructions on retrouve la même marque distinctive de certaines unités à Taubried (maisons 4 et 5) et Ehrenstein (maison 5, phase D) (Strobel, 2000, 81 ff. ; Zürn, 1965, p. 75). À Hornstaad-Hörnle IA également, la surface des maisons varie sur un rapport atteignant le demi (fig. 8). Cependant, comme dans le cas d’Aichbühl, la structure du village ne montre pas d’organisation particulière impliquant une position privilégiée des plus grandes constructions.

Fig. 8. Village de Hornstaad-Hörnle IA illustrant à partir d’un extrait de plan et d’éléments choisis la variation dimensionnelle des maisons construites à l’aide de rondins et de semelles de pieux.

3. La dimension écologique

13La dimension écologique de la maison, grandeur classique des travaux de géographie humaine (Deffontaines, 1933) ou d’ethnologie, n’apparaît en général qu’en demi-teinte dans les études d’archéologie. Pour illustrer ce décalage, on fera appel, à la suite de M. A. Kaeser (2011), au symbole du petit saule de F. Keller que ce dernier avait disposé en marge de sa reconstruction du village de Meilen aux premiers temps de la recherche palafittique. Sur la base des travaux développés en dendroarchéologie en aval des opérations de datation (Billamboz, 2006, 2009 ; Bleicher, 2012), la prise en considération de données dendrologiques et dendrotypologiques élargit désormais le champ d’interprétation des structures de bâti tout en soulevant de nouvelles questions. Avec une meilleure perception du temps relatif aux phénomènes liés à la régénération des peuplements forestiers, à leur exploitation ainsi qu’à l’utilisation des maisons et aux rythmes de l’habitat, c’est la notion de dynamique qui occupe une large place dans la discussion.

3.1. Une maison à la taille du contexte forestier

14Avec ses ressources limitées en bois de chêne, la zone d’étude se prête particulièrement bien à l’examen des relations entre ressources naturelles et adaptations architecturales. Considérons tout d’abord cette essence privilégiée de la construction palafittique. Les cycles d’exploitation mis en évidence par la dendrotypologie pour la période comprise entre 3850 et 2950 av. J.-C. (Billamboz, Köninger, 2008) rendent compte des rapports étroits entre démographie et couvert forestier, avec une évolution en triptyque – défrichement, taillis, éclaircie/dégradation. L’exploitation de chênes âgés, en peuplement dense en début de cycle, fournit des billes de plus grande longueur, qui permettent généralement des constructions de plus grandes dimensions. En fin de cycle, s’il en est de même pour ce qui concerne l’âge des arbres utilisés, ces derniers auront toutefois une forme moins élancée en fonction de l’éclaircie des peuplements et du moindre degré de compétition. La conséquence architecturale reste encore à apprécier. On la pressent déjà en figure 9, avec l’exemple du village de Hornstaad-Hörnle IB (Billamboz, 2006, 2014) : au cours des phases intermédiaires de construction, l’intensification de la pratique du taillis s’accompagne d’une réduction des plans au sol des unités d’habitat. Par rapport aux pieds francs, les brins de taillis présentent une forme de tronc plus trapue, avec une incidence sur la longueur des billes et les portées architecturales de l’époque. La reprise de cette étude avec de nouveaux paramètres tels que ceux des tables de production forestières (par exemple : degré d’élancement des arbres en fonction du rapport hauteur de l’arbre/diamètre à 1,30 m ; Becker, 1992) et de données dendroécologiques (étude de peuplements de taillis actuels sur les plateaux du Jura, Girardclos et alii, 2012) va permettre de préciser ces données avec une meilleure appréciation de la variabilité des dimensions de la maison en contexte de taillis. Ces considérations sont surtout valables pour la période du Jungneolithikum, pour laquelle le type relativement simple de la construction montre une forte dépendance des formes naturelles des matériaux ligneux et de leur mode de production. Dans les périodes ultérieures, les progrès des techniques d’assemblage vont permettre un affranchissement de ces contraintes naturelles et la construction de bâtiments de plus grandes dimensions.

3.2. Choix des essences, contraintes du dispositif naturel

15La composante écologique se retrouve également dans le choix des essences. S’agit-il bien d’un choix délibéré en toute circonstance ? Comme nous l’avons déjà observé dans l’étude de l’infrastructure des sites palustres fortifiés de l’Âge du Bronze au Federsee (Billamboz, 2009), il semblerait que le recours aux essences du milieu humide s’opérait davantage en fin d’occupation, probablement en raison de la réduction du potentiel d’exploitation sur terrain plus sec. Par le fait de conditions d’exploitation moins aisées en milieu humide, le moindre intérêt pour cette source d’approvisionnement en bois semble compréhensible. Dans le cas de la station de Buchau-Forschner, la distribution des essences sous forme de segments dans les palissades périphériques semble également refléter une répartition sectorielle de charges au sein d’une communauté jouissant de différentes possibilités ou contraintes en ce qui concerne l’approvisionnement en bois d’œuvre. Sur les bords du Bodensee, l’aulne gagne également en importance dans la construction des palissades de la dernière phase d’occupation du Bronze final à Unteruhldingen-Stollenwiesen (étude en cours). À considérer la forte représentation de l’aulne dans les planchers de maisons d’Ehrenstein (Paret, 1955 ; Zürn, 1965), on peut se demander si la notion de contrainte ne serait pas également applicable dans ce cas à la période néolithique, sans oublier toutefois le contre-argument des propriétés technologiques de l’aulne et de sa durabilité en milieu humide.

16Avec le frêne, c’est la dynamique forestière qui est prise en compte. Les fouilles des villages de Hornstaad-Hörnle IA et II ont mis en évidence l’importance de cette essence dans l’ossature des maisons de ces villages, en alternance avec le chêne dans le premier cas, en emploi systématique dans le second. En raison de la piètre durabilité du bois de frêne sous conditions hygrométriques variables, l’aspect technologique n’intervient pas dans la considération et ce serait plutôt la notion de contrainte qui l’emporte dans ce cas sur celle d’un choix délibéré. Vu sous cet angle, l’emploi du frêne à Hornstaad-Hörnle II fait office de succédané dans une période de transition entre deux phases d’occupation plus marquées du groupe de Hornstaad et du Pfyn ancien. 20 ans auparavant, l’alternance de phases de construction en frêne et en chêne est davantage le fait d’une exploitation cyclique de la forêt, ici sans doute dans le cadre d’une agriculture itinérante à jachère longue. Le frêne, en tant qu’espèce subpionnière de la régénération forestière, sert de relais dans l’exploitation du chêne soumise à des rotations de deux à plusieurs décennies. Dans l’intermède, l’aptitude du frêne à la recrudescence sous forme d’accrus et sa rapidité de croissance au stade juvénile autorise la production des perches nécessaires au bâti de l’époque. Sans tenir compte ici des fluctuations de population entre phases de chêne et de frêne, cette alternance illustre ici la forte relation entre développement de l’habitat et dynamique forestière. Dans le cas de Wangen-Hinterhorn (Billamboz, Schlichtherle, 1982), le recours à l’emploi du frêne souligne une situation de crise à la suite d’une exploitation intensive de taillis de chêne au cours d’une occupation datée de 3750 av. J.-C. environ. L’extension de la couche 2 dans la baie témoigne en effet d’une forte concentration de population sur une période relativement courte, n’excédant pas deux générations.

17D’autres aspects liés par exemple à la fonction sont également à retenir dans le choix du bois. Il n’est pas rare de rencontrer des alignements de pieux de frêne sur le flanc des murs gouttereaux, sans doute pour le support latéral de la toiture. À Hornstaad-Hörnle IB, ces alignements sont particulièrement larges et couvrent l’espace « ruelle » entre les maisons, ce qui n’exclut pas la présence de passerelles. À Arbon-Bleiche 3 (Leuzinger, 2000), le frêne est doublé du sapin dans l’ossature verticale de la maison au début de la culture de Horgen. Jusqu’à la fin du 4ème millénaire av. J.-C., on constate une utilisation parallèle ou alternée du chêne et du frêne dans la construction palafittique au Nord des Alpes. Le premier cas, illustré par le village de Bad Buchau-Torwiesen II au Federsee, trouve une première évidence au lac de Constance (Ludwigshafen-Holzplatz, vers 3058 av. J.-C.). Question d’investissement selon la perspective d’occupation du lieu ? Disponibilité des ressources ou contraintes liées à la dynamique forestière et plus généralement à la gestion du terroir et même à ses droits d’usage ? À l’extérieur de la zone d’étude, un second cas plus largement représenté dans la chronologie des occupations littorales du Jura français, et plus particulièrement à Chalain (Pétrequin et alii, 2001) illustre bien cette thématique. Entre 3200 et 3060 av. J.-C., les installations pionnières du Horgen sont caractérisées par l’emploi de jeunes frênes dans la construction. En peu de temps (de 3050 à 2980 environ), l’arrivée des groupes Ferrières-Clairvaux va produire avec l’adaptation des styles céramiques une nouvelle forme de « régionalisation ». Celle-ci se traduit également par une plus forte emprise sur la forêt, le développement de l’habitat allant de pair avec l’exploitation d’arbres de plus fort gabarit, de chêne principalement, prélevés sur un rayon d’action plus large.

Fig. 9. Village de Hornstaad-Hörnle IB et ses phases de construction (lire les plans de gauche à droite, les phases de haut en bas). La variation dimensionnelle des plans au sol des maisons est comparée ici au diamètre des troncs d’arbre utilisés (calculé sur la base de la croissance radiale présentée ici sous forme de courbe cumulative). Au cours des phases intermédiaires de construction (B2-B4), la réduction du plan au sol des maisons va de pair avec l’expansion de l’activité constructrice et avec l’utilisation de plus petits diamètres (arbres prélevés dans de jeunes peuplements de taillis).

Conclusion

18Cette revue nous a permis de rendre compte de la variabilité des formes et des dimensions de la maison palafittique par rapport à une plus grande uniformité de la domus au cours des périodes précédentes. Comme nous l’avons souligné, cette variabilité relève d’une part de la fonction du bâtiment et des adaptations technologiques, mais elle est également le reflet du rang social et du potentiel économique des occupants. D’autre part, la considération écologique permet un nouvel éclairage sur l’évolution de la maison dans l’étude de l’habitat dans son environnement et plus précisément dans le contexte forestier de l’époque. Là encore, la notion de dynamique interne de l’habitat sera à développer en incluant d’autres aspects tels que celui de l’orientation des maisons en fonction des vents dominants et, en bord de lac, des courants d’eau. Pour conclure, revenons sur les grandes lignes de l’évolution de la maison palafittique néolithique dans le sud-ouest de l’Allemagne.

19Au cours du Jungneolithikum (4200-3500 av. J.-C.), la maison se distingue par la modestie de ses dimensions, avec une longueur généralement inférieure à 10 m. En contexte palustre, le plan au sol diverge davantage avec la présence de petites maisons et des variantes dans l’aménagement de l’espace intérieur. Ici comme dans l’habitat littoral, la maison est à l’échelle de la famille et de son statut social. Pour ce dernier, l’étude systématique des fondations de pieux permet également de souligner la relation du contexte forestier en fonction des essences et des gabarits de troncs à disposition dans la structure des peuplements soumis à exploitation. Il ressort de la synthèse de ces aspects que l’organisation et le développement de l’habitat relèvent d’une forte dynamique, qui, dans le cadre d’une continuité assurée à moyen terme par le biais du lignage, se traduirait par la présence de « familles compagnes » en plus grande mouvance en fonction de la disponibilité des ressources (territorial carrying capacity).

20Pour la période de l’Endneolithikum, nous distinguons trois phases :

  • 3400-3000 av. J.-C. Comparativement à la période précédente, on constate une plus grande variation des dimensions du bâti. Ceci est particulièrement le cas dans l’habitat palustre, où apparaissent les premiers villages-rues. À l’instar du village de Bad Buchau-Torwiesen II, le rang social et économique se reflète tant dans la surface des plans au sol que dans le choix des essences utilisées dans la construction. La combinaison architecturale des petites et grandes maisons serait à mettre en relation avec une gestion plus intensive du terroir. En est-il de même dans l’habitat littoral du Bodensee, caractérisé uniquement par des constructions de grandes dimensions ?

  • 3000-2800 av. J.-C. On remarque pour cette phase une plus grande différenciation régionale avec une majorité de structures d’habitat à petites maisons au Federsee et une organisation de villages-rues au lac de Constance. Dans le premier cas, le paramètre économique joue un rôle majeur dans l’explication d’un habitat spécialisé voué à l’élevage et à la culture du lin. À l’image du complexe d’habitat de Sipplingen-Osthafen, qui relève d’une plus grande organisation tant dans le concept que sa réalisation, l’habitat littoral du Bodensee se caractérise par une perte de l’identité familiale au profit de celle de la communauté. Ce constat, prenant appui sur les formes d’une infrastructure plus développée (systèmes de défense et chemins d’accès), vaut également pour la gestion du terroir, avec une plus large ouverture du contexte forestier.

  • 2800-2400 av. J.-C. En raison de la modestie documentaire, il est difficile de cerner la variabilité des formes de l’habitat et de ses unités de construction. Relevons le caractère particulier et éphémère de l’occupation littorale par rapport à celle de Suisse occidentale (Hafner, Suter, 2003). Fin de cycles d’occupation au bord du lac ? Vagues de gens de passage ? La question reste ouverte.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Becker M., 1992, « Deux indices de compétition pour la comparaison de la croissance en hauteur et en diamètre d’arbres aux passés sylvicoles variés et inconnus », Annales des Sciences forestières, 49, 1992, p. 25-37.

Billamboz A., 2004, « Dendrochronologische Untersuchungen von Ufersiedlungen im Osten der Sipplinger Bucht », in : Billamboz A., Riehl S., Schmidt E., Steppan K., Siedlungen der Pfyner Kultur im Osten der Pfahlbaubucht von Sipplingen, Bodenseekreis. Band 2 : Naturwissenschaftliche Untersuchungen, Gaienhofen-Hemmenhofen, Landesdenkmalamt Baden-Württemberg, p. 97-109 (Hemmenhofener Skripte, 4, 2).

Billamboz A., 2006, « Dendroarchäologische Untersuchungen in den neolithischen Ufersiedlungen von Hornstaad-Hörnle », in : Siedlungsarchäologie im Alpenvorland IX, Stuttgart, p. 297-359 (Forschungen und Berichte zur Vorund Frühgeschichte Baden-Württembergs, 98).

Billamboz A., 2009, « Jahrringuntersuchungen in der Siedlung Forschner und weiteren bronze-und metallzeitlichen Feuchtbodensiedlungen Südwestdeutschlands : Aussagen der angewandten Dendrochronologie in der Feuchtbodenarchäologie », in : Billamboz A., Köninger J., Schlichtherle H., Torke W., Die früh- und mittelbronzezeitliche’Siedlung Forschner’ im Federseemoor : Befunde und Dendrochronologie, Siedlungsarchäologie im Alpenvorland XI, Stuttgart, p. 399-555 (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 113).

Billamboz A., 2014, « Taillis de chêne et vols de hannetons au temps des palafittes néolithiques : dendroarchéologie dans l’optique écologique des sciences forestières », in : Arbogast A.-M., Greffier-Richard A. dir., Entre archéologie et écologie, une préhistoire de tous les milieux : mélanges offerts à Pierre Pétrequin, 2014, p. 481-491 (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 928).

Billamboz A., Köninger J., 2008, « Dendroarchäologische Untersuchungen zur Besiedlungs-und Landschaft­sentwicklung im Neolithikum des westlichen Bodenseegebietes », in : Dörfler W., Müller J. dir., Umwelt – Wirtschaft – Siedlungen im dritten vorchristlichen Jahrtausend Mitteleuropas und Südskandinaviens, Internationale Tagung in Kiel, 4-6 nov. 2005, Neumünster, Wachholtz, p. 317-334 (Offa Bücher, 84).

Billamboz A., Schlichtherle H., 1982, « Palustres et lacustres en Allemagne du Sud », Archéologia, 163, Dijon, éd. Faton, p. 24-35.

Billamboz A., Maier U., Matuschik I., Müller A., Out W., Steppan, K., Vogt, R. unter Mitwirkung von Affolter J., Feldkeller, A., 2011, « Die jung-und endneolithischen Seeufersiedlungen von Sipplingen’Osthafen’am Bodensee : Besiedlungs-und Wirtschaftsdynamik im Eng begrenzten Naturraum des Sipplinger Dreiecks », in : Matuschik I. et alii dir., Vernetzungen : Aspekte Siedlungsarchäologie Forschung, Festschrift für Helmut Schlichtherle, Freiburg im Breisgau, p. 253-286.

Bleicher N., 2012, Altes Holz in neuem Licht : archäologische und dendrochronologische Untersuchungen an spätneolithischen Feuchtbodensiedlungen Oberschwabens, Stuttgart, K. Theiss, 219 p. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 83).

Bollacher Ch., 2001, « Die endneolithische Siedlung im Dullenried bei Bad Buchau, Lkr. Biberach : neue Untersuchungen zu den Funden und Befunden der Reinerthschen Grabungen von 1920, 1928 und 1929 », Fundberichte aus Baden-Württemberg, 25, p. 132-294.

Deffontaines P., 1933, L’homme et la forêt, Paris, Gallimard, 186 p.

Dieckmann B., 1990, « Zum Stand der archäologischen Untersuchungen in Hornstaad », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 71, p. 84-109.

Dieckmann B., Harwath A., Hoffstadt J., 2006, « Hornstaad-Hörnle IA : die Befunde einer jungneolithischen Pfahlbausiedlung am westlichen Bodensee », in : Dieckmann B., Hartwath A., Hoffstadt J., Siedlungsarchäologie im Alpenvorland IX, Stuttgart, K. Theiss, p. 8-275 (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 98).

Fischer J., 2006, Ufersiedlungen der Horgener Kultur im Strandbad von Allensbach, Kreis Konstanz : Funde und Befunde aus den Grabungen und Sondagen 1983-1988, Gaienhofen-Hemmenhofen, Landesdenkmalamt Baden-Württemberg, 69 p.-24 p. de pl., 1 CDRom (Hemmenhofener Skripte, 6).

Frank E., 1876, « Die Pfahlbaustation bei Schussenried », Schriften Verein Geschichte des Bodensees, 7, p. 162-179.

Frank E., 1892, « Die Fundstellen bei Schussenried », Korrespondenzblatt Deutsche Gesellschaft für Anthropologie, 23, p. 108-109.

Girardclos O., Billamboz A., Gassmann P., 2012, « Abandoned Oak coppice on both sides of the Jura Mountains : dendroecological growth models highlighting woodland development and management in the past », in : Gärtner H. et alii dir., Proceedings of the Dendrosymposium 2011, May 11th-14th, 2011 in Orléans, France, Scientific Technical Report, 12/03, 71-78. DOI : 10.2312/GFZ. b103-12036.

Hafner A., Suter P.J., 2003, « Das Neolithikum in der Schweiz », JungsteinSITE. de, 2003, p. 1-75 (http://www.jungsteinsite.de).

Kaeser M. A., 2011, « Préhistoire et sciences naturelles : complexe d’Œdipe, tabou de l’inceste ? À propos du « Grand Partage » nature/culture dans l’histoire et l’épistémologie de l’archéologie préhistorique », in : Studer J., David-Elbiali M., Besse M. dir., Paysage – Landschaft – Paesaggio : l’impact des activités humaines sur l’environnement, du Paléolithique à la période romaine, Actes du colloque du Groupe de travail pour les recherches préhistoriques en Suisse (GPS/AGUS), 15-16 mars 2007, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, p. 251-261 (Cahiers d’Archéologie romande, 120).

Kolb M., 1997, « Die Seeufersiedlung Sipplingen und die Entwicklung der Horgener Kultur am Bodensee », in : Schlichtherle H. dir., Pfahlbauten rund um die Alpen, Stuttgart, K. Theiss, p. 22-28 (Sonderheft Archäologie in Deutschland).

Leuzinger U., 2000, Die jungsteinzeitliche Seeufersiedlung Arbon - Bleiche 3 : Befunde, Frauenfeld, Kanton Thurgau, 187 p. (Archäologie im Thurgau, 9).

Maier U., 2004, « Archäobotanische Untersuchungen in jungund endneolithischen Moorsiedlungen am Federsee », in : Schlichtherle H., Feldtkeller A., Maier U., Vogt R., Schmidt E., Steppan K., Ökonomischer und ökologischer Wandel am vorgeschichtlichen Federsee, Gaienhofen-Hemmenhofen, Landesdenkmalamt Baden-Württemberg, p. 71-159 (Hemmenhofener Skripte, 5).

Maier U., Vogt R., 2001, Siedlungsarchäologie im Alpenvorland VI : Botanische und pedologische Untersuchungen zur Ufersiedlung Hornstaad-Hörnle IA, Stuttgart, K. Theiss, 456 p. (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 74).

Mainberger M., 1998, Das Moordorf von Reute : archäologische Untersuchungen in der jungneolithischen Siedlung Reute-Schorrenried, Staufen im Breisgau, Teraqua CAP, 427 p.

Mainberger M., Schnyder M., 2009, « Neue urgeschichtliche Dörfer im Ausfluss des Bodensees », Archäologie der Schweiz, 32, 2009/1, p. 14-21.

Matuschik I., 2011, Siedlungsarchäologie im Alpenvorland XII - Die Keramikfunde von Hornstaad-Hörnle I-IV. Besiedlungsgeschichte der Fundstelle und Keramikentwicklung im beginnenden 4. Jahrtausend v. Chr. im Bodenseeraum, Stuttgart, K. Theiss, 501 p. (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 122).

Paret O., 1955, Das Steinzeitdorf Ehrenstein bei Ulm (Donau), Stuttgart, 80 p.

Peter R., 2012, Demographisch-kulturelle Zyklen im Neolithikum : die Bandkeramik im Rheinland und die Pfyner Kultur am Bodensee, Magisterarbeit, Univ. zu Köln.

Pétrequin P., Bailly M., Viellet A., 2001, « Les villages littoraux néolithiques du Jura français et les chronologies du IVe et IIIe millénaire avant J.-C. : le point de vue de l’archéologue et du dendrochronologue », in : Barrandon J.-N., Guibert P., Michel V. dir., Datation, Actes des XXIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 19-21 oct. 2000, Antibes, éd. APDCA, p. 407-431.

Reinerth H., 1936, Das Federseemoor als Siedlungsland des Vorzeitmenschen, Leipzig, C. Kabitzsch, 184 p. (Führer zur Urgeschichte, 9).

Schlichtherle H., 1997, « Neolithische und bronzezeitliche Häuser in den Feuchtbodensiedlungen Südwestdeutschlands : eine Übersicht », in : Beck H., Steuer H. dir., Haus und Hof in ur-und frühgeschichtlicher Zeit : Bericht über zwei Kolloquien der Kommission für die Altertumskunde Mittel-und Nordeuropas, 1990 und 1991, Gedenkschrift für Herbert Jankuhn, Göttingen, p. 86-136 (Abhandlungen der Akademie der Wissenchaften in Göttingen. Philologisch-historische Klasse, 218).

Schlichtherle H., 2004, « Große Häuser – Kleine Häuser : archäologische Befunde zum neolithischen Siedlungswandel am Federsee », in : Schlichtherle H., Feldtkeller A., Maier U., Vogt R., Schmidt E., Steppan K., Ökonomischer und ökologischer Wandel am vorgeschichtlichen Federsee, Gaienhofen-Hemmenhofen, Landesdenkmalamt Baden-Württemberg, p. 13-56 (Hemmenhofener Skripte, 5).

Schlichtherle H., 2006, « ’Bachwiesen I’ : eine Pfahlbausiedlung der Schussenrieder Kultur am Federsee bei Bad Buchau, Kreis Biberach », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 2005, p. 33-37.

Schlichtherle H., 2009, « Eine neue Siedlungskammer im westlichen Federseeried und ihre Bedeutung für das Verständnis neolithischer Siedelsysteme », in : Biel J., Heiligmann J., Krausse D. dir., Landesarchäologie : Festschrift für Dieter Planck zum 65. Geburtstag, Stuttgart, K. Theiss, p. 61-86 (Forschungen und Berichte zur Vorund Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 100).

Schlichtherle H., Maier U., Stephan E., 2010, « ’Bachwiesen IV’ : eine neue Siedlung der endneolithischen Horgener Kultur im Federseemoor, Bad Buchau, Kreis Biberach », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 2010, p. 89-94.

Schlichtherle H., Vogt R., Maier U., Herbig Ch., Schmidt E., Ismail-Meyer K., Kühn M., Wick L., Dufraisse A., 2011, Die endneolithische Moorsiedlung Bad Buchau-Torwiesen II am Federsee. Band 1 : Naturwissenschaftliche Untersuchungen, Freiburg im Breisgau, 356 p. (Hemmenhofener Skripte, 9).

Schmidt R. R.,1930/37, Jungsteinzeit-Siedlungen im Federseemoor. Lieferung I-III, Augsburg, Benno Filser, 3 vol. (Monographien zur Urgeschichte der Menschen).

Schröter R., 2009, Berichte zu Ufer- und Moorsiedlungen Südwestdeutschlands IV. Die Ausgrabungen des Urgeschichtlichen Forschungsinstituts der Universität Tübingen (UFI) in Aichbühl und Riedschachen (1919-1930), Stuttgart, K. Theiss, 363 p. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 67).

Steppan K., 2004, « Archäozoologische Untersuchungen in jung- und endneolithischen Moorsiedlungen am Federsee », in : Schlichtherle H., Feldtkeller A., Maier U., Vogt R., Schmidt E., Steppan K., Ökonomischer und ökologischer Wandel am vorgeschichtlichen Federsee, Gaienhofen-Hemmenhofen, Landesdenkmalamt Baden-Württemberg, p. 187-231 (Hemmenhofener Skripte, 5).

Strobel M., 2000, Die Schussenrieder Siedlung Taubried I (Bad Buchau, Kr. Biberach : ein Beitrag zu den Siedlungsstrukturen und zur Chronologie des frühen und mittleren Jungneolithikums in Oberschwaben, Stuttgart, K. Theiss, 596 p. (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 81).

Tröltsch E., 1902, Die Pfahlbauten des Bodenseegebietes, Stuttgart, F. Enke, 255 p.

Zürn H., 1965, Das jungsteinzeitliche Dorf Ehrenstein (Kreis Ulm) : Ausgrabung 1960. Teil I : Die Baugeschichte, Stuttgart, Silberburg, 2 vol. (Veröffentlichungen des staatlichen Amtes für Denkmalpflege Stuttgart, Reihe A, H. 10/1).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de la zone d’étude et de la distribution bipartite de l’habitat en milieu humide avec d’une part les stations littorales sur le lac de Constance et en Suisse voisine et d’autre part les stations de tourbière en Haute-Souabe concentrées principalement dans le bassin du Federsee. Les stations considérées dans le texte sont indiquées par un cercle rempli en noir ainsi que par le nom de leur localité.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 2. Variations du plan au sol des maisons néolithiques de la zone d´étude. Il s’agit ici de dimensions moyennes calculées par station et par phase d’occupation et, dans le cas de l’habitat palustre, en fonction du type de maison (à une ou plusieurs pièces). La distribution dimensionnelle en longueur et largeur est indiquée par des traits transversaux à mi-hauteur sur les côtés du rectangle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 3. Plan au sol et organisation intérieure de la maison néolithique en contexte palustre en Haute-Souabe et Bavière (8). 1. Taubried, maison 6, phase 2 ; 2. Alleshausen-Grundwiesen, maison 2 ; 3. Aichbühl, maison 2 ; 4. Taubried, maison 1, phase 4B ; 5. Taubried, maison 11, phase 1B ; 6. Taubried, maison 9 ; 7. Seekirch, maison 1 ; 8. Pestenacker, maison 1 ; 9. Ehrenstein, maison 2, phase A et B ; 10. Ehrenstein, maison 1, phase A ; 11. Taubried, maison 3, substruction ; 12. Taubried, maison 3, phase 1B ; Jungneolithikum (1, 3-6, 8-12), Endneolithikum (2,7).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4731/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 4. Variabilité dimensionnelle des maisons de deux villages-rues du Horgen tardif au Bodensee. A. Allensbach-Strandbad (2003), dendrodates : 2914 et 2897 av. J.-C. B. Sipplingen-Osthafen, 2917 et 2855 av. J. -C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4731/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 5. Hornstaaad-Hörnle IA. Structure de maison sur pieux avec foyer central indiqué par une concentration de pierres et d’argile partiellement rubéiée (structure z63, 3909-3907 av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4731/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Légende Fig. 6. Plan du village de Bad Buchau-Torwiesen II (3283-3279 av. J.-C.). Sur la gauche avec trame grise, deux maisons à pieux de chêne. Pour les autres maisons, les pieux sont en frêne, plus rarement en autres essences.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4731/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 7. Plan du village d’Aichbühl (vers 4200 av. J.-C.) mettant en évidence une distribution nucléiforme de l’habitat à partir de trois maisons « dominantes ». La relation chronologique des trois ensembles n’est pas connue. La maison 15 (Villa Franconia ou Führerhaus) correspond au bâtiment représenté par le modèle, en haut à droite sur le plan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4731/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 8. Village de Hornstaad-Hörnle IA illustrant à partir d’un extrait de plan et d’éléments choisis la variation dimensionnelle des maisons construites à l’aide de rondins et de semelles de pieux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4731/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 9. Village de Hornstaad-Hörnle IB et ses phases de construction (lire les plans de gauche à droite, les phases de haut en bas). La variation dimensionnelle des plans au sol des maisons est comparée ici au diamètre des troncs d’arbre utilisés (calculé sur la base de la croissance radiale présentée ici sous forme de courbe cumulative). Au cours des phases intermédiaires de construction (B2-B4), la réduction du plan au sol des maisons va de pair avec l’expansion de l’activité constructrice et avec l’utilisation de plus petits diamètres (arbres prélevés dans de jeunes peuplements de taillis).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4731/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 530k

Auteurs

Landesamt für Denkmalpflege Baden-Württemberg, Arbeitsstelle für Feuchtbodenarchäologie, D - 78343 Hemmenhofen, Allemagne.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search