Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 2. Actualité de la recherche sur l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Une occupation de l’Antiquité tardive en bord de voie à Goussancourt (Aisne)

Christophe Hosdez et Alexia Morel

Résumé

La fouille de Goussancourt (Aisne), située sur le tracé de la LGV Est, a permis d’étudier un important site de l’Antiquité tardive organisé le long et de part et d’autre d’une voie. L’occupation tardive se divise en deux phases. La première débute après 320 et semble se terminer avant 350. Elle comprend deux constructions sur solins de pierres, un angle d’enclos, un ensemble composé d’un puits et d’un canal d’évacuation d’une mare ainsi qu’un groupe de foyers-fours. La seconde phase est datée entre 360 et 390. Elle voit la construction d’une longue habitation-étable, d’une dizaine de greniers, d’au moins cinq granges et de bâtiments annexes sur poteaux ainsi que de deux fonds de cabane. Ces constructions sont situées également de part et d’autre de la voie, montrant la perduration de l’axe de circulation et son rôle dans la structuration du site.

Texte intégral

1. Présentation du site

1Le village de Goussancourt est situé dans le Tardenois, à mi-chemin entre Château-Thierry et Reims.

2Le site a été fouillé en 2002 au lieu-dit La Fontaine des Grèves, à l’occasion de la construction du tronçon picard de la LGV Est européenne, entre Marigny-en-Orxois et Villers-Agron-Aiguisy (Aisne). Le substrat de la région de l’est du Tardenois est formé par les terrains tertiaires qui arment les plateaux du centre du Bassin parisien. Le gisement archéologique est localisé à 1 km au sud du village et occupe le versant sud d’un vallon orienté ouest-est. Le dénivelé entre la route départementale 474 et le ruisseau (soit 350 m) est de 20 m (fig. 1). Le sous-sol est constitué de calcaire recouvert par une argile bleu-verdâtre totalement imperméable surmontée par un limon argileux brun d’épaisseur variable.

3Durant l’Antiquité tardive, le site se trouve dans la cité des Suessions (chef-lieu Augusta Suessionum), dans la province de Belgique Seconde. Deux voies secondaires en provenance de Soissons sont connues à proximité de Goussancourt. La première se dirige vers Dormans (Marne), la seconde vers Châtillon-sur-Marne (Marne). Une autre voie passant à proximité du site relie Reims à Château-Thierry puis rejoint la vallée de la Marne (fig. 2).

Fig. 1. Plan général du chantier (C. Hosdez, Inrap).

Fig. 2. Carte de localisation du site avec les voies antiques (C. Hosdez, Inrap).

2. Chronologie des différentes occupations

4Le décapage archéologique s’étend sur 320 m de longueur pour une largeur de 80 à 100 m, soit une surface totale de 3 ha. Sur cette aire, 550 structures appartenant à différentes périodes d’occupation ont été mises au jour. Les études céramiques réalisées par X. Deru (Université Lille 3), C. Hosdez et K. Libert (Inrap) ainsi que l’étude des monnaies par M. Amandry (Cabinet des médailles de la BnF) (fig. 3) et du mobilier métallique par A. Morel (Inrap) ont permis de fixer la chronologie du site.

5Quelques tessons témoignent d’une fréquentation à l’Âge du Fer et à la période augustéenne puis entre le milieu du iie et la fin du iiie siècle. Le premier horizon tardif, qui débute après 320, semble se terminer avant 350. Le second horizon tardif correspond aux années 360-390. Après un hiatus chronologique, le site est réoccupé pendant la première moitié du vie siècle et enfin au cours de l’Époque moderne.

Fig. 3. Répartition chronologique des monnaies (identification M. Amandry).

3. Les structures de l’Antiquité tardive

6L’habitat et les structures de l’Antiquité tardive sont répartis de part et d’autre d’une voie qui traverse en diagonale la pente principale du vallon (sud-est/nord-ouest) et qui se déplace au cours du temps (elle perdure au moins jusqu’au Moyen Âge). Il s’agit d’une voie a priori secondaire qui pourrait correspondre à la voie identifiée dans la région comme étant celle qui relie Soissons à Châtillon-sur-Marne. La surface occupée par les 340 structures de cette phase d’occupation est d’au moins 1,5 ha. Les limites méridionale et occidentale de l’habitat ont été atteintes (fig. 4).

3.1. Le premier horizon tardif (320/350-360 ap.)

7Pour l’horizon 2, une vaste dépression correspond à une mare qui se prolonge au nord (dans le sens de la pente) par un canal d’évacuation de l’eau. L’angle d’un enclos, un ensemble avec un puits et son canal d’évacuation ainsi qu’un groupe de foyers-fours ont été observés au nord de la voie. La majorité des constructions est placée au sud de la voie, masquée par des niveaux de colluvions que l’on peut qualifier de « terres noires ». Les deux bâtiments sur solins de pierres, mis au jour le long de la voie, correspondent à un bâtiment d’habitation et à une dépendance à usage domestique avec un foyer/four.

3.2. Le second horizon tardif (360-390 ap.)

3.2.1. Bâtiment allongé au sud de la voie

8Durant le second horizon tardif, on observe l’implantation d’un long bâtiment sur poteaux, de plusieurs constructions sur poteaux et de deux cabanes semi-excavées. Ces constructions se distribuent encore de part et d’autre de la voie, montrant la perduration de l’axe de circulation et son rôle dans la structuration du site.

9Le long bâtiment situé au sud de la voie est de forme rectangulaire, à deux nefs, et mesure plus de 28 m de long pour une largeur variable entre 5,30 m et 6,50 m, soit une surface totale d’environ 180 m2. La construction est disposée dans le sens de la pente, le dénivelé entre les extrémités sud et nord du bâtiment est de plus de 2,50 m, soit une pente moyenne de 9 %. Aucune rigole ou fossé d’évacuation des eaux pluviales n’a été observé autour du bâtiment. La construction repose sur des poteaux dont la majorité comporte un calage de pierres calcaires et de fragments de tuiles. D’après le plan, la présence de poteaux intermédiaires dans les murs extérieurs pourrait correspondre à la situation des entrées.

10Les observations de terrain suggèrent une subdivision en trois parties (fig. 5).

11Dans la pièce méridionale de 70 m2 (11 m sur 6 à 6,50 m de largeur), on observe une zone plus sombre occupant toute la largeur de la pièce et matérialisant une cuvette. Dans celle-ci, trois creusements rectilignes correspondent à l’emplacement de poutres sablières qui devaient vraisemblablement supporter un plancher. Ce plancher ne se trouvait que dans la partie occidentale de la salle, aucune trace n’ayant été observée dans la partie orientale. La partie de la salle recouverte d’un plancher aurait pu servir d’étable avec des séparations intérieures formant des box pour le bétail, la partie orientale pouvant servir de réserve de foin ou à stocker le fumier. Cet espace a fourni la majorité des objets du bâtiment.

12La salle centrale, de plus de 60 m2, possède un foyer aménagé en position centrale. Il est délimité par des pierres calcaires qui entourent une aire rectangulaire. Toujours dans la salle centrale, sur son côté occidental, une série de quatre poteaux semble indiquer la présence d’un porche ou d’un cloisonnement.

13Au nord, dans la dernière salle de pratiquement 50 m2, aucun aménagement ou creusement particulier n’a été relevé.

Fig. 4. Plan des structures de l’Antiquité tardive (C. Hosdez, Inrap).

14Le mobilier mis au jour dans les colluvions couvrant le long bâtiment est varié. Sur les neuf monnaies découvertes à cet emplacement, deux sont des frappes de Valentinien I et Gratien. Le mobilier métallique est principalement constitué d’objets en alliage cuivreux (fibule, boucle, clef, fragment d’éperon) et d’ustensiles ou d’outils en fer (couteaux, hache, poinçons) (fig. 7, nos 2, 4, 10).

15Ce type de bâtiment allongé est connu dans le nord de la Gaule Belgique durant l’Antiquité tardive (ainsi à Neerharen-Rekem et Gennep : De Boe, 1986 ; Brulet, 1990 ; Vermeulen, 2001). Il est souvent divisé en deux parties inégales, l’habitation et l’étable, comme dans la maison indigène de Kethel au Pays-Bas (Bloemers, 1985).

16Considéré comme caractéristique de l’architecture de la Germanie libre (Lenz, 2005), il est généralement associé à des annexes sur poteaux et des fonds de cabane comme à Saint-Ouen-du-Breuil (Haute-Normandie ; Gonzalez et alii, 2001 ; Gonzalez et alii, 2006), et attesté à plusieurs exemplaires sur le même site.

3.2.2. Autres constructions et aménagements au sud de la voie

17À l’ouest du bâtiment principal, identifié comme une maison-étable, plusieurs séries de poteaux indiquent la présence d’au moins neuf greniers aériens à quatre et six poteaux et de trois constructions annexes à usage probablement agricole (fig. 6).

18À proximité des bâtiments sur poteaux se trouvaient deux fosses oblongues qui sont peut-être des fosses d’extraction d’argile ; l’une d’elles a livré une épingle en alliage cuivreux (fig. 7, no 8).

Fig. 5. Plan de la maison-étable 3600 et des greniers (C. Hosdez, Inrap).

3.2.3. Aménagements au nord de la voie

19Au nord de la voie, au nord et à l’est de l’ancienne mare, de nombreux emplacements de poteaux ont été relevés ainsi que plusieurs fosses. Quelques trous de poteau étaient couverts par des colluvions noires. Certains bâtiments dont le plan n’est que très partiellement visible se poursuivent hors emprise vers le nord.

20La mare et le puits sont comblés pendant cette phase. Les monnaies sont pratiquement toutes des frappes de la seconde moitié du ive siècle (jusqu’à Valentinien II).

21Dans ces structures, les objets correspondent à des fibules résiduelles du ier siècle, à un fragment d’éperon et un bracelet en alliage cuivreux, un fragment de mors de frein articulé et des couteaux en fer, un fragment de bracelet en lignite ainsi qu’une épingle en os en forme de hache (fig. 7, nos 1, 3, 5, 7, 9). Les remblais gorgés d’eau du puits ont livré des branches de bois et un mobilier varié : fragments de semelles de chaussures en cuir, de bracelet en lignite (fig. 7, no 6), de céramiques et d’ossements.

22Un fond de cabane, situé en bordure de l’ancienne mare (fig. 4, 1100), a livré seize monnaies dont quatre frappées entre 364 et 378, un peigne en os triangulaire à une rangée de dents et à décor d’ocelles (fig. 7, no 11), ainsi que cinquante-six fragments de plaquettes en bois de cerf travaillé provenant de la partie supérieure de son comblement. Elles se composent de neuf plaquettes avec personnages (dont une représentation de sirène et d’un personnage féminin vêtu d’une robe), de quinze plaquettes avec des animaux (rapace - ou griffon ? - et chiens), de plaquettes avec un décor de volutes et de fragments de baguettes ou de bordures moulurées (fig. 8). Ces plaquettes gravées seraient des garnitures d’un coffret en bois. Les comparaisons manquent, mais on peut suggérer une origine orientale pour ces éléments (Proche-Orient ? Asie centrale ?).

Fig. 6. Plan général des principales constructions sur poteaux (C. Hosdez, Inrap).

4. Économie de l’établissement (avec V. Zech-Matterne et J.-H. Yvinec)

23L’étude carpologique a permis de différencier plusieurs milieux environnants. Ce sont principalement les adventices des cultures qui prédominent puis les milieux humides avec la présence des plantes submergées, des berges ou des mares, des prairies humides, ainsi que des mauvaises herbes associées aux plantes de cultures et de jachères. D’après Véronique Zech-Matterne « il est possible que cette surreprésentation des mauvaises herbes liées aux récoltes indique le traitement de lots de céréales, avant leur stockage, au voisinage des structures prélevées. À l’exception des milieux indéterminés, la seule catégorie qui dépasse 1 % du NTR est celle des prairies, ce qui évoque peut-être le stockage du foin et la récolte de fourrages issus des prairies humides ».

  • 1 Dans ces régions, au ive siècle, il est courant d’observer aux alentours du bâtiment principal d’h (...)

24En ce qui concerne les restes fauniques, la présence de deux ensembles comprenant de fortes proportion de porc désignerait – selon les tendances observées dans les établissements agricoles d’Île-de-France et de Picardie1 – la maison-étable et le fond de cabane ayant livré les éléments de tabletterie comme deux secteurs résidentiels. Parmi les ossements de bovins, plus de la moitié des individus ont moins de quatre ans et ont donc été élevés spécifiquement pour fournir de la viande. Ceci pourrait être le reflet d’une vocation bouchère de l’élevage bovin sur ce site, activité d’élevage qui paraît confirmée par l’étude carpologique.

Fig. 7. Objets découverts dans les niveaux de l’Antiquité tardive (V. Legros, S.R.A. Picardie ; A. Morel, D. Bossut, Inrap).

25Les contextes de la seconde moitié du ive siècle ont par ailleurs livré des témoins non négligeables renseignant sur les activités de l’établissement, dont un curseur de balance et un poids en plomb, plusieurs poinçons liés à la petite métallurgie, dont quelques formes spécifiques, à rapprocher de plaques ou de tôles présentant des traces de découpes.

5. La sépulture 5001

26Au lieu-dit La Réserve, à environ 300 m au nord-ouest de la fouille, une aire de 3000 m2 a été sondée en avril 2002. Les tranchées ont permis de découvrir une inhumation.

27Le squelette était déposé dans une légère cuvette creusée dans l’argile bleutée. Comme pour le chantier principal, le terrain très acide n’a pas permis un bon état de conservation des os. Seuls les os longs ont été préservés de la destruction ainsi que quelques dents.

Fig. 8. Fragments de tabletterie en bois de cerf gravé (F. Krolikowski, Inrap).

28Une plaque-boucle de ceinture et une partie de la garniture décorée en alliage cuivreux ont été trouvées au niveau du tibia droit, ce qui indique que le ceinturon n’était pas porté lors du dépôt du corps. La boucle ovale à extrémités zoomorphes, ornée de côtes centrales, est articulée autour de la barre centrale, avec une plaque sans décor développée à l’avant et à l’arrière, proche du carré. Elle était associée à diverses garnitures à décor en taille biseautée (décor « Kerbschnitt », selon la terminologie allemande). Appréciable sur deux fragments, le répertoire est ici caractéristique : lignes incisées, rinceaux, motifs de quatre feuilles ou pétales (Böhme, 1974, fig. 14) (fig. 9). On peut proposer une datation resserrée à la fin du ive siècle pour ce ceinturon en couplant les indices stylistiques et formels (plaque associée à la boucle de forme carrée sans décor, boucle zoomorphe, garniture avec loge aménagée pour la boucle, ornements, largeur originelle,…) (Aurrecoechea, Fernandez, 2001, p. 10 ; Swift, 2000, p. 117-122 ; Böhme, 1985, p. 132-133) et le contexte local évoqué ci-dessous. Ce type de ceinturon est traditionnellement attribué à la sphère publique tardive et daté de la in du ive et de la première moitié du ve siècle.

Fig. 9. Ceinturon de la sépulture 5001 (V. Legros, S.R.A. Picardie ; A. Morel, Inrap).

6. Présence militaire, occupation et culture mobilière « germaniques » (A. Morel)

29Plusieurs découvertes du site posent la question d’une présence militaire en son sein.

30En ce qui concerne le ceinturon de la sépulture 5001, les sources iconographiques, la répartition géographique et les nombreuses tombes à armes associées suggèrent une appartenance au costume militaire. La distinction entre types civils et types militaires n’est cependant pas aisée, étant liée aux problèmes mêmes de « ramifications sociales » et de statuts exacts des « combattants » pour ces périodes tardives. Les sources antiques font mention de récompenses allouées sous la forme de riches ceinturons aux agents de l’État (soldats mais aussi civils), suite à un certain temps de service ou à des faits d’armes (Aurrecoechea, Fernandez, 2001, p. 207 ; Kazanski, 1995, p. 53-54), ou portés par des civils membres de milices locales ou privées (Kazanski, 1995, p. 40 ; Le Bohec, 2006, p. 114). La richesse décorative des garnitures de Goussancourt exclurait cependant une origine civile (Feugère, 1993, p. 146).

31Sur le secteur d’habitat, dans les contextes de la seconde moitié du ive siècle, des éperons à rivets dits de type Leuna (fig. 7, nos 1-2) (Giesler, 1978), un ferret cordiforme de forme Sommer A, une plaque de boucle repliée sur elle-même comme celle du ceinturon à décor excisé, ainsi qu’une petite boucle liée à la suspension du fourreau dans des contextes funéraires ayant livré des épées complètes, peuvent correspondre à des militaria. La découverte de deux fragments d’éperon ainsi que d’un fragment de mors articulé indique la présence de chevaux montés. Les occupants du site avaient-ils pour fonction de surveiller l’axe de circulation ?

32Un contexte militaire est, bien entendu, conforté par la présence d’armes ; les découvertes pouvant être rattachées à cette catégorie sont peu probantes. Les niveaux de colluvions couvrant le long bâtiment ont livré cinq couteaux fragmentaires. Certains ceinturons attestent le port, à la hanche gauche, de couteaux, utilisés comme des armes, ne possédant qu’un seul tranchant durant l’Antiquité tardive (Martin, 1993, p. 396). Il peut néanmoins s’agir d’ustensiles domestiques. De même, une hache incomplète (fig. 7, no 10), peut-être pourvue d’une nuque basse à l’origine, rappelle les modèles précurseurs des armes de jet mérovingiennes (Kazanski, 1995, p. 38). Notons cependant que les artisans du bois utilisaient également des outils aussi légers (Duvauchelle, 2005, p. 35-38). Parmi les objets métalliques du secteur d’habitat, il faut enfin signaler une fibule proche du type Duraton/Estagel (fig. 7, no 7), provenant d’un contexte sans mobilier intrusif daté des années 360-390. M. Feugère signale de tels exemplaires au ive s. en Aquitaine (Feugère, 1985, p. 437 ; 1988, p. 9-10, fig. 5).

33La présence de militaires est attestée sur de nombreux sites de la Gaule Belgique tardive, relativement éloignés de la zone frontalière, à l’instar de celui de Goussancourt. Dans cette aire géographique, elle est suggérée par la découverte de garnitures de ceinturon, généralement dans des sépultures. Elle vise à protéger les exploitations agricoles, les axes de pénétration, les routes, les cours d’eau et plus largement la ville de Reims. Le site se trouve d’ailleurs à proximité d’axes routiers reliant Reims à Meaux et est traversé par une voie qui devait relier Soissons à l’agglomération de Châtillon-sur-Marne.

34Par ailleurs, si aucun habitat « germanique » n’a été découvert dans cette partie de la Gaule Belgique, la présence de populations d’origine germanique est signalée dans certaines nécropoles de l’Antiquité tardive. Deux concentrations de découvertes sont nettement perceptibles. La première se trouve entre Vermand et l’est de Saint-Quentin, chez les Viromanduens et les Rèmes ; la seconde se situe entre Soissons et Fère-en-Tardenois chez les Suessions (Böhme, 1974). À Goussancourt, malgré l’habitation-étable qui paraît caractéristique, les mobiliers (céramique, instrumentum métallique,…) ne possèdent pas de réels traits germaniques ; ils témoignent au plus des interactions et de la mixité entre les « cultures » germaniques et gallo-romaines aux phases tardives de l’Empire dans le nord de la Gaule.

Conclusion

35La nature du site de Goussancourt suscite encore des interrogations. Son développement de part et d’autre d’une voie, la présence d’un bâtiment de type maison-étable germanique et le caractère spécifique de certains mobiliers suggère qu’il puisse s’agir d’une occupation au caractère partiellement « germanique » et militarisé, datable des dernières décennies du ive siècle, ressemblant à celle des sites de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime), Neerharen-Rekem (Belgique) ou Gennep (Pays-Bas). Dans les villages germaniques, les bâtiments et les structures annexes sont dispersés sur une surface importante de plusieurs hectares, les constructions sont pratiquement parallèles et la séparation entre les grandes maisons-étables est souvent de plusieurs dizaines de mètres, de 25-30 m à Neerharem-Rekem jusqu’à plus de 50 m à Saint-Ouen-du-Breuil et Gennep. À Goussancourt, une seule maison-étable a été mise au jour, mais la présence d’autres constructions sur poteaux en limite nord de décapage et se poursuivant hors de l’emprise peut laisser supposer que d’autres maisons-étables existent hors emprise. Les découvertes d’habitats germaniques dans le nord de la Gaule sont relativement rares et l’établissement de Goussancourt pourrait compléter ce corpus.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aurrecoechea Fernandez J., 2001, Los cinturones romanos en la Hispania del Bajo Imperio, Montagnac, éd. M. Mergoil, 261 p. (Monographies Instrumentum, 19).

Bloemers J. H. F., 1985, « Les bassins de l’Escaut, de la Meuse et du Rhin », in : Lasfargues J. dir., Architectures de terre et de bois : l’habitat privé des provinces occidentales du monde romain : antécédents et prolongements, Protohistoire, Moyen Âge et quelques expériences contemporaines, Actes du 2ème congrès archéologique de Gaule méridionale, Lyon, 2-6 nov. 1983, Paris, éd. de la M.S.H., p. 131-142 (Documents d’Archéologie française, 2).

Böhme H. W., 1974, Germanische Grabfunde des 4. bis 5. jahrhunderts zwischen untere Elbe und Loire, Munich, Beck, 2 vol. : 1, Texte ; 2, Tafeln (Veröffentlichung der Kommission zur archäologischen Erforschung des spätrömischen Raetien der Bayerischen Akademie der Wissenschafte).

Böhme H. W., 1978, « Tombes germaniques des ive et ve siècles en Gaule du nord : chronologie, distribution, interprétation », in : Fleury M., Périn P. dir., Problèmes de chronologie relative et absolue concernant les cimetières mérovingiens d’entre Loire et Rhin, Actes du 2ème colloque archéologique de la IVème section de l’É.P.H.E., Paris, 1973, Paris, p. 21-38.

Böhme H. W., 1985, « Observations sur le rôle du Mont-Vireux au Bas-Empire », in : Lémant J.-P., Le cimetière et la fortification du Bas-Empire de Vireux-Molhain, dép. Ardennes, Mayence, Verlag des RGZM, p. 131-133 (Monographien, 7).

Böhme H. W., 1986, « Bemerkungen zum spätrömischen Militärstil », in : Zum Problem der Deutung frühmittelalterlicher Bildinhalte, Sigmaringen, J. Thorbecke, p. 25-49 (Veröffentlichungen des Vorgeschichtlichen Seminars der Philipps-Universität Marburg a. d. Lahn, 4).

Boube-Piccot C., 1994, Les bronzes antiques du Maroc, IV, L’équipement militaire et l’armement, Paris/Rabat, 292 p.

Brulet R., 1990, La Gaule septentrionale au Bas-Empire : occupation du sol et défense du territoire dans l’arrière-pays du limes aux ive et ve siècles, Trèves, 431 p. (Trierer Zeitschrift, 11).

De Boe G., 1986, « Un village germanique de la seconde moitié du ive siècle et du début ve siècle à Neerharen-Rekem (Limbourg) », in : Otte M., Willems J. dir., La civilisation mérovingienne dans le bassin mosan, Actes du colloque international d’Amay-Liège, 22-24 août 1985, Liège, Univ. de Liège, p. 101-110 (Études et Recherches archéologiques de l’Univ. de Liège, 22).

Duvauchelle A., 2005, Les outils en fer du Musée romain d’Avenches, Avenches, Ass. Pro Avantico, 232 p. (Documents du musée romain d’Avenches, 11).

Feugère M., 1985, Les fibules de Gaule méridionale, de la conquête à la fin du ve siècle ap. J.-C., Paris, éd. du CNRS, 503 p., 174 pl. (12ème suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

Feugère M., 1988, « Fibules wisigothiques et de type germanique en Gaule méridionale », Archéologie du Midi médiéval, 6, p. 3-11.

Feugère M., 1993, « L’évolution du mobilier non céramique dans les sépultures antiques de Gaule méridionale (iie siècle av. J.-C. -début du ve sièce ap. J.-C.) », in : Struck M. dir., Römerzeitliche Gräber als Quellen zu Religion, Bevölkerungsstruktur und Sozialgeschichte, Internationale Fachkonferenz vom 18.-20. Feb. 1991 im Institut für Vorund Frühgeschichte der Johannes Gutenberg-Universität Mainz, Mainz, p. 119-165 (Archaologische Schriften des Instituts für Vor-und Frühgeschichte der J. Gutenberg-Univ. Mainz, 3).

Giesler U., 1978, « Jungerkaiserzeitliche Nietknopfsporen mit Dreipunkthalterung vom Typ Leuna », Saalburg Jahrbuch, XXXV, p. 5-56.

Gonzalez V., Ouzoulias P., Van Ossel P., 2001, « Saint-Ouen-du-Breuil (Haute-Normandie, Frankreich) : eine germanische Siedlung aus der Mitte des 4. Jahrhunderts in der Lugdunensis Secunda », Germania, 79/1, p. 43-61.

Gonzalez V., Ouzoulias P., Van Ossel P., 2006, « La céramique de l’habitat germanique de Saint-Ouen-du-Breuil (Haute-Normandie) : quelques ensembles significatifs de milieu du ive s. au début du ve s. », in : Van Ossel P., Bertin P., Séguier J.-M. dir., Les céramiques de l’Antiquité tardive en Île-de-France et dans le Bassin parisien. Vol. I. Ensembles régionaux, Nanterre, p. 291-315 (Dioecesis Galliarum, Document de travail, 7).

Kazanski M., 1995, « L’équipement et le matériel militaires au Bas-Empire en Gaule du Nord et de l’Est », Revue du Nord, LXXVII, p. 37-54.

Le Bohec Y., 2006, L’armée romaine sous le Bas-Empire, Paris, Picard, 256 p.

Lenz K. H., 2005, « Germanische Siedlungen des 3. bis 5. Jahrhunderts n. Chr. in Gallien. Schriftliche Überlieferung und archäologische Befunde », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 86, p. 349-444.

Martin M., 1993, « Observations sur l’armement de l’époque mérovingienne précoce », in : Vallet F., Kazanski M. dir., L’armée romaine et les Barbares du iiie au vii e  siècle, Rouen, A.F.A.M./Soc. des Amis du Musée des Antiquités nationales, p. 395-409 (Mémoires de l’Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 5).

Seillier C., 1993, « Les Germains dans l’armée romaine tardive en Gaule septentrionale : le témoignage de l’archéologie », in : Vallet F., Kazanski M. dir., L’armée romaine et les Barbares du iiie au vii e  siècle, Rouen, A.F.A.M./Soc. des Amis du Musée des Antiquités nationales, p. 186-193 (Mémoires de l’Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 5).

Swift E., 2000, « Regional variation in personal ornaments in the fourth century western provinces of the Roman empire », in : Bertand I. dir., Actualité de la recherche sur le mobilier romain non céramique, Actes du colloque de Chauvigny, 1998, Chauvigny, p. 111-128.

Van Ossel P., 1992, Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, Paris, éd. du CNRS, 470 p. (51ème suppl. à Gallia).

Vermeulen F., 2001, « Les campagnes de la Belgique septentrionale et des Pays-Bas méridionaux aux ive et ve siècles », in : Ouzoulias P. et alii dir., Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du colloque de Montpellier, IV ème colloque de l’ass. AGER, Antibes, éd. APDCA, p. 45-68.

Zech-Matterne V., 2003, Rapport d’étude carpologique d’évaluations et de fouilles réalisées sur le tracé du futur TGV Est (section Champagne-Ardenne), Châlons-en-Champagne, n. p.

*

Notes

1 Dans ces régions, au ive siècle, il est courant d’observer aux alentours du bâtiment principal d’habitation des dépotoirs qui font une large part aux porcs, à la volaille ainsi qu’au petit gibier. Inversement, les autres structures et plus spécialement celles de la pars rustica, offrent une image de l’alimentation rurale largement basée sur la consommation des bovins.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général du chantier (C. Hosdez, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4411/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 2. Carte de localisation du site avec les voies antiques (C. Hosdez, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4411/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 3. Répartition chronologique des monnaies (identification M. Amandry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4411/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 4. Plan des structures de l’Antiquité tardive (C. Hosdez, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4411/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Fig. 5. Plan de la maison-étable 3600 et des greniers (C. Hosdez, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4411/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 6. Plan général des principales constructions sur poteaux (C. Hosdez, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4411/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 7. Objets découverts dans les niveaux de l’Antiquité tardive (V. Legros, S.R.A. Picardie ; A. Morel, D. Bossut, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4411/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Légende Fig. 8. Fragments de tabletterie en bois de cerf gravé (F. Krolikowski, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4411/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Légende Fig. 9. Ceinturon de la sépulture 5001 (V. Legros, S.R.A. Picardie ; A. Morel, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4411/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 417k

Auteurs

Centre de recherches archéologique de Villeneuve-d’Ascq, 11 rue des Champs, 59650 Villeneuve-d’Ascq. christophe.hosdez@inrap.fr

Centre de recherches archéologiques d’Arras-Achicourt, 7 rue Pascal, 62217 Achicourt. alexia.morel@inrap.fr

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search