Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)

 | 
Colette Pommeret

Deuxième partie : Étude du mobilier

La verrerie

Bénédicte Grosjean et Colette Pommeret

Texte intégral

1Le plus grand nombre de menus fragments d’objets en verre a été découvert au niveau du sol bétonné de la cella du fanum II (cf. tab. VI, première partie de l’ouvrage). Malheureusement l’état de fragmentation de ces objets en majorité à parois très minces (de 1 à 2 mm) ne permet pas d’en faire une étude exhaustive.

2Il s’agit, pour la plupart, de débris provenant de petites fioles, flacons à panse sphérique ou bulbeuse, avec ou sans anses. Beaucoup sont de couleur bleu outremer ; certains fragments de panse comportent un fin décor de filets de verre en spirale ou un décor moulé en relief en forme de perles. Les anses sont très fines (ép. de 2 à 4 mm), avec quelquefois un point d’attache rapporté en verre opaque (pastille blanche) ou une juxtaposition de couleurs différentes pour le col et l’anse.

3On peut ainsi dénombrer vingt et une anses de section ronde (D. 2 à 4 mm), deux anses en ruban (l. 10 mm), vingt-trois cols cylindriques à parois très minces (ép. 1 à 1,5 mm, D. 7 à 12 mm) représentant presque autant d’individus et quatre cols cylindriques d’un diamètre variant de 25 à 41 mm qui appartiennent à des récipients plus importants.

4Parmi ces fragments, tous datables de la première moitié du ier s. de notre ère, ont été recueillies quatre fioles de forme Isings 8, intactes, dont le type commence dès la période julio-claudienne pour être particulièrement répandu au milieu du ier s. Des débris de coupes à décor côtelé de couleur ambre jaune, qui peuvent apparaître sous Auguste, proviennent de l’habitat contemporain du fanum II (cf. tab. XVI, XIX).

5Dans le grand temple, dans ses cours en particulier, et dans des remblais, on note un certain nombre d’objets assez diversifiés.

CATALOGUE

FANUM II : SOL (fig. 1 ; cf. tab. V)

61-75. Fiole (Isings 8) intacte. Verre translucide bleuté, lèvre évasée à arête vive ; un léger étranglement à mi-hauteur marque la transition entre le col et la panse de forme ovale allongée à fond bombé. H. 64 mm, D. panse 16 mm, D. col 10 mm.

72-76. Fiole (Isings 9) intacte. Verre translucide bleuté, lèvre très évasée à arête vive, panse piriforme à fond aplati légèrement rentrant. H. 84 mm, D. panse 19 mm, D. col 17 mm.

83-77. Fiole (Isings 8) intacte. Verre translucide bleuté, semblable au no 1-75, avec étranglement séparant le col de la panse. H. 75 mm, D. panse 18 mm, D. col. 17 mm.

94-78. Fiole (Isings 8) ; manque l’embouchure. Panse piriforme sans point de rupture avec le col, fond aplati. H. cons. 79 mm, D. panse 33 mm, D. col 15 mm.

105-79. Jeton ou pion de jeux. Pastille bombée sur une face et plane de l’autre, en pâte de verre blanc. D. 14 mm, ép. 5,5 mm.

11Verreries ornithomorphes (Morin-Jean 126, Isings 11). Verre soufflé à la volée ; trois fragments de verreries différentes, en forme d’oiseau au long cou et bec pincé :

126-105. Verre bleuté irisé. H. 48 mm, L. 28 mm, ép. 1,5 mm.

137-106. Verre bleu nuit, un peu irisé. H. 66 mm, L. 27 mm, ép. 1 mm.

148-107. Verre de couleur ambre, irisé. H. 47 mm, L. 19 mm, ép. 0,5 mm.

FANUM II : TERRE DE REJET (fig. 1 ; cf. tab. V)

159-101. Bol (Morin-Jean 71, Isings 12). Verre vert émeraude clair, un peu irisé, soufflé à la volée. Fragments de lèvre, coupée aux ciseaux et soulignée par une fine incision horizontale à 5 mm sous la lèvre. Panse cylindrique, fond apode légèrement bombé. H. du plus grand fgt : 51 mm, L. 57 mm, ép. 1,5 mm ; fgt du fond : L. 59 mm, l. 31 mm, ép. 2 à 5 mm.

1610-102. Bol (Morin-Jean 71, Isings 12). Verre vert émeraude, soufflé à la volée. Fragment de lèvre à arête vive, coupée aux ciseaux, soulignée par une fine incision horizontale à 3 mm sous la lèvre. Panse décorée en son milieu et dans le bas de trois lignes horizontales incisées. H. 43 mm, L. 3 mm, ép. 1 à 1,3 mm.

1711-103. Anse de patère (fragment). Verre vert émeraude étiré et pincé. H. 26 mm, L. 34,6 mm, ép. 4 à 6,3 mm.

1812. Boules à parfum (Isings 10). Huit fragments de verre soufflé à la volée :

  • quatre de couleur ambrée, ornés d’un fil de verre ambré (ép. 1 à 2 mm), dont le no 12-104,
  • un de couleur ambrée, orné d’un fil de verre bleu opaque (ép. 1 à 2 mm),
  • deux de couleur bleuté clair, avec fil de verre blanc opaque (ép. 1 à 2 mm),
  • un de couleur bleutée, orné d’un fil de la même teinte (ép. 1,5 mm).

19Ampullae (Isings 26). Verre soufflé à la volée ; deux fragments de verreries différentes de la partie inférieure et du fond :

2013-108. Verre vert émeraude clair, décoré d’un mince filet de verre de même teinte. H. 13 mm, L. 58 mm, ép. 2 à 4 mm.

2114-109. Verre bleu nuit. Panse décorée de côte(s) verticale(s). Trace de pontil sur le fond. H. 22 mm, D. 69 mm, ép. 1 à 6 mm.

22Carafes (Morin-Jean 48, Isings 52 ou 55). Verre soufflé à la volée. Deux fragments de verreries différentes à la lèvre plate ourlée vers l’intérieur et au goulot cylindrique séparé de la panse par un faible étranglement. Sous la lèvre est visible le départ d’une anse verticale :

2315-110. Verre jaunâtre, un peu irisé. H. 86 mm, D. de la lèvre 33 mm, ép. 2 à 3 mm,

2416-111. Verre violine. H. 111 mm, D. goulot 35 mm, ép. 1,5 à 2,5 mm.

2517-112, 18-113. Coupes côtelées (Morin-Jean 68, Isings 3a). Verre soufflé dans un moule, de couleur ambre jaune claire irisé. Lèvre arrondie, panse décorée de côte verticales. Quatre fragments dont trois d’une même coupe. Dim. du plus grand fragment : h. 49 mm, L. 78 mm, ép. 2,5 à 6,5 mm.

2619-114. Coupe (Isings 17). Verre bleuté très clair, soufflé à la volée. Lèvre évasée, coupée aux ciseaux, panse sphérique dont le haut est décoré d’un fil de verre blanc opaque horizontal ; la panse est décorée de fines côtes verticales. H. 31 mm, L. 47 mm, ép. 1 à 3 mm.

2720-115. Olla (Morin-Jean 5, Isings 67). Verre bleu nuit soufflé à la volée. Fragment de la partie inférieure : pied formé par pincement de la paraison.

28Paire d’anses de deux plats ou coupes. Verre étiré et replié sur lui-même. Anses plates :

2921-116. Anse en verre bleuté. L. 20 mm, l. 27 mm, ép. 3,3 mm,

3022-117. Panse en verre jaune et verre bleuté pour l’anse. L. 24 mm, l. 21 mm, ép. 4 mm.

3123-118. Plat ou coupe. Verre bleuté très pur, soufflé à la volée. Deux fragments. Lèvre arrondie non ourlée allant en s’évasant sur laquelle s’appuie une anse plate en verre étiré et replié, panse sphérique ( ?). Dim. du plus grand fragment : h. 26 mm, L. 29 mm, ép. panse 1,3 à 2,2 mm, ép. anse 4 mm ; dim. de la deuxième anse : L. 26 mm, l. 20 mm, ép. 5 mm.

32Des fragments de gobelets ou bouteilles à nodosités (Isings 78 ?) ont également été recueillis :

  • verre bleuté soufflé dans un moule : fragment de la panse avec trace de suture du moule, présentant un décor de petites nodosités rondes. L. 28 mm, l. 25 mm, ép. 1,5 mm,
  • verre irisé soufflé dans un moule : trois fragments d’un même gobelet en verre bleu saphir clair décoré de nodosités rondes et/ou en forme de gouttes (dim. du plus grand fragment : L. 17,7 mm, l. 23 mm, ép. 1 mm) ; un fragment en verre bleuté décoré de nodosités rondes (L. 21 mm, l. 17,5 mm, ép. 1 mm) ; quatre fragments en verre ambré décoré de nodosités en nid d’abeille appartenant à trois vases différents, dont le no 24-119 : deux fragments recollables (h. reconstituée 44 mm, ép. 2,2 mm).

FANUM II, NIVEAU 1, COUR (fig. 1 ; cf. tab. VI)

3325-94b. Fragment de coupelle en verre mosaïqué de datation très précoce. Décor en bandes de largeur irrégulière. Les plus fines sont de couleur verte, bleue, rouge, jaune opaque, les plus larges, blanche et verte, avec inclusions quadrangulaires bleues et blanches. Le rebord est formé d’un cordon torsadé bleu et blanc. H. 17 mm, L. 40 mm, ép. 3 mm.

Fig. 1. Fanum II : 1-4, fioles à panse piriforme ; 5, jeton ; 6-8, vases ornithomorphes ; 9-10, bols ; 11, anse de patère ; 12, boule à parfum ; 13-14, ampullae ; 15-16, carafes ; 17-18, coupes côtelées ; 19, coupe ; 20, olla ; 21-23, anse de coupes ; 24, gobelet à nodosités ; 25, verre mosaïqué. Éch. 1/2 (Dessin C. Touzel).

FANUM II, COUCHE NOIRE BORDANT LE MUR 28 DU PERIBOLE (fig. 2 ; cf. tab. VIII)

3426-87. Anse de cruche (Isings 52 ou 55). Verre bleuté à grosse nervure centrale. L. cons. 107 mm, ép. de 2,5 à 10 mm.

HABITAT COMTEMPORAIN DU FANUM II (fig. 2 ; cf. tab. XVI, XIX, XXIII)

3527-120. Fond de bouteille (Morin-Jean 14). Verre vert, avec bulles et filandres ; de forme carrée décorée de deux cercles concentriques en relief (47 mm de côté, ép. 2 à 3 mm).

3628-121. Coupe côtelée (Morin-Jean 68, Isings 3a). Verre épais de couleur ambre jaune. D. évalué à 140 mm, h. cons. 51 mm, ép. 2,5 à 3,5 mm.

3729-91. Coupe côtelée. Rebord. Analogue à la précédente. D. 150 mm, h. cons. 39 mm, ép. 2,5 à 3 mm.

3830-90. Gobelet. Verre jaune, de forme droite, à bord supérieur légèrement évasé. Lèvre à arête vive. Décor moulé en chevrons surmontés d’un rang de perles entre deux filets. H. 44 mm, l. 46 mm, ép. 1,5 mm.

GRAND TEMPLE (fig. 2)

3931-80. (tab. XXXVIII). Fiole à panse piriforme (Isings 8). Verre translucide bleuté. Partie inférieure du corps avec fond aplati. H. cons. 28 mm, D. panse 15 mm, ép.1 à 1,5 mm.

4032-84. (tab. XXXII). Bol à paroi cylindrique (Morin-Jean 83). De couleur vert pâle, à décor moulé en relief représentant un combat de gladiateurs. Fragment d’inscription dans le registre supérieur. Dans celui du milieu, encadré par deux moulures, on peut voir de gauche à droite : un gladiateur debout tenant un bouclier rectangulaire, un gladiateur au sol, casqué, maintenant son bouclier de la main gauche et tenant un poignard de la main droite, puis un gladiateur debout, jambes écartées. H. 52 mm, L. 48 mm, ép. 4 mm (POMMERET, 1990, p. 106, no 211.6).

4133-84b. (même prov.). Fragment de bol analogue au précédent et provenant peut-être de la même pièce. Gladiateur debout, casqué, allant à gauche en appui sur sa jambe gauche. Bouclier oblong, main gauche tenant un poignard. H. 36 mm, L. 43 mm, ép. 3 mm.

4234-94. (tab. XXXIX). Fragment de bol analogue aux précédents. Sur la gauche on peut voir les jambes d’un gladiateur à terre, à droite un gladiateur debout, jambes écartées. H. 36 mm, L. 40 mm, ép. 2,5 mm.

4335-83. (tab. XXXII). Manche de patère de couleur jaune-verdâtre portant la signature du verrier AMARANTHVS. Marque incomplète, apposée à la pince et surmontée de palmettes. L. 31 mm, l. 26 mm, ép. 4 mm (SENNEQUIER, 1986, p. 188, no 289).

4436-86. (tab. XXXVII). Fond de bouteille. Verre de bonne qualité, de couleur verte. Primitivement de forme carrée, brisé en biais, il présente un décor en forme de canthare. L. cons. 87 mm, l. 76 mm, ép. de 3 à 5 mm (POMMERET, 1990, p. 106, no 211.7).

45Plusieurs fragments portent des décors en relief, en forme de perles, de grains de raisin ou d’amandes et pourraient appartenir au type Isings 91 ou 78 :

4637-68. (tab. XXXI). Verre vert clair à décor d’amandes et de perles alternées. H. 68 mm, l. 25 mm, ép. 2 mm.

4738-70. (tab. XXXI). Verre bleuté à décor de grains de raisin. H. 32 mm, l. 23 mm, ép. 1,5 mm.

  • 1 Deux autres gobelets semblables ont déjà été trouvés aux Bolards : Musée archéologique de Dijon, n(...)

4839-85. (tab. XXXII). Gobelet cylindrique (Isings 31). Fragment. Verre jaune ambré, avec décor en forme de gouttes d’eau et perles alternées1. H. 32 mm, l. 15 mm, ép. 2,5 mm.

4940-69. (tab. XXXI). Trois fragments d’un même vase, en verre bleuté très fin, à panse tourmentée présentant un décor en relief de petites perles irrégulières remplies intérieurement d’une goutte de métal non identifié, pour donner un reflet argenté extérieurement. H. 29 mm, l. 24 mm ; h. 25 mm, l. 17 mm ; h. 15 mm, 1. 13 mm ; ép. 1 mm.

50On note également plusieurs fragments (non fig.) de coupes côtelées, moulées pressées (forme Isings 3) dont :

51inv. 71. (tab. XXXI). De couleur verte. H. 32 mm, l. 35 mm, diam. évalué à 140 mm, ép.3 à 8 mm.

52inv. 82. (tab. XXXVIII). Trois fragments d’une même coupe mosaïquée. Verre opaque de couleur brun violacé avec inclusions d’un blanc laiteux. H. 36 mm, l .31 mm ; h. 52 mm, l. 23 mm ; h. 18 mm, l. 24 mm ; ép. de 3 à 6 mm.

53inv. 81. (tab. XXXVIII). Verre mosaïqué. Intérieur brun comportant des inclusions ovales jaunes, centrées de vert ou de brun. La face extérieure est jaune doré, peut-être altérée, avec des inclusions jaunes. H. 37 mm, l. 23 mm, ép. 4 mm.

54inv. 122. (tab. XXXII). Trois fragments dont deux se recollant. Verre de couleur verte. H. 61 mm, l .51 mm ; h. 52 mm ; ép. de 3 à 8 mm ; diam. évalué à 126 mm.

55inv. 123. (tab. XXXII). Fragment d’agitateur (Isings 79). Tige torsadée en verre de couleur vert clair. L. cons. 79 mm, Diam. 10 mm.

Fig. 2. Fanum II : 26, anse de cruche ; 27, fond de bouteille ; 28-29, coupes côtelées ; 30, gobelet. Grand temple : 31, fiole à panse piriforme ; 32-34, bol à décor moulé ; 35, manche de patère signée AMARANTHUS ; 36, fond de bouteille ; 37-40, fgts de vases à décor en relief. Éch. 1/2 (Dessin C. Touzel).

CONCLUSION

56Dans le lot important de fioles, on remarque la présence, outre les fioles à panse fusiforme ou piriforme (Morin-Jean 21-22, Isings 8-28), d’un certain nombre de vases moins fréquents dans notre région telles que les trois verreries ornithomorphes et les boules à parfum.

57L’oiseau (Morin-Jean 126, Isings 11) est une forme originaire du nord de l’Italie et qui date de la Haute Époque impériale (MORIN-JEAN, 1922/32, p. 162 ; ISING, 1957, p. 27). D’usage généralement funéraire, il est ici présent sur le sol du fanum II, accompagné de fragments de fioles en verre, jeton, fragments d’anses. Sa forme symboliserait les âmes s’envolant vers l’au-delà (ARVEILLER-DULONG, 1985, p. 141).

58En Bourgogne nous sont seules connues, outre celles du site des Bolards, deux verreries fragmentaires mises au jour lors de fouilles anciennes de la ville gallo-romaine d’Alésia (GROSJEAN, 1982, p. 26).

59Dans les autres parties de l’Empire, on rencontre cette forme en Italie, en Germanie (ARVEILLERDULONG, 1985, op. cit.), mais aussi à Nîmes (ESPÉRANDIEU, 1926, no 7, p. 240-242), où elle figure parmi le mobilier funéraire déposé dans les tombes.

60La diffusion géographique des boules à parfum (Isings 10), verreries à paroi généralement très fine n’excédant pas ici 0,15 mm d’épaisseur, se répand de la région de l’Allemagne et de la Belgique jusqu’en Italie. Surtout utilisées au ier s. de notre ère, ces verreries sont percées d’une minuscule ouverture pour laisser se diffuser le parfum ou la poudre qu’elles contenaient et font généralement partie du mobilier funéraire (ISINGS, 1957, p. 26 ; ARVEILLER-DULONG, 1985).

  • 2 Fragment conservé dans les collections du Musée archéologique de Dijon.

61Outre les vases se rattachant directement au domaine de la toilette, d’autres formes ont été découvertes dans les fouilles du remblai du fanum II, formes de vaisselles très utilisées au cours des deux premiers siècles de notre ère ; carafes en verre de couleur (Morin-Jean 45 ou 48 ; Isings 52 ou 55), coupes ornées de fines côtes (Isings 17), olla (Morin-Jean 5, Isings 67c), paire d’anses plates en verre étiré et replié sur lui-même, anse de patère (Morin-Jean 136-137, Isings 75). C’est sur une anse de patère de la même forme, trouvée dans la cour sud du grand temple et à la base d’un mascaron que figure la signature du verrier AMARANTHVS (POMMERET, 1990, p. 106, nos 211.4, 211.5). Cette signature est par ailleurs attestée en Bourgogne sur trois autres anses de patères provenant l’une du site de Vertault, l’autre du site gallo-romain d’Alésia, la troisième ayant été trouvée lors de fouilles menées dans la forêt domaniale de Flavigny-sur-Ozerain2, et figure de même, dans notre région, sur des bases de mascarons et sur le fond d’une fiole, à Alésia, Malay et Autun (ESPÉRANDIEU, 1914, p. 53-54 ; HANNEZO, 1914, p. 487-488 ; LANTIER, s.d., no 36c). Cette prédominance dans notre région permet à G. Sennequier de dire que ce verrier, qui travailla au ier s. de notre ère, était bourguignon.

62Les coupes côtelées (Morin-Jean 68, Isings 3a) sont très fréquentes dans notre région, comme dans tout l’Empire romain. Fabriquées à l’origine au Proche-Orient, elles copient les modèles métalliques de tradition plus ancienne. Considérées généralement comme des produits italiques, elles furent aussi, probablement, produites par les ateliers rhénans dès la fin du ier s. ap. J.-C.

63C’est dans le remblai de la partie sud du péribole du grand temple que fut trouvé un fragment de fond de bouteille à panse carrée soufflée dans un moule (Morin-Jean 14, Isings 50 vraisemblablement) décoré d’un canthare en relief (POMMERET, 1990, p. 106, no 211.7). Les fonds de bouteille à panse carrée sont souvent ornés d’un motif moulé : cercles concentriques, animal, signature de verrier parfois inscrite dans un cartouche.

64Dans le domaine de la vaisselle en verre, la bouteille est une des formes moulées produites et diffusées en grande quantité. Elle est largement connue dans les provinces romaines dès le milieu du ier s. ap. J.-C.

65Plus rare dans notre région est le bol (Morin-Jean 71, Isings 12) en verre vert émeraude clair, à la lèvre coupée aux ciseaux, à la panse cylindrique décorée d’une fine incision horizontale et au fond apode. Cette forme présente souvent des décors peints ou camées ; ce sont alors des découvertes faites en Italie, Allemagne, Angleterre (ISING, 1957, p. 29-30).

  • 3 Les verres romains à scènes de spectacle trouvés en France, Association Française pour l’Archéolog (...)

66De la partie nord de l’hémicycle et de la cour sud du grand temple proviennent par ailleurs quatre fragments de deux ou trois bols décorés de combats de gladiateurs (forme Morin-Jean 83). Ce type de verrerie, très fréquent en Bourgogne, a fait l’objet d’une étude typologique spécifique publiée en 19983. Les fragments d’une vingtaine de bols différents ont été découverts dans notre région, sur les sites gallo-romains d’Alésia, d’Autun, des Bolards, de Chamesson, de Charnay-lès Chalon, des Fontaines-Salées (Saint-Père-sous-Vézelay) (GROSJEAN, 1983, p. 166-169). Ceux d’Alésia proviennent, pour la plupart d’entre eux, de couches de remblai (GROSJEAN, 1988, p. 10-11).

67L’étude de la verrerie trouvée dans la zone du sanctuaire des Bolards apporte des précisions sur la diffusion de certaines formes dans notre région. Nous le remarquons avec la présence des verreries ornithomorphes, des boules à parfum et des fragments de bols à gladiateurs. Ils sont le reflet du niveau social des habitants du vicus des Bolards et de leur goût, ainsi que des échanges commerciaux trouvant, pour certains, leur parallèle en Bourgogne, mais aussi dans des régions de l’Empire plus éloignées qui sont parfois des centres de production verrière.

68Il est à noter, par ailleurs, l’importance des vases de toilette déposés sur le sol bétonné de la cella du fanum II, révélant, tout au moins peut-on le penser, une forte fréquentation féminine des lieux, au cours de la période d’existence du fanum et pourquoi pas aussi au cours de la période du grand temple.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ARVEILLER-DULONG V., ARVEILLER J., 1985, Le verre d’époque romaine au Musée archéologique de Strasbourg, Paris (Notes et documents des Musées de France, 10).

ESPÉRANDIEU E., 1926, « Note sur une découverte faite à Nîmes », Revue des Musées et collections archéologiques, no 7, mai-août 1926, p. 240-242.

ESPÉRANDIEU E., 1914, « Le verrier Amaranthus », Bulletin des fouilles d’Alise, I, fasc. 2, p. 53-54.

GROSJEAN B., 1982, Les verreries gallo-romaines des Musées d’Alésia (Alise-Sainte-Reine), Mémoire de D.E.A., Université de Dijon, dactylographié.

GROSJEAN B., 1983, « À propos des fragments de verre à scènes du cirque et de l’amphithéatre », Revue Archéologique de l’Est, t. XXXIV, fasc. 1-2, p. 166-169.

GROSJEAN B., 1988, « Les verreries découvertes dans le remblai de la Carrière », La tour de l’Orle d’Or, I, p. 10-11.

GROSJEAN B., 1990, Notices nos 188.1 à 188.5, in : Il était une fois la Côte-d’Or : 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue d’exposition, Dijon, Musée Archéologique/Paris, éd. Errance, p. 90-91.

HANNEZO Colonel, 1914, « Note sur un vase de l’époque gallo-romaine », Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, p. 487-488.

ISINGS C., 1957, Roman glass from dated finds, Groningen-Djakarta Wolters.

LANTIER R., s.d., La Verrerie, Musée des Antiquités Nationales, Musée de Saint-Germain-en-Laye, no 36c.

MORIN-JEAN S., 1922/1932, La Verrerie en Gaule sous l’Empire Romain, Paris, Sté de la propagation des Livres d’Art (réédité en 1977).

POMMERET C., 1990, Notices nos 211.4, 211.5, 211.6, 211.7, in : Il était une fois en Côte-d’Or : 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue d’exposition, Dijon, Musée Archéologique/Paris, éd. Errance, p. 106.

SENNEQUIER G., 1985, Verrerie d’époque romaine. Catalogue des collections des Musées départementaux de Seine-Maritime.

SENNEQUIER G., 1986, « Un certain Amarantus (ou Amaranthus), verrier installé en Bourgogne au ier s. de notre ère », Journal of glass studies, vol. 28.

Notes

1 Deux autres gobelets semblables ont déjà été trouvés aux Bolards : Musée archéologique de Dijon, no 171, GROSJEAN B., Vitrum : le verre en Bourgogne, p. 157 ; Dépôt de fouilles des Bolards, inédit, Inv. 58. trouvé dans une cave du iie s., manque la partie supérieure, le fond est orné de 4 cercles concentriques.

2 Fragment conservé dans les collections du Musée archéologique de Dijon.

3 Les verres romains à scènes de spectacle trouvés en France, Association Française pour l’Archéologie du Verre, 1998.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Fanum II : 1-4, fioles à panse piriforme ; 5, jeton ; 6-8, vases ornithomorphes ; 9-10, bols ; 11, anse de patère ; 12, boule à parfum ; 13-14, ampullae ; 15-16, carafes ; 17-18, coupes côtelées ; 19, coupe ; 20, olla ; 21-23, anse de coupes ; 24, gobelet à nodosités ; 25, verre mosaïqué. Éch. 1/2 (Dessin C. Touzel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende Fig. 2. Fanum II : 26, anse de cruche ; 27, fond de bouteille ; 28-29, coupes côtelées ; 30, gobelet. Grand temple : 31, fiole à panse piriforme ; 32-34, bol à décor moulé ; 35, manche de patère signée AMARANTHUS ; 36, fond de bouteille ; 37-40, fgts de vases à décor en relief. Éch. 1/2 (Dessin C. Touzel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

© ARTEHIS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search