Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

Il y a 100 ans : le IVe Congrès préhistorique de France à Chambéry

Annie Dumont et Jean-Michel Treffort

Résumé

Du 24 au 30 août 1908, Chambéry et le département de la Savoie accueillirent le IVe Congrès annuel de la toute jeune Société préhistorique de France, fondée en 1903. À cette occasion, vingt-quatre cartes postales, illustrant les excursions effectuées dans le cadre de cette manifestation, furent éditées. Ces photographies émouvantes nous livrent l’image pittoresque d’une discipline naissante, mais également un panorama assez exhaustif des sites pré-protohistoriques emblématiques de la recherche régionale au début du xxe siècle. Cent ans plus tard, certains d’entre eux, et notamment les stations palafittiques des lacs du Bourget, d’Annecy et d’Aiguebelette, trouvent un écho particulier dans les travaux d’André. Ainsi, l’occasion nous a semblé excellente de reproduire ces documents peu connus, qui témoignent aussi d’un art de vivre précocement associé à notre discipline.

Texte intégral

1Il y a un peu plus d’un siècle, nos grands devanciers, pionniers de l’étude des sociétés anciennes, se réunissaient à Chambéry à l’occasion du IVe Congrès préhistorique de France. À la suite de cet événement, une série de vingt-quatre cartes postales fut éditée, illustrant les principales excursions effectuées sur différents sites régionaux, qui allaient pour certains devenir emblématiques de la recherche pré- et protohistorique dans les Alpes françaises du Nord : stations palafittiques des lacs du Bourget, d’Annecy et d’Aiguebelette, cavités du défilé de La Balme, site de hauteur de Saint-Saturnin à Saint-Alban-Leysse, etc. Peu connus, voire inédits pour certains, ces documents nous livrent l’image d’une discipline naissante : la toute jeune Société préhistorique de France, fondée en 1903 avec treize adhérents, comptait déjà, en 1908, trois cent trente et un membres. Centré sur les Alpes et sur les lacs alpins, le congrès de Chambéry trouve un écho particulier dans l’ouvrage que nous publions aujourd’hui et son évocation permet de mesurer le chemin parcouru au terme d’un peu plus d’un siècle de collecte de données et d’études. Connaissant l’attachement d’André pour cette région et pour les sites visités par les congressistes, l’occasion nous a semblé opportune de reproduire cette belle série de documents.

2Après Périgueux (1905), Vannes (1906) et Autun (1907), c’est donc Chambéry et le département de la Savoie que la Société préhistorique de France choisit pour son quatrième congrès annuel. Celui-ci se déroula du 24 au 30 août 1908, les trois premières journées étant consacrées aux présentations, communications et discussions scientifiques, et les quatre autres réservées aux excursions : visite des villes et des musées d’Aix-les-Bains et d’Annecy, navigation sur le lac du Bourget (où des pêches aux antiquités lacustres furent organisées à bord d’un bateau), excursions aux lacs d’Annecy et d’Aiguebelette. Les quatre questions inscrites à l’ordre du jour avaient un rapport direct avec la région :

  1. les palafittes : leur âge ;

  2. le Paléolithique en Savoie et ses rapports avec l’extension glaciaire ;

  3. le Néolithique des Alpes ;

  4. les blocs à gravures préhistoriques.

3À la lecture du règlement du Congrès, on peut constater que les règles régissant les conditions de prise de parole et le rendu des manuscrits destinés aux actes ont finalement peu évolué… Il est en effet précisé qu’« aucune présentation, communication ou autre ne devra excéder la durée de dix minutes, à moins que l’assemblée, consultée, n’en décide autrement » (art. 14). Par ailleurs, « tout membre titulaire du Congrès, qui aura pris la parole dans une séance, devra, dans les 24 heures, remettre aux Secrétaires des séances un résumé de sa communication » (art. 15). Après le Congrès, « aucun manuscrit, dessin, photographie, cliché, zinc, etc. ne sera admis après le premier novembre ». En revanche, lorsqu’on prend connaissance des consignes concernant les illustrations, l’évolution est notoire : « Il faut, pour exécuter les dessins : 1 ° employer une encre bien noire, sur du papier bien blanc, sans trace de crayon, si ce n’est de crayon bleu ; 2 ° faire des écritures assez grosses et assez grasses pour que les plus petits caractères, réduits 3 ou 4 fois, aient encore au moins un millimètre ».

4À l’époque, il était visiblement plus simple, d’un strict point de vue pécuniaire, d’organiser un colloque : les compagnies de chemin de fer avaient accordé une réduction de 50 % sur le prix des places aux membres qui se rendaient à Chambéry. Par ailleurs, la ville de Chambéry et le Conseil général de la Savoie, ainsi que les sociétés scientifiques locales « ont bien voulu témoigner au Congrès le vif intérêt qu’ils lui portent, en votant des subventions très importantes, ou en préparant à cette session un accueil particulièrement sympathique ». Le comité local était placé sous la présidence d’honneur de M. F. Descostes, Président de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie, et le trésorier était M. L. Révil, pharmacien à Chambéry. Les cotisations étaient de douze francs pour les membres titulaires et de six francs pour les membres adhérents.

5Dans la circulaire III, le Dr Chervin, président du IVe congrès, chargé de présenter une conférence publique sur les palafittes, annonce qu’il « serait très reconnaissant aux personnes qui voudraient bien lui communiquer tous documents relatifs aux palafittes, et particulièrement ceux de nature à être présentés au public sous la forme de projections lumineuses (vues des lacs, dessins ou photographies des objets trouvés, et de l’outillage employé pour les fouilles : pinces, dragues, etc.) ».

6Il n’est pas question de reproduire ici le sommaire complet des actes du IVe congrès, dont les lecteurs pourront facilement prendre connaissance par ailleurs. Il faut cependant rappeler quelques communications d’importance, comme celles ayant trait aux pierres à cupules et roches gravées, présentées par L. Schaudel, ou E. Vuarnet, ou bien encore celles portant sur les palafittes du lac d’Annecy par M. Le Roux, du lac d’Aiguebelette, par L. Schaudel, et sur « un cimetière de palafitteurs du bel âge du Bronze » à Morges, en Suisse, par F.-A. Forel. On s’attardera davantage sur les excursions, qui certes présentent un côté anecdotique, mais dont il nous reste ces émouvantes cartes postales où apparaissent, en grande tenue, nos ancêtres les archéologues d’il y a un siècle ! Chacune d’entre elles a fait l’objet d’un récit publié dans les actes du Congrès, avec la liste des excursionnistes, le tout accompagné d’une carte de localisation des différentes étapes et lieux visités.

7La première excursion a lieu le 27 août 1908, au lac d’Aiguebelette et aux gorges de Saint-Saturnin. Le prix total de l’excursion est de 9 francs et 50 centimes, et comprend le prix du trajet en chemin de fer aller-retour entre Chambéry et Aiguebelette, le déjeuner à Aiguebelette, les voitures pour les gorges de Saint-Saturnin et les pourboires. Le déjeuner se déroule à l’Hôtel Jullian, sous les arbres de la terrasse, avec vue sur le lac et le port.

8Le lendemain, la seconde excursion conduit les congressistes à Aix-les-Bains et sur le lac du Bourget (fig. 1). Ils embarquent sur un bateau à vapeur, pour un circuit des stations palafittiques qui les conduit sur différents sites dont certains, comme la baie de Grésine, sont déjà célèbres. Une visite des bateaux-pêcheurs d’antiquités lacustres est effectuée au Saut de la Pucelle et à Châtillon. Le déjeuner est pris à l’hôtel des Belles Rives et la journée se poursuit par une excursion au Revard, pour s’achever par la visite du Musée Lepic à Aix-les-

Fig. 1. Carte de l’excursion sur le lac du Bourget publiée dans les actes du Congrès de Chambéry de 1908.

Fig. 2. Carte de l’excursion sur le lac d’Annecy publiée dans les actes du Congrès de Chambéry de 1908.

9Bains. Le prix de l’excursion, nettement plus élevé, inclut le chemin de fer de Chambéry à Aix et retour, le tramway du port, la promenade en bateau, le prix des pêches préhistoriques, le déjeuner, l’ascension du Revard, le dîner à Aix et les pourboires. Elle connaît manifestement un certain succès puisque 111 personnes y prennent part, parmi lesquelles on compte notamment le baron Albert Blanc, Charles Peabody, venu de Boston (USA), Édouard Tabariès de Grandsaignes, Louis Schaudel, François-Alphonse Forel, Adrien de Mortillet ou Théophile Costa de Beauregard. À Grésine, il est précisé que « le député Th. Reinach avait rejoint les congressistes de son côté, en barque ». Cependant, les fouilles qui étaient prévues à cet endroit n’ont pas lieu, « les pêcheurs étaient absents » : « Une fouille avait été organisée avec le concours des employés des Ponts et Chaussées ; mais les cygnes s’étant envolés, ordre fut donné aux employés de partir à leur poursuite ; et les congressistes furent privés ainsi d’une fouille qui promettait d’être très intéressante ! ». D’autres pêches ont cependant bien été réalisées à cette occasion, et l’extrait qui suit permettra de goûter l’ambiance de la journée, tout en illustrant une conception alors bien différente de la nôtre en ce qui concerne le statut des vestiges archéologiques :

« Un vapeur, spécialement affrété, était sous pression pour effectuer la visite complète du lac du Bourget. M. Le baron A. Blanc avait convoqué des pêcheurs pour opérer des dragages sous les yeux des congressistes. Au Saut-de-la-Pucelle, sur l’emplacement d’une station lacustre, la drague ramène à la surface de l’eau de nombreux échantillons de poteries, qui seront distribués aux congressistes pendant le déjeuner. Puis le vapeur se dirige vers Haute-Combe, où l’on visite l’église, renfermant les tombeaux des princes de la Maison de Savoie, et le palais attenant à l’abbaye. Puis, en longeant le bord du lac, on passe à Conjux, à Châtillon et enfin à la baie de Grésine, où d’importantes stations lacustres ont été explorées depuis de nombreuses années. La passerelle du vapeur sert de tribune à notre maître, Adrien de Mortillet, et à M. J. Révil, pour leurs explications scientifiques ; et les congressistes goûtent fort ces cours de préhistoire et de géologie sur place, avec le beau décor des rives, et, au premier plan, l’eau pure du lac, d’un bleu si intense. Au retour, une immense table, dressée dans les jardins de l’hôtel des Belles Rives, au port même, est prise d’assaut. La municipalité d’Aix-les-Bains était représentée par M. le Dr Blanc, conseiller municipal, très expert en matière de cérémonies d’apparat, qui a prononcé d’aimables paroles de bienvenue. À 2 heures, après la distribution des objets pêchés le matin même dans le lac, les congressistes se dirigent à travers la ville, vers la station du funiculaire qui doit les conduire au sommet du Revard. L’ascension est charmante et le panorama de toute la région est absolument merveilleux. Après un court arrêt au sommet, on effectue la descente. Celle-ci est égayée par un déraillement à 2 km de l’arrivée ; ce petit accident de machine oblige les congressistes à faire une partie de la route à pied pour éviter le transbordement […] À la taverne Petrus, un excellent dîner attendait les membres du Congrès qui terminèrent la soirée au Casino et à la Villa des Fleurs, où des places leur avaient été réservées par la direction de ces beaux et luxueux établissements ».

  • 1 Offert par l’Empereur Napoléon III pour célébrer le rattachement de la Savoie à la France, le batea (...)

10La troisième journée d’excursion se déroule autour du lac d’Annecy, le 29 août 1908 (fig. 2). Sa relation débute ainsi : « Malgré la fatigue de la journée précédente, malgré les effets causés à certains estomacs par les eaux minérales d’Aix-les-Bains bues à profusion au dîner de la veille, grâce à l’amabilité de la Cie propriétaire, tous les congressistes se retrouvaient, le samedi matin, 29 août, à 7 heures, à la gare de Chambéry, pour arriver une heure après, dans la coquette et intéressante ville d’Annecy ». La journée débute par la visite du Musée, commentée par le fils de Gabriel de Mortillet, conservateur de 1854 à 1857. Tout le monde embarque ensuite sur le bateau à vapeur Couronne de Savoie1, entièrement pavoisé, afin de visiter les stations lacustres de Port, près de l’île des Cygnes, de Vieugy, du Roselet, et de Châtillon. L’accueil d’Annecy pour les préhistoriens est visiblement grandiose puisqu’à l’issue de la promenade sur le lac, lors de l’accostage à la jetée de Menthon, « une salve de 21 coups de canon est tirée en l’honneur des congressistes ». Cet accueil a tant marqué les participants que même le menu du banquet de midi, présidé par Tabariès de Grandsaignes, est détaillé dans le compte rendu : « Hors d’œuvres variés, friture du lac, Rosbeef Richelieu, Haricots verts sautés, Poulets de Bresse rôtis, salade, tarte aux fruits, desserts. Champagne Paul Hunstedt, Épernay » !

11La quatrième et dernière journée a pour destination le département de l’Ain, avec un petit crochet par le site romain d’Aoste, en Isère. Les 84 personnes qui y participent excursionnent sous la pluie de 6 heures du matin à 6 heures du soir, ce qui les oblige à renoncer à une partie du programme. La visite de la grotte de la Bonne Femme, au pied du Mont Cordon, est ainsi annulée, alors que celle du Défilé de Pierre-Châtel, avec la grotte du Seuil des Chèvres, est maintenue. La carte postale montre en effet les congressistes revêtus d’imperméables et portant des parapluies. « À midi 30, les voitures nous déposent à Yenne, devant l’hôtel Labaye, où un succulent déjeuner nous attendait. Pendant le repas, la Fanfare municipale joue les plus beaux morceaux de son répertoire, et nous entendons avec plaisir le célèbre air des Allobroges, puis la Marseillaise ». Les excursions du IVe congrès sont clôturées à l’issue de ce dernier banquet.

12En 1908, aucune femme n’est encore membre titulaire de la Société préhistorique de France, et dans un courrier du 15 janvier 1908, il est précisé que ne sont admis comme membres adhérents que les personnes faisant partie de la famille des membres titulaires. C’est la raison pour laquelle des femmes sont néanmoins visibles sur les cartes postales car elles pouvaient assister aux réceptions, réunions et excursions. Le Patriote Républicain relate par ailleurs l’anecdote suivante : « C’est par la pluie battante que les congressistes, au départ d’Aoste, sont montés dans les voitures, qui les ont menés à la Balme et à Yenne. Le bureau fut courtois et héroïque ! Les voitures avaient été envahies et six dames n’avaient pu y trouver place. Les membres du bureau leur ont offert les places d’intérieur de leur break ; et ils se sont installés sur l’impériale, où ils ont reçu une formidable averse. Citons ces braves : MM. Marcel Baudouin, Giraux, L. Schaudel, baron Albert Blanc, E. Taté, Ch. Schleicher. – Honneur à eux ! ».

13Le Congrès de 1908 a déjà une portée internationale puisqu’il rassemble des personnalités venant de différents pays : « Nous avons été heureux de coudoyer des hommes qui sont l’honneur de la Science, dont quelques-uns, comme M. Waldemar Schmidt, du Danemark ; M. Peabody, des États-Unis ; M. Forel, de Suisse (nous ne parlons pas des nôtres), exercent une universelle autorité. Nous saluons ces hommes, non tant pour leur Science que pour l’hommage que tous ont rendu à la France, dans des termes qui nous ont profondément touchés ! ».

14Dans son discours de clôture, M. Taté fait la remarque suivante : « Nos discussions (car on n’est pas toujours d’accord dans nos Congrès, scientifiquement, s’entend), nos discussions, dis-je, qui pourraient servir de modèle aux Congrès de la Paix, ont apporté la lumière sur une quantité de points obscurs, et jeté un éclat, qui n’a rien d’emprunté, sur la question des palafittes et des pierres à cupules. Si chaque membre a apporté sa pierre à la construction du quatrième volume, aucun ne l’a jetée ; la plus franche cordialité (sans la raideur protocolaire académique) n’a cessé de régner parmi nous ; des amitiés désintéressées, entre des membres divisés socialement, ethniquement et géographiquement, se sont liées, que ne dénoueront pas les actions de la politique. Heureusement, celle-ci est bannie de nos discussions ». Ce discours pacifique ne sera malheureusement plus d’actualité lorsqu’à peine six ans plus tard, en juillet 1914, débutera la Première Guerre mondiale. Lors de la séance du 22 octobre 1914, le président annoncera le décès de Joseph Déchelette, tué à la tête de son bataillon, puis la décision prise par le conseil (à l’unanimité moins une voix) de rayer de la Société préhistorique les membres de nationalité allemande et austro-hongroise.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Congrès préhistorique de France : compte rendu de la quatrième session, Chambéry, 1908, Paris, Schleicher Frères éd., 1909.

Annexes

Les cartes postales

La série de cartes postales relatives au IVe Congrès préhistorique comprend, au lieu d’une douzaine de vues, comme pour le Congrès d’Autun, un ensemble de deux douzaines de photographies relatives à la session de Chambéry. Dans leur présentation, il est précisé que « Les clichés, dus aux meilleurs objectifs de nos réunions annuelles, rappelleront, comme l’an dernier, les incidents principaux des Excursions, qui en constituent la partie intime ». Note : une carte manque dans la série issue d’une collection particulière, représentant le château des Ducs de Savoie.

1
Chambéry (Savoie). Siège du Congrès ( cliché Schleicher).

2
Groupe du Congrès.

3
Butte de Montjay (Savoie). Alluvions quaternaires (cliché Fouju).

4
Lac d’Aiguebelette (Savoie). Pierre levée de Lépin (cliché Fouju).

5
Lac d’Aiguebelette (Savoie). Halte (cliché Deyaie).

6
Lac d’Aiguebelette (Savoie). Cabane de Lépin (cliché Fouju).

7
Lac d’Aiguebelette (Savoie). Déjeuner chez jullian (n° 1 – cliché Müller).

8
Lac d’Aiguebelette (Savoie). Déjeuner chez jullian (no 2 – cliché Müller).

9
Station néolithique de Saint-Saturnin (Savoie – cliché Deydier).

10
Lac du Bourget (Savoie). Sur le bateau (cliché Schleicher).

11
Lac du Bourget (Savoie). Pêche lacustre (cliché Fouju).

12
Aix-les-Bains. Déjeuner aux Belles Rives (cliché Müller).

13
Lac du Bourget (Savoie). Conférence dans la baie de Grésine (cliché Schleicher).

14
Arrivée des congressistes au Revard (Savoie – cliché Thiot).

15
vue prise du Revard (Savoie – cliché Hutteau).

16
Lac d’Annecy (Haute-Savoie). Île des Cygnes (cliché Thiot).

17
Lac d’Annecy – Menthon (Haute-Savoie – cliché Deydier).

18
Pierre-Châtel (Ain). Pont sur le Rhône (cliché Deydier).

19
Pierre-Châtel (Ain – cliché Schleicher).

20
La Balme (Savoie). Entrée de la grotte (cliché Schleicher).

21
Déilé de Pierre-Châtel et Grotte du Saut des Chèvres (cliché Müller).

22
La Balme (Savoie). Grand abri (cliché Müller).

23
La Balme (Savoie). Grotte et abri (cliché Fouju).

Notes

1 Offert par l’Empereur Napoléon III pour célébrer le rattachement de la Savoie à la France, le bateau Couronne de Savoie fut construit par les ateliers Armand à Bordeaux. Le lancement eut lieu à l’occasion de la fête de l’Empereur le 15 août 1861 à 10 h 30, de la place aux Bois. Source : http://annecy.vapeurs.free.fr/

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de l’excursion sur le lac du Bourget publiée dans les actes du Congrès de Chambéry de 1908.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 2. Carte de l’excursion sur le lac d’Annecy publiée dans les actes du Congrès de Chambéry de 1908.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 1Chambéry (Savoie). Siège du Congrès ( cliché Schleicher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende 2Groupe du Congrès.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende 3Butte de Montjay (Savoie). Alluvions quaternaires (cliché Fouju).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende 4Lac d’Aiguebelette (Savoie). Pierre levée de Lépin (cliché Fouju).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 5Lac d’Aiguebelette (Savoie). Halte (cliché Deyaie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende 6Lac d’Aiguebelette (Savoie). Cabane de Lépin (cliché Fouju).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende 7Lac d’Aiguebelette (Savoie). Déjeuner chez jullian (n° 1 – cliché Müller).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende 8Lac d’Aiguebelette (Savoie). Déjeuner chez jullian (no 2 – cliché Müller).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende 9Station néolithique de Saint-Saturnin (Savoie – cliché Deydier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende 10Lac du Bourget (Savoie). Sur le bateau (cliché Schleicher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende 11Lac du Bourget (Savoie). Pêche lacustre (cliché Fouju).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende 12Aix-les-Bains. Déjeuner aux Belles Rives (cliché Müller).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende 13Lac du Bourget (Savoie). Conférence dans la baie de Grésine (cliché Schleicher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende 14Arrivée des congressistes au Revard (Savoie – cliché Thiot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende 15vue prise du Revard (Savoie – cliché Hutteau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 16Lac d’Annecy (Haute-Savoie). Île des Cygnes (cliché Thiot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende 17Lac d’Annecy – Menthon (Haute-Savoie – cliché Deydier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende 18Pierre-Châtel (Ain). Pont sur le Rhône (cliché Deydier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende 19Pierre-Châtel (Ain – cliché Schleicher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende 20La Balme (Savoie). Entrée de la grotte (cliché Schleicher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende 21Déilé de Pierre-Châtel et Grotte du Saut des Chèvres (cliché Müller).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende 22La Balme (Savoie). Grand abri (cliché Müller).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende 23La Balme (Savoie). Grotte et abri (cliché Fouju).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4566/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 391k

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search