Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 2. Actualité de la recherche sur l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Un établissement gallo-romain en bordure de la voie impériale de Lyon à Trèves à Lesménils « Notre-Dame / Chêne Brûlé » (Meurthe-et-Moselle)

Francesca Schembri

Résumé

Le site de Lesménils, découvert à l’occasion de la construction de la Ligne ferroviaire Paris/Strasbourg, a permis d’étudier un tronçon de la voie antique Lyon-Trèves et une série de bâtiments disposés de part et d’autre de cette dernière. L’un d’eux, qui est essentiellement occupé au iiie et au début du ive siècle, a livré une importante série de foyers et de structures de combustion. Le mobilier recueilli évoque diverses activités, notamment artisanales et commerciales, tandis que la mise au jour de deux fibules cruciformes nous suggère la présence de membres de la militia sur le site dans la seconde moitié du ive et au début du ve siècle.

Texte intégral

1Découvert en 2002 à l’occasion des travaux sur le tracé du LGV Est, le site de Lesménils (fig. 1) est localisé entre Metz, à 16 km au nord, et la petite ville de Dieulouard, à 14 km au sud, bourgade antique connue sous le nom de Scarpona et dont il est fait mention sur la carte médiévale de Peutinger. La fouille a permis d’appréhender un tronçon de la voie de Lyon à Trèves par Langres et Metz - un axe d’une importance stratégique et économique considérable durant l’époque romaine - et une série de bâtiments disposés de part et d’autre de la voie.

2La structuration particulière du site et les découvertes mobilières supposent une fonction intimement liée au passage de la voie. L’analyse du mobilier atteste une occupation importante au iiie et début du ive siècle et une fréquentation jusqu’au ve siècle.

1. Présentation du site

1.1. Cadre géographique et géologique

3À hauteur de Lesménils, le paysage est marqué par les buttes témoins de la rive droite de la Moselle et par la présence d’un de ses affluents, la Seille, qui s’écoule à 250 m à l’est de la fouille. Entre ces deux formations naturelles, la voie romaine, installée sur une partie plane formée par les limons de débordement de la rivière, dessine un tracé relativement rectiligne. Orientée globalement nord-sud, elle permet de relier l’agglomération secondaire de Dieulouard-Scarpona, point de franchissement de la Moselle par la voie d’Agrippa, au chef-lieu de cité des Médiomatriques, Metz-Diuodurum. Au-delà, elle conduit vers le sud en direction de Lyon, la capitale des Gaules, et au nord en direction de Trèves et des frontières orientales de l’Empire.

Fig. 1. Localisation des principales voies antiques de la région Lorraine et du site de Lesménils, « Notre-Dame / Chêne Brûlé » (J.-D. Laffite del.).

4Aujourd’hui, le tracé est toujours perceptible dans ce paysage agraire, suivant vers le nord le chemin rural dit « ancienne voie romaine ». À quelque 500 m au sud, le tracé de la voie antique ne correspond plus au parcellaire actuel mais se devine encore aisément en photographie aérienne et en prospection pédestre (S.R.A. Lorraine, Murielle Leroy, 2007).

5Une étude paléo-pédologique et micromorphologique du sol a été réalisée par Anne Gebhardt (Inrap). L’analyse repose sur les observations de terrain et des prélèvements de sol, dont un effectué sous le terrazzo qui a scellé les niveaux antérieurs. Les résultats ont mis en évidence un sol alluvial soumis à des battements de nappe, dans un environnement humide soutenu par une présence de l’eau quasi permanente à faible profondeur. À ce caractère humide, inscrit dans la longue durée, s’ajoutent des indices d’un phénomène d’assèchement du site peu avant l’implantation antique. En outre, il a été observé une faible anthropisation des niveaux supérieurs et une mise en culture anecdotique. Toujours d’après l’auteure de cette étude micromorphologique, ces résultats peuvent être corrélés à la recherche géomorphologique et paléo-climatique actuelle ayant mis en évidence les variations climatiques et les variations des niveaux des lacs du Jura et des charges du réseau hydrographique rhodanien. L’amélioration climatique connue en Europe à partir de 500 BC, faisant suite à une crise au cours de la période Hallstatt, a favorisé l’installation des hommes sur de nouveaux secteurs. Tel a sans doute été le cas à Lesménils « Notre-Dame, Chêne Brûlé ». L’hypothèse d’un assèchement dû à des causes naturelles plutôt qu’anthropiques a été confortée par la recherche archéologique (Gebhart, in : Schembri, 2011, p. 115-125).

1.2. Contexte archéologique

6Entre Seille et Moselle, les hommes ont donc rencontré un site favorable à l’implantation et à la circulation des personnes et des marchandises par voies terrestre et fluviale. Sans présenter une liste exhaustive de tous les sites archéologiques recensés dans le secteur, il nous semble important néanmoins de souligner la forte densité d’occupation, attestée depuis des époques très anciennes. Pour la période qui nous intéresse, les sites d’habitat s’échelonnent de part et d’autre de ce tronçon de la voie impériale. Des fouilles récentes ont étoffé les résultats des nombreuses prospections pédestres et mécaniques. À titre d’exemple, le site découvert au lieudit « Le Tremble » à Bouxières, commune limitrophe de Lesménils : distant de 500 m seulement, ce modeste établissement agraire installé en bordure de ruisseau a succédé à un bâtiment sur poteaux de bois. Il est daté de la fin de La Tène et du début de l’époque gallo-romaine. Une nécropole à incinérations, établie à environ 300 m au nord-ouest, semble contemporaine de ces deux habitats (Deffressigne, Boulanger, 2012). Dans un périmètre élargi, de nombreux autres vestiges d’habitat gallo-romain sont disséminés sur le secteur, notamment plusieurs villae et nécropoles (Flotté, Fuchs, 2004). Au cœur de ce cadre micro-régional, la villa domaniale de Liéhon située à environ 8 km vers l’est rayonne par son envergure et la richesse de ses habitations (Laffite, 2005).

7Concernant les aménagements routiers, un fragment de borne milliaire portant une dédicace à l’empereur Trajan-Dèce (Massy, 1986) a été mis au jour en bordure de voie en 1984 lors d’une prospection pédestre, à environ 400 m au sud de notre gisement, au lieu-dit « La Colombe ». Récemment, un axe de communication secondaire perpendiculaire à la voie d’Agrippa a été repéré lors d’une opération de diagnostic Inrap dans une parcelle située à l’ouest et contiguë à notre gisement, entre l’A4 et le RD 119 (Lafosse, 2011). Enfin, pour compléter le tableau de cette occupation, outre la bourgade de Scarpona, ville-pont sur la Moselle, il faut signaler sur la rive droite de la rivière l’agglomération antique de Nomény. Ce vicus gallo-romain établi en bordure de la Seille se trouve à environ 11 km au sud-est de la fouille. Il est relié à la ville de Metz par une voie qui se dirige vers le sud, en direction de Saint-Nicolas-de-Port (Flotté, Fuchs, 2004, p. 115, p. 302-304) et mène aussi sur la route du sel en pays saulnois.

8Le noyau de constructions mis au jour sur le site de Lesménils se serait donc établi le long de la route impériale à la faveur d’un croisement routier et de la proximité de la rivière Seille, une situation propice aux activités artisanales et aux échanges commerciaux.

2. Présentation des vestiges

2.1. La voie

9Le tronçon de voie dégagé traverse le site sur une cinquantaine de mètres (fig. 2). Il présente une orientation 13 gr. NE. Le décapage mécanique a nécessité une attention particulière en raison de son mauvais état de conservation, surtout le côté oriental, érodé par le passage des engins agricoles et par les labours. La principale difficulté a été de distinguer les différents aménagements et leur chronologie relative. En effet, cet axe de circulation a conservé son utilité jusqu’à nos jours, devenu un chemin de terre rural fréquenté principalement par les agriculteurs. L’état d’érosion est important à cet endroit car le site ne semble pas avoir bénéficié d’un recouvrement de sédiment suffisant qui l’aurait éventuellement protégé du passage des engins agricoles. Une fine couche de terre, inférieure ou égale à 10 cm, recouvrait la plus grande partie de la voie, dont la puissance stratigraphique est inférieure à 0,45 m. Enfin, il faut signaler la présence de trous d’obus ayant provoqué des dégradations ponctuelles. Ils sont apparus à l’est du bâtiment, de façon très nette lors du deuxième décapage.

Fig. 2. Lesménils. Plan général de la zone fouillée (Isabelle Dechanez, Sylvie Cocquerelle del.).

10Le profil de la voie a mis en évidence le schéma d’organisation des vestiges, du moins pour ce qu’il en reste. Les premiers niveaux ont été aménagés sur le substrat limoneux. Un niveau sableux de 5,80 m de largeur, correspondant à une piste cavalière, est prolongé à l’est par un niveau constitué d’argile bleutée sur laquelle reposent des poches comblées de galets et de pierres disposés de chant. Cette partie mesurant environ 8,50 m de longueur pour une épaisseur inférieure à 0,30 m se trouvait sous le chemin rural actuel, constitué de pierres et de terre. Nous sommes sans doute en présence du niveau préparatoire à l’installation d’un empierrement aujourd’hui localement détruit.

11Plusieurs fossés bordiers sont conservés sur le côté occidental de la voie, sur une largeur comprise entre 6 et 7,50 m (fig. 2). Le plus proche de la voie se trouve à une distance comprise entre 2 et 3 m. Deux coupes transversales réalisées depuis le bâtiment 1 jusqu’à l’extrémité opposée de la bande de roulement nous ont permis de distinguer parmi les multiples creusements les trois fossés linéaires parallèles à la route. Le fossé du ier siècle est le plus éloigné, il a été installé à environ 7 m de la voie. Creusé dans le substrat limoneux, son profil se distingue par son comblement et sa forme en cuvette à parois évasées. Le fond est situé à une profondeur de 0,70 m. On observe sur une des coupes l’amorce d’un bord taluté à l’ouest qui a disparu lors de l’installation du bâtiment. Une fois ce premier fossé comblé, le réseau connaît un nouveau développement entre la fin du ier et le iie siècle. Il s’agit d’un ensemble complexe à partir duquel nous avons distingué deux larges fossés. Ces structures ont été recreusées au moins à deux reprises. Aucun indice recueilli ne nous permet d’établir une chronologie relative.

12Dans le courant du iiie siècle, les fossés sont comblés et un empierrement, conservé de façon très inégale, d’une largeur de 3,60 m, relie la façade du bâtiment 1 à la bande de roulement de la voie qu’il entaille légèrement. Son utilisation, d’après le mobilier céramique, a lieu au cours du iiie et du début du ive siècle.

13Le mobilier recueilli sur la voie se compose d’un tesson de céramique antique et de vingt-huit monnaies dont l’essentiel provient du bord occidental de la bande de roulement. Elles attestent une fréquentation depuis une période précoce jusqu’à l’époque constantinienne : un potin gaulois, des monnaies du Haut-Empire, huit monnaies de la fin du iiie siècle (270-280), trois monnaies constantiniennes et cinq non identifiables.

2.2. Les unités architecturales

14Trois bâtiments à fondations en pierre et un probable bâtiment sur poteaux ont été mis au jour de part et d’autre de la voie (fig. 2). Ils se situent dans un périmètre très proche et à moins d’une vingtaine de mètres des bords de la voie. L’édifice au plan laniéré (bâtiment 1) constitue la découverte la plus remarquable du site. Sur le même côté ouest de la voie, en limite sud, se trouve un autre édifice malheureusement tronqué par les limites de la fouille (bâtiment 2). Un probable bâtiment fondé sur poteaux semble s’appuyer sur cette construction. À l’est de la route, parallèle à celle-ci, se trouve un bâtiment isolé à plan tripartite (bâtiment 3).

2.2.1. Le bâtiment 1

15Il s’agit de l’édifice le plus important et le mieux conservé du site dans son état du iiie siècle avec quelques aménagements au cours du ive siècle (fig. 3). Sa date d’installation est difficile à préciser (peut-être la seconde moitié du iie siècle).

16Construit en deux phases, le bâtiment présente dans un premier état un plan rectangulaire très allongé mesurant 38,60 m de longueur sur 15 m de largeur maximale. Sa superficie est d’environ 370 m2 au sol. Orienté 103 gr. NE, il donne sur la voie Agrippa par son petit côté est, sans toutefois lui être strictement perpendiculaire. La voie ne lui a donc pas servi de référence cadastrale, à la différence des autres constructions orientées suivant l’axe routier, soit à 13 grades NE. Sa façade sud connaît une extension par le rajout de trois pièces contiguës, probablement à la fin du iiie siècle.

17L’aile orientale présente deux pavillons d’angle en saillie par rapport au corps du bâtiment. Ils sont de dimensions identiques et disposés symétriquement par rapport à l’axe du bâtiment. Ils sont délimités par des radiers de fondation en pierres calcaires. Des murs, il ne subsiste plus que les fondations et parfois quelques assises, non maçonnées.

18Cette partie de l’édifice donne sur la voie grâce à un aménagement installé depuis l’entrée jusqu’à la voie, distante d’une quinzaine de mètres. Ce niveau de circulation induré est composé essentiellement de galets et de pierres sur environ 8 m de largeur conservée.

Fig. 3. Lesménils. Plan du bâtiment 1 (Isabelle Dechanez, Sylvie Coquerrelle del.).

19À l’intérieur de la pièce du pavillon nord (salle 3), le seul aménagement conservé évoque un niveau de sol malgré son aspect peu soigné. Composé de cailloux dans une matrice limoneuse, il couvre toute la superficie de la pièce, soit environ 19 m². Il repose en partie sur un puits (no 1482) antérieur à la construction du bâtiment. L’affaissement observé sous l’angle NO, suite au tassement progressif du comblement du puits, a sans doute provoqué des désordres. Ce phénomène a dû se produire pendant l’occupation du bâtiment et se poursuivre après son abandon.

20La salle 2, installée dans le pavillon sud, couvre une superficie similaire, d’environ 19,20 m2, soit 4.80 x 4 m. La fouille a révélé la présence de plusieurs structures telles des fosses, des foyers ou encore des trous de poteau, sur des lambeaux de sol en terre battue. Malheureusement, un sondage (Klag, 2000), réalisé à la pelle mécanique lors de l’opération de diagnostic, a détruit une partie des niveaux et des structures en place.

21Un riche mobilier archéologique a été recueilli au cours de la fouille, constitué de tessons de céramiques, d’objets métalliques en fer ou en bronze et de nombreuses monnaies. La céramique est attribuable au iiie siècle et la présence de monnaies du ive siècle étire la durée d’occupation à une phase plus tardive. Parmi les principaux aménagements, il faut relever deux foyers de forme rectangulaire bordés de pierre (fig. 3 et 4, nos 1135 et 1142). Le foyer principal de la pièce, de par sa taille et sa position presque centrale (fig. 3, no 1135), est doté de deux plaques de chauffe (fig. 4). Le foyer 1141, sans doute de plus petite dimension, a vu sa partie orientale détruite par le sondage. Il s’appuie sur le mur sud par l’aménagement d’une file de pierres calcaires disposées de chant. Son comblement a livré un matériel métallique abondant, dont un fragment de couteau, un anneau et une épingle en bronze.

22Un troisième foyer, hypothétique, appuyé contre le mur ouest, a probablement été détruit lors du diagnostic. Seule la présence d’une planche brûlée et des traces de rubéfaction découvertes au cours de la fouille nous suggèrent sa présence mais sans certitude. On notera que sur le bois brûlé se trouvait une applique de meuble en bronze représentant le buste d’un personnage à tête casquée.

23Les structures en creux relevées sont au nombre de trois, distinctes par leur forme et leur fonction. Une fosse installée dans l’angle nord-ouest contenait un mobilier important et disparate, tels des objets en bronze (dont une bague à chaton), huit monnaies et des tessons de céramique attribuables à la fin du iiie et début du ive siècle. On peut proposer qu’il s’agissait d’un lieu de rangement. Cette excavation perce le fond d’une autre structure en creux de plan circulaire et sans mobilier qui semble attribuable à la phase d’installation du bâtiment, sinon antérieur à celle-ci. Enfin, proche du mur sud, la découverte d’ossements de faune et de mobilier métallique, dont un anneau dentelé et trois monnaies, nous a suggéré une zone détritique.

24La partie centrale du bâtiment présente la plus grande surface au sol sous la forme d’un rectangle très allongé de 22,60 m par 11 m (soit près de 250 m2) (fig. 2) et a été identifiée comme une cour. Les fouilles manuelles et les décapages mécaniques ont permis la mise au jour de divers vestiges tels des trous de poteau, des structures de combustion, des fosses, des lambeaux de sol et des traces linéaires correspondant probablement à des fonds de fossés.

Fig. 4. Lesménils. Foyers et structures de combustion du bâtiment 1 (Isabelle Dechanez, Sylvie Cocquerelle del.).

25Deux espaces distincts sont apparus de façon claire. Le plus remarquable, l’espace 11, se situe dans le quart sud-est de la cour où se concentre une série de six structures de combustion de plan rectangulaire ou piriforme (fig. 5). À proximité se trouvent des fosses contenant des couches cendreuses ou du charbon de bois en quantité non négligeable. Un segment de solin en pierre indique l’existence d’une cloison perpendiculaire au mur sud de l’édifice, avec peut-être un retour matérialisé au sol par un alignement de petits blocs calcaires. En outre, quatre trous de poteau alignés sur 4,20 m perpendiculairement au solin suggèrent la présence d’une paroi de terre et de bois. Toutefois, il faut noter qu’ils ne forment pas 0,50 m étant légèrement décalé vers le nord. S’agit-il d’un aménagement postérieur ? Si l’on considère l’espace limité par ces structures et par le mur ouest du pavillon d’angle, la surface mesurée au sol est d’environ 6 x 4 m, soit 24 m². L’existence de ces parois semble avoir déterminé l’installation du præfurnium 1413 qui alimente la pièce à hypocauste (salle 6) et les fosses de rejet toutes proches. On remarque enfin, le long du mur sud du bâtiment, la présence d’un four piriforme (fig. 3, 4 et 5, no 1193), en tuiles à l’aménagement soigné. Lors de son abandon, il a été soigneusement condamné par l’installation d’un appareillage disposé en hérisson.

26Aucun indice ne permet de déterminer la fonction de ces structures de combustion. Toutefois, il semble que les foyers de plan rectangulaire, à l’instar des foyers découverts dans les autres pièces, correspondent à une utilisation domestique. Quant aux fours piriformes, ils évoquent une fonction spécifique liée à une activité vraisemblablement artisanale.

Fig. 5. Lesménils. Angle sud-est du bâtiment 1 avec ses structures de combustion.

27La plupart du mobilier céramique recueilli sur le secteur des foyers renvoie à l’horizon Niederbieber, soit les deux premiers tiers du iiie s.

28Les trous de poteau concentrés au nord de la zone des foyers (fig. 3, espace 14) suggèrent la présence d’aménagements de nature indéterminée.

29Par ailleurs, dans la moitié ouest est apparu un niveau de sol sableux dessinant un plan quasi quadrangulaire mesurant environ 7 x 7 m (fig. 3, espace 13). Pour le reste, quelques fosses peu profondes pourraient suggérer l’existence de plantations.

30L’extrémité occidentale du bâtiment est subdivisée en deux pièces de plan identique (salles 9 et 10, fig. 3) au iiie. Chacune couvre une superficie de 5 x 4 m, soit 20 m2. Les interruptions de murs marquent l’emplacement des seuils installés de part et d’autre de la cloison interne. Ils offrent une ouverture d’une largeur d’20 m2. Les interruptions de murs marquent l’emplacement des seuils installés de part et d’autre de la cloison environ 1 m donnant côté cour. La fouille a révélé l’existence de quelques aménagements, malgré l’état d’érosion relativement important et une détérioration partielle des structures par les sondages mécaniques.

31La fouille de la pièce 9 a mis en évidence un foyer aménagé au moyen de fragments de tuiles et bordé de pierres, implanté dans le quart sud-ouest de la pièce. Il occupe une place relativement importante de 2 x 1,50 m sur laquelle sont repérées deux zones de combustion foyer, plusieurs couches anthropisées est malaisée, semblent liées à une activité indéterminée.

32Dans la salle 10, une structure de combustion ¦© relation avec un niveau de sol en terre. À l’instar du foyer de la pièce 9, la structure occupe une place importante. Bordée de pierres disposées de chant, elle dessine un plan rectangulaire de 2 x 1,70 m. À proximité de ce foyer principal postérieur constitué de tuiles portant des traces de feu. En outre, à l’angle sud et le long de la cloison interne, se trouvaient encore en place des lambeaux d’un sol arasé. Au centre de la pièce, deux trous de poteau, corrélatifs à des aménagements postérieurs indéterminés, percent le niveau de sol.

33À la fin du iiie s., le corps principal du bâtiment est agrandi sur la façade sud (fig. 3, salles 4, 5 et 6). L’extension est adossée sur le mur sud et englobe l’angle du pavillon sud-est. Il s’agit d’un ensemble de trois pièces de plan rectangulaire, d’une longueur totale de 12 m sur une profondeur de 4 m. Cette extension est subdivisée en pièces de 10,70 m2 (salle 4), 6 m2 au centre (salle 5) et 16 m2 (salle 6). Il faut noter l’étroitesse de la pièce 5 avec 2,20 m de largeur. Nous sommes peut-être en présence d’un vestibule.

34La pièce 6 est munie d’un hypocauste, le seul observé sur le site. Il est desservi par un foyer placé latéralement au mur sud et alimenté depuis la cour (foyer 1413). Sur le sol bétonné de mortier de chaux et de tuileau nous avons trouvé plusieurs pilettes carrées in situ, dont une rangée incomplète. Un seul tubulus, dans l’angle sud-ouest, témoigne de l’aménagement mural. À l’intérieur de cette pièce se trouve une étroite fondation en pierre maçonnée de 0,30 m de largeur sur 0,20 m de profondeur conservée. D’une longueur de 3,40 m, elle opère un retour à chaque extrémité pour s’appuyer contre le mur sud. Elle délimite ainsi dans la partie sud de la pièce un espace rectangulaire dépourvu d’hypocauste et de terrazzo, mesurant 3,40 m par 1,30 m de largeur. Un exemple de ce type d’aménagement, daté du ive siècle, a été mis au jour sur un site d’habitat rural gallo-romain à Peltre (Moselle ; Blaising, 2014, p. 54). Il doit s’agir des fondations d’une baignoire.

35La pièce 4 se singularise par la présence d’un mobilier céramique étalé sur le sol, attribuable à la fin du iiie et au début du ive siècle.

2.2.3. Le bâtiment 2 et l’édifice sur poteaux

36Apparue en limite sud de la fouille, cette construction sur radier de pierres n’a été que partiellement dégagée (fig. 2). La superficie fouillée couvre environ 72 m2. La fondation, d’orientation est-ouest, est complète sur une longueur de 16 m. Pour les retours, nous avons suivi les têtes des murs jusqu’à l’extrême limite sud de la fouille. Les fondations, comblées de cailloux et de blocs calcaires, ont une largeur comprise entre 0,60 et 0,75 m ; quant à leur profondeur, elle est conservée sur 0,40 m. Un large segment du radier et le niveau supérieur des fondations ont fait l’objet d’une récupération de matériaux. L’état d’érosion est si important qu’aucun niveau de sol n’a été conservé.

37À la différence du bâtiment 1, son installation fut déterminée rigoureusement par rapport à la voie et lui était parallèle.

38Au nord de cet édifice, la fouille a révélé une unité architecturale sur poteaux (fig. 2). Installée légèrement en saillie vers l’ouest, contre le pignon nord du bâtiment en pierre, elle est orientée nord-sud. La proximité de ces deux constructions conduit à s’interroger sur leur relation. Sont-elles simplement mitoyennes, ou l’unité sur poteaux plantés s’appuie-t-elle sur le pignon nord en intégrant la paroi en pierre ?

39Si tel est le cas, la construction sur poteaux délimiterait une superficie maximale d’environ 13 x 10,60 m, soit 138 m². Ses côtés nord et ouest sont matérialisés au sol chacun par un alignement de quatre trous de poteau. Les trous ne présentent pas les mêmes dimensions ni un agencement régulier. Quant à la paroi orientale, elle regroupe trois trous de poteau équidistants de 6,40 m. Il est intéressant de signaler la différence entre les deux côtés et la morphologie des vestiges.

40Si la disposition des édifices suggère un décalage chronologique dans leur construction et une postériorité de l’architecture en bois, le pan de bois, de tradition locale, n’induit pas systématiquement une antériorité. À défaut d’indices précis, plusieurs cas de figure sont possibles, de la contemporanéité des occupations à une postériorité de l’architecture à poteaux contiguë à un bâtiment en pierre plus ou moins bien conservé.

41Au vu de l’irrégularité des négatifs des poteaux et de leur agencement, il se dégage l’impression d’être en présence d’une annexe du type grange ou écurie, voire d’un habitat tardif. Malheureusement l’état d’érosion du secteur, en particulier la disparition des niveaux de sol, n’autorise aucune certitude concernant sa fonction. On peut noter, en périphérie de cette architecture, la présence de fossés probablement drainant.

42Autour de ces deux édifices, la fouille a révélé l’existence de structures en creux, des fosses et des trous de poteau. À l’instar des fondations, nous n’avons pu les attribuer à une phase d’occupation précise, à l’exception du petit four de potier dont quelques fragments recueillis nous permettent de dater sa production entre le milieu du ier et le début du iie siècle de notre ère (fig. 4, no 1366). Il a été découvert sous un empierrement. Ses dimensions évoquent une production modeste destinée aux habitants de l’établissement et à un marché de proximité favorisé par le réseau routier.

43Le seul aménagement tardif de ce secteur est un empierrement reliant le bâtiment sur poteau et la bande de roulement de la voie. Conservé sur une longueur de 6 m et large de 3 m, il est aménagé sur un hérisson en pierre recouvrant le four de potier. Son axe est perpendiculaire à la voie. Le mobilier céramique et les monnaies recueillis attestent son utilisation aux iiie et ive siècles (deux monnaies sont attribuables à la fin du ive siècle).

2.2.4. À l’est de la voie, le bâtiment 3

44Localisée à l’est de la voie impériale, sur un secteur encore récemment mis en culture, la zone 2, contrairement à la zone 1, s’est révélée pauvre en structures archéologiques (fig. 2). Cette partie du site a sans aucun doute subi une forte érosion suite aux travaux agricoles. Aucun fossé bordier n’a été observé le long de la voie et les vestiges du bâtiment sont apparus à une vingtaine de mètres du chemin actuel. Si un tel réseau a existé sur le flanc oriental, sa destruction a été radicale sur le tronçon décapé et sans doute tout le long de la parcelle cultivée.

45Les fondations en pierres dessinent au sol le plan d’un édifice de forme rectangulaire à division tripartite, implanté parallèlement à la voie. Ses dimensions atteignent 23,40 x 10 m, épaisseur de murs comprise. Une partie centrale de 11 par 8 m est flanquée de deux pièces de dimensions identiques, 3,80 x 4 m.

46La fouille a révélé un édifice arasé aux radiers de fondation conservés sur une faible épaisseur, entre 0,20 à 0,30 m. Les matériaux sont constitués de blocs de calcaires jaunes. Le plan relève quant à lui d’un modèle de construction standard, répandu dans la région et dans le nord de la Gaule, fréquemment sur des établissements ruraux. On s’accorde généralement sur l’interprétation d’annexe telle grange ou écurie.

47La datation de cet ensemble repose sur de faibles indices récoltés autour des vestiges, des tessons de céramique attribuables au Haut-Empire à l’exception d’un tesson de production tardive de Mayen.

3. Le mobilier

3.1. La céramique des iiie et ive siècles

48Une étude préliminaire de la céramique, réalisée par Marc Feller (Inrap ; Feller in Schembri, 2011, p. 181-188), a comptabilisé un lot abondant de 5504 fragments dont 634 NTI (nombre typologique d’individus). Il provient principalement des fossés et des niveaux fouillés dans l’enceinte du bâtiment 1 et à proximité, et, de façon éparse et plus anecdotique, des autres structures. Il semble conforme à une consommation de vaisselle domestique, essentiellement datable du iiie et du début du ive siècle, vaisselle à boire, à manger et céramique culinaire.

49Les formes caractéristiques de « l’horizon Niederbieber » (190-260 de notre ère) sont fortement représentées dans l’angle sud-est de la cour et dans les pièces 2, 3 et 5, en façade du bâtiment et dans le fossé situé le plus au nord du bâtiment. Il faut souligner que le faciès céramique ne révèle aucun hiatus vers 250-270 de notre ère, comme c’est le cas sur de nombreux sites lorrains.

50Le mobilier du ive s. est moins abondant et souvent trouvé hors stratigraphie. Il faut signaler la présence de sigillée d’Argonne (dont treize fragments de bol Chenet 320, un bol de type 324 et un mortier 330), de métallescente tardive en quantités anecdotiques, de productions des ateliers tardifs de Mayen (huit vases représentés) et de l’Eifel (vases de type indéterminé).

51La céramique rugueuse est la catégorie technique la plus représentée avec 144 vases, provenant de trois régions : il s’agit de productions rhénanes, de l’Eifel et une grande partie d’ateliers régionaux inconnus. La sigillée, seconde catégorie la plus importante, comptabilise 108 individus de vaisselle fine de table, ustensiles culinaires et récipients à conserver. Nous avons identifié quelques rares produits de Gaule du Sud, mais la plupart est de provenance régionale, des ateliers de La Madeleine et surtout de l’Argonne. Quant à la vaisselle à boire, nous trouvons des productions de céramique engobée et métallescente spécifiques du iiie siècle et ive siècle, qui proviennent pour l’essentiel des ateliers d’Argonne, de la région trévire et d’ateliers régionaux.

3.2. Le verre

52Le mobilier en verre, étudié par Hubert Cabart (†), est surtout constitué de fragments, mais permettant souvent une attribution typologique : les bouteilles à col en entonnoir (Isings 104) et les gobelets en verre incolore décorés à la meule (Isings 96b) sont attestés.

53Il faut souligner la découverte remarquable d’un grand gobelet de forme Isings 96 portant une inscription (fig. 6). L’objet a subi l’action du feu et la lèvre est très déformée sur les trois quarts de son pourtour ; cependant son dessin permet de reconstituer un décor de lettres gravées sur l’extérieur de la paroi. Des petites feuilles de lierre servent pour la ponctuation de l’inscription qui peut se lire : V ♥A TE ♥

54D’après H. Cabart « Le T et le E sont concaténés ». Les lettres sont décorées intérieurement de fioritures. Un trait de guidage a permis l’alignement des empattements. La technique de réalisation n’utilise pas de meule mais des petits creux obtenus avec un stylet en acier ou un outil en pierre dure. Il faut souligner la technique particulière du graveur qui n’est pas sans rappeler la gravure sur métal (Cabart in Schembri, 2011, p. 103-111).

55Comme souvent dans le cas des inscriptions sur verre, on ne connaît pas le point de départ de l’inscription ni le sens de la lecture. Vus de l’extérieur, le T et le E sont rétrogrades, mais le texte pouvait aussi être lu de l’intérieur quand on utilisait la coupe pour boire. Plusieurs interprétations sont donc possibles. Suivant la traduction de Mme Pavis d’Escurac, de l’université de Strasbourg, il s’agit de la formule « Portez vous bien ! Santé ! ». M. Claude Grapin (conservateur départemental du musée d’Alésia) propose une lecture en deux mots abrégés, séparés par les feuilles de lierre : V(ive) ♥ A ET(ernum) ♥ = Vie éternelle. D’après les auteurs, le texte est conforme à d’autres formules connues de souhait de longue vie.

Fig. 6. Lesménils. La coupe en verre gravé (H. Cabart del.).

3.3. Le mobilier métallique

56Le mobilier métallique récolté est relativement important. Le lot monétaire comptabilise 263 individus, tous attribuables à la période romaine, à l’exception d’un potin gaulois. La plupart proviennent du bâtiment principal et de ses alentours immédiats (fig. 7). Ces monnaies sont issues de contextes variables, in situ lors de la fouille manuelle ou encore des déblais après décapage grâce au détecteur de métaux, à l’instar d’autres objets. Leur étude montre que les monnaies du ier siècle sont rares ; elles sont plus fréquentes au iie et nombreuses au iiie siècle ; l’essentiel est néanmoins constitué de frappes ou imitations de l’Empire des Gaules. Pour le ive siècle, on remarque une faible représentation des monnaies de la fin de l’époque constantinienne (entre 330 et 364), avec 1,5 % seulement des monnaies déterminées. Ce « creux » est suivi de nombreuses pertes du dernier tiers du ive s.

  • 1 Ce mobilier fera l’objet d’un article spécifique, à venir.

57S’ajoute à ce matériel numismatique un lot de 200 objets divers et un ensemble d’environ 250 clous. Ces objets se répartissent dans quatre catégories de matériaux dont un peu plus de la moitié est en alliage cuivreux (110 individus). Le reste est composé d’un grand nombre d’objets en fer et d’une petite série de mobilier en plomb. L’argent est représenté par une perle en tôle. Plusieurs catégories fonctionnelles se distinguent, comme celles relatives à la menuiserie, à la quincaillerie et à la toilette et parure. Dans cette dernière catégorie, une vingtaine d’éléments est comptabilisée, dont treize fibules en alliage cuivreux et la perle en tôle argentée. Deux appliques de cingulum ont été recueillies dans le comblement du fossé de la voie et sur le bord de la voie1.

Fig. 7 . Lesménils, les monnaies. Tableau de répartition spatiale par secteur et pourcentages.

58La détermination fonctionnelle de certains objets reste problématique car ils peuvent objectivement intégrer plusieurs catégories. Cependant au vu du contexte, déterminé par la voie, nous avons choisi de les classer dans la catégorie « harnachement et attelage », soit une hipposandale, une vingtaine d’anneaux, deux passe-lanières, fer et alliage cuivreux confondus, ainsi que plusieurs trouvailles notables en alliage cuivreux : une applique de joug, au moins trois appliques et un pendant de harnais. L’absence d’outillage agricole est à souligner. L’essentiel semble attribuable au Haut-Empire.

59Parmi les éléments notables, il faut signaler deux fibules cruciformes de type Keller-Prötell 3/4B et 3/4D (fig. 8). Découvertes au cours du décapage des salles 9 et 10 du bâtiment 1, dans un niveau d’abandon, elles seraient datables entre les années 340 et 380. Elles sont généralement censées indiquer la présence d’individus appartenant à la militia.

Fig. 8. Lesménils. Militaria trouvés sur le site : les fibules cruciformes provenant du bâtiment 1 (Cl. F. Schembri).

3.4. Mobilier et chronologie du site

60La durée d’occupation du site est chronologiquement calée entre le début du ier siècle de notre ère et la fin de l’Antiquité. Le mobilier recueilli indique que l’occupation en bordure de la voie débute au ier siècle de notre ère et cesse probablement au début du ve siècle. Trois grandes phases peuvent être mises en évidence : -durant la première phase, contemporaine de la construction de la route et du début de son utilisation (époque augusto-tibérienne ?), aucun indice ne suggère la présence d’occupations en bordure de la voie.

61- Dans le courant du ier et du iie siècle, quelques structures sont aménagées en bordure de la voie, dont les fossés qui ont livré des éléments céramiques apparentés au répertoire du dernier horizon augustéen. Parmi les structures environnantes, seul le four de potier a livré des indices matériels in situ de cette période. Sa production de céramique commune sombre est apparentée à la terra nigra et aux premiers récipients de céramique culinaire de cette même catégorie technique. Le fossé parallèle et le plus à l’ouest de la voie a livré un mobilier qui lui semble contemporain.

62- La troisième phase, qui semble correspondre au développement du site et à la construction du bâtiment 1, semble débuter dans la seconde moitié du iie siècle et être particulièrement importante au iiie et au début du ive siècle. Le mobilier céramique recueilli le confirme. L’horizon Niederbieber, calé entre 185/190 et 260 de notre ère, est fortement attesté dans l’angle sud-est de la cour et dans les pièces 2, 3 et 5. Alentour du bâtiment 1, nous trouvons les aires de circulation de la façade orientale, bien documentées en céramique, et le comblement du fossé situé en limite nord. Il faut souligner que le faciès céramique ne révèle pas le hiatus connu sur de nombreux sites régionaux vers 250-270 de notre ère.

63Ces données chronologiques sont en adéquation avec les résultats de l’étude des fragments de verre, lesquels, par leurs décors, leurs formes et leur qualité (transparence), sont caractéristiques des iiie et début ive siècles, hormis quelques tessons plus anciens attestant une occupation ou fréquentation antérieure, dès la fin du ier ou au début du iie siècle.

64La numismatique indique une reprise de l’occupation vers le milieu du ive siècle avec un lot de monnaies de la seconde moitié du ive siècle relativement important. L’étude réalisée par J.-D. Laffite repose sur un total de 263 monnaies réparties de la façon suivante : 85,9 % des monnaies pour l’Antiquité tardive, dont 44,6 % sont émises au iiie siècle, 26,8 % pour le ive siècle. Les monnaies des ier et iie siècles sont minoritaires et ne représentent que 13,7 % du lot, dont 8 % pour le iie siècle (fig. 9). Ces derniers résultats sont à nuancer car ils traduisent un schéma de répartition fréquent pour les sites qui connaissent une occupation tout au long de l’Antiquité.

65J.-D. Laffite a noté au sujet du ive siècle une faible représentation des monnaies constantiniennes avec 7 % seulement des monnaies, phénomène inhabituel pour ce type de site. En effet, nous rencontrons en général une surreprésentation des frappes de Constantin Ier et de sa dynastie. Ce possible « hiatus » calé entre 340, voire 330 et 360 de notre ère, précède une dense représentation de la seconde moitié du ive et des règnes de Valentinien et de Théodose.

Fig. 9. Lesménils, les monnaies. Tableau de synthèse chronologique et pourcentages.

66Pour la fin de l’Antiquité, nous constatons un manque de marqueurs. Le ive siècle est signalé par la présence anecdotique de métallescente tardive. Par ailleurs, des éléments notables du Bas-Empire ont été trouvés. Il s’agit de productions d’Argonne parmi lesquelles treize fragments de Chenet 320, un vase du type 324 et 330, de Chenet. S’ajoutent à ce lot argonnais des fragments de production de Mayen (huit vases représentés) et de l’Eifel (vases de type indéterminé). Malheureusement la plupart de ces éléments chronologiques n’ont pu être mis en corrélation avec la stratigraphie. Les rares structures qui possèdent ces indices tardifs sont dispersées sur le site.

67Enfin il faut rappeler la découverte de deux fibules cruciformes en bronze (fig. 8, supra) datables de 350 à 415 de notre ère (Swift, 2000), provenant des niveaux d’abandon des pièces 9 et 10 situées à l’arrière du bâtiment 1.

4. Interprétation du site

4.1. Les obstacles à l’interprétation

68À la suite de cette étude, il est nécessaire d’en présenter les principales limites. En premier lieu, rappelons-en les contraintes physiques, puisque ces investigations s’inscrivent dans le cadre du tracé de la ligne Tgv et que l’emprise de la fouille dessine une bande de terrain allongée, d’une cinquantaine de mètres de largeur seulement. L’occupation mise au jour est donc partielle, elle se prolonge avec certitude vers le sud. Quant à sa limite nord, elle est incertaine. La présence d’un réseau de fossés, perpendiculaires à la voie et parallèles au côté nord du bâtiment 1, semble indiquer une limite de parcelle ou de propriété, mais ne marque sans doute pas la fin du site : rappelons l’existence d’un petit établissement agraire à quelque 500 m plus au nord.

69Par ailleurs, l’état d’arasement des vestiges, dû aux travaux agricoles, réduit considérablement l’apport des restes matériels pour l’ensemble du site et particulièrement dans la zone sud-ouest et à l’est de la route romaine. La qualité et la quantité des informations sont variables d’un secteur à l’autre et donnent une lecture tronquée de leur occupation, ce qui ajoute des difficultés au travail d’interprétation et nous oblige à des précautions.

4.2. Quelques éléments de terminologie

70L’emplacement du bâtiment en bordure de la voie antique a induit l’hypothèse d’un relais ou d’une station routière.

71Un article de Philippe Leveau consacré à ce sujet précise que dans l’usage moderne les termes de mutatio et mansio sont entendus dans le sens de station routière, soit un lieu équipé d’installations pour des véhicules et des voyageurs, tandis que, d’après Pline, mansio qualifiait un bâtiment « qui n’était pas particulièrement destiné aux voyageurs mais également aux troupeaux ou même à des prêtres » (Leveau, 2003). Puis le sens du terme évolue pour désigner un lieu qui réunit un ensemble de bâtiments pour accueillir les messagers de l’empereur et les personnalités officielles, les voyageurs privés et leurs équipages. Enfin, toujours d’après l’auteur, partant de certains itinéraires sur lesquels sont indiqués les mansiones et les mutationes (six à huit mutationes entre deux mansiones), il semble que mansio finisse par signifier la distance entre l’une et l’autre et corresponde à une journée de marche.

72Les résultats des travaux menés par Sylvie Crogiez-Pétrequin, à l’occasion des fouilles qu’elle a dirigées sur les vestiges du col du Petit Saint-Bernard en Savoie et des études sur les sources écrites abondent dans le sens de cette dernière définition (Crogiez-Pétrequin, 2009). La mansio des auteurs latins désignerait avant tout une fonction et non un type d’établissement. Plus précisément, c’est le lieu ou les serviteurs de l’État et l’empereur font étape à l’issue d’une journée de voyage, sans référence à une forme d’édifice ou de statut. Toujours d’après les sources écrites, ce sont les stabula et les stationes qui désigneraient les édifices du cursus publicus. D’après l’auteure, ce flou favorise un risque de surinterprétation des vestiges.

73En effet, lorsque l’habitat est sans équivoque en relation avec une route, la tendance est de superposer à la fonction de relais une fonction de service d’État comme celui du cursus publicus. Il faut reconnaître que les indices récoltés sur les sites sont souvent insuffisants pour confirmer cette fonction de cursus publicus des édifices placés sur les voies impériales construites initialement par et pour les armées romaines. D’autant que ces viae militariae sont rapidement intégrées au réseau local, desservent les agglomérations importantes et sont donc pratiquées par des voyageurs privés (Chevalier, 1997). En outre, l’évolution du réseau antique et ces établissements restent soumis à la politique de l’État, à ses applications. La législation d’Auguste organisant le fonctionnement du service impérial se voit attribuer des modifications connues au fur et à mesure par le code de Concordia dans lequel Julien abrège les distances entre les mutationes, ou encore le code théodosien qui comprend une vingtaine de lois concernant les relais et les étapes du cursus publicus.

74Selon S. Crogiez-Pétrequin, il faut s’appuyer sur les indices et éléments significatifs attestant la présence d’une administration de cursus publicus : les stylets ou les sceaux en sont de bons exemples, comme le mobilier relatif à la présence de militaires ou fonctionnaires d’Empire.

4.3. Les interprétations possibles

4.3.1. Les activités artisanales

75Sur le site de Lesménils, les indices relatifs à la fonction de l’établissement sont variés et l’examen de chacun est nécessaire à la réflexion. En outre, la durée de l’occupation nous laisse penser à une diversité sinon à une évolution des fonctions.

76Nous pouvons écarter les activités liées à l’agriculture. Dans l’instrumentum, l’absence d’outils agricoles doit être soulignée.

77Les structures et le mobilier suggèrent la présence d’activités artisanales. Des scories, des chutes métalliques en cours de travail et quelques fragments de parois de four trouvés en position secondaire ont servi à la construction de l’empierrement installé près du bâtiment sur poteaux. Matériel rapporté, il témoigne de l’existence d’un atelier métallurgique proche mais hors du gisement (Leroy in : Schembri, 2011, p. 175-180).

78La découverte du four de potier (fig. 2 et 4, no 1366) du ier siècle est à rappeler bien qu’en dehors de la période qui intéresse notre propos. Malgré sa taille modeste, il figure parmi les structures fréquemment mises au jour en contexte d’agglomération.

79L’hypothèse d’un artisanat de l’alimentation, et plus précisément de meunerie, est envisageable à partir de la découverte, dans le niveau d’abandon de l’espace central, de deux fragments de catillus. D’après S. Galland (Inrap), la meule, d’un diamètre imposant de 75 cm, serait en lien avec un système hydraulique. Ce mode de mouture mécanique est plus performant que le système des moulins manuels rotatifs. Il semblerait aussi plus tardif (Galland, à paraître). Toutefois, il nous manque des vestiges ou des traces d’infrastructures liés au moulin hydraulique. Un système par traction animale semble plausible à l’instar de la restitution proposée à Bliesbruck et dans un camp romain prés de Francfort-sur-le-Main (Petit, 2005, p. 129). À Bliesbruck, les meules de grand diamètre (environ 0,80 m) mises au jour dans les parcelles 5 et 6 du quartier artisanal ouest seraient attribuables au iiie siècle. L’exemplaire de Lesménils, étant donné son niveau de découverte, serait plus tardif. Ce mode de production ne laisse aucune trace d’aménagement au niveau du sol. Cependant, nous ne pouvons écarter l’hypothèse que les fragments de meule puissent être des éléments en remploi, provenant d’un moulin tout proche.

4.3.2. Aspect architectural

80L’approche par les bâtiments, connus uniquement par leur plan au sol, reste limitée. En effet, la variété des morphologies suggère pour chacun une fonction différente. Sur les quatre édifices recensés, deux ressemblent à des annexes du type grange-écurie. La conservation d’une partie des aménagements sur le bâtiment principal témoigne a minima d’une activité domestique et n’exclu évidemment pas la possibilité d’une autre fonction.

81Le plan en lanière du bâtiment 1 est comparable aux architectures des édifices de l’agglomération de Bliesbruck qui s’organisent en quartiers le long d’une voie secondaire orientée nord-sud. Ses quartiers artisanaux présentent une succession de constructions mitoyennes de forme rectangulaire, étroites et longues. Leurs dimensions sont comprises entre 9 et 12 m de largeur et peuvent atteindre jusqu’à 30-40 m de profondeur. Les pièces situées à l’arrière succèdent à un espace central dont les aménagements varient suivant leur fonction. Elles donnent sur la voie par le petit côté. Portique et galerie facilitent la circulation des piétons et l’activité devant les boutiques. À Lesménils, le corps du bâtiment 1 mesure 12 m de largeur (15 m au niveau de la façade) sur 38 m de longueur. Il est comparable en superficie à plusieurs édifices découverts à Bliesbruck, parmi lesquels une auberge et des bâtiments d’artisanat alimentaire (Petit, 2005, p. 121). À Bliesbruck comme à Lesménils, l’ensemble architectural a été exploré dans l’état du iiie s. Par contre, des niveaux de destruction et d’incendie attribuables au troisième quart du iiie siècle sont attestés à Bliesbruck, tandis que l’occupation s’y maintient et perdure jusque dans le premier tiers du ve siècle (ibid., p. 194-209).

4.3.3. Indices de catégorie sociale

82Dans un tout autre registre, provenant du niveau d’abandon des pièces d’habitat 9 et 10, deux fibules cruciformes ont attiré notre attention. En effet, ce type d’objet suggère la présence de fonctionnaire d’État ou de militaire (peut-être dans le cadre du cursus publicus ?). Reste à savoir s’il s’agit d’une présence occasionnelle ou permanente. En raison des troubles politiques et militaires de la période, nous serions enclins à émettre l’hypothèse d’un renfort de l’autorité dans le secteur, peut-être à l’époque de reprise de l’occupation, dans le dernier tiers du ive siècle.

83En conclusion, la nature du site demeure problématique. Le bâtiment 1 est le plus significatif et son plan, proche des édifices des quartiers artisanaux de Bliesbruck, nous interroge sur l’existence d’un vicus au sein duquel se seraient développées des activités artisanales et commerciales. Par ailleurs, la présence de militaria à une période tardive pourrait indiquer qu’il s’agit aussi d’une mansio le long de la voie de Lyon à Trèves.

ANNEXE : Lesmenils (Meurthe-et-Moselle) « Chêne Brûlé » - TGV Est lot 34 no 188 - 2002. Détermination, inventaire : D. Kirbach - Étude numismatique : J.-D. Laffite, Inrap, 2009

Résumé chronologique et quantitatif (lot de 263 individus)

84La Tène finale/Conquête (1 – 0,4%)
1 monnaie gauloise, milieu ier s. av. J-C.

85Julio-Claudiens (4 – 1,5 %
1 monnaie d’Auguste, 1er quart du ier s. ;
1 monnaie de Tibère, 1er tiers du ier s. ;
2 monnaies de Domitien, 4e quart du ier s.

86Haut-Empire : monnaies indéterminées (11 – 4,2 %)
3 monnaies indéterminées du ier s. ;
8 monnaies indéterminées du ier ou du iie s.

87Antonins (19 – 7,2 %)
3 monnaies de Trajan, 1er quart du iie s. ;
4 monnaies d’Hadrien, 1er tiers du iie s. ;
6 monnaies d’Antonin le Pieux, milieu du iie s. ;
2 monnaies de Faustine Mère, milieu du iie s. ;
1 monnaie de Marc Aurèle, 3e quart du iie s. ;
1 monnaie de Faustine Jeune, 3e quart du iie s. ;
1 monnaie de Lucille, 3e quart du iie s. ;
1 monnaie de Commode, 4e quart du iie s.

88Haut-Empire : monnaies indéterminées (2 – 0,8 %)
2 monnaies indéterminées du iie s.

89Sévères (4 – 1,5 %)
1 monnaie de Septime Sévère, fin du iie s. ;
1 monnaie de Julia Domna, fin du iie s. début du iiie s. ;
1 monnaie de Caracalla, 1er quart du iiie s. ;
1 monnaie d’Alexandre Sévère, 2e quart du iiie s.

90Anarchie militaire (21 – 8 %)
1 monnaie de Trébonien Galle, milieu du iiie s. ;
1 monnaie de Volusien, milieu du iiie s. ;
1 monnaie de Valérien I, 3e quart du iiie s. ;
6 monnaies de Gallien, 3e quart du iiie s. ;
12 monnaies de Claude II, 3e quart du iiie s.

91Empire gaulois (53 – 20,2 %)
1 monnaie de Victorinus, 3e quart du iiie s. ;
34 monnaies de Tetricus I, 4e quart du iiie s. ;
16 monnaies de Tetricus II, 4e quart du iiie s. ;
2 monnaies de Tetricus I ou II, 4e quart du iiie s.

92Empire gaulois : monnaies indéterminées (36 – 13,7 %)
36 monnaies d’empereurs gaulois indéterminés,
4e quart du iiie s.

93Crise du Bas-Empire et Tétrarchie (3 – 1,2 %)
1 monnaie de Tacite, 4e quart du iiie s. ;
2 monnaies de Dioclétien, fin du iiie début du ive s.

94Constantiniens (15 – 5,7 %)
10 monnaies de Constantin ier, 1er tiers du ive s. ;
3 monnaies de Lucinius I, 1er quart du ive s. ;
1 monnaie de Constantin II, 2e quart du ive s. ;
1 monnaie de Constant, 2e quart du ive s.

95Constantiniens : monnaies indéterminées (4 – 1,5 %)
4 monnaies indéterminées du 2e quart du ive s.

96Valentiniens (12 – 4,5 %)
1 monnaie de Valentinien I, 3e quart du ive s. ;
6 monnaies de Valens I, 3e quart du ive s. ;
4 monnaies de Gratien I, 4e quart du ive s. ;
1 monnaie de Valentinien II, 4e quart du ive s.

97Valentiniens : monnaies indéterminées (15 – 5,7%)
15 monnaies indéterminées des 3e et 4e quarts du ive s.

98Théodosiens (8 – 3 %)
3 monnaies de Théodose I, 4e quart du ive s. ;
1 monnaie de Flavius Victor, 4e quart du ive s. ;
1 monnaie de Magnus Maximus I, 4e quart du ive s. ;
3 monnaies d’Arcadius, 4e quart du ive s.

99Valentiniens ou Théodosien : monnaies indéterminées (13 – 4,9 %)
13 monnaies indéterminées des 3e et 4e quarts du ive s.

100iv e siècle : monnaies indéterminées (4 – 1,5 %)
4 monnaies indéterminées du ive s.

101iii e ou iv e  siècle : monnaies indéterminées (38 – 14,5 %)
38 monnaies indéterminées du iiie ou du ive s.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Blaising J.-M., 2014, Peltre, Moselle, Rocade sud de Metz : site d’habitat de la Protohistoire au viii e  siècle, évolution du paysage de l’Antiquité tardive au xxe siècle, Rapport final de fouille, Inrap.

Chevalier R., 1997, Les voies romaines, Paris, éd. Picard, 343 p.

Crogiez-Pétrequin S., 2009, « Les vestiges du Petit Saint-Bernard : la question de l’identification des mansiones et des mutationes », in : Leveau P., Raynaud C., Sablayrolle R., Trément F. dir., Les formes de l’habitat rural gallo-romain : terminologies et typologies à l’épreuve des réalités archéologiques, Actes du colloque AGER VIII, Toulouse, 2007, Bordeaux/Pessac, p. 245-256 (17ème suppl. à Aquitania).

Deffressigne S., Boulanger K., 2012, Bouxières-sous-Froidmont (54), ‘Le Tremble’ et ‘La Tuilerie’ : un micro-territoire de la fin de l’Âge du Bronze à la période antique, Rapport de fouille 2003, Inrap, S.R.A. Lorraine, 343 p.

Flotté P., Fuchs M., 2004, La Moselle, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 893 p. (Carte archéologique de la Gaule, 57, 1).

Galland S., à paraître, in : Archéologie des moulins hydrauliques, à traction animale et à vent, des origines à l’époque médiévale, Actes du colloque de Lons-le-Saunier, 02-06 nov. 2011.

Hamm G., 2004, La Meurthe-et-Moselle, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 468 p. (Carte archéologique de la Gaule, 54).

Klag T., 2001, Lesménils (54), Site 188, TGV Est, Rapport de diagnostic, Afan / S.R.A. de Lorraine.

Laffite J.-D., 2005, Liéhon (Moselle), ‘Larry’, Aéroport de Metz-Nancy Lorraine, DFS d’opération de fouille préventive, S.R.A. Metz.

Lafosse C., 2011, Bouxières-sous-Froidmont et Lesménils, Meurthe-et-Moselle ‘Zac Bouxières-Lesménils’, Rapport final d’opération de diagnostic archéologique, Inrap, GEN.

Leveau Ph., 2003, « L’habitat rural dans la Provence antique : villa, vicus et mansio : études de cas », Revue archéologique de Narbonnaise, 35, p. 59-92.

Massart C., 2000, « Éléments de char et de harnachement dans les tumulus tongres du iiie siècle : les deux harnachements du Tumulus de Celles (Waremme), Belgique », Kölner Jahrbucher, 33, p. 509-522.

Massy L., 1986, « Informations archéologiques. Circonscription de Lorraine : Lesménils », Gallia, t. 44, fasc ; 2, p. 287-288.

Petit J.-P., 1993, « L’architecture privée dans l’agglomération secondaire de Bliesbruck : bilan et perspectives de recherche », in : Massing J.-M., Petit J.-P. dir., Hommages à Jean Schaub, Metz, éd. Serpenoise, p. 129-160 (Blesa, 1).

Petit J.-P., 2005, Bliesbruck-Reinheim : Celtes et Gallo-Romains en Moselle et en Sarre, Paris, éd. Errance, 221 p. (Coll. Hauts lieux de l’histoire).

Riha A E., 1994, Die römischen Fibeln aus Augst und Kaiseraugst : die Neufunde seit 1975, Augst, Römermuseum, 206 p., 51 pl. (Forschungen in Augst, 18).

Schembri F., 2011, avec les contr. de Cabart H., Gebhardt A., Laffite J.-D., Feller M., Leroy M., Lesménils (54), Site 188, TGV Est : un établissement gallo-romain en bordure de la voie impériale Lyon-Trèves, Rapport de fouille, Inrap GEN Lorraine, 320 p.

Swift E., 2000, Regionality in dress accessories in the late Roman West, Montagnac, M. Mergoil, 312 p. (Monographies Instrumentum, 11).

Table de Peutinger, 1965, Gaule, 10e année, 2e série, no 7, Paris, p. 105-123.

Notes

1 Ce mobilier fera l’objet d’un article spécifique, à venir.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des principales voies antiques de la région Lorraine et du site de Lesménils, « Notre-Dame / Chêne Brûlé » (J.-D. Laffite del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Légende Fig. 2. Lesménils. Plan général de la zone fouillée (Isabelle Dechanez, Sylvie Cocquerelle del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Légende Fig. 3. Lesménils. Plan du bâtiment 1 (Isabelle Dechanez, Sylvie Coquerrelle del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4450/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 4. Lesménils. Foyers et structures de combustion du bâtiment 1 (Isabelle Dechanez, Sylvie Cocquerelle del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4450/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Fig. 5. Lesménils. Angle sud-est du bâtiment 1 avec ses structures de combustion.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4450/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 6. Lesménils. La coupe en verre gravé (H. Cabart del.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4450/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 7 . Lesménils, les monnaies. Tableau de répartition spatiale par secteur et pourcentages.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4450/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 8. Lesménils. Militaria trouvés sur le site : les fibules cruciformes provenant du bâtiment 1 (Cl. F. Schembri).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4450/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 9. Lesménils, les monnaies. Tableau de synthèse chronologique et pourcentages.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4450/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

Auteur

Inrap Lorraine. Nous souhaitons remercier particulièrement ici Mr. J.-M. Blaising et M. Feller.

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search