Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)

 | 
Colette Pommeret

Deuxième partie : Étude du mobilier

Les amphores de l’ensemble du site

Fabienne Olmer

Texte intégral

1La pérennité de l’occupation du sanctuaire des Bolards a permis d’examiner les amphores du site selon les différentes phases et d’observer des nuances concernant les approvisionnements.

2Ce sont justement ces différences qu’il est pertinent d’observer, afin de percevoir certaines consommations des denrées alimentaires entre la fin du iie s. avant notre ère et le Bas-Empire, et d’en dégager des pratiques socio-culturelles propres à ce type d’établissement.

3Les amphores sont nombreuses aux Bolards ; il s’agit d’un des sites les plus importants de la Bourgogne, et c’est sur un total de 574 individus qu’il est loisible de raisonner.

4À la période gauloise, c’est le vin qui est consommé aux Bolards, puisque la totalité des amphores, quels que soient les contextes, sont des amphores vinaires. Comme à l’habitude, il s’agit d’amphores en provenance d’Italie. Parmi celles-ci, témoignant de la multiplicité des diffusions, les Dressei 1 sont très largement majoritaires (80 exemplaires), mais on remarque également une Lamboglia 2, plus rare (fig. 1). Les estampilles sur Dressel 1 semblent indiquer la prééminence des importations en provenance d’Étrurie ; toutefois l’échantillonnage est faible (fig. 2).

5Le cadre de la consommation du vin ne semble pas être directement lié au sanctuaire, mais semble devoir être rattaché à l’habitat. Toutefois, dans les fosses où ont été retrouvés les dépôts céramiques (cf. BARRAL, GUILLAUMET, dans ce volume), la présence de Dressel 1 signalerait une consommation de vin liée à des pratiques cultuelles (consommation ? libation ?).

6La période suivante est riche d’enseignements. Les amphores y sont très nombreuses, de types variés (trente-quatre types d’amphores sont considérés) et surtout, présentent un faciès original, qui installe le site des Bolards à une place toute particulière, par comparaison avec ce que l’on connaît ailleurs en Gaule (fig. 1).

LES AMPHORES VINAIRES

7D’Italie encore, parviennent quelques Dressel 2/4 italiques, le plus souvent pompéiennes (treize exemplaires ; fig. 3, nos 2, 3, 4), et une Dressel 6, depuis la zone nord-adriatique, estampillée OPPD (fig. 3, no 1) (THÉVENOT. 1948, no 4). Issues des mêmes ateliers que les Dressel 1, sur la côte tyrrhénienne, mais aussi celle de l’Adriatique, les Dressel 2/4 italiques jouent un rôle important dans cette période de transition qu’est la deuxième moitié du ier s. avant notre ère, où elles sont amenées à remplacer complètement les Dressel 1 ; elles coexistèrent durant cette période clé (TCHERNIA, 1986, p. 134).

8Si les Dressel 1 étaient issues du modèle des gréco-italiques, les Dressel 2/4 présentent un profil inspiré du modèle des amphores de Cos : la lèvre est réduite à un petit bourrelet et les anses sont bifides. La production des premières Dressel 2/4 pourrait remonter au milieu (voire un peu avant) du ier s. avant notre ère dans le Latium et en Campanie (HESNARD, 1981). Les exemplaires des Bolards sont datables du ier s. de notre ère.

  • 1 PEACOK, 1977 ; SEALEY. DAVIES, 1985 ; DESBAT, PICON, 1986 ; EMPEREUR, PICON, 1989.
  • 2 PANELLA, 1986 ; LIOU, 1987 ; MARANGOU, EMPEREUR, 1991.

9De Méditerranée orientale sont parvenues des amphores aux contenus et aux origines variés : sept amphores rhodiennes en provenance des territoires des îles égéennes soumis à Rhodes, la Pérée rhodienne1, où les imitations et les contrefaçons fleurirent au gré des ateliers, comme à Chypre (EMPEREUR, HESNARD, 1987, p. 13) (fig. 3, nos 10 et 11) ; une amphore de Cnide ou « tardo-cnidienne », caractérisée par un anneau à l’extrémité du pied (Ibid., p. 20) (fig. 3, no 12) ; deux amphores de Chios, au pied en bouton creux et au col démesurément allongé ; une Knossos 4/5, amphore de Crète « à cornes » (PANELLA, 1986, p. 612) qui contenait du Lyttium2 et que Hayes considère comme issue de l’atelier de Keratokambos (HAYES, 1983, p. 140) et trois amphores de Cos. On a longtemps attribué à la seule île de Cos toutes les amphores à anses bifides et épaule « en cloche », nommées également Dressel 4. Ces amphores apparaissent à la fin de la période hellénistique à Cos, Myndos, Cnide, Rhodes, sur la côte anatolienne et en Égypte. Elles circulèrent jusqu’au début du iiie s. de notre ère, et un peu plus pour certaines productions de Dressel 4 égyptiennes. La présence de ces amphores est attestée dès le ier s. en Italie (groupe pompéien no 5 de C. Panella). Il y a par ailleurs de nombreux exemplaires importés en Occident (à Lyon et Vienne) dont on ne connaît pas les ateliers d’origine, malgré les analyses (EMPEREUR, PICON, 1989).

Fig. 1. Comptages généraux des amphores des Bolards.

Fig.2. Estampilles sur Dressel 1 (d’après THEVENOT, 1948 (*) et inédits).

10Tous ces vins, aux origines variées, sont des exemples de la manifestation du goût du luxe. Mais nous nous trouvons également devant des qualités diverses. Si certains sont reconnus comme étant excellents, comme ceux de Chios ou de Lesbos, d’autres comme le vin de Rhodes ou de Cos, ne sont pas des grands crus, sans être non plus des vins ordinaires. Ils sont soigneusement préparés, avec des raisins très sucrés et parfois sont salés avant fermentation. Ce sont des vins spéciaux, des spécialités liquoreuses : vini salsi genera (TCHERNIA, 1986, p. 105-106).

Fig. 3. Les amphores vinaires. 1, Dressel 6 ; 2-4, Dressel 2/4 italiques ; 5-7, Dressel 2/4 gauloises (no 5, Dressel 2/4 lyonnaise) ; 8-9, Gauloise 3 ; 10-11, Rhodiennes ; 12, Cnidienne : 13, Carotte ; 14, Africaine indéterminée ; 15, Lipari.

11Une amphore « byzantine », tardive, ne révèle ni sa provenance exacte, ni son contenu.

  • 3 TCHERNIA, 1986, p. 174 (JUVENAL, V, 29 et MARTIAL I).

12Les amphores de la Tarraconaise sont produites dans une région où la vigne fut abondamment cultivée mais le vin particulièrement médiocre3 ; c’est en tout cas ce que relatent Juvénal et Martial à propos des vins de Léetanie, qu’ils qualifient de « vins grossiers » ou de « vins pour les ivrognes ». La région a produit trois types principaux d’amphores : d’abord des Pascual 1 et des Léetanienne 1, dans la deuxième moitié du ier s. avant notre ère, puis légèrement plus tard, des Dressel 2/4 à la fin du ier s. avant notre ère et au cours du ier s. ap. J.-C.

13Toutes seront largement exportées, notamment vers le sud-ouest de la Gaule et à Rome. Les Pascual 1, proches des Dressel 1 (PASCUAL GUASCH, 1977,) sont fréquentes sous les règnes d’Auguste et de Tibère. Les ateliers, très nombreux, s’échelonnent tout au long de la côte catalane depuis le nord de Barcelone, jusqu’à Valence (ARANEGUI, 1981.) On en compte trois exemplaires aux Bolards. On compte deux Dressel 2/4 de Tarraconaise. Les sources parlent des grands crus hispaniques : de Tarragone, des Baléares et du Lauro (PLINE, Hist. Nat. XIV, 71). Mais bon nombre des Dressel 2/4 et des Pascual 1 sont sans doute les témoins des vins issus des grands vignobles d’abondance de la Léétanie. Comme à La Longarina, grands crus et vins très médiocres se côtoient.

14À leurs côtés on remarque une Léetanienne 1, présentant une estampille anépigraphe en forme de feuille sur la lèvre.

  • 4 STRABON, III, 2,6 ; COLUMELLE (I, pref. 20).

15De Bétique on compte deux Haltern 70, qui sont issues des ateliers d’amphores établis le long du Guadalquivir, au contact des grands domaines oléicoles et des fabriques pour les préparations de saumures, et ne sont pas toujours des amphores à vin. Les textes de Strabon et Columelle incitèrent dans un premier temps à voir dans les Haltern 70 les amphores qui transportèrent le vin de Bétique que tous deux mentionnent4, jusqu’à ce que la fouille de l’épave de Port-Vendres II révèle des exemplaires portant des tituli picti désignant du defrutum [de(rutum) excel(lens)] (COLLS et alii, 1977, p. 8689), soit du vin cuit.

  • 5 LEQUÉMENT, LIOU, 1978 ; LEQUEMENT, MASSY, 1980 ; LIOU, 1987.
  • 6 Dans la publication des inscriptions peintes de PVII (COLLS et alii 1977).

16D’autres inscriptions peintes font référence à différents produits, notamment des olives : [oliva/nigra/ex defr(ruto)] et [oliva/nigr(a) ex defr(uto) penuar(ia) excell(ens)] à Oberaden (LOESCHCKE, 1942), sapa synonyme de defrutum à Amiens, des olives dans du defrutum à Soissons et des olives uniquement dans l’épave de Sud-Lavezzi II, en Corse5. À la suite de B. Liou6, on peut vraisemblablement penser que les Haltern 70 contenaient soit du defrutum, soit des olives dans du defrutum ; mais aussi tout simplement du vin (TCHERNIA, 1986, p. 141-142).

17Des ateliers de la Gaule, imitant le modèle de Cos, les Dressel 2/4 sont produites et véritablement diffusées à partir de la deuxième moitié du règne d’Auguste, puis tout au long du ier siècle. On compte ainsi trois Dressel 2/4 de Narbonnaise (fig. 3, nos 6 et 7), un exemplaire issu des ateliers marseillais et trois exemplaires provenant de Lyon (produites dès la fin du ier s. av. J.-C., et ne dépassant pas le règne de Claude) (DANGRÉAUX, DESBAT, 1992, p. 44), (fig. 3, no 5).

18Ce sont cependant les amphores à fond plat, emblèmes de la diffusion des vins gaulois, les plus nombreuses.

19Les Gauloise 1, 3, 4, 5 et leurs différents modules sont les amphores gauloises par excellence. Leur forme est idéalement calculée pour contenir un maximum de vin (30 litres environ pour certaines) dans un vase au poids très faible : une véritable performance technique, au service d’un plus grand volume.

20Le type Gauloise 5 serait le premier type d’amphore à fond plat à avoir été produit et exporté (avant les Gauloise 4), comme c’est le cas à Ostie (NACIRI, 1986, p. 70). On compte un exemplaire aux Bolards, qui aurait véhiculé du Picatum (Pic(atum) Exc(ellens) C.A.C.), vin au goût de poix des Allobroges (PLINE, Hist. Nat. XIV, 18 et 43).

  • 7 C.I.L. XV, 4542 ; C.I.L. XV, 4543 (LAUBENHEIMER, 1985, p. 325).

21La production des Gauloise 1 est reconnue dans la basse vallée du Rhône, où leur diffusion est particulièrement bien attestée (LAUBENHEIMER, 1985, p. 243 et 349), puisqu’elles semblent destinées surtout à diffuser du vin localement, sur des sites proches de leur lieu de production. Elles présentent le plus souvent une pâte sableuse très caractéristique du type (ateliers de Chusclan, Tresques, la région de Nîmes, Beaucaire et Saint-Gilles (LAUBENHEIMER, op. cit.)) ou bien calcaire et épurée : ateliers de Beaucaire, Saint-Gilles, Sauveterre, Meynes et Saint-Laurent-des-Arbres (BAUDOUX, 1996, p. 53). Le contenu est du vin, vieux et blanc, toujours de Béziers7.

  • 8 DANGRÉAUX, DESBAT, 1988 ; LAUBENHEIMER et alii, 1992, p. 145.

22Si les Gauloise 1 furent diffusées à une plus grande échelle (Saint-Romain-en-Gal et Lyon)8, les quantités ne sont jamais équivalentes à celles des Gauloise 4, toujours très largement majoritaires. On compte un exemplaire aux Bolards.

  • 9 BERTUCCHI, 1982 ; LAUBENHEIMER, 1985.

23Les Gauloise 3 sont plus nombreuses que les amphores des types précédents et se comptent à onze exemplaires, plus un petit module. Actuellement, nous ne connaissons leur production que sur les ateliers de Corneilhan, Marseille et peut-être Aspiran9 (fig. 3, nos 8 et 9).

24Les Gauloise 4 sont les amphores emblématiques des productions gauloises à fond plat et ce sont également les plus nombreuses. Elles sont produites visiblement de manière standardisée, en très grand nombre et sont vouées à l’exportation du vin de Narbonnaise, dès le milieu du ier s. de notre ère, jusqu’au iiie s. Les ateliers sont nombreux, ce qui n’empêche pas de remarquer une certaine homogénéité entre les pâtes calcaires. On y transportait de l’amineum de Béziers (AMIN(neum) BAET(errense) VET(us)[…]), ou bien de Campanie ( ?) (MAS(sicum) AMIN(eum) […]), ou bien du Picatum (PIC(atum) VET(us)), ou encore du vin miellé, du mulsum (MVLS(um) AR( ?), LX soit 32,8 litres […]). Pour certaines Gauloise 4, on suppose également la commercialisation du passum, vin doux très liquoreux, préparé avec des raisins confits au soleil.

  • 10 LAUBENHEIMER, 1985 ; MARTIN-KILCHER, 1986 ; NACIRI, 1986 ; DANGRÉAUX, DESBAT, 1988 ; BAUDOUX, 1996

25En l’absence d’analyse, il reste quasiment impossible de déterminer l’origine des ces amphores : Sallèles-d’Aude, Saint-Martin-les-Eaux, Volonne, Le Bausset… La lèvre est ronde, et les anses y sont parfois accolées, les pieds varient selon le temps : annulaires et assez larges au début de la production, ils tendent à devenir plus étroits et hauts dans le courant du iie s.10. Aux Bolards, on compte quarante-cinq Gauloise 4 et quatre Gauloise 4 petit module.

26La question des Gauloise 4 demi-module est tout à fait particulière, puisqu’elle rejoindrait ponctuellement celle des productions locales. Il s’agit effectivement d’un sous-type assez peu développé en Narbonnaise (LAUBENHEIMER, 1985), et la présence de certains exemplaires traduirait préférablement les productions septentrionales.

27La découverte des amphores produites dans l’atelier de la Butte des Carmes à Marseille a permis de réduire le hiatus chronologique qui semble apparaître entre l’interruption des productions d’amphores à la fin du iie s. avant notre ère et le renouveau des productions d’amphores sous Auguste. Le vignoble marseillais a reçu des cépages aminéens, italiques, originaires de Campanie, fins mais dont le rendement est faible. Virgile (Géorgiques, 315) rapproche les cépages aminéens des cépages traditionnels de Chios ou de Lydie, et nous comprenons ainsi l’intérêt que les vignerons marseillais eurent à planter des plans qui donnent un vin de type grec, aux côtés des cépages anciens (BERTUCCHI, 1992, p. 182).

28Il est désormais prouvé que cet atelier recommença à produire des amphores dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C. (LAUBENHEIMER, 1989 ; BERTUCCHI, 1992). Cependant, absentes des contextes de la fin du deuxième Âge du Fer, elles arriveraient en Bourgogne durant la première moitié du ier siècle de notre ère, alors qu’elles apparaissent vers 20-15 av. J.-C. dans les stratigraphies lyonnaises (DESBAT, 1987 ; HESNARD, 1990). On compte deux Gauloise 2 marseillaises à pâte micacée.

29Il est fort probable que l’atelier de la rue de Rochefort à Chalon-sur-Saône ait produit des amphores en nombre suffisant pour qu’elles aient été diffusées dans la région. Caractérisées par leur pâte orangée à couverte blanche, elles imitent les modèles du sud de la Gaule, notamment pour les Gauloise 3 : lèvre avec une inflexion sous le bourrelet supérieur, deux anses plates avec un sillon, un fond annulaire et plat. On en compte trois aux Bolards.

LES AMPHORES À HUILE

30Ce sont les plus nombreuses puisqu’on compte 248 amphores à huile aux Bolards : 245 Dressel 20 et trois Dressel 23.

  • 11 PONSICH, 1974 et 1979 ; BAUDOUX, 1996, p. 95.

31Elles proviennent des fabriques d’amphores qui se sont développées le long des vallées du Guadalquivir et du Genil, dans le triangle formé par Hispalis, Cordoue et Astigi. Ces fabriques forment des zones de production généralement rattachées à des ports (portus) ou cités (municipia) d’où seront administrées la production agricole et les exportations d’amphores. On connaît actuellement neuf zones principales11 : le portus de Villar de Bresnes, le municipium de Naeva, le municipium de Canama, le municipium d’Arva, le portus d’Axati et le portus de La Catria, le municipium de Celti-Penaflor, les municipia de Detumo et Carbula (entre Palma del Rio et Cordoue) ; et sur le Genil, la région de Malpica et la région de Las Delicias, probablement rattachée au municipium d’Astigi (fig. 4).

Fig. 4. Principales zones de production des Dressel 20 sur le Guadalquivir et le Genil et correspondances avec les timbres présents aux Bolards.

32Près de cent marques sur Dressel 20 ont été relevées sur le site. É. Thévenot en avait déjà publié une partie (THÉVENOT, 1948) et de nouvelles ont été mises au jour, apportant des renseignements précieux quant aux zones de production, puisqu’il apparaît que la zone de La Catria serait dominante (fig. 5, 6 et 7).

33Se « substituant » aux Dressel 20, les Dressel 23 sont issues du même modèle, mais plus petit, et illustrent les importations d’huile sud-hispaniques, à partir du iiie s. Dans l’épave Cabrera III, la présence simultanée des Dressel 20 et 23 confirme qu’elles furent bien contemporaines et que la Dressel 23 ne serait pas une Dressel 20 « abâtardie » : elle serait d’un module plus petit, peut-être pour faciliter la distribution de l’huile, alors concurrencée par celle d’Afrique du Nord (BOST et alii, 1992).

34Sans atteindre l’importance de l’huile de Bétique, la production de l’huile africaine n’a cessé de grandir à partir du iie s., ce qui correspond au moment où l’annone publique prend en charge le ravitaillement en huile de Rome. La législation des empereurs Trajan et Hadrien, qui apparaît sur les inscriptions des saltus d’Afrique, visait au développement des oliveraies sur les terrae rudae (PAVIS D’ESCURAC, 1976, p. 195). Les amphores d’Afrique du Nord restent sans détermination. On en compte quatre.

LES SAUMURES (fig. 8)

35Les denrées contenues dans les amphores communément appelées à « sauces de poisson » sont en réalité fort nombreuses et variées : poissons en morceaux, salés ou conservés dans de la saumure liquide, garum, muria, liquamen, hallex. Si elles sont désormais bien connues typologiquement (Dressel 7 à 11 ; Beltran I à IV (BELTRAN LLORIS, 1970) ; Almagro 50 et 51 (ALMAGRO, 1955 ; PARKER, 1992), etc.), leurs variantes sont souvent trop subtiles pour être perceptibles sur du matériel issu de sites de consommation et retrouvé en très mauvais état de conservation (absence des diamètres, absence des hauteurs).

  • 12 ETTLINGER, 1977 ; BRENTCHALOFF. 1988 ; MARTIN-KILCHER, 1994.

36Les amphores à saumure sont diffusées en grand nombre à partir du milieu du ier s. de notre ère et ce jusqu’au milieu du iiie s. Certaines circulent encore au ive s. Provenant du sud de la péninsule ibérique, elles seront longtemps en situation de quasi-monopole, accompagnées ensuite par les productions gauloises, principalement celles de Lyon, dès la seconde moitié du ier s. de notre ère. Nous devons remarquer que les amphores à saumure du sud de la Gaule12 sont quasiment absentes en Bourgogne, bien qu’elles soient connues ailleurs, en Alsace notamment (BAUDOUX, 1996) et en Suisse (MARTIN-KILCHER, 1994) et leurs produits réputés, selon les auteurs anciens.

37Les amphores à saumure du sud de l’Espagne sont majoritaires avec quatre-vingt-huit exemplaires individus et se divisent en neuf types ; Dressel 7 à 11, Almagro 50, Beltran IIA et IIB et Dressel 14.

  • 13 MARTINEZ MAGANTO, 1993 ; FERNANDEZ OCHOA, MARTINEZ MAGANTO, 1993.
  • 14 PONSICH, TARRADEL, 1965 ; PONSICH, 1988.

38Les Dressel 7/11 sont les plus fréquentes puisque sont dénombrés quatre-vingt-deux exemplaires. Les pâtes varient de couleur (entre vert, beige/brun et blanc) et d’aspect (soit très granuleuses, ou bien aux argiles très épurées), diversité due au fait que les ateliers d’amphores à salaisons sont encore très mal connus et dispersés le long des côtes de la péninsule ibérique, de la Galice à la Tarraconaise13. Ils sont toutefois très densément représentés en Bétique, de Gadès à Algésiras14. Typologiquement ces amphores présentent des lèvres en corolles plus ou moins débordantes, des anses avec sillons et ressauts combinés, souvent très évasées aux attaches sous la lèvre ; une panse ovoïde ; les pieds sont le plus souvent creux.

  • 15 MANACORDA, 1977 ; BELTRAN LLORIS, 1970 ; MAYET, 1990, p. 33.

39L’Almagro 50, amphore originaire de la péninsule ibérique, peut-être de la région de l’Algarve au Portugal15, ou bien d’Afrique du Nord (KEAY, 1984), a circulé entre les ive et ve s. de notre ère et a probablement contenu des saumures, comme le laissent supposer les amphores de l’épave de Randello (Sicile) dont la capacité avoisine les 22 litres, et qui contenaient des sardines (Sardina pilchardus) conditionnées entières (PARKER, 1992).

40Rarissime en Gaule septentrionale (n’existe ni en Alsace-Lorraine, ni à Augst), on la rencontre dans le sud, notamment à Nîmes-Rue de Condé, dans le dépotoir II, daté des iie-iiie s. de notre ère (LAUBENHEIMER et alii, 1992, p. 144).

41Morphologiquement très allongée et cylindrique, elle présente une lèvre triangulaire, sur laquelle s’attachent les anses (au point qu’il n’est plus possible de distinguer la séparation) ; le pied est petit et en bouton.

42En Bourgogne, nous en comptons trois : deux à Autun (dans des contextes de la première moitié du iiie s. de notre ère) et la troisième aux Bolards.

Fig. 5. Estampilles des zones 3, 4 et 5 présentes aux Bolards (d’après THEVENOT, 1948 (*) et inédits).

Fig. 6. Estampilles des zones 6, 7. 8 et 9 présentes aux Bolards (d’après THEVENOT, 1948 (*) et inédits).

43Quelque vingt amphores sont à rattacher aux types IIA et IIB de Beltran (PELICHET, 1946 ; BELTRAN LLORIS, 1970), toutes deux amphores à saumure, mais qui restent difficiles à classer, tant les nuances morphologiques sont subtiles (LIOU, 1987, p. 68).

  • 16 Jeune thon de moins d’un an ; LEQUÉMENT, 1980.

44Les Beltran IIA présentent une lèvre tombante, des anses droites et verticales, et une panse piriforme. Les ateliers qui les ont produites sont nombreux autour de Cadix. Elles ont été retrouvées dans des contextes généralement datés de la seconde moitié du ier s. de notre ère (entre les Flaviens et le début du iie s.). Deux exemplaires retrouvés à Alesia portent des inscriptions peintes mentionnant du cordula16. On en compte trois aux Bolards.

45Certaines Beltran IIA peuvent être également originaires de Maurétanie Tingitane comme l’indiquent certains tituli picti : CORD(ula) TING(itana) VET(us) retrouvés en Alsace (BAUDOUX, 1996, p. 75).

  • 17 BOYER, 1986 ; LIOU, 1987 ; BAUDOUX, 1996, p. 76.

46Les Beltran IIB sont originaires de Bétique (Puerto Real et Huelva) ou bien de Lusitanie, et ont pu véhiculer de la muria, mais aussi des olives confites, ou bien encore du vin, comme l’indiquent des inscriptions peintes de l’épave de Saint-Gervais 317. On en connaît deux aux Bolards.

47La Gaule a contribué pour partie à la production de sauces de poisson et à leur diffusion en amphores. C’est là un indéniable effet de la romanisation, que l’acquisition de cette « industrie » développée originellement en Espagne. Lyon devient une place prépondérante pour la production d’amphores ayant contenu des saumures et préparations à base de poisson, même s’il est vraisemblable qu’une partie des produits (voire la totalité) n’a pas été élaborée sur place, mais seulement transvasée, pour être réexpédiée.

48Les amphores à saumure lyonnaises regroupent deux types : Dressel 9 similis et Lyon 4, une variante à fond plat.

  • 18 BECKER. 1986 ; DANGRÉAUX. DESBAT. 1988 ; SCHMITT, 1988.
  • 19 Elles se rencontrent dès – 15 à Saint-Romain-en-Gal (DANGRÉAUX, DESBAT, 1992, p. 44).

49Les Dressel 9 similis, soit le type 3 de la typologie de B. Dangréaux et A. Desbat (DANGRÉAUX, DESBAT, 1992), constituent un groupe homogène, dont le profil général présente une lèvre en bourrelet en forme de corolle assez épaisse, une panse fusiforme à laquelle se rattachent des anses courtes à un sillon, terminée par un pied creux. La pâte, très caractéristique de la région lyonnaise18 (Lyon Favorite et Atelier de la Muette), présente de nombreuses inclusions de gros modules, brunes et blanches, et elle varie de la couleur beige à beige/rosé. Elles circulèrent dans la première moitié du ier s. de notre ère pour la forme 3A19 et entre le milieu du ier et le milieu du iie s. de notre ère, pour la forme 3B. Pour cette dernière forme, la période flavienne est privilégiée.

50Leur contenu est soit de la muria soit du garum, comme l’indiquent plusieurs inscriptions : MVR(ia) et G(arum) HISP(anum) à Lyon (DANGRÉAUX, DESBAT, 1992, p. 38), G(arum) SC(ombri) en Alsace (BAUDOUX, 1996, p. 78), soit du garum de maquereau ; quelques tituli picti d’Augst indiquent du liquamen, de la muria et du garum (MARTIN-KILCHER, 1994, p. 414), comme contenu de ces amphores. On en compte sept aux Bolards.

51Les Lyon 4, forme évoluée à fond plat des Dressel 9 similis, d’un module plus petit, leur succèdent également dans le temps, puisqu’elles circulent dès la période flavienne puis dans le courant du iie s.

52Les détails morphologiques sont : lèvre en petit bourrelet, anses plates à un sillon et panse allongée qui se termine par un fond plat annulaire. On en compte six exemplaires, auxquels s’ajoutent quatre amphores que l’on ne peut attribuer à un type précis.

LES AUTRES DENRÉES

53D’autres amphores témoignent de la diversité des denrées transportées : de l’alun jusqu’aux fruits du palmier-dattier.

54L’alun, denrée rare, est probablement importé dans ces récipients originaires de Lipari (ex. Richborough 527), dont les sources indiquent une abondante production, véritable richesse de la région (CAVALIER, 1994 ; BORGARD, 1994). Aux Bolards, on compte trois exemplaires de ce que l’on nomme désormais : amphore de Lipari (fig. 3, no 15).

55On compte également une amphore « Carotte », traditionnellement nommée « amphore à dattes ». Ce type d’amphore, représenté sur une peinture murale à Herculanum (villa de Iidia Felix), passe pour avoir contenu des dattes, des olives ou encore des figues confites, rares et précieuses en Occident (MARTIN-KILCHER, 1994, p. 434-436), ou bien encore des sauces de poisson, des « morceaux de jeune thon taillés en petits dés », comme le suggère Pline (Hist. Nat., IX, 18), puisque des analyses laissent entrevoir la présence d’un résidu très fortement salé (VIPART, 1995, p. 65-67) (fig. 3, no 13).

Fig. 7. Estampilles sur Dressel 20 sans provenance déterminée (par zone de production ou atelier) (d’après THEVENOT, 1948 (*) et inédits).

Fig. 8. Les amphores à saumure. 1-8, Dressel 7/11 (6-7 : Beltran 2A) ; 9-13, Dressel 9 similis.

56La découverte à Carlisle, en Grande-Bretagne (TOMLIN, 1992), d’une amphore Carotte portant une marque peinte présentant le contenu comme étant du doum, une préparation à base de dattes, confirme l’emploi de ce petit vase dans le commerce des fruits orientaux, plus particulièrement d’Égypte, au ier s. de notre ère.

57Pour le contenu des Dressel 28, on ne sait toujours pas s’il s’agit de miel, de saumures de coquillage, d’olives ou de vin. Leur morphologie est en tout cas variable et traduit la multiplicité des zones de production, ce qui est confirmé par la diversité des argiles (BAUDOUX, 1996, p. 139 ; SCHMITT, 1988, p. 32). On compte deux Dressel 28 aux Bolards.

58Dix-huit amphores restent indéterminées.

INTERPRÉTATION

59Le site des Bolards est remarquable, puisque non seulement les amphores y sont très nombreuses, mais également les traces de la consommation mise en évidence par les amphores sont tout à fait particulières. En effet, en totalisant près de 574 individus, soit près de 25 % de la totalité des amphores de cette période en Bourgogne, le site égale Autun, alors capitale de la civitas (OLMER, 1997). C’est dire si les échanges ou/et la consommation de denrées alimentaires sont développés sur le site, probablement liés à la fréquentation des temples.

  • 20 Lois. I, 18 d et e (trad. E. des PLACES, 1951).

60Dès la fin du iie s. avant notre ère, le vin est consommé dans le contexte du sanctuaire celtique (période I, état 1), sans toutefois que l’on puisse préciser la nature de cette consommation. On ne sait pas si la consommation du vin eut lieu dans le cadre de réunions « fédérales », auxquelles on peut songer, puisque le sanctuaire est situé à la frontière du domaine éduen et séquane, ou bien s’il s’agit de cérémonies moins fastueuses qui réunissaient simplement quelques individus ; il est notoire de considérer comme proverbial le goût des Gaulois pour le vin, et à ce propos les auteurs anciens sont très prolifiques : depuis Platon20, Polybe (II, 19), Tite-Live (V, 33), ou encore Denys d’Halicarnasse (XIII, 11). Toutefois les descriptions les plus célèbres dérivent des observations de Poseidonios (Histoire, XXIII), reprises par Diodore de Sicile (V, 26, 3) et Athénée :

« Ce qu’on boit chez les riches, c’est du vin importé d’Italie ou du pays des Massaliètes, et on le boit pur ; quelquefois pourtant on y mêle un peu d’eau ; chez ceux qui sont un peu moins à l’aise, c’est de la bière de froment préparée avec du miel ».
« Adonnés au vin, c’est avec excès qu’ils absorbent tout pur celui qui est importé chez eux par les marchands et, dans leur passion, avalant cette boisson à grands traits, ils tombent dans l’ivresse et de là dans le sommeil et dans un état qui ressemble à la folie. Les marchands […] amènent du vin qu’ils leur vendent à un prix incroyable, donnant une cruche de vin pour un jeune garçon, et recevant en échange de la boisson l’esclave qui la sert ».

61C’est donc lors de banquets, ou de réunions collectives, que les Gaulois auraient consommé le vin importé d’Italie, selon des rituels très différents des banquets méditerranéens. Nous savons peu de choses à propos de ces banquets : ni sur les lieux précisément consacrés, ni sur le nombre d’amphores, ni sur le nombre exact des participants.

  • 21 POSIDONIOS, XXIII (Athénée), in : CUNLIFFE, 1993, p. 42-43.

62Poseidonios décrit ainsi le déroulement des festins21 :

« Le prince Luern, père de Bituit, traverse la campagne sur son char et jette de l’or et de l’argent aux milliers de Celtes qui le suivent. Il fit édifier une enceinte de 10 stades où sont réunies des boissons coûteuses dans des cuves et quantité de vivres, afin que, durant plusieurs jours, chacun puisse entrer et se servir librement.
Les Celtes, lors des banquets, organisaient des duels. Ils se livrent à des simulacres de duels ou luttent à mains nues ; jusqu’à en être furieux au point que, si on ne les séparait pas, ils pouvaient s’entre-tuer. Dans les temps anciens, quand on se n’ait un cuisseau ou un jambon, le plus valeureux s’attribuait la partie supérieure ; si un autre voulait également l’obtenir, il arrivait qu’ils se battent à mort…
Lorsque les convives sont nombreux, ils s’assoient en cercle, au milieu duquel on réserve la place d’honneur au personnage le plus important. Il se distingue entre tous par sa naissance, son habileté à la guerre ou par sa richesse. À côté de lui prend place son hôte et alternativement, des deux côtés, tous les autres selon leur rang. Derrière eux, se tiennent les valets d’armes qui portent les boucliers, et les porteurs de lances : assis en cercles comme leurs maîtres, ils festoient dans le même temps. Les serviteurs font circuler les boissons dans des vases en argile ou d’argent… comme les plats sur lesquels sont disposés les mets, qui sont aussi en bronze, ou encore en bois et en osier tressé ».

63L’usage des cuves est associé à la boisson alcoolisée, qui peut être du vin ou de l’hydromel, en tout cas pas une boisson ordinaire.

64Il est possible que le passage suivant face allusion à une autre situation, ayant un cadre différent de celui décrit plus haut :

« La boisson servie chez les riches est le vin d’Italie ou de la région de Marseille. Ils le boivent pur, ou plus rarement, mêlé à un peu d’eau (…), le peuple boit de la bière nommée korma. Ils boivent à la même coupe, à petites gorgées… mais fréquemment ».

65Actuellement les traces les plus fiables pouvant concerner ces rassemblements résident dans certains dépotoirs de Lyon ou de Bibracte (OLMER et alii, 1996, p. 295-317), notamment par les marques que portent les amphores dans la manière d’être « ouvertes », le soin apporté à la disposition des différentes parties des amphores une fois brisées, qui relève du tri (anses, cols, pieds) ; c’est le cas des fossés la Sarra à Lyon (MANDY, PICON, 1989). Ce serait alors le contenu de plusieurs centaines d’amphores qui aurait été consommé, lors de ces festivités exceptionnelles, qui devaient réunir des centaines d’individus. Les vestiges de ces hypothétiques banquets restent toutefois rarissimes. Aux Bolards, rien ne prouve que les amphores découvertes traduisent ce type de cérémonies.

66En revanche, c’est à la période gallo-romaine que l’observation des amphores présente des résultats tout à fait singuliers.

67Si l’on peut compter de nombreuses amphores à vin, à huile et à saumure, les proportions entre elles sont très intéressantes, puisque la « tripartition » traditionnelle n’apparaît pas sous la même forme sur de nombreux autres sites (fig. 9).

68En effet, c’est l’huile qui tient la première place et viennent ensuite le vin et les saumures, qui à peu de choses près se partagent la seconde place. Ces données sont singulières, puisque habituellement le vin est la denrée la plus importante, devant l’huile et les saumures. Non seulement ces résultats bruts s’inscrivent dans un nouvel axe, mais si on compare le site avec d’autres contextes de la Bourgogne, on constate que ces résultats sont très importants à l’échelle de la région. Les amphores à huile et à saumure représentent à chaque fois près de 35 % du total des amphores de même type (sur vingt-cinq sites pris en compte), ce qui est considérable.

69Il est alors évident que le site occupe une position particulière. Sa situation voisine de la vallée de la Saône, le long des axes de communication vers le nord, permet de proposer d’interpréter le site comme étant une place de marché florissante. Cependant, d’autres sites proches (Beaune, Mâlain, Dijon…) et les sites du bord de la Saône, comme Seurre, Lux et Saint-Jean-de-Losne, empêchent d’en faire une place exceptionnelle.

70Une seconde hypothèse incite à interpréter ces proportions « inhabituelles » comme le signe de consommations privilégiées de l’huile et des saumures. La fréquentation des temples peut induire l’usage de lampes (en offrande) et donc de l’huile d’olive, comme combustible. L’huile peut également être incorporée à des préparations d’onguents ou de cosmétiques. Ce qui expliquerait en partie l’abondance des amphores à huile sur le site.

71Certaines liqueurs faites à base de poisson pouvaient être utilisées à des fins thérapeutiques, comme nous le relatent Pline et Dioscoride, chez qui l’on trouve des mentions de garum excellens, comme traitement de divers maux :

  • Pline22 : « Le garum, de son côté, guérit les brûlures récentes, si on le verse sans prononcer le mot « garum ». Il est utile aussi contre les morsures de chien et surtout celle du crocodile, et dans les ulcères serpigineux ou sordides. Il est encore d’un merveilleux secours dans les ulcères et les douleurs de la bouche et des oreilles. La saumure également – ou bien la salsugo dont nous avons parlé – est astringente, exténuante, piquante, siccative ; elle est bonne pour la dysenterie, même quand les ulcérations envahissent l’intestin ; on la donne en lavement dans les cas de sciatique et d’affections céliaques chroniques. On l’applique aussi en fomentation à l’intérieur des terres, où elle remplace l’eau de mer ».
  • Dioscoride : « Toute espèce de garum, qu’on tire des poissons et des viandes salées, réprime les ulcères et les morsures de chien. On en fait des lavements pour les malades souffrant de dysenterie et de sciatique » (DIOSCORIDE, 2, 32).

72Bien sûr ces témoignages sont à prendre avec du recul, mais si les thérapies en conseillaient l’usage dans l’Antiquité, elles pouvaient parfaitement être employées ici.

73Un autre témoignage de Pline nous révèle que le garum, encore une fois utilisé comme médicament, pouvait aider à « l’expulsion du placenta ». Or, aux Bolards, le fanum de la période augustéenne a livré des ex-voto féminins : plaques figurant des seins, des yeux, des utérus, mais également des flacons à parfum et des miroirs. La proximité d’une nécropole importante, où furent mis au jour au moins cent quatorze inhumations de périnataux, permet de tenter un rapprochement entre le temple, vraisemblablement fréquenté par des femmes (peut-être des parturientes), et la nécropole de nourrissons, ce qui peut faire penser à un sanctuaire régional lié à la maternité.

Fig. 9. Tableau des sites dont on compare les résultats à ceux des Bolards.
Lyon-Bellecour (LAUBENHEIMER, à paraître, cité dans LAUBENHEIMER 1992a, p. 145) ; Besançon (LAUBENHEIMER, 1992b, p. 188) ; Bordeaux (LAUBENHEIMER, WATIER, 1991) ; Saint-Romain-en-Gal (DESBAT, MARTIN-KILCHER, 1989, p. 339-365) ; Rome-Curia (PANELLA, 1992, p. 196) ; Fréjus (LAUBENHEIMER, 1991) ; Rome-Area della Meta Sudans (PANELLA, 1992, p. 190-191) ; Rome/Via Nova (PANELLA, 1992, p. 193) ; Lyon-Av. A. Max (BECKER et alii, 1989, p. 657) ; Rome-Crypta Balbi (PANELLA, 1992, p. 194) ; Lyon-Bas de Loyasse (DANGRÉAUX, DESBAT, 1988) ; Rome-Via Sacra/via Nova (PANELLA, 1992, p. 198) ; Nîmes-Rue Condé (LAUBENHEIMER et alii, 1992, p. 135) ; Lyon-Rue des Farges (BECKER et alii, 1989, p. 656) ; Ostie-Thermes du Nageur (PANELLA, 1981) ; St-Ulrich (BAUDOUX, 1996, p. 176) ; Lyon-Verbe Incarné (DESBAT, MARTIN-KILCHER, 1989, p. 345) ; Lyon-Favorite (BECKER et alii, 1986) ; Biesheim (BAUDOUX, 1996, p. 174) ; Sierentz (BAUDOUX, 1996, p. 176) ; Grand (BAUDOUX, 1996, p. 176) ; Braives (BRULET et alii, 1992, p. 172) ; Metz (BAUDOUX, 1996, p. 176) ; Strasbourg (BAUDOUX, 1996, p. 173) ; Augst (MARTIN-KILCHER, 1994. p. 468).

74Que conclure de ces résultats ? Que les rituels des sanctuaires ont favorisé les importations de certains produits ? Ou bien que l’aspect commercial du site n’a pas été perçu à sa juste place, c’est-à-dire que les Bolards auraient été aussi un établissement important pour la redistribution des denrées, en contrôlant notamment les arrivages depuis la Saône, par l’intermédiaire de la zone portuaire de Glanon ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALMAGRO M., 1955, Las necropolis de Ampurias, II, Barcelone.

ARANEGUI C., 1981, «La produccion de anforas romanas en el païs valenciano : estado de la cuestion», Archivo de Prehistoria Levantina, XVII, Valence, p.529-537.

BAUDOUX J., 1996, Les amphores du Nord-Est de la Gaule (Territoire français) : contribution à l’histoire de l’économie provinciale sous l’Empire romain, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 215 p. (Documents d’Archéologie Française, 52).

BECKER C., 1986, « Note sur un lot d’amphores régionales du ier s. ap. J.-C. à Lyon : fouilles de l’îlot 24 », Figlina, 7, p. 147-150.

BELTRAN LLORIS M., 1970, Las anforas romanas en Espana, Zarragoza, Institucion Fernando el Catolico.

BERTUCCHI G., 1982, « Fouilles d’urgence et ateliers de potiers sur la Butte des Carmes à Marseille : les amphores », Revue Archéologique de Narbonaise, 15, p. 136-160.

BERTUCCHI G., 1992, Les amphores et le vin de Marseille : vie s. av. J.-C./ iie s. après J.-C., 250 p. (25e suppl. à la Revue Archéologique de Narbonaise).

BORGARD R, 1994, « L’origine liparote des amphores “Richborough 527” et la détermination de leur contenu », in : Actes du congrès de la SFECAG, Millau, p. 197-204.

BOST J.-R, CAMPO M., COLLS D., GUERRERO V., MAYET F., 1992, L’épave de Cabrera III, Majorque : échanges commerciaux et circulation monétaire au milieu du iiie siècle, Publ. du Centre Pierre Paris, URA 991.

BOYER R., 1986, « Conserves d’olives dans deux amphores trouvées dans les fouilles de la Bourse à Marseille », Gallia, t. 44, p. 229-233.

BRENTCHALOFF D., 1988, « L’amphore à saumure de type Fréjus Lenzbourg », in : Actes du congrès de la SFECAG, Orange, p. 179-187.

CAVALIER M., 1994, « Les amphores Richborough 527 : découverte d’un atelier à Portinenti (Lipari, Italie) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Millau, p. 189-196.

COLLS D., ÉTIENNE R., LEQUÉMENT R., LIOU B., MAYET F., 1977, L’épave de Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude, 144 p. (Archaeonautica, 1).

CUNLIFFE B., 1993, La Gaule et ses voisins : le grand commerce dans l’Antiquité, Paris, 253 p.

DANGRÉAUX B., DESBAT A., 1988, « Les amphores du dépotoir flavien de Bas-de-Loyasse à Lyon », Gallia, t. 47, p. 115-153.

DANGRÉAUX B., DESBAT A., 1992, « La distribution des amphores dans la région lyonnaise : étude de deux sites de consommation », in : Les amphores en Gaule : production et circulation, Table ronde internationale de Metz, oct. 1990, p. 151-155 (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 474).

DESBAT A., 1987, « Note sur la production d’amphores à Lyon au début de l’Empire », in : Actes du congrès de la SFECAG, Caen, p. 159-165.

DESBAT A., PICON M., 1986, « Les amphores de Méditerranée orientale découvertes à Lyon », Recherches sur les amphores grecques, p. 637-648 (13e suppl. à B.C.H.).

EMPEREUR J.-Y., HESNARD A., 1987, « Les amphores hellénistiques », in : LEVÈQUE R, MOREL J.-P. dir., Céramiques hellénistiques et romaines, p. 9-72 (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 331).

EMPEREUR J.-Y., PICON M., 1989, « Les régions de production d’amphores impériales en Méditerranée orientale », in : Amphores romaines et histoire économique, Actes du colloque de Sienne, mai 1986, p. 223-248 (Coll. de l’École Française de Rome, 114).

ETTLINGER E., 1977, « Aspects of amphora – Typology – Seen from the North », in : Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores, Actes du colloque de Rome, 1974, p. 9-16 (Coll. de l’École Française de Rome, 32).

FERNÁNDEZ OCHOA C., MARTÍNEZ MAGANTO J., 1994, «Las industrias de salazón en el Norte de la península Ibérica en época romana : nuevas aportaciones», A.E.A., 67, p.115-134.

HAYES J.-W, 1983, «The Villa Dyonisos excavations, Knossos: the pottery», A.B.S.A., 78, p. 97-169.

HESNARD A., 1981, Les Dressel 2/4, amphores à vin de la fin de la République et du début de l’Empire : un essai de construction typologique, Thèse de 3e cycle, Université de Provence, dactylographiée.

HESNARD A., 1990, « Les Amphores », in : Gaule interne et Gaule méditerranéenne aux ier et iie s. av. J.-C. : confrontations chronologiques, Table ronde de Valbonne, 1986, p. 47-54 (21e suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

KEAY J., 1984, Late roman amphorae in the Western Mediterranean – a typology and economic study: the catalan evidence (B.A.R., 196, 2 vol.).

LAUBENHEIMER F., 1985, La production des amphores en Gaule Narbonnaise sous le Haut-Empire, 362 p. (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 327-2).

LAUBENHEIMER F., 1989, « Les amphores gauloises sous l’Empire : recherches nouvelles sur leur production et leur chronologie », in : Amphores romaines et histoire économique, Actes du colloque de Sienne, mai 1986, p. 105-138 (Coll. de l’École Française de Rome, 114).

LAUBENHEIMER F., SCHWALLER M., VIDAL L., 1992, « Nîmes, les amphores de la rue Condé », in : Les amphores en Gaule : production et circulation, Table ronde internationale de Metz, oct. 1990, p. 133-149 (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 474).

LEQUÉMENT R., 1980, « Deux inscriptions peintes sur amphores de Bétique à Alesia », R.A.E., t. 31, fasc.1-2, p. 256-259.

LEQUÉMENT R., LIOU B., 1978, « Un nouveau document sur le vin de Bétique », Archaeonautica, 2, p. 183-184.

LEQUÉMENT R., MASSY J.-L., 1980, « Importation à Soissons d’olives au defrutum de Bétique », CAPic, 7, p. 263-266.

LIOU B., 1987, « Inscriptions peintes sur les amphores », Archaeonautica, 7, p. 54-140.

LOESCHCKE S., 1942, « Die römische und die belgische Keramik », in : ALBRECHT C., Das Römerlager in Oberaden, II, Dortmund, p. 76-114.

MANACORDA D., 1977, « Ostia IV », StudMisc, 23, p. 117-254.

MANDY G., PICON M., 1989, « Les amphores », in : GOUDINEAU C. dir., Aux origines de Lyon, p. 50-63 (D.A.R.A., 2).

MARANGOU A., EMPEREUR J.-Y., 1991, « Recherches sur les amphores crétoises II : les centres de fabrication d’amphores en Crète centrale », B.C.H., p. 481-523.

MARTIN-KILCHER S., 1986, « La production des amphores en Gaule Narbonnaise », Archéologie du Languedoc, 4, p. 195-198.

MARTIN-KILCHER S., 1994, «Die Amphoren für Wein, Fischsauce, Südfrüchte», in: Die Römischen Amphoren aus Augst und Kaiseraugst, vol.2, 612 p. (Forschungen im Augst., Römermuseum 7/2).

MARTÍNEZ MAGANTO J., 1993, « Las técnicas de pesca en la antigüedad y su implicación económica en el abastecimiento de las indistrias de salazón », Cuad. Prehist. Y Arq. de la UAM, Madrid.

MAYET F., 1990, « Typologie et chronologie des amphores lusitaniennes », in : ALARCAO A., MAYET F., Amphores lusitaniennes : typologie, production, commerce, Actes des journées d’études de Conimbriga, oct. 1988.

NACIRI A., 1986, Contribution à l’étude des exportations en amphores de vin gaulois vers Ostie (Rome) à l’époque impériale romaine, Thèse de doctorat, École des hautes études en Sciences sociales, Paris, 400 p.

OLMER F., PARATTE C.-A., LUGINBÜHL T., 1996, « Un dépotoir d’amphores de la fin du iie siècle avant notre ère à Bibracte », R.A.E., t. 46, fasc. 3-4, p. 295-317.

OLMER F., 1997, Les amphores romaines en Bourgogne : contribution à l’histoire économique de la région dans l’Antiquité, depuis La Tène finale jusqu’au Haut Empire, Mémoire de Doctorat, Univ. de Bourgogne, 361 p. texte, 180 fig., 59 pl. et cat. de 957 estampilles. Inédit.

PANELLA C., 1986, « Oriente ed Occidente : considerazioni su alcune anfore “Egee” di eta imperiale a Ostia », in : Recherches sur les amphores grecques, p. 609-636 (13e suppl. aux B.C.H.).

PARKER A. J., 1992, Ancient Shipwrecks of the Mediterranean and the Roman Provinces, 556 p. (BAR, international series, 580).

PASCUAL GUASCH R., 1977, « Las anforas de La Layetania », in : Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores, Actes du colloque de Rome, 1974. p. 47-96 (Coll. de l’École française de Rome, 32).

PAVIS D’ESCURAC H., 1976, « La Préfecture de l’annone, service administratif impérial d’Auguste à Constantin », B.E.F.A.R., 226, Paris.

PEACOCK D.-P.-S., 1977, « Roman amphorae : typology, fabric and origins », in : Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores, Actes du colloque de Rome, 1974, p. 261-278 (Coll. de l’École française de Rome, 32).

PÉLICHET E., 1946, « À propos des amphores romaines trouvées à Nyon », ZSAK, 8, p. 189-200.

PONSICH M., 1974, Implantation rurale antique sur le Bas-Guadalquivir. T. I : Séville, Alcolea del Rio, Lora del Rio, Carmona, Madrid, 414 p. (Publ. de la Casa de Velazquez, série Archéologie, II).

PONSICH M., 1979, Implantation rurale antique sur le Bas-Guadalquivir. T. II : La Campana, Palma del Rio, Posadas, Madrid (Publ. de la Casa de Velazquez, série Archéologie, III).

PONSICH M.. 1988, Aceite de oliva y salazones de pescado : factores geo-economicos de Betica y Tingitania, Madrid. Universidad Complutense, 253 p.

PONSICH M., TARRADELL M., 1965, Garum et industries antiques de salaisons de la Méditerranée Occidentale, 130 p., Bibl. de l’École des hautes études hispaniques, XXXVI.

SCHMITT A., 1988, « Les productions d’amphores dans la moyenne vallée du Rhône : mise au point sur quelques types », in : Actes du congrès de la SFECAG, Orange, p. 25-33.

SEALEY P.-R., DAVIES G.-M.-R., 1985, « Falernian wine at roman Colchester », Britannia, 15, p. 250-254.

TCHERNIA A., 1986, Le vin de l’Italie romaine : essai d’histoire économique d’après les amphores, 396 p. (B.E.F.A.R., 261).

THEVENOT É., 1948, « La station antique des Bolards », Gallia, t. 7, p. 289-347.

TOMLIN R.S.O., 1992, « The Roman “Carrot” amphora and its Egyptian Provenance », The Journal of Egyptian Archeology, vol. 78, p. 307-312.

VIPART R, 1995, « À propos des amphores Carottes », in : Actes du congrès de la SFECAG, Rouen, p. 62-68.

Notes

1 PEACOK, 1977 ; SEALEY. DAVIES, 1985 ; DESBAT, PICON, 1986 ; EMPEREUR, PICON, 1989.

2 PANELLA, 1986 ; LIOU, 1987 ; MARANGOU, EMPEREUR, 1991.

3 TCHERNIA, 1986, p. 174 (JUVENAL, V, 29 et MARTIAL I).

4 STRABON, III, 2,6 ; COLUMELLE (I, pref. 20).

5 LEQUÉMENT, LIOU, 1978 ; LEQUEMENT, MASSY, 1980 ; LIOU, 1987.

6 Dans la publication des inscriptions peintes de PVII (COLLS et alii 1977).

7 C.I.L. XV, 4542 ; C.I.L. XV, 4543 (LAUBENHEIMER, 1985, p. 325).

8 DANGRÉAUX, DESBAT, 1988 ; LAUBENHEIMER et alii, 1992, p. 145.

9 BERTUCCHI, 1982 ; LAUBENHEIMER, 1985.

10 LAUBENHEIMER, 1985 ; MARTIN-KILCHER, 1986 ; NACIRI, 1986 ; DANGRÉAUX, DESBAT, 1988 ; BAUDOUX, 1996.

11 PONSICH, 1974 et 1979 ; BAUDOUX, 1996, p. 95.

12 ETTLINGER, 1977 ; BRENTCHALOFF. 1988 ; MARTIN-KILCHER, 1994.

13 MARTINEZ MAGANTO, 1993 ; FERNANDEZ OCHOA, MARTINEZ MAGANTO, 1993.

14 PONSICH, TARRADEL, 1965 ; PONSICH, 1988.

15 MANACORDA, 1977 ; BELTRAN LLORIS, 1970 ; MAYET, 1990, p. 33.

16 Jeune thon de moins d’un an ; LEQUÉMENT, 1980.

17 BOYER, 1986 ; LIOU, 1987 ; BAUDOUX, 1996, p. 76.

18 BECKER. 1986 ; DANGRÉAUX. DESBAT. 1988 ; SCHMITT, 1988.

19 Elles se rencontrent dès – 15 à Saint-Romain-en-Gal (DANGRÉAUX, DESBAT, 1992, p. 44).

20 Lois. I, 18 d et e (trad. E. des PLACES, 1951).

21 POSIDONIOS, XXIII (Athénée), in : CUNLIFFE, 1993, p. 42-43.

22 PLINE, Hist. Nat., XXXI, 93-94 (Trad. Serbat, 1972).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Comptages généraux des amphores des Bolards.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Légende Fig.2. Estampilles sur Dressel 1 (d’après THEVENOT, 1948 (*) et inédits).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 3. Les amphores vinaires. 1, Dressel 6 ; 2-4, Dressel 2/4 italiques ; 5-7, Dressel 2/4 gauloises (no 5, Dressel 2/4 lyonnaise) ; 8-9, Gauloise 3 ; 10-11, Rhodiennes ; 12, Cnidienne : 13, Carotte ; 14, Africaine indéterminée ; 15, Lipari.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 4. Principales zones de production des Dressel 20 sur le Guadalquivir et le Genil et correspondances avec les timbres présents aux Bolards.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/445/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 5. Estampilles des zones 3, 4 et 5 présentes aux Bolards (d’après THEVENOT, 1948 (*) et inédits).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/445/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 6. Estampilles des zones 6, 7. 8 et 9 présentes aux Bolards (d’après THEVENOT, 1948 (*) et inédits).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/445/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Fig. 7. Estampilles sur Dressel 20 sans provenance déterminée (par zone de production ou atelier) (d’après THEVENOT, 1948 (*) et inédits).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/445/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende Fig. 8. Les amphores à saumure. 1-8, Dressel 7/11 (6-7 : Beltran 2A) ; 9-13, Dressel 9 similis.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/445/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 9. Tableau des sites dont on compare les résultats à ceux des Bolards.Lyon-Bellecour (LAUBENHEIMER, à paraître, cité dans LAUBENHEIMER 1992a, p. 145) ; Besançon (LAUBENHEIMER, 1992b, p. 188) ; Bordeaux (LAUBENHEIMER, WATIER, 1991) ; Saint-Romain-en-Gal (DESBAT, MARTIN-KILCHER, 1989, p. 339-365) ; Rome-Curia (PANELLA, 1992, p. 196) ; Fréjus (LAUBENHEIMER, 1991) ; Rome-Area della Meta Sudans (PANELLA, 1992, p. 190-191) ; Rome/Via Nova (PANELLA, 1992, p. 193) ; Lyon-Av. A. Max (BECKER et alii, 1989, p. 657) ; Rome-Crypta Balbi (PANELLA, 1992, p. 194) ; Lyon-Bas de Loyasse (DANGRÉAUX, DESBAT, 1988) ; Rome-Via Sacra/via Nova (PANELLA, 1992, p. 198) ; Nîmes-Rue Condé (LAUBENHEIMER et alii, 1992, p. 135) ; Lyon-Rue des Farges (BECKER et alii, 1989, p. 656) ; Ostie-Thermes du Nageur (PANELLA, 1981) ; St-Ulrich (BAUDOUX, 1996, p. 176) ; Lyon-Verbe Incarné (DESBAT, MARTIN-KILCHER, 1989, p. 345) ; Lyon-Favorite (BECKER et alii, 1986) ; Biesheim (BAUDOUX, 1996, p. 174) ; Sierentz (BAUDOUX, 1996, p. 176) ; Grand (BAUDOUX, 1996, p. 176) ; Braives (BRULET et alii, 1992, p. 172) ; Metz (BAUDOUX, 1996, p. 176) ; Strasbourg (BAUDOUX, 1996, p. 173) ; Augst (MARTIN-KILCHER, 1994. p. 468).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/445/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 603k

© ARTEHIS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search