Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 2. Actualité de la recherche sur l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

L’occupation tardive de l’agglomération de Bonnée (Loiret) : l’habitat IIIe-IVe siècles de la rue des Sentes

Stéphane Joly, Christian Cribellier, Alix Fourré et Gaëlle Robert

Résumé

La multiplication récente des interventions archéologiques autour du petit bourg actuel de Bonnée dans le Val d’Orléans renouvelle profondément nos connaissances de cette agglomération antique connue depuis le début du xixe siècle. Les découvertes archéologiques attestent désormais une continuité de l’occupation, avec de petits déplacements, du ier siècle ap. jusqu’au viiie siècle. La période de l’Antiquité tardive (2ème moitié du iiieive /début du ve siècle) est en particulier bien identifiée dans le diagnostic de la Rue des Sentes. Plusieurs bâtiments sur poteaux plantés s’y succèdent. La modestie de la surface décapée limite les interprétations, notamment fonctionnelles. L’hypothèse de bâtiments annexes d’habitats est néanmoins avancée. Plusieurs fossés rectilignes forment des délimitations parcellaires du reste des terrains peut-être dévolus aux activités agro-pastorales. Cette période de l’Antiquité tardive est d’autant plus intéressante qu’elle est encore assez peu connue sur les sites comparables de la région.

Texte intégral

Fig. 1. L’environnement topographique et archéologique de l’agglomération antique de Bonnée (S. Joly, Inrap).

Fig. 2. Hypothèse d’extension de l’agglomération antique à partir des découvertes anciennes et des interventions récentes (fond de plan : cadastre actuel) (S. Joly, Inrap).

1. En guise d’introduction : état de la recherche archéologique à bonnée dans le contexte des agglomérations antiques

  • 1 Par esprit de synthèse et économie, nous renvoyons pour toutes les découvertes anciennes, à l’état (...)
  • 2 Ces données sont encore malheureusement très largement inédites, à l’exception d’une unique notice (...)

1Le petit bourg médiéval et moderne de Bonnée succède à une agglomération antique repérée depuis le début du xixe siècle mais demeurée très mal connue1 (Cribellier, 1999). Depuis 2001, la multiplication des diagnostics archéologiques apporte de nombreuses données originales et permet, par accumulation, de dépasser l’opportunisme initial d’interventions dictées par les simples possibilités d’aménagements. Entre 2001 et 2009, quatre diagnostics distincts ont permis d’évaluer au total 7,2 ha de terrains ; 6820 m2 ayant été effectivement décapés et 376 vestiges identifiés2. En l’absence de décapage extensif, les données demeurent fragmentaires et leurs interprétations délicates, mais les surfaces concernées permettent d’amorcer certaines réflexions.

2Le bourg de Bonnée se situe sur une des légères buttes ou montilles formées d’alluvions holocènes (sables et sablons) et quasi insubmersibles, dans la large plaine alluviale du Val d’Orléans, lit majeur de la Loire. Deux paléochenaux de la Loire, comblés dès la fin du Tardiglaciaire, l’entourent (fig. 1). Ils continuent à jouer un rôle hydromorphodynamique, en période de crue comme en période de basse eau, sur les écoulements de surface et souterrains (Castanet, 2008).

3L’occupation pré- et protohistorique se résume jusqu’à présent à un important habitat de l’Âge du Bronze final IIIb aux Terres à l’Est du Bourg. D’après les travaux du Projet collectif de recherche Agglomérations secondaires antiques de région Centre, Bonnée est l’une des vingt-huit agglomérations antiques identifiées ou supposées dans le département actuel du Loiret. Située aux confins du territoire de la cité des Carnutes et à proximité de ceux des Sénons et Éduens, elle bénéficie de sa position de carrefour, entre la voie Orléans – Autun et la Loire. Malgré d’anciennes prospections aériennes et pédestres et les interventions récentes, son extension précise n’est pas assurée (fig. 2). Sa surface pourrait avoisiner une vingtaine d’hectares. Sa morphologie tout en longueur, sur un axe SO-NE, confirmerait que le « Chemin des Bœufs – Vieux chemin de Bouzy », attesté dès le xiie siècle et correspondant à l’actuelle route des Bordes D961, pourrait succéder à une voirie antique menant notamment à Pithiviers. Les plus anciens vestiges sont datables du deuxième quart du ier siècle ap. J.-C. avec au moins un lot céramique assez précisément daté des années 40 ap. J.-C. L’occupation principale se situe dans une fourchette allant de la deuxième moitié du ier au iie et peut-être au début du iiie siècle ap. J.-C. Le théâtre, relevé vers 1830 et détruit depuis, témoigne d’une parure monumentale de l’agglomération. Plusieurs quartiers d’habitat aux caractéristiques distinctes ont été identifiés : nombreuses maçonneries avec des sols construits, une canalisation en bois et de l’enduit peint pour La Bourbetière/Les Attraits et des constructions sur poteaux plantés et longrine de bois et des caves ou celliers pour le 28 Rue des Bordes. Plus au nord, de nombreuses maçonneries dont des salles sur hypocaustes et des tesselles de mosaïque ont été traditionnellement interprétées comme les restes de thermes publics, mais l’hypothèse d’un habitat d’un certain statut social n’est pas exclue. En périphérie, une probable nécropole à incinération est attestée sur la route de Saint-Benoît, à 2 km environ à l’ouest, et un four de tuilier ou de potier à moins de 3 km au nord-est. Ponctuellement repérée mais souvent mal caractérisée, comme au 28 Rue des Bordes, la période de l’Antiquité tardive n’a été clairement révélée qu’en 2009, lors du diagnostic de la Rue des Sentes dans un secteur périphérique de l’agglomération antérieure. Un vaste habitat du début du haut Moyen Âge (fin ve -début viiie siècle ap. J.-C.), avec des sépultures associées, est attesté aux Terres à l’Est du Bourg. Au ixe siècle, Adrevalde raconte que vers 660, Aigulfe, moine de Fleury, se serait arrêté in praediolum Bonodium. En souvenir de miracles, la basilicam aurait été consacrée à saint Benoît (translationis s. benedicti, ch. IX et X). Cela démontre l’existence d’une modeste occupation avec un lieu de culte au plus tard au ixe siècle. L’occupation postérieure n’est pas encore documentée et elle pourrait très bien se concentrer près de l’église actuelle et du théâtre antique, préfigurant le modeste village du début du xixe siècle. Il n’est pas encore possible d’aller plus loin que le simple constat de la perduration de l’Antiquité à la période moderne avec plusieurs déplacements limités.

4Dans la boucle de la Loire, en amont et en aval d’Orléans, les données relatives à l’occupation des agglomérations et des sites ruraux issues de recherches archéologiques sont encore relativement peu nombreuses. Une majorité de contextes des iiie et ive siècles ap. J.-C. est seulement connue par les prospections pédestres et les découvertes fortuites. Dans un rayon de 25 km autour de Bonnée, on recense actuellement treize agglomérations secondaires qui sont occupées aux iiie et ive siècles ap. J.-C. sur les dix-huit qui sont connues pour le Haut-Empire et il n’y a pas de création de site nouveau au Bas-Empire. Seulement quatre agglomérations en plus d’Orléans, nouveau chef-lieu de la Civitas Aurelianorum créé après le démembrement de la cité carnute, ont fait l’objet de fouilles permettant de reconnaître les contextes occupés. En suivant le cours du fleuve, de Gien à Orléans, six agglomérations sont occupées mais seule Orléans est documentée par de nombreuses interventions et découvertes. À Dampierre-en-Burly, en dehors d’une fouille d’un bâtiment peut-être abandonné au Bas-Empire, seuls des ramassages de surface et des surveillances de travaux attestent une occupation qui perdure jusqu’au début du ive siècle (Trin, 2007, p. 105-110), sans qu’il soit possible de la caractériser. Il en est de même d’Ingrannes, sur la voie Orléans-Sens, qui n’a fait l’objet d’aucune recherche sérieuse, et des agglomérations de Montbouy et de Sceaux-du-Gâtinais « Aquae Segetae » dont seuls les bâtiments publics ont été étudiés. Sur le plateau beauceron, deux quartiers d’habitat de l’agglomération de Pithiviers-le-Vieil, occupés au moins jusqu’à la période constantinienne, sont en revanche connus par un diagnostic de 1996 (Les Jardins du Bourg) et une fouille préventive de 1992 (Les Ouches du Bourg) mais aucune construction sur poteaux plantés n’a été mise en évidence (Cribellier, 1993). Dans les deux quartiers de l’agglomération de Beaune-la-Rolande, fouillés en 2006-2007 sur une surface de 3 ha, une phase d’occupation de la première moitié du iiie siècle a été mise au jour ainsi qu’une ultime phase de récupération des matériaux de construction de la période constantinienne mais aucune construction sur poteaux du Bas-Empire n’est assurée. En revanche, à Marigny-les-Usages, dans un secteur du village rue de la voie Orléans-Melun/Étampes par Pithiviers identifié lors d’un diagnostic, des vestiges d’habitations et d’autres bâtiments datés du Bas-Empire ont été découverts. Plusieurs constructions sur poteaux datées de la fin du iiie-début ive siècle ont été mises en évidence mais n’ont pas fait l’objet d’une fouille, contrairement à la nécropole de l’Antiquité tardive. Les découvertes de bâtiments sur poteaux plantés en contexte d’agglomération restent donc très peu nombreuses dans l’Orléanais.

Fig. 3. Plan général de l’occupation identifiée au nord de l’intervention (M. Cunault et S. Joly, Inrap).

2. L’antiquité tardive à Bonnée

  • 3 La brièveté de l’intervention n’a pas permis la fouille de tous les vestiges, malgré l’investisseme (...)

5Au 28 Rue des Bordes, plusieurs fosses avec des lots céramiques très restreints attestent une phase des ive-ve siècles. La densité de vestiges majoritairement du Haut-Empire ne permet pas l’identification aisée ou la caractérisation de cette occupation. En 2009, le diagnostic de la Rue des Sentes a permis la détection d’une occupation extensive du Haut-Empire avec quelques vestiges épars, dont un long fossé rectiligne (le fossé 1), qui témoignent peut-être d’activités agro-pastorales en bordure immédiate de l’agglomération. En bordure nord-ouest des limites d’intervention s’installe un petit secteur bâti à partir de la seconde moitié du iiie et jusqu’au ive, et peut-être le début du ve siècle (fig. 3). En raison de sa surface restreinte et de son intérêt, une fenêtre de décapage de près de 400 m2 a été immédiatement réalisée et sa fouille rapide entreprise3. Les limites de ce secteur bâti semblent avoir été atteintes, sauf au nord-ouest, en direction du centre de l’agglomération du Haut-Empire. Sur environ 180 m2 se concentrent deux foyers, une fosse et vingt-neuf trous de poteau formant deux bâtiments avérés et deux autres supposés. La moitié de ces vestiges a livré des petits lots de mobilier céramique attestant leur appartenance à cette phase de l’Antiquité tardive. La lisibilité d’une partie des plans et la rareté des constructions contemporaines de la région Centre, en particulier dans les sites urbains, justifient leur présentation détaillée.

2.1. Le bâtiment 1

6Sept trous de poteau forment une construction rectangulaire SO-NE de 7,50 m de longueur et 4,30 m de largeur, soit une superficie de 33 m2 (fig. 4). Ces vestiges sont circulaires ou légèrement ovalaires de 0,50 à 0,55 m de diamètre, à bords verticaux et fond plat. Les profondeurs conservées oscillent entre 0,36 et 0,46 m et les altitudes de leurs fonds varient entre 113,95 et 114,05 m NGF (la surface actuelle est à environ 114,75 m NGF). D’importants calages ont été systématiquement observés, presque toujours avec de grands fragments de tegulae disposées verticalement, parfois en double épaisseur, associés avec quelques pierres. Les espaces ménagés au centre de ces calages et les négatifs discernables permettent de supposer l’installation de pièces de bois de 0,20 à 0,30 m de diamètre. Le rôle porteur des poteaux est important et semble équitablement réparti. Les espacements des vestiges sont très réguliers. L’absence de symétrie du plan pourrait s’expliquer par un système d’accès au sud-ouest. Ce plan très équilibré permet une toiture à deux pans sans support intermédiaire en raison de la portée limitée et de la massivité des supports. Dans cette hypothèse la plus simple, les parois sont porteuses, sans aucun poteau faîtier, avec installation de sablières hautes qui supportent les chevrons portant la toiture. La faîtière n’a alors qu’un rôle de lien entre les chevrons.

Fig. 4. Le bâtiment 1 : plan d’ensemble et coupes des poteaux (M. Cunault et S. Joly, Inrap).

2.2. Le bâtiment 2

7Quatorze trous de poteau forment une construction rectangulaire SO-NE de 13,10 m de longueur et 5,10 à 5,40 m de largeur, soit une superficie de près de 69 m2 (fig. 5). Les vestiges sont circulaires ou légèrement ovalaires de 0,50 à 0,65 m de diamètre sauf F.22, légèrement plus modeste. Les bords sont verticaux ou légèrement évasés et les fonds plats ou en légère cuvette. Les profondeurs conservées varient entre 0,20 et 0,42 m, avec des altitudes de fonds entre 113,95 et 114,18 m NGF. Un ancrage légèrement plus important sur la façade sud-est est discernable. Les calages sont formés de pierres et fragments de tegulae disposés verticalement.

Fig. 5. Le bâtiment 2 : plan d’ensemble et coupes des poteaux avec le four F.31 (M. Cunault et S. Joly, Inrap).

8Le plan et les espacements des vestiges sont très réguliers. Ils définissent trois pièces distinctes : au nord-est de 13,5 m2, au centre de 38,7 m2 et au sud-ouest de 17,4 m2. Aucun support n’a été repéré au centre de la file méridionale, le fossé 3, postérieur, n’ayant pu masquer qu’un seul trou de poteau au mieux. L’emploi d’une sablière demeure possible, mais sa longueur de 7,40 m risque de lui provoquer des problèmes de flexion. Il semble donc plus probable d’y restituer des supports posés à même le sol ou très faiblement enterrés, sur plots maçonnés par exemple, et qui ont pu disparaître. Une telle solution technique permettrait une large ouverture au sud-est pour un éclairage naturel et une ventilation maximale tout en maintenant une protection contre les vents dominants et des intempéries. Les dimensions assez modestes des poteaux internes ne permettent pas de supposer une toiture à quatre pans. L’hypothèse la plus simple et la plus cohérente est celle d’une toiture à deux pans. Ce plan très équilibré permet une toiture sans poteau faîtier, les parois nord-ouest et sud-est étant porteuses. Les sablières hautes supportent les chevrons qui portent la toiture. La faîtière n’a alors qu’un rôle de lien entre les chevrons (Zipelius, 1953, p. 24-25). Sa largeur étant assez conséquente, la structure est renforcée par une file de quatre supports intermédiaires médians qui portent aussi sans doute des cloisons.

9La grande pièce centrale est supposée largement ouverte alors que les pièces latérales, plus petites, sont probablement fermées. Leur interprétation fonctionnelle demeure conjecturale. Le seul indice est la présence supposée du foyer F.31 dont le mobilier et son parfait positionnement accréditent sa contemporanéité. La rareté du mobilier n’indique aucun espace de rejet domestique particulier. La fosse charbonneuse F.29 n’est pas datée. Les pièces latérales pourraient abriter aussi bien des fonctions liées à l’habitat que tout l’éventail des activités « annexes ». La pièce centrale, ouverte, permettrait comme un hangar d’abriter du matériel, des animaux ou des activités nécessitant une certaine protection des intempéries, comme pour le foyer servant peut-être pour le séchage des céréales. L’organisation trouve des parallèles évidents avec le bâtiment 9 du ive ou du début du ve siècle de Marolles Le Chemin de Sens de 10 x 6,50 m avec un espace central largement dégagé et des pièces réduites aux extrémités supposées correspondre à des appentis abritant des activités artisanales (Séguier, 1995, p. 49 et 58). Quelques parallèles sont aussi possibles avec le bâtiment 1B de Guichainville et Le Vieil Évreux Le Long Buisson (Eure) qui offre une morphologie plus étirée, avec 15,50 m x 4 m de dimensions (Carpentier, 2006, p. 33-34).

2.3. L’hypothétique bâtiment 3

10Trois trous de poteau assez faiblement conservés forment une possible construction NO-SE de 3,90 m de longueur et 2,60 m de largeur soit environ 10 m2, en restituant un élément porteur au sud-ouest (fig. 6). Leurs diamètres sont compris entre 0,45 et 0,70 m et les profondeurs conservées entre 0,06 et 0,15 m, les altitudes du fond oscillant entre 114,17 et 114,25 m NGF. Sa superficie réduite va de pair avec la modestie des supports.

Fig. 6. L’hypothétique bâtiment 3 : plan d’ensemble et coupes des poteaux (M. Cunault et S. Joly, Inrap).

2.4. L’hypothétique bâtiment 4

11Cinq trous de poteau forment une possible construction NO-SE de 5,30 m de longueur et d’au moins 3,40 m de largeur soit au minimum 18 m2 (fig. 7). Dans l’axe médian, une paire de vestiges, distants de 3 m, ont des diamètres de 0,45 et 0,50 m. Le calage de fragments verticaux de tegulae de l’un et le négatif identifié de l’autre attestent l’emploi de pièces de bois de 0,15 à 0,25 m de diamètre. La profondeur conservée atteint 0,32 m. L’hypothèse de poteaux portant la faîtière est privilégiée. Les autres vestiges semblent trop modestes pour jouer un rôle porteur dans la structure. Ils permettent de localiser les côtés nord-ouest et sud-est à 1 et 1,20 m de l’axe de la faîtière. La paire méridionale, écartée de 1,20 m, pourrait correspondre à un bâti dormant de porte, la différence d’ancrage (0,02 et 0,17 m) pouvant s’expliquer par les contraintes supplémentaires pour le montant portant le vantail. Au nord, le rôle de F. 48 comme poteau cornier ou aménagement d’entrée reste très hypothétique. Avec une poutre faîtière de 3 m environ, l’hypothèse d’une toiture à quatre pans est privilégiée.

Fig. 7. L’hypothétique bâtiment 4 : plan d’ensemble et coupes des poteaux (M. Cunault et S. Joly, Inrap).

2.5. Les fossés

12Deux fossés rectilignes NO-SE (fossés 2 et 3) se développent largement, l’un ayant été repéré sur 190 m et l’autre sur 76 m de longueur. Leurs largeurs, respectivement de 1,10 m à 1,70 m et de 0,80 m à 1,10 m, et leurs profondeurs d’environ 0,30 m attestent leur relative modestie. Une fonction parcellaire et de drainage est probable. Strictement parallèles entre eux et vis-à-vis du fossé 1 antérieur, ils témoignent de la persistance de l’orientation structurante pendant toute l’Antiquité.

13Au nord-ouest, ils semblent spatialement limiter le secteur bâti et border les constructions. Le fossé 3 est postérieur au bâtiment 2 mais son antériorité au foyer F.30 indique bien qu’il est contemporain de certaines constructions. La chronologie fine de ces différents éléments reste indéterminée, en particulier pour les fossés dont la succession ou stricte coexistence n’est pas tranchée. Aucune concentration de rejets domestiques n’est discernable. Le fossé 2, avec une datation du comblement par le mobilier pouvant aller jusqu’au début ve s. ap. J.-C., pourrait être le dernier vestige comblé.

14Ces fossés forment un parcellaire en lanière longue et, peut-être, étroite. L’absence de tout autre vestige plus au sud-est indique la présence d’espaces vides probablement dévolus aux activités agro-pastorales : les arrière-cours et jardins dépendant de l’occupation bâtie plus au nord-ouest.

2.6. Les foyers

15Ces structures de combustion sont rectangulaires à angles légèrement arrondis, à bords quasi verticaux et fonds plat et avec une remontée en pente douce vers le nord-est pour F.31. Leurs longueurs varient de plus de 1,05 à 1,35 m, avec des largeurs de 0,45 à 0,48 m. Les rubéfactions des bords et fonds sont épaisses de 0,02 à 0,04 m. Le mobilier céramique découvert dans F.31 accrédite sa possible contemporanéité avec le bâtiment 2. Postérieurement, le foyer F.30 s’installe sur le fossé 3 sans pouvoir être associé avec une autre construction.

16Ce type de structure est assez fréquent sur les sites contemporains notamment en Île-de-France (Séguier, 1997) et en Haute-Normandie (Carpentier, 2006). L’hypothèse de foyers de forge a parfois été retenue mais désormais l’interprétation de ces tranchées-foyers privilégie le traitement des céréales, en particulier leur séchage pour permettre leur conservation. Leur succession témoigne de la persistance de la fonction.

2.7. Synthèse et discussion

17Les constructions identifiées se superposent ou sont trop proches les unes des autres pour avoir été contemporaines. Leurs datations communes indiquent leur probable succession rapide, sans qu’une chronologie relative ne puisse être établie. Tout au plus le fossé 3 et le foyer F.30 sont postérieurs au bâtiment 2, sans pouvoir être associés aux autres édifices.

18La surface ouverte ne permet pas d’appréhender de manière satisfaisante l’intégration de ces édifices dans leur environnement proche, d’autant plus que ce secteur bâti se développe peut-être au nord-ouest, en direction du centre de l’agglomération antique. Cela restreint d’autant les hypothèses d’interprétation fonctionnelle. La taille limitée des bâtiments 3 et 4 et l’hypothèse retenue d’une pièce centrale largement ouverte pour le bâtiment 1 sont des indices pour y supposer des activités annexes. La présence de foyers successifs de séchage de céréales renforce l’hypothèse d’espace de travail agricole et de conservation des denrées. La rareté du mobilier dans les vestiges et dans les fossés 2 et 3 environnants est un indice, toujours délicat à utiliser, pour attester un relatif éloignement des espaces de consommation et de rejet. La variété typologique des bâtiments témoigne peut-être aussi de la grande diversité de ces fonctions annexes. Les constructions contemporaines en région Centre, comme le bâtiment S d’Esvres-sur-Indre Sur le Peu, peu précisément daté (Fouillet, Mortreau, 2009, p. 173-174), sont trop rares pour permettre des comparaisons. Les nombreuses tegulae en calage, matériau à tout faire et aisément récupérable à proximité immédiate, illustrent le remploi systématique sans que leur présence ne préjuge de la couverture des constructions repérées.

19La répartition topographique de ces bâtiments (orientation et certains espacements) traduit la prégnance de contraintes spatiales (limite parcellaire ?) et la continuité de méthodes et choix architecturaux. Les fossés témoignent aussi de la perduration d’une même orientation structurante depuis le Haut-Empire.

3. Le mobilier céramique du bas-empire

20À l’exception d’un unique tesson de verre découvert dans F. 26, le mobilier de cette occupation se limite à dix-neuf lots de céramique totalisant 108 restes pour 30 individus. La céramique est parfois mal conservée et les éléments de formes sont peu nombreux. Les structures archéologiques sont datées le plus souvent de la deuxième moitié du iiie au ive siècle de notre ère, sans pouvoir affiner davantage ces datations.

Groupes techniques

NR

%

NMI

%

Sigillée de Gaule centrale (résiduelle)

1

1

1

3

Sigillée d’Argonne

2

2

2

7

Commune claire

11

10

4

13

Commune claire engobée

5

5

2

7

Commune à pâte brune

10

9

1

3

Commune sombre

76

70

17

57

Indéterminée

3

3

3

10

TOTAL

108

100

300

100

Fig. 8. Occurrence des catégories techniques de céramiques au Bas-Empire (A. Fourré, Inrap).

Fig. 9. Les céramiques communes sombres (A. Fourré - DAO F. Tane, Inrap).

21Au total, sept catégories techniques, dont une résiduelle et une indéterminée, ont été identifiées (fig. 8).

22La sigillée d’Argonne, céramique fine importée de l’est de la France, est attestée par deux individus dont une coupe de type Chenet 319/320. La pâte fine est orange foncé et les parois sont enduites d’un engobe orange.

23Le reste du mobilier se compose de céramiques communes régionales, groupe dominé par les pâtes sombres cuites en mode réducteur. Celles-ci, originaires en majorité de l’Orléanais, sont de couleur grise ou noire. Elles sont bien cuites et sont riches en mica et quartz blancs grossiers. Sept formes en commune sombre caractéristiques du Bas-Empire ont été identifiées :

  • un plat à lèvre continue de type patina,

  • un pot à lèvre en crochet,

  • un pot à lèvre en bandeau (iso 6-1) (fig. 9),

  • deux jattes dont une à collerette et lèvre en bandeau (iso 32-1) et une à lèvre rentrante renflée (iso 31-1) (fig. 9),

  • deux couvercles dont un à collerette. Cette forme propre au ive siècle ap. J.-C. dans la région d’Orléans (Chambon, Cribellier et coll., 2008, p. 672) est attestée notamment à Escrennes (Loiret ; Fourré, 2009).

24La céramique commune claire cuite en mode oxydant est la deuxième catégorie technique. Les pâtes bien cuites de couleur orange sont micacées et riches en quartz blancs grossiers non calibrés. La paroi extérieure peut être brute ou couverte d’un engobe rouge orangé. Seules deux formes ont été identifiées : une cruche et une jatte à lèvre en bandeau.

25La céramique commune à pâte brune quartzeuse de l’Orléanais est peu présente. Toutefois, il faut souligner l’existence d’un pot mono-ansé orné de rainures (iso 20-1) archéologiquement complet et caractéristique des contextes des ive-début ve siècles ap. J.-C. (fig. 10).

Fig. 10. Une céramique commune à pâte brune (A. Fourré - DAO F. Tane, Inrap).

26Les formes et les pâtes identifiées rattachent ce mobilier au faciès de l’Orléanais durant le Bas-Empire. Malgré la proximité des territoires éduen et sénon, les productions régionales proviennent essentiellement du secteur d’Orléans. Toutefois cette observation, basée sur un lot restreint, devra être confirmée par l’étude d’ensembles plus conséquents.

CONCLUSION

27Plusieurs interventions récentes apportent d’importantes données inédites sur l’agglomération de Bonnée. Elles sont encore trop éparses pour tenter une synthèse. Une continuité de l’occupation est désormais avérée, sans exclure des déplacements restreints et des transformations de la forme de l’habitat : d’une relativement vaste agglomération antique avec théâtre au modeste village médiéval et moderne. La phase de l’Antiquité tardive, déjà entraperçue, est désormais bien identifiée lors du diagnostic de la Rue des Sentes où sa mise en évidence bénéficie de la rareté des autres vestiges. Au nord-ouest, plusieurs bâtiments sur poteaux s’y succèdent de la seconde moitié du iiie au ive, voire au début du ve siècle. La lisibilité de leurs plans et la rareté de constructions contemporaines en région permettent d’en faire une référence dans l’approche typo-chronologique régionale. Un parcellaire en lanières longues et, peut-être, étroites est identifié sur l’ensemble des terrains. Il délimite au sud-est des espaces vides probablement dévolus aux activités agro-pastorales. La faible surface décapée limite les interprétations, notamment fonctionnelles, de ce secteur bâti. L’hypothèse de constructions annexes d’habitations situées plus au nord-ouest est néanmoins privilégiée. Cette occupation s’installe en bordure immédiate de l’agglomération antérieure proprement dite. La perduration d’une orientation structurante depuis le Haut-Empire laisse présumer une parfaite continuité de l’organisation spatiale, sans aucune réorganisation. Pour autant, il est difficile de trancher entre une occupation autonome et limitée située à la périphérie d’une agglomération en quasi-déshérence et un accroissement ou déplacement de celle-ci. L’existence même de cette extension prouverait la perduration et la relative vitalité de cette agglomération. Malgré les questions en suspens, cette forme d’occupation de l’Antiquité tardive est d’autant plus intéressante qu’elle est encore assez peu représentée archéologiquement sur les sites équivalents de la région.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Carpentier V. dir., 2006, ‘Le Long Buisson’ Guichainville et Le-Vieil-Évreux (Haute-Normandie) : bâtisseurs ou squatteurs (ive-fin ve siècle) ?, Rapport final d’opération de fouille, Inrap, section 2 vol. 6.

Castanet C., 2008, La Loire en val d’Orléans : dynamiques fluviales et socio-environnementales durant les derniers 30.000 ans : de l’hydrosystème à l’anthroposystème, Thèse de doctorat d’archéologie sous la dir. de J. Burnouf, codirecteur M. Garcin, Univ. de Paris 1, 545 p.

Chambon M.-P., Cribellier C. et coll., 2008, « Céramiques de l’Antiquité tardive dans l’Orléanais », in : Rivet L. dir., Actes du congrès de la SFECAG, L’Escala-Empúries, 1-4 mai 2008, Marseille, SFECAG, p. 671-679.

Chambon M.-P., Cribellier C., Fourré A., 2011, « Différents types d’approvisionnements de la céramique dans l’Orléanais et le Loiret au Bas-Empire », in : Van Ossel P. dir., Les céramiques de l’Antiquité tardive en Île-de-France et dans le Bassin parisien. Vol. 2 : Synthèses, p. 103-133 (Dioecesis Galliarum - Document de travail, 9-2011).

Cribellier C., 1993, « Un quartier d’habitat gallo-romain à Pithiviers-le-Vieil (Loiret) : ‘Les Ouches du Bourg’ (fouilles 1992-1993) », Revue archéologique du Loiret, 18, p. 15-96.

Cribellier C., 1999, « Bonnée (Loiret) », in : Bellet M.-E. et alii, Agglomérations secondaires antiques en Région Centre, vol. 1, Tours, FERACF/ARCHEA, p. 195-197 (17ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

Devilliers C., 2001, « Les nécropoles d’Augerville-la-Rivière et de Briarres-sur-Essonne (Loiret) (époques gallo-romaine et franque) : reprise de l’étude du mobilier de deux sites fouillés au xixe siècle, à la lueur des travaux récents », Revue archéologique du Loiret, 26, p. 37-71.

Fouillet N., Mortreau F., 2009, Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire) : l’établissement rural protohistorique et antique de ‘Sur Le Peu’, Rapport final d’opération, Inrap.

Fourré A., 2009, « Étude de la céramique gallo-romaine du site d’Escrennes phase 1 », in : Rivoir E. dir., Commune d’Escrennes, Rapport de diagnostic A19, Orléans, SRA Centre.

Joly S., 2001, La Bourbetière/Les Attraits à Bonnée (45.039.015. AH), Document final de synthèse de diagnostic archéologique, AFAN, Tours, 22 p.

Joly S., 2009, « L’occupation de La Bourbetière à Bonnée (Loiret) : nouvelles données sur l’agglomération antique », Revue archéologique du Loiret et de l’axe ligérien, 32, p. 99-105.

Joly S., Chambon M.-P., Chimier J.-Ph., Djemmali N., Di Napoli F., Godignon D., Lozahic Y., Moirin A., Poupon F., 2007, 28 rue des Bordes à Bonnée (45.039.017. AH), Rapport final d’opération de diagnostic archéologique, Inrap, Tours, 60 p.

Joly S., Detante E M., Fontaine A., Liard M., Mercey F., Millet S., 2008, Terres à l’Est du Bourg à Bonnée (45.039.018. AH), Rapport final d’opération de diagnostic archéologique, Inrap, Tours, 94 p.

Joly S., Coquery J.-F., Fourré A., Fournier L., 2009, Rue des Sentes à Bonnée (45.039.019AH), Rapport final d’opération de diagnostic archéologique, Inrap, Tours, 60 p.

Séguier J.-M., 1995, « L’occupation de l’Antiquité tardive de l’établissement rural du ‘Chemin de Sens’ à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) », in : Ouzoulias P., Van Ossel P. dir., L’époque romaine tardive de l’Île-de-France, p. 47-62 (Dioecesis galliarum, Document de travail no 2).

Séguier J.-M., 1997, « Structures de combustion et artisanat du feu en milieu rural au Bas-Empire en Île-de-France », in : Ouzoulias P., Van Ossel P. dir., L’époque romaine tardive de l’Île-de-France, p. 68-86 (Dioecesis galliarum, Document de travail no 3).

Trin l., 2007, La céramique gallo-romaine dans la moyenne vallée de la Loire, Mémoire de Master 2 d’Archéologie sous la dir. de M. Joly, C. Cribellier et G. Sauron, Univ. de Paris IV - Sorbonne, Paris, 2 vol.

Zippelius A., 1953, « Das vormittelalterliche dreischiffige Hallenhaus im Mitteleuropa », Bonner Jahrbuch, 153, p. 13-45.

Notes

1 Par esprit de synthèse et économie, nous renvoyons pour toutes les découvertes anciennes, à l’état des connaissances présenté en 1999 (Cribellier, 1999).

2 Ces données sont encore malheureusement très largement inédites, à l’exception d’une unique notice d’intervention (Joly, 2009). Par simplicité nous renvoyons aux rapports. Par ordre de réalisation : La Bourbetière/Les Attraits (Joly, 2001), 28 rue des Bordes (Joly et alii, 2007), Terres à l’Est du Bourg (Joly et alii, 2008) et Rue des Sentes (Joly et alii, 2009).

3 La brièveté de l’intervention n’a pas permis la fouille de tous les vestiges, malgré l’investissement de l’équipe et en particulier de Michel Barret. Ainsi l’étude de la fosse charbonneuse F.29 et des trous de poteau F.42, F.46, F.48 et F.49 demeure lacunaire.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. L’environnement topographique et archéologique de l’agglomération antique de Bonnée (S. Joly, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 2. Hypothèse d’extension de l’agglomération antique à partir des découvertes anciennes et des interventions récentes (fond de plan : cadastre actuel) (S. Joly, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 3. Plan général de l’occupation identifiée au nord de l’intervention (M. Cunault et S. Joly, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 4. Le bâtiment 1 : plan d’ensemble et coupes des poteaux (M. Cunault et S. Joly, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4483/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5. Le bâtiment 2 : plan d’ensemble et coupes des poteaux avec le four F.31 (M. Cunault et S. Joly, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 6. L’hypothétique bâtiment 3 : plan d’ensemble et coupes des poteaux (M. Cunault et S. Joly, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4483/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 7. L’hypothétique bâtiment 4 : plan d’ensemble et coupes des poteaux (M. Cunault et S. Joly, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4483/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 9. Les céramiques communes sombres (A. Fourré - DAO F. Tane, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4483/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 10. Une céramique commune à pâte brune (A. Fourré - DAO F. Tane, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4483/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search