Version classiqueVersion mobile

L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières

 | 
Pierre-Jérôme Rey
, 
Annie Dumont

En guise d’hommage à André Marguet (et aux lacs alpins)

Élise Faure-Boucharlat et Colette Laroche

Texte intégral

1Lorsque nous avons été sollicitées pour contribuer au volume de mélanges en l’honneur d’André Marguet, nous nous sommes tout d’abord sincèrement réjouies. Puis, nous nous sommes inquiétées en raison de notre manque de compétence dans le domaine de recherche concerné par cet Texte ouvrage. Notre témoignage n’est donc pas celui de collègues spécialistes, mais de collègues polyvalentes qui ont eu à collaborer avec André Marguet dans diverses circonstances, au fil des années, généralement autour des questions de reconnaissance, de conservation et de protection du patrimoine archéologique lacustre de la région Rhône-Alpes. Nous avons souhaité nous écarter de la forme un peu convenue du papier retraçant de manière linéaire les étapes de cette collaboration : nous avons préféré la formule plus « impressionniste » de l’abécédaire où notations, impressions, anecdotes et autres élucubrations illustrent le parcours d’André et sont autant de pages de notre carnet de souvenirs des moments passés avec lui.

A comme André et comme archéologue

2André Marguet, né en 1948 à Neuchâtel en Suisse, préhistorien et spécialiste d’archéologie subaquatique. Ces quelques mots nous amènent tout naturellement à l’origine de cet ouvrage d’hommages qui nous réunit ici : une année de naissance, 1948, qui annonce l’inexorable terme d’une carrière professionnelle ; et un lieu de naissance, Neuchâtel, qui sonne comme une prédestination à l’archéologie des lacs alpins. Sans nul doute, la vocation de notre collègue franco-suisse et la tournure subaquatique qu’elle a prise trouvent leur source dans les annales de la recherche archéologique du canton : intérêt des érudits suisses, et neuchâtelois en particulier, pour l’archéologie des « villages lacustres » à partir du milieu du xixe siècle, retentissement des fouilles de La Tène dans la deuxième décennie du xxe siècle, exemplarité des opérations archéologiques de l’autoroute A5 à la fin du xxe siècle, création du magnifique Laténium, parc et musée d’archéologie, au début du xxie siècle.

B comme beine lacustre

3Seuls les connaisseurs des lacs utilisent ce mot inconnu du dictionnaire officiel. La beine lacustre sera l’objet de toutes les attentions d’André Marguet car ce sédiment fragile et instable qui constitue la berge faiblement immergée sur laquelle les sites palafittiques sont conservés, subit de nombreux impacts : implantation de pontons, revitalisation de roselières, lutte contre la dermatite du canard, accumulation d’embâcles...

C comme CNRAS

4Après cinq années passées au bureau de la recherche et de la programmation dans l’administration centrale (Service des fouilles et antiquités), André Marguet est affecté en 1980 au Centre national de recherches archéologiques subaquatiques (CNRAS), nouvellement créé par le Ministère de la Culture et installé à Annecy (Haute-Savoie) pour assurer le développement de l’archéologie française dans le domaine immergé. C’est donc là qu’il effectuera l’essentiel de sa carrière, jusqu’en 2009, qui voit le regroupement géographique des deux entités (eaux intérieures et maritimes) du Département de recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) à Marseille. À Annecy, l’archéologue-plongeur sera à pied d’œuvre, pour ainsi dire, des grands lacs alpins français où se concentreront ses activités.

D comme datation

5Les moyens de datation par la dendrochronologie et le radiocarbone ont comblé André Marguet dans sa quête de précision et son goût du détail. Ainsi, lors de prospections dans le lac Léman, André a mené une intense campagne de datations grâce au prélèvement de 201 échantillons de pilotis qui ont abouti à 188 datations dendro-chronologiques. Le calage de séquences dendro-chronologiques non datées jusque-là a pu se faire par le radiocarbone. La précision de ces dates permet de proposer un schéma général des installations riveraines du lac Léman. André note dans un bilan « l’absence de gisement du Néolithique moyen, la présence inhabituelle des sites du Néolithique récent très près du rivage actuel, la forte densité des occupations de la fin de l’Âge du Bronze, notamment dans le petit Lac, et pour les époques plus récentes, la mise en évidence des vestiges liés à une probable navigation d’époque romaine à Nernier et Anthy-sur-Léman ».

E comme eau, mais aussi érosion

6Bien que peu appréciée des archéologues en général, l’eau est bien l’élément naturel de l’archéologue-plongeur. Sans nier un goût certain pour la performance physique de la plongée, notre archéologue s’y astreint parce qu’il recherche dans ce milieu aquatique ce qu’il ne pourrait trouver au sec : un matériel organique diversifié qui permet de reconstituer une image assez précise des modes de vie des sociétés préhistoriques et de comprendre leur développement par rapport à leur environnement. Mais la quête d’informations est aussi une course contre l’érosion due aux phénomènes naturels et humains combinés qui démantèlent les sédiments, détruisent les artefacts et font disparaître des pans entiers du patrimoine archéologique lacustre. Convaincu qu’étudier, c’est aussi protéger, André Marguet a collaboré de façon très active avec le Service régional de l’archéologie de Rhône-Alpes pour réduire les effets des menaces qui pèsent sur les sites littoraux.

F comme four de Sévrier

7Le fameux four de potier de Sévrier provient d’une île sous-lacustre habitée au cours de l’Âge du Bronze final. C’est le site du lac d’Annecy le plus convoité, exploré dès 1856. Depuis la découverte du four en 1967 et son transfert au musée d’Annecy en 1974, ce site fait l’objet de toutes les attentions, du prélèvement de pilotis pour datation au relevé bathymétrique. Il faut dire qu’un four de potier de l’Âge du Bronze en parfait état de conservation, c’est plutôt rare ! C’est pourquoi l’objet est soumis à toutes sortes de tests : des copies en sont faites pour expérimenter ses performances pour la cuisson de poteries telles que celles de l’Âge du Bronze. Il est même le sujet d’une thèse en cours.

G comme gisement

8Emprunté au domaine de la géologie, le terme gisement est sans doute plus familier des archéologues préhistoriens que des historiens. Reconnaissons qu’il est de moins en moins employé au profit du terme site. Et pourtant, il fait image et semble particulièrement bien adapté aux vestiges qui gisent sous l’eau. Il est plus courant aujourd’hui de parler des conditions de gisement des vestiges. En tout cas, c’est bien l’expression « terrains qui renferment des stations et gisements préhistoriques » qui est utilisée dans une des plus anciennes lois françaises de protection du patrimoine, la loi de 1913 sur les monuments historiques (art. L. 621-1-a du code du patrimoine). C’est donc en s’appuyant sur cette notion de protection du patrimoine invisible, en l’occurrence immergé, que la Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes, dans le contexte du dossier de candidature au Patrimoine mondial des « sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes », a amplifié les procédures de protection au titre des monuments historiques. André Marguet en a été rapporteur lors de deux séances de la commission régionale du patrimoine et des sites à l’automne 2010 et lors de la commission nationale des monuments historiques au printemps 2011. Aujourd’hui, une sélection d’une dizaine de gisements palafittiques des lacs savoyards et haut-savoyards est classée monument historique.

H comme Homme

9Avec André Marguet, nul risque d’oublier que les sites livrés aux archéologues sont œuvre de l’Homme et œuvre conjuguée de l’Homme et de la nature. À l’écouter parler de ces villages du Néolithique et de l’Âge du Bronze à des néophytes, les hommes qui les ont construits et habités semblent lui être devenus familiers. Il évoque la vie quotidienne de ces villageois, leur maîtrise technique, leurs échanges, leurs croyances, sans tomber dans la facilité médiatique. Ce contact simple, mais toujours sur des bases scientifiques, avec l’auditoire est fort apprécié, notamment des collectivités locales et des agents des autres administrations avec lesquelles il a dû compter pour mener à bien ses recherches subaquatiques et mettre en place de nombreuses mesures de protection.

I comme inventaire et immergé

10Parmi les centaines d’interventions réalisées par les archéologues du CNRAS-DRASSM, on soulignera plus particulièrement l’apport des programmes de prospections-inventaire conduits de 1992 à 2001 dans le cadre de l’élaboration de la carte archéologique des sites lacustres rhônalpins. Ce recensement, accompagné de campagnes de carottage et de reconnaissance stratigraphique ainsi que de séries d’analyses dendrochronologiques, a permis de cartographier et de dater à ce jour près de 150 sites immergés d’importance diverse dans les lacs de Savoie (Aiguebelette, Bourget) et de Haute-Savoie (Annecy, Léman). Un état des connaissances pour le Néolithique et l’Âge du Bronze a été publié en 2004 par André Marguet et Yves Billaud, à la suite de la conférence internationale de Zurich.

J comme juridique

11André Marguet a mis beaucoup d’énergie à renforcer les outils de protection des gisements immergés des lacs savoyards et à en assurer le suivi. Des réunions assidues avec les syndicats des lacs, les agents en charge de l’Environnement ou de la Police de l’eau ont abouti à une application stricte des lois et à la mise en place de réglementations adaptées : interdiction de plongée et d’ancrage à l’aplomb des gisements archéologiques immergés, inscriptions et classements monuments historiques, zones archéologiques et, in fine, inscription au Patrimoine mondial.

K comme Keller

12Fondateur de la Société des antiquaires de Zurich, considéré chez nos voisins suisses comme le père de la Préhistoire, Ferdinand Keller (1800-1881) a été le premier à établir une théorie interprétative des « cités lacustres » à partir des nombreuses découvertes faites au cours de l’hiver particulièrement froid et sec 1853-1854 sur les rives de la plupart des lacs, dont celui de Zurich. Son « rapport lacustre », publié la même année, fait de nombreux émules. Sans connaître la résonance identitaire qu’elle a véhiculée en Suisse, la « fièvre lacustre » touche rapidement la France ; les antiquaires se livrent aux premières explorations dès 1854 au Léman, puis au Bourget et Annecy. La Société savoisienne d’histoire et d’archéologie de Chambéry, l’Académie Florimontane d’Annecy, les congrès préhistoriques de France tenus à Chambéry stimulent les ramassages de mobilier, puis les premières observations d’archéologues pionniers (L. Rabut, L. Revon, M. Le Roux, C. Marteaux, E. Serand, L. Schaudel, H. Müller…). Dans les années 1860, sortent les premiers inventaires régionaux « d’habitations lacustres », repris et complétés sans cesse avec des méthodes de plus en plus sophistiquées à partir de 1950 par leurs dignes héritiers (R. Laurent, R. Castel, A. Bocquet…) et, jusqu’à nos jours, sous l’égide des archéologues du DRASSM.

L comme lac

13En cette belle journée ensoleillée d’octobre 2010, Margaret Gowen, archéologue irlandaise chargée par l’ICOMOS de l’expertise de la candidature des lacs alpins auprès de l’UNESCO, semble littéralement tombée sous le charme des paysages lacustres de Savoie et Haute-Savoie. Comment ne pas évoquer, à ce souvenir, les vers à jamais célèbres du plus romantique de nos poètes :

[...]
« Ô lac ! Rochers muets ! Grottes ! Forêt obscure !
Vous, que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !

Qu’il soit dans ton repos, qu’il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux.

Qu’il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l’astre au front d’argent qui blanchit ta surface
De ses molles clartés.

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu’on entend, l’on voit ou l’on respire,
Tout dise : Ils ont aimé.

14Alphonse de Lamartine, Le Lac, poème extrait des Méditations poétiques (1820)

M comme marais

15Si les sites archéologiques des lacs savoyards se trouvent aujourd’hui engloutis sous 2 à 5 m d’eau, dans d’autres contextes, comme dans le Jura, les vestiges des établissements préhistoriques occupent des zones de marais et prairies humides à la périphérie des plans d’eau. Qu’elles soient lacustres ou palustres, les préoccupations liées à la conservation de ces vestiges embrassent un large environnement car la dégradation des franges littorales apporte de fortes perturbations au régime des lacs et, partant, à l’état des vestiges. Nul autre contexte que ces zones humides, complexes écologiques et paysagers de grand intérêt, ne montre à quel point la conservation du patrimoine naturel et celle du patrimoine culturel sont liées. Dans cet esprit, André Marguet a su dialoguer avec les organismes en charge de la gestion et de la conservation des lacs et espaces littoraux et les services du ministère en charge de l’Environnement. Tant et si bien que la bonne prise en compte des sites palafittiques dans les périmètres de protection des espaces naturels a été considérée par l’ICOMOS comme un atout de la partie française du dossier de candidature au Patrimoine mondial.

N comme Néolithique

16Dans certains documents, André Marguet s’étonne que sur les rives françaises du lac Léman « aucun indice archéologique d’installation littorale n’est connu pour le Néolithique ancien alors que le schéma des fluctuations du niveau du lac montre des phases régressives favorables », d’autant que cette période est attestée sur le lac d’Annecy. Heureusement, pourrait-on dire, l’occupation littorale s’intensifie au Néolithique moyen à Chens-sur-Léman et Thonon-les-Bains et se maintient au cours des phases suivantes du Néolithique. Et puis, sur les terrasses lémaniques, il y a eu de belles découvertes comme la nécropole de tombes de type Chamblandes à Thonon-les-Bains (Genevray).

O comme observer, observateur

17Observer les faits pour remonter le temps est la manifestation la plus évidente du travail des archéologues. Le défi est d’autant plus important à relever que les sources autres que matérielles font totalement défaut pour les sociétés antérieures à l’écriture. La panoplie des méthodes d’observation mises en œuvre par les spécialistes des occupations littorales préhistoriques a permis, au cours des dernières décennies, un accroissement considérable des connaissances qui va de pair avec l’adoption de démarches pluridisciplinaires où convergent sciences humaines et sciences de la nature. C’est en observateurs scrupuleux des phases et des rythmes des occupations humaines des lacs subalpins, et pour en saisir les interactions avec le milieu naturel, que les chercheurs du DRASSM se sont impliqués dans de nombreux programmes de recherche sur le paléo-environnement holocène des Alpes du Nord ; c’est un plaisir d’en énumérer les acronymes évocateurs : Climasilac, Eclipse, Aphrodyte, JurAlp, Pygmalion…

P comme ponton et puce du canard

18Il y a quelques années, le préfet de Haute-Savoie décida de faire supprimer tous les pontons anciens construits sans autorisation sur les rives du lac d’Annecy, autant dire la majorité. Aussi, pendant quelques années, André Marguet a été consulté par le Service régional de l’archéologie pour connaître l’impact de la destruction puis de la reconstruction de ces dizaines de pontons, car la direction départementale de l’équipement n’oubliait jamais de transmettre les autorisations de travaux nécessaires. Le service administratif s’arrachait les cheveux pour faire entrer ces documents si singuliers dans les cases de la base de données. Ne jamais oublier la case « autre » dans la construction d’une base de données ! Il en va de même quand, chaque année, au mois de mars, le Syndicat du lac d’Annecy transmet sa demande d’autorisation de lutte contre la dermatite cercarienne, qui consiste à herser les hauts fonds du lac où la puce du canard rivalise avec les sites palafittiques.

Q comme questionnement et remise en question

19Quel que soit le domaine concerné, la préparation d’une candidature au Patrimoine mondial est un redoutable exercice de remise en question pour les spécialistes. Les archéologues, comme André Marguet, qui ont contribué à l’élaboration du dossier « Sites Préhistoriques palafittiques autour des Alpes » peuvent en témoigner. En effet, chacun a dû considérer « d’un autre œil » l’objet de ses recherches et le soumettre aux questionnements du groupe de travail international. La sélection de 111 biens sur près d’un millier de sites archéologiques répartis sur quatre millénaires et dans six pays différents passe évidemment par un dispositif de tri très rigoureux en fonction des critères établis par le Comité du patrimoine mondial. C’est par le croisement des arguments en faveur de la valeur universelle exceptionnelle des sites pris dans leur ensemble (témoignages irremplaçables et indispensables des modes de vie, des échanges culturels et économiques des premières sociétés agraires d’Europe entre le Ve et le Ier millénaire) et des preuves d’authenticité et d’intégrité de chacun d’entre eux que s’est progressivement opérée la sélection. On comprendra que la démonstration est parfois délicate pour des sites immergés ou en milieu humide dont l’authenticité doit être reconnue par des méthodes d’investigation qui peuvent atteindre à leur intégrité. In fine, les biens retenus devaient offrir un niveau de connaissance suffisant tout en préservant un potentiel scientifique important ; ils devaient également présenter un état de conservation satisfaisant et faire l’objet de mesures de protection aussi développées que possible.

R comme roselières

20Pour les roselières, c’est un peu comme pour la puce du canard : au début, les agents chargés de l’environnement très protégé des lacs pensaient bien faire en menant des projets de revitalisation des roselières. André Marguet a passé de nombreuses heures à expliquer qu’en revitalisant les roselières sans précautions, ils détruiraient des vestiges archéologiques d’une grande importance. Alors, petit à petit, s’est instauré un modus vivendi entre protecteurs de la nature et protecteurs des vestiges. Aujourd’hui, les mesures de protection sont pensées en commun, comme ce sera prochainement le cas sur le site de Tougues à Chens-sur-Léman.

S comme sédiments et stratigraphie

21La notion de sédiment est au cœur du métier d’archéologue. C’est probablement encore plus sensible dans le cadre des recherches subaquatiques en raison du potentiel d’informations conservées dans les sédiments immergés, qu’ils soient d’origine humaine ou naturelle. La préservation de séquences sédimentaires en place, évaluée par carottage ou stratigraphie, est un critère fondamental pour estimer l’état de conservation des sites, au même titre que la présence de mobilier, d’éléments d’architecture ou autres aménagements. Ces indicateurs des potentialités archéologiques des sites ont été particulièrement mis en avant lors de la sélection des 111 ensembles palafittiques composant le dossier de candidature à l’Unesco des pays de l’Arc alpin.

T comme Tougues

22Tougues à Chens-sur-Léman, fouille ou classement ? Un feuilleton lémanique sur plus de 10 ans avec André comme héros, sur fond de conseil municipal déchiré.

23• Janvier 1985 : André Marguet apprend par la presse que la construction d’un port est prévue à Tougues, à l’emplacement du gisement immergé de l’Âge du Bronze connu depuis le xixe siècle.

24• Janvier à octobre 1986, mars à avril 1987 : André est chargé de l’évaluation archéologique. Les vestiges couvrent 10000 m2 sur l’emprise du port ; trois phases d’occupation séparées par des phases d’abandon se succèdent. C’est le site du Bronze final le mieux conservé de l’Arc alpin ; il est évident qu’il présente un potentiel scientifique considérable.

25• 1987 : les services de l’État (Ministère de la Culture) réfléchissent au montage d’une opération d’archéologie de sauvetage. Un chiffre est avancé : 17 MF ; mais le choix méthodologique n’est pas encore établi : subaquatique par plongeurs, en caissons de palplanches, en polder ?

26• 7 mars 1988 : la réunion de la commission scientifique internationale constituée pour réfléchir aux destinées du site rassemble des spécialistes français, dont André Marguet évidemment, suisses, allemands, italiens. Suite à de nombreux échanges, il est convenu que le budget prévisionnel est insuffisant pour la fouille d’un tel site et que, dans ces conditions, il est préférable de le conserver en l’état.

27• 11 avril 1989 : le nouveau conseil municipal renonce au projet de port à Tougues. La sous-direction de l’archéologie demande la procédure de classement monument historique.

28• 30 mars 1990 : le préfet de Haute-Savoie s’oppose au classement, estimant que « les besoins en places de port sur le lac Léman sont considérables et les sites susceptibles d’être aménagés très limités. Celui de Tougues a été reconnu comme particulièrement favorable... ».

29• La commission régionale du patrimoine historique, archéologique et ethnographique du 28 septembre 1990 ne donnera pas d’avis sur le classement de Tougues, le dossier ayant été retiré sur ordre du sous-directeur de l’archéologie sur pression de la préfecture.

30• 20 décembre 1990 : lors d’une réunion en préfecture de Haute-Savoie, un représentant de la sous-direction de l’archéologie déclare accepter la fouille si tous les accords sont conclus et que le promoteur finance effectivement l’opération archéologique à hauteur de 25 MF ; dans le cas contraire, le Ministère de la Culture prononcera le classement.

31• 1991 : le conseil municipal de Chens-sur-Léman vole en éclat à cause de la polémique sur le port de Tougues. Le nouveau maire est favorable au port. Ça repart...

32• 1992 : les conventions liées au projet de port font l’objet d’un recours en annulation du préfet auprès du tribunal administratif de Grenoble.

33• 21 juin 1993 : le tribunal administratif de Grenoble prend la décision d’annuler le projet de port à Tougues.

34• 5 décembre 1994 : André Marguet présente le dossier à la Corephae qui inscrit la station de Tougues à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

35• 13 novembre 1995 : le même présente le dossier à la commission supérieure des monuments historiques, laquelle donne un avis favorable au classement monument historique. La commission sollicite l’avis du préfet de Haute-Savoie avant de rédiger l’arrêté. Cette consultation retarde encore le classement.

36Il faudra encore deux ans avant que l’arrêté ne soit publié : le 31 octobre 1997, le site de Tougues est enfin classé monument historique !

U comme Unesco

37Le 25 juin 2011, lors de sa 35e session tenue à Paris, le comité du Patrimoine mondial décidait d’inscrire les « sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes » au Patrimoine mondial de l’humanité. Ainsi était-ce l’heureux dénouement d’une collaboration hors normes des scientifiques de six pays européens de l’Arc alpin qui partagent un patrimoine archéologique d’une richesse exceptionnelle, mais peu ou pas visible et particulièrement vulnérable : les vestiges d’habitats palafittiques du Néolithique et des âges des Métaux en milieu immergé ou humide. Le comité déclarait ainsi leur « valeur universelle exceptionnelle » et la nécessité de leur préservation « en tant qu’élément du patrimoine de l’humanité tout entière ». De 2005 à 2011, André Marguet a été l’artisan de la partie française du dossier de candidature initié par la Suisse en 2004, année qui marquait chez nos voisins le 150e anniversaire de la découverte des « cités lacustres », entreprise qui devait associer l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie, la Slovénie et la France.

V comme variation

38Les gisements lacustres et les données environnementales qu’ils recèlent ont alimenté les recherches quant à l’influence des variations du climat sur le milieu naturel et les sociétés humaines. André a participé à cette recherche dans le cadre du laboratoire de chrono-écologie de l’université de Besançon (UMR 6565) en fournissant les données archéologiques qu’il avait recueillies au cours de prospections et sondages effectués dans les lacs alpins. C’est ainsi que se construisent progressivement des référentiels paléoenvironnementaux et paléoclimatiques.

W comme Würm, würmien

39Parmi les acquis récents de la recherche archéologique sublacustre, il faut mentionner une meilleure appréhension des liens entre les variations du niveau des lacs durant l’Holocène et la présence et la densité des occupations humaines. Mais au fond, pour nos « lacustres », tout n’avait-il pas commencé bien avant l’Holocène ? Dans les Alpes françaises du Nord, toutes les grandes vallées ont été surcreusées par les glaciers würmiens et ont connu, après la disparition de ceux-ci, des épisodes lacustres. Certaines de ces vallées sont toujours occupées par de grands lacs initialement plus étendus (Léman, Bourget, Annecy) ; d’autres dépressions contiennent des lacs plus petits (Aiguebelette, Paladru). Ainsi, au Würm, se façonnèrent les contrées qui, quelques millénaires plus tard et sous d’autres climats, devaient attirer l’installation de « villages » littoraux.

X comme xylophage

40Le xylophage est bien évidemment l’ennemi des palafittes ; c’est une des raisons pour lesquelles les bois sortis des lacs sont conservés dans les chambres froides des dépôts de fouilles de Savoie et de Haute-Savoie.

Y comme Yvoire

41Les lacs alpins recèlent dans leurs profondeurs toutes sortes de témoins de leur fréquentation au cours des âges. L’épave d’Yvoire en est un d’importance. C’est une embarcation de transport à fond plat et voile carrée qui gît à 27 m de fond. Elle a sombré à la fin du xviiie siècle ou au début du xixe siècle avec son chargement de pierres provenant des carrières de Meillerie ou de Saint-Gingolph, situées à l’extrémité est des rives françaises du Léman. Découverte en 1976, elle est fouillée et étudiée par le spécialiste Éric Rieth (CNRS, Musée de la Marine) en 1995. La recherche subaquatique n’a assurément pas de limites !

Z comme zone et zonage

42Le « zonage » est bien l’outil de prédilection d’une administration moderne, protectrice du patrimoine naturel et culturel. Ainsi, l’accumulation des périmètres de protection ou d’incitation ont transformé les lacs alpins en véritables réserves. Il faut dire que, dans ce domaine, André Marguet a bien aidé le Service régional de l’archéologie ! Sur les rives des lacs savoyards et haut savoyards se combinent désormais des zones de présomption de prescription archéologique, des zones naturelles d’intérêt floristique et faunistique, zones de protection du patrimoine urbain et paysager, des zones Natura 2000… et, pour couronner le tout, les zones tampons des biens inscrits par l’Unesco.

© ARTEHIS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search