Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 2. Actualité de la recherche sur l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Un exemple d’occupation d’une campagne péri-urbaine : le site de Bezannes, Le Bas Torchant (Marne)

Régis Bontrond, Ludivine Huart et Frédéric Poupon

Résumé

L’opération de Bezannes, Le Bas Torchant se situe en périphérie sud-ouest de l’agglomération de Reims-Durocortorum. Elle a permis de mettre en évidence l’extrémité orientale d’un site essentiellement organisé autour de structures en creux. La vocation agricole semble à privilégier, même si l’organisation apparemment assez atypique des aménagements soulève diverses interrogations. Le rare mobilier céramique indique une occupation essentiellement centrée sur le Bas-Empire. Il provient pour l’essentiel d’une vaste fosse qui a également livré de nombreux restes osseux de bovins, attestant le traitement de plusieurs carcasses sur place ou à proximité.

Texte intégral

1La fouille préventive de Bezannes, Le Bas Torchant, menée en 2009 (Bontrond et alii, 2011), s’inscrit dans le cadre de l’aménagement d’une ZAC à 4 km au sud de la limite occidentale de la ville de Reims-Durocortorum. Le site couvre une superficie légèrement supérieure à un hectare. L’espace y est structuré par plusieurs enclos à partitions internes, des bâtiments sur poteaux ainsi que de vastes creusements ayant accueilli divers aménagements (fig. 1). Il a été fouillé en plusieurs phases en fonction des contraintes d’aménagement. Les données présentées sont donc nécessairement partielles, cette opération ne touchant que la périphérie orientale de l’occupation, soit 4900 m2.

2Le site antique est desservi par un chemin orniéré d’axe nord-sud (St. 2), qui en constitue la limite orientale. Il donne accès à un espace enclos rectangulaire de 9,50 m de largeur pour une longueur estimée à environ 50 m. Une large entrée est aménagée sur sa face est. L’ensemble évoque un enclos à possible vocation pastorale, délimité par une haie. À 20 m au nord-est, une vaste fosse circulaire d’environ 9 m de diamètre (F2), à fond plat et peu profonde (fig. 2), a livré l’assemblage de mobilier le plus conséquent du site, constitué pour l’essentiel de rejets de faune. Le seul bâtiment identifié se trouve à l’extrémité nord du décapage. Construit sur poteaux plantés, il est matérialisé par une double file de creusements quadrangulaires occupant une superficie minimale de 90 m2. L’extrémité méridionale du site est occupée par une vaste fosse polylobée d’environ 40 m de longueur (fosse d’extraction ?).

Fig. 1. Bezannes, Le Bas Torchant. Plan synthétique de l’occupation antique (R. Bontrond, Reims Métropole, avec les données issues de Bocquillon, Culot, 2007 et Achard-Corompt et alii, 2009).

1. Des indices chronologiques limités

  • 1 Le mobilier céramique issu des opérations de 2006 et 2009 a fait l’objet d’un traitement identique (...)

3L’indigence du mobilier1 ne permet pas d’établir un phasage fin de l’occupation (fig. 5). Il semble cependant que l’enclos rectangulaire et les structures adjacentes soient les aménagements les plus précoces, les seuls attribuables au Haut-Empire. La seconde séquence chronologique est illustrée par la construction du bâtiment nord. La fosse F2 peut avoir été creusée au cours de cette période. Les quelques tessons de céramique orientent la datation de l’horizon-site 2 clôturant cette deuxième phase au plus tôt vers le début du iiie siècle.

4Au terme de la troisième période, le bâtiment nord est détruit et partiellement recouvert d’une nappe de matériaux F33-40, constituée pour l’essentiel de terres cuites architecturales. Celle-ci a livré un plat à cuire ainsi qu’un pot à cuire à bord en bandeau avec sillon médian et gorge interne Reims P16 accompagnés d’un fond et d’une paroi, le tout en céramique rugueuse sombre champenoise. Ce mobilier permet de proposer une datation de l’horizon-site 3 dans le courant du iiie siècle. L’abandon du bâtiment peut constituer l’indice d’une rétraction de l’occupation. Le creusement de la fosse F26-31 intervient au cours de cette phase. L’utilisation de ce secteur à des fins d’extraction de matériaux atteste qu’il s’agit alors d’un espace périphérique.

5Enfin, la dernière séquence identifiable se traduit uniquement par le comblement des principales fosses F2 et F26-31.

2. Le mobilier céramique du Bas-Empire

2.1. La fosse F2

6Elle a livré la plus grande quantité de mobilier, 71 tessons réduits à neuf individus (fig. 5 et 6). La vaisselle de table est illustrée par un bol hémisphérique à lèvre en baguette Chenet 320 en terre sigillée. La consommation des boissons se fait au moyen de gobelets en céramique métallescente argonnaise ou en céramique fine régionale cuite en mode B. Le service des liquides est assuré par la céramique commune claire dont certaines parois ont pu être engobées. La vaisselle à feu se partage entre une jatte Reims J7 en céramique rugueuse claire et deux pots à cuire à bord en bandeau avec sillon médian et gorge interne Reims P16, accompagnés d’un couvercle Reims CV1 en céramique rugueuse sombre. Enfin, deux parois d’amphore dont une peut-être d’origine narbonnaise clôturent ce corpus.

7La forte présence de terre sigillée argonnaise associée sur la table à la céramique fine régionale cuite en mode B, ainsi que l’importance sur le feu de la céramique rugueuse sombre champenoise, autorisent une comparaison avec la structure 26 de la zone ouest du site fouillée en 2007 (Inrap, responsable d’opération N. Achard-Corompt) et l’horizon-site défini sur la zone nord-ouest fouillée en 2006 (Inrap, responsable d’opération R. Jemin). L’absence de céramique culinaire produite dans la région de l’Eifel sur la zone étudiée ici, autoriserait un rapprochement de cet horizon-site 4 avec l’horizon de synthèse XII défini pour Reims (Mathelart et alii, dans ce volume). Le décor à la molette appartenant aux groupes 1, 3 ou 4 de Hübener, attribué par P. Van Ossel au second tiers du ive siècle, ne contredit pas cette datation (fig. 7). Cependant, les deux ensembles cités précédemment se rattachent à l’horizon de synthèse XIII (Mathelart et alii, dans ce volume) et semblent donc être légèrement postérieurs, en couvrant la fin du ive siècle et le début du ve siècle.

2.2. La fosse F26-F31

8Le mobilier présent dans le comblement de la fosse F26-F31, terre sigillée argonnaise, céramique fine régionale cuite en mode B, céramique commune claire et céramique rugueuse sombre champenoise attestée par un plat à cuire, ne s’oppose pas au rapprochement avec l’horizon-site décrit ci-dessus.

Fig. 2. Bezannes, Le Bas Torchant. La fosse F2 en cours de fouille (R. Bontrond, Reims Métropole).

Catégorie

Abrév.

Typologie

Bibliographie

Terre sigillée

TS

Chenet

Chenet, 1941

Céramique engobée

EN

Stuart

Stuart, 1977

Céramique métallescente

MI

Niederbieber

Oelmann, 1914

Terra rubra

TR

A, C, B, KL, P, BT

Deru, 1996

Terra nigra

TN

Céram. fine régionale sombre

FRB

Reims

Deru et alii, 2014

Céramique commune claire

CC

Reims

Deru et alii, 2014

Céramique rugueuse cuite en mode A

RUA

Reims

Deru et alii, 2014

Céramique rugueuse cuite en mode B

RUB

Reims

Deru et alii, 2014

Céram. culinaire non tournée

MD

Reims

Deru et alii, 2014

Amphore

AM

/

Peacock, Williams, 1986

Fig. 3.Bezannes, Le Bas Torchant. Catégories céramiques, abréviations et références typologiques (L. Huart, Reims Métropole).

Groupe de pâtes

Abrév.

Catégories céramiques

Bibliographie

Argonnais

AR

TS, EN, MT

Deru, Feller, 1996
Brulet et alii, 2010

Champenois

CHAMP

TR, TN, FRB, CC, RUA, RUB

Deru, 1996
Biegert et alii, 2004
Brulet et alii, 2010

du Centre de la Gaule

CG

TS

Brulet et alii, 2010

du Sud de la Gaule

SG

TS

Brulet et alii, 2010

Fig. 4. Bezannes, Le Bas Torchant. Les groupes de pâtes et leurs références bibliographiques pour le mobilier (L. Huart, Reims Métropole).

3. L’amas osseux de la fosse F2

9Les 674 os issus de F2 représentent 96 % des ossements mis au jour sur l’ensemble du site. Ces restes tapissent le fond de la fosse et seule une infime partie se situe au sommet du comblement. À l’exception de quelques os de caprinés et d’un reste d’équidé (fig. 8), l’essentiel du matériel osseux est attribuable au bœuf (NR = 366, soit 96 % du nombre et 97 % du poids des restes déterminés) et provient d’au moins trois individus. Il s’agit d’animaux de réforme (deux sujets âgés entre huit et dix ans), mais également de bovins plus jeunes, abattus avant l’âge de deux ans. La quasi-totalité des pièces osseuses du bœuf est attestée. Certaines sont mieux représentées que d’autres, sans que les déficits et les excédents observés ne soient très importants (fig. 9). La fragmentation des os résulte de la découpe bouchère, mais également des problèmes de conservation et de collecte (cassures fraîches). Quelques traces témoignent effectivement de la mise en pièces des carcasses bovines et du prélèvement de la viande. Ces différents indices témoignent du traitement boucher intégral de quelques bovins sur place et de la préparation d’importantes quantités de viande bovine à un moment donné. Contrairement aux petits ongulés, qui peuvent être traités et leurs déchets rejetés intégralement à proximité de l’unité domestique, l’abattage et le traitement boucher des grands mammifères (bœuf et cheval) s’effectuent davantage à l’écart de la zone domestique et leurs déchets osseux, plus volumineux et encombrants, sont en général préférentiellement rejetés à la périphérie de l’habitat. Si la forte proportion des restes osseux de bœuf doit sans doute beaucoup aux modes de constitution de ces dépôts, il ne faut pas négliger pour autant les conditions de préservation de ces vestiges. En effet, à l’instar des grands fossés d’enclos des établissements ruraux gaulois (Malrain et alii, 2002, p. 163) et gallo-romains (Salin, 2007, p. 166), la dynamique de comblement de ces types de grandes fosses peut être relativement lente. Les vestiges osseux qui y sont rejetés restent plus longtemps exposés aux intempéries et à l’action des différents charognards. Cette exposition prolongée des ossements favorise la conservation des os les plus résistants au détriment des plus fragiles. La bonne représentation des os de bœuf par rapport à ceux des caprinés, ici, résulte sans doute également des modes de préservation différentielle qui ont privilégié la conservation des os des plus grandes espèces au détriment de ceux des plus petites.

Fig. 5. Bezannes, Le Bas Torchant. Tableau de comptage de la céramique mise au jour sur l’ensemble du site (L. Huart, Reims Métropole).

Fig. 6. Bezannes, Le Bas Torchant. Ensemble céramique de l’horizon-site 4 (L. Huart, Reims Métropole).
1. Bol hémisphérique à lèvre en baguette (TS-AR Chenet 320) conservé à 5 % ; d. 150 (no inv. F2_7).
2. Cruche à bord oblique souligné par un bourrelet (TS-AR Indét.) dont le bord est conservé à 10 % ; d. 50 (no inv. F2_9).
3. Jatte (RUA-CHAMP Reims J7) dont le bord est conservé à
5 % ; d. 160 (no inv. F2_6).
4. Pot à cuire à bord en bandeau avec sillon médian et gorge interne (RUB-CHAMP Reims P16) dont le bord est conservé à 15 % ; d. 110 (n° inv. F2_4).
5. Plat à cuire à lèvre en amande (RUB-CHAMP Indét.) dont le bord est conservé à 5 % ; d. 220 (no inv. F26_1).

Fig. 7. Bezannes, Le Bas Torchant. Paroi en terre sigillée argonnaise décorée à la molette appartenant au groupe 1, 3 ou 4 de Hübener : (320-375), issue du comblement de F2 (n° inv. F2_8).

Fig. 8. Bezannes, Le Bas Torchant. Fréquence des différents taxons au sein de F2 (exprimée en nombre et poids des restes ; les valeurs des poids sont en grammes) (F. Poupon, Reims Métropole).

Fig. 9. Bezannes, Le Bas Torchant. Fréquence des pièces osseuses de bœuf au sein de F2 (exprimée en nombre minimum de parties du squelette – NMPS – par rapport à un squelette de comparaison Sq.) (F. Poupon, Reims Métropole). Dessin : M. Coutureau (inrap) d’après Barone, 1976.

Conclusion

10Il est relativement malaisé de catégoriser le site à l’aide des seules données disponibles à l’échelle de la fouille de 2009. On peut néanmoins constater plusieurs éléments :

  • le bâtiment identifié est construit en matériaux périssables, hormis la toiture,

  • aucune zone ne paraît avoir fourni (lors du diagnostic) d’indices d’un secteur plus particulièrement riche (présence de balnéaire par exemple),

  • le site n’est pas enclos dans sa globalité,

  • aucun indice ne peut être attribuable à une activité artisanale, si l’on excepte l’éventuel travail de boucherie,

  • le mobilier recueilli ne permet pas de caractériser le type d’occupation.

11Si la nature de l’occupation ne peut être déterminée de manière formelle, la vocation agricole paraît néanmoins la plus probable, en lien avec la ville de Reims toute proche. Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’aménagement d’une vaste ZAC de 200 hectares, dont l’étude globale devrait engendrer une synthèse diachronique rare d’un territoire rural péri-urbain. Les rythmes de créations/abandons des différents secteurs seront particulièrement instructifs. Ils apporteront un éclairage indispensable sur la période de mise en place présumée de cet établissement, la seconde moitié du iie siècle (Achard-Corompt et alii, 2009, p. 649), tout à fait atypique à l’échelle régionale.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Achard-Corompt N., Delor Ahü A., Filipiak B., Van Ossel P., 2009, « Mobiliers céramiques et faciès monétaires en Champagne durant l’Antiquité tardive à travers les exemples de Sillery et Bezannes », in : Rivet L. dir., Actes du congrès de la SFECAG, Colmar, 21-24 mai 2009, p. 647-654.

Arcelin P., Tuffreau-Libre M. dir., 1998, La quantification des céramiques : conditions et protocole, Actes de la table ronde du Centre archéologique européen du Mont Beuvray, Glux-en-Glenne, 7-9 avril 1998, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, 139 p. (Bibracte, 2).

Barone R., 1976, Anatomie comparée des mammifères domestiques, T. 1, Ostéologie, Paris, éd. Vigot.

Biegertert S., Deru X., Fronteau G., Paicheler J.-C., 2004, « Les productions du ‘groupe de pâtes champenois’ : caractérisations archéologiques, pétrographiques et chimiques », Revue du Nord, 86, p. 135-161.

Bocquillon H., Culot S., 2007, ZAC de Bezannes, tranche 1, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, S.R.A. de Champagne-Ardenne, 91 p.

Bontrond R., Garmond N., Huart L., Poupon F., 2011, Bezannes, Le Bas Torchant, Rapport final d’opération de fouille préventive, Reims Métropole, S.R.A. de Champagne-Ardenne, 166 p.

Brulet R., Vilvolder F., Delage R., Laduron D. coll., 2010, La céramique romaine en Gaule du Nord : dictionnaire des céramiques : la vaisselle à large diffusion, Turnhout, Brepols Publishers, 462 p.

Chenet G., 1941, La céramique gallo-romaine d’Argonne du ive siècle et la terre sigillée décorée à la molette, Mâcon, Protat Frères, 194 p.

Deru X., 1996, La céramique belge dans le Nord de la Gaule : caractérisation, chronologie, phénomènes culturels et économiques, Louvain-la-Neuve, 463 p. (Publ. d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Univ. catholique de Louvain, 89).

Deru X. dir., 2014, Durocortorum : la céramique de César à Clovis, Reims, Soc. archéologique champenoise, 350 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 107-2 - Archéologie urbaine, 11).

Deru X., Feller M., 1996, « Horizons chronologiques de la céramique du Haut-Empire dans le quartier du Pontiffroy à Metz (Moselle) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, p. 433-459.

Deru X., Grasset L., 1997, « L’atelier de potiers gallo-romains du quartier Saint-Remi à Reims (Marne). I. Les productions », Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 90, p. 51-82.

Deru X., Rollet P., 2000, « La céramique gallo-romaine de la rue de Cernay à Reims (Marne) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 1-4 juin 2000, p. 335-366.

Deru X. et alii, 2007, « Chronologie, céramique et statistique », in : Actes du congrès de la SFECAG, Langres, 17-20 mai 2007, p. 49-60.

Feller M., 1991, « Classification et datation des molettes d’Argonne : problèmes de méthodes », in : Actes du congrès de la SFECAG, Cognac, 8-11 mai 1991, p. 161-169.

Gose E., 1950, Gefässtypen der römischen Keramik im Rheinland, Kevelaer, Butzon und Bercker, 47 p., 61 pL h. t. (Beihefte der Bonner Jahrbücher, 1).

Malrain F., Matterne V., Méniel P., 2002, Les paysans gaulois (iiie siècle – 52 av. J.-C.), Paris, éd. Errance, 236 p. (Coll. des Hespérides).

Mathelart P., Florent G., Sindonino S., Huart L coll., en cours, « La mutation urbaine de Durocortorum (Reims, Marne) au début de l’Antiquité tardive », Bull. de la Soc. archéologique champenoise.

Oelmann F., 1914, Die Keramik des Kastells Niederbieber, Francfort, J. Baer, 80 p.

Peacock D.P.S., Williams D.F., 1986, Amphorae and the roman economy : an introduction guide, Londres, Longman, 239 p.

Salin M., 2007, La place de l’animal sur le territoire des Bituriges Cubi (ier siècle av. J.-C.- ve siècle ap. J.-C.) : approche archéozoologique et archéologique, Thèse de doctorat, Univ. François Rabelais, Tours, 2 vol., 534 p.

Stuart P., 1977, Gewoon aardewerk : uit de Romeinse legerplaats en de bijbehorende grafvelden te Nijmegen, Leyde, 125 p. (Beschrijving van de verzamelingen in het Rijksmuseum G. M. Kam te Nijmegen, 6).

Notes

1 Le mobilier céramique issu des opérations de 2006 et 2009 a fait l’objet d’un traitement identique qui s’inscrit dans la démarche mise en place à Reims (Deru et alii, 2007). La détermination du matériel s’articule autour de trois critères : le tri en catégories techniques, l’identification typologique et l’observation des groupes de pâtes. La définition des catégories techniques confronte trois éléments : les aspects technique, morphologique et l’aspect fonctionnel qui résulte des deux premiers. Les douze catégories rencontrées ici ont déjà fait l’objet d’une description (Deru, Rollet, 2000, fig. 8). Le comptage s’effectue en distinguant les bords, parois, fonds et anses. Le nombre minimum d’individus (NMI) (Arcelin, Tuffreau-Libre, 1998) est calculé après remontage et identification des bords d’après des typologies connues ou mises en place à Reims (fig. 3). Chaque individu est ensuite échantillonné dans le but d’une étude macroscopique. Les groupes de pâtes présents sur le site du Bas Torchant sont connus et ont déjà été décrits (fig. 4).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bezannes, Le Bas Torchant. Plan synthétique de l’occupation antique (R. Bontrond, Reims Métropole, avec les données issues de Bocquillon, Culot, 2007 et Achard-Corompt et alii, 2009).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 2. Bezannes, Le Bas Torchant. La fosse F2 en cours de fouille (R. Bontrond, Reims Métropole).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 5. Bezannes, Le Bas Torchant. Tableau de comptage de la céramique mise au jour sur l’ensemble du site (L. Huart, Reims Métropole).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4420/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 6. Bezannes, Le Bas Torchant. Ensemble céramique de l’horizon-site 4 (L. Huart, Reims Métropole).1. Bol hémisphérique à lèvre en baguette (TS-AR Chenet 320) conservé à 5 % ; d. 150 (no inv. F2_7).2. Cruche à bord oblique souligné par un bourrelet (TS-AR Indét.) dont le bord est conservé à 10 % ; d. 50 (no inv. F2_9).3. Jatte (RUA-CHAMP Reims J7) dont le bord est conservé à5 % ; d. 160 (no inv. F2_6).4. Pot à cuire à bord en bandeau avec sillon médian et gorge interne (RUB-CHAMP Reims P16) dont le bord est conservé à 15 % ; d. 110 (n° inv. F2_4).5. Plat à cuire à lèvre en amande (RUB-CHAMP Indét.) dont le bord est conservé à 5 % ; d. 220 (no inv. F26_1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4420/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 7. Bezannes, Le Bas Torchant. Paroi en terre sigillée argonnaise décorée à la molette appartenant au groupe 1, 3 ou 4 de Hübener : (320-375), issue du comblement de F2 (n° inv. F2_8).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4420/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 8. Bezannes, Le Bas Torchant. Fréquence des différents taxons au sein de F2 (exprimée en nombre et poids des restes ; les valeurs des poids sont en grammes) (F. Poupon, Reims Métropole).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4420/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 9. Bezannes, Le Bas Torchant. Fréquence des pièces osseuses de bœuf au sein de F2 (exprimée en nombre minimum de parties du squelette – NMPS – par rapport à un squelette de comparaison Sq.) (F. Poupon, Reims Métropole). Dessin : M. Coutureau (inrap) d’après Barone, 1976.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4420/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search