Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

De potentielles inhumations de collegia à vocation funéraire : la population tardive du site de La Place de l’Égalité (Sainte-Colombe, Rhône)

Gaëlle Granier, Benoît Helly et Michel Signoli

Résumé

Les mutations opérées dans de nombreux domaines de la société durant l’Antiquité tardive se traduisent notamment par des spécificités dans les traitements funéraires. Afin de les restituer au mieux, une étude à la fois biologique, topographique, archéologique et historique s’impose. Les recherches récentes menées sur le site de la Place de l’Égalité (Sainte-Colombe, Rhône) illustrent cette approche pluridisciplinaire. L’échantillon de population adulte révèle un profil démographique anormal, où les sujets jeunes et les sujets féminins sont fortement sous-représentés. L’examen des données archéologiques nous a permis d’identifier une organisation de l’espace funéraire en groupes de sépultures distincts, et une volonté de faciliter l’implantation de ces groupes dans les zones libres de vestiges antérieurs. L’étude conjointe de ces différentes données nous permet d’approcher le fonctionnement de la nécropole et le profil de la population inhumante, et oriente vers l’hypothèse de Collèges à vocation funéraire, directement hérités de la tradition romaine. Fonctionnant à partir de la fin du iiie siècle, cette occupation funéraire cesse avant la fin du ve siècle, peut-être à la faveur de l’installation à proximité d’un monastère de femmes qui aurait entraîné le déplacement du lieu de sépultures, quand l’Église chrétienne est devenue dominante.

Texte intégral

Fig. 1. Plan des structures archéologiques mises au jour sur le site de la Place de l’Égalité. Les structures du Haut-Empire (thermes publiques et domus) précèdent l’implantation des sépultures tardives.
Le plan figure également l’emplacement du monastère de femmes de Sainte-Colombe, à l’est de notre site (relevé A. Le Bot-Helly ; DAO G. Granier).

1Le site de la Place de l’Égalité, découvert et fouillé entre 1982 et 1985, a été étudié dans le cadre d’une recherche doctorale sur l’occupation funéraire tardive de Vienne. Le site a livré les vestiges de structures d’habitat du Haut-Empire (domus et thermes publics) occupés dès le début du ier siècle. Dans le courant du iiie siècle, ces structures sont ruinées et abandonnées, avant l’installation de l’occupation funéraire à la fin du iiie siècle. L’ensemble funéraire cesse de fonctionner dans la première moitié du ve siècle. Les problématiques d’étude multiples nous ont naturellement orientés vers une approche pluridisciplinaire de cette nécropole et des 219 sépultures conservées.

I. Le site de la place de l’égalité : contexte, matériel et méthodes d’étude

I.1. Contexte historique et géographique

2L’extension de la fouille n’a pas permis d’appréhender l’ensemble de la nécropole : les limites nord et ouest sont hors de l’emprise de la fouille et il est probable que des sépultures ont été détruites par des aménagements postérieurs dans la partie sud du site (fig. 1). Cela est avéré pour le secteur est, où les archives contemporaines signalent la présence et la destruction de tombes lors du percement de la rue Cochard au xixe siècle (Faure-Brac, 2006). Il est donc fort probable que l’occupation funéraire a été bien plus vaste que la seule Place de l’Égalité. Il faut encore signaler la présence, immédiatement à l’est de notre site, d’un monastère de femmes, le Couvent des Dames de Sainte-Colombe (Helly, 2006), fondé au ve siècle selon les documents historiques (Vita S. Clari, p. 55-56 ; Sidoine Apollinaire, p. 78) et dont la présence est confirmée par les recherches récentes effectuées sur le site (Delomier et alii, 1997 ; Ramspeck, 2004).

I.2. Matériel et méthodes

3Un total de 219 sépultures, contenant 223 individus, a pu être étudié. Les méthodes employées pour l’étude biologique des restes osseux et l’étude des données archéologiques et historiques sont celles mises en œuvre pour l’ensemble des occupations funéraires de Vienne (voir article dans ce même volume). L’étude biologique de ces individus s’est donné pour but de restituer le recrutement et l’état sanitaire de la population exhumée. Ces informations sont confrontées aux données archéologiques issues de la fouille, ainsi qu’aux éléments topographiques et historiques dont nous disposons. L’étude simultanée de ces différents types de données nous permet de comprendre le mode de mise en place, de fonctionnement et d’abandon de l’ensemble funéraire, de dresser le profil de la population inhumée et par là, de tenter d’approcher au mieux les éventuels facteurs sociaux ayant pu conditionner l’établissement et le fonctionnement de cette nécropole.

II. Caractéristiques de l’ensemble funéraire

II.1. Caractéristiques biologiques et démographiques de l’échantillon

4Parmi les 223 individus examinés, 84 sont immatures et 139 sont biologiquement adultes. Cette répartition de 62 % (adultes) et 38 % (immatures) reflète un profil de population inhumée comparable à ce que l’on trouve généralement dans la région de Narbonnaise et pour la période, d’après nos propres observations et selon des études antérieures (Buchet, 1996). En examinant plus particulièrement la population immature, nous obtenons les résultats présentés en figure 2 : aucun fœtus n’est présent dans l’échantillon, et les sujets de la classe 1-4 ans sont sous-représentés. Ce profil ne reflète pas la mortalité normale d’une population ancienne, où les très jeunes enfants sont les plus nombreux à décéder (Séguy et alii, 2006 ; Sellier, 1996) ; il est en revanche souvent constaté en contexte archéologique et correspond par ailleurs aux pratiques observées à l’époque romaine, l’accès à la nécropole commune étant interdit aux enfants morts durant la toute petite enfance. Ces tout-petits sont ainsi très souvent inhumés en contexte d’habitat ou encore dans un secteur spécifique de l’ensemble funéraire (Blaizot et alii, 2003). La population adulte exhumée montre pour sa part une répartition par sexe anormale. Notre échantillon accuse en effet un très fort déficit de sujets féminins, comme le montre la figure 3. D’autre part, la détermination de l’âge au décès de ces sujets adultes traduit une population plutôt âgée, où les sujets jeunes sont sous-représentés (fig. 4).

5L’examen de l’état sanitaire révèle que les traumatismes et les signes infectieux sont extrêmement rares. De même, la présence de caries et d’abcès reste anecdotique. Les marqueurs d’activités, très peu fréquents de manière générale, concernent essentiellement le membre inférieur : une large proportion des individus, tous de sexe masculin, présente un « syndrome du cavalier » (Pálfi, 1997). L’essentiel des atteintes pathologiques est constitué par les hypoplasies de l’émail dentaire et les atteintes dégénératives articulaires, ces dernières étant liées ici à l’âge des sujets plutôt qu’à l’activité.

Fig. 2. Histogramme de répartition des sujets immatures dans les différentes classes d’âge en fonction de l’âge au décès (en %) (auteur : G. Granier).

Fig. 3. Diagnose sexuelle des sujets adultes. La diagnose sexuelle primaire est effectuée à partir de l’examen métrique ( Murail et alii, 2005) et morphologique de l’os coxal ( Bruzek , 2002). La diagnose sexuelle secondaire a été effectuée à partir de la mesure de la largeur bicondylienne du fémur, avec la prise en compte d’une bande aveugle à ± 2 mm du point de césure (concordance = 94,7 %) (auteur : G. Granier).

Fig. 4. Histogramme de répartition des sujets adultes dans les différentes classes d’âge en fonction de l’âge au décès (en %) (auteur : G. Granier).

II.2. Spécificités archéologiques du site

6Les données de fouille ont été reprises en vue de restituer les éléments taphonomiques et dans le but d’établir la typologie des 219 sépultures étudiées. Dans les cas ou l’examen a été possible, la décomposition en espace vide est avérée. Les effets de parois ou de délimitations linéaires, très fréquemment observés, montrent que les corps étaient préférentiellement placés dans un contenant. Les coffres ou cercueils de bois cloués sont très largement dominants (fig. 5), avant les contenants de bois non cloués – cercueils non cloués servant au transport du défunt ou coffrages installés directement dans la fosse –, et les coffres de dalles maçonnés, au nombre de cinq. Notons qu’un de ces coffres de dalles (SP70) abritait un second contenant, un sarcophage de plomb, marquant le caractère exceptionnel de ce type de sépulture au sein de l’ensemble funéraire. Enfin, neuf très jeunes immatures sont inhumés dans des amphores décolletées, et il faut souligner la présence probable d’un contenant monoxyle à fond concave (SP172), mis en évidence par l’étude taphonomique des restes osseux et les comparaisons avec les cas de monoxyles à fond concave connus (Blaizot, 2008).

7Dans 61 cas, des marqueurs de surface, totalement ou partiellement conservés, ont pu être clairement identifiés. Le signalement de la tombe peut être fait par une ou plusieurs pierres disposées sur un des côtés de la fosse (le plus souvent aux pieds de l’individu) jusqu’à un cordon complet entourant la structure. Plusieurs cas montrent encore un empierrement important, tout autour et/ou au-dessus de la sépulture. Le grand nombre de structures possédant encore un marqueur de surface laisse envisager une organisation bien définie de l’espace et probablement des espaces de circulation, que la fouille n’a pas pu mettre en évidence.

Fig. 5. Histogramme de répartition des différents types de contenants (auteur : G. Granier).

II.3. Chronologie des structures

8Étant donné les particularités du recrutement mises en évidence plus haut et la typologie homogène des sépultures, restituer la chronologie d’occupation du site est primordial. Les éléments de mobilier à notre disposition – même rares – et les données archéologiques nous permettent de dater précisément les différentes occupations. Les installations des thermes et de la domus fonctionnent jusque dans le courant du iiie siècle, où elles sont ruinées (des traces d’incendie partiel sont relevées). Après cet abandon et durant une courte période, les matériaux de construction sont récupérés de manière intensive avant l’installation de la nécropole à la fin du iiie siècle, comme le suggère la typologie du sarcophage de plomb de SP70 (datation confirmée par l’analyse radiocarbone, qui le situe dans le courant du iiie siècle). Le statut public des thermes a sans aucun doute facilité l’évolution du statut parcellaire. La typologie des amphores employées comme contenant pour les plus jeunes immatures (PY dir., 1993), les monnaies et les datations radiocarbone indiquent une occupation funéraire pouvant aller jusqu’au début du ve siècle. L’examen de la stratigraphie du site confirme l’utilisation très courte de l’ensemble funéraire : les recoupements de sépultures sont rares, et aucun élément ne permet de distinguer des phases distinctes d’utilisation. Les analyses radiocarbone semblent indiquer d’autre part que la mise en place du groupe de sépultures le plus au sud et celui rassemblé autour de SP70 et SP68 sont les premiers à s’implanter, peut-être dès la fin du iiie siècle. Aucune datation radiocarbone ne dépasse la seconde moitié du ive siècle, confirmant que le site cesse d’être utilisé au plus tard dans les premières années du ve siècle.

III. Recrutement et organisation spatiale de la nécropole : l’hypothèse des collèges à vocation funéraire

9D’un point de vue biologique d’une part, si la répartition entre sujets adultes et immatures ainsi que celle des individus immatures dans les différentes classes d’âges sont conformes aux répartitions que l’on observe pour l’époque et dans la région, le déficit des sujets féminins et l’âge au décès des sujets adultes apparaissent en revanche plus particuliers. Le déficit des sujets féminins reflète une réelle sélection à l’inhumation, l’accès à la nécropole étant alors préférentiellement accordé aux sujets masculins. Cette répartition sexuelle anormale s’accompagne d’un âge au décès relativement avancé : les adultes jeunes, que l’on attendrait plus nombreux dans une population ancienne, sont très peu représentés dans notre échantillon. De même, les atteintes pathologiques sont rares et les sujets présentent essentiellement des atteintes dégénératives, que l’on peut mettre en relation avec leur âge au moment du décès.

10D’un point de vue archéologique et topographique d’autre part, l’implantation des sépultures en noyaux distincts (cf. fig. 1) et la variabilité d’organisation qui existe entre les groupes attestent l’indépendance des groupes entre eux. Ces éléments biologiques et archéologiques correspondent à ce que l’on peut retrouver dans le cas de Collegia à vocation funéraire. Ces structures sociales sont des associations directement issues de la tradition romaine dont l’ouvrage d’E. Rebillard (Rebillard, 2003) a révélé toute l’importance dans le monde romain. Ces collèges, très nombreux en contexte urbain et quelle que soit leur activité, pouvaient assurer une sépulture à leurs membres. Ces associations sont essentiellement réservées aux hommes, mais, par extension, la sépulture, ou l’aire sépulcrale, peut aussi bénéficier à la famille ou aux amis du souscrivant ; ce qui expliquerait la présence de sujets féminins et immatures, malgré la grande majorité d’hommes. Ces associations fonctionnent comme des entités et acquièrent ainsi des concessions à titre individuel. La répartition spatiale des sépultures en groupes distincts sur la place de l’Égalité étaye cette hypothèse : ces groupes de tombes seraient autant d’entités sociales ayant acquis une concession pour leurs membres : groupes familiaux, religieux et peut-être également des collèges. Il n’existe aucune répartition spatiale particulière des sépultures en fonction de leur typologie ou du sexe et de l’âge des individus, que ce soit au sein des groupes ou entre eux. En revanche, on observe que trois groupes sont organisés et se développent autour d’une ou plusieurs sépultures à caractère exceptionnel, alors qu’un quatrième groupe, au sud, voit ses sépultures s’orienter différemment en fonction de l’axe des vestiges antérieurs, signalant peut-être la réutilisation d’une partie d’entre eux comme limites des espaces sépulcraux. Cette diversité des pratiques funéraires peut refléter une diversité des pratiques sociales et/ou religieuses.

Conclusion

11Le site de la place de l’Égalité serait à l’heure actuelle le seul exemple archéologique révélant un ou des Collegia à vocation funéraire connu(s) pour la Gaule romaine, car ces structures, pour la même époque, ont été jusqu’alors repérées dans les provinces plus méridionales de l’Empire, en Italie et en Afrique (Rebillard, 2003). La nature des groupes de sépultures, les pratiques funéraires observées et le contexte chronologique général dans lequel s’inscrit cet ensemble nous incitent à rejeter l’idée d’une unité et d’une unicité dans l’exploitation du site, qu’elle soit sociale ou religieuse. Ainsi au ive siècle semblent prédominer les traditions locales, voire familiales, et perdurer des pratiques sociales courantes dans l’Empire romain.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

I. Sources anciennes

Sidoine Apollinaire, Lettres, VII, 1 (écrite en 473) et 17, Paris, éd. A. Loyen, Coll. les Belles Lettres, p. 31-78.

II. Références bibliographiques

Blaizot F., 2008, « Réflexions sur la typologie des tombes à inhumation : restitution des dispositifs et interprétations chrono-culturelles », Archéologie médiévale, 38, p. 1-30.

Blaizot F., Alix G., Ferber E., 2003, « Le traitement funéraire des enfants décédés avant un an dans l’Antiquité : études de cas », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 15 (1-2), p. 51-77.

Buchet L, 1996, Les habitants de la Gaule du ier au viii e  siècle : apports de l’anthropologie physique, Mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, Univ. Paris I – Panthéon Sorbonne, Paris, 569 p.

Delomier C., Pont F., Savay-Guerraz S., 1997, Le couvent des Dames de Sainte-Colombe-lès-Vienne (Rhône), Rapport de l’opération préventive, Inrap, S.R.A. Rhône-Alpes, 42 p.

Faure-brac O. dir., 2006, Le Rhône, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 611 p. (Carte archéologique de la Gaule, 69-1).

Helly B., 2006, « Vienne : les quartiers de la rive droite, Saint-Romain-en-Gal et Sainte-Colombe (ve siècle av. J.-C./ iie siècle ap. J.-C.) », in : Faure-Brac O. dir., Le Rhône, Paris, éd. de la M.S.H., p. 99-100 (Carte archéologique de la Gaule, 69-1).

Pálfi G., 1997, « Maladies dans l’Antiquité et au Moyen Âge : paléopathologie comparée des anciens Gallo-Romains et Hongrois », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s. 9 (1-2), p. 1-205.

Py M. dir., 1993, Dicocer : Dictionnaire des céramiques antiques ( vii ème s. av. n. è. - viième s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale, Lattes, éd. de l’ARALO, 624 p. (Lattara, 6).

Ramspeck C., 2004, Les origines paléochrétiennes du site du couvent de Sainte-Colombe, Mémoire de DEA d’Archéologie médiévale, Univ. Lumière Lyon II, Lyon, 142 p.

Rebillard E., 2003, Religion et sépulture : l’Église, les vivants et les morts dans l’Antiquité tardive, Paris, éd. de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 243 p.

Séguy I., Buchet L., Belaigues-Rossard M., Couvert N, Perraut C., 2006, « Des tables types de mortalité pour les populations pré-industrielles : présentations, discussion et application », in : Buchet L., Dauphin C., Séguy I. dir., La paléodémographie : mémoires d’os, mémoire d’hommes, Actes des 8èmes journées d’Anthropologie de Valbonne, 5-7 juin 2003, Antibes, éd. A.P.D.C.A., p. 303-321.

Sellier P., 1996, « La mise en évidence d’anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult », in : Piningre J.-F. dir., Nécropoles et sociétés au premier Âge du Fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône), Paris, éd. de la M.S.H., p. 188-202 (Documents d’Archéologie française, 54).

*

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan des structures archéologiques mises au jour sur le site de la Place de l’Égalité. Les structures du Haut-Empire (thermes publiques et domus) précèdent l’implantation des sépultures tardives.Le plan figure également l’emplacement du monastère de femmes de Sainte-Colombe, à l’est de notre site (relevé A. Le Bot-Helly ; DAO G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4384/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 2. Histogramme de répartition des sujets immatures dans les différentes classes d’âge en fonction de l’âge au décès (en %) (auteur : G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4384/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 3. Diagnose sexuelle des sujets adultes. La diagnose sexuelle primaire est effectuée à partir de l’examen métrique ( Murail et alii, 2005) et morphologique de l’os coxal ( Bruzek , 2002). La diagnose sexuelle secondaire a été effectuée à partir de la mesure de la largeur bicondylienne du fémur, avec la prise en compte d’une bande aveugle à ± 2 mm du point de césure (concordance = 94,7 %) (auteur : G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4384/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 4. Histogramme de répartition des sujets adultes dans les différentes classes d’âge en fonction de l’âge au décès (en %) (auteur : G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4384/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 5. Histogramme de répartition des différents types de contenants (auteur : G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4384/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search