Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Deux bâtiments particuliers du village néolithique moyen E4A (3645-3635 av. J.-C.) de Concise (VD, CH)

Elena Burri-Wyser, Patricia Chiquet et Ariane Winiger

Résumé

Les études portant sur le Néolithique moyen du site palafittique de Concise s’étoffent d’année en année, avec des hypothèses de plus en plus fines quant aux structures de l’espace villageois, à l’identité des acteurs des différentes manifestations de la culture matérielle, à l’histoire des peuplements… L’architecture de certains villages est connue, ainsi que la culture matérielle qui comprend, dans certains cas, un mélange de composantes NMB de Franche-Comté et Cortaillod du Plateau suisse. La distribution spatiale des vestiges au sein d’aires d’activités communes à plusieurs maisons et de dépotoirs particuliers à chacune des maisons montre une économie essentiellement domestique avec, pour certaines composantes, des synergies par groupes de maisons. L’analyse de ces distributions nous a amené à proposer un partage des tâches basé sur le genre. Dans cette ambiance générale d’autosubsistance domestique, deux bâtiments semblent avoir une fonction particulière.

Texte intégral

1. Introduction

1L’architecture des villages du Néolithique moyen de Concise est moins facile à reconstituer que celle du Néolithique final (Winiger, ce volume et 2008) ou du Bronze ancien (Winiger, Burri-Wyser, 2012). Ceci en raison de nombreux bois difficilement datables, ou non datés, qu’ils soient trop jeunes ou d’essence autre que le chêne. Nous disposons néanmoins, à l’heure actuelle des plans de deux d’entre eux, à savoir ceux du village E4A du Cortaillod moyen et ceux de E6 daté du Cortaillod tardif (Winiger, Hurni, 2007 ; Winiger et alii, 2012). Le village E4A, qui nous intéresse ici, a été construit et entretenu entre 3645 et 3635 av. J.-C. La très courte durée d’occupation du village et la très bonne sériation stratigraphique des couches anthropiques qui lui sont associées assurent qu’une vision palethnologique, avec un intervalle de contemporanéité d’une dizaine d’années, est pertinente. En outre, l’implantation du village en milieu humide a permis une conservation exceptionnelle du mobilier, notamment organique. Enfin, on y trouve associées deux traditions céramiques d’origines géographiques distinctes : le Cortaillod du Plateau suisse et le Néolithique moyen bourguignon (NMB) de Franche-Comté. Ceci a d’ailleurs été mis en évidence dans d’autres villages de la même station (Burri, 2007). Ces conditions exceptionnelles permettent d’aborder des questions d’identité et d’histoire du peuplement habituellement inaccessibles à l’archéologue, malgré le fait que seule la partie nord du village ait été fouillée.

2Jusque dans les années 1990, les études palafittiques portaient essentiellement sur la chronotypologie. Mais depuis la publication du modèle ethnoarchéologique construit par A.-M. et P. Pétrequin (1984), sur la base de villages de la lagune de Cotonou au Bénin, on sait qu’il existe une organisation des vestiges qui obéit à des règles strictes de gestion des déchets. Celle-ci varie notamment suivant l’implantation des maisons par rapport à la rive. L’analyse spatiale des villages du Néolithique moyen de Concise, basée sur le modèle, a fait l’objet de plusieurs publications qui montrent une certaine autonomie des maisonnées (Chiquet, 2012 ; Burri-Wyser, 2012a). Au fil des études, les hypothèses et la formalisation des modèles se sont affinées et complexifiées, notamment au fur et à mesure de l’intégration des différents résultats. Nous présentons ici les dernières pistes d’étude qui englobent, entre autres, une certaine variabilité dans la fonction supposée des bâtiments du village et un partage des tâches au sein des unités domestiques.

2. La structure de l’espace villageois

3À propos du village E4A, la très bonne conservation des vestiges organiques implique une implantation en milieu humide, même en basses eaux, selon le modèle ethnoarchéologique (Winiger, 2003). Dans ce cas, les habitants gèrent leurs déchets en les rejetant par les ouvertures des maisons à plancher surélevé. Les rejets finissent par s’amonceler devant les ouvertures et sont dispersés par les gens et des animaux qui circulent dans les ruelles, lorsque ces dernières sont praticables. Il peut exister d’autres accumulations de matériel réalisées par exemple en amont du village en vue d’exonder des surfaces destinées à accueillir des activités villageoises. Le chemin d’accès, dans le cas présent un ponton (Winiger, 2006), peut également être utilisé comme plateforme pour des activités en plein air. Ainsi, l’observation de la disposition des vestiges permet de restituer des structures latentes telles que les dépotoirs et zones d’activités, en plus des structures architecturales. Les deux matériaux les plus parlants dans le cadre de cette problématique sont la céramique et les restes de faune, de par leur masse et le fait qu’il s’agit pour la plupart de rejets d’éléments cassés ou consommés de façon importante durant toute la durée d’occupation du village. Les concentrations de faune recouvrent très largement celles de la céramique (Chiquet, 2012, fig. 204 et 208 ; Chiquet, Burri-Wyser, 2013, fig. 4 et 6). Les comportements sont quasiment identiques et relèvent de la même organisation de l’espace à l’intérieur du village, sauf vers la maison M6 et à l’est du village où il existe un déficit en faune.

4Ainsi, en cumulant les observations planimétriques de la céramique (poids total, fragmentation et collages), ainsi que le poids et le nombre de restes fauniques et l’emplacement des structures architecturales, nous obtenons une proposition de reconstitution de l’espace villageois. Celle-ci comprend non seulement les structures architecturales établies par A. Winiger et J.-P. Hurni (2007), soit les maisons, le chemin et la palissade, mais aussi les différents dépotoirs et aires d’activités associés aux structures architecturales (fig. 1). Nous pouvons définir des zones d’activités en marge des maisons (A1 à A5). La zone de concentration de vestiges très fragmentés identifiée au sud du chemin d’accès doit être liée à des activités prenant place sur une plateforme surélevée (C). Enfin, les dépotoirs ou les accumulations dans les ruelles sont directement liés aux activités domestiques et aux rejets provenant des maisons (D1 à D13). Dans une certaine mesure, les dépotoirs accumulant les rejets des habitants des maisons sont le reflet de leur consommation, de leurs choix et donc de leur identité. Les répartitions spatiales des objets tombés sous les planchers permettent également de rattacher artefacts et maisonnées. Compte tenu du fait que le village a été occupé une dizaine d’années, on peut supposer une certaine permanence des habitants dans la même maison, ce qui renforce encore le lien entre individus et vestiges. Sur cette base, et en tenant compte des mélanges dans les ruelles, ainsi que de l’utilisation commune des aires d’activités, il est possible d’attribuer du matériel à une maison ou un groupe de maisons. C’est ensuite l’observation des éléments typologiques des différentes catégories de matériel qui permet d’obtenir des résultats quant à l’identité des habitants des différentes maisons et à la fonction des bâtiments (fig. 2). Nous postulons ainsi que la structure spatiale des vestiges peut refléter une partie des structures sociales villageoises.

Fig. 1. Les dépotoirs (ellipses rouges) et les zones d’activités (ellipses bleues) définies par les répartitions de la céramique et de la faune dans le village E4A. Éch. 1 :450. D’après Burri-Wyser, 2012a, fig. 6c, sur le plan du village E4A de Winiger, Hurni, 2007, fig. 8.

Fig. 2. Modélisation des différentes partitions d’ordre social et de leurs interactions pouvant amener à interpréter des partitions spatiales de distribution des vestiges. D’après Burri-Wyser, 2012, fig. 7.

3. La problématique NMB/Cortaillod et son apport à la compréhension des sociétés du Néolithique moyen

5Comme déjà mentionné, l’un des points forts du Néolithique moyen de Concise est la présence concomitante dans plusieurs villages des traditions céramiques NMB et Cortaillod. Les changements extrêmement rapides de fréquences des deux traditions et l’existence d’emprunts réciproques, que ce soit dans la composition du dégraissant, comme dans la morphologie et les composantes stylistiques, nous ont amené à postuler des migrations croisées d’artisans potiers venant s’installer à Concise alternativement depuis le Plateau suisse et la Franche-Comté et se mélangeant à la population déjà en partie mixte (Burri, 2007 ; Burri-Wyser, Loubier, 2010). D’autres éléments que la céramique enregistrent des changements, mais uniquement dans le village E4A. Il s’agit du spectre faunique (le porc devient dominant, Chiquet, 2012) et des supports des outils du silex (les éclats prennent le dessus sur les lames, Winiger et alii, 2010 ; Burri-Wyser et alii, 2011). Ceci nous a permis d’émettre l’hypothèse d’une migration de nature différente et plus massive depuis la Franche-Comté dans le village E4A que dans les villages précédents.

6Quoi qu’il en soit, ce fait est extrêmement intéressant au niveau de l’histoire des peuplements et des transferts de savoir-faire. Il a une autre incidence majeure sur la problématique du partage des tâches entre villageois. En effet, il permet de mettre en évidence, par l’intermédiaire de critères typologiques clairs, simples et robustes croisés, l’existence de différences ou de regroupements entre maisons. Ainsi, la vision diachronique des séries permet de déceler des changements synchrones ou asynchrones entre différentes catégories de matériel. La céramique ne se comporte pas de la même manière que l’industrie lithique et la faune (fig. 3). Nous en déduisons que ce ne sont pas les mêmes acteurs qui sont responsables de ces deux groupes de faits.

7Les mêmes constatations peuvent être faites à partir des distributions spatiales obtenues pour l’ensemble E4A. La céramique montre une distribution différentielle qui varie en fonction des styles entre les dépotoirs. Chaque maison est caractérisée par un style, NMB ou Cortaillod, homogène et ces styles alternent dans le village sans regroupement particulier. Par contre, il existe des groupes de bâtiments contigus utilisant les mêmes types de dégraissant. Nous en déduisons que la production de la céramique est domestique, mais que la préparation de la pâte se fait par « quartiers ». La faune connaît également des distributions particulières. Si le porc est abondamment présent partout, le bœuf et le cerf ne se trouvent que dans certains « quartiers » (Chiquet, 2012, fig. 211). Or, le bœuf est l’animal domestique normalement le plus consommé dans le Cortaillod. Les matières premières destinées à la production de l’industrie lithique taillée semblent spécifiques à chaque maison avec de petits lots peu différenciés (Winiger et alii, 2010). Ainsi, l’approvisionnement en silex, importé dans sa très grande majorité, semble individuel. Par contre, le choix des supports pour les outils, qui peut avoir une valeur culturelle avec un recours privilégié aux éclats pour le NMB, aux lames pour le Cortaillod (Jeunesse et alii, 1998), semble se différencier par quartiers. Or ces quartiers se superposent à ceux définis sur la base des restes de faune. Le bœuf, le cerf et les outils sur lames d’une part, les restes de porc et les outils sur éclats d’autre part, se superposent au niveau spatial (Burri-Wyser et alii, 2011, fig. 8). On peut donc définir, sur la base de la faune et de l’outillage lithique, des portions de village à dominante culturelle Cortaillod et d’autres à dominante NMB. L’industrie sur matière dure animale (bois de cerf, os et ivoire) est pratiquée dans chacun des bâtiments dont les dépotoirs contiennent des outils cassés et des déchets de taille, indiquant une activité domestique. Les zones d’activités externes ont également été fréquentées en vue du débitage et du façonnage d’outils réalisés dans ces matières organiques (Winiger et alii, 2010). En fait, pour cette industrie, il existe surtout des exclusions spatiales au niveau des techniques de façonnage et de débitage, notamment le rainurage et la percussion indirecte (Burri-Wyser, 2012a). Les supports des outils en os et ivoire sont par ailleurs intrigants : la répartition des espèces dont ils sont issus ne correspond pas à celle des déchets de boucherie. Ainsi, les supports spécifiques de suidés ont une répartition pratiquement inverse à celle des restes de suidés et sont exclus de certains groupes de bâtiments, tandis qu’on retrouve des outils en os de bœuf ou de cerf dans tout le village. L’approvisionnement en matière première osseuse ne suit donc pas la même logique que celle de la consommation des espèces et les répartitions typologiques, avec des effectifs peut-être insuffisants, ne peuvent être corrélées avec celles de l’industrie lithique. Quant à la roche verte, les éclats de débitage se trouvent essentiellement dans les zones d’activités. Il existe une concentration de haches et de tranchets au nord de la palissade qui dénote des activités de bûcheronnage réalisées en dehors du village.

Fig. 3. Évolution chronologique des fréquences relatives des styles céramiques, des suinés et des bovidés et des types de supports de l’outillage lithique. D’après Winiger et alii, 2010, Burri-Wyser et alii, 2011.

8D’une manière générale, chaque bâtiment semble autonome quant à son approvisionnement et à la confection de ses outils, mais il existe des synergies par groupes d’activités et groupes de maisons. Ces derniers englobent également des aires d’activités communes qui leurs sont attenantes. En schématisant un peu, les groupes de matériaux à comportement identique englobent d’une part la céramique et d’autre part l’industrie lithique et la consommation de produits carnés. L’industrie osseuse se trouve soit dans le groupe de la céramique, soit dans une autre partition indépendante. Si notre hypothèse inférant que les structures spatiales reflètent notamment les structures sociales est correcte, alors ces groupes doivent correspondre à une répartition des tâches entre villageois. Les différences typologiques sont liées à des différences culturelles ou des sphères d’apprentissage distinctes (fig. 2). La première explication qui vient à l’esprit est une répartition des tâches par genre. Ceci, malgré les nombreuses mises en garde contre une schématisation par trop simpliste. Des répartitions de ce type sont fréquemment proposées pour ces sociétés agropastorales (p. ex. Claassen, 1992 ; Diaz-Andreu et alii, 2005) et nous nous permettons de les considérer comme plausibles dans notre cas, notamment en raison du fait qu’elles sont universellement observables, même si les modalités de distribution sont variables et la définition des genres sociale plutôt que biologique. Une hypothèse, largement admise et basée sur des études ethnoarchéologiques, lie le montage de la céramique au colombin et les femmes, au sens de genre (Arnold, 1985 ; Knopf, 2002). Nous pouvons imaginer une répartition des tâches où la céramique est dévolue aux femmes et le choix des silex, ainsi que la boucherie, aux hommes, ce que ne contredisent pas les études d’anthropologie sociale (Testart, 1986). Nous adoptons cette hypothèse en gardant à l’esprit que sa banalité pourrait nous être imposée par notre inconscient collectif et que la répartition des restes osseux reflète la consommation avec un lien entre boucher et consommateur qui peut être complexe étant données les possibilités de partage et d’échange. En effet, cette hypothèse permet d’expliquer un certain nombre de répartitions spatiales observées à Concise, avec un regroupement des activités masculines de même tradition (ici NMB ou Cortaillod) par quartiers. La plus grande dispersion des composantes « féminines » résulterait du fait que les unions peuvent être extra-ou intra-culturelles. La préparation de la matière première pour réaliser la céramique se fait par groupes de maisons adjacentes qui utilisent les mêmes aires d’activité. Pour beaucoup de tâches artisanales, l’imprécision des typologies et la faiblesse des effectifs interdisent pour le moment toute attribution. Nous résumons ainsi nos hypothèses concernant l’ensemble des groupes et leur rendu au niveau spatial sur la figure 4.

9Elles se traduisent au niveau du village E4A par des potières NMB et Cortaillod qui préparent leur pâte avec leurs voisines immédiates (fig. 5). Les quartiers formés par les regroupements de céramique de pâte identique comprennent des potières dont les traditions stylistiques peuvent être différentes. Les activités hypothétiquement attribuées aux hommes, comme le choix et l’entretien des outils en silex, le travail de la pierre verte et la boucherie, ont des comportements spatiaux délimités et agrégés. Ces répartitions forment des quartiers de deux à quatre maisons. Comme le choix des supports des outils en silex (éclat ou lame) a sans doute des fondements identitaires, et que cela peut être le cas des préférences alimentaires pour le porc ou le bœuf et le cerf, à moins que ces dernières ne soient le reflet de changements sociaux (Chiquet, 2012), nous pouvons avancer l’hypothèse qu’il existe dans le village E4A des groupes de maisons voisines dont les habitants masculins ont des origines identiques. Le fait que les déterminations spécifiques des outils en os ne coïncident pas avec les répartitions des ossements des différentes espèces pourrait indiquer que l’industrie osseuse est produite par les femmes ou par des individus appartenant à une partition de la société autre que le genre (classe d’âge par exemple). En tout cas, elle obéit à des critères autres que la récupération des déchets de la consommation de viande.

Fig. 4. Schématisation de la répartition des tâches au sein du village avec, en bas, un tableau du peintre Otto Emmanuel Bay (1891) représentant une vision de la vie au bord du lac, avec des activités différentes entre hommes et femmes © Bernisches Historisches Museum.

10En comparant les quartiers définis par les dégraissants céramiques et ceux délimités sur la base des restes fauniques, nous observons une superposition presque parfaite, sauf à proximité de deux bâtiments particuliers : M2 et M6. Ces distributions donnent des indices quant à une société patrilocale et patrilinéaire, avec des regroupements d’hommes de même identité culturelle. Mais qu’en est-il de ces deux bâtiments particuliers pour lesquels les groupes « féminins » (M2) ou « masculins » (M6) se superposent ? Ils ne peuvent pas prendre place dans ce schéma de petites unités domestiques autonomes au partage strict des tâches, puisqu’il semble que des artefacts des deux cultures y ont été utilisés et rejetés, si ce n’est produits.

4. La maison M2

11Situé à l’est du chemin d’accès, ce bâtiment construit en 3642 av. J.-C., ne se démarque pas de ses voisins au niveau architectural. De prime abord, il s’agit d’une maison comme les autres, mais c’est son contenu qui en fait une structure particulière.

Fig. 5. Les quartiers « féminins » et « masculins » définis par les activités du village E4A. Éch. 1 :450.

Fig. 6. Répartitions de la céramique du village E4A dans les différentes structures. a. Compositions du dégraissant. b. Styles. c. Catégories morpho-fonctionnelles. Éch. 1 :450.

Fig. 7. Répartitions des espèces du village E4A. a. Suidés. b. Bœuf et cerf. D’après Chiquet, 2012, fig. 211. Éch. 1 :450.

12La céramique se singularise par une abondance particulière, tant en poids cumulé qu’en profils individualisés. En outre, elle est très variée, en composition des dégraissants comme en styles et en catégories morpho-fonctionnelles. Ainsi, c’est uniquement dans les dépotoirs de ce bâtiment que se mélangent vraiment tous les types de pâte, habituellement regroupés par quartiers (fig. 6a). Les dépotoirs associés à la maison M2­ contiennent une proportion à peu près égale de types NMB et Cortaillod, alors qu’ailleurs, la céramique est beaucoup plus homogène par dépotoir ou par maison avec une origine nettement dominante (fig. 6b). Enfin, les types morpho-fonctionnels représentés sont également très particuliers : on y trouve tous les fragments de plats à pain, ainsi qu’une proportion tout à fait inhabituelle en contexte Cortaillod tardif de formes basses (plats, assiettes, écuelles) et individuelles (bols, gobelets, godets, coupes, fig. 6c). Toutes les catégories morpho-fonctionnelles présentent la même variabilité des pâtes et des styles. Cela donne l’impression qu’il existe dans cette maison une utilisation massive de jarres destinées à la cuisson et au stockage, ainsi que de vaisselle individuelle ou de présentation provenant de la production de plusieurs potières et même de plusieurs groupes de potières. On y a également consommé énormément de porc et un peu de bœuf et de cerf (Chiquet, 2012). Il semble donc qu’il y ait un nombre de consommateurs plus important que dans les autres maisons ou que ces derniers aient consommé davantage de produits carnés (fig. 7). L’industrie du bois de cerf est attestée, mais surtout sous la forme d’outils (gaines de hache et biseaux). De même, si le façonnage d’artefacts en os semble rare, les outils sont variés avec également des biseaux, des poinçons et surtout des pointes de peigne à carder (pointes plates sur côte). Le tout est essentiellement débité par percussion sur des os de grands ruminants et de caprinés, ce qui donne pratiquement une image inverse du spectre faunique (fig. 8). La maison contient également un polissoir et un percuteur en pierre, témoignant du façonnage d’outils. Par contre, la taille du silex y est anecdotique, avec un net déficit en produits bruts et éclats (fig. 9), tandis que l’outillage est relativement varié, avec des éclats et des lames retouchés, ainsi qu’un grattoir. La pierre verte n’y a pas du tout été travaillée et n’est représentée que par une boucharde.

Fig. 8. Répartition des outils en os selon leur support spécifique. Éch. 1 :450.

Fig. 9. Répartition du silex entre produits bruts et outils. D’après Winiger et alii, 2010, fig. 323. Éch. 1 : 450.

13Au final, cette maison contient énormément de céramiques de traditions variées, avec des formes particulières (vaisselle individuelle et plats à pain). Les habitants y ont consommé essentiellement du porc. Ce bâtiment est exempt de toute trace de travail sur le silex ou la pierre verte. Par contre, le travail des matières organiques y a été pratiqué et cela se traduit notamment par la présence de percuteurs et polissoirs et d’une bonne quantité de biseaux. Parmi les hypothèses pouvant rendre compte de ces observations, celle d’une maison familiale avec plusieurs femmes (polygamie, « belle-mère » et « bru »…) n’est pas la plus vraisemblable. En effet, on y rencontrerait davantage d’indices du travail de la pierre, alors qu’ici, il semble exister une certaine spécialité de l’artisanat sur les supports osseux et éventuellement la céramique. Mais c’est surtout la consommation de la viande et sans doute aussi celle du contenu des céramiques qui saute aux yeux. Aussi, pencherons-nous plutôt pour une fonction comme « salle des fêtes ». Quoi qu’il en soit, même si notre cadre d’interprétation qui privilégie un partage du travail en fonction du genre s’avérait inexact, cette maison et les dépotoirs attenants n’en demeurent pas moins particuliers.

5. Le bâtiment M6

14Contrairement au précédent, ce bâtiment est remarquable par sa position, comme par le fait qu’il a été entretenu tout le long de l’occupation (Winiger, Hurni, 2007). Il est accolé à l’extrémité sud-ouest du chemin d’accès au point que la rangée de poteaux orientale se confond avec celui-ci. Sa situation est par ailleurs très semblable à celle du grand bâtiment à un pan érigé sur une butte à Marin-les Piécettes et daté du Cortaillod tardif et du Port-Conty (Honegger, 2001).

15Il y a relativement peu de céramique autour de M6, mais les types sont majoritairement NMB avec des dégraissants relativement souvent calcaires (fig. 6). Le peu de céramique présent est homogène et couvre tout le spectre morpho-fonctionnel (vaisselle à cuire ou à servir, individuelle ou commune), hormis les plats à pain. Ce bâtiment est un des rares à avoir révélé des restes de carnivores sauvages, sans doute liés à une activité de pelleterie (Chiquet, 2012, fig. 213). Le reste de la faune est abondant, avec du porc, du bœuf et du cerf, indiquant un large spectre de consommation de produits carnés (fig. 7). À l’instar de la zone du ponton, l’industrie sur bois de cerf a été pratiquée de manière particulièrement marquée et les outils sont représentés essentiellement par des biseaux et des masses (fig. 10 ; Winiger et alii, 2010). Il en est de même pour l’industrie osseuse qui est intensément pratiquée (fig. 8) et utilisée avec une grande quantité de biseaux, mais aussi des armatures de flèches et des poinçons. Le débitage se fait essentiellement en percussion lancée, mais aussi par rainurage. Le spectre des industries et des espèces animales utilisées est très semblable à celui provenant de l’extrémité du chemin d’accès, avec une industrie abondante dans le bâtiment, tant pour le bois de cerf que pour l’os. Le matériel lithique pondéreux comprend des polissoirs et des percuteurs, ainsi qu’une meule. Quant au silex, il s’agit d’une zone où la retouche, si ce n’est le façonnage, ont été intensément pratiqués, comme sur le ponton (fig. 9). Des grattoirs et une pièce esquillée liés à des activités artisanales, ainsi que des pointes de flèche sont également présents. Tous ces outils sont réalisés sur éclat dans des matières premières très variées. L’industrie de la pierre verte y est également avérée, ainsi que l’utilisation de haches et de tranchets, phénomène également observable dans la zone du ponton (fig. 11).

16Ce bâtiment se démarque donc fortement, non seulement de la maison M2, mais aussi des autres bâtiments. Il semble fonctionner de manière identique à la plateforme surélevée du ponton. Nous imaginons une architecture plus légère que celle des maisons d’habitation qui se traduit par des réfections plus nombreuses. La céramique est peu représentée et très homogène, de style NMB. Tout le spectre faunique est présent, avec notamment des éléments très particuliers comme les restes de carnivores sauvages. Le reste de l’artisanat y est largement attesté, avec un façonnage et une utilisation tant de l’industrie sur matière dure animale que du silex ou de la pierre polie. Les matières premières et les outils sont variés, avec un nombre important de pièces liées à la fabrication d’objets (polissoirs, percuteurs, grattoirs et pièces esquillées), ainsi que des pointes de flèche. Par contre, les critères fortement connotés culturellement sont relativement homogènes, de tradition NMB, tandis que les restes animaux restituent un éventail très varié.

17Plusieurs hommes appartenant à la même sphère culturelle ont pu contribuer à l’amas des déchets attribué à ce bâtiment. Il peut s’agir d’un cas de polyandrie, de la cohabitation d’un père et de son fils ou de deux frères, ou encore d’un atelier couvert prolongeant la plateforme d’activités du ponton, ce qui expliquerait aussi l’absence de foyer et l’architecture légère du bâtiment. L’homogénéité culturelle observée serait due au fait que cet espace de travail serait utilisé par les hommes d’un « quartier ». Dans cette perspective, la fonction cultuelle proposée pour la maison à un pan de Marin-les Piécettes (Honegger, 2007), sur sa butte, pourrait être interprétée de manière tout à fait différente.

6. Bilan et perspectives

Fig. 10. Répartition du bois de cerf entre chutes et outils. D’après Winiger et alii, 2010, fig. 104. Éch. 1 :450.

Fig. 11. Répartition de la pierre verte entre produits bruts et outils. D’après Winiger et alii, 2010, fig. 347 et 348. Éch. 1 :450.

18Les lecteurs avertis qui suivent l’évolution des études portant sur le site de Concise, et plus particulièrement celles consacrées au Néolithique moyen, se seront rendu compte que les interprétations et hypothèses sont de plus en plus poussées, mais aussi de plus en plus complexes. Les bases restent identiques et extrêmement propices : une sédimentation puissante et rapide, des datations presque exhaustives des pieux et des bois couchés autorisant le lien entre champs de pilotis et couches d’occupation, des durées de vie des villages de l’ordre de la génération, un matériel abondant et très bien conservé, des traditions contrastées cohabitant dans les mêmes villages, la possibilité de suivre l’évolution de la culture matérielle sur plusieurs siècles et d’aborder des questions identitaires et d’histoire des peuplements. Au fil du temps, la compréhension et la formalisation du modèle ethnoarchéologique se sont affinées, avec la mise en évidence des zones d’activités externes s’ajoutant aux dépotoirs des maisons. En plus des études relatives à l’architecture et au mobilier, nous avons développé une réflexion sur les possibles structures sociales, sur la signification des différents matériaux et leur évolution. Ainsi, il est possible de mieux appréhender la variabilité humaine et la possibilité de multiples fonctions, interactions, cas particuliers pouvant nuancer des schémas interprétatifs souvent caricaturaux. Les deux maisons particulières décrites ci-dessus viennent étoffer notre modèle. Il faut ici en remercier l’Archéologie cantonale de l’État de Vaud qui a permis une continuité tout à fait exceptionnelle des études permettant ainsi une maturation des réflexions. Les articulations entre les structures culturelles, villageoises et artisanales n’en demeurent pas moins extrêmement complexes et leur rendu au niveau spatial ne peut donner lieu qu’à des hypothèses d’abord très grossières, avant que la répétition des études et l’accumulation des données ne viennent les affiner, les infirmer ou les confirmer. Comme déjà formalisée, la suite des études qui se dessine commence par la systématisation de ce genre d’observations et d’interprétations. Nous pensons d’abord aux autres villages de Concise, mais aussi à d’autres sites, comme Arbon Bleiche (Doppler et alii, 2010) ou Marin-les Piécettes (Honegger, 2007), où des études semblables sont en cours. Il s’agira d’examiner si les mêmes groupes de matériaux évoluent de concert, à Concise, comme au niveau régional, d’un point de vue chronologique aussi bien que spatial. Ceci permettra de compléter nos hypothèses quant à la segmentation des tâches villageoises, avant de tenter d’en déterminer les acteurs. Cette étape ne peut que difficilement se passer d’une étude ethnologique sérieuse en vue de caractériser les acteurs du partage des tâches au niveau villageois, comme au niveau domestique (Burri-Wyser, 2012b). Dans cette perspective, il faut souligner à nouveau l’extrême importance des sites lacustres, [classés depuis 2011 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, dans l’objet sériel Palafittes préhistoriques autour des Alpes, dont Concise porte le numéro CH-VD-05], pour essayer de comprendre les sociétés néolithiques. Pour finir, notons que le site de Hautecombe à Saint-Pierre-de-Curtille (Savoie, F), fouillé sur une très petite surface par André Marguet, présente également un mélange de styles céramiques (Marguet, 1995 ; Rey, 1999) et possède un potentiel extrêmement important encore inexploité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arnold D. E, 1985, Ceramic theory and cultural process, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 268 p. (New studies in archaeology).

Burri E., 2007, La céramique du Néolithique moyen : analyse spatiale et histoire des peuplements, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, 310 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 109 - La station lacustre de Concise, 2).

Burri-Wyser E., 2012a, Analyse spatiale du village E4A : état provisoire mars 2012, Lausanne, Archéologie cantonale, rapport non publié, 42 p.

Burri-Wyser E., 2012b, « Styles, artisans, territoires et déplacements : pour une approche pluridisciplinaire des manifestations culturelles », in : Perrin T., Sénépart I., Cauliez J., Thirault É., Bonnardin S. dir., Dynamismes et rythmes évolutifs des sociétés de la Préhistoire récente : actualité de la recherche, Actes des 9èmes rencontres méridionales de Préhistoire récente, Saint-Georges-de-Didonne/Royan (17), 8-9 oct. 2010, Toulouse, Archives d’Écologie préhistorique, p. 51-66.

Burri-Wyser E., Loubier J.-C, 2010, « Modélisation spatiale de la dynamique de peuplement du Plateau suisse au Néolithique », Revue électronique m@ppemonde, 101. mappemonde.mgm.fr

Burri-Wyser E., Bullinger J., Chiquet P., 2011, « Concise (VD, CH) au Néolithique moyen : village frontière, lieu de rencontres, cul-de-sac », in : Perrin T., Sénépart I. dir., Marges, frontières et transgresions : actualité de la recherche, Actes des 8èmes rencontres méridionales de Préhistoire récente, Marseille, 7-8 nov. 2008, Toulouse, Archives d’Écologie préhistorique, p. 25-40.

Chiquet P., 2012, La station lacustre de Concise, 4. La faune du Néolithique moyen de Concise (Vaud, Suisse) : analyse des modes d’exploitation des ressources animales et contribution à l’interprétation de l’espace villageois, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, 448 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 131).

Chiquet P., Burri-Wyser E., 2013, « Structuration de l’espace au Néolithique moyen à Concise (Vaud, Suisse) : styles céramiques et faune comme marqueurs d’identité ? », in : Richard A., Schifferdecker F., Mazimann J.-P., Bélet-Gonda C. dir., Le peuplement de l’Arc jurassien de la Préhistoire au Moyen Âge, Actes des deuxièmes journées transfrontalières de l’Arc jurassien, Delle (F) – Boncourt (CH), 16-18 nov. 2007, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, Porrentruy, Office de la Culture et Soc. jurassienne d’Émulation, p. 239-248.

Claassen C., 1992, Exploring gender through archaeology : selected papers from the 1991 Boone conference, Madison Wis., Prehistory press, 165 p. (Monographs in world archaeology, 11).

Diaz-Andreu M., Lucy S., Babic S., Edwards D.N., 2005, The archaeology of identity : approaches to gender, age, status, ethnicity and religion, London, Routledge, 161 p.

Doppler T., Pichler S., Jacomet S., Schibler J., Röder B., 2010, « Archäobiologie als sozialgeschichtliche Informationsquelle : ein bislang vernachlässigtes Forschungspotential », in : Classen E., Doppler T., Ramminger B. dir., Familie – Verwandtschaft – Sozialstrukturen : sozialarchäologische Forschungen zu neolithischen Befunden : Fokus Jungsteinzeit 1, Kerpen-Loogh, Welt und Erde Verlag, p. 119-139.

Honegger M., 2001, « Marin NE-Les Piécettes au Néolithique : une station littorale d’exception », Annuaire de la Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 84, p. 29-42.

Honegger M., 2007, « Le site de Marin-Les Piécettes (Neuchâtel, Suisse) et la question des sanctuaires néolithiques : potentiel et limite de l’approche archéologique », in : Besse M. dir., Sociétés néolithiques : des faits archéologiques aux fonctionnements socio-économiques, Actes du 27ème colloque interrégional sur le Néolithique, Neuchâtel, 1-2 oct. 2005, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, p. 175-183 (Cahiers d’Archéologie romande, 108).

Jeunesse C., Pétrequin P., Piningre J.-F., 1998, « L’Est de la France », in : Guilaine J. dir., Atlas du Néolithique européen, 2A : L’Europe occidentale, Liège, Univ. de Liège, p. 501-584 (Études et Recherches archéologiques de l’Univ. de Liège, 46).

Knopf Th., 2002, Kontinuität und Diskontinuität in der Archäologie : Quellenkritisch-vergleichende Studien, Munster/New-York/München/Berlin, Waxmann, 2 vol., 333 p. (Tübinger zur Ur-und Frühgeschichtlichen Archäologie, 6).

Marguet A.,1995, « Le Néolithique des lacs alpins français : bilan documentaire », in : Voruz J.-L. dir., Chronologies néolithiques : de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien, Actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 19-20 sept. 1992 (XIème rencontre sur le Néolithique de la région Rhône-Alpes), Ambérieu-en-Bugey, Soc. préhistorique rhodanienne, p. 167-196 (Document du Dép. d’Anthropologie et d’Écologie, 20).

Pétrequin A.-M., Pétrequin P., 1984, Habitat lacustre du Bénin : une approche ethnoarchéologique, Paris, Éd. Rech. sur les civilisations, 214 p. (Rech. sur les civilisations, Mémoire, 39).

Rey P.-J., 1999, L’occupation de la Savoie au Néolithique : état des connaissances, Mém. de maîtrise, Chambéry, Univ. de Savoie, UFR Lettres et Sciences humaines, Dep. d’hist.

Testart A., 1986, Essai sur les fondements de la division sexuelle du travail chez les chasseurs-cueilleurs, Paris, École des hautes Études en Sciences sociales, 102 p. (Cahiers de l’homme, 25).

Winiger A., 2003, « Concise (Vaud) : une stratigraphie complexe en milieu humide », in : Besse M., Stahl Gretsch L.-I., Curdy P. dir., ConstellaSion : hommage à Alain Gallay, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, p. 207-228 (Cahiers d’Archéologie romande, 95).

Winiger A., 2006, « Les chemins d’accès des villages néolithiques et Bronze ancien de Concise (lac de Neuchâtel, Vaud, Suisse) », in : Pétrequin P., Arbogast R.-M., Pétrequin A.-M., van Willigen S., Bailly M. dir., Premiers chariots, premiers araires : la diffusion de la traction animale en Europe pendant les IVe et IIIe mil lénaires avant notre ère, Paris, CNRS éd., p. 121-132 (Monographies du C. R. A., 29).

Winiger A., 2008, La station lacustre de Concise, 1. Stratigraphie, datations et contexte environnemental, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, 216 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 111).

Winiger A. Burri-Wyser E, 2012, La station lacustre de Concise, 5. Les villages du Bronze ancien : architecture et mobilier, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, 415 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 135).

Winiger A., Hurni J.-P., 2007, « Datations et reconstitutions architecturales d’un village Néolithique moyen (E4A) entre 3645 et 3636 av. J.-C. à Concise (Vaud, Suisse) », in : Besse M. dir., Sociétés néolithiques : des faits archéologiques aux fonctionnements socio-économiques, Actes du 27ème colloque interrégional sur le Néolithique, Neuchâtel, 1-2 oct. 2005, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, p. 143-151 (Cahiers d’Archéologie romande, 108).

Winiger A., Bullinger J., Burri E., Chauvière F.-X., Maytain S., 2010, La station lacustre de Concise, 3. Le mobilier organique et lithique du Néolithique moyen, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, 444 p. (Cahiers d’archéologie romande, 119).

Winiger A., Burri-Wyser E., Chiquet P., 2012, « Analyse spatiale et modes de fonctionnement villageois entre 3570 et 3516 av. J.-C. à Concise (Vaud, Suisse) », in : Honegger M., Mordant C. dir., L’homme au bord de l’eau : archéologie des zones littorales du Néolithique à la protohistoire, Actes du 135ème congrès national des Soc. historiques et scientifiques du CTHS, ’Paysages’ Neuchâtel, 6-11 avril 2010, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande/Paris, éd. du CTHS, p. 225-238 (Cahiers d’Archéologie romande, 132 - Documents préhistoriques, 30).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les dépotoirs (ellipses rouges) et les zones d’activités (ellipses bleues) définies par les répartitions de la céramique et de la faune dans le village E4A. Éch. 1 :450. D’après Burri-Wyser, 2012a, fig. 6c, sur le plan du village E4A de Winiger, Hurni, 2007, fig. 8.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 2. Modélisation des différentes partitions d’ordre social et de leurs interactions pouvant amener à interpréter des partitions spatiales de distribution des vestiges. D’après Burri-Wyser, 2012, fig. 7.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 3. Évolution chronologique des fréquences relatives des styles céramiques, des suinés et des bovidés et des types de supports de l’outillage lithique. D’après Winiger et alii, 2010, Burri-Wyser et alii, 2011.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4. Schématisation de la répartition des tâches au sein du village avec, en bas, un tableau du peintre Otto Emmanuel Bay (1891) représentant une vision de la vie au bord du lac, avec des activités différentes entre hommes et femmes © Bernisches Historisches Museum.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 5. Les quartiers « féminins » et « masculins » définis par les activités du village E4A. Éch. 1 :450.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 6. Répartitions de la céramique du village E4A dans les différentes structures. a. Compositions du dégraissant. b. Styles. c. Catégories morpho-fonctionnelles. Éch. 1 :450.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4698/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 7. Répartitions des espèces du village E4A. a. Suidés. b. Bœuf et cerf. D’après Chiquet, 2012, fig. 211. Éch. 1 :450.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4698/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 8. Répartition des outils en os selon leur support spécifique. Éch. 1 :450.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4698/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 9. Répartition du silex entre produits bruts et outils. D’après Winiger et alii, 2010, fig. 323. Éch. 1 : 450.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4698/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 10. Répartition du bois de cerf entre chutes et outils. D’après Winiger et alii, 2010, fig. 104. Éch. 1 :450.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4698/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 11. Répartition de la pierre verte entre produits bruts et outils. D’après Winiger et alii, 2010, fig. 347 et 348. Éch. 1 :450.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4698/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteurs

État de Vaud, Département des Finances et des Relations Extérieures, SIPaL, Archéologie cantonale, Place de la Riponne 10, CH-1014 Lausanne, Suisse.

État de Vaud, Département des Finances et des Relations Extérieures, SIPaL, Archéologie cantonale, Place de la Riponne 10, CH-1014 Lausanne, Suisse.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search