Desktop versionMobile version

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 2. Actualité de la recherche sur l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

L’habitat de Menneville La Bourguignotte (Aisne)

Laurent Duvette and Sonja Willems

Abstract

The first identified occupation of the site Menneville La Bourguignotte (Aisne) occurred during the Late Bronze Age, IIIa and IIIb. Revealed by scattered silos and a few graves, the habitat is not under excavation. The ancient occupation of the site began in the third century and lasted until the start of the fifth. Laid out in an original manner for the region, it evokes the grouped habitat of the Merovingian period. The vestiges relate to buildings on piles, cellars, and hut floors in three densely populated zones, with a few outlying buildings.

Full text

Avant propos

1Le but de cet article est d’exposer aux lecteurs un établissement daté pour l’essentiel de l’Antiquité tardive présentant plusieurs caractéristiques chronologiques et spatiales particulières atypiques en Picardie. Outre une présentation des éléments structurels de cet habitat, c’est surtout ces deux aspects qui seront développés, avec les interrogations qui en découlent. Nous avons volontairement passé sous silence l’étude de la faune, du mobilier métallique et des données paléo-environnementales, particulièrement riches quantitativement. L’étude de la céramique est présentée de manière rapide, surtout dans le but d’appuyer la chronologie du site. La publication complète de ces informations est prévue dans un avenir proche.

1. Présentation du site

2Le site est implanté dans le département de l’Aisne sur la commune de Menneville, au lieu dit La Bourguignotte. Il se développe sur la basse terrasse aux abords de la rive droite de la rivière Aisne. Il est situé, dans le contexte historique, au sein de la cité des Rèmes à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Durocortorum, capitale de la Belgica secunda au Bas-Empire. Cet établissement est très proche de la voie romaine reliant Reims à Bavay (fig. 1). Les fouilles de ce vaste secteur ont débuté en 1996. Les vestiges mis au jour étaient surtout datés de la Protohistoire jusqu’au décapage effectué en 1999 qui a révélé l’occupation gallo-romaine. Il faudra attendre la fin de l’année 2006 pour que la fouille soit réalisée (fig. 2). Le nombre de structures reconnues sur l’ensemble de la parcelle d’une superficie d’environ 1 hectare s’est avéré conséquent. Ce sont plus de 900 occurrences datées de l’Âge du Bronze et de la période romaine qui ont été attribuées (fig. 3).

Fig. 1. Menneville, localisation du site.

Fig. 2. Menneville, assemblage des différentes fouilles et diagnostic réalisés sur la carrière (E. Mariette, Inrap).

3Le second horizon chronologique qui nous intéresse ici débute au iiie pour s’achever au début du ve siècle de notre ère. C’est à cette occupation que se rattache l’essentiel des structures. Les vestiges constitués de bâtiments, de caves et de fonds de cabane s’organisent globalement selon trois noyaux assez distincts réunissant une ou deux unités. La principale difficulté a été de retracer l’évolution de ces trois secteurs plusieurs fois remaniés. Les éléments de datation inclus dans le remblai des poteaux constituant les bâtiments se sont avérés rares voire inexistants. C’est surtout sur la céramique recueillie dans les remblais des caves, des fonds de cabane et de quelques niveaux archéologiques très mal conservés (activité agricole actuelle) que repose la périodisation du site. Cette méthode ayant bien entendu ses limites, la datation de bon nombre de constructions est restée large (fig. 3).

4L’étude de la céramique réalisée par Sonja Willems (CRAVO), que nous présentons dans le cadre de cet article sous une forme simplifiée, a apporté néanmoins un éclairage précieux sur la chronologie des réfections opérées sur le site et sur la date d’abandon, même s’il n’a pas été possible de rattacher la plupart des édifices à une phase précise. Elle suggère trois états principaux d’occupation (fig. 3) :

  • les remaniements les plus anciens sont datés du milieu du iiie siècle. Au moins quatre bâtiments, une cave et un four sont comblés à cette période. Ces aménagements sont situés au sein des zones 1 et 3 ;
  • une seconde étape dans l’évolution du site est perceptible à la fin du iiie ou au début du ive siècle. C’est surtout le remblaiement de deux caves et d’un fond de cabane en zone 1 et 2 qui trahit cette dernière ;
  • la troisième étape, datée du deuxième quart du ive siècle, est mise en lumière de la même manière. Deux fonds de cabane et quelques fosses sont abandonnés dans les zones 1 et 2.

5La date d’abandon du site, fixée au début du ve siècle, est déterminée grâce aux niveaux archéologiques piégés dans un talweg. Si ces couches profondément bouleversées pas les travaux agricoles ne sont conservées que sur une dizaine de centimètres, elles ont livré un mobilier abondant, tant céramique que monétaire.

6À défaut de pouvoir présenter le site avec le phasage comme fil conducteur pour les raisons évoquées plus haut, nous présentons les différentes structures de l’habitat sous une forme typologique.

2. Les éléments structurels de l’habitat

2.1. Les bâtiments

7Le corpus des bâtiments découverts à Menneville comprend 43 édifices. Ce chiffre élevé tient aux remaniements successifs qui correspondent à trois états. Sur ce point, les observations faites sur le terrain confirment les résultats de l’étude de la céramique. La technique de construction, inchangée depuis la fondation du site au iiie siècle, emploie le poteau planté calé à l’aide de pierres calcaires. L’absence de sablière basse est systématique. L’usage du torchis pour les murs et du chaume pour la couverture est démontré au travers des éléments recueillis dans les quelques dépotoirs (omniprésence de traces de clayonnage, absence quasi totale de tuile).

8Quatorze bâtiments proposés dans la typologie restent hypothétiques. Ce chiffre important tient au fait que certaines bâtisses n’étaient que trop partiellement placées dans l’emprise de la fouille. Une autre difficulté tient à la superposition parfois très complexe de plusieurs constructions diachroniques. Il découle de cette densité des restitutions qui peuvent être incomplètes ou incertaines (fig. 4 à 6).

9Afin d’extraire le plan de ces bâtiments des nébuleuses de poteaux, nous nous sommes dans un premier temps appuyé sur des critères tels que le diamètre, la profondeur, la présence de calage ou encore la nature du comblement. Ces tentatives de sériation sont restées vaines. Il est clairement apparu qu’un bâtiment pouvait être construit sur une ossature employant des poteaux très différents. La cause de cette grande hétérogénéité semble découler de l’usage de matériaux récupérés et réadaptés aux besoins techniques des nouvelles bâtisses. Signalons à cet égard qu’une occupation Haut-Empire a été reconnue dans les parcelles adjacentes (Derbois, 2005). Cette dernière devrait être fouillée dans les années à venir et apporter un éclairage important sur la genèse du site.

10À défaut de pouvoir exploiter ces critères qui auraient pu être discriminants, nous avons fondé la typologie sur les dimensions externes des bâtisses, l’orientation, les rapports longueur/largeur et la présence d’aménagements internes.

11Les bâtiments à Menneville se répartissent en neuf types souvent très proches les uns des autres (fig. 4).

Fig. 3. Menneville, plan général et chronologie des vestiges (S. Hébert, L. Duvette, Inrap).

12- Le type 1 rassemble les bâtiments carrés à quatre poteaux. Ils atteignent entre 1,80 m et 3,50 m de côté. Interprétés comme étant des greniers, ils sont présents sur bon nombre d’établissements agro-pastoraux picards. Ces greniers sont rencontrés de manière récurrente dans le département de l’Aisne sur tous les sites étudiés datés de –180 à +100, mais deviennent plus rares au-dela de la période flavienne. Après cette date qui correspond à l’expansion des villae sur fondation de craie pilée, le stockage s’effectue plutôt dans de grands greniers avec plancher sur vide sanitaire, comme à Verneuil-en-Halatte dans l’Oise (Collart, 1991, 1996). Ailleurs, les bâtiments de stockage se signalent par un plan rectangulaire allongé et des murs renforcés de contreforts comme à Seclin dans le Nord (Révillion et alii, 1994).

13Des études récentes menées au sein de quelques établissements gallo-romains qui ne sont pas passés à l’architecture maçonnée, comme sur le site de Ploisy (Aisne) (Duvette, 2006), démontrent que les greniers perdurent sans changements majeurs jusqu’au début du ive siècle.

14- Le type 2 correspond à une unique bâtisse de plan légèrement hexagonal. Il y a peu à dire sur ce second type dont l’existence reste hypothétique.

15Les types 3 à 9 correspondent à des bâtiments rectangulaires ou légèrement trapézoïdaux, mais chaque groupe possède des caractéristiques propres :

16- Le type 3 rassemble dix exemplaires. Les largeurs sont comprises entre 2,50 m et 3 m pour des longueurs variant de 3,40 m à 10,50 m pour le plus long. Les surfaces restent assez modestes (entre 10 m2 et environ 37 m2). Ces édifices ayant un rapport longueur/largeur important ont un aspect étroit. Leur fonction reste aléatoire. Il pourrait s’agir d’étables, voire de plusieurs greniers placés côte à côte. Ils ont pour caractéristique commune une relative symétrie entre les poteaux (de 4 à 8) formant les façades.

17- Les types 4 et 5 sont relativement proches. Leur distinction repose sur la largeur de la construction. Dans le premier cas (huit exemplaires) elle n’excède pas 4,50 m. Dans le second (neuf exemplaires) la largeur est comprise entre 5 m et 5,50 m. Le rapport longueur/largeur étant moins élevé, ces constructions paraissent plus trapues que pour le type 3. Leur longueur oscille entre 6,25 m et 10,75 m (entre 25 m2 et 40 m2) pour le type 4 et 6 m et 13,50 m (entre 35 m2 et 74 m2) pour le type 5. Une largeur plus importante induit la présence (pas encore systématique) de renforts internes et de pignons plus complexes. Comme pour le type 3, la symétrie entre les poteaux formant les façades est une caractéristique qui semble recherchée, mais qui n’est pas généralisée.

18- Le type 6 regroupe cinq édifices (peut-être six). La largeur quasiment standardisée est comprise entre 6 m et 6,25 m pour des longueurs inscrites entre 8,50 m et 16 m pour le plus long (53 m2 et 96 m2). Dans quatre cas, ils sont dotés d’une ligne de poteaux faîtiers et de plusieurs pièces. Un appentis greffé sur le corps principal est probable pour les bâtiments 2 et 22. Si la symétrie dans la position des poteaux reste de mise, plusieurs pieux intermédiaires sont présents et ce, tant sur les façades que sur les pignons, sans toutefois qu’il y ait de régularité.

Fig. 4. Menneville, typologie des bâtiments (L. Duvette, Inrap).

Fig. 5. Menneville, vue partielle de la zone 3 (cliché L. Duvette, Inrap).

Fig. 6. Menneville, vue partielle de la zone 1 (cliché L. Duvette, Inrap).

Fig. 7. Menneville, la cave 26 (L. Duvette, Inrap).

Fig. 8. Menneville, vue de la cave 26 (cliché L. Duvette, Inrap).

Fig. 9. Menneville, la cave 98 (L. Duvette, Inrap).

19- Le type 7 est représenté par deux exemplaires. Ces constructions trapézoïdales dont les superficies sont comprises entre 24 m2 et 45 m2 se distinguent de l’ensemble du corpus par leur plan. Ils ont été interprétés comme étant des abris à claire-voie. Signalons que l’un d’entre eux abrite un four.

20- Les types 8 et 9 regroupent respectivement deux et trois bâtisses. Excepté pour le bâtiment 1, les autres plans proposés sont incertains. Ils se distinguent des types précédents par une largeur supérieure à 6,75 m pour le type 8 et 8 m pour le type 9, les longueurs étant comprises entre 6,25 m et 13,50 m. Il s’agirait des édifices les plus vastes de Menneville (entre 41 m2 et 108 m2).

21Les bâtiments de plan rectangulaire sont déjà attestés sur bon nombre de sites de l’Aisne dès la Protohistoire et ils perdurent au moins jusqu’au ive siècle après J.-C.

22Les auteurs ont souvent distingué deux variantes : les modèles simples et les modèles avec tierce interne. Pour l’époque gauloise, c’est le cas à Missy-sur-Aisne Le Culot (Haselgrove, 1986) et Berry-au-Bac Le Chemin de la Pêcherie (Dubouloz, Plateaux, 1978). Les plus imposants sont dotés de poteaux faîtiers. Les surfaces les plus modestes sont d’environ 20 m2, les plus importantes peuvent dépasser les 100 m2. Le nombre de poteaux porteurs est compris entre quatre, pour les plus petits, et dix-huit pour les plus grands édifices.

23Sur le site de Juvincourt-et-Damary Le Gué de Mauchamps (Bayard, 1989), plusieurs constructions rectangulaires sont présentes à la période augusto-tibérienne. Les plans à quatre ou six poteaux sont prédominants, mais ils côtoient les bâtiments à pans coupés, plus fréquents dans l’Aisne à cette époque. On constate le même phénomène à Beaurieux Les Grèves dans la phase contemporaine (Haselgrove, 1986). À Bazoches La Foulerie (Duvette, Collart, 1993), ces édifices sont présents au iie siècle et perdurent jusqu’au ive siècle. Les plans, assez élaborés, sont proches du type 4 de Menneville. Le site de Ploisy Le Bras de Fer (Duvette, 2006) semble assez particulier pour la période romaine. Sur seize bâtiments identifiés, seuls quatre sont rectangulaires. Les autres (hors stockage) adoptent un plan pentagonal ou hexagonal plus typique de la période gauloise. Les plus vastes sont dotés de poteaux intermédiaires. Ces édifices, attestés sur le site dès le début du ier siècle, restent présents jusque dans les phases tardives (milieu du ive siècle). Ils sont assez similaires au type 3 de Menneville. À Goussancourt La Fontaine des Grèves (Hosdez, 2005), un établissement daté de la fin du ive siècle et du ve siècle a été mis au jour dans le cadre des fouilles du TGV Est au sud du département. Plusieurs édifices utilisant les mêmes techniques de construction qu’à Menneville y ont été découverts. Un bâtiment long de 29 m et large de 7 m constitue le fait le plus marquant. Ces vastes bâtisses de plan basilical à deux ou trois nefs, que l’on retrouve dans les régions allant de l’estuaire de la Meuse jusqu’au Danemark, sont perçues par certains auteurs comme étant l’archétype de l’architecture germanique. Comme à Oelegem (De Boe, Lauwers, 1980), ou Rijswijk (Bloemers, 1978) au sud des Pays-Bas, le bâtiment regroupe à la fois l’habitat et une zone de travail, voire une étable.

24Hormis la surface beaucoup plus importante de ces énormes bâtisses, les plus vastes constructions du type 6 de Menneville pourraient dans une certaine mesure être rapprochées de cette architecture, mais le caractère purement germanique reste peu probable.

25L’aspect fonctionnel de ces constructions rectangulaires n’est que rarement observable. Il pourrait être tentant de réduire le problème en observant simplement la taille des bâtiments. En effet, certains auteurs associent parfois la superficie, donnée par l’emprise au sol des poteaux porteurs, comme critère pour distinguer les bâtiments à vocation résidentielle des bâtiments annexes. Or des exemples fouillés de corps d’habitations attestés par la conservation des sols montrent que l’association « grande surface = bâtiment résidentiel » est abusive (Michelozzi, 1982). Sur la fouille de Méaulte dans le département de la Somme (Duvette et alii, 2007), une distinction entre habitat et dépendances reposant sur l’organisation spatiale du site a été rendue possible. Cet établissement tend, dans sa phase tardive, à se rapprocher du modèle de la villa classique du nord de France. Il est donc possible de distinguer une partie résidentielle et une partie agricole. À Menneville, le problème se présente de manière différente puisque cette organisation bipartite n’existe pas. Il s’agit plutôt d’un agglomérat d’au moins trois unités comprenant indifféremment habitats et dépendances. L’absence de fossés qui auraient pu livrer du mobilier détritique propre aux zones résidentielles est un autre facteur qui rend cette distinction encore plus complexe. À titre très hypothétique, nous pouvons proposer que les maisons d’habitation soient placées au centre de chacun des trois secteurs et que les dépendances soient situées en périphérie, mais rien n’est certain.

2.2. Les caves

26Trois caves d’aspect très différent on été reconnues à Menneville. Leur abandon se situe dans la seconde moitié du iiie siècle ou au début du ive siècle.

27La cave 26 (fig. 7 et 8) est datée du iiie siècle. La fosse atteint une longueur de 2,80 m pour une largeur de 2,40 m. Le fond est constitué d’un sol de craie pilée avec quatre perforations permettant le calage d’amphores. Les parois sont appareillées sur les faces nord et est. Les murs conservés sur quatre rangs sont composés de moellons en petit appareil (10 x 10 cm) ou en blocs calcaires grossièrement taillés.

Fig. 10. Menneville, vue de la cave 98 (cliché L. Duvette, Inrap).

Fig. 11. Menneville, la cave 161 (L. Duvette, Inrap).

28Il y a peu à dire sur cette structure très dégradée sinon que l’utilisation de matériaux de récupération et le peu de soin apporté à leur assemblage pourraient démontrer le caractère temporaire de cet aménagement.

29La cave 98 (fig. 9 et 10) est associée chronologiquement à l’état de la fin du iiie siècle/début du ive siècle. La fosse légèrement rectangulaire est longue de 2,50 m pour une largeur de 2,40 m. Aucun accès particulier n’a été noté. Les murs sont dotés d’un appareillage en pierres calcaires présent sur les quatre côtés. Les blocs grossièrement taillés du parement sont assez hétérogènes dans leur gabarit et sont assemblés à l’argile. Le sol composé de terre battue est perforé en deux points pour permettre le calage d’amphores.

30Les grandes caves maçonnées telles que la structure 98 de Menneville sont attestées, dans l’état actuel de nos connaissances, dès le ier siècle après J.-C. et perdurent au moins jusqu’au ive siècle. Les fouilles menées en Picardie ont livré une quantité d’exemples similaires ; aussi allons-nous limiter nos comparaisons aux sites de l’Aisne.

31La plus ancienne a été découverte à Limé Les Fraîches Terres (Thouvenot, 2000). Sa durée d’utilisation est mal déterminée, mais le mobilier montre un comblement dans le second tiers du ier siècle. Deux autres caves ont été découvertes à Bazoches Les Chantraines (Pommepuy, 2000). L’une se distingue par la présence d’un escalier assez mal conservé s’ouvrant dans l’angle sud-est. Le comblement n’intervient pas avant le début du ive siècle. La seconde cave est semblable au niveau de ses dimensions (4 x 4 m) et par ses techniques de construction. La datation n’est pas connue, faute de mobilier. Pour ces exemples, on constate une utilisation de la pierre pour le parement alors que les bâtiments connexes sont construits en bois et en terre comme à Menneville. À Mercin-et-Vaux, une cave maçonnée a été mise au jour. Le parement est réalisé en moellons calcaires et ses dimensions sont de 7 m de longueur pour 5 m de largeur. Cet édifice est abandonné à la fin du iiie ou au ive siècle. Une cave maçonnée a été reconnue sur le site de Ploisy (Duvette, 2006). Le plan est légèrement rectangulaire. La longueur extérieure atteint 3,90 m pour une largeur extérieure de 3,50 m. L’appareillage est constitué de pierres calcaires assemblées à la terre crue enrichie de sable. La maçonnerie large de 0,60 m est conservée sur deux ou trois rangs. Un accès est aménagé sur le côté nord.

32La cave 161 (fig. 11 à 13) porte tous les signes d’une destruction par incendie vers la fin du iiie siècle ou au début du ive siècle de notre ère. Les dimensions de la fosse atteignent une longueur de 3,10 m pour une largeur de 2,70 m. L’originalité de cette structure réside dans l’usage de briques en terre crue (opus latericium) pour appareiller les parois. Ces blocs ont une longueur irrégulière mais une largeur constante d’environ 20 cm. Leur épaisseur n’excède pas 10 cm. Le matériau employé semble correspondre à de l’argile plus ou moins travaillée mais la dégradation liée à l’enfouissement et l’action du feu ont considérablement altéré les blocs. L’incendie a bien mis en évidence les joints. Le montage est effectué de manière classique en assises régulières alternées. Ces murs d’une largeur d’environ 20 cm à 25 cm sont plaqués le long des parois de la fosse préparatoire. La surface interne de la cave est réduite à 1,60 m par 1,90 m. Le sol est constitué d’un lit de craie pilée compactée d’une épaisseur de 5 cm. Aucun accès particulier n’a été constaté.

Fig. 12. Menneville, vue de la cave 161 (cliché L. Duvette, Inrap).

Fig. 13. Menneville, la cave 161, vue de détail du parement (cliché L. Duvette, Inrap).

33Pour cette structure, c’est surtout l’appareillage en briques de terre crue qui est exceptionnel pour la région picarde. L’opus latericium est bien plus représenté en Gaule méridionale, mais son usage semble plutôt réservé aux élévations plus qu’au parement des excavations, comme à Arles dans une maison reconnue dans le suburbanum et datée du iiie siècle, ou à Nîmes dans la domus de La Fontaine des Bénédictins (Chazelles et alii, 1985).

2.3. Les fonds de cabane

34Trois fonds de cabane datés de la fin du iiie siècle et du second quart du ive siècle ont été mis au jour à Menneville.

35La fosse principale, de forme rectangulaire, de la structure 440 (fig 14 et 15) atteint une longueur de 5 m pour une largeur de 1,80 m. Les bords sont légèrement obliques avec un fond plat. Nous avons noté la présence d’un lambeau de sol calcaire dans la partie nord-est de la structure. La fouille du bord ouest a mis en évidence les restes d’un aménagement en pierres calcaires partiellement effondré. Même si aucun poteau périphérique n’a été noté, plusieurs poteaux attribués notamment au bâtiment 22 pourraient concrètement appartenir au fond de cabane.

36La structure 63 (fig. 16 et 17), légèrement trapézoïdale, atteint une longueur d’environ 6 m pour une largeur de 2,50 m sur le côté sud-ouest et de 2 m sur le côté nord-est. Ce dernier côté est doté d’un muret haut d’environ 0,50 m, constitué de pierres calcaires de gros appareil assemblées sans mortier sur son flanc est. Un niveau de sol et une couche de piétinement tapissent le fond. Quatre poteaux situés en périphérie des angles ont été associés à cet ensemble.

37La forme générale de la structure 158 (fig. 18) est rectangulaire pour une longueur d’environ 6,50 m et une largeur de 2 m. Elle est très arasée et n’a pas livré d’aménagements spécifiques hormis un sol en craie pilée là encore, imparfaitement conservé.

38Des structures très proches ont été mises au jour à Bazoches La Foulerie (Duvette, Collart, 1993), Mercin-et-Vaux (Querel, Querel, 2002) et Condé-sur-Aisne (Bayard, Collart, 1991). À Bazoches, quatre structures de ce type ont été reconnues. Ces édifices datent pour les plus anciens du milieu du iiie siècle et perdurent au moins pendant tout le ive siècle. Le bâtiment 22, semi-enterré, a bénéficié d’un soin particulier pour sa construction. D’environ 8,50 m sur 3,10 m, il est doté d’un parement de silex conservé partiellement sur la façade occidentale et surtout d’un plancher installé sur trois solives. À Mercin-et-Vaux, trois fonds de cabane comblés au ve ou au vie siècle après J.-C. ont été identifiés. L’un d’entre eux, dont les dimensions atteignent 4,50 m sur 2 m, a été interprété comme un atelier de tisserand. Sur le site de Condé-sur Aisne, dont la fouille a permis la découverte de six édifices de ce type, l’excavation atteint en moyenne 3,20 m de longueur pour 2,80 m de largeur. La superstructure repose sur quatre poteaux placés dans les angles. Ils sont datés de la fin du ive et du ve siècle.

Fig. 14. Menneville, le fond de cabane 440 (L. Duvette, Inrap).

Fig. 15. Menneville, vue du fond de cabane 440 (cliché L. Duvette, Inrap).

Fig. 16. Menneville, le fond de cabane 63 (L. Duvette, Inrap).

Fig. 17. Menneville, vue du fond de cabane 63 (cliché L. Duvette, Inrap).

Fig. 18. Menneville, le fond de cabane 158 (L. Duvette, Inrap).

39L’apparition de ces Grubenhäuser ou « maisons enterrées », dans le courant du iiie siècle et plus largement durant l’Antiquité tardive, semble liée à l’importation par les laeti et foederati de techniques de construction issues de la Germanie libre (Bloemers, 1985). Ces structures vont devenir très courantes sur les sites occupés à l’époque mérovingienne (Nice, 1994). Pourtant il est intéressant de souligner, comme le démontrent les exemples précités, que ces structures typiques du Bas-Empire en Picardie sont présentes sur des sites ruraux utilisant le bois de manière préférentielle, mais également sur des sites très romanisés où la pierre domine encore largement. Leur présence sur les phases tardives des villae n’a jusqu’à présent jamais été interprétée comme étant un signe de germanisation.

40Sur le plan fonctionnel, faute d’indices précis, plusieurs interprétations sont possibles. L’idée d’un espace d’habitation a longtemps été avancée, mais plusieurs études montrent une plus grande diversité d’utilisation à caractère artisanal. Les fouilles ont montré que ces édifices abritaient souvent des métiers à tisser comme à Mercin-et-Vaux, quelquefois des activités de métallurgie. Dans d’autres cas, il y a des traces de stockage (Chapelot, 1980 ; De Boe, 1982 ; Van Impe, 1983). Enfin, les plus vastes ont servi à la stabulation et effectivement à l’habitation (présence de foyers) mais ces cas s’avèrent être plus rares en Picardie. Pour conclure sur ce type de structure, il convient de noter la coexistence de caves et de fonds de cabane, même si les premières tendent à supplanter les secondes vers le milieu du ive siècle.

2.4. Les structures connexes

41La fouille de Menneville a livré deux fours domestiques. Le four 27/170, daté du iiie siècle, est très arasé (fig. 19). Il ne reste pratiquement plus rien du laboratoire (str. 270), seules des traces de rubéfaction et quelques pierres calcaires sont encore présentes. La longueur est de 1,20 m pour une largeur de 0,45 m. La chambre de chauffe (str. 27) contigüe adopte un plan carré de 1,50 m de côté. Le fond est doté d’un sol en calcaire pilé.

42Le four domestique 96, 97, 148 (fig. 20 et 21), qui n’a pas été daté précisément, est constitué d’une excavation rectangulaire un peu mieux conservée sur laquelle sont greffés deux laboratoires. La partie rectangulaire correspondant à la fosse de travail atteint une longueur de 2,20 m pour 1,80 m de largeur. La profondeur totale est proche de 0,40 m. Le laboratoire 148, à tendance rectangulaire, est très dégradé. Seules quelques traces rubéfiées témoignent de la fonction de la structure. Les dimensions sont de 1,50 m pour la longueur et 1 m pour la largeur. Le laboratoire 96, de forme ovalaire et succédant à 148, est également démantelé. Là encore, seule la rubéfaction présente au niveau de l’ouverture indique que nous sommes en présence d’un four. Les dimensions sont de 1,80 m pour la longueur et 1,50 m pour la largeur. Nous avons noté l’omniprésence de grès brûlés qui devaient vraisemblablement correspondre à l’appareillage des deux laboratoires dont la base apparaît hémisphérique.

Fig. 19. Menneville, le four 27/270 (L. Duvette, Inrap).

43Ce type de structure est encore rare dans la vallée de l’Aisne sur les sites gallo-romains tardifs. C’est actuellement en région Île-de-France que les recherches sont les plus abouties. Plusieurs études sur les fours datés du Bas-Empire et du haut Moyen Âge ont été menées sur la base d’une documentation nettement plus abondante. Une typologie sur les fours à chambre hémisphérique a été élaborée dans un mémoire de maîtrise soutenu en 1997 (Bruley-Chabot, 1997). Cette base est régulièrement réactualisée par de nouvelles données issues des fouilles récentes exploitées dans le cadre d’un PCR. Plus de 500 individus ont déjà été recensés (Gentili et alii, 2003).

44Un seul puits (151) placé aux abords de la zone 1 a été reconnu (fig. 22). La fosse préparatoire atteint un diamètre de 3,25 m. La coupe a mis en évidence un profil conique jusqu’à une profondeur de 1,25 m au-delà de laquelle le bord devient vertical. Aucun aménagement particulier n’a été noté. Ce type d’aménagement est omniprésent sur les sites d’habitats ruraux gaulois ou antiques placés indifféremment en contexte de plateau ou de fond de vallée. Leurs formes et les techniques de construction sont très diverses. Dans une écrasante majorité des cas, la partie supérieure est récupérée. Il n’existe manifestement aucun standard dans la place qu’ils occupent au sein des établissements. L’organisation a priori tripartite du site de Menneville aurait pu être un facteur de multiplication des puits (un par secteur d’activité) mais rien de tel n’a été constaté.

Fig. 20. Menneville, le four 96/97/148 (L. Duvette, Inrap).

Fig. 21. Menneville, vue du four 96/97/148 (cliché L. Duvette, Inrap).

Fig. 22. Menneville, le puits 151 (L. Duvette, Inrap).

3. Spécificités chronologiques et spatiales du site de Menneville

45Le site, tourné vers l’agriculture et l’élevage selon les études parallèles menées, présente des caractéristiques intrinsèques le distinguant de tout ce que l’on peut connaître en Picardie et dans les régions voisines.

3.1. Une mise en place tardive

46Les sites fouillés occupés durant la seconde moitié de l’époque romaine sont assez peu nombreux dans la vallée de l’Aisne (fig. 23). Pour les plus importants d’entre eux nous pouvons citer Beaurieux Les Grèves (Haselgrove, 1986) et l’établissement de Juvincourt-et-Damary Le Gué de Mauchamps (Bayard, 1989) pour leurs états les plus récents. On peut ajouter quelques aedificia d’époque gallo-romaine tardive, de petite taille, avec une durée d’occupation réduite comme à Condé-sur-Aisne (Bayard, Collart, 1991), Berry-au-Bac La Croix Maigret (Bayard, 1981) et Soupir Le Parc (Hénon, 2006).

47Ces établissements ayant des trajectoires très différentes dans leur évolution sont le fruit de plusieurs mutations. À Beaurieux la villa est occupée jusqu’au milieu du ive siècle, malgré une phase de destruction au dernier tiers du iiie siècle modifiant profondément le site qui ne sera que partiellement reconstruit. À Juvincourt, la grande ferme gallo-romaine précoce qui laissait pourtant augurer un devenir faste ne s’est pas transformée en villa. Les occupations se maintiennent in situ mais sous la forme de petites unités rassemblant quelques bâtiments sur poteaux jusqu’à la fin du ive, voire jusqu’au début du ve siècle. À Condé-sur-Aisne, l’établissement fondateur daté de la fin de la période gauloise est réoccupé au iiie siècle et perdure jusqu’au début du viiie siècle. Le site est constitué de quelques caves au iiie siècle, de quelques bâtiments sur poteaux au ive siècle et de quatorze fonds de cabane mérovingiens. Pour Berry-au-Bac, l’occupation gallo-romaine se divise en deux périodes : du dernier quart du ier siècle avant J.-C. au milieu du Ier siècle de notre ère et du dernier quart du ive siècle au ve siècle. Cette dernière phase, qui nous intéresse particulièrement, rassemble six bâtiments de type Grubenhäuser. Sur le site de Soupir, une installation agricole datée du iie au ve siècle a été mise au jour. Quatre bâtiments associés à des caves ou des celliers constituent l’essentiel des vestiges du Bas-Empire.

48Lorsque l’on élargit le champ des recherches à l’ensemble du département, nous constatons également cette grande variété dans les formes des occupations datées du Bas-Empire, qui peuvent dans certains cas devenir très puissantes ou au contraire se réduire à quelques bâtiments plus ou moins issus des phases précédentes.

49Des fouilles menées à Athie-sous-Laon (Collart, 1989) ont mis en évidence une villa originale puisque les édifices (douze au total), datés de la fin du iiie siècle et du ive siècle, sont élevés sur poteaux plantés. La bande étroite de l’emprise a limité la fouille à 2800 m2, mais l’extension du site a été estimée à 10 ha. Une fouille programmée à l’initiative du père René Courtois à Cerny-en-Laonnois au lieu dit Vieux Cerny a mis au jour une occupation caractérisée par la présence d’un bâtiment sur hypocauste et d’un bassin datés des ive et ve siècles appartenant au bâtiment principal d’une villa. Les fouilles menées sur les autres villae de l’Aisne restent souvent trop partielles pour pouvoir mesurer finement les transformations opérées au iiie siècle. C’est le cas sur les sites de Mont-Notre-Dame (Thouvenot, 1993) et Limé Les Terres Noires (Collart, 1992). On peut cependant signaler que Beaurieux disparaît au milieu du ive siècle et que Mercin-et-Vaux Le Quinconce perdure au moins jusqu’au ve siècle (Querel, 2002).

50Dans ce même département, les petites unités agropastorales subissent les mêmes vicissitudes. À Bazoches La Foulerie (Duvette, Collart site, 1993), un de ce type créé vers la fin du iie siècle et perdurant jusqu’à la fin du ive siècle de notre ère a été reconnu. Dans la phase tardive, il est implanté dans une enceinte palissadée assez modeste, très partiellement conservée. Elle rassemble les structures d’habitation et les dépendances. Cet établissement succède à une grande ferme gallo-romaine précoce. Les fouilles de Ploisy Le Bras de Fer, menées en 2002 et 2003, ont permis de reconnaître deux nouveaux sites de ce type (Duvette, 2006). Sur les zones 3 et 5, au début du iie siècle, deux petites unités agropastorales succèdent à deux modestes fermes gallo-romaines précoces. La première va perdurer au moins jusqu’au début du ive siècle. L’habitat et ses dépendances proches sont rassemblés dans l’angle nord-est du site primitif. La seconde va perdurer jusqu’au dernier quart du iiie siècle sous la forme de quelques édifices placés sans organisation particulière.

51Dans ces exemples, l’établissement subit de profondes transformations (voire disparaît totalement) passé la fin du iiie siècle et durant tout le ive siècle, mais le statut social du site demeure.

52Après ce rapide tour d’horizon des principaux sites ruraux antiques du département de l’Aisne, force est de constater que la mise en place au début du iiie siècle d’un établissement à vocation agropastorale n’est pas courante. Il est plus commun de constater dans la genèse des sites une continuité des occupations à la fois sur les villae mais également sur des établissements plus modestes. Ce n’est qu’à la fin du iiie siècle et surtout au début du ve siècle que les témoins de rupture deviennent manifestes. L’évolution du finage auquel se rattache le site de Menneville demeure encore incertaine. Une occupation du Haut-Empire a été repérée dans un diagnostic récent mené dans des parcelles adjacentes (Derbois, 2005), mais les relations spatiales et chronologiques restent à déterminer. Dès lors, une question fondamentale apparaît : sommes-nous en présence d’un établissement bien plus vaste, fondé classiquement durant la période augusto-tibérienne, qui évolue de manière « normale » et dont nous n’aurions perçu dans la zone soumise à la fouille que son développement tardif, ou s’agit-il d’une vraie création ex nihilo ?

Fig. 23. Références locales (L. Duvette, Inrap).

3.2. Une organisation spatiale originale

53Outre les interrogations liées à la chronologie, l’agencement interne du site est également particulier. Rien de réellement comparable n’est actuellement connu en Picardie. Un exemple assez similaire a été mis au jour en Champagne-Ardenne dans le cadre des fouilles de Vatry (Marne), mais il est daté principalement du ier siècle. Ces installations situées au lieu dit En Haut des Gravelles sont organisées autour de petits îlots assez lâches intégrant plusieurs édifices évoquant « une communauté d’agriculteurs formée de plusieurs unités familiales » (Achard-Corompt, 2005). À Menneville, les trois zones agglomérant plusieurs unités agropastorales évoluent de manière synchrone même si plusieurs remaniements du plan des édifices associés sont effectifs durant toute la durée de l’occupation. Le terme « d’habitat groupé tardif » retenu illustre bien l’image du site et apparaît plus approprié que celui d’« agglomération » en l’absence d’éléments probants indiquant une voirie structurée. Cette organisation spatiale est bien plus proche de l’habitat rural du haut Moyen Âge que de la ferme gallo-romaine héritière des traditions gauloises ou de la villa telle que nous la connaissons en Gaule du Nord.

54Pour tenter d’expliquer cette forme rare d’établissement rural, il convient d’examiner l’environnement archéologique du site. Nous avons déjà souligné la présence d’une ferme du Haut-Empire aux abords immédiats. La proximité d’une villa gallo-romaine reconnue en prospections aériennes (mais malheureusement mal située et dont la chronologie nous échappe) est également un fait avéré. Cette relative densité conduit à s’interroger sur les relations entre les sites. Peut-on envisager la possibilité d’une fusion de plusieurs établissements auparavant indépendants ? Ce schéma a déjà été envisagé par E. Wightman qui, au regard du nombre apparemment plus réduit de sites du Bas-Empire dans la Gaule du Nord, suggérait une concentration de l’habitat (Wightman, 1985). On sait qu’une thèse assez similaire a été avancée pour les campagnes du sud de la France, notamment par les chercheurs d’Archaéomedès (Favory, Van der Leeuw, 1998). Dans le Soissonnais, les prospections systématiques de C. Haselgrove (Haselgrove, Lowther, 1990) dans les vallées de l’Aisne et de la Vesle ont donné des résultats qui semblent aller dans le même sens : au fil du temps et des abandons, la taille moyenne des sites s’accroît et ceux qui passent le cap du premier quart du ve siècle sont les plus importants (Haselgrove, Scull, 1992).

55L’exemple de Menneville pourrait se placer dans ce schéma qui tend à rassembler l’exploitation des ressources agropastorales au sein des terroirs, mais il s’en distinguerait par une mise en place très précoce et une durée d’existence courte. Au-delà de ces caractéristiques déjà très particulières, force est de constater que paradoxalement, beaucoup d’établissements observés en fouille en Picardie sont maintenus durant le Bas-Empire, même si ce maintien est très diversifié dans ses formes (cf. chapitre précédent). Le processus d’abandon n’est vraiment manifeste qu’au début de la dynastie valentinienne.

3.3. Origine culturelle du site

56La conjonction d’une chronologie particulière du site et d’une organisation interne inédite en Picardie amène naturellement la question de l’origine culturelle de l’établissement. Ce dernier point est le plus épineux car encore peu documenté dans la région. Globalement, « l’évolution de l’habitat dans l’Antiquité tardive s’inscrit dans une perspective d’effacement des formes d’habitats gallo-romains et plus généralement de la culture antique au profit de la culture germanique qui va lentement s’imposer » (Van Ossel, 2010). L’habitat venu d’Outre-Rhin prenant peu à peu le pas en Gaule du Nord est radicalement différent des établissements gallo-romains traditionnels au niveau à la fois de l’organisation et des plans des bâtiments. En l’état des connaissances, les plus anciens datent du milieu du ive siècle. Ils s’articulent autour d’un groupement de plusieurs bâtiments rectangulaires de grandes dimensions (20 à 30 m de longueur pour une largeur de 6 à 8 m) à une ou plusieurs nefs et sont dotés de partitions internes. Les greniers et les fonds de cabane complètent ces aménagements.

57Le seul exemple vraiment comparable connu en Picardie a été découvert à Goussancourt La Fontaine des Grèves (Hosdez, 2005) dans le cadre des fouilles du TGV Est. À Menneville, les édifices les plus vastes que nous ayons identifiés adoptent une surface largement inférieure à ceux connus dans l’extrême nord de la Gaule Belgique et en Germanie. L’agencement interne de ces constructions divisées en plusieurs espaces spécifiques (habitation, stabulation, stockage) semble également différent. Dans le même ordre d’idée, la présence de fonds de cabane n’a pas été reconnue comme un facteur discriminant sur les sites picards occupés au ive siècle. C’est donc surtout l’organisation spatiale du site de Menneville qui dans une certaine mesure se rapproche des exemples germaniques comme Saint-Ouen-du Breuil (France ; Gonzales et alii, 2001) ou de Gennep (Pays-Bas ; Heidinga, Offenberg, 1992). Nous retrouvons l’association fond de cabane/bâtiment rectangulaire et un caractère aggloméré qui évoque largement une communauté villageoise qui va se généraliser à la période mérovingienne ; mais les comparaisons s’arrêtent là, surtout que des signes forts de l’architecture romaine (emploi de l’adobe et de moellons calcaires) et l’usage de vaisselles issues des ateliers de l’Argonne, de Champagne et du Cambraisis témoignent d’une romanité bien vivace à Menneville.

4. Quelques éléments chronologiques (S. Willems)

58Le mobilier céramique découvert à Menneville est typique d’un habitat rural daté du milieu iiie siècle au début ve siècle. Quatre phases ont pu être établies (fig. 24).

59Le premier horizon, daté du milieu du iiie siècle, a livré des amphores bétique, narbonnaise et noyonnaise, des cruches du Bavaisis, du Noyonnais, d’Argonne et de Champagne, des assiettes et jattes en commune sombre, de la terra nigra tardive (bouteille, assiette), de l’engobée d’Argonne ainsi que de la sigillée d’Argonne et de Centre Gaule. C’est surtout la présence d’engobée d’Argonne, comme dans l’horizon VIII de Liberchies (Brulet et alii, 2001, fin iie siècle), qui mène à une datation antérieure au ive siècle. Celle-ci est confortée par l’absence de molette et de vase à pied élancé et, pour la commune sombre, par une association de formes courantes durant le iiie siècle : P7 et J16, présence de pots P15 et absence de P16.

60Le second horizon (fin iiie, avant 320) est caractérisé par l’absence de molettes et du type P16 en commune sombre. Les vases à pied élancé en terra nigra tardive apparaissent. On remarque la présence de jattes J34 et d’un grand nombre de jattes J4 en céramique réductrice, ainsi que de cruches à bord oblique en commune claire, attestées au dernier quart du iiie siècle à Reims. Une amphore régionale tardive de Bavay-Famars, d’un type inconnu, porte un fond plat ; son bord est mouluré et en crochet, les anses sont plates. La pâte diffère de celles des périodes antérieures par ses quartz entourés d’oxydes de fer, mais la matrice est proche des pâtes savonneuses, à inclusions de foraminifères.

Fig. 24. Principales productions céramiques présentes à Menneville. 1-5. commune sombre ; 6. amphore régionale du Bavaisis ; 7. cruche de la région de Bavay-Famars ; 8-9. commune sombre ; 10. terra nigra tardive champenoise ; 11. bouteille à col évasé en Paroi fine engobée champenoise à engobe rouge ; 12. imitation de Chenet 341 en terra nigra tardive ; 13-15. commune sombre ; 16. pot à lèvre triangulaire type attesté dans le Bassin parisien ; 17-19. faisselles en commune claire champenoise ; 20. gobelet à col cylindrique en terra nigra tardive ; 21. molette du groupe 5 (UC40) ; 22. molette du groupe 6 (UC94 inversé) ; 23-24. poêlons en commune sombre (S. Willems, CRAVO).

61Le troisième horizon (ive siècle) se distingue par l’apparition de molettes du groupe 3 d’Hübener (détermination Wim Dijkman) et, dans le domaine de la commune sombre, par l’association des jattes J13 et J38/39, des pots P16 et du pot à lèvre triangulaire qui connaît des parallèles dans le Bassin parisien, où ce type est daté de la deuxième partie du ive siècle. Quelques tessons d’amphores africaines ont été identifiés, ainsi qu’un tesson de l’Eifel, issu des ateliers de Mayen. La terra nigra tardive est caractérisée par les imitations de Chenet 341.

62Le dernier horizon (fin ive - début ve) se distingue par la présence de molettes des groupes 5 et 6 d’Hübener, un fond de sigillée à cœur gris et un grand nombre de poêlons J40 en commune sombre. La terra nigra tardive est représentée à cette phase par le gobelet à col cylindrique.

63Les assemblages et les proportions des différentes catégories de céramique sont caractéristiques des composants habituels d’une batterie de cuisine. Une surreprésentation de faisselles du type Chenet 362 pourrait indiquer une activité de production fromagère. La plupart d’entre elles ont été trouvées dans les caves, les fonds de cabane ou les niveaux qui ont localement été préservés.

64Ce site est proche de la Champagne, d’où une forte représentation des pâtes de cette région. La céramique fine est principalement originaire d’Argonne (sigillée, engobée et métallescente), mais une partie de la terra nigra tardive provient également des ateliers champenois. D’un point de vue économique, le site ne semble pas en contact direct avec les régions éloignées du monde romain, mais une faible quantité de matériel extrarégional atteint le site par l’intermédiaire de la capitale. Toutefois, les produits du territoire nervien (Bavay-Famars) sont bien présents (cruches et amphore). La céramique germanique est absente. Les tessons modelés appartiennent à quelques vases de stockage ovoïdes et à une assiette.

65L’étude du mobilier de Menneville nous apprend que les formes en céramique commune ne changent guère au cours de cette époque. Le répertoire s’appuie sur la tradition du Haut-Empire, même si quelques formes en commune sombre deviennent prépondérantes à la fin du iiie siècle. Elles composeront ainsi le faciès typique du ive siècle, comme par exemple les jattes J4, J30, J34 et J39. Nous percevons donc que la présence d’autres productions est nécessaire pour obtenir une datation précise. La sigillée et les molettes, les bouteilles à col évasé (no 50) et les vases à pied élancé en terra nigra tardive, associés aux monnaies, permettent d’affiner la chronologie pour le ive et le du début ve siècle. En l’absence de ces repères chrono-stratigraphiques à Menneville, plusieurs ensembles n’ont pu être datés avec la précision requise.

Conclusion

66Même si, faute de mobilier, l’évolution du bâti sur les trois zones n’a pu être établie de manière fine, le site de Menneville présente plusieurs caractéristiques d’ordre chronologique et structurel qui le distinguent de ce que l’on connaît actuellement en Picardie.

67La mise en place au début du iiie siècle reste un fait qui mérite d’être souligné. Ce n’est généralement que dans le dernier tiers de ce siècle que s’opèrent les mutations. Ce fait se vérifie sur la plupart des sites picards, quelle que soit leur importance ou leur nature. A contrario, la date d’abandon située à la fin du ive siècle ou au plus tard au début du ve siècle est commune à bon nombre de villae et à la plupart des petits établissements occupés durant le Bas-Empire. Le problème se pose avec d’autant plus de force que nous ignorons s’il s’agit d’une création ex nihilo, ou s’il agit de l’évolution du site Haut-Empire reconnu dans les parcelles voisines. Faute d’éléments, la question est restée pour l’instant en suspens. Dans le second cas de figure, l’établissement tardif de Menneville se placerait dans un schéma plus classique.

68Le second point remarquable concerne la présence d’éléments structurels de l’habitat typiquement gallo-romains situés au sein d’une organisation spatiale propre au haut Moyen Âge. Doit-on d’ores et déjà envisager l’existence, dès le Bas-Empire, d’une forme d’habitat rural qui va se généraliser à l’époque mérovingienne ou s’agit-il d’un exemple isolé ? Ce problème s’est posé avec la même force pour l’étude de la romanisation des campagnes à la fin du ier siècle avant notre ère. Pour cette période, les typologies de l’habitat ont abouti à la reconnaissance d’un échelon transitoire qu’est la « grande ferme gallo-romaine précoce », située sur le plan architectural entre la ferme indigène et la villa. Ce modèle a été validé pour l’Aisne (Juvincourt-et-Damary, Bazoches, Limé…), mais également dans la Somme et l’Oise.

69Lors que l’on examine en profondeur les éléments découverts lors de la fouille de Menneville, le constat est le même. Il semblerait que ce site se place à la croisée de deux cultures et marque une étape intermédiaire dans le devenir des campagnes antiques à la fin du Bas-Empire.

Bibliography

BIBLIOGRAPHIE

Achard-Corompt N., 2005, « Vatry à l’époque romaine », in : Europort Vatry, les pistes de l’archéologie : quand la plaine n’était pas déserte, Langres, éd. D. Guéniot, p. 61-67.

Bayard D., 1989, « Une petite ferme gallo-romaine établie au bord de la l’Aisne au ‘Gué de Mauchamp’ à Juvincourt et Damary », in : Archéologie : grands travaux en Picardie, Autoroute A26 : bilan des recherches archéologiques de sauvetage dans le département de l’Aisne (1982-1987), Amiens, Soc. archéologique de Picardie, p. 96-97, 1 fig.

Bayard J.-L., D., Collart 1991, « Recherches récentes sur les établissements agricoles antiques en Picardie », Bull. de liaisons de l’Ass. d’étude du monde rural gallo-romain, no 1, Paris, p. 7-15.

Bloemers J.H.F., 1978, Rijswijk Z. H., ‘De Bult’ : eine Siedlung der Cananefaten, Amersfoort, Rijksdienst voor het Oudheidkundig Bodemonderzoek, 3 vol. : 1, Interpretation ; 2, Dokumentation ; 3, Beilagen (Nederlandse Oudeden, 8).

Bloemers J.H.F., 1985, « Le nord-ouest de l’Empire : les bassins de l’Escaut, de la Meuse et du Rhin », in : Lasfargues J. dir., Architecture de terre et de bois, Actes du 2ème congrès archéologique de Gaule méridionale, Lyon, 2-6 nov. 1983, p. 131-142 (Documents d’Archéologie française, 2).

Brulet R., Dewertert J.-P., Vilvorder F., 2001, Liberchies. IV, Vicus gallo-romain : travail de rivière : fouilles du Musée de Nivelles, 1986-87 et 1991-97, Louvain-la-Neuve, Dép. d’archéologie et d’histoire de l’art, 403 p., 1 plan (Publ. d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de l’Univ. catholique de Louvain, 101).

Bruley-chabot G., 1997, Les fours culinaires du haut Moyen Âge en Île-de-France, Mémoire de maîtrise, sous la dir. de L. Pressouyre, Paris I Sorbonne, 215 p.

Chapelot J., 1980, « Le fond de cabane dans l’habitat ouest-européen : état des questions », Archéologie médiévale, 10, p. 5-57.

C. A. de, Fiches J.-L., Poupet P., 1985, « Méditerranée occidentale : époque romaine et antécédents : la Gaule méridionale », in : Lasfargues J. dir., Architecture de terre et de bois, Actes du 2ème congrès archéologique de Gaule méridionale, Lyon, 2-6 nov. 1983, p. 61-72 (Documents d’Archéologie française, 2). Chazelles Collart J.-L., 1989, « Un site rural gallo-romain à Athie-sous-Laon », in : Archéologie : grands travaux en Picardie, Autoroute A26 : bilan des recherches archéologiques de sauvetage dans le département de l’Aisne (1982-1987), Amiens, Soc. archéologique de Picardie, p. 93-95.

Collart J.-L., 1991, « Une grande villa : Verneuil en Halatte », in : Archéologie de la vallée de l’Oise : Compiègne et sa région depuis les origines, Catalogue de l’exposition de Compiègne, 1991, Compiègne, CRAVO, p. 169-173, 3 fig.

Collart J.-L., 1992, Limé, Villa d’Ancy : rapport de présentation, Rapport au S.R.A. de Picardie, 83 p., 60 fig.

Collart J.-L., 1996, « La naissance de la villa en Picardie : la ferme gallo-romaine précoce », in : Collart J.-L., Bay ferme Yard D. dir., De la indigène à la villa romaine : la romanisation des campagnes de la Gaule, Actes du 2ème colloque de l’ass. AGER, Amiens (Somme), 23-25 sept. 1993, Amiens, p. 121-156 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 11).

De Boe G., 1982, « Meer dan 1500 jaar bewoning rond de romeinse villa te Neerharen-Rekem : Conceptus MCMLXXXII », Archaeologia belgica, 247, Brussel, p. 71-74.

De Boe G., Lauwers F., 1980, Een Inheemse nederzetting uit de romeinse tijd te Oelegem, Brussel, Nationale dienst voor Opgravingen, 36 p. (Archaeologia belgica, 228).

Derbois M., 2005, Menneville ‘La Bourguignotte’, Rapport de diagnostic, S.R.A. de Picardie, Amiens.

Dubouloz J., Plateaux M., 1978, « Le site de l’Âge du Bronze et de l’Âge du Fer de Berry-au-Bac ‘Le Chemin de la Pêcherie’ », in : Les fouilles protohistoriques de la Vallée de l’Aisne, Paris, Univ. de Paris-I, Rapport d’activité annuel, 6, p. 123-136.

Duvette L., 2006, « Ploisy ‘Le Bras de Fer’ Zone 3 et 5 », Bilan scientifique 2003, Amiens, p. 42-44, 2 fig.

Duvette L., Collart J.-L., 1993, « Bazoches ‘la Foulerie’ », Bilan scientifique 1992, Amiens, p. 19-20.

Duvette L., Billand G., Blondiau L., Descheyer N., Joseph F., Rougier R., Soupart N., 2007, « Méaulte, plateforme aéro-industrielle de haute Picardie », Bilan scientifique 2005, Amiens, p. 110-115.

Favory F., Van der Leeuw S., 1998, « Archaeomedes, la dynamique spatio-temporelle de l’habitat antique dans la vallée du Rhone : bilan et perspectives », Revue archéologique de Narbonnaise, 31, p. 255-298.

Gentili F., Lefèvre A., Mahé N., 2003, L’habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France, PCR, bilan 2002/2003, Guiry-en-Vexin, 96 p. (1er suppl. au Bull. archéologique du Vexin français).

Gonzalez V., Ouzoulias P., Van Ossel P., 2001, « Saint-Ouen-du-Breuil (Haute-Normandie, Frankreich) : eine germanische Siedlung aus der Mitte des vierten Jahrhunderts in der Lugdunensis Secunda, neue Ergebnisse zur Eingliederung von Germanen in den nordwestlichen Provinzen des römischen Reiches », Germania, 79/1, p. 43-61.

Haselgrove C., 1986, « Rescue excavations at Beaurieux, les Grèves, and at Missy-sur-Aisne, le Culot : the Aisne valley Survey Programm », in : Les fouilles protohistoriques de la Vallée de l’Aisne, Paris, Univ. de Paris-I, Rapport d’activité annuel, 14, p. 133-145.

Haselgrove C., Lowther P.-C., 1990, Prospections dans la vallée de l’Aisne, Univ. de Durham (England), Rapport intérimaire, 10.

Haselgrove C., Scull C. J., 1992, « The Romanization and Deromanization of Belgic Gaul : the rural settlement evidence », in : Wood M., Queiroga F.M. V.R. éd., Current reseach on the Romanisation of the Western Provinces, Oxford, p. 9-23, 8 fig. (BAR, Intern. series, 575).

Heidinga H. A., Offenberg G.A.M., 1992, Op zoek naar de vijfde eeuw : de Franken tussen Rijn en Maasde Franken tussen Rijn en Maas, Amsterdam, De Bataafsche Leeuw, 132 p.

Hénon B., 2006, « Soupir ‘Le Parc’ », Bilan scientifique 2003, S.R.A. de Picardie, Amiens, p. 49.

Hosdez C., 2005, « Goussancourt – TGV Est ‘La Fontaine des Grèves’ », Bilan scientifique 2002, S.R.A. de Picardie, Amiens, p. 33.

Michelozzi A., 1982, L’habitation protohistorique en Languedoc oriental, viii e -ier s. av. J.-C., Caveirac, Ass. pour la Recherche archéologique en Languedoc oriental, 95 p. (Publ. de l’ARALO, 10).

Nice A., 1994, « L’habitat mérovingien de Goudelancourt-les-Pierrepont (Aisne) : aperçu d’une unité agricole et domestique des vie et viie siècles, Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 21-6.

Pommepuy C., 2000, « Bazoches-sur-Vesle ‘Les Chantraines’ », Bilan scientifique 1998, S.R.A. de Picardie, p. 15-17.

Querel P., Querel C., 2002, « Mercin et Vaux, le Quinconce : villa gallo-romaine et occupation du haut Moyen Âge », Revue du Nord, Archéologie du Nord et de la Picardie, Univ. Charles de Gaulle, Lille III, t. 84, p. 91-114.

Révillion S., Bouche K., Wozny L., 1994, « La partie agricole d’une grande exploitation rurale d’époque romaine : le gisement des ‘Hauts de Clawiers’, Seclin (Nord) », Revue du Nord Archéologie, t. LXXVI, 308, p. 99-146.

Thouvenot S., 1993, « Mont-Notre-Dame, ‘Vaudigny’ », Bilan scientifique 1992, S.R.A. de Picardie, Amiens, p. 38-39.

Thouvenot S., 2000, « Le site de Limé ‘Les Terres Noires, Les Fraîches Terres’ », Bilan scientifique 1998, S.R.A. de Picardie, Amiens, p. 32-34.

Van Impe L., 1983, « Het Oudheidkundig bodemonderzoek in Donk 1977-1982 », in : Miscellanea archaeologia, in honorem H. Roosens, p. 65-94 (Archaeologia Belgica, 255).

Van Ossel P., 2010, « De la ‘villa’ au village : les prémices d’une mutation », in : Yante J.-M., Bultot - Verleysen A.-M. dir., Autour du ‘village’ : établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin ( ive-xiii e  siècles), Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 16-17 mai 2003, Louvain-la-Neuve, p. 219-236 (Publ. de l’Institut d’Études médiévales, 2e série, 25).

Wightman E. M., 1985, Gallia Belgica, Londres, Batsford, 386 p., 44 fig.

*

List of illustrations

Caption Fig. 1. Menneville, localisation du site.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-1.jpg
File image/jpeg, 252k
Caption Fig. 2. Menneville, assemblage des différentes fouilles et diagnostic réalisés sur la carrière (E. Mariette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-2.jpg
File image/jpeg, 319k
Caption Fig. 3. Menneville, plan général et chronologie des vestiges (S. Hébert, L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-3.jpg
File image/jpeg, 282k
Caption Fig. 4. Menneville, typologie des bâtiments (L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-4.jpg
File image/jpeg, 376k
Caption Fig. 5. Menneville, vue partielle de la zone 3 (cliché L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-5.jpg
File image/jpeg, 230k
Caption Fig. 6. Menneville, vue partielle de la zone 1 (cliché L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-6.jpg
File image/jpeg, 281k
Caption Fig. 7. Menneville, la cave 26 (L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-7.jpg
File image/jpeg, 123k
Caption Fig. 8. Menneville, vue de la cave 26 (cliché L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-8.jpg
File image/jpeg, 281k
Caption Fig. 9. Menneville, la cave 98 (L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-9.jpg
File image/jpeg, 205k
Caption Fig. 10. Menneville, vue de la cave 98 (cliché L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-10.jpg
File image/jpeg, 260k
Caption Fig. 11. Menneville, la cave 161 (L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-11.jpg
File image/jpeg, 156k
Caption Fig. 12. Menneville, vue de la cave 161 (cliché L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-12.jpg
File image/jpeg, 274k
Caption Fig. 13. Menneville, la cave 161, vue de détail du parement (cliché L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-13.jpg
File image/jpeg, 277k
Caption Fig. 14. Menneville, le fond de cabane 440 (L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-14.jpg
File image/jpeg, 93k
Caption Fig. 15. Menneville, vue du fond de cabane 440 (cliché L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-15.jpg
File image/jpeg, 258k
Caption Fig. 16. Menneville, le fond de cabane 63 (L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-16.jpg
File image/jpeg, 203k
Caption Fig. 17. Menneville, vue du fond de cabane 63 (cliché L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-17.jpg
File image/jpeg, 291k
Caption Fig. 18. Menneville, le fond de cabane 158 (L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-18.jpg
File image/jpeg, 78k
Caption Fig. 19. Menneville, le four 27/270 (L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-19.jpg
File image/jpeg, 127k
Caption Fig. 20. Menneville, le four 96/97/148 (L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-20.jpg
File image/jpeg, 222k
Caption Fig. 21. Menneville, vue du four 96/97/148 (cliché L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-21.jpg
File image/jpeg, 236k
Caption Fig. 22. Menneville, le puits 151 (L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-22.jpg
File image/jpeg, 193k
Caption Fig. 23. Références locales (L. Duvette, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-23.jpg
File image/jpeg, 594k
Caption Fig. 24. Principales productions céramiques présentes à Menneville. 1-5. commune sombre ; 6. amphore régionale du Bavaisis ; 7. cruche de la région de Bavay-Famars ; 8-9. commune sombre ; 10. terra nigra tardive champenoise ; 11. bouteille à col évasé en Paroi fine engobée champenoise à engobe rouge ; 12. imitation de Chenet 341 en terra nigra tardive ; 13-15. commune sombre ; 16. pot à lèvre triangulaire type attesté dans le Bassin parisien ; 17-19. faisselles en commune claire champenoise ; 20. gobelet à col cylindrique en terra nigra tardive ; 21. molette du groupe 5 (UC40) ; 22. molette du groupe 6 (UC94 inversé) ; 23-24. poêlons en commune sombre (S. Willems, CRAVO).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4402/img-24.jpg
File image/jpeg, 342k

Author(s)

Inrap, 518 rue Saint-Fuscien, 80000 Amiens - UMR 8164 HALMA-IPEL. laurent.duvette@inrap.fr

CRAVO, 21, rue des Cordeliers, 60200 Compiègne.

© ARTEHIS Éditions, 2016

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search