Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Caractéristiques des maisons et dynamisme de l’organisation architecturale des villages du Néolithique final

Lüscherz récent et Auvernier-Cordé, entre 2826 et 2440 av. J.-C., à Concise (Vaud, Suisse)

Ariane Winiger

Résumé

Le site de Concise a livré une importante séquence stratigraphique avec une vingtaine de villages palafittiques. Les occupations du Néolithique final sont datées entre 3270 et 2440 av. J. -C. par neuf séquences dendrochronologiques qui permettent de caractériser des phases d’abattage, des périodes d’occupation ou des villages. Pour la première partie du Néolithique final, et plus précisément pour le Horgen, entre 3270 et 3056 av. J.-C., et le Lüscherz ancien, entre 3013 et 2929 av. J. -C., nous observons des alternances de courtes phases d’occupation et d’abandon qui sont comparables à ce que l’on connaît pour les hameaux du Néolithique moyen ; alors que dès la fin du Lüscherz ancien, entre 2899 et 2830 av. J. -C., l’occupation du site semble plus ou moins continue, ce qui se traduit par des abattages réguliers, étalés sur de longues durées, sans interruptions. Ainsi pour la fin du Néolithique, l’analyse des plans de répartition des pieux par intervalles d’abattage permet de définir les étapes de construction d’une agglomération plus ou moins permanente. Ce cas est illustré par l’étude des pieux de la séquence « 0065 » attribués aux ensembles Lüscherz récent (2826 à 2663 av. J. -C.) et Auvernier-Cordé (2652 à 2440 av. J. -C.). Ils ont permis la mise en évidence d’une dizaine de phases d’aménagement du village, avec pas moins de 23 bâtiments, dont les caractéristiques sont examinées ici.

Texte intégral

Introduction

1Le site de Concise (canton de Vaud), classé monument historique, est localisé sur la rive nord du lac de Neuchâtel (fig. 1). Connue dès les années 1860, cette station littorale a fait l’objet de fouilles de sauvetage de grande envergure de 1995 à 2000, en raison de la planification d’un tracé lié à la construction d’une nouvelle voie ferrée le long du pied du Jura (projet Rail 2000 ; Wolf et alii, 1999 ; Winiger, 2003 ; Winiger, 2008). Depuis juin 2011, il fait partie des sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO dans l’objet sériel « Sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes ».

2La station lacustre est implantée dans une large baie naturelle de 250 m de longueur sur 150 m de largeur environ. De nos jours, cette baie est comblée par des remblais modernes mis en place lors de l’assainissement des terrains après la Correction des eaux du Jura. Dans le cadre du projet Rail 2000, une destruction partielle du site était inévitable, mais il a été possible d’envisager le tracé le moins dommageable, qui ne toucherait que la frange nord de l’habitat. La surface concernée, de 4 700 m2 environ, a été fouillée et documentée dans des délais très brefs.

3Au total 7 949 pieux ont été mis au jour dont 4 859 en chêne pour lesquels le Laboratoire romand de dendrochronologie (LRD) a effectué des analyses en vue d’obtenir des datations. En raison des contraintes financières les 3 090 pilotis taillés dans d’autres essences n’ont pas fait l’objet d’étude dendrochronologique. Pour les chênes, 4 448 pieux sont datés, soit un taux très élevé de 91,5 %. Ces études, complétées par des datations au radiocarbone, ont permis d’individualiser plus d’une vingtaine de villages successifs datés entre 4300 et 1570 av. J.-C. (Orcel et alii, 2003, 2004, 2005).

4Appliquée à grande échelle, la dendrochronologie offre la possibilité extraordinaire de suivre l’évolution architecturale et spatiale de chaque village littoral, à travers les différentes phases de construction, d’abandon et de réfection des maisons.

5Nous présentons ici les occupations du Néolithique final d’un point de vue architectural. Elles correspondent aux ensembles chrono-culturels E7A à E10 (fig. 2) et sont datées par neuf séquences dendrochronologiques distinctes (Orcel et alii, 2004 ; Winiger, 2008). Ces séquences permettent de dater des phases d’abattage, des périodes d’occupation ou des villages. Les histogrammes de la figure 3 permettent de se faire une très bonne image des périodes d’occupation, avec des abattages de bois destinés à la construction ou à la restauration des structures architecturales, et des périodes d’abandon marquées par une interruption des abattages, suivies ou non par un déplacement des maisons dans la baie. Ce cas de figure est valable pour le Horgen des ensembles E7A à E7D et le Lüscherz ancien des ensembles E8A à E8B, pour ­ lesquels nous observons des alternances de courtes phases d’occupation et d’abandon ; alors que dès 2899 av. J.-C. et l’ensemble E8C de la fin du Lüscherz ancien, l’occupation du site semble plus ou moins continue, ce qui se traduit par des abattages réguliers, étalés sur de longues durées, sans véritables interruptions. Pour ces périodes de la fin du Néolithique, seule l’analyse des plans de répartition des pieux par intervalles d’abattage permet de définir les villages. Ce cas est illustré par l’étude de la séquence dendrochronologique « 0065 », qui correspond aux ensembles E9 et E10 attribués au Lüscherz récent et à l’Auvernier-Cordé, présentée ci-dessous.

Fig. 1. Plan de situation et coordonnées fédérales de la baie de Concise, sur la rive nord du lac de Neuchâtel. Zone archéologique de la station lacustre et périmètre des fouilles 1995-2000 avec les pilotis en rouge (échelle 1 :2000).

Fig. 2. Principales caractéristiques des séquences dendrochronologiques et leurs relations avec les ensembles chrono-culturels de Concise.

Fig. 3. Histogramme de répartition des dates d’abattage du Néolithique final de Concise.

La séquence « 0065 » et les ensembles E9 et E10 entre 2826 et 2440 av. J.-C.

6Une unique séquence dendrochronologique date les occupations du Lüscherz récent et de l’Auvernier-Cordé de Concise. La séquence « 0065 » qui comprend 1 393 bois synchronisés, est datée entre 2826 et environ 2440 av. J.-C. L’intervalle avec l’occupation précédente est de seulement quatre ans.

7La séquence proprement dite couvre un total de 618 cernes ou années, et correspond à la période comprise entre 3062 et 2445 av. J.-C. Les bois datés sont 1 283 pilotis et 110 éléments horizontaux : poutres, planches, coins, perches, pieux couchés et même une ébauche de récipient.

8Les arbres utilisés forment un groupe hétérogène, constitué de bois de tout âge et de différentes provenances écologiques. Le nombre moyen de cernes est de 58,4 avec des valeurs comprises entre 3 et 298. Les arbres jeunes sont les mieux représentés avec plus de 50 % des bois abattus entre 11 et 40 ans. Le diamètre moyen des échantillons mesure 10,7 cm avec un minimum de 1 cm et un maximum de 46 cm. Les bois sont en majorité circulaires (845, 60 %), 348 sont refendus et 197 fendus. Pour trois bois coupés par les palplanches, le type de débitage n’a pas pu être déterminé.

9L’aubier est présent sur 1 112 individus et le dernier cerne de croissance sur 903. L’abattage le plus ancien, fourni par six bois comportant le dernier cerne de croissance sous l’écorce, se situe en automne-hiver 2826/25 av. J.-C. L’abattage le plus récent est donné par un échantillon comportant le dernier cerne de croissance sous l’écorce. Il se situe en automne-hiver 2445/44 av. J.-C., soit entre septembre 2445 et avril 2444 av. J.-C. L’abattage de certains bois ne possédant pas le dernier cerne de croissance sous l’écorce, de quelques années plus récent, peut être estimé aux environs de 2440 av. J.-C. Ainsi, la période d’occupation est placée entre 2826 et les environs de 2440 av. J.-C., ce qui correspond à une durée de 386 ans.

10L’année d’abattage a été déterminée pour 1 248 chênes : 903 bois par la présence du dernier cerne de croissance et 345 bois par intégration à un groupe « dendrochrono-éco-typologique » (Hurni et alii, 2008). Pour 145 bois, l’année de coupe n’a pas encore pu être déterminée. L’histogramme de la distribution des bois par année d’abattage montre des coupes irrégulières tout au long de la durée des 386 ans de l’occupation (fig. 4). La première année est attestée par onze pieux. Les abattages se répartissent ensuite en vagues successives, avec des pics en 2824, 2771, 2730, 2707, 2630, 2561, 2484 et de 2450 à 2448 av. J.-C. Certains pics très marqués correspondent à l’implantation de palissades dans la zone de fouille.

11Le diagramme des dates d’abattage présente également plusieurs lacunes marquées par des suites d’années sans abattage. L’une d’entre elles, entre 2663 et 2652 av. J.-C., a été utilisée pour placer la coupure entre le Lüscherz récent et l’Auvernier-Cordé.

12L’analyse de la répartition verticale des bois couchés datés de cette séquence permet de définir deux paquets de couches et deux ensembles chrono-culturels distincts (Winiger, 2008, fig. 47). La coupure entre les ensembles E9 du Lüscherz récent et E10 de l’Auvernier-Cordé a été fixée sur la base de la distribution de ces bois. L’absence des éléments les plus récents, abattus après 2652 av. J.-C., attribués à l’Auvernier-Cordé, dans les couches 10 à 12, et la présence d’une épingle à bélière latérale en bois de cerf, « fossile directeur » du Lüscherz dans la couche 11 sus-jacente, sont à l’origine de cette sériation. Les épingles de parure caractéristiques de la phase Auvernier-Cordé en os, bois de cerf ou canines de suidé, à tête conique latérale ou à tête discoïdale, proviennent d’ailleurs toutes de la couche 9.

13Ainsi l’ensemble E9, Lüscherz récent, est daté entre 2826 et 2663 av. J.-C. et l’ensemble E10, Auvernier-Cordé, est placé entre 2652 et 2440 av. J.-C. Cette coupure est trop récente en comparaison de celles données pour les sites de références du Néolithique final de Suisse occidentale : Delley, Portalban II (Danérol et alii, 1990 ; Ramseyer, 1987) et Yverdon Avenue-des-Sports (Crotti et alii, 1995 ; Strahm, Wolf, 1990 ; Wolf, 1992, 1993, fig. 123). Elle tombe par contre relativement bien par rapport à celle publiée pour le site de Saint-Blaise, Bains des Dames (Giligny, Michel, 1995 ; Honegger, 2001).

Fig. 4. Histogramme des dates d’abattage de la séquence du laboratoire romand de dendrochronologie « 0065 » datée entre 2826 et 2440 av. J. -C., correspondant aux ensembles Lüscherz récent (E9 en violet) et Auvernier-Cordé (E10 en bleu), et comparaisons avec les dates données pour les sites de référence : Saint-Blaise, Bains des Dames (Honegger, 2001), Delley Portalban II (Danerol et alii, 1990 ; Ramseyer, 1987) et Yverdon, Avenue-des-Sports (Crotti et alii, 1995 ; Wolf, 1992 et 1993).

14L’étude des céramiques du Néolithique final réalisée par E. Burri-Wyser (Burri, 2010) montre, entre autres et malgré une conservation relativement médiocre de ce matériel, que le contenu céramique des couches 8 à 12 de Concise (groupes A/B à E), présente des variations chrono-typologiques qui s’insèrent très bien dans le cadre régional (fig. 5). Les différentes composantes varient à des rythmes différents. Ainsi, au niveau fonctionnel, on note l’apparition des formes basses et larges de grande taille et des gobelets dans le Lüscherz récent (E9, groupe E) et celle des formes basses individuelles dans l’Auvernier-Cordé, suivie par leur diversification et leur augmentation en proportion dans cette culture. En ce qui concerne les décors et les moyens de préhension, E. Burri-Wyser met en évidence pour le Lüscherz récent une diminution des pastilles au profit des mamelons et des languettes, l’apparition des anses, des cordons digités et des décors à la cordelette. Au début de l’Auvernier-Cordé ces deux décors perdurent, pour être ensuite remplacés par des lignes d’impressions à l’ongle ou de digitations. Les languettes augmentent nettement aux dépens des mamelons et des pastilles qui finissent par disparaître.

15Quoi qu’il en soit, l’originalité de Concise, pour la fin du Néolithique final (séquence « 0065 »), est de présenter une continuité de l’habitat sur une durée de plus de 380 ans, depuis 2826 et jusque vers 2440 av. J.-C. Il s’agit très probablement d’un seul et unique village avec plusieurs phases de réaménagements. Le plan de répartition des pieux (fig. 6b) montre un déplacement de l’aire de répartition des structures architecturales de 65 m en direction de l’ouest par rapport à celle de la séquence précédente (E8C, fig. 6a). L’occupation est centrée sur un chemin d’accès très spectaculaire : le chemin 15.

16Cette structure sert d’accès principal aux villages durant toute la période considérée. 529 bois dont 509 chênes, onze aulnes, trois bouleaux, deux frênes, deux peupliers et un prunus forment cette construction large de 4,20 m et dont la longueur atteint 40,60 m dans son emprise finale. L’utilisation massive du chêne et les résultats des analyses dendrochronologiques avec pas moins de 451 dates permettent de suivre, année après année, les phases de construction et les travaux d’entretien. Ces derniers peuvent être mis en relation avec le développement général du ou des villages : l’aménagement des différentes unités d’habitation et des palissades construites de part et d’autre de l’accès qui est entretenu durant plus de 382 ans. La première implantation de pieux du chemin se situe en 2826 av. J.-C., avec dix pilotis. L’année suivante, trois bois sont plantés, puis dix-huit en 2824 et sept en 2823 av. J.-C. La construction se poursuit chaque année jusqu’en 2821 av. J.-C. On observe ensuite une interruption de 24 ans, pendant laquelle le chemin 14 est construit, puis les implantations reprennent dès 2796 av. J. -C., de manière plus ou moins régulière jusqu’en 2445 av. J.-C. Parmi les bois couchés effondrés provenant des couches correspondantes et qui encombrent cet accès, on trouve un nombre important de madriers et de planches, probables vestiges d’un véritable pont vraisemblablement surélevé. Dans les couches Auvernier-Cordé et Lüscherz récent, les effets du ressac et du piétinement sont importants (érosion, étalement des vestiges et lessivage). Cette situation se retranscrit au niveau de la conservation médiocre de la céramique qui est très fragmentée. Alors que la bonne conservation des végétaux fragiles comme les glumes de céréales (Karg, Märkle, 2002) dans de très minces lits de fumiers parle en faveur de maisons installées dans la zone inondable. Ces conditions d’implantation, où alternent des phases humides et des périodes plus sèches, conduisent très logiquement à restituer des constructions à plancher surélevé, destinées à préserver les habitations de l’humidité, même si l’ambiance générale est plutôt sèche en comparaison de celle observée pour les villages du Néolithique moyen (Burri, 2007 ; Chiquet, 2012). Les autres organisations architecturales, comme les palissades et les maisons, sont présentées ci-dessous en suivant l’ordre chronologique des phases du développement de l’habitat.

Fig. 5. Céramiques du Néolithique final de Concise, choix significatif en types et en fréquences pour les groupes céramo-stratigraphiques (modifié d’après Burri, 2010, fig. 47).

Fig. 6. En fond, le plan de l’ensemble des pilotis du site (ronds gris), avec en surimposition (ronds rouges) a. ceux de l’occupation Lüscherz ancien E8C et (ronds violets) b. ceux des ensembles E9 et E10 Lüscherz récent et Auvernier-Cordé (échelle 1 :1250).

Le Lüscherz récent de l’ensemble E9 entre 2826 et 2663 av. J.-C.

17Pour l’ensemble E9, 382 bois ont été datés : 54 bois couchés (42 en contexte stratigraphique) et 328 pieux abattus durant les 163 ans de cette occupation. Ces pilotis servent de fond de carte sur les plans de la figure 7 qui présentent les quatre phases de construction ou étapes de structuration de l’espace villageois. Dans la fenêtre de zoom sélectionnée, nous observons la présence de deux palissades à l’ouest de l’accès, alors que les pieux situés de l’autre côté du chemin correspondent à des bâtiments.

Première phase de construction entre 2826 et 2817 av. J.-C.

18La première phase de construction d’une durée de 10 ans, se place entre 2826 et 2817 av. J.-C. Elle débute par l’abattage de bois qui sont intégrés à l’accès. Durant cet intervalle, les deux premières maisons sont construites (fig. 7a). La première (M1/9), parallèle à l’accès et orientée perpendiculairement à la rive du lac, est incomplète. Construite avec des bois majoritairement coupés en 2824 et 2823 av. J.-C., elle mesure 4,30 m de largeur pour une longueur supérieure à 5 m. Cinq ans plus tard, un deuxième bâtiment (M2/9), orienté perpendiculairement au premier et donc parallèlement à la berge, est construit avec des bois coupés entre 2818 et 2817 av. J.-C. Quelques pilotis sont également utilisés pour consolider ou réparer la première maison. La nouvelle structure est elle aussi incomplète : elle mesure 10,50 m de longueur pour une largeur supérieure à 3,60 m. Les bâtiments ne sont pas ceints par un système de clôture.

Deuxième phase de construction entre 2732 et 2728 av. J.-C.

19Après une interruption de 85 ans durant laquelle aucun abattage ne peut être attribué à une autre structure que le chemin 15, deux nouvelles maisons sont construites (fig. 7b). Elles sont localisées à l’est du chemin 15, plus ou moins au même endroit que celles de la phase précédente. L’orientation générale est parallèle à la berge. La troisième maison (M3/9) est incomplète, la paroi sud du bâtiment se trouvant hors de l’emprise des travaux de génie civil. Elle est construite avec des pieux abattus en 2732 (8), 2730 (5) et 2729 (3) av. J.-C. et mesure 12 m de longueur pour une largeur supérieure à 3,90 m. La quatrième maison est complète et mesure 10,80 par 4,80 m, soit une surface au sol de presque 52 m2. Les vingt et un pilotis qui servent à sa structure de base ont tous été abattus en 2730 av. J.-C. Cette deuxième phase de construction d’une durée extrêmement courte, de seulement 4 ans, est aussi caractérisée par l’absence de structure délimitante du type clôture ou palissade.

Troisième phase de construction entre 2708 et 2706 av. J.-C.

20Après une interruption de 20 ans, une palissade (P21) est implantée à l’ouest du chemin d’accès. Aucun bâtiment n’est présent dans la zone fouillée (fig. 7c). Cette structure est formée d’un alignement de trente-quatre pilotis orienté est-ouest qui dessine un arc de cercle. On est en présence de dix-neuf chênes, six bouleaux, quatre aulnes, trois peupliers, un saule et un frêne. Les dix-huit chênes datés sont des bois jeunes qui ont en moyenne 20 ans (avec entre quinze et vingt-huit cernes de croissance). Tous circulaires, ils présentent la moelle et le dernier cerne sous l’écorce. Le bois le plus ancien a été abattu en automne-hiver 2708 ; l’année suivante, soit entre septembre 2707 et avril 2706 (automne-hiver 2707/6), quinze bois sont abattus. Le bois le plus récent a été coupé au printemps 2706 av. J.-C. La durée d’utilisation, ou du moins la durée de l’entretien de la palissade, s’étale sur une période de 3 ans.

Quatrième phase de construction entre 2670 et 2669 av. J.-C.

21La dernière phase de construction attribuée au Lüscherz récent a lieu 36 ans plus tard avec l’implantation des pieux de la palissade 22. Cette clôture est érigée au sud de la précédente du côté ouest du chemin d’accès (fig. 7d). Dans la zone fouillée aucun bâtiment n’est reconnu. La palissade est formée par un alignement en arc de cercle de dix-neuf pieux : un peuplier et dix-huit chênes, dont seize sont datés. Elle est orientée est-ouest et mesure 17 m de longueur. Pratiquement parallèle à la palissade 21, elle est située à environ 1,50 m (au sud), à l’aval en direction du lac, de cette dernière. Il s’agit d’un groupe de bois homogènes qui proviennent d’arbres très jeunes avec en moyenne 18,6 cernes (entre 12 et 25 ans). Tous les pieux sont circulaires et le diamètre est compris entre 6 et 11 cm avec une moyenne de 8 cm. L’abattage se situe pour dix-sept bois en automne-hiver 2670/69 et au printemps 2669 av. J.-C. Le dernier pieu daté qui s’inscrit dans l’alignement a été coupé pendant le printemps 2663 av. J.-C. ; il pourrait s’agir d’une réfection ou d’un réaménagement. Dans ce cas, la durée de vie de la palissade serait de 7 ans au moins.

22Aux quatre phases décrites ci-dessus, il convient d’en ajouter une, pour laquelle nous ne connaissons que quelques pieux situés tout à l’ouest de la surface de fouille (fig. 6b, supra). Cette occupation est attestée par seulement quatre pieux, qui selon nous forment la bordure est d’un chemin d’accès ; trois d’entre eux ont été abattus en 2813 av. J.-C, le dernier n’est pas daté. Ce probable accès (chemin 14) s’insère donc entre les deux premières phases de développement du village centré sur le chemin 15. Il est difficile de dire s’il s’agit d’un autre village ou d’un accès secondaire utilisé pour atteindre le village.

Fig. 7. Les quatre phases de construction reconnues pour le Lüscherz récent (E9) de Concise (échelle 1 :1000).

23Pour l’instant, il n’a pas encore été possible de sérier stratigraphiquement les différentes phases de développement du village de Concise pendant l’occupation attribuée au Lüscherz récent. En première analyse, le mobilier de la couche 11 couvre donc toute la durée d’occupation de l’ensemble E9 (163 ans), soit l’intervalle 2826 et 2663 av. J.-C. Mais, à l’instar de ce qui a été fait pour la céramique de l’ensemble E10 (Burri, 2010), une étude détaillée des répartitions spatiales du mobilier devrait permettre de définir des dépotoirs et d’associer ces derniers à certains bâtiments, datant ainsi leur contenu.

L’Auvernier-Cordé de l’ensemble E10 entre 2652 et 2440 av. J.-C.

24Pour l’ensemble E10, 1110 bois ont été datés : cinquante-cinq bois couchés (quarante-huit en contexte stratigraphique) et 955 pieux abattus entre 2652 et 2440 av. J.-C., soit durant les 212 ans de l’occupation attribuée à l’ensemble Auvernier-Cordé. Malgré le changement dans la dénomination du groupe culturel, le village occupe toujours le même emplacement dans la baie de Concise.

25Le premier pieu de cet ensemble, abattu en automne-hiver 2649 av. J.-C., a servi à la réparation du chemin 15. Si on excepte les restaurations de cette structure, la première phase de construction importante de l’ensemble E10 est réalisée avec les bois abattus en automne-hiver 2631 av. J.-C. Ces bois définissent une nouvelle structure : la palissade 23. Nous avons subdivisé cette importante occupation de la baie de Concise en six phases de construction (fig. 8), ce qui facilite grandement la lecture des plans où pas moins de quatre palissades et dix-neuf bâtiments se superposent.

Première phase de construction entre 2652 et 2604 av. J.-C.

26La première période correspond à l’intervalle 2652 - 2604 av. J.-C., soit une durée de 49 ans (fig. 9a).

27Comme nous l’avons vu ci-dessus, la palissade 23 est la première structure d’envergure réalisée. Elle est formée de cinquante-sept pieux dont l’écrasante majorité (cinquante-trois) est circulaire. Les arbres utilisés sont plutôt jeunes avec trente-cinq cernes en moyenne. Ils proviennent de trois ou quatre zones écologiques différentes. Leur abattage s’étend de l’automne-hiver 2631/30 à l’automne-hiver 2630/29 (entre septembre 2631 et avril 2629 av. J.-C.). Il y a en fait deux alignements de part et d’autre du chemin 15. Le premier, partie ouest, forme un arc de cercle qui mesure 16 m de longueur dans la zone fouillée. Il butte contre le chemin d’accès alors que le second, situé à l’est de l’accès et long de 15 m, est décalé de 4 m en direction du sud. L’intervalle entre les pieux est de 50 cm environ. Dans sa partie occidentale, la palissade 23 se superpose plus ou moins exactement à la dernière palissade (P22) du Lüscherz récent construite quelques 38 ans plus tôt. Cette observation nous pousse à considérer, à la suite des dendrochronologues, que les occupations du Lüscherz récent (E9) et de l’Auvernier-Cordé (E10) ne forment en fait qu’un seul et même village, caractérisé par plusieurs phases de constructions. La coupure proposée entre les deux ensembles servira surtout à examiner le contenu typologique des couches 8 à 11.

Fig. 8. Histogrammes des dates d’abattage des six phases de constructions reconnues pour l’Auvernier-Cordé pour lesquelles nous avons enlevé les bois des palissades et ceux implantés dans le chemin d’accès.

Fig. 9. Les six phases de construction reconnues pour l’Auvernier-Cordé (E10) de Concise (échelle 1:1 000).

28La première maison (M1/10) est construite une dizaine d’années plus tard. Elle est réalisée avec des pieux abattus sur une seule année, en 2619 av. J.-C. Située à l’ouest de l’accès et pratiquement collée à la palissade 23, ses dimensions sont plutôt modestes. Deux alignements parallèles de quatre poteaux, distants de 1,70 m, matérialisent cette structure construite parallèlement à la berge du lac. La longueur est de 5,80 m et la largeur peut être estimée à 3,40 m, soit une surface au sol d’une vingtaine de m2.

29La deuxième maison (M2/10) se situe en marge de la zone de fouille, à l’est du chemin d’accès, en bordure des palplanches et à l’extérieur de l’espace délimité par la palissade 23. L’orientation générale du bâtiment, est–ouest, est identique à celle de la première maison. Six pilotis abattus en 2606 et 2605 av. J.-C. forment un alignement de 6,80 m de long. Ils correspondent vraisemblablement à la paroi nord d’une maison à quatre travées.

Deuxième phase de construction entre 2601 et 2559 av. J.-C.

30La deuxième phase de construction correspond à un village dont les structures sont décalées vers l’amont. Ainsi, une plus grande portion du village se situe dans la fenêtre de fouille (fig. 9b). La palissade 24, pour laquelle nous proposons en fait deux phases de construction, ceint une surface beaucoup plus importante que la clôture précédente. Dans un premier temps (P24A), elle est érigée avec des pieux abattus entre 2590 et 2586 av. J.-C. En fait, il ne subsiste que six pilotis de cette phase. Ils forment un alignement qui épouse plus ou moins parfaitement la partie orientale du tracé de la seconde phase de construction (P24B), réalisée avec des bois coupés 25 ans plus tard. Un léger décalage, de 50 cm en direction du sud, des pilotis de la première phase de construction (P24A), est visible sur le plan. La description présentée ci-après est basée sur les bois de la seconde phase (P24B). Cent cinquante-sept pieux forment cette structure composée de bois très homogènes. Les arbres ont été abattus en automne-hiver 2561/60, entre septembre 2561 et avril 2560 av. J.-C., soit quelques 68 ans après ceux de la palissade 23. Ils sont jeunes avec entre sept et quarante-trois cernes de croissance pour un âge moyen de 18,7 ans. Ils sont très majoritairement circulaires (153). La section mesure en moyenne 8,7 cm avec des valeurs variant entre 4 et 13 cm. La densité des pieux sur la ligne est de 2,5 par mètre. La longueur de l’alignement est nettement plus importante que celles observées pour les palissades précédentes ; elle atteint 66 m. À l’ouest du chemin, elle forme le très classique arc de cercle et mesure 24 m. À l’est, elle se poursuit de manière rectiligne, sans décalage nord-sud, sur une longueur de 32 m, puis tourne en direction du sud sur une distance de 8 m.

31Trois nouvelles maisons sont aussi construites durant cette étape de développement. La maison 3 (M3/10), dont la reconstitution repose sur sept pilotis, est datée par cinq chênes abattus en 2564 av. J.-C. Elle mesure environ 10 m de longueur et compte cinq travées. Vu sa position en bordure du rideau sud de palplanches, sa largeur n’est pas connue. Située à l’est de l’accès, elle est orientée parallèlement à la rive comme la maison 2 qu’elle jouxte à l’ouest.

32La maison 4 (M4/10), de même orientation, est située de l’autre côté de l’accès. Elle est réalisée avec des bois abattus 5 années plus tard en 2559 av. J.-C. Huit chênes datés sont à la base de la reconstitution proposée. Cette dernière correspond à une maison à trois nefs et cinq travées d’une longueur de 9 m et dont la largeur est difficile à estimer puisque, à nouveau, la paroi sud se trouve en dehors des limites de fouille.

33La dernière structure de cette phase est la très hypothétique maison 5 (M5/10). Elle est orientée perpendiculairement aux autres, c’est-à-dire perpendiculairement à la rive. Elle est définie par exclusion spatiale avec le bâtiment 4 dont les premiers pieux ont été abattus la même année. Elle repose sur seulement trois pilotis avec des abattages reconnus pour les années 2559 et 2541 av. J.-C. La largeur est estimée à 3,45 m alors que la longueur et le nombre de travées sont inconnus. Il pourrait aussi s’agir d’une structure de fonction différente, comme un enclos par exemple.

Troisième phase de construction entre 2559 et 2532 av. J.-C.

34La troisième phase de construction, d’une durée de 28 ans, suit immédiatement la précédente. La palissade 24 est toujours utilisée et entretenue, quelques pilotis intégrés à l’alignement ont été abattus en 2559 av. J.-C. Les maisons M4 et M5 construites la même année sont bien évidemment toujours présentes à l’ouest du chemin. C’est le côté oriental du village qui fait l’objet de nouvelles constructions avec trois nouvelles maisons (fig. 9c).

35La maison 6 (M6/10) est orientée parallèlement à la rive. Elle mesure 8,40 m de longueur pour une largeur comprise entre 4,30 et 4,50 m, ce qui correspond à une surface au sol d’environ 37 m2. La structure, qui s’appuie sur trois rangées parallèles de pilotis, compte deux nefs et cinq travées. Les pieux qui nous sont parvenus ont été abattus entre 2552 (1) et 2522 (1) av. J.-C. Mais la construction a eu lieu probablement en 2547 av. J.-C., puisque dix pilotis ont été abattus cette année-là. D’autres phases de consolidation et/ou de réparation ont eu lieu en 2539 (1), 2536 (1), 2535 (2) et 2533 (2) av. J.-C. Les vingt pilotis qui forment la structure de ce bâtiment ont des dimensions très importantes. Mis à part celui de la dernière réparation, il s’agit d’un groupe de bois, majoritairement circulaires (16), de même provenance écologique. Les arbres utilisés sont très âgés avec en moyenne 149 cernes de croissance et des valeurs comprises entre 71 et 180. La section moyenne est de 22,6 cm et peut atteindre 27 cm. Les longueurs très importantes sont comprises entre 137 et 194 cm.

36La maison 7 (M7/10) est reconstituée à partir de huit pieux abattus en 2547 av. J.-C. Ils sont alignés régulièrement en bordure des palplanches au sud-est de la maison précédente et correspondent vraisemblablement à la paroi nord d’un bâtiment situé en grande partie hors de l’emprise. Si c’est bien le cas, il s’agit d’une maison à six travées qui mesure 13,90 m de longueur.

37L’hypothétique maison 8 (M8/10) ne figure pas sur le plan de la troisième phase ; basée sur quatre pieux, elle sort du cadre retenu pour cette illustration (fig. 9c). Les pilotis sont par contre bien visibles sur le plan général des pieux de la séquence « 0065 », où ils forment une organisation architecturale très particulière située dans l’excroissance du secteur 300, au sud-est de l’occupation (fig. 6b). Quatre pilotis forment cette organisation architecturale située en bordure sud des palplanches. Deux bois circulaires de très fortes dimensions (27 cm de diamètre), abattus en 2540 av. J.-C., et deux pieux fendus, abattus en 2536 av. J.-C., forment deux paires, comprenant chacune un pieu des deux types. L’espacement entre les paires est de 3 m. En première approche et vu les dimensions des bois, il semble bien que nous ayons affaire à une partie de la paroi nord d’une maison dont les autres poteaux porteurs se situent en dehors de l’emprise.

38Une dernière construction, non numérotée, pourrait être reconstituée à partir de deux pilotis situés en bordure des palplanches au sud de la maison 6 et à l’ouest de la maison 7. Ces pieux, abattus en 2533 av. J.-C., forment un axe parallèle à l’orientation générale de la maison 6 et, à l’instar de ceux de l’hypothétique maison 8, correspondent peut-être à une partie de la paroi nord d’un bâtiment dont le reste se situerait en dehors de la zone des fouilles.

Quatrième phase de construction entre 2526 et 2483 av. J.-C.

39Durant la quatrième phase de développement du village, la situation se complique avec la construction de six nouvelles maisons (M9 à M14), comprenant plusieurs phases de réfection et l’implantation d’une nouvelle palissade. La palissade 25 (P25) construite avec des pieux abattus en 2484 av. J.-C. est réalisée plutôt vers la fin de la phase 4 (fig. 8). Elle est composée de deux alignements, partiellement doubles, en arc de cercle formé de 145 pieux. Ces bois sont majoritairement des chênes, on ne compte que deux pieux de noisetier. Cent trente-deux chênes sont datés et forment un groupe de bois homogène. Les sections sont pour la plupart circulaires (125) et mesurent en moyenne 6,7 cm. Les pieux proviennent d’arbres très jeunes avec entre trois et vingt-sept cernes et une moyenne de 14 ans. L’abattage se situe en automne-hiver 2484/83 av. J.-C. La palissade, située côté terre, est orientée est - ouest et mesure 70 m de longueur, dont 48 m à l’ouest du chemin 15 et 22 m à l’est. Nous observons un décrochement de 5 m en direction du sud (côté lac) du brin oriental. La section ouest dans sa partie frontale, rectiligne, est doublée sur les 32 premiers mètres en direction de l’ouest. Les deux alignements sont distants de 1,10 m. L’espacement des pieux sur la ligne est de 70 cm en moyenne (fig. 9d).

40La maison 6 de la phase précédente est sans doute toujours présente à l’est du chemin 15 ; nous avons renoncé à la figurer pour ne pas encombrer le plan déjà très complexe de cette phase.

41La maison 13 (M13/10) est la première construite à l’ouest du chemin pour cette phase. Elle est restituée à partir de dix-huit bois dont les abattages s’échelonnent entre 2523 et 2472 av. J.-C. Ces derniers forment un alignement de 14,30 m de long parallèle aux palplanches. Classiquement, ils sont interprétés comme appartenant à la paroi nord d’une maison de sept travées, dont la plus grande partie se trouve à l’extérieur de l’emprise des travaux. En fait, il pourrait peut-être aussi s’agir de deux bâtiments de taille plus modeste (le premier de 6,10 m et le second de 5,10 m de longueur).

42La maison 9 (M9/10), construite l’année suivante, est une structure architecturale formée à partir d’un groupe de onze pieux en chênes, de fortes dimensions (diamètre toujours supérieur à 16 cm, atteignant 22 cm), utilisés entiers ou fendus. Certains, très âgés, comptent plus de 100 cernes de croissance (jusqu’à 200), alors que d’autres n’en comportent qu’une trentaine. Dix de ces bois ont été abattus entre 2522 et 2520 av. J.-C. et le dernier, 3 ans plus tard, en 2517 av. J.-C. Ils forment une structure quadrangulaire de 5,70 m de longueur et de 4,80 m de largeur, soit une surface au sol de 27 m2, orientée perpendiculairement à la berge du lac du côté oriental du chemin d’accès et qui enjambe la palissade 24 de la phase précédente. Sommes-nous en présence d’un bâtiment ? L’absence de poteaux porteurs matérialisant la ligne faîtière permet d’en douter. Mais les dimensions très importantes des bois utilisés pour réaliser les parois de cette structure excluent une interprétation comme enclos à bétail. Cette architecture singulière nous suggère une fonction particulière qui reste à préciser.

43Les premiers pieux de la maison 14 (M14/10) ont été abattus la même année, en 2522 av. J.-C., et les derniers en 2449 av. J.-C., soit quelques 73 ans plus tard. À l’instar de ce qui a été observé pour la maison 13, cette très longue durée d’utilisation avec des pieux situés dans le même gabarit, mais abattus durant des laps de temps importants, pourrait en fait correspondre à des reconstructions complètes et donc à plusieurs maisons successives (deux, voire trois). Nous avons cependant décidé de considérer qu’il s’agit d’un seul et même bâtiment et de conserver la même numérotation, étant donné que la structuration de l’espace villageois reste inchangée. Quoi qu’il en soit, la maison 14 se situe en bordure des palplanches, dans le prolongement de la maison 13 en direction de l’ouest. Les quatorze pieux forment un alignement de 9,50 m de longueur et correspondent à la paroi nord d’une maison qui compte quatre travées.

44Les maisons 10 et 11 sont contemporaines, leur construction est réalisée avec des pieux abattus en 2518 av. J.-C. Toutes les deux ont subi à deux reprises d’importantes réparations en 2508 et 2498 av. J.-C. (fig. 8). Pour cette phase de développement du village, la maison 10 (M10/10) est la première de la première rangée de bâtiments située à l’ouest de l’accès (fig. 9d). Sa reconstitution repose sur vingt-deux pilotis disposés sur trois lignes parallèles, espacées de 2,50 m environ. Hormis les abattages mentionnés ci-dessus, on observe une réparation en 2513 et une autre en 2499 av. J.-C. Les principales caractéristiques du bâtiment sont une surface au sol assez importante avec près de 54 m2, une longueur de 11 m, une largeur de 4,90 m et cinq travées.

45La maison 11 (M11/10) repose sur un total de vingt-neuf pieux avec, comme nous l’avons vu, trois phases de construction espacées de 10 ans. Elles sont attestées par sept pieux abattus en 2518, neuf en 2508 et douze en 2498 av. J.-C. Le dernier bois a été coupé en 2494 av. J.-C. La construction est située à 2,20 m à l’ouest de la précédente et compte quatre travées pour une longueur de 8,65 m et une largeur de 5,20 m, correspondant à une surface au sol de 45 m2.

46La dernière maison de cette quatrième phase (M12/10) est aussi la dernière de la rangée en direction du couchant. Elle a été construite lors de la première réparation des maisons 10 et 11, en 2508 av. J.-C., date attestée par trois pieux. Deux phases de réparations importantes sont également attestées : la première 14 ans après la construction en 2494 (onze bois) et la seconde 11 ans plus tard en 2483 av. J.-C. (dix bois). Le dernier chêne daté a été abattu en 2473 av. J.-C. Le bâtiment mesure 10,70 m de longueur et 4,70 m de largeur pour une surface de 50 m2. La reconstitution proposée compte cinq travées.

47Les plans publiés précédemment pour cette phase et les suivantes du village Auvernier-Cordé de Concise (Wolf, Hurni, 1999, fig. 8 ; Maute-Wolf et alii, 2002, fig. 14 ; Winiger et alii, 2004, fig. 37) basés sur les résultats dendrochronologiques bruts, sans autres analyses, doivent être considérés avec la plus grande prudence. Il en va ainsi de la maison 1, publiée par C. Wolf et J.-P. Hurni (Wolf, Hurni, 1999), qui mesure 15,50 m de longueur et de près de 70 m2. Selon les analyses actuelles qui prennent en compte tous les pieux et toutes les dates d’abattages, le plan de ce bâtiment, reconstitué sur la base des pilotis abattus en 2498 av. J.-C., doit être écarté.

Cinquième phase de construction entre 2482 et 2456 av. J.-C.

48Le début de la cinquième phase de développement du village est placé deux ans après la construction de la palissade 25 réalisée, comme nous l’avons vu, avec des pieux abattus en 2484 av. J.-C. (fig. 8).

49Trois nouvelles maisons (M15/10, M16/10 et M17/10) sont construites en deux ans ; deux d’entre elles sont situées à l’est du chemin 15 et remplacent la maison 6. Curieusement, la troisième est bâtie à l’extérieur du village, en direction de l’ouest (fig. 9e).

50La maison 15, située à l’extérieur de la palissade 25, est reconstruite à partir de six pieux abattus en 2481 av. J.-C. Deux lignes de pilotis orientées parallèlement à la rive du lac forment une organisation architecturale de type bâtiment. Le fait que nous soyons en présence d’une unique phase d’abattage rend la structure particulièrement lisible. Il s’agit d’une maison à deux nefs et quatre travées de dimensions réduites, dont la paroi sud se trouve hors de l’emprise, avec une longueur de 5,50 m et une largeur supérieure à 2,70 m. La largeur de la nef nord est de 2 m, ce qui permet une estimation de la surface au sol qui devait approcher les 22 m2.

51La maison 16 est construite avec des pieux abattus en 2481 et 2480 av J.-C. Cette structure a déjà été publiée par C. Wolf et J.-P. Hurni (Wolf, Hurni, 1999, maison 2) avec malheureusement une inversion de deux de ses pilotis avec ceux de la maison 17 (ibid., maison 3). Quoi qu’il en soit les plans proposés pour ces deux structures sont toujours d’actualité. La maison 16 est donc un bâtiment à deux nefs et quatre travées, orienté parallèlement à la berge. De petites dimensions, avec une longueur de 6,90 m et une largeur de 3,50 m (surface 24,20 m2), elle est comparable à la maison 15.

52La maison M17 est située à 2,10 m au sud de la précédente. Elle est reconstituée sur la base de six pilotis en chêne dont cinq sont datés. Les quatre bois abattus en 2480 av. J.-C. ont été utilisés pour la description présentée par C. Wolf et J.-P. Hurni (Wolf, Hurni, 1999, maison 3), le cinquième a été coupé une année plus tard, en 2479 av. J.-C. Ces pieux forment un alignement est-ouest parallèle aux palplanches et correspondent à la paroi nord d’une maison à quatre travées qui mesure 7,70 m de long.

53Lors de cette phase de construction, les maisons de la phase précédente (M9 à M14) sont probablement toujours utilisées. C’est incontestablement le cas pour les maisons 12, 13 et 14 pour lesquelles certains pieux ont été remplacés.

Sixième phase de construction entre 2450 et 2445 av. J.-C.

54La dernière phase de construction reconnue sur le site pour l’occupation Auvernier-Cordé est datée entre 2450 et 2445 av. J.-C., si on excepte quelques bois encore implantés dans l’accès et dont l’abattage remonte jusque vers 2440 av. J.-C. Durant ce laps de temps, trois nouvelles structures sont construites (P26, M18 et M19) et une maison est restaurée (M14, fig. 8). La palissade 26 est la dernière organisation architecturale d’envergure reconnue sur le site pour le Néolithique final (fig. 9f). Elle est formée de soixante-dix-huit pieux : cinq aulnes, deux bouleaux, un saule et soixante-dix chênes dont soixante-quatre attribués à la séquence « 0065 ». À l’origine, cette structure a été définie par les dendrochronologues, à partir de soixante-deux pieux qui forment un groupe de bois homogènes (Orcel et alii, 2004, p. 228). Les pieux, pour la plupart circulaires (55), sont tirés d’arbres relativement jeunes avec en moyenne 30.9 cernes et une section moyenne de 8,7 cm La provenance écologique des bois est identique. Ils ont tous été abattus entre septembre 2448 et avril 2447 av. J.-C. La palissade forme un très classique arc de cercle d’orientation est-ouest, long de 70 m. Elle est située de part et d’autre de l’accès principal. Il y a une dissymétrie est-ouest comparable à celle observée pour la palissade 25, avec une longueur de 44 m à l’ouest du chemin 15 et de seulement 26 m à l’est. La densité des pieux est nettement plus importante sur le brin oriental, avec un pieu tous les 60 à 70 cm, qu’à l’ouest, où il y a des espaces de 1,50 à 2 m entre les bois. Contrairement aux palissades 23, 25 et probablement 21 et 22, il n’y a pas de décalage nord-sud des deux brins au niveau du chemin d’accès. Donc, comme pour la palissade 24, la ligne de pieux se suit de part et d’autre du ponton d’accès.

55Les maisons 18 et 19 sont reconstituées sur la base des plans des pieux abattus en 2450 et 2445 av. J.-C. Toutes deux situées à l’ouest du chemin et orientées parallèlement à la rive du lac, elles ne sont que partiellement fouillées. Les parois sud de ces maisons à deux nefs font défaut.

56La maison 18 est reconstituée sur la base de treize pilotis, dont huit coupés en 2450 av. J.-C., qui permettent de reconstituer un bâtiment comprenant quatre travées. Elle mesure 6,90 m de longueur pour une largeur qui peut être estimée à 3 m (2 x 1,50 m, valeur de la largeur de la nef nord), soit une surface approximative de 21 m2.

57La maison 19 repose sur onze pilotis dont huit ont été abattus en 2450 et 3 en 2445 av. J.-C. Les alignements observés autorisent la restitution d’une maison qui compte quatre travées et dont les dimensions sont de 7,15 m par 4,20 m (2 x 2,10 m), soit une surface au sol voisine de 30 m2. Elle est située à 1,80 m à l’ouest de la précédente.

58Les maisons 10, 11 et 12, dont les dernières réparations remontent respectivement à plus de 48, 44 et 23 ans, ne sont probablement plus utilisées. Par contre la maison 14 est toujours entretenue puisque deux pieux abattus en 2450 et un en 2449 av. J.-C. sont implantés dans le gabarit de cette structure.

Caractéristiques des maisons du Néolithique final à Concise

59Les principales caractéristiques des vingt-trois maisons présentées ici sont résumées dans un tableau synthétique (fig. 10). Les plans des pilotis et les gabarits des maisons sont aussi regroupés sur la figure 11 où l’échelle a été agrandie, ce qui permet de visualiser des différences entre les bâtiments en un seul coup d’œil. Ces illustrations vont permettre de dégager les tendances générales concernant l’architecture des maisons au Néolithique final dans le site de Concise.

60Quatre bâtiments sont connus pour la phase du Lüscherz récent et 19 pour l’Auvernier-Cordé. Les données sont partielles puisque seulement sept maisons s’inscrivent entièrement dans la zone fouillée. Pour les autres, la surface connue se distribue de la manière suivante : trois sont conservées sur les 2/3, quatre sont à moitié conservées, trois sont connues sur environ 1/3 et cinq sont reconstituées sur la base d’une seule rangée de pieux. La dernière (M5/10) est très hypothétique et ne repose que sur seulement trois pieux.

61L’orientation dominante est ouest-est (vingt sur vingt-trois), c’est-à-dire parallèle à la rive du lac, dans l’axe des vents dominant. Les trois maisons qui ont une orientation différente nord-sud, perpendiculaire à la rive, ont peut-être une fonction particulière. La maison 9 de la phase Auvernier-Cordé (M9/10) présente en outre la caractéristique d’être formée par seulement deux rangées de pieux. Sur la base de la taille de ses pilotis, dont les diamètres voisinent les 20 cm, nous avons cependant exclu une fonction d’enclos.

Fig. 10. Tableau des principales caractéristiques des maisons du Néolithique final de Concise.

Fig. 11. Plans des vingt-trois bâtiments reconnus, sur la base des datations dendrochronologiques et de l’analyse archéologique, pour les ensembles E9 et E10 de Concise.

62La longueur moyenne pour les vingt maisons où cette dimension peut être mesurée est de 9,10 m avec des valeurs variant entre 5,80 m et 14,30 m. La largeur peut être mesurée ou estimée dans dix cas. Elle varie entre 3 et 5,20 m avec une moyenne de 4,40 m. Ces dimensions sont conformes à ce que nous connaissons par ailleurs (Hasenfratz, Gross-Klee, 1995). Dans leur synthèse consacrée aux maisons du Néolithique en Suisse, ces auteurs donnent pour la longueur des valeurs variant de 6 à 12 m et des largeurs comprises entre 3 et 6 m.

63La surface au sol pour les sept maisons entières est comprise entre 24,20 m2 (M16/10) et 53,90 m2 (M10/10). Les bâtiments mesurent en moyenne 41,50 m2. Ils sont deux fois plus grands que les petites maisons Cortaillod tardif des ensembles E4A (3645 et 3635 av. J.-C.) et E6 (3533 – 3516 av. J.-C.) de Concise, qui mesurent en moyenne 17,70 et 17,90 m2 (Winiger, Hurni, 2007 ; Burri-Wyser et alii, 2011 ; Winiger et alii, 2012). Par contre, ils sont légèrement plus petits que les maisons des occupations Bronze ancien du site avec des valeurs comprises entre 18 et 92 pour une moyenne de 46,40 m2 (Winiger, Burri-Wyser, 2012) qui sont pourtant réalisées sur le même modèle.

64Pour toutes les périodes, la technique de construction repose sur le simple enfoncement des pieux, ce qui est une caractéristique régionale. En ce qui concerne le Néolithique final, en général, les poteaux forment l’ossature des parois et soutiennent également le toit et le plancher surélevé. La maison 16 de la phase Auvernier-Cordé (M16/10), d’une surface de 24,20 m2, représente le cas école. Elle est formée par trois rangées (deux nefs) de quatre poteaux correspondant à quatre travées, soit douze poteaux qui forment la structure du bâtiment. La maison 2 de la phase Lüscherz récent (M2/9), de plus grande taille (41 m2), présente d’autres caractéristiques avec un doublage des pieux dès l’implantation. Il y a quatre travées, à quatre reprises les pieux sont doublés et dans un cas ils sont même groupés par trois. Ici, une partie des poteaux sert à soutenir le plancher surélevé et les autres supportent le toit.

65À Concise, pour le Néolithique final, les maisons comptent entre quatre et six travées avec une exception, la maison 13 de la phase Auvernier-Cordé (M13/10) qui présente sept travées. La maison 9 de cette phase (M9/10), avec seulement deux rangées de pieux, correspond peut-être à un bâtiment présentant un toit à un pan.

Perspective et conclusion

66Les reconstitutions proposées sont basées essentiellement sur les résultats dendrochronologiques et l’étude des superpositions et/ou des exclusions spatiales entre les pilotis utilisés pour définir les bâtiments des phases d’abattages reconnues. La recherche des structures est aussi clairement influencée par le référentiel préexistant. Ainsi, parmi les plans des pieux des phases d’abattages successives, nous avons d’emblée recherché des structures fondées sur trois rangées de poteaux. Les propositions présentées ici ne sont donc clairement que des hypothèses. Il conviendra de les consolider par l’étude des dépotoirs ; la localisation et l’analyse des contenus des « ténevières », devraient permettre de confirmer ou d’infirmer certaines coupures proposées dans les rangées de pilotis qui ont été utilisées pour définir les maisons. Ces coupures ont clairement une influence sur les longueurs des bâtiments et le nombre de travées qui les composent et pourraient être rediscutées. Les dépotoirs, très spectaculaires et si caractéristiques des palafittes du Néolithique final de Suisse occidentale, sont formés par des amas de pierres éclatées au feu pouvant atteindre des dimensions considérables (plus de 2 m de diamètre et 60 cm de hauteur à Yverdon, Avenue des Sports par exemple). Ils sont issus des rejets successifs de déchets divers mais surtout de pierres de chauffe, depuis les planchers surélevés des maisons et s’accumulent dans les axes des ouvertures, selon le modèle proposé par A.-M. et P. Pétrequin (1984). La confrontation entre les plans proposés et les études des répartitions spatiales des autres vestiges par couches devrait aussi permettre d’éclairer cet aspect. Toutefois, la sédimentologie très irrégulière observée dans la séquence Néolithique final à Concise, mais aussi dans les autres sites de la rive nord du lac de Neuchâtel (comme à Saint-Blaise, Bains des Dames, par exemple), rend cet exercice difficile et correspond à un travail de longue haleine, pas encore entrepris, et dont le résultat, au vu des phénomènes érosifs observés, n’est pas garanti.

67La sériation stratigraphique entre les deux phases culturelles principales a déjà été discutée par ailleurs (Winiger, 2008). Les paquets de couches attribués respectivement au Lüscherz récent (couches 10 et 11) et à l’Auvernier-Cordé (couches 8 et 9) sur la base d’une centaine de bois couchés datés qu’ils contiennent fondent la coupure proposée. La mise en correspondance des phases d’abattage des bois datés par la dendrochronologie avec les phases de développement culturel (Lüscherz récent et Auvernier-Cordé ancien, moyen et récent) mériterait d’être examinée plus précisément, mais ce n’est pas le propos de cet article. Le caractère chronophage de ces exercices qui nécessitent des analyses détaillées des auréoles associées aux pilotis attribués à telle ou telle phase d’abattage et donc à tel ou tel plan proposé nous a contraints, pour l’instant, d’abandonner cette approche.

68Cela dit, et malgré les réserves formulées et bien que nous nous trouvions en périphérie nord des villages, les apports pour la compréhension de l’architecture des maisons et de l’organisation de l’espace villageois ne sont pas négligeables. La zone de fouille correspond à la partie « terrestre » de l’agglomération ; celle qui est située du côté amont, la plus éloignée de la berge du lac. Vingt-trois bâtiments sont actuellement définis pour cette occupation d’une durée de plus de 380 ans, datée entre 2826 et 2440 av. J.-C., ce qui donne très théoriquement un bâtiment pour chaque tranche de 16 ans et demi. Une dizaine de phases de développement du village ont été individualisées. Ces phases s’organisent autour d’un chemin d’accès, véritable ponton surélevé, situé toujours au même emplacement et dont l’emprise atteint une largeur de 4,20 m et une longueur de 40,60 m à la fin de l’occupation.

69On observe donc une permanence du village au même endroit, avec de fréquentes réfections et reconstructions des bâtiments qui sont orientés est-ouest, parallèlement à la rive et disposés au minimum sur deux rangées de part et d’autre de l’accès. Cette orientation permet ainsi de limiter la prise au vent des bâtiments. En effet, sur le Plateau suisse, les vents dominants, bise du nord-est et vent d’ouest, suivent cet axe et longent le pied sud du Jura.

70L’espace communautaire est réaménagé périodiquement avec la construction de plusieurs palissades de part et d’autre de l’accès, tantôt symétriques, tantôt asymétriques latéralement, simples ou doubles, présentant souvent un décalage nord-sud de plusieurs mètres entre les parties situées des deux côtés du chemin. Des surfaces sans construction sont ainsi délimitées et clairement intégrées à la zone villageoise. La fonction de ces espaces devra encore être précisée grâce à l’analyse des vestiges qui s’y trouvent.

71Le nombre total de rangées de maisons et les dimensions du village ne sont actuellement pas connus. Sommes-nous en présence de hameaux successifs de quelques bâtiments ? Ou s’agit-il d’un établissement beaucoup plus important formé d’une trentaine de maisons, à l’instar de ce que l’on a mis en évidence pour une des phases d’occupation du Bronze ancien (Winiger, Burri-Wyser, 2012, ensemble E12) ?

72Il ne s’agit pas ici de présenter une synthèse sur l’habitat du Néolithique final en Suisse occidentale, mais d’attirer l’attention sur quelques points de comparaisons récemment acquis. Ainsi, les observations effectuées à Concise ne sont pas sans rappeler ce qui a été décrit sur les autres sites contemporains de la région des Trois-Lacs. Malheureusement aucun d’entre eux n’a été entièrement fouillé et les données sur les dimensions des agglomérations sont incomplètes. En ce qui concerne la durée de l’occupation, le site de Saint-Blaise, Bains des Dames (NE) présente, lui aussi, une occupation plus ou moins continue au même emplacement durant une longue période, de près de 260 ans, couvrant le Lüscherz récent entre 2786 et 2673 av. J.-C. et l’Auvernier-Cordé moyen, entre 2639 et 2526 av. J.-C. avec au minimum six phases de construction et une extension de l’agglomération en direction du lac (Gassmann, 2007, fig. 3 à fig. 8). Ici aussi les maisons à deux nefs sont disposées en rangées parallèles. La maison 2, une des plus grandes sur les plans publiés, est présentée en détail. Elle mesure environ 16 m de longueur pour une largeur de 4 m et compte sept travées. C’est un gabarit plus important, surtout remarquable par sa longueur, supérieure à celle des maisons de Concise. À son apogée le village compte plus d’une vingtaine de bâtiments. L’absence de chemin d’accès n’est pas significative, puisqu’ici c’est la frange sud, côté lac, du site qui a été fouillée. L’échelle utilisée pour les plans publiés ne permet pas d’affiner les comparaisons.

73La disposition des maisons sur le site de La Tène (Thielle-Wavre), Pont de Thielle-69 (NE), ressemble étrangement à celle observée à Concise : « L’habitat est du type groupé, avec des maisons disposées sur des rangées parallèles…, les maisons sont disposées sur des lignes aboutissant à un chemin médian... Les maisons sont à deux nefs, et la durée de leur utilisation peut atteindre un siècle. » (Arnold, 2009, p. 218).

74Également située au bord du lac de Neuchâtel, mais à son extrémité sud, la station lacustre de la baie de Clendy à Yverdon-les-Bains (Avenue des Sports, VD) présente des caractéristiques identiques pour la période considérée. C’est-à-dire une occupation plus ou moins continue pour une durée longue avec deux phases culturelles distinctes qui occupent la même zone du site : Lüscherz récent de 2751 à 2705 av. J.-C. et Auvernier-Cordé de 2653 à 2250 puis en 2464-2462 av. J.-C. La localisation de ce site a favorisé une sédimentation plus dilatée et moins tourmentée que dans les palafittes contemporains, qui permettra peut-être de résoudre l’épineux problème de la mise en relation entre les couches et les phases d’abattage des pieux dendrodatés. Une reprise de l’ensemble des structures de rejet et la confrontation avec les données dendrochronologiques devraient permettre d’aborder en détail l’architecture des bâtiments et l’organisation générale des villages, dont la disposition en rangées très régulières apparaît au premier coup d’œil. Pour la phase Auvernier-Cordé entre 2653 et 2550 av. J.-C., les maisons sont disposées en rangées parallèles très régulières, au nombre de cinq, dans la zone fouillée, et sont séparées par d’étroites ruelles (Winiger et alii, 2013, fig. 14). La particularité de ce site est sa localisation sur une presqu’île. Si la présence de palissades côté terre est avérée, aucun chemin d’accès n’a été mis en évidence, mais la surface de fouille est restreinte.

75En guise de conclusion, nous insisterons sur le fait que pour le Néolithique final aussi bien pour Concise, où tout reste pratiquement à faire, que pour Yverdon, la documentation de terrain est encore largement inédite. Ces séries du Néolithique final, qui sont à la base des recherches de cette phase en Suisse occidentale, mériteraient quant à elles d’être étudiées complètement, en intégrant le mobilier des fouilles de Claus Wolf de 1988 et 1989.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arnold B., 2009, À la poursuite des villages lacustres neuchâtelois : un siècle et demi de cartographie et de recherche, Hauterive, Office et musée cantonal d’archéologie de Neuchâtel, 252 p. (Archéologie neuchâteloise, 45).

Burri E., 2007, La céramique du Néolithique moyen : analyse spatiale et histoire des peuplements, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, 310 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 109 - La station lacustre de Concise, 2).

Burri E., 2010, La céramique du Néolithique final de Concise (VD, CH), Lausanne, Section de l’archéologie cantonale (rapport non publié), 140 p.

Burri-Wyser E., Falquet C., Schopfer Luginbühl A., Winiger A., 2011, « Entre rail et autoroute », Archéologie suisse, 34, 2, p. 46-51.

Chiquet P., 2012, La faune du Néolithique moyen de Concise (Vaud, Suisse) : analyse des modes d’exploitation des ressources animales et contribution à l’interprétation de l’espace villageois, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, 448 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 131 - La station lacustre de Concise, 4).

Crotti P., Moinat P., Wolf C., 1995, « Le Néolithique », Archéologie suisse, 18, 2, p. 47-56.

Danérol A., Orcel A., Orcel C., Ramseyer D., 1990, Delley/Portalban II. vol. 2 : Les villages néolithiques révélés par la dendrochronologie, Fribourg, Éd. univ., 165 p. (Archéologie fribourgeoise, 7).

Gassmann P., 2007, « L’exploitation de quelques chênaies durant le Lüscherz et l’Auvernier-Cordé ancien : quand les habitants du village littoral de Saint-Blaise/Bain des Dames (Neuchâtel, Suisse) allaient aux bois », in : Besse M. dir., Sociétés néolithiques : des faits archéologiques aux fonctionnements socio-économiques, Actes du 27ème colloque interrégional sur le Néolithique, Neuchâtel, 1-2 oct. 2005, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, p. 101-114 (Cahiers d’Archéologie romande, 108).

Giligny F., Michel R., 1995, « L’évolution des céramiques de 2920 av. J.-C. dans la région des Trois-Lacs (Suisse occidentale) », in : Voruz J.-L. dir., Chronologies néolithiques : de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien, Actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 19-20 sept. 1992 (XIème rencontre sur le Néolithique de la région Rhône-Alpes), Ambérieu-en-Bugey, Soc. préhistorique rhodanienne, p. 347-361 (Document du Département d’anthropologie et d’écologie, 20).

Hasenfratz A., Gross-Klee E., 1995, « Habitat et modes de construction », in : Stöckli W. E., Niffeler U., Gross-Klee E. dir., Neolithikum/Néolithique/Neolitico, Bâle, éd. Société suisse de Préhistoire et d’Archéologie, p. 195-230 (La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, 2).

Honegger M., 2001, L’industrie lithique taillée du Néolithique moyen et final de Suisse, Paris, éd. du CNRS, 353 p. (Monographies du C. R. A., 24)

Hurni J.-P., Orcel C., Tercier J., 2008, « Méthode de datation dendrochronologique », in : Winiger A., Stratigraphie, datations et contexte environnemental, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande, p. 111-118 (Cahiers d’Archéologie romande, 111 - La station lacustre de Concise, 1).

Karg S., Märkle T., 2002, « Continuity and changes in plant resources during the Neolithic period in western Switzerland », Vegetation history and archaeobotany, 11, p. 169-176.

Maute-Wolf M., Quinn D.S., Winiger A., Wolf C., Burri E., 2002, « La station littorale de Concise (VD) : premiers résultats deux ans après la fin des fouilles », Archéologie suisse, 25, 4, p. 2-15.

Orcel C., Hurni J.-P., Tercier J., 2003, Concise-sous-Colachoz (VD) : rapport d’expertise dendrochronologique : Néolithique moyen, synthèse 2003, 2ème partie, Moudon, Laboratoire romand de dendrochronologie, 444 p. (rapport non publié, LRD03/R4102SYNM).

Orcel C., Hurni J.-P., Tercier J., 2004, Concise-sous-Colachoz (VD) : rapport d’expertise dendrochronologique : Néolithique final, synthèse 2004, Moudon, Laboratoire romand de dendrochronologie, 268 p. (rapport non publié, LRD04/R4102SYNF).

Orcel C., Hurni J.-P., Tercier J., 2005, Concise-sous-Colachoz (VD) : rapport d’expertise dendrochronologique : Bronze ancien et Bronze final, synthèse 2005, Moudon, Laboratoire romand de dendrochronologie, 183 p. (rapport non publié, LRD05/R4102SYBR).

Pétrequin A.-M., Pétrequin P., 1984, Habitat lacustre du Bénin : une approche ethnoarchéologique, Paris, éd. Rech. sur les civilisations, 214 p. (Rech. sur les civilisations, Mémoire, 39).

Ramseyer D., 1987, Delley/Portalban II, 1. Contribution à l’étude du Néolithique en Suisse occidentale, Fribourg, Éd. univ., 118 p. (Archéologie fribourgeoise, 3).

Strahm C., Wolf C., 1990, « Das Neolithikum der Westschweiz und die Seeufersiedlungen von Yverdon-les-Bains », in : Die ersten Bauern : Pfahlbaufunde Europas, 1 : Schweiz, Ausstellung, Zürich, 28 avril-30 sept. 1990, Zürich, éd. Schweizerisches Landesmuseum, p. 331-343.

Winiger A., 2003, « Concise (Vaud), une stratigraphie complexe en milieu humide », in : Besse M., Stahl Gretsch L.-I., Curdy P. dir., ConstellaSion : hommage à Alain Gallay, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, p. 207-228 (Cahiers d’Archéologie romande, 95).

Winiger A., 2008, Stratigraphie, datations et contexte environnemental, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, 211 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 111 - La station lacustre de Concise, 1).

Winiger A. Burri-Wyser E., 2012, Les villages du Bronze ancien : architecture et mobilier, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, 415 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 135 - La station lacustre de Concise, 5).

Winiger A., Hurni J.-P., 2007, « Datations et reconstitutions architecturales d’un village Néolithique moyen (E4A) entre 3645 et 3636 av. J.-C. à Concise (Vaud, Suisse) », in : Besse M. dir., Sociétés néolithiques : des faits archéologiques aux fonctionnements socio-économiques, Actes du 27ème colloque interrégional sur le Néolithique, Neuchâtel, 1-2 oct. 2005, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, p. 143-151 (Cahiers d’Archéologie romande, 108).

Winiger A., Burri E., Quinn D.S., 2004, « Le village », in : Kaenel G., Crotti P. dir., Les lacustres : 150 ans d’archéologie entre Vaud et Fribourg, Catalogue d’exposition, Espace Arlaud, Lausanne, 17 sept. 2004-23 janvier 2005 et Musée d’art et d’histoire, Fribourg, 4 mars-7 mai 2005, Lausanne, éd. Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, p. 35-48 (Document du Musée cantonal d’archéologie et d’histoire).

Winiger A., Burri E., Chiquet P., 2012, « Analyse spatiale et modes de fonctionnement villageois entre 3570 et 3516 av. J.-C. à Concise (Vaud, Suisse) », in : Honegger M., Mordant C. dir., L’homme au bord de l’eau au Néolithique et à la Protohistoire, Actes du congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Neuchâtel, 6-9 avril 2010, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande/Paris, Éd. du CTHS, p. 225-238 (Cahiers d’Archéologie romande, 132 - Documents préhistoriques, 30).

Winiger A., Burri-Wyser E., Dellea Y., 2013, « Les palafittes de la baie de Clendy à Yverdon-les-Bains : enjeux et potentialités d’un site classé au Patrimoine mondial », in : Pousaz N. dir. Archéologie vaudoise, chronique 2012, p. 34-43.

Wolf C., 1992, « Les relations entre les cultures du Midi de la France et la Suisse occidentale au Néolithique récent et final », in : Le Chalcolithique en Languedoc : ses relations extra-régionales, Colloque international en hommage au Dr. Jean Arnal, Saint-Mathieu-de-Treviers, 20-22 sept. 1990, Lattes, Féd. archélogique de l’Hérault, Conseil général de l’Hérault, p. 337-346 (Archéologie en Languedoc, 1990-1991).

Wolf C., 1993, Le site littoral d’Yverdon, Avenue des Sports (canton de Vaud) : une étude du développement culturel et chronologique de la fin du Néolithique de Suisse occidentale et des régions voisines, Lausanne, éd. Cahiers d’Archéologie romande, 448 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 59 - Freiburger archäol. Studien, 1).

Wolf C., Hurni J.-P., 1999, « Neues zur Architektur des westschweizerischen Endneolithikums : erste Auswertungsergebnisse der Befunde in den Seeufersiedlungen von Concise-sous-Colachoz (VD) am Neuen­burgersee », Plattform, 7/8, p. 107-116.

Wolf C., Burri E., Hering P., Kurz M., Maute-Wolf M., Quinn D.S., Winiger A., 1999, « Les sites lacustres néolithiques et bronzes de Concise VD-sous-Colachoz : premiers résultats et implications sur le Bronze ancien régional », Annuaire de la Société suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 82, p. 7-38.

Auteur

État de Vaud, Département des Finances et des Relations Extérieures, SIPaL, Archéologie cantonale, Place de la Riponne 10, CH - 1014 Lausanne, Suisse.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search