Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 2. Actualité de la recherche sur l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Les apports de la céramologie à la connaissance de l’évolution urbaine de Reims durant l’Antiquité tardive

Pierre Mathelart, Guillaume Florent et Ludivine Huart

Résumé

Depuis une vingtaine d’années, les fouilles se succèdent à Reims, permettant ainsi de mieux connaître les grandes étapes de l’évolution de la ville. Ce sont les derniers épisodes de la période antique, placés entre le milieu du iiie siècle ap. J.-C. et la fin du ive siècle ap. J.-C. qu’il s’agit d’appréhender ici. La combinaison des approches géographiques et chronologiques utilisées au cours de l’analyse permet de déterminer l’ordre et le rythme des modifications majeures ayant affecté le tissu urbain. En effet, le recours au concept d’horizon céramique permet de définir la nature du lien temporel qui unit des phénomènes pourtant éloignés sur le plan spatial. De la sorte, la perception partielle développée site par site est dépassée au profit d’une vision globale accessible sous forme de cartes schématiques et datées. Elles révèlent la cohérence du schéma évolutif proposé pour la ville de l’Antiquité tardive.

Texte intégral

1À la différence des périodes pré- et protohistoriques, l’étude de la civilisation matérielle gallo-romaine a souffert très tôt d’une obsession pour les dates et les événements historiques. Par exemple, des objets aussi triviaux que les récipients en terre cuite sont qualifiés d’ensembles « augustéens » ou « sévériens ». On nous objectera que l’on agit ainsi par commodité de langage, mais ceci nous paraît également symptomatique du désir de coller à tout prix à l’histoire officielle (Desbat, 2003, p. 117).

  • 1 Nous tenons à remercier ici les différents responsables d’opération : A. Balmelle, F. Berthelot, M (...)

2La construction d’un rempart affecte durablement la physionomie de la ville de Reims au cours de l’Antiquité tardive (Neiss, Sindonino, 2004). Ce phénomène touchant essentiellement les Germanies et la Gaule septentrionale est souvent évoqué dans les manuels. Dans ce cas et plus encore qu’à l’accoutumée, la tentation est grande de procéder à rebours de la démarche archéologique et de chercher ce qui dans les faits matériels relève des « invasions » barbares ou du règne de l’un ou de l’autre empereur plus ou moins prestigieux. La question du rythme et des modalités du passage d’une ville ouverte et étendue à une ville fermée et restreinte commence à s’effacer au profit de questions telles que « avant », « pendant » ou « après » Constantin ?1

1. Méthodologie

  • 2 Concernant la méthodologie employée pour l’étude du mobilier céramique à Reims, se reporter à Deru(...)

3La céramique est envisagée comme une source historique parmi d’autres. Elle requiert pour son analyse, au même titre que les sources écrites, une méthodologie adéquate2. Trois grandes questions sont systématiquement formulées à propos de la céramique : Comment a-t-elle été produite ? Quelle forme a-t-elle ? À quoi sert-elle ? (Brulet et alii, 2010 ; Desbat, Schmitt, 2003 ; Picon, 2002 ; Orton et alii, 1993 ; Balfet et alii, 1989 ; Desbat, 1989). La réponse apportée à chacune de ces questions détermine l’appartenance du moindre tesson rencontré au cours de l’analyse à une catégorie céramique donnée.

4Ce préalable étant posé, il en découle que l’objet céramique ne contient pas en lui-même, sauf à de très rares exceptions, les éléments nécessaires à l’élaboration d’une chronologie (Orton et alii, 1993, p. 185-188 ; Desbat, 2003, p. 117). En d’autres termes, il ne fournit pas immédiatement mentions d’indications de dates comme le ferait une monnaie. Il convient, avant de parvenir à des hypothèses exprimées en chronologie absolue, d’opérer un détour. La nature de la relation entre le temps et les objets peut être exprimée par une idée simple : un objet apparaît puis disparaît. La cooccurrence de l’apparition et secondairement de la disparition de certains types d’objet permet de découper la culture matérielle d’une civilisation donnée en étape ou horizons (Brulet et alii, 2010, p. 25-26 ; Deru et alii, 2007, p. 50-51 ; Demoule, 1999, p. 18). Parvenu à ce point, l’archéologue se trouve doté d’un outil qui lui permet de classer des ensembles d’objets les uns par rapport aux autres dans les termes coutumiers de la chronologie relative : antériorité, contemporanéité et postériorité.

5La démarche privilégiée ici est la suivante. Dans un premier temps, chaque site a fait l’objet d’un réexamen afin de déterminer les différentes configurations de l’occupation à l’époque tardive. Puis, chaque état observé est lié à un horizon-site, un horizon-site étant entendu comme l’agrégation des ensembles céramiques issus des unités stratigraphiques définissant l’état (Deru et alii, 2007 ; Luginbühl, 2007). Il dépend donc pour sa constitution des arguments fournis par l’analyse stratigraphique et l’analyse spatiale.

6Concernant Reims, l’examen des anciens rapports et des publications révèle une documentation disparate, ne permettant pas toujours d’atteindre le degré d’exactitude voulu (Annexe 1). Par conséquent, il a fallu à plusieurs reprises, soit renoncer à l’intégration d’un site à l’inventaire, soit s’en tenir à des déterminations moins poussées. Les horizons-site définis à partir des opérations de fouilles récentes font, par contre, l’objet d’une publication de l’ensemble des données quantitatives dans le cadre de cet article. Les assemblages les plus représentatifs sont également illustrés ici. Enfin, les horizons-site définis sont agrégés en fonction de leurs similitudes pour former des horizons de synthèse (Brulet et alii, 2010, p. 25-26 ; Deru et alii, 2007).

7Au terme du travail d’acquisition des données, il apparaît, premièrement, que quatre horizons de synthèse, numérotés en chiffre romain X, XI, XII et XIII, ont été reconnus pour l’Antiquité tardive à Reims, et deuxièmement, que les phénomènes touchant l’habitat correspondent prioritairement à de la démolition, de la récupération de matériaux ou de la construction (Annexe 2).

2. Caractérisation des horizons de synthèse pour l’Antiquité tardive

2.1. Les horizons X et XI

  • 3 Les typologies régionales concernant la céramique commune claire (CC), la céramique rugueuse clair (...)

8Les horizons X et XI sont abordés conjointement car ils possèdent de nombreux points communs tant au niveau des catégories qui les composent que du répertoire typologique employé3 (fig. 1 et 2). Le principal trait qui les distingue des horizons antérieurs est la présence de céramique métallescente et l’introduction de certains nouveaux types en céramique rugueuse sombre. Une analyse fine du mobilier combinée aux arguments stratigraphiques permet de dégager des éléments de distinction entre ces deux horizons. Ces critères sont facilement appréhendés lorsqu’ils sont envisagés sous l’angle quantitatif.

Fig. 1. Catégories, abréviations, typologies et bibliographie correspondante.

9Globalement, les deux horizons offrent un spectre similaire de catégories (fig. 3). Cependant, une évolution faible mais assez systématique est perceptible au passage de l’horizon X à l’horizon XI : la proportion de céramique engobée, illustrée par les gobelets à lèvre en corniche Stuart 2, diminue et la proportion de céramique métallescente, généralement déclinée en gobelets à col tronconique Niederb. 33, augmente légèrement.

10En ce qui concerne la terre sigillée, le passage de l’horizon X à l’horizon XI est traduit par une baisse de la représentation des coupes à paroi évasée Drag. 33 au profit des coupes à paroi concave Drag. 40 (fig. 4). Le taux d’assiettes à lèvre en bourrelet Drag. 31 décroît également alors que celui des assiettes à paroi concave Drag. 32 reste relativement stable. En outre, la proportion des bols à collerette Drag. 38 augmente significativement.

11Par ailleurs, le répertoire de la céramique fine régionale sombre est sensiblement le même aux deux horizons de synthèse. Le bol à lèvre horizontale courbe Reims B1 est récurrent dans les ensembles, aux côtés des gobelets Reims G1 et Reims G3. Celui-ci semble toutefois plus fréquent dans les assemblages rattachés à l’horizon XI.

12Le service des liquides et la petite conservation est le domaine de prédilection de la céramique commune claire. La présence régulière de cruches régionales issues des ateliers argonnais ou de la région sud du massif ardennais est remarquable pour ces horizons. Il s’agit essentiellement de grandes cruches à lèvre horizontale Reims 211 et de cruches à deux anses et lèvre en anneau, soulignée par une moulure, Reims 221. Cependant, au même titre que pour la catégorie des mortiers, aucune distinction entre les horizons X et XI ne peut être établie à partir de l’examen de la céramique commune claire.

Groupe de pâtes

Abr.

Catégories associées

Bibliographie

Groupe de pâtes Africaines

AFR

AM

Peacock, Williams, 1986

Groupe de pâtes d’Argonne

AR

TS EN MT TN F RB CC MO

Brulet et alii, 2010 ; Vilvorderv, 1999 ; Deru, Feller, 1996

Groupe de pâtes de Bavay

BAVAY

CC MO

Willems, 2005

Groupe de pâtes de Bétique (côte)

BET.C

AM

Peacock, Williams, 1986

Groupe de pâtes de Bétique (Guadalquivir)

BET.G

AM

Peacock, Williams, 1986

Groupe de pâtes du Centre de la Gaule

CG

TS EN TN CC VRP

Brulet et alii, 2010

Groupe de pâtes Champenois

CHAMP

TR TN FRA FRB DR ER CC MO RU/DR RUA RUB

Biegert et alii, 2004

Groupe de pâtes de Cos

COS

AM

Peacock, Williams, 1986

Groupe de pâtes de l’Est de la Gaule

EG

TS

Brulet et alii, 2010

Groupe de pâtes de l’Eifel

EIFEL

RUA

Brulet et alii, 2010

Groupe de pâtes « F »

F

TN FRB

Florent, 2007, p. 33

Groupe de pâtes à inclusions grises, de calcite et de quartz

GCQ

DR

Florent, 2007, p. 33-34 ; Delor-Ahü et alii, 2005, p. 585-587

Groupe de pâtes italiques

IT

VRP AM

Brulet et alii, 2010

Groupe de pâtes du Levant

LEVANT

AM

Peacock, Williams, 1986

Groupe de pâtes de Lusitanie

LUSIT

AM

Peacock, Williams, 1986

Groupe de pâtes de Lyon

LY

AM

Peacock, Williams, 1986

Groupe de pâtes de Lezoux

LX

MT

Brulet et alii, 2010 ; Bet, Gras, 1999

Groupe de pâtes de Narbonnaise

NARB

AM

Peacock, Williams, 1986

Groupe de pâtes de Narbonnaise - Marseille

NARB.M

AM

Peacock, Williams, 1986

Groupe de pâtes de Mayen (Eifel)

MAYEN

RUA

Brulet et alii, 2010

Groupe de pâtes de Noyon

NOYON

CC MO AM

Florent, 2007, p. 31-32

Groupe de pâtes orientales

ORI

AM

Peacock, Williams, 1986

Groupe de pâtes à inclusions d’oxydes sphériques

OXSP

EN

Delor-Ahü et alii, 2005, p. 585-587

Groupe de pâtes de Rues-des-Vignes A

RdVA

VRP

Deru, 2005

Groupe de pâtes de Rues-des-Vignes B

RdVB

DR

Deru, 2005

Groupe de pâtes de Rhénanie Inférieure

RHINI

CC

Deru, Feller 1996

Groupe de pâtes du Sud de la Gaule

SG

TS

Brulet et alii, 2010

Groupe de pâtes « savonneuses »

SAVO

CC

Deru, Vachard, 2002

Groupe de pâtes septentrionales

SEPT

TN FRB

Deru, 1996

Groupe de pâtes de Speicher (Eifel)

SPEICHER

RUA

Brulet et alii, 2010

Groupe de pâtes de Tarraconaise

TARRAC

AM

Peacock, Williams, 1986

Groupe de pâtes de Trèves

TR

MT

Brulet et alii, 2010 ; Vilvorderv, 1999

Groupe de pâtes de Villes-sur-Lumes 1

V/L1

CC

Florent, 2007, p. 32-33 ; Rollet, Deru, 2005, p. 66-67

Groupe de pâtes de la vallée du Rhône 1

VR1

MO

Brulet et alii, 2010, p. 374-375 ; Willems, 2005

Groupe de pâtes indéterminé

Indét.

-

-

Fig. 2. Groupes de pâtes, abréviations, catégories reconnues et bibliographie correspondante.

13Par contre, en raison de sa fréquence, la céramique rugueuse sombre est l’outil privilégié pour accéder à une discrimination fiable des horizons X et XI (fig. 5). Ainsi, la proportion de jattes à lèvre horizontale Reims J1 et de jattes à lèvre en crochet et gorge sommitale Reims J2 diminue de l’horizon X à l’horizon XI. Parallèlement, le nombre relatif de jattes à bord horizontal courbe Reims J4 et de poêlons Reims J40/41 tend à croître. Dans le même intervalle, la proportion des pots à cuire à lèvre en bandeau et gorge interne Reims P15 chute et celle des pots à cuire à lèvre en bandeau et gorge interne Reims P16 augmente. Bien que nettement moins tranché, un phénomène similaire est lisible au travers des évolutions comparées de la quantité de pots à cuire à lèvre en amande Reims P6 et de celle des pots à lèvre en crochet Reims P7. Afin de clore la description de la vaisselle destinée à la cuisson des aliments, il convient de mentionner la présence faible mais récurrente de la céramique à vernis rouge pompéien au sein des deux horizons.

14Le mobilier issu du comblement de cellier Ft.12 du chantier de la rue Duquenelle (pl. 1) et celui de la structure Ft.1 du secteur 4/5 de la ligne 1 du tramway (pl. 2 à 7) constituent des ensembles rattachés à l’horizon X tandis que le matériel de l’unité stratigraphique Us.105 de la fouille de la rue Maucroix (pl. 8 et 9) et la fosse Fs.4 de l’opération réalisée au sein du Lycée Roosevelt (pl. 10 et 11) fournissent une image cohérente du mobilier caractéristique de l’horizon XI.

Fig. 3. Comparaison des différentes catégories aux horizons de synthèse X et XI : les horizons-site 8 et 9 de la fouille rue de Maucroix ; 4 et 5 de la fouille rue Duquenelle ; 7 et 8 de la fouille du lycée Roosevelt ; 9 et 10 de la fouille du secteur 4 et 5 du tramway (valeurs exprimées en pourcentage).

Fig. 4. Comparaison des principaux types en terre sigillée aux horizons de synthèse X et XI : les horizons-site 9 et 10 de la fouille du secteur 4 et 5 du tramway ; 8 et 9 de la fouille rue de Maucroix (valeurs exprimées en pourcentage).

Fig. 5. Comparaison des principaux types en céramique rugueuse sombre aux horizons de synthèse X et XI : les horizons-site 8 et 9 de la fouille rue de Maucroix ; 4 et 5 de la fouille rue de Duquenelle (valeurs exprimées en pourcentage).

Fig. 6. Comparaison des différentes catégories aux horizons de synthèse XI et XIII : l’horizon-site 9 de la fouille rue de Maucroix ; 9 de la fouille rue Eugène Desteuque ; 11 de la fouille du secteur 3 du tramway (valeurs exprimées en pourcentage).

Fig. 7. Comparaison des principaux types en céramique rugueuse sombre aux horizons de synthèse XI et XIII : les horizons-site 9 et 11 de la fouille du secteur 3 du tramway (valeurs exprimées en pourcentage).

Fig. 8. Comparaison des faits urbains aux horizons de synthèse X, XI et XIII (valeurs exprimées en nombre de site).

2.2. L’horizon XII

  • 4 À ce contexte, avait été ajouté l’horizon-site de l’état 1 de la période 3 du chantier de la média (...)

15Un seul contexte originaire du site de la rue d’Anjou semble présenter des caractéristiques imputables à un horizon intermédiaire entre l’horizon XI et l’horizon XIII (Annexe 2 ; communication personnelle de X. Deru)4. En comparaison avec la quantité de mobilier impliqué dans la caractérisation des horizons X, XI et XIII, le mobilier de l’Us. 169 de la fouille de la rue d’Anjou ne suffit pas à lui seul pour cerner avec certitude les éléments de définition de l’horizon XII.

2.3. L’horizon XIII

16Du point de vue quantitatif, l’horizon XIII se distingue de l’horizon XI par un doublement du taux de céramique sigillée (fig. 6). D’autre part, la céramique rugueuse sombre demeure la catégorie de vaisselle à feu prépondérante malgré l’apparition de la céramique rugueuse claire originaire des ateliers du massif de l’Eifel, notamment de Speicher, et surtout de Mayen.

17Le répertoire de la vaisselle de table est marqué par l’augmentation significative de la proportion de bols, principalement déclinés en terre sigillée de type Chenet 320, associés, mais dans une moindre mesure, aux bols à collerette Chenet 324, aux mortiers Chenet 328-330 et à plusieurs assiettes Chenet 304. Par ailleurs, les contextes associés à l’horizon XIII livrent les premiers exemplaires de dérivée de terre sigillée tardive argonnaise dont la pâte possède un cœur rosé ou gris témoin d’une cuisson en mode A. La sphère de la consommation des boissons est matérialisée par les gobelets Chenet 333 en terre sigillée d’introduction récente, par les gobelets Niederb. 33 en céramique métallescente ou par les gobelets à court col concave Reims G1 (Chenet 341) et à bord oblique Reims G3/4 en céramique fine régionale sombre. Par contre, et le fait est nouveau, le répertoire de cette dernière catégorie produite localement puise plus largement dans ceux de la terre sigillée argonnaise et de la céramique métallescente. Le service des liquides est toujours assuré au moyen de cruches en céramique commune claire, d’origine champenoise ou argonnaise, auxquelles s’ajoutent les cruches en terre sigillée. Enfin, les mortiers argonnais, présents dès l’horizon X ou XI, semblent être plus fréquents dans les contextes rémois de l’horizon XIII.

18L’examen de la nature du répertoire de la céramique rugueuse sombre confirme la prépondérance du pot Reims P16 (fig. 7). Les formes ouvertes et récurrentes à ses côtés sont les jattes hémisphériques Reims J29/30, les jattes à bord droit et collerette Reims J34 et, surtout, les jattes à lèvre bifide Reims J38/39. Les poêlons Reims J40/41 sont également représentés, en dépit d’une baisse sensible de leur fréquence. Enfin, le pot Reims P8, inspiré du pot Alzey 27, et le pot à lèvre épaissie Reims P14 constituent de réelles nouveautés. Les importations du massif de l’Eifel sont principalement représentées par les pots à lèvre en faucille Alzey 27 et les jattes à lèvre en bourrelet rentrant Alzey 28, bien que, plus rarement, quelques autres formes aient été reconnues.

19De nombreux décors réalisés à la molette et estampés sur des récipients en terre sigillée sont reconnus au sein de cet horizon de synthèse. Globalement, ils concernent quelques éléments attribuables aux groupes 2 et 3 d’Hübener accompagnés de décors rattachés aux groupes 4, 5, 6 et, plus rarement, 7. L’identification précise de ces décors s’accordent avec la caractérisation des phases 1 et 1/2 de l’amphithéâtre de Metz, définies par D. Bayard (Bayard, 1990).

20Le mobilier de la petite fosse Fs.30 rattaché à l’horizon-site 12 du secteur 3a de la fouille du tramway est une illustration de la vaiselle en usage à l’horizon XIII (pl. 12).

3. Mutation urbaine et horizons

3.1. Préalable

  • 5 La remise en séquence du mobilier céramique de la fouille du Tramway de Reims atteste ce fait, pui (...)

21La pratique de l’archéologie de terrain a conduit ses acteurs à user d’un vocabulaire qu’ils emploient désormais quotidiennement. En effet, les activités humaines en rapport avec le bâti peuvent être découpées en quelques grandes catégories. Les archéologues en distinguent quatre : la construction, l’occupation, la destruction — plus couramment dénommée « démolition » — et la récupération de matériaux. Ainsi, l’action de démolition d’un habitat ou d’une partie de cet habitat peut, par exemple, être matérialisée par le remblaiement d’une cave et la récupération de matériaux par une tranchée implantée en surplomb d’un mur dans le but de tirer parti de la blocaille déposée en fondation. Ces deux dernières opérations constituent des activités particulièrement opportunes pour que du mobilier soit piégé5. À l’opposé, les niveaux d’occupation à proprement parler livrent souvent peu d’artefacts.

22L’expérience enseigne donc que les horizons se constituent au passage d’un état à un autre. L’absence de mutation, une période de stabilité urbaine entraînent une méconnaissance de la nature des ensembles céramiques au cours de cet intervalle. En effet, la fréquence moindre des travaux restreint le nombre d’occasions où du mobilier peut être piégé dans une fosse, dans le comblement d’un caniveau ou d’une tranchée de récupération, par exemple. Ainsi, il est un fait notoire que la perception du découpage chronologique du ier siècle ap. J.-C. est facilitée par l’ampleur des mutations qui affectent les villes antiques à ce moment. Par contre, la séquence suivante, initiée dans la seconde moitié du iie siècle ap. J.-C., est certainement marquée par une diminution des interventions édilitaires, les villes ayant atteint tant du point de vue de l’architecture publique que de l’architecture privée une forme d’équilibre. La dernière séquence gallo-romaine, objet de cet article, renoue dans un premier temps avec un dynamisme urbain assoupi depuis au moins un demi-siècle.

23Afin d’accéder à la connaissance de phénomènes complexes par nature, car ils concernent une ville immense, une quantification site par site des principaux faits archéologiques observés est proposée (fig. 8). Une synthèse des données fournies par le tableau d’inventaire général des sites fouillés à Reims permet d’établir une relation entre un temps, l’horizon, une activité, construction, démolition, ou récupération et enfin, par le truchement des cartes, un lieu (Annexe 2).

24Sur un total de soixante-treize opérations de fouilles, quarante-sept sites ont été retenus (Annexe 2). L’étude regroupe soixante-dix horizons-site ou contextes, pour un total de 162.847 fragments de céramique dont 12.297 individus. Seule la zone nord-est de la ville, peu documentée, constitue une lacune.

3.2. L’horizon X : les prémisses d’une mutation

25L’horizon X de synthèse, représenté par vingt-six horizons-site, se singularise par la conjugaison des phénomènes de démolition et de récupération des matériaux qui y sont attachés. L’ensemble de la ville semble touché à l’exception d’un vaste quadrilatère dont les limites sont figurées par quatre portes monumentales (fig. 9). Ces dernières matérialisent ce qu’il paraîtrait approprié de désigner comme étant le centre de la ville (Poirier, 2004, p. 60).

3.3. L’horizon XI : un renouveau urbain

26Une seconde phase de démolition et de récupération des matériaux est attestée à l’horizon XI, représenté également par vingt-six horizons-site. Elle concerne, cette fois, l’intégralité de la ville mais épargne une large bande en bordure de la Vesle (fig. 10). La localisation de cet espace n’est pas fortuite. En effet, il semble que la proximité du cours d’eau puisse expliquer l’absence de retour sur une zone pourtant exploitée à l’horizon précédent. L’examen du relief actuel de la ville de Reims témoigne du fait que ces sites se placent au niveau de la rupture de pente (fig. 11). Par ailleurs, le tracé de l’enceinte de La Tène finale contribue à illustrer par le gauchissement perceptible de son tracé la permanence d’une telle contrainte au cours des âges (fig. 11). Ainsi, les sites localisés en bordure du cours de la Vesle pourraient avoir été abandonnés sans option de retour dès l’horizon X pour des raisons liées d’une manière ou d’une autre à la présence de l’eau. Le site de la rue de Venise, sur une rue passant par le chantier de la rue de l’Équerre jusqu’à la fouille du boulevard Henrot « Vieux Port », constitue une exception notable à ce constat.

27Les dénominations globalisantes de « démolition » et de « récupération » dissimulent en réalité des interventions relativement différentes selon les quartiers. En effet, les habitations du nord et du sud de la ville en partie démantelées à l’horizon X sont soumises à une poursuite de ces opérations. Par contre, au centre de la ville, une partie des édifices est certes détruite mais préalablement à de nouvelles constructions. Par conséquent, si les quartiers périphériques sont définitivement délaissés, le centre de la ville est profondément restructuré sous le coup d’aménagements d’ampleur tel que les grands hypocaustes de la rue Saint-Symphorien ou l’enceinte observée en plusieurs points de son parcours (fouille de la Porte Bazée, fouille de la Médiathèque Cathédrale). Parallèlement, l’habitat privé est remodelé en fonction des nouvelles contraintes urbaines au sein d’un espace désormais restreint (fouilles des rues d’Anjou et rue E. Desteuque, etc.).

28La simultanéité des phénomènes de démolition – récupération et de construction est traduite sur le plan céramologique par la similarité des ensembles « piégés » lors de ces travaux, que ce soit à l’intérieur, en dehors ou même sous le rempart (fig. 12).

29En outre, l’examen des matériaux composant le rempart témoigne, et ce fait est bien connu, du remploi de pierres provenant aussi bien de l’architecture publique que privée (Neiss, Sindonino, 2004, p. 57-83). La construction de la nouvelle ville a certainement bénéficié de l’apport de matériaux en provenance des récupérations systématiques de toute la ville du Haut-Empire. Elle s’est ainsi trouvée dotée, du fait de la division de sa surface par dix, d’une masse considérable d’éléments de construction.

Fig. 9. Les sites affectés à l’horizon X (en bleu) (carte Inrap).

Fig. 10. Les sites affectés à l’horizon X (en bleu) et à l’horizon XI (en jaune) (carte Inrap).

Fig. 11. La topographie de Reims. En gras la rupture de pente, son influence sur l’enceinte de La Tène finale et les sites affectés à l’horizon X (en bleu) et à l’horizon XI (en jaune) (carte Inrap).

Fig. 12 . Comparaison des différentes catégories à l’horizon de synthèse XI : l’horizon-site 8 de la fouille du Lycée Roosevelt, les horizons-site 9 des fouilles rue de Maucroix et rue de Pouilly, la couche C de la Porte Bazée.

3.4. L’horizon XII : la stabilité

30L’horizon XII n’a pas été indubitablement mis en évidence en dépit du volume de matériel traité. Ce constat peut tout simplement être mis en relation avec l’hypothèse évoquée plus haut au sujet de la ville du Haut-Empire, à savoir que la qualité du bâti construit à l’horizon XI devait être telle que peu de réaménagements ultérieurs ont été nécessaires et donc perçus.

3.5. L’horizon XIII : la fin de la ville antique

31Au terme de ce qu’il peut paraître légitime de qualifier d’une forme de fossilisation du bâti, la ville est touchée par de nombreuses démolitions. Ces dernières sont situées dans le périmètre de l’enceinte et localement, à ses abords immédiats le long de l’axe nord-sud, par exemple dans la continuité de la porte de Mars (fig. 13). Cet épisode est également caractérisé par l’apport de remblais importants plus au nord sur le même axe nord-sud et l’abandon du site du boulevard Henrot. Ils témoignent peut être d’opération de déblaiement de la ville. En résumé, la ville de l’Antiquité tardive a certainement subi de profondes atteintes à l’horizon XIII.

Fig. 13. Les sites affectés à l’horizon XIII (en rouge) (carte Inrap).

4. Conclusion

4.1. De la chronologie relative à la chronologie absolue

32La chronologie relative établie à partir du mobilier céramique est suffisante pour traiter des diverses problématiques posées par l’évolution de l’espace urbain tardif. En effet, l’élaboration du discours archéologique requiert avant toute chose de situer les faits les uns par rapport aux autres.

33L’horizon de synthèse ne doit pas être conçu comme une fourchette de datation, car dans ce cas il renoue avec les travers décrits en introduction. Il convient plutôt de se remémorer les différentes phases de son élaboration, du classement du mobilier d’un site en fonction des arguments stratigraphiques et de l’analyse spatiale, à la définition des horizons-site, puis à leur agrégation en horizon de synthèse, pour le percevoir tel qu’il est, à savoir un ensemble d’objets caractéristiques d’une période donnée. La dernière étape, la plus délicate, consiste en un « saut » de la chronologie relative à la chronologie absolue.

34Par conséquent, nous sommes tributaires des monnaies associées aux contextes archéologiques utilisés dans la constitution des trois principaux horizons de synthèse de l’Antiquité tardive. Une vision élargie du monnayage à l’échelle d’une ville en essayant de le lier à des faits archéologiques permet d’une part d’échapper à la vision partielle du spécialiste, qu’il soit céramologue ou numismate, et de l’autre de distinguer ce qui relève du fait massif ou de l’accidentel.

35Les contextes composant l’horizon X livrent à la fois des monnaies de Gordien III, Philippe I, Trébonien Galle, Gallien et Postume, dont certaines imitations (fig. 14). Ce numéraire est accompagné d’une forte proportion (60,3 %) de monnaies sévériennes et antonines, voire plus anciennes encore. Ce schéma perdure à l’horizon suivant (Doyen, 2008, p. 183-210). En vertu des indications monétaires, l’horizon X peut être daté entre les années 255/260 ap. J.-C. et 270/280 ap. J.-C.

36Le monnayage associé à l’horizon XI présente globalement les mêmes caractéristiques que le précédent, les degrés d’usure paraissant néanmoins plus élevés. Il se démarque toutefois par l’apparition des émissions des empereurs gaulois Tétricus I et Tétricus II et de leurs imitations, aux côtés de monnaies plus nombreuses qu’auparavant de Claude II et du numéraire à l’effigie d’Aurélien ou de Dioclétien. Par conséquent, l’horizon XI correspond à un intervalle de temps compris entre 280/290 ap. J.-C. et 310/320 ap. J-C.

Fig. 14. Proportions relatives des différentes monnaies par périodes d’émission ( Doyen , 2007) pour les horizons X et XI.

37Récemment, la fouille du boulevard Henrot, réalisée en milieu humide, a permis de mettre au jour du bois de construction et de procéder à des analyses dendrochronologiques (étude W. Tegel, Dendronet). L’étude s’est en partie attachée à la détermination chronologique d’une grande série de pieux en bois servant d’assise à la fondation d’un grand bâtiment. Celui-ci se surimposait à des remblais et à des puits dont le mobilier, en nombre assez important, a pu être rattaché à l’horizon XI (tab. 24-26). Or, l’étude dendrochronologique a montrée que l’ensemble des pieux a été abattu au cours de l’hiver 306-307 ap. J.-C. Cette attribution confirme la datation obtenue par l’étude numismatique pour cet horizon de synthèse.

38Les remblais de démolition imputables à l’horizon XIII livrent des monnaies a priori hétérogènes (fig. 15). Ainsi, une grande quantité de numéraire de Valens, Gratien ou Valentinien aux côtés de monnaies dites « théodosiennes » caractérise cette période. En outre, dans ces contextes, les monnaies d’époque constantinienne restent fréquentes, conformément à un modèle repéré ailleurs en Champagne (Achard-Corompt et alii, 2009, p. 652-653). Si la limite chronologique basse peu aisément être déduite, la limite haute de l’intervalle est sujette à discussion (Doyen et alii, 2012, p. 242-246). Toutefois, les arguments céramologiques avancés plus haut incitent à circonscrire celle-ci aux premières décennies du ve siècle. Considérés dans leur ensemble, ces éléments permettent de dater l’horizon XIII entre 375/380 ap. J.-C. et 410/420 ap. J.-C.

Fig. 15. Proportions relatives des différentes monnaies par périodes d’émission ( Doyen , 2007) pour l’horizon XIII.

4.2. Hypothèses historiques et perspectives

39Les horizons livrent une perception discontinue du temps : un temps matérialisé sous la forme triviale d’une multitude de tessons attachés à un phénomène donné. La collection de faits divers, qualifiés de contemporains en vertu de leurs composantes matérielles, permet de décrire une rythmique propre à la ville antique de Reims. Trois moments sont distingués. Les premiers signes de rétraction de la ville ayant atteint le maximum de son extension durant le Haut-Empire datent de 255/260 à 270/280 ap. J.-C. Les quartiers périphériques sont progressivement vidés de leur population et dès cet instant, débute une intense activité de récupération des matériaux. Entre 280/290 et 310/320 ap. J.-C., les travaux affectent l’ensemble de la ville, à l’exception d’une large bande précédemment abandonnée, située entre le centre et le cours de la Vesle. Ce moment représente une phase intense de renouveau : Reims est dotée d’un rempart et des installations de prestige sont vraisemblablement érigées ou rétablies. Enfin, au terme d’une période de près de trois quarts de siècle au cours de laquelle aucune modification majeure ne semble toucher l’espace urbain, interviennent les derniers temps de la ville antique, situés entre 375/380 et 410/420 ap. J.-C. Ils sont caractérisés par des atteintes radicales à l’habitat, tant au dehors que dans la surface enceinte de la ville. Pour l’instant, une image fiable de Reims, qui n’a pas pu manquer de prendre un nouvel essor suite à cet épisode, est hors de portée, faute de vestiges avérés ou suffisamment nombreux.

40Le travail présenté n’a pas d’autre prétention que de sortir des perspectives de la « céramologie céramologisante » en abordant des interprétations d’ordre historique tout en offrant un accès aisé à des données brutes dispersées dans la littérature « grise ». Plusieurs lacunes criantes demeurent néanmoins et constituent autant de terrains d’exploration à même de renouveler les problématiques. Ainsi, la méconnaissance de la nature de la vaisselle rémoise pendant un laps de temps compris entre 310/320 et 375/380 ap. J.-C. pourrait être minorée par une meilleure appréhension des dépôts funéraires de l’Antiquité tardive. En effet, le rythme des inhumations n’est évidemment pas soumis aux mêmes aléas que la dynamique urbaine.

41Une autre problématique, cette fois intimement liée aux structures, correspond à la reconnaissance des vestiges attachés au haut Moyen Âge. À s’en tenir aux structures archéologiques, la ville connaîtrait une forme d’assoupissement du ve au ixe siècle ap. J.-C. Compte tenu des sources littéraires médiévales, ceci paraît plus qu’invraisemblable. La lacune archéologique renvoie aux problèmes d’identification des vestiges attachés à cette période (Galinié, 2010). La réutilisation des bâtiments antiques et les « terres noires » par exemple, demeurent des pistes à explorer dans l’espoir de parvenir un jour à décrire la ville du haut Moyen Âge (Catteddu, 2009, p. 122-124 ; Fondrillon, 2009, p. 1-16).

Pl. 1. Le mobilier de l’unité stratigraphique Us. 116 (Horizon-site 4 / Horizon de synthèse X) de la fouille de la rue Duquenelle (éch. 1/3) (dessin et infographie L. Huart).

Pl. 2. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).

Pl. 3. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).

Pl. 4. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).

Pl. 5. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).

Pl. 6. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).

Pl. 7. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).

Pl. 8. Le mobilier de l’unité stratigraphique Us. 105 (Horizon-site 9 / Horizon de synthèse XI) de la fouille rue de Maucroix (éch. 1/3) (dessin et infographie G. Florent).

Pl. 9. Le mobilier de l’unité stratigraphique Us. 105 (Horizon-site 9 / Horizon de synthèse XI) de la fouille rue de Maucroix (éch. 1/3) (dessin et infographie G. Florent).

Pl. 10. Le mobilier de la fosse Fs.4 (Horizon-site 8 / Horizon de synthèse XI) de la fouille du lycée Roosevelt (éch. 1/3) (dessin et infographie G. Florent).

Pl. 11. Le mobilier de la fosse Fs. 4 (Horizon-site 8 / Horizon de synthèse XI) de la fouille du lycée Roosevelt (éch. 1/3) (dessin et infographie G. Florent).

Pl. 12. Le mobilier de l’unité stratigraphique 32071-3072 (Horizon-site 12 / Horizon de synthèse XIII) de la fouille du secteur 3 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).

Tabl. 1. Données quantitatives de l’horizon-site 6 (Horizon X de synthèse) de la fouille du Boulevard du Gal Leclerc.

Tabl. 2. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon X de synthèse) de la fouille de la rue Maucroix.

Tabl. 3. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon X de synthèse) de la fouille de la rue Maucroix (suite).

Tabl. 4. Données quantitatives de l’horizon-site 4 (Horizon X de synthèse) de la fouille de la rue Duquenelle. Les numéros en colonne de gauche renvoient aux objets sur les planches.

Tabl. 5. Données quantitatives de l’horizon-site 7 (Horizon X de synthèse) de la fouille du lycée Roosevelt.

Tabl. 6. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon X de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway.

Tabl. 7. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon X de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway (suite).

Tabl. 8. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon X de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway (suite).

Tabl. 9. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon X de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot.

Tabl. 10. Données quantitatives de l’horizon-size 8 (Horizon X de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot (suite).

Tabl. 11. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon X de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot (suite).

Tabl. 12. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Desteuque.

Tabl. 13. Données quantitatives de l’horizon-site 9 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Maucroix.

Tabl. 14. Données quantitatives de l’horizon-site 9 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Maucroix (suite).

Tabl. 15. Données quantitatives de l’horizon-site 5 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Duquenelle.

Tabl. 16. Données quantitatives de l’horizon-site 9 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Pouilly.

Tabl. 17. Données quantitatives de l’horizon-site 2 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Pontgivart.

Tabl. 18. Données quantitatives de l’horizon-site 5 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Saint-Symphorien.

Tabl. 19. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon XI de synthèse) de la fouille du lycée Roosevelt.

Tabl. 20. Données quantitatives de l’horizon-site 1 (Horizon XI de synthèse) de la fouille du parvis de la Cathédrale.

Tabl. 21. Données quantitatives de l’horizon-site 11 (Horizon XI de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway.

Tabl. 22. Données quantitatives de l’horizon-site 11 (Horizon XI de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway (suite).

Tabl. 23. Données quantitatives de l’horizon-site 11 (Horizon XI de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway (suite).

Tabl. 24. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon XI de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot.

Tabl. 25. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon XI de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot (suite).

Tabl. 26. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon XI de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot (suite).

Tabl. 27. Données quantitatives de l’horizon-site 9 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille de la rue Desteuque.

Tabl. 28. Données quantitatives de l’horizon-site 6 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille de la rue Saint-Symphorien.

Tabl. 29. Données quantitatives de l’horizon-site 2 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille du parvis de la Cathédrale.

Tabl. 30. Données quantitatives de l’horizon-site 11 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille du secteur 3 du tramway.

Tabl. 31. Données quantitatives de l’horizon-site 12 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille du secteur 3 du tramway.

Tabl. 32. Données quantitatives de l’horizon-site 12 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille du secteur 3 du tramway (suite).

Tabl. 33. Données quantitatives de l’horizon-site 11 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot.

Annexe 1. Tableau récapitulatif des opérations de fouilles archéologiques à Reims.

Annexe 1. Tableau récapitulatif des opérations de fouilles archéologiques à Reims (suite).

Annexe 2. Tableau de synthèse des sites, faits archéologiques observés et horizons céramique.

Annexe 2. Tableau de synthèse des sites, faits archéologiques observés et horizons céramique (suite).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Achard-Corompt N., Delor-Ahü A., Filipiak B., Van Ossel P., 2009, « Mobiliers céramiques et faciès monétaires en Champagne durant l’Antiquité tardive à travers les exemples de Sillery et Bezannes », in : Actes du congrès de la SFECAG, Colmar, 21-24 mai 2009, p. 647-654.

Balfet H., Fauvet-Berthelot M.-F., Monzon S., 1989, Lexique et typologie des poteries : pour la normalisation de la description des poteries, Paris, éd. du CNRS, 146 p.

Balmelle A., Neiss R., 2003, Les maisons de l’élite à Durocortorum, Reims, Marne, Reims, 102 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 96-4 - Archéologie urbaine, 5).

Balmelle A., Berthelot F., Rollet P., 1990, Reims (Marne) : la fouille urbaine de l’îlot Capucins-Hincmar-Clovis, Reims (Marne) : la dimension d’un quartier ; structures protohistoriques (la Tène ancienne 1A - La Tène finale) ; quartier urbain gallo-romain - Couvent des Capucins ( xviie-xviiie), Reims, 110 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 83-4 - Archéologie urbaine, 2).

Bayard D., 1990, « L’ensemble du grand amphithéâtre de Metz et la sigillée d’Argonne au ve siècle », Gallia, t. 47, p. 271-319.

Bayard D., 1993, « La céramique dans le Nord de la Gaule à la fin de l’Antiquité (de la fin du ive au vie siècle) : présentation générale », in : Piton D., La céramique du ve au xe siècle dans l’Europe du Nord-Ouest, Actes du colloque d’Outreau, 10-12 avril 1992, Berck-sur-Mer, Gr. de recherches et d’études sur la céramique dans le Nord - Pas-de-Calais, p. 107-128 (Nord-Ouest Archéologie, hors série).

Berthelot F., Neiss R., 1985, « Fouilles archéologiques à Reims, 1983-1984 : l’enfance d’une ville à travers ses couches », Bull. de la Fédération des Soc. archéologiques de Champagne-Ardenne, 2, p. 41-55.

Berthelot F., Neiss R., 1992, « L’archéologie urbaine à Reims », Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 85-4, p. 283-287.

Berthelot F., Balmelle A., Rollet P., 1993, Reims, fouilles archéologiques : site du Conservatoire national de Région de Musique et de Danse, rue Gambetta (Marne), Reims, 132 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 87-4 - Archéologie urbaine, 3).

Bet P., Delor A., 2000, « La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule centrale du Haut-Empire : révision décennale », in : Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 1-4 juin 2000, p. 461-484.

Bet P., Gras D., 1999, « Parois fines engobées et céramique métallescente de Lezoux », in : Brulet R., Symonds R. P., Vilvorder F. dir., Céramiques engobées et métallescentes gallo-romaines, Actes du colloque organisé à Louvain-la-Neuve le 18 mars 1995, Oxford, R.C.R.F., p. 13-38 (Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, Supplementum 8).

Biegertert S., Deru X., Fronteau G., Paicheler J.-C., 2004, « Les productions du ‘groupe de pâtes champenois’ : caractérisations archéologiques, pétrographiques et chimiques », Revue du Nord, 86, p. 135-161.

Brulet R., 1990, La Gaule septentrionale au Bas-Empire : occupation du sol et défense du territoire dans l’arrière-pays du limes au ive et ve siècles, Trier, Selbstverlag des Reinischen Landesmuseum, 431 p. (Trierer Zeitschrift, 11).

Brulet R., Vilvorder F., Delage R., 2010, La céramique romaine en Gaule du nord : dictionnaire des céramique : la vaisselle à large diffusion, Turnhout, Brepols, 462 p.

Catteddu I., 2009, Archéologie médiévale en France : le premier Moyen Âge ( ve-xie siècle), Paris, La Découverte, 177 p. (Coll. Archéologies de la France).

Chenet G., 1941, La céramique gallo-romaine d’Argonne du ive siècle et la terre sigillée décorée à la molette, Mâcon, Protat Frères, 195 p. (Fouilles et Documents d’Archéologie antique en France, 1).

De Laet S. J., Thoen H., 1969, « Études sur la céramique de la nécropole gallo-romaine de Blicquy (Hainaut) : IV, La céramique ‘à enduit rouge pompéien’ », Helinium, Bd 9, p. 28-38.

Delor Ahü A., Florent G., Lemaître S., Rollet P., 2005, « Le dépôt de céramiques de la rue de l’Équerre à Reims (Marne) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Blois, 5-8 mai 2005, p. 575-592.

Demoule J.-P., 1999, Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne-Marne du vie au iiie siècle avant notre ère, Amiens, 406 p. (Revue archéologique de Picardie, n° spécial, 15).

Deru X., 1994, « La deuxième génération de la céramique dorée (50-180 après J.-C.) », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A. dir., La céramique du Haut-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines : faciès régionaux et courants commerciaux, Actes de la table ronde d’Arras, 12-14 oct. 1993, Berck-sur-Mer, C.R.A.D.C., p. 81-94 (Nord-Ouest Archéologie, 6).

Deru X., 1996, La céramique belge dans le Nord de la Gaule : caractérisation, chronologie, phénomènes culturels et économiques, Louvain-la-Neuve, 463 p. (Publ. d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de l’Univ. catholique de Louvain, 89).

Deru X., 2003, « Le mobilier céramique », in : Balmelle A., Neiss R., 2003, Les maisons de l’élite à Durocortorum, Reims, Marne, Reims, p. 55-56 et p. 83-99 (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 96-4 - Archéologie urbaine, 5).

Deru X., 2005, « Les productions de l’atelier des ‘Quatre Bornes’ aux Rues-des-Vignes (Nord) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Blois, 5-8 mai 2005, p. 469-478.

Deru X. dir., 2014, « Durocortorum : la céramique de César à Clovis », Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 107-2. (Archéologie urbaine à Reims, 11)

Deru X., Feller M., 1996, « Horizons chronologiques de la céramique du Haut-Empire dans le quartier du Pontiffroy à Metz (Moselle) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, p. 433-459.

Deru X., Grasset L., 1997, « L’atelier de potiers gallo-romains du quartier Saint-Remi à Reims (Marne). I. Les productions », Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 90-2, p. 51-82.

Deru X., Paicheler J.-C., 2001, « La céramique à dégraissant coquillier dans le nord-est de la Gaule (iiie -ive siècle) », in : Demarolle J.-M. dir., Histoire et céramologie en Gaule mosellane (Sarlorlux), Journées d’études de Metz (Moselle), juin 1998, Montagnac, M. Mergoil, p. 23-35 (Archéologie et histoire romaine, 4).

Deru X., Rollet P., 2000, « La céramique gallo-romaine de la rue de Cernay à Reims (Marne) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 1-4 juin 2000, p. 335-366.

Deru X., Vachard D., 2002, « Le groupe de pâtes ‘savonneuses’ des céramiques gallo-romaines du nord de la Gaule Belgique », in : Actes du congrès de la SFECAG, Bayeux, 9-12 mai 2002, p. 477-485.

Deru X., Champarnaud L., Dabo S., Florent G., 2007, « Chronologie, céramique et statistique », in : Actes du congrès de la SFECAG, Langres, 17-20 mai 2007, p. 49-60.

Desbat A., 1989, « Aperçu et réflexions sur les techniques traditionnelles des céramiques à partir d’exemples marocains », in : Actes du congrès de la SFECAG, Lezoux, 4-7 mai 1989, p. 143-152.

Desbat A., 2003, « La céramique romaine en Gaule et en Occident », in : D’Anna A., Desbat A., Garcia D., Schmitt A., Verhaeghe F., La céramique : la poterie du Néolithique aux Temps modernes, Paris, éd. Errance, p. 115-181 (Coll. Archéologiques).

Desbat A., Schmitt A., 2003, « Techniques et méthode d’étude », in : D’Anna A., Desbat A., Garcia D., Schmitt A., Verhaeghe F., La céramique : la poterie du Néolithique aux Temps modernes, Paris, éd. Errance, p. 131-209 (Coll. Archéologiques).

Doyen J.-M., 2008, Économie, monnaie et société à Reims sous l’Empire romain : recherches sur la circulation monétaire en Gaule septentrionale intérieure, Reims, Soc. archéologique champenoise, 624 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 100-2-4 - Archéologie urbaine, 7).

Doyen J.-M., Mathelart P., Pilliot C. avec la coll. de Bayard D., Brunet M., Sindonino S., 2012, « Un ensemble théodosien tardif de Reims (Marne, France) : la fosse Fs.22 (vers 430-440 ap. J.-C.) », Journal of Archaeological Numismatics, 2, p. 199-264.

Florent G., 2004, « La céramique », in : Neiss R., Sindonino S., 2004, Civitas Remi : Reims et son enceinte au ive siècle, Reims, p. 85-87 (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 97-4 - Archéologie urbaine, 6).

Florent G., 2007, La céramique gallo-romaine de la rue de Maucroix à Reims (Marne), Mémoire de Master 2 sous la dir. de M. Arce et X. Deru, Univ. Lille 3 Charles de Gaulle, Lille.

Fondrillon M., 2009, « À propos des recherches sur les terres noires urbaines : dépasser le concept d’attente », Archéologie médiévale, 39, p. 1-16.

Galinié H., 2010, « La question urbaine entre Antiquité et Moyen Âge : ‘l’entre-deux des cités’ (250-950) », in : Chapelot J. dir., Trente ans d’archéologie médiévale en France : un bilan pour l’avenir, Actes du IXème congrès international de la Soc. d’archéologie médiévale, Vincennes, 16-18 juin 2006, Caen, Publ. du CRAHM, 436 p.

Gilles K.-J., 1994, « Ateliers de céramique du Bas-Empire dans la vallée de la Moselle et l’Eifel », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A. dir., La céramique du Bas-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines, Actes de la table ronde de céramologie gallo-romaine, Arras, 8-10 oct. 1991, p. 117-125 (Revue du Nord, Hors-série, Coll. Archéologie, 4).

Gose E., 1950, Gefässtypen der Römischen Keramik im Rheinland, Köln, Rheinland-Verlag, 47 p., 61 pl. (Beihefte der Bonner Jahrbücher, 1).

Goudineau C., 1970, « Note sur la céramique à engobe interne rouge pompéien (‘Pompejanisch-roten platten’) », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 82, p. 159-186.

Hawkes C.F.C., Hull M.R., 1947, Camulodunum : first report on the excavations at Colchester, 1930-1939, Oxford, Univ. press, 362 p., 105 pl. (Reports of the Research Committee of the Society of Antiquaries of London, 14).

Joly M., 1993, « Étude de la céramique du dépotoir (US 844-358-896), in : Berthelot F., Balmelle A., Rollet P., 1993, Reims, fouilles archéologiques : site du Conservatoire national de Région de Musique et de Danse, rue Gambetta (Marne), Reims, p. 62-64 (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 87-4 - Archéologie urbaine, 3).

Joly M., 1998, « La céramique précoce en Champagne : l’exemple de Reims », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A. dir., La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine, Actes de la table ronde d’Arras, 14-17 oct. 1996, Berck-sur-Mer, C.R.A.D.C., p. 157-178 (Nord-Ouest Archéologie, 9).

Künzl S., 1997, Die Trierer Spruchbecherkeramik : dekorierte Shwarzfiniskeramik des 3. und 4. Jahrhunderts n. Chr., Trier, Selbstverlag des Rheinischen Landesmuseum, 379 p. (Trierer Zeitshrift, 21).

Luginbühl T., 2007, « Datations et études diachroniques : bref rappel des méthodes développées à l’Université de Lausanne (Suisse) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Langres, 17-20 mai 2007, p. 125-126.

Neiss R., 1979, « Fouille de sauvetage à la Chambre de Commerce de Reims », Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 72, p. 33-54.

Neiss R., 1984, « La structure urbaine de Reims antique et son évolution du ier au iiie siècle ap. J.-C. », Revue archéologique de Picardie, no 3/4, p. 171-191.

Neiss R., Sindonino S., 2004, Civitas Remi : Reims et son enceinte au ive siècle, Reims, 127 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 97-4 - Archéologie urbaine, 6).

Oelmann F., 1914, Die Keramik des Kastells Niederbieber, Frankfürt a. Main, J. Baer, 80 p. (Materialien zur römisch-germanischen Keramik, 1).

Orton C., Tyers P., Vince A., 1993, Pottery in Archaeology, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 340 p. (Cambrige Manuals in Archaeology).

Passelac M., Vernhet A., 1993, « Céramique sigillée sud-Gauloise », in : Py M. dir., Dicocer : Dictionnaire des céramiques antiques ( viie s. av. n.è.- viie s. de n.è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan), Lattes, éd. de l’Ass. pour la Recherche archéologique en Languedoc oriental, p. 569-580 (Lattara, 6).

Peacock D.P.S., Williams D.F., 1986, Amphorae and the Roman economy : an introductory guide, Londres/New York, Longman, xix-239 p.

Picon M., 2002, « Les modes de cuisson, les pâtes et les vernis de la Graufesenque : une mise au point », in : Genin M., Vernhet A. dir., Céramiques de la Graufesenque et autres productions d’époque romaine : nouvelles recherches, Hommages à Bettina Hoffmann, Montagnac, éd. Monique Mergoil, p. 139-163 (Archéologie et Histoire romaine, 7).

Poirier M., 2004, Les insulae à Durocortorum au Haut-Empire : organisation spatiale, évolutions et restitutions architecturales, Mémoire de maîtrise en archéologie des périodes historiques, Univ. de Paris I - Panthéon Sorbonne, 4 vol.

Protocole Beuvray 1998 : « Protocole de quantification des céramiques », in : Arcelin P., Tuffreau-Libre M. dir., La quantification des céramiques : conditions et protocole, Actes de la table ronde du Centre archéologique européen du Mont Beuvray, Glux-en-Glenne, 7-9 avril 1998, p. 141-157 (Bibracte, 2).

Rollet P., Deru X., 2005, « L’agglomération gallo-romaine des ‘Sarteaux’ à Ville-sur-Lumes (Ardennes) : la campagne de fouilles de juillet 1997 », Revue du Nord, 363, p. 12-83.

Stuart P., 1977, Gewoon aardewerk uit de Romeinse legerplaats en de bijbehorende grafvelden te Nijmegen, Leyde, 125 p. (Beschrijving van de verzamelingen in het Rijksmuseum Kam te Nijmegen, 6).

Tyers P., 2001, « Camulodunum type 262 : central Gaulish coarse ware in Iron Age Britain », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A. dir., La céramique en Gaule et en Bretagne romaines : commerce, contacts et romanisation, Actes de la table ronde d’Arras, 23-25 oct. 1998, Berck-sur-Mer, C.R.A.D.C., p. 87-106 (Nord-Ouest Archéologie, 12).

Unverzagt W., 1916, Die Keramik des Kastells Alzei, Frankfürt a. Main, J. Baer, 36 p. (Materialen zur römisch-germanischen Keramik, 2).

Vanvinckenroye W., 1991, Gallo-Romeins aardewerk van Tongeren, Hasselt, Culturele aangelegenheden, 135 p. (Publicaties van het Provinciaal Gallo-Romeins Museum, 44).

Vilvorder F., 1999, « Les productions de céramiques engobées et métallescentes dans l’est de la France, la Rhénanie et la rive droite du Rhin », in : Brulet R., Symonds R.P., Vilvorder F. dir., Céramiques engobées et métallescentes gallo-romaines, Actes du colloque organisé à Louvain-la-Neuve le 18 mars 1995, Oxford, p. 69-122 (Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, supplementum 8).

Willems S., 2005, Roman Pottery in the tongeren reference collection : mortaria and coarse wares, Brussel, Vlaams Instituut voor het Onroerend Erfgoed, 106 p. (VIOE-Rapporten, 1).

Rapports de fouilles

Balmelle A., 1995a, Reims (Marne), 57 rue des Capucins, Le site de la villa des Capucins, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Balmelle A., 1995b, Reims (Marne), 17-27 rue Sarail, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Balmelle A., 1997, Reims (Marne), 58-68 rue Chanzy, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Balmelle A., 1998, Reims (Marne), 75bis avenue Jean Jaurès, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Balmelle A., 1999a, Reims (Marne), 14-16 rue des Moissons, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Balmelle A., 1999b, Reims (Marne), 21 boulevard de la Paix, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Balmelle A., en cours, Reims (Marne), 11-19 rue Buirette, Rapport final d’opération, Inrap.

Balmelle A., en cours, Reims (Marne), 15 rue Clovis, Rapport final d’opération, Inrap.

Balmelle A., en cours, Reims (Marne), 17 boulevard de la Paix, Rapport final d’opération, Inrap.

Balmelle A., Berthelot F., Podgorny A., 1988, Reims (Marne), 28 boulevard Joffre, Rapport de fouille, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Balmelle A., Sindonino S., 2004, Reims (Marne), 6 rue des Fuseliers, rue Chanzy, rue Rockfeller, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Berthelot F., 1984a, Reims (Marne), fouille à l’angle des rues Libergier et Chanzy, Rapport de fouille, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Berthelot F., 1984b, Reims (Marne), fouille aux rues Lagrive et des Coutures, Rapport de fouille, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Berthelot F., 1987, Reims (Marne), fouille au Parc des Capucins, Rapport de fouille, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Berthelot F., Billoin D., 1995, Reims (Marne), 52-54 rue Cérès, Bilan scientifique, DRAC Champagne-Ardennes, Châlons-en-Champagne.

Chevalier P., 1993, Reims (Marne), rue Léon Hourlier, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Deborde G., 2004, Reims (Marne), 17-25 rue Chativesle, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Durand R., 2005, Reims (Marne), Place du 11 novembre, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Jouhet E., 2007, Reims (Marne), 12 rue Duquenelle, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Lefils M., à paraître, Reims (Marne), Lycée Roosevelt, Rapport final d’opération, Inrap.

Olszewski M., Billoin D., 1996, Reims (Marne), 93-101 rue Gambetta, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Rollet P., 1989, Reims (Marne), ilôt Capucins-Hincmar-Clovis, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Rollet P., 1994a, Reims (Marne), 6-8 rue des Moissons, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Rollet P., 1994b, Reims (Marne), La fouille de la place Drouet d’Erlon, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Rollet P., 1995, Reims (Marne), 12-14 rue Carnot, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Rollet P., 1997, Reims (Marne), 81-85 rue de Venise, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Rollet P., 2001a, Reims (Marne), 37 rue de Venise, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Rollet P., 2001b, Reims (Marne), 36bis-38 rue de Cernay, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Rollet P., 2006, Reims (Marne), 59 rue Belin, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Rollet P., en cours, Reims (Marne), 7bis rue d’Anjou, Document final de synthèse, Inrap.

Rollet P., en cours, Reims (Marne), rue de l’Équerre, Rapport final d’opération, Inrap, en cours.

Rollet P., Balmelle A., 2000, Reims (Marne), 10-20 rue de Venise, Document final de synthèse, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Rollet P., Louis A., 2005, Reims (Marne), 30-32 et 34 rue de l’Écu, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Rollet P., Florent G., Jouhet E., 2009, Reims (Marne), 17-19, rue Mont d’Arène et 6-8, rue Maucroix, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Sidonino S., 2001, Reims (Marne), 40 boulevard Jamin, Document final de synthèse, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Sindonino S., 2004a, Reims (Marne), 115 rue du Barbâtre, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Sindonino S., 2004b, Reims (Marne), 20 rue de Contrai – Lycée Saint Jean-Baptiste de la Salle, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Sindonino S., 2005, Reims (Marne), 19 rue Eugène Desteuque, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Sindonino S., à paraître, Reims (Marne), Place cardinal Luçon (parvis Cathédrale), Rapport final d’opération, Inrap.

Sindonino S., à paraître, Reims (Marne), rue Saint-Symphorien, Rapport final d’opération, Inrap.

Stocker P., 2004, Reims (Marne), 9-11 boulevard du Général Leclerc, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Stocker P., 2011, Reims (Marne), 5-7 rue de Pouilly, Rapport final d’opération, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardennes, Reims.

Thomann A., à paraître, Reims (Marne), 43 rue Sébastopol, Rapport final d’opération, Archéosphère.

*

Notes

1 Nous tenons à remercier ici les différents responsables d’opération : A. Balmelle, F. Berthelot, M. Cavé, E. Jouhet, M. Lefils, C. Pilliot, Ph. Rollet, S. Sindonino et P. Stocker. Nos remerciements vont également à Y. Rabasté et S. Thiol qui ont participé, par leurs conseils et leur aide, au travail présenté ici. Il convient de rappeler que l’étude numismatique des fouilles Inrap sur Reims est réalisée par J.-M. Doyen (CReA – Patrimoine ; UMR 8164 HALMA-IPEL) et que l’étude des décors à la molette sur terre sigillée et celle des amphores bénéficie de l’expertise respective de D. Bayard (SRA Picardie) et de S. Lemaître (maître de conférences ; Université de Poitiers, EA 3811 HERMA).

2 Concernant la méthodologie employée pour l’étude du mobilier céramique à Reims, se reporter à Deru et alii, 2007.

3 Les typologies régionales concernant la céramique commune claire (CC), la céramique rugueuse claire (RUA) et sombre (RUB) sont disponibles sur le site internet de l’Atlas des provinces romaines de Belgique et de Germanie à l’adresse http://abg.recherche.univ-lille3.fr

4 À ce contexte, avait été ajouté l’horizon-site de l’état 1 de la période 3 du chantier de la médiathèque (Deru in : Balmelle, Sindonino, 2004) et l’horizon-site 7 de la rue Belin (Deru in : Rollet, 2006). La représentativité, l’hétérogénéité et la présence de matériel médiéval jette toutefois un relatif discrédit sur la représentativité de ces contextes.

5 La remise en séquence du mobilier céramique de la fouille du Tramway de Reims atteste ce fait, puisque près de 90 % du mobilier proviennent des couches de démolitions, comblements des structures en creux et couches liées à la récupération (Mathelart, en cours).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Catégories, abréviations, typologies et bibliographie correspondante.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Fig. 3. Comparaison des différentes catégories aux horizons de synthèse X et XI : les horizons-site 8 et 9 de la fouille rue de Maucroix ; 4 et 5 de la fouille rue Duquenelle ; 7 et 8 de la fouille du lycée Roosevelt ; 9 et 10 de la fouille du secteur 4 et 5 du tramway (valeurs exprimées en pourcentage).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 4. Comparaison des principaux types en terre sigillée aux horizons de synthèse X et XI : les horizons-site 9 et 10 de la fouille du secteur 4 et 5 du tramway ; 8 et 9 de la fouille rue de Maucroix (valeurs exprimées en pourcentage).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 5. Comparaison des principaux types en céramique rugueuse sombre aux horizons de synthèse X et XI : les horizons-site 8 et 9 de la fouille rue de Maucroix ; 4 et 5 de la fouille rue de Duquenelle (valeurs exprimées en pourcentage).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6. Comparaison des différentes catégories aux horizons de synthèse XI et XIII : l’horizon-site 9 de la fouille rue de Maucroix ; 9 de la fouille rue Eugène Desteuque ; 11 de la fouille du secteur 3 du tramway (valeurs exprimées en pourcentage).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 7. Comparaison des principaux types en céramique rugueuse sombre aux horizons de synthèse XI et XIII : les horizons-site 9 et 11 de la fouille du secteur 3 du tramway (valeurs exprimées en pourcentage).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 8. Comparaison des faits urbains aux horizons de synthèse X, XI et XIII (valeurs exprimées en nombre de site).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 9. Les sites affectés à l’horizon X (en bleu) (carte Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 10. Les sites affectés à l’horizon X (en bleu) et à l’horizon XI (en jaune) (carte Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Fig. 11. La topographie de Reims. En gras la rupture de pente, son influence sur l’enceinte de La Tène finale et les sites affectés à l’horizon X (en bleu) et à l’horizon XI (en jaune) (carte Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 12 . Comparaison des différentes catégories à l’horizon de synthèse XI : l’horizon-site 8 de la fouille du Lycée Roosevelt, les horizons-site 9 des fouilles rue de Maucroix et rue de Pouilly, la couche C de la Porte Bazée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 13. Les sites affectés à l’horizon XIII (en rouge) (carte Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 14. Proportions relatives des différentes monnaies par périodes d’émission ( Doyen , 2007) pour les horizons X et XI.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig. 15. Proportions relatives des différentes monnaies par périodes d’émission ( Doyen , 2007) pour l’horizon XIII.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Pl. 1. Le mobilier de l’unité stratigraphique Us. 116 (Horizon-site 4 / Horizon de synthèse X) de la fouille de la rue Duquenelle (éch. 1/3) (dessin et infographie L. Huart).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Pl. 2. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Pl. 3. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Pl. 4. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Pl. 5. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Pl. 6. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Pl. 7. Le mobilier du fossé Fo.1 (Horizon-site 10 / Horizon de synthèse X) des secteurs 4 et 5 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Pl. 8. Le mobilier de l’unité stratigraphique Us. 105 (Horizon-site 9 / Horizon de synthèse XI) de la fouille rue de Maucroix (éch. 1/3) (dessin et infographie G. Florent).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Pl. 9. Le mobilier de l’unité stratigraphique Us. 105 (Horizon-site 9 / Horizon de synthèse XI) de la fouille rue de Maucroix (éch. 1/3) (dessin et infographie G. Florent).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Pl. 10. Le mobilier de la fosse Fs.4 (Horizon-site 8 / Horizon de synthèse XI) de la fouille du lycée Roosevelt (éch. 1/3) (dessin et infographie G. Florent).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Pl. 11. Le mobilier de la fosse Fs. 4 (Horizon-site 8 / Horizon de synthèse XI) de la fouille du lycée Roosevelt (éch. 1/3) (dessin et infographie G. Florent).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Pl. 12. Le mobilier de l’unité stratigraphique 32071-3072 (Horizon-site 12 / Horizon de synthèse XIII) de la fouille du secteur 3 du tramway (éch. 1/3) (dessin et infographie J.-J. Bigot et P. Mathelart).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Tabl. 1. Données quantitatives de l’horizon-site 6 (Horizon X de synthèse) de la fouille du Boulevard du Gal Leclerc.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Légende Tabl. 2. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon X de synthèse) de la fouille de la rue Maucroix.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Tabl. 3. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon X de synthèse) de la fouille de la rue Maucroix (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Légende Tabl. 4. Données quantitatives de l’horizon-site 4 (Horizon X de synthèse) de la fouille de la rue Duquenelle. Les numéros en colonne de gauche renvoient aux objets sur les planches.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Tabl. 5. Données quantitatives de l’horizon-site 7 (Horizon X de synthèse) de la fouille du lycée Roosevelt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende Tabl. 6. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon X de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Tabl. 7. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon X de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Légende Tabl. 8. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon X de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende Tabl. 9. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon X de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Légende Tabl. 10. Données quantitatives de l’horizon-size 8 (Horizon X de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Légende Tabl. 11. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon X de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Légende Tabl. 12. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Desteuque.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Tabl. 13. Données quantitatives de l’horizon-site 9 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Maucroix.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Tabl. 14. Données quantitatives de l’horizon-site 9 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Maucroix (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Légende Tabl. 15. Données quantitatives de l’horizon-site 5 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Duquenelle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Tabl. 16. Données quantitatives de l’horizon-site 9 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Pouilly.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Légende Tabl. 17. Données quantitatives de l’horizon-site 2 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Pontgivart.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Tabl. 18. Données quantitatives de l’horizon-site 5 (Horizon XI de synthèse) de la fouille de la rue Saint-Symphorien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Tabl. 19. Données quantitatives de l’horizon-site 8 (Horizon XI de synthèse) de la fouille du lycée Roosevelt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Tabl. 20. Données quantitatives de l’horizon-site 1 (Horizon XI de synthèse) de la fouille du parvis de la Cathédrale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Tabl. 21. Données quantitatives de l’horizon-site 11 (Horizon XI de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Tabl. 22. Données quantitatives de l’horizon-site 11 (Horizon XI de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Tabl. 23. Données quantitatives de l’horizon-site 11 (Horizon XI de synthèse) de la fouille des secteurs 4 et 5 du tramway (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Tabl. 24. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon XI de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Tabl. 25. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon XI de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Légende Tabl. 26. Données quantitatives de l’horizon-site 10 (Horizon XI de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Tabl. 27. Données quantitatives de l’horizon-site 9 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille de la rue Desteuque.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Tabl. 28. Données quantitatives de l’horizon-site 6 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille de la rue Saint-Symphorien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Tabl. 29. Données quantitatives de l’horizon-site 2 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille du parvis de la Cathédrale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Tabl. 30. Données quantitatives de l’horizon-site 11 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille du secteur 3 du tramway.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Tabl. 31. Données quantitatives de l’horizon-site 12 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille du secteur 3 du tramway.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Légende Tabl. 32. Données quantitatives de l’horizon-site 12 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille du secteur 3 du tramway (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Tabl. 33. Données quantitatives de l’horizon-site 11 (Horizon XIII de synthèse) de la fouille du boulevard Henrot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Légende Annexe 1. Tableau récapitulatif des opérations de fouilles archéologiques à Reims.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Annexe 1. Tableau récapitulatif des opérations de fouilles archéologiques à Reims (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Légende Annexe 2. Tableau de synthèse des sites, faits archéologiques observés et horizons céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Annexe 2. Tableau de synthèse des sites, faits archéologiques observés et horizons céramique (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4390/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 673k

Auteurs

Chargé d’étude Inrap, Centre archéologique Inrap de Reims, 28, rue Robert Fulton, 51689 Reims Cedex 2. pierre.mathelart@inrap.fr

Chargé d’étude Archéopole - Laboratoire HALMA-IPEL UMR 8164, Université Lille 3, Pont de Bois, BP 60149, 59653 Villeneuve d’Ascq cedex. guillaume.florent@archeopole.fr

Chargé d’étude ReimsMétropole, Service archéologique de Reims Métropole, 6, rue du Val Clair, 51100 Reims. ludivine.huart@reimsmetropole.fr

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search