Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Une histoire de la recherche sur les stations lacustres du lac de Bienne (Suisse)

Albert Hafner

Résumé

Cet article présente l’historique de la recherche sur les palafittes du lac de Bienne, depuis les premières descriptions datées du xviiie siècle. La pêche aux objets lacustres marque le xixe siècle et permet la constitution d’importantes collections. Il faut cependant attendre le début du xxe siècle pour qu’un état de toutes les connaissances soit publié. La création du service cantonal d’archéologie en 1970 débouche sur d’importantes fouilles et sur l’inventaire des stations lacustres.

Texte intégral

1. Les stations lacustres du lac de Bienne

1.1. La découverte des habitats lacustres

  • 1 À partir de cet ouvrage, Keller développe en 1854 le concept des « rapports lacustres » dont il pub (...)

1L’archéologie lacustre du pourtour alpin débute officiellement en 1854, avec la publication de Ferdinand Keller, Die keltischen Pfahlbauten in den Schweizer Seen (fig. 1)1. Keller (1800-1881), l’un des premiers archéologues professionnels suisses, nommés alors « antiquaires », avait fondé la Société des antiquaires de Zurich en 1832 et était considéré comme une sommité dans le domaine des découvertes préromaines. Les restes d’habitats exondés à Meilen sur les rives du lac de Zurich lors des basses eaux de l’hiver 1853/54 donnent lieu à cette publication. Ces matériaux préhistoriques ne sont pas les premiers à être trouvés dans un tel contexte, mais ils donnent un éclairage nouveau en la matière. Keller n’aurait pas abordé la question de façon adéquate s’il n’avait pas eu connaissance de découvertes antérieures, notamment celles du lac de Bienne (fig. 2).

Fig. 1. Dès 1854, une carte répertoriant plusieurs sites du lac de Bienne est publiée dans le premier rapport lacustre de Ferdinand Keller, Die keltischen Pfahlbauten in den Schweizer Seen, alors que dans le lac de Zurich, seuls les vestiges de la station d’Obermeilen étaient connus. Pour son argumentation, Keller a pu s’appuyer sur des connaissances acquises grâce aux recherches menées localement par des amateurs et des scientifiques au cours de la première moitié du xixe siècle. Antiquarische Gesellschaft in Zürich.

Fig. 2. Les objets de l’Âge du Bronze découverts dans les stations lacustres biennoises ont joué un rôle essentiel dans les débats concernant la datation des palafittes. Le premier rapport lacustre de Keller présente, pour la première fois, des trouvailles de cette époque (Nidau-Steinberg ; Mörigen ; Sutz). Antiquarische Gesellschaft in Zürich.

Fig. 3. Nidau-Steinberg. Le plan du site, dressé entre 1811 et 1813 par le capitaine Schlatter, constitue la première représentation cartographique d’une station littorale suisse, document important pour l’histoire de la recherche. Ses commentaires sur les pilotis, intégrés au plan, sont également intéressants : « Chaque pieu émerge du sol lacustre d’environ deux pieds et y est enfoncé sur environ quinze pieds. À l’origine, ces éléments ont dû être plantés dans un sol sec. On dénombre au Steinberg plus de 50 000 pieux en chêne ». ville de Nidau.

1.2. Les précurseurs2

  • 2 Theophil Ischer publie en 1928 une vue d’ensemble de la question dans Die Ffahlbauten des Bielersee (...)
  • 3 D’après Theophil Ischer, Die Pfahlbauten des Bielersees, 1928, p. 9.
  • 4 D’après Theophil Ischer, Die Pfahlbauten des Bielersees, 1928, p. 13.

2En 1767, Abraham Pagan avait déjà livré une description des pieux du « Steinberg », à Nidau (lac de Bienne) : « Il apparaît clairement qu’il (le lac) a arraché quelques centaines de palées. À l’extérieur ou au lieu-dit Steinberg, on distingue des pieux à quelques toises de profondeur qui délimitent soit un bâtiment soit, plus probablement, un enclos de pêche. Ces vestiges se trouvent eux-mêmes à une telle profondeur qu’à l’époque où la construction a été érigée, la surface du lac devait être moins étendue. »3 Les antiquaires du début du xixe siècle comme Franz Ludwig von Haller (von Königsfelden) et Charles-Ferdinand Morel, encore très influencés par les œuvres de Johann Joachim Winckelmanns (1717-1768), interprètent les vestiges de Nidau comme des constructions romaines. Haller s’appuie sur les découvertes de monnaies et Morel suppose qu’il s’agit d’une place fortifiée édifiée stratégiquement par les Romains à l’endroit où la Thielle se jette dans le lac. Entre 1811 et 1813, le capitaine Schlatter, géomètre mandaté, dresse un plan de la bourgade de Nidau et de ses environs immédiats (fig. 3). Sigismund von Wagner, dessinateur, graveur sur cuivre et mécène, s’intéresse également de manière approfondie à l’« ouvrage constitué de pieux » de Nidau. En 1828, il écrit à son ami David Hess ces phrases prophétiques : « Les entrailles de la terre parlent, là où l’histoire se tait, et cela arrivera encore dans des affaires plus importantes que je le suppose ici ; et cette chronique souterraine va fortement démentir et bousculer maintes certitudes auxquelles de nombreuses personnes continuent de croire dur comme fer, elles qui voient en Moïse l’unique référence historique de notre Terre. »4. Von Wagner, plein d’imagination, voit dans le site de Nidau-Steinberg les ruines de la légendaire ville celto-romaine de Noidenolex, détruite au ive siècle. Il s’agit en fait d’une invention du xviiie siècle visant à attribuer à la ville de Neuchâtel une origine antique.

1.3. Premières fouilles dans le lac de Bienne

3L’étape suivante de l’exploration des stations lacustres du lac de Bienne est marquée par les fouilles effectuées en 1840 par Albert Jahn (1811-1900) sur l’île des Lapins, aujourd’hui reliée à l’île Saint-Pierre par le Heidenweg. Jahn, né en 1811 à Douanne, est le premier archéologue seelandais actif dans la région. Un pêcheur lui signale en 1840 la présence à Mörigen de pieux auxquels ses filets se sont accrochés ; il lui montre également un récipient en « terre rougeâtre ». Jahn estime la pièce celtique, mais ne veut pas s’occuper lui-même du site, apparemment par manque de temps. Il sous-estime vraisemblablement l’importance de cette découverte, car ce n’est qu’en 1843 qu’il la signale à Emanuel Müller (1800-1858), notaire à Nidau, renommé dans le milieu des antiquaires biennois par ses fouilles de tumuli et ses recherches sur les voies romaines. Grâce aux découvertes de Mörigen, Müller constitue la première collection d’objets lacustres du lac de Bienne et dès 1849, il informe régulièrement Keller, le président de la Société des antiquaires de Zurich, de ses découvertes par des lettres et des croquis. Il lui signale notamment des « barques creusées dans un seul tronc », des pirogues qu’il a repérées à Mörigen. À plusieurs reprises, Müller se plaint que les vestiges, presque impossibles à atteindre, se trouvent à une trop grande profondeur. Il envisage également d’utiliser un appareil à plonger, inédit à l’époque. La première intervention archéologique subaquatique effective sur une station lacustre aura lieu quelques années plus tard (fig. 4). En 1851, Müller donne une conférence devant la Société jurassienne d’Émulation du Jura bernois et informe également Frédéric Troyon (1815-1866) et son ancien mentor Albert Jahn de ses découvertes.

1.4. Le trio Müller-Schwab-Keller

4Une troisième personnalité du monde de la recherche originaire du Seeland ne peut rester à l’écart de ces activités. Friedrich Schwab (1803-1869), né à Bienne, à la tête d’une fortune non négligeable, se consacre dès le milieu des années 1840 à sa passion pour l’archéologie. Le fait de posséder la collection d’objets lacustres la plus complète de Suisse – la plus grande partie provenant des lacs de Bienne, Neuchâtel et Morat – ainsi que la découverte en 1857 du site de l’Âge du Fer de La Tène, au bord du lac de Neuchâtel, lui valent une renommée internationale.

Fig. 4. Les débuts de l’archéologie subaquatique en Suisse. « Scène à Morges le 24 août 1854, découverte des pilotis à Morges par A. Morlot le 22 mai 1854. » Le géologue bernois Adolf Morlot (1820-1867) est le premier à plonger sur un site lacustre. Il est assisté, dans le bateau, par le morgeois François-Alphonse Forel (1841-1912, médecin, naturaliste et fondateur de la limnologie) et l’archéologue lausannois Frédéric-Louis Troyon (1815-1866). Musée historique de Berne.

  • 5 Correspondance Müller/Keller, lettre 7/12, fév. 1864.
  • 6 Hérodote, Histoires, V. Avec une superficie d’environ 43 km2, anciennement appelé Limni Pranias, il (...)

5En 1852, on apporte à Müller de la céramique de Nidau-Steinberg ; le site, considéré jusqu’alors comme romain, est désormais comparé directement à celui de Mörigen, reconnu « celtique ». Müller et Schwab disposent soudain d’un site majeur et déploient toute leur énergie à l’exploiter. Müller, semble-t-il, essaie un jour de soulever une pirogue, qui se brise5. À plusieurs reprises, il montre un esprit innovateur. Il a l’idée de l’appareil à plonger et propose aussi à Keller une expédition pour explorer les palafittes du lac Prasias en Thrace, décrits par Hérodote au ve siècle av. J.-C.6 Cette idée demeure toutefois à l’état de projet. Keller et Müller auraient tous deux souhaité que l’autre prenne la direction des opérations dans cette région encore ottomane à l’époque ; Keller aurait même préféré voir Schwab commander l’expédition du fait de son grade militaire. Müller, contrairement à Schwab, vit une situation financière difficile. Il ressort de ses lettres à Keller que sa femme, souvent malade, nécessite des cures onéreuses et qu’en plus, il y a pléthore de notaires à Nidau, ce qui n’arrange pas ses affaires. Quand Ischer écrit que Müller, « deux ans avant sa mort (1856) [avait cédé] sa collection exceptionnelle pour l’époque à son collaborateur le colonel Schwab (notamment 70 récipients en terre cuite, 100 épingles en bronze, 50 couteaux en bronze, etc.) ainsi que ses dessins et ses plans », c’est un euphémisme. En réalité, il s’avère que Schwab est disposé à payer la somme la plus élevée comparée aux autres offres en présence, sans toutefois satisfaire aux attentes de Müller. Toujours est-il que la collection Müller reste ainsi dans la région pour aboutir finalement dans le musée Schwab.

1.5. Qui est le véritable inventeur des stations lacustres ?

  • 7 Correspondance Schwab/Keller, lettre 26/287, 17/19 déc. 1865.

6Les stations lacustres commençant à susciter une grande attention de la part du public et Keller en tirant une grande célébrité dans des cercles élargis, Albert Jahn manifeste son désir d’être également honoré pour leur découverte. En 1865, il publie dans le Bund l’article Sur l’histoire de la découverte des stations lacustres, dans lequel il vante ses mérites tout en se proclamant leur inventeur. Schwab, très indigné, écrit immédiatement à son ami Keller : « Personne ne peut mettre en doute le fait que tu sois l’inventeur des stations lacustres. Seul un être excessif, insensé tel M. Jahn peut prétendre une telle chose. Environ neuf ans après nous, Jahn a mis au jour quelques fragments de vases à Mörigen-Steinberg, c’est tout. S’il a l’impertinence de se proclamer l’inventeur des stations lacustres, c’est un mensonge. » En décembre 1865, Schwab avait déjà exposé dans une lettre à Keller sa version des anciennes découvertes dans le lac de Bienne : « En 1846, Monsieur Wilhelm Irlet de Douanne nous disait, à Emanuel Müller et à moi, que l’on trouvait des vases, la plupart en morceaux, dans un haut-fond de la baie près de Mörigen. Müller a fait extraire quelques pièces par des pêcheurs et te les a envoyées pour que tu puisses les étudier. Tu les as immédiatement identifiées comme celtiques et tu lui as écrit qu’il devait poursuivre les recherches à cet endroit, ce qu’il a fait après un certain temps. Nous y avons trouvé une épée en fer, quelques vases, des haches en bronze, des bracelets, etc. En octobre 1853, mon ami Alexander Köhli m’a signalé que l’on pouvait voir à Nidau-Steinberg, lorsque l’eau du lac est claire, les mêmes vases, couteaux, etc. qu’à Mörigen. J’ai visité l’endroit et y ai tout de suite trouvé les objets en question. Durant la même année, je me suis rendu à Mörigen et j’ai découvert à Sutz et Lattrigen des stations lacustres avec des objets »7.

7Aujourd’hui, il apparaît clairement que ce sont des pêcheurs locaux, dont les noms ne nous sont pas parvenus, qui ont été les premiers à connaître l’existence des sites lacustres. Toutefois, peu après 1840, différents acteurs savent que des vestiges archéologiques se trouvent à Mörigen et, quelques années plus tard, aussi à Nidau. Sans les travaux de Jahn, Müller et Schwab, les pionniers de la région biennoise, Keller ne serait pas parvenu aux conclusions qui furent les siennes et sa publication de 1854 n’aurait pas paru sous cette forme.

1.6. « Pêcheur d’antiquités » – une nouvelle profession

8Friedrich Schwab, au fil des ans, engage plusieurs ouvriers qu’il paie à la journée pour pêcher des objets lacustres. On compte parmi eux les frères Benedikt et Hans Kopp de Lattrigen (Hans Kopp est le véritable découvreur de La Tène), ainsi que Friedrich Gerber d’Ipsach. Ce dernier finit même par être engagé en 1861 de façon fixe et travailler totalement au service de Schwab.

  • 8 Correspondance Schwab/Keller, lettre 18/184, 15 oct. 1861.

9« Mon meilleur ouvrier avec Grienhaue est un dénommé Gerber, un cantonnier, qui reçoit un salaire fixe. […] J’ai décidé de l’engager à l’année, ce dont il s’est réjoui au point de quitter son emploi de cantonnier»8.

10Les « pêcheurs », pour extraire les objets du fond du lac, utilisent des dragues et des pinces spécialement conçues à cet effet. Ces outils font apparemment leurs preuves, et Keller d’écrire, dans son deuxième « rapport lacustre » de 1858 : « De tous les plans d’eau de Suisse, le lac de Bienne est le seul dont nous possédons un plan précis avec les villages lacustres qui bordaient ses anciennes rives. L’archéologie doit cette contribution aux recherches entreprises avec zèle et circonspection durant plusieurs années par le colonel Schwab de Bienne ». Dès le mois de février 1856, Schwab étend ses activités au lac de Neuchâtel, où ses pêcheurs s’activent durant des semaines. En avril 1856, Schwab navigue en direction de Pont de Thielle et le jour suivant jusqu’à Estavayer, où il reste deux jours.

  • 9 Correspondance Schwab/Keller, lettre 13/76, 2 mai 1856.

11« Le mardi 22 avril, dans l’après-midi, j’ai embarqué avec armes et bagages à bord de la barque que j’ai fait construire […]. Il faisait beau, mais dès Douanne, la bise s’est levée. Cela ne m’a pas empêché de maintenir mon cap et d’avancer. Au terme de grands efforts, j’ai fini par atteindre Pont de Thielle à huit heures du soir, où j’ai établi mes quartiers pour la nuit »9.

1.7. La tournée « lacustre » de Schwab

12L’expédition permet à Schwab de surveiller ses ouvriers et de chercher de nouveaux sites. En novembre 1857, il entend parler de découvertes sur l’île du lac d’Inkwil et se rend immédiatement en Haute-Argovie. Au cours de l’hiver 1857/58, il topographie les stations lacustres du lac de Morat et les années suivantes, il visite les marais de Wauwil et le lac de Burgäschi. En février 1863, il est en mesure de fournir à Keller une carte situant les stations lacustres des lacs de Sempach, Baldegg, Hallwil et Mauen. En 1865, Schwab se rend au lac de Constance en compagnie de Jakob Messikommer, autre chercheur zurichois de la première heure ; il a même fait construire une barque par ses ouvriers à Überlingen. Toutefois, Schwab, habitué à mieux, ne récoltera qu’une maigre quantité d’objets.

  • 10 Correspondance Schwab/Keller, lettre 26/256, 2 mai 1865.

13« Après avoir pris congé de toi le dimanche 23 avril, j’ai rencontré M. Messikommer à Schaffhouse. Nous nous sommes rendus à Constance. À mon arrivée, mes ouvriers m’ont annoncé que la barque était prête à être mise à l’eau »10.

  • 11 Correspondance Schwab/Keller, lettre 26/272, 7 juin 1865.

14« Dimanche passé, le 28 mai, mon Gerber est rentré d’Ueberlingen à onze heures du soir et il est reparti le lendemain matin à quatre heures et demie pour Constance, sans passer me voir. Il trouve peu de choses, rien de nouveau et paraît démoralisé »11.

15En 1861, le zurichois Arnold Escher von der Linth lui propose de l’accompagner en Italie du Nord pour y visiter des stations lacustres. Schwab décline l’invitation, arguant des conditions climatiques défavorables en hiver pour traverser les Alpes.

  • 12 Correspondance Schwab/Keller, lettre 18/179, 14 mai 1861.

16« J’ai bien envie d’explorer les lacs italiens. Mais l’entreprise est passablement ardue car selon moi, elle ne peut être couronnée de succès qu’en janvier ou février. Or, à cette saison, le voyage est des plus difficiles »12.

1.8. Collectionner par pure passion ?

17Friedrich Schwab, grâce à l’engagement intensif de ses pêcheurs, le rachat de la collection Müller et l’acquisition d’autres objets bien spécifiques, parvient à constituer la plus grande collection privée de matériaux lacustres du xixe siècle. Schwab semble avoir été intéressé surtout par les objets en tant que tels. Mais dans certains échanges avec Keller, c’est le savant qui s’exprime, lorsqu’il donne, par exemple, son avis sur une publication d’Édouard Desor (1863) ou qu’il fournit des ossements à Ludwig Rütimeyer pour ses études paléontologiques. Et afin que Keller puisse disposer de ses trouvailles pour ses rapports lacustres, il lui en envoie des caisses entières par le train à destination de Zurich. Toutefois, contrairement à d’autres chercheurs de son époque, Schwab ne publiera jamais rien sur sa collection.

18L’importance primordiale de la collection Schwab est également confirmée par le fait qu’une partie des trouvailles est présentée comme une contribution officielle de la Suisse à l’Exposition universelle de Paris, en 1867.

  • 13 Correspondance Schwab/Keller, lettre 28/230, 26 jan. 1867.

19« Fin octobre, M. Quiquerez m’a rendu visite. Il souhaitait ardemment que je participe à l’exposition universelle de cette année. J’ai fini par accepter. À peine avais-je terminé d’arranger les trois vitrines qui doivent être envoyées début décembre que M. Desor est arrivé pour me convaincre d’en remplir trois autres [...] »13.

20En 1863, l’empereur français Napoléon III propose à Schwab de le payer pour qu’il travaille pour lui à La Tène. Il semble qu’il essaie également d’acheter sa collection, mais Schwab, financièrement indépendant, décline l’offre ; il met toutefois certaines épées de La Tène à disposition pour des moulages et en offre aussi quelques exemplaires au nouveau Musée de Saint-Germain-en-Laye. En remerciement, il reçoit un fusil de chasse dédicacé par l’empereur en personne. Schwab offre également des objets de La Tène au British Museum de Londres et au Rheinischen Landesmuseums de Trèves.

1.9. La fin d’une époque

21Entre 1858 et 1881, Müller (1858), Troyon (1866), Schwab (1869) et Keller (1881) décèdent. La disparition de ces précurseurs, la première génération d’explorateurs des stations lacustres, marque la fin de la phase initiale de la recherche, caractérisée par un mécénat très généreux. Schwab et Müller ont engagé tous leurs biens pour constituer leur collection et Keller agissait comme la personnalité centrale d’un réseau scientifique encore neuf mais qui fonctionnait déjà bien. Seul Albert Jahn leur survivra pendant près de 20 ans. Il meurt en 1900, mais ne pratiquera plus aucune recherche durant cette période.

2. Fièvre lacustre dans le Seeland

2.1. Les effets de la Correction des Eaux du Jura

22Les premiers explorateurs des stations lacustres n’auront pas l’occasion d’observer les effets de la Première Correction des Eaux du Jura, entre 1868 et 1891. Dès la fin des années 1860, le niveau des lacs de Bienne, Neuchâtel et Morat commence à baisser, mettant au jour des sites jusqu’alors inaccessibles. À Mörigen, où Müller envisageait d’utiliser un appareil à plonger, il est désormais possible de se promener au milieu de pieux de la taille d’un homme (fig. 5). De nouveaux acteurs entrent ainsi en scène, en particulier ceux qui perçoivent rapidement la valeur marchande des trouvailles qui peuvent désormais être facilement ramassées. Les habitants de Locras se distinguent particulièrement, dans la mesure où, comme l’écrit Ischer, ils « se mirent à creuser dans la station lacustre de façon désordonnée, chacun voulant récolter autant d’objets lucratifs que possible ». Les habitants de Locras sont aujourd’hui tenus pour responsables du fait que le canton de Berne soit le premier à édicter en 1873 une ordonnance concernant la protection du patrimoine archéologique en Suisse. Toutefois, comme c’est toujours le cas dans le commerce illégal du patrimoine culturel, les vrais coupables ne sont pas les pilleurs de sites mais les collectionneurs qui, en achetant des objets, créent un marché dans ce domaine.

2.2. La collection de Victor Gross

23Dans la région du lac de Bienne, Victor Gross, médecin de La Neuveville (1845-1920), joue en partie ce rôle (fig. 6). En 1869, une fois ses études à Berne et à Paris terminées, Gross revient dans sa commune d’origine et commence tout de suite à collectionner des objets archéologiques provenant principalement de sites des lacs de Bienne et Neuchâtel. Il semble qu’il récolte lui-même très peu d’objets. Son statut lui permet de disposer de moyens suffisants pour acquérir des pièces exceptionnelles auprès de pêcheurs ou de collectionneurs. Gross paie des sommes défiant toute concurrence, achète en masse des collections complètes et devient l’instigateur d’un commerce florissant de doublets, c’est-à-dire d’objets qu’il possède en plusieurs exemplaires.

Fig. 5. Les pilotis lacustres de Mörigen. Célèbre esquisse de 1877 du peintre Auguste Bachelin (1830-1890). Durant la Première Correction des Eaux du jura (1868-1891), l’abaissement du niveau des trois lacs, dès le milieu de l’année 1870, peut par endroit atteindre deux mètres. Les vestiges lacustres, jusqu’alors immergés et peu atteignables, sont exondés et deviennent facilement accessibles. Tiré de Ischer, 1928, p. 181.

Fig. 6. Transport d’une pirogue de l’Âge du Bronze découverte en 1893 à l’île Saint-Pierre dans le lac de Bienne. victor Gross (à gauche, en costume), médecin et archéologue vivant à La Neuveville, est un personnage ambivalent : il doit sa notoriété internationale aussi bien à ses recherches et à ses publications essentielles qu’aux ventes d’objets lacustres qu’il pratique à grande échelle. Musée d’histoire de La Neuveville, Fonds Hirt.

Fig. 7. Le géologue Edmund von Fellenberg (deuxième depuis la droite) avec l’équipe des fouilles sur le site de Sutz-Lattrigen - Rütte. Musée d’histoire de La Neuveville, Fonds Hirt.

  • 14 L’actuelle Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte.

24Gross est un excellent communicateur. Son mercantilisme prononcé en témoigne, mais il publie en outre des livres magnifiques qui le mettent en contact avec de nombreuses sommités du monde des sciences préhistoriques, encore balbutiantes. À La Neuveville, il reçoit, entre autres, la visite des archéologues Jacques Boucher de Perthes, Oskar Montelius et Rudolf Virchow, et entretient une correspondance avec Heinrich Schliemann, la « star » de l’archéologie. Les stations lacustres du lac de Bienne acquièrent une renommée internationale dans les milieux spécialisés, en particulier grâce à sa collaboration avec Virchow (1821-1902), qui était à la fois médecin, archéologue et politicien. Celui-ci publie le matériel anthropologique du lac de Bienne dans les Mitteilungen de la Berliner Anthropologischen Gesellschaft14, principale revue germanophone de l’époque dans le domaine des sciences préhistoriques, fondée en 1869.

25La collection Gross aurait semble-t-il comporté environ 12000 pièces. Avec le temps, elle est toutefois décimée par les nombreuses ventes à des collectionneurs mais surtout à de célèbres musées notamment français, britanniques et allemands. L’université de Princeton, dans le New Jersey (États-Unis) achète 2 000 objets. Ces ventes à l’étranger sont de plus en plus perçues par l’opinion publique comme une dilapidation du patrimoine national. Dès septembre 1884, des négociations s’engagent entre Gross et le Conseiller fédéral Karl Schenk, chef du Département fédéral de l’intérieur. Au mois de décembre, l’Assemblée fédérale approuve l’achat de 8 277 objets archéologiques de la collection Gross pour la somme de 60 000 francs. Le choix du lieu de la présentation de la collection qui s’ensuit devient une question politique : le Conseil fédéral craint que cela ne fixe à l’avance l’emplacement du futur Musée national. C’est pourquoi les trouvailles sont provisoirement exposées dans le Palais fédéral, où elles demeurent jusqu’à l’achèvement du Musée national suisse à Zurich, en 1898. De nombreux objets lacustres du lac de Bienne constituent ainsi la base des collections préhistoriques de la Confédération.

26La collection Gross est évaluée et inventoriée par le géologue Edmund von Fellenberg (1838-1902). Deuxième sommité de la grande chasse aux objets opérée durant la période marquée par la baisse du niveau des lacs, von Fellenberg, après la promulgation en 1873 de l’interdiction de pratiquer des fouilles à titre privé, est mandaté par l’État pour cette activité. Il dirige d’importantes fouilles à Locras, Mörigen, La Neuveville, Chavannes et Sutz (fig. 7). Les trouvailles sont généralement remises à la Bernische Antiquarium, qui précède le Musée historique de Berne, inauguré en 1894. Mais, pour financer les fouilles, les ventes d’objets se poursuivent.

27Avec Gross et von Fellenberg, l’époque des grandes fouilles du xixe siècle dans le lac de Bienne prend fin, d’autant plus qu’ils affirment tous deux dans leurs derniers écrits que tous les sites ont été complètement exploités. Müller et Schwab, il est vrai, avaient émis la même opinion. Toutefois, vu le nombre d’objets trouvés, cette estimation semble à présent être bien définitive.

3. La recherche au xxe siècle

3.1. Theophil Ischer, « maître absolu des stations lacustres » du lac de Bienne

28En 1928, Theophil Ischer, professeur de lycée originaire de Nidau (1895-1954), publie dans l’ouvrage Die Pfahlbauten des Bielersees un inventaire des stations lacustres du lac de Bienne et réunit ainsi pour la première fois dans une monographie l’ensemble des connaissances acquises jusqu’alors. Outre une description des sites, il reproduit également une planimétrie des pieux visibles dans les différentes stations. L’intention est louable, mais ces plans sont aujourd’hui inutilisables, car mal exécutés et peu compréhensibles. Par contre, les relevés effectués en 1924, quasiment à la même époque, par le géomètre Bendicht Moser sont proches de la perfection et constituent toujours une source fiable. Fait inexplicable, Ischer ne les utilise pas. Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage d’Ischer reste jusqu’en 1990 la référence absolue concernant les stations lacustres du Seeland.

29Ischer et le professeur bernois Otto Tschumi, derniers partisans des théories de Keller, défendent avec acharnement la thèse des villages lacustres établis au-dessus de l’eau. Les fouilles des longs ponts lacustres de Locras-Fluhstation, étudiés par Ischer en 1937, avec le concours de l’Office du travail de Bienne (archäologischer freiwiliger Arbeitsdienst) et la collaboration du Musée Schwab, sont censées constituer une preuve irréfutable en faveur de cette interprétation (fig. 8, 9, 10).

3.2. Douanne – le premier pas vers l’archéologie moderne

30Alors qu’Ischer, en 1928, mettait en garde avec emphase contre le risque d’une « recherche préhistorique [à jamais] engagée sur la voie poussiéreuse d’un monopole aux mains de fonctionnaires », le pas décisif vers l’archéologie moderne est franchi en 1970 avec la création du Service archéologique cantonal. Ce dernier ne tarde pas à relever un premier défi de taille. En effet, la construction de l’autoroute N5 sur la rive sud du lac de Bienne implique notamment de creuser en profondeur au niveau de la gare de Douanne. Les sondages révèlent la présence de nombreuses couches archéologiques rattachables à différentes cultures. Les fouilles qui s’ensuivent entre 1974 et 1976 constituent une des plus importantes interventions archéologiques menées en Suisse (fig. 11). Outre l’envergure logistique de l’entreprise et sa durée, ce projet relance l’intérêt porté au patrimoine archéologique du lac de Bienne. Un deuxième inventaire des stations lacustres fera suite aux recherches entreprises à Douanne.

3.3. L’inventaire de biens culturels menacés

31Dans le cadre d’un projet soutenu par le Fonds national suisse (FNS), Josef Winiger effectue de 1984 à 1987 une étude approfondie des sources dans les différents musées et collections ainsi que des sondages dans presque tous les sites connus en pratiquant carottages et premières plongées. Cette étude apporte les principaux enseignements suivants : premièrement, les stations lacustres du lac de Bienne sont fortement menacées par l’érosion ; deuxièmement, il reste nettement plus de sites intacts que supposé. L’introduction et l’utilisation habituelle de la dendrochronologie depuis le début des années 80 démontre également que les pieux érodés, longtemps déconsidérés, constituent une source essentielle pour l’archéologie lacustre.

3.4. Combattre l’érosion

32Ainsi, dès 1988, des fouilles de sauvetage subaquatiques sont engagées à Sutz-Lattrigen, qui durent encore (fig. 12 et 13). Dès le début, l’échantillonnage systématique de tous les vestiges en bois trouvés – plus de 40 000 jusqu’à présent – est défini comme une des tâches principales. À partir du milieu des années 90, une double stratégie est développée, conjuguant fouilles de sauvetage et mesures de protection. En 2010, la construction d’une nouvelle base de plongée pour le lac de Bienne permet de poser les fondements d’une archéologie subaquatique efficace et prospective (fig. 14). Aux priorités constituées jusqu’ici par les incontournables fouilles de sauvetage sur des sites déjà fortement érodés et par la protection, grâce à une couverture de graviers, de zones encore intactes, s’ajoute désormais la surveillance des sites à long terme. Le monitorage est un concept qui regroupe diverses activités. L’installation de marqueurs dans la zone peu profonde des sites permet de documenter et de suivre le déroulement ainsi que la vitesse de l’érosion. Les mesures de protection mises en place depuis longtemps doivent faire l’objet d’un contrôle régulier afin de détecter tout déplacement éventuel de la couche protectrice de graviers.

Fig. 8, 9, 10. En s’appuyant sur les fouilles de Locras-Fluhstation, le professeur de lycée bernois Theophil Ischer, meilleur spécialiste des palafittes du lac de Bienne au début du xxe siècle, entendait soutenir la théorie lacustre, très contestée, émise par Keller en 1854. Ischer et Tschumi développent l’interprétation des villages lacustres établis sur l’eau de façon quasiment obsessionnelle, contribuant ainsi fortement à la « controverse lacustre ». Musée Schwab, Bienne.

Fig. 11. Douanne - Bahnhof. Les opérations de sauvetage réalisées à Douanne entre 1974 et 1976 sont liées à la construction de l’autoroute N5. Elles constituent une des premières fouilles modernes effectuées en Suisse. La stratigraphie très complexe, riche d’environ vingt-cinq niveaux d’occupation datés entre 3800 et 3200 av. J.-C., ainsi que les premières données dendrochronologiques fournissent des éléments totalement inédits sur la durée et l’évolution du Néolithique suisse. Service archéologique du canton de Berne.

Fig. 12. Archéologie subaquatique. Un équipement moderne permet aujourd’hui d’effectuer un travail aussi précis sous l’eau que sur un chantier à l’air libre. Depuis 1984, le canton de Berne dispose d’une équipe de plongeurs professionnels pour les fouilles subaquatiques. Service archéologique du canton de Berne.

Fig. 13. Fouilles de sauvetage subaquatiques à Sutz-Lattrigen. Plus de vingt établissements palafittiques du Néolithique et de l’Âge du Bronze ancien ont été explorés sur la rive sud du lac de Bienne. Les vestiges se situent entre 4300 et 1600 av. j. -C. Service archéologique du canton de Berne.

Fig. 14. Archéologie subaquatique. Pour effectuer les opérations de sauvetage actuelles à Sutz-Lattrigen - Rütte, l’équipe de plongeurs dispose d’une base sise devant le parc du domaine von Rütte. C’est là que tous les autres sites bernois des lacs de Bienne et de Neuchâtel sont également traités pour leur préservation. Service archéologique du canton de Berne.

  • 1 Palafitte Guide (téléchargement gratuit) : iPhones/Smartphones dans AppleStore ou AndroidMarket.Ser (...)

Patrimoine mondial « lacustre » et tâches futures1
Le 27 juin 2011, le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO a décidé lors de sa 35e séance à Paris d’inscrire au patrimoine mondial les « sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes ». Cette série de biens culturels comprend une sélection des 111 stations lacustres les plus remarquables parmi près de 1 000 sites connus. Datées entre 5300 et 800 av. J.-C., elles se répartissent entre la Suisse, l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Autriche et la Slovénie. L’année 2011 constitue donc un tournant majeur dans la longue histoire de l’exploration des sites lacustres dans le Seeland.
Entre 2008 et 2011, c’est l’association « Palafittes » qui a coordonné la candidature des « sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes ». Depuis l’aboutissement du projet, ses tâches sont assumées par le Swiss Coordination Group UNESCO Palafittes (www.palafittes.org). Il importe désormais de transmettre les contenus scientifiques de ce patrimoine mondial au grand public. Un défi majeur reste à relever car ces sites ne peuvent plus être visités ni observés de façon directe. Cette mission incombe notamment aux nombreux musées possédant des vestiges lacustres. Mais il est également nécessaire d’innover dans le domaine. Il est envisageable, par exemple, de créer des lieux de visite utilisant des techniques modernes de visualisation ou de procéder à la conservation in situ de certains sites. Un audio-guide a déjà été réalisé en 2011. Il fournit des informations sur les sites classés à l’UNESCO ainsi que sur les stations lacustres en général (photo ci-contre).

  • 2 Stations lacustres préhistoriques dans le canton de Berne : CH-BE-01 : Bienne - Vigneules - Hafen ; (...)

Les sites du canton de Berne2
Dans le canton de Berne, environ cinquante sites archéologiques sont classés sous la dénomination de station lacustre et datés entre 4300 et 800 av. J.-C. (carte ci-dessous). La plupart des vestiges se trouvent dans le lac de Bienne, majoritairement sur la rive sud. Les sites se trouvant sur la commune du Landeron sont neuchâtelois. À l’inverse, le canton de Berne possède la partie des rives du lac de Neuchâtel entre l’embouchure de la Broye et l’endroit où la Thielle s’écoule dans le lac et où se trouvent également des palafittes, signalés aussi bien au niveau supérieur de la Thielle qu’à son niveau inférieur, entre le lac de Bienne et la commune de Port. De tels sites sont rares sur les cours d’eau. D’autres vestiges se situent dans la région comprise entre le lac de Bienne et la ville de Berne, dans les comblements des rives des petits lacs de Moos à Moossseedorf et de Lobsigen à Seedorf ainsi que, vraisemblablement, dans les marais de Wengi. Des stations lacustres se trouvent aussi en Haute-Argovie, aux lacs de Burgäschi (commune de Seeberg) et d’Inkwil. Dans l’Oberland bernois, des indices précis signalent la présence d’un site sous la vieille ville de Thoune. Dans la partie inférieure du lac de Thoune, il n’est pas exclu que des sites existent si l’on prend pour exemple les anciennes découvertes faites dans les marais.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anonyme, 1932, « Ueber Tauchapparate », Polytechnisches Journal, 46, CXIII/Miszelle 11.

Bourquin W., Müller E., Keller F., 1945a, Transskription der Briefe 1848-1856, Biel.

Bourquin W., Schwab F., Keller F., 1945b, Transskription der Briefe 1854-1869, Biel.

Bourquin W., 1954, Oberst Friedrich Schwab und die schweizerische Pfahlbauforschung, Biel, Schüler, 27 p.

Fallet C., 2010, « L’archéologie de Victor Gross éclairée par l’étude de sa correspondance », Intervalles (Revue culturelle du Jura bernois et de Bienne), 86, 2010, p. 17-40.

Gramsch A., 2009, « ’Schweizerart ist Bauernart’ : Mutmaßungen über Schweizer Nationalmythen und ihren Niederschlag in der Urgeschichtsforschung », in : Grunwald S., Katharina Koch J., Mölders D., Sommer U., Wolfram S. Hrsg., Artefact : Festschrift für Sabine Rieckhoff zum 65. Geburtstag, Bonn, Habelt, p. 7-85 (Universitätsforschungen zur Prähistorischen Archäologie, 172).

Gross V., 1883, Les Protohelvètes, ou les premiers colons sur les bords des lacs de Bienne et Neuchâtel, Berlin, Asher, 114 p., 33 pl.

Gross V., 1886, La Tène, un oppidum helvète, Paris, F. Fetscherin & Chuit, VI-62 p., 13 pl.

Grütter H., 1984, « Der Verleider in der bernischen Archäologie : zur Verordnung wider das Wegnehmen und Beschädigen alterthümlicher Fundsachen im Seeland, 1873 », Jahrbuch des Bernischen Historischen Museums, 63/64, 1983/84, p. 157-160.

Haller von Königsfelden F. L., 1811, Helvetien unter den Römern. Erster Theil : Geschichte der Helvetier unter den Römern, Bern, 751 p.

Haller von Königsfelden F. L., 1812, Helvetien unter den Römern. Zweiter Theil : Topographie von Helvetien unter den Römern, Bern, 566 p.

Ischer T., 1928a, Die Pfahlbauten des Bielersees, Biel, Verl. der Heimatkundekommission Seeland, 240 p. (Heimatkundliche Monographien, 4).

Ischer T., 1928b, « Waren die Pfahlbauten der Schweizer Seen Land-oder Wassersiedlungen ? » Anzeiger für schweizerische Altertumskunde, 30, p. 1-9.

Jokilehto J., Cameron C., 2008, The world heritage list. What is OUV ? Defining the outstanding universal value of cultural world heritage properties, ICOMOS, Berlin, Bäßler, 111 p. (Monuments and Sites, XVI).

Keller F., 1854, « Die keltischen Pfahlbauten in den Schweizer Seen », Mittheilungen der Antiquarischen Gesellschaft in Zürich, 9, Heft 3, p. 65-100.

Marti P., 2010, « Les collectionneurs et leurs pratiques d’échanges à l’époque de Victor Gross », Intervalles - Revue culturelle du Jura bernois et de Bienne, 86, p. 77-84.

Müller E., 1851, « Antiquités découvertes dans le Seeland », Actes de la Soc. jurassienne d’Émulation, 40.

Winckelmann J. J., 1764, Geschichte der Kunst des Alterthums, Dresden.

Winiger J., 1989, Bestandesaufnahme der Bielerseestationen als Grundlage demographischer Theoriebildung, Bern, Staatl. Lehrmittelverl, 248 p. (Ufersiedlungen am Bielersee, 1)

Worsaae J. J. A., 1843, Danmarks Oldtid oplyst ved Oldsager og Gravhøie, Kopenhagen, Klein, 123 p. (deutsch : Dänemarks Vorzeit durch Alterthümer und Grabhügel, 1844).

Notes

1 À partir de cet ouvrage, Keller développe en 1854 le concept des « rapports lacustres » dont il publie huit volumes entre 1854 et 1879 dans les Mitteilungen der Antiquarischen Gesellschaft in Zürich. Après son décès, Jakob Heierli perpétue la tradition en publiant un neuvième rapport en 1888. Le volume 10 est publié en 1924 et les volumes 11 et 12 en 1930, tous trois sous la houlette de David Viollier, vice-directeur du Musée national suisse. Ces trois derniers rapports constituent une vue d’ensemble commentée des sites lacustres découverts en Suisse. La création d’une base de données pour la candidature à l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO a permis de dresser un inventaire actuel de toutes les stations lacustres connues, cette fois à l’échelle internationale.

2 Theophil Ischer publie en 1928 une vue d’ensemble de la question dans Die Ffahlbauten des Bielersees.

3 D’après Theophil Ischer, Die Pfahlbauten des Bielersees, 1928, p. 9.

4 D’après Theophil Ischer, Die Pfahlbauten des Bielersees, 1928, p. 13.

5 Correspondance Müller/Keller, lettre 7/12, fév. 1864.

6 Hérodote, Histoires, V. Avec une superficie d’environ 43 km2, anciennement appelé Limni Pranias, il porte aujourd’hui le nom de lac Doïran ou Límni Doïránis. Partagé entre la Grèce et la Macédoine, il se situe à environ 50 km au nord de Thessalonique.

7 Correspondance Schwab/Keller, lettre 26/287, 17/19 déc. 1865.

8 Correspondance Schwab/Keller, lettre 18/184, 15 oct. 1861.

9 Correspondance Schwab/Keller, lettre 13/76, 2 mai 1856.

10 Correspondance Schwab/Keller, lettre 26/256, 2 mai 1865.

11 Correspondance Schwab/Keller, lettre 26/272, 7 juin 1865.

12 Correspondance Schwab/Keller, lettre 18/179, 14 mai 1861.

13 Correspondance Schwab/Keller, lettre 28/230, 26 jan. 1867.

14 L’actuelle Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte.

Notes de fin

1 Palafitte Guide (téléchargement gratuit) : iPhones/Smartphones dans AppleStore ou AndroidMarket.Service archéologique du canton de Berne.

2 Stations lacustres préhistoriques dans le canton de Berne : CH-BE-01 : Bienne - Vigneules - Hafen ; CH-BE-02 : Locraz - Dorfstation ; CH-BE-06 : Sutz-Lattrigen - Rütte ; CH-BE-07 : Douanne - Bahnhof ; CH-BE-08 : Fenis - Strandboden ; Service archéologique du canton de Berne.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Dès 1854, une carte répertoriant plusieurs sites du lac de Bienne est publiée dans le premier rapport lacustre de Ferdinand Keller, Die keltischen Pfahlbauten in den Schweizer Seen, alors que dans le lac de Zurich, seuls les vestiges de la station d’Obermeilen étaient connus. Pour son argumentation, Keller a pu s’appuyer sur des connaissances acquises grâce aux recherches menées localement par des amateurs et des scientifiques au cours de la première moitié du xixe siècle. Antiquarische Gesellschaft in Zürich.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 2. Les objets de l’Âge du Bronze découverts dans les stations lacustres biennoises ont joué un rôle essentiel dans les débats concernant la datation des palafittes. Le premier rapport lacustre de Keller présente, pour la première fois, des trouvailles de cette époque (Nidau-Steinberg ; Mörigen ; Sutz). Antiquarische Gesellschaft in Zürich.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 3. Nidau-Steinberg. Le plan du site, dressé entre 1811 et 1813 par le capitaine Schlatter, constitue la première représentation cartographique d’une station littorale suisse, document important pour l’histoire de la recherche. Ses commentaires sur les pilotis, intégrés au plan, sont également intéressants : « Chaque pieu émerge du sol lacustre d’environ deux pieds et y est enfoncé sur environ quinze pieds. À l’origine, ces éléments ont dû être plantés dans un sol sec. On dénombre au Steinberg plus de 50 000 pieux en chêne ». ville de Nidau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 4. Les débuts de l’archéologie subaquatique en Suisse. « Scène à Morges le 24 août 1854, découverte des pilotis à Morges par A. Morlot le 22 mai 1854. » Le géologue bernois Adolf Morlot (1820-1867) est le premier à plonger sur un site lacustre. Il est assisté, dans le bateau, par le morgeois François-Alphonse Forel (1841-1912, médecin, naturaliste et fondateur de la limnologie) et l’archéologue lausannois Frédéric-Louis Troyon (1815-1866). Musée historique de Berne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Fig. 5. Les pilotis lacustres de Mörigen. Célèbre esquisse de 1877 du peintre Auguste Bachelin (1830-1890). Durant la Première Correction des Eaux du jura (1868-1891), l’abaissement du niveau des trois lacs, dès le milieu de l’année 1870, peut par endroit atteindre deux mètres. Les vestiges lacustres, jusqu’alors immergés et peu atteignables, sont exondés et deviennent facilement accessibles. Tiré de Ischer, 1928, p. 181.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 6. Transport d’une pirogue de l’Âge du Bronze découverte en 1893 à l’île Saint-Pierre dans le lac de Bienne. victor Gross (à gauche, en costume), médecin et archéologue vivant à La Neuveville, est un personnage ambivalent : il doit sa notoriété internationale aussi bien à ses recherches et à ses publications essentielles qu’aux ventes d’objets lacustres qu’il pratique à grande échelle. Musée d’histoire de La Neuveville, Fonds Hirt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 7. Le géologue Edmund von Fellenberg (deuxième depuis la droite) avec l’équipe des fouilles sur le site de Sutz-Lattrigen - Rütte. Musée d’histoire de La Neuveville, Fonds Hirt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 8, 9, 10. En s’appuyant sur les fouilles de Locras-Fluhstation, le professeur de lycée bernois Theophil Ischer, meilleur spécialiste des palafittes du lac de Bienne au début du xxe siècle, entendait soutenir la théorie lacustre, très contestée, émise par Keller en 1854. Ischer et Tschumi développent l’interprétation des villages lacustres établis sur l’eau de façon quasiment obsessionnelle, contribuant ainsi fortement à la « controverse lacustre ». Musée Schwab, Bienne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 11. Douanne - Bahnhof. Les opérations de sauvetage réalisées à Douanne entre 1974 et 1976 sont liées à la construction de l’autoroute N5. Elles constituent une des premières fouilles modernes effectuées en Suisse. La stratigraphie très complexe, riche d’environ vingt-cinq niveaux d’occupation datés entre 3800 et 3200 av. J.-C., ainsi que les premières données dendrochronologiques fournissent des éléments totalement inédits sur la durée et l’évolution du Néolithique suisse. Service archéologique du canton de Berne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 12. Archéologie subaquatique. Un équipement moderne permet aujourd’hui d’effectuer un travail aussi précis sous l’eau que sur un chantier à l’air libre. Depuis 1984, le canton de Berne dispose d’une équipe de plongeurs professionnels pour les fouilles subaquatiques. Service archéologique du canton de Berne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 13. Fouilles de sauvetage subaquatiques à Sutz-Lattrigen. Plus de vingt établissements palafittiques du Néolithique et de l’Âge du Bronze ancien ont été explorés sur la rive sud du lac de Bienne. Les vestiges se situent entre 4300 et 1600 av. j. -C. Service archéologique du canton de Berne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 14. Archéologie subaquatique. Pour effectuer les opérations de sauvetage actuelles à Sutz-Lattrigen - Rütte, l’équipe de plongeurs dispose d’une base sise devant le parc du domaine von Rütte. C’est là que tous les autres sites bernois des lacs de Bienne et de Neuchâtel sont également traités pour leur préservation. Service archéologique du canton de Berne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4626/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 489k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search