Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 2. Actualité de la recherche sur l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Les formes de l’habitat dans les campagnes lyonnaises durant l’Antiquité tardive

Données anciennes et récentes

Matthieu Poux, Tony Silvino, Patric Bernard, Sandra Dal Col, Amaury Gilles, Lucas Guillaud et Aurélie Tripier

Résumé

Cette étude a pour objectif de dresser un nouvel état des connaissances sur l’habitat rural dans la région lyonnaise durant l’Antiquité tardive (fin iiie s.- ve s.). Elle fournit d’abord l’occasion de réexaminer et de préciser les limites d’un territoire qui semble avoir subi de profonds changements après la Tétrarchie. L’enquête menée à partir de la bibliographie existante, enrichie au cours des dernières années par de nombreuses fouilles préventives, a permis de cataloguer une dizaine de sites de nature différente, localisés principalement dans l’Est lyonnais (le Velin). Dans les campagnes de l’Ouest lyonnais, plus pauvres en découvertes, les recherches récentes menées sur le site de la villa de « Goiffieux » à Saint-Laurent-d’Agny permettent de mieux cerner les modalités d’occupation de ce territoire constitutif de l’ancienne pertica de Lugdunum, abondamment documenté par les cartulaires médiévaux. L’étude révèle la diversité des formes d’occupation, pour certaines tributaires des aménagements antérieurs et pour d’autres, de créations nouvelles. Elle indique aussi la perduration des plus grands domaines jusqu’à la fin de l’Antiquité tardive, voire jusqu’au Moyen Âge, où ils se prévalent encore du statut de chefs-lieux administratifs. Les analyses de détail témoignent de pratiques agricoles tournées vers un mode de production plus vivrier, adossé à des réseaux d’échange à longue distance qui sont encore très dynamiques.

Texte intégral

Fig. 1. Hypothèse de délimitation du territoire colonial de Lugdunum au Haut-Empire, d’après la toponymie, les bornes milliaires et les inscriptions lapidaires ( Béal , 2007).

Lieu de découverte

Lyon, Hôpital Saint-Jean de Dieu

Roussillon

Lyon, rue de Marseille

Références

AE 1930, 71 ; CIL XVII, 02, 147

CIL XII, 5560

CIL XII, 5540

Datation

Constance II (353/354)

Constance II (353/354)

Constantin

IMP. CAES
FLAVIO
CLAVDIO
CONSTANTIO
PIO NOB. CAES
DIVI CONSTANTI
PII AVG. NEPOTI
XIII

IMP. CAES
FLAVIO.
CLAVDIO.
CONSTANTIO.
PIO NOB. CAES.
DIVI CONSTANTI
PII AVG. NEPOTI
M. P. XIII

IMP CA
FL. VAL
CO STANT
P. F
G
V

Fig. 2. Bornes milliaires de l’Antiquité tardive découvertes à Lyon et à Roussillon.

1Si Claude Raynaud admettait en 2001 que « la perception de la vie rurale à la fin de l’Antiquité a été profondément renouvelée au cours des deux dernières décennies » (Raynaud, 2001, p. 247), ce constat ne s’applique pas à certaines régions. La recherche sur les campagnes à l’époque tardo-antique, qui a longtemps fait figure de parent pauvre de l’archéologie métropolitaine, a certes bénéficié ces dernières années d’un regain d’intérêt motivé par des découvertes toujours plus nombreuses, redonnant vie à un monde rural surtout connu au travers des textes. Nos connaissances sur l’habitat rural tardo-antique n’en demeurent pas moins tributaires du hasard qui préside aux opérations d’archéologie préventive, qui ne joue pas en faveur de tous les territoires ni de toutes les périodes.

2C’est le cas notamment pour la région lyonnaise, qui souffre de l’absence de synthèses consacrées à l’Antiquité tardive. Les périodes adjacentes du Haut-Empire et du haut Moyen Âge bénéficient d’études plus abondantes (Faure-Boucharlat, 2001 ; Coquidé et alii, 2009). Le travail de B. Ode et Th. Odiot sur les formes de l’habitat dans la moyenne vallée du Rhône aux ive et ve siècles mérite bien entendu d’être signalé (Ode, Odiot, 2001), mais il porte sur un espace géographique assez large, au sein duquel les campagnes lyonnaises demeurent marginales.

3La documentation relative à ce dossier a néanmoins acquis un volume plus conséquent grâce au développement de l’archéologie préventive. À l’est de Lyon, les constructions d’autoroutes et l’extension de l’agglomération lyonnaise sont à l’origine de nombreuses découvertes de sites ruraux, occupés jusqu’aux ive et ve siècles. À ces découvertes fortuites s’ajoutent les fouilles programmées mises en œuvre sur deux des plus riches villae du territoire, à Saint-Romain-de-Jalionas en Isère et à Saint-Laurent-d’Agny dans le Rhône. Fouillé en continu depuis 2008, ce dernier site livre de nombreuses données inédites concernant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge dans l’ouest lyonnais, qui feront ici l’objet d’une présentation plus détaillée.

I. Le territoire de Lyon dans l’Antiquité tardive : définition et délimitation

  • 1 Les auteurs tiennent à remercier Pierre Ouzoulias, pour sa relecture attentive du manuscrit et ses (...)

4L’intitulé de cette enquête1 peut laisser supposer, à tort, que ce territoire a toujours constitué une entité politique homogène correspondant à la pertica de Lugdunum, délimitée lors de la fondation de la colonie en 43 avant notre ère. En ce qui concerne le Haut-Empire, les limites de cette dernière ont été précisées dans plusieurs travaux récents, sur la base des toponymes et de la documentation épigraphique existante (Béal, 2007, avec bibliographie antérieure ; Poux et alii, 2011). Jalonnées par les bornes milliaires de Solaize, de Béligneux et d’Anse, elles sont confirmées par plusieurs tria nomina et magistratures d’obédience coloniale mises en évidence aussi bien dans le quart sud-est (inscription du décurion à Corbas) que dans le quart sud-ouest de son emprise (formulaire épigraphique lyonnais aux Bans, gentilices rares, d’origine italique, à Brignais et Saint-Laurent-d’Agny). Comprises entre les Monts du Lyonnais à l’ouest, le plateau de l’Isle Crémieu à l’est, les contreforts du Beaujolais au nord, elles se confondent, côté sud au niveau du cours de l’Ozon, avec celles de la colonie voisine et concurrente de Vienne (fig. 1).

5Ce territoire colonial est traditionnellement présenté comme l’héritier d’un pagus gaulois occupant la frange orientale du territoire des Ségusiaves indépendants, qui aurait conservé ses frontières jusqu’à l’émergence des diocèses médiévaux (Bernard, 1853, XLI ; Béal, 2007). Ce postulat est pourtant loin d’aller de soi. L’hypothèse d’une continuité territoriale est déjà discutable pour le Haut-Empire, s’agissant d’une déduction coloniale de droit romain. Elle l’est davantage encore pour l’Antiquité tardive, qui coïncide avec une période de bouleversements historiques et géographiques majeurs. Les limites établies dans la période consécutive à la fondation coloniale ne sont plus forcément pertinentes au quatrième siècle.

6Ainsi, J.-C. Béal (2007) a bien démontré que la lecture d’une borne milliaire découverte en 1922 dans l’enceinte de l’Hôpital Saint-Jean de Dieu (CIL XVII, 02, 147) interdisait de faire descendre les limites du territoire lyonnais en deçà de l’actuel secteur de Vénissieux (fig. 2). Son intitulé, identique à celui de la borne de Roussillon au sud de Vienne (CIL XII, 5560), compte en effet 13 milles (19,3 km) à partir de cette dernière colonie. Ce qui exclut de facto du territoire lyonnais le quart sud-est du territoire correspondant à l’actuel Velin, fréquemment intégré à la pertica de Lugdunum. On ne saurait cependant perdre de vue que la datation de ce document est très tardive. Son formulaire indique qu’il a été mis en place sous Constance Galle entre les années 353 et 354, dans les mois qui suivent le suicide perpétré par son adversaire Magnence à Lugdunum (Eutrope, Abrégé d’histoire romaine, VII).

7Dans le même article, la situation dont témoigne ce document est appliquée rétrospectivement au Haut-Empire, ce qui n’apparaît nullement nécessaire. Pour cette époque, en effet, l’appartenance du Velin au territoire de Lugdunum est signalée par l’inscription du décurion Valerius Julianus à Corbas, dont il n’y a pas lieu de penser, comme le fait A. Allmer, qu’elle a été déplacée (CIL XIII, 1923 ; Allmer, Dissard, II, 352 ; Poux et alii, 2011, p. 14, note 23). La même charge, doublée de celle de duumvir de la colonie, est attribuée à Q. Acceptius Firminus, dont le mausolée familial est bien localisé rue de Marseille sur la rive gauche du Rhône (CIL XIII, 1910). D’après le style de l’épitaphe, l’inscription n’est pas antérieure aux années 240 et tend à indiquer que cette zone se rattachait encore à la pertica de Lyon au milieu du iiie s. (Blaizot dir., 2010, p. 131-133).

Fig. 3. Le territoire de Lugdunum dans l’Antiquité tardive, d’après les bornes milliaires (DAO M. Poux).

8On peut en déduire que le milliaire de Saint-Jean traduit, a contrario, une redéfinition des limites du territoire intervenue au début de l’Antiquité tardive. En effet, elle est largement postérieure à la bataille de Lugdunum en 197 et au déclin de la ville, détruite par les troupes de Septime Sévère. La réorganisation tétrarchique avalise cette perte de statut, qui s’accompagne d’une réduction de son emprise territoriale. Au début du ive siècle, Lugdunum n’est plus que le siège administratif de la petite province de Première Lyonnaise, englobant Lyonnais, Bourgogne et Franche-Comté.

9Cette marginalisation va de pair avec le renforcement symétrique de la colonie voisine et rivale de Vienne, qui se retrouve placée à la tête d’un immense diocèse (diocesis viennensis). Il a pu entraîner la réintégration du Velin dans ses frontières ancestrales, à l’époque où les Allobroges occupaient l’intégralité des territoires qui s’étendent au-delà de la rive gauche du Rhône (Pomponius Mela, Chor. II, 5, 79). Ce changement a aussi pu intervenir à une date plus tardive. Il n’est pas exclu, en effet, que le refuge offert par Lyon à l’usurpateur Magnence en 353 ait donné lieu à des représailles (Pelletier, 1999, p. 128). Érigées dans la foulée, les bornes de l’hôpital Saint-Jean et de Roussillon visaient peut-être à repréciser les limites de ce territoire fraîchement amputé. La découverte d’une troisième borne milliaire d’époque constantinienne, rue de Marseille dans le quartier de la Guillotière (CIL XII, 5540), pourrait indiquer que cette réorganisation s’est opérée plus tôt. Mais son formulaire, très endommagé, n’apporte aucun argument en ce sens (fig. 2).

10Les profondes mutations qui semblent affecter, au ive siècle, les faubourgs de Lugdunum bordant la rive gauche du Rhône en portent peut-être témoignage. En effet, cette époque est marquée par un démantèlement systématique des mausolées et enclos funéraires du Haut-Empire, qu’il n’y a pas forcément lieu d’expliquer par des causes d’ordre idéologique ou par l’évolution des pratiques funéraires (Blaizot dir., 2010, p. 72). La redistribution territoriale opérée entre la Tétrarchie et le règne de Constance Galle en constitue sans doute le principal facteur : séparé du noyau colonial de la rive droite, auquel il était intimement lié depuis des siècles, ce secteur a perdu son statut de zone suburbaine pour devenir un no man’s land relégué aux confins du territoire viennois.

11Qu’on se range ou non derrière cette hypothèse, il est évident que le terme de « campagnes lyonnaises » désigne au ive siècle un espace hétérogène, partagé entre plusieurs entités limitrophes (fig. 3). Sa structure bipartite, tributaire du réseau fluvial et de la rivalité historique qui oppose les cités de Lugdunum et de Vienne, n’a plus rien à voir avec celle de la pertica originelle délimitée quatre siècles plus tôt.

II. Inventaire des sites

12L’étude de cette microrégion n’en est pas moins intéressante pour aborder le devenir d’un territoire colonial à la fin de l’Antiquité ; et à une échelle plus détaillée, celui des établissements qui en assurent l’exploitation, des plus modestes aux domaines les plus importants.

13Cette enquête porte sur une douzaine de sites, dont la chronologie s’étend de la fin du iiie siècle au ve siècle (fig. 4 et 5). Elle n’inclut ni les nécropoles isolées, ni les sites reconnus uniquement par prospection. L’inventaire des gisements est établi à partir des publications existantes, complétées par quelques rapports de fouilles inédits. La qualité de la documentation se révèle très inégale et soumise aux aléas de la prescription en matière d’archéologie préventive, dont les principales opérations se sont longtemps concentrées sur le Velin et l’Est lyonnais.

14Cette étude prend en considération le caractère hiérarchisé de l’habitat, mais ne prétend pas proposer une nouvelle typologie des édifices ruraux - cette question ayant été largement traitée dans le cadre du colloque AGER de Toulouse. L’occupation rurale se présente, durant l’Antiquité tardive, sous la forme d’un habitat dispersé qui se partage entre occupations de longue durée et installations présumées temporaires. Comme au Haut-Empire, les villae occupent le sommet de la pyramide et se distinguent à la fois par leur qualité architecturale et leur rareté. L’habitat ne se résume pas uniquement à ces grandes exploitations, loin de là. Il faut également envisager l’existence de formes plus marginales d’occupation et d’exploitation du sol : fermes, bâtiments agricoles, granges, stabulations, qui revêtent autant d’importance que les grands établissements.

Fig. 4. Localisation des sites pris en compte dans l’inventaire (DAO M. Poux).

Type d’établissement

Site

Datation

Responsable

Occupation de longue durée

Villa

Meyzieu, La Dent
Lyon-Vaise, rue du Bourbonnais
St-Romain-de-Jalionas, le Vernai
Saint-Laurent-d'Agny, Goiffieux

milieu Ier s. ap. J.-C. - début IVe s.
début Ier s. ap. J.-C. - milieu IVe s.
IIe s. av. J.-C. - haut Moyen Âge
IIe s. av. J.-C. - haut Moyen Âge

J. Monnier
E. Hofmann
R. Royet
M. Poux

Sites d’habitat présumés temporaires

Réoccupation d’un établissement déserté

Beynost, Les Grandes Terres
Meyzieu, Le Trillet
Marennes, le Pillon

fin IIIe - début IVe s.
IVe s.
IVe s. - Ve s.

S. Motte
D. Frascone
S. Martin

Bâtiments isolés

Lyon-Vaise, périph. nord
Lyon-Vaise, périph. nord

fin IIIe - milieu IVe s.
fin IVe s.

D. Frascone
D. Frascone

Occupation légère

Marennes, le Pillon

IVe s.

S. Martin

Occupation indét.

Saint-Priest, Minerve
La Boisse, les Vernes

milieu IVe s.
fin IVe s.

G. Ayala
G. Vicherd/P. Nuoffer

Fig. 5. Tableau récapitulatif : caractéristiques des sites présentés.

II.1. L’Est lyonnais

15La plaine du Velin forme un territoire très cohérent compris entre le cours du Rhône au nord et à l’ouest, le plateau de l’Île Crémieu à l’est et le cours de l’Ozon au sud, plaines alluviales particulièrement propices au développement de l’agriculture céréalière à grande échelle. Des analyses morphométriques du sol par filtrage optique, menées dans les années 1980, se sont attachées à mettre en évidence sa structuration par un schéma cadastral qui remonte sans doute au début du Haut-Empire (Chouquer, Favory, 1991). Les fouilles préventives menées sur la même emprise ont révélé l’existence de réseaux divergents, résultant de la juxtaposition de parcellaires datés de la fin de l’Âge du Fer au Moyen Âge (Coquidé, 2003). Ils sont associés, sur certains sites, à des indices carpologiques et palynologiques témoignant d’une culture vivrière intensive.

16Comme indiqué plus haut, le rattachement administratif de ce territoire à la cité de Lugdunum et à la Lyonnaise première est loin d’aller de soi après la Tétrarchie. L’exploitation des terres fertiles qui s’étendent aux portes de Lyon ne demeure pas moins, sur un plan géographique et économique, largement tributaire de la ville et des populations urbaines dont elle assurait l’approvisionnement. La proximité de Vienne, dont dépend probablement le Velin au ive siècle, doit évidemment être prise en compte.

II.1.1. Les occupations de longue durée : les villae

17Sur l’ensemble du territoire pris en compte pour cette étude, les villae caractérisées par une longue durée d’occupation sont relativement peu nombreuses. La plupart des exploitations connues dans la région ont été fondées au cours du ier siècle ap. J.-C., pour être abandonnées au iie siècle ou au siècle suivant. Cette forme de développement de l’économie rurale se révèle assez banale, par comparaison avec le reste de la Gaule. Au cours du Haut-Empire, on observe une forte croissance du nombre d’établissements au ier siècle ap. J.-C. et surtout au siècle suivant, ces deux siècles possédant les plus forts taux de création. Il faut signaler également la part élevée des villae en activité durant cette période. Les raisons pour lesquelles de nombreux établissements ruraux sont abandonnés aux iie et iiie siècles demeurent encore assez floues. Est-ce le résultat d’un déclin de cette forme de l’économie rurale ou s’agit-il d’une restructuration naturelle du système ? Ces questions restent ouvertes.

Villa de Saint-Romain-de-Jalionas « Le Vernai »

18Quoi qu’il en soit quelques villae perdurent dans le temps et bénéficient parfois même de réaménagements importants. C’est le cas de l’établissement du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) localisé à 40 km de Lyon sur la rive gauche du Rhône en limite du territoire colonial lyonnais et de la Gaule Narbonnaise. Ce site, révélé par une série de campagnes de fouilles programmées, se démarque par une période d’occupation continue entre le iie siècle av. J.-C. et la fin du Moyen Âge (Royet et alii, 2006) (fig. 6). À une ferme gauloise occupée dès la fin du iie s. av. J.-C., succède vers 40 av. J.-C., une première villa, qui s’étend sur au moins deux hectares, au cœur d’une exploitation « massive ». Une seconde mutation intervient sous le règne de Tibère, où un second établissement couvrant une superficie de 6 ha est construit. La partie résidentielle présente de riches équipements qui affirment le statut social élevé du propriétaire. À partir du iie siècle, des installations thermales et hydrauliques sont aménagées.

19Au cours des iiie et ive siècles, d’importants réaménagements sont visibles dans le secteur balnéaire, avec notamment une salle de réception qui a pu devenir à la fin du ive siècle un lieu de culte chrétien. Un nouveau type d’établissement aristocratique lui succèdera au haut Moyen Âge. Il s’agit ici clairement d’une villa aristocratique, dans la mesure où elle témoigne d’investissements importants aux ive et ve siècles dans les espaces résidentiels : constructions nouvelles ou réaménagements à caractère monumental ou luxueux.

Fig. 6. «  Le Vernai   », Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) ( Royet et alii, 2006).

II.1.2. Des établissements plus modestes

Meyzieu - « La Dent »

  • 2 Genio aerar(…) Diarensium. Cette statuette a fait l’objet d’une étude récente (Béal, 2008).

20Malgré une documentation ancienne ou limitée, deux grands établissements ruraux connaissent une occupation discontinue depuis leur fondation. Il s’agit tout d’abord de la villa de la Dent, située sur un éperon élevé au nord de la commune de Meyzieu (Rhône), localité située à une vingtaine de kilomètres à l’est de Lyon. Fouillé par des bénévoles en 1979, le site correspond principalement à une partie d’une pars urbana d’une villa construite au cours du ier siècle ap. J.-C. et occupée jusqu’au ive siècle (fig. 7). Au début du haut Moyen Âge, une nécropole s’est installée près de l’ancien établissement. L’ensemble de ces vestiges s’étend sur un hectare environ (Monnier, 1990). Pour ce qui concerne les aménagements tardifs correspondant à l’état IV, seules des fondations de murs en galets ont été retrouvées. Le réexamen des mobiliers associés à ces constructions permet de placer son abandon dans la première moitié du ive siècle (Silvino et alii, 2011a). Par ailleurs, la découverte d’une statuette figurant un personnage masculin portant une inscription « au Génie des bronziers de Diar », témoigne de l’existence d’un petit groupe de métallurgistes (aerarii Diarenses), qui se sont probablement installés sur le site après la ruine de la villa2.

Lyon - Vaise, rue du Bourbonnais

  • 3 Pour Armand Desbat, ce secteur suburbain constituait un vicus, bien qu’aucun document épigraphique (...)

21Le second établissement se trouve plus près de Lyon, dans la partie orientale du quartier de Vaise. Il s’agit d’une plaine alluviale localisée au nord de l’agglomération lyonnaise en rive droite de la Saône. Durant l’Antiquité, sa partie méridionale appartenait véritablement au suburbium nord de Lugdunum. Il s’agissait d’un quartier à vocation artisanale, résidentielle et probablement portuaire, proche de la colonie, centré autour de l’actuel quartier Saint-Pierre de Vaise3. Plus au nord, cette plaine disposait d’un réseau d’établissements ruraux, de type villa (Delaval et alii, 1996). Elle était traversée, par ailleurs, par un axe majeur, la voie de l’Océan, et très probablement par celle du Rhin (Desbat, 2007, fig. 55), bordée par de nombreux espaces funéraires (Blaizot dir., 2009). Or la majorité de ces vestiges appartient au Haut-Empire. Le visage de la plaine de Vaise durant l’Antiquité tardive demeure encore assez flou. Excepté pour les nécropoles, bien documentées (Tranoy et alii, 1995 ; Monin, 2009), les autres sites restent assez limités et isolés. Ainsi, l’opération archéologique du 105 rue du Bourbonnais a partiellement mis au jour une villa suburbaine, probablement la zone résidentielle (Hofmann, 2006) (fig. 8). Construit au cours du ier siècle ap. J.-C., cet établissement est occupé jusqu’à la fin du ive siècle, date à laquelle est comblé un bassin maçonné.

Fig. 7. « La Dent », Meyzieu (Rhône) ( Monnier , 1990).

II.1.3. Les sites d’occupation présumée temporaire

22En bas de la hiérarchie, cet ensemble de sites regroupe d’une part les réoccupations d’habitats désertés ou ruinés, comme les villae, et d’autre part des bâtiments plus modestes et des installations légères, qui ne semblent pas correspondre à des habitats bâtis pour durer.

Fig. 8. Rue du Bourbonnais, Lyon - Vaise (Rhône) ( Hofmann , 2006).

Villa des « Grandes Terres » à Beynost

23Le phénomène de réoccupation d’établissements désertés est aujourd’hui bien attesté dans la plupart des régions de Gaule. Pour la région lyonnaise, un seul site présente cette forme d’occupation. Il s’agit de la villa des « Grandes Terres » à Beynost (Ain). Cette commune est située entre le rebord méridional du plateau de la Dombes et la plaine alluviale du Rhône, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Lyon. Les vestiges antiques se fixent principalement sur l’ancienne voie reliant Lyon à Genève. Le site est localisé sur une terrasse sur laquelle une villa s’est implantée au début du ier siècle ap. J.-C. (Motte et alii, 2008). L’établissement est déserté au début du iie siècle à l’image de la villa voisine des « Vernes » à La Boisse (Silvino et alii, 2011b). À la fin du iiie siècle ou au début du siècle suivant, la pars rustica est réoccupée sous forme d’une série de fosses et de remblais (fig. 9). Ces derniers ont livré de nombreux indices d’artisanat liés, notamment, à la métallurgie.

24Dans ce groupe prennent également place des petits établissements méconnus en raison de la discrétion de leurs vestiges : petites exploitations permanentes, installations agricoles, aires de travail ou de stockage, logements saisonniers, etc. Il s’agit pour la plupart de constructions de bois et de terre.

Fig. 9. « Les Grandes Terres », Beynost (Ain) ( Motte , Vicherd , 2008).

Marennes - « Le Pilon »

  • 4 Opération réalisée par Serge Martin (Afan).

25Le site du Pilon à Marennes, localisé à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Lyon, dans la plaine du Velin, a été découvert lors de la construction du contournement est de Lyon4. Il faut signaler tout d’abord que le site est localisé en marge de la riche villa de « Saint-Fréjus », probablement abandonnée au cours du iie siècle ap. J.-C. Les fouilles ont permis de reconnaître la totalité des limites d’une ferme gallo-romaine à enclos fossoyés, formant un quadrilatère irrégulier de 60 m sur 75 m (Blaizot et alii, 2001, p. 274-277) (fig. 10). L’intérieur de cet espace est composé de quatre fossés qui forment cinq parcelles distinctes. Un bâtiment sur solins très arasé est localisé au centre d’une parcelle. Si une partie de cet établissement semble abandonnée à la fin du ier siècle ap. J.-C., le site est réoccupé durant l’Antiquité tardive. Cette réinstallation se caractérise par un réaménagement du bâtiment central et par la création d’un bâtiment rectangulaire à nef unique sur poteaux. Ce dernier est associé à des foyers et une fosse-silo. Parallèlement, toute une série de structures en creux datées de la même période a été mise au jour dans d’autres parcelles, mais aucun plan d’édifice n’apparaît clairement. Les éléments chronologiques sont peu prolixes, mais il semble que les différents indicateurs orientent la datation vers les ive et ve siècles. Au nord de cet établissement, un espace funéraire constitué de quinze sépultures est probablement contemporain de l’établissement tardo-antique.

Meyzieu - « Le Trillet »

  • 5 Fouille réalisée par Daniel Frascone (Afan).

26Le site du « Trillet », localisé en limite sud-ouest de la commune de Meyzieu, déjà évoquée dans cette étude, a également été fouillé dans le cadre de la construction du contournement est de Lyon5. L’occupation tardo-antique succède à une occupation du Haut-Empire (ier-iie siècles ap. J.-C.) caractérisée par un réseau de fossés palissadés délimitant un enclos carré, à l’intérieur duquel deux structures d’habitats se superposent (Blaizot et alii, 2001, p. 277-279) (fig. 11). La réoccupation tardive consiste, elle, en une série de quatre bâtiments. L’un deux possède un sol de galets traversé par des trous de poteau, tandis que les autres édifices sont excavés et certains sont ceints d’un solin de galets qui supportait un mur en terre. Aucun d’entre eux n’est équipé de foyer. La découverte de tuiles et de clous de charpente atteste des toitures élaborées. Par ailleurs, la présence d’outils témoigne d’activités agricoles et artisanales. L’analyse du mobilier céramique et monétaire indique deux horizons chronologiques distincts : iiie-ive siècles et ive-ve siècles. Selon les auteurs, l’interprétation de la fonction des constructions reste difficile, même s’il s’agit très probablement de bâtiments agricoles, voire d’habitat. Pour finir, un ensemble funéraire de trente-deux sépultures fut découvert plus au nord, dont certaines, datées précisément des ive et ve siècles, pourraient être mises en relation avec l’établissement tardo-antique voisin.

II.1.4. Les bâtiments isolés

Lyon - Vaise

27Une série d’occupations se manifeste par des bâtiments relativement isolés. Ce sont pour la plupart des constructions nouvelles. Les premiers exemples ont été découverts lors de la construction du contournement nord de Lyon, en limite nord-ouest de la plaine de Vaise et au pied du plateau de la Duchère. La fouille a permis de découvrir une portion de la voie de l’Océan, bordée par des espaces funéraires (Frascone, 1999). Pour l’Antiquité tardive, deux sites principaux ont été mis au jour. Le premier (rue Mouillard) correspond à un ensemble de murs identifiés à des solins (fig. 12). Malgré des lacunes importantes, ils semblent dessiner le plan d’un bâtiment de deux pièces au moins, ceint d’un mur de clôture ou d’un portique. Ce groupe de vestiges, associé à des structures annexes, est localisé le long de la voie et est daté de la fin du iiie siècle ou du début du siècle suivant. Quant au second site, impasse de la Duchère, les vestiges correspondent également à un bâtiment de même orientation que celui précédemment décrit. Il s’agit d’un édifice constitué de trois murs formant une pièce ouverte vers l’est, de longueur indéterminée (fig. 13). Un ensemble de fours, dont l’une des particularités est d’avoir livré un important lot de monnaies, est localisé à proximité. Il s’agit de structures à cuisson rémanente dotées d’une chambre de cuisson à sole non suspendue, endurcie par les cuissons successives. Si une fonction cultuelle a été énoncée en raison de la forte concentration de numéraire, il s’agit plus probablement de fours culinaires, ou à vocation agricole. Pour la première hypothèse, la présence de fours destinés à la cuisson de pains dans un secteur en marge d’une voie importante n’est pas à exclure, notamment s’il s’agit d’un établissement de type auberge. Si cette interprétation paraît séduisante, les nombreux exemples régionaux, attestés à une époque plus tardive, le haut Moyen Âge, montrent qu’ils pouvaient également assurer le séchage complet des récoltes (en épis ou en grain) et permettre par ailleurs une action de prévention contre la fermentation par un grillage léger. Cette fonction est surtout attestée lorsque ces structures de cuisson sont placées près des aires d’ensilage (Faureboucharlat, 2001, p. 100-101). L’ensemble de ces vestiges est daté de la fin du ive siècle. Ces deux bâtiments, situés aux abords d’un axe majeur, présentent des modes de construction similaires, définis par des édifices sur solins de pierres liées à la terre avec une élévation de terre et de bois.

Fig. 10. « Le Pilon », Marennes (Rhône) ( Blaizot et alii, 2001).

Fig. 11. « Le Trillet », Meyzieu (Rhône) ( Blaizot et alii, 2001).

II.1.5. Les sites indéterminés

Saint-Priest - rue Minerve

28Enfin pour un dernier ensemble de sites, la nature de l’occupation s’avère plus difficilement identifiable. Le site rue Minerve-avenue de l’Europe à Saint-Priest (Rhône) en fait partie (Ayala et alii, 2000). Il est localisé à 15 km au sud-est de Lyon, le long de la voie d’Italie. Dans le cadre de l’aménagement d’un parc technologique, une opération archéologique a permis de mettre au jour une série de structures en creux (fosses, fossés et trous de poteau), dont l’analyse spatiale n’a pas mis en évidence de plan de bâtiments (fig. 14). En revanche, le comblement de ces différentes structures a livré un mobilier relativement riche. Outre la présence de mobilier métallique, tels que des éléments de luminaire ou de parure, on note essentiellement de la vaisselle de table originaire des Alpes (sigillée luisante) ou de la moyenne vallée du Rhône (sigillée Claire B), et de la vaisselle de cuisine. On dispose également d’une série d’amphores d’origine méditerranéenne ainsi que d’un petit lot de vases en verre. Pour finir avec cet inventaire, un important lot monétaire permet de fixer la chronologie de cette occupation autour du milieu du ive siècle. L’ensemble des éléments évoqués permet de supposer que ce site est localisé en marge d’un établissement rural malheureusement indéterminé.

Fig. 12. Rue Mouillard, Lyon - Vaise (Rhône) ( Frascone , 1999).

Fig. 13. Impasse de la Duchère, Lyon - Vaise (Rhône) ( Frascone , 1999).

Fig. 14. Rue Minerve, Saint-Priest (Rhône) ( Ayala et alii, 2000).

Fig. 15. « Les Vernes », La Boisse (Ain) ( Silvino et alii, 2011b).

La Boisse - « Les Vernes »

29Le second site est localisé plus au nord, sur la commune de la Boisse (Ain), à une vingtaine de kilomètres à l’est de Lyon. Les principaux gisements de cette localité se concentrent autour du lieu-dit « les Vernes », dans la plaine alluviale du Rhône. Les vestiges découverts consistent notamment en une partie de la pars urbana d’une villa du ier siècle ap. J.-C., un bâtiment à plan carré et deux espaces funéraires tardo-antiques, le tout mis au jour lors de la construction de l’Autoroute A42 (Vicherd, Baudrand, 1982). Depuis, dans le cadre de la construction d’un échangeur autoroutier dans ce secteur, une seconde fouille a permis de compléter le plan de la pars urbana et surtout d’affiner les données chronologiques (Silvino et alii, 2011b) (fig. 15).

30Près de l’édifice carré tardif découvert en 1980, une série de structures en creux (fossé et fosses) a également été mise au jour. La fouille de leur comblement a permis de dévoiler un mobilier relativement riche : céramiques de table (sigillées luisante et Claire B), céramiques de cuisine, vaisselle en verre, éléments de parure, équipement de chasse, monnaies, etc. Outre des tuiles, il faut signaler également la présence d’éléments architecturaux attestant l’existence d’équipements « luxueux » : plaquettes de marbre, tubuli, etc. (Silvino, 2008). L’ensemble de ces artefacts, associés aux données quantitatives, permettent ainsi de soupçonner la proximité d’un établissement de qualité à la fin du ive siècle. Or les seules constructions connues à ce jour sont dans un premier temps le modeste bâtiment à plan carré et surtout la villa.

31Cette dernière, située à 250 m à l’est, est abandonnée au début du iie siècle ap. J.-C., du moins pour la pars urbana. Il faut rappeler pour mémoire que la pars rustica n’a pas fait l’objet d’explorations archéologiques. Peut-on avoir ainsi une réoccupation de l’établissement comme pour la villa voisine des « Grandes Terres » à Beynost ou bien au contraire une nouvelle fondation en marge de l’exploitation ? Il faut signaler l’existence de deux espaces funéraires, fouillés respectivement en 1962 et 1980, dont certaines sépultures sont datées par le mobilier du ive siècle. Par ailleurs, la découverte d’un sarcophage de plomb renforce l’idée d’une population assez aisée. En l’absence de données supplémentaires, la question reste ouverte.

II.2. L’Ouest lyonnais

32La seconde partie de cette enquête s’intéresse au territoire situé à l’ouest de Lyon et de son suburbium, qui s’étend à Vaise et dans les hauts quartiers du 5e arrondissement, au-delà de cette zone de faubourgs où alternent nécropoles, zones d’activités artisanales et riches villae suburbaines (Maison aux Xénia, Tassin) dont la plupart demeurent très mal connues.

33Ce territoire correspond en grande partie au Plateau lyonnais, circonscrit par le cours du Rhône à l’est, les Monts du Lyonnais à l’ouest, le cours du Gier au sud et la vallée de l’Azergue au nord. Il offre un paysage vallonné qui culmine par endroits jusqu’à 800 m d’altitude, très différent de la plaine du Velin et moins adapté à la monoculture intensive qu’à la polyculture. Les fouilles récentes menées à la périphérie de plusieurs villae et domaines agricoles (Anse, Saint-Laurent-d’Agny, Fleurieu-sur-l’Arbresle, Lentilly) tendent à corroborer cette distinction : dans les zones culturales recoupées par les décapages, les céréales se partagent l’espace avec d’autres productions comme la vigne, les fruitiers ou les légumineuses (Béal et alii, 2013 ; Motte, 2010 ; Poux dir., 2008, 2009 et 2010).

34Ce territoire, encore largement occupé par les terres agricoles, est moins touché par l’extension urbaine et les fouilles préventives qu’elle met en œuvre. La documentation y est, par conséquent, beaucoup plus rare et dispersée que dans l’Est lyonnais. Les opérations de fouille et de diagnostic engendrées par le tracé de l’autoroute A89 sont susceptibles de livrer de nouvelles données, qui ne sont pas prises en compte eu égard à leur caractère inédit. Il semble toutefois qu’elles concernent davantage le Haut-Empire que l’Antiquité tardive, à l’exception, notable, des gisements reconnus sur la commune d’Anse. Inscrites dans l’orbite du castrum édifié sur le site à la fin du iiie siècle, elles n’appartiennent pas à l’espace rural stricto sensu.

La villa de la Grange du Bief à Anse

35Jusqu’à une date récente, seul le site de la villa d’Anse - La Grange du Bief, fouillée pour l’essentiel entre le xixe siècle et les années 1980, pouvait prétendre intégrer cet inventaire. Ce vaste domaine à caractère palatial a fait l’objet d’une occupation et même de reconstructions durant tout le ive siècle (Lavagne, Tenu, 1985 ; Faure-Brac, 2006, avec bibliographie antérieure). Principalement concentré sur la zone de thermes attenante à la villa, un habitat vient s’accoler au mur d’une ancienne palestre et se subdivise en plusieurs espaces délimités par des solins en pierre sèche. De cette époque datent aussi deux sépultures, dont une tombe à coffre de briques datée du ve siècle, qui suggèrent l’existence d’une nécropole associée à l’habitat. Ce noyau d’occupation peut être relié, en l’occurrence, à la proximité du castrum et de l’agglomération tardo-antique d’Anse. Le terminus post quem est donné par une monnaie d’Honorius.

36Les nécropoles et sépultures isolées d’époque tardo-antique et mérovingienne découvertes à Chaponost, Charnay, Ternand ou Givors, bien qu’exclues de l’enquête, pourraient attester l’existence d’établissements contemporains, dont la localisation précise et la qualification sont malaisées en l’absence de fouilles. La présence, sur plusieurs sites de l’Ouest lyonnais, de mobiliers datés du ive au vie s., va dans le même sens mais soulève aussi les mêmes difficultés. Au total, le bilan apparaît bien maigre en regard du nombre d’établissements de l’Antiquité tardive recensés sur l’autre rive du Rhône (voir ci-dessus).

II.2.1. Des latifundia antiques aux agri médiévaux : une filiation discutée

37L’étude des campagnes du Plateau lyonnais peut s’appuyer, en revanche, sur une documentation textuelle abondante, transmise par les abbayes d’époque médiévale. Les cartulaires de Savigny et d’Aynay, constitués entre le début du xe et le xie siècle, font actuellement l’objet d’un important travail de réédition. Quoique bien postérieurs à l’Antiquité tardive, ils constituent une source précieuse pour analyser, par méthode régressive, les modalités de transition entre le monde rural gallo-romain et les campagnes d’époque carolingienne. Certains toponymes (comme le Mons Mercurius localisé à Lentilly et Solaize) ou noms communs (suburbium, pagus, ager, villa) se font incontestablement l’écho d’une réalité antique qui a survécu, par de nombreux aspects, à la christianisation et aux vagues successives d’occupation du territoire (burgonde, franque), dont on sait qu’elles ont eu un impact limité sur la démographie, les structures administratives et la culture matérielle des populations gallo-romaines établies dans l’arrière-pays lyonnais (Faure-Boucharlat, Reynaud, 2006).

Fig. 16. Localisation des principaux agri lyonnais mentionnés dans les cartulaires de Savigny et d’Ainay entre le xe et le xi e  s. (DAO M. Poux).

38Dès le vie siècle au plus tard, la région de l’Ouest lyonnais est désignée sous le terme de pagus Lugdunensis, dont les limites recouvrent en partie celles de l’antique territoire colonial (Bernard, 1853). Elle est subdivisée en un certain nombre de circonscriptions administratives qualifiées d’agri, dont les limites ont été restituées plus ou moins précisément (fig. 16). Cette appellation constitue une spécificité régionale, en regard d’autres cités limitrophes comme l’Auvergne ou le Velay, qui utilisent d’autres termes (aicis/arcis, condita). Elle a contribué à cimenter l’idée d’une filiation avec les latifundia du Bas-Empire dont la permanence serait plus sensible dans les campagnes fortement romanisées de l’arrière-pays lyonnais, que dans d’autres contrées plus éloignées de l’ancienne capitale des Trois Gaules. Dès la fin du xixe siècle, A. Vachez (1868) émet l’hypothèse selon laquelle le système de subdivision des pagi et agri est aussi ancien que l’existence des pagi eux-mêmes, même si dans le Lyonnais, la preuve de leur existence ne remonte pas au-delà de l’époque mérovingienne.

39Ce postulat a été remis en cause aussi bien par les archéologues (Walker, 1981) que par les paléographes, qui soulignent l’absence de documents intermédiaires établissant le lien entre ces documents médiévaux et la période romaine. Bien qu’empruntés à la tradition antique, les termes d’ager ou de villa ont certes connu des évolutions importantes dès le ive siècle et ne recouvrent plus forcément la même réalité cinq siècles plus tard. On ne peut cependant qu’être surpris, à la lecture des chartes les plus anciennes du cartulaire de Savigny datées du début du xe siècle, par la multitude de mentions de villae dotées de cours de ferme (curtilum), de jardins (hortus), de vignes (vinea), de terrains boisés (silva) et de voies d’accès (via). Ces équipements sont identiques à ceux dont disposent encore, au ive siècle, les grands établissements ruraux d’époque romaine, et il n’y a pas lieu de supposer qu’ils ont été créés ex nihilo à l’époque médiévale. Si certains domaines ruraux correspondent peut-être à des refondations (Rillieux-la-Pape, Simandres), d’autres sont implantés à l’emplacement ou à proximité de grands domaines antiques attestés par les fouilles ou les prospections (Faure-Brac, 2006). Certains d’entre eux (Lyon-Vaise, Anse, Saint-Laurent-d’Agny, Vaugneray, Chaponost, Soucieux-en-Jarez) sont désignés par les cartulaires médiévaux comme le chef-lieu de grands agri comme l’Ager Vesiacensis, Ansiensis, Vallis Neriacensis, Gofiacensis ou Jarrensis. La coïncidence permet d’envisager, ne serait-ce qu’à titre d’hypothèse de travail, la possibilité d’une continuité topographique, sinon fonctionnelle, entre ces centres gallo-romains et médiévaux, dont les grandes exploitations de l’Antiquité tardive constituent bien entendu le pivot.

40Parmi ces agri lyonnais, celui qui a le plus retenu l’attention est sans nul doute l’Ager Gofiacensis, considéré comme l’un des plus importants en termes d’emprise territoriale et de biens énumérés dans le cartulaire. Ses limites recouvrent tout le quart sud du Plateau lyonnais comprises entre les communes actuelles de Soucieux au nord, Saint-Maurice-sur-Dargoire au sud, Sainte-Catherine à l’ouest et Montagny à l’est et comprennent une petite vingtaine de communes, dont les dix communes actuelles du canton de Mornant, où les cartulaires du Moyen Âge mentionnent de nombreuses villae (Cartulaire de Savigny, no 339-361) (fig. 17).

41Ce territoire a récemment fait l’objet d’une enquête ambitieuse menée par P. Bernard sur la base des notices de la carte archéologique, du mobilier issu de prospections anciennes et récentes. Elle démontre qu’il a fait l’objet d’une occupation très dense dès le I er siècle avant notre ère et durant tout le Haut-Empire, puisqu’on y dénombre pas moins d’une trentaine d’entités archéologiques susceptibles d’attester la présence d’une villa ou d’exploitations rurales de moindre importance. Il est moins densément occupé durant l’Antiquité tardive : seuls trois gisements ont livré des indices céramiques et numismatiques datés des ive et ve siècles. L’un d’entre eux, situé en limite nord de l’ager, porte un toponyme particulièrement évocateur (Germagny à Talluyers). Les deux autres sites, reconnus sur les communes de Saint-Maurice-sur-Dargoire/Chavanel et Saint-Laurent-d’Agny/Goiffieux, se démarquent par la présence d’indices plaidant pour une exploitation de statut élevé (hypocaustes, bains privés, mobilier métallique et monnaies), dispersés sur des surfaces particulièrement conséquentes.

42Le plus important de ces trois gisements se concentre sur le lieu-dit de « Goiffieux », situé en marge sud de la commune actuelle de Saint-Laurent-d’Agny, à quelques kilomètres de Mornant. Il se distingue aussi par son homophonie avec le toponyme de l’Ager Gofiacensis dont on considère, depuis le xixe siècle, qu’il marque le centre. Cette hypothèse a motivé la mise en œuvre de recherches plus ambitieuses conduites depuis 2008 sous l’égide de l’université Lumière Lyon 2. Ses résultats, encore inédits, concernent directement le sujet de cet article et justifient une présentation plus détaillée.

Fig. 17. Carte de répartition des entités archéologiques du Haut-Empire (ronds blancs) et de l’Antiquité tardive (ronds noirs) répertoriées sur la base des prospections effectuées sur les dix communes constitutives de l’Ager Gofiacensis (carte P. Bernard, DAO M. Poux).

II.3. Un domaine rural inédit : la villa de Goiffieux à Saint-Laurent-d’Agny

II.3.1. De la paléographie à la prospection

43Le site de Goiffieux est connu depuis plus d’un siècle par les érudits locaux, qui y ont fait de nombreuses découvertes et ramassé du mobilier lors des travaux agricoles. Le toponyme donne lieu à des commentaires dès le xixe siècle. En 1868, A. Vachez, établit le lien entre ce dernier et la villa Gofiacus mentionnée dans deux chartes du Cartulaire de Savigny datées respectivement de l’an 908 et 955, attestée par la suite sous diverses variantes comme Vofiacus, Goiffy ou Goiffieux et identifiée au chef-lieu de l’Ager Gofiacensis. À l’appui de cette hypothèse, il fait état des « découvertes de débris de tuiles et de poteries romaines faites récemment à Goiffieux près de Saint-Laurent-d’Agny ». Les auteurs postérieurs (Clermont, 1958 ; Delorme, 1975 ; Pelletier, 1980-1983/1, p. 271) reprennent cette hypothèse et situent à Saint-Laurent-d’Agny le chef-lieu d’un vaste ager issu d’un latifundium d’époque antique et tardo-antique, qui se serait maintenu pendant le haut Moyen Âge. Cette hypothèse s’appuie principalement sur la découverte, à la surface du site, de nombreux fragments de tuile, de céramiques et de monnaies attestant la présence d’une grande villa romaine à l’emplacement du lieu-dit.

44Cette intuition est confortée, au milieu des années 2000, sur la base d’un abondant lot de mobiliers recueilli en prospection par une habitante du village, M.-C. Péronnet, et étudié par L. Guillaud dans le cadre d’un mémoire de Master soutenu en 2009 à l’université Lumière Lyon 2. Cette étude met en évidence la présence de mobiliers très variés dont la chronologie s’échelonne entre la fin de l’époque gauloise, au iie s. av. J.-C., et la fin de l’Antiquité tardive, au ve s. ap. J.-C. Les faciès intermédiaires de la période tardo-républicaine, augustéenne, julio-claudienne, flavienne, antonine et sévérienne sont bien documentés et prouvent qu’à l’instar de la villa de Saint-Romain-de-Jalionas, à l’est du territoire, le site a fait l’objet d’une occupation continue sur près de sept siècles.

45Parmi ces mobiliers de surface figurent de nombreux fossiles directeurs qui attestent une perduration de cette occupation jusqu’au ve siècle de notre ère. Ils comptent en particulier de nombreux tessons de céramique tardive à revêtement argileux ou « luisante » (coupes carénées type Lamb. 1/3, gobelet tulipiforme de type Lamb. 14/26), produite dans les ateliers de la moyenne vallée du Rhône ou de la région alpine aux ive et ve siècles de notre ère (Desbat, 1986 ; Ayala, 1998), ainsi que des pots à lèvre en bandeau court et gorge interne en céramique commune tournée grise, attestés à partir du ve siècle dans la Drôme (Bonnet, 2002, p. 338).

46Plusieurs petits mobiliers viennent compléter cet inventaire, dont une lampe ovoïde à réservoir ouvert, caractéristique des iiie et ive siècles de notre ère, une lampe à picots de typologie tardive (Loeschke 35), produite en Asie mineure au ive et surtout au ve siècle de notre ère (Polou-Papapa Dimitriou, 1986), ainsi qu’un bracelet en tôle de bronze à décor d’ocelles (Kreisaugenmuster), caractéristique du ive siècle de notre ère, dont l’état de conservation est caractéristique d’une découverte de sépulture (Riha, 1990, p. 58, n ° 549-550). Ce faciès est corroboré par une série de monnaies d’époque constantinienne et postérieure : deux folles de Constantin de type GLORIA EXERCITUS, frappés en 330-335, un follis de Magnence frappé en 353, un follis de Constance II frappé entre 355-361 et deux folles de Maxime, émis respectivement à Arles et à Lyon en 383-388.

II.3.2. La villa et ses occupations tardives

47L’exploration de ce domaine a été entreprise en 2008 et poursuivie jusqu’en 2011, dans le cadre d’un chantier-école de l’université Lumière Lyon 2. Elle a été précédée d’une campagne de sondages et de prospections géophysiques, qui a permis de mieux cerner la nature, l’amplitude topographique et chronologique des vestiges.

48Les fouilles ouvertes dans la foulée ont effectivement révélé l’existence d’une vaste villa dont le corps de bâtiments principal s’étend sur au moins deux hectares. Elle se distingue par un état de conservation exceptionnel pour la région, qui a permis la conservation de ses sols et niveaux d’occupation successifs sur une épaisseur pouvant atteindre jusqu’à un mètre. Leur fouille stratigraphique confirme la durée de sa séquence d’occupation, comprise entre La Tène finale et le Moyen Âge.

49La première villa coloniale, qui succède à un établissement indigène d’époque gauloise, est fondée dès les années 40 ou 30 avant notre ère. Elle est associée, au nord et à l’est, à des zones culturales aménagées dès l’origine pour la pratique de la viticulture, attestée par l’existence d’un pressoir aménagé à la même époque (Poux et alii, 2011b). Les constructions initiales en terre et bois se muent, dès le changement d’ère, en vaste complexe résidentiel entièrement maçonné, organisé autour d’une cour à péristyle et d’une avant-cour. Plusieurs bassins agrémentent cet espace, dont une natatio et une pièce d’eau de 58 m de long, reliés entre eux par un vaste réseau de canalisations alimentées par un aqueduc privé. La villa est dotée dès la fin de l’époque augustéenne d’un balneum privatif (Poux et alii, 2011a). Scénographié sur le modèle des grands domaines de Campanie et de Narbonnaise, ce « palais rural » se distingue aussi par sa riche décoration : placages de sols, de bassins et chapiteaux en marbre, enduits peints de troisième style pompéien, mosaïque à décor bachique. Détruite à la suite d’un incendie survenu avant la fin du I er siècle, la villa est intégralement reconstruite et transformée en une vaste exploitation à caractère viticole, dotée de plusieurs pressoirs et d’un fouloir qui ont fonctionné au moins jusqu’au milieu du iiie siècle (Poux et alii, 2011b).

Vestiges d’habitat tardo-antiques

50Les vestiges d’une occupation de la villa postérieure à cette date ont longtemps fait défaut, du fait de l’érosion des niveaux supérieurs par les labours. Ils n’ont été reconnus qu’en 2010 au niveau de l’angle nord-est du corps de bâtiments principal. Très arasés et très perturbés par les activités agricoles, ils se présentent sous la forme d’un réseau discontinu de solins en pierre sèche, constitutifs de bâtiments alignés de façon cohérente avec la villa du Haut-Empire, à laquelle ils paraissent s’adosser. Ils sont parallèles ou perpendiculaires aux maçonneries de l’état viticole des iie et iiie siècles, dont ils en prolongent ou reprennent parfois le tracé. Le fait que les solins soient surtout attestés à leur périphérie laisse supposer que ces constructions réutilisent en grande partie le bâti préexistant (fig. 18 et 19).

Fig. 18. Localisation des vestiges tardo-antiques et médiévaux reconnus dans l’emprise de la villa antique fouillée sur le site de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny (DAO : M. Poux).

51Reconnus dans un périmètre d’au moins 40 m pour 20 m de largeur, ces solins dessinent en plan un corps de bâtiments d’au moins 800 m2, cloisonné par quelques murs internes. Implantés dans une tranchée étroite large d’environ 1 m, ils sont constitués de blocs de gneiss micacé liés à l’argile et de fragments de tegulae datés, d’après leur typologie, de la fin du iie ou du iiie s. ap. J.-C. (type F de B. Clément). L’une des tranchées d’implantation a livré dans son comblement supérieur un petit lot de céramique commune comprenant au moins un fragment d’olla à lèvre en bandeau, qui assigne un terminus post quem pour l’installation des bâtiments entre le début du ive et le milieu du ve s. ap. J.-C. Ces structures correspondent à des substructions enterrées ou semi enterrées, surmontées en élévation de murs ourdis de terre.

52Quelques trous de poteau ont également été observés aux abords des solins, principalement dans la partie nord du plan (fig. 20). L’absence de mobilier dans leur comblement et de connexion stratigraphique avec les sols ne permettent pas d’assurer leur datation, mais le fait qu’ils recoupent toutes les structures de la villa d’époque impériale invite à les rattacher au même état. Situés à l’intérieur des espaces délimités par les solins, ils correspondent peut-être à des annexes ou à des supports d’appentis adossés à leur façade.

53Ces vestiges de bâtiments sont corrélés à une couche d’occupation très arasée, fortement brassée et chargée d’éléments résiduels ou intrusifs liés aux occupations aussi bien antérieures que postérieures. Ces mobiliers comprennent cependant une majorité de mobiliers caractéristiques de l’Antiquité tardive. Une fosse rectangulaire de 1,20 m de diamètre fouillée dans la partie sud des bâtiments a livré des matériaux de construction issus de la démolition de la villa, associés à un petit lot de céramique de même chronologie.

54Fig. 19. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : plan détaillé des vestiges tardo-antiques et médiévaux (DAO : B. Clément, A. Courtot, A. Tripier).

55La partie nord du site, explorée en 2011, a livré trois autres fosses de forme circulaire à ovalaire et de taille variable, oscillant entre 40 et 120 cm de diamètre. Le niveau d’apparition de ces structures, très élevé, plaide pour une datation contemporaine des lambeaux de sols d’époque tardo-antique préservés alentour. Leur contenu, conservé sur 15 à 25 cm de profondeur, se compose presque exclusivement de cendres et de charbons. À en juger par la présence visible de carporestes, en cours d’analyse, leur fonction semble pouvoir être mise en relation avec les activités agricoles ou domestiques contemporaines de la dernière phase d’occupation du site. La fosse située le plus à l’ouest (fig. 19, four 1) se distingue par sa forme longiligne et plus régulière, par la présence de fragments de sole et des parois rubéfiées, qui évoquent un four effondré. Ce dernier semble avoir été abrité par une structure légère, matérialisée par quelques trous de poteau et de piquet implantés à sa périphérie.

Fig. 20. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : solins en pierre sèche de l’Antiquité tardive et structures en creux associées, fouillés au nord du corps de bâtiments principal de la villa antique (cliché A. Tripier).

Datation des vestiges6 : la céramique (fig. 21)

  • 6 Ces mobiliers ont fait l’objet d’une étude préliminaire réalisée par A. Gilles dans le cadre du ra (...)

56Les productions à revêtement argileux des ateliers alpins y sont bien représentées, sous la forme de fragments de panses carénées et guillochées ou de bords en bourrelet. Ils correspondent au type Lamb. 1/3 ou Portout 37 courant au ive s. comme l’attestent de nombreux ensembles lyonnais (Becker, Jacquin, 1989 ; Ayala, 1994, p. 85 ; Ayala, 1998, p. 219-224 ; Batigne-Vallet, Lemaître, 2008) ou ruraux (Silvino, 2008 ; Laroche, Théolas, 2003). Une tasse carénée s’apparente au type Portout 36, attesté à Lyon Gadagne (Batigne-Vallet, Lemaître, 2008, fig. 31) ou sur le site de la villa des Vernes à La Boisse (Ain) (Silvino, 2008, fig. 7). La céramique sigillée devient plus rare et ne comprend que deux gobelets à col haut Déch. 72 ou Lez. 102, produits dans les ateliers de Gaule du Centre jusqu’au ive s. (Bet, Delor, 2000). Plusieurs fragments de céramique à pâte calcaire et vernis argileux non grésé cuits en mode B, dont deux marlis appartenant à des plats ou des coupes de forme indéterminée, pourraient correspondre aux productions de DSP grises qui se développent à partir de la in du ive s. ap. J.-C.

57Les céramiques culinaires comprennent plusieurs exemplaires de pots en bourrelet crochu comparables à ceux retrouvés à Lyon dans des niveaux datés de la seconde moitié du ive s., sur l’atelier de potier identifié ZAC Charavay (Batigne-Vallet, Lascoux, 2003, p. 233, fig. 4) et dans les dépotoirs du quartier Saint-Jean (Ayala, 1998, fig. 27, no 94), Saint-Georges (Silvino, 2007, fig. 22, no 7) ou Gadagne (Batigne-Vallet, Lemaître, 2008, fig. 37). La diffusion de ces pots touche également le site de la Rue Minerve à Saint-Priest (Rhône) (Ayala et alii, 2000), du Bivan en Isère (Ayala, 1995, p. 260-261, fig. 3 no 11) et de La Boisse (Ain) (Silvino, 2008, fig. 9).

58Plusieurs niveaux livrent par ailleurs des bords en bandeau muni d’une gorge supérieure. Apparue au cours du ve s., cette forme évolue durant le haut Moyen Âge pour prendre un profil triangulaire, analogue aux bords recueillis Place des Célestins, à Lyon, et datés de la in du vie s. (Horry, 2000, fig. 2, nos 5-7). De tels profils sont répertoriés dans les fouilles de l’hôtel Gadagne à Lyon (Batigne-Vallet, Lemaître, 2008, p. 238). On note aussi un bord appartenant à un plat à cuire rappelant le type « à bord divergent en amande » à mince gorge interne, abondant dans la moyenne vallée du Rhône à partir du milieu du ive s. sur les sites drômois (Bonnet, 2002) ainsi qu’à Lyon (Ayala, 1998, fig. 25, no 61 et Batigne-Vallet, Lemaître, 2008, fig. 39). Plusieurs pots présentent des lèvres en amande inclinée, rappelant les exemplaires répertoriés pour le iiie s. aussi bien sur les sites de la moyenne vallée du Rhône (Bonnet, 2002), que pour les cités de Vienne (Drouvot, 2003 ; Godard, 1995) et Lyon (Bonnet et alii, 2003). Ces exemplaires sont cependant le plus souvent cuits en mode B comme ceux observés à Lyon (Batigne-Vallet, Lemaître, 2008, fig. 37). Ces niveaux livrent également plusieurs couvercles d’importation africaine Hayes 196, connus dès la première moitié du iie et au iiie s. à Lyon (Bertrand, 1996), catégorie qui perdure dans les niveaux du ive s., voire du début du ve s. (Ayala, 1998, fig. 24, no 48 ; Silvino, 2007, p. 224) (fig. 21).

Fig. 21. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : sélection de mobiliers céramiques issus des niveaux de sol de l’Antiquité tardive (DAO A. Gilles).

59L’ensemble de ce mobilier trouve des comparaisons sur les sites lyonnais installés sur le bord de Saône durant le ive et le ve. s. ap. J.-C., ainsi que dans les domaines ruraux fouillés dans l’Ouest lyonnais pour l’Antiquité tardive. L’assemblage fournit une datation centrée sur le ve s.

II.3.3. Oratoire (?) et nécropole médiévale

60Cette occupation tardo-antique semble aussi concerner un bâtiment maçonné de plan longiligne, orienté est-ouest et cloisonné en plusieurs espaces, qui se développe au nord du mur d’enceinte de l’ancienne villa. Ce bâtiment mesure 2,60 m dans le sens nord-sud et plus de 11 m dans le sens est-ouest, soit une surface minimale de 29 m2. Ses maçonneries, très proches de celles du dernier état de la villa du iiie s. (état 4b), se distinguent par leur aspect plus massif. Très arasées, elles sont associées côté est à au moins deux fonds de bassin revêtus de mortier au tuileau, dont les limites n’ont pas été reconnues en raison de leur destruction presque totale. Le bâtiment est longé au nord par une canalisation qui le sépare d’une fondation d’abside adossée à sa façade nord, d’époque vraisemblablement plus tardive.

61Cette abside dessine un segment de cercle d’environ 4 m de diamètre qui paraît outrepassé, si l’on tient compte de la distance qui le sépare de la façade. Elle semble correspondre à un aménagement extérieur au bâtiment auquel elle vient s’adosser et dont elle est séparée par la canalisation. Un imposant blocage de pierres liées au mortier jaune en remplit l’espace interne. À sa surface ont été recueillies plusieurs tesselles de mosaïque noires et blanches, ainsi que quelques fragments d’enduits peints de couleur verte et rouge. L’absence de connexion entre l’abside et la façade nord du bâtiment ne permet pas d’établir leur contemporanéité. L’examen des maçonneries tend néanmoins à indiquer qu’elle correspond à un ajout postérieur à l’installation de la canalisation qui la sépare du mur.

62Malgré la rareté des mobiliers retrouvés dans son emprise, l’appartenance de ce bâtiment aux derniers états d’occupation de la villa est bien établie, tant par son mode de mise en œuvre que par la qualité du mortier. Sa fonction est plus difficile à établir, du fait de l’absence de niveaux de sol. Le fait qu’il comporte, dans sa partie orientale, deux fonds de bassins construits en mortier de tuileau et dotés de boudins d’étanchéité, ainsi que la présence éparse de tesselles de mosaïque et d’enduits peints, plaident en faveur d’un petit édifice balnéaire. Le plan de cette installation trouve des comparaisons directes à Montferrand (Aude) et à Gisay-la-Coudre (Eure). L’association de l’arc outrepassé et des fonds de bassins peut aussi évoquer les pièces de réception à abside centrale (aulae) caractéristiques, en Aquitaine, de nombreux sites de villae tardo-antiques (Balmelle, 2001).

63Le plan ramassé du bâtiment, avec ses trois cellules et son abside à arc outrepassé, n’est pas sans évoquer, par ailleurs, celui de l’édifice mis en évidence à l’aplomb de l’église paroissiale qui succède à la villa du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas, interprété dans son état de la fin du ive s. ap. J.-C. comme une fontaine (Royet et alii, 2006, p. 303, fig. 15 phase 5). L’hypothèse d’un baptistère paléochrétien est évoquée dans l’article, en raison de la forme caractéristique de l’arc, par la coïncidence topographique qui l’unit à l’église du haut Moyen Âge et l’installation d’une tombe en coffre du vie siècle dans l’emprise même du bâtiment, réalisée à l’aide d’éléments de remploi provenant de la villa (ibid., p. 314).

64Cette hypothèse peut s’appuyer, en l’occurrence, sur la présence d’une nécropole datée du haut Moyen Âge, formée d’une vingtaine de tombes à inhumations qui viennent s’agglomérer à cet emplacement précis du site, à la périphérie immédiate et à l’intérieur du bâtiment (fig. 22). Si deux des sépultures empiètent sur sa façade ouest, dont elles entaillent la maçonnerie, la plupart semblent respecter le tracé des murs, auxquels elles s’accolent et dont elles reprennent strictement l’orientation. Le coffre de l’une des deux sépultures aménagées dans le bâtiment réutilise un segment de specus de l’aqueduc de la villa du ier siècle et offre un bon parallèle avec la situation observée au Vernai.

65La concentration des tombes autour du bâtiment et leur orientation cohérente avec celle de ses maçonneries exclut l’hypothèse d’une coïncidence topographique. On pourrait les associer à un édifice religieux de datation postérieure, situé au même emplacement, dont les structures auraient entièrement disparu. Mais il apparaît plus probable que c’est la présence même de l’édifice antique qui a motivé leur positionnement. Compte tenu de son fort degré d’arasement, il est difficile d’évaluer son état de conservation à la fin de l’Antiquité, mais sa construction très massive a pu lui garantir une longévité plus importante que d’autres secteurs de la villa. Les rares indices chronologiques à disposition permettent tout au plus d’affirmer que la construction du bâtiment est postérieure au début du iiie siècle, mais n’imposent aucune limite vers le bas. L’aménagement de l’abside, qui n’est pas chaînée avec le reste des maçonneries, a pu intervenir à un stade plus tardif de son évolution (ive siècle ?).

66En milieu rural, la reconversion de thermes et de salles de réception en chapelle privée (oratorium) correspond en Gaule à un phénomène particulièrement fréquent (Ferdière, 1988, p. 235 sqq), attesté régionalement dans au moins un cas, à Saint-Romain-de-Jalionas. Comme sur ce dernier site, le blocage de maçonneries qui comble l’abside peut être interprété comme un support de fontaine ou de bassin. L’hypothèse d’un baptistère paléochrétien est séduisante mais doit être accueillie avec prudence, eu égard au mauvais état de conservation des vestiges. Les villae de Montferrand (Aude) et de Gisay-la-Coudre (Eure) fournissent, quoi qu’il en soit, un parallèle particulièrement convaincant (fig. 23) : leurs thermes à plan linéaire, constitué de plusieurs pièces en enfilade et associé dans le premier cas à une abside à arc outrepassé, donnent naissance au haut Moyen Âge à une nécropole cémétériale dont les sépultures viennent occuper et recouper, dans le second cas, la totalité de leurs maçonneries antiques (Le Maho 2004, p. 58, fig. 5 ; Landes et alii, 1998, p. 165-166).

67Les sépultures de Goiffieux présentent des aménagements caractéristiques de cette époque : inhumations en pleine terre, pratiquement dépourvues de mobilier. Les deux tombes aménagées à l’intérieur du bâtiment se distinguent par des coffres de meilleure facture, constitués de dalles de pierres ou de matériaux en remploi, prélevés sur les ruines de la villa (fig. 24). Leur datation est bien assurée, malgré la rareté du mobilier d’accompagnement. Deux tombes ont livré des agrafes dites « de linceul » ou de col, l’une de forme discoïde, l’autre de type plus classique. Une chaînette à maillons en « S » liée aux mêmes formes de parure, a été recueillie dans une troisième tombe. Une dernière sépulture découverte en 2011 à l’est de la nécropole a livré un ferret allongé à décor en esses, caractéristique des parures de ceinturon d’époque mérovingienne. Quatre sépultures ont bénéficié d’une datation au radiocarbone effectuée par le CDR de Lyon 1 (UMR 5138). Les datations calibrées s’échelonnent entre 609 ap. J.-C. (± 30, LY-15489), 654 ap. J.-C. (± 30, LY-15487), 675 ap. J.-C. (± 30, LY-15490) et 776 ap. J.-C. (±3 0, LY-15488), soit une fourchette comprise entre l’époque mérovingienne et le début de l’époque carolingienne. Il existe par conséquent de fortes probabilités pour que l’élément de plaque-boucle découvert en prospection provienne de la même nécropole (fig. 25).

Fig. 22. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : nécropole à inhumation du haut Moyen Âge, concentrée à l’emplacement des bains de la in du Haut-Empire transformés en oratoire paléochrétien (DAO : B. Clément, A. Courtot, A. Tripier).

68L’occupation médiévale de la villa semble se prolonger jusqu’au Moyen Âge central, sous la forme de vestiges d’habitat épars. Au sud de la zone d’occupation tardo-antique, quelques trous de poteau sont associés à une grande fosse de profil cylindrique, identifiée à un silo enterré servant au stockage du grain. Ces structures perforent les maçonneries antiques et le comblement de la fosse livre de nombreuses céramiques grises kaolinitiques d’époque médiévale, dont plusieurs foules à lèvre en bandeau et fond bombé décoré, produites entre le xe et le xie s. Un bord appartient à un pot de type précoce avec bord en proto-bandeau, dont la production commence au début du ve siècle pour s’achever à la fin du vie. Il est rare d’en retrouver après 800 (Faure-Boucharlat, 2001, p. 70). La nature des vestiges documente l’occupation de la villa par un habitat relativement modeste mais concentré dans le même secteur, qui pourrait avoir démarré dès le vie siècle et perduré au-delà de l’an Mil.

Fig. 23. Exemples de bains privés transformés en oratoire et/ou intégrés à un complexe liturgique d’époque médiévale.

Fig. 24. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : sépultures à inhumation d’époque mérovingienne (clichés : S. Dal Col).

Fig. 25. Villa de Goifieux à Saint-Laurent d’Agny : sélection de mobiliers issus des sépultures du haut Moyen Âge (en bas) et des ramassages de surface (en haut) (DAO et clichés L. Guillaud).

II.3.4. Synthèse : de la Villa Goiacus à l’Ager Gofiacensis

69Ces découvertes, dont il faut ici rappeler qu’elles sont encore en cours de fouille et d’analyse, inspirent plusieurs conclusions provisoires. D’un point de vue général, le site de Goiffieux correspond, toutes périodes confondues, au premier établissement agricole d’importance mis en évidence dans l’Ouest lyonnais – à l’exception de la Grange du Bief, qui a fait l’objet de fouilles anciennes et mal documentées et dont le caractère rural est par ailleurs discutable. Il offre, à l’échelle de la région lyonnaise, un exemple symétrique à celui de la villa du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas, située aux antipodes du territoire. À savoir la perduration d’un grand domaine rural fondé dès la fin de l’époque gauloise et occupé durant l’Antiquité tardive, sous une forme plus réduite mais néanmoins étendue.

70Nonobstant leur état de conservation très médiocre, en regard de celui qui caractérise les constructions antérieures de la villa, les vestiges d’habitat mis au jour documentent une occupation du domaine qui s’inscrit sans doute dans le prolongement de l’occupation du iiie siècle et se poursuit au moins jusqu’à la fin du ive siècle. Cette datation s’accorde bien avec le terminus post quem fourni par les monnaies de Maxime trouvées en prospection (années 380 ap. J.-C.). La découverte d’une lampe à picots et de céramiques de typologie encore plus tardive laisse à supposer qu’elle se prolonge durant le ve et le vie siècle.

71L’emprise de cette occupation ne recouvre que partiellement celles du domaine qui la précède. Malgré le fort degré d’arasement qui caractérise les ailes occidentale et méridionale de la villa, il est en effet peu probable qu’elles aient fait l’objet d’une occupation importante après leur destruction dans le courant ou à la fin du iiie s. La carte de répartition des mobiliers tardo-antiques recueillis en prospection confirme qu’elle se concentre sur un secteur précis de son emprise initiale, correspondant à l’angle nord-est du bâtiment principal, occupé depuis le ier s. et probablement jusqu’au ive s. par des installations balnéaires solidement fondées et décorées, bien conservées et propices à l’aménagement à moindre frais de salles garantissant encore un minimum de confort et de prestige. Il est possible que les solins mis au jour n’en constituent que les murs périphériques, des annexes ou des appentis accolés au corps de logis principal. Bien que très lacunaire, le plan formé par les bâtiments soutient la comparaison avec les habitats tardo-antiques fouillés aussi bien au nord (Lyon, rue du Bourbonnais), à l’est (Vénissieux, Meyzieu, Saint-Romain-de-Jalionas) et au-delà, par exemple sur le plateau de Larina ou sur le site du Bivan à l’Albenc en Isère (Royet et alii, 2006, p. 318, fig. 24).

72Cet habitat renvoie à un cas de figure classique : l’investissement d’une partie du bâti par un habitat plus ramassé dont l’épicentre est localisé dans l’ancienne aile thermale, réaménagée comme espace de réception et/ou de culte. Hormis l’exemple maintes fois cité de Saint-Romain-de-Jalionas, il faut rappeler que les thermes de la villa de la Grange du Bief à Anse font eux aussi l’objet de réfections et que leur abandon n’intervient pas avant la fin du ive siècle.

73Ce noyau central, qui focalise l’essentiel des activités publiques et religieuses exercées par les propriétaires de la villa, est transformé en oratoire sous l’effet de la christianisation des campagnes aux ive et ve siècles – éventuellement par l’adjonction d’un baptistère, dont l’existence peut être soupçonnée, à Goiffieux comme à Saint-Romain-de-Jalionas. C’est naturellement dans ce secteur que s’installent, au haut Moyen Âge, les nécropoles et sépultures en coffre aménagées pour les membres de leur famille. On ne saurait à proprement parler, à propos de ces lieux de culte et de prière comme des tombes qui leur sont associées, de nécropole « paroissiale » ou « cémétériale ». Avant le concile d’Arles et l’époque carolingienne, ils ressortissent encore du domaine privé et tiennent davantage du lararium ou du monumentum antique que de l’église chrétienne (Faure-Boucharlat, Reynaud, 2006, p. 115).

74La perduration du site à l’époque médiévale vient conforter la localisation à Goiffieux du chef-lieu de l’Ager Gofiacensis. La date la plus récente fournie par la datation des tombes au radiocarbone (776 ap. J.-C.) est antérieure d’à peine 130 ans à la première mention de la Villa Gofiacus sur les cartulaires. Les vestiges médiévaux qui succèdent à l’occupation tardo-antique, associés à des céramiques datées du vie siècle au xe ou au xie siècle (fig. 26), coïncident en plein avec la période couverte par les archives chartes 30 (an 908) et 342 (an 955) de Savigny.

75La localisation et l’ancienneté de ce toponyme sont bien établies par des recherches d’archive menées avec l’aide de Joël de Rouville, actuel propriétaire du « Château des Bourbons » à Saint-Laurent-d’Agny. Elles montrent qu’il désigne plus précisément la « ferme de Goiffy », grande bâtisse seigneuriale située à moins de 250 m au nord du site, qu’elle a longtemps englobée dans ses terres domaniales. L’examen des terriers témoigne d’une continuité de cette appellation depuis le xive siècle, puisqu’elle figure déjà dans un acte daté de 1372 (terrier Debars, in territorio de Gouaffy). Ses soubassements trahissent l’existence d’un premier état fortifié qui pourrait remonter à la même époque. Une étude du bâti, consacrée à cet édifice qualifié dès 1856 par A. Vachez « d’ancienne manse carolingienne », pourrait s’avérer riche en enseignements.

76L’hypothèse d’un lien de filiation direct entre la villa antique et le domaine médiéval est renforcée par la proximité topographique des deux sites, occultée par la construction des structures en préfabriqué de la coopérative SICOLY à la fin du xxe siècle. À vol d’oiseau, ils ne sont distants que de 250 m. Les ruines antiques reposent depuis des siècles dans le domaine seigneurial de la ferme de Goiffy, toponyme francisé de l’ancienne Villa Gofiacus – formé sur un nom à consonance germanique plutôt que romaine suggérant que la villa a été occupée un temps par des populations d’origine burgonde et/ou franque ? Ces vestiges enfouis en représentent sans doute la phase la plus ancienne. Leur abandon définitif se place sans doute peu après l’an Mil, au xie ou au xiie siècle, et coïncide avec l’édification, quelques centaines de mètres plus au nord, d’une nouvelle demeure mieux protégée du passage et/ou des inondations.

Fig. 26. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : fosse-silo d’époque médiévale et mobilier céramique associé (DAO : B. Clément, A. Tripier).

III. Des formes de l’habitat aux modalités d’exploitation du territoire

77Malgré des efforts consentis, le corpus rassemblé reste encore incomplet et les remarques provisoires qui en découlent sont susceptibles d’évoluer en fonction des découvertes futures. En dépit de ces incertitudes, on constate que l’évolution de l’habitat rural tardif suit certains schémas déjà définis pour d’autres régions de Gaule.

78Lyon et sa région se situent à la charnière de ces deux entités géographiques bien distinctes que sont les provinces septentrionales de la Gaule et les régions méditerranéennes. Ces dernières ont fait l’objet de nombreuses synthèses, qui ont mis en évidence les spécificités propres à chaque région (Wickham, 2001). Le nord se caractérise par le maintien de l’habitat dispersé, ainsi que par un changement radical dans les choix de matériaux de construction qui intervient entre 350 et 450 et accompagne une diminution du nombre des sites. Dans le sud, les villae sont abandonnées plus tardivement au profit des agglomérations, dans un processus de concentration de l’habitat bien mis en évidence par Cl. Raynaud. Sur la base des données exposées dans les précédents chapitres, il apparaît que les formes de l’habitat de la région lyonnaise présentent des traits empruntés aux deux entités. L’analyse chronologique montre par ailleurs que les sites occupés au ve siècle sont très rares, comme l’ont déjà montré des études similaires réalisées en Suisse (Monnier, 2001).

79Au Haut-Empire, le paysage rural est caractérisé par un habitat dispersé mais hiérarchisé en réseau. Le premier échelon correspond aux villae de tailles et de plans variés, comportant un corps résidentiel flanqué de bâtiments d’exploitations, le second, à des établissements de moindre importance comme les fermes. L’analyse de la documentation disponible fait clairement apparaître la diminution des points de peuplement aux iie et iiie siècles, avec l’effacement progressif des grands établissements du type villa qui ont très probablement subi la « crise » du iiie s. (Fiches, 1996 ; Schneider, 2007). Les grands domaines n’ont pas totalement cessé d’exister. À l’aube du ive siècle, seules quatre villae sont attestées pour un territoire de plusieurs milliers de km2.

80Parmi ces établissements, la villa du « Vernai » à Saint-Romain-de-Jalionas et celle de « Goiffieux » à Saint-Laurent-d’Agny sont les seules dont on peut affirmer qu’elles présentent encore les caractères d’une propriété aristocratique et conservent une place majeure dans le paysage rural jusqu’au ve siècle, voire au-delà. Ce constat est renforcé, dans les deux cas, par la mise en évidence d’un lieu de culte paléochrétien de type oratorium privé, qui a donné naissance à une nécropole du haut Moyen Âge. La première villa constitue le noyau fondateur d’une paroisse fréquentée jusqu’à nos jours. Ce phénomène n’est pas un cas isolé en Gaule, où d’autres exemples sont documentés, notamment dans le sud, à Loupian (Bermond, Pellecuer, 1997), mais aussi sur le plateau helvétique à Vandœuvres (Terrier, 1991 et 1993). Le second site est encore distingué, dans les sources du début du xe s., comme le chef-lieu d’un vaste ager couvrant tout le sud du Plateau lyonnais.

81Les réoccupations de bâtiments désertés ou ruinés restent plus difficiles à caractériser. Pour les villae comme celle des « Grandes Terres » à Beynost, il s’agit d’une implantation fruste, matérialisée par le creusement de fosses dans les vestiges à demi effondrés de l’ancienne villa. Cette forme d’investissement des sites est généralement qualifiée « d’occupation parasite » ou de « squattage de ruines ». Il n’est pourtant pas évident que ces occupations correspondent à des habitats, même temporaires, et il peut tout aussi bien s’agir de simples installations agricoles. Il faut en déduire, dans cette hypothèse, que les bâtiments résidentiels se situent ailleurs.

82Ce phénomène est désormais bien documenté en Gaule, que ce soit dans le nord (Ouzoulias, Van Ossel, 2001), ou dans certaines régions méditerranéennes (Raynaud, 2001). Vers la fin du ive siècle, les bâtiments en pierre sont progressivement abandonnés et l’ancienne pars rustica envahie par des habitats en matériaux périssables, associés à des structures excavées. Ce processus concerne une grande majorité des sites, mais intervient à des époques différentes. Il arrive souvent que le secteur construit de l’ancienne villa soit partiellement épargné par les nouvelles installations. On ne peut d’ailleurs parler « d’occupation parasite » que lorsque ces occupations rudimentaires s’implantent dans les ruines de l’ancienne pars urbana. Cette expression est mal appropriée, en revanche, pour définir les nouvelles structures en matériaux périssables qui se développent à proximité ou à l’emplacement de villae totalement arasées.

83Les constructions nouvelles se manifestent par des installations encore plus modestes, de très faible superficie. Elles ne comprennent que quelques édifices à une ou plusieurs nefs, ou des bâtiments excavés associés à des structures utilitaires : appentis, ateliers semi excavés, greniers sur poteaux, fours culinaires... Ces derniers se composent généralement d’une sole et d’une voûte creusée dans le limon ; attestés notamment à Lyon-Vaise, à Marennes - « Le Pilon » ou en marge de la villa de Saint-Laurent-d’Agny (fig. 27), ils constituent l’une des originalités de l’habitat tardo-antique en région lyonnaise. Leur fonction demeure obscure. S’agissait-il de simples fours domestiques pour la cuisson des aliments, ou sont-ils plus directement liés à l’activité agricole ? On peut en effet avancer l’hypothèse de structures de cuisson destinées au grillage des grains avant leur stockage, visant à les protéger de la fermentation. Cette technique est aujourd’hui bien attestée pour le haut Moyen Âge, non seulement dans le Lyonnais (Faure-Boucharlat, 2001, p. 100-101), mais également dans la plupart des régions françaises, aussi bien en Île-de-France, en Bourgogne que dans le Languedoc (Peytremann, 1995). Si leur fonction reste discutée, il est établi que leur emploi se développe à la fin de l’Antiquité et surtout au haut Moyen Âge.

84Ces innovations sont portées par une société rurale en pleine transformation, caractérisée par l’émergence progressive de nouvelles formes d’habitat et de nouvelles pratiques agricoles. La réduction de la taille des habitats, l’emploi prépondérant des matériaux périssables et l’importance de la construction sur poteaux sont les traits prépondérants de l’évolution que subissent les établissements ruraux durant l’Antiquité tardive. Ce schéma a très bien été démontré dans d’autres régions, notamment en Île-de-France (Ouzoulias, Van Ossel, 2001) ou sur le plateau helvétique (Monnier, 2001). La véritable rupture réside dans le déclin des formes romaines de construction et d’organisation de l’habitat. Les villae palatiales maçonnées, dotées de riches décors, de jardins d’agrément, de bains privés et/ou d’un système hydraulique élaboré, ne comptent plus parmi les modes de représentation privilégiés par l’élite.

85Leur disparition ne scelle pas pour autant celle de la production vivrière, même si les activités économiques de l’Antiquité tardive sont encore mal connues. Si la permanence des échanges entre la campagne et la ville est assurée, ces derniers demeurent impossibles à quantifier. Les importations sont plus faciles à mettre en évidence, eu égard au rôle redistributeur des agglomérations. Tout semble indiquer que les campagnes lyonnaises sont encore drainées par des courants commerciaux non négligeables (Silvino et alii, 2011a). Les voies restent ouvertes et la relecture des textes de Sidoine Apollinaire ou de Grégoire de Tours oblige à abandonner l’idée de campagnes renfermées sur elles-mêmes.

86En guise de contrepartie, le marché régional pouvait encore offrir de nombreux produits agricoles (céréales, fromages, vin, bétail) et produits manufacturés. Les structures découvertes sur les sites ruraux régionaux attestent bien une activité agricole tournée vers la culture céréalière, mais contrairement à ce qui a été observé pour le Haut-Empire, les données sont trop limitées pour estimer leur capacité à dégager des surplus. Seule l’économie de la villa du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas est bien documentée. La vocation agricole semble s’affirmer au détriment des activités artisanales. Par ailleurs, la céréaliculture et l’élevage restent concurrencés ou complétés par des productions agricoles à forte valeur marchande comme la vigne, le noyer ou le châtaignier (Royet et alii, 2006, p. 315-316). D’autre part, l’activité métallurgique est bien attestée sur plusieurs sites (Le Vernai-Saint-Romain-de-Jalionas, La Dent-Meyzieu et les Grandes Terres-Beynost), au sein desquels des groupes d’artisans spécialisés semblent s’établir après destruction du corps principal de la villa, à l’exemple des arerarii Diarenses mentionnés sur la statuette de Meyzieu. Ces petites unités de transformation et de production d’objets manufacturés, notamment en bronze, ont pu approvisionner le proche marché lyonnais dans une économie de récupération et de transformation, bien attestée en milieu rural à l’époque tardo-antique (Polfer, 1999).

Fig. 27. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : four domestique/agricole d’époque mérovingienne (cliché B. Clément).

87Quoi qu’il en soit, le processus de déclin qui affecte la colonie de Lyon et ses populations urbaines entre le début du iiie s et le milieu du ive s. semble avoir eu un plus faible impact en milieu rural. Dans la région lyonnaise comme ailleurs, les campagnes de l’Antiquité tardive produisent encore de la richesse, même si les modalités de leur exploitation ont certainement évolué et demeurent difficiles à appréhender. Au xe siècle encore, les champs, les jardins et les vignobles qui environnent les villae mentionnées dans les cartulaires témoignent d’une prospérité qui ne s’est jamais démentie, depuis la plus haute Antiquité jusqu’au haut Moyen Âge.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allmer A., Dissard P., 1881-1893, Inscriptions antiques. Musée de Lyon, Lyon, Delaroche et Cie, 5 vol.

Ayala G., 1994, « Éléments de culture matérielle : la céramique gallo-romaine », in : Burnouf J., Arlaud C. dir., Lyon Saint-Jean : les fouilles de l’îlot Tramassac, Lyon, S.R.A., p. 79-92 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 10).

Ayala G., 1995, « Un lot céramique du Bas-Empire sur le site du Bivan (L’Albenc - Isère) », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 27-28, 94/95, p. 253-268.

Ayala G., 1998, « Lyon Saint-Jean : évolution d’un mobilier céramique au cours de l’Antiquité tardive », R.A.E., t. 49-1998, p. 207-247.

Ayala G., Cécillon C., Franc O., 2000, Saint-Priest (Rhône), Parc technologique de la porte des Alpes, Mail Central : Rue Minerve, Doc. final de synthèse, Afan, S.R.A. Rhône-Alpes.

Balmelle C., 2001, Les demeures aristocratiques d’Aquitaine : société et culture de l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius, 497 p. (10ème suppl. à Aquitania).

Batigne-Vallet C., Lascoux J., 2003, « L’atelier de terre cuite du ive s. ap. de la ZAC Charavay à Lyon-Vaise (Rhône) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1 juin 2003, p. 229-236.

Batigne-Vallet., Lemaître S., 2008, « Le mobilier céramique d’un site antique du Vieux-Lyon fréquenté entre le deuxième quart du ier s. av. J.-C. et le début du ve s. ap. J.-C. : le Musée Gadagne », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 41, 2008, p. 211-260.

Béal J.-C., 2007, « Les territoires des Cités antiques : notes de géographie historique en région lyonnaise », Revue des Études anciennes, 109, p. 5-26.

Béal J.-C., 2008, « Au Génie des bronziers de Diar(-) », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 41, 2008, p. 169-180.

Béal J.-C., Coquidé C., Tenut R., 2013, Ludna et Asa Paulini : deux étapes antiques du Val de Saône sur la route de Lyon, Lyon, ALPARA, 440 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 39).

Beaujard B., 2006, « Les cités de la Gaule méridionale du iiie au viie s. », Gallia, t. 63, p. 11-23.

Becker C., Jacquin L., 1989, « La sigillée du centre de la Gaule dans trois ensembles de la fin du iiie siècle au milieu du ive siècle sur le site de l’îlot Vieille Monnaie à Lyon », in : Actes du congrès de la SFECAG, Lezoux, 4-7 mai 1989, p. 93-100.

Bermond I., Pellecuer C., 1997, « Recherches sur l’occupation des sols dans la région de l’étang de Thau : son apport à l’étude de la villa et des campagnes de Narbonnaise », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 30, p. 63-84.

Bernard A., 1853, Cartulaire de l’Abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire d’Ainay, 2 vol., Paris, Imp. impériale, 1167 p.

Bertrand É., 1996, « Les importations de céramiques africaines à Lyon (sigillées claires, céramique culinaire) », R.A.E., t. 47-1996, p. 233-245.

Bet Ph., Delor A., 2000, « La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule centrale du Haut-Empire : révision décennale », in : Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 1er-4 juin 2000, p. 461-484.

Blaizot F. dir., 2009, Pratiques et espaces funéraires dans le centre et la Sud-Est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., 383 p. (Gallia, 66-1).

Blaizot F. dir., 2010, Archéologie d’un espace suburbain de Lyon à l’époque romaine, Paris, CNRS éd., 165 p. (Gallia, 67-1).

Blaizot F., Bonnet C., Castex D., Duday H., 2001, « Trois cimetières ruraux de l’Antiquité tardive dans la moyenne vallée du Rhône : les sites du Pillon à Marennes (Rhône), du Trillet à Meyzieu (Rhône) et des Girardes à Lapalud (Vaucluse) », Gallia, t. 58-1, p. 271-361.

Bonnet Ch., 2002, « Céramiques culinaires de la fin du iie s. au milieu du ve s. ap. J.-C. de la plaine valentinoise au Tricastin, d’après le mobilier issu des fouilles du TGV Méditerranée », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 35, 2002, p. 321-370.

Bonnet C., Batigne-Vallet C., Delage R., Desbat A., Lemaitre S., Marquié S., Silvino T., 2003, « Mobilier céramique du iiie siècle à Lyon : le cas de trois sites de la ville basse : place des Célestins, rue de la République/rue Bellecordière et place Tolozan », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 145-181.

Chouquer G., Favory F., 1991, Les paysages de l’Antiquité : terres et cadastres de l’Occident romain, ive siècle avant J.-C.- iiie siècle après J.-C., Paris, éd. Errance, 243 p. (Coll. des Hespérides).

Clermont M.-H., 1958, Notes pour une carte archéologique du département du Rhône, Mémoire de DES, Univ. de Lyon, juin 1958, 197 p.

Coquidé C., 2003, « Les structures linéaires fossoyées issues de l’archéologie préventive dans l’Est lyonnais : essai de synthèse », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 36, p. 7-24.

Coquidé C., Frascone D., Ramponi C., Thollon-Pommerol C., 2009, « Habitats ruraux antiques à interpréter au nord de la Narbonnaise », in : Leveau P., Raynaud C., Sablayrolles R., Trement F. dir., Les formes de l’habitat rural gallo-romain, Actes du colloque AGER VIII, Toulouse, 2007, Bordeaux, p. 179-198 (17ème suppl. à Aquitania).

Delaval E., Bellon C., Chastel J., Plassot E., Tranoy L., 1996, Vaise, un quartier de Lyon antique, Lyon, 292 p., 230 ill. (Document d’archéologie en Rhône-Alpes, 11 - Série lyonnaise, 5).

Delorme C., 1975, « Nos origines : l’ager Gofiacensis », L’Araire, 21, 10 p.

Desbat A., Picon M., 1986, « Sigillée Claire B et luisante : classification et provenance », Figlina, 7, p. 5-18.

Desbat A., 2007, « La topographie historique de Lugdunum », in : Le Mer A.-C., Chomer C., Lyon, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 179-191 (Carte archéologique de la Gaule, 69-2).

Desbat A., Lascoux J.-P., 1999, « Le Rhône et la Saône à Lyon à l’époque romaine : bilan archéologique », Gallia, t. 56, p. 45-69.

Desbat A., Picon M., 1996, « Les céramiques métallescentes de Lyon : typologie, chronologie et provenance », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, p. 475-490.

Drouvot N., 2003, « Retour sur un vaisselier du iiie s. mis au jour à Tourdan (agglomération secondaire de Turedonnum, Isère) : sondage du mois d’août 1980 », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 53-70.

Faure-Boucharlat É. dir., 2001, Vivre à la campagne au Moyen Âge : l’habitat rural du ve au xii e  s. (Bresse, Lyonnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques, Lyon, ALPARA, 431 p. (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes, 21).

Faure-Boucharlat É., Reynaud J.-F., 2006, « Le haut Moyen Âge : cadre historique et données archéologiques », in : Faure-Brac O. dir., Le Rhône, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 111-120 (Carte archéologique de la Gaule, 69-1).

Faure-Brac O. dir., 2006, Le Rhône, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, 611 p. (Carte archéologique de la Gaule, 69-1).

Ferdière A., 1988, Les campagnes en Gaule romaine. T. 2, Les techniques et les produtions rurales en Gaule (52 av. J.-C. - 486 ap. J.-C.), Paris, éd. Errance, 284 p. (Coll. des Hespérides).

Fiches J.-L., 1996, « Introduction », in : Fiches J.-L. dir., Le iiie siècle en Gaule Narbonnaise : données régionales sur la crise de l’Empire, Actes de la table ronde du GDR 954, Archéologie de l’espace rural méditerranéen dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Aix-en-Provence, La Baume, 15-16 sept. 1995, Sophia-Antipolis, éd. APDCA, p. 9-14.

Frascone D., 1999, La voie de l’Océan et ses abords : nécropoles et habitats gallo-romains à Lyon Vaise : le boulevard périphérique nord de Lyon, Lyon, S.R.A., 171 p. (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes, 18 - Série lyonnaise, 7).

Godard C., 1995, « Quatre niveaux d’abandon de la ville de Vienne (Isère) : éléments pour la chronologie des céramiques de la fin du iie siècle et du iiie siècle après J.-C. », in : Actes du congrès de la SFECAG, Rouen, 25-28 mai 1995, p. 285-322.

Hofmann E., 2006, 105 rue du Bourbonnais, 69009 Lyon, Rapport de fouille archéologique, Lyon, Service archéologique de la ville de Lyon/S.R.A. Rhône-Alpes.

Horry A., 2000, « Lyon, Presqu’île : une contribution à l’étude des céramiques du haut Moyen Âge », Archéologie du Midi médiéval, t. 18, p. 1-26.

Landes C., Dally É., Kramérovski V., 1988, Gaule mérovingienne et monde méditerranéen, Catalogue de l’exposition ‘Les derniers romains en Septimanie, ive-viiie siècles’, Lattes, 24 sept. 1987-29 fév. 1988, Paris, Imago, 233 p.

Laroche C., Théolas D., 2003, « Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), la villa du Vernai : étude comparative de deux contextes : la cour (fin du iie-début du iiie siècle) et le secteur XX (fin du iiie-début du ive siècle ?) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 71-90.

Lavagne H., Tenu R., 1985, « La Grange-du-Bief à Anse (Rhône) : nouvelles recherches et mosaïques inédites », Gallia, t. 43, p. 147-166.

Leblanc O., 2003, « Contextes des iie et iiie s. sur le site de Saint-Romain-en-Gal », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 21-51.

Le Maho J., 2004, « Aux origines du paysage ecclésial de la Haute-Normandie : la réutilisation funéraire des édifices antiques à l’époque mérovingienne », in : Alduc-Le Bagousse A. dir., Inhumations et édifices religieux au Moyen Âge entre Loire et Seine, Actes de la table ronde du CRAHM 1, Caen, Publ. du CRAHM, p. 47-62.

Monin M., 2009, « Les nécropoles de Vaise et de la rue de Bourgogne », Archéothema, 1, p. 51-52.

Monnier J., 1990, La Dent, Meyzieu (Rhône), site gallo-romain : contexte archéologique et historique : découvertes archéologiques : La Grande Seiglière (Genas, Azieu), Les Houdières (Décines-Charpieu), Lyon, Univ. Lyon 3, 186 p. (Coll. du Centre d’études romaines et gallo-romaines, 8).

Monnier J., 2001, « Les établissements ruraux de l’Antiquité tardive en Suisse », in : Ouzoulias P., Pellecuer Ch., Raynaud Cl., Van Ossel P., Garmy P. dir., Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du IVème colloque de l’ass. AGER, Montpellier, 11-14 mars 1998, p. 173-200.

Motte S., 2010, Fleurieu-sur-l’Arbesle, A89, secteur 2, Grand Plantes, Bron, Inrap, Rapport de fouille dactylographié, 2 vol.

Motte S., Vicherd G. avec la coll. de Plantevin C., 2008, « La villa des Grandes Terres à Beynost (Ain) : organisation spatiale et techniques de construction », R.A.E., t. 57-2008, p. 267-288.

Ode B., Odiot Th., 2001, « L’habitat rural de la moyenne vallée du Rhône aux ive et ve siècles », in : Ouzoulias P., Pellecuer Ch., Raynaud Cl., Van Ossel P., Garmy P. dir., Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du IVème colloque de l’ass. AGER, Montpellier, 11-14 mars 1998, p. 225-246.

Ouzoulias P., Van Ossel P., 2001, « Dynamiques du peuplement et formes de l’habitat tardif : le cas de l’Île-de-France », in : Ouzoulias P., Pellecuer Ch., Raynaud Cl., Van Ossel P., Garmy P. dir., Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du IVème colloque de l’ass. AGER, Montpellier, 11-14 mars 1998, p. 147-172.

Pelletier A. dir., 1980-1983, Grande encyclopédie de Lyon et des communes du Rhône, Roanne, Horvath, 1980-1983, 4 vol.

Pelletier A., 1999, Lugdunum-Lyon, Lyon, Presses univ. de Lyon, 151 p. (Coll. Galliae civitates).

Pernon J., Pernon C., 1990, Les potiers de Portout : productions, activités et cadre de vie d’un atelier au ve s. ap. J.-C. en Savoie, Paris, éd. du CNRS, 220 p., 47 pl. (20ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

Peytremann É., 1995, « Les structures d’habitat rural du haut Moyen Âge en France (ve-xe s.) : un état de la recherche », in : Lorren C., Périn P. dir., L’habitat rural du haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne), Actes des XIVèmes journées d’Archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin/Paris, 4-8 fév. 1993, Rouen, AFAM, p. 1-28 (Mémoires de l’Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 6).

Polfer M. dir., 1999, Artisanat et productions artisanales en milieu rural dans les provinces du nord-ouest de l’Empire romain, Actes du colloque d’Erpeldange, 4-5 mars 1999, Montaganc, éd. M. Mergoil, 287 p. (Monographies Instrumentum, 9).

Polou-Papadimitriou N., 1986, « Lampes paléochrétiennes de Samos », Bull. de Correspondance hellénique, 110, p. 584-610.

Poux M. dir., 2008, Villa de ‘Goiffieux’ à Saint-Laurent-d’Agny, Rapport de fouille programmée 2008, inédit, S.R.A. Rhône-Alpes, [disponible en ligne sur le site http://universite-lyon2.academia.edu/MatthieuPoux]

Poux M. dir.,, 2009, Villa de ‘Goiffieux’ à Saint-Laurent-d’Agny, Rapport de fouille programmée 2009, inédit, S.R.A. Rhône-Alpes, [disponible en ligne sur le site http://universite-lyon2.academia.edu/MatthieuPoux]

Poux M. dir.,, 2010, Villa de ‘Goiffieux’ à Saint-Laurent-d’Agny, Rapport de fouille programmée 2010, inédit, S.R.A. Rhône-Alpes, [disponible en ligne sur le site http://universite-lyon2.academia.edu/MatthieuPoux]

Poux M., Leperlier M., Carrato C., Clément B., Gilles A., Prioux F., Tripiert A., 2011, « Loisirs aquatiques en campagne lyonnaise », L’Archéologue – Archéologie nouvelle, no 113, avril-mai 2011, p. 54-57.

Poux M. avec la coll. de Debize T., Clément B., Collet A., Gilles A., Guillaud L., Latour-Argant C., Prioux F., Tripier A., Carrato C., 2011, « Le vin du Triumvir : témoignages archéologiques et littéraires d’une production de vin sur le territoire colonial de Lugdunum », in : Poux M., Brun J.-P., Hervé-Monteil M.-L. dir., La vigne et le vin dans les Trois Gaules, Paris, CNRS éd., p. 13-91 (Gallia, 68, 1).

Raynaud Cl., 2001, « Les campagnes languedociennes aux ive et ve siècles », in : Ouzoulias P., Pellecuer Ch., Raynaud Cl., Van Ossel P., Garmy P. dir., Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du IVème colloque de l’ass. AGER, Montpellier, 11-14 mars 1998, p. 247-274.

Riha E., 1990, Die römische Schmuck aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum Augst, 245 p., 91 pl. (Forschungen in Augst, 10).

Royet R., Berger J.-F., Laroche C., Royet E., Argant J., Bernigaud N., Bouby L., Bui Thi M., Forest V., Lopez-Saez A., 2006, « Les mutations d’un domaine de La Tène au haut Moyen Âge : Le Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) », Gallia, t. 63, p. 283-325.

Schneider L., 2007, « Structures du peuplement et formes de l’habitat dans les campagnes du sud-est de la France de l’Antiquité au Moyen Âge (ive-viiie s.) : essai de synthèse », in : Heijmans M., Guyon J., « Antiquité tardive, haut Moyen Âge et premiers temps chrétiens en Gaule méridionale. Seconde partie : Monde rural, échanges et consommation », Gallia, t. 64, p. 11-56.

Silvino T., 2007, « Lyon. La fouille du Parc Saint-Georges : le mobilier céramique de l’Antiquité tardive », R.A.E., t. 56-2007, p. 187-230.

Silvino T., coll. Carrara S., Robin L., 2008, « La villa des Vernes (La Boisse, Ain) : un ensemble céramique de l’Antiquité tardive dans l’Est lyonnais », in : Actes du congrès de la SFECAG, L’Escala-Empuries, 1er-4 mai 2008, p. 467-476.

Silvino T., Bonnet Ch., Robin L., Cécillon Ch., Carrara S., 2011a, « Le mobilier des campagnes lyonnaises durant l’Antiquité tardive », in : Kasprzyk M., Kuhnle G., Burgevin A. dir., L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, I, Dijon, S.A.E., p. 109-172 (30ème suppl. à la R.A.E.).

Silvino T., Maza G., Blaizot F., Argant Th., Robin L., Carrara S., 2011b, « La villa des ‘Vernes’ à La Boisse (Ain) : contribution des fouilles récentes à la compréhension de l’évolution d’un établissement rural antique et de son espace funéraire », R.A.E., t. 60-2011, p. 217-290.

Terriert J., 1991, « Les origines de l’église de Vandœuvres, GE », Archéologie suisse, 14, 2, p. 229-236.

Terriert J., 1993, La villa gallo-romaine de Vandoeuvres (GE) au Bas-Empire, Archéologie suisse, 16, 1, p. 25-34.

Tranoy L. et alii, 1995, « Le quai Arloing : artisanat et nécropole », in : Delaval E., Bellon C., Chastel J., Plassot E., Tranoy L., Vaise, un quartier de Lyon antique, Lyon, S.R.A., p. 181-254 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 11).

Vachez A., 1868, « L’Ager Gofiacensis ou le canton de Mornant (Rhône) aux xème et xième s. », Mémoires de la Soc. littéraire de Lyon, 1867, Lyon, Imp. impériale, p. 211-254.

Vicherdv G., Baudrand M.-N., 1982, « Fouilles récentes à La Boisse (Ain), du Bronze final au Bas-Empire », R.A.E., t. XXXIII, fasc. 2-3-4, p. 366-367.

Walker S. dir., 1981, « L’archéologie rurale dans les départements du Rhône et de la Loire : civitas des Ségusiaves et colonie de Lugdunum », in : Walker S. dir., Recherches récentes en archéologie gallo-romaine et paléochrétienne sur Lyon et sa région, Oxford, p. 157-166 (BAR, Intern. series, 108).

Wickham C., 2001, « Un pas vers le Moyen Âge ? Permanences et mutations », in : Ouzoulias P., Pellecuer Ch., Raynaud Cl., Van Ossel P., Garmy P. dir., Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du IVème colloque de l’association AGER, Montpellier, 11-14 mars 1998, p. 555-568.

*

Notes

1 Les auteurs tiennent à remercier Pierre Ouzoulias, pour sa relecture attentive du manuscrit et ses remarques pertinentes.

2 Genio aerar(…) Diarensium. Cette statuette a fait l’objet d’une étude récente (Béal, 2008).

3 Pour Armand Desbat, ce secteur suburbain constituait un vicus, bien qu’aucun document épigraphique ou littéraire ne le mentionne (Desbat, Lascoux, 1999, p. 54).

4 Opération réalisée par Serge Martin (Afan).

5 Fouille réalisée par Daniel Frascone (Afan).

6 Ces mobiliers ont fait l’objet d’une étude préliminaire réalisée par A. Gilles dans le cadre du rapport de fouille (Poux dir., 2010).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Hypothèse de délimitation du territoire colonial de Lugdunum au Haut-Empire, d’après la toponymie, les bornes milliaires et les inscriptions lapidaires ( Béal , 2007).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende Fig. 3. Le territoire de Lugdunum dans l’Antiquité tardive, d’après les bornes milliaires (DAO M. Poux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Légende Fig. 4. Localisation des sites pris en compte dans l’inventaire (DAO M. Poux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende Fig. 6. «  Le Vernai   », Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) ( Royet et alii, 2006).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Fig. 7. « La Dent », Meyzieu (Rhône) ( Monnier , 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 8. Rue du Bourbonnais, Lyon - Vaise (Rhône) ( Hofmann , 2006).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Fig. 9. « Les Grandes Terres », Beynost (Ain) ( Motte , Vicherd , 2008).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 10. « Le Pilon », Marennes (Rhône) ( Blaizot et alii, 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Fig. 11. « Le Trillet », Meyzieu (Rhône) ( Blaizot et alii, 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 12. Rue Mouillard, Lyon - Vaise (Rhône) ( Frascone , 1999).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 13. Impasse de la Duchère, Lyon - Vaise (Rhône) ( Frascone , 1999).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 14. Rue Minerve, Saint-Priest (Rhône) ( Ayala et alii, 2000).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Fig. 15. « Les Vernes », La Boisse (Ain) ( Silvino et alii, 2011b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 16. Localisation des principaux agri lyonnais mentionnés dans les cartulaires de Savigny et d’Ainay entre le xe et le xi e  s. (DAO M. Poux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Légende Fig. 17. Carte de répartition des entités archéologiques du Haut-Empire (ronds blancs) et de l’Antiquité tardive (ronds noirs) répertoriées sur la base des prospections effectuées sur les dix communes constitutives de l’Ager Gofiacensis (carte P. Bernard, DAO M. Poux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Fig. 18. Localisation des vestiges tardo-antiques et médiévaux reconnus dans l’emprise de la villa antique fouillée sur le site de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny (DAO : M. Poux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Légende Fig. 20. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : solins en pierre sèche de l’Antiquité tardive et structures en creux associées, fouillés au nord du corps de bâtiments principal de la villa antique (cliché A. Tripier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Légende Fig. 21. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : sélection de mobiliers céramiques issus des niveaux de sol de l’Antiquité tardive (DAO A. Gilles).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 22. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : nécropole à inhumation du haut Moyen Âge, concentrée à l’emplacement des bains de la in du Haut-Empire transformés en oratoire paléochrétien (DAO : B. Clément, A. Courtot, A. Tripier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Légende Fig. 23. Exemples de bains privés transformés en oratoire et/ou intégrés à un complexe liturgique d’époque médiévale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende Fig. 24. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : sépultures à inhumation d’époque mérovingienne (clichés : S. Dal Col).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 25. Villa de Goifieux à Saint-Laurent d’Agny : sélection de mobiliers issus des sépultures du haut Moyen Âge (en bas) et des ramassages de surface (en haut) (DAO et clichés L. Guillaud).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Fig. 26. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : fosse-silo d’époque médiévale et mobilier céramique associé (DAO : B. Clément, A. Tripier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Fig. 27. Villa de Goiffieux à Saint-Laurent d’Agny : four domestique/agricole d’époque mérovingienne (cliché B. Clément).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4456/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 387k

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search