Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 2. Actualité de la recherche sur l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Le double trésor monétaire de Magny-cours (Nièvre)

Sylviane Estiot, Vincent Drost et Maxence Segard

Résumé

Deux trésors monétaires ont été exhumés en 2008 et 2009 sur le site de Magny-Cours “Champ Rabatin” à l’occasion d’un diagnostic (Magny-Cours 1), puis de la fouille archéologique (Magny-Cours 2). Enfouis à une dizaine de mètres l’un de l’autre et clos par les mêmes séries monétaires émises en 303 de n. è., ils constituent un enfouissement à cachette multiple, confié à la terre par un seul et même thésaurisateur. Le trésor 1 compte 497 monnaies, 1 aurelianus et 496 nummi ; le trésor 2, 832 monnaies, dont 466 antoniniens et aureliani et 366 nummi. Intégralement conservés, ils ont pu être stratigraphiés dans leur récipient et leur première étude est présentée ici.

Texte intégral

1. Le site de Magny-cours et le contexte archéologique

1Un premier trésor (Magny-Cours 1) avait été découvert en 2008 lors du diagnostic préalable mené par l’Inrap sur le site, à une dizaine de mètres du trésor qui sera exhumé lors de la fouille réalisée par la société Archeodunum en 2009 (Magny-Cours 2 ; Segard, 2010). Ce premier trésor a fait l’objet d’un démontage par A. Burgevin, mais n’a pu recevoir d’inventaire lors de l’étude de deux jours qui lui a été consacrée (Burgevin, 2008 et 2009) : l’étude complète de ce premier trésor a été prise en charge par la société Archeodunum et confiée à V. Drost. Le second trésor est en cours d’étude par S. Estiot et R. Nicot (Archeodunum). Un projet de publication conjointe des deux trésors, dont la présentation ne peut être dissociée, est à l’étude. Cet article présente les premiers résultats de l’analyse comparée des deux trésors.

2Les deux trésors proviennent de l’aile sud de la villa dont le développement majeur est daté du ier -iie s. (fig. 1). Ils ont été enfouis dans une épaisse couche de remblai datée du iiie s. Constitué de matériaux de construction, ce remblai scelle une partie des vestiges des périodes précédentes. Bien que les évolutions à partir du iiie s. soient difficiles à restituer, on sait que les bâtiments antérieurs sont abandonnés et partiellement détruits pour récupérer les matériaux. L’occupation est documentée par un petit bâtiment sur solins, quelques structures en creux, une base de colonne en remploi, le dépôt de quelques vases entiers dans un bassin et, surtout, une grande aire dallée remployant des blocs et dalles des états antérieurs. On peut y ajouter un petit solin (palissade ? partie de bâtiment ?) qui a livré une monnaie du début du ive s., et dans l’alignement duquel se trouve l’un des trésors. On est donc assuré que, malgré les fortes restructurations que connaît la villa à partir du iiie s., les trésors ont été enfouis dans un secteur encore fréquenté, à proximité de bâtiments pour la plupart en ruine, mais qui pouvaient constituer de bons points de repère pour cacher et retrouver les dépôts.

Fig. 1. Partie centrale de l’aile sud de la villa de Magny-Cours. Plan des vestiges du iiie- ive s. (DAO A. Schenk, M. Segard).

Fig. 2. Magny-Cours 2. Pot contenant le trésor (cliché M. Segard).

Fig. 3. Magny-Cours 2. Fond de vase ayant servi de couvercle (cliché M. Segard).

3Le trésor de Magny-Cours 1 était contenu dans un vase en céramique commune, probablement d’origine locale. Le pot était disposé dans une position légèrement inclinée et son col était manquant. Une partie des monnaies a été déplacée par la pelle mécanique et a été récupérée au moyen d’un détecteur de métaux. Le second trésor a été découvert lors de la fouille, en avril 2009, à 13 m au nord-est du premier trésor. Il a été partiellement détruit lors du décapage mécanique de couches de démolition. Les sédiments ont été tamisés, ce qui a permis de récupérer l’ensemble des monnaies. Comme pour le trésor 1, la partie préservée du trésor a été dégagée, puis consolidée à l’aide de bandes plâtrées. Les deux trésors ont été prélevés puis démontés en post-fouille.

4Comme le premier trésor, le second dépôt a été enfoui dans un pot en céramique commune oxydante à pâte beige. Il a été déposé dans une cavité aménagée entre des blocs, dans la couche de remblai. Bien qu’on ne dispose que de la partie inférieure, on peut estimer son diamètre maximal à 16,5 cm. À côté de lui était déposé un fond de pot en céramique commune, à paroi un peu plus épaisse, le fond vers le haut. Plus grand, il a un diamètre qui atteint au moins 23 cm (fig. 2 et 3). Les deux pots ont été ensuite recouverts par la même couche de remblai, impossible à distinguer de l’encaissant.

5La première remarque concernant le contenant du trésor porte sur le fait qu’il a été enfoui alors qu’il était déjà endommagé. Toute la partie supérieure manque et, après recollage des morceaux brisés lors du décapage, il s’avère que le bord est très émoussé, ce qui indique qu’il était dans cet état avant sa découverte. Aucun fragment de la partie supérieure du pot n’a d’ailleurs été retrouvé lors du tamisage des déblais. La seconde remarque est la présence, à côté du trésor, d’un second fragment de pot en céramique commune dont seul le fond subsiste. Ce fond de vase de stockage, de plus grand diamètre, était disposé à l’envers, à quelques centimètres du premier. Il ne contenait rien, sinon un sédiment compact contenant de nombreuses inclusions de mortier et de terre cuite ainsi que des cailloux. La relation entre les deux pots est difficile à établir. On peut cependant penser que le fond de vase a servi de couvercle au dépôt monétaire, puis qu’il a été déplacé lors de perturbations post-enfouissement déjà à époque ancienne (labours).

2. Les trésors monétaires

6Ce sont deux documents monétaires de première importance, à plus d’un titre. Les deux trésors ont été trouvés lors d’une fouille et ont ainsi pu être conservés dans leur intégralité, un fait plutôt rare. Ils ont bénéficié chacun d’un démontage stratigraphique qui permet d’approcher le mode de leur constitution et de leur dépôt : seule une petite dizaine de trésors monétaires a, à l’heure actuelle, bénéficié de ce type d’approche. Enfin, ils appartiennent à une classe de trésors monétaires peu répandue, ceux qui s’achèvent par une majorité de nummi, et de nummi lourds au 1/32e de livre, introduits par la réforme de Dioclétien en 294 ap. J.-C.

7Le premier trésor monétaire, Magny-Cours 1, comptait 497 monnaies, 1 aurelianus radié unique et 496 nummi au 1/32e de livre. Le second trésor monétaire, Magny-Cours 2, consistait en 832 monnaies réparties entre 466 antoniniens et aureliani radiés et 366 nummi lourds. Les deux trésors sont en cours d’étude mais il est d’ores et déjà possible d’en donner une analyse globale.

8Bien qu’enfouis à quelque distance l’un de l’autre et composés d’espèces différentes – pour Magny-Cours 1, presque exclusivement des nummi postérieurs à la réforme de Dioclétien de 294 de n. è. ; pour Magny-Cours 2 des antoniniens/aureliani radiés et des nummi en proportion presque égale – leur terminus post quem identique (tpq ca 303 de n.è.) plaide pour l’hypothèse d’un « enfouissement à cachette multiple », réparti dans deux contenants et inhumé au même moment par un même thésaurisateur.

2.1. Démontage

9Le démontage du contenu du trésor 1 a été effectué par A. Burgevin (Burgevin, 2009, p. 102) : dix lots d’importance assez variable ont été isolés (respectivement 27, 67, 57, 58, 49, 53, 65, 42, 40 et 13 ex.) (fig. 4). Il faut y ajouter seize exemplaires tombés lors du prélèvement et dix autres récupérés au moyen du détecteur. Les monnaies étaient agglomérées par un sédiment noir similaire à la couche de dépôt. Malgré un faible degré d’usure, leur aspect est davantage altéré que dans le cas du trésor 2 du fait de la couche de terre assez compacte et de l’épaisse gangue d’oxydation qui les recouvrent. Dans le cadre de l’étude préliminaire, les monnaies ont simplement subi un brossage visant à retirer une partie de la terre.

Fig. 4 . a, b, c. Étapes du démontage du trésor Magny-Cours 1 (clichés A. Burgevin).

10Le trésor de Magny-Cours 2 a été démonté selon la même technique et par les mêmes mains que Magny-Cours 1 (A. Burgevin, R. Nicot). Le sommet de la cruche avait été arasé par les labours anciens et lors de la fouille, par la pelle mécanique : les monnaies en vrac (Lot 0) ramassées autour du récipient sont au nombre de 349 et représentent 42 % de l’ensemble du trésor. Le démontage de l’ensemble des monnaies restées en place dans la cruche a permis le prélèvement de neuf lots, numérotés de Lot 1 (sommet) à Lot 9 (fond de la cruche), de taille très variable (57, 60, 45, 24, 46, 75, 106, 46, 24 ex.), qui représentent le total restant de 483 monnaies. Le sédiment qui apparaît entre les monnaies est argileux, de couleur noire ; on le trouvait en volume conséquent entre les différents groupes de monnaies, ce qui signifie que le thésaurisateur n’a pas recherché à optimiser la réelle capacité du contenant. Même si certaines monnaies semblaient à première vue disposées en piles en périphérie de la céramique, il s’agit d’un phénomène classique de réarrangement interne contre les bords galbés d’un pot et il n’a pas été constaté d’organisation dans les lots qui pourrait faire penser à un dépôt des monnaies sous la forme de rouleaux. Toutefois, la terre interstitielle a été conservée dans la perspective d’une analyse carpologique et afin de déterminer par la présence éventuelle de restes textiles ou organiques si les monnaies ont été conditionnées en rouleaux ou en bourses avant le dépôt. Un premier nettoyage rapide et non invasif a eu lieu pour éliminer la couverture argileuse et la pellicule sédiment/corrosion.

2.2. Stratigraphie : un enfouissement unique à double cachette

11La composition des différents lots isolés par la fouille stratigraphique de Magny-Cours 1 est parfaitement homogène. Dans chacun des lots, les nummi issus des émissions produites entre 294 et 298 prédominent nettement. Il est à noter que la monnaie la plus ancienne, l’aurelianus d’Aurélien, se trouvait dans la partie supérieure du vase (lot 3).

12Le démontage du trésor de Magny-Cours 2 en neuf lots a produit une « stratigraphie paradoxale » qui éclaire indirectement la composition, elle aussi surprenante, du dépôt. Les couches déposées en premier, celles du fond de la cruche, sont composées exclusivement de nummi, des monnaies émises après 294 AD. Les couches les plus hautes et en particulier tout le Lot 0 correspondant au sommet de la cruche-trésor, ne contiennent que des aureliani, émis de 240 à 294 AD. Ce sont donc les monnaies les plus anciennes qui ont été déposées les dernières dans la cruche. Cette stratigraphie inversée permet ainsi de saisir le processus suivi par la thésaurisation :

  • le propriétaire a constitué un pécule de nummi dans les premières années du ive siècle. Les premières constatations tendent à prouver que les vases 1 et 2 n’ont pas servi de tirelires (on ne constate pas l’existence de lots successifs à la composition différenciée, comme cela aurait été le cas s’ils avaient été déposés l’un après l’autre au fil du temps dans le vase), mais ont reçu des monnaies en vrac, ce que devra naturellement vérifier l’analyse fine des lots stratigraphiques prélevés dans les deux vases. Il faut noter par ailleurs que les deux ensembles de nummi ne sont pas de composition identique, en termes d’ateliers et d’émissions représentées, ce qui laisse supposer qu’il existait déjà deux ensembles distincts avant la mise en pot ;
  • le thésaurisateur choisit de confier à la terre en ca. 303 AD son épargne de nummi : il remplit un premier vase de céramique, dans sa totalité (trésor 1), puis un second, partiellement (trésor 2) ;
  • avant l’enfouissement de son pécule, il complète la cruche 2 à moitié pleine par un autre ensemble monétaire, un lot composé d’aureliani mêlés de quelques antoniniens plus anciens, qu’il avait rassemblé quelques années auparavant.

3. Analyse numismatique : profil et composition des deux trésors (fig. 5)

13Concernant Magny-Cours 1, le trésor se compose de 496 nummi émis, pour la plupart, dans les ateliers gallo-britanniques, entre la réforme de Dioclétien en 294 et l’année 303. La présence intrusive d’un aurelianus frappé en 274-275 n’est guère surprenante si on lui rapproche la composition du second trésor. Cet aurelianus d’Aurélien a été émis par l’atelier pannonien de Siscia.

14Pour Magny-Cours 2, la thésaurisation couvre une période 240-303 AD. Deux espèces s’y trouvent mêlées, la monnaie radiée – des antoniniens émis avant la réforme d’Aurélien de 274 de n. è. et des aureliani radiés frappés de 274 à 294 AD et des nummi lourds laurés. Le trésor présente un profil atypique dans le sens que la part qu’y joue la monnaie radiée (466 ex., soit 56 %) est surprenante. En effet, on rencontre généralement les deux types de numéraire thésaurisés à part :

  • ou bien les aureliani de la réforme d’Aurélien : par exemple, trésor de Villette d’Anthon (F, Isère), Thun (CH, Berne), Gloucester (GB, Gloucestershire), Rogiet (GB, Monmouthshire), Petrijanec (HR) ;
  • ou bien les nummi lourds au 1/32e de livre postérieurs à la réforme de Dioclétien de 294 AD.

15À ce titre, Magny-Cours 2 se rapproche du gros trésor de Troussey (Meuse, 5.864 monnaies) qui, dans une moindre mesure (10 % de nummi contre 44 % pour Magny-Cours 2), illustrait ce phénomène d’une présence simultanée de ces deux types d’espèces (Estiot, 1999, p. 183-9). Le démontage du trésor et la stratigraphie des monnaies dans le récipient apportent des informations éclairantes sur cette anomalie (voir supra).

3.1. Le monnayage radié : antoniniens / aureliani (240-294)

16L’ensemble des monnaies radiées émises avant la réforme monétaire de Dioclétien s’élève à un seul aurelianus pour Magny-Cours 1 et à 466 exemplaires pour Magny-Cours 2 : c’est donc pour le second trésor que vaut notre commentaire.

17L’antoninien le plus ancien est au nom de Gordien III et a été frappé à Rome pour la 3e émission au début 240 (Éauze 671). La tête du trésor se compose de quatre autres antoniniens : Philippe II Auguste, fils de Philippe (Rome, 247-249), Salonine (Milan, règne conjoint de Valérien et Gallien, 253-260) et Gallien (deux exemplaires du règne seul 260-268, Rome 4e et 5e émissions). Ces monnaies les plus anciennes du trésor 2 sont des monnaies résiduelles, retirées de la circulation depuis longtemps : ces espèces, encore de bon aloi, ont disparu des circuits monétaires du dernier quart du iiie siècle, chassées par la mauvaise monnaie d’inflation produite en masse à partir de 266-267 de n.è. (dernières émissions de Gallien ; frappes de Claude II, Quintille, Divo Claudio ; monnayage des empereurs gaulois, en particulier celui des Tétricus).

Fig. 5. Tableau de composition des deux trésors de Magny-Cours.

18La thésaurisation ne commence en réalité qu’avec le règne d’Aurélien. Les monnaies de ce règne ont été soigneusement sélectionnées sur leur bonne apparence et leur module (32 ex.), même si pour la plupart elles ont été émises avant la réforme monétaire de 274 AD (17 ex.) : ont été écartées soigneusement les premières émissions du règne, un numéraire de qualité aussi dégradée que les émissions d’inflation Gallien/Claude II auxquelles elles succèdent. Les monnaies d’Aurélien sélectionnées datent des émissions tardives de l’atelier de Milan et de la réouverture de l’atelier de Rome (273 AD), fermé après la « guerre des monétaires » qui avait marqué la reprise en main du système de production de la monnaie par Aurélien.

19Les aureliani des règnes postérieurs à la réforme d’Aurélien jusqu’à la réforme de Dioclétien (274-294 AD), de bon poids et de bonne argenture, confirment une réalité par ailleurs bien connue : les aureliani ont été immédiatement thésaurisés après leur frappe ; on ne les rencontre que rarement dans les fouilles. Selon le principe de la loi de Gresham, ils n’avaient aucune chance de s’imposer dans une circulation monétaire inondée par les antoniniens d’inflation émis sous Gallien/Claude et les émissions des derniers empereurs gaulois et leurs milliers d’imitations radiées. L’essentiel du monnayage radié réformé date des règnes de Probus (121 ex.) et de la Tétrarchie avant réforme (227 ex.).

20Une seule exception à cette sélection attentive des meilleures espèces opérée par le thésaurisateur antique : une monnaie d’imitation de petit module au type de consécration de Claude II, Divo Claudio (Ø 15 mm) dont il n’y a pas lieu toutefois de penser qu’elle puisse être un intrus bien qu’elle ait été collectée avec les monnaies trouvées dispersées en surface. Elle a plutôt probablement échappé à la vigilance du propriétaire antique quand il a filtré les monnaies en sa possession pour ne thésauriser que les meilleures. Dans les premières décennies du ive siècle, ces imitations Divo Claudio de fabrication italienne circulent largement dans les circuits d’échange quotidiens, aux côtés des innombrables imitations radiées à l’effigie des Tétricus produites dans des ateliers clandestins gaulois.

21La ventilation entre ateliers émetteurs permet de noter la prépondérance – classique dans les trésors occidentaux – de l’atelier de Lyon, ouvert par Aurélien à la fin de son règne : 290 exemplaires en proviennent, soit 62,5 % du monnayage radié parvenu dans le trésor de Magny-Cours 2. Ce pourcentage moyenné sur la période ne doit pas cacher l’évolution rapide de la part que Lyon joue dans l’approvisionnement en numéraire. L’atelier monte en puissance, de son ouverture en 274 après la reconquête du territoire de l’empire gaulois rebelle jusqu’à la réforme monétaire de 294 : pour la fin de la période, sous la Dyarchie/Tétrarchie, Lyon fournit 89 % des 227 aureliani entrés dans le trésor de Magny-Cours 2. Les ateliers italiens (Milan/Ticinum et Rome) n’apportent que 30 % du monnayage et la part des ateliers balkaniques se réduit (5,4 %). Seule exception orientale, trois aureliani en provenance de l’atelier de Cyzique, situé en Mysie sur la rive asiatique de la Propontide : l’atelier est très actif sous les règnes d’Aurélien et de Probus, et sa position de port maritime de guerre et de commerce permet l’exportation significative de son monnayage vers l’Occident de l’empire.

3.2. Le monnayage lauré : les nummi (294-303)

22Les 366 nummi du trésor de Magny-Cours 2 (44 % de l’ensemble), de même que les 496 exemplaires de Magny-Cours 1, sont tous des nummi lourds émis au 1/32e de la livre romaine : aucun ne date de la première réduction du nummus qui intervint en 307 AD. Le terminus des deux trésors est parfaitement synchrone et peut être situé vers l’année 303. Les émissions les plus tardives à être représentées sont les suivantes :

  • Trèves : émission S/F//I-IITR (302-303) (fig. 6),
  • Lyon : émission (autel)/A-B//PLG (2e phase) (302-mi 304) (fig. 7),
  • Ticinum : émission - /(.)//P-TT. (300-303) (fig. 8),
  • seulement dans le second trésor, des monnaies provenant d’ateliers plus excentrés par rapport au lieu de la trouvaille sont issues d’émissions s’achevant également en 303 (Rome : ém. - /*//RP-Q ; Carthage : ém. - / - //A-Δ (phase 2) ; Antioche : ém. - /A-I//ANT*).

23La composition des trésors de Magny-Cours doit être analysée à la lumière d’autres dépôts contemporains. Ils sont peu fréquents et peu ont été étudiés et publiés de manière satisfaisante. Nous disposons de quelques ensembles qui présentent un terminus très proche de celui des deux trésors de Magny-Cours : Marchovelette, Dillingen-Pachten, Troussey et Bazarnes. Il est à noter que tous ont été découverts dans le quart nord-est de la Gaule (fig. 9).

Fig. 6. Nummus, Trèves, Constance Chlore, émission S/F//I-IITR (302-303) - RIC VI, 530a
(Magny-Cours 1, lot 2, cliché V. Drost).

Fig. 7. Nummus, Lyon, Constance Chlore, émission (autel)/A-B//PLG, 2e phase (302-mi 304) - Bastien , 1980, 272
(Magny-Cours 1, lot 6, cliché V. Drost).

24Malgré un terminus strictement identique, la répartition des monnaies par atelier dans les deux trésors de Magny-Cours diverge assez sensiblement, comme le montre en particulier la représentation respective des deux principaux ateliers gaulois, Trèves et Lyon. Dans Magny-Cours 2, Trèves (45 %) prédomine nettement sur Lyon (21 %) mais sans atteindre le chiffre de trésors comme celui de Troussey (Meuse) qui comprend 68 % de nummi trévires. Magny-Cours 1 présente la configuration inverse puisque Lyon (44 %) est nettement surreprésenté par rapport à Trèves (29 %), ce qui le rapproche en cela du trésor de Bazarnes (Yonne).

25En affinant l’analyse par l’examen des émissions représentées, des différences nettes s’observent dans la composition des deux trésors de Magny-Cours. Dans le premier dépôt, le lot de nummi a été constitué à date plus précoce : il est composé à plus de 80 % de monnaies frappées entre 294 et 297. Dans le second trésor, le profil est inversé puisque la période plus tardive 298-303 fournit plus de 70 % des nummi (fig. 9 et 10).

Fig. 8. Nummus, Ticinum, Maximien Hercule, émission-/(.)//PT-T . (300-303) - RIC VI, 43b var.
(Magny-Cours 1, lot 1, cliché V. Drost).

26Par ailleurs, le trésor 1 se distingue par des proportions particulièrement élevées de monnaies frappées dans l’Atelier continental sans marque, traditionnellement identifié comme Boulogne (10,5 %), dont la représentation n’excède habituellement pas les 2 % comme c’est d’ailleurs le cas dans le second trésor. Le fait tient à l’évidence au caractère globalement précoce du lot de nummi entrés dans le dépôt de Magny-Cours 1 puisque la période d’activité de l’atelier continental se limite aux années 295-296. L’atelier de Londres est quant à lui relativement bien représenté dans les deux dépôts (8,5 % et 6,6 %) par rapport à ce qui s’observe dans les ensembles contemporains. Dans les trésors plus tardifs, même ceux enfouis en Gaule centrale, l’apport de l’atelier britannique dépasse en revanche souvent les 20 %.

27Autre différence de taille entre Magny-Cours 1 et 2, le second contient une proportion nettement plus forte de monnaies frappées par l’ensemble des ateliers italiens, Ticinum, Aquilée, Rome, auquel il faut ajouter Carthage, un atelier d’abord créé comme succursale de Rome au moment où Maximien mène la guerre contre les Quinquegentiani et dont les produits circulent largement sur la rive nord de la Méditerranée occidentale, soit en tout 23 % (trésor 1 : 7,3 %). On note dans les deux dépôts la présence réduite des produits venant des ateliers balkaniques (quatre ex. au total pour Siscia et Héraclée), sans grande surprise étant donné la rareté générale de leurs produits à l’ouest. L’Orient est toutefois représenté par quatre nummi d’Antioche de Syrie et d’Alexandrie d’Égypte, parvenus dans le trésor 2.

28Enin, le phénomène marginal du faux monnayage qui touche les nummi de la réforme est illustré par la présence, dans Magny-Cours 1, d’une imitation inspirée d’un prototype de Ticinum.

Fig. 9. Tableau des trésors de comparaison au terminus post quem 303 AD.

4. Quelques monnaies intéressantes...

4.1. Aureliani

29Le trésor de Magny-Cours 2 recèle trois types de rareté.

30• Une monnaie de l’usurpateur Julien (284-285 AD), qui s’était révolté en Vénétie à la mort de Numérien (novembre 284), au moment même où Dioclétien s’autoproclamait empereur à Nicomédie : le monnayage de Julien, émis à Siscia en Pannonie (actuelle Sisak, en Croatie), est peu répandu et n’est que difficilement parvenu dans les trésors de l’Occident de l’empire. La monnaie de Julien représente 0,1 % du trésor de Magny-Cours : pour comparaison, le très gros trésor nord-italien de La Venèra, bien que constitué dans la zone géographique de l’usurpation de Julien, la Vénétie, ne contient que six exemplaires à son nom sur un ensemble de 46.341 monnaies, soit 0,01 %. Toutefois une étude récente du monnayage de Julien (Estiot, 2010) recense trente-trois aurei issus de quinze coins de droit et quinze coins de revers, un médaillon unique et 123 aureliani : pas moins de vingt-six exemplaires ont été listés répondant à la description de la monnaie du trésor de Magny-Cours (fig. 11), au revers Victoria Aug, Victoire debout.

31• Cinq exemplaires de l’atelier de Trèves : l’atelier mosellan est ouvert peu avant la réforme de 294 AD, quelques mois avant l’introduction de la nouvelle espèce qu’est le nummus. L’ouverture de l’atelier est rendue possible grâce à l’envoi d’équipes d’ouvriers monétaires venus de Lyon. Trèves deviendra par la suite l’un des principaux centres de frappe du nummus au ive siècle, mais seules trois émissions d’aureliani y seront produites avant la réforme. Trois des aureliani de Trèves entrés dans Magny-Cours 2 sont particulièrement rares :

  • une monnaie au buste cuirassé et casqué de Maximien (fig. 12) portant le revers Claritas Augg//PTR n’est connue que par deux autres exemplaires, l’un maintenant au British Museum (Cahn, 1955, 11a = ex-collection Cornaggia, MM XIII, 231) et l’autre dans le trésor de Thibouville no 3183 (Cahn, 1965, 11b) ;
  • un exemplaire au nom du César Constance Chlore au revers Tempor Felicit //PTR (fig. 13) : le type n’était connu que par un exemplaire de Milan (Cahn, 1955, 35a), un autre exemplaire a été acquis par la Bibliothèque nationale de France (ex-trésor de Thibouville no 3186, Cahn, 1965, 35b), la monnaie de Magny-Cours est le 3e exemplaire connu et partage la même paire de coins que la monnaie conservée à Milan.
  • une monnaie à l’effigie de Dioclétien, drapée et cuirassée vue de dos, au revers Saeculi Fel C/ - //PTR (fig. 14) est le second exemplaire connu, à côté d’une monnaie entrée au British Museum (Cahn, 1955, 45 = ex-collection Cornaggia, MM XIII, 254) ;

Fig. 10. Tableau des ateliers et émissions des nummi de Magny-Cours 1 et 2.

32• deux monnaies de l’usurpateur breton Carausius, émises l’une à Londres, l’autre à Colchester, qui présentent la particularité d’être aux nom et effigie de Maximien Hercule. Il est à noter que le trésor de Bazarnes (Yonne) relativement proche de Magny-Cours 2 à la fois géographiquement et dans sa composition (Bazarnes fait partie des trésors comptant une haute proportion d’antoniniens/ aureliani à côté de nummi lourds, respectivement 74 % et 26 %) comptait tout comme Magny-Cours 2 deux exemplaires frappés par Carausius pour Maximien (Bazarnes 353-354) ;

33- la monnaie frappée à Londres (fig. 15) correspond au type Carson, 1982, — 18 = Bourne, 2009, — 29 décrit d’après un exemplaire du BM ; il en existe aussi un exemplaire à Paris ;

34- la monnaie provenant de l’« Atelier C » généralement identifié avec Colchester (fig. 16) porte une titulature IMP C MAXIMIANVS P AVG qui n’a pas été jusque-là répertoriée (Carson, 1982, — ; Bourne, 2009, —).

35L’usurpateur breton, pour se concilier les empereurs légitimes, Dioclétien et Maximien, avait produit des séries monétaires pour lui-même et ceux qu’il appelait ses « frères » (monnaies à la titulature Carausius et fratres sui) (Pflaum, 1960 ; Shiel, 1978 ; Carson, 1982, 1987 ; Bourne, 2009). Même si les monnaies de Magny-Cours 2 sont à l’efigie de l’empereur légitime Maximien Hercule, leurs légendes de revers explicites « aux trois ~ g » font allusion au règne conjoint de trois Augusti. Les revers Pax Auggg (Pax Augustorum trium) et Provid Auggg (Providentia Augustorum trium) se prétendent émis au nom d’un collège impérial formé par Dioclétien, Maximien Hercule et Carausius lui-même, une pure fiction politique propagée par l’usurpateur.

4.2. Nummi

36Le monnayage de bronze argenté de la réforme de Dioclétien, et notamment les nummi frappés dans les ateliers gallo-britanniques qui constituent l’essentiel des lots parvenus dans les deux trésors de Magny-Cours, est relativement bien cadré (RIC VI) : les deux dépôts ne livrent pas de surprise majeure.

37Parmi les difficultés qui subsistent, l’une concerne le classement des séries non signées de Londres qui suivent la première émission signée //LON. Le contingent relativement important d’exemplaires issus des premières séries londoniennes dans le trésor 1 apporte certains compléments.

38- Ainsi, la titulature IMP MAXIMIANVS P F AVG n’était pas relevée pour l’émission//LON (fig. 17).

39- C’est pour le « groupe intermédiaire » non signé que les apports sont les plus significatifs. Pour ce groupe, P. Bastien (Bastien, 1959, p. 40 et 1971, p. 153) répertoriait de rares monnaies à l’effigie de Dioclétien, de Constance et de Galère. Jusqu’alors, les bustes nus et cuirassés étaient attestés pour Dioclétien et Constance alors que seul le buste cuirassé l’était pour Galère. Grâce aux onze exemplaires des trésors appartenant au groupe intermédiaire, les lacunes peuvent être comblées pour Maximien, tant pour le buste nu (deux ex. : fig. 18 Magny-Cours 1 et fig. 19 Magny-Cours 2) que pour le buste cuirassé (fig. 20), monnaie qui partage d’ailleurs son coin de droit avec un exemplaire du trésor de Domqueur (no 1021) et un du trésor de Mont-Saint-Sulpice (no 2). L’emploi du buste nu pour Galère est par ailleurs désormais attesté (2 ex. : fig. 21 Magny-Cours 1 et fig. 22 Magny-Cours 2). Enin, la preuve que le buste cuirassé et drapé fut également utilisé dans ce groupe est apportée par un nummus au nom de Dioclétien (fig. 23).

Fig. 11. Aurelianus, Siscia, Julien « de Pannonie », S/A//XXI - RIC V.2, 5 ; Estiot , 2010, p. 412-413 (Magny-Cours 2, lot 0, cliché S. Estiot).

Fig. 12. Aurelianus, Trèves, Maximien Hercule, //PTR - Cahn C, 1955, 11 (Magny-Cours 2, lot 0, cliché S. Estiot).

Fig. 13. Aurelianus, Trèves, Constance Chlore, //PTR - Cahn C, 1955, 35 (Magny-Cours 2, lot 0, cliché S. Estiot).

Fig. 14. Aurelianus, Trèves, Dioclétien, C/-//PTR - Cahn C, 1955, 45 (Magny-Cours 2, lot 0, cliché S. Estiot).

40Parmi l’important contingent de monnaies trévires et lyonnaises se trouvent également quelques exemplaires qui complètent les ouvrages de référence. Outre les associations titulatures/bustes inédites ou les variantes d’officines, trois monnaies de Trèves présentent des titulatures non répertoriées au sein des émissions auxquelles elles appartiennent.

41- Ainsi, la titulature courte IMP DIOCLETIANVS AVG n’était pas connue pour la première émission de Trèves -/-//TR (fig. 24).

42- Pour ce qui est des bustes, une tête à gauche est à signaler pour Maximien dans cette même première émission (fig. 25).

43- Dans l’émission suivante A-C/-//TR, un exemplaire porte la titulature DIOCLETIANVS P AVG omettant le titre d’Imperator qui accompagne pourtant habituellement la désignation des Augustes jusqu’en 302/303 (fig. 26).

44- Enfin, dans la troisième émission A-C/Γ//TR, l’effigie de Maximien est accompagnée de la titulature IMP MAXIMIANVS PIVS AVG dans laquelle le qualificatif pius n’est pas abrégé (fig. 27).

45À Lyon, deux monnaies de la série A-B/-//LP offrent des bustes à attributs très rares dans l’émission. Le buste de Maximien avec la massue et la peau de lion n’était connu de P. Bastien (Bastien, 1980, p. 76) que par un unicum, dont le coin de droit est différent de celui du second exemplaire que livre le trésor de Magny-Cours 1 (fig. 28). Aucun buste à attributs n’était jusqu’alors attesté pour Galère, lacune que vient combler un exemplaire avec haste sur l’épaule (fig. 29).

5. Valeur du double tresor de Magny-Cours ?

46Peut-on évaluer le pouvoir d’achat des deux trésors dans leur ensemble ? Quelle est l’importance de la masse monétaire thésaurisée rapportée aux prix pratiqués au tout début du ive siècle de notre ère ? Question naturelle, à laquelle il est cependant difficile de répondre : les évaluations données ici doivent être prises avec la plus grande prudence, elles n’ont qu’une valeur indicative. En effet, les sources et les textes antiques sont, d’une manière générale, ou totalement muets ou très avares d’information en ce qui concerne les realia monétaires et économiques. Les données chiffrées les plus abondantes (contrats, taxes, ventes) proviennent des papyri égyptiens et donc d’une région à part au point de vue politique et économique : l’Égypte fonctionne en circuit fermé avec sa monnaie propre, le tétradrachme, jusqu’à son alignement sur le système monétaire impérial au moment de la réforme de Dioclétien.

47Nous ignorons en outre quel rapport unissait les diverses espèces monétaires et les différents métaux entre eux, en particulier la tarification de l’aurelianus, l’antoninien réformé créé en 274, en termes de monnaie de compte, le denier (2 deniers ? 5 deniers ?) et la tarification du nummus de Dioclétien par rapport à ce même denier de compte (5 deniers ? 10 deniers ? 12,5 deniers ? 20 deniers ?). L’organisation des systèmes monétaires de la deuxième moitié du iiie siècle reste encore maintenant un sujet très controversé.

Fig. 15. Aurelianus, Londres, Carausius, au nom de Maximien Hercule, S/P//MLXXI - Carson , 1982, 18 (Magny-Cours 2, lot 0, cliché S. Estiot).

Fig. 16. Aurelianus, « C mint », Carausius, au nom de Maximien Hercule, S/P//C - Carson , 1982, — (Magny-Cours 2, lot 3, cliché S. Estiot).

Fig. 17. Nummus, Londres, Maximien Hercule, émission //LON (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 5, cliché V. Drost).

Fig. 18. Nummus, Londres, Maximien Hercule, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, démontage, cliché V. Drost).

Fig. 19. Nummus, Londres, Maximien Hercule, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 2, lot 7, cliché S. Estiot).

Fig. 20. Nummus, Londres, Maximien Hercule, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 2, cliché V. Drost).

Fig. 21. Nummus, Londres, Galère, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 5, cliché V. Drost).

Fig. 22. Nummus, Londres, Galère, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 2, lot 9, cliché S. Estiot).

Fig. 23. Nummus, Londres, Dioclétien, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 4, cliché V. Drost).

Fig. 24. Nummus, Trèves, Dioclétien, émission //TR (294) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 2, cliché V. Drost).

Fig. 25. Nummus, Trèves, Maximien Hercule, émission //TR (294) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 4, cliché V. Drost).

Fig. 26. Nummus, Trèves, Dioclétien, émission A-C/-//TR (295) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 5, cliché V. Drost).

Fig. 27. Nummus, Trèves, Maximien Hercule, émission A-C/Γ//TR (296-297) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 9, cliché V. Drost).

Fig. 28. Nummus, Lyon, Maximien Hercule, émission A-C/-// LP (297) - Bastien , 1980, 76 (1 ex.) (Magny-Cours 1, lot 2, cliché V. Drost).

Fig. 29. Nummus, Lyon, Galère, émission A-B/-//LP (297) - Bastien , 1980, — (Magny-Cours 1, lot 8, cliché V. Drost).

48Cependant des découvertes épigraphiques importantes faites au cours des années 1970 ont permis d’avancer sur un terrain plus solide pour la période qui nous intéresse. La découverte à Aphrodisias de Carie (Erim et alii, 1971) d’une constitution impériale datant de 301 et doublant la valeur faciale des espèces monétaires en vigueur depuis la réforme de Dioclétien confirme un remaniement drastique du système monétaire, que seul le changement de typologie des nummi (apparition des revers Moneta Sacra) avait permis jusqu’alors de subodorer, mais sans en révéler l’ampleur. Le fragment de l’Édit du Maximum trouvé en Turquie à Aezani (Naumann, Naumann, 1973, p. 57) a permis de reconstituer l’intégralité du chapitre concernant les prix des métaux précieux, de l’or (72.000 deniers la livre) et de l’argent (6.000 deniers la livre) qui faisaient l’objet de reconstitutions extrêmement variables chez les historiens modernes des faits économiques antiques.

49Par ailleurs, il faut garder en mémoire que les prix indiqués par l’Édit du Maximum sont des prix plafonds qui ne correspondent pas forcément aux prix réellement pratiqués, qu’il est exclu d’autre part que les produits et services énumérés aient eu la même valeur dans toutes les provinces de l’empire, en particulier en Gaule : or il convient de rappeler que les fragments de l’Édit qui nous sont parvenus proviennent de 40 sites différents, de répartition exclusivement orientale (Grèce, Asie Mineure, Égypte).

5.1. Somme en deniers des deux trésors de Magny-Cours

50Les 1.329 monnaies de deux dépôts se répartissent en 467 antoniniens et aureliani (x 2 d.) et 862 nummi (x 12,5 d.) = 11.709 deniers de compte.

51Après 301 et le doublement de la valeur faciale des espèces qu’atteste l’Édit d’Aphrodisias

52= 23.418 deniers de compte.

5.2. Équivalence en annuités de solde d’un fantassin légionnaire

53Les estimations du stipendium (solde) légionnaire annuel divergent, selon les spécialistes, du simple au triple, de 600 deniers à 1.800 deniers (Carrié, 1978). Les trésors de Magny-Cours permettraient de payer, dans un cas 39 années, dans l’autre, 13 années de solde d’un légionnaire. Mais si la somme représentée par les trésors de Magny-Cours paraît importante, cette évaluation est à tempérer : le stipendium ne constitue à la fin du iiie siècle qu’une part réduite des revenus du légionnaire, à côté des fournitures en nature (annone), des primes, du butin et surtout des donativa, les distributions en monnaie ou en métal faites à l’occasion des victoires ou des anniversaires impériaux. Les donativa en 300 AD représentent trois à quatre fois le montant annuel du stipendium. J. Jahn (Jahn, 1984) estime ainsi le revenu annuel du légionnaire à 8.050 deniers (stipendium 1.800 deniers + donativa 6.250 deniers) : les trésors de Magny-Cours équivaudraient alors à un peu moins de 3 ans de solde légionnaire.

5.3. Équivalence des trésors de Magny-Cours en salaires

54L’Édit du Maximum (300 AD) donne une liste de salaires journaliers – la nourriture étant normalement assurée – qui permettent d’estimer la valeur des deux trésors :

  • pâtre : 20 deniers = + de 3 ans de travail
  • ouvrier agricole, ânier, chamelier, ouvrier tisserand : 25 deniers = 2,5 ans de travail
  • menuisier, charpentier, maçon, charron : 50 deniers = + de 1 an de travail
  • marbrier, mosaïste (mural) : 60 deniers = 1 an de travail
  • peintre : 75 deniers = 10 mois de travail
  • artiste peintre : 150 deniers = 5 mois de travail

55La fourchette des rémunérations journalières se situe entre 20 et 60 deniers ; le salaire moyen est de 40-50 deniers par jour et le salaire minimum de 25 deniers. Les trésors de Magny-Cours équivalent ainsi à 2,5 ans de salaire minimal ou à 15-20 mois de salaire moyen.

5.4. Équivalence des trésors de Magny-Cours en produits Marchands

56Les chapitres de l’Édit du Maximum consacrés aux métaux précieux donnent la livre d’or à 72.000 deniers (1 livre romaine = 327,45 g) et la livre d’argent à 6.000 deniers. Les trésors de Magny-Cours équivalent ainsi à ca 1/3 livre d’or et ca 4 livres d’argent.

57Concernant le prix des vêtements ou des bêtes de somme :

- Manteau

1.000 deniers

- Couverture

500 deniers

- Chaussures

50-80 deniers

- Bottes

75 deniers

- Lit

400 deniers

- Âne

7.000 deniers

- Paire de bœufs

10.000 deniers

- Cheval, mulet

36.000 deniers

58Les trésors de Magny-Cours équivalent au prix de deux ânes et d’une paire de bœufs.

6. Conclusions provisoires

  • 1 Depuis cette communication de 2010, le trésor a été publié : Estiot et alii, 2013.

59L’étude préliminaire des deux trésors de Magny-Cours menée ici devra bien sûr voir ses analyses confirmées et affinées sur la base du catalogue définitif1. Le nettoyage et la restauration des monnaies s’imposeront, particulièrement pour l’étude délicate des liaisons de coins : les monnaies, malgré leur excellent état de frappe et leur argenture intacte, se trouvent dans un état de corrosion superficielle qui en rend pour l’heure l’examen charactéroscopique difficile.

60L’étude et la publication des deux dépôts monétaires devront se faire en parallèle car ils représentent un « enfouissement à cachettes multiples » et à terminus similaire.

61Les deux trésors de Magny-Cours dont le terminus se situe en 303 de n. è. sous la première Tétrarchie font partie d’une classe de trésors peu fréquente : ce sont donc des témoins importants de la production monétaire des ca 35 ans que couvre la période de thésaurisation réelle (décennie 270 de n.è. -début du ive siècle). De la production monétaire, car nous ne pouvons parler à cette époque-là de trésors témoins de la circulation monétaire : le monnayage trouvé sur les sites à la même époque est d’un profil totalement différent, et on ne relève que très rarement dans les fouilles les aureliani et nummi qui figurent dans les trésors de Magny-Cours.

62Les deux trésors de Magny-Cours bénéficient du privilège rare d’avoir été exhumés en fouille, et donc d’avoir été préservés dans leur intégralité pour l’étude : s’ils permettent de constater des choix opérés dans le numéraire, ce sont les choix qu’a opérés le thésaurisateur antique.

63Fait encore moins fréquent : ils ont pu bénéficier d’un démontage qui en a préservé la stratigraphie. Seuls quelques trésors – moins d’une dizaine en tout – ont pu bénéficier ainsi d’une micro-fouille opérée dans le récipient : en France, Villette d’Anthon (encore inédit, Amandry et alii, 1996) ; Saint-Maurice-de-Gourdans (Estiot, 1996, 1997), dont la stratigraphie a donné d’excellents résultats montrant que le récipient a servi de tirelire au fil du temps ; Pannecé (inédit, Aubin et alii, 2005) dont la micro-fouille par C. Cécillon s’est inspirée des techniques de fouille des urnes cinéraires ; au Luxembourg, Titelberg (Weiller, 1999) ; en Suisse, Neftenbach (Von Kaenel et alii, 1993) ; en Grande-Bretagne, Aldbourne (Besly, 1984), Tattershall Thorpe (Besly, Bland, 1984) et tout récemment l’énorme trésor de Frome découvert en avril 2010 (Moorhead et alii, 2010).

64Enfin, le trésor de Magny-Cours 2 atteste, par la présence simultanée d’aureliani et de nummi, deux espèces généralement thésaurisées à part l’une de l’autre, que les monnaies de la réforme d’Aurélien et celles de la réforme de Dioclétien pouvaient se trouver entre les mêmes mains, et que l’une comme l’autre étaient des monnaies fortes, certainement sous-évaluées dans le système monétaire officiel et que la présence dans la circulation monétaire des provinces occidentales du très mauvais billon d’inflation émis après 266, augmenté des millions d’imitations radiées au nom des Tétricus, condamnait de facto à la thésaurisation : la mauvaise monnaie chasse la bonne.

Trésors cités

Aldbourne (GB, Wiltshire)

Besly, 1984

Bazarnes (F, Yonne)

Amandry, Gautier, 1985

Dillingen-Pachten (D, Sarre)

Alecu, Franke, 1969

Domqueur (F, Somme)

Bastien, Vasselle, 1965

Éauze (F, Gers)

Schaad et alii, 1992

Frome (GB, Somerset) [inédit]

Moorhead et alii, 2010

Gloucester (GB, Gloucestershire)

Abdy et alii, 2010 ; Robertson, 2000, 912

La Venèra (I, Veneto)

Gricourt, 2000

Marchovelette (B, Namur)

Lallemand, 1975

Mont-Saint-Sulpice (F, Yonne)

Drost, 2009

Neftenbach (CH, Zürich)

Von Kaenel et alii, 1993

Pannecé (F, Loire-Atlantique)

Aubin Et Alii, 2005

Petrijanec (HR, Croatie) [Inédit]

Sisa-Vivek Et Alii, 2005

Rogiet (GB, Monmouthshire)

Besly, 2006

Saint-Maurice de Gourdans (F, Ain)

Estiot, 1996 ; Estiot, 1997

Tattershall Thorpe (G.B, Lincolnshire)

Besly, Bland, 1984

Thibouville (F, Eure)

Bastien, Pflaum, 1961-62

Thun (CH, Berne) [inédit]

Estiot, Frey-Kupper, 2009

Titelberg (L)

Weiller, 1999

Troussey (F, Meuse)

Estiot, 1999

Villette d’anthon (F, Isère) [inédit]

Amandry et alii, 1996

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abdy R., Besly E., Lopez-Sanchez F., 2010, The Gloucester Hoard and other Coins Hoards of the Britannic Empire, Wetteren, Moneta, 188 p., 94 p. de pl. (Coins Hoards from Roman Britain, XIII).

Alecu M.D., Franke P.R., 1969, « Der römische Münzfund von Dillingen-Pachten 1968 », p. 141-160 (Bericht der Staatlichen Denkmalpflege im Saarland, 16).

Amandry M., Gautier G., 1985, « Le trésor de Bazarnes (Yonne) », Trésors monétaires, 7, Paris, p. 105-118.

Amandry M. et alii, 1996, « Le trésor d’antoniniens des ‘Communaux d’Arésieux’ à Villette d’Anthon (Isère) », in : Journées numismatiques de Lyon, 31 mai-2 juin 1996, p. 117-123 (Bull. de la Soc. française de Numismatique, 51, 6).

Aubin G. et alii, 2005, « Dossier : le trésor monétaire de Pannecé II (Loire-Atlantique) », Bull. de la Soc. française de Numismatique, 2, p. 26-42.

Bastien P., 1959, « Le problème des folles sans marque d’atelier de la première Tétrarchie », Revue belge de numismatique, CV, p. 33-47.

Bastien P., 1971, « Some Comments on the Coinage of the London mint, A.D. 297-313 », Numismatic Chronicle, p. 151-165.

Bastien P., 1980, Le monnayage de l’atelier de Lyon : de la réforme monétaire de Dioclétien à la fermeture temporaire de l’atelier en 316 (294-316), Wetteren, éd. numismatique romaine, 274 p., lxix pl. (Numismatique romaine : essais recherches et documents, 11).

Bastien P., Pflaum H.-G., 1961-1962, « La trouvaille de monnaies romaines de Thibouville (Eure) », Gallia, t. 19 (1961), p. 71-104 ; Gallia, t. 20 (1962), p. 255-315.

Bastien P., Vasselle F., 1965, Le trésor monétaire de Domqueur (Somme), Wetteren, Cultura, 126 p., xxv pl. (Numismatique romaine : essais recherches et documents, 2).

Besly E., 1984, « The Aldbourne, Wilts, Hoard », Coin Hoards of Roman Britain, IV, p. 63-104.

Besly E., 2006, « The Rogiet Hoard and the Coinage of Allectus », British Numismatic Journal, 76, p. 45-146.

Besly E., Bland R., 1984, « The Tattershall Thorpe, Lincs, Hoard », Coin Hoards of Roman Britain, IV, p. 105-138.

Bourne R.J., 2009, « The Coinage of Carausius and his Colleagues », Numismatic Circular, dec. 2009, p. 197-206.

Burgevin A., 2008, « Étude préliminaire du dépôt monétaire (UF 13) et des monnaies hors dépôt », in : Ducreux F., Devevey F., Quenton P., Magny-Cours : aménagement de la RN 7, tranche 3, Champ Rabatin, Rapport préliminaire de diagnostic, Dijon, p. 54-58.

Burgevin A., 2009, « Un trésor monétaire tétrarchique à Magny-Cours (Nièvre) : premier rapport sommaire », in : Journées numismatiques de Dijon, 5-7 juin 2009, Paris, B.N.F., p. 102-105 (Bull. de la Soc. française de Numismatique, 64, 6).

Cahn H.A., 1955, « Die Trierer Antoniniane der Tetrarchie », Revue suisse de numismatique, 37, p. 5-22.

Cahn H.A., 1965, « Nachträge zu den Trierer Antoninianen der Tetrarchie », Gazette suisse de numismatique, 59, p. 121-125.

Carrié J.-M., 1978, « Les finances militaires et le fait monétaire dans l’Empire romain tardif », in : Les dévaluations à Rome, Colloque de l’École française de Rome, 13-15 nov. 1975, Rome, p. 227-248 (Coll. de l’École française de Rome, 37).

Carson R.A.G., 1982, « Carausius et fratres sui : a Reconsideration », Studia Paulo Naster Oblata, I, Louvain, p. 245-258.

Drost V., 2009, « Le trésor de Mont-Saint-Sulpice (Yonne) : un demi-argenteus et 1086 nummi, 310 apr. J.-C. », Trésors monétaires, 23, Paris, p. 35-73.

Erim K.T., Reynolds J., Crawford M., 1971, « Diocletian’s currency reform : a new inscription », Journal of Roman Studies, 61, p. 171-177.

Estiot S., 1996, « Le trésor de Saint-Maurice de Gourdans (Ain) : une tirelire du iiie s. de n. è. », in : Journées numismatiques de Lyon, 31 mai-2 juin 1996, p. 124-127 (Bull. de la Soc. française de Numismatique, 51, 6).

Estiot S., 1997, « Le trésor de Saint Maurice de Gourdans-Pollet (Ain) : 1272 antoniniens stratigraphiés », Trésors monétaires, 16, Paris, p. 69-127.

Estiot S., 1999, « Le trésor de Troussey (Meuse) : 5864 antoniniens et nummi, 303 AD », Trésors monétaires, 17, Paris, p. 181-303.

Estiot S., 2010, « À propos d’un médaillon inédit de l’usurpateur Julien (284-285 AD) : son règne et son monnayage », Revue numismatique, 166, p. 397-418.

Estiot S., Frey-Kupper S., 2009, « Der Schatzfund von Thun 1955 », in : Martin Kilcher S., Schatzmann R. éd., Das römische Heiligtum von Thun-Allmendingen, Bern, Bernisches Historisches Museum, p. 270-280 (Schriften des Bernischen Historischen Museums, 9).

Estiot S., Drost V., Nicot R., 2013, « Le double trésor de Magny-Cours, Nièvre (terminus 303 de notre ère) », Trésors Monétaires, 25, p. 47-175.

Gricourt D., 2000, Ripostiglio della Venèra. IV. Caro - Diocleziano, Verona, Comune di Verona, 263 p., 60 pl.

Lallemand J., 1975, « Le trésor de Marchovelette : Antoniniens et folles de Volusien à la première tétrarchie », Annales de la Soc. archéologique de Namur, 57/1, p. 58-125.

Moorhead S., Booth A., Bland R., 2010, The Frome Hoard, Londres, British Museum Press, 48 p.

Naumann R., Naumann F., 1973, « Der Rundbau in Aezani mit dem Preisedikt des Diokletian und das Gebaüde mit dem Edikt in Stratonikea », Istanbuler Mitteilungen, 10, Tübingen, p. 57.

RIC V.2 = Webb P.H., 1933, The Roman Imperial Coinage, V.2. Probus to Amandus, Londres.

RIC VI = Sutherland C.H.V., 1967, The Roman Imperial Coinage, VI. From Diocletian’s reform (AD 294) to the death of Maximinus (AD 313), Londres.

Ober Son A.S., 2000, An Inventory of Romano-British Coin Hoards, Londres, Royal Numismatic Society, 520 p. Robert

Schaad D. coord., 1992, Le trésor d’Éauze : bijoux et monnaies du iiie siècle ap. J.-C., Toulouse, Ass. pour la promotion du patrimoine archéologique et historique en Midi-Pyrénées, lxiii-435 p.

Segard M., 2010, Magny-Cours, Champ Rabatin, Rapport final d’opération, Dijon, S.R.A. Bourgogne, 3 vol.

Šiša-Vivek M. et alii, 2005, « Hoard of Roman Coins and silver Dishware from Petrijanec », Opuscula Archaeologica, 29, p. 231-243.

Von Kaenel H.-M. et alii, 1993, Der Münzhort aus dem Gutshof in Neftenbach : Antoniniane und Denare von Septimius Severus bis Postumus, Zurich, Fotorotar AG, 235 p. (Zürcher Denkmalpflege. Archäologische Monographien, 16).

Weiller R., 1999, Der Schatzfund vom Titelberg (1995) : Antoniniane von Caracalla bis Aurelian, Berlin, G. Mann, 150 p. (Studien zu Fundmünzen der Antike, 15).

*

Notes

1 Depuis cette communication de 2010, le trésor a été publié : Estiot et alii, 2013.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Partie centrale de l’aile sud de la villa de Magny-Cours. Plan des vestiges du iiie- ive s. (DAO A. Schenk, M. Segard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 2. Magny-Cours 2. Pot contenant le trésor (cliché M. Segard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 3. Magny-Cours 2. Fond de vase ayant servi de couvercle (cliché M. Segard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Fig. 4 . a, b, c. Étapes du démontage du trésor Magny-Cours 1 (clichés A. Burgevin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 5. Tableau de composition des deux trésors de Magny-Cours.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Légende Fig. 6. Nummus, Trèves, Constance Chlore, émission S/F//I-IITR (302-303) - RIC VI, 530a(Magny-Cours 1, lot 2, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 7. Nummus, Lyon, Constance Chlore, émission (autel)/A-B//PLG, 2e phase (302-mi 304) - Bastien , 1980, 272(Magny-Cours 1, lot 6, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 8. Nummus, Ticinum, Maximien Hercule, émission-/(.)//PT-T . (300-303) - RIC VI, 43b var.(Magny-Cours 1, lot 1, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 9. Tableau des trésors de comparaison au terminus post quem 303 AD.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Fig. 10. Tableau des ateliers et émissions des nummi de Magny-Cours 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 11. Aurelianus, Siscia, Julien « de Pannonie », S/A//XXI - RIC V.2, 5 ; Estiot , 2010, p. 412-413 (Magny-Cours 2, lot 0, cliché S. Estiot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 12. Aurelianus, Trèves, Maximien Hercule, //PTR - Cahn C, 1955, 11 (Magny-Cours 2, lot 0, cliché S. Estiot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 13. Aurelianus, Trèves, Constance Chlore, //PTR - Cahn C, 1955, 35 (Magny-Cours 2, lot 0, cliché S. Estiot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 14. Aurelianus, Trèves, Dioclétien, C/-//PTR - Cahn C, 1955, 45 (Magny-Cours 2, lot 0, cliché S. Estiot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 15. Aurelianus, Londres, Carausius, au nom de Maximien Hercule, S/P//MLXXI - Carson , 1982, 18 (Magny-Cours 2, lot 0, cliché S. Estiot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 16. Aurelianus, « C mint », Carausius, au nom de Maximien Hercule, S/P//C - Carson , 1982, — (Magny-Cours 2, lot 3, cliché S. Estiot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 17. Nummus, Londres, Maximien Hercule, émission //LON (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 5, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 18. Nummus, Londres, Maximien Hercule, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, démontage, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 19. Nummus, Londres, Maximien Hercule, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 2, lot 7, cliché S. Estiot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 20. Nummus, Londres, Maximien Hercule, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 2, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 21. Nummus, Londres, Galère, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 5, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 22. Nummus, Londres, Galère, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 2, lot 9, cliché S. Estiot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 23. Nummus, Londres, Dioclétien, Groupe intermédiaire (296) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 4, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 24. Nummus, Trèves, Dioclétien, émission //TR (294) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 2, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 25. Nummus, Trèves, Maximien Hercule, émission //TR (294) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 4, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 26. Nummus, Trèves, Dioclétien, émission A-C/-//TR (295) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 5, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 27. Nummus, Trèves, Maximien Hercule, émission A-C/Γ//TR (296-297) - RIC VI, — (Magny-Cours 1, lot 9, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 28. Nummus, Lyon, Maximien Hercule, émission A-C/-// LP (297) - Bastien , 1980, 76 (1 ex.) (Magny-Cours 1, lot 2, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 29. Nummus, Lyon, Galère, émission A-B/-//LP (297) - Bastien , 1980, — (Magny-Cours 1, lot 8, cliché V. Drost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4465/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search